Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2019

Droit des femmes, droit d'asile...

Dans le Journal "La Strada" de mars 2019, Mme Morgane Tymen s'emploie à l'occasion de la journée internationale du 8 mars consacrée traditionnellement aux droits des femmes dans le monde, de faire un bilan sur la situation des femmes lors des migrations. Six organisations (ADN,la Cimade, Habitat et Citoyenneté, LDH, le Graf, le Planning familial...) qui accueillent des demandeuses d'asile à Nice se sont unies l'an passé pour lancer une campagne contre la volonté de durcissement de la législation française: la Loi Asile et Immigration.

La question du mariage forcé est notamment cruciale au Burkina Faso, en Guinée, au Maroc, en Tunisie... Des jeunes filles, en effet, subissent des pressions sociales et familiales et, pour échapper à des unions arrangées contre leur gré, elles sont contraintes de fuir et d'émigrer avec tous les risques que cela comporte (viols, tortures...). Puis, lorsqu'elles demandent l'asile dans notre pays, leur demande d'hébergement n'est pas nécessairement prise en compte. Elles réclament davantage d'accompagnement, un accueil bienveillant, une écoute positive et sans jugement à l'OFPRA et partout où elles sont amenées à respecter des procédures longues et difficiles.

Pour en savoir davantage, joindre les sites des associations citées plus haut.

Lyliane

Fukushima: 8 ans après!

 

10 mars : Rassemblement à Paris pour la sortie du nucléaire en France et au Japon

Cette année, le 11 mars sera le huitième anniversaire de la catastrophe de Fukushima. Comme l’année dernière un grand rassemblement pour la sortie du nucléaire se tiendra ce dimanche 10 mars sur la place de la République à Paris à l’appel de 12 organisations nationales. Au programme : commémoration, témoignages, concerts, prises de parole, animations, info-kiosques...

 

 

20/03/2019

Miser sur le chanvre...

Le chanvre, écrit Mme Ingrid Haberfeld dans Version Fémina, serait devenu la nouvelle star des super-aliments! On la trouve, en effet, en magasin bio sous forme d'huile, de graines et de farine. L'huile, extraite des graines et reconnaissable à sa couleur vert foncé et à son léger goût de noisette, propose un équilibre idéal en oméga 3 et 6 et renferme de la vitamine E. On l'utilise à froid et on la conserve au réfrigérateur. Elle est indiquée pour combattre les troubles cardio-vasculaires (athérosclérose, hypertension...), les maladies inflammatoires et elle est censée renforcer les défenses immunitaires. Son prix est assez élevé: 10 euros les 25 cl.

La graine de chanvre, qu'elle soit dans sa coque ou décortiquée, demande à être conservée  dans un bocal en verre au réfrigérateur. C'est une source de protéines de bonne qualité et de minéraux grâce à ses acides aminés et à ses vitamines B1 et B2. On considère de ce fait que c'est un atout pour les végétariens comme pour les sportifs. On les consomme généralement dans une salade, un crumble ou mixées sous la forme d'un beurre. Quant à la farine de chanvre, nommée aussi tourteau, elle est sans gluten et riche en fibres. On peut en faire du pain, des crêpes, des gâteaux et des quiches.

Ne comptez pas sur un effet planant type cannabis, car ce n'est pas la même plante. Il s'agit ici du chanvre alimentaire et non du chanvre qui se fume ou qui soigne les douleurs. Pour plus de renseignements sur le chanvre, consulter des naturopathes ou allez voir les rayons des magasins diététiques. Sinon, voir par exemple les sites Internet suivants: https://www.passeportsante.net ou https://www.nutri-naturel.com.

Lyliane

19/03/2019

En finir avec l'intox et les fake news...demande AVAAZ!

Signez la pétition


Battue, ensanglantée et terrifiée: la photo virale de cette femme est devenue le symbole des violences policières en France. Problème: elle a été prise à Madrid! Il existe une solution toute simple à ces détournements et mensonges: convaincre Facebook de montrer des rectificatifs à *toutes* les personnes touchées par des intox. L'équipe d'Avaaz est en pleine discussion avec de hauts responsables de Facebook: ajoutez votre nom maintenant et rendons cet appel gigantesque avant la rencontre!

SIGNEZ ICI

18/03/2019

Les GAFA vont-ils être taxés dans notre pays?

La taxe sur les géants du numérique, dite « taxe GAFA », sera présentée mercredi 6 mars 2019 devant l'Assemblée nationale française.
La taxe sur les géants du numérique concernera Google, Amazon, Facebook et Apple, c'est-à-dire les GAFA, mais également toutes les entreprises dont les activités numériques génèrent plus de 750 millions d'euros, et qui ont un chiffre d'affaires en France supérieur à 25 millions d'euros.Au total, c'est donc une trentaine d'entreprises internationales qui seront taxées à hauteur de 3% sur leur chiffre d'affaires numérique déclaré en France. Cette initiative fait de l'Hexagone un pionnier.


Harmoniser les politiques fiscales
L'Union européenne, face notamment aux réticences de pays comme l'Allemagne, peine à se doter d'une telle loi. Bruno Le Maire rappelle que six pays européens sont cependant prêts à mettre en place un dispositif similaire ou y réfléchissent.
L'idée, c'est à terme de trouver un accord permettant d'harmoniser les politiques fiscales de tous les pays riches rassemblés au sein de l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE).
Mais ce projet, quoi que volontariste, relève aussi beaucoup de l'affichage, de « l'enfumage », dit même l'association Attac, qui milite de longue date pour l'instauration d'une telle taxe. Les entreprises concernées seront en effet taxées sur la base du chiffre d'affaires qu'elles déclarentOr, leurs pratiques d'évasion ou d'optimisation fiscale sont connues. Les deux filiales d’Apple en France déclareraient ainsi, selon Attac, un chiffre d’affaires inférieur à 800 millions d’euros, contre un chiffre réel estimé à au moins 4 milliards.

« Le problème, explique Raphaël Pradeau, porte-parole d’Attac, sur le site de l'association, c’est que les GAFA déclarent leurs revenus dans des pays où elles échappent à l’impôt, comme l’Irlande ou les Pays-Bas ». « Taxer leurs revenus en France est donc une fausse solution au problème », conclut-il.


La partie émergée de l'iceberg
Depuis plusieurs années, Attac mène des actions pour dénoncer l’impunité fiscale dont jouissent des multinationales comme Apple. « Les multinationales doivent payer leur juste part d’impôts dans les pays où elles exercent leurs activités. Or on a vraiment l’impression qu’une fois encore, en ce qui concerne la question fiscale, le gouvernement brasse de l’air » commente Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac.
L'association plaide donc pour une taxe qui concernerait l’entreprise dans son ensemble, et non ce que certaines filiales peuvent déclarer isolément. Les quelque 500 millions d'euros que le gouvernement français compte récupérer avec sa nouvelle taxe GAFA apparaissent dès lors bien dérisoires...

RFI - RFI - dimanche 3 mars 2019

17/03/2019

Après le salon de l'Agriculture, du fumier pour chauffer les girafes de Thoiry!

Pour la première fois, une partie des déchets organiques du Salon de l’agriculture va être transformée en biogaz pour chauffer la maison des girafes du zoo pendant un an.
Les girafes mâles du zoo de Thoiry pourront bientôt remercier leurs camarades bovins, porcins et autres du Salon de l’Agriculture. Les déjections des animaux de la porte de Versaillles serviront en effet à chauffer les enclos des girafes pendant un an. « 250 t de déchets organiques vont être acheminées au parc zoologique afin d’être transformées en biogaz », précise Valérie Le Roy, la directrice du Salon.
Concrètement, le fumier des bovins, ovins, porcins et caprins est récolté matin et soir par les agents de nettoyage. Stocké à l’arrière du pavillon 1, il est ensuite chargé dans des conteneurs pour rejoindre l’unité de méthanisation du zoo de Thoiry. Deux cargaisons ont déjà été acheminées.


