Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2020

Une école dans les bois...

Dans Télérama, Mme Sophie Berthier s'est intéressée aux "Forest Schools", nées dans les années 1950 à l'étranger. Depuis, au Canada, au Danemark, en Suède, en Angleterre et en Allemagne, faire classe aux 3/6 ans dans la nature s'est complètement banalisé. En France, la tendance commencerait seulement à se dessiner. Depuis la rentrée 2018, des écoles françaises tentent l'expérience à plein temps. Cela se passe par exemple en Charente, en Saône-et-Loire, dans le Finistère comme en Savoie. Ces écoles alternatives se sont fédérées en réseau.

Les maternelles de ce style, pourtant, qu'elles se passent dans les bois, dans un jardin, une prairie, en montagne ou au bord d'un lac, apporteraient de nombreux bienfaits aux enfants. Les enfants sont libres de grimper aux arbres, de gambader, d'observer la faune et la flore ou alors ils apprennent à faire un feu ou à suivre des empreintes. Bref, ces enfants se montreraient plus sociables et solidaires, plus autonomes et créatifs. Le fait d'étudier dans la nature les rend aussi plus respectueux de leur environnement.

Pour en savoir davantage, contacter sur Internet: www.réseau-pedagogie-nature.org.

09/03/2020

Zoom sur le cacao cru!

Dans le journal Nous, un journaliste fait la lumière sur le cacao cru. Il faut savoir que le cacaoyer produit un fruit nommé "cabosse", qui peut contenir quinze à cinquante fèves de cacao. Pour ort nutritionneldu chocolat, comme celui que nous achetons en tablettes, les fèves sont fermentées, séchées, décortiquées, puis torréfiées à 140° voire 180° C environ. La cuisson à haute température altère cependant les vitamines et les minéraux. Cela donne une pâte de cacao, que l'on utilise ensuite pour faire du cacao en poudre ou du chocolat.

Pour obtenir du cacao cru, par contre, la torréfaction s'effectue à basse température (40° C environ), ce qui représente un meilleur apport nutritionnel. En effet, le cacao cru est une source de cuivre, de magnésium, d'antioxydants qui luttent contre le vieillissement des cellules.  Il est également réputé  "booster" la production de sérotonine, ce qui aide à réguler le stress et l'humeur. Bref, ne contenant ni graisse, ni sucre, contrairement au chocolat, le cacao cru est très peu calorique.

Alors, comme autrefois les Mayas, les Aztèques et les Incas, utilisons le cacao cru seul ou mélangé à de la purée d'amandes ou même du lait végétal.

Lyliane

Bientôt un score environnemental sur les textiles?

Alors que chaque Français achète pour près de 10 kg de vêtement par an, le gouvernement travaille sur un score environnemental pour le textile qui devrait faire son apparition d'ici 18 mois.
Une note de A à E sur les vêtements, comme pour les machines à laver: le gouvernement et les industriels de l'habillement ont lancé mardi une concertation pour élaborer d'ici 18 mois un "affichage" environnemental dans le secteur textile. Un peu à la manière du Nutriscore proposé depuis quelques mois sur les produits alimentaires.La loi anti-gaspillage promulguée ce mardi prévoit la mise en place d'un étiquetage destiné à informer le consommateur sur les caractéristiques environnementales de certains produits et lui permettre de faire des choix éclairés.
Le premier secteur à expérimenter la démarche sera celui du textile, un des plus polluants et les plus émetteurs de gaz à effet de serre. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) travaille depuis plusieurs années à l'élaboration de cet affichage pour le textile, mais aussi pour les appareils électroniques, l'habillement, l'ameublement, l'alimentaire et l'hôtellerie.
La note de A à E, accompagnée d'un logo représentant une planète bleue, englobe tout le cycle de vie du produit, des matières premières à la fin de vie, en passant par la distribution, et prend en compte divers impacts environnementaux (émissions de CO2, épuisement des ressources, pollutions de l'air ou de l'eau...).
Testé par Decathlon et Okaïdi
Dans le textile, cet affichage est expérimenté par quelques entreprises, comme Décathlon et Okaïdi, mais l'idée est désormais de "changer d'échelle".
"Nous allons travailler avec les équipes du ministère et les entreprises privées pour asseoir une méthodologie solide qui permettra de donner une note environnementale à chaque vêtement", a expliqué à l'AFP la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson.
"L'objectif est que d'ici 18 mois cette méthodologie sorte, qu'elle fasse l'objet d'un décret d'application et qu'elle soit mise en oeuvre dans la foulée, avant la fin du quinquennat", a-t-elle ajouté.
La ministre a appelé les industriels français à s'engager dès maintenant dans cette démarche pour "répondre à la demande de plus en plus pressante des concitoyens".
9,5 kg de vêtements par habitant
Selon l'Ademe, 624.000 tonnes de textiles (2,6 milliards de pièces de vêtements, linge de maison, chaussures) sont mis sur le marché chaque année en France, soit environ 9,5 kg par habitant. Et en moyenne, une personne achète 60% de vêtements en plus qu'il y a 15 ans mais les conserve moitié moins longtemps.
Dans ce contexte, "c'est bien d'uniformiser et d'imposer des critères solides et ambitieux pour l'information environnementale sur le textile", a réagi auprès de l'AFP Alma Dufour, de l'ONG Les Amis de la Terre.
Mais informer n'est pas suffisant, a-t-elle ajouté, réclamant l'imposition de mesures comme la réduction de la production de vêtements neufs et l'obligation du recyclage.

Selon F.B. avec AFP - BFMTV - mardi 11 février 2020

08/03/2020

Exigeons l'arrêt des violences faites aux femmes selon Amnesty International...

Dans la Lettre d'Amnesty, la Présidente Mme Cécile Coudriou demande qu'a l'approche de la Journée Internationale des droits des Femmes, nous exigions d'urgence la fin des violences à leur encontre et le respect intégral de leurs droits. En effet, en raison dees nombreuses discriminations, des viols, des violences conjugales et même de leur tutelle masculine, filles et femmes ne peuvent vivre librement.

Que ce soit en Iran ou en Europe, chaque jour des milliers de femmes et de jeunes filles sont victimes de violences physiques, sexuelles ou psychologiques et d'atteintes à leurs droits fondamentaux. Mariages forcés, victimes des conflits armés, tortures pour des défenseures de leurs droits, elles paient un lourd tribut  social en raison de leur sexe.

L'Etat français lui-même doit intervenir d'urgence, car 1 femme meurt tous les 2 jours dans notre pays. Il nous faut nous mobiliser pour que cesse le double langage et l'hypocrisie. Non seulement dans les entreprises elles sont sous payées, mais elles reçoivent des coups et souvent elles meurent alors que leurs bourreaux restent impunis. Aussi, demandons haut et fort le respect des droits humains partout dans le monde! 

Lyliane

Des premiers pas sur la biodiversité biologique à l'horizon 2050...

La Convention sur la biodiversité biologique (CBD) a fini samedi une semaine de négociations, bousculées par le coronavirus, qui visent à établir un vaste plan à l'horizon 2050 pour protéger les écosystèmes et gérer durablement les ressources naturelles. D'abord prévues en Chine, qui doit accueillir en octobre la 15e réunion de la Convention de l'ONU sur la diversité biologique (COP15), ces négociations ont été déplacées en dernière minute à Rome à cause de l'épidémie de coronavirus et les négociateurs chinois n'ont pas pu s'y rendre. L'Italie est devenue entretemps un foyer de propagation de la maladie.

Des objectifs et des mesures pour les atteindre
La lutte contre le changement climatique s'appuie depuis 2015 sur l'Accord de Paris, un texte ratifié par 183 Etats qui s'engagent à agir pour contenir le réchauffement bien en-dessous de 2°C, à rendre compte régulièrement de leurs émissions de gaz à effet et de leurs actions. Rien d'équivalent aujourd'hui pour préserver les écosystèmes, dont la dégradation et la disparition constituent une lourde menace pour l'humanité, à qui ils fournissent eau, air, alimentation...
Pendant six jours, les représentants de plus de 140 Etats réunis dans la capitale italienne ont discuté des propositions rendues public mi-janvier par la Convention sur la biodiversité biologique (CBD). Elles comportent des objectifs à atteindre d'ici 2050, avec un point d'étape à 2030. D'autres portent sur les mesures à mettre en œuvre pour atteindre ces objectifs et le suivi de leur application.

"Un bon point de départ"
Les pays présents se sont pour la première fois exprimés sur leur contenu, qui sera négocié plus tard ligne par ligne. Parmi les propositions, des aires protégées couvrant "au moins [30%] des zones terrestres et marines avec au moins [10%] sous stricte protection" (les chiffres entre crochets étant à débattre). Cette proposition est portée par une coalition d'une trentaine de pays menée par la France et le Costa Rica.
Le texte propose aussi de réduire d'ici à 2030 "d'au moins [50%] la pollution" par les fertilisants, utilisés notamment en agriculture, les biocides (désinfectants, insecticides..e plastique ou encore contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique via des solutions basées sur la nature. Ce texte de 12 pages "est un bon point de départ", a jugé Gaute Voigt-Hanssen, chef-négociateur pour la Norvège, résumant l'opinion de plusieurs participants contactés par l'AFP.

Des secteurs économiques particulièrement responsables
Il est aussi un "consensus sur la nécessité d'avoir un cadre ambitieux", complète un autre négociateur. La situation est dramatique, avec une "dégradation de la nature (...) sans précédent dans l'histoire de l'humanité", avait rappelé Anne Larigauderie, secrétaire exécutive de l'IPBES, les experts de l'ONU en biodiversité, à l'ouverture des négociations.
Pour WWF, le texte qui sera adopté en octobre et fixera un cadre pour les décennies à venir doit s'attaquer aux secteurs contribuant à la perte de biodiversité: agriculture, pêche, infrastructures, les activités minières et forestières.
"Si vous ne parlez pas de ces secteurs, il ne sera pas possible d'atteindre les objectifs pour 2030", avertit Marco Lambertini de WWF.
Certains pays souhaitent pourtant "se focaliser sur une protection plus traditionnelle de la biodiversité", sans s'attaquer aux modes de production et de consommation, poursuit-il. L'ONG "s'inquiète du manque de progrès et du rythme du processus" de négociations, complète Guido Broekhoven, de WWF International, alors qu'il ne reste que huit mois.

La nécessité d'une évaluation des progrès
Autre source d'inquiétude, des pays ont "des velléités de retirer les mots plastiques et pesticides des menaces qui pèsent sur la nature et qu'il faut réduire", complète Yann Wehrling, ambassadeur sur l'environnement pour la France. Il faudra voir "comment est-ce que la CBD pourra travailler avec les autres conventions et institutions internationales" comme la FAO pour l'agriculture ou l'OMC pour le commerce international, explique Aleksandar Rankovic, expert à l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri).
Le Brésil constitue un cas particulier, selon plusieurs participants. Ses représentants ont fait "des propositions qu'il savent inatteignables" pour ralentir les discussions. Au-delà d'objectifs ambitieux, "il faut que les parties rendent compte plus souvent, de façon transparente" de leurs actions, qu'elles soient "examinées" et que soit mis en place à intervalle régulier une évaluation mondiale des progrès réalisés, estime Gaute Voigt-Hanssen, une revendication là encore partagée par de nombreux participants.

