Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2019

A propos des énergies fossiles et de la BEI...

La Banque européenne d'investissement va arrêter de soutenir les projets liés aux énergies fossiles, y compris le gaz, à partir de 2022, a annoncé l'institution ce jeudi dans un communiqué.
"Après une longue discussion, nous sommes parvenus à un compromis pour mettre fin au financement par la banque de projets liées aux énergies fossiles (...), dont le gaz, à partir de la fin de 2021", a indiqué la BEI, institution de financement de l'Union européenne.
Une future "banque du climat" ?
Cette décision s'inscrit dans le cadre de la nouvelle politique d'investissement de la banque votée jeudi par les membres du conseil d'administration (composé de représentants des Etats membres et de la Commission européenne), et de son ambition de devenir une véritable "banque du climat". Cette nouvelle politique répond notamment à l'appel en ce sens de la future présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.
Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire a immédiatement salué "une décision historique qui constitue la première étape vers la création de la Banque européenne du climat proposée par le président Macron".

Plusieurs ONG se sont également félicitées. "La décision d'aujourd'hui est une victoire importante pour le mouvement climatique. Enfin, la plus grande banque publique du monde s'est pliée à la pression du public et a reconnu que le financement de tous les combustibles fossiles doit cesser", a réagi Colin Roche, de Friends of the Earth.
"Nous alignons notre stratégie d'investissements énergétiques avec les ambitions politiques de l'UE, les objectifs climat et énergie de l'UE de 2030, et les exigences de l'accord de Paris", a résumé le vice-président de la BEI Andrew McDowell dans un conférence téléphonique avec des journalistes.
Jusqu'à 1000 milliards d'euros d'investissement pour le climat
Outre l'annonce phare sur les énergies fossiles, la BEI prévoit que ses activités d'investissement "débloquent" jusqu'à 1000 milliards d'euros d'investissement dans l'action pour le climat et le développement durable au cours de la prochaine décennie. La discussion a été "longue" sur le calendrier, a reconnu McDowell.
Plusieurs ONG avaient elles dénoncé les hésitations au sein du conseil d'administration en ce qui concerne le gaz, la moins émettrice en CO2 des énergies fossiles. La Commission européenne a reconnu que le gaz allait certainement "jouer un rôle encore quelques temps" dans la transition du continent vers des énergies plus propres.

Selon L'Express - jeudi 14 novembre 2019

En Côte d'Ivoire, lutte contre la déforestation...

En Côte d'Ivoire, le footballeur vedette Didier Drogba, a lancé ce vendredi à Abidjan une grande opération de plantation d'arbres pour lutter contre la déforestation, baptisée "Un jour, un million d'arbres". L'opération veut alerter contre la déforestation qui a fait perdre au pays la quasi-totalité de ses forêts en une cinquantaine d'années.
LIRE AUSSI >> Brésil : la déforestation en Amazonie a augmenté de 93% en neuf mois
Elle "est une première étape, le début de la reconquête", a déclaré le ministre ivoirien des Eaux et forêts, Alain Richard Donwahi. Elle "vise à recouvrer au moins 30% du territoire national d'ici 2030". Dans le cadre de la cérémonie de lancement de l'opération, des arbres ont été plantés dans le quartier de Koumassi à Abidjan. D'autres ont été plantés simultanément dans le reste du pays.
"Les chiffres (de la destruction) sont effarants. Je suis fier de contribuer à la reforestation de la Côte d'Ivoire par la sensibilisation", s'est réjoui Didier Drogba, saluant une "initiative noble". "Mondialement on lutte contre la déforestation : c'est reboiser, garder la forêt intacte, sauver la planète" et le consommateur européen est plus désireux qu'auparavant d'acheter "des produits qui ne contribuent pas à la déforestation, contrairement à la culture du cacao", a rappelé l'ambassadeur de l'UE en Côte d'Ivoire, Jobst von Kirchmann.
Une table ronde à venir sur le sujet
La Côte d'Ivoire va organiser en janvier 2020 une table ronde avec pour objectif de freiner une déforestation qui menace la stabilité climatique de la région. L'objectif de cette table ronde est de mobiliser 616 milliards de FCFA (près d'un milliard d'euros) pour financer sur la période 2020-2030 la nouvelle stratégie forestière en Côte d'Ivoire, adoptée en février.
La nouvelle politique forestière ivoirienne destinée à recouvrer "six millions d'hectares en 2030 et huit en 2045" englobe la réhabilitation, le reboisement et l'agroforesterie pour utiliser moins de terre. Outre les bailleurs de fonds internationaux, les industries chocolatières seront parties prenantes de ce programme.
Premier producteur mondial de cacao
Premier producteur mondial de cacao avec 40% du marché, la Côte d'Ivoire, qui comptait 16 millions d'hectares de forêts dans les années 1960, a vu leur superficie fondre à deux millions d'hectares, selon les chiffres officiels, à cause principalement du développement des plantations de cacao.
La déforestation liée à la culture du cacao pour l'industrie du chocolat se poursuit "sans relâche" en Côte d'Ivoire et au Ghana, les deux premiers producteurs mondiaux, avait dénoncé l'ONG Mighty Earth dans un rapport publié en 2018.

Selon lexpress.fr - L'Express - vendredi 15 novembre 2019

08/12/2019

La Foncière "Villages Vivants" effectue des opérations salvatrices dans les petites villes françaises...

Dans le journal La Croix du 20/9/2019 un intéressant dossier de Mr Bénévent Tosseri nous expose les initiatives de la Foncière Villages Vivants, créee en 2018 et basée à Crest (26). Il s'agit d'un organisme fondé sur le modèle de Terre de Liens, foncière collectant de l'épargne citoyenne pour l'acquisition de terres agricoles. Villages Vivants a obtenu en juin 2019 le prix du concours "La France s'engage". Cet organisme, en effet, a déjà levé 800 000 euros et réalisé trois projets. D'ici la fin 2020, elle compte "collecter 2 millions d'euros supplémentaires afin de réaliser 8 autres opérations en Auvergne-Rhône-Alpes, à l'initiative de particuliers ou de collectivités locales".

En Ardèche par exemple, l'auberge de Boffres a pu être rachetée et restaurée grâce à l'apport de Villages Vivants et à des financements personnels ou à des emprunts.  Ainsi, les campagnes peu à peu peuvent être revitalisées. L'objectif de la Foncière est de "faire émerger des projets collectifs au fort impact local, s'inscrivant dans le champ de l'économie sociale et solidaire". Il faut savoir, en effet, qu'en 15 ans le nombre de boutiques vides a presque doublé en France et qu'une commune sur deux n'a plus de commerce. Or, bureaux de poste, écoles, boulangeries, cafés, épiceries, auberges sont des facteurs non seulement de services rendus au public, mais surtout de lieux d'échange et de rencontre dans de petites villes.

Pour prendre contact avec la Foncière Villages Vivants, contacter le site Internet: www.villagesvivants.com.

07/12/2019

Amendement adopté contre le paiement avant contestation d'une amende de stationnement...

Dès 2020, les victimes d’une infraction qu’elles n’ont pas pas commise ne devraient plus payer l’amende avant de la contester. Un amendement en ce sens vient d’être adopté à l’Assemblée nationale, dans le cadre du PLF 2020. Cette mesure ne concerne que les PV de stationnement.
L’amendement vient d’être adopté à l’unanimité par l’Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi de finances pour 2020. Objectif : protéger les personnes victimes d’un vol de voitures ou d’une usurpation de leur plaque d’immatriculation. “Aujourd’hui, quand une victime reçoit une amende de stationnement pour une infraction qu’elle n’a pas commise, elle doit d’abord la payer avant d’engager une procédure auprès de la Commission du contentieux du stationnement payant, explique à Capital Daniel Labaronne, le député (La République en Marche) qui a porté cet amendement. “Ce qui a forcément des conséquences sur leur trésorerie, d’autant que les procédures de remboursement sont souvent longues”.
L’amendement vise à corriger cette “faille” dès le début de l’année 2020. Les victimes d’une amende de stationnement n’auront plus à payer l’infraction avant d’engager un recours à condition d’apporter une preuve du vol de véhicule ou de plaques, comme un dépôt de plainte par exemple. A noter que la non reconnaissance du statut de personnes handicapées et les personnes recevant des amendes après la vente de leur voiture sont également concernées par cette mesure. 
Selon Daniel Labaronne, cet amendement devrait profiter à des “milliers de Français”. Mais elle ne résout pas ce problème vis-à-vis des radars automatiques, dont sont victimes de plus en plus de Français, selon certains avocats. “Ce sont deux choses différentes, car les amendes de stationnement dépendent du tribunal administratif, alors que celles des radars dépendent du tribunal de Police”, explique le député, qui nous a indiqué qu’il se penchait sur le problème.