Depuis son inauguration en septembre, l’unité de méthanisation du zoo chauffe plusieurs enclos et communes alentour.Zoo de Thoiry.
Ouverte depuis septembre, l’unité de méthanisation recycle déjà ses déchets organiques et ceux d’une quarantaine de partenaires. « Grâce à ça, nous pouvons chauffer l’enclos des éléphants, le château de Thoiry et 9 communes alentour », se félicite Colomba de La Panouse, directrice déléguée du zoo et fondatrice de la société Thoiry bioénergie.
« Quand on pense énergies renouvelables, on pense éoliennes, panneaux solaires, mais le biogaz est aussi important »


La méthanisation, soit la fermentation des déchets organiques, permet d’obtenir ce gaz biodégradable. Pour ce faire, les résidus sont mis en contact avec un concentré de bactéries et de micro-organismes qui vont dégrader la matière. Après un processus de 21 jours sous 55°, le biogaz se forme. Il est ensuite purifié pour obtenir la même qualité que le gaz naturel et devient ce qu’on appelle du biométhane. Il peut alors être injecté dans le réseau pour être utilisé sous forme de chaleur, d’électricité ou de carburant. Ce processus produit également du digestat, une matière solide utilisée comme engrais.


Parc des expositions à Paris. Sur les 680 t de matières organiques, 250 sont envoyées à Thoiry. GRTgaz
C’est GRTGaz qui a eu l’idée de mettre en relation le zoo et le Salon autour de cette problématique des déjections. « Quand on pense énergies renouvelables, on pense éoliennes, panneaux solaires, mais le biogaz est aussi important, déroule Christophe Feuillet, directeur de la communication de l’entreprise. L’Etat s’est fixé pour objectif que 10 % du gaz utilisé en 2030 soit renouvelable. Nous devons multiplier les projets avec les agriculteurs ! »
Avant ce partenariat, tous les résidus organiques du Salon de l’Agriculture étaient livrés à des agriculteurs qui le réutilisaient en fumier. Cette année les déchets se répartissent donc entre le zoo de Thoiry et les champs qui en recevront 430 t. « Tout comme la provenance des viandes, les consommateurs veulent savoir où vont les déchets produits par les bêtes, appuie la directrice du Salon. Il faut développer cette économie circulaire.

Clara Gilles - Le Parisien - samedi 2 mars 2019

16/03/2019

Financer la transition énergétique...

 De Stockholm à Paris en passant par Bruxelles, les jeunes manifestent pour demander une accélération de la lutte contre le réchauffement climatique. Ils ont raison....

Pour Edmond Alphandéry, ancien ministre de l'Économie et ancien président d'EDF, la question du prix du carbone est primordiale: elle peut modifier fondamentalement le fonctionnement du système économique. Si les émissions de gaz à effet de serre ont un coût élevé et s'il devient plus rentable de se tourner vers les énergies décarbonées, les entreprises le feront. Même les entreprises pétrolières!L'argument est juste: dans un monde gouverné par la recherche du profit, il est clair que les entreprises sauront réagir au signal prix donné par le coût du carbone. Mais on sait très bien qu'une telle politique va heurter nombre d'intérêts et que les résistances sont nombreuses. En dépit de l'organisation à travers le monde de plusieurs marchés de droits d'émission, qui donnent un prix (le plus souvent très faible) au carbone, malgré les tentatives d'instaurer des taxes carbone, la question est encore loin d'être réglée. Et, allant au rebours de l'argument avancé par Edmond Alphandéry, tant que les entreprises auront intérêt à avoir recours aux énergies fossiles, elles le feront, quelles que puissent être les conséquences sur le climat. Les crises à répétition montrent sans aucun doute possible que la cupidité du monde financier peut nous mener au bord du gouffre, et même un peu plus loin...
 
La finance, une technique qui peut être utile
 
Mais il fautse garder des généralisations abusives. Tous les financiers ne sont pas sans scrupules et, surtout, leur vision n'est pas toujours aussi court-termiste qu'on peut le croire. Si on leur démontre que leur activité, aujourd'hui prospère, peut être menacée demain par le réchauffement climatique et que le sud de Manhattan, là où sont installées quelques-unes des firmes les plus rentables de Wall Street, risque demain d'être sous les eaux, ils peuvent être amenés à réfléchir à la façon de mener leurs affaires.
 
«Mon véritable adversaire [...] c'est le monde de la finance», proclamait François Hollande en janvier 2012, lors de sa campagne pour l'élection présidentielle. Cette petite phrase lui a été ensuite beaucoup reprochée, parce qu'à l'évidence il ne pouvait ignorer le monde de la finance; il avait d'ailleurs pris comme secrétaire général adjoint à l'Élysée un associé-gérant de la banque d'affaires Rothschild & Cie, un certain Emmanuel Macron. Au-delà des jugements d'ordre politique ou moral que l'on peut porter sur elle, la finance est une technique, que l'on peut utiliser à des fins utiles, et un pouvoir, qu'un État peut réguler (s'il est assez fort et s'il agit intelligemment). Contrairement à une idée encore trop répandue, la finance et la lutte contre le changement climatique peuvent ne pas être incompatibles.
 
Des investissements socialement responsables
 
Depuis longtemps déjà, aux États-Unis notamment, des mouvements religieux se sont montrés soucieux de donner une dimension éthique à leurs placements, par exemple en refusant d'investir dans des sociétés d'armement. Plus récemment, cette tendance s'est laïcisée et généralisée, avec le développement des investissements ISR, investissements socialement responsables. Sous l'égide des Nations unies, six principes pour l'investissement responsable (PRI, Principles for Responsible Investment) ont été définis par et pour des investisseurs institutionnels. Ceux-ci s'engagent ainsi à effectuer leurs placements en prenant en compte des critères classés en trois catégories: environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). En Europe et aux États-Unis, beaucoup d'investisseurs ont rallié ce mouvement et les choses se font sérieusement, avec des agences de notation qui étudient les placements proposés sur ces bases extra-financières.
 
Les États peuvent encourager cette tendance. C'est le cas de la France, qui, par un décret de janvier 2016, a prévu la création d'un label ISR pour certifier la conformité d'un produit ou d'un service d'investissement à ces principes. Les textes officiels prévoient la procédure de certification, de surveillance et éventuellement de retrait du label. Mais le respect des critères ESG n'implique pas forcément un engagement très net en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Sur ce point précis, d'autres dispositions sont prévues.
 moins bien les critères ESG. Et enfin est appliqué un troisième filtre pour évincer les entreprises faisant l'objet de controverses sévères sur l'un de ces sujets ESG. Restent alors environ 700 entreprises auxquelles sont appliquées les analyses financières classiques et entre 60 et 90 d'entre elles sont mises en portefeuille. Les sociétés pétrolières sont-elles a priori exclues de ce processus de sélection? Non, car, souligne Arnaud Faller, directeur général délégué de CPR AM, «elles font partie de la solution».
 
Pousser toutes les entreprises à progresser
 
C'est une réponse qui pourrait désorienter plus d'un écologiste, mais qui plairait à Pierre Filippi, président de Fideas Capital, société de gestion indépendante qui pratique déjà l'investissement «Smart for Climate» dans le cadre de fonds dédiés (non ouverts au public). L'idée est simple: si l'on veut être efficace, il faut pousser l'ensemble des entreprises à progresser, il ne faut donc exclure aucun secteur, mais choisir dans chacun d'entre eux celles qui prennent le mieux en compte l'impératif climatique. Si cette pratique fait école et si les entreprises négligentes se voient mises à l'écart des portefeuilles par les gérants, elles seront incitées à progresser elles aussi.
 La sélection se fait avec le concours de Trucost, filiale du groupe américain S&P Global spécialisée dans l'information et l'analyse environnementales. Dans un premier temps, l'entreprise est jugée sur ses émissions de carbone, selon les règles en vigueur au niveau international dans le cadre du Greenhouse Gas Protocol: émissions directes de l'entreprise, émissions de ses fournisseurs d'énergie, émissions de ses autres fournisseurs. Ce point compte pour 20% de sa note. Ensuite l'entreprise est comparée à ses concurrentes, car il s'agit dans chaque métier de sélectionner les meilleures: le résultat compte pour 40% de la note. Enfin, pour les 40% restants, une évaluation des efforts fournis par l'entreprise dans les trois ou cinq dernières années est menée, car le but du jeu est bien d'inciter les entreprises à continuer de progresser.
 
