Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2020

Eau de javel et désinfection...

La Direction générale de la Santé assure que certains produits ménagers, dont l’eau de Javel, peuvent être utilisés pour détruire le virus. Mais il faut bien respecter les consignes sanitaires. Chaque jour, Le Parisien se mobilise pour répondre à vos questions sur le coronavirus. Nous nous intéressons aujourd’hui à l’interrogation d’un lecteur qui veut savoir si l’eau de Javel peut avoir un effet sur le nouveau coronavirus.

La réponse est oui : « Les produits de nettoyage et désinfectants couramment utilisés [dont l’eau de Javel] sont efficaces » contre ce virus vecteur de la maladie Covid-19, selon la Direction générale de la Santé (DGS) contactée par le Parisien. C’est pour cela qu’il est recommandé de les utiliser sur des surfaces potentiellement infectées comme les poignées de portes, les interrupteurs de lumière et les surfaces d’écrans tactiles. Ces zones doivent être nettoyées « avec un détergent tel que l’eau de Javel puis rincées à l’eau courante » et ce, idéalement, « deux fois par jour et lorsqu’elles sont visiblement souillées ».

Ces opérations permettent de « détruire » le virus, insiste la DGS. Le linge potentiellement contaminé doit, de son côté, « être lavé à une température égale à au moins 60°C durant au moins 30 minutes ».
Pas d’impact sur la peau
L’Organisation mondiale de la Santé et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (l’agence fédérale américaine en charge de la santé publique) placent également l’eau de Javel dans leur liste des produits qui peuvent tuer le 2019-nCoV (le nom scientifique donné à ce nouveau coronavirus).

Mais attention, met en garde l’OMS sur son site : l’eau de Javel et ces autres composés comme le chlore, l’éthanol à 75 %, ou l’acide peracétique « ont peu d’impact sinon aucun sur le virus si vous les mettez sur la peau ou sous votre nez ». Car l’eau de Javel reste un produit potentiellement dangereux et à manier avec précaution, même si on s’en sert pour détruire le coronavirus.
À noter qu’un autre produit ménager, le vinaigre blanc, ne sera pas efficace contre le coronavirus. Il ne contient pas assez d’alcool.
Pour poser votre question, ou témoigner, vous pouvez nous écrire via le formulaire disponible en cliquant ici ou nous adresser un mail à coronavirus@leparisien.fr. Retrouvez toutes les réponses précédemment publiées sur notre page dédiée.

Selon Mr Nicolas Berrod - Le Parisien - lundi 23 mars 2020

28/03/2020

Confinés comme des astronautes...

La Cité de l’Espace diffuse en ligne des missions drôles et instructives à remplir en famille, confinés comme des astronautes.

ENFANTS - La Cité de l’Espace diffuse en ligne des missions drôles et instructives à remplir en famille, confinés comme des astronautes
Vivre dans un endroit clos, parfois serrés à plusieurs, et avec un accès restreint sur l’extérieur… Privée de ses visiteurs, la Cité de l’Espace, ose le parallèle entre notre confinement forcé et la vie des astronautes dans leur station spatiale.
Pour garder le contact, ses médiateurs scientifiques ont brainstormé à distance et créé des « missions » diffusées sur Internet. « Elles durent 15 minutes, pas plus, et nous allons en diffuser une tous les deux jours », précise Christophe Chaffardon, le directeur Education et Médiation scientifique du parc.

Coupes de cheveux spatiales et plats épicés
Ludiques, les défis nécessitent un matériel rudimentaire : un simple mètre ruban ou même une ficelle par exemple, pour le premier tuto qui explique – et prouve – qu’on grandit la nuit dans son lit, comme Thomas Pesquet lors de son séjour dans la Station spatiale internationale, pour rapetisser le matin.
Un mouchoir en papier et un bouchon de bouteille suffisent pour la deuxième mission, histoire de se laver avec des lingettes spatiales à hydrater. Eh oui, il n’y a pas de douche dans l’ISS, pas la peine, parce qu’avec l’impesanteur les gouttes d’eau resteraient en suspension.
Et gardez encore du chocolat au fond du placard pour la session #AstronauteChezSoi de mercredi. Grâce à lui vous découvrirez pourquoi les astronautes mangent épicé. L’équipe de la Cité de l’Espace promet pour bientôt une « coupe de cheveu dans l’espace », pour laquelle on soupçonne qu’il faudra sortir son aspirateur.

Evidemment, les internautes sont invités à partager, notamment sur Instagram, leurs aventures confinées.

Selon Mme Hélène Ménal - 20 Minutes - mardi 24 mars 2020

Intérêt du savon pour lutter contre le Covid-19...

Son usage est recommandé pour lutter contre tous les virus. Alors que le nouveau coronavirus, dont la propagation est désormais considérée comme une pandémie par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), fait tâche d'huile, le savon fait à nouveau parler de lui pour ralentir la diffusion du virus.

Selon le site américain Vox, le précipité chimique que chacun a à disposition serait particulièrement utile pour lutter contre la diffusion du Covid-19. Il ne se contenterait pas de repousser le nouveau coronavirus mais pourrait bel et bien le détruire, indique le média américain qui s'appuie sur les dires d'un professeur de chimie basé en Australie, Palli Thordarson.

La graisse du virus dissoute par le savon
Le nouveau coronavirus, constitué de particules grasses selon ce scientifique, serait plus facile à éliminer grâce au savon car le produit dissoudrait la graisse et donc affecterait la structure même du Covid-19.
Selon ce même article, l'alcool contenu dans les gels hydroalcooliques peut également détruire le virus, mais il faudrait une très forte concentration d'alcool pour obtenir un résultat comparable à l'utilisation du savon.

Selon l'agence publique américaine Centers for Disease Control and Prevention, citée par Vox, l'eau et le savon seraient donc idéalement à privilégier pour lutter contre le coronavirus, mais le gel hydroalcoolique peut faire l'affaire en l'absence d'alternative aqueuse et savonneuse.

selon Mme Clarisse Martin - BFMTV - lundi 16 mars 2020

27/03/2020

Faut-il rouvrir certains marchés?

Porte-parole de la Confédération paysanne, Nicolas Girod appelle le gouvernement à rouvrir certains marchés ou à les transformer en «points d'approvisionnement» alimentaires sécurisés. Il estime que cette crise réconcilie les Français avec ceux qui les soignent et les nourrissent.
Nouvelles solutions pour s’alimenter après la fermeture des marchés, risque de faillite chez les paysans… Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne, le troisième syndicat français dans le secteur, est actuellement confiné dans le Jura avec sa famille et ses vaches laitières qui servent à fabriquer du comté. Il nous livre ses constats et propositions alors que les agriculteurs sont sommés de continuer à travailler pour nourrir la population.

Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a appelé lundi «ceux qui n’ont plus d’activité» à «rejoindre la grande armée de l’agriculture française». Comment accueillez-vous cette proposition d’aide ?

Nous sommes sceptiques. Il y a en effet, d’un côté, des milliers de personnes qui sont actuellement sans emploi, de l’autre, des besoins de solidarité dans le monde paysan, par exemple pour la récolte des fraises et des asperges, pour la taille des vignes… Mais des questions se posent. Je ne sais pas comment nous allons établir la relation entre les deux populations. Par ailleurs, quel serait le cadre juridique et fiscal adopté ? Nous avons trouvé la sortie du gouvernement un peu légère.
Le gouvernement précise que les revenus issus de l’agriculture viendront compléter l’allocation-chômage ou l’activité professionnelle conservée. En outre, une plateforme sera lancée par Pôle emploi pour mettre en relation les employeurs de la filière et «les Français [qui] peuvent choisir d’aller renforcer la chaîne agricole et Cela ne nous dit toujours pas qui paye : avec quels fonds supplémentaires un paysan pourrait-il rétribuer cette main-d’œuvre ? Nous sommes aussi dubitatifs sur les possibilités de faire traverser la France à des gens pour nous rejoindre en pleine période de confinement. Une fois arrivés sur place, nous ne savons pas non plus comment leur garantir des conditions de travail conformes à la protection sanitaire contre le coronavirus (masques, etc.). Il subsiste trop de flou dans ce plan. A la place, nous encourageons des initiatives locales, notamment en sollicitant des étudiants en formation agricole qui ont une partie de leurs journées de libre.

Cela suffira-t-il ? Certains agriculteurs s’inquiètent de ne pas pouvoir disposer de leur main-d’œuvre habituelle, souvent venue du Maroc ou d’Europe de l’Est, en raison de la fermeture des frontières… En temps normal, nous sommes très vigilants sur les conditions de travail, de rémunération, de logement de ces travailleurs détachés. Le fait que le monde agricole français soit dépendant d’une main-d’œuvre sous-payée, surexploitée voire, hélas, parfois maltraitée, n’a jamais été une solution.

Le Premier ministre a annoncé lundi l’interdiction de tous les marchés en plein air sauf dérogation préfectorale. Comment peut-on réorganiser la distribution alimentaire Pas question de baisser les bras ! Nous comptons sur le pouvoir dérogatoire des préfets pour rétablir des marchés. Nous travaillons également avec le ministère de l’Agriculture sur un projet des lieux alternatifs, qu’on n’appellerait plus «marchés» mais «points d’approvisionnement». Il s’agirait d’une distribution de denrées alimentaires suivant un système de commande préalable. Et, sinon, nous espérons que le gouvernement revienne sur son interdiction générale.

Plusieurs médecins ont pourtant appelé à fermer les marchés, lieux à forte affluence…
Nous maintenons que les marchés peuvent tout à fait respecter les directives de santé : stands espacés et réservés à la nourriture, prix calibrés pour limiter les échanges de monnaie, paniers préparés assez tôt, étalement des horaires de marché, etc. Il est regrettable que, pour quelques marchés présentant des problèmes à cause de flux de population importants, l’ensemble des marchés ait été supprimé. C’est un double gaspillage : alimentaire (que faire de la nourriture produite ?) et économique (qui va payer pour le manque à gagner des paysans ?).

Que pensez-vous de l’appel lancé lundi aux grandes surfaces par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, pour privilégier les liens avec les agriculteurs français ?
Il est difficile d’admettre que le seul moyen d’écouler les productions locales passe par les supermarchés. Je ne crois pas que ce soit vraiment le seul endroit où peuvent s’appliquer des mesures sanitaires ? Au contraire, avec la fermeture des marchés, leur fréquentation devrait s’accroître de manière risquée… Nous acceptons la main tendue par les GMS [grandes et moyennes surfaces, ndlr] et le gouvernement parce que certains paysans travaillent déjà localement en relation avec ces modes de distribution. Mais le coronavirus ne saurait être en aucun cas une excuse pour concurrencer ou affaiblir encore un peu plus la vente directe (à la ferme, paniers Amap,…) et les marchés alimentaires.
Il y a cette idée très valorisante que les paysans sont indispensables à la population et «nourrissent la France».

On sent bien qu’en cette période, la population se reconnecte avec ce qui est vital, avec les professions qui soignent ou qui nourrissent – des gens indispensables et pourtant payés au lance-pierre. Mais il ne faut pas seulement applaudir les soignants à 20 heures aux fenêtres. Une fois la crise passée, il faudra conserver cette prise de conscience et redéfinir nos priorités et notre modèle de société.
Selon Libération le 25/3/2020

26/03/2020

Protège ton soignant...

Le concept de ce collectif est de commander du matériel médical sans intermédiaire auprès de fournisseurs de confiance, en Europe et en Chine. Et de les distribuer rapidement par ses propres moyens vers les zones d’urgence.
Des artistes, des médecins et des entrepreneurs -Jonathan Benhamou (PeopleDoc), Alexis Bonillo (co-fondateur Zenly), Anthony Bourbon (fondateur et CEO Feed), Marie Ekeland (Présidente du Conseil National du Numérique, Co-fondatrice Daphni), Hind EIidrissi (CEO Wemind), Tatiana Jama (co-fondatrice)Joyce Jonathan (chanteuse), Carole Juge (Fondatrice Joone), Nicolas Lapomarda (co-fondateur Heetch), Céline Lazorthes (Fondatrice Leetchi.com), Daniel Marhely (co-fondateur Deezer, Blackpills), Thierry Marx (chef), Nathalie Rykiel (écrivaine), Juliette Seydoux (artiste), etc.- viennent de lancer l’initiative, #ProtègeTonSoignant, pour soutenir dans l’urgence le personnel de santé français dans la lutte contre le virus Covid-19. 