Selon Mr Julien Sarboraria - Capital - mercredi 13 novembre 2019

06/12/2019

Rénover les "passoires thermiques" qui sont un gâchis énergétique...

Selon le journal Messages du Secours Catholique et un article de Mme Cécile Leclerc-Laurent, environ 12 millions de personnes seraient touchées par la précarité énergétique dans notre pays. Cela signifie qu'un Français sur 5 rencontre des difficultés, voire une incapacité à chauffer correctement son logement à un coût acceptable. Beaucoup consacrent, en effet, plus de 10% de leur revenu à leur fourniture en énergie du fait d'une mauvaise isolation et de faibles ressources. Certaines s'endettent même ou vivent dans la précarité.

La rénovation permettrait de faire diminuer les factures des logements mal isolés et de réaliser des économies chiffrées à 3,5 milliards d'euros soit 512 euros par ménage en moyenne selon le collectif Rénovons dont le Secours Catholique est membre. Le réseau Eco Habitat le constate après chaque chantier sur le terrain: les dépenses diminuent et les conditions de vie s'améliorent.

La rénovation des logements est aussi un investissement social, dans la mesure où habiter dans un bon logement sans souffrir du froid renforce l'estime de soi et favorise la réussite scolaire, ainsi qu'un meilleur accès au travail. Sur le plan de la santé, les "passoires thermiques" provoquent souvent des problèmes respiratoires, des rhumes ou encore des maux de tête.

Par ailleurs, il faut savoir que les émissions de gaz à effet de serre du secteur habitation représentent 11% des émissions totales en France. Il faut donc prendre des mesures pour faire diminuer ces émissions. Aussi, un plan de rénovation des 7,5 millions de logements mal isolés du parc privé générerait une réduction des émissions à hauteur de 6,12 millions de tonnes d'équivalent CO2 par an. Cela représenterait 12,5% des émissions actuelles du secteur de l'habitat.

La rénovation des logements "énergétivores" serait également une opportunité pour l'économie française. Cela permettrait de créer 130 000 emplois et de réaliser des économies pour la balance énergétique de la France, en la rendant moins sensible aux variations des cours des énergies fossiles. La rénovation ferait aussi baisser les dépenses de santé, puisque les coûts médicaux directs de ces logements mal isolés sont évalués à 930 millions d'euros par an, selon Eurofound.

Aussi, pour aller plus loin sur le sujet, consulter le site Internet: www.renovons.org et les aides gouvernementales proposées notamment par l'Ademe.

Lyliane

05/12/2019

La roulotte, un rêve accessible?

Mme Nathalie Brun pour le journal Nous a interviewé Mr Jacques Sanchez, comédien de métier sous le pseudonyme de Jacques Fallon, intermittent du spectacle et gitan d'adoption, qui a jadis sillonné l'Europe et qui depuis quelques années construit des roulottes à Hyères (83). A 76 ans, en effet, cet homme construit des roulottes traditionnelles, de "véritables petits chefs-d'oeuvre d'art tzigane. Il les vend à des particuliers, quand il ne les offre pas à des sans-abri de sa connaissance. Il abrite ses roulottes dans le camp de la route des Marais à Hyères...

Les roulottes d'aujourd'hui sont tout confort  et elles sont meublées comme des caravanes avec douche, cuisine.. Leur longueur peut aller de 2m50 à 12 mètres. Elles sont tractables en voiture ou hippomobiles. L'avantage est qu'elles sont chaudes l'hiver et fraîches l'été. A l'intérieur, elles sont tapissées de tentures et de tissus colorés, isolés par des couches de couvertures de pure laine et par des bâches, ce qui les rend étanches. Mr Sanchez met entre un à deux mois pour construire une roulotte et il travaille à la commande. Les tarifs commencent à partir de 6 000 euros.

Pour le joindre, contacter L'atelier des roulottes - 601, route des Marais à Hyères (83). Son téléphone est le 06 14 78 54 10. sur Facebook, indiquer : Jacques Sanchez.

Lyliane

Appel pour des fêtes savoureuses et solidaires...

 

Fêtes de Fin d'Année SOLIDAIRES et SAVOUREUSES

Boîte de réception
x
 
 
 

Artisans du Monde Nice nice@artisansdumonde.org via gmail.mcsv.net 

15:31 (il y a 2 heures)
 
Répondre
 
 
 
 
 
 

Décembre 2019

 
 
S’il est si important de rappeler le sens profond des fêtes de fin d’année, c’est qu’elles sont trop souvent prétextes à une course effrénée à la consommation. Que l’on jette un coup d’oeil au dernier rapport d’ActionAid – Peuples Solidaires sur les conditions des ouvrières qui fabriquent les jouets du géant Mattel ; que l’on s’intéresse de plus près à l’impact environnemental, social et fiscal d’Amazon décortiqué par Attac France ; que l’on lise avec attention le rapport « Le coût du respect selon Zara » réalisé par le Collectif Ethique sur l’étiquette, le commerce conventionnel se situe à l’opposé de la bulle de bonheur qu’il prétend vendre…
Et si ensemble, en tant que citoyens et citoyennes, on réconciliait notre bien-être et celui de celles et ceux qui produisent les cadeaux qui se retrouveront au pied de notre sapin ? Si on réunissait plaisir de se retrouver et préservation de l’environnement ?
Avec Artisans du Monde, vous soutenez également vos commerces de proximité, ceux qui font le choix de dynamiser le tissu économique, associatif et citoyen de votre commune, dans le respect des droits humains et de la planète.
Avec Artisans du Monde, célébrez des fêtes éveillées : plutôt que l’abondance et l’éphémère, préférez le sens et la qualité. Depuis plus de 40 ans, la solidarité est au coeur de l’action d’Artisans du Monde. Solidarité humaine, puisque le commerce équitable permet à des milliers de personnes et leurs familles de vivre dignement. Solidarité avec le vivant également, car le commerce équitable valorise une agriculture familiale et paysanne et donne les moyens aux producteurs et productrices d’investir dans la transition écologique
Selon Artisans du Monde

03/12/2019

Une maison bioclimatique en bois...

Mme Gaëlle Belda dans le journal Nous présente aux lecteurs le projet d'une flamande, Mme Diane Van den Berge, concernant une bergerie entourée d'arbres et d'un bassin naturel située à St Paul de Vence. Comme Mme Van den Berge avait une conscience écologique, elle avait tout d'abord fait construire de petites cabanes dans les arbres. Lorsqu'elle a réalisé que le terrain était constructible, elle a cherché à faire transformer la bergerie en maison d'architecte. Elle a tout d'abord réuni une petite équipe avec bureau d'étude, architecte et constructeur de la région. Dès 2016 le gros oeuvre démarrait.

Ses constructeurs ont été d'accord pour construire une maison bioclimatique de 120 m2 ayant vue sur le village en utilisant des matériaux biosourcés. Les grands chênes ont été conservés pour faire de l'ombre sur la maison orientée à l'ouest. La bâtisse est toute en bois (dalle comprise), car ce matériau est un puits à carbone. En effet, elle le stocke, mais ne le rejette pas dans l'air. La façade est en liège laissé apparent et le toit est végétalisé. La propriétaire s'est occupée de la décoration intérieure. Dans sa maison, Mme Van den Berge travaille comme consultante en gestion du changement pour de grandes entreprises européennes et loue parfois ses cabanes perchées

La propriétaire et ses filles se plaisent beaucoup dans leur maison. Le bassin naturel est filtré par minéraux et plantes. La construction baptisée Orion a été récompensée par le prix du jury "Chantier  de moins de 150 m2", lors des Trophées de la construction 2019. Les architectes du bureau d'étude Trihab en sont très fiers. Mr Pierre Macario notamment de la Société Bateko de Contes (06) se bat pour promouvoir des solutions à faible impact environnemental. Pour en savoir davantage, joindre: www.trihab.com, batekoconstruction.com ou orionbb.com.

Lyliane

01/12/2019

l'UFC Que Choisir contre l'obsolescence programmée...