Selon Mme Laure Fillon - La Tribune - samedi 29 février 2020

07/03/2020

Jeans éthiques made in France...

Le jean "made in France" grandit. Depuis quelques années, un peu partout en France, des artisans ont relancé cette filière historique. Des ateliers de tissage se créent pour produire des vêtements 100% fabriqués en France. Née il y a plus d'un siècle en Europe mais popularisée par les Américains, l'aventure du jean est loin d'être bouclée. Cette toile a d'abord servi à faire des voiles de bateaux, des tentes, puis des vêtements de travail. C'est un accessoire incontournable depuis 60 ans. Désormais, le jean est porté sur toute la planète, par tous et en toutes occasions.
Plus de deux milliards de pantalons en jean sont produits chaque année dans le monde. Mais ce succès n'est pas sans impact environnemental. D'abord, les fabricants produisent du plus en plus loin des consommateurs ce qui nécessite de les transporter sur des milliers de kilomètres.
Les grandes marques, Levi's en tête, tentent depuis des années de réduire l'impact environnemental de cette production. Mais les solutions les plus audacieuses sont finalement locales. Depuis quelques années, des marques fabriquent en France pour réduire l'empreinte carbone. Certaines, très haut de gamme, sont confidentielles, d'autres, plus grand public, sont devenues célèbres.
Retour d'un pionnier créé au XIXème siècle
Parmi elles, 1083, Champ de Manoeuvre, DAO qui ont chacune un modèle propre. Il y a aussi et surtout l'Atelier Tuffery qui est un pionnier mondial du jean. Créé en 1892 à Florac (Lozère), cette entreprise cévenole a connu les heures de gloire de ce vêtement de travail avant de subir le déclin de la filière textile dans les années 1980 et la trop forte concurrence des Américains.
Jusqu'au début des années 2000, la production est haut de gamme et donc "intimiste". Elle reprend des forces en 2004 grâce à l'attrait des consommateurs pour le "made in France". En 2014, Julien Tuffery, 4ème génération de la famille de maîtres tailleurs-confectionneurs, reprend les rênes de l'entreprise pour développer cette tendance avec son épouse. Les autres marques, plus récentes, ont surfé sur la même vague. "Un jean parcourt plus de 65.000 km pour entre le site de fabrication et le magasin qui le vendra, aujourd'hui, c'est aberrant", indique Sébastien Rochier, directeur de 1083, l'une des marques made in France les plus emblématiques.Son nom exprime la distance maximale parcourue par ses produits avant d'être vendus. Et contrairement aux idées reçues, les prix ne sont pas disproportionnés. Ces jeans sont vendus autour de 100 euros, le tarif moyen du géant américain.
Créée en 2013 par Thomas Huriez, l'entreprise de Romans (Isère) produit désormais 40.000 pièces par an avec une progression 50% en 2019.


Le retour des métiers à tisser
C'est à Nancy que Davy Dao a créé sa marque éponyme. Après avoir été vendeur dans un magasin de vêtements, cet autodidacte a créé son entreprise. Ces jeans sont fabriqués en France, mais sa particularité est le jean sur-mesure. En 2012, il commence à produire quelques modèles dans son appartement pour des proches, puis ouvre un atelier et une boutique deux ans plus tard dans le centre de Nancy. "Nous n'importons que la toile qui vient selon les gammes du Japon ou d'Espagne". 
Mais la réduction de l'impact carbone de l'industrie du jean va plus loin. Pour la réduire encore plus, la plupart des marques ont décidé de tisser la toile en France. Chez 1083, des balles de coton arrivent de Tanzanie, du Mali et de Turquie puis sont filées puis tissées dans deux usines, l'une, Valrupt Industrie, est dans les Vosges, la seconde, Tissages de Charlieu dans la Loire.


Des jeans en lin cultivé en France
1083 et DAO veulent désormais aller plus loin dans la réduction de l'impact carbone en créant de jeans composés non plus de coton, mais de lin. Cette plante a deux intérêts par rapport au coton. Elle ne nécessite presque pas d'eau pour sa production, mais offre un autre atout pour le "made in France". "Peu de gens le savent mais la France produit 60% du lin, ce qui fait du pays le premier producteur mondial", indique Davy Dao qui actuellement achète ses toiles à l'étranger. Les autres marques vont-elles les suivre? Armand Teboul, co-fondateur de Champ de

Manoeuvre, n'est pas convaincu par le lin. Ses jeans pur coton sont réalisés avec des toiles italiennes, mais surtout japonaises pour les selvedge, ces tissus haut de gamme à la maille très serrée et dont les extrémités sont renforcées par des lisières colorées. Mais il reste en Europe quelques machines capables de tisser ces fameux selvedge. Elles doivent être remises en état, mais l'attrait des clients pour ces jeans haut de gamme et pour le made in France incitent des industriels à en remettre en marche. Selon nos informations, un projet serait en cours dans l'Est de la France.
"Ce retour dans l'industrie textile de qualité serait une bonne nouvelle. Si un Français produit bientôt des selvedge, nous proposerons à notre tour des jeans 100% français", espère le dirigeant de Champ de Manoeuvre. Pour lui, ce serait un retour aux sources. "Il ne faut pas oublier que 'denim' signifie 'de Nimes', ville dans laquelle s'approvisionnait les Américains au XIXème siècle et que le jean est la toile produite à Gènes pour les voiles de bateaux". 

Selon Mr Pascal SAMAMA - BFMTV - dimanche 2 février 2020

 

 

 

Empreinte carbone des laits animaux et végétaux...

Vache, amande, brebis ou avoine, on fait le tri entre lait animal et végétal. En termes d'émission de CO2, les différentes boissons pèsent plus ou moins lourd sur le climat.
Retrouvez tous les samedis dans la chronique «Terre d’actions» des initiatives pratiques et écolos en France et dans le monde.
Même si la consommation est en baisse, un Français boit en moyenne 60 litres de lait par an selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Réduire les produits laitiers, c’est bon pour la planète. Mais lorsqu’on a envie d’un petit verre, quoi boire ?
Parmi les laits d’origine animale, celui de vache reste le plus répandu, son bilan carbone figure en milieu de classement pour sa catégorie selon la base de données Agribalyse constituée par l’Ademe. L’agence compare l’équivalent de CO généré pour un kilo de produit. Le lait de chèvre (0,80 kg eq CO) serait le plus léger en termes d’émissions, suivi de près par le lait de vache (0,94 kg eq CO) et enfin le lait de brebis (1,54 kg eq CO).

Projet de fermes bas carbone.
Le calcul s’intéresse uniquement au stade de la production, le plus gros pôle d’émission au cours du cycle de vie du produit. Pour chaque produit, il s’agit de moyennes, qui prennent en compte les différentes pratiques de l’agriculture conventionnelle et intègrent la part qu’elles représentent en France. Elles comptabilisent à la fois les systèmes conventionnels, de ceux basés sur le maïs à ceux dits «de montagne» avec 100% d’herbe, et le bio. L’Ademe est en train d’actualiser ses chiffres et prépare une version plus poussée qui inclura la transformation, la logistique ou encore le transport. Cependant, les ordres de grandeur restent les mêmes.
«La conduite du troupeau, l’alimentation animale, la gestion des déjections et les rendements – puisque les impacts sont ramenés au kg de produit – sont déterminants», précise Audrey Rimbaud, ingénieur à l’Ademe. L’élevage de brebis est
par exemple considéré comme plus polluant car les rendements en lait sont moins importants. Le bio, lui, ne relâche pas forcément moins de CO. «Il y a une variabilité des pratiques énorme. Cela dépend beaucoup de l’alimentation et de la manière dont le troupeau est conduit», poursuit Audrey Rimbaud.
De manière générale, les élevages de ruminants produisent surtout du méthane, gaz à effet de serre encore plus puissant inclus dans le calcul. Les émissions proviennent des rots et flatulences des animaux pendant la phase que l’on appelle la fermentation entérique. Le type d’alimentation et sa provenance jouent : si les animaux sont nourris avec du soja, majoritairement importé du Brésil, la facture pour le climat augmente. En France, le secteur de l’élevage laitier travaille sur des projets de fermes bas carbone. Les vaches y pâturent davantage, pas que de l’herbe mais aussi des légumineuses et des trèfles riches en protéines, et les installations sont pensées pour être moins énergivores.

L'avoine, option la moins néfaste
Pour les boissons végétales, les études comparatives sont plus récentes et discordantes. Mais une chose est établie : leur bilan carbone est moins élevé que pour le lait animal. Précisons qu’elles sont souvent présentées comme des alternatives, mais ce ne sont pas des substituts sur le plan nutritionnel. Selon l’étude de deux chercheurs d’Oxford, un verre de lait de vache libère presque trois fois plus de CO qu’une boisson préparée à partir de végétaux.

Et dans le détail ? Selon les nouveaux calculs de l’Ademe, en cours de vérification, l’avoine est l’option la moins néfaste pour les émissions. Le soja est sur ses talons et se démarque grâce à ses bons rendements. Suivent le riz et l’amande, au coude à coude. Là aussi, les calculs se calquent sur ce qui est d’habitude consommé en France.

Comme bon nombre des fruits à coque, le bilan carbone de l’amande est surtout plombé par les émissions liées aux intrants (fertilisants, produits phytosanitaires). En plus de la production de CO, la graine pompe de grandes quantités d’eau. Les nappes phréatiques en souffrent particulièrement en Californie, qui inonde le marché mondial, dont la France, avec ses amandes. On y va donc mollo. Et pourquoi pas faire soi-même son breuvage pour choisir des cultures locales, éviter les circuits industriels, le sucre ajouté et les emballages ?

06/03/2020

Culture de la banane en France...

ALIMENTATION - Après un test de deux ans sur différentes variétés, les premières bananes (bio et maturées sur plante) sont vendues
Des rainettes coassent au beau milieu des bananiers géants. « Les plantes poussent 20 centimètres par jour, il ne faut pas dormir dessus », sourit Marc Giovinazzo, tout en pointant les premiers régimes de bananes qui poussent en hauteur. Depuis deux ans, cet horticulteur installé à Pignans dans le Var s’est lancé un défi de taille : tester une quinzaine de variétés pour la production locale. Sous une serre géante de 6 mètres de haut, l’affaire semble bien engagée à voir l’aisance avec laquelle les bananiers occupent l’espace et la terre pleine de vers de terre. « Nous utilisons le crottin de nos chevaux pour faire terreau », explique Marc Giovinazzo.
Il a repris en 2000 le domaine familial des 1.001 roses et n’a de cesse depuis de le diversifier, étant donné le cours du marché de la fleur coupée. C’est ainsi qu’il a d’abord reconverti une serre de 3.500 m² en balnéothérapie pour les chevaux – une autre passion familiale – avec paddocks, carrière et pédiluve, le tout dans une chaleur enveloppante. En plantant là un bananier pour décoration, il a vu qu’il poussait bien. L’idée lui est alors venue de se lancer dans la banane.