Selon Thomas Clozel, ancien chef de clinique des Hôpitaux de Paris et membre du collectif, il faut «agir vite en faveur de ceux qui combattent le virus Covid-19 en première ligne: personnel hospitalier, médecins de ville, infirmières libérales, aides-soignants, pharmaciens, Ambulanciers...Toutes et tous réclament de pouvoir travailler dans des conditions de sécurité minimum».
La France a annoncé le 21 mars avoir commandé 250 millions de masques à destination des personnels de santé. Cela s’ajoute à un stock de 86 millions de masques, dont 5 millions de FFP2 plus protecteurs. «Les mesures prises par le gouvernement français sont importantes mais les besoins en matériel sont colossaux et s’accélèrent», souligne le collectif.
Agilité et rapidité
Grâce à ses réseaux et ses savoir-faire, les médecins et entrepreneurs ont pu identifier les besoins en matériel directement auprès des hôpitaux, et des conseils départementaux. Leur concept est de commander du matériel sans intermédiaire auprès de fournisseurs de confiance, en Europe et en Chine. Et, une fois la qualité officiellement vérifiée, de le distribuer par ses propres moyens vers les zones d’urgence pour éviter vols ou pertes. «Nous sommes des entrepreneurs, donc habitués à être efficaces, explique Tatiana Jama. Et d’expliquer que «les autorités sont obligées de passer par des appels d’offres avec des contraintes administratives lourdes. Nous sommes plus agiles et plus rapides, tout en respectant scrupuleusement les règles sanitaires». Le collectif insiste sur le fait que cette initiative citoyenne est «complémentaire des efforts du gouvernement, qui est tenu informé de chaque avancé au jour le jour».
Les membres engagées ont d’ores et déjà réalisé et financé par leurs propres moyens une première commande. L’hôpital de Colmar devrait être livré cette semaine de respirateurs. Puis, ce sera Cochin, à Paris, qui recevra à son tour respirateurs, des tests de dépistage et masques. «Mais nous ne cachons pas que nous avons besoin de toutes les bonnes volonté pour passer d’autres commandes!», conclut le collectif #ProtegeTonSoignant.

Selon Mme Marie Visot - Le Figaro - mardi 24 mars 2020

25/03/2020

Les évèques feront sonner les cloches mercredi 25 mars ...

Les évêques invitent à un «moment de recueillement» le 25 mars à 19h30, Si les églises demeurent ouvertes, aucune célébration ne peut s’y tenir. Des paroisses catholiques diffusent des messes numériques.
Face à l’épidémie, l’heure est à l’unité tous azimuts. En signe de solidarité, l’épiscopat catholique a décidé de faire sonner les cloches des églises de France pendant dix minutes, mercredi 25 mars à 19h30. «Notre pays avec beaucoup d’autres traverse une grande épreuve. Le chef de l’Etat nous invite à laisser de côté nos divisions et à vivre ce temps dans la fraternité», indique, mercredi, un communiqué des évêques de France.
Au-delà des seuls cercles catholiques, les prélats invitent les Français à se joindre à leur initiative. Ils proposent de mettre une bougie à sa fenêtre, à l’heure où sonneront les cloches, pour marquer «sa communion avec les défunts, les malades et leurs proches, avec tous les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays».

«A tous, nous disons notre désir que notre communauté nationale sorte grandie de cette épreuve. Depuis bien des années déjà, notre humanité a l’intuition qu’elle doit changer radicalement sa manière de vivre», poursuivent les évêques qui mettent en cause ’individualisme, la recherche du profit et le consumérisme.
«Depuis le début de l’épidémie, nous sommes pleinement engagés dans l’effort commun, commente Matthieu Rougé, évêque de Nanterre (Hauts-de-Seine) et membre du conseil permanent de l’épiscopat, auprès de Libération. Nous n’avons jamais rechigné face aux mesures drastiques qui ont été prises.»

Si les églises demeurent ouvertes, aucune célébration ne peut s’y tenir depuis le week-end dernier. Grâce à Internet, de nombreuses paroisses catholiques ont pris des initiatives comme diffuser des messes numériques. «Personne n’aurait pu imaginer qu’un jour nous nous retrouvions dans une telle situation», estime Matthieu Rougé.
La semaine dernière, l’épiscopat français avait entamé une série de visites à Rome. Tous les cinq ans, les évêques du monde entier se rendent, à tour de rôle, au Vatican pour y rencontrer en groupe le pape et les responsables de la curie romaine. Les visites des prélats français étaient programmées tout au long de mars.
Mais devant l’aggravation de l’épidémie de coronavirus, le programme a été suspendu. L’un des évêques français présents à Rome la semaine dernière, Emmanuel Delmas du diocèse d’Angers, a été testé positif. Depuis, un tiers des évêques français, qui étaient présents avec lui au Vatican, ont été placés en quarantaine.

Selon Mme Bernadette Sauvaget - Liberation - jeudi 19 mars 2020

22/03/2020

Violences faites aux femmes: nouveaux outils...

Porter plainte, se taire ou fuir. Chaque jour, des centaines de femmes victimes de violences conjugales sont confrontées à ce dilemme. Pour tenter de leur offrir une solution alternative, le procureur de la République de Rennes (Ille-et-Vilaine) a souhaité mettre sur pied un « schéma directeur départemental de lutte contre les violences faites aux femmes ». Prêt à être signé, le document comporte une quarantaine de mesures et sera dévoilé fin mars, après les élections municipales.
L’une des propositions phares visera à proposer un nouvel outil aux victimes silencieuses souhaitant évoquer leur souffrance. « Quand on a des faits graves comme des féminicides, on s’aperçoit qu’assez souvent, il y avait des gens qui étaient au courant. Mais ces gens, ils ne savent pas quoi faire de cette parole. Ce n’est pas évident. Nous avons le sentiment qu’il y a beaucoup de déperdition », explique le procureur Philippe Astruc. Nommé il y a un an, le magistrat avait fait de la lutte contre les violences faites aux femmes sa priorité.
« Parfois, on rate encore l’accueil »
Pour venir en aide aux victimes, la justice souhaite leur mettre à disposition un document de prise de contact. Intitulé « Porteurs de paroles », ce dispositif permettra aux femmes d’être accompagnées par leur confident et de choisir une forme d’accompagnement : par une association, par un avocat ou par la gendarmerie ou la police. « Il faut que la puissance publique aille vers les victimes. Il ne s’agit pas de leur tordre le bras pour qu’elles parlent mais de les aider. Lorsqu’une femme évoque ces faits qui ont souvent lieu dans le huis clos, ce n’est pas par hasard. C’est qu’elles en expriment le besoin, qu’elles en attendent quelque chose, consciemment ou inconsciemment », argumente le procureur.
Avec ce dispositif, la victime s’évite d’abord la difficile démarche d’un dépôt de plainte au commissariat. « Une femme qui n’est pas écoutée la première fois, elle ne reviendra jamais », prévient une enquêtrice rennaise habituée à l’exercice. « Là, c’est un intervenant social qui vous contacte. On améliore le lien avec le service d’enquête. On a fait beaucoup de progrès, mais parfois, on rate encore l’accueil », assure le procureur. Le nombre de procédures a explosé
« Nous pouvons être meilleurs », avait récemment reconnu le patron des gendarmes d’Ille-et-Vilaine, qui a engagé un grand plan de lutte face à la hausse des cas recensés. L’an dernier, 908 procédures ont été traitées par le tribunal de Rennes. Un chiffre qui a bondi de 45 % en un an. « Je ne suis pas sûr que cela veuille dire qu’il y a tellement plus de violences. Mais cela veut dire qu’on commence à gagner sur la révélation des faits. La parole se libère », avance Philippe Astruc.
Violences conjugales : Un homme interpellé grâce au téléphone grave danger deux jours après sa sortie de détention...

Selon Mme Camille Allain - 20 Minutes - vendredi 6 mars 2020

21/03/2020

Il nous reste le livre!

Écrivain et ancien rédacteur en chef adjoint de Charlie Hebdo, Jean-Marie Gourio s’est fait depuis plusieurs années passeur d’une poésie des rues. Il publie le tome 4 de ses Brèves de Comptoir chez Robert Laffont, série entamée en 1985, et avec laquelle il recense les fulgurances et autres pépites que se racontent les gens, accoudés aux comptoirs des bistrots. 
"Ce sont les gens qui vivent dehors, ce sont les gens de l’extérieur, des marchés, d’EDF, des chantiers, les flics, les ambulanciers, tous les gens qui courent un peu partout pour nous sauver en ce moment, des gens qui ont chaud l’été, froid l’hiver, qui ont les doigts courbes", détaille Jean-Marie Gourio au micro de Philippe Vandel, dans Culture Médias sur Europe 1.
Une forme d’hommage donc, "aux gens qui bossent, les travailleurs, le champ des ouvriers, de la classe populaire, c’est Doisneau, Prévert", résume-t-il encore.

Les Français à l'isolement
La période de confinement que traverse actuellement la France, face à l’épidémie de Covid-19, lui rappelle également combien l’homme reste un animal sociable et a besoin de se retrouver dans les lieux de convivialité que sont les bars et les restaurants. "Là, on se rend compte à quel point les autres sont importants", pointe-t-il. "On voit aussi l’importance des bistrots pour que les gens se retrouvent, et parlent", relève encore Jean-Marie Gourio pour qui, en cette période de cloisonnement, la littérature reste le meilleur moyen de s’évader. "Dans tout ce pays où il n’y a plus de bistrot, il reste un bistrot d’ouvert : le livre !"

Et pourtant, Jean-Marie Gourio a bien failli abandonner la littérature et ses Brèves de comptoir. Profondément marqué par la perte de ses amis après l’attentat de Charlie Hebdo, il estime alors qu’il n’a plus "le droit d’être heureux". "J’ai eu la sensation que cette minute de silence que j’avais faite pour mes amis devait durer éternellement", raconte-t-il. "Je ne pouvais plus aller dans les cafés, car il y avait des écrans télé et pendant une semaine on n’y voyait plus que des brancards. Que des morts, des morts, des morts !", se souvient l’écrivain.

Selon Mr Romain David - Europe 1 - jeudi 19 mars 2020

20/03/2020

Un bijou du coeur pour aider les femmes en précarité...

INITIATIVE - Les ventes permettront l'achat de serviettes et de tampons hygiéniques pour les femmes en situation de précarité
« À travers ce bijou, nous voulons mêler écologie, féminité et dimension sociale. » Victoria Grillo, fondatrice de Oh!Mine, spécialisée dans la création de bijoux écoresponsables, et Méganne Monteillet, créatrice de Wakey, distributrice de cosmétiques vegan et bio, se sont associées pour concevoir leur « bijou du cœur ».

« Lever le tabou des règles »
Grâce aux bénéfices des ventes du pendentif, les deux Azuréennes achèteront des protections menstruelles sans composants chimiques et biodégradables de la marque Fava (For all vaginas) qu’elles offriront à une structure locale qui vient en aide aux femmes en situation de précarité. « On veut lever le tabou des règles et permettre à ces femmes de mieux vivre cette période, et donc de mieux vivre leur féminité », explique Méganne Monteillet.
D’après les Décodeurs du Monde.fr, chaque femme dépense en moyenne 3.800 euros dans sa vie pour s’acheter des protections hygiéniques. Un problème pour plus de 1,6 million d’entre elles.
« Aller contre les diktats de la perfection »
Fabriqué sur la Côte d’Azur à partir d’argent recyclé labellisé EcoSilver, le bijou prend la forme d’un anneau « brut, twisté pour symboliser le mouvement, minimaliste et imparfait, parce que les femmes doivent être fières d’être imparfaites et aller contre les diktats de la perfection », revendiquent les deux amies
Mis en vente depuis le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, le bijou est disponible en précommande sur le site de Oh!Mine jusqu’au 22 mars.

