Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2018

Lait contaminé Lactalis: pétition à signer.

epuis un mois, 35 nourrissons ayant consommé du lait contaminé Lactalis sont atteints de salmonellose. Ségolène, maman d'un bébé de 5 mois lui aussi infecté, a lancé une pétition signée par 50 000 personnes pour que les produits infantiles soient soumis à plus de contrôle. 

Cette semaine, les principaux groupes de distribution alimentaire ont reconnu avoir vendu des lots de lait contaminé dont le retrait avait pourtant été ordonné, mettant en danger la santé de milliers d'enfants partout en France. Pour Ségolène et les familles de victimes, les industriels et le gouvernement doivent prendre leurs responsabilités pour éviter d'autres contaminations.

"Nous demandons la totale transparence sur les processus de fabrication pour un meilleur contrôle de ce que mangent nos enfants." déclarait il y a quelques jours Ségolène dans la presse.

Vous voulez rejoindre le mobilisation ? Cliquez ici pour signer la pétition.

 
 
 
Adressée à Bruno Le Maire, Agnès Buzyn, Professeur Boris Vallet, Stephane Travert, Guillaume Garot, Roger Genet, Roland Lescure, Jean-Philippe Girard, Michel Nalet, Emmanuel Besnier, Paul Bulcke, Mark Schneid...
 
 
   

51 481
Signataires

 
 

 

 
 
J
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
         
 
  
   
 
 

06/01/2018

Résistons contre les 11 vaccins obligatoires avec la proposition de la Société de Médecine Homéopathique...

Bonjour chers amis, et tous nos vœux pour 2018

Votre première action 2018 est de vous associer avec Ensemble pour une vaccination libre (EPVL) en leur renvoyant les 3 documents demandés signés …

Pour l’avenir et la santé de nos enfants et petits enfants

On vous tiendra au courant des résultats…

Homéopathiquement vôtre

Isa

 

Association Promotion de la Médecine Homéopathique

Isabelle ROSSI , présidente

23 B, rue Bourget 69009 LYON

http://apmh.asso.fr

0033 689 28 33 20

 

 

Notre premier acte de résistance contre les 11 vaccins obligatoires : une plainte pénale !

 

Après deux semaines de recherches et d'analyses d'une importante compilation d'informations, l'équipe de juristes dirigée par Maître Serge Lewisch du barreau de Paris (lewisch@orange.fr) 132, bd du Montparnasse 75014 Paris France, et de spécialistes des questions de santé nous propose de déposer près du Procureur de la République de Paris une plainte contre X pour les infractions ou tentatives d'infractions suivantes :
 

. emploi ou administration de substances de nature à entraîner la mort, empoisonnement

article 221-5 du Code Pénal
 

. administration de substances nuisibles ayant porté atteinte à l'intégrité physique ou psychique

article 222-15 du Code Pénal
 

. violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité

article 221-6 du Code Pénal
 

. exposition d'autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité

article 223-1 du Code Pénal
 

. expérimentation sur la personne humaine sans avoir recueilli le consentement libre et éclairé des titulaires de l'autorité parentale

article 223-8 du Code Pénal
 

. abus frauduleux de l'état d'ignorance ou de la situation de faiblesse d'un mineur pour conduire ce mineur à un acte qui lui est gravement préjudiciable.

article 223-15-2  du Code Pénal
 

. violation du principe d'indépendance des experts
 

. conflit d'intérêt par une personne dépositaire de l'autorité publique

article 432-12 et 432-13 du Code Pénal
 

. trafic d'influence

article 433-2  du Code Pénal
 

. non obstacle à la commission d'une infraction et non-assistance à personne en danger

article 223-6 al. 1 et 2 du Code Pénal
 

. tentative de ces infractions

          article 121-5 du Code Pénal

 

Nous demandons à toutes celles et à tous ceux qui sont concernés par le sort des 800 000 bébés qui naissent tous les ans, que vous soyez ou non parents ou grand-parents, de nous rejoindre après avoir lu avec attention la plainte pénale ci jointe.

 

De nombreux futurs parents sont angoissés : « serait-ce dangereux pour mon enfant de ne pas le vacciner » ?   A ce sujet, comme il est démontré dans la plainte pénale, la propagande qui nous assène que "les vaccins c'est bon pour les nourrissons" (afin de nous rendre dociles face à l'obligation d'injecter dans le corps de bébés les substances nuisibles contenues dans ces 11 vaccins), est scientifiquement infondée.

 

D'ailleurs le gouvernement français est l'un des seuls dans le monde et en Europe de l'Ouest qui veuille imposer un nombre aussi grand de vaccins !

 

A l'heure actuelle, si aucune action n'est entreprise, les futurs parents vont devoir inoculer à leur nourrisson de six semaines des produits hautement toxiques qui mettront en danger sa santé et même sa vie.

 

De nombreux procès en responsabilité sont à prévoir devant les juridictions civiles, comme dans les affaires de l'amiante ou du médiator, mais on sait qu'ils peuvent durer de très nombreuses années et que les laboratoires ne les craignent pas, compte tenu des milliards d'euros qu'ils attendent de la commercialisation de ces vaccins.

 

Naturellement, si vous êtes de futurs parents qui en 2018 devrons inoculer à leur nourrisson de six semaines 11 vaccins, merci de nous le préciser.

 

N'attendons pas de constater la catastrophe qui s'annonce !

 

La seule solution pouvant être rapidement efficace est aujourd'hui une plainte pénale.

 

Pour résister avec nous, il vous suffit de :

1.     De télécharger, de lire la plainte pénale avec attention Cliquez ici pour la plainte pénale ;

2.     D'imprimer et de signer la dernière page de la plainte pénale ;

3.     De télécharger et d'imprimer et de le remplir (renseignements sur l'état civil, etc.) : Cliquez ici pour le formulaire ;

4.     De faire une copie de votre pièce d'identité ;

5.     De numériser ses trois documents ;

6.     De nous les renvoyer par email à l'adresse suivante : plaintepenalevaccins@gcpww.org 

Bien à vous et très amicalement.

 

Sophie Guillotporte-parole du collectif « Ensemble pour une Vaccination Libre » contact@epvl.eu 

Pierre Lefevre, porte-parole du collectif « Libre consentement éclairé » lefevre@gcpww.org

 

* * *

 

Notre action est soutenue par MEDECINE & PHARMACOPEE CHINOISES FRANCE qui se met bénévolement à notre service pour la gestion administrative de notre collectif - Vous pouvez soutenir son action en faisant un don même d'1 euro symbolique :

Afin d'éviter les frais retenus par Paypal (5 %), le mieux est de faire un virement bancaire, même pour 1 euro !  Coordonnées bancaires  :

IBAN : FR76 1820 6002 5765 0396 8037 242 – BIC : AGRIFRPP882

RIB : BANQUE : 18206 GUICHET : 00257 N° de COMPTE : 65039680372 CLÉ : 42

DOMICILIATION : PARIS ORDENER (00257)

TITULAIRE DU COMPTE : ASSOC. MÉDECINE ET PHARMACOPÉE CHINOISE FRANCE

 

Cliquez ici pour la plainte pénale

 

Cliquez ici pour le formulaire

 

Si vous souhaitez vous désinscrire de notre newsletter, cliquez ici

Répondre

Répondre à tous

Transférer

   
 

Cliquez ici pour sélectionner Répondre, Répondre à tous ou Transférer

 

 

 

14/12/2017

Contre les tueurs d'abeilles : nous gagnons du terrain!

 
 
 
 
 
 

photo une bulletin pollinis

Bulletin liaison

Chère amie, cher ami,

Notre mobilisation pour en finir avec la disparition massive des abeilles en Europe gagne du terrain !

Contre les tueurs d’abeilles que l’industrie agrochimique veut à tout prix nous imposer au détriment des pollinisateurs, et de la santé et de l’alimentation de toute la population, nous avons réussi à faire déposer une série d’amendements salutaires qui mettraient fin, ni plus ni moins, à la commercialisation de tous les pesticides néonicotinoïdes en Europe.

Pour obliger les députés européens à voter le texte, la mobilisation ne faiblit pas : plus de 270 000 personnes ont déjà participé à l’action, et nous avons réussi le tour de force d’inviter les scientifiques indépendants, qui tirent la sonnette d’alarme depuis des années sur les effets désastreux des pesticides néonicotinoïdes sur les abeilles, au cœur du Parlement européen pour qu’ils puissent convaincre de vive voix les députés.

Toute l’équipe de POLLINIS est sur le pont pour que notre pression sur les députés soit plus forte que celle des lobbys. Pour en savoir plus sur cette action, rendez-vous ici > Néonicotinoïdes : POLLINIS invite les scientifiques à Bruxelles.

Mais parce que la lutte au coude à coude contre l’agrochimie est longue et fastidieuse, et qu’il peut se passer encore des années avant que les dirigeants politiques n’acceptent de transiter vers un modèle agricole qui ne repose pas sur le tout-chimique et respecte la nature et les pollinisateurs dont dépendent les cultures, POLLINIS mène aussi des actions de fondpour protéger les abeilles localementvaloriser les écotypes d’abeilles locales naturellement résistantes, et explorer les pistes agricoles les plus prometteuses pour l’agriculture de demain.

Tout ce travail au quotidien, nous ne pouvons le mener que parce que nous pouvons compter sur une équipe expérimentée et motivée, dédiée à 100 % au combat, et sur un noyau de personnes qui ont bien compris que sans moyens financiers aucune bataille ne peut être gagnée.

C’est grâce à ces généreux donateurs, et à leur engagement et leur soutien sans faille, que POLLINIS peut accomplir les actions nécessaires à la défense et la préservation des abeilles, en France et en Europe.

Notre association garantit sa liberté et son indépendance en refusant toute subvention, de quelque organisme que ce soit.

C’est ce qui nous permet d’avoir les mains libres pour enquêter et dénoncer publiquement les manigances des lobbys de l’agrochimie pour continuer à faire autoriser leurs produits malgré les dangers pour l’environnement, les pollinisateurs ou la santé humaine ; ou révéler au grand jour les liens inacceptables entre l’agrochimie et les autorités sanitaires censées les contrôler ; ou encore montrer les moyens de pression qu’ils utilisent sur les décideurs politiques pour contrer la volonté des citoyens et s’assurer que leurs profits continuent à fructifier, au détriment de l’intérêt général…

C’est ce qui nous permet aussi d’associer des scientifiques et des experts indépendants à nos études, et de soutenir des projets importants pour l’avenir, comme la conservation des abeilles, le recensement des pollinisateurs sauvages ou le développement de méthodes d’agriculture alternative.

Si vous souhaitez, vous aussi, nous aider à continuer tout ce travail indispensable pour protéger les abeilles, maintenant et à l’avenir, et reconstituer un environnement agricole qui leur est favorable, vous pouvez faire un don grâce au formulaire sécurisé que vous trouverez en page 3 de notre bulletin d’information.

Un grand merci par avance pour votre soutien, et bonne lecture !

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

Lire le bulletin de liaison

 
 
 

POLLINIS Association Loi 1901
ONG indépendante, financée exclusivement par les dons des citoyens, qui se bat pour la protection des abeilles et des pollinisateurs sauvages en militant notamment pour un modèle agricole sans pesticide en Europe.

 
 
 
 
 
 
 
 
 

13/12/2017

Mise à jour sur la pétition pour frais bancaires aux défavorisés...