Vingt euros le kilo
« On travaille comme les anciens faisaient, on essaie de retrouver cet effet circulaire, cette boucle qu’on avait perdue avec la mécanisation », poursuit Marc Giovinazzo, qui fourmille d’idées pour valoriser sa nouvelle production : pourquoi pas, comme en Martinique, cuisiner la « popote » (la fleur mâle du bananier). « On peut aussi sans doute faire de la ficelle avec les racines, pour nos bottes de foin, ajoute-t-il. Je m’inscris vraiment dans ce principe de culture en autosuffisance, on n’épuise pas les sols ainsi. »
Après cette phase test sur 300 m², Marc Giovinazzo entend aller jusqu’à 2.000 m² de production. Déjà, ses premières bananes, mûries naturellement sur la plante, se trouvent sur le marché de Sanary ou à l’Amap de Vidauban. « Elles sont vendues sous forme de régime, c’est notre marque de fabrique, précise-t-il. Le tarif est de 20 euros le kilo, soit 1 à 1,50 euros la banane. C’est le même prix qu’une variété fressinette bio qui vient de Martinique. On est sur un produit haut-de-gamme, local et zéro pesticide. »
« Tout un écosystème »
Avec le réchauffement climatique, imagine-t-il, un jour, une production à ciel ouvert ? « On a eu un hiver très doux, mais des matins tout de même à moins cinq degrés, répond Marc Giovinazzo. On a besoin de mettre à l’abri la production, car il y a des chocs de température, que ce soit de froid ou de chaleur d’ailleurs l’été. » Ce qui lui fait dire que ce type de production n’est sans doute pas à la portée de jeunes producteurs qui voudraient se lancer.
« On ne peut pas s’installer comme ça, avance-t-il. On peut être à ce prix-là car tout est produit sur place, c’est un écosystème et nous avions déjà l’infrastructure des serres. Et pendant deux ans, nous n’avons rien sorti. » Aujourd’hui, il entend se concentrer sur trois variétés de bananes. L’une, du Brésil, étonne avec son intérieur orangé et son goût inédit. Les deux autres, du Honduras et d’Australie, se rapprochent plus de celles que l’on connaît, en plus petites. Et bien plus goûteuses, serait-on tenté d’ajouter après les avoir testées.

Selon Mme Caroline Delabroy - 20 Minutes - jeudi 5 mars 2020

 

 

Connaissez vous la mode Vegan?

Dans le magazine "Nous", Mme Alizée Cousin nous informe qu'il existe à Nice (06)une maroquinerie de luxe sans  cuir animal. Mr Bergthor Bjarnason Francheteau, islandais, propose, en effet, sur son site "Vegan Mode" des produits émanant de 8 marques 100% françaises ou venant d'Italie. Confectionnés avec de la peau de pomme (frumat) et de pinatex (cuir d'ananas) par exemple, les modèles qui vont de la besace au pendentif sont souvent en édition limitée.

Le futur projet de Bergthor serait de monter un partenariat avec la boutique niçoise "Amour pâtisserie végétale". Actuellement, Vegan Mode est domicilié au N° 45 du Boulevard de Cessole à Nice (sur RV). Via le site Internet: www.veganmode.fr, il est possible de commander porte-cartes en liège, sacs ou pochettes en soltan, chaussettes ou cabas en frumat, tee-shirt sans solvants ni phtalates, bracelets et pendentifs en pinatex. Il s'agit de saluer une démarche écoresponsable d'un homme porteur de valeurs à la fois esthétiques et éthiques!

Lyliane

05/03/2020

Faire travailler sa tête et ses jambes en même temps...

Mme V. Josselin dans Version Fémina nous branche sur un site original: www.velo-bureau.fr, qui commercialise un vélo-bureau au prix de 700 euros environ. Selon l'article, depuis 2015 deux prototypes avaient été expérimentés avec succès dans la classe de l'inventeur, un professeur de Guadeloupe en REP (réseau d'éducation prioritaire). Il avait noté, en effet, que ses élèves étaient plus attentifs, canalisaient davantage leur énergie et mémorisaient plus facilement, s'ils pédalaient sur cet engin.

Depuis, une société nommée Tek Active, a été créée pour répondre à la commande d'une centaine de vélo-bureaux supplémentaires. Si bien qu'aujourd'hui, du primaire au lycée, on en compte en France plus de 3000, tous achetés avec des fonds privés ou  l'aide des municipalités. L'Education Nationale pour le moment n'a pas encore validé cet usage du vélo-bureau, alors que des études scientifiques ont démontré que "bouger améliorait les fonctions cognitives"...

Quoi qu'il en soit, près de 300 entreprises ont déjà compris l'intérêt d'investir dans cet engin. Des parents d'enfants atteints de troubles de l'attention apprécient grandement ce nouveau bureau, qui convient parfaitement aux élèves anxieux, distraits, impulsifs et remuants. Certains jeunes parcourent ainsi près de 20 000 km tout en étudiant leurs leçons! paris pour le moment n'a pas investi dans ce type d'engin, contrairement à la région Auvergne-Rhône-Alpes, la Seine-St-Denis, le Nord et le Sud-Est.

Lyliane

Agroécologie, quelles perspectives?

Fondée sur des pratiques agricoles calées sur la vie des sols, la nature et ses cycles, l'agroécologie paraît un concept entendu, la voie à suivre pour une transition environnementale de l'agriculture et de l'alimentation.Oui, mais laquelle exactement ?
Lors du 57e salon de l'agriculture qui fermera ses portes dimanche à Paris, le mot agroécologie était partout. Mais chacun soutient sa propre définition, plus ou moins écolo, plus ou moins productiviste. 
Apparu en 1928 sous la plume d'un agronome américain d'origine russe, Basile Bensin, l'agroécologie a été conceptualisée par des universitaires à Berkeley comme Miguel Altieri, essentiellement en référence à une agriculture alternative s'opposant au modèle industriel d'Amérique Latine, souligne Bernard Hubert, directeur d'études à l'EHESS.
Pour Olivier De Schutter, ex-rapporteur des Nations unies du droit à l'alimentation, l'agroécologie est une façon saine de nourrir la planète en luttant contre les pollutions et le changement climatique à la fois: un ensemble de pratiques agricoles qui recherchent "des moyens d'améliorer les systèmes agricoles en imitant les processus naturels", notamment en gérant la matière organique des sols".

En France, dans les années 60, l'agroécologie promue par Pierre Rabhi et Terre et Humanisme s'est forgée en résistance aux méfaits de l'agriculture intensive sur la nature. 
Mais elle est restée largement minoritaire au profit de la mécanisation, du recours aux engrais et pesticides de synthèse qui ont transformé la France en puissance agricole et agroalimentaire en faisant exploser les rendements.
Jusqu'à la loi d'avenir pour l'agriculture de 2014. Cette loi portée par Stéphane Le Foll "s'est appuyée sur les agriculteurs afin d'essayer de remettre en cause le système dominant", soulignait récemment Nicole Ouvrard, directrice des rédactions du groupe Réussir, lors d'un colloque à Paris.
Lancé par la Commission nationale du débat public (CNDP) au salon de l'Agriculture, le vaste débat prévu dans toute la France jusqu'à fin mai à la demande du gouvernement et de la Commission européenne (impactons.debatpublic.fr) cherchera notamment à répondre aux questions: "quel modèle agricole pour la société française?" et "quelle transition agroécologique pour l'agriculture?".
Le temps presse. Pour Nicolas Gross, chercheur à l'INRAE, le changement climatique va intensifier la désertification de régions du monde qui ne l'étaient pas jusqu'à présent. En France, la moitié sud du pays jusqu'à Clermont-Ferrand, est concernée, sauf la façade Atlantique, selon une étude qu'il vient de publier dans la revue Science.
- "Des compromis partout" -
Ce qui implique des façons différentes de produire des végétaux, céréales, oléagineux, légumes ou fruits, et de faire de l'élevage. Dans les régions plus au nord, la nécessité de réduire les émissions amènera aussi les pratiques agricoles à évoluer.
Si de plus en plus d'interlocuteurs s'accordent sur le besoin de mieux traiter les sols, de les couvrir toute l'année pour empêcher l'érosion, favoriser la photosynthèse des plantes, et donc la captation du carbone, les techniques sont différentes selon les interlocuteurs et ... les comptes en banque.
Certains privilégient le développement du bio, coûteux en surfaces. D'autres le retour de petites unités paysannes mélangeant culture et élevage sur des prairies qui captent le carbone - les deux profitant l'un à l'autre au plan écologique.
D'autres enfin privilégient une "agriculture de précision", basée sur des outils d'aide à la décision, drones, capteurs et images satellites, coûteuse en capitaux, les "données" devenant le nerf de la production alimentaire de demain.
Aujourd'hui "je ne connais aucune ferme qui soit en agroécologie pure, il y a des compromis partout", parfois avec le plastique ou la mécanisation, tente de dédramatiser Olivier Hébrard, expert de Terre et Humanisme.
In fine, c'est sans doute la rentabilité qui permettra les choix. 
"On peut construire des systèmes de production donc des parcelles, des territoires agricoles qui permettent de concilier performance productive et performance environnementale", a expliqué cette semaine le directeur scientifique agriculture de l'INRAE, Christian Huygue, sur France 3.
A condition que les agriculteurs "ne soient pas soumis à des injonctions paradoxales" du gouvernement et des consommateurs. "On ne peut pas leur dire, vous produisez beaucoup au prix le plus bas tout en faisant des choses très complexes", a-t-il dit. "Il faut qu'il y ait une cohérence globale".

Selon

04/03/2020

Comment mettre en place une transition alimentaire?

Un foisonnement d"initiatives:
Du Nord au Sud, les villes se retroussent les manches. Au sommet du C40 qui s'est tenu en octobre 2019 à Copenhague, 14 villes, qui chaque jour fournissent dans leurs établissements publics quelque 500 millions de repas, se sont engagées à parvenir en 2030 au Régime alimentaire planétaire préconisé quelques mois plus tôt par la Commission EAT-Lancet. Les signataires de cette Déclaration du C40 relative aux bonnes pratiques alimentaires (Barcelone, Copenhague, Guadalajara, Lima, Londres, Los Angeles, Milan, Oslo, Paris, Quezon City, Séoul, Stockholm, Tokyo et Toronto) comptent aligner leurs politiques d'approvisionnement sur cet objectif, notamment en servant moins de viande dans les institutions publiques ou en réduisant leur gaspillage de 50%.

Le sommet de Montpellier a montré que des actions urbaines de ce genre fleurissent partout. Ainsi, dans le sillage d'un projet lancé par l'ONG Natural Resources Defence Council (NRDC), les villes américaines Denver et Baltimore ont engagé une lutte contre le gaspillage alimentaire articulant collecte de données, éducation du public et des entreprises, construction d'infrastructures de recyclage, recours accru aux associations pour la redistribution des repas non consommés. Ces politiques permettent également de répondre aux cas fréquents d'insécurité alimentaire voire de faim, témoigne NRDC. De même au Brésil, à Sao Paulo, la création de banques alimentaires municipales a profité à 120.000 personnes, tout en permettant de sauver 170 tonnes de nourriture de la poubelle.

L'agriculture urbaine contre la pauvreté
Beaucoup de villes s'emploient également à soutenir l'agriculture urbaine qui, sans pouvoir à elle seule les nourrir, joue un rôle important dans leur sécurité alimentaire, souligne une étude de l'Agence française de développement: d'une part en maintenant des produits frais dans le régime alimentaire des citadins même lorsque les infrastructures de transport et de conservation sont déficientes, d'autre part en permettant aux populations urbaines défavorisées de produire une partie de leur propre nourriture, voire de vendre l'éventuel surplus.

