Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2018

Sans le Sud, on perd le Nord!

"L'ordre mondial doit changer!", selon le chercheur Mr Bertrand Badie, professeur à Sciences-Po-Paris, expert en relations internationales. Mr Badie vient en effet de publier aux éditions La Découverte un ouvrage au titre évocateur:" Quand le Sud réinvente le monde". Dans cet ouvrage, analyse Mr Michel Abescat qui a interviewé l'auteur pour le journal Télérama, nous prenons conscience des vrais dangers qui nous menacent en regardant le monde du point de vue des pays du Sud et non depuis notre horizon de gens des pays du Nord.

Pour Mr Badie, regardons le terrorisme, les guerres, les migrants...et réalisons que "longtemps exclu du jeu international, le Sud se rappelle violemment à l'Occident". Empêtrés dans leurs vieux schémas d'un monde issu de la paix de Wesphalie en 1648, nos politiques peinent à lire les transformations en cours, affirme le chercheur. "A l'heure de la mondialisation, pouvons-nous continuer à exclure les pays du Sud du jeu international"? Les vieilles grandes puissances ( Europe, Etats-Unis, Russie…), autrefois hégémoniques et compétitives, montrent actuellement leur impuissance avec leurs grands principes et leurs systèmes hiérarchiques un peu dépassés dans un contexte d'interdépendance généralisée et de mobilité de communication.

Aujourd'hui, nous devons prendre conscience que le Sud pèse un poids considérable. A l'ONU, ils ont la majorité absolue, car ils représentent plus des 3/4 de l'humanité en terme démographique. Or ils sont toujours réduits au statut de citoyens passifs de la mondialisation. Ils ont été contraints de s'aligner sur les normes internationales et ils ont jusqu'ici été placés sous la quasi-régence des grandes puissances. Mais voyons le en face: la gouvernance mondiale ne fonctionne pas et de nouvelles violences se font jour. Les inégalités entre le Nord et le Sud comme à l'intérieur des Etats sont plus fortes que jamais...

Dans l'avenir de la paix, dit Mr Badie, "l'insécurité alimentaire et sanitaire pèse plus lourd que les missiles". L'être humain ne se laisse pas indéfiniment déterminer par sa situation d'infériorité. Les guerres au Sahel, dans la Corne de l'Afrique, au Moyen-Orient, en Afghanistan sont menées par des milices, des seigneurs de guerre, des organisations difficiles à contrôler. L'instrument militaire sophistiqué de nos pays du Nord peine à s'adapter à des foyers diffus, mobiles, sporadiques (Libye, Mali, Syrie, Yemen, Nigéria, Somalie...).

Aussi, selon Mr Badie, "nous ne sommes pas seuls au monde" ( titre de son avant-dernier ouvrage) et "s'il n'y a pas de redistribution au niveau mondial, la violence risque de croître". Il termine par un appel à nos responsabilités dans les conflits(vetos à l'ONU, vente d'armes…) et à un accueil des migrants, ce qui est aujourd'hui à ses yeux non seulement notre devoir, mais surtout notre assurance de pays du Nord. Un partenariat entre les pays du Nord et leurs anciennes colonies, par exemple, lui paraît à instaurer en priorité dans les pratiques et non dans les seuls discours. Il termine par cette phrase:"Ne diabolisons plus les réactions des peuples trop longtemps humiliés ou dominés et regardons la réalité en face!"

Pour en savoir davantage, se reporter aux livres de Mr Badie: "Le temps des humiliés" aux éditions O. Jacob, "Nous ne sommes plus seuls au monde" à La découverte et "Quand le Sud réinvente le monde" qui vient de sortir à La Découverte.

Lyliane

11/12/2018

La livraison à vélo, ça roule!

Dans le magazine "Nous", Mme Kathleen Junion publie un article concernant l'initiative de Mr Maxime Le Nocher, qui depuis 2010 est coursier à vélo et qui a lancé en 2017 une société nommée Lelien. A Nice ou à Cannes désormais, il est possible de faire effectuer une course à vélo de 4H avec un colis de moins de 5kg pour 7,80 euros. Car Mr Le Nocher emploie cinq autres coursiers à bicyclette et sa petite société ne cesse de s'agrandir.

C'est depuis Nice, où il vit avec sa famille depuis 2010, qu'il a eu l'idée d'être coursier à vélo en tant qu'indépendant. Il avait vu ce concept à Montréal et à Genève. Pendant 7 ans par tous les temps, il a livré ses clients. Le patron du magasin Carrefour Market en bas de Cimiez a été le premier à lui faire confiance. Il réalise depuis 98% des livraisons de ce magasin ( 20 livraisons par jour) en vélo cargo, un vélo à 3 roues équipé d'une assistance électrique. Il peut transporter ainsi jusqu'à 80 kg de marchandises.

Cet homme de 39 ans a, en effet, investi dans des vélos cargo danois et des tee shirts floqués au nom de ses clients. D'autres contrats ont suivi à Cannes et Nice, puis Décathlon de Nice TNL, le pâtissier Lac et de nombreuses enseignes bio ont été séduits par sa démarche. Les contrats s'enchaînent. Certes rouler en ville malgré le trafic n'est pas de tout repos! Mais Mr Le Nocher est un entrepreneur militant, dont "le but est de supprimer les voitures et les camions". Il a été invité à  parler de sa société aux Assises de la Transition écologique et citoyenne fin octobre à Nice.

Modifier le regard des gens sur la pollution et l'écologie est son credo. A son échelle, il milite pour changer les consciences. Depuis peu, une application pour smartphone a été crée. Quant à son chiffre d'affaire, il est en hausse (200 000 euros) et il ne compte pas s'arrêter là. La période de Noël risque de doper son entreprise. Je pense que cet exemple réussi est susceptible de donner envie à d'autres de tenter l'aventure dans leur région.

Pour tout renseignement complémentaire, s'adresser au 06 02 73 46 70 ou sur Internet u : www.lelien.pro.

Lyliane

10/12/2018

Trois ans après le film "Demain", Cyril Dion et Laure Noualhat font un état des lieux...

Mr Cyril Dion et Mme Laure Noualhat, journaliste, dressent le portrait de citoyens aspirant à construire de beaux lendemains. Ils font dans "Après Demain", un film qui sera programmé mardi 11/12 à 23H15 sur France 2, une sorte de bilan depuis la parution du film "Demain" en 2015. Ce film, rappelle Mme Weronika Zarachowicz dans le journal Télérama, avait eu une très large audience car il proposait des histoires de personnes anonymes réinventant l'agriculture, l'énergie, l'urbanisme, les transports, l'économie partout dans le monde. Ce film était en effet très inspirant, car il donnait une foule d'exemples susceptibles d'être reproduits ailleurs.

Si les auteurs du film Après Demain constatent que "l'effondrement a déjà commencé" et que le réchauffement climatique est en route, "ils souhaitent continuer à donner envie à chacun-e de construire un récit différent, une nouvelle fiction collective, pour améliorer la résilience de nos sociétés". Tout d'abord, ils ont crée une multitude de petits récits montrant un changement culturel de fond. Il y a par exemple celles et ceux qui se passent d'énergie fossile, celles et ceux qui écrivent une nouvelle histoire comme à Paris avec le Plan Climat, celles et ceux qui créent des monnaies locales sans passer par les banques comme à Montreuil (93) chez Les Nouveaux Robinson et leur monnaie "la pêche".

Des perspectives nous sont données qui sont à la fois différentes de celles de l'extrême droite et de celles de régimes autoritaires du type de la Chine ou la Russie.  Mr Dion "refuse en effet de laisser les grands récits aux religions ou aux dictatures!" Avec Mme Noualhat, ils veulent gagner une bataille culturelle, portant en germe des changements systémiques, politiques et économiques. Selon eux, nous serions en train de vivre une période comparable à celle de la Révolution française: inégalités croissantes, destruction des éco-systèmes… Il faudrait "rompre avec le capitalisme, tel qu'il existe aujourd'hui."

Peu à peu, un nouvel imaginaire et les changements culturels proposés par le film "Demain" ont pénétré jusqu'au monde des entreprises. L'exemple le plus significatif est celui de Mr Lionel Faber, pdg de Danone, qui voudrait obtenir pour sa firme un label certifiant ses engagements sociétaux et environnementaux. Tous les 2 ans, Danone devrait être audité sur sa gouvernance pour montrer qu'elle n'est pas du "greenwashing". Mieux encore, pour changer ses processus industriels, la firme multinationale accepterait de se faire conseiller par Pocheco, une petite PME du Nord de la France en vue de peut-être pouvoir réduire ses emballages...