Lutte contre les Frais bancaires abusifs : Un premier engagement du gouvernement Bruno Le Maire, Ministre de l'économie et des Finances, vient de saisir le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) sur ce qu'il a qualifié de « chantier crucial pour l'équilibre des relations entre le secteur bancaire et nos concitoyens». L'UNAF voit cette mission comme une première victoire !
Le Ministre de l'Economie saisit le CCSF

Dans une lettre de mission, Bruno Le Maire demande au CCSF de lui « transmettre un diagnostic précis et des propositions concourant à  une meilleure maitrise des frais bancaires facturés aux consommateurs, notamment en cas d'irrégularités de fonctionnement de compte ». Il demande au CCSF d'examiner « le montant des frais, effectivement facturés, l'effectivité des dispositifs de plafonnement prévue par la réglementation » et de suggérer « différentes pistes pouvant permettre d'éviter les cas de facturations excessives notamment pour les publics modestes ou fragiles ».
Que le Ministre se saisisse de ce problème et missionne le CCSF est pour l''UNAF un signe très positif.
Les propositions de l'UNAF pour mieux protéger les familles


1. Plafonner l'ensemble des frais liés aux incidents de paiement.
2. Inciter les établissements bancaires à  mieux servir leurs clients exclus bancaires.
- Jouer sur la réputation des banques en rendant nominatives les données de l'Observatoire de l'Inclusion Bancaire.
- Co-construire, avec les établissements volontaires, de nouvelles offres bancaires.
- Lier l'obtention d'avantages fiscaux ou commerciaux aux bonnes pratiques en matière d'inclusion bancaire.
- Renforcer les contrôles des régulateurs (ACPR, DGCCRF).
3. Développer les Points conseil budget pour faire le lien entre l'offre et la demande, notamment en matière de produits et de relations bancaires.

UNAF : Communiqué de presse n°20.12.12.17

03/12/2017

BATTONS-NOUS POUR OBTENIR UNE LOI SUR L'AIDE ACTIVE À MOURIR !

 


MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

EUTHANASIE: QUAND LES MÉDECINS BELGES ACCOMPAGNENT LES PATIENTS FRANÇAIS

Marie GODARD
Cordes-sur-Ciel, France

26 NOV. 2017 — Cette mise à jour de la pétition va sans doute vous sembler un peu bric à brac mais c'est pour la bonne cause !

I - Vous trouverez plus bas le lien vers un récent entretien avec le Docteur belge Yves de Locht, qui nous fait part de certains témoignages de patients français venus lui demander son aide. Cet article est paru hier dans le Journal International de Médecine. À LIRE ABSOLUMENT !

II - Ensuite, quelques rappels à propos du FONCTIONNEMENT DE LA PÉTITION :

1) PÉTITION SUR INTERNET : 

- Je ne suis pas alertée lorsque vous laissez un commentaire sur la pétition. Si par hasard je le vois, j'y réponds bien sûr, mais VOUS ne serez pas alerté non plus, ce qui signifie que si vous souhaitez obtenir une réponse de ma part, il n'y a qu' UNE SEULE SOLUTION: VOUS DEVEZ M'ENVOYER UN MAIL À L'ADRESSE SUIVANTE: temoignagesfindevie@gmail.com

- Vous souhaitez témoigner ? N'hésitez surtout pas à m'envoyer votre témoignage, toujours à la même adresse, pour que je le mette sur le site www.temoignagesfindevie.fr. Je vous rappelle que les témoignages que j'aurai recueillis seront acheminés aux destinataires en même temps que la pétition.

- Vous n'arrivez pas à lires les commentaires ou les mises à jour ? C'est tout simplement que vous n'êtes pas connecté. 

Voici comment faire: 

En haut à droite de la page d'accueil de la pétition, cliquez sur "se connecter" . Il vous suffira ensuite d'indiquer votre adresse courriel et votre mot de passe et le tour sera joué. 

2) PÉTITION AU FORMAT PAPIER : 

- Vous pensez pouvoir obtenir des signatures de personnes qui n'ont pas accès à Internet ? Il est encore temps ! Il suffit de m'écrire à temoignagesfindevie@gmail.com .

Je le répète, il est inutile de me laisser un mot sur la pétition en me demandant de vous l'envoyer car je ne verrai pas ce mot et, même si par hasard, je le vois, je n'aurai accès à vos adresses mail et postale QUE SI VOUS ME LES DONNEZ.

- Vous avez recueilli toutes les signatures que vous pouviez espérer obtenir et vous être prêt à me retourner la pétition papier ? Voici l'adresse:

TÉMOIGNAGES DE FIN DE VIE
Lieu-dit La Borie
81170 Livers-Cazelles

III - J'ai été conviée à participer à une réunion départementale de LREM qui aura lieu dans deux semaines. Les sujets : Santé et Solidarité. Je ferai part de notre combat aux instances qui y assisteront et je proposerai mon aide pour que ce dossier continue de progresser. L'annonce récente de la saisine de notre pétition par le CESE me donne espoir.

IV - Et pour terminer, voici une TRÈS BONNE NOUVELLE ! La pétition frôle ce matin les 248.000 signatures, ce qui signifie que 20.000 personnes l'ont signée pendant les quatre derniers jours ! C'est énorme et je vous en suis profondément reconnaissante.

Je vous le rappelle, ce n'est qu'un début, continuons le combat !
Marie

Euthanasie : quand les médecins belges accompagnent les patients français

22/11/2017

Usine toxique à Montreuil : lettre ouverte à Nicolas Hulot et école fermée ce 22/11/2017!

 

 
 
MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

Usine toxique ouverte, école déserte ! Appel à ne pas mettre son enfant à l’école ce mercredi 22 nov

Fabienne PLANES CARY
Paris, France

21 NOV. 2017 — Chers signataires,

Milles merci à vous tous de votre soutien qui compte beaucoup pour nous : 37 800 signataires à la pétition !!!
Cela ne semble pas suffisant pour les décideurs qui continuer à laisser cette usine toxique fonctionner.

L’installation industrielle SNEM qui utilise des produits toxiques et dangereux sans les précautions nécessaires n'a pas sa place au milieu d'une ville et si près des écoles.

Je tiens à informer Nicolas Hulot, Ministre de la Transition écologique et solidaire, que les parents d'élèves élus FCPE, dont je fais partie, appellent toutes les familles à ne pas mettre leurs enfants dans les quatre écoles situées à proximité de l’usine, ce mercredi 22 novembre, afin de manifester contre cette intoxication industrielle quotidienne.

Nous demandons la fermeture immédiate de l’usine SNEM, la défense des salariés et la décontamination du site.

Que les décideurs politiques s’opposent enfin à ces pratiques industrielles dangereuses qui profitent uniquement aux multinationales et aux entreprises pour qui les intérêts financiers justifient tout !

Il en va de notre confiance envers nos institutions !

Continuez à nous aider :

- en faisant signer la pétition à vos proches Change.org/UsineMontreuil 

- cliquez ici pour partager cette vidéo sur Facebook :http://bit.ly/2zZTp0e

- cliquez ici pour partager cette vidéo sur Twitter : http://bit.ly/2Akb6dV 
Message du Tweet : «Usine toxique ouverte, école déserte ! Appel à ne pas mettre son enfant à l’école ce mercredi 22 novembre http://bit.ly/2zZTp0e @N_Hulot».

20/11/2017

Journée internationale des droits de l'Enfant:élargissons les critères déclenchant l'alerte enlèvement

 
 

MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

Journée internationale des droits de l'Enfant

Val A.
France

19 NOV. 2017 — Quelle meilleure date pouvais-je choisir pour le tournage du reportage sur la pétition que la date symbolique du 20 novembre journée internationale des droits de l'enfant.


 

 
 
Répondre
 
 
 
 
 
 

Pédophilie/Délai de prescription : donnons le temps aux victimes d'obtenir justice !

 


 
 

MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

Des preuves de souffrances à l'IRM.

Séverine MAYER
France

18 NOV. 2017 — Pour les personnes qui n'auraient pas vu ce documentaire : il est désormais possible de démontrer l'impact des viols, incestes, agressions sexuelles sur le cerveau et donc, la santé. 
L'IRM effectué sur Flavie Flament pour ce reportage montre des signes de souffrance, 30 ans après les faits. 
Des signes spécifiques, qui constituent des preuves médicales que les victimes sont des victimes. 
Un espoir pour toutes les personnes qui ont besoin de faire reconnaître leur douleur et surtout l'origine de leur douleur.
Je vous invite à partager massivement cet extrait vidéo. Il est temps de faire savoir que tôt ou tard, nous aurons gain de cause.
La mémoire traumatique est un élément qui doit être pris en considération.
Nous continuerons de démontrer que la pédocriminalité est un fléau aux effets désastreux sur la santé, la vie affective, sociale, professionnelle, familiale...

Toujours ensemble.

Flavie Flament réalise un IRM et prouve les effets d'un viol à long terme. (VIDÉO)
La " mémoire traumatique ", c'est celle qui subsiste de manière plus ou moins consciente à la suite d'un choc psychologique violent, souvent...
https://positivr.fr

19/11/2017

Monsanto et ses lobbyistes à Bruxelles...

Bonjour,

La Commission européenne a ENCORE échoué à rassembler assez de voix pour la réhomologation de l’herbicide préféré de Monsanto.

Mais la Commission va maintenant tenter un passage en force à l’aide d’un ultime vote qui aura lieu le 27 novembre -- pouvez-vous faire un don pour empêcher ce coup de force?



Enorme nouvelle: nous avons réussi à faire échouer le vote sur la réhomologation européenne du glyphosate -- il n’y a pas eu assez de pays de l’UE qui ont voté en faveur de la proposition de réautorisation de 5 ans de la Commission européenne pour que Monsanto puisse déboucher le champagne.

C’est une grande nouvelle qui montre qu’ensemble nous nous faisons entendre auprès des gouvernements de l’UE -- nous n’aurions pas pu accomplir cela sans les efforts et les dons de membres SumOfUs comme vous.

CEPENDANT: nous ne pouvons pas encore célébrer la victoire. La Commission va faire appel de ce vote et les pays de l’UE vont être appelés à s’exprimer une dernière fois le 27 novembre.

Le temps est compté. Nous avons besoin de remporter cette ultime bataille pour qu’enfin nous puissions nous réjouir de l’interdiction du glyphosate.

Pouvez-vous faire un don de 1 € pour nous aider à nous débarrasser du glyphosate pour de bon?

Il y a à peine quelques semaines, la Commission essaya de faire approuver par les pays de l’UE une réhomologation de 10 ans pour le glyphosate! Mais grâce à notre pouvoir collectif, nous avons pu faire écarter cette proposition.

Grâce à des membres SumOfUs comme vous, nous avons pu commissioner un sondage qui a montré que les européens veulent une interdiction IMMÉDIATE du glyphosate. Vos dons ont permis de diffuser ce sondage dans des médias européens clés comme Le Monde et Le Figaro -- et ce, à la veille du vote. Et le texte initial proposant une réautorisation de 10 échoua.

La Commission soumit alors une réhomologation de 5 ans -- sans même proposer une interdiction progressive de l’herbicide favori de Monsanto à l’issue de cette période.

La communauté SumOfUs et nos partenaires issus de toute l’Europe ne pouvaient accepter une telle proposition.

Des membres SumOfUs comme vous ont alors pris leur téléphone pour appeler leur décideur dans des pays clés, ou leur ont envoyé des messages par email et Twitter -- et nous avons même affiché ces message lors d’un rassemblement mémorable.

Et cela a marché. Monsanto et ses lobbyistes ont encore perdu.

Mais le géant du toxique n’abandonne pas pour autant -- et nous non plus! Toute la dynamique est de notre côté, et nous avons besoin d’une dernière mobilisation pour interdire une bonne fois pour toutes le dangereux herbicide de Monsanto.

Ensemble, nous avons bâti un mouvement massif de gens qui se dressent dignement face à Monsanto. Nous avons maintenant besoin d’user de tout notre pouvoir pour nous débarrasser du glyphosate.

L’autorisation actuelle de mise sur le marché du glyphosate prend fin le 15 décembre et nous devons faire en sorte que cette date soit le jour où nous célébrerons une victoire définitive.

Pouvez-vous faire un don de 1 € pour faire de 2017 l'année où nous aurons fait chuter Monsanto?

Merci pour tout ce que vous faites,

SomeOfUs

17/11/2017

Sauvons les abeilles grâce à Pollinis et au vote du Parlement Européen...

Chers amis,

POLLINIS a besoin de votre mobilisation, de toute urgence, pour empêcher les lobbies de l’agrochimie de saboter l’interdiction des tueurs d’abeilles que nous sommes en passe d’obtenir à Bruxelles.

Si ce n’est pas déjà fait, SVP signez sans attendre la pétition aux députés européens, et transférez ce message le plus largement possible autour de vous.

