Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2017

Lutter contre les inégalités partout dans le monde...

Selon des rapports internationaux comme le rapport Oxlam 2016, le monde n'a jamais produit autant de richesses et jamais celles-ci n'ont été concentrées en si peu de mains, tandis que les inégalités n'ont jamais été aussi fortes! Les 1% les plus riches détiennent 48% des richesses mondiales, bientôt 50% au rythme de progression actuelle, écrit un journaliste de la Lettre de Solidarité Laïque. Aucun pays en effet n'échappe à l'augmentation de l'écart entre les riches et les pauvres. Et l'alarme ne date pas d'hier, puisque cette tendance a été lancée dès 2006 par l'OCDE  et le FMI.

Cette hausse des inégalités n'est pas soutenable sur un plan économique comme sur un plan moral. Elle constitue un frein à la croissance (fraude fiscale...) et nourrit un sentiment d'injustice menaçant nos démocraties. Heureusement, depuis 2015, les Objectifs du Développement Durable (ODD) ont pris en considération ces éléments pour aller vers un développement humain pour tous à l'horizon 2030. Parmi les 17 ODD (tous indépendants), "quatre objectifs relèvent de cette ambition de réduire la fracture égalitaire: éliminer la pauvreté(ODD1), éduquer (ODD4) et réduire les inégalités (ODD10) en agissant sur le pilotage public pour l'Etat de droits, la bonne gouvernance et des institutions efficaces (ODD16)".

Aussi la réflexion sur les "Communs" en Droit International telle la notion de partage des richesses, de redistribution, d'universalité, interroge toute la société en profondeur. La finitude possible à court terme de la propriété et de l'usage des ressources (eau, minerais, pétrole...) nourrit notamment cette prise de conscience. Ce changement fondamental renvoie aussi à la non-marchandisation de fonctions sociales constitutives des droits en matière économique, sociale, de santé, de culture et d'éducation.

En France, Solidarité Laïque soutient le départ en vacances des familles démunies, anime des sujets de citoyenneté  vers des publics fragilisés et des échanges culturels pour sortir des jeunes de leur isolement... A l'international, d'autres priorités sont données en soutien à des micro-projets dans plus de 20 pays. Sur le site Internet de www.solidarite-laique.org, vous pourrez notamment lire l'excellent dossier concernant la Tunisie où l'éducation, la formation et l'insertion sont de nos jours des enjeux démocratiques. Sur www.rentreesolidaire.org, il est également possible de soutenir ces actions par un don contre un reçu fiscal permettant une déduction d'impôts de 66%.

Lyliane

13/08/2017

A propos de la revalorisation de l'allocation adulte handicapé...

 
par éric MICHIELS · 135 202 signataires
MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

Monsieur le Président, on dit que quand vous voulez vous pouvez...

 
éric MICHIELS
France
 

6 AOÛT 2017 — Nous sommes 135.000 aujourd'hui 150.000 demain et 200.000 si il le faut !
Nous ne pouvons plus survivre sous le seuil de pauvreté, nous sommes des Personnes handicapées, vous parlez d'inclusion parce qu'il y a eu une exclusion, un abandon sur le bord de la route de l'évolution de notre société.
Aujourd'hui nous réclamons notre place dans notre société qui est la même que celle de tous, il n'y a pas d'exclusions ou d'inclusions, il y a une volonté de vouloir nous soutenir.

Ce soutien, cette priorité du gouvernement doit consister :

Revaloriser l'AAH au moins à hauteur du seuil de pauvreté, sans oublier de relever les plafonds des quelques acquis sociaux comme l'ACS puisque nous n'avons pas droit à la CMU malgré la comparaison avec le RSA de Mme Cluzel, comme le plafond des APL même si nous perdons 5 euros parce que comme tout le monde nous faisons l'effort pour la France, nous ne voulons pas demander l'aumône Monsieur le Président, nous voulons simplement pouvoir vivre, il est déjà difficile de vivre avec un ou des handicaps, qu'ils soient physiques ou psychiques, il faut vivre avec au quotidien avec tous les inconvénients que cela apporte dans une vie, alors oui nous voulons un soutien financier parce que nous ne pouvons pas travailler à cause de ces handicaps, ou parce que les efforts pour créer des emplois adaptés ne sont pas assez nombreux !