 "Les maires ont la responsabilité d'assurer l'autonomie alimentaire des villes"
Ainsi, au Kenya, Nairobi promeut et régule depuis 2015 l'agriculture urbaine en tant que solution contre la pauvreté, témoigne Diana Lee-Smith, associée de l'ONG Mazingira Institute. A Rio de Janeiro, au Brésil, 50 tonnes de légumes bio, produits chaque année dans une quarantaine d'établissements municipaux, sont distribués gratuitement aux écoles et aux familles vulnérables. La ville de Quelimane, au Mozambique, conjugue lutte contre le gaspillage et promotion de la production locale: les restes alimentaires sont utilisés pour faire du compost, qui est ensuite redistribué aux agriculteurs locaux, explique son maire, Manuel de Araújo. Et ces agriculteurs sont aussi aidés dans la vente L'alimentation durable contre l'inégalité de genre

Sur tous les continents, de nombreuses initiatives visent en outre à améliorer la nutrition des habitants des villes. A Ouagadougou, au Burkina Faso, une campagne publique les met en garde contre les excès de sel et sucre du "street food" local, témoigne son maire Armand Béouindé. A Kazan, en Russie, la ville a centralisé la production de la nourriture des cantines scolaires afin d'en accroître la qualité et d'ainsi lutter contre l'obésité enfantine tout en maintenant des prix accessibles. Washington, aux Etats-Unis, subventionne l'achat de nourriture dans les marchés locaux de fruits et de légumes: 9.500 habitants à bas revenus ont déjà profité de ces aides. New York - qui, avec 238 millions de repas et snacks servis par an, est le deuxième acheteur de nourriture des Etats-Unis après l'armée - a élaboré une stratégie à horizon 2050 visant à permettre à tous l'accès à une alimentation de qualité, considéré comme un droit humain. La santé figure parmi les cinq valeurs qui doivent sous-tendre le "bon approvisionnement" des divers services de la ville.
D'autres actions se focalisent sur la gouvernance des systèmes alimentaires: à Milan par exemple, où l'on essaie d'associer l'ensemble des parties prenantes du territoire dans la définition des objectifs à poursuivre et des actions. Certaines villes, comme Niamey, au Niger, s'attaque à l'étalement urbain en tentant de contrôler les lotissements privés. Et même l'égalité de genre est parfois adressée via des politiques alimentaires durables: comme à Mezitli, en Turquie, où 650 femmes ont été accompagnées dans le développement des compétences nécessaires pour produire et vendre des aliments sur neuf marchés féminins.

Le défi du passage à l'échelle. Ce bouillonnement se heurte toutefois aussi à des obstacles. Parmi les principaux, celui du choix: car comment déterminer l'effet des diverses actions sur la durabilité des systèmes alimentaires? Une difficulté que tente notamment de lever un projet coordonné par le Cirad, dénommé Urbal, testé dans dix villes du monde (Baltimore, Brasilia, Berlin, Cape Town, Hanoï, Milan, Mexico, Montpellier, Paris, et Rabat). Son objectif est d'identifier l'ensemble des impacts des innovations alimentaires - "possibles ou observés, attendus ou imprévus, voulus ou contre-productifs" -, et d'ainsi repérer les conditions de réussite et les risques de chaque projet.
Mais le plus grand frein reste encore la difficulté que rencontrent ces initiatives locales à passer à l'échelle, y compris au niveau national, témoignent plusieurs acteurs. "Et la question est comment peser là où on dessine des politiques comme la politique agricole commune (PAC)", note Damien Conaré. Car face au poids des semenciers, de l'industrie agroalimentaire et de la grande distribution, qui captent le gros de la valeur ajoutée des filières, "la transformation ne pourra pas avoir lieu grâce à la seule répétition des bonnes pratiques: des cadres régulateurs sont nécessaires", met en garde Patrick Caron.
Selon Mme Giulietta Gamberini - La Tribune - jeudi 27 février 2020

Et si on adoptait une poule?

Dans Version Fémina, il nous est proposé de nous adresser à l'association "Poule pour tous", créée en 2017 par Mr Thomas Dano à La Chapelle -sur-Erdre (44) pour sauvver des poules de 18 mois destinées à l'abattoir, car moins bonnes pondeuses. Jusque là, il en a déja sauvées 30 000.

En fait, en les adoptant, on les sauve, on recycle en même temps ses déchets alimentaires (150 kg par an) et l'on récupère de bons oeufs. Pour cette adoption, pas besoin de grands espaces: un bout de jardin de 5 m2 suffit! Il faut aussi une petite cabane pour la nuit. Le coût à prévoir est d'environ 5 euros la poule. pour tout renseignement, s'adresser à l'association Poule pour tous qui vend et livre dans toute la France (145 points de vente).

Lyliane

03/03/2020

Les villes du monde en quête d'une alimentation plus durable...

En Afrique, le danger est encore surtout celui, ancien, de la sous-nutrition. En Occident, on se bat de plus en plus contre l'obésité. Dans beaucoup d'endroits, les deux phénomènes doivent être combattus en même temps. Les problèmes liés à la nourriture auxquels les villes du monde sont confrontées varient selon les géographies et les milieux sociaux. Mais à cause de l'urbanisation croissante, toutes se retrouvent de plus en plus au carrefour des questions alimentaires, et peuvent agir positivement pour changer la donne.
C'est l'analyse qui a été partagée en octobre 2019 à Montpellier, lors du 5e sommet annuel des villes adhérentes au Pacte de Milan. Lancé en 2015 à l'issue de l'Exposition universelle hébergée par la ville italienne, cet accord international réunit désormais 209 municipalités du monde autour d'un engagement: mener des politiques visant à accroître la durabilité de leurs systèmes alimentaires locaux. Au-delà de la quarantaine d'actions suggérées par le texte autour de six piliers (gouvernance, nutrition, justice sociale et économique, production, distribution, gaspillage), il vise surtout à encourager la créativité des villes, ainsi que leurs échanges de bonnes pratiques, y compris par la création de réseaux nationaux ou internationaux.
Un nouveau pouvoir d'action
Tous leurs défis sont en effet issus d'un phénomène commun, ont convenu les 90 délégations de la planète présentes au sommet de Montpellier: l'effacement progressif du lien entre campagnes et villes. Dû à l'intermédiation croissante de l'industrie et de la grande distribution, il éloigne les producteurs des consommateurs, regrettent les édiles. Ce qui engendre un sentiment de perte de contrôle des citoyens sur leur alimentation, avec comme corollaires paradoxaux soit un désintérêt croissant pour la nourriture, soit de de nouvelles angoisses urbaines, soit encore une individuation des modes d'alimentation.

Transition alimentaire : comment les villes peuvent jouer un rôle central
Mais le revers de la médaille est le nouveau pouvoir d'action qui en résulte pour les administrations locales. "L'alimentation se trouve au croisement de plusieurs politiques publiques, et les villes disposent de plusieurs leviers pour agir", souligne Damien Conaré, secrétaire général de la chaire Unesco Alimentations du monde à l'établissement Montpellier SupAgro. "L'alimentation devient une infrastructure critique", résume Holly Freishtat, directrice des politiques alimentaires de la ville américaine de Baltimore.

Des effets sur l'ensemble de la planète
Améliorer l'alimentation urbaine permet en effet de "toucher tous les objectifs de développement durable (ODD)", observe Cécile Michel, secrétaire générale du Pacte de Milan. Au Congo par exemple, "l'alimentation scolaire a un impact sur la performance dans les études et donc sur la violence urbaine, car le moins l'on décroche de l'école le moins on se retrouve à la rue. Elle peut donc rompre le cycle intergénérationnel de la pauvreté et de la faim", témoigne le ministre de l'Enseignement primaire et secondaire Anatole Collin et Makosso.
Et l'impact, notamment environnemental, des politiques urbaines en faveur d'une alimentation durable s'étend aux territoires de proximité, voire à l'ensemble de la planète. Selon une recherche publiée en juin 2019 par l'organisation C40 Cities, qui ressemble une centaine de villes autour de la lutte contre la crise climatique, les denrées alimentaires sont la principale source (13%) des émissions urbaines liées à la consommation. Sans action, elles sont destinées à croître de 38% d'ici 2050. Mais l'enjeu requiert de dépasser les seuls aires urbaines et périurbaines, en créant "de nouveaux liens avec les zones rurales", via une pluralité d'outils: marchés de gros ouverts aux petits producteurs, marchés paysans, labels sur les origines des produits, contrats entre municipalités et producteurs, acquisitions de terres rurales par les collectivités locales etc., souligne Nicolas Bricas, chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad).

Selon Mme Giulietta Gamberini - La Tribune - jeudi 27 février 2020

Effet placebo et effet nocebo....

L'effet Placebo

Les industries pharmaceutiques connaissent depuis longtemps ce pouvoir quasi illimité de l’autosuggestion à la fois du patient et du soignant puisque les essais scientifiques comparatifs sont réalisés avec des flacons de produits codés afin d’éliminer toute influence psychique lors des expériences sur le vivant. Au niveau des tests statistiques sur les malades-cobayes, l’on parle d’essais en double aveugle ou d’essais « randomisés ». Ceci veut dire que ni le soigné ni le soignant ne savent s’il s’agit d’un vrai remède ou d’un leurre.

Et, de fait, on note toujours un pourcentage de malades qui connaissent des améliorations ou carrément des guérisons avec des cachets d’amidon ou des ampoules d’eau distillée. Ceci implique qu’avec des produits inefficaces - voire toxiques - des personnes, grâce à leur foi totale dans leur médecin et dans le remède, guérissent contre toute logique, et comme le clamait Molière, « surmontent à la fois la maladie et le médicament ».

Il en va de même en chirurgie et pratiquement tous les chirurgiens ont à raconter des histoires de personnes opérées qui ont guéri d’une façon inexplicable après une « opération blanche », (c’est-à-dire ouvrir et refermer sans rien faire de spécial, vu l’état des lieux...).

En l’occurrence, voici une histoire racontée par feu Marcel Violet (inventeur de l’eau dynamisée à la cire d’abeille). Un jour, un homme lui téléphone, lui disant qu’il était en phase 5 d’un cancer de l’intestin, et lui demandant s’il connaissait un très bon chirurgien susceptible de le sauver. Marcel Violet lui répondit qu’il avait un ami chirurgien en qui il aurait une totale confiance s’il avait à être opéré. Cette réponse ayant satisfait l’homme, le rendez-vous fut pris. Marcel Violet fut invité à assister à l’opération. Une fois les tripes à l’air, devant le tableau, le chirurgien fit une grimace sans rien dire et demanda à l’assistante de refermer. On dit au malade que l’opération s’était bien déroulée et il fut rapidement renvoyé chez lui.
Deux ou trois mois après, Marcel Violet reçu un coup de téléphone :

Bonjour, je suis l’homme qui a été opéré par votre ami…

- Glouppps ! (il n’est pas mort ?!?)

- Eh bien, il n’y a plus de trace de cancer au contrôle qu’on vient de me faire – Pourriez-vous me donner l’adresse de votre ami chirurgien pour que je lui envoie un cadeau…


Conclusion : Ne jamais détruire une croyance positive d’un malade !