Il a fallu des années de bataille, les cris d’alarme répétés des apiculteurs qui voient année après année leurs cheptels se réduire, les rapports inquiétants des scientifiques qui dénoncent sans détours les effets mortels des pesticides néonicotinoïdes sur les colonies d’abeilles…

… la mobilisation répétée de centaines de milliers de citoyens qui refusent qu’on sacrifie les abeilles, et avec elles l’alimentation et la santé de toute la population, pour servir les intérêts à court terme de quelques multinationales influentes…

… et le travail au corps-à-corps mené par nos équipes auprès des parlementaires, rendez-vous après rendez-vous, pour les convaincre de prendre des décisions fortes et sans appel pour une interdiction définitive de tous les tueurs d’abeilles en Europe !

Le mois dernier, tout ce travail a porté ses fruits : une députée courageuse, Mme Maria Lidia Senra Rodriguez, a déposé nos amendements pour l’interdiction des néonicotinoïdes lors d’un projet d’initiative sur l’apiculture (1)(2).

Dans quelques jours – le 22 novembre exactement – ces amendements seront soumis au vote des quelques députés qui composent la Commission Agriculture du Parlement européen. Et s’ils passent ce cap, c’est l’ensemble des députés qui devront voter le texte en janvier 2018.

Je dis bien « s’ils passent le cap » : car en ce moment même, tous les lobbies des tenants du tout-chimique en agriculture se sont ligués pour tirer à boulets rouge sur nos amendements, et s’assurer qu’ils seront retoqués par les députés de la Commission Agriculture !

C’est pour ça que je fais appel à vous de toute urgence, pour nous aider à peser plus fort dans la balance que leurs chantages aux licenciements et leurs menaces de délocalisation.

Nous avons déjà réuni 157 000 signataires à notre pétition aux députés européens : aidez-nous à doubler ce chiffre dans les jours qui viennent en :

- signant vous-même, si ce n’est pas déjà fait, la pétition

- transférant ce message à tout votre carnet d’adresses

Expliquez bien à vos amis que, tant qu’on n’aura pas réussi à faire interdire l’ensemble des substances néonicotinoïdes tueuses d’abeilles au niveau européen, les scandales comme celui qu’on vient d’essuyer, en France, avec la mise sur le marché de deux produits contenant du Sulfoxaflor, un néonicotinoïde nouvelle génération qui va encore accélérer le déclin des abeilles et des pollinisateurs sauvages (3)…

…continueront à être monnaie courante, sans que les autorités françaises ne puissent, sur le long terme, s’y opposer.

La preuve : face à la mobilisation immédiate des citoyens et des apiculteurs, le gouvernement n’a pu négocier que… 3 mois de sursis, avant la vente effective du nouveau tueur d’abeilles (4) !

C’est au niveau européen qu’il faut maintenant obtenir cette interdiction salutaire pour les abeilles et notre avenir alimentaire. Et pour ça, il n’y a pas de meilleur espoir que le vote de l’amendement que nous avons arraché de haute lutte - et qui, sans votre aide, sera torpillé sans merci par les lobbies de l’agrochimie.

Il n’y a plus une minute à perdre :

Une étude spectaculaire menée à grande échelle en Allemagne pendant 27 ans vient de révéler que 76 % au moins des insectes volants auraient disparu depuis 1989. Et les chercheurs pensent que ces résultats auraient été les mêmes dans les autres pays européens ! (5)

Ces chiffres sont effrayants :

Les abeilles ne sont que la face émergée de l’iceberg. Leur déclin est visible par les apiculteurs qui s’occupent d’elles au quotidien. Mais avec elles, ce sont également des milliers de papillons, bourdons, bombyles ou syrphes qui succombent en silence : les chercheurs commencent à peine à lever le voile sur les effets des pesticides néonicotinoïdes sur les pollinisateurs sauvages – et ce qu’ils trouvent fait froid dans le dos…

Les pollinisateurs sont essentiels à la qualité, la quantité et la diversité de notre alimentation, et assurent la reproduction de plus de 80% des fruits, légumes et plantes à fleurs (6).

Les tomates par exemple, ne peuvent être pollinisées efficacement que par les bourdons, les seuls à pouvoir faire vibrer ces fleurs pour qu’elles libèrent leur pollen (7). Or près de la moitié (46%) des espèces de bourdons d’Europe sont en déclin (8)…

Selon une étude publiée en Décembre 2016 dans la revue Nature, l’augmentation du nombre de maladies qui résulteraient de la disparition de certains pollinisateurs majeurs pourrait engendrer 1,4 million de décès supplémentaires chaque année dans le monde (9).

Face à ces chiffres apocalyptiques, il n’y a pas à tergiverser. Et pourtant : certains députés se laissent encore tenter par les arguments court-termistes de l’industrie agrochimique…

Montrez-leur que leurs électeurs n’acceptent pas qu’ils sacrifient une seconde de plus les abeilles et les pollinisateurs !

PHASE 2 Je signe la pétition

De notre côté, nous continuons à multiplier les rendez-vous au Parlement européen, pour convaincre les députés de voter nos amendements salutaires pour les abeilles.

Si notre démarche est soutenue par plusieurs centaines de milliers de citoyens européens, croyez-moi, même les plus réfractaires d’entre eux y verront une menace à leur réélection, et seront forcés de se ranger de notre côté.

Nous sommes en passe de gagner cette bataille : il ne faut que 2 petites minutes de votre temps pour faire pencher la balance.

SVP, cliquez sur ce lien pour signer la pétition, et diffusez ce message le plus largement possible autour de vous – en le transférant à vos amis par email, ou en partageant cette action sur les réseaux sociaux.

16/11/2017

Cyberaction en faveur de l'agriculture biologique.

bandeau-lettre

 

 

//Cyberaction N° 952: Reconduction du crédit d'impôt pour l'agriculture biologique

Les députés ont prorogé jeudi en commission des finances la reconduction du crédit d'impôts en faveur de l’agriculture biologique jusqu’en 2020.

Nous vous proposons d'interpeller votre député pour l'inciter à voter cet amendement lors de son passage en séance.

https://is.gd/qrPdaB
Logo AB
Signez cette petition

 

 

14/11/2017

Libérer la Méditerranée des pollutions: RV le dimanche 26 Novembre 2017!

Olivier DUBUQUOY
France

8 NOV. 2017 — Le dimanche 26 Novembre rejoignez la flotte citoyenne pour libérer la Méditerranée des pollutions !

Lien de l'évènement : https://www.facebook.com/events/241787366353869/

Marins, navigateurs, pêcheurs, plaisanciers, kayakistes, piroguiers, paddlers... associations et organisations, nous vous invitons à nous rejoindre à la Seyne sur Mer sur vos embarcations pour une navigation citoyenne lors du départ d’Energy Observer, bateau-laboratoire de la transition énergétique (http://www.energy-observer.org/) pour la suite de son tour de Méditerranée.

Notez dès à présent cette date dans votre agenda !
Plus d'informations très prochainement.

Suivez nos actualités sur notre Newsletter : http://www.zea.earth/actus


ZEA
Libérons l’Océan !

Z | E | A
Zea website
http://www.zea.earth

13/11/2017

Arrêt des frais sur les incidents bancaires des personnes en situation précaire selon change.org

 

 
 
 

MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

20 000 SIGNATURES

Gisele GALLARDO
France

12 NOV. 2017 — MERCI A VOUS TOUS !
Merci à vous qui avez le courage de vous exprimer.
Merci pour vos commentaires et vos témoignages pertinents.
La souffrance engendrée par les procédures des banques à l'encontre des comptes en difficulté est beaucoup plus dramatique qu'on ne l'imagine.
Elles profitent des difficultés d'un grosse partie de la population pour s'enrichir.
En difficulté parce que, sans emploi, retraités, invalides, agriculteurs, artisans, commerçants, étudiants, personnes isolées et pour mille et une raisons différentes, désargentés à un moment ou à un autre de leur vie.
L'économie de la France ne va pas bien.
Les banques vont chercher l'argent où elles le trouvent.
Comment les gouvernants peuvent-ils laisser faire une ignominie pareille ?
Les banquiers ont-ils autant de puissance ?
Quelle valeur a le peuple « d'en bas » aux yeux des gouvernants, qui se suivent et ne font rien ?

Merci de faire tourner cette pétition.

Compte bancaire - La Société générale condamnée pour clauses abusives...
L'UFC-Que Choisir a obtenu du tribunal de grande instance de Paris l'annulation d'une quinzaine de clauses abusives contenues dans les...
https://www.quechoisir.org

10/11/2017

Obsolescence programmée... Greenpeace s'engage à la faire régresser!

J'apprends par un document émanant de Mr Robin Perkins, responsable de la dernière  campagne lancée par Greenpeace, qu'une avancée importante est à mettre au crédit de la mobilisation citoyenne en faveur de l'environnement. Il s'agit en effet de la firme Samsung qui s'est vue contrainte sous la pression des citoyens à recycler 4,3 millions de téléphones Galaxy Note 7 défectueux. Certes, il reste encore beaucoup à faire pour qu'Apple, Google ou Facebook s'engagent à utiliser 100% d'énergies renouvelables. Le secteur de l'informatique et du digital, en pleine croissance, continue pour le moment "à dévorer à pleines dents les ressources planétaires et à polluer sans compter". Sans oublier l'envers du décor avec les déchets toxiques qui s'accumulent dans certains pays pauvres!

Depuis 2007, en effet, 7,1 milliards de smartphones ont été produits et d'ici 2020, 6 milliards devraient encore être achetés. Les firmes produisant ces appareils fragiles, impossibles à réparer et rapidement incompatibles semblent avoir tout organisé pour que le consommateur soit obligé d'en changer souvent. L'obsolescence programmée de ces appareils et la surconsommation qui en découle ont des conséquences désastreuses pour l'environnement.

Obligeons donc ces entreprises technologiques à la pointe de l'innovation à favoriser l'énergie circulaire et le respect de notre planète. Ils ont les moyens financiers de trouver des solutions. Achetons nos appareils désormais de façon plus responsable ou même boycottons les firmes les plus réfractaires à changer leur mode habituel de fonctionnement. N'hésitons pas à partager ces informations avec nos proches et à signer des pétitions pour maintenir la pression sur les marques les plus polluantes. En préconisant une consommation plus responsable, nous finirons par réduire ou même stopper l'asphyxie de notre planète!

Pour obtenir davantage d'information à ce sujet, consultons le site Internet: www.greenpeace.fr.

Lyliane

07/11/2017

Contre le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires...

Contre le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires

Collectif Vaccins-Liberté, le 6 novembre 2017 à 12:07 • Modifié le 7 novembre 2017 à 07:21

Demande de suppression de l’Art. 34 du projet de loi de financement de la sécurité sociale, qui étend l'obligation de 3 à 11 vaccins.

Description

 
Nous demandons la suppression de l’Article 34 du projet de loi de financement de la sécurité sociale en 2018 qui contient l'extension de l'obligation de 3 à 11 vaccins.
 
 
Nous sommes contre cette extension pour 7 motifs principaux :
 
 
1) Elle porte atteinte aux libertés fondamentales et à la démocratie en bafouant la primauté de l’être humain et le consentement éclairé du patient.
 
2) Elle intervient dans la précipitation en dehors de toute urgence de santé publique.
 
3) Elle se fait par le biais d’une loi de finance alors qu’il s’agit d’une décision de société et de santé qui mérite de prendre le temps d’un vrai débat national et démocratique. Aucune étude d’impact sérieuse n’accompagne cette mesure.
 
4) Par ses mesures autoritaires, cette extension met en danger la cohésion sociale. Elle risque de diviser le pays, d’installer un climat de suspicion, de délation et d’insécurité.
 
5) Elle transforme les enfants non-vaccinés en parias de la société instaurant de fait un apartheid et risquant de provoquer une déscolarisation massive. C’est une atteinte au droit fondamental à l’éducation.
 
6) Elle transforme les parents « refusant » en délinquants coupables de maltraitance envers leur enfant et donc passibles de peines de prison et d’amendes lourdes.
 
7) L’extension de l’obligation exonère de fait les laboratoires pharmaceutiques de leur responsabilité juridique en cas d’effets secondaires et reporte l’indemnisation des victimes sur la solidarité nationale.
 
 
 
Voici nos motifs.
 
 
Non-respect de la Constitution
 
Ce projet de loi sur les vaccinations crée principalement un système d’obligations, de contrôles et de sanctions.
 