Selon les simulations effectuées par Fideas Capital, un portefeuille géré selon ces critères peut avoir des performances tout à fait en ligne avec celles de l'indice STOXX Europe 600, qui constitue sa référence. Ce point est essentiel, car il peut seul permettre d'attirer les investisseurs. Si le choix d'une gestion soucieuse du climat doit se faire auprix d'une moindre rentabilité ou d'un risque spécifique, il y aura peu de volontaires et cela reviendrait à se priver d'un outil intéressant: un investissement de 90.000 euros effectué selon cette méthode aurait une empreinte carbone inférieure de 5,5 tonnes d'équivalent CO2 à celle d'un investissement classique; autrement dit, par son choix, l'investisseur refuserait l'émission de 5,5 tonnes d'émission de gaz à effet de serre. Ce n'est pas à dédaigner: selon les statistiques publiées par Eurostat, le niveau d'émission par habitant se situerait en France autour de 7,1 tonnes.

 
Pour le grand public
 
Si ce type de gestion se généralise et devient plus accessible au grand public, chacun et chacune pourra par son épargne faire pression sur les entreprises pour qu'elles réduisent leur empreinte carbone. Il est à souhaiter qu'on aille très vite dans cette direction, car la situation est peut-être plus grave encore qu'on ne le pensait jusqu'à présent. Selon The Economist, ExxonMobil s'apprêterait à augmenter sa production de pétrole et de gaz de 25% en 2025 par rapport à 2017. Et les autres grandes compagnies suivraient un chemin parallèle.

Gérard Horny - Slate - vendredi 1 mars 2019

PÉTITION - L'état doit payer ses dettes aux agriculteurs bio !

 

 
 
 
Voir la version en ligne
 
 
 
 
 
Partager sur Facebook
 
 
 
Partager sur Twitter
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
A L'AIDE : L'état
 
 
// PETITION - Trois de retard dans le versement des aides aux paysans bio... ça suffit ! Interpellons massivement le ministre de l'Agriculture !
 
 
Malgré ses engagements, l’Etat n’a toujours pas versé la totalité des aides promises depuis 2016, mettant ainsi en difficulté des milliers d’agriculteurs bio. Certains agriculteurs ont jusque 30 000 euros de retard de paiement leur causant un grave préjudice financier.
 
Depuis plusieurs années, nous constatons que les politiques publiques négligent voire entravent le développement de l’agriculture biologique.
 
 
Alors même que toutes les études agronomiques et écologiques plébiscitent l’agriculture bio en tant que solution d’avenir face aux crises du climat et de la biodiversité, alors que les consommateurs et de plus en plus d’agriculteurs souhaitent se tourner vers la bio, jamais le soutien des pouvoirs publics n’aura été aussi faible.
Agir pour l'environnement

15/03/2019

Tester une entreprise à but d'emploi...

Le Journal Télérama sous la plume de Mr Etienne Labrunie signale à tous l'émission Zone Interdite  programmée à 21H le dimanche 17 / 3 sur M6 au cours de laquelle un documentaire "Objectif zéro chômeur" filmé par Mme Marie-Monique Robin sera diffusé. Ce film propose de mettre en lumière une expérience sociale et sociétale de grande ampleur, les Territoires zéro chômeur de longue durée ou TZCLD.

Lancée avec le soutien d'ATD Quart Monde, notamment grâce à Mr Patrick Valentin, initiateur du projet, cette expérimentation s'étend sur dix territoires pilotes. L'idée est de "créer des entreprises  à but d'emploi" chargées d'embaucher en CDI et au Smic tous les chômeurs de longue durée volontaires et présents sur place depuis plus de 6 mois. Les structures, financées en grande partie par l'argent que coûte chaque chômeur en prestations sociales, se chargent ensuite de déterminer comment le nouveau salarié peut être utile à la collectivité.

La première expérience a débuté à Mauléon (Deux-Sèvres) en janvier 2017, là où Mme Robin a pu filmer comment 70 personnes travaillent dans 10 secteurs d'activité. Là, en effet, toutes les personnes qui se sont présentées ont été recrutées, créant des emplois qui participent activement à la transition écologique. Ce film est destiné à permettre une prise de conscience et à accélérer le temps administratif. 130 députés soutiennent, en effet, actuellement un projet de loi qui permettrait la généralisation des TZCLD. Ils poussent l'initiative portée par Mr Laurent Grandguillaume qui voudrait voir voté cette loi avant la fin de l'année 2019.

La plupart de ces expérimentations ont lieu dans des territoires ruraux, mais d'autres expériences sont en cours à Paris (13ème arrondissement) et à Villeurbanne.  Il faut savoir que depuis 40 ans, le chômage longue durée n'a cessé de progresser, passant de 15% à 45% des demandeurs d'emploi. Au lieu de percevoir des allocations de survie, les chômeurs veulent avant tout un emploi et devenir autonomes. C'est pourquoi, la proposition de réaffecter les budgets publics (Assedic,RSA, CMU...) pour financer des entreprises à but d'emploi mettrait fin à l'assistanat...

Il est donc recommandé de voir ce documentaire militant et humaniste, riche d'enseignements. Soutenons le projet d'élargir l'expérimentation à au moins 50 territoires et celui de faire voter une loi permettant la généralisation de ces TZCLD!

Lyliane

13/03/2019

Les "sans voix" du Samu Social de Paris prennent la parole...

« Ce que ça deviendra on verra, mais si on ne prend pas la parole quand on nous la donne, c’est pas la peine ».
Sur le pont du Petit Bain, la péniche culturelle et solidaire amarrée en contrebas de la Grande Bibliothèque (XIIIe), Jean-Philippe, Thierry, Marcel, Marvine, Moïna et plusieurs dizaines d’autres « sans voix », près de 70 hommes et femmes en grande précarité, hébergés et accompagnés par le Samu social de Paris, ont montré ce mercredi que « la démocratie participative, c’est ça : c’est prouver qu’il y a aussi parmi nous des gens qui ont des idées ».
A trois semaines de la clôture du Grand Débat national, l’initiative du Samu social parisien est venue combler une faille en donnant la parole à ceux auxquels on demande rarement leur avis. Les « transparents », ainsi qu’estime une maman, sans papier et logée à l’hôtel depuis « trop de mois ».
« Il est important que votre parole soit entendue » leur a rappelé Christine Laconde, la directrice générale du Samu social de Paris, en ouvrant cette rencontre dont les enjeux ont mobilisé au-delà des prévisions, notamment parmi les mères de familles hébergées dans les hôtels de Paris et de banlieue.
Logement, rupture brutale de ressources, reconnaissance des acquis scolaires et des compétences des étrangers, délais et complexité des procédures administratives, accès au travail, difficulté de participer à la transition écologique lorsque se nourrir est déjà compliqué, nécessité d’actualiser les critères de l’aide sociale aux situations présentes, plutôt que « un ou deux ans avant, quand on avait peut-être un travail, un toit… »... Doléances ou propositions, toutes seront apportées très officiellement le 11 mars à la commission du Grand Débat, par six femmes représentatives des 40 000 personnes prises en charge par le Samu social de Paris.


« Plus de réquisitions de logements vacants »
Chef d’orchestre de ce défi, Jean-François Kryzaniak sait de quoi il parle. « Les problématiques des personnes précaires, je les connais bien, j’ai 19 ans de rue », sourit cet ancien sans-abri devenu consultant en politique sociale, qui met en œuvre depuis 2 ans les initiatives de « démocratie participative » du Samu social 75 au sein des centres d’hébergement. « Moi ce qui m’a sauvé et m’a motivé pour sortir de la rue, c’est quand on m’a demandé mon avis pour l’élaboration du plan pauvreté, en 2012. Je me suis aperçu que ma parole était en entendue, et surtout j’ai retrouvé quelque chose de cette parole dans le résultat… C’est motivant. »
Et cela donne des ailes pour mobiliser les « sans voix » et faire en sorte que « leurs propositions ne restent pas lettre morte ». Beaucoup d’entre eux placent le thème des ressources et du logement en tête des doléances. « Sans logement, pas de d’accès au travail, pas de papiers, pas de santé… il faut un logement pour avoir un travail, et un travail pour avoir un logement, c’est le chat qui se mord la queue », répète une femme.