Pour changer d'échelle, affirment Mr C. Dion et Mme L. Noualhat, "les gens doivent se mobiliser et faire pression par des stratégies révolutionnaires pacifiques en créant de l'articulation entre les différents acteurs de la société". Il faudrait comme à Avessac en Loire-Atlantique pour le parc éolien " embarquer citoyens, banques, entreprises, collectivités et élus nationaux (grâce à des amendements…). Cela implique des communautés soudées, capables de coopérer sur leurs territoires, afin de créer une alchimie. Ainsi, nous serions capables d'amortir les chocs à venir et d'améliorer la résilience de nos sociétés. Les choses changent quand il y a suffisamment de personnes qui se racontent une nouvelle histoire et engagent une lutte non violente dans la rue, que ce soit pour de la justice sociale, leurs droits civiques ou le droit des femmes".

Aussi, après avoir peut-être regardé à la télévision le magazine "Au cœur des éléments" sur le thème des tempêtes à l'occasion de la COP 24, veillons mardi 11/12 et regardons tous à 23H15 sur France 2 la suite du film "Demain"! En 70 minutes, nous verrons ce qui a changé ou pas. Faisons voir ce nouveau film autour de nous après l'avoir enregistré! Quand ce sera possible, faisons venir et projetons le film "Après Demain" dans nos associations et nos quartiers pour être capables de faire le point sur les alternatives en cours et pour nous inciter à aller plus loin!

Lyliane

L'intergénérationnel, un enjeu de société...

Selon plusieurs journalistes du magazine syndical pour les retraités de l'U.S., l'allongement de la durée de la vie façonne une société où se côtoient majoritairement quatre générations. Les plus de 60 ans constituaient en effet 5% de la population à la fin des années 60; ils devraient en représenter le tiers en 2035. "Cette particularité française, unique en Europe, avec une fécondité soutenue autour de 2 enfants par femme dessine une pyramide des âges révélant un équilibre des générations".

Si le lieu privilégié de solidarité intergénérationnelle reste la famille, les évolutions de celle-ci, les inégalités sociales et économiques imposent une prise en charge à l'échelle de la société. Les tentations d'opposer vieux contre jeunes, actifs contre retraités, de stigmatiser ou d'exclure devraient être refusées. Car l'intergénérationnel a des potentialités et des impératifs à considérer. Tout d'abord, insistons sur "la richesse de la transmission, l'image d'une maturité heureuse et la solidarité intergénérationnelle au lieu de laisser se développer des campagnes d'opinion justifiant une politique de casse des retraites".. 

Crée en 1996 par la fondation nationale de gérontologie, le prix Chronos par exemple propose aux participants la lecture d'ouvrages ayant pour thème le parcours de vie de la naissance à la mort, les relations entre générations, la transmission du savoir, la vieillesse et la mort. L'âge des jurés s'étale de 5 ans jusqu'à l'âge adulte. Cela nous montre en somme, au delà de la lecture, "que nous sommes tous le plus vieux de quelqu'un  ou le plus jeune d'un autre". Mais à tous les âges, la vie n'a-t-elle pas la même valeur? Cette année le jury senior  a attribué le prix Chronos 2018  à Mr Hubert Ben Kemoun pour "Joyeuses Pâques et Bon Noël".

Pour approfondir ces notions d'intergénérationnel et de destin commun à partager, consultons par exemple les ouvrages de Mr Jérôme Pellissier "La nuit, tous les vieux sont gris" (2003) et "La guerre des âges" (2007) et refusons "l'âgisme", une discrimination qui fonde la valeur des individus sur leur productivité ou leur autonomie.

Lyliane

09/12/2018

Comment secourir les défenseurs des Droits Humains dans le monde?

Une ONG s'est particulièrement engagée dans la défense des Droits Humains partout dans le monde: c'est Amnesty International. Face à la montée des populismes et des politiques de "diabolisation", la mobilisation et la solidarité au niveau mondial sont très importants pour quelqu'un qui se trouve en prison. Que ce soit en Afrique du Sud pour Mme Nonhle Mbuthuma qui défend sa communauté, au Maroc en faveur de Mme Nawal Benaissa qui milite pour plus de justice sociale ou en Ukraine où Mme Vitalina Koval défend les droits des LGBTI, nous devons demander d'arrêter les harcèlements encourus par ces femmes courageuses dont la vie même est menacée.

Justice doit être rendue et libération décidée pour des femmes autochtones comme Mme Pavitri Manjhi en Inde et le peuple sengwer au Kenya. Partout des femmes font face à des persécutions dans leur pays. Elles sont harcelées sexuellement, retenues en prison voire assassinée, simplement parce qu'elles ont osé demander le respect de la dignité et de la liberté pour tous. En Iran par exemple, Mme Alena Daemi ainsi qu'un groupe de 9 femmes sont retenues en prison pour avoir dénoncé la peine de mort dans leur pays. Demandons leur libération inconditionnelle, car elles sont détenues dans des conditions matérielles indignes.

L'opération "10 jours pour signer" d'Amnesty International, dans le numéro spécial de sa Lettre, est destinée à protéger ces femmes de façon urgente en se mobilisant en leur faveur. Du 1er et au 10 décembre 2018, apportons vite notre soutien à ces courageuses femmes qui sont en danger de mort pour avoir osé exprimer leurs opinions."Grâce à nos courriers aux autorités, leurs vies pourrait s'améliorer ou être sauvées" comme l'exprime Mme Cécile Coudriou, Présidente d'Amnesty International.

Pour agir, envoyer des dons ou des courriers, contacter le Service Donateur d'Amnesty International à Paris Cédex 19 au 76, Boulevard de la Villette ou sur Facebook: facebook.com/amnestyfr.

Lyliane

 

Avec ESP'AIR, on décolle vers l'emploi en Indre et Loire...

Dans le journal Hospitaliers de l'Association de l'Ordre de Malte, un journaliste explique comment depuis 2014 en Indre et Loire 273 adultes ont été accompagnés dans leurs démarches de demandes d'asile, d'ouverture de droits et d'apprentissage du français, dont 197 étaient en capacité d'accéder à un emploi. En effet, les équipes de l'Ordre de Malte du département sont confrontées depuis l'été 2014 au défi de venir en aide aux réfugiés fuyant guerres et persécutions et cherchant refuge et protection en France.

A l'automne 2018, la délégation a mis en place un dispositif d'accompagnement des réfugiés vers et dans l'emploi: ESP'AIR. Ce projet d'insertion socio-professionnelle sera supervisé par un comité de pilotage composé de groupements d'employeurs, de représentants de Pôle Emploi, du Conseil Départemental etc... Cette aide individualisée propose un réel parcours d'intégration professionnelle avec:

- une identification des besoins de recrutement des employeurs de PME et des structures d'insertion par l'activité économique (SIAE) d'Indre et Loire pour faire coïncider l'offre et la demande.

- un parrainage par des bénévoles faisant bénéficier les personnes accompagnées de leur réseau professionnel et de leur expérience.

- des cours de français langue étrangère (FLE) adaptés à leurs besoins professionnels.

Ce que les équipes de l'Ordre de Malte ont pu mettre en place en Indre et Loire devrait pouvoir être reproduit ailleurs sur le sol national et en Outre-Mer par des associations ou de simples citoyens réunis autour d'un objectif tel un Elan Solidaire de Parrainage pour l'Accompagnement et l'Insertion professionnelle des Réfugiés semblable à ESP'AIR...

Pour en savoir davantage, joindre www.ordredemalte.org.

Lyliane

08/12/2018

Poursuivre les actions pour l'environnement...

// En 2018, grâce au soutien de plus de 10 000 adhérents, nous avons pu :
 
MOBILISER & RASSEMBLER NOS FORCES
  • Créer plus de 8 000 zones de BZZZ, espaces exempts de pesticides et semer un million de graines mellifères pour les insectes pollinisateurs ;
  • Diffuser un trombinoscope des députés opposés à l'inscription, dans la loi, de l'interdiction du glyphosate, partagé plus de 180 000 fois et vu par des millions d'internautes ;
  • Mobiliser plusieurs centaines de milliers de citoyens afin d'obtenir l'interdiction définitive des insecticides "tueurs d'abeilles" ;
  • Faire pression sur les parlementaires afin qu'ils adoptent enfin un objectif minimum de 20% d'aliments issus de l'agriculture biologique en restauration collective et inscrire l'objectif du doublement des surfaces agricole en bio d'ici 2022 dans la loi ;
  • Poursuivre notre combat pour un moratoire sur les nanoparticules et obtenir le retrait du dioxyde de titane dans de très nombreux produits alimentaires ;
  • Mobiliser plus de 70 000 internautes et obtenir l'abandon de la ferme-usine des 4000 bovins envisagée à Digoin (71) ;
  • Obtenir, en lien avec l'ACIPA, l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes ;
  • Diffuser 50 000 autocollants "Stop Pub" et interpeller le ministre de la Transition Ecologique afin qu'il règlemente les panneaux publicitaires énergivores ;
  • Soutenir les luttes locales contre les projets climaticides dont une nouvelle campagne intitulée "Projets autoroutiers : L'impasse climatique".
 