A la veille du Black Friday, UFC-Que choisir lance un Observatoire des pannes pour lutter contre l’obsolescence programmée. Une plateforme gratuite, accessible à tous les consommateurs, qui permet de signaler des produits ou appareils électroniques défectueux, voire trop vite usés, sur le site internet de l’UFC-Que Choisir. "C’est une sorte de questionnaire en ligne de quelques minutes à remplir, explique Eric Boneff sur Europe 1, directeur des tests comparatifs. "Derrière, on peut, suivant les cas, vous apporter une aide gratuite, pour vous expliquer que faire, quels sont les droits des consommateurs ?"
>> LIRE AUSSI - "Longtime" : le label qui lutte contre l’obsolescence programmée
Les produits peuvent être signalés par catégorie, marque ou type de panne. "On fait des tests et si on observe des répétitions de panne, on s’interroge sur ce produit, sur la défense des consommateurs. Et on peut porter l’affaire de manière plus marquée", précise Eric Boneff. 
Nintendo mise en demeure
L'UFC-Que choisir a par exemple mis en demeure la société Nintendo à la suite d'un signalement répété sur les consoles Switch. "Nous avons eu des remontées d'informations de nos consommateurs. Un problème de déplacement fantôme du joystick, qui fait que le pointeur se déplace même si le joystick est à l'arrêt." Nintendo refusant de faire bénéficier les plaignants de la garantie de conformité légale des deux ans, l'association a porté l'affaire plus haut. 
Cette plateforme est donc un moyen de lutter contre l'obsolescence programmée. Néanmoins, elle reste difficile à prouver selon Eric Boneff qui constate cependant "des produits dont la durée de vie posent question, des problèmes de disponibilité de pièces détachées, de coûts de réparation". "Nous essayons de faire évoluer ces points-là. Cet outil est un outil de recensement et d'action collective pour aider les consommateurs." 
Des marques plus fiables que d'autres
Pour se prémunir des défaillances, miser sur les marques n'est pas toujours la solution. "La longévité d'un produit dépend de beaucoup de chose", précise le directeur. "Nous faisons des tests d'endurance, des enquêtes de fiabilité. Certaines marques sont plus fiables que d'autres." 
Face à l'hyper-consommation, UFC-Que choisir propose une alternative. "Nous voulons souligner que nous sommes promoteurs d'une consommation plus responsable, plus durable."

Selon Mme Mathilde Durand - Europe 1 - jeudi 28 novembre 2019

30/11/2019

Une colocation ou des maisons partagées pour surmonter ses fragilités...

Dans le Journal La Croix du 3/6/2019, un article de leur correspondante régionale sur Strasbourg évoque la possibilité pour des personnes fragilisées par la maladie de fréquenter un groupe d'entraide mutuelle. Le propriétaire des locaux est Familles Solidaires, une société foncière basée en Alsace et qui collecte de l'épargne solidaire depuis plusieurs années. En effet, des citoyens peuvent investir dans des projets d'habitat partagé et accompagné, afin que des personnes ayant des séquelles d'AVC ou de traumatismes crâniens par exemple puissent être locataires ou bénéficier d'un accueil de jour. Ainsi, sans vivre en institution, ces personnes se retrouvent en colocation et restent accompagnées médicalement.

Il faut savoir que les salariés ont la possibilité d'épargner solidaire via leur entreprise dans le cadre de leur Plan d'Epargne Entreprise ou Interentreprise (PEE ou PEI) ou même de leur plan d'épargne pour la retraite collectif/interentreprises (Perco ou Percoi) en plaçant tout ou partie de leur épargne salariale (intéressement, abondement, participation...) sur un fonds commun de placement d'entreprise (FCPE) solidaire. L'épargne salariale bénéficie d'un cadre fiscal avantageux pour les employeurs et les salariés. Pour ces derniers, en effet, les sommes investies et les intérêts générés sont exonérés d'impôt sur le revenu. Pour en savoir plus à ce sujet, consulter www.finansol.org ou adressez vous à votre entreprise.

Par ailleurs, j'ai  découvert que l'association Simon de Cyrène a mis en place des maisons partagées pour des personnes dépendantes dans notre société. C'est ainsi que des groupes de personnes handicapées par l'âge ou des accidents de la vie,  aidées par leurs familles, leurs amis et avec le soutien de professionnels engagés vivent en habitat participatif (studios le plus souvent et salles communes à partager) dans plusieurs villes françaises. Certaines fonctionnent déja (Rungis, Angers, Nantes, Dijon ) et d'autres sont en construction comme à Lille, Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux... Pour aider cette association, qui oeuvre pour combattre l'isolement et partager joies et peines du quotidien dans un esprit fraternel, contacter le site www.simondecyrene.org.

Lyliane

Interdiction du glyphosate et de deux autres pesticides en Thaïlande...

La Thaïlande, écrit un journaliste dans le journal gratuit Ecolomag, est un des plus gros exportateurs mondiaux de riz et de sucre, mais aussi un des plus gros consommateurs de pesticides, de plus en plus souvent interdits à travers le monde à cause de leur toxicité. Malgré les protestations des agriculteurs locaux, la Commission thaïlandaise a voté à compter du 1er décembre 2019, l'interdiction du glyphosate, du chlorpyrifos-éthyl et surtout du paraquat, un herbicide jugé toxique par les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies.

Rappelons que le glyphosate, vendu sous le nom de Roundup par Monsanto, filiale de Bayer, est accusé d'être à l'origine de cancers. Plus de 13 000 procès sont en cours aux Etats-Unis et le groupe Bayer en a déjà perdu plusieurs. Le Vietnam avait interdit tous les herbicides contenant du glyphosate peu après les procès américains. Pour aider les agriculteurs thaïlandais à apprendre d'autres méthodes de culture, le Réseau national contre les pesticides de Thaïlande s'est mobilisé. En Europe, c'est l'Autriche qui avait été le premier membre de l'UE à interdire toute utilisation du glyphosate dès le mois de juillet 2019. Des restrictions ont été décidées en République Tchèque, en Italie, aux Pays-Bas et en France. A suivre pour voir l'évolution des esprits et la mise en place du principe de précaution...

Lyliane

 

 

28/11/2019

"Merci pour l'invit" pour héberger des femmes SDF...

Deux semaines, trois mois, un an... La durée du séjour varie, mais pas la stratégie. Depuis quelques mois, la plateforme Merci pour l'invit' met en relation des femmes sans-abri avec des particuliers, qui proposent de les héberger le temps qu'elles remettent le pied à l'étrier. 
"Quand on est sans-abri, on est dans une stratégie de survie. On pense à trouver un lit où dormir et un endroit pour manger. C'est impossible de faire des projets d'avenir", souligne Kerill Theurillat, responsable du projet, invité de Raphaëlle Duchemin dans La France bouge sur Europe 1. 
Une femme sans-abri agressée toutes les 8 heures
Dans la rue, les femmes sont particulièrement vulnérables. En France, une femme sans-abri est agressée toutes les huit heures, estime l'association l’Entourage. "Elles sont exposées à des violences quotidiennes, sexuelles, physiques, et les cas de harcèlement sont très fréquents", pointe Kerill Theurillat.
Merci pour l'invit' propose d'abriter ces femmes en difficulté. D'un côté, les particuliers peuvent s'inscrire, via un formulaire, afin de proposer une chambre. De l'autre, des travailleurs sociaux orientent les femmes sans-abri vers ces logements, et s'engagent à assurer un suivi pendant toute la durée de l’hébergement. Pour l’instant, la plateforme est active en Île-de-France et en Gironde. Kerill Theurillat ne compte pas s'arrêter là : "Nous voulons nous étendre à d'autres département dès que possible, dès que nous en aurons les capacités". 

Selon Laetitia Drevet - Europe 1 - lundi 11 novembre 2019

Relance de l'initiative: Accroche ton vêtement!

Alors que le froid commence à s’installer en France, l’association Force Comm’Une a décidé d’organiser une troisième édition d’"Accroche ton vêtement". Une initiative qui incite les citoyen.ne.s à mettre des vêtements chauds à disposition des plus démuni.e.s.

En 2018, la deuxième édition d’Accroche ton vêtement avait fait grand bruit. L’initiative citoyenne, qui consiste à déposer des vêtements chauds sur le mobilier urbain afin que les personnes dans le besoin puissent se servir librement, avait été très suivie. Samois, La Rochelle, Limoges… Plusieurs villes avaient alors rejoint ce mouvement de solidarité.

— Force Comm'Une (@Force_CommUNE) 12 mars 2019

Forte de cet engouement, l’association Force Comm’Une, aux manettes de ce projet, a décidé de renouveler l’expérience pour la troisième fois. Cette année encore, les Français.es sont appelé.e.s à accrocher doudounes, manteaux, gants et écharpes sur les bancs, les lampadaires et les arbres de leurs villes pour venir en aide aux plus démuni.e.s. Une démarche solidaire qui se déroule sur toute la période hivernale et qui entend aussi faire entrer de l’humanité dans les quotidiens.