L’extension de 3  à 11 vaccins obligatoires, pour une importante fraction de la population, avec un système de sanctions non-explicite et la création d’un système de surveillance et de coercition impactant toute notre société, serait une décision majeure, qui, au fond, est peu en rapport avec le financement de la sécurité sociale.
 
Traiter de cette manière un sujet de société aussi grave est inacceptable et contraire à la Constitution. C’est, au mieux, un abus et, au pire, une forfaiture.
 
En empêchant un légitime débat démocratique qui se tiendrait dans des conditions appropriées à la gravité et l’ampleur du sujet, le Gouvernement trahit le Peuple et les Institutions Républicaines.
 
Nous demandons aux Parlementaires de saisir le Conseil Constitutionnel en vue de faire supprimer l’Article 34 du PLFSS-2018.
 
Nous invitons personnellement chaque Membre du Conseil Constitutionnel à considérer les enjeux de cette situation cruciale. L’Histoire se souviendra.
 
 
Des sanctions plus lourdes par défaut
 
Le projet supprime l’article 3116-4 sur les sanctions encourues par les parents en cas de manque aux obligations vaccinales, qui étaient : 6 mois de prison, 3750 Euros d’amende.
 
Le projet supprime l’article 3116-2 relatif à la limite d’âge des intéressés (c’est-à-dire des personnes à vacciner) jusqu’à laquelle des poursuites peuvent être intentées pour infraction aux obligations vaccinales.
 
Ce faisant, et donc par défaut, le cadre de sanctions qui s’appliquera pour ce qui concerne les parents, deviendrait l’article 227-17 du Code Pénal : 2 ans de prison, 30 000 Euros d’amende. La non-vaccination étant alors assimilée à une maltraitance ou à un abandon de famille.
 
L’exposé de motifs stipule de façon allusive : « La mesure supprime par ailleurs les sanctions spécifiques relatives au non-respect de l’obligation vaccinale, qui ne se justifient plus, car le code pénal comporte une infraction générale. »
 
Or cette information n’a pas été donnée explicitement par le Gouvernement, au point que des députés, y compris dans la commission des affaires sociales, sont restés dans l’ignorance de ce qu’ils étaient en train d’alourdir les sanctions possibles alors qu’ils pensaient être en train de supprimer toute sanction ! Même le rapporteur général du projet semblait ignorer ceci.
 
S’agissant du travail législatif à l’Assemblée Nationale, omettre d’expliciter de telles informations et d’en éclairer tous les aspects aux yeux des Représentants du Peuple, c’est, de la part des responsables, au mieux, un oubli critiquable et, au pire, une forfaiture.
 
 
La déresponsabilisation des industriels, au détriment de la population
 
Si huit autres vaccins devenaient obligatoires,  les responsabilités en cas « d’effets indésirables » ne seraient plus à la charge des industriels et seraient entièrement transférées à l’Etat. Alors que, déjà, pour les vaccins, les conditions de mise sur le marché sont moins exigeantes que pour les médicaments, et alors que l’Etat s’en remet aux industriels pour la réalisation des évaluations de leurs vaccins respectifs ( !), avec les doutes que ceci soulève, ces mêmes industriels ne risqueraient plus, dorénavant, d’être poursuivis en cas d’accidents post-vaccinaux.
 
C’est là une promesse de grands profits, et de risques minimisés, pour les industriels ; une promesse de risques sanitaires pour les vaccinés ; une promesse de risques financiers considérables et concentrés sur une seule partie prenante qui est l’Etat et donc la collectivité nationale.
 
Les conséquences financières de cette extension de l’obligation ne sont pas prévues par l’étude d’impact qui accompagne le PLFSS-2018.
 
 
La destruction de liens sociaux essentiels
 
Le projet impliquerait directement non seulement de nombreuses professions de santé mais aussi des personnels de « toute école, garderie, colonie de vacances ou autre collectivité d’enfants ». Le projet donnerait à ces personnels des missions de contrôle et donc de signalement.
 
Ainsi, des médecins seraient amenés à n’être plus seulement médecins mais aussi un peu enquêteur et policier. Puis dans le cas - fréquent - où ils sont payés à l’acte, ils seraient intéressés financièrement au nombre de vaccinations pratiquées au mépris du besoin de sa clientèle (Rémunération sur Objectif de Santé Publique (ROSP)).
 
De plus, il est prévu que le médecin soit juridiquement déresponsabilisé des conséquences de ses actes de vaccination, l’Etat assumant tout cela.
 
Le projet endommagerait gravement la relation de confiance entre le médecin et les familles, donc ici la qualité du système de santé.
 
Au lieu d’une médecine d’écoute, de dialogue, de compréhension, d’attention, de bienveillance, d’accompagnement, de soin, de fraternité, c’est-à-dire celle à laquelle aspirent tant d’usagers et de professionnels de santé, …
 
… c’est une relation d’exécution et de contrainte qui prendrait le pas.
 
Le projet méconnaît qu’au XXIe siècle, le médecin ne peut se prévaloir sans limites d’un ascendant sur une population supposée docile et ignorante.
 
D’autre part, avec ce projet, la plupart des responsables d’écoles, garderies, colonies de vacances ou autres collectivités d’enfants deviendraient, malgré eux, contrôleurs de la conformité aux obligations de vaccinations, donc signalant des infractions pénales.
 
Le projet compromet la relation de confiance entre ces responsables de collectivités d’enfants et les familles.
 
 
Renvoi des élèves et des enfants
 
Un point notable mais largement ignoré : le projet précise, à l’article L3111-2-II, que les justifications de l’exécution de l’obligation vaccinale seraient à fournir par les parents « pour l’admission ou le maintien dans toute école, garderie, colonie de vacances ou autre collectivité d’enfants ».
 
Ces trois mots - « ou le maintien » - sont nouveaux : ils n’existaient pas dans la loi en vigueur jusqu’ici.
 
(N.B. : Nous sommes choqués de constater encore une fois l’absence de ce point de débat, en séance à l’Assemblée Nationale, le 27 octobre dernier. Ce n’est pas démocratique.)
 
Ces termes ouvrent la possibilité légale du renvoi des enfants, aux motifs cités plus haut.
 
Le projet produirait donc de la ségrégation, de la violence sociale.
 
La France de 2018 va-t-elle inventer l’exclusion scolaire pour non-conformité du contenu d’un carnet de vaccinations ? Tout cela au nom d’une exigence administrative dont l’intérêt sanitaire est incertain.
 
Plaignons alors les enfants, leurs familles et les collaborateurs qui seront chargés d’exécuter ces besognes.
 
 
Etat contre parents et citoyens
 
La création de ce système de surveillance et de coercition à travers l’ensemble du système de santé et du système éducatif du pays creuserait un fossé entre l’Etat et les citoyens.
 
Au lieu de bâtir la société responsable, démocratique et émancipée à laquelle le XXIe siècle nous appelle, le projet est rétrograde : en marche arrière, vers un régime autoritaire, dont on prétend vouloir affranchir la planète.
 
 
Procès contre les parents
 
La ministre a osé, devant les médias, évoquer la possibilité pour des enfants non-vaccinés, d’intenter, quand ils atteindraient l’âge adulte, des procès à leurs parents. Est-ce une méthode de persuasion digne du Gouvernement, que d’évoquer un tel cauchemar à la face des familles ?
 
Ceci est choquant ; d’autant qu’en braquant la lumière sur un scénario extrême, on ne dit pas tout et l’on n’éclaire pas l’étendue des dégâts sociaux, structurels et diffus.
 
En effet, ce que la ministre n’a pas ajouté, c’est qu’une fois créé un système où auront nécessairement lieu certaines « infractions », chacun devra apprendre à se taire devant les professionnels en charge des contrôles. Et que, si l’on suit le même point de vue que la ministre, alors les parents hésitants, retardataires ou « fautifs » devraient se méfier de leurs enfants, des grands-parents, des voisins, … du médecin scolaire et du directeur d’école. Quel progrès social ! Quel projet pour la société française du XXIe siècle !
 
 
La France, à rebours de l’Europe
 
La plupart des pays européens n’imposent pas d’obligations vaccinales. Malgré cela, leur population est en aussi bonne santé que la nôtre.
 
Les parents de ces pays plus libres s’informent, dialoguent avec le corps médical, évaluent puis décident pour leurs enfants : leur libre choix peut être nuancé, personnalisé, révisé au fil du temps ; un dialogue libre et responsable de part et d’autre, du côté du médecin comme du côté des parents.
 
En France, la liberté et la responsabilité ne fonctionnent-elles pas bien, aux yeux du Gouvernement ?
 
 
L’oreille fine du Gouvernement pour l’industrie pharmaceutique
et son oreille sourde pour la volonté populaire
 
En été 2015, une pétition historique a recueilli un million de signatures (!), pour réclamer la simple application de la loi : que la vaccination limitée aux vaccinations obligatoires contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP) soit de nouveau possible. Un million de familles refusaient de se voir forcées - par l’incurie de l’État et de l’industrie - à pratiquer sur leurs enfants 4, 5, voire le plus souvent 6 vaccins du fait d’une pénurie commerciale injustifiable et permanente.
 
Cette pénurie du DTP ne présentait « pas que des inconvénients » pour les laboratoires pharmaceutiques. Non seulement les vaccins tétra-, penta- ou hexa-valents sont vendus beaucoup plus cher que le DTP, mais aussi le jeu du monopole sur tel vaccin facultatif, combiné au groupage des produits (plurivalence), maintient un prix élevé sur un marché captif. Et enfin le régime juridique des responsabilités des « effets indésirables » post-vaccinaux basculait vers l’État du fait même de l’association entre vaccins recommandés et vaccins obligatoires ! Triple ou quadruple avantage !
 
Deux ans plus tard, à l’été 2017, le Gouvernement fraîchement élu annonça, de façon surprenante et incongrue, l’extension des obligations de 3 à 11, sauf contre-indication médicale reconnue ! Et fin octobre 2017, nous découvrons un cadre de sanctions… dissimulées au débat, et alourdies !
 
Il est difficile d’imaginer une plus grande surdité politique vis-à-vis des citoyens.
 
 
Conclusion
 
Avec cette extension de l’obligation vaccinale à 11 vaccins par la manière forte, le Président de la République et le Gouvernement traitent les Français avec mépris.
 
Ils ne les considèrent pas comme des citoyens adultes mais comme des mineurs auxquels ils prétendent inculquer « la confiance par la contrainte ».
 
Nous entendons porter toujours haut l’étendard de l’Égalité, de la Fraternité et de la Liberté !
 
Nous refusons l’extension de l’obligation de vaccinations, et donc l’Article 34 du projet de loi sur le financement de la sécurité sociale en 2018.
 
Nous lançons un appel à nos Représentants, membres du Parlement Français, pour qu’ils rejettent cet Article 34 et au besoin saisissent le Conseil Constitutionnel.
 
Vive la République. Vive la France.
 
 
 
Associations et Collectifs soutenant cette pétition :
 
Ligue nationale pour la liberté des vaccinations (LNPLV)
Réseau des victimes des vaccins contre l'hépatite B (REVAHB)
Info Vaccins France
Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN)
Fondation Stacy
Maman Courage
Association Liberté Information Santé (ALIS)
Association internationale pour une médecine scientifique indépendante et bienveillante (AIMSIB)
Coordination nationale médicale santé environnement ((CNMSE)
Mouvement pour le respect des droits fondamentaux de la personne
Comité développement durable santé (C2DS)
 
Collectif Vaccins-Liberté
 
Collectif Ensemble pour la vaccination libre (EPVL)
 
Saisissez vos députés et sénateurs et faites des infos sur les réseaux sociaux.
 
C'est trop grave pour laisser passer ça.
 
Après le Lévothyrox nouvelle formule imposé tout l'été dans notre seul pays (LABORATOIRE MERX), qui a causé des troubles à une grande partie de la population française,  on peut s'interroger: serait-ce une façon d'accorder une manne financière aux laboratoires? 
 
 
 
 
 
 

Les victoires d'octobre du site de pétitions Change.org ...

   
 
 
En octobre, vos signatures ont fait bouger les lignes !