Aider l'Association Agir pour l'Environnement...

GRACE A VOTRE SOUTIEN FINANCIER, NOUS AVONS PU :
  • Participer activement aux marches pour le climat et aux rassemblements initiés par l'Appel pour les coquelicots contre les pesticides ;
  • Coordonner la 10ème édition du Jour de la Nuit contre la pollution lumineuse rassemblant plus de 700 évènements locaux (sortie nature, observation du ciel étoilé, extinction de l'éclairage publique) ;
  • Mettre à jour la liste des produits susceptibles de contenir des nanoparticules et menacer M&M's d'une campagne de boycott (amenant cette entreprise à s'engager à retirer le dioxyde de titane dès 2019 !) ;
  • Manifester devant le ministère de l'Agriculture afin qu'il n'accorde aucune dérogation à l'interdiction des insecticides "tueurs d'abeilles" ;
  • Contribuer à la sortie de l'abécédaire des contaminations environnementales "Tous pollués", illustré par Red! et accompagner la parution du livre "Résister aux grands projets inutiles et imposés" ;
  • Soutenir la sortie en salle du film de Guillaume Bodin "0 phyto, 100 % bio" et celui de Julien Milanesi et Sophie Métrich "L'intérêt général et moi" ;
  • Organiser une votation citoyenne sur le projet de Grand Contournement Ouest de Strasbourg et soutenir les grévistes de la faim opposés à ce projet inutile et imposé ;
  • Organiser un rassemblement devant l'Assemblée nationale contre le glyphosate à l'occasion du passage de la loi Alimentation en présence de Delphine Batho et François Ruffin ;
  • Aider les opposants aux grands projets inutiles et imposés ;
  • Impulser 3 nouvelles campagnes et coordonner 27 pétitions électroniques.
 

07/12/2018

Le bénévolat et le soutien possible à l'Association Terre de Liens...

« Combien de bénévoles y a-t-il à Terre de Liens ? »

Alice, Auvergne

Plus de 900 bénévoles nous ont prêté main forte l’année dernière ! Toutes ces personnes sont des citoyens qui ont donné un peu, beaucoup et même passionnément de leur temps pour tisser les liens entre des terres agricoles en danger et des paysans « sans terre ». Nous avons toujours besoin de renforts alors contactez-nous si vous voulez en savoir plus sur le bénévolat !

 

« Comment tant de bénévoles trouvent-ils à s'impliquer dans Terre de liens ? »

Serge, Pays de la Loire

Notre modèle économique est fondé sur la finance solidaire et l’éducation populaire pour que la participation citoyenne guide notre action. Pour tous les ans accueillir 1 500 porteurs de projet, collecter l’argent pour acheter les fermes dans 550 évènements et mener plus de 800 actions auprès des collectivités, il faut bien plus de 60 salariés !

 

« Devenir bénévole m’intéresse mais j’ai peu de temps à accorder. Comment vous aider ? »

Isabelle, Champagne-Ardenne

Pour vous renseigner sur les activités bénévoles à proximité, il suffit de contacter l’association territoriale Terre de Liens la plus proche de chez vous. Elle vous présentera par exemple un groupe local qui sera heureux de vous accueillir à l'une de ses réunions et de vous parler des façons dont vous pouvez vous investir.
 
phrase-posez-nous-vos-questions.gif
 

A La Rochelle, des patrons engagés dans du mécénat local...

D'après un long article de Mme Agnès Marroncle, dans le journal La Croix du 19/10/2018, j'apprends que des dirigeants d'entreprises, dans le cadre de leur politique R.S.E. (responsabilité sociale de l'entreprise) ont souhaité agir dans leur environnement immédiat à La Rochelle. Ils ont, en effet, décidé d'apporter leur quote- part à des actions en faveur du "mieux vivre ensemble" dans les quartiers sensibles proches de leurs bureaux, usines et ateliers. Pour ce faire, ils ont crée une fondation "Fier de nos quartiers" qui réunit à ce jour 21 entreprises donatrices ( de 20 salariés à plus de 1000) sous l'égide de la Fondation de France.

Leur participation respective s'échelonne entre 500 euros à 30 000 euros annuels. Un conseil exécutif se réunit toutes les 6 semaines et il est majoritairement composé de chefs d'entreprise et de quelques"experts" des quartiers. A cette occasion, les porteurs de projets (culturels, éducatifs ou sociaux) présentent ce pour quoi ils sollicitent une aide. Dans le quartier populaire de La Rochelle (Villeneuve les Salines), Mr Laurent Lhériau, coordinateur de Fier de nos quartiers" cherche à restituer aux habitants une image vivante de leur quartier avec toutes les richesses cachées derrière les façades. Un collectif rassemble notamment les 65 associations présentes sur place.

Ce modèle est reproductible dit l'article. "L'initiative peut venir de quelques chefs d'entreprise prêts à adopter ce type de solution en faveur du mécénat local. L'appui d'une collectivité locale  est souvent nécessaire. La Fondation Fier de nos quartiers se tient à disposition pour tout renseignement et approfondissement de sa méthode". Joindre éventuellement le site: www.fierdenosquartiers.fr.

Lyliane

06/12/2018

Le dossier médical partagé en pratique...

Le carnet de santé électronique s'appelle le DMP ou dossier médical partagé. Il a été crée en 2004, mais depuis 2016 ses modalités de création ont évolué, rappelle Mme Myriam Loriol dans Version Femina, qui s'appuie sur les compétences de Mr Julien Conqueteau, chargé de mission DMP à la CNAM. Avant, en effet, elles relevaient seulement d'un médecin. maintenant, chacun de nous peut prendre l'initiative d'ouvrir son DMP. En fait, c'est un service en ligne qui regroupe un maximum d'informations concernant notre historique médical ( traitements, hospitalisations, prises de sang, radios…)remboursés depuis 2 ans par la Sécurité Sociale. Il comprend surtout un volet de synthèse médicale avec antécédents, allergies éventuelles, ordonnance de médicaments...

Le but de ce DMP est d'éviter les interactions médicamenteuses, les examens déjà réalisés et par exemple en cas d'imprévu (urgences, voyage) permet de renseigner les professionnels de santé des traitements en cours. Il suffit d'aller sur le site dmp.fr pour créer son dossier soit grâce à un code de création communiqué par l'assurance-maladie, soit sur la foi d'un numéro de sécurité sociale personnel et d'un code transmis par e-mail ou courrier. Toutefois, certaines caisses comme la MGEN ou la MSA ou même pour les personnes mineures, ce service en ligne n'est pas possible.

Personne ne peut nous obliger à créer un DMP et nous pouvons dire dans l'espace personnel prévu, si nous le rendons accessible ou pas aux professionnels de santé. Si l'usager n'a pas Internet, il peut demander à son pharmacien ou à son médecin de s'en charger. En EHPAD, si la personne n'a plus toutes ses facultés, la décision de créer un DMP revient au Directeur après consultation de la famille. A chaque fois qu'un nouveau professionnel de santé se connecte à notre DMP, nous recevons une notification par e-mail ou SMS. Nous pouvons aussi remplir nous-même notre dossier en scannant les résultats de radios, d'analyse, d'ordonnances... 

Lyliane

 

A Néoules (83) les sols agricoles passent "le test du slip"!

Dans le magazine "Nous", j'ai découvert un article de Mme Amandine Roussel qui nous fait part de l'initiative, au printemps dernier, de la chambre d'agriculture du département du Var via le réseau Delphy Fermes: planter des slips dans le sol pour mesurer l'activité biologique des sols. Dans une trentaine d'exploitations pilotes, en effet, réparties en 3 groupes : maraîchage, viticulture, arboriculture (oléiculture surtout), 210 slips ont été enfouis à 20 cm de profondeur pendant 2 mois et demi. "Une telle expérience", explique Mme Emilie Buron, une des 3 animatrices Delphy Fermes, "a déjà été menée ailleurs en France, mais aussi au Canada. Et çà coûte moins cher que des tests en laboratoire".