« Interdire le plastique »
Tous auraient pu exprimer la même chose, et demandent « la permission de travailler le temps des procédures », et « plus de réquisitions de logements vacants ».
Pour autant, même confrontés aux besoins primaires de se nourrir, se loger, travailler, les « sans voix » se sentent concernés par l’écologie. « Si on ne fait rien pour la planète, c’est cuit », estime ainsi Jean-Philippe, 54 ans, hébergé dans un centre parisien. « C’est pour les enfants qu’il faut faire des efforts, qu’on arrête de polluer sinon on perdra tout et ce sont eux qui vont trinquer. Il est encore temps, je propose qu’on interdise le plastique », lance-t-il. Et maintenant ? « Je veux croire que tout ce qu’on a dit servira à quelque chose », sourit Jean-Philippe.
« Tout ce qui a été dit aujourd’hui sera transmis et ne restera pas dans un tiroir, nous avons besoin de la parole de tous les citoyens », est venue rassurer, en personne, la secrétaire d’Etat chargée de l’exclusion, Christelle Dubos, à l’heure de la restitution des ateliers.

Elodie Soulié - Le Parisien - mercredi 27 février 2019

12/03/2019

A propos de la pêche électrique...

Pour Claire Nouvian, présidente de l'ONG Bloom, la décision de l'UE d'interdire la pêche électrique est une grande réussite. Les États membres et les représentants du Parlement européen ont décidé mercredi soir de mettre un terme définitivement à la pratique de la pêche électrique. Jusqu'alors, des exceptions aux règles européennes permettaient principalement à la flotte néerlandaise de la pratiquer. L'interdiction sera effective au 1er juillet 2021, le temps de permettre aux chalutiers de se reconvertir.


La pêche électrique était largement décriée par les ONG de défense de l'environnement, accusée de tuer sans distinction la faune marine et de vider les océans. En figure de proue de la lutte contre cette pratique, l'ONG française Bloom, qui s'est battue pour parvenir à son interdiction. L'Express a demandé à Claire Nouvian, sa présidente, ce que représente cette évolution dans la législation communautaire.
L'Express : Comment accueillez-vous la décision des États membres de l'UE d'interdire la pêche électrique d'ici 2021 ? Claire Nouvian : On l'accueille très positivement, parce que c'est une énorme victoire. Lorsqu'on a commencé le combat contre cette pratique, on avait mis dans nos objectifs d'obtenir la fin des licences illégales de pêche électrique, mais même dans le meilleur des mondes on n'avait jamais pensé qu'on pourrait obtenir l'interdiction. On a quand même réussi l'impossible. Les lobbys néerlandais n'ont pas du tout compris ce qui leur est arrivé.


Après, le problème avec cette date de 2021, c'est que ça arrive tard pour les petits pêcheurs artisans. On a étudié les données des débarquements à la criée de Boulogne-sur-Mer depuis 2009, date à partir de laquelle la pêche électrique est vraiment entrée en concurrence avec eux. On s'est rendu compte que les pêcheurs artisans avaient perdu 75 % de leur volume de pêche, donc 75 % de leur revenu. Ils sont arrivés à un niveau de trésorerie si bas qu'ils ne peuvent continuer.
La victoire sera donc totale si les députés, à l'Assemblée nationale, interdisent au plus vite la pêche électrique dans les eaux territoriales françaises pour que les chalutiers néerlandais n'aient plus le droit de venir jusqu'à nos côtes. D'autre part, il faut un accompagnement financier pour les pêcheurs artisans, sinon on va perdre de nombreux métiers. Il reste donc encore des conditions à remplir pour que ce soit vraiment une victoire claire et nette.


Les Pays-Bas ont mis la pression sur la Commission européenne, en 2006, pour obtenir une exception au règlement qui interdisait les méthodes de pêche destructrices depuis 1998. Une dérogation pour la pêche électrique leur a donc été accordée à cette époque. La raison était que leurs grands chalutiers industriels perdaient de l'argent parce qu'ils ne pêchaient plus suffisamment de poissons.
Il leur fallait donc un artifice technologique pour continuer à pêcher les derniers poissons présents et ils ont obtenu, fin 2006, une exception au règlement sans aucune justification. Or nous avons démontré que cette décision entrait en contradiction avec les recommandations des scientifiques. Mais il y a eu une volonté délibérée de la Commission européenne de donner raison aux intérêts néerlandais, contre l'intérêt général.
La pêche électrique détruit l'environnement et le milieu marin. C'est catastrophique, c'est la mer brûlée. C'est du chalutage de fond, donc ça détruit tout ! Et comme ce type de pêche électrocute, il tue la vie dès ses premiers pas : les larves, les juvéniles, les oeufs, etc. sont décimés. C'est une catastrophe absolue. D'ailleurs, selon nos données, si les pêcheurs industriels continuaient avec cette pratique, ils finiraient eux-mêmes par disparaître, car à terme ils n'arriveraient plus à remplir leurs quotas à cause du manque de poisson.


Comment soutenir une pêche plus durable ?
On est en train de calculer, avec les pêcheurs artisans, l'impact de cette décision sur leur état financier. On va exiger du gouvernement français et de l'Union européenne un plan d'aide pour que ces métiers ne disparaissent pas, parce que les meilleures pratiques de pêche sont menacées de disparition.

On a des pêcheurs en France qui rejettent au maximum 6 % de leurs prises. En face, on a des Néerlandais qui rejettent jusqu'à 70 % du contenu de leurs filets. Et ce sont eux qui avaient gain de cause du point de vue de la loi depuis plus de dix ans. Il faut désormais qu'il y ait un renversement de situation très net et que l'aide publique soit vraiment destinée à préserver les petites entreprises familiales et les savoir-faire. Sinon, ils vont disparaître et on ne reviendra pas en arrière.
C'est un changement de modèle qu'il faut prôner. Si on veut préserver l'emploi, on est obligé de préserver l'environnement et la cohérence de nos choix économiques. Il faut donc s'assurer que nos subventions aident la préservation des meilleures pratiques, des emplois les plus vertueux et des entreprises qui maillent le territoire. Le nerf de la guerre, ce sont les subventions.

L'Express de 21/2/2019

11/03/2019

Mobil-Home pour les exclus...

Chaque semaine, Frédéric Potet sillonne la France pour relater les petits et grands événements. A Combourg, il a rencontré Xavier Romé, diacre et agriculteur à la retraite, qui construit un mobil-home pour tous les « chiens battus » de l’existence.

Une maison roulante pour sans-domicile-fixe. Un chalet sur pneumatique qu’on déplacerait ici et là en fonction des besoins. Un chez-soi ambulant de 30 m² exclusivement réservé aux nécessiteux, qu’ils soient mendiants, réfugiés, exclus, précaires, mères célibataires et autres « chiens battus » de l’existence, comme les appelle Xavier Romé. D’ici quelques mois, cet ancien agriculteur bien connu des environs de Combourg (Ille-et-Vilaine) en aura terminé avec la construction de ce mobil-home pour pauvres, fruit de son imagination et de son goût pour le bricolage. Adepte du système D, il s’est procuré une charrette à paille, qu’il a ensuite surmontée de parois en bois et d’un toit. « J’ai eu sept enfants ; à chacun, j’ai construit une maison. Celle-ci sera ma huitième », détaille-t-il.


Créateur d’un petit musée de la paysannerie dans son ancienne ferme de Baguer-Morvan, mais aussi diacre, poète rural, syndicaliste agricole, cycliste amateur et gérant d’un magasin de vélos, Xavier Romé, 68 ans, raconte avoir lancé « comme une boutade » cette idée de maison roulante pour sans-abris. C’était il y a quelques années, la crise migratoire battait son plein en Europe ; grand admirateur de l’abbé Pierre, le paysan se désespérait de voir que peu de candidats à l’exil étaient accueillis dans cette partie de la Bretagne. Déçu de n’avoir su convaincre la municipalité de Combourg de transformer en foyer d’hébergement l’ancien hôpital de la ville (où il officiait en tant qu’aumônier), il décide alors de se lancer un défi : construire lui-même un lieu d’accueil, qu’on déménagerait « d’un jardin à l’autre », dit-il.


Une « Biyack » cosy et tout confort
Le concept a été étendu aux démunis au sens large depuis la mort, en janvier 2018, de son ami Didier Biyack, à l’âge de 55 ans, dans l’incendie accidentel d’un logement social, à Meillac. Précaire parmi les précaires, l’homme avait un sérieux problème avec l’alcool. Xavier Romé a décidé de donner son nom à son prototype au loyer sans appel de zéro euro. Sa « Biyack » sera cosy et tout confort avec ses deux mini-chambres, sa mezzanine, son coin cuisine, sa douche intégrée, son lavabo d’angle, ses toilettes sèches, son chauffage au gaz…
Cinq ou six personnes pourront y dormir en même temps. Panneaux solaires et réservoirs d’eau de pluie l’alimenteront au gré de ses déplacements. Son coût ne devrait pas dépasser les 25 000 euros, une grande partie des matériaux ayant été récupérés auprès de recycleurs et de déchetteries des environs. « Sans prétention, ça va être un super petit chalet. Je veux qu’il soit chaleureux », promet Xavier Romé.