Une opération de lancement organisée par Force Comm’Une aura lieu le 24 novembre 2019. Rendez-vous est donné sur la place de Cergy à 16h30. Les bénévoles se tiennent également à disposition de celles et ceux qui voudraient faire vivre le projet ailleurs en France. Espérons que l’engouement soit à nouveau au rendez-vous. 

Selon Tess Annest - Glamour - dimanche 10 novembre 2019

 

27/11/2019

Création du Réseau national des Budgets participatifs ...

Les maires de Paris, Rennes, Montreuil et Grenoble annoncent la création du Réseau national des budgets participatifs, et entendent l’élargir à tous les territoires qui font de la participation citoyenne un vecteur de transformation.
Tribune. Alors que se tiennent à Paris les quatrièmes Rencontres nationales des budgets participatifs, nous, maires des villes pionnières dans la mise en place de ce dispositif, réaffirmons que le budget participatif est un dispositif essentiel pour donner du pouvoir d’agir aux citoyens.

Le principe ? Mettre entre les mains des habitants une partie des dépenses d’investissement de leur ville. Créés à Porto Alegre (Brésil) en 1989, les budgets participatifs ont pris leur véritable essor en France ces dernières années. Ce sont désormais près de 200 territoires qui donnent aux citoyens la possibilité de déposer des projets, qui sont ensuite instruits par les services de la collectivité, puis soumis au vote des habitants. Territoires ruraux ou urbains, universités, écoles, bailleurs sociaux, etc., l’engouement pour le budget participatif va bien au-delà des premières grandes villes à s’être engagées dans cette dynamique. Il tient à la fois à la flexibilité du budget participatif – qui s’adapte aux spécificités des territoires – et à la capacité qu’ont les territoires à rendre concrète la participation citoyenne. De l’idée à sa réalisation, le processus de décision est complètement modifié.

Nous avons pu voir à travers les diverses démarches menées que la volonté d’engagement et d’action des citoyennes et des citoyens est forte, ainsi que leur capacité à innover. Chaque année, des projets originaux, participatifs et créatifs sont déposés et lauréats. À Paris ont d’ores et déjà été réalisés une centrale solaire sur le toit d’un collège gérée par une coopérative d’habitants, des kits d’hygiène pour les sans-abri mis à disposition de toutes les maraudes ou encore la transformation en promenade végétalisée de l’ancienne voie ferrée, la «petite ceinture». A Rennes, le budget participatif a permis la création de jardins flottants, d’une ferme urbaine ou encore de bibliothèques de rue. A Montreuil, des nouveaux espaces de rencontres et d’activités, des ateliers de bricolage pour les femmes ou des hébergements passerelles participatifs pour les jeunes migrants voient le jour. A Grenoble, ce sont entre autres un lieu d’entraide pour les habitants de la rue, des toitures «cool roof» pour lutter contre les îlots de chaleur en ville et un théâtre en plein air.

Partout en France, alors que l’abstention atteint des records lors des différents scrutins nationaux, la participation au budget participatif ne cesse d’augmenter, signe que les citoyens s’emparent des outils de la démocratie participative et sont prêts à proposer, délibérer, créer et agir pour transformer leur environnement, à condition, bien sûr, que nous leur en donnions les moyens. Nous nous réjouissons que de nombreuses collectivités locales aient décidé de lancer cette dynamique, et soient déterminées à en faire un outil de pédagogie et d’action, indépendamment de nos affiliations partisanes.

Malgré ces résultats probants, les tentatives de remise en cause du budget participatif sont nombreuses, motivées par l’idée que les citoyens ne seraient pas assez experts pour décider des orientations budgétaires de leur ville. Dès lors, la tentation de faire du budget participatif un simple outil de communication n’est guère loin, et avec elle le risque de voir se multiplier des dispositifs peu éthiques. Le budget participatif n’est pas un alibi, et doit respecter des principes essentiels de transparence, d’égalité d’accès et d’inclusion de tous les publics ; il doit donner aux citoyens le pouvoir effectif de proposer et de décider, leur permettant ainsi de retrouver confiance dans l’action publique et dans la démocratie.

Pour promouvoir les valeurs de la démocratie participative, développer et accompagner leur mise en place sur tous les territoires, nous créons aujourd’hui le Réseau national des budgets participatifs, qui rassemble les maires de Paris, Rennes, Montreuil et Grenoble, et entend s’élargir à tous les territoires qui font de la participation citoyenne un vecteur de transformation.

Selon Anne Hidalgo, Éric Piolle, Patrice Bessac, Nathalie Appéré - Liberation - vendredi 8 novembre 2019

26/11/2019

N'opposons pas gentils écolos et pollueurs selon Mr Jadot...

A plusieurs reprises cette semaine, Mr Yannick Jadot a insisté sur l'importance de s'allier avec les entreprises. Il refuse d'opposer "gentils écolos et pollueurs". Mr Yannick Jadot a en effet été présent dans les travées du salon du Made in France à Paris. Une journée qui vient en quelque sorte clôturer une semaine "j'aime l'entreprise" pour l'écologiste. Mardi, il participait au Conseil économique, social et environnemental (Cese) à la plénière d'ouverture du rendez-vous "Impact PME" organisé par la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME). "Je leur ai dit que les PME étaient à l'économie ce que l'écologie était à la politique. Tout le monde en parle mais très peu agissent", sourit Yannick Jadot, qui était vendredi à Montpellier aux côtés de Clothilde Ollier, candidate EELV aux municipales de mars.
Crédibilité économique
Là encore, il a été question d'économie. Au cours de la journée, l'eurodéputé écologiste a enchaîné les rencontres avec des entreprises locales, spécialisées notamment dans les énergies renouvelables et l'écoconstruction. "Les entreprises doivent être des alliées de tous les combats que nous menons", explique-t-il, faisant de la "crédibilité économique" du projet écologiste l'une de ses priorités. Et d'ajouter : "Nous devons leur prouver que nous portons des solutions rationnelles, pragmatiques, profondément réalistes et bénéfiques."
"On aura besoin de tous s'y mettre, alors bien sûr qu'on a besoin de l'économie locale", renchérit Clothilde Ollier.
"Il faut sortir de ces caricatures qu'on a pu parfois alimenter"
"Mobiliser la société ne se fera pas sans les entreprises. Il n'y a pas les gentils écolos contre les pollueurs ; les urbains contre les paysans. Il faut sortir de ces caricatures qu'on a pu parfois alimenter", renchérit Yannick Jadot, qui entend bien poursuivre cette séquence dans les prochaines semaines et se dit "assez surpris de l'intérêt de certains patrons envers ce qu'incarnent" les écologistes.
Face à Veolia et Renault
Les petites et moyennes entreprises ne sont pas les seules visées. Selon son entourage, Yannick Jadot a rencontré "3-4 patrons" du CAC 40 "en tête-à-tête ou en petit groupe". Face au PDG de Veolia, Antoine Frérot, et au président du groupe Renault, Jean-Dominique Senard, il prendra également part au débat de clôture du "sommet de l'économie" organisé le 4 décembre par Challenges, dont le sujet cette année est "Réinitialiser le capitalisme".
Selon Anne-Charlotte Dusseaulx - le JDD - samedi 9 novembre 2019

24/11/2019

Service national universel: quel bilan?

Dans les colonnes du "Journal du dimanche", le secrétaire d'État à la Jeunesse Gabriel Attal tire un "bilan positif" de la première phase du Service national universel.
Alors qu'en juin dernier, près de 2.000 jeunes de 13 départements ont expérimenté le projet de Service national universel (SNU), le gouvernement veut élargir le dispositif dès l'année prochaine, avant une généralisation. Dans une interview accordée au Journal du dimanche, le secrétaire d'État à la Jeunesse Gabriel Attal tire un "bilan positif" de la première phase et confirme que 30.000 jeunes devraient participer en 2020. 
Alors que, selon une étude indépendante publiée en septembre par l'Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire (INJEP), 94% des jeunes volontaires disent être ressortis "satisfaits" de cette expérience, Gabriel Attal note que "leurs motifs de satisfaction correspondent bien à nos objectifs : mixité sociale, envie de s'engager, formation aux premiers secours, savoir réagir en cas de crise". 
"Le SNU n'est ni une colonie de vacances, ni le bagne"
Cependant, note-t-il, "les jeunes ont parfois eu le sentiment de se retrouver en classe". Ainsi, pour 2020, le secrétaire d'État estime que "nous devons vraiment éviter la théorie et favoriser la participation des jeunes". Concernant les critiques faites sur les emplois du temps trop chargés des adolescents pendant le SNU, le membre du gouvernement reconnaît des plannings "parfois denses". "Il faut trouver le juste équilibre. Le SNU n'est ni une colonie de vacances, ni le bagne", ajoute-t-il. "Nous ne toucherons pas aux horaires", prévient-il, "mais il faudra mieux répartir les activités sur les deux semaines". 
Pour 2020, autour de 30.000 jeunes seront accueillis "en fonction des capacités "Le budget du SNU généralisé sera inférieur à 1,5 milliard d'euros"
Concernant une future généralisation du dispositif, le secrétaire d'État explique que le SNU "pourra concerner 200.000 à 300.000 jeunes dès 2022 (...) et être généralisé en 2023 ou 2024. Et au niveau financier, assure-t-il, "le budget du SNU généralisé sera inférieur à 1,5 milliard d'euros". 
Alors qu'à terme, un SNU généralisé concernerait 800.000 jeunes chaque année, Gabriel Attal convient qu'il "ne sera pas possible de les accueillir tous en même temps sur une seule période". Aussi, le gouvernement étudie la possibilité, "scénario privilégié", d'organiser le SNU "pendant les congés d'été et les petites vacances scolaires", à l'exception de la période de Noël et du 15 juillet au 15 août. Autre possibilité, ajoute Gabriel Attal, "l'envisager sur le temps scolaire". 