Au bout de 6 semaines de vie "underground", les sous-vêtements ne ressortent pas en bon état! Quatre éléments sont cependant observés: la dégradation visuelle, qui montre que plus le slip est dégradé, plus l'activité biologique est bonne. Puis, le poids, la perte de masse sont analysés de même que la couleur et l'odeur. En bref, si ça sent la forêt, c'est jugé bon. Mais si on sent la putréfaction, l'activité du sol est considérée comme plus faible. Delphy Fermes s'est donné pour but d'accompagner les agriculteurs vers des pratiques plus vertueuses. On s'oriente de ce fait de plus en plus vers des apports de compost et de fumier, des couvertures végétales du sol et on travaille la terre le moins possible. 

Depuis ces tests, on a même décidé de laisser l'herbe pousser autour des vignes et en maraîchage, on privilégie l'engrais vert, destiné à améliorer et protéger le sol. D'ici trois ans, les test du slip seront renouvelés pour constater la qualité des sols suite à toutes les actions et non-actions entreprises. Les motivations de Delphy fermes sont à la fois écologiques, géographiques et économiques. Réduire l'utilisation de produits phytosanitaires dès 2010 a été, en effet, le but de la chambre d'agriculture du Var. Mme Buron l'affirme et je ressens la même chose:" Tout part du sol! Les organismes de la terre entraînent la circulation de l'air et de l'eau. Cela permet à la plante de mieux se développer tant en terme de quantité que de qualité".

Pour approfondir les bases ayant conduit à cette initiative, les conclusions retirées ou faire part éventuellement de son expérience, il est possible de contacter sur Internet: www.chambre-agriculture83.fr. On peut également essayer de joindre Delphy Fermes et ses trois animatrices: Mmes Emilie Buron, Fanny Vernier et Clémence Boutfol.

Lyliane

05/12/2018

Ne pas hésiter à donner son sang...

L'établissement français du sang a besoin de 10 000 dons de sang par jour, écrit Mme Isabelle Blin dans le journal Version Femina. La vie de million de personnes en dépend chaque année dans notre pays. Or, nous savons qu'actuellement les stocks sont très bas. La France compte un peu plus de 1,5 million de donneurs, alors qu'il en faudrait le double. Souvent les personnes qui pourraient donner leur sang en ignorent les modalités pratiques et de ce fait ne font pas la démarche.

Il faut pour être donneur ou donneuse volontaire avoir moins de 65 ans (ou de 70 ans si l'on est déjà donneur) et peser plus de 50 kg. Les femmes peuvent donner leur sang 4 fois par an et les hommes 6 fois avec au moins 8 semaines entre deux prélèvements. Par contre, les consommateurs de drogues par intraveineuses, les diabétiques de type 1, ainsi que toute personne porteuse du virus du sida ou de l'hépatite ne peuvent donner leur sang. A la suite d'une opération, il est recommandé d'attendre 4 mois avant de donner son sang. Après une extraction dentaire, le délai est de 7 jours.

Le don de sang peut s'effectuer à l'improviste dans un site de l'EFS (Etablissement français du sang) ou une collecte mobile. Pour les connaître, faire  une recherche sur: www.dondesang.efs.sante.fr. Le mieux est de boire un demi-litre d'eau immédiatement avant. Après le don,  on vous proposera une collation (jus de fruits, pain, fromage…). Sur place, vous devrez remplir un questionnaire de santé, puis vous serez installé sur un fauteuil. Là une infirmière vous piquera dans une veine au creux du bras. Le sang sera recueilli dans une poche stérile, à usage unique et analysé (recherche de virus). On prélève entre 420 et 450 ml de sang selon le poids et le sexe de la personne.

Le Magazine Notre temps lance un appel pressant avant les fêtes de fin d'année et les épidémies de grippe pour renflouer les stocks de l'EFS. N'est-il pas vrai que l'on se sent bien quand on sait qu'on a contribué à sauver des vies?

Lyliane

Saviez-vous que la danse peut réduire le stress?

 

  La danse réduit le stress

Comme toutes les activités physiques, la danse stimule  le corps à libérer des endorphines, qui produisent beaucoup de positif dans le corps:

  • Réduire la douleur
  • Réduire le stress
  • Renforcer l'estime de soi
  • Déclencher des sentiments positifs
  • Améliorer la qualité du sommeil
  • Améliorer le sentiment de bien-être
  • Vous aider à vous sentir détendu et optimiste

En outre, la danse peut aider à créer des liens sociaux. La danse peut être un outil très puissant pour établir des liens sociaux avec les autres, ce qui encourage des sentiments heureux et positifs.

Des études montrent que la danse peut susciter des pensées positives et de la confiance en soi chez les adolescentes présentant des problèmes d'intériorisation, où les enfants ont tendance à diriger leurs émotions vers l'intérieur. Des recherches récentes ont montré que les jeunes filles sont aujourd'hui plus à risque de développer des problèmes de santé psychologiques. Les filles présentant des problèmes d'intériorisation présentent souvent des symptômes tels qu'une humeur dépressive, une faible estime de soi, de l'anxiété et de la nervosité. Elles se plaignent également de symptômes physiques tels que maux de tête, fatigue et maux d'estomac.

Une étude réalisée en 2016 a montré en effet que la danse peut engendrer des sentiments positifs chez les jeunes filles présentant des problèmes d'intériorisation. Elle :

  • Donne une expérience de liberté
  • Augmente le sentiment de confiance en leurs capacités
  • Augmente leur capacité à aborder la vie avec ouverture et confiance

Une autre étude réalisée en 2013 par les mêmes chercheurs a révélé que les adolescentes se sentaient beaucoup mieux à propos de leur santé globale après la danse. Les chercheurs ont conclu qu '«une intervention de danse d'une durée de 8 mois peut améliorer la santé auto-évaluée des adolescentes présentant des problèmes d'intériorisation. L'amélioration étant toujours présente un an après l'intervention. »

En plus des avantages pour la santé mentale, la danse offre des avantages incroyables pour votre santé physique. Elle :

  1. Améliore les niveaux d'énergie
  2. Réduit le risque de maladie cardiaque
  3. Aide à perdre du poids et à prévenir l'obésité
  4. Améliore la force musculaire, la flexibilité, l'endurance et l'équilibre
  5. Contribue à maintenir des os plus forts et réduit le risque d'ostéoporose

Pour en savoir davantage, contactez: www.sanus-q.com

Lyliane


 

04/12/2018

Pétition des gilets verts...

3 déc. 2018 — 

Aujourd’hui, nous vous invitons à prendre connaissance, signer, et relayer la pétition des Gilets Verts : http://bit.ly/giletvert

Peu importe, au final, la couleur du gilet (les goûts et les couleurs…), ce qui compte c’est que ce manifeste pose un constat cohérent, et partage avec nous une conscience aiguë des enjeux écologiques, sociaux, démocratiques et culturels de notre temps.

Une prise de recul qui ne concède rien sur la nécessité de lutter contre les inégalités et les injustices, mais aboutit à la formulation d’une série de mesures urgentes à prendre, susceptibles de tous nous rassembler autour d’un projet commun.

Chez Un Climat de Changement, cette pétition a été un coup de cœur, et la proposition de la relayer a suscité une large approbation !

A nous tous désormais, d’aider ce mouvement à décoller !

Mathieu, pour Un Climat de Changement

Accompagner les fratries dans l'épreuve du deuil...

Le journal Nice-Matin sous la plume de Mme Axelle Truquet vient de publier un long article sur la période délicate qui suit un décès pour des enfants d'une fratrie et les moyens mis en œuvre pour tenter d'y remédier. En effet, la perte d'un frère ou d'une sœur de maladie ou d'accident est vécue comme une tragédie le plus souvent pour un enfant, qui ne sait comment porter le souvenir douloureux. 

L'équipe ressource régionale de soins palliatifs pédiatriques de Nice (L'ERRSPP PACA Est) a crée l'association Pallidol dont la vocation est de proposer des groupes de partage pour les fratries endeuillées. Le Docteur Caroline Devos, responsable de l'équipe et de l'association Pallidol, souligne le fait qu'ils proposent un soutien hors du cadre hospitalier. Depuis septembre 2018, un groupe de 4 jeunes de 4 à 18 ans a été constitué et il échange avec la psychologue Mme Gwenola Maurin. 