« Qu’on ne vienne pas m’emmerder avec trop de paperasse »
Reste à savoir qui y sera hébergé. « On pourrait bien commencer avec une famille arménienne », indique le bienfaiteur. Une association sera créée afin d’encadrer les démarches à venir, notamment vis-à-vis des services sociaux des communes concernées. « Mais qu’on ne vienne pas m’emmerder avec trop de paperasse, prévient Xavier Romé, sinon hop !, on attelle et on va ailleurs. » Il suffira de quelques minutes pour accrocher la roulotte à un tracteur et lui faire prendre la route, sous l’escorte d’une voiture équipée d’un gyrophare.
L’ancien paysan regrette de ne pas avoir assez de temps pour faire avancer les travaux. Son activité de diacre l’occupe beaucoup cet hiver, en raison d’un nombre important d’obsèques à présider. Sa passion pour le vélo le mobilise aussi, en tant qu’organisateur de La Clergéronne, le championnat de France cycliste des personnes consacrées (évêques, prêtres, religieux, religieuses, pasteurs, séminaristes…). Sa 20e édition aura lieu le 30 avril à Lourmais, pour le contre-la-montre individuel, et le 1er mai à Bonnemain, pour la course en ligne.

Frédéric Potet - Le Monde - mercredi 27 février 2019

10/03/2019

Printemps Climatique et Social : rendez-vous le 16 mars !

 
jeu. 7 mars 18:06 (il y a 1 jour)
 
 
Répondre
 
 
 
 
Si ce courrier ne s’affiche pas correctement, cliquez ici.
Greenpeace
Facebook Twitter YouTube Instagram
S’il y a une mobilisation pour le climat à ne pas rater, c’est celle-là !

Notre printemps sera climatique et social. Les solutions existent : fiscalité écologique socialement juste, mobilité propre et alimentation saine et durable pour toutes et tous, développement massif des énergies renouvelables, fin des cadeaux aux grandes entreprises : le 16 mars, marchons ensemble, pour dire « ça suffit ! » et demander un changement de politique immédiat.
Plus de 70 évènements sont déjà prévus à travers toute la France : joignez-vous à la mobilisation en participant à un événement près de chez vous !
 
Je participe
Changeons de politique(s), pas de climat ! Nous sommes aujourd’hui des millions, prêtes et prêts à résister, à déployer les alternatives, à demander des comptes au gouvernement, Emmanuel Macron et Edouard Philippe en tête, mais aussi aux multinationales et aux banques. Il est temps de changer de système politique et économique, pour protéger l’environnement, la société et chacune et chacun d’entre nous.

Partagez cet appel sur les réseaux sociaux !
Sur Whatsapp
Sur Facebook

L’équipe Greenpeace <france@act.greenpeace.org>

Sur Twitter
Parce que nous entrons dans l'ère de l'urgence climatique;
parce que l'inaction de nos dirigeant-e-s ne peut plus durer;
pour soutenir la jeunesse en grève pour le climat et demander une transition écologique juste qui ne laisse personne de côté;

soyons nombreuses et nombreux à descendre dans la rue le 16 mars !

Solidairement,
L’équipe de Greenpeace France
Facebook Twitter Contactez-nous
Ce courriel a été envoyé à l'adresse lys06100@gmail.com
Pour ne plus recevoir d’email de Greenpeace, désabonnez-vous ici.
Contactez-nous
Greenpeace
© Greenpeace Fran

09/03/2019

Mr Montebourg s'engage en faveur des abeilles ...

Reconverti dans l'agriculture depuis deux ans, l'apiculteur Arnaud Montebourg a forgé un modèle sans pareil pour s'engager dans de nouveaux combats alimentaires. Il livre sa méthode au JDD.


Costume sombre en velours. Il porte beau, Arnaud Montebourg, 56 ans. Oubliées les marinières, y compris la blanc, jaune et noir endossée pour célébrer sa "marque de combat", Bleu Blanc Ruche. Devenu apiculteur, l'ancien ministre de l'Économie ne se contente pas de fabriquer du miel, il "repeuple la France en abeilles". Ses premiers pots sont arrivés en rayon en septembre dernier chez Franprix, Auchan et Système U. Ils sont aussi vendus en ligne, entre 5 et 9 euros l'unité. "On a gagné 150.000 euros sur les quatre premiers mois, se réjouit-il. Les quelques dizaines de centimes en plus par pot participent à une meilleure rémunération de nos apiculteurs, qui s'engagent à acheter des ruches."


Il rachète la production des agriculteurs au-dessus des prix du marché
[...] Plus encore que le choix des produits - le miel, les amandes et bientôt le lait -, c'est la méthode qui fait la différence. Première brique du style Montebourg : bâtir un business plan sur des "secteurs effondrés", des ­Florange aux champs. "Une filière en difficulté comme l'apiculture avait besoin de solutions économiques", pose-t-il.


Étude de marché et… politique.
Parce qu'il manque 13 millions de ruches en Europe et parce que la disparition des abeilles domestiques et sauvages met en péril la pollinisation des fruits et légumes dans le monde. "Sans elles, nous perdrions 35% de nourriture, mécaniquement", avance-t-il.
"Nous finançons les investissements des agriculteurs et nous rachetons leur production 15 à 18% au-dessus des prix du marché", détaille-t-il encore.

Bruna Basini - leJDD - dimanche 24 février 2019

07/03/2019

Qu'est-ce qu'une pomme responsable?

Selon un article de Mr Marc Ouahnon dans le journal gratuit "20 minutes", une production de pommes responsable, c'est tout d'abord une production qui respecte la nature. Pour protéger leurs vergers, les arboriculteurs de la marque Pink Lady par exemple privilégient des méthodes naturelles qui préservent la biodiversité. Ils comptent notamment sur les chauve-souris, les mésanges et les abeilles pour aider à juguler ravageurs et maladies. Les abeilles sauvages et les haies jouent effectivement un grand rôle dans la protection des vergers.

Le terroir est également important. Dans notre pays, les zones privilégiées sont le Val de Loire ainsi que le Sud-Ouest. Les pommes ont besoin, en effet, d'un équilibre minéral des sols. Les arboriculteurs doivent tailler les arbres en hiver et au printemps veiller à l'éclaircissage  et l'effeuillage en attendant la récolte de l'automne. La cueillette se fait à la main et cela intervient lorsque le fruit arrive à maturité. Après un tri rigoureux, si les fruits ont des défauts, ils finissent en compotes, en jus ou en cidre.

La pomme est apparemment le fruit préféré des français. Toutefois, il faut savoir que c'est aussi un des plus traités (vers, carpocapse...). C'est pourquoi, seuls les fruits bio peuvent être consommés avec la peau. On considère qu'en 2018, 1,5 million de tonnes de pommes ont été produites. Pour en savoir davantage, consulter sur internet le site:

https://www.750g.com/ingredients/pomme-i93.htm
Lyliane

 

Le 8/3/2019 combattre les violences faites aux femmes partout dans le monde...

Mme Cécile Coudriou, Présidente d'Amnesty International France, fait publier dans la lettre d'Amnesty à l'occasion du 8/3/2019, Journée Internationale des droits des femmes, un dossier concernant les violences faites aux femmes partout dans le monde. Les femmes sont, en effet, les premières victimes de la discrimination, du harcèlement et de la haine, notamment sur Internet.

De nombreuses personnes sont encore en danger ou réduites au silence quand elles défendent leurs droits. Les unes sont mariées de force dès leur plus jeune âge comme au Soudan, d'autres, paient un lourd tribut aux conflits armés comme au Nigéria, d'autres encore, réfugiées ou migrantes, subissent des violences inacceptables comme en Irak.

Au Maroc, par exemple, Mme Nasser Zefzafi, une mère de famille qui risque des années de prison pour ses critiques contre les autorités et d'autres militants comme Mr Nawal Benaissa, lui aussi inquiété par la justice marocaine, tous révoltés par des injustices  et la répression, ont commencé à se rassembler et à créer un mouvement nommé Hirak. Pour les soutenir et défendre avec eux les droits humains, joindre www.amnesty.fr.