 

Mais il y a aussi l’effet Nocebo

Ici, c’est l’inverse. On est dans la croyance négative. De la part du malade, ce peut être parce qu’il n’a pas confiance dans le soignant, ou parce qu’il ne croit pas au remède, ou parce que sa croyance est dans une fatalité morbide, ou encore parce que son intérêt réel ne réside pas dans la guérison, ou enfin parce que son chemin d’évolution passe par une épreuve de souffrance choisie par son Maître Intérieur.

Du côté du soignant, il est évident que si celui-ci voit son patient déjà mort, ou du moins dans une impasse sans issue classée dans les maladies dites inguérissables (il y en a même qui le disent sans ménagement), il devient l’exécuteur d’un « homicide par nocebo » (le plus cocasse, dans ce cas, c’est qu’il est rémunéré par sa propre victime !).

En tout état de cause, il faut bien admettre que, lorsque dans le couple soigneur-soigné, l’un fait du placebo pendant que l’autre fait du nocebo, c’est une sorte de partie de bras de fer psychique – et… que le meilleur gagne !

L’effet placebo sur les animaux

La plupart des thérapeutes ont pu observer qu’il est souvent plus facile de soigner des animaux que des humains. Les chats, les chiens, les chevaux sont très sensibles et captent très fort les messages psychiques des humains, et il est remarquable de voir comment les animaux, même sauvages, sont reconnaissants lorsqu’on leur a prodigué des soins, même élémentaires.

L'imagerie mentale avec les plantes

Beaucoup croient que l’effet placebo sur une betterave est débile. Et pourtant... des tas d’histoires relatent comment des arbres fruitiers se sont décidés à donner des fruits après avoir été menacés d’être supprimés. Nous avons nous-mêmes expérimenté avec un appareil de mesure électrique sensible comment on peut stresser des plantes simplement avec une mauvaise intention (la brûler, la blesser).

Voici, en particulier, une vieille expérience réalisée dans les jardins de Findehorn (Écosse). Deux fleurs identiques sont plantées l’une près de l’autre avec tous les paramètres identiques. Deux arrosoirs sont préparés chaque jour pour qu’un dénommé Marcel arrose les deux fleurs. La fleur de gauche est arrosée avec l’arrosoir bleu marqué « eau ». La fleur de droite est arrosée avec l’arrosoir rouge marqué « eau + activateur ». Marcel effectue son travail scrupuleusement et... la fleur de droite (eau + activateur) pousse deux fois plus vite. Normal !
Eh non, pas normal : l’arrosoir eau + activateur, c’est de l’eau. Et Marcel, qui est loin d’être un initié, c’est lui qui a fait le miracle, avec sa croyance !

Vous pouvez difficilement imaginer ce que l’on peut faire avec des croyances.

L’imagerie mentale : clé des miracles

Tous les cours de développement personnel, que ce soit dans le domaine de la réussite professionnelle, des sports de haut niveau, de l’auto-guérisson, de l’amour ou de la prospérité en général, convergent sur un théorème de base :

L’imagerie mentale est déterminante dans tout processus de concrétisation.

Même les enseignements religieux sont en accord avec ce principe lorsqu’ils rapportent les paroles de Jésus, telles que :
 « Ce que vous demanderez en mon nom, considérez que vous l’avez déjà ».


Remarquons en outre la finesse de cette proposition qui « filtre » en quelque sorte les prétentions déraisonnables, pour autant qu’elles passent par le Maître Jésus. Car justement, là est la question : jusqu’où se situe la légitimité de notre désir ?

La réponse est la suivante :

  1. Le désir doit être avouable devant Dieu et les hommes.
  2. Nous devons avoir l’impression de mériter d’avoir accès à la demande.
  3. La projection mentale dans l’avenir, en supposant le désir exaucé, ne doit pas susciter un léger malaise ou une légère inquiétude, mais au contraire une grande joie intérieure.

Souvent, nous obtenons l’inverse de ce que nous recherchons. La raison est très simple. Nous programmons instinctivement, dans notre imagerie mentale, la scène de notre peur, de notre doute, de notre rejet, de notre échec. Notre ordinateur interne prend cela pour un ordre et... le réalise.

Exemple : Je souhaite bien dormir, mais je redoute le bruit parce que je me suis fabriqué un programme comme quoi le moindre bruit me réveille. Et ça marche. Il me suffit de corriger mon programme et de commander à mon ordinateur interne d’effacer les bruits éventuels en affirmant que je suis insensible aux bruits quand je dors.

Il suffit d’essayer pour être convaincu.

Guérir dans sa tête

Lorsque j’ai organisé mon premier stage de guérison en 1983, j’ai reçu une femme qui avait eu un accident de voiture et qui était passée à travers le pare-brise. L’une de ses mains était paralysée en raison de la section du nerf radial qui s’était rétracté de 17 cm. Ceci avait été jugé inopérable par les chirurgiens. Cette femme, nommée Mireille A., institutrice, effectua pendant 6 mois, matin et soir, un exercice de visualisation qu’elle avait appris lors du stage. Celui-ci consistait à imaginer pendant 5 minutes, les deux morceaux du nerf qui se rejoignaient lentement, telles des racines de lumière, à l’intérieur du bras. La repousse fut suivie à la radio et la suture se fit au bout des 6 mois. Elle reprit un an plus tard son sport favori... la varappe !

Ce type d’exploit est à la portée de chacun. Ce n’est pas un problème de volonté, mais de persévérance. Il s’agit simplement d’un exercice de visualisation la plus nette possible, à refaire chaque matin et soir.

Lorsqu’il s’agit d’une tumeur, d’un kyste, ou toute excroissance à supprimer, l’imagerie mentale peut agir avec la même efficacité :

Il suffit d’imaginer un solvant puissant qui dissout sélectivement les tissus atypiques. Il faut minutieusement distiller ce solvant à l’aide d’un compte-gouttes à la surface de la formation tumorale. Celle-ci va fondre à la manière d’un morceau de sucre dans le café.

À la fin de l’exercice, on doit visualiser très clairement les tissus parfaitement nets et débarrassés de l’excroissance. Bien sûr, cet exercice, d’une durée d’une ou deux minutes environ, doit être réitéré 2 fois par jour jusqu'à obtention de résultat.

Afin d’atteindre une efficacité maximum, il convient d’effectuer au préalable un exercice simple de mise en état sophronique alfa. Pour cela, on peut, en fermant les yeux, essayer de fixer un point au-dessus de la racine du nez pendant 2 minutes (au chrono). Il faut en fait regarder en l’air en louchant. Ceci est une botte secrète pour mettre rapidement le cerveau en onde alpha, état particulier qui donne accès au pouvoir intérieur par l’intermédiaire des ganglions para-vertébraux. Une mise en condition réflexe peut même être déclenchée par la suite, en accompagnant l’exercice d’un fond musical spécialement choisi, ou d’un parfum spécifique pour la circonstance (essence ou encens).

Enfin, lorsqu’il s’agit d’un problème interne, on a tout intérêt à consulter un bon atlas anatomique afin de bien se représenter l’image du site physiologique d’intervention.

Rappelez-vous que le taux vibratoire de la planète augmente sans cesse et de plus en plus vite. C’est un peu comme votre ordinateur quand il passe de 512 Mbits à 1024 - le rayonnement de la pensée augmente en conséquence dans le sens positif (régénération, guérison) comme dans le sens négatif (destruction). Ce qui marchait déjà bien dans le passé marche d’autant mieux maintenant.
À vous de jouer...

 (Auteur: naturopathe Michel Dogna -micheldogna.fr.-)

 

02/03/2020

Formation aux métiers du numérique grâce à Futurae...

Virginie Calmels rebondit dans un secteur où on ne l’attendait pas. L’entrepreneuse girondine qui, après avoir démarré sa carrière dans la production audiovisuelle, s’était lancée dans la politique avec Alain Juppé, a annoncé mercredi le lancement d’une école privée d’enseignement supérieur bac+3 (6 bachelors) et bac+5 (5 mastères) qui proposera aussi de la formation continue.
À 49 ans, l’ancienne première adjointe du maire de Bordeaux, qui connaît bien le monde de l’entreprise et a mis un terme, il y a quelques mois, à un passage raté dans l’univers de l’immobilier international de luxe, constate les carences actuelles du marché. «Plus de 100.000 emplois sont non pourvus faute de formations adéquates et 21 % des jeunes actifs sont au chômage, souligne-t-elle. Il faut connecter les besoins des entreprises aux formations de talents.»
Futurae - avenir en latin - disposera d’un campus à Boulogne-Billancourt qui accueillera en octobre prochain 150 étudiants, tous destinés aux métiers «en tension» des industries créatives et du marketing numérique. «Notre ambition est de former des spécialistes immédiatement opérationnels à ces nouveaux métiers de l’animation 3D, de la réalité virtuelle, du web design ou du marketing digital», détaille Virginie Calmels.
Le créneau est porteur, occupé en France par de nombreuses écoles, comme Hétic (Galileo Global Education) ou e-artsup (Ionis) dans les métiers créatifs liés au boom du numérique. L’originalité du projet de Virginie Calmels tient aux liens étroits que Futurae veut développer avec les dirigeants d’entreprises partenaires, dont plusieurs «pointures» qui s’engagent à intervenir personnellement chaque année pour des «master class» dans l’école: Sébastien Missoffe (Google France), Patrice Caine (Thales), Véronique Morali (Webedia) Justine Ryst (YouTube France) ou Xavier Niel (Free), qui a lui-même fondé en 2013 l’école gratuite 42, dédiée aux métiers de l’informatique. Futurae sera payante, avec un tarif annuel de 7700 euros pour le bachelor et de 8 500 euros pour le mastère.
Des «game tests» de potentiel
Tout le corps professoral sera composé de professionnels en exercice à même de projeter les étudiants «dans la vraie vie». Autre particularité de Futurae: son processus de sélection et sa pédagogie, fondés sur les sciences cognitives. L’école fera passer aux candidats des «game tests» de potentiel afin de mieux les orienter, selon leurs aptitudes à s’adapter aux situations, à être flexibles, à travailler en équipe, etc.
Dans la formation aussi, un bloc de modules «incontournables» sera censé faire entrer les étudiants dans un processus d’«acculturation au monde de demain». Au menu: intelligence artificielle, cybersécurité et protection des données, responsabilité sociale et environnementale… mais aussi «savoir être». Virginie Calmels, qui a investi personnellement dans le projet et est majoritaire au capital de l’école, veut que ses futurs étudiants n’oublient pas de «développer leur confiance en eux et leur esprit critique».

Selon Mr Alexandre Debouté - Le Figaro- mercredi 26/2/2020

Le festival de Cannes et les femmes...

En plus de 70 ans d’existence, le Festival de Cannes a toujours eu une relation compliquée, pour ne pas dire un problème avec les femmes, et plus encore les réalisatrices. Seulement deux femmes ont ainsi présidé le jury du plus célèbre festival de cinéma du monde, et deux réalisatrices décrochées des Palmes, une Palme d’or ex aequo pour Jane Campion et une Palme d’honneur pour Agnès Varda. En 2018, 82 femmes – en écho au nombre de femmes présentées en compétition depuis 1946, contre 1.688 hommes – avaient monté les marches pour réclamer l’égalité salariale dans le cinéma.