Antoine Terrel - Europe 1 - dimanche 10 novembre 2019

22/11/2019

Réparer, une idée béton chez certains architectes...

Un dossier de Mr Luc Le Chatellier dans le journal Télérama s'emploie à nous faire réaliser que si, depuis 40 ans, on rase pour reconstruire du neuf, c'est une "hérésie financière et écologique". Quelques architectes français ou étrangers appellent désormais "à réhabiliter, agrandir et mieux isoler l'existant". En effet, que ce soit à Bordeaux ou en région parisienne, l'industrie du bâtiment, grosse consommatrice d'énergies fossiles, génère en outre chaque année en France 40 millions de tonnes de déchets. Il est donc grand temps de "bâtir durable" et de se montrer plus responsable!

Mme Christine Leconte, jeune Présidente du conseil régional de l'ordre des architectes d'Ile-de-France par exemple, prépare un colloque intitulé " réparer la ville" du 21 au 23 novembre au Couvent des Récollets à Paris (10 ème). Elle énonce notamment:" Avec tous les gravats et déchets qu'il faut évacuer, stocker et abandonner, détruire est un échec". Elle dénonce même les 40 années de politique de la ville, de ZAC, de ZUP, de ZUS et d'autres opérations, qui ont conduit à spéculer sur le foncier et à favoriser les majors du bâtiment et des travaux publics. Pour elle, "réparer n'est pas un gros mot!"

Détruire serait selon Mme Leconte un échec à trois titres: "social d'abord car personne n'aime voir sa maison réduite en poussière, culturel aussi, car le bâti fait partie de notre patrimoine, écologique surtout, en raison des déchets. Elle prône plutôt de réhabiliter, d'aérer, de surélever, de revitaliser et d'embellir. Même pour les vieux HLM , construits dans les année 50, comme dans la Cité bordelaise du Grand Parc, " les atouts de l'existant sont à considérer". Ainsi, sur 3 immeubles et 530 logements par exemple, une autre approche a été possible. Le chantier s'est fait en site occupé et, à l'arrivée, chaque habitant a gagné 30 M2  et une note de chauffage divisée par deux.  En tout, la réhabilitation a coûté 35 millions au lieu des 88 millions d'euros nécessaires si on avait procédé à l'opération démolition/reconstruction.

Nous apprenons à l'occasion de ce dossier, qu'avec Mr Mies van der Rohe  le jury du prestigieux prix européen d'architecture a été attribué à cette réalisation dans la Cité bordelaise. Des concours d'idées sont par ailleurs lancés à Paris (ancien garage Citroën) et dans les Hauts-de-Seine (Butte rouge) pour changer l'usage des bâtiments en sauvegardant l'existant. Bref, au lieu de raser, on cherche à restaurer et à rajeunir en respectant le patrimoine. Ce changement de mentalités me paraît aller dans le bon sens et me réjouit car on fait cesser de la sorte l'étalement urbain en préservant les terres fertiles. Merci à ces pionniers actuels de l'architecture de demain, qui prônent les matériaux biosourcés et préparent "un changement de paradigme, intégrant la transition écologique", selon Mme C. Leconte.

Lyliane

20/11/2019

Une carte cadeau pour le "made in france"!

Le "made in France" va bientôt disposer de son propre mode de paiement... A l'approche des fêtes de fin d'année, une carte-cadeau, baptisée "la carte française" et réservée aux produits de l'Hexagone, va être présentée à Paris le 5 novembre, d'après les informations de 'BFMTV'. L'objectif étant d'encourager les consommateurs à privilégier les produits locaux.
"La carte française se présente comme une carte bancaire, utilisable en boutique physique ou pour des achats effectués en ligne", a expliqué Charles Huet, l'un des concepteurs du projet, à 'BFMTV'.
Toutefois, ce support de paiement n'est pas équipé d'une puce électronique. Le partenaire financier de cette carte est la banque Natixis.
Une centaine d'enseignes et distributeurs
De multiples enseignes figurent déjà dans l'offre de cette carte-cadeau. Le média cite notamment Le biberon français (puériculture), Agent Paper (décoration, papeterie), Le slip français (sous-vêtement), Hopaal (vêtements à base de matières recyclées), Routine (montres-bracelets) ou encore 1083 (jeans).
Une campagne de pré-commande sur la plateforme de financement participatif Tudigo doit accompagner le lancement de ce dispositif.
81% de la consommation totale des ménages
Pour rappel, le "Made in France" représente 81% de la consommation totale des ménages dans l'Hexagone, selon une étude de l'Insee, qui se base sur des données datant de 2015. Ce taux reste assez élevé et place d'ailleurs la France dans la moyenne de ses grands voisins européens. Mais sur 10 ans, entre 2005 et 2015, les consommateurs ont acheté un peu moins de produits "Made in France", qui est en repli de 2 points.
Pour autant, les Français semblent bel et bien prêts à consommer local. Selon une enquête Ifop réalisé en 2017 pour Pro France, 74% des sondés avaient affirmé qu'ils accepteraient de payer plus cher pour un produit fabriqué en France.

Boursier.com - Boursier - lundi 4 novembre 2019

Comment devenir micro-entrepreneur?

Vous avez un projet entrepreneurial mais vous hésitez à vous lancer dans l’aventure ? La peur de quitter son emploi, la gestion d’une entreprise ou le poids des démarches peuvent être un frein à l’entreprise. Pourquoi ne pas envisager le statut de micro-entrepreneur ?
Ce statut offre une simplicité et une souplesse dans le lancement et la gestion de votre activité. Des avantages aux démarches en passant par les conditions, on vous explique tout ce qu’il faut savoir avant de devenir micro-entrepreneur.
Quels avantages pour le statut de micro-entrepreneur ?
Parmi les grands avantages de la micro-entreprise, il est possible de relever : Une simplicité de gestion comptable : le micro-entrepreneur n’est pas soumis aux règles de comptabilité classiques. Il doit simplement tenir un livre de recettes, conserver toutes ses pièces justificatives et, si besoin, tenir un registre récapitulatif d’achats.

Des avantages sociaux : le règlement des cotisations et des contributions sociales se fait en une seule fois. Le micro-entrepreneur peut choisir un paiement trimestriel ou mensuel. Les cotisations sont calculées en fonction du chiffre d’affaires. Ainsi, l’entrepreneur n’a aucune cotisation à payer les mois où il n’a pas d’activité. Des avantages fiscaux : les micro-entrepreneurs n’ont pas à facturer de TVA, il n’y a donc pas de différence entre leurs prix HT et TTC. Attention : en contrepartie, ils n’ont pas la possibilité de déduire la TVA de leurs achats!

Quelles sont les démarches à effectuer ?
Pour devenir micro-entrepreneur, il est nécessaire de remplir une déclaration micro-entrepreneur. Cette déclaration prend la forme d’un formulaire Cerfa à compléter avec des informations vous concernant et concernant votre activité.
Une fois ce document rempli, vous devez réunir et déposer les documents suivants auprès du Centre de formalités des entreprises compétent :

La déclaration de micro entreprise (Cerfa P0) ;Une pièce d’identité ;Une déclaration de non condamnation (DNC) ;un justificatif de domicile.

Selon La rédaction Capital - Capital - mardi 5 novembre 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

19/11/2019

Assemblée nationale responsable!