06/03/2019

Des jeunes mobilisés contre le réchauffement de la planète...

Dans le journal gratuit C News du 21/2/2019 un article attire notre attention sur l'engagement des jeunes européens en faveur du climat. Ils n'hésitent pas à organiser notamment des marches et même des grèves de cours, à l'initiative de la jeune suédoise Greta Thunberg, pour dénoncer l'immobilisme des politiques. Les jeunes de la Suède, la France, l'Allemagne, la Belgique, les Pays Bas... se mobilisent et descendent dans la rue. Le mouvement "Fridays for future"(vendredis pour l'avenir) essaime peu à peu. Il s'est fait entendre à la Commission européenne à Bruxelles même pour tenter d'influer sur l'avenir de l'Europe.

Il est surtout question d'exiger des gouvernements qu'ils respectent l'accord de Paris de 2015. En effet, les politiques ne proposent toujours aucune initiative et ne semblent entreprendre aucune action. Pourtant il y a urgence à s'emparer du combat climatique. Le groupe d'experts du GIEC a insisté dans son dernier rapport sur la nécessité d'agir vite pour limiter le réchauffement à 1,5°C sous peine de conséquences dramatiques comme la fonte des glaciers, la montée du niveau des océans, la hausse des températures...

Il faut également savoir que 2 139 personnes jusqu'ici ont signé la pétition "L'affaire du siècle" pour attaquer l'Etat français en justice pour inaction climatique et obtenir enfin des actions du gouvernement. Réjouissons nous que des jeunes donnent l'exemple et tentent de faire bouger les lignes dans des pays où l'économie semble prendre le pas sur l'écologie. Ce mouvement pourrait peu à peu s'étendre à toute la planète...

Lyliane

03/03/2019

Le vrac en folie dans le Var...

Mme Amandine Roussel dans le journal Nous a interviewé Mme Claire Bellini, ancienne infirmière âgée de 50 ans et reconvertie en épicière ambulante de la région d'une vingtaine de villes et villages de la Provence verte. Elle fait, en effet, les marchés de Cotignac, de Bras, de St Maximin, de la Roquebrussanne et de la Farlède, quand elle ne réalise pas des livraisons à domicile deux fois par semaine avec son camion baptisé Lulu. Son entreprise a été nommée "La vrac en folie".

Sa spécificité réside dans le fait qu'elle ne prend que des produits bio, locaux et de saison. Et elle ne propose pratiquement que du vrac. Ses clients viennent en effet avec leurs sacs et bocaux. Dans un rayon de 100km, Mme Bellini rencontre des gens du coin, heureux de la voir arriver avec ses références de qualité. Les producteurs locaux lui proposent leurs produits frais (fromages, légumes, fruits...) ou plus durables (biscuits, herbes séchées, savons, cosmétiques, miel, pâtes...).

Comme quoi il y a la place pour ce genre d'entreprise dans nos régions françaises! Espérons que cette initiative fera tâche d'huile dans le pays! Pour tout contact, joindre sur Facebook @lavracenfolie ou par téléphone: 06 89 68 67 53.

Lyliane

02/03/2019

Un savoir-faire artisanal à Cogolin(83)

Cogolin était connu pour ses pipes en terre, mais cette ville du Var est également célèbre pour ses tapis. Ce savoir-faire artisanal exceptionnel est perpétué par sa manufacture depuis 1924. Des métiers à tisser de type Jacquard datant de la fin du 19ème siècle sont toujours en activité. En 1928, un ingénieur textile lyonnais Mr Jean Lauer racheta l'entreprise et la transforma. Aujourd'hui, des tapis tissés en laine, en raphia, en coton ou encore en jute sortent toujours des ateliers de la manufacture, installée 6, Boulevard Louis Blanc à Cogolin et employant une vingtaine d'ouvrières.

Mme Amandine Roussel dans le journal Nous a interviewé Mme Sarah Henry , membre du personnel de la Manufacture rachetée en 2010 par le groupe House of Tai Ping, une compagnie florissante de Hong Kong. Une large gamme est offerte pour donner du choix à des clients relativement aisés. Car ces tapis coûtent plus de 8000 euros. L'entreprise a autrefois été sollicitée par des décorateurs de renom comme F. Léger ou Jean Cocteau. Une collaboration avec la designer India Mahdavi a aussi rencontré un franc succès. La dernière collection en date est inspirée de l'architecte franco-américain Elliott Barnes.

La matière première provient de Nouvelle-Zélande et elle est filée en Allemagne. Le coton est égyptien et filé en Belgique. Enfin, le lin et le jute viennent de France et de Belgique, tandis que le raphia est importé de Madagascar. Savez-vous que certains tapis du palais du Grand Trianon à Versailles sont made in Cogolin? Des motifs classiques comme l'Artuby sont toujours proposés à côté d'autres plus fantaisie (Art Nouveau, motifs géométriques...). La Collection 2019 s'inspire quant à elle des années 30.

Des visites sont organisées par l'office du tourisme pendant la période estivale. Pour tout renseignement, contacter sur Internet: www.manufacturecogolin.com.

Lyliane

 

25/02/2019

Campagne couronnée de succès à l'UE...

Voici une excellente nouvelle pour nos rivières et nos océans dont vous pouvez être fiers : l’UE a récemment adopté la loi la plus stricte au monde pour lutter contre la pollution plastique - et mieux encore : les entreprises vont enfin devoir payer pour nettoyer les dégâts dont elles sont responsables!

Les 28 pays européens, y compris le Royaume-Uni, devront interdire une liste entière d'articles en plastique jetable, notamment les assiettes, les couverts et les récipients de nourriture en mousse plastique à partir de 2021. Les pailles en plastique à usage unique seront également interdites, sauf pour les personnes qui en ont besoin, pour des raisons médicales par exemple.

Depuis que la Commission européenne a annoncé son projet de stratégie pour la réduction des déchets plastiques l'an dernier, les membres de SumOfUs en Europe et dans le monde entier ont mené la campagne sans relâche pour que nous puissions aujourd'hui célébrer cette nouvelle.

Des dizaines de milliers de membres de SumOfUs comme vous ont signé nos pétitions à la Commission, aux député-es et aux gouvernements. Les dons de membres de SumOfUs nous ont également permis de diffuser des publicités percutantes en ligne, dans les principaux journaux et dans les grandes villes. Ensemble, nous avons pu commander des sondages d’opinion, créer un site web, créer et partager des vidéos et des infographies de campagne sur les médias sociaux, et lancer nos énormes pétitions avec des partenaires de toute l’Europe, générant une couverture médiatique considérable !

Ensemble avec les extraordinaires ONGs partenaires du mouvement BreakFreeFromPlastic et de l’alliance RethinkPlastic, nous avons réuni et adressé une quantité impressionnante de signatures directement aux principaux négociateurs du règlement sur les plastiques : l'Eurodéputée belge Mme Frédérique Ries et la ministre autrichienne de l'Environnement Mme Elisabeth Köstinger.

Mais la campagne contre le plastique n'est pas encore terminée. 

23/02/2019

Connaissez-vous le Pacte Transition?

La

 

 Construisez la ville de demain 
 
Jusqu'au 28 février, faites entendre votre voix en enrichissant les mesures du Pacte pour la Transition !

Impulsé par le Collectif pour une Transition Citoyenne dont fait partie la Nef, le Pacte pour la Transition vise à proposer des mesures concrètes pour construire des communes plus écologiques, solidaires et démocratiques en vue des élections municipales de 2020.


 Faites vos propositions et donnez votre avis sur les idées proposées par les citoyens et les organisations.
Vous pouvez aussi voter pour la proposition de la Nef : "Financer au moins un projet à impact social et environnemental de la collectivité par une source de financement éthique, transparente et citoyenne !"

 
Je contribue au pacte

 

22/02/2019

L'ONU met les pieds dans l'eau... et nous, que pouvons-nous faire?

D'après un article de Mr Pierre Garnier, "la haute mer, qui nous fournit entre autre en protéines et en oxygène, est de plus en plus polluée. Cette immensité est sans législation, et on peut y faire tout et n'importe quoi". L'ONU s'est saisie fin 2018 de ce défi considérable. Face à cette dégradation accélérée de l'état des océans, en effet, l'ONU s'est saisie du problème. La campagne Clean Seas impulsée par ONU Environnement veut inciter les gouvernements à limiter la production de plastique, 20 fois plus forte aujourd'hui qu'il y a 40 ans et à convaincre les citoyens de changer leurs habitudes.