Bonjour

Vous signez régulièrement des pétitions urgentes et il vous est parfois difficile de réaliser l’impact de ces dernières. C’est pourquoi je vous propose un court résumé des grands moments qui ont marqué ce mois riche en rebondissements qui montre combien vos signatures nous aident à faire changer les choses.

Bonne lecture !

Alia et toute l’équipe de Change.org
 



Une nouvelle vie pour le musée des tissus !
 
Le musée des arts décoratifs et des tissus à Lyon

Après 22 mois de lutte, Daniel a enfin annoncé la grande nouvelle : le musée des tissus et des arts décoratifs de Lyon restera ouvert. Menacé de fermeture, l’incroyable musée renferme à lui seul 4 500 ans d’histoire et la première collection de textile du monde. Véritable joyau patrimonial, son sort n’a pas laissé indifférent les 134 866 signataires ainsi que des personnalités telles que Stéphane Bern et Bernard Pivot qui se sont mobilisés contre cette fermeture et qui se réjouissent désormais de cette victoire. Le destin du musée est dorénavant entre les mains de la région Rhône Alpes qui a récupéré le bâtiment pour un euro symbolique.
 
En savoir plus sur le sauvetage du musée
 


Baptiste a obtenu sa place en IME et a retrouvé le sourire !
 
Photographie de Baptiste 

Il aura fallu 5 mois et 46 162 signatures pour que Baptiste, jeune autiste de 16 ans, reprenne une scolarité normale et obtienne une place en Institut Medico-Educatif (IME). C’est après un grave accident que Baptiste a été déscolarisé pendant un an et demi. Inactif et déprimé, il souhaitait reprendre une scolarité normale et ses parents avaient demandé une IME en janvier 2017. Après avoir essuyé plusieurs refus faute de place disponible, Baptiste a enfin pu reprendre sa scolarité.
 
Découvrez le cri du coeur de la mère de Baptiste
 

Empoisonnés de Triskalia : la commission européenne va enquêter !​
 
Photographie des anciens salariés de la coopérative agro-alimentaire Triskalia

Empoisonnés par des pesticides sur leur lieu de travail, les anciens salariés de la coopérative agro-alimentaire Triskalia se battent depuis 8 ans pour dénoncer un scandale sanitaire, social et environnemental dont ils ont été directement victimes. Grâce à leur pétition qui a mobilisé 82 717 signatures, ils ont enfin obtenu victoire : la commission des pétitions du parlement européen va enquêter sur leur histoire.
 
Découvrez la déclaration de victoire
 

En octobre, une "petite" victoire qui compte aussi 
 

Une directrice d'école renonce à fermer une classe de maternelle 
 

06/11/2017

Arrêt des frais sur les incidents bancaires des personnes en situation précaire par Change.org




 

Adressée à Député de l'Eure Bruno Le Maire et 1 autre

Arrêt des frais sur les incidents bancaires des personnes en situation précaire

Il est inadmissible qu'une population en difficulté financière fasse la richesse des banques!

Selon 60 Millions de consommateurs, l’ensemble des frais liés aux incidents de fonctionnement représentent 30 à 35 % du chiffre d’affaires des banques de détail, soit 6,5 milliards de chiffre d’affaires chaque année.

N'est-ce pas un scandale? On ne peut pas accepter que les banques s'enrichissent en appauvrissant davantage une population suffisamment touchée par la conjoncture actuelle.

La démesure des coûts facturés au client, agios, frais d’incidents, dès qu’un découvert est dépassé ou qu’un paiement est rejeté, grève plus lourdement un budget insuffisant et empêche clairement le client de redresser sa situation financière.

 
Cette pétition sera remise à:

Lire la lettre de pétition et signer

Partagez cette pétition.

05/11/2017

Sauvons les éléphants avec AVAAZ!

Hong Kong: mettez fin à l'ivoire, pas aux éléphants!

SIGNEZ LA PÉTITION
 

Au Conseil législatif de Hong Kong:

Nous vous demandons d'interdire immédiatement les ventes, importations et exportations d'ivoire brut et travaillé. La survie des derniers éléphants sauvages du monde dépend de votre capacité à fermer le gigantesque marché d'ivoire de Hong Kong immédiatement!

 
 

593 879 personnes ont signé. Aidez-nous à atteindre 750 000

Hong Kong vient de faire la plus grande saisie d’ivoire depuis des décennies. 1000 éléphants ont été assassinés pour cette seule cargaison(!), et vont finir en petits bibelots sur des étagères! 

Hong Kong, c’est un peu une grande boucherie -- les ventes de bouts d’éléphants charcutés y sont florissantes. Tant que ces transactions y resteront légales, de majestueux éléphants continueront d’être décimés. À ce rythme, ils pourraient disparaître de notre vivant. 

Le gouvernement de Hong Kong veut interdire ce commerce honteux, mais les lobbies de l’industrie lui font la guerre. Notre gigantesque communauté peut noyer leurs arguments bancals sous nos signatures, offrir aux autorités le soutien nécessaire et sauver des milliers d’éléphants. Chacune de nos voix compte pour faire entendre un tollé suffisamment colossal. 

Lançons une méga-pétition pour sauver les éléphants, et Avaaz couvrira Hong Kong d’affiches, fera pression sur les décideurs clés et déclenchera un buzz médiatique. Ajoutez votre nom et faites circuler tout autour de vous -- finissons-en avec cette immense boucherie d’éléphants!
 
 

Parlez-en à vos amis!

Avec espoir, 

Rewan, Danny, Nataliya, Luca et toute l’équipe d’Avaaz 

 

29/10/2017

Glyphosate toujours: il y a urgence à réagir!

 
 
 
 
Tout imprimer
Dans une nouvelle fenêtre

[cyber_klm] URGENCE Cyberaction N° 942: Non à la réautorisation du Glyphosate

 
 
 
 

 

 

 

//Cyberaction N° 942: Non à la réautorisation du Glyphosate

La Commission Européenne prévoit le vote sur le glyphosate…et maintient sa proposition inadmissible de ré-autorisation pour 10 ans !!

Nous venons d’apprendre que la date du vote -en comité Scopaff (Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale)– sur l’éventuelle ré-autorisation du glyphosate au niveau européen devrait se tenir le 25 octobre[1] prochain…

Il y a donc urgence à se mobiliser

https://is.gd/obDO8z


 

 

 

 

glyphosate

Signez cette cyberaction

 

 



 

 

// Cyberaction N°941 : Pour une transition écologique solidaire de l'agriculture et de l'alimentation

Pour apporter votre soutien global à cette démarche
https://is.gd/OkA5iN

Pour soutenir une par une les propositions, il faut s'inscrire sur le site de la consultation en ligne

Soutenir  les propositions à partir de la Page de cyberacteurs

Pour cela cliquer sur chaque proposition-> Descendre dans la page et cliquer sur d'accord

ou à partir des pages spécifiques de Fondation pour la Nature et l'Homme

Plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire

Générations futures

FNAB

FNE
plate
                      forme pour une transition

Signez cette cyberaction

 

 

 

 

28/10/2017

Est-ce la fin du gâchis alimentaire?

 
MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

The Food Life - L’application qui lutte contre le gaspillage alimentaire et combat la faim

Arash DERAMBARSH
Courbevoie, France
 

16 OCT. 2017 — A l'occasion de la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire et de la Journée mondiale de l’alimentation, l'entrepreneur Marc Simoncini et Arash Derambarsh lancent l'application "The Food Life" : www.ThefoodLife.org 

Cette application est accessible gratuitement. Et elle va aider des millions de personnes à manger : https://youtu.be/QfREd4Olc9c (Video)

Elle va permettre l'application concrète de la loi contre le gaspillage alimentaire, votée à l'unanimité le 3 février 2016. 

Depuis, le vote de la loi, plus de 10 millions de repas ont été distribués à des démunis. 

Une loi simple et efficace, imposant aux supermarchés de donner tous leurs invendus consommables à l'association de leur choix.

1) Chaque citoyen peut créer une association et déposer ses statuts à la préfecture afin d'y obtenir une habilitation.

2) Celui-ci pourra ensuite s'adresser à l'enseigne de son choix dans sa commune, afin que celle-ci lui remette les invendus pour une distribution le soir même.

3) Et si un supermarché refuse, c'est une peine d'amende de 3750 €.

Concrètement, une carte virtuelle interactive va permettre d'afficher tous les supermarchés. Il suffira de cliquer sur un supermarché et d'obtenir les coordonnées des associations habilitées avec lesquelles il collabore. Si aucune information n'est intégrée, cela signifie que soit le supermarché n'a toujours pas intégré les informations, soit qu'il n'a tout simplement pas contracté de partenariat avec une association.

L'application "The Food Life" sera donc utile aux :

- Supermarchés : via un back office, ceux-ci pourront renseigner les coordonnées des associations avec lesquelles ils collaborent

- Associations : ils pourront géolocaliser les supermarchés à contacter pour mettre en place le partenariat

- Citoyens : savoir où récupérer les invendus alimentaires consommables

26/10/2017

BAYSANTO...selon Some of Us

 
 
 
Afficher le message original
Toujours traduire : anglais
 
 

Maintenant , nous avons la preuve: la fusion prévue de Bayer et Monsanto pour devenir le plus grand vendeur de pesticides du monde seraient désastreuses pour les agriculteurs, les consommateurs et l'environnement. Unissonsla preuve avec le pouvoir du peuple - notre pouvoir.

Salut Lyliane,

Si Bayer, l' un des plus grands producteurs de produits chimiques et de pesticides du monde, se confond avec Monsanto, le plus grand vendeur d'OGM et les semences dans le monde, une grande partie de notre nourriture sera conçu et contrôlé par ce nouveau géant agroalimentaire. [1]

Nous avons publié la recherche scientifique avec nos partenaires [2], montrant la fusion proposée devrait être interdit en vertu du droit européen de la concurrence. Vous pouvez imaginer que Bayer et Monsanto se battent très fort pour qu'il soit approuvé. Seul le commissaire européen de la concurrence Margrethe Vestager peut les arrêter!

Vestager a déjà fait preuve de courage dans la lutte contre les grandes entreprises, et pourrait donc être notre allié. Elle a récemment abordé Amazon et Apple, ils exigeants paient leur juste part des impôts, et a déjà montré la réticence à donner le feu vert pour la fusion. Soutenons et pousser Vestager rester forte.

À ce stade, nous, la communauté WeMove, peut faire pencher la balance. Dans toute décision politique, un argument factuel a beaucoup plus de poids si elle est soutenue et partagée par beaucoup. Signez notre pétition et montrer Vestager combien les Européens sont debout contre cette fusion. Commissaire Vestager tiendra une audience publique dans les semaines à venir, et nous voulons présenter plus de 250 000 voix contre la fusion.

Pétition: Inscrivez -vous contre le géant agro-Bay-Santo

La recherche, menée par des experts en droit de la concurrence internationale de l'University College de Londres, explique comment contrôlerait tout notre système alimentaire Bay-Santo. Ils veulent que les agriculteurs d'acheter tout ce qu'ils ont besoin d'une entreprise. A partir d'OGM, les semences et les pesticides comme leurs principaux produits, Bay-Santo offrira également des engrais, du matériel numérique et les machines agricoles.

Leur promesse: de meilleurs résultats si vous obtenez tout d'une source. Ce qu'ils ne disent pas: les agriculteurs dépendent d' une entreprise, et si elle fait monterles prix, les agriculteurs seront laissés sans choix.

Alors que les entreprises fusionnées, Bay-Santo trouvera de nouvelles façons de profiteur en faisant la nature stérile, par le génie des semences génétiquement modifiées qui ne peuvent pas produire de nouvelles semences dans la prochaine génération (hybrides) et qui sont résistantes au glyphosate désherbant. Le résultat: monocultures (aussi connu comme déserts verts) et de la nourriture empoisonnée.

La conclusion de la recherche est écrasante. La fusion proposée entre Bayer et Monsanto doit être bloqué, même sous la juridiction étroite du droit européen de la concurrence. Elle interdit la concentration du marché par quelques entreprises.

Lorsque nous avons reçu les résultats que nous avons présenté immédiatement la recherche comme un dossier officiel au processus de fusion. Maintenant, nous devons nous assurer que le commissaire Vestager entend la voix de milliers de consommateurs européens appelant sur elle pour arrêter la fusion. Nous lui avons fourni de bons arguments. Maintenant, nous allons montrer son pouvoir du peuple.