Nous voulons aussi que les revenus du conjoint(e) ou du foyer fiscal soient déconnectés de nos revenus dans le calcul du montant de notre allocation !

Aucun patron ne prend en compte le revenu du conjoint(e) pour calculer un salaire, nous nous ne pouvons plus ou pas avoir de salaire, nous avons l'AAH qui aujourd'hui est à 810 euros par mois avec les 100 euros que vous avez promis elle sera à 910 euros par mois, cela ne suffit pas pour sortir du seuil de pauvreté hors vous dîtes :
"il n'est pas acceptable aujourd'hui, qu'en France, il y ait des gens qui soient placés sous le seuil de pauvreté du fait de situations qu'ils leur sont imposées"
ceux sont vos propres mots M le Président, que proposez-vous pour que cela devienne acceptable ? vous savez défendre vos convictions, vous savez obtenir ce que vous voulez, alors faîtes de même pour nous ! 

Nous ne pouvons et ne voulons plus survivre, les Personnes handicapées, mais aussi les aidant et les soignant ne peuvent plus fermer les yeux et faire des efforts impossibles

Ensemble nous voulons être entendu, nous voulons des solutions, des propositions, des actes pour remplacer les paroles et les belles promesses

11/08/2017

Les 90 jours qui viennent, les femmes sont en sécurité dans toute l'Europe...

Passer au contenu principal
 
@AgnesBuzyn Retrait d'Essure : dispositif médical de contraception permanente dangereux pour la santé.
par Marielle KLEIN · 77 807 signataires
MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

 

Marielle KLEIN
France

4 AOÛT 2017 — Le marquage CE de l’implant Essure est suspendu pour 3 mois

04/08/2017

Essure est un dispositif médical implantable de stérilisation définitive commercialisé par la société Bayer Pharma AG.

L'ANSM a été informée ce jour que ce dispositif faisait désormais l'objet d'une suspension temporaire de son marquage CE par l'organisme notifié irlandais NSAI1 , dans le cadre de sa procédure de renouvellement. Cette suspension prend effet à compter du 3 août 2017 pour une période de 90 jours, soit jusqu'au 2 novembre 2017.

Au vu de cette information, le dispositif Essure ne peut plus être mis sur le marché en France et en Europe durant la période de suspension temporaire du marquage CE. L’ANSM a demandé à la société Bayer Pharma AG de procéder au rappel des produits en stock auprès de tous les établissements de santé susceptibles de les détenir. En conséquence, il est demandé par mesure de précaution de ne plus implanter dès à présent le dispositif médical Essure.

Dans ce contexte, l’ANSM invite les femmes actuellement en attente d’une implantation par cette méthode de stérilisation définitive à se rapprocher de leur gynécologue pour envisager, en concertation, l’alternative la plus appropriée, sur la base d’une information complète relative aux moyens de contraception disponibles et leurs éventuels effets indésirables.

En ce qui concerne les femmes porteuses d’un implant Essure, l’ANSM rappelle l’avis du comité d’experts qu’elle a réuni le 19 avril 2017. Ce dernier a conclu que les données de la littérature, de la surveillance et les résultats de l’étude épidémiologique, portant sur plus de 100 000 femmes, ne remettaient pas en cause la balance bénéfice/ risque de cet implant.