 

Agir pour l'Environnement contact@agirpourlenvironnement.org Se désabonner

lun. 18 nov. 18:16 (il y a 14 heures)
 
Répondre
À moi
 
 
 
 
 
Première victoire : L'aide fiscale à l'huile de palme rejetée par les députés
 
 
(Huile de) palme... d'or remis à 58 députés !
 
 
Chères amies, chers amis,
 
Au terme d'une folle semaine, les députés ont eu l'occasion de revoter pour supprimer une aide fiscale à l'huile de palme dans les carburants.
 
Alors qu'un premier vote, effectué en catimini, avait conduit l'Assemblée Nationale à reporter de 6 ans la fin des aides à l'huile de palme dans les carburants, la mobilisation citoyenne a obligé les députés à programmer un second vote.
 
Ce deuxième vote, à scrutin public, s'est soldé par un score sans appel ! Cinquante-huit députés (contre 2) ont rejeté le principe d'un prolongement de l'aide à l'incorporation d'huile de palme dans les carburants.
 
Nous restons vigilants car ce vote positif est une première étape. Le projet de loi de finances doit encore passer au Sénat puis en seconde lecture à l'Assemblée Nationale. Or, le gouvernement n'a eu de cesse de soutenir l'amendement pro-huile de palme à l'occasion du premier et second vote par la voix du ministre du budget et par celle de la ministre de la transition écologique...
 
Nous sommes néanmoins heureux et satisfaits qu'une majorité parlementaire se soit dégagée pour refuser cette niche fiscale climaticide.
 

18/11/2019

Transformer plantes et déjections d'insectes en insecticides naturels...

Dans le journal Capital de février 2019, à travers un article de Mme Nathalie Villard, nous apprenons que Mr Michaël Roes, lauréat du prix Capital Innover à la campagne en 2018, transforme des plantes (ortie, bourrache, ail, piment...) ou des déjections d'insectes en fongicides et insecticides naturels. Avec ses produits Mr-Organics, les agriculteurs réduisent de 30% les phytosanitaires et cela pour 2 fois moins cher.

Bravo et merci à ce lauréat de penser à l'air que nous respirons tous, à l'eau qui ruisselle et rejoint mers et océans, aux abeilles qui pollinisent nos vergers et aux légumes, fruits et céréales que nous pourrons grâce à lui notamment consommer avec moins de conséquences fâcheuses pour notre santé!

Lyliane

17/11/2019

La journée mondiale des pauvres...

 

 

En ce 33ème dimanche du temps ordinaire, l’Eglise Catholique célèbre la Journée Mondiale des Pauvres. Cette journée de partage, instaurée par le Pape François il y a maintenant 3 ans, est « la meilleure préparation pour vivre la solennité de Notre Seigneur Jésus Christ, Roi de l’Univers, qui s’est identifié aux petits et aux pauvres et qui nous jugera sur les œuvres de miséricorde » (cf. Mt 25,31-46).

Notre mission est d’aider les personnes touchées par la pauvreté et l’exclusion. Nos 66 000 bénévoles s’efforcent, chaque jour, de redonner leur dignité à ceux qui avaient perdu espoir. Grâce à vos dons, nous pouvons avancer et faire encore davantage pour eux. Votre générosité nous permet de poursuivre ce combat auprès des plus fragiles.

Cette journée de partage sera également notre journée de quête en paroisse ! À cette occasion, dans de nombreuses paroisses la messe sera préparée en équipe, bénévoles et personnes accueillies et célébrée avec eux. Voici une belle occasion de se rassembler et d'ouvrir nos communautés aux plus fragiles. Comme l’explique si bien notre aumônier général, Père Hervé Perrot, « osons la rencontre », ne banalisons pas cette misère, en cette période de convivialité et de joie. « Nous en sommes capables ! ». 

 
JE FAIS UN DON
 
 
LIRE LA VIDEO
 

Fraternellement,

Le Secours Catholique

15/11/2019

Pénuries de médicaments: comprendre et peser sur les enjeux...

Un article publié dans le Journal Alternatives Economiques fait le tour de la question des pénuries de médicaments de plus en plus fréquentes. On considère, en effet, que la mondialisation du marché a provoqué un nombre de pénuries multiplié par 20 en 10 ans. Patients, pharmaciens et médecins commencent à réagir et à demander des explications. Ils déplorent les effets de ces pénuries sur la santé de la population européenne. Selon l'article, les causes de celles-ci seraient multifactorielles et proviendraient principalement de la production du médicament: défaut de production, manque de matières premières, capacité de production insuffisante... Le marché chinois ressent lui aussi ces tensions, car l'augmentation de la demande ne cesse de croître.

Il faut savoir que 80% des principes actifs des médicaments vendus sur nos marchés  proviennent de pays tiers: principalement de Chine et d'Inde. Dans nos pays, trouver des substituts est parfois possible et nous importons déjà certaines molécules, mais des effets secondaires se font jour de temps à autre. Nous avons eu le cas en France avec le Lévothyrox, dont le substitut assez différent par ses composants, a déclenché une sérieuse polémique. De plus, les substituts proposés en lieu et place de ceux prescrits par les spécialistes peuvent sont souvent plus onéreux pour la Sécurité Sociale. Pratiquement, la plupart des pays européens et même les Etats-Unis souffrent de ces pénuries de médicaments.

Des mesures ont été annoncées par le gouvernement français fin septembre 2019: obligation pour les industriels du médicament de constituer des stocks de sécurité et, en cas de pénurie, obligation d'approvisionner à leurs frais le marché français. Des sanctions financières ont été prévues, mais elles sont plafonnées à un million d'euros, ce qui est peu dissuasif. En effet, le chiffre d'affaires de l'industrie pharmaceutique en France est de quelques 55 milliards d'euros. Nous pouvons donc nous demander si ces mesures vont être suffisantes pour endiguer ces pénuries...

L'article insiste sur d'autres mesures qui pourraient, si elles étaient adoptées, valablement compléter le dispositif. Tout d'abord relocaliser la majeure partie de la  production en Europe en multipliant le nombre de sites. Ensuite, attribuer une partie de cette production à des acteurs publics (hôpitaux?) pour certains médicaments. Enfin, tout en pointant les responsabilités des acteurs industriels, qui ont des stratégies de rentabilité plus que des objectifs de service, donner davantage de moyens à l'ANSM. En tant que citoyens et que patients, nous pourrions nous aussi peser sur ces choix qui nous concernent directement ainsi que nos enfants et petits-enfants.

Lyliane

13/11/2019

Adapto, un programme pour le littoral français...

Adapto, écrit Mr Loïc Chauveau dans Sciences et Avenir, est un programme  de 5,2 millions d'euros lancé en 2015 et financé à 60% par l'Union Européenne. Ce programme envisage des solutions d'adaptation d'un littoral touché par le changement climatique. C'est en quelque sorte un retrait des activités qu'il faut aujourd'hui préparer sur les 10 sites naturels choisis en France. Du nord au sud, on compte respectivement la baie d'Authie, l'Estuaire de l'Orne, la baie de Lancieux, les marais de Brouage, l'estuaire de la Gironde, le delta de la Leyre, Le Petit et le Grand Travers, les vieux salins d'Hyères, en Corse le delta du Golo et en Guyane les rizières de la Mana.

Un recul souple du littoral, pour ces sites qui ont en commun de ne pas être au coeur d'enjeux économiques, demanderait tout un éventail de solutions. Le retrait serait  d'ores et déjà compliqué pour l'agriculture, car laisser pénétrer de l'eau salée à l'intérieur des terres reviendrait à créer des "prés-salés" et à déplacer les zones d'élevage et les cultures traditionnelles en amont de la côte. La faune et la flore en seraient impactées et toute la biodiversité liée à l'eau douce avec, comme le soulignent les écologistes.

Le Conservatoire du Littoral vient d'entamer une période de réflexion, de concertation et d'échanges avec les acteurs du terrain et les scientifiques. Mais, ça et là, des conflits se font jour car localement les intérêts divergent. Pourtant il y a urgence, car le niveau des mers et  océans monte peu à peu! Des patrimoines humains existaient il est vrai dans ces espaces littoraux. De plus, que ce soit le blé, les huitres ou le cheptel bovin, tous sont menacés. Construire des digues n'est quoi qu'il en soit plus la solution privilégiée car elle est coûteuse et elle risque de n'être plus du tout adaptée. Laisser faire comporte également des risques et pas seulement au niveau des paysages...

Faut-il sauver à tout prix le littoral français? Le débat est ouvert!

Lyliane

 

12/11/2019

A propos du service civique...