Quatre hommes pour cinq femmes
Dans la foulée, le délégué général du festival Thierry Frémaux avait signé la charte 5050x2020 pour la parité et la diversité dans les festivals de cinéma, avec des chiffres encourageants pour 2019, malgré seulement quatre réalisatrices en compétition, contre 21 réalisateurs. Le comité de sélection était, lui, déjà paritaire, et il devient majoritairement féminin. Ses neuf membres comprennent quatre hommes (Lucien Logette, Paul Grandsard, Laurent Jacob, Eric Libiot) et cinq femmes (Virginie Apiou, Johanna Nahon, Guillemette Odicino, Caroline Veunac, Stéphanie Lamome).

Selon V. J. - 20 Minutes - mercredi 19 février 2020

 

01/03/2020

Sport et végétarisme...comment éviter les carences?

Peut-on réellement se passer de viande lorsque l'on est un grand sportif ? La réponse d'une experte.
Pour réaliser de bonnes performances et être en bonne santé, les sportifs se doivent de suivre un régime alimentaire adapté. Protéines exigées. Mais doivent-elles forcément provenir de la viande ? C’est la grande question. "Pas nécessairement", selon Anne-Laure Meunier, diététicienne nutritionniste et cofondatrice de SmartDiet. À la condition toutefois d’être averti et rigoureux. Explications. Le rôle des protéines
Remettons les choses dans leur contexte. "Est considéré comme sportif, quelqu’un qui exerce au moins trois heures effectives de sport par semaine (à savoir, une activité qui mêle renforcement musculaire et cadio)", explique Anne-Laure Meunier. "Quand un grand sportif, lui, pratique au moins six heures de sport ». Les bases étant posées, revenons-en désormais à la viande et aux protéines. Quel est leur rôle ? « Les protéines sont des piliers de notre santé", assure la spécialiste. "En effet, c’est en partie grâce à elles que notre corps est robuste et plein d’énergie. Constituées de 21 acides aminés (dont 11 directement synthétisés par notre corps), elles sont apportées par l’alimentation. Et notamment par la viande".

Combiner les différentes protéines
Mais pas que. Il existe également des protéines d’origine végétale. Le problème ? Elles ne contiennent pas toutes systématiquement l’ensemble de ces acides aminés essentiels. Il faut donc les mélanger pour arriver à un équilibre. Par exemple, au lieu de miser sur un steak de bœuf, on va mélanger céréales et légumineuses et ainsi mimer les protéines animales. On va également pouvoir compenser avec d’autres sources de protéines, algues, produits laitiers, soja ou encore œufs. "Disons qu’un grand sportif doit ingérer 4200 kcal par jour. 20% devront être des protéines, ce qui fait une moyenne d’environ 200g de protéines pures par jour", assure-t-elle. Ça, c’est pour ce qui est de la quantité. En ce qui concerne maintenant la qualité de ces protéines, le sportif va devoir – comme expliqué ci-dessus – combiner.
Végétarisme : comment éviter les carences
Et pour cause, celui-ci doit impérativement éviter les carences, qui risquent de le mettre en danger. "Pas de panique, cela ne se joue pas à un repas près mais il faut faire extrêmement attention à moyen et long terme", prévient la nutritionniste. Dans un premier temps, les carences vont être responsables de problèmes de peau, de respiration, de concentration, de fatigue ou encore de manque d’énergie. Mais ce n’est pas tout. Elles peuvent provoquer bien pire, "être à l’origine de complications graves, de cancer et de décès", rappelle la diététicienne. Végétarien et sportif oui, donc, mais avec beaucoup de rigueur. Exit l’improvisation. 

Selon Mme Anne-Laure Mignon - Femme Actuelle - vendredi 4 octobre 2019

Sauver la planète en mangeant...

Dans le journal du WWF "Sur les traces du Panda", un article a retenu mon attention. Il s'agit en effet de réaliser que notre façon de nous nourrir affecte notre environnement, mais aussi notre santé. En faisant les bons choix, nous pouvons améliorer l'impacr de notre consommation. La production agricole est responsable d'environ 20% des émissions de gaz à effet de serre et de 75% environ  de la déforestation dans le monde. Dans les océans, 90% des stocks de poissons sont surexploités.

Or, alors qu'une personne sur 3 dans le monde ne mange pas à sa faim, 30% de la nourriture chez nous est gaspillée. L'idéal serait de changer nos habitudes! Par exemple, consommer des produits de meilleure qualité, avec un impact moins grand sur l'environnement, est à la portée de tout le monde. A l'occasion de la journée mondiale de l'alimentation, l'appli WAG-We act for good est sur le site internet du WWF.

Servons nous donc de menus différents, ne craignons pas de cuisiner les légumineuses (pois chiches, lentilles, fèves). Elles sont riches en protéines. Un régime flexitarien par exemple consiste à manger moins de viande, de poissons sauvages, de boissons sucrées et de produits transformés et davantage de fruits, de légumes, de céréales complètes. Seulement cela, limiterait déjà l'empreint carbone de chacun! Il faut aussi savoir que le Ministère de la Santé a crée une signalétique nutritionnelle donnant des notes aux produits selon leur qualité nutritionnelle nommée "le Nutriscore". Alors changeons nos habitudes et faisons du bien à notre corps tout comme à la planète!

Lyliane

 

29/02/2020

Les héroïnes de l'écologie sont les femmes, selon Yann Arthus-Bertrand!

Ses photos aériennes l'ont fait connaitre dans le monde entier. C'est désormais aux femmes, les "héroïnes de l'écologie d'aujourd'hui", que s'intéresse Yann Arthus-Bertrand dans son documentaire "Woman", présenté au festival de Luchon avant sa sortie en salles le 4 mars.

Une certitude pour le réalisateur et photographe défenseur de la planète: "Les héroïnes de l'écologie sont des femmes, de Rachel Carson dans les années 60 à Greta Thunberg aujourd'hui, en passant par la primatologue Jane Goodall", qui était son "idole" quand il était plus jeune.
L'environnement n'est toutefois pas au coeur de "Woman", récompensé à la Mostra de Venise et qui fait suite au film "Human", série de portraits par lequel le photographe voulait "remettre l'humain au cœur de son travail". 
"Je pense que les femmes ont cette capacité à protéger la vie que nous les hommes avons perdue", affirme le photographe à l'AFP.
Pour "Woman", réalisé avec Anastasia Mikova, l'équipe a rencontré 2.000 femmes dans 50 pays et Yann Arthus-Bertrand a "compris beaucoup de choses" notamment "le travail de sa mère" que ce fils d'une famille de sept enfants "ne respectait pas du tout".

Invité d'honneur du festival de Luchon, le photographe écologiste de 73 ans a profité de l'occasion pour sensibiliser le public sur l'environnement tout en revenant sur son parcours.
"Quand j'étais jeune et que j'avais les cheveux bruns, je m'occupais d'une réserve dans l'Allier, à l'époque je suis tombé amoureux de la mère de ma meilleure amie, on est restés 10 ans ensemble. Mon idole, c'était Jane Goodall, je voulais faire la même chose qu'elle mais avec des lions", raconte-t-il.Il part vivre dans une réserve au Kenya où il photographie des lions dans la perspective d'une thèse. Il y rencontre sa femme, qui écrit ses textes.
"Finalement on fait un livre et je ne deviens pas scientifique, je deviens photographe. Je fais mon premier livre sur Paris et je prends autant de plaisir à photographier ma ville que la jungle", poursuit-il.
Il travaille pour des magazines (Geo, National Geographic) puis inspiré par le travail du photographe franco-brésilien Sebastiao Salgado, il part faire les photos de "La terre vue du ciel", travail qui a "changé sa vie".
- Fan de Greta -
"Le graphisme est très important dans mon travail, j'essaie de faire beau pour le côté positif", décrit-il devant ses clichés les plus connus comme le cœur percé dans la forêt déboisée ("aujourd'hui 40% des mangroves ont disparu") ou l'ouvrier ivoirien allongé sur des sacs de coton ("c'était du coton bio et l'usine a dû fermer face à la concurrence des Américains subventionnés").
"Quand je suis né, on était 2 milliards sur la planète. Maintenant on est 8 milliards. L'homme est en train de consommer la terre", déplore-t-il en égrenant les terribles chiffres de la déforestation, du réchauffement climatique et de la disparition des espèces, des problématiques qu'il explore dans son prochain film "Legacy", suite de "Home" en cours de montage.
S'il pense "qu'on a perdu la bataille du changement climatique", il tient à présenter des moyens d'action à son public: "arrêter de manger de la viande industrielle, manger bio", "limiter ses déplacements en avion au strict nécessaire". "Moi j'ai arrêté car je l'ai tellement pris dans ma vie que je suis le premier à devoir le faire!"
Sur l'avion, c'est Greta Thunberg qui l'a inspiré : "La radicalisation de Greta est extraordinaire, ce qu'elle a réussi à faire personne n'y était arrivé avant elle", s'enthousiasme-t-il.
En grand admirateur de la jeune Suédoise, c'est avec des sanglots dans la voix qu'il conclut sa conférence en racontant que son arrière grand-père illustrait des livres de voyage avec des animaux qui existent encore. Et se demande jusqu'à quand ses propres petits enfants pourront voir des lions.

Selon AFP - AFP - samedi 8 février 2020

Le coût du cancer en France...

Le plus célèbre oncologue du pays, inventeur du plan cancer en 2003 sous Jacques Chirac et auteur de best-sellers de vulgarisation, sort de sa diète médiatico-politique pour parler "argent". Convaincu que le cancer doit redevenir "une maladie politique" au cœur du débat public, David Khayat a commandé une étude sur son coût économique pour la société. "Aucune évaluation sérieuse n'a été faite depuis celle que j'avais sollicitée en 2007 lorsque je présidais l'Inca [Institut national du cancer] et qui portait sur des données de 2004, regrette-t-il. Or le prix des médicaments s'envole. Le risque d'une médecine à deux vitesses est réel."
Les résultats du travail mené par le cabinet Asterès montrent que le coût du cancer a explosé. En 2017, il s'élevait à 28 milliards d'euros, contre seulement 20,3 en 2004. "Cette trajectoire n'est pas surprenante car la population vieillit et le système de santé, qui nous soigne mieux, est en quelque sorte victime de son succès", nuance Pierre ­Bentata, l'économiste pilote de l'étude. Celle-ci, qui calque la méthode de l'Inca en 2007 et se fonde sur des données publiques, éclaire à la fois le coût direct et indirect de la maladie.
Sans surprise, les dépenses liées aux soins (hospitalisations, médicaments, etc.) pèsent le plus lourdement : en 2017, elles atteignaient 16,5 milliards d'euros, soit une augmentation d'environ 50% par rapport à 2004. "Leur hausse s'explique par l'apparition de traitements plus efficaces mais aussi plus chers et par un plus grand nombre de patients traités", décrypte Nicolas Bouzou, président du cabinet Asterès.
La prévention sauve des vies
Pour calculer le coût direct du cancer (18,3 milliards d'euros), il a fallu ­notamment ajouter à cette somme les montants alloués à la politique de prévention (139 millions pour lutter contre le tabagisme ou l'alcoolisme), de dépistage (172 millions pour financer les mammographies et les kits contre le cancer du côlon) ou la recherche publique (694 millions d'euros).