On sait aujourd'hui que 80% des pollutions maritimes proviennent de l'activité humaine réalisée sur la terre ferme. Les conséquences de cette pollution sont multiples: disparition de pratiquement toute vie sous-marine dans des zones privées d'oxygène, prolifération d'algues dues à un excès d'azote, avec leur lot de destruction massive dee poissons et de contamination toxique des produits de la mer, mise en danger d'écosystèmes par l'utilisation intensive de pesticides et autres déjections agricoles... Depuis les années 1950, 90 % des gros poissons ont disparu. D'ici 1950, si rien n'était fait, il y aurait même plus de plastique que de poissons.

Bâtiments de croisières, déversements pétroliers notamment ont des effets destructeurs sur l'environnement marin, touchant la faune et la flore.  Face à cela, des projets de nettoyage sont apparus pour s'attaquer aux gigantesques plaques de déchets flottant sur les océans. Par exemple, Wilson, une barrière flottante en forme de U se déplaçant sur l'action du vent et des vagues pour capturer les objets à la dérive. En 5 ans, Wilson ambitionne de nettoyer la moitié de la zone pacifique entre Hawaï et la Californie.

Un autre projet est celui de Mr Yvan Bourgnon et de l'association The Sea Cleaners. Ils ont construit le "Manta", un bateau conçu pour ramasser 250 tonnes de déchets, et les ramener à terre pour qu'ils soient recyclés. Mais pour certains chercheurs, "l'océan ne serait pas nettoyable". Il serait aussi possible qu'on gère mieux les bassins, qu'on améliore la collecte et la gestion des déchets solides, qu'on réduise la pollution plastique en amont. A l'ONU, un instrument juridiquement contraignant sur la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité marine dans des zones situées au-delà des juridictions nationales est recherché à travers une conférence réunie en septembre 2018.

A notre niveau, continuons à bannir les plastiques à usage unique comme l'UE vient de le faire, éliminons les microbilles dans les cosmétique et réclamons l'invention de nouveaux matériaux biodégradables. En tant que citoyens, nous pouvons déja nous mobiliser pour nettoyer les plages, les ports, les rivières! En bref, continuons l'effort pour refuser, réduire, réutiliser et recycler! Et soutenons notamment les avis de Mme Maria-Luiza Pedrotti, chercheuse au CNRS  du Laboratoire d'océanographie de Villefranche sur mer, qui affirme que "les vraies solutions sont à terre".

Lyliane

21/02/2019

Alerte Philippines : La célèbre journaliste Maria Ressa arrêtée !

C'est avec une grande inquiétude que nous vous annonçons l’arrestation de la célèbre journaliste Maria Ressa aujourd’hui à Manille.
 
Elle est aujourd’hui victime d’un acharnement judiciaire et va devoir passer la nuit en prison. Son arrestation a eu lieu en fin de journée ce mercredi 13 février dans les locaux de son site indépendant d’information Rappler par des officiers du Bureau National d’Investigation philippin (NBI) pour diffamation en ligne.

L’équipe de Reporters sans frontières (RSF) est entièrement mobilisée pour obtenir sa libération et a saisit le secrétaire général des Nations unies en lui demandant d’intervenir au plus vite pour mettre un terme à cet harcèlement. La cour qui jugera cette affaire doit abandonner toutes les charges qui visent Maria Ressa et Rappler !
 
Reporters sans frontières
 
 

19/02/2019

Comment reconquérir nos services publics et répondre à la crise sociale profonde actuelle?

La Convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics se définit comme "un réseau citoyen fondé sur des collectifs locaux, qui rassemble un double triptyque: usagers, personnels et élus d'une part, et organisations associatives, politiques et syndicales, dont la FSU, d'autre part, Mr Michel Jallamion, Président de la Convergence, nous livre son analyse et les propositions du collectif pour répondre à la profonde crise sociale actuelle".

La Convergence est née en 2005 suite à la grande manifestation pour les services publics à Guéret. La fermeture des trésoreries avait été le révélateur de l'abandon de toute politique d'aménagement du territoire, écrit Mme Véronique Ponvert dans l'US Magazine. Le démantèlement des services publics et les privatisations, en effet, avaient eu lieu depuis 10 ans: des écoles, des gares, des maternités, des hôpitaux, des bureaux de poste ruraux ne cessaient de fermer. Des collectifs se sont alors constitués pour tenter de modifier la politique nationale.

Pourtant, les services publics sont des vecteurs d'égalité et garantissent l'effectivité des droits. L'usager n'est pas "un client"! La politique d'austérité  nationale masquerait, semble-t-il, les véritables questions. La privatisation aurait permis notamment aux capitaux de s'accaparer les profits d'investissements publics centenaires, en laissant les parties non rentables à la charge de la collectivité. Les collectifs font la différence entre l'éducation, qui doit rester nationale et la gestion de l'eau, qui peut tout à fait être locale... Pour le logement, il devrait par exemple, selon les collectifs, y avoir un service public national sans empêcher les collectivités d'agir via leurs bailleurs sociaux. On pourrait aussi faire plus de place aux usagers, aux personnels et aux élus locaux, s'occuper des besoins de formation.

Actuellement, le projet du gouvernement à travers AP 22 ne risquerait-il pas de remettre en cause le principe des services publics, se demande la journaliste. Aussi, la Convergence propose de multiplier dans cette période les implantations des collectifs locaux pour mener avec usagers-personnels-élus, organisations syndicales-associatives-politiques, des débats publics pour réinsister sur la justice fiscale et sur le financement des services publics. Il faudrait "que chacun reçoive en fonction de ses besoins". Les services publics devraient de ce fait être les mêmes sur l'ensemble du territoire. Il manquerait actuellement des services publics nouveaux comme le logement, la petite enfance, l'informatique, l'eau, la téléphonie, l'environnement, l'égalité femmes-hommes, la nourriture... et renforcer les services existants: poste, rail, inspection du travail, énergie, éducation. A nous donc de réfléchir à la reconquête des services publics sur tout le territoire et de passer à la contre-offensive, propose La Convergence!

Pour en savoir plus, contacter:

https://www.convergence-sp.fr
 
Lyliane
 
 

 

Des plateformes dédiées aux projets ESS...

Les plateformes de financement participatif sont une véritable alternative au financement traditionnel des banques et des investisseurs privés. Ils sont simples et moins coûteux et favorisent le lien social, la proximité. Ils permettent notamment de s'adresser directement au financeur.  C'est donc tout naturellement, écrit un journaliste de la MGEN, mutuelle des personnels enseignants, que certaines plateformes de crowdfunding se sont spécialisées dans le soutien aux projets de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS) ou d'intérêt général.

Par exemple, sur son site Internet, l'Avise (portail de développement de l'ESS, partenaire de nombreux acteurs du secteur) en présente quelques-unes, parmi lesquelles Arizuka, le premier site de crowdfunding entièremennt dédié à l'intérêt général, Bulber, qui encourage les initiatives de solidarité internationale, la plateforme Prêt de chez moi, mise en place par la coopérative financière La Nef pour le financement de projets en Rhône-Alpes ou encore Graine de Start, qui se concentre quant à elle sur des projets bourguignons d'utilité sociale.

On peut citer également 1001pact.com, première plateforme d'investissement participatif dédiée au financement de l'entrepreneuriat social et des entreprises de l'ESS, et Wedogood.co, spécialisée dans les projets à fort impact sociétal. Toutefois, même s'il s'est construit en réaction à la toute-puissance du système bancaire, le financement participatif semble, lui aussi, avoir sa part d'ombre. Dans un rapport de février 2017, l'UFC Que Choisir dénonce les promesses de rendements surestimées de certaines plateformes, parmi lesquelles Lendix ou Unilend, les leaders du prêt aux PME. Prudence donc!

Lyliane

17/02/2019

Des drones au service de l'environnement pour lutter contre la pollution...

Un drone décolle lentement au-dessus des champs enneigés de Strasbourg, accompagné d'une multitude de capteurs. C'est un véritable laboratoire miniature qui s'élève dans les airs: grâce à ces fameux capteurs dont il est équipé, ce drone peut mesurer le nombre de particules présentes dans l'air, partout où il passe.