Selon 180 dirigeants associatifs, voici ce qui est émis:
"Nous sommes dirigeants associatifs, entrepreneurs, journalistes, artistes… De près ou de loin, nous avons tous été témoins de la force du service civique. Ce dispositif de mobilisation citoyenne des jeunes et de soutien à leur insertion sociale et professionnelle, créé par la droite, développé par la gauche et reconnu aujourd’hui par tous comme utile.
Depuis 2010, le service civique permet aux jeunes de 16 à 25 ans de consacrer six à douze mois de leur vie à un engagement citoyen au service de l’intérêt général. Six à douze mois pour être contributeurs actifs de cette société qu’ils ont souvent l’impression de subir, six à douze mois pour regagner confiance en eux et en notre société, pour développer des compétences, gagner en expérience, s’aider eux-mêmes en aidant les autres.
97 % des 140 000 jeunes qui s’engagent dans le service civique chaque année sont satisfaits ou très satisfaits de leur expérience. Et à l’issue de celle-ci, 74 % d’entre eux sont en emploi ou en formation. Une récente étude du cabinet Goodwill Management confirme d’ailleurs que chaque euro investi par l’Etat dans ce dispositif en rapporte au moins deux à notre collectivité.
Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s’était engagé à rendre le service civique universel et accessible à tous les jeunes. Malheureusement, les budgets alloués au service civique par le gouvernement depuis 2018 ne permettent pas d’honorer cet engagement. De fait, le nombre de missions de service civique proposées aux jeunes a diminué.
A l’heure où notre pays fait appel à la cohésion républicaine, il nous faut retrouver la courbe de croissance du service civique engagée en 2015, afin d’être en mesure de le proposer peu à peu à tous les jeunes ! Freiner la dynamique de développement du service civique reviendrait à mener une politique publique contradictoire en n’investissant pas dans un dispositif d’utilité sociale qui a aujourd’hui fait ses preuves.
Le service civique est un outil de réconciliation républicaine, de mixité sociale, de développement de l’esprit d’engagement et d’ouverture au monde. Nous en appelons à la continuité des politiques publiques et à la cohérence de la politique gouvernementale : investissons dans ce qui marche, dans un développement ambitieux du service civique. Il en va de notre avenir, de l’avenir des jeunes et de l’avenir de notre cohésion sociale. Il en va de la cohérence de nos politiques publiques".
Les signataires
Gérard Abonneau, président de la Fédération française des Maisons des Jeunes et de la Culture ; Jean-Philippe Acensi, fondateur de l’Agence de l’éducation par le Sport, Catherine Alvarez, directrice générale d’Asmae ; Kevin André, fondateur de Kawaa ; Fania Anoir, présidente de Place des clichés ; Christian Babonneau, président de la Fédération sportive et culturelle de France ; Dr Jean Théophile Banzouzi, coordonnateur Europe de Médecins d’Afrique ; Camille Barrie, coordinatrice nationale du service.

Selon Le Parisien - dimanche 27 octobre 2019

10/11/2019

Loi d'indemnisation en faveur des victimes des pesticides...

L’Assemblée a voté vendredi 25 octobre 2019, à l’unanimité, la création en 2020 d’un fonds d’indemnisation des victimes de pesticides, pour garantir la réparation des dommages subis lors d’une exposition professionnelle, comme le prévoit le projet de loi de financement de la Sécurité sociale.
« Ce que nous faisons là, c’est un vrai dispositif pour que les agriculteurs et leurs familles exposés soient mieux indemnisés. On simplifie et on améliore la reconnaissance de leurs droits », a résumé la ministre de la Santé Agnès Buzyn.
« Les lanceurs d’alerte nous mettent en garde contre les dangers des pesticides depuis des années. Ils sont un véritable enjeu de santé publique », a souligné la députée Albane Gaillot (LREM) en citant le président Macron : « Si un produit est mauvais pour l’agriculture, son ouvrier et le consommateur, on ne peut pas ne rien faire ».
L’arrêté antipesticides du maire de Langouet annulé par la justice:
La création de ce fonds est justifiée par la solidarité nationale envers les victimes mais aussi par la responsabilité de l’État qui a délivré et maintenu des autorisations de mise sur le marché des pesticides, souligne le rapport de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée sur le projet de loi.
Alors que l’indemnisation des victimes est actuellement fondée sur le régime des maladies professionnelles, le nouveau dispositif étend l’indemnisation aux victimes professionnelles non couvertes, comme les non-salariés agricoles ayant pris leur retraite ou les enfants exposés pendant la période prénatale du fait de l’activité professionnelle de leurs parents. Le fonds sera financé par les cotisations accidents du travail et maladies professionnelles et la revalorisation du taux de la taxe sur les produits phytosanitaires.
Un fonds destiné aux seuls professionnels
Un amendement a fixé à 6 mois le délai accordé au fonds pour présenter une offre à une victime, à partir de la réception de sa demande et à compter du 1er janvier 2021. Mais contrairement au fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (FIVA) créé en 2001, il ne prendra pas en compte les victimes non professionnelles. « L’analogie n’est pas possible. Les pathologies liées à l’amiante sont 100 % liées à l’amiante ce n’est pas le cas pour les phytosanitaires », a justifié Agnès Buzyn.
Pesticides : « Les concertations locales risquent d'être une mascarade".
Mais pour le socialiste Dominique Potier, l’État a surtout « une responsabilité politique ». Le député de Meurthe-et-Moselle a cependant salué « un premier pas » qui permet « d’engager un processus ».
A sa demande, un rapport évaluant les conséquences de l’exclusion de certains produits (biocides et antiparasitaires vétérinaires) du périmètre des pesticides retenus par le fonds devra être remis par le gouvernement le 30 septembre 2020.

Selon www.nouvelobs.com - L’Obs - vendredi 25 octobre 2019

09/11/2019

Quel Internet en Union européenne?

L'heure est au changement pour internet. D'abord, parce que plusieurs Etats européens ont récemment entrepris de muscler leurs arsenaux législatifs pour lutter contre les contenus illicites, chacun plaçant le curseur à un endroit différent sur la règle allant des devoirs allégés de retrait a posteriori aux obligations lourdes de filtrage a priori. Ainsi, la France et l'Allemagne ont dernièrement entrepris d'aggraver les devoirs des plateformes à l'égard des contenus haineux. Le projet de loi "Avia" en France et la loi NetzDG en Allemagne prévoient l'obligation pour les plateformes de retirer dans un délai de 24 heures les contenus manifestement illicites qui leur sont signalés, sous peine d'amendes qui rappellent celles du Règlement Général sur la Protection des Données ("RGPD"). Le risque est, à terme, que les législations nationales soient encore plus fragmentées qu'elles ne le sont aujourd'hui. Or, les divergences de législations pénalisent surtout les nouveaux entrants et les petits opérateurs.
Ensuite, parce que les appels à une refonte de la règlementation mère de l'écosystème web en Europe - la Directive sur le Commerce Electronique ("DCE") de 2000, toujours applicable de nos jours - se multiplient. Le sentiment, suivant lequel le cadre juridique actuel ne répond plus aux attentes sociétales et ne pousse pas suffisamment les plateformes à lutter contre les phénomènes de "viralité" des contenus illicites ou fake, semble s'être largement diffusé parmi les États.

L'internet "sans filtre" sanctuarisé ? Qu'envisage alors la Commission ? Si l'on en croit une note interne, ses réflexions porteraient sur un Règlement - un texte applicable dans chaque Etat membre. Il viendrait remplacer la DCE et fixer les obligations de tous les acteurs de l'écosystème web à l'égard des contenus illicites, mais également des contenus qui sans être illicites sont simplement "dommageables" pour les personnes.
Pour faire respecter ces obligations, serait envisagée la création d'un régulateur européen des plateformes ou l'extension des pouvoirs des régulateurs existants. S'agissant de la nature de ces obligations (filtrage a priori ou retrait après signalement), la Commission affirme vouloir conserver les principes de la DCE, dont celui de la responsabilité allégée des hébergeurs à l'égard des contenus. Le nouveau Règlement perpétuerait donc le paradigme de l'internet "sans filtre", dans lequel les plateformes ne contrôlent généralement pas les contenus avant publication.
Une lecture plus attentive de la note conduit toutefois à nuancer l'affiliation à la DCE. En effet, la Commission souhaite que le Règlement complète les récentes législations sectorielles de l'UE, qui pour certaines d'entre elles ont véritablement remis en cause les principes de la DCE. C'est le cas par exemple de la controversée Directive sur le droit d'auteur d'avril 2019, qui prévoit une obligation des plateformes hébergeuses, dans certaines circonstances, de filtrer les contenus publiés par leurs utilisateurs qui ne respecteraient pas le droit d'auteur. De plus, la Commission envisage de réguler les technologies de filtrage automatisé des contenus, dans le but premier de garantir leur ransparence... La tentation sera grande pour la Commission, une fois ces technologies rendues intelligibles, de ne pas exiger leur déploiement par toutes les plateformes.