Pour chiffrer le coût indirect de la maladie, Pierre Bentata a mesuré les pertes économiques liées aux décès précoces. Si les malades avaient survécu, ils auraient continué à travailler et donc à contribuer au PIB de la France. "Nous avons utilisé une notion clé en économie de la santé : celle des années de vie perdues. Ça peut sembler choquant aux yeux du grand public mais c'est un indicateur très éclairant", décode Pierre ­Bentata. Les 2,3 millions d'années de vie perdues en 2017 ont engendré une perte de 9,7 milliards d'euros.
Cette folle addition à 28 milliards d'euros inspire à David Khayat la même conclusion qu'en 2007 : "Ça va coûter de plus en plus cher, donc il faut à tout prix éviter la mort en mettant l'accent sur la prévention, un échec en France, et sur le diagnostic précoce." L'autre levier de progrès, à ses yeux, c'est la rationalisation du coût des soins. Et notamment de celui des médicaments d'immunothérapie : ces traitements révolutionnaires pour certains patients peuvent dépasser les 100.000 euros. "Il y a une paralysie des autorités, constate l'oncologue. La seule chose qu'on a faite, c'est retarder le remboursement. Mais ce n'est pas une solution de long terme et en aucun cas une solution pour les malades."
D'autres voix ont alerté:

Lui estime, à l'instar de Nicolas Bouzou, qu'il faut "repenser les modalités de fixation du prix des médicaments" et "créer un nouveau cadre institutionnel" incitant les ­laboratoires à "fournir les meilleurs traitements au plus grand nombre tout en garantissant la pérennité de leur activité de recherche et de développement". Selon l'oncologue, "plusieurs voies sont possibles" : un remboursement conditionné à l'efficacité du traitement sur des groupes de patients comme en Allemagne, en Écosse ou aux États-Unis ou encore le paiement d'une somme fixe autorisant une utilisation infinie d'un traitement sur une période donnée.
Comme Khayat, quelques voix ont déjà tenté d'alerter sur l'explosion des coûts, et notamment de ceux des médicaments : l'hématologue Jean-Paul Vernant en 2016, la Ligue contre le cancer et le Conseil économique, social et environnemental en 2017. Mais en vain. Alors que la France prépare sa future stratégie décennale et l'Europe son plan contre le cancer, il y a pourtant ­urgence car, au Royaume-Uni, le refus de rembourser certaines molécules onéreuses hante l'actualité.
Pour Jean-Yves Blay, ce genre de débat éthique n'est déjà plus un cauchemar d'outre-Manche. Par ailleurs président du réseau hospitalier Unicancer, le directeur du centre Léon-Bérard à Lyon doit décider ce week-end s'il accepte de donner son accord pour qu'un patient ait accès à un traitement à 60.000 euros non remboursé par la Sécurité sociale. "Si le médicament est donné, ce sera sur le budget de l'hôpital. Ça équivaut au salaire d'une assistante médicale. Mais comment dire non à un médicament qui améliore la survie?" Lui aussi plaide pour "une réflexion" nationale, des "choix de société". "S'ils sont faits, nous arriverons à soigner tout le monde demain." C'est aussi la conviction des auteurs et promoteurs de l'étude.

Selon Mme Anne-Laure Barret - leJDD - dimanche 23 février 2020

28/02/2020

C'est quoi au juste, l'empreinte carbone?

Mme Christine Vilnet dans Version Fémina pose cette question et y répond pour nous éclairer. On appelle l'empreinte carbone également bilan carbone et ce terme définit la quantité de dioxyde de carbone (CO2, le principal gaz à effet de serre) émis par une collectivité, une entreprise, un produit ou une personne. La réduire, écrit-elle, est la clé de tous les efforts pour limiter la hausse des températures à moins de 2° supplémentaires. Au quotidien, elle comptabilise les émissions directes (prendre sa voiture, l'avion, se chauffer, se nourrir...), mais aussi les émissions indirectes (47,2%) liées aux  importations de produits (acheter un pull ou un téléphone qui vient du bout du monde...).

En 2016, selon une étude, l'empreinte carbone par habitant en France était de 10, 7 tonnes par an. Il existe des sites susceptibles de vous permettre de vous évaluer comme: www.leclimatentrenosmains.org. Il est grand temps de nous questionner sur notre alimentation (issue de produits locaux ou pas, carnée ou vegan...) et pour faire nos choix de déplacements, de congés et de biens de consommation. La réduction des gaz à effet de serre devrait passer par chacun de nous!

Lyliane

 

Le cresson et sa diffusion en France

En 1990, la France produisait 7000 tonnes de cresson chaque année. Aujourd'hui, la production est tombée à 4000 tonnes. La culture de cette plante est en effet délicate et sa conservation, qui n'excède pas deux-trois jours, ne facilite pas sa commercialisation.
Propriétaire d'un moulin en Picardie, bordant une cressionnière, Irène Inchauspé et son mari Olivier Robert de Massy ont été confrontés à la difficulté que traverse la filière. Bien que n'ayant rien à voir avec le monde agricole –elle est journaliste et lui travaille dans le milieu bancaire, ils ont décidé de chercher des moyens de relancer cette activité économique en créant la start-up Innocress. Avec l'aide d'étudiants de l’institut UniLaSalle de Beauvais, spécialisés dans la filière alimentation, ils se sont penchés sur les moyens de valoriser le cresson très riche en nutriments.


33 euros la cure d'un mois
L'idée retenue est donc commercialiser le cresson comme un complément alimentaire, qui apporte des macronutriments, des vitamines (A, C et K) des polyphénols et des glucosinolates. Baptisé Supercress 5, il se présente sous la forme d'une poudre que l'on saupoudre sur ses repas.
Trois tonnes de cresson mises en sachet
Le concept de Supercress a attiré l'attention de la région des Hauts-de-France et de la BPI qui ont versé 120.000 euros pour que le projet voit le jour. Trois tonnes de cresson frais ont déjà été séchées, broyées, et mises en sachet.

La commercialisation du produit a débuté sur le site d'Innocress et dès la semaine prochaine sur Amazon. La boîte de 30 sachets, permettant une cure d'un mois, est vendue 33 euros. La start-up compte écouler 16.000 boîtes au cours de la première année.

Selon Mme Coralie Cathelinais - BFMTV - samedi 1 février 2020

 

27/02/2020

Du vert à toutes les sauces...

Mme Virginie Félix dans Télérama pointe des incohérences entre le discours dominant selon lequel on doit respecter les petits producteurs, protéger l'environnement et suivre le calendrier des saisons, alors que par exemple la cérémonie des étoiles du guide Michelin a été parrainée par le géant de la grande distribution Métro... De même, le grossiste Pomona fournit les épreuves de Top Chef, dont il est "partenaire professionnel" en produits venant d'Espagne.

Des maraîchers et maraîchères comme Mme Hélène Reglain s'en sont vertement ému(e)s et ils l'ont fait savoir. Pouvons nous alors penser que la conscience écolo et le vert, le bio à toutes les sauces dans les médias ne sont que de la poudre aux yeux? Les pratiques "des arrièrs-cuisines" selon la journaliste semblent beaucoup moins vertueuses...Laissons là les discours et ne serait-ce pas à nous, consommateurs, de peser dans les débats et grâce à nos choix de consommation de soutenir vraiment le bio et les petits producteurs?

Lyliane

Bonne santé du bio...

Le bio confirme sa percée en France, et fait de plus en plus d'adeptes. Selon une étude réalisée pour l'agence bio et révélée vendredi par franceinfo, neuf Français sur dix ont consommé bio de temps en temps l'an dernier, et cinq sur dix au moins une fois par semaine.
Ceux qui en consomment tous les jours étaient 12% en 2018, et sont désormais 14%, montre ce baromètre annuel Etude Spirit Insight. Le pourcentage des non-initiés se réduit : seuls 11% des sondés n'ont pas mangé ou utilisé de produits bio en 2019, contre 12% l'année précédente - le chiffre reste néanmoins stable par rapport à 2015.
Préserver sa santé
Les produits alimentaires ne sont pas les seuls à être recherchés : 64% des sondés achètent aussi des produits d'entretien ménager écologiques, 61% des produits cosmétiques et d'hygiène cosmétiques, 44% des produits de jardinage utilisables en agriculture bio et 34% du textile biologique.
Quelles sont les motivations des consommateurs ? Une large majorité (60%) veut préserver sa santé. Le goût et la qualité arrivent ensuite (50%), devant la préservation de l'environnement (45%). Les plus jeunes semblent par ailleurs plus sensibles au bio que leurs aînés.
Disparités géographiques
Les auteurs de l'étude observent des disparités géographiques : "19% des habitants de Bretagne consomment quotidiennement du bio, ce chiffre tombe à 8% en Centre-Val de Loire et dans les Hauts-de-France", écrit france info.

Selon Boursier.com - Boursier - vendredi 21 février 2020

26/02/2020

L'avocat, un fruit bénéfique à tous points de vue...

En latin, advocatus désigne celui « appelé comme défenseur ». 

Le fruit a été importé du Mexique au XVIIIe siècle sous son nom aztèque, ahuacatl, qui signifie « testicule ». Ahuacatl a donné aguacate en espagnol, puis avocat en français. 

Mais en raison de sa peau vert sombre et rugueuse, comme celle des reptiles, on l’a longtemps appelé « poire alligator » ! 

L’avocat était déjà apprécié par les Mésoamérindiens il y a 8 000 ans ! 

Les Conquistadors utilisaient également le noyau de l’avocat. Ils en tiraient une encre rouge indélébile qui leur servait à rédiger des documents officiels encore conservés jusqu’à ce jour ! 

Bien connaître vos avocats

Il existe une infinité de variétés d’avocats : certains ont la taille d’un cornichon, d’autres pèsent 1 kilo pièce (!). Mais comme toujours, la production à grande échelle a promu des variétés bien charnues et douces au goût, à bon rendement (au moins 100 fruits par avocatier), résistantes aux bactéries et aux différents climats. 

L’avocatier est un arbre tropical et subtropical qui déteste la gelée hivernale. 

Au Mexique par exemple, les avocats poussent toute l’année. 

Dans les régions moins tropicales, cela va dépendre des saisons. Pour fournir le marché européen, on a sélectionné des espèces qui vont jusqu’à supporter le climat méditerranéen. C’est pourquoi l’on trouve des avocats de Corse, d’Espagne, d’Israël (depuis 1908) et du Maroc. Le Mexique continue d’assurer un tiers de la production mondiale. Il est aussi concurrencé par la Californie du Sud (depuis 1833) et le Chili [6]. 

L’avocat Hass (rond et très sombre) a la peau rugueuse et épaisse qui trahit mal le stade de maturation de la chair. Il faut palper les Hass au sommet du fruit, près de la tige. 

L’autre variété fréquente en Europe est l’avocat Fuerte, allongé en forme de poire, à la peau verte et fine. Il est donc plus simple à palper.


L’avocat améliore l’assimilation des antioxydants

Il existe un moyen simple d'augmenter considérablement votre taux d'absorption des antioxydants : manger vos fruits et légumes avec un corps gras. 

La recherche a montré qu’une salade de crudités à laquelle on ajoute un avocat permet de multiplier [2] :

  • Le taux d'absorption du lycopène par 4 (le lycopène est un antioxydant que l'on trouve dans les tomates).

  • Le taux de bêta-carotène par 2,6 (le bêta-carotène est un précurseur de la vitamine A que l'on trouve en abondance dans les carottes et, dans une moindre mesure, dans les légumes verts à feuilles).