Selon Mr Jonathan Hauvel - 20 Minutes - lundi 16 mars 2020

 

17/03/2020

Conseils pour booster votre immunité face à l'épidémie...

1. La vitamine D3 est un puissant protecteur contre les virus.

Des chercheurs ont découvert qu’en augmentant leurs apports en vitamine D de seulement 1000 Unités Internationales (UI) par jour, la moitié d’un groupe de 334 Japonais a vu son risque de succomber aux virus diminuer de 64% par rapport à l’autre moitié du groupe. (2) 

Je rappelle que le mois de mars est la période où vos réserves de vitamine D sont au plus bas, faute de soleil suffisant depuis le mois d’octobre. 

C’est donc le moment de faire une bonne cure de vitamine D (au moins 1000 UI par jour).  

2. La vitamine C peut être efficace contre les virus selon une revue d’études de la très respectée Fondation Cochrane. (3) 

La vitamine C est aussi intéressante pour contrer l’oxydation excessive dans vos poumons (et donc de réduire l’impact négatif du tabac ou de la pollution atmosphérique). (4) 

Cette propriété est particulièrement utile contre les virus qui attaquent les voies respiratoires. 

La goyave, le poivron jaune, le cassis, le persil frais sont les aliments qui en contiennent le plus. 

3. La vitamine E est elle aussi connue pour renforcer le système immunitaire, en particulier pour les personnes de plus de 50 ans qui en manquent cruellement. 

C’est en plus une vitamine vitale pour la santé des poumons – à condition de la choisir naturelle. 

Les anguilles, les sardines, les oeufs en sont riches. (5) 

4. Le sélénium : un manque de sélénium augmente le risque de contagion des maladies infectieuses virales. 

En 2011, une étude a montré que les zones où les niveaux de sélénium dans le sol sont les plus faibles sont aussi les zones où les populations sont les plus vulnérables aux infections virales. 

Les noix du Brésil sont de véritables pépites de sélénium. (6) 

5. Le zinc inhiberait l'activité des virus et bloquerait la réplication de ces virus en culture cellulaire selon une étude effectuée in vitro. 

Les huitres et le foie de veau en contiennent de grandes quantités. (7) 

6. La Coenzyme Q10 est connue pour être un puissant protecteur des poumons. 

Un manque de CoQ10 est souvent synonyme d’une réduction des capacités respiratoires en cas d’infection virale. 

Les poissons les plus gras sont donc aussi ceux qui auront le plus de CoQ10 assimilable. 

85 g de hareng cuit contiennent 2,3 mg de CoQ10. La viande rouge est également particulièrement riche en CoQ10. (8) 

7. Le NADH stimule le système immunitaire.

Une étude réalisée à l’Université de Berlin a montré que le NADH stimulait la synthèse d’interleukine 6. 

L’interleukine 6 (ou IL-6) est synthétisée par les cellules de l’immunité et lutterait contre les infections. 

La viande, le poisson et la volaille contiennent le plus de NADH. Mais attention, le NADH disparaît à la cuisson des aliments ou, si les aliments sont consommés crus, est éliminé sous l'action des sucs gastriques de l'appareil digestif. 

8. La N-AcétylCystéine (NAC) pourrait être utile en cas d'infection respiratoire.

Dans un article scientifique publié le 12 février 2020, les chercheurs attirent l'attention sur plusieurs études cliniques randomisées chez l'homme qui ont révélé que la N-AcétylCystéine (NAC) pourrait être utile pour réduire la gravité des symptômes respiratoires en cas d’infection virale. 

On en trouve notamment dans l'ail, l’oignon, le brocoli, le chou de Bruxelles. (9)

La clé essentielle pour renforcer votre immunité

 

ensemble ainsi que 14 autres nutriments essentiels (22 au total).

Chaque dose contient, de manière concentrée :  

  • Un puissant complexe anti-oxydant stimulant l'immunité : Coenzyme Q10 (30,6 mg), NADH (5 mg), Acide alpha-lipoïque (100 mg), N-acétylcystéine (200 mg) bêta-carotène (4,8 mg), lutéine (10 mg), zéaxanthine (2 mg) 
  • 12 vitamines essentielles pour l'immunité : B1 (1,8 mg), B2 (1,8 mg), B3 (16 mg), B5 (7 mg), B6 (2 mg), B8 (10 mcg), B9 naturelle Quatrefolic® (200 mcg), B12 (2,5 mcg), vitamine C (120 mg) ; vitamine D3 (1000 UI), vitamine E naturelle (tocophérols 12 mg) et K2 (40 mcg) végétales 
  • 3 minéraux et oligo-éléments clés pour l'immunité : iode (150 mcg), sélénium (50 mcg) et zinc (10 mg) 

Il vous suffit de prendre une seule gélule, matin, midi et soir pour redonner à votre corps ces particules vitales dont vous avez tellement besoin pour renforcer votre immunité et vivre en pleine santé.

 

Vous pouvez trouver dans Multi Activ, la seule source qui contient les 8 nutriments boosters d'immunité dont vous avez besoin chaque jour pour compléter les apports nutritionnels de votre alimentation.

Avec Multi Activ, il vous suffit de prendre une seule gélule, matin, midi et soir pour redonner à votre corps les nutriments qui contribuent au fonctionnement de votre immunité.

Nos aliments ont perdu en grande partie leurs valeurs nutritionnelles.  

C’est pourquoi il est devenu presque impossible d’obtenir les nutriments dont nous avons besoin chaque jour.  

Ce phénomène est dû aux changements engendrés par l’agriculture intensive, la pollution, la propagation du sucre et la prise de certains médicaments.  

Multi Activ a été créé pour répondre à ces problèmes majeurs de notre époque.  

Grâce à Multi Activ, vous allez pouvoir réintégrer facilement ces nutriments vitaux pour votre immunité. 

Un geste simple et de bon sens 

Quand vous prenez les nutriments dont vous avez besoin, votre immunité peut fonctionner à pleine régime.

Renforcer votre immunité est donc un geste simple et de bon sens que chacun de nous peut réaliser facilement.

Pourquoi vous en priver ? Pourquoi attendre plus longtemps ?

À l’origine, la Nature avait tout prévu puisque nos aliments sont censés vous apporter tous ces nutriments nécessaires au maintien de votre immunité. 

Mais nos aliments modernes ont été vidés en grande partie de ces substances.

C’est pourquoi, il est plus que jamais utile de compléter votre alimentation avec une source complémentaire de vitamines, de minéraux et d’oligo-éléments.

C’est exactement ce que Multi Activ peut vous apporter.

Selon Mr Dominique Defort

16/03/2020

Concilier vie professionnelle et familiale pour les femmes...

Réussir à mener une vie professionnelle et familiale peut se révéler être le parcours du combattant. Selon une étude de l'Insee publiée ce vendredi 6 mars, les femmes qui ont des responsabilités familiales, en s'occupant d'un ou plusieurs enfants, occupent moins souvent un emploi que celles qui n'en n'ont pas. Surtout, les hommes, qui ont également des enfants, sont plus souvent en emploi que les autres. De telles disparités mettent en exergue les disparités toujours bien ancrées au sein du couple.
Les ouvrière en première ligne
Il existe également des disparités au sein même des catégories socioprofessionnelles. Ainsi, seulement 54% des femmes ouvrières qui ont des responsabilités familiales sont en emploi, contre 74% pour celles qui n'ont pas d'enfant à charge. C'est l'écart le plus marqué. Chez les cadres, ce fossé est beaucoup plus réduit. 90% des femmes cadres sont emploi quand elles ont des enfants contre 94% pour celles qui n'en n'ont pas. L'appartenance à une catégorie professionnelle contribue donc à renforcer certaines inégalités conjugales.
L'arrivée d'un enfant a bien plus de conséquences sur la vie professionnelle des femmes
Le principal facteur avancé par l'organisme de statistiques est l'arrivée d'un enfant qui peut bouleverser certains équilibres. Sans surprise, les femmes sont les premières à subir les conséquences de la parentalité sur la vie professionnelle. D'après les données communiqués par les statisticiens, 45% des femmes ayant entre 25 et 49 ans affirment que la naissance d'un enfant a eu des répercussions sur leur vie professionnelle. Pour les hommes, c'est seulement 23%.
Derrière ces moyennes, il existe des disparités en fonction des catégories socioprofessionnelles et des diplômes. Chez les femmes cadres, elles sont 56% à déclarer que les responsabilités familiales ont des conséquences sur leur boulot. Elles sont 50% dans les professions intermédiaires, 40% chez les employées et 27% chez les ouvrières. Le principal effet est la réduction du travail (pour 16% des réponses des femmes), en particulier chez les cadres (20%) et moins chez les ouvrières (8%). Chez les hommes, le ratio est cinq fois inférieur à celui des femmes (3%). L'âge d'un enfant peut également jouer sur cet équilibre.
"Plus les enfants sont jeunes, plus il est fréquent pour les parents d'éprouver des difficultés à concilier vie professionnelle et vie familiale, même si la question ne disparaît pas lorsque les enfants sont plus grands : 66 % des salariés ressentent de telles difficultés lorsqu'ils ont au moins un enfant de moins de 3 ans, contre 54 % lorsque tous les enfants ont plus de 10 ans" note l'étude. Equilibre entre vie familiale et vie professionnelle, un calvaire pour 60% des Français
Le maintien d'un équilibre entre la vie familiale et la vie professionnelle reste très complexe pour une majorité de Français (61%). Sur ce point, l'écart entre les hommes (59%) et les femmes (63%) est bien moindre lorsqu'ils sont en emploi. Les principaux obstacles rencontrés concernent avant tout le manque de temps pour 41% des répondants. Cette difficulté peut être liée aux longues journées de travail (16%), aux horaires imprévisibles ou décalés (13%) ou aux longs trajets domicile-travail. En revanche, seules 3% des personnes interrogées affirment que l'absence de compréhension de l'employeur ou des collègues constitue une barrière.
La contrainte du temps est particulièrement soulignée chez les Français et Françaises ayant un poste au statut cadre. Ils sont 73% à être dans cette situation contre 63% pour les professions intermédiaires, 58% chez les employés et 53% chez les ouvriers. "Les cadres sont en particulier 29 % à considérer que leurs longues journées de travail sont la principale source de difficultés ; c'est deux fois plus que les professions intermédiaires ou les employés et trois fois plus que les ouvriers"précise l'enquête.

Selon Mr Grégoire Normand - La Tribune - vendredi 6 mars 2020

15/03/2020

Les micro crèches sont autorisées...

Quelque 4.400 micro-crèches, autorisées par le gouvernement à poursuivre leur activité malgré l'épidémie de coronavirus, "accueilleront les enfants habituellement inscrits", a assuré ce samedi la Fédération des entreprises de crèche (FFC) dans un communiqué.
Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a autorisé vendredi soir l'activité des micro-crèches dans la limite de dix enfants, ainsi que celle des assistantes maternelles, qui pourront accueillir au maximum six enfants.

Selon Elsa Hervy, déléguée générale de la FFC, cela représente donc en théorie "44.000 places sur les quelque 450.000 places de crèches existantes en France", dont 60% sont gérées par des municipalités.
"Les structures qui accueillent un nombre d'enfants beaucoup plus réduit ne présentent pas les mêmes risques", a fait valoir le ministre de la Santé à l'appui de sa décision.

L'organisation des repas en question: Autre problème à gérer, explique Elsa Hervy: les prestataires de cantine n'intervenant plus, il faut réorganiser les repas. "Pour lundi, les parents vont les apporter", explique-t-elle, le temps que chaque établissement mette en place une solution.