Les rencontres se font le soir en fin de semaine, dans un espace neutre et sécurisant, afin de ne pas raviver des souvenirs douloureux, ne pas empiéter sur le temps scolaire ou le sport. Découvrir qu'on n'est pas seul à vivre cette souffrance du deuil leur fait du bien. Cela leur évite de chercher à occulter le vécu douloureux pour chercher à préserver leurs parents. il a été remarqué que ces rencontres leur permettent de se comprendre et de pouvoir s'exprimer s'ils le souhaitent.

Sinon, si ces enfants n'avaient pas eu de prise en charge, ils pourraient développer des troubles du sommeil, des douleurs, des peurs, même plusieurs années après la mort de leur plus proche. Le travail se fait aussi avec une art-thérapeute Mme Delphine Moscato, car certains d'entre eux ont du mal à parler. Ces enfants montrent généralement qu'ils ont besoin de beaucoup d'écoute.

Les parents ne sont pas oubliés dans le dispositif et s'ils le souhaitent ils peuvent avoir un temps de parole. Les familles confrontées au deuil de leurs enfants peuvent contacter directement l'association. La participation au groupe de parole est gratuite. Néanmoins, avant toute rencontre de groupe, le Docteur Devos reçoit les familles en présence  de la psychologue de l'association.

Pour contacter cette équipe ressource régionale, appeler le 06 48 25 16 64 ou adresser un courriel à: pallidolpacaest@gmail.com. 

Lyliane

 

03/12/2018

Une sophrologie rando dans le Var pour aérer la discipline...

Nous connaissions déjà la sophrologie, une technique qui allie le travail du corps et du mental pour une meilleure écoute de ses propres ressentis et sensations. Elle s'appuie généralement "sur des exercices de respiration contrôlée, de décontraction musculaire et de visualisation positive, qui sont les trois piliers de la discipline", écrit Mme Karine Michel dans la revue "Nous". D'ordinaire, la sophrologie est pratiquée en cabinet, en séances individuelles ou collectives. Mais là nous avons à faire à une sophro rando d'un autre style! Les participants apprécient de pratiquer en plein air et d'aller plus loin que par le passé avec leur corps et leur respiration. Le coût est de 12 euros la séance.

A l'initiative de Mr Stéphane Plessis, diplômé d'une école de tourisme et installé au Revest (83) comme sophrologue, une fois par mois, RV est donné sur la Corniche à La Seyne sur mer au parking du Jonquet exactement, afin de pratiquer en pleine nature. C'est une sorte de marche initiatique à la recherche de soi ouverte à une dizaine de personnes. Dans un contexte bienveillant, les premiers exercices de respiration contrôlée ont lieu, les yeux fermés. Chacune et chacun essaie d'évacuer les pensées parasites. Puis, le groupe se met en marche en silence, afin que tous les sens soient stimulés. Deux kilomètres sur un sentier surplombant la mer permettent d'évacuer le stress et de se recentrer. Puis des exercices aident à se recharger en ressentis positifs. Le coût est de 12 euros la séance.

Pour plus d'informations, contacter Mr Stéphane Plessis au 06 52 11 56 00, par mail à stephane@sophrologie-toulon.com ou sur Facebook.

Lyliane

Souscrire des parts sociales à la Nef, la seule banque française éthique...

La deuxième partie de l’année a ainsi été marquée par une importante campagne d’appel à nouveaux épargnants solidaires, étape indispensable à la poursuite de nos activités de financement et à l’élargissement de nos services, avec en ligne de mire, l’aboutissement d’un compte courant pour les particuliers.

Ces indicateurs montrent le chemin emprunté par la Nef depuis plusieurs années : changer d’échelle pour exister dans un secteur bancaire de plus en plus concentré et réglementé. Dans ce cadre, le capital social apporté chaque année par les sociétaires est un élément clé car il permet à la Nef de maintenir le niveau de solvabilité (couverture des risques, dont les  risques de crédit, par les fonds propres) exigé par la réglementation bancaire.

C’est pourquoi nous vous invitons, dans la mesure du possible, à souscrire à nouveau des parts sociales* dans le but de donner à la Nef les moyens de poursuivre le développement de son activité, de soutien à des projets engagés dans la transition écologique et sociale (découvrez les projets financés ici).

Vous trouverez toutes les informations relatives aux modalités de souscription sur notre site de souscription en ligne. Afin de  traiter votre souscription dans les meilleurs délais et d’ici la fin d’année, nous vous invitons à nous adresser votre bulletin de souscription avant le 20 décembre 2018.

A noter que cette année, le montant de l’avantage fiscal lié à la souscription de parts de la Nef pourrait passer de 18% à 25% (valable pour une durée de détention de 7 ans). Bien que la Nef s’engage aux côtés de Finansol à défendre la reconnaissance du modèle d’actionnariat citoyen, via l’octroi d’avantages fiscaux aux souscripteurs de parts sociales d’entreprises solidaires, il n’est pas sûr néanmoins que cet avantage soit reconduit l’année prochaine.

Nous vous remercions vivement de votre soutien et de votre confiance,

 

Jean-Luc Seignez, Président du Conseil de Surveillance
Bernard Horenbeek, Président du Directoire

 

Souscrire de

02/12/2018

Mr Le Drian crée un mouvement breton pro-européen...

Mr Le Drian a appelé samedi tous les "progressistes bretons", élus, acteurs associatifs ou économiques, à le rejoindre au sein d'un nouveau mouvement, un "laboratoire d'idées", pour "contribuer à refonder l'Europe", à six mois des élections.
Baptisé "Progressistes bretons-Breizh Lab", ce mouvement n'est "pas un mouvement politique". Il doit permettre de "rassembler" des élus et sympathisants de diverses sensibilités politiques, issus notamment du PS, du MoDem, de La République en marche (LREM), de la droite modérée ou encore des Régionalistes, a expliqué l'ancien président de la région Bretagne aux quotidiens Le Télégramme et Ouest France.
Développement économique, engagement européen, "valeurs écologiques" et "humanistes": ce "laboratoire" doit permettre de "faire ensemble la Bretagne du progrès", à six mois d'élections européennes pouvant être marquées par une montée du populisme.


"L'Europe est en danger", a prévenu M. Le Drian. La Bretagne a donc "une forme de responsabilité historique" et doit être "à l'avant-garde d'une Europe qui réaffirme ses valeurs d'humanisme", a-t-il jugé.
Mais le mouvement n'a "pas vocation a présenter des listes", a précisé le ministre, qui souhaite "rester au gouvernement le temps que le président de la République le souhaitera" et n'entend pas briguer de nouveau mandat. "Pour moi, le temps des élections est révolu", a-t-il dit.


Le mouvement vise à "maintenir la dynamique européenne" de la Bretagne et à lui permettre de "contribuer à la refondation de l'Europe", a-t-il plus tard précisé à l'AFP.
Jean-Yves Le Drian et ses soutiens se réuniront pour une assemblée fondatrice le 16 décembre à Lorient, ville dont il fut le maire, puis "un nouveau rassemblement se tiendra fin janvier à Saint-Brieuc" si l'appel est entendu, a-t-il indiqué.
Plusieurs élus ont déjà annoncé sur Twitter rejoindre le mouvement, comme le député LREM du Finistère Didier Le Gac, les députés d'Ille-et-Vilaine Laurence Maillart-Méhaignerie (LREM) et François André (apparenté LREM), la vice-présidente de la région Bretagne Anne Gallo, ou encore le député du Morbihan Gwendal Rouillard (LREM).

AFP - samedi 24 novembre 2018

On peut sauver les espèces menacées...

Mme Frédérique Schneider a écrit un long article dans le Journal La Croix du 9/10/2018 pour rappeler qu'une espèce sur trois est menacée en raison des activités humaines (ours blancs, cachalots, girafes, hirondelles…). Chasse illégale, marées noires, déforestation… les menaces sur la faune planent toujours ( macareux aux Sept-Iles, girafes en Afrique Australe, baleines à bosse au large du Canada...). Crée en 1948 à Fontainebleau, l'Union Internationale pour la conservation de la nature (UICN) est à l'origine de la Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées d'extinction. Aujourd'hui, elle fête ses 70 ans et c'est l'occasion de chercher à renforcer les mesures prises pour aller plus loin. Elle publie régulièrement "la liste verte des espèces protégées".

Toutefois, l'article nous signale que les politiques de préservation, comme la Convention de Berne, qui a classé la loutre comme espèce protégée en 1979, commencent à porter leurs fruits. Ces 40 dernières années en effet la loutre n'a cessé d'agrandir son territoire en France (Massif central, Côte Atlantique, Pyrénées). On estime aujourd'hui à environ 2000 le nombre de loutres dans notre pays, alors qu'elles avaient presque disparu, précise Mr René Rosoux, éco-éthologue. Nous pouvons nous en réjouir, car c'est un animal dit "sentinelle" qui témoigne de la qualité de l'environnement.