Le comité d’experts rappelle également que les femmes présentant des symptômes doivent consulter leur médecin pour ne pas méconnaître une pathologie sous-jacente. En l’absence d’un tel diagnostic, l’intérêt d’un retrait peut être envisagé entre la femme concernée et le médecin. Pour les femmes qui n’ont pas de symptômes, qui représentent l’immense majorité des femmes porteuses de l’implant Essure, il n’y a aucun argument à ce jour pour conseiller le retrait.

L’ANSM considère que la décision de suspension temporaire de 3 mois du marquage CE prise par l’organisme notifié n’est pas de nature à remettre en cause à ce stade les recommandations du comité d’experts relatives à la prise en charge des femmes porteuses d’un implant Essure.

L’ANSM poursuit ses travaux en étroite collaboration avec les représentants associatifs, les professionnels de santé et les différents acteurs institutionnels concernés.

L’ANSM rappelle que les professionnels de santé ont l’obligation de signaler tout incident ou risque d’incident grave lié à l’utilisation d’un dispositif médical. 

Par ailleurs, les patients ont la possibilité de faire eux-mêmes un signalement qui sera pris en compte. 

Pour plus d’information : http://ansm.sante.fr/Declarer-un-effet-indesirable/Commen... 

***
Pendant ces 3 mois d'application du principe de précaution nous continuons notre travail pour que cette suspension devienne définitive. 

Merci pour votre soutien à tous, continuez de faire circuler cette pétition, des femmes sont encore dans l’ignorance et ne font pas le lien entre la dégradation de leur état de santé et les implants Essure®

Marielle.

 

LE CESE (Conseil Economique Social et Environnemental) accepte de tenir compte des pétitions...

La nouvelle est tombée la semaine dernière : vos pétitions vont enfin être prises en compte officiellement par les plus hautes autorités de l'Etat.

Dans une interview donnée au Parisien, le président du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) a annoncé qu'il allait s'auto-saisir des pétitions lancées sur Change.org.

Concrètement, lorsque des pétitions sur Change.org prendront de l'ampleur, le CESE les étudiera, prendra contact avec les initiateurs de ces campagnes et proposera au gouvernement des projets de loi en réponse à ces pétitions.

C'est une immense reconnaissance de la parole citoyenne et de la légitimité des pétitions en ligne que vous êtes des millions à signer chaque jour.

Depuis dès mois, nous travaillions avec le CESE pour aboutir à cette issue qui va permettre une plus grande démocratie et une meilleure prise en compte des mobilisations citoyennes.

Nous sommes très heureux qu'enfin, les citoyens comme vous soient considérés lorsqu'ils s'organisent en ligne.

En effet, nous pensons que chacun a le droit de s'exprimer. Et les pétitions en ligne permettent au plus grand nombre de participer, incluant dans le dialogue politique des personnes qui ne peuvent se déplacer parce qu'elles habitent en zone rurales, qu'elles sont invalides ou encore parce que leurs obligations familiales ne le leur permet pas.

Cela signifie aussi que c'est le moment ou jamais de redoubler d'efforts pour que vos pétitions soient étudiées par le CESE. Nous allons continuer notre travail avec cet organisme pour que de plus en plus de pétitions soient étudiées.

Nous ne pourrons pas réussir ce défi sans vous. Continuez à signer et lancer des pétitions qui vous tiennent à coeur. Vous pouvez aussi devenir "Soutien de Change.org" en contribuant de quelques euros chaque mois, pour que notre plateforme reste gratuite et ouverte à tous.

Cliquez ici pour devenir Soutien de Change.org

Après 5 ans de travail avec vous, nos efforts commencent à payer leurs fruits pour une démocratie transparente et accessible à toutes et tous,

Merci d'agir pour ce changement,

Sarah et toute l'équipe de Change.org

PS : Pour lire l'article du Parisien, c'est ici

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Page Google+ associée
Photo du profil de Change.org
Change.org
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

10/08/2017

Pétition pour soutenir une victime de viol sur change.org...