Mais certains professionnels de la petite enfance n'ont "pas compris" le choix du gouvernement de maintenir ouvertes les structures accueillant moins de dix enfants. Comme Marc Oswald (groupe Krysalis), qui gère huit micro-crèches à Strasbourg et dans le département. Avec son équipe, ils ont décidé qu'elles seraient fermées à partir de lundi.

Compte tenu de la crise sanitaire, il serait "irresponsable" pour lui de les laisser ouvertes. "Dans une semaine, on ira chanter au balcon, comme les Italiens", explique-t-il, allusion aux chants entendus vendredi soir dans une Italie confinée. Cette décision représente un coût financier de 30.000 euros pour une semaine, explique-t-il, car il n'aura pas accès au chômage partiel.

Par ailleurs, certaines crèches classiques vont être réquisitionnées, et ont déjà commencé à l'être à Paris par exemple, pour accueillir les enfants des personnels des services de santé. Pour celles qui vont fermer, la FFC attend des précisions sur les "modalités de l'activité partielle". Elle plaide également pour la création "d'un fonds d'indemnisation des modes d'accueil de la petite enfance".
Selon Cy.C avec AFP - BFMTV - samedi 14 mars 2020

12/03/2020

Connaissez-vous le Kaki?

Dans Nice-Matin week-end, le kaki nous est présenté sous un angle informatif et gustatif. Il est nécessaire tout d'abord de savoir que le kaki, dont le nom est japonais, est le fruit du plaqueminier et qu'il est originaire de Chine. En Asie, on le déguste beaucoup lors des Nouvel An chinois et japonais. En Europe, on en consomma seulement à la fin du 19ème siècle. Depuis, on a découvert qu'il existe plus de 800 variétés dans le monde. certains ont une chair ferme comme le kaki pomme, d'autres ont une chair astringente de couleur rouge avec une peau fine. On le mange à maturité.

Le kaki est riche en fibres, ce qui lui permet de stimuler le transit intestinal.  Il contient environ 81 mg de vitamine C et 19 mg de glucides pour 100g. Sa forte teneur en potassium facilite aussi la digestion. il contient notamment des lycopènes, qui sont réputés protéger le système cardio-vasculaire et prévenir le développement de certains cancers. Son apport en vitamine B9  aide le corps à fabriquer toutes ses cellules dont les globules rouges. Comme il est très riche en eau, c'est un fruit à manger quotidiennement pour contribuer à l'apport hydrique de chacun. En résumé, ne pas hésiter à en manger sans modération.

Lyliane

09/03/2020

Zoom sur le cacao cru!

Dans le journal Nous, un journaliste fait la lumière sur le cacao cru. Il faut savoir que le cacaoyer produit un fruit nommé "cabosse", qui peut contenir quinze à cinquante fèves de cacao. Pour ort nutritionneldu chocolat, comme celui que nous achetons en tablettes, les fèves sont fermentées, séchées, décortiquées, puis torréfiées à 140° voire 180° C environ. La cuisson à haute température altère cependant les vitamines et les minéraux. Cela donne une pâte de cacao, que l'on utilise ensuite pour faire du cacao en poudre ou du chocolat.

Pour obtenir du cacao cru, par contre, la torréfaction s'effectue à basse température (40° C environ), ce qui représente un meilleur apport nutritionnel. En effet, le cacao cru est une source de cuivre, de magnésium, d'antioxydants qui luttent contre le vieillissement des cellules.  Il est également réputé  "booster" la production de sérotonine, ce qui aide à réguler le stress et l'humeur. Bref, ne contenant ni graisse, ni sucre, contrairement au chocolat, le cacao cru est très peu calorique.

Alors, comme autrefois les Mayas, les Aztèques et les Incas, utilisons le cacao cru seul ou mélangé à de la purée d'amandes ou même du lait végétal.

Lyliane

Bientôt un score environnemental sur les textiles?

Alors que chaque Français achète pour près de 10 kg de vêtement par an, le gouvernement travaille sur un score environnemental pour le textile qui devrait faire son apparition d'ici 18 mois.
Une note de A à E sur les vêtements, comme pour les machines à laver: le gouvernement et les industriels de l'habillement ont lancé mardi une concertation pour élaborer d'ici 18 mois un "affichage" environnemental dans le secteur textile. Un peu à la manière du Nutriscore proposé depuis quelques mois sur les produits alimentaires.La loi anti-gaspillage promulguée ce mardi prévoit la mise en place d'un étiquetage destiné à informer le consommateur sur les caractéristiques environnementales de certains produits et lui permettre de faire des choix éclairés.
Le premier secteur à expérimenter la démarche sera celui du textile, un des plus polluants et les plus émetteurs de gaz à effet de serre. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) travaille depuis plusieurs années à l'élaboration de cet affichage pour le textile, mais aussi pour les appareils électroniques, l'habillement, l'ameublement, l'alimentaire et l'hôtellerie.
La note de A à E, accompagnée d'un logo représentant une planète bleue, englobe tout le cycle de vie du produit, des matières premières à la fin de vie, en passant par la distribution, et prend en compte divers impacts environnementaux (émissions de CO2, épuisement des ressources, pollutions de l'air ou de l'eau...).
Testé par Decathlon et Okaïdi
Dans le textile, cet affichage est expérimenté par quelques entreprises, comme Décathlon et Okaïdi, mais l'idée est désormais de "changer d'échelle".
"Nous allons travailler avec les équipes du ministère et les entreprises privées pour asseoir une méthodologie solide qui permettra de donner une note environnementale à chaque vêtement", a expliqué à l'AFP la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson.
"L'objectif est que d'ici 18 mois cette méthodologie sorte, qu'elle fasse l'objet d'un décret d'application et qu'elle soit mise en oeuvre dans la foulée, avant la fin du quinquennat", a-t-elle ajouté.
La ministre a appelé les industriels français à s'engager dès maintenant dans cette démarche pour "répondre à la demande de plus en plus pressante des concitoyens".
9,5 kg de vêtements par habitant
Selon l'Ademe, 624.000 tonnes de textiles (2,6 milliards de pièces de vêtements, linge de maison, chaussures) sont mis sur le marché chaque année en France, soit environ 9,5 kg par habitant. Et en moyenne, une personne achète 60% de vêtements en plus qu'il y a 15 ans mais les conserve moitié moins longtemps.
Dans ce contexte, "c'est bien d'uniformiser et d'imposer des critères solides et ambitieux pour l'information environnementale sur le textile", a réagi auprès de l'AFP Alma Dufour, de l'ONG Les Amis de la Terre.
Mais informer n'est pas suffisant, a-t-elle ajouté, réclamant l'imposition de mesures comme la réduction de la production de vêtements neufs et l'obligation du recyclage.

Selon F.B. avec AFP - BFMTV - mardi 11 février 2020

08/03/2020

Exigeons l'arrêt des violences faites aux femmes selon Amnesty International...

Dans la Lettre d'Amnesty, la Présidente Mme Cécile Coudriou demande qu'a l'approche de la Journée Internationale des droits des Femmes, nous exigions d'urgence la fin des violences à leur encontre et le respect intégral de leurs droits. En effet, en raison dees nombreuses discriminations, des viols, des violences conjugales et même de leur tutelle masculine, filles et femmes ne peuvent vivre librement.

Que ce soit en Iran ou en Europe, chaque jour des milliers de femmes et de jeunes filles sont victimes de violences physiques, sexuelles ou psychologiques et d'atteintes à leurs droits fondamentaux. Mariages forcés, victimes des conflits armés, tortures pour des défenseures de leurs droits, elles paient un lourd tribut  social en raison de leur sexe.

L'Etat français lui-même doit intervenir d'urgence, car 1 femme meurt tous les 2 jours dans notre pays. Il nous faut nous mobiliser pour que cesse le double langage et l'hypocrisie. Non seulement dans les entreprises elles sont sous payées, mais elles reçoivent des coups et souvent elles meurent alors que leurs bourreaux restent impunis. Aussi, demandons haut et fort le respect des droits humains partout dans le monde! 

Lyliane

05/03/2020

Faire travailler sa tête et ses jambes en même temps...

Mme V. Josselin dans Version Fémina nous branche sur un site original: www.velo-bureau.fr, qui commercialise un vélo-bureau au prix de 700 euros environ. Selon l'article, depuis 2015 deux prototypes avaient été expérimentés avec succès dans la classe de l'inventeur, un professeur de Guadeloupe en REP (réseau d'éducation prioritaire). Il avait noté, en effet, que ses élèves étaient plus attentifs, canalisaient davantage leur énergie et mémorisaient plus facilement, s'ils pédalaient sur cet engin.

Depuis, une société nommée Tek Active, a été créée pour répondre à la commande d'une centaine de vélo-bureaux supplémentaires. Si bien qu'aujourd'hui, du primaire au lycée, on en compte en France plus de 3000, tous achetés avec des fonds privés ou  l'aide des municipalités. L'Education Nationale pour le moment n'a pas encore validé cet usage du vélo-bureau, alors que des études scientifiques ont démontré que "bouger améliorait les fonctions cognitives"...

Quoi qu'il en soit, près de 300 entreprises ont déjà compris l'intérêt d'investir dans cet engin. Des parents d'enfants atteints de troubles de l'attention apprécient grandement ce nouveau bureau, qui convient parfaitement aux élèves anxieux, distraits, impulsifs et remuants. Certains jeunes parcourent ainsi près de 20 000 km tout en étudiant leurs leçons! paris pour le moment n'a pas investi dans ce type d'engin, contrairement à la région Auvergne-Rhône-Alpes, la Seine-St-Denis, le Nord et le Sud-Est.

Lyliane

03/03/2020

Effet placebo et effet nocebo....

L'effet Placebo

Les industries pharmaceutiques connaissent depuis longtemps ce pouvoir quasi illimité de l’autosuggestion à la fois du patient et du soignant puisque les essais scientifiques comparatifs sont réalisés avec des flacons de produits codés afin d’éliminer toute influence psychique lors des expériences sur le vivant. Au niveau des tests statistiques sur les malades-cobayes, l’on parle d’essais en double aveugle ou d’essais « randomisés ». Ceci veut dire que ni le soigné ni le soignant ne savent s’il s’agit d’un vrai remède ou d’un leurre.

Et, de fait, on note toujours un pourcentage de malades qui connaissent des améliorations ou carrément des guérisons avec des cachets d’amidon ou des ampoules d’eau distillée. Ceci implique qu’avec des produits inefficaces - voire toxiques - des personnes, grâce à leur foi totale dans leur médecin et dans le remède, guérissent contre toute logique, et comme le clamait Molière, « surmontent à la fois la maladie et le médicament ».

Il en va de même en chirurgie et pratiquement tous les chirurgiens ont à raconter des histoires de personnes opérées qui ont guéri d’une façon inexplicable après une « opération blanche », (c’est-à-dire ouvrir et refermer sans rien faire de spécial, vu l’état des lieux...).

En l’occurrence, voici une histoire racontée par feu Marcel Violet (inventeur de l’eau dynamisée à la cire d’abeille). Un jour, un homme lui téléphone, lui disant qu’il était en phase 5 d’un cancer de l’intestin, et lui demandant s’il connaissait un très bon chirurgien susceptible de le sauver. Marcel Violet lui répondit qu’il avait un ami chirurgien en qui il aurait une totale confiance s’il avait à être opéré. Cette réponse ayant satisfait l’homme, le rendez-vous fut pris. Marcel Violet fut invité à assister à l’opération. Une fois les tripes à l’air, devant le tableau, le chirurgien fit une grimace sans rien dire et demanda à l’assistante de refermer. On dit au malade que l’opération s’était bien déroulée et il fut rapidement renvoyé chez lui.
Deux ou trois mois après, Marcel Violet reçu un coup de téléphone :

Bonjour, je suis l’homme qui a été opéré par votre ami…

- Glouppps ! (il n’est pas mort ?!?)