Mr Sébastien Moncorps, directeur France de l'UICN, interrogé par Mr Denis Sergent, souligne que celle-ci a la capacité de faire travailler ensemble scientifiques, associations et Etats en s'appuyant notamment sur le WWF (World Wild Fund for Nature). Des conventions ont été passées comme celle interdisant la commercialisation de l'ivoire d'éléphant. Selon lui, "la protection ne peut être que globale en prenant en compte l'habitat, la chaîne alimentaire, la présence de l'homme"… En Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française, la création d'aires marines protégées riches en coraux a entraîné des résultats encourageants. Partout, en effet, grâce au lien avec l'ONF, le Conservatoire du littoral, l'érosion côtière est endiguée et l'écosystème préservé. Mais les succès sont encore partiels et locaux, ce qui pousse à persévérer dans ce sens.

Pour en savoir plus, consulter sur internet: www.wwf.org ou https://uicn.fr/

Lyliane

01/12/2018

Qwant, une alternative au géant Google comme moteur de recherche...

Dans le quotidien Nice-Matin du 18/11/2018, Mr Franck Leclerc publie une interview qu'il a faite avec Mr Eric Léandri, fondateur en 2013 de la start-up Qwant. Cette création a pu se faire grâce à une levée de fonds de 18,5 millions d'euros et un prêt de 25 millions par la Banque européenne d'investissement. Car, pour se mettre sur le marché, il faut financer les serveurs, payer les 160 ingénieurs et investir pour devenir la plus grande banque européenne. Actuellement, la start up s'installe dans 1000m2 supplémentaires de locaux en plein centre de Nice. Jusque là, Qwant occupait 600 M2 seulement. 

En tapant sur Internet www.qwant.com dans la barre de recherche, puis enter, il est possible de choisir Qwant comme moteur par défaut. L'avantage de ce moteur de recherche est qu'il promet de respecter la vie privée des internautes. Personne, en effet, pour vous suivre à la trace, revendre vos données ou espionner vos centres d'intérêt. Ce n'est pas le cas des autres géants que l'on nomme GAFA pour le moment! L'audience de Qwant reste  encore toutefois assez modeste. La start up pense devenir rentable en 2019 et vise 5 à 10% du marché européen en 2021. Le moteur de recherche, en effet, pénètre peu à peu les marchés allemands, italiens et même chinois grâce à des chefs d'entreprise motivés.

A vous d'essayer et de tester les atouts de ce site alternatif!

Lyliane

Connaissez-vous l'EuroVélo 6 qui relie la France à la Roumanie?

L'EuroVélo 6 fait rêver les amoureux de la bicyclette. Elle sillonne en effet l'Europe d'est en ouest, de la Mer Noire à l'Atlantique, de la Roumanie à la France en suivant les cours du Danube, du Rhin et de la Loire… Elle relie notamment l'Alsace au Val de Loire en passant par la Bourgogne et la Franche-Comté. Elle permet de cheminer sur des pistes cyclables ou des voies vertes et ce, pratiquement sans cötes.

C'est une expédition à recommander sur un itinéraire de près de 700km! On l'appelle parfois la "véloroute des fleuves", car elle longe les bords du Rhin, le canal du Rhône, les vallées du Doubs et de la Saône, le canal du Centre, puis le canal latéral à la Loire… On peut en cours de route conjuguer nature et culture, visiter Bâle (Suisse), Mulhouse, Besançon, Paray-le-Monial, Belfort, Beaune… Sans oublier la gastronomie! On peut louer des bicyclettes en cours de route pour ce périple.

Le Guide du Routard EuroVélo 6 liste les étapes gourmandes, les itinéraires à ne pas manquer et les ateliers de réparation. L'Europe sur les chemins de traverse en petite reine serait pourtant un beau symbole au moment où l'Europe traverse une crise sans précédent. Loin de la xénophobie et du racisme, relier la France à Roumanie n'est-ce pas un beau présage d'avenir?

Lyliane

30/11/2018

Quel est le sens le la période de l''Avent quelques semaines avant la fête de Noël?

La période de l'Avent, qui dure 4 semaines et s'ouvrira cette année le 2/12/2018, est en quelque sorte pour les chrétiens un pèlerinage spirituel vers Noël comme le Carême l'était pour préparer la fête de Pâques. Le mot "avent" vient du latin "adventus" qui signifie "venue, arrivée". Les chrétiens fêtent donc à cette période de l'année la venue du Christ sur Terre et ils se préparent à l'accueillir dans leur cœur. Au moment où la nuit est très longue et le froid de l'hiver assez intense, il s'agit symboliquement de faire la place à la Lumière et à la Chaleur de Dieu en nous. St Jean Baptiste est le personnage clé de l'Avent, tout comme la Vierge Marie, car ils ont l'un et l'autre en Palestine attendu cette naissance divine et appelé à l'accueillir dans les cœurs comme dans les corps et les esprits.

Les 4 semaines de l'Avent, qui sont célébrées différemment selon les régions et les cultures, ont toutes pour but de nous préparer à la fête de la Nativité. Parfois, on tresse des couronnes de branches de sapin sur lesquelles on a posé 4 bougies qui sont allumées successivement jusqu'à la nuit de Noël le 24/12. Dans certaines familles, on installe un sapin décoré d'étoiles, de guirlandes et de boules. Dans d'autres il n'y a que la crèche et ses santons. Ces petits personnages d'argile décorés rappellent la naissance de Jésus, nouveau-né vulnérable couché dans une étable entre un âne et un bœuf, alors que des anges alentour chantaient le Gloria. La St Nicolas, le 6/12, reste dans certaines régions de l'Est une fête traditionnelle, basée sur une légende ancienne, préparant les enfants à la célébration de Noël. 

Autrefois, certains faisaient retraite au cours de ces semaines, afin de méditer en silence, de veiller à éveiller leur âme d'enfant ou de prier pour le monde. Aujourd'hui, Noêl et la période qui précède cette fête sont devenus des occasions commerciales d'achats de décoration sur les Marchés de Noël et de réunions de familles au cours desquelles on va festoyer et échanger des cadeaux. Pour faire patienter les enfants, qui restent les grands bénéficiaires de la générosité familiale, la tradition germanique a crée les calendriers de l'Avent. En effet, chaque jour à compter du 1/12, ils ouvrent une petite fenêtre cachant un petit objet ou un chocolat. La vie profane étant très mêlée au domaine du sacré, il reste encore dans de nombreuses familles la tradition de partager des chants de Noêl, d'aller ensemble à la Messe de minuit et de réserver "la part du pauvre" lors du réveillon qui suit...  

Bref, que ce soit pour espérer des cadeaux, plus de paix et de justice dans le monde ou l'écoute bienveillante de nos prières vers le Ciel, toutes et tous n'ont-ils pas à cœur de préparer leur demeure à davantage de signes extérieurs de beauté, de joie et de rayonnement? Les adultes que nous sommes sont invités cependant à redevenir comme de petits enfants et à garder en eux la fraîcheur et la spontanéité du Vivant. Ne craignons pas, ce faisant, d'ouvrir nos coeurs intérieurement à de profondes espérances, à plus de Lumière et de joie de vivre! Faisons si possible place dans nos vies à la dimension du sacré et soyons attentifs à incarner la foi et la confiance placées dans "plus grand que soi" quelles que soient nos croyances…

Lyliane

Pétition Nutriscore pour booster l'action!

MOULINS-LES-METZ, France

28 nov. 2018 — 

Allez, plus qu'une personne et nous sommes à 130 000 signatures ! Un très bon score.

Nous savons qu'il est dur de nous faire entendre par le gouvernement et cette pétition donnera des arguments aux acteurs de santé publique pour arriver à notre objectif : afficher obligatoirement le NutriScore des aliments sur tous les supports publicitaires.

Continuons à signer car je peux vous assurer que le combat continue. Les média n'en parlent pas mais les chercheurs continuent et ne lâchent pas.

Faites tourner cette pétition autour de vous pour donner encore plus de poids à cet important action de santé publique.

Merci à toutes et à tous.

Audrey

Grâce à vous cette pétition a une chance d'être victorieuse. Nous avons juste besoin de 19 940 signatures en plus pour atteindre le prochain objectif - Pouvez-vous aider ?Aidez cette pétition à prendre de l'ampleur

29/11/2018

Des batteries lithium qui carburent plus vert...