Pétition: Inscrivez -vous contre le géant agro-Bay-Santo

Notre communauté se bat contre Monsanto pendant deux ans sur le glyphosate et nous faisons des progrès. Certains disent que Monsanto et Bayer planifient cette fusion si Monsanto et tout c'est mauvaise presse « disparaissent ». Nous leur avons montré ce qui se passe lorsque les citoyens unissent leurs forces et prendre position. Nous savons qu'ils sont inquiets de ce que nous pouvons faire.

Aujourd'hui, nous avons une autre chance de leur montrer que nous allons continuer à se battre pour des solutions durables pour notre agriculture, l'alimentation saine et protection de l'environnement.

Avec espoir,

Doina (Bucarest), Jörg (Lübeck), Julia (Varsovie), Olga (Bologne), Virginie (Madrid), et le reste d' entre nous à WeMove.EU

PS: Les universitaires concluent la fusion est très susceptible de « conduire à des risques importants pour la sécurité alimentaire, la biodiversité ... [et] les risques pour les prix alimentaires abordables, de haute qualité de la nourriture, la variété et l'innovation ». Ensemble , nous pouvons arrêter la fusion.

 

Les références:

[1] Rapport de recherche Baysanto Résumé, https://www.wemove.eu/sites/wemove.eu/files/baysanto_repo...

[2] Nos partenaires sont: Les Amis de la Terre Europe, SumOfUs et FoodandWater l'Europe

WeMove.EU est un mouvement citoyen, campagne pour une meilleure Europe; pour une Union européenne est engagée à la justice sociale et économique, la durabilité environnementale et la démocratie dirigée par les citoyens. Nous sommes des gens de tous les horizons de la vie, qui appellent l'Europe notre maison que nous sommes nés en Europe ou ailleurs. Pour résilier votre abonnement de WeMove.EU, s'il vous plaît cliquer ici.

WeMove.EU est financé par des dons de la communauté à travers l'Europe. Pouvez-vous puce avec quelques euros par mois et aider à vous assurer que nous pouvons aller vite pour gagner les campagnes qui comptent pour nous tous? Faire un don

Suivre sur Twitter | Comme sur Facebook |

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

19/10/2017

L'envol de change.org!

Dans l'OBS de juillet 2015, nous est présenté par Mme S. FAY et Mr X. ROMEDER celui qui a fondé le premier site mondial de pétitions sur Internet. Il s'agit de Mr Ben Rattray, 35 ans, californien, qui a crée en 2007 une start-up devenue le premier site mondial de pétitions en ligne. A ce jour, la plate-forme a plus de 100 millions d'utilisateurs.

Né dans une famille cossue de Santa Barbara, cet homme brillant a eu, en effet, avant tout le monde la conviction que "c'est la foule, la multitude qui possède le vrai pouvoir". Celui-ci peut être démultiplié grâce à Internet. Avec le web, en touchant instantanément des dizaines de millions d'utilisateurs, on peut  selon lui, accélérer l'histoire... A ce moment là naissait Facebook. Mais c'est la souffrance de son frère face à des discriminations envers les homosexuels qui aurait orienté sa carrière.

Mr Rattray a une recette simple: choisir une personnalité forte ou attachante pour incarner la cause à défendre, puis soigner l'art du récit et lancer la pétition.  Pour lui, toutes les causes sont importantes. Il mène ainsi une foule de "petites campagnes" et "ratisse large".  Ce n'est pas une ONG comme AVAAZ, c'est une B-Corporation, un statut typiquement américain!

Ses objectifs sont essentiellement sociaux et environnementaux. Sa seule source de revenus provient d'ONG qui sponsorisent ses campagnes ou de personnalités connues comme Bill Gates, les patrons de Twitter et LinkedIn etc... Il n'a en effet pas recours à la publicité. Change.org a déjà obtenu de beaux succès contre des multinationales, les responsables de la maltraitance d'animaux, des libérations de prisonniers..

Mme Elise Lucet, journaliste d'information, a eu recours à change.org pour combattre le"secret des affaires", soutenir les lanceurs d'alerte et demander la liberté de la Presse en Europe... Elle s'est félicitée de cette expérience car la plate-forme l'a beaucoup aidée gratuitement à mettre en forme son appel et à promouvoir sa pétition. Cet exemple réussi peut nous aider à nous mobiliser et à imaginer des formes d'action inédites, là où beaucoup baissent les bras d'impuissance.

Pour en savoir davantage sur le sujet, consulter sur Internet: 

https://www.change.org/fr.
 
Lyliane
 

 

18/10/2017

L'humain avant le profit, pétition selon Some of Us.org.

 
 
 

Monsanto trafique les études sur le glyphosate

 

Alors que 7 Français sur 10 déclarent être pour l'interdiction du glyphosate pour tous les usages, y compris agricoles, nous ne pouvons nous permettre aucune cacophonie, aucun délai, aucune condition. La position de la France doit être claire et ferme : non au glyphosate, maintenant!

Dites au Président de la République de rejeter la terrible proposition de la Commission Européenne au sujet du renouvellement de la licence du glyphosate pour 10 nouvelles années. Nous voulons une interdiction immédiate!

En raison des règles de vote de l'UE, l'opposition de l'Allemagne, de la France et de l'Italie suffirait à bloquer la proposition de la Commission concernant le glyphosate. Aussi, même si d’autres gouvernement ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils soutiendraient le renouvellement de cet herbicide toxique, nous pouvons encore gagner. La France a une lourde responsabilité.

En 2015, une importante étude du Centre international de Recherche sur le Cancer classait le glyphosate parmi les cancérogènes probables pour l’homme. Aujourd’hui, pas un jour ne se passe sans qu’un scandale impliquant le pesticide de Monsanto éclate quelque part dans le monde, obligeant le géant de l’agrochimie à tout mettre en œuvre pour éviter les répercussions sur son image.

Il y a peu, des dizaines de courriels internes, diffusés dans le cadre d'une poursuite contre la multinationale, révélaient la collaboration entre Monsanto et un cabinet d'experts-conseils mandaté pour inciter la revue scientifique Critical Reviews in Toxicology à publier un prétendu rapport «indépendant» concernant les effets du glyphosate sur la santé. Et cette semaine, Le Monde révèle comment la firme manipule les agences de réglementation pour éviter que le glyphosate soit classé cancérogène. 

SIGNER LA PÉTITION

Some of us

 
 
 
 
 

12/10/2017

Information de Pollinis à propos des pesticides tueurs d'abeilles...

 
 

Chère amie, cher ami,

C’est une bataille au coude à coude contre l’agrochimie qui est en train de se jouer à Bruxelles, et j’ai besoin de savoir très rapidement si je peux vous compter dans nos rangs pour défendre les abeilles et la nature.

A force de tirer la sonnette d’alarme, de mobiliser des centaines de milliers de citoyens en Europe, et de marteler notre message pour dénoncer les effets mortels des pesticides néonicotinoïdes sur les abeilles et les pollinisateurs sauvages, de bureau en bureau au Parlement européen…

… Nous avons réussi à obtenir le dépôt d’amendements précieux qui imposeraient l’interdiction nette et définitive des pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles en Europe.

Une victoire historique pour tous ceux qui se battent depuis des années pour défendre les pollinisateurs et l’avenir de la chaîne alimentaire face aux bénéfices à court terme de l’agrochimie – mais qui pourrait être réduite à néant dans les semaines à venir si nous laissons le champ libre à leurs puissants lobbies.

C’est grâce aux 155 000 citoyens qui ont interpellé leurs députés européens ces dernières semaines, et aux donateurs fidèles de POLLINIS qui nous permettent d’accomplir, mois après mois, tout le travail nécessaire pour défendre efficacement les abeilles auprès des institutions européennes, que nous avons déjà pu atteindre cette première victoire d’étape. Un grand merci pour cela !

Aujourd’hui, POLLINIS sonne le rassemblement : nous devons absolument réunir toutes nos forces pour faire barrage aux lobbys qui veulent torpiller nos amendements !

Notre petite équipe ne bénéficie certes par des millions d’euros dont regorgent les grands cabinets de lobbying qui défendent les intérêts de l’industrie agrochimique : mais notre conviction et notre ténacité à défendre coûte que coûte la voix des citoyens qui refusent qu’on sacrifie impunément les abeilles, la biodiversité et l’ensemble de la chaîne alimentaire, nous permet d’accomplir petit à petit un travail qui rapporte ses fruits.

Grâce à l’aide précieuse de toutes les personnes qui soutiennent notre association, nous pouvons :

*** surveiller de près les instances d'homologation des pesticides : comme nous l'avons fait avec le Sulfoxaflor il y a deux ans – ce pesticide nouvelle génération nocif pour les abeilles que l'agrochimie voulait imposer en catimini, avec la complaisance de l'UE - nous assurons une veille permanente pour déjouer, dénoncer et tuer dans l'œuf toute tentative de l'industrie d'imposer de nouvelles molécules nocives pour les abeilles, la nature ou la santé ;

*** développer une cellule de contre-lobbying, au plus près des institutions, pour surveiller les mouvements des lobbies, et exercer une influence citoyenne permanente sur les décideurs politiques et les technocrates européens ;

*** maintenir la pression sur les élus, européens et nationaux, pour leur rappeler sans cesse qui sont leurs électeurs : ils tirent leur légitimité et leur mandat des citoyens qu'ils sont censés représenter, et nous devons faire en sorte qu'ils ne l'oublient pas un seul instant ;

*** utiliser tous les recours juridiques et institutionnels possibles en faisant travailler des juristes, des avocats et des experts pour faire valoir le droit des citoyens à protéger leur environnement, leur santé et leur alimentation face aux attaques à répétition de l'industrie ;

*** diffuser massivement l'information pour dénoncer de nouveaux scandales, révéler les manœuvres des lobbies sur les institutions, alerter les médias et les citoyens de toute l'Europe sur les menaces imminentes qui pèsent sur leur santé ou leur sécurité alimentaire ;

Personne ici ne compte son temps ou ses efforts pour assurer tout ce travail indispensable pour contrecarrer le plus efficacement possible l’influence des lobbies sur les décisions européennes.

Et le dernier scandale des « Monsanto papers » l’a montré : ils ont vraiment leurs pions partout, même au cœur des autorités sanitaires censées les contrôler !

C’est pour ça que je suis si fier de la victoire que nous venons d’obtenir au Parlement européen : malgré les pressions gigantesques de la part de l’agrochimie, nous avons réussi à convaincre les députés de choisir de protéger les abeilles, et l’avenir alimentaire de toute la population, plutôt que les profits à court terme de ces multinationales.

Mais ne nous berçons pas d’illusions : avec les sommes gigantesques qui sont en jeu (on parle de plusieurs milliards d’euros de profit), l’agrochimie ne va pas laisser faire interdire l’un de ses produits les plus rentables sans réagir.

Les députés vont être amenés à voter le texte avec les amendements dans un mois – le 9 novembre exactement. D’ici là, nous devons mettre en place un plan de bataille en béton armé pour les empêcher de saboter les amendement pour une interdiction que nous venons de décrocher de haute lutte.

Ce plan de bataille est simple – mais de sa mise en place, ou non, dépend la survie de millions d’abeilles et de pollinisateurs sauvages en Europe :

1 >>> Mobilisation continue des citoyens pour maintenir une pression soutenue sur les députés européens.Actuellement, 155 000 personnes ont participé à notre campagne pour exhorter les députés européens à voter les amendements interdisant les tueurs d’abeilles : nous devons doubler, voire tripler ce chiffre dans les prochaines semaines, pour que notre pression sur les députés soit plus forte que celle de l’agrochimie, et qu’ils ne fassent pas machine arrière !

2 >>> Multiplier les rencontres avec un maximum de députés européens, dans leurs bureaux, comme nous l’avons fait déjà les derniers mois, pour prendre le temps de les convaincre, un par un, de ne pas céder aux chantages des lobbies de l’agrochimie, et de soutenir, au moment du vote, les amendements interdisant les tueurs d’abeilles.