 
 
 
 
 
       
 
 
 
Adressée à Mr François Lales
#JeSuisAnna - Mon violeur toujours dehors et non jugé après 6 ans de procédure.
 

Pétition de Hélène RICHER

 5 394 
Signataires

 
Signez la pétition de Hélène RICHER
 

Je m'appelle Anna (nom d'auteure), je suis forte et invincible. Mais si vous regardez d'un peu plus près, vous pouvez apercevoir une faille, deux failles, des dizaines de failles. 

Il y a 6 ans, ma vie a basculé dans l'horreur. 
Un viol, un enfermement, personne pour me secourir.


Malgré les preuves (identification de l'auteur grâce à l'ADN et de ses aveux du non consentement de ma part), mon agresseur est toujours en liberté, mène une vie paisible, s'est marié et travaille.


Et de mon côté ? Quatre ans après l'agression, j'ai subi un syndrome de stress post traumatique. Du jour au lendemain je ne pouvais plus rester seule, je ne pouvais plus m'éloigner de chez moi, je ne pouvais plus manger normalement, je rêvais toutes les nuits de mon agression et je me sentais en danger partout, pensant que personne ne viendrait me secourir si un problème survenait. Depuis presque un an et demi, je me bats contre l'agoraphobie, les peurs inexpliquées, les blocages...


Le procès aux Assises devrait se tenir en 2018, mais au point où j'en suis maintenant, il arrive trop tard. La justice m'a laissée tomber, a permis à mon agresseur de détruire ma vie même une fois l'acte commis et je croise sa route plusieurs fois par mois.


Jamais je n'ai cessé le combat, jamais je n'ai pu me résigner à m'effondrer, j'ai écrit un roman, j'ai mené des projets solidaires. Je ne suis pas à terre mais je frôle le sol depuis un an et demi.


À tous ceux et toutes celles qui sont révoltés par ce système qui protège les agresseurs et qui laisse sur le bas côté des victimes qui ne cessent de se battre malgré tout. À vous tous qui savez que la solidarité et les partages sur les réseaux sociaux peuvent faire bouger une telle injustice. Merci de partager et de signer afin que mon histoire parvienne à sensibiliser l'opinion publique et surtout Le Tribunal de Caen. Si je me montre aujourd'hui c'est que je suis à bout de souffle, obligée de survivre au quotidien à cause d'un homme qui court encore tous les jours dans les rues de ma ville.


Le parquet de Caen avait 13 mois de retard pour transmettre son avis au juge Lalès. Grâce à la pétition, le parquet a rendu son avis et a décidé d'envoyer mon agresseur devant les Assises.


Le juge Lalès avait alors un mois pour donner à son tour son avis et confirmer les Assises. Mais deux mois et demi se sont écoulés malgré les interventions de mon avocate qui insistait auprès de lui sur l'urgence de la situation et la gravité de mon état.


J'aurais pu espérer voir mon agresseur aux Assises en décembre 2017 ou mars 2018, mais avec ce retard, combien de temps vais-je devoir souffrir encore? D'autant que mon agresseur n'a pas respecté son contrôle judiciaire et est venu à quatre reprises travailler dans mon immeuble. Malgré ma détresse face à cette situation et mes signalements, il aura fallu attendre que le juge Lalès parte en congés pour que la juge "de garde" rappelle à mon agresseur ses obligations et envoie enfin le contrôle judiciaire au commissariat de ma ville, qui n'avait jamais reçu le document depuis avril 2014 !


Ce que je souhaite obtenir aujourd'hui avec cette pétition, c'est que le juge Lalès rende son avis et qu'on me donne enfin une date de procès, après presque 6 ans de procédure.


     Merci de signer, soutenir et partager cette pétition.


#JeSuisAnna


Hélène Richer

 
Signez la pétition de Hélène RICHER
 

 
 
 
 
 
 
 

Reconnaître le rôle des femmes...