- Eh bien, il n’y a plus de trace de cancer au contrôle qu’on vient de me faire – Pourriez-vous me donner l’adresse de votre ami chirurgien pour que je lui envoie un cadeau…


Conclusion : Ne jamais détruire une croyance positive d’un malade !

 

Mais il y a aussi l’effet Nocebo

Ici, c’est l’inverse. On est dans la croyance négative. De la part du malade, ce peut être parce qu’il n’a pas confiance dans le soignant, ou parce qu’il ne croit pas au remède, ou parce que sa croyance est dans une fatalité morbide, ou encore parce que son intérêt réel ne réside pas dans la guérison, ou enfin parce que son chemin d’évolution passe par une épreuve de souffrance choisie par son Maître Intérieur.

Du côté du soignant, il est évident que si celui-ci voit son patient déjà mort, ou du moins dans une impasse sans issue classée dans les maladies dites inguérissables (il y en a même qui le disent sans ménagement), il devient l’exécuteur d’un « homicide par nocebo » (le plus cocasse, dans ce cas, c’est qu’il est rémunéré par sa propre victime !).

En tout état de cause, il faut bien admettre que, lorsque dans le couple soigneur-soigné, l’un fait du placebo pendant que l’autre fait du nocebo, c’est une sorte de partie de bras de fer psychique – et… que le meilleur gagne !

L’effet placebo sur les animaux

La plupart des thérapeutes ont pu observer qu’il est souvent plus facile de soigner des animaux que des humains. Les chats, les chiens, les chevaux sont très sensibles et captent très fort les messages psychiques des humains, et il est remarquable de voir comment les animaux, même sauvages, sont reconnaissants lorsqu’on leur a prodigué des soins, même élémentaires.

L'imagerie mentale avec les plantes

Beaucoup croient que l’effet placebo sur une betterave est débile. Et pourtant... des tas d’histoires relatent comment des arbres fruitiers se sont décidés à donner des fruits après avoir été menacés d’être supprimés. Nous avons nous-mêmes expérimenté avec un appareil de mesure électrique sensible comment on peut stresser des plantes simplement avec une mauvaise intention (la brûler, la blesser).

Voici, en particulier, une vieille expérience réalisée dans les jardins de Findehorn (Écosse). Deux fleurs identiques sont plantées l’une près de l’autre avec tous les paramètres identiques. Deux arrosoirs sont préparés chaque jour pour qu’un dénommé Marcel arrose les deux fleurs. La fleur de gauche est arrosée avec l’arrosoir bleu marqué « eau ». La fleur de droite est arrosée avec l’arrosoir rouge marqué « eau + activateur ». Marcel effectue son travail scrupuleusement et... la fleur de droite (eau + activateur) pousse deux fois plus vite. Normal !
Eh non, pas normal : l’arrosoir eau + activateur, c’est de l’eau. Et Marcel, qui est loin d’être un initié, c’est lui qui a fait le miracle, avec sa croyance !

Vous pouvez difficilement imaginer ce que l’on peut faire avec des croyances.

L’imagerie mentale : clé des miracles

Tous les cours de développement personnel, que ce soit dans le domaine de la réussite professionnelle, des sports de haut niveau, de l’auto-guérisson, de l’amour ou de la prospérité en général, convergent sur un théorème de base :

L’imagerie mentale est déterminante dans tout processus de concrétisation.

Même les enseignements religieux sont en accord avec ce principe lorsqu’ils rapportent les paroles de Jésus, telles que :
 « Ce que vous demanderez en mon nom, considérez que vous l’avez déjà ».


Remarquons en outre la finesse de cette proposition qui « filtre » en quelque sorte les prétentions déraisonnables, pour autant qu’elles passent par le Maître Jésus. Car justement, là est la question : jusqu’où se situe la légitimité de notre désir ?

La réponse est la suivante :

  1. Le désir doit être avouable devant Dieu et les hommes.
  2. Nous devons avoir l’impression de mériter d’avoir accès à la demande.
  3. La projection mentale dans l’avenir, en supposant le désir exaucé, ne doit pas susciter un léger malaise ou une légère inquiétude, mais au contraire une grande joie intérieure.

Souvent, nous obtenons l’inverse de ce que nous recherchons. La raison est très simple. Nous programmons instinctivement, dans notre imagerie mentale, la scène de notre peur, de notre doute, de notre rejet, de notre échec. Notre ordinateur interne prend cela pour un ordre et... le réalise.

Exemple : Je souhaite bien dormir, mais je redoute le bruit parce que je me suis fabriqué un programme comme quoi le moindre bruit me réveille. Et ça marche. Il me suffit de corriger mon programme et de commander à mon ordinateur interne d’effacer les bruits éventuels en affirmant que je suis insensible aux bruits quand je dors.

Il suffit d’essayer pour être convaincu.

Guérir dans sa tête

Lorsque j’ai organisé mon premier stage de guérison en 1983, j’ai reçu une femme qui avait eu un accident de voiture et qui était passée à travers le pare-brise. L’une de ses mains était paralysée en raison de la section du nerf radial qui s’était rétracté de 17 cm. Ceci avait été jugé inopérable par les chirurgiens. Cette femme, nommée Mireille A., institutrice, effectua pendant 6 mois, matin et soir, un exercice de visualisation qu’elle avait appris lors du stage. Celui-ci consistait à imaginer pendant 5 minutes, les deux morceaux du nerf qui se rejoignaient lentement, telles des racines de lumière, à l’intérieur du bras. La repousse fut suivie à la radio et la suture se fit au bout des 6 mois. Elle reprit un an plus tard son sport favori... la varappe !

Ce type d’exploit est à la portée de chacun. Ce n’est pas un problème de volonté, mais de persévérance. Il s’agit simplement d’un exercice de visualisation la plus nette possible, à refaire chaque matin et soir.

Lorsqu’il s’agit d’une tumeur, d’un kyste, ou toute excroissance à supprimer, l’imagerie mentale peut agir avec la même efficacité :

Il suffit d’imaginer un solvant puissant qui dissout sélectivement les tissus atypiques. Il faut minutieusement distiller ce solvant à l’aide d’un compte-gouttes à la surface de la formation tumorale. Celle-ci va fondre à la manière d’un morceau de sucre dans le café.

À la fin de l’exercice, on doit visualiser très clairement les tissus parfaitement nets et débarrassés de l’excroissance. Bien sûr, cet exercice, d’une durée d’une ou deux minutes environ, doit être réitéré 2 fois par jour jusqu'à obtention de résultat.

Afin d’atteindre une efficacité maximum, il convient d’effectuer au préalable un exercice simple de mise en état sophronique alfa. Pour cela, on peut, en fermant les yeux, essayer de fixer un point au-dessus de la racine du nez pendant 2 minutes (au chrono). Il faut en fait regarder en l’air en louchant. Ceci est une botte secrète pour mettre rapidement le cerveau en onde alpha, état particulier qui donne accès au pouvoir intérieur par l’intermédiaire des ganglions para-vertébraux. Une mise en condition réflexe peut même être déclenchée par la suite, en accompagnant l’exercice d’un fond musical spécialement choisi, ou d’un parfum spécifique pour la circonstance (essence ou encens).

Enfin, lorsqu’il s’agit d’un problème interne, on a tout intérêt à consulter un bon atlas anatomique afin de bien se représenter l’image du site physiologique d’intervention.

Rappelez-vous que le taux vibratoire de la planète augmente sans cesse et de plus en plus vite. C’est un peu comme votre ordinateur quand il passe de 512 Mbits à 1024 - le rayonnement de la pensée augmente en conséquence dans le sens positif (régénération, guérison) comme dans le sens négatif (destruction). Ce qui marchait déjà bien dans le passé marche d’autant mieux maintenant.
À vous de jouer...

 (Auteur: naturopathe Michel Dogna -micheldogna.fr.-)

 

01/03/2020

Sport et végétarisme...comment éviter les carences?

Peut-on réellement se passer de viande lorsque l'on est un grand sportif ? La réponse d'une experte.
Pour réaliser de bonnes performances et être en bonne santé, les sportifs se doivent de suivre un régime alimentaire adapté. Protéines exigées. Mais doivent-elles forcément provenir de la viande ? C’est la grande question. "Pas nécessairement", selon Anne-Laure Meunier, diététicienne nutritionniste et cofondatrice de SmartDiet. À la condition toutefois d’être averti et rigoureux. Explications. Le rôle des protéines
Remettons les choses dans leur contexte. "Est considéré comme sportif, quelqu’un qui exerce au moins trois heures effectives de sport par semaine (à savoir, une activité qui mêle renforcement musculaire et cadio)", explique Anne-Laure Meunier. "Quand un grand sportif, lui, pratique au moins six heures de sport ». Les bases étant posées, revenons-en désormais à la viande et aux protéines. Quel est leur rôle ? « Les protéines sont des piliers de notre santé", assure la spécialiste. "En effet, c’est en partie grâce à elles que notre corps est robuste et plein d’énergie. Constituées de 21 acides aminés (dont 11 directement synthétisés par notre corps), elles sont apportées par l’alimentation. Et notamment par la viande".

Combiner les différentes protéines
Mais pas que. Il existe également des protéines d’origine végétale. Le problème ? Elles ne contiennent pas toutes systématiquement l’ensemble de ces acides aminés essentiels. Il faut donc les mélanger pour arriver à un équilibre. Par exemple, au lieu de miser sur un steak de bœuf, on va mélanger céréales et légumineuses et ainsi mimer les protéines animales. On va également pouvoir compenser avec d’autres sources de protéines, algues, produits laitiers, soja ou encore œufs. "Disons qu’un grand sportif doit ingérer 4200 kcal par jour. 20% devront être des protéines, ce qui fait une moyenne d’environ 200g de protéines pures par jour", assure-t-elle. Ça, c’est pour ce qui est de la quantité. En ce qui concerne maintenant la qualité de ces protéines, le sportif va devoir – comme expliqué ci-dessus – combiner.
Végétarisme : comment éviter les carences
Et pour cause, celui-ci doit impérativement éviter les carences, qui risquent de le mettre en danger. "Pas de panique, cela ne se joue pas à un repas près mais il faut faire extrêmement attention à moyen et long terme", prévient la nutritionniste. Dans un premier temps, les carences vont être responsables de problèmes de peau, de respiration, de concentration, de fatigue ou encore de manque d’énergie. Mais ce n’est pas tout. Elles peuvent provoquer bien pire, "être à l’origine de complications graves, de cancer et de décès", rappelle la diététicienne. Végétarien et sportif oui, donc, mais avec beaucoup de rigueur. Exit l’improvisation. 

Selon Mme Anne-Laure Mignon - Femme Actuelle - vendredi 4 octobre 2019

28/02/2020

Le cresson et sa diffusion en France

En 1990, la France produisait 7000 tonnes de cresson chaque année. Aujourd'hui, la production est tombée à 4000 tonnes. La culture de cette plante est en effet délicate et sa conservation, qui n'excède pas deux-trois jours, ne facilite pas sa commercialisation.
Propriétaire d'un moulin en Picardie, bordant une cressionnière, Irène Inchauspé et son mari Olivier Robert de Massy ont été confrontés à la difficulté que traverse la filière. Bien que n'ayant rien à voir avec le monde agricole –elle est journaliste et lui travaille dans le milieu bancaire, ils ont décidé de chercher des moyens de relancer cette activité économique en créant la start-up Innocress. Avec l'aide d'étudiants de l’institut UniLaSalle de Beauvais, spécialisés dans la filière alimentation, ils se sont penchés sur les moyens de valoriser le cresson très riche en nutriments.