3 >>> Faire intervenir les scientifiques directement auprès des députés, en organisant un ou plusieurs évènements au Parlement européen avec des spécialistes des produits phytosanitaires ou des pollinisateurs, pour appuyer notre argumentaire et leur montrer l’urgence d’agir immédiatement pour préserver les abeilles.

Une nouvelle étude de grande ampleur vient de sortir, qui apporte de nouvelles preuves de la toxicité sans précédent des pesticides néonicotinoïdes. Pour les scientifiques, le doute n’est plus permis :

 « Les néonicotinoïdes et le fipronil représentent une menace majeure pour la biodiversité et les écosystèmes. Ils menacent tous les services écosystémiques à l’échelle de la planète. »

« De nouvelles informations sur les effets mortels et sublétaux des néonicotinoïdes confirment la grande toxicité de ces produits pour les abeilles. »

« Chez les abeilles mellifères, ils ont pour effet, entre autres, de modifier l’expression des gènes liés au système immunitaire, et ont des effets neurologiques qui perturbent le sens de l’orientation et la thermorégulation. »

Les autorités européennes ne peuvent plus faire semblant d’ignorer ces signaux d’alarme !

C’est un travail gigantesque qui nous attend pour le mois à venir. Mais nous sommes tous prêts, ici à POLLINIS, à nous lancer dans cette bataille avec passion et enthousiasme :

nous n’avons jamais été aussi près d’en finir avec les tueurs d’abeilles, c’est maintenant ou jamais qu’il faut mettre toutes nos forces dans l’action !

Vous le savez, notre association garantit sa totale indépendance en refusant tout financement public ou de grosse entreprise. Tout notre travail repose entièrement sur la générosité et l’engagement des donateurs de POLLINIS - et nous prenons grand soin à ce que chaque euro soit bien utilisé.

C'est grâce à nos donateurs, et uniquement grâce à eux, que l'équipe de POLLINIS peut mener ses actions au jour le jour, à Paris et à Bruxelles. Sans eux, nous n'aurions jamais été capables de développer l’expertise et l'expérience du contre-lobbying nécessaires pour obtenir le dépôt d’un amendement anti-tueurs d’abeilles au Parlement européen !

Aussi je me permets de vous demander à vous aussi : pouvez-vous SVP nous aider, par une contribution du montant de votre choix, à financer le plan de bataille que nous devons mettre en place dans l’urgence pour nous assurer que les députés voteront bel et bien l’interdiction des tueurs d’abeilles ?

Vous pouvez nous aider à hauteur de 10 euros, 20 euros, 30 euros, 50 euros, 100 euros, 200 ou 500 euros ou même plus – il n’y a pas de prix au sauvetage des abeilles. Ce qui compte, c’est qu’un maximum de personnes apportent leur soutien à notre action pour contrecarrer l’influence des lobbies sur les décisions européennes, et qu’ensemble on mette fin à plus de vingt ans de massacre des abeilles au profit de l’industrie agrochimique !

Cette victoire cruciale que nous venons d’obtenir au Parlement européen est la preuve que lorsque les citoyens s’organisent, efficacement et massivement, ils peuvent reprendre la main sur les décisions démocratiques – malgré les tractations des lobbies et les moyens gigantesques déployés par l’agrochimie pour influencer les décideurs européens…

… Mais si cette victoire n’est pas suivie d’un plan de bataille précis et concret, mené de manière ordonnée et professionnelle, alors une chose est certaine : l’industrie agrochimique finira par reprendre la main, et toute notre action n’aura été qu’un coup d’épée dans l’eau.

Ne laissons pas les députés faire machine arrière : aidez-nous, par votre don, à mener cette bataille jusqu’au bout, pour obtenir l’interdiction nette et définitive des pesticides tueurs d’abeilles en Europe !

je fais un don

Un grand merci par avance pour votre engagement.

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

10/10/2017

Le Musée des Tissus de Lyon est sauvé grâce aux actions des internautes, nous dit La Tribune de l'art!

Le Musée des Tissus est sauvé (et cette fois pour de bon)


Nous avions écrit qu’il fallait désormais sauver le Musée des Tissus malgré la Ville et la Métropole (voir l’article). Cette solution a finalement été retenue. C’est un immense soulagement pour tous les amoureux du patrimoine qui craignaient que l’établissement ne ferme définitivement ses portes.

Il manquait environ 600 000 € par an pour assurer la pérennité de l’établissement, une somme que la Ville et la Métropole auraient dû apporter1. Ce seront finalement la Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Chambre de Commerce et d’Industrie qui se partageront cette charge. La Région sera donc le principal contributeur, avec environ 1,3 millions d’euros par an (sans compter les 10 millions qu’elle consacrera à la restauration des deux hôtels particuliers), et la CCI amènera 500 000 €2 par an, au moins jusqu’à début 2022.
Unitex (l’Union Interentreprises Textile Lyon et Région), c’est-à-dire l’association des industries textiles du sud-est de la France, abondera 1 millions d’euros pour la création d’un fond de dotation qui servira de réceptacle au mécénat et à une opération de crowd-funding qui sera lancée dans quelques semaines.
La CCI vendra pour 1€ symbolique les deux hôtels particuliers qui abritent le Musée des Tissus et des Arts décoratifs, et un GIP (Groupement d’Intérêt Public), dont la Région sera chef de file, sera créé.

C’est avec une voix émue qu’Emmanuel Imberton, le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, qui nous a rappelé être petit-fils de soyeux, nous a appris la bonne nouvelle juste avant la conférence de presse qui commençait aujourd’hui à 14 h 30 et qui vient juste de se terminer. Il nous a fait l’honneur de nous dire que le soutien de La Tribune de l’Art depuis le début de ce combat avait fortement joué dans sa décision de ne pas abandonner. Il a souligné le rôle de tous ceux, peu nombreux selon son propre aveu, qui l’on soutenu : la Région, bien sûr, Denis Broliquier, le maire du second arrondissement de Lyon, Daniel Fruman qui a lancé une pétition ayant reçu plus de 130 000 signatures, et des personnalités comme Bernard Pivot et Stéphane Bern3...

Beau joueur, il indique qu’il va tendre la main à la Ville et à la Métropole de Lyon s’ils changent d’avis. Pour notre part, nous n’oublierons pas tous ceux qui ont failli laisser mourir ce musée, l’une des plus extraordinaires collections du monde dans son domaine. Lyon d’abord qui a choisi, pour des raisons que nous n’arrivons pas à comprendre, de tourner le dos à son Histoire. Rappelons que Gérard Collomb a déjà tué un musée : celui de l’Hôtel-Dieu. Il a failli en mettre un deuxième à son tableau de chasse, avec l’aide de son successeur Georges Képénékian.

Si le Ministère de la Culture n’a pas été totalement inactif (il mettra 5 millions d’euros dans la restauration des hôtels particuliers4), il a agi réellement a minima, en ne promettant que 300 000 € par an pendant seulement trois ans. Il a refusé dès le début de considérer que le Musée des Tissus et des Arts décoratifs était un établissement d’importance nationale (et même internationale), et que l’État, en ponctionnant la CCI de plusieurs millions, était largement responsable de cette situation. Si le salut n’était pas venu de la Région et de la CCI, le ministère aurait laissé mourir le musée, montrant ainsi que la sauvegarde du patrimoine n’est décidément pas sa priorité. Quant au Louvre, qui aurait pu jouer un rôle historique dans cette affaire, il s’est défaussé rapidement de cette question. Ne pas comprendre qu’il aurait pu légitimement décider d’en faire son département des Tissus, délocalisé à Lyon, montre à quel point il manque de vision.

C’est maintenant que tout commence. La Tribune de l’Art continuera bien sûr à informer ses lecteurs sur la renaissance de ce musée (de ces musées devrait-on dire, car il ne faut pas oublier la partie Arts décoratifs) et de ses collections et aidera celui-ci de tous ses moyens possibles à trouver les financements complémentaires. Nous ne voudrions malgré tout pas oublier quelqu’un qui aurait pu faire partie de cette aventure et qui avait amené l’établissement à un haut niveau scientifique, reconnu par ses pairs : Maximilien Durand, son ancien directeur, qui n’a pu rester en place jusqu’au bout. Espérons que la Région trouvera un nouveau conservateur à la hauteur du prochain projet scientifique et culturel.

 

Didier Rykner, lundi 9 octobre 2017

03/10/2017

Projet de loi sur la fin de vie...

 

 

MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

PROJET DE LOI SUR LA FIN DE VIE

Marie GODARD
Cordes-sur-Ciel, France

24 SEPT. 2017 — Plusieurs députés ont répondu à la lettre que je leur ai récemment envoyée, et tous de manière favorable. 

Plusieurs d'entre eux mont dit qu'ils sont co-signataires de la proposition de loi qu'a rédigée le Député Jean-Louis Touraine et m'en ont envoyé une copie que vous trouverez un peu plus bas sur cette page.

Cette loi, si elle est votée, sera incontestablement une grande avancée au regard de la loi actuelle. J'ai toutefois quelques inquiétudes dont j'ai fait part à Monsieur Touraine et que j'évoque dans mon dernier commentaire sur mon blog et dont je vous ai mis le lien plus bas.

Voici la proposition de loi:


N° XXXX
_____
ASSEMBLÉE NATIONALE
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
QUINZIEME LÉGISLATURE
Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le xxxx.
PROPOSITION DE LOI
Portant sur la fin de vie dans la dignité,
présentée par M Jean-Louis TOURAINE, XXXXXX

députés.

EXPOSÉ DES MOTIFS
Nos concitoyens aspirent à une fin de vie paisible, digne et choisie. Ils l’espèrent à domicile entourés de leurs proches et sans acharnement thérapeutique en cas de pathologie grave et incurable Or la majorité meurt à l'hôpital, souvent aux urgences. Comme le démontre l'étude MAHO (Mort à l'Hôpital), publiée en 2008, les soignants considèrent que seulement 35% des décès s'y déroulent dans des conditions acceptables. 
Surtout, la quasi-unanimité des Français estime que chaque individu a le droit de choisir la façon de finir sa propre vie. Les résultats du sondage Ifop d'octobre 2014 attestent que 96% des Français interrogés jugent que la législation française devrait autoriser les médecins à mettre fin, sans souffrance, à la vie des personnes qui en font la demande. Ce sondage est en tous points comparable aux précédents (2010, 2011 et 2013) et l'on note une progression de personnes répondant qu'ils sont « absolument » d'accord avec l'idée de permettre aux médecins à mettre fin à la vie des personnes qui en formulent le vœu (54%). La conférence de citoyens, organisée par le Comité consultatif national d'éthique, a rendu ses travaux en décembre 2013 et a débouché sur des recommandations similaires. Ce panel de citoyens représentatifs de la diversité de la population française s'est, en effet, prononcé en faveur d'une assistance médicalisée active à mourir et d'un respect de la liberté de chaque sujet à choisir comment il souhaite terminer sa vie.
Pour respecter la volonté individuelle du patient, le législateur doit entendre la demande des citoyens et la traduire en droit. C'est pourquoi il a la responsabilité d'élargir le champ des possibilités offertes au patient en fin de vie en s'efforçant de répondre à tous les cas de figure. Il n'existe pas de réponse unique, c’est pourquoi nous devons poser un cadre, au-delà de nos différences de philosophies, et ouvrir de nouveaux droits afin que chaque individu puisse faire un choix libre et éclairé au regard de ses convictions.
Il s'agit aussi, au travers de ce texte, de mettre fin à une hypocrisie. Une étude de l'INED de 2012 estime que 2000 à 4000 personnes terminent leur vie, chaque année en France, grâce à l'assistance active à mourir d'un médecin. Ces pratiques médicales, aujourd'hui incontrôlables et inavouables, génèrent des inégalités considérables devant la fin de vie. Alors que certains bénéficient, grâce à des équipes médicales entreprenantes, d'une fin de vie choisie et apaisée, d'autres meurent dans des conditions douloureuses. Il peut même exister des abus liés à une décision médicale sans accord de la personne concernée. Il convient donc d'encadrer ces pratiques afin d'éviter tout risque, tant pour le patient que pour le corps médical. De même, certaines personnes peuvent, financièrement, se permettre de se déplacer à l'étranger, en Suisse et en Belgique notamment, pour bénéficier d'une fin de vie conforme à leurs souhaits, quand d'autres n'en ont pas les moyens, créant une inégalité supplémentaire face à la mort. 
De nombreux pays, tels la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg ou le Québec ont déjà légiféré, les premiers depuis plus de dix ans, en faveur d’une assistance médicalisée active à mourir. Les dispositifs mis en place par ces pays, comparables à celui proposé par ce texte, n’ont jamais été remis en cause témoignant ainsi qu’ils répondent à une demande de la population. 
Cette proposition de loi répond à une forte demande des Français. C'est une avancée sociétale majeure. La personne qui demande à bénéficier d'une assistance médicalisée active à mourir doit être majeure, capable et souffrir d'une maladie incurable, provoquant une douleur physique ou une souffrance psychique telles qu'aucune solution d'ordre thérapeutique n'est plus envisageable. Elle fait un choix libre et éclairé qu’elle peut révoquer à tout moment. 
Le présent amendement instaure un dispositif strict qui garantit le respect du choix du patient et impose aux médecins des procédures rigoureuses. Cette aide médicalisée active doit aussi être strictement et précisément encadrée, c'est pour cette raison que la demande doit être instruite par un collège de trois médecins afin d'en apprécier le caractère libre, éclairé, réfléchi et explicite. 
Si, pour une raison personnelle, un médecin ne souhaite pas participer à cette procédure, il peut bien sûr invoquer la clause de conscience et transmettre cette mission à un de ses confrères.
De surcroît, la réalité de la situation médicale du demandeur et l'impasse thérapeutique dans lesquelles il se trouve doivent être avérées. Les délais imposés au médecin permettent la confirmation et la mise en œuvre de la volonté du patient. 
L'assistance médicalisée active à mourir doit pouvoir être réalisée soit par le patient lui-même et en présence du médecin, soit par le médecin. 
Enfin, l'intégralité de la procédure doit être versée au dossier médical du patient. 