Protéger la liberté d'expression, promouvoir l'économie numérique
La réforme de la DCE est l'occasion de fixer un cadre commun pour tous les acteurs du web et tous les contenus, à rebours de la complexification et de la fragmentation des règles de ces dernières années qui désavantagent les jeunes pousses. Elle offre l'opportunité de clarifier des notions juridiques qui permettent aux entreprises d'identifier les obligations qui s'appliquent à elles, telles qu' "hébergeur" et "éditeur", notions qui ont varié au gré de la jurisprudence pendant 20 ans. Elle permettrait aussi de réaffirmer les principes de la DCE, plus que jamais d'actualité.
En créant en 2000 le principe de la responsabilité allégée des intermédiaires techniques d'internet, la Commission poursuivait deux buts. Protéger la liberté d'expression sur internet d'abord : la responsabilité allégée devait éloigner la menace du filtrage disproportionné des contenus par les hébergeurs. Promouvoir l'économie numérique ensuite : une responsabilité entière des intermédiaires d'internet à l'égard des contenus implique des coûts importants de filtrage, difficiles à supporter pour les nouveaux entrants. Ainsi, abandonner les principes de la DCE serait frayer la voie à un avenir que nul en Europe ne souhaite : un cadre juridique qui pénalise les nouveaux entrants, et incite les intermédiaires d'internet à toujours filtrer davantage les contenus au détriment de la libre expression.

Selon Dessislava Savova et Maxime d'Angelo Petrucci - La Tribune - vendredi 25 octobre 2019
 

08/11/2019

La MAIF s'engage face aux défis climatiques et écologiques...

Dans le Maif Mag publié cet automne 2019, nous apprenons une suite de gestes plus ou moins importants qui montrent, s'il en était besoin, que l'assureur militant s'engage vraiment dans la transition écologique. Tout d'abord, il est rappelé que depuis juin 2019, gobelets et touillettes en plastique ont disparu au siège de la Maif à Niort et d'ici la fin de l'année ce sera le cas pour l'ensemble des sites de travail. Pour lutter contre la prolifération des déchets, les poubelles individuelles ont disparu des bureaux au profit de boites de tri collectives.

La MAIF, en effet, en tant qu'investisseur institutionnel déclare "participer à la réussite du scénario 2% de réchauffement, pas plus décidé à la Conférence de Paris en 2015. En mai dernier, aux rencontres de Nantes, un fonds d'investissement Maif Transition doté de 50 millions d'euros au démarrage financera "majoritairement des exploitations agricoles d'un nouveau type, où la production est réalisée à l'abri de panneaux solaires". Le mot d'ordre suivant est lancé par Mr Dominique Mahé, Président de la Maif:" dans chacun de nos gestes, faisons en sorte d'agir pour le bien commun et l'environnement, en commençant au plus près de nous".

En tant qu'employeur, l'entreprise cherche déjà à faire évoluer les pratiques: indemniser ses salariés cyclistes, développer le télétravail, favoriser les web-conférences, recycler la chaleur des serveurs, installer des bornes de recharge sur ses parkings. Dans son rôle d'assureur, la Maif fait en sorte de susciter les réparations au moyen de pièces issues de l'économie circulaire, d'assurer chalets en bois, yourtes et tous logements atypiques, de couvrir les équipements à énergie renouvelable. De plus, 100% de l'électricité et du gaz consommés par la Maif sont issus de sources renouvelables.

A tous, l'assureur envoie un message fort: ne plus acheter forcément des vêtements et objets neufs, jardiner si c'est possible et réclamer partout des arbres et de la verdure ( permaculture, jardins partagés, ruches sur des toits d'immeubles...), utiliser les circuits courts, de voyager en transports en commun, bref se servir de leur pouvoir d'achat comme d'une démarche engagée! Ainsi, ils agiront sur le monde et le modèleront en fonction de leurs souhaits. Quant aux entreprises, il va falloir qu'elles admettent que "nous sommes entrés en transition et dans l'âge de la conscience" comme l'écrit Mr Pascal Demurger dans son ouvrage publié cette année aux éditions de l'Aube: "L'entreprise du 21 ème siècle sera politique ou ne sera pas". Il estime que les réseaux sociaux peuvent facilement leur mettre la pression pour qu'elles rejoignent un mode de production vertueux.

Pour aller plus loin sur ces sujets, les étudiants sont invités à participer au Refedd (réseau français des étudiants pour le développement durable) et à répondre notamment à une consultation nationale en ligne jusqu'au 23/12/2019. Les sportifs peuvent quant à eux télécharger gratuitement le guide: "mon événement sportif zéro déchet" sur www.zerowastefrance.org. Nous pouvons également lire la revue "We Demain" qui propose une lecture optimiste de la réalité.

Lyliane

07/11/2019

L'ESS apporte une autre vision du "vivre ensemble"...

Dans un encart spécial du journal Alternatives Economiques, Mme Marie Hélène Lips, Présidente du Conseil National des Chambres régionales de l'économie sociale et solidaire, explique en quoi l'ESS apporte une autre vision de ce que sont "les vraies richesses". L'ESS en effet nous interroge sur ce qu'est la création de valeur, car pour elle " la culture, la solidarité, l'entraide, l'éducation et la protection de l'environnement sont des richesses majeures, même si elles ne sont pas monétisables".

L'ESS est compatible avec la transition écologique, car elle refuse une économie concentrée sur le "tout-marchand" et ne place pas l'enrichissement financier au-dessus des enjeux humains et écologiques. Elle prône au contraire une économie soutenable, une gouvernance partagée et transparente des entreprises et une autre distribution des richesses. C'est avant tout , dit Mme Lips "un projet politique". Par exemple, dans l'économie circulaire, l'ESS ne se limite pas au recyclage, mais travaille sur la prévention, le réemploi dans les recycleries...

Cela fait du bien de savoir que l'ESS essaie de réconcilier capitalisme et intérêt général. Car nos pratiques démocratiques semblent avoir un sérieux besoin de renouvellement.

Lyliane

05/11/2019

Un plombier plein d'idées écolos...

La protection de l’environnement et en particulier de l’eau reste le credo de Sidi Drici, plombier installé à Rubelles.
Après avoir mis en place un système de recyclage de l’eau usée des douches dans les chasses d’eau, dispositif pour lequel il attend un feu vert du ministère de l’Ecologie et la Transition énergétique afin de faire obtenir un crédit d’impôt aux particuliers, il lance une autre piste pour économiser l’eau potable.
Sidi Drici va contacter les vingt mairies de la communauté d’agglomération Melun - Val-de-Seine pour leur demander d’utiliser l’eau de pluie ou celle de la Seine pour nettoyer les voiries, et non plus celles des bornes à incendie.
« Pas besoin d’eau potable pour nettoyer les rues ! L’enjeu est important car les camions font 6 m3 d’eau, soit 6 000 litres d’eau ! Quand on fait des découchages et curages pour les clients, mon camion utilise l’eau de pluie ou celle du fleuve », assure celui qui a équipé ses camions d’un filtre de 40 euros pièce.
Difficile à mettre en place selon les mairies
À Melun, qui dispose de deux laveuses (une de 6 m3, l’autre de 2 m3, utilisées tous les deux jours en centre-ville et à la gare, et une fois par mois dans les autres quartiers), le service propreté puise en Seine place Praslin quand il nettoie la partie sud de la ville.
« Sauf en ce moment, car la Seine est à un niveau très bas, précise le responsable. Sinon on utilise les bornes à incendie. Melun est vaste. Pour la partie nord, on mettrait une heure à descendre et à remonter, ce qui n’est pas l’idéal en terme environnemental ».Au Mée-sur-Seine, la balayeuse de 6 m3 utilise l’eau du réseau incendie. « On ne peut récupérer l’eau de la Seine car nous n’avons pas de système de filtrage et de stockage de l’eau », explique-t-on en mairie.
En attendant de convaincre ces mairies, Sidi Drici met en garde les particuliers sur l’usage nocif des lingettes jetées dans les WC et qui bouchent les sanitaires : « C’est un geste à bannir. Les gens feront ainsi des économies de plombier. Cela constitue 70 % de mes interventions ! On a récupéré 450 kg de lingettes entre janvier et septembre 2019. »