33 euros la cure d'un mois
L'idée retenue est donc commercialiser le cresson comme un complément alimentaire, qui apporte des macronutriments, des vitamines (A, C et K) des polyphénols et des glucosinolates. Baptisé Supercress 5, il se présente sous la forme d'une poudre que l'on saupoudre sur ses repas.
Trois tonnes de cresson mises en sachet
Le concept de Supercress a attiré l'attention de la région des Hauts-de-France et de la BPI qui ont versé 120.000 euros pour que le projet voit le jour. Trois tonnes de cresson frais ont déjà été séchées, broyées, et mises en sachet.

La commercialisation du produit a débuté sur le site d'Innocress et dès la semaine prochaine sur Amazon. La boîte de 30 sachets, permettant une cure d'un mois, est vendue 33 euros. La start-up compte écouler 16.000 boîtes au cours de la première année.

Selon Mme Coralie Cathelinais - BFMTV - samedi 1 février 2020

 

27/02/2020

Du vert à toutes les sauces...

Mme Virginie Félix dans Télérama pointe des incohérences entre le discours dominant selon lequel on doit respecter les petits producteurs, protéger l'environnement et suivre le calendrier des saisons, alors que par exemple la cérémonie des étoiles du guide Michelin a été parrainée par le géant de la grande distribution Métro... De même, le grossiste Pomona fournit les épreuves de Top Chef, dont il est "partenaire professionnel" en produits venant d'Espagne.

Des maraîchers et maraîchères comme Mme Hélène Reglain s'en sont vertement ému(e)s et ils l'ont fait savoir. Pouvons nous alors penser que la conscience écolo et le vert, le bio à toutes les sauces dans les médias ne sont que de la poudre aux yeux? Les pratiques "des arrièrs-cuisines" selon la journaliste semblent beaucoup moins vertueuses...Laissons là les discours et ne serait-ce pas à nous, consommateurs, de peser dans les débats et grâce à nos choix de consommation de soutenir vraiment le bio et les petits producteurs?

Lyliane

Bonne santé du bio...

Le bio confirme sa percée en France, et fait de plus en plus d'adeptes. Selon une étude réalisée pour l'agence bio et révélée vendredi par franceinfo, neuf Français sur dix ont consommé bio de temps en temps l'an dernier, et cinq sur dix au moins une fois par semaine.
Ceux qui en consomment tous les jours étaient 12% en 2018, et sont désormais 14%, montre ce baromètre annuel Etude Spirit Insight. Le pourcentage des non-initiés se réduit : seuls 11% des sondés n'ont pas mangé ou utilisé de produits bio en 2019, contre 12% l'année précédente - le chiffre reste néanmoins stable par rapport à 2015.
Préserver sa santé
Les produits alimentaires ne sont pas les seuls à être recherchés : 64% des sondés achètent aussi des produits d'entretien ménager écologiques, 61% des produits cosmétiques et d'hygiène cosmétiques, 44% des produits de jardinage utilisables en agriculture bio et 34% du textile biologique.
Quelles sont les motivations des consommateurs ? Une large majorité (60%) veut préserver sa santé. Le goût et la qualité arrivent ensuite (50%), devant la préservation de l'environnement (45%). Les plus jeunes semblent par ailleurs plus sensibles au bio que leurs aînés.
Disparités géographiques
Les auteurs de l'étude observent des disparités géographiques : "19% des habitants de Bretagne consomment quotidiennement du bio, ce chiffre tombe à 8% en Centre-Val de Loire et dans les Hauts-de-France", écrit france info.

Selon Boursier.com - Boursier - vendredi 21 février 2020

26/02/2020

L'avocat, un fruit bénéfique à tous points de vue...

En latin, advocatus désigne celui « appelé comme défenseur ». 

Le fruit a été importé du Mexique au XVIIIe siècle sous son nom aztèque, ahuacatl, qui signifie « testicule ». Ahuacatl a donné aguacate en espagnol, puis avocat en français. 

Mais en raison de sa peau vert sombre et rugueuse, comme celle des reptiles, on l’a longtemps appelé « poire alligator » ! 

L’avocat était déjà apprécié par les Mésoamérindiens il y a 8 000 ans ! 

Les Conquistadors utilisaient également le noyau de l’avocat. Ils en tiraient une encre rouge indélébile qui leur servait à rédiger des documents officiels encore conservés jusqu’à ce jour ! 

Bien connaître vos avocats

Il existe une infinité de variétés d’avocats : certains ont la taille d’un cornichon, d’autres pèsent 1 kilo pièce (!). Mais comme toujours, la production à grande échelle a promu des variétés bien charnues et douces au goût, à bon rendement (au moins 100 fruits par avocatier), résistantes aux bactéries et aux différents climats. 

L’avocatier est un arbre tropical et subtropical qui déteste la gelée hivernale. 

Au Mexique par exemple, les avocats poussent toute l’année. 

Dans les régions moins tropicales, cela va dépendre des saisons. Pour fournir le marché européen, on a sélectionné des espèces qui vont jusqu’à supporter le climat méditerranéen. C’est pourquoi l’on trouve des avocats de Corse, d’Espagne, d’Israël (depuis 1908) et du Maroc. Le Mexique continue d’assurer un tiers de la production mondiale. Il est aussi concurrencé par la Californie du Sud (depuis 1833) et le Chili [6]. 

L’avocat Hass (rond et très sombre) a la peau rugueuse et épaisse qui trahit mal le stade de maturation de la chair. Il faut palper les Hass au sommet du fruit, près de la tige. 

L’autre variété fréquente en Europe est l’avocat Fuerte, allongé en forme de poire, à la peau verte et fine. Il est donc plus simple à palper.


L’avocat améliore l’assimilation des antioxydants

Il existe un moyen simple d'augmenter considérablement votre taux d'absorption des antioxydants : manger vos fruits et légumes avec un corps gras. 

La recherche a montré qu’une salade de crudités à laquelle on ajoute un avocat permet de multiplier [2] :

  • Le taux d'absorption du lycopène par 4 (le lycopène est un antioxydant que l'on trouve dans les tomates).

  • Le taux de bêta-carotène par 2,6 (le bêta-carotène est un précurseur de la vitamine A que l'on trouve en abondance dans les carottes et, dans une moindre mesure, dans les légumes verts à feuilles).

Lorsque c'est de l'huile d'avocat qui a été ajoutée aux crudités, ils ont constaté une multiplication :

  • Du taux d'alpha-carotène par 7,2

  • Du taux de bêta-carotène par 15,3

  • Du taux de lutéine par 5,1 (la lutéine est un antioxydant rouge-orangé que l'on trouve dans le jaune d'œuf, le maïs, les carottes, les épinards et l'oseille, et qui protège en particulier la rétine).

Ensemble, les graisses de l’avocat et les antioxydants combattent tous les foyers d’inflammation pour stopper le vieillissement prématuré. C’est pourquoi l’avocat aide à rajeunir votre corps de l’intérieur. 

L’avocat efficace pour contrôler votre appétit

77 % des calories de l’avocat proviennent de ses graisses [3]. Or cette quantité de graisses explique qu’après 1/2 avocat, vous soyez déjà rassasié. 

L’avocat est donc un bon moyen de contrôler votre appétit. C’est utile si vous avez tendance à trop manger et à prendre du poids. 

Les avocats sont également riches en fibres qui régulent votre transit et soignent votre intestin. 

La recherche sur l’avocat va beaucoup plus loin… on pense que l’avocat pourrait contrer le cancer (notamment de la prostate), réduire le risque de maladies du cœur (en contrôlant votre cholestérol), soulager l’arthrite [3]. 

20 vitamines et minéraux

Ce n'est pas tout. 

Les avocats contiennent 20 vitamines et minéraux différents : 

  • La vitamine K : elle est importante pour la coagulation du sang. Elle contribue aussi à la solidité de vos os. 

  • Les folates, ou vitamine B9 : ils sont importants pour une bonne reproduction cellulaire et le développement de vos tissus. Des erreurs dans la division cellulaire vont par exemple compromettre la qualité du sperme. Une étude a montré qu’un déficit de vitamine B9 s’accompagne d’une augmentation des anomalies génétiques sur les chromosomes des spermatozoïdes [4].

  • La vitamine E : elle protège les tissus contre les radicaux libres et peut protéger le cœur.

  • La lutéine : elle est nécessaire pour protéger les yeux et la peau.

  • La vitamine C : elle renforce le système immunitaire et neutralise les radicaux libres.

  • La vitamine B6 : elle renforce elle aussi le système immunitaire, aide aux fonctions nerveuses et à la synthèse des globules rouges. [5]

  • Ainsi que les vitamines B5, B1, B2, B3, A, et le potassium (plus que dans une banane), le magnésium, le manganèse, le cuivre, le fer, le zinc, et le phosphore

 

 


Eric Müller


 

Vous pouvez publier ici votre commentaire.
Si vous pensez que ce message pourrait intéresser un ami ou un proche, n'hésitez pas à faire suivre (utilisez la fonction "transférez ce message" dans votre boite de messagerie électronique).



Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn Partagez sur WhatsApp

SNI Éditions, CS 70074, 59963 Croix Cedex, FRANCE



 


 

 


25/02/2020

Tout savoir sur le glaucome...

Dans la page santé du magazine Télé-loisirs, Mme Sandrine Catalan-Massé nous énumère quelques symptômes à repérer et nous donne des conseils  en cas d'atteinte par cette maladie. Celle-ci, en effet, représente la deuxième cause de cécité dans le monde, après la cataracte. En France, on compte environ 500 000 personnes atteintes de cette maladie sans le savoir. A côté du glaucome congénital et du glaucome aigu, il y a en fait plusieurs sortes de glaucomes, dont celui à angle ouvert qui représente 90% des cas. Il s'agit généralement du conduit d'évacuation des liquides intraoculaires, qui nourrissent le cristallin et la cornée, qui se bouche et qui provoque une accumulation de liquide (humeur aqueuse), ce qui fait augmenter  la pression à l'intérieur de l'oeil.

La difficulté de repérage du glaucome est due au fait que, sauf pour le glaucome aigu, la maladie se développe sans signe particulier ni douleur et pourtant il détériore la vision sur les côtés et à la longue  il peut détruire le nerf optique. Parfois un seul oeil est atteint, parfois les deux. Dès l'âge de 40 ans, le glaucome touche de 1 à 2% de la population, alors qu'après 70 ans, il en touche 10%. Une surveillance tous les 2 ans (fond de l'oeil, tension oculaire, épaisseur de la cornée) est recommandé, car une détection précoce permet d'en enrayer l'évolution. Des collyres par exemple  de la chirurgie ou des traitements au laser sonnt capables de freiner l'évolution du glaucome.

Il faut savoir en outre que les diabétiques, les myopes, les hypertendus et les personnes faisant des apnées du sommeil, celles à peau noire ou celles ayant des prédispositions génétiques sont les plus exposées. L'UNADEV (union nationale des aveugles et déficients visuels) organise une tournée itinérante avec le "Bus du glaucome" en proposant des consultations gratuites dans 15 villes de France. pour connaître les prochaines dates, téléphonez au  08 00 94 22 33 ou bien consultez le site:www.unadev.com.

Lyliane

24/02/2020

Un burger végétarien à s'y méprendre!

Dans le magazine pour la jeunesse "we demain" destiné aux jeunes d'aujourd'hui, Mme Emmanuelle Vibert nous fait connaître le lancement depuis quelque temps par deux sociétés américaines: Beyond Meat et Impossible Foods d'un burger végétarien qui a le goût du boeuf et la texture d'un steak haché, mais qui est 100% végétal. Ce burger remporte un grand succès outre-atlantique. 2200 restaurants le proposent déjà.

Ce burger est composé de protéines (soja, légumineuses,  riz ou pommes de terre), d'huile de noix de coco, de tournesol ou de beurre de cacao. Alliées au géant alimentaire Burger King, les 2 enseignes américaines cherchent depuis peu à pénétrer le marché français. Une bonne information pour les ados de notre pays!

Lyliane

23/02/2020

Les bénéfices de l'activité physique à tout âge et même pendant un cancer...