PROPOSITION DE LOI
Article unique
Après l’article L. 1110-5 du code de la santé publique, il est inséré un article L. 1110-5-2-1 ainsi rédigé :

« Toute personne majeure et capable, en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une douleur physique ou une souffrance psychique insupportable, peut demander, dans les conditions prévues au présent titre, à bénéficier d'une assistance médicalisée active à mourir.

La demande du patient est immédiatement étudiée par un collège de trois médecins afin d’en vérifier le caractère libre, éclairé, réfléchi et explicite et de s’assurer de la réalité de la situation médicale et de l’impasse thérapeutique dans laquelle se trouve l’intéressé.

Si le patient confirme sa volonté de bénéficier d’une assistance médicalisée active à mourir au moins quarante-huit heures après sa demande initiale, alors sa volonté doit être respectée.

Dans un délai maximal de quatre jours après la confirmation de la demande par le patient, l’assistance médicalisée active à mourir est pratiquée, selon la volonté du patient, soit par le patient lui-même en présence du médecin, soit par le médecin. L’intéressé peut à tout moment révoquer sa demande.

L’ensemble de la procédure suivie est inscrite dans le dossier médical du patient. »

21/09/2017

Loi Littoral : Alerte !

 

 

 

 
 
 

MISE À JOUR Loi Littoral : Alerte SUR LA PÉTITION

 

Jean-Laurent FELIZIA
LE LAVANDOU, France

20 SEPT. 2017 — Il n’aura pas fallu attendre trois mois pour qu’apparaisse une nouvelle tentative scélérate de modification de la loi littoral; en effet, une nouvelle proposition de loi portée par M Gilles LURTON, député d’Île et Vilaine, « portant adaptation des territoires littoraux aux changements climatiques et densification de l’urbanisation dans les espaces littoraux (sic !) » est actuellement présentée à la signature des député(e)s pour être soumise rapidement au vote de l’Assemblée. (Voir ci-après le début du texte)
Reprenant la proposition présentée en début d’année sous l’ancienne législature pour adapter les littoraux aux changements climatiques, amendée par des modifications sénatoriales assouplissant la loi littoral, cette proposition affiche encore plus clairement son objectif : densifier l’urbanisation du littoral !

Au moment où le littoral des Antilles est dévasté par des cyclones et des submersions marines, cette proposition de loi est une provocation choquante et inacceptable.

Oui à l’adaptation des littoraux aux changements climatiques, non à la modification de la loi littoral pour densifier l’urbanisation dans les espaces littoraux !

Emmanuel Macron, Président de la République et Nicolas Hulot, Ministre de l’Ecologie solidaire ont signé la pétition « Ne touchez pas la loi littoral ! »

Exigeons d’eux qu’ils fassent respecter leur engagement.

Mobilisons nos parlementaires, députés et sénateurs, pour rejeter cette nouvelle tentative d’assouplissement de la loi littoral.

Signons et faisons signer la pétition « Ne touchez pas à la loi littoral » qui a déjà reçu plus de 275 000 signatures…

18/09/2017

Perturbateurs endocriniens en vote au parlement européen: urgence à se mobiliser!

Bonjour,

Nous venons d'apprendre grâce à nos partenaires que le dangereux texte de la Commission européenne sur les perturbateurs endocriniens sera voté au Parlement européen le 3 octobre -- ce qui nous laisse très peu de temps pour mobiliser un maximum de citoyens.  

C'est le moment ou jamais de créer une énorme pression populaire afin de pousser les eurodéputés à rejeter ce texte qui fait la part belle à Bayer, Monsanto et BASF.

Pouvez-vous partager la pétition que vous avez signé avec vos contacts sur Facebook s'il vous plait? 

Vous pouvez aussi copier et envoyer l'email ci-dessous:

Salut,

Je viens de signer cette pétition : https://actions.sumofus.org/a/considerez-les-perturbateurs-endocriniens-avec-le-meme-serieux-que-les-cancerogenes-et-refusez-la-proposition-de-la-commission-europeenne/

Un véritable permis d'intoxiquer donné aux industriels de l’agrochimie qui produisent les perturbateurs endocriniens sera voté le 3 octobre au Parlement européen. A l’aube du vote de la dernière chance sur ces polluants chimiques qui dérèglent nos organismes et provoquent cancers, malformations, (etc.) nous devons faire bloc pour empêcher une telle décision.

Peux-tu toi aussi signer cette pétition demandant aux eurodéputés de rejeter le texte: https://actions.sumofus.org/a/considerez-les-perturbateurs-endocriniens-avec-le-meme-serieux-que-les-cancerogenes-et-refusez-la-proposition-de-la-commission-europeenne/

Merci !

 

17/09/2017

Pétition au Brésil car alerte sur la forêt amazonienne!

SIgnez ici

Le Président brésilien vend des pans entiers de l’Amazonie à des entrepreneurs véreux contre des faveurs politiques. Ensemble, nous pouvons l’arrêter, si nous contribuons à créer un scandale planétaire qui coule définitivement sa popularité chancelante. 900 000 Brésiliens ont déjà signé -- faisons de cette action la plus grande campagne de l’histoire pour sauver la forêt amazonienne! 
SIGNEZ ICI
Chères amies, chers amis,

Alerte rouge! Le Président du Brésil essaie de vendre d’immenses zones protégées de la forêt amazonienne à des entrepreneurs véreux, en échange de faveurs politiques -- la dernière parcelle équivaut à la moitié de l'Allemagne!

Nous pouvons l'arrêter. Il est en pleine crise politique, sa popularité est au plus bas et il subit le feu des médias pour sa corruption et ses attaques contre l'environnement.

Il sera cette semaine à l’Assemblée générale de l’ONU pour essayer de redorer son blason auprès de la presse internationale. Réduisons ses espoirs à néant en l’accueillant à New York avec deux millions de signatures et une action à couper le souffle. Faisons en sorte que, de retour au Brésil, il n’ait plus qu’une seule option pour sauver sa carrière: arrêter de massacrer la forêt amazonienne. 

Ne laissons pas le Brésil assassiner l’Amazonie!

La forêt amazonienne est un véritable miracle. Elle abrite 10% des espèces vivant sur la Terre, génère plus de 20% de notre oxygène et il nous sera impossible d’arrêter le changement climatique sans elle.

Mais cet écosystème crucial et les peuples autochtones qui y vivent paient le prix de sombres calculs politiques. Le Président Temer brade des parcelles à l’exploitation forestière et agricole contre les faveurs politiques de puissants entrepreneurs et membres du Congrès. Il a besoin de leur protection à cause de son impopularité historique, et parce qu'il est lui-même sous le coup d’une enquête pour corruption! 

Selon les scientifiques, ces manoeuvres pourraient faire basculer l’Amazonie dans une crise sans précédent: l’écosystème forestier tout entier pourrait s’effondrer!

Le Brésil sera sous le feu des projecteurs dans quelques jours: il inaugurera une réunion de chefs d’États à l’ONU. Nous allons tout faire pour que la protection de la forêt amazonienne soit mentionnée à chaque fois que Michel Temer apparaîtra. Plus de 900 000 Brésiliens ont déjà signé -- rejoignons leur énorme campagne: 

Ne laissons pas le Brésil assassiner l’Amazonie!

Au Brésil, les membres d’Avaaz ont déjà accompli de véritables miracles, en aidant à faire adopter la première grande réforme anti-corruption du pays, et en contribuant à mettre à terre l’un des politiciens les plus “intouchables”, alors qu’il tentait d’éviter de rendre des comptes. Nous nous sommes aujourd'hui rassemblés pour l’une des plus grandes campagnes nationales jamais vue -- essaimons-la maintenant dans le monde entier et sauvons l’Amazonie! 

Avec espoir et détermination,

Diego, Laura, Flora, Nana, Carol et toute l’équipe d’Avaaz

Pour plus d’information:

Au Brésil, 4 millions d'hectares de forêt amazonienne ouverts à l'exploitation minière (Euronews)
http://fr.euronews.com/2017/08/24/au-bresil-4-millions-dhectares-de-foret-amazonienne-ouverts-a-lexploitation 

Le président brésilien est formellement accusé de corruption (Radio Canada)
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1041936/le-president-bresilien-est-formellement-accuse-de-corruption

Déforestation au Brésil: l’opération “greenwashing” de Michel Temer fait long feu (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/06/24/deforestation-au-bresil-l-operation-greenwashing-de-michel-temer-fait-long-feu_5150613_3244.html#vdiz2rbmOfdKSZlQ.99 

Brésil: la déforestation fait toujours polémique (Les Échos)
https://www.lesechos.fr/monde/ameriques/030468110359-bresil-la-deforestation-fait-toujours-polemique-2104867.php#lAB2klBKcC1ZuWEX.99




Avaaz est un réseau citoyen mondial de 44 millions de membres
 qui mène des campagnes visant à ce que les opinions et les valeurs des peuples influent sur les décisions mondiales. ("Avaaz" signifie "voix" dans de nombreuses langues).
 
 
 
Page Google+ associée
Photo du profil de Avaaz
Avaaz
 
 
 
 
 
 
 
 

14/09/2017

Une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon ou ex.

 

 
 

MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

Une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon ou ex.

Noël AGOSSA
France

1 SEPT. 2017 — VIOLENCES CONJUGALES
123 femmes ont été tuées par leurs compagnons, leur ex ou leur amant en 2016
La Délégation aux victimes a publié son étude annuelle ce vendredi…

Une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon ou ex.

Au total, 123 femmes ont perdu la vie dans des violences conjugales en 2016.
Le chiffre est en augmentation par rapport à 2015.
Le « refus de la séparation, en cours ou passée » reste la principale cause de passage à l’acte. En 2016, 123 femmes ont été tuées par leur compagnon, ex-compagnon ou amant, soit une tous les trois jours, tandis que 34 décès d’hommes dans les mêmes circonstances étaient recensés.
Le ministère de l’Intérieur a dévoilé, ce vendredi,l’étude annuelle de la Délégation aux victimes qui, chaque année, fait le bilan des violences conjugales. Par rapport à 2015, où 144 victimes étaient recensées (122 femmes et 22 hommes), les morts violentes au sein du couple étaient en hausse de 9 % en 2016. Et les femmes restent les principales victimes.
Aidez-nous à faire diminuer très sensiblement ces chiffres. Signez et soutenez notre combat pour l'honneur de ma nièce et les autres victimes.
Change.org/JusticePourAissatou
Merci.