Remonter jusqu'à la source de la pollution
L’association de contrôle de qualité de l’air ATMO Grand Est s’est procurée certains de ses prototypes, élaborées par une entreprise spécialisée dans cette technologie. Grâce aux appareils, ATMO Grand Est effectue actuellement des tests dans la région
L'air va pénétrer par cette entrée, cette petite cheminée, va traverser un tuyau, une chambre optique, un laser va traverser cette chambre optique, deux diodes vont récolter l'information, qui va être traité", explique Jean Allain au micro de BFMTV.


Moins encombrants que les moyens habituels, les drones permettent aussi de remonter jusqu'à la source de la pollution. Sur un site industriel ou près d'un axe routier, le vent se charge en particules et l'appareil capte ces variations.
"Les mesures actuelles se font avec du matériel lourd et précis"
"Avec un système de rideau, on peut savoir les particules qui rentrent, les particules qui sortent, dans une situation de constante. Ça peut donner des renseignements très intéressants, sur ce que l'on estime être polluant, est-ce que ça vient d'ici… On pourra remonter, grâce au drone, à la source", poursuit-il.


En cette période hivernale, deux sources de pollution ont été mesurées: le chauffage domestique et l'activité industrielle.

Benjamin Cunéo avec Liv Audigane - BFMTV - jeudi 7 février 2019

14/02/2019

Agir en faveur du bien-être animal...

 
CIWF France
Celles et ceux qui agissent pour les animaux
Bonjour 
Pour commencer cette année, nous mettons en lumière un homme et une femme, investis chacun à leur manière pour le bien-être animal.
Lui, est éleveur. Il nous a fait découvrir son élevage de porcs plein air. Aujourd’hui moins de 1% de la production de porcs en France est en plein-air. C’est pour que les élevages alternatifs deviennent la norme et non l’exception que CIWF souhaite les mettre en lumière. 
Elle, est directrice de CIWF France depuis près de 10 ans maintenant. Pour que vous en sachiez un peu plus sur son parcours, ses aspirations, ses convictions, nous lui avons posé 3 questions.
 
Partout en France des hommes et des femmes œuvrent pour d’autres modes d’élevage que l’élevage industriel. CIWF les y encourage. En tant que consommateur, en tant que citoyen, nous pouvons aussi faire beaucoup. Il nous faut réduire nos consommations de viandes, œufs et produits laitiers et favoriser des achats plus respectueux des animaux, des êtres humains et de notre planète. Nous pouvons aussi agir pour faire changer les lois : si vous ne l’avez déjà fait, signez l’Initiative citoyenne européenne contre l’élevage en cage.
Rencontre avec un éleveur de porcs plein air

 Selon CIWF

Des avancées et des défis pour l'environnement partout dans le monde avec le WWF...

L'Association WWF nous fait part "des actions concrètes menées  pour protéger les espèces et les espaces et pour mieux répondre à l'urgence climatique dans le courant de l'année 2018". En Australie par exemple le chat marsupial a pu être réintroduit  dans son milieu naturel (Baie de Jervis) et l'espoir de voir la population augmenter est devenu vivant. En Amazonie, le Parc de Chinbiquete abritant une forêt tropicale au Sud-Est de la Colombie s'est agrandi de 1,5 millions d'ha et il a été classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. En Sibérie, la Russie a annoncé la création de la plus grande réserve terrestre et marine du pays à Sakha. "De quoi réjouir les phoques barbus, les bélugas, les morses Laptev, les ours polaires et bien sûr les communautés des îles de la Nouvelle Sibérie Polynya et de l'Arctique russe"!

En Nouvelle Calédonie, une protection accrue du Parc naturel de la Mer de Corail  a été annoncée avec 200 000 à 400 000 km2 supplémentaires mis à l'abri. En Afrique, un recensement de gorilles et chimpanzés s'est révélé "meilleur que prévu". Le WWF lutte en effet contre le braconnage et essaie de promouvoir l'extension des zones protégées et d'une exploitation responsable de la forêt. Quant à l'Espagne, elle a annoncé en août 2018 la création d'une nouvelle aire marine protégée de 1 350 km s'étendant sur une surface de 46 385 km2 au large des côtes. Le combat pour la planète avance doucement, mais il y a des résultats à cet effort continu.

Pour 2019, le WWF pense qu'il faudrait notamment "augmenter la part d'alimentation bio produite en France, en luttant contre les pesticides et en encourageant la reconversion des agriculteurs par du soutien financier et technique". La pollution plastique reste une menace globale et mondiale. Chaque citoyen est invité à en réduire sa consommation (produits jetables à usage unique, emballages superflus) et à réclamer le recyclage des plastiques utilisés. Les gouvernements sont tous appelés à limiter le réchauffement climatique en dessous de 2° C et à mettre en place de façon urgente une transition énergétique et écologique concrète dans nos sociétés.

La mobilisation est générale, rappelle le WWF puisqu'elle implique 188 pays et territoires du monde entier. Plus de 4000 bénévoles oeuvrent aux côtés de cette ONG et 200 000 donateurs la soutiennent. Par exemple, la pétition lancée en avril 2018 contre le projet de mine d'or en Guyane a recueilli 110 000 signatures. En outre, il est possible de télécharger l'application du WWF pour changer notre manière de consommer. Enfin, le rapport Planète vivante 2018 du WWF faisant le bilan de l'état de la biodiversité a été repris par les médias et a touché jusqu'aux réseaux sociaux. Une e-boutique du WWF permet même de commander des produits responsables.

Pour soutenir ou aller plus loin avec le WWF, retrouvez l'ONG sur le site: www.wwf.fr.

Lyliane

11/02/2019

Un refuge pour les familles de détenus...

A Toul, écrit Mme Elise Descamps dans le Journal La Croix du 14/12/2018, depuis 1994, une Association nommée l'Arche accueille les familles des personnes incarcérées aux centres de détention pour hommes de Toul et d'Ecrouves. Pour 11 euros par nuit par adulte et 5,50 euros par enfant, en effet, une cinquantaine de familles fréquentent la maison d'accueil chaque année. Une trentaine de bénévoles se relaient jour et nuit, font le taxi avec la gare et les prisons et partagent joies et peines. Car pour chacune et chacun des souffrances partagées dans une vie communautaire semblent plus légères.

Il a semblé important, en effet, de maintenir des liens familiaux pendant la détention. Il existe en France 154 maisons similaires dont 29 proposent un hébergement de nuit. Ces structures associatives complètent les 156 unités de vie familiale dont disposent 48 établissements pénitentiaires français. Etant donné que la maison touloise de l'Arche est occupée essentiellement le week end, en semaine elle héberge soit des pèlerins en route vers Compostelle, soit des rencontres avec des parents pour des enfants placés à l'Aide Sociale.

A l'Arche de Toul, personne ne juge personne. On cherche plutôt à se changer les idées, avant ou après des parloirs. On s'inquiète aussi des démarches de sortie des proches incarcérés et on échange des informations à ce sujet. Mais il faut savoir que l'Arche a besoin de dons et de bénévoles. Pour toute proposition, s'adresser à  l'Union nationale des fédérations régionales des maisons d'accueil des familles de détenus ou UFRAMA. Pour cela contacter par Internet: www.uframa.org.

Lyliane

Coiffer bénévolement ceux qui vivent dans la rue...

Mme Coralie Bonnefoy raconte dans le journal La Croix du 23/11/2018, pourquoi elle est allée interviewer Mr Kevin Ortega, âgé de 29 ans et habitant Aubagne (13). Ce jeune homme, en effet, durant ses jours de congés parcourt les rues d'Aubagne, de Marseille, Toulon, Aix ou La Ciotat, pour coiffer et tailler la barbe des sans-abri. Il baptise cette action:"Coiff in the street". Entre avril et juin, il a coiffé environ 500 personnes.

Cela a permis à Mr Ortega de toucher du doigt la pauvreté qui frappe notre pays et de prendre du recul sur la vie. Il sait désormais où retrouver les SDF et a établi un lien social avec eux. Lui-même a été inspiré par la vidéo d'un coiffeur qui fait quelque chose de similaire en Angleterre. Il espère que son exemple fera tache d'huile dans notre pays.

Pour toute information, contacter sur facebook: www.facebook.com/coiffinthestreet/

Lyliane