Dans le petit journal de l'Institut Curie, il nous est rappelé que selon des statistiques de 2014, parues au moment du lancement du 3ème Plan Cancer (2014-2019), la pratique d'une activité physique après diagnostic d'un cancer du sein diminue de 24% le risque de récidive et de 28% le risque de décès par cancer. Pour un cancer colorectal, ce risque est réduit de 39%. Se renseigner sur les sites: www.sportetcancer.com ou www.sport-sante.fr ou même sur www.sielbleu.org.

Selon l'article, dès le début de la maladie, pratiquer une activité physique régulière contribue à une meilleure qualité de vie. En effet, l'activité physique réduit la fatigue et améliore le sommeil. Elle participe aussi au mieux-être moral et physique, diminue l'isolement et le risque de sarcopénie (diminution de la masse musculaire), qui peut augmenter la toxicité de certains traitements. On considère également que les activités physiques améliorent la tolérance aux traitements en diminuant leurs effets secondaires et en réduisant les risques de récidive.

De nombreux centres de prise en charge de la maladie proposent des programmes d'activité physique dispensés par des éducateurs sportifs spécialisés, adaptés à chaque patient selon ses capacités et ses souhaits.  Les activités individuelles ou collectives peuvent aller du yoga à la marche en passant par la natation, la gymnastique, le jogging, la danse ou l'escrime. Même après un cancer, il est recommandé de poursuivre ces activités, tout comme une alimentation équilibrée, afin de se maintenir en bonne santé.

Lyliane

21/02/2020

Fin de vie selon la psychologue Mme Marie de Henezel...

Voici la tribune de Marie de Hennezel, psychologue et écrivaine, sur la fin de vie : "Le débat sur l’aide active à mourir est un débat clivant que nous avons depuis plus de vingt ans. Car, en effet, on meurt mal en France. Le Pr Didier Sicard a fait une analyse remarquable de ce mal mourir, dans son rapport "Penser solidairement la fin de vie" , préconisant un changement de la culture médicale, le développement des soins palliatifs, l’application des lois existantes sur la fin de vie. Mais, s’il a écarté la possibilité de légaliser l’euthanasie ou le suicide assisté, c’est que cela posait nécessairement la question des dérives, et notamment des dérives économiques. Quand on supplie un médecin de mettre fin à sa vie, c’est avant tout parce que la médecine ne sait pas prodiguer des soins de fin de vie dignes de ce nom. C’est aussi parce que les conditions de la vie ne sont plus dignes. Combien d’âgés, seuls, abandonnés, parfois maltraités, se demandent ce qu’ils font encore sur Terre! On peut comprendre alors qu’ils appellent la mort de leurs vœux.

Dans une récente tribune appelant à débattre de l’aide active à mourir [parue dans le JDD du 19 janvier], le président de La Mutualité française, Thierry Beaudet, écrit que les mutuelles "seraient pionnières en créant les lieux et les conditions permettant d’exercer une telle liberté". A l’aune des valeurs de "solidarité, liberté et démocratie" mises en avant par la Mutualité française, celle-ci pense-t-elle sérieusement que la réponse à donner à ce sentiment d’indignité peut se résumer à une loi sur l’euthanasie? Et est-ce le rôle d’un mutualiste de se faire l’apôtre de la mentalité euthanasique, le défenseur d’une solution facile et économique?
Les valeurs des mutuelles n’exigent-elles pas plutôt de plaider jusqu’à obtenir l’accès pour tous aux soins palliatifs, avant de réclamer une loi aux conséquences incertaines?
D’ailleurs, quel message d’accompagnement et de prévention du suicide feront-elles passer à leurs adhérents âgés et fragiles, lorsque, dans le même temps, elles proposeront les lieux et les conditions de la mort programmée?

Robert Badinter préconisait une grande prudence en matière législative, affirmant que la loi donne toujours la tentation de l’utiliser à des fins de détournement. "Qui devra pratiquer l’euthanasie? Qui appréciera qu’elle est nécessaire? Où devra-t-elle se pratiquer? Y aura-t-il des 'agents de l’acte euthanasique'?", me demandait-il.
François Mitterrand m’avait mise en garde contre une évolution de la société dont il mesurait les dangers : "La nature humaine n’est pas habitée que de bons sentiments… Dans un pays démocratique, une loi ne peut sacraliser un tel droit (le droit d’administrer la mort)! Tant que je serai en vie, je m’opposerai à ce que l’on franchisse la ligne rouge!"

Selon Redaction JDD - leJDD - samedi 1 février 2020

 

 

20/02/2020

Conseils de détox pour les jeunes accros aux portables...

En moyenne, les jeunes Français passent quatre heures par jour sur leur téléphone. Un total bien trop élevé, selon plusieurs études scientifiques. Voici quelques conseils pour réduire son temps d'écran.

Les jeunes Français passent en moyenne près de quatre heures par jour sur leur téléphone, selon une étude menée par le cabinet américain App Annie. La moitié de ce temps est consacré aux réseaux sociaux. Un comportement qui peut poser problème, d'après plusieurs recherches scientifiques. C'est notamment mon cas. Début novembre, j'ai constaté que je passais plus de huit heures par jour sur mon téléphone.
Pour tenter d’endiguer ce qui peut être considéré comme un problème, et prendre du recul vis-à-vis de son smartphone, j'ai demandé des conseils à Catherine Lejealle, auteure de J’arrête d’être hyperconnectée ! 21 jours pour réussir sa détox digitale.

“Ce n’est pas forcément le temps passé dessus qui est problématique, c’est plutôt de savoir si c’est vous qui décidez de vos usages, si vous en avez conscience. Ou est-ce que ce sont des notifications qui viennent vous inciter, vous séduire ? L’important, c’est de garder la maîtrise. Si vous passez du temps à préparer un voyage, à aller chercher de l’information parce qu’on le décide, c’est vertueux. le Problème, c’est quand on se laisse embarquer de notifications en notifications, parce qu’il y a un côté hypnotique à Internet. Finalement, il y a une perte de contrôle. Il faut savoir pourquoi on en a besoin, et ne pas se laisser nourrir par le téléphone.”

Chaque fois que l’on va prendre son portable, il faut décider ce que l’on va y faire. Les notifications, idéalement, c’est à supprimer. Quand on l’allume, c’est pour se dire “je veux avoir des nouvelles de cet ami”, et aller voir ce qu’il se passe. On perd la notion de ses priorités et de ses urgences. C’est aussi se dire que l’on mérite mieux finalement. Au travail, il faut se faire sa “to do list”, avec ses priorités et ses urgences, essayer d’y répondre dans la journée. Il faut éviter de répondre aux sollicitations des uns et des autres, ce qui est finalement envoyer un mauvais message, celui d’être toujours disponible.”
“Est-ce que l’on peut supprimer les applications qui sont déjà disponibles sur ordinateur, où tout est plus lisible et abîme moins la vue ? Il faut se dire que tout ça, c’est secondaire. Il faut faire le tri dans les applications, dans les notifications, suspendre le téléphone quand c’est nécessaire, et s’en détacher dans les moments où l’on n’en a pas besoin. Aujourd'hui, nous avons procédé par stratifications. Nous avons accumulé des réseaux sociaux, et nous n’avons pas ajouté de temps, la journée continue de faire 24 heures. Il faut savoir se mettre ses propres limites. Le cerveau est tout le temps sursollicité, ce qui entraîne des problèmes de concentration et d’endormissement.”
“Il y a la possibilité de créer des filtres, pour recentrer les flux sur ses centres d’intérêts, pour permettre d’amener quelque chose de plus digestible. Il faut accepter d’être injoignable. Mais au final, 80% des mauvais usages viennent de nous. Il faut savoir faire attention à l’usage où l'on fait une pause et que l'on se laisse hypnotiser par le doux ressac d’Internet, et faire le deuil du “On ne pourra pas tout voir”. Aujourd’hui, il se crée tous les deux jours autant de contenu que la Bibliothèque François Mitterrand. Il vaut mieux tout supprimer et regarder ce qui est vraiment nécessaire, puis s’autoriser à rajouter des choses en se disant qu’on ne peut finalement pas vivre sans. Le but, c'est de faire quelque chose d’assez radical.”

Selon Mr Florian Huvier - BFMTV - mercredi 29 janvier 2020

17/02/2020

Tout savoir sur le chou chinois...

Dans le supplément à Nice-Matin "Nous", un journaliste nous présente un légume méconnu appelé " chou chinois". Il est très consommé dans les pays d'Asie et ses variétés les plus populaires sont le chou de Pékin et le Pak-Choi. En fait, il existe plus de trente sortes de chou chinois. Cuit ou cru, ce type de chou aide à protéger le système cardio-vasculaire grâce à ses antioxydants. Il est aussi très peu calorique: environ 12 calories pour 100g. Donc, en résumé, c'est un aliment santé, coupe-faim, riche en fibres, qui donne une impression de satiété.

Lorsqu'il est bouilli, les bienfaits du chou chinois sont nombreux: c'est en effet une source de calcium, de fer, de potassium, de vitamine K, B2 et C. On peut le cuisiner braisé, farci ou sauté avec du poulet, du boeuf, des champignons ou encore du gingembre, de la coriandre, du sésame ou de la sauce soja pour relever la préparation. Si l'on envisage de le conserver au réfrigérateur, il peut tenir deux semaines à condition de le faire blanchir auparavant quelques minutes à l'eau bouillante. Mais, pour le manger cru en salade, ne pas attendre plus de 6 jours.

Lyliane

11/02/2020

Connaissez-vous l'alimentation vivante préconisée par Mme Irène Grosjeann, naturopathe?

Témoignage d'une participante à un stage avec Mme Irène Grosjean trouvé sur Internet:

"Je ne sais pas si vous connaissez Irène Grosjean. Une femme de 85 ans passés au caractère bien trempé et à l’âme d’enfant.

Je l’ai découverte il y a quelques mois à travers ce documentaire, que je vous recommande vivement de regarder pour compléter ce que je vous raconte ici. En l’écoutant, je me suis dit que son raisonnement était profondément logique et que je voulais approfondir le sujet.

Son explication est simple: la vie est simple. Nous nous reposons sur 4 choses pour vivre : respirer, manger, dormir et éliminer. Si nous vivons mal, c’est que nous ne respectons pas bien ces 4 bases de la vie.

Selon Irène, toutes les maladies et souffrances sont dues à notre empoisonnement alimentaire. Pourquoi ? Car nous ne mangerions pas la nourriture qui nous est destinée et par conséquent, nous accumulons acide urique et viscosités que le corps tente d’évacuer par divers symptômes que nous appelons maladies.

Sauf que nous bloquons le processus en prenant des médicaments, faits pour taire nos symptômes. Pourtant, les symptômes sont les voyants rouges qui nous signalent la nécessité d’aider le corps à éliminer. Tout reste donc stocké dans l’organisme et entraîne d’autres maladies futures.

Par conséquent, elle est convaincue que toutes les maladies sont guérissables. En revanche, elle reconnaît que tous les malades ne le sont pas étant donné que les déséquilibres poussés à l’extrême sont parfois malheureusement irréversibles.

20151107-crusine-007

Spaghettis de courgette et sauce “bolognaise”

Quelle nourriture est adaptée à l’homme ?

Pour reprendre la métaphore d’Irène, notre corps est comme un véhicule qui a besoin du carburant qui a été prévu pour lui. Cueilleurs à l’origine, nous serions faits pour consommer des aliments vivants comme les fruits, légumes, graines ou les noix (entre autres), à l’état cru.

Contrairement aux carnivores qui ont des intestins courts et des reins puissants, capables d’éliminer l’acide urique provenant de la consommation de viande, nous avons des intestins longs et des reins plus petits, c’est pourquoi les produits carnés ne seraient absolument pas adaptés à nous.