Dans le Journal publié par Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (A.V.S.F.), MMe Katia Roesch, chargée de programme"Agriculture paysanne", souligne l'émancipation et le rôle des femmes rurales partout dans le monde. Même si ce rôle est encore peu reconnu, la contribution des femmes au développement de l'agriculture et leur place au sein du foyer concernant la sécurité alimentaire est évident.

Elles produisent en effet "60 à 80% des aliments dans la plupart des pays en développement et sont responsables de la moitié de la production alimentaire mondiale selon la FAO Women and Population Division". Leur participation aux activités agricoles est essentielle pour les familles (semis, désherbage, fertilisation, récoltes de riz, blé, maïs). Elles gèrent les potagers familiaux, la consommation d'eau, la gestion des troupeaux, la transformation et la commercialisation des produits.

Toutefois, dans certains pays (Amérique Centrale,Mali, Sénégal, Togo) les inégalités d'accès et de contrôle entre les femmes et les hommes en milieu rural, sur les ressources naturelles, les crédits et la formation subsistent. Car, souvent, le travail quotidien des femmes n'est pas rémunéré. S'affirmer socialement dans ces conditions n'est pas évident. Un programme d'AVSF  avec 66% de femmes les forme sur leurs droits économiques et sociaux(mariage civil, héritages etc...).

Pour en savoir davantage sur ce sujet, consulter sur Internet le site: wwwavsf.org.

Lyliane

08/08/2017

Solidarité avec les solidaires : appel à financement participatif!


 
 
SOLIDARITÉ AVEC LES SOLIDAIRES !
par Accueil RÉFUGIÉS · 25 977 signataires
MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

Campagne de financement participatif - Message de Cédric Herrou

Accueil RÉFUGIÉS
France

7 AOÛT 2017 — Bonjour,
L'hiver dernier a été très difficile et il est urgent de créer des structures pour protéger les demandeurs d'asile du froid et des intempéries. 
Il est aussi nécessaire d'améliorer les conditions sanitaires (toilettes, douches, accès à l'eau).
Avec les personnes qui vivent chez moi nous avons décidé de lancer une cagnotte afin de financer tous ces travaux :
https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-les-refugies-de-l...
Pour tout cela j'ai besoin de votre soutien. Si vous pouvez diffuser la cagnotte au maximum.
Je vous remercie d'avance.
Cédric Herrou

 

07/08/2017

Redynamiser les campagnes...

La Revue Chemins de Terre de juin 2017, journal d'information de l'organisation Terre de Liens, consacre son numéro spécial de juin 2017 à faire un bilan sur l'implantation des fermes dans notre pays. Pour ceux qui l'ignoreraient, Terre de Liens a été crée en 2003 avec l'association nationale. Toutefois les acquisitions collectives de fermes n'ont commencé qu'en 2007, un mois après la création de La Foncière.

A partir de là, depuis 10 ans, l'esprit a un peu évolué. Au départ, les caractères "bio" et "paysan"des projets agricoles étaient les seuls critères de choix. Aujourd'hui, suite à des sollicitations, l'association acquiert aussi des maisons sans terres, des collectifs de paysans et soutient aussi bien des projets d'écotourisme que de maintien des paysans sur leurs terres.

Le coeur du projet de Terre de Liens est cependant resté le même: acheter collectivement des fermes pour les soustraire à la spéculation foncière, préserver la destination des terres même après changement de propriétaire... Terre de liens se qualifie d'"invention sociale, financière et technique." Ainsi l'usage devient plus important que la propriété!

En France, il faut savoir que 50% des terres sont cultivées par seulement 10% des exploitants et que chaque semaine 200 fermes disparaissent. Il faut donc changer de paradigme pour pérenniser des fermes en difficulté comme à Paluds de Noves (13),  soutenir l'agriculture face à l'étalement urbain comme aux Jonquiers (13), permettre l'accès à la terre comme en Mayenne ou dans l'Isère pour l'installation d'éleveurs.