Lorsque c'est de l'huile d'avocat qui a été ajoutée aux crudités, ils ont constaté une multiplication :

  • Du taux d'alpha-carotène par 7,2

  • Du taux de bêta-carotène par 15,3

  • Du taux de lutéine par 5,1 (la lutéine est un antioxydant rouge-orangé que l'on trouve dans le jaune d'œuf, le maïs, les carottes, les épinards et l'oseille, et qui protège en particulier la rétine).

Ensemble, les graisses de l’avocat et les antioxydants combattent tous les foyers d’inflammation pour stopper le vieillissement prématuré. C’est pourquoi l’avocat aide à rajeunir votre corps de l’intérieur. 

L’avocat efficace pour contrôler votre appétit

77 % des calories de l’avocat proviennent de ses graisses [3]. Or cette quantité de graisses explique qu’après 1/2 avocat, vous soyez déjà rassasié. 

L’avocat est donc un bon moyen de contrôler votre appétit. C’est utile si vous avez tendance à trop manger et à prendre du poids. 

Les avocats sont également riches en fibres qui régulent votre transit et soignent votre intestin. 

La recherche sur l’avocat va beaucoup plus loin… on pense que l’avocat pourrait contrer le cancer (notamment de la prostate), réduire le risque de maladies du cœur (en contrôlant votre cholestérol), soulager l’arthrite [3]. 

20 vitamines et minéraux

Ce n'est pas tout. 

Les avocats contiennent 20 vitamines et minéraux différents : 

  • La vitamine K : elle est importante pour la coagulation du sang. Elle contribue aussi à la solidité de vos os. 

  • Les folates, ou vitamine B9 : ils sont importants pour une bonne reproduction cellulaire et le développement de vos tissus. Des erreurs dans la division cellulaire vont par exemple compromettre la qualité du sperme. Une étude a montré qu’un déficit de vitamine B9 s’accompagne d’une augmentation des anomalies génétiques sur les chromosomes des spermatozoïdes [4].

  • La vitamine E : elle protège les tissus contre les radicaux libres et peut protéger le cœur.

  • La lutéine : elle est nécessaire pour protéger les yeux et la peau.

  • La vitamine C : elle renforce le système immunitaire et neutralise les radicaux libres.

  • La vitamine B6 : elle renforce elle aussi le système immunitaire, aide aux fonctions nerveuses et à la synthèse des globules rouges. [5]

  • Ainsi que les vitamines B5, B1, B2, B3, A, et le potassium (plus que dans une banane), le magnésium, le manganèse, le cuivre, le fer, le zinc, et le phosphore

 

 


Eric Müller


 

Vous pouvez publier ici votre commentaire.
Si vous pensez que ce message pourrait intéresser un ami ou un proche, n'hésitez pas à faire suivre (utilisez la fonction "transférez ce message" dans votre boite de messagerie électronique).



Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn Partagez sur WhatsApp

SNI Éditions, CS 70074, 59963 Croix Cedex, FRANCE



 


 

 


Comment dépolluer les sols avec des plantes sans créer de déchets?

Réhabiliter des sols industriels dégradés et produire des molécules complexes grâce à une synthèse plus verte en un seul et même mouvement. C'est le projet de recherche de Claude Grison depuis dix ans.
Tous les jours, retrouvez le Fil vert, le rendez-vous environnement de Libération. Chaque vendredi, une question écologique par le prisme de la recherche.

Peut-on dépolluer des sols sans créer de nouveaux déchets ? Oui, et avec des plantes, en plus ! répond Claude Grison. La chercheuse a tout simplement «revisité la chimie pour la rendre respectueuse de l’environnement du début à la fin». Elle a reçu la médaille de l’innovation du CNRS en 2014 pour cela.

Rentrons dans le détail. Au début, il s’agit juste de se rendre compte que certaines plantes ont «la capacité d’extraire les polluants métalliques du sol dans quantités énormes». Et donc de les utiliser pour restaurer d’anciens sites industriels ou miniers. Soit. Mais la chercheuse ne s’est pas arrêtée là. «On s’est mis une grosse contrainte, nous ne voulions pas générer un nouveau déchet.»

Alors que faire de ces plantes saturées en métaux ? Les réutiliser dans l’industrie chimique pardi ! Le cuivre, par exemple, est un produit utilisé dans l’industrie pour faciliter certaines réactions chimiques, on appelle cela un catalyseur. La chercheuse a donc proposé de remplacer les métaux extraits de manière peu respectueuse de l’environnement de mines par les siens contenus dans ses plantes. Mais il y a derrière cette phrase un océan de recherche.

«Nous avons déposé en tout 35 brevets. Les catalyseurs venant des plantes ne sont pas exactement identiques à ceux de l’industrie, nous avons ouvert un nouveau domaine de recherche.»
Un domaine prometteur puisque après la dépollution des terres, la chercheuse s’attaque aux eaux saturées en polluants métalliques mais aussi en perturbateurs endocriniens ou en pesticides.

Selon Mr Olivier Monod - Liberation - vendredi 21 février 2020

25/02/2020

Tout savoir sur le glaucome...

Dans la page santé du magazine Télé-loisirs, Mme Sandrine Catalan-Massé nous énumère quelques symptômes à repérer et nous donne des conseils  en cas d'atteinte par cette maladie. Celle-ci, en effet, représente la deuxième cause de cécité dans le monde, après la cataracte. En France, on compte environ 500 000 personnes atteintes de cette maladie sans le savoir. A côté du glaucome congénital et du glaucome aigu, il y a en fait plusieurs sortes de glaucomes, dont celui à angle ouvert qui représente 90% des cas. Il s'agit généralement du conduit d'évacuation des liquides intraoculaires, qui nourrissent le cristallin et la cornée, qui se bouche et qui provoque une accumulation de liquide (humeur aqueuse), ce qui fait augmenter  la pression à l'intérieur de l'oeil.

La difficulté de repérage du glaucome est due au fait que, sauf pour le glaucome aigu, la maladie se développe sans signe particulier ni douleur et pourtant il détériore la vision sur les côtés et à la longue  il peut détruire le nerf optique. Parfois un seul oeil est atteint, parfois les deux. Dès l'âge de 40 ans, le glaucome touche de 1 à 2% de la population, alors qu'après 70 ans, il en touche 10%. Une surveillance tous les 2 ans (fond de l'oeil, tension oculaire, épaisseur de la cornée) est recommandé, car une détection précoce permet d'en enrayer l'évolution. Des collyres par exemple  de la chirurgie ou des traitements au laser sonnt capables de freiner l'évolution du glaucome.

Il faut savoir en outre que les diabétiques, les myopes, les hypertendus et les personnes faisant des apnées du sommeil, celles à peau noire ou celles ayant des prédispositions génétiques sont les plus exposées. L'UNADEV (union nationale des aveugles et déficients visuels) organise une tournée itinérante avec le "Bus du glaucome" en proposant des consultations gratuites dans 15 villes de France. pour connaître les prochaines dates, téléphonez au  08 00 94 22 33 ou bien consultez le site:www.unadev.com.

Lyliane

Le Crédit Mutuel annonce qu'il ne financera plus le charbon!

Crédit Mutuel Alliance Fédérale, qui regroupe notamment 13 des 18 fédérations de l'ensemble mutualiste, a annoncé jeudi arrêter de financer le secteur du charbon (de même que les hydrocarbures non conventionnels comme le gaz de schiste). La banque mutualiste a décidé de frapper fort en annonçant l'arrêt immédiat de toute financement d'entreprise ou d'activité liées au secteur de charbon ainsi que la vente de l'ensemble de ses positions sur les marchés financiers dans "des développeurs de nouvelles capacités charbon".

Sur BFM Business, Nicolas Théry, président du Crédit Mutuel Alliance Fédérale explique ce choix. "On fait ça parce que je pense que le sens du mutualisme c'est d'être non seulement au service de ses clients et de ses sociétaires mais aussi au service de la société. Fondamentalement, le mutualisme, c'est une création collective d'intérêts communs pour contribuer à l'amélioration de l'environnement territorial, économique mais aussi aujourd'hui climatique. Et je pense que dans les grands défis que nous avons, il faut que les entreprises s'impliquent, il faut que les entreprises s'engagent (...) et on sait très bien le rôle que le charbon joue dans le réchauffement".

400 millions d'euros de positions vendues
Et de poursuivre: "on a défini une doctrine très simple. On a vendu l'intégralité des positions de marché (pour plus de 400 millions d'euros), de gestion d'actifs, d'assurance (liés à ces activités, NDLR). Nous les avons vendus parce que nous avons considéré que notre rôle c'était d'accompagner les transitions".
Concrètement, que va-t-il se passer pour les entreprises clients de la banque qui utilisent directement ou indirectement le charbon? "Nous disons aux entreprises qui utilisent le charbon : nous sommes prêts à vous accompagner si vous avez un plan crédible, vérifiable, concret de transition vers des sources d'énergie non carbonées. Et je pense que cet enjeu c'est vraiment l'enjeu de la banque partenariale". La banque précise néanmoins qu'elle "honorera sa signature" des contrats de prêts "mais de manière extinctive". Les demandes futures dépendront bien des projets de transition des entreprises.

Elément de risque

Le responsable ne précise pas combien de ces clients entreprises sont concernés. "Il y a une liste qui est homologuée au niveau international de 417 entreprises qui sont à vocation charbonnière et donc nous, nous avons un certain nombre d'entreprises qui étaient clients et donc nous allons les accompagner dans cette transition".

La question sera particulièrement prégnante en Allemagne où le charbon est encore très utilisé et où la banque est bien implantée. "Vis-à-vis des entreprises, ce qui compte, c'est d'avoir un banquier qui a, à la fois un langage clair, et qui s'engage sur le long terme. Et nous on leur dit, voila notre politique car nous considérons que c'est un élément de risque, on considère que pour la banque, continuer à financer ces activités, c'est aussi un élément de risque et donc on leur propose un contrat de confiance qui est de dire: à titre de gestionnaire d'actifs, nous sortons du charbon et à titre de banquier, nous cherchons à vous accompagner si vous avez un plan de transformation".
L'annonce a en tout cas réjouit les ONG Oxfam et Les Amis de la terre qui "appellent l'ensemble des acteurs financiers à suivre de toute urgence cette politique, qui se pose comme la plus ambitieuse de la place de Paris", tout en incitant Crédit Mutuel à appliquer un "même niveau d'exigence" aux secteurs pétrolier et gazier.

Selon Mr Olivier Chicheportiche - BFM Business - jeudi 20 février 2020

24/02/2020

Un burger végétarien à s'y méprendre!

Dans le magazine pour la jeunesse "we demain" destiné aux jeunes d'aujourd'hui, Mme Emmanuelle Vibert nous fait connaître le lancement depuis quelque temps par deux sociétés américaines: Beyond Meat et Impossible Foods d'un burger végétarien qui a le goût du boeuf et la texture d'un steak haché, mais qui est 100% végétal. Ce burger remporte un grand succès outre-atlantique. 2200 restaurants le proposent déjà.

Ce burger est composé de protéines (soja, légumineuses,  riz ou pommes de terre), d'huile de noix de coco, de tournesol ou de beurre de cacao. Alliées au géant alimentaire Burger King, les 2 enseignes américaines cherchent depuis peu à pénétrer le marché français. Une bonne information pour les ados de notre pays!

Lyliane