Mr Frédéric Brenon s'est intéressé, dans le journal 20 Minutes du 23/11/2018, aux travaux de chercheurs nantais, qui ont travaillé à la mise au point de matériaux issus de la biomasse. "Naturellement abondants, faciles à recycler (ils peuvent être détruits par combustion), ces substituts n'étaient jusqu'à présent pas aussi performants que le procédé LI-ion du moment", écrit-il. Mais des chercheurs du CNRS  basés dans les Universités de Nantes et de Picardie viennent de trouver la formule pour obtenir des résultats comparables. Comment? En ajoutant du magnésium!

Ils ont, en effet, remplacé 50% du lithium par du magnésium, nous explique depuis Nantes Mr Philippe Poizot. Cela leur a permis d'élaborer une batterie organique affichant une tension de 2,5 volts. A leurs yeux, c'est un record! Ils ne s'attendaient pas à un tel bénéfice. De plus, le magnésium est un élément abondant dans la nature et donc il sera peu cher. En outre, il est non-toxique. Cette découverte a été publiée fin octobre 2018 dans Nature Communications. Elle ouvre des perspectives encourageantes pour les batteries, mais aussi pour la recherche fondamentale. Ils ont reçu un accueil chaleureux lors de congrès internationaux et des industriels commencent à s'y intéresser...

Jusque là, nous n'avions à disposition que des batteries lithium-ion et ces accumulateurs étaient critiqués pour leur bilan environnemental. Le nickel et le cobalt nécessaires au fonctionnement de nos appareils électroniques sont en effet des métaux rares, non recyclables et dont l'extraction cache parfois des conditions sociales déplorables, comme le travail des enfants. Cette découverte vient donc à point nommé et il faut espérer que scientifiques et industriels vont s'y intéresser de près.

Pour approfondir le sujet, consulter par exemple le site internet: www.20minutes.fr

 Lyliane

Proposition de créer une banque européenne pour financer la transition énergétique...

Alors que les esprits s'échauffent dans notre pays au sujet du prix des carburants et à la veille de l'ouverture en Pologne (le 3/12/2018 à Katowice) de la COP 24, je trouve intéressant de rappeler l'idée d'un Pacte financement climat, lancée par Mr Jean Jouzel en 2017 et signé par plus de 150 personnalités. Le Journal Télérama vient de recueillir les propos de cet éminent scientifique et climatologue français formé à Saclay, qui a été vice-président du groupe scientifique du GIEC depuis 2002. Ce chercheur, jusque là relativement optimiste, commence à trouver que nous avons perdu beaucoup de temps faute d'organisation, de moyens mis en oeuvre et de décisions politiques notamment. Il nous interpelle sur "un magnifique projet européen".

Mr Vincent Rémy lui donne la parole sur le sujet brûlant du réchauffement climatique et les solutions à notre portée. Les répercussions directes de l'élévation des températures des terres et des océans annoncées depuis 1992 à RIO (Brésil) commencent à surgir au plan mondial: vagues de chaleur, incendies gigantesques, fonte des glaces, inondations, migrations de personnes touchées par la désertification, prolifération d'algues Sargasses comme aux Antilles… En seulement 50 ans, nous avons envoyé dans l'atmosphère par la combustion du gaz, du charbon et du pétrole des centaines de milliards de tonnes de CO2. En 150 ans, nous sommes en effet passés de 300 ppm à plus de 400 ppm (partie par million soit 300 cm3 de CO2 par M3 d'air), une accélération sans précédent...

Or, les pays du Nord (américains et européens), s'ils commencent à mesurer le phénomène du réchauffement et sa gravité, sont loin de tout faire pour limiter l'usage de la voiture, pour développer les transports publics, mettre l'aviation low cost au pas (car le kérosène n'est pas taxé), chercher d'autres modèles de développement économique que ce soit dans le domaine de l'agriculture, de l'industrie, de l'énergie… Beaucoup d'entre nous espèrent encore "continuer à vivre comme avant", soutiennent de grands projets absurdes, des solutions obsolètes mettant en avant un transport en progression, des énergies fossiles ou des métaux rares, sans prendre des mesures individuelles de modération pour œuvrer en faveur du climat.

Je trouve de ce fait particulièrement intéressant que Mr Jouzel souligne l'instauration nécessaire d'une justice climatique dans nos pays (écarts de revenus entre riches et pauvres) et surtout envers les pays du Sud directement menacés pat l'élévation du niveau des océans. Il propose de se limiter à un maximum de 1,5 degré d'augmentation des températures d'ici 2050 pour éviter de plus amples catastrophes touchant nos descendants. Pour aider la transition énergétique, il suggère, avec d'autres scientifiques, la création d'une Banque européenne du climat, qui mettrait à disposition des prêts à taux zéro, ainsi qu'un budget européen de 100 milliards d'euros par an, appuyés sur une taxe modique de 5% sur les bénéfices non réinvestis des sociétés. Ce projet pourrait entraîner la création  de 6 millions d'emplois en Europe et de 600 000 à 900 000 en France.

Pour approfondir le sujet, lire par exemple et offrir autour de soi pour les fêtes les deux ouvrages suivants: "Pour éviter le chaos climatique et financier, une solution simple" de Mrs Jean Jouzel et Pierre Larrouturou aux éditions O. Jacob publié en 2017( 22 euros) et "Finance, climat, réveillez-vous! Les solutions sont là " de Mme Anne Hessel, Jean Jouzel et Pierre Larrouturou aux éditions Indigènes publié en 2018 (8 euros).

Lyliane

Ces médias qui valorisent l'innovation locale...

Dans le journal La Croix du 9 novembre 2018, Mme Aude Carasco écrit un long article concernant le journalisme de solutions, qui "en parlant des initiatives citoyennes, sociales ou solidaires, fait évoluer le journalisme". Ce courant éditorial, qualifié également de journalisme constructif ou d'impact, traite des problèmes de société sous l'angle des solutions possibles. Il met en valeur les initiatives ou alternatives portées par des citoyens, élus ou entrepreneurs qui innovent à leur échelle.

Une dizaine de médias se sont spécialisés dans ce journalisme dont des revues (We demain), des magazines (Kaizen, Imagine demain le monde) ou des sites (Reporterre, ID l'Info durable). il y a aussi des émissions de radio et de télévision (Carnets de campagne, CO2 mon amour, Terra Terre ou des quotidiens comme Nice Matin, Libé des solutions, cahier Initiatives et solidarités dans La Croix… En France, une association comme Reporters d'espoirs travaille depuis 2004 avec La Journée des Solutions associant 50 rédactions. A l'échelle mondiale, Sparknews, lancé en 2012, organise chaque année un 'Impact Journalism Day" et partage sur son site des projets porteurs de solutions.

Chez nous, cela avait commencé en 2016 avec le quotidien Nice-Matin, suite à la mobilisation auprès des lecteurs en 2014 pour racheter le journal, se souvient Mr Damien Allemand, responsable numérique de ce journal régional alors en difficulté financière. Or, en 2 ans, "le titre a réussi à fédérer 10 000 abonnés autour d'une offre numérique collaboratrice et payante faisant la part belle au journalisme de solutions". Chaque mois, en effet, les abonnés à Monjournal votent parmi trois sujets proposés. Le thème retenu donne lieu ensuite chaque semaine à un reportage associant le lecteur (questions/réponses, réactions, enquêtes, entretiens) via "Facebooklive". Les lecteurs, représentés au Conseil d'Administration, assistent régulièrement aux débats organisés par la rédaction.

Tout d'abord, le journal avait mis en place des "trophées des solutions" récompensant les plus belles initiatives de la région. puis elle est allée plus loin en ouvrant, au sein de ses locaux, un espace pour valoriser l'écosystème local en permettant par exemple à de jeunes entreprises de tester leurs solutions auprès des lecteurs. Un documentaire en cours de montage de Mme Anne-Sophie Novel, docteure en économie du développement et journaliste, va montrer les bienfaits de ce type de démarche pour regagner la confiance du public. C'est déjà le cas au Danemark, aux Etats-Unis et à Londres, où le lien avec le lecteur a été crée.

Pour certains journalistes comme Mme Novel, "les médias ont un rôle important à jouer pour faire bouger la société toute entière. Il ne s'agit pas seulement de dénoncer, de rendre compte, mais surtout d'accompagner le lecteur dans ses réflexions et évolutions de comportement, de travailler avec des acteurs de la société agissants et montrer comment cette société émergente s'organise". Cette vision  est partagée par les acteurs de terrain comme Mr Jean-Yves Pineau, directeur des Localos, collectif qui accompagne les projets de développement local. 