En conservant aux paysans les terres agricoles, l'Association permet aussi la préservation de l'eau notamment par un partenariat avec des Agences de l'eau... Terre de Liens rétablit également l'équilibre culture/nature en protégeant les oiseaux, les espaces inondés, en reboisant... Des friches retrouvent vie, des municipalités se mobilisent comme à Lacapelle-Cabanac dans le Lot. Les maires de petites communes rurales arrivent en effet à garder des habitants sur place, à Malhaussette par exemple en Lozère...

Pour en savoir davantage sur l'association Terre de Liens, faire un prêt ou un don, contacter sur Internet: www.terredeliens.org .

Lyliane

05/08/2017

Soutien à Mr Cédric Herrou le 8/8/2017.

 
 
 

Accueil RÉFUGIÉS vient de publier une mise à jour sur la pétition «SOLIDARITÉ AVEC LES SOLIDAIRES ! »

Venez soutenir Cédric mardi 8 aout à 8h devant la Cour d’appel d’Aix-en-Provence

Mardi 8 aout à 8h Cour d’appel d’Aix-en-Provence : délibéré du procès en appel de Cédric Herrou. Venez Nombreux ! Le 19 juin l’avocat général a requis huit mois avec sursis, avec limitation à certaines heures de l’autorisation de conduire et confiscation du fourgon acquis par l’association Roya citoyenne pour éviter toute récidive.

02/08/2017

Délit de solidarité, deux mots à dissocier...

 

Sous ce titre, Mr Christophe Cirone dans le journal Nice-Matin du 14/7/2017, nous présente un livre qui vient de paraître aux Editions Don Quichotte. Il s'agit du recueil de nouvelles intitulé:"Ce qu'ils font est juste" cosigné par 26 auteurs comme Mr Enki Bilal, Mr Philippe Claudel, Mme Nathalie Kuperman... Mme Béatrice Vallaeys, ex-journaliste à Libération a coordonné cet ouvrage inspiré par "ces bénévoles poursuivis par la justice pour être venus en aide aux migrants, notamment dans la Vallée de la Roya". La couverture de ce livre a été dessinée par Mr Enki Bilal.

Selon la journaliste interviewée, "ces gens qui en aident d'autres à ne pas mourir sont de vrais résistants". Ils sont punis en vertu d'une ordonnance de 1938 pour délit d'hospitalité et de solidarité! Elle préfère pour sa part les qualifier de "justes". En fait, après recherches au sujet de cette ordonnance, elle a découvert qu'elle a été prise par Mr Dalladier à une époque où les juifs fuyaient le nazisme et les espagnols le franquisme. Il semblait au régime de Vichy qu'il fallait punir les nombreux "aidants". Cette ordonnance a beaucoup servi pendant la guerre et l'occupation allemande... En 1945, le Conseil National de la Résistance en a fait une loi. Il nous faut donc réaliser que la France n'est pas vraiment une terre d'asile!

Les magistrats, certes, ne font qu'appliquer la loi en la déclinant au cas par cas. Pour Mr Cédric Herrou et les autres bénévoles de l'Association Roya Citoyenne, "ils font ce que l'Etat ne fait pas." C'est en effet à leurs yeux un problème humanitaire de soigner, vêtir, nourrir et abriter ces jeunes soudanais, libyens, érythréens... fuyant l'enrôlement forcé, la guerre et la famine. Ils réclament la suppression des alinéas 4 et 6 de l'article de loi L 62261, afin de ne punir que les véritables passeurs, qui eux se mettent beaucoup d'argent dans la poche à cette occasion... 

Le livre publié a "vocation à être lu dans les hautes sphères du pouvoir et pris en compte par la Commission Européenne". Selon le Président de la République Mr Emmanuel Macron lui-même "c'est notre droit et notre devoir d'accueillir les réfugiés". Changer cette loi , écrit le journaliste, ne changera rien à