Les produits laitiers non plus d’ailleurs. Rappelons que nous sommes l’unique mammifère qui continue de consommer du lait après le sevrage et à profiter du lait d’un autre animal. D’ailleurs, contrairement à l’idée véhiculée, le lait est acide et nous appauvrit en calcium, tout simplement parce que nous ne pouvons pas l’assimiler. Remarquez, c’est compréhensible quand on réalise que le lait de vache contient les éléments adaptés à la croissance d’un veau !

A ma surprise, notre foie ne serait pas non plus capable de digérer les sucres lents (gluten ou non) qui pour leur part laissent des glaires/viscosités.

Et pourquoi tout cru ? Parce que la cuisson des aliments les appauvrit en énergie. Par conséquent, nous mangeons de la nourriture morte, selon les termes d’Irène, et c’est pourquoi nous avons besoin d’un excitant (alcool, tabac, café, thé etc.) pour nous donner le surplus d’énergie qui nous manque.

  • Un mémo technique naturel : si on est attiré par un aliment végétal à l’état cru, c’est que notre corps a besoin de ce que cet aliment peut lui apporter. En revanche, les aliments qui nous attirent à l’état cuit seraient notre poison !La première chose à faire donc, est de revoir son alimentation. Pour paraphraser Irène, dire que nous sommes malades à cause des microbes, virus et bactéries serait comme dire que c’est à cause des mouches que les poubelles sont sales, alors qu’il faudrait “simplement” les laver !Abondance de pizzas, houmous, poivronade, tartare d’algues et bien d’autÀ chaque fois qu’on est malade c’est le signe que l’on a quelque chose à modifier et que le corps veut se nettoyer. La clé est de rester au repos et à la diète pour que l’énergie se concentre dessus. En effet, la digestion utilise bien 50% de notre énergie. On devrait également en profiter pour aider le corps à éliminer en faisant des purges, en utilisant des huiles essentielles ou en buvant des infusions de plantes adaptées.

Nous sommes ce que nous mangeons

Hippocrate nous l’a pourtant dit “ que ton aliment soit ton remède !”. Ceci dit, notre première nourriture c’est la respiration. Donc j’aurai même dû commencer par vous dire que la base, c’est de prendre le temps de respirer profondément. Sachez également qu’il y a des gens qui ne vivent que de respiration, et d’autres se nourrissent simplement de l’énergie du soleil !!

En alimentant nos cellules avec la bonne nourriture, nous sommes en meilleure santé et plus heureux. En mangeant de la nourriture morte nous restons dans des fréquences basses : la peur, l’angoisse, la dépression, la contrariété, le négatif. En mangeant de la nourriture vivante et pleine d’énergie, nous avons accès à des fréquences plus élevées: amour, tolérance, partage, développement de l’intuition et de la clarté. Nous devenons plus “connectés” à l’intelligence universelle. Bonheur vs douleur.Nous avons beaucoup parlé de choses que je vous ai raconté il y a peu. Sur la tolérance, la gratitude, le lâcher prise du passé, et sur le fait que notre pensée créé notre réalité.

Tout émane de nous, nous sommes les uniques responsables de nos vies. Afin d’être heureux, il faut le décider. Nous avons le choix de nous concentrer sur ce que l’on a et sur ce qui va bien. Et plus on y pense, plus on l’attire !

Cela ne veut pas dire que lorsqu’on est heureux on ne souffre plus. C’est un changement de perception. La certitude que chaque souffrance est là pour nous instruire et nous aider à aller mieux. Elle n’est pas là pour nous détruire.

Je me lance !

Après la théorie, vient la pratique ! Car le meilleur moyen de me rendre compte de l’efficacité de ce que préconise Irène est d’essayer. Je vais donc relever le défi de passer à l’alimentation vivante au maximum.

Je n’aime pas me fixer des interdictions alors je m’autorise des écarts de temps en temps, à hauteur d’un plat cuit par jour maximum, mais toujours végétarien et au maximum sans produits laitiers ni sucres lents. Limiter l’alcool aux occasions et troquer mon thé pour des infusions. Par chance, je ne fume pas, déteste le café et je n’ai pas la dent sucrée. Dégustation de lait chaud de cajou et de dattes, devenue ma boisson du petit déj’. Mon cas : Je suis un puits sans fond. Ceux qui me connaissent le savent, je mange comme un ogre mais ne prend pas un kilo. Oui, désolée! Ne pensez pas que c’est un cadeau. Depuis que j’ai arrêté la pilule il y a un an j’ai perdu 6 kilos, faisant 50kg pour la première fois depuis l’adolescence. Il faut dire que je la prenais depuis tellement longtemps que finalement je ne connais pas vraiment ma vraie morphologie ! Ce n’est pas parce que je mange beaucoup que je déborde d’énergie. Au contraire, même si je m’enfile 300 grammes de pâtes je peux avoir faim de nouveau 2 ou 3h après. Si la faim s’installe, je fais rapidement des hypoglycémies.

D’après Irène, les personnes qui maigrissent trop auraient un excès d’acide urique (venant des produits laitiers et carnés). Ce qui explique ma tendance aux infections urinaires et que ma peau ne respire pas. C’est vrai que je ne transpire pas beaucoup, il faut vraiment qu’il fasse très chaud et surtout humide pour que je dégouline. Par conséquent, je suis plus sensible aux coups de soleil, et au soleil en général.

Je fais aussi des allergies et j’ai souvent le nez pris, signe de viscosités (dus aux sucres lents). J’ai remarqué que mes allergies avaient drastiquement diminué lorsque j’ai arrêté de manger de la viande.

De la même façon, j’ai constaté que lorsque je faisais des diètes sans produits laitiers, je me sentais beaucoup plus connectée spirituellement.

 Un exemple: Salade de chou, radis noir, carottes et poireaux, parfumés à l’orange et à l’ananas.

Au programme : Alimentation vivante au maximum, infusions de plantes, boissons aux huiles essentielles et purges. D’après Irène, je vais certainement maigrir dans un premier temps, puis faire une crise de guérison, puis reprendre du poids.

C’est tellement dur de s’y retrouver dans la jungle de ce qu’on doit manger ou pas! Les méthodes d’Irène me semblent couler de source alors je me lance et je vais faire confiance à mon ressenti. Mais sachez qu’il y a des naturopathes qui ont des opinions différentes, comme Mr Robert Masson par exemple".

-.............................................................................................................................................................................

"Ayant créé, dirigé, animé des cures de détoxination et de bien-être, mêlant jeûne hydrique, hydrothérapie du colon, alimentation crue, jus d’orge et de blé, alimentation vivante, ayant étudié aux USA, au Japon, en Corée, en Allemagne, en Suisse et en Russie toutes les meilleures pratiques thérapeutiques alternatives, je viens vous livrer quelques reflexions:

1/ Le régime de Mr Seignalet ( alimentation hypotoxique ) et ses résultats  sont précisement détaillés dans son livre l’alimentation ou la troisième médecine, qu’il faut absolument lire dans sa version écrite du vivant de Mr Seignalet lui même. Les résultats obtenus pour des maladies “non soignées comme les maladies de krohn, la fibromyalgie, la sclérose en plaque….sont quantifiés et l’explication des résultats ne sont pas” inintéressants même s'ils sont incomplets ( l’état de l’intestin grêle mais aussi du microbiote )

2/ L’approche de Mme Grosjean, que j’admire par la qualité de la simplicité de sa présentation et sa longue expérience de naturopathe, est parfaitement résumée dans le blog ci-dessus( bravo!)

3/ il faut ajouter un facteur extrêmement important : l’acidité du milieu, source de tous les maux, qui n’est que la théorie de l’encrassement de Mr Seignalet

4/ J’ajoute mes propres “synthèses”, aboutissement de 10 ans d’études internationales, toujours scientifiquement etayées

Nous somme globalement constitués de 80 % d’eau et nous respirons pour simplifier 20% d’oxygène. Toute l’énergie “consommée” n’est autre que des électrons que l’on récupère soit dans l’air soit dans l’eau ( bien sûr l’eau des aliments aussi ). Cette énergie de la Vie se trouve être donc dans les ions “négatifs”.

Chacun pourra étudier et constater que les milieux aériens riches en ions Négatifs ( bord de mer, montagne , forêt ) amènent du bien-être et de la santé. ( certains YOGI parviennent à survivre sans manger du tout dans de tels milieux, pendant de nombreux mois, se nourrissant d’ “AIR” pur et d’eau alcaline naturelle au greffon des sources)

De la même manière, chacun pourra étudier que les mêmes résultats sont obtenus avec des eaux alcalines riches en ions négatifs, obtenues par différents procédés dont l’électrolyse ou les sels alcalins associés ( le fameux bicarbonate par exemple )

C’est exactement pour cette raison que la nourriture crue apporte la “résurrection” de nombreux malades en s’attaquant au “terrain” qui doit toujours être alcalin ( pas de cancer en milieu alcalin, ceci a été agréé par la délivrance d’un prix Nobel à Mr Otto Heinrich Warburg voilà plus de 50 ans ). Il n’y a pas de milieu liquide organique qui ne soit ionisé. Je rappelle que le terme "alcalin" qui quantifie la présence des ions H+ est proportionnel au caractére anti-oxydant d’un milieu.

Si ce milieu ionisé est alcalin, il rayonne avec des longueurs d’ondes de l’ordre de 8 à 10 000 angstroms ( il ne peut y avoir de maladie à ce niveau de rayonnement énergétique ). Si ce milieu ionisé est acide, vous consommez des aliments qui vous “tuent” à petit feu (phénomène de fatigue évoqué par Mme Irene Grosjean )

Le plus intéressant pour vous est un constat de 15 ans d’expériences : ce que je viens de (succinctement) vous décrire et qui sera l’objet d’un site spécialisé explique les résultats tout à fait comparables obtenus dans le domaine médical, mais aussi véterinaire et encore dans le domaine végétal. Le monde du VIVANT n’est vivant longtemps qu’en vibrant entre 8000 et 10 000 angstrom.

Et le constat sur les fonctions organiques montre déjà que toutes les grandes fonctions sont touchées que ce soit du système respiratoire au système digestif, du réseau lymphatique au réseau cardiovasculaires, des fonctions hormonales aux fonctions immunitaires, et bien sûr, et ce ne sont pas les moins importantes, des fonctions de reproduction aux fonctions nerveuses et cognitives. La caractéristique de l’Air, de l’Eau et des Aliments garantissent l’apport de l’énergie nécessaire à la "survie" mais aussi à la vie spirituelle ( esprit ). Un esprit sain dans un corps sain!

Il faut bien sûr libérer les émonctoires pour libérer les déchets. Mais à bien choisir son alimentation les contraintes d’élimination sont faibles.

J’espère que vous comprendrez l’importance de telles déclarations. Je vous précise que tous cela se mesure ( assez imprécisément par le biais du "Redox des Solutions", encore moins précisément par un pendule même s’il est un bon indicateur). Et si des médecins lisent ces quelques lignes, je leur signale qu’ils doivent comprendre qu’ils ne sont absolument pas formés actuellement ni sur l’eau, ni sur l’air, ni sur la qualité des aliments pour pratiquer ce qu’Irene appelle " la médecine de santé et du bien-être". Ils peuvent, comme nous tous, constater par contre les résultats en se mettant à l’ouvrage de la revisite de leur Art. ( La médecine éssénienne traduite pas Szekuly mais décrite voilà 2600 ne dit pas autre chose)"

Deux positions à examiner et à essayer peut-être, même si à priori celà peut paraître trop simple ou trop catégorique! Mme Irène Grosjean consulte encore aujourd'hui à Graveson (13) et obtient apparemment de bons résultats. Elle collabore parfois avec le Professeur Joyeux et elle a publié aux éditions Biovie un livre:"La vie en abondance" . A chacun donc de choisir d'expérimenter ou pas!

En ce qui me concerne, afin de nettoyer mon organisme de ses toxines et de l'acidité de traitements médicaux cumulés, j'ai commencé un jour sur deux les jus de légumes et de fruits crus à l'aide d'un extracteur. A suivre donc!

Lyliane