Mais ce type de journalisme régional reste encore marginal en France. Peut-être faudrait-il former les journalistes, leur faire toucher du doigt ce qu'est l'E.S.S. (économie sociale et solidaire) et connaître ses enjeux… Pourtant, remarque Mr Denis Cheissoux qui anime CO2 mon amour depuis l'an 2000, "l'animal social que nous sommes a besoin  d'espoir pour avancer". Notre société est en mutation, reconnaît Mr J.D. Siegel (We Demain). Il voit cependant que certains, via des partenariats avec des marques, cherchent "un verdissement de leur image", mais le mouvement vers un journalisme des solutions semble bien en marche.

Pour aller plus loin, lire l'ouvrage de Mr Emile Kovacs publié cette année par Librinova intitulé: "Journalisme des solutions ou la révolution de l'information".

Lyliane

28/11/2018

L'année 2018 a été marquée par des victoires et des avancées décicives, selon Greenpeace...

Un peu d'auto-satisfaction ne nuit pas quand on est une association qui œuvre en faveur de l'écologie partout dans le monde! Greenpeace en effet vient de publier un bilan encourageant de "la saison 2018". Je reprends pour notre blog l'essentiel de ce qui a été couronné de succès parmi toutes les propositions de cette ONG. "Pas à pas, écrit le journaliste de Greenpeace, nous faisons reculer les pollueurs et des résultats sont là, qui nous encouragent à continuer et à espérer".

En février 2018, en Italie, la ville de Rome a pris la décision d'interdire les véhicules diesel d'ici à 2024. En mars 2018, la Chine a engagé des mesures concrètes contre les bateaux impliqués dans la pêche illégale et battant pavillon chinois. Puis, en avril 2018, l'Union Européenne a interdit 3 pesticides tueurs d'abeilles, fabriqués par les géants de l'agrochimie Bayer et Syngenta. Ensuite, courant mai 2018, la Russie a répondu aux demandes de Greenpeace de sauvegarder la forêt de Dvinsky en créant une réserve naturelle de plus de 3000 km2 au cœur de cette forêt.

En France, en juillet 2018, 80 entreprises se sont engagées à supprimer les produits chimiques dangereux d'ici à 2020. Pendant ce temps, la Cour Européenne de justice a statué sur les nouveaux OGM: ils devront se conformer à la législation européenne comme les OGM traditionnels. En octobre 2018, un sérieux revers a été imposé à l'entreprise RWE en interdisant, pour un an au moins, la destruction de la forêt d'Hambach (Allemagne) au profit de l'expansion d'une mine de charbon. Enfin, suite à l'adoption de la loi "agriculture et alimentation" par l'Assemblée Nationale, un repas végétarien sera proposé au moins une fois par semaine dans toutes les cantines scolaires françaises à titre expérimental pendant deux ans.

Suite à une expédition au pôle Sud avec le bateau Arctic Sunrise, l'ONG Greenpeace, accompagnée de l'acteur Javier Bardem, a demandé de créer dans l'Océan Antarctique le plus grand sanctuaire marin du monde pour préserver la biodiversité et le climat mondial. Un peu partout sur la planète, dans le courant de l'année, des militants ont protesté contre des centrales nucléaires menaçant la sécurité des citoyens et citoyennes (France). Ils ont aussi demandé à leurs gouvernements d'agir contre la pollution plastique (Hongrie...) et ils ont protesté contre l'exploitation des sables bitumineux comme au Canada.

Il reste beaucoup à faire encore, par exemple pour amener les principales enseignes de la grande distribution française vers une production et une vente de fruits et légumes sans pesticides, pour changer le système de la PAC (politique agricole commune) qui pousse à l'intensification de l'élevage, pour réduire voire supprimer les véhicules diesel qui émettent des quantités dangereuses d'oxyde d'azote… Sans oublier la protection des forêts  tropicales en Indonésie mettant en cause des multinationales comme Unilever, Colgate, L'Oréal, Nestlé...qui exploitent l'huile de palme et favorisent la déforestation. Partout dans le monde des mesures sont proposées pour réduire la pollution de l'eau et de l'air ...

Il reste donc pour 2019 de nouvelles perspectives et des objectifs à atteindre pour lutter par exemple en Europe contre les risques nucléaires et réduire les gaz à effet de serre, changer de modèle agricole et soutenir la transition agroécologique. Mais aussi près du récif de l'Amazone pour écarter les projets de forage de Total et partout dans le monde pour exiger un traité mondial pour protéger les océans et continuer à préserver les forêts primaires... Notre avenir sera fonction de notre investissement citoyen et de notre vigilance. Construisons ensemble un monde plus sain et plus juste, partout respectueux de la Terre et de tous les êtres qui la peuplent, notamment en aidant les organismes comme Greenpeace et d'autres aussi qui agissent sur le terrain!

Cela pourrait se faire grâce à la mobilisation citoyenne s'appuyant sur des expertises scientifiques et des actions directes non violentes. Au plan français, saisissons nos élus pour faire changer la PAC, le type d'agriculture soutenu par la Commission Européenne, pour interdire toute utilisation d'OGM et de pesticides sur le sol national, pour favoriser les transports non polluants, mettre fin aux autoroutes qui détruisent les forêts comme pour le contournement de Strasbourg. Interpelons aussi nos maires pour faire changer les menus des cantines scolaires, les directeurs d'EHPAD comme d'hôpitaux et de cliniques pour exiger des repas de qualité biologique avec moins de viande pour les personnels comme les patients. Refusons le fatalisme et impliquons nous dans tous les domaines à notre portée!

Pour joindre l'ONG Greenpeace, consulter sur Internet: www.greenpeace.org.

Lyliane

 

27/11/2018

Pour la consommation, la médiation gagne à être connue...

"Que faire quand un professionnel reste sourd à vos demandes de remboursement ou d'explications à la suite d'un litige?" demande Mr Nicolas Raffin dans le petit journal gratuit 20 Minutes. Beaucoup de consommateurs hésitent à se tourner vers la justice, compte-tenu des délais ou des montants en jeu. Pourtant, une autre voie est possible depuis janvier 2016: la médiation de la consommation. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGC-CRF) vient d'organiser une conférence de presse pour mieux identifier ce recours.

Pour que votre saisine soit valable, il faut impérativement avoir déjà contacté le professionnel en cause (opérateur téléphonique, banque…) via une réclamation écrite (courrier en recommandé). en cas de retour insatisfaisant de sa part ou s'il ne répond pas dans les é mois, vous pouvez saisir un médiateur. "Les professionnels doivent informer les consommateurs de son existence", rappelle Mme Virginie Beaumeunier, directrice de la DGC-CRF. Cela peut se faire via leur site, les conditions générales de vente ou tout moyen approprié (affichage en boutique...).

Si vous avez du mal à trouver cette information, la liste officielle des médiateurs est disponible sur le site de la DGC-CRF. Leur impartialité est vérifiée par une commission d'évaluation spécifique de la répression des fraudes, le CECMC. en 2017, les médiateurs ont examiné environ 40 000 litiges, dont 30 000 ont pu être menés à leur terme. Dans 76% des cas, la proposition du médiateur est acceptée par les deux parties.

Pour compléter cet article ou trouver la liste des médiateurs de notre pays, contacter par exemple sur internet: 

https://www.dossierfamilial.com › consommation ou www.service-public.gouv.fr
 
 
 

Atelier créatif avec les Résilientes et l'Association Emmaus...

Selon Mr Xavier de Jarcy dans le journal Télérama, la jeune designer Eugénie de Larivière, formée à l'école d'Eindhoven, a fondé en 2017 "Les Résilientes" avec l'Association Emmaüs Alternatives. Elle sait par expérience que créer, inventer, fabriquer fait du bien au moral. Aussi, a-t-elle ouvert des ateliers créatifs avec des salariés en réinsertion et des bénévoles.

Les matériaux sont piochés dans un stock d'objets récupérés, mais non réutilisables en l'état, comme des pulls en cachemire, des pelotes de laine, des cintres en métal… Tout cela devient un coussin, des corbeilles, la structure d'un abat - jour"... Chaque pièce est produite à la main. elle est donc unique!

Nous voici donc dans l'énergie circulaire! Cela procure des fonds à l'association et réjouit les bénévoles. Il faut compter environ 45 euros pour un objet transformé. Pour plus d'informations, s'adresser à: www.lesresilientes.com ou www.label-emmaus.com.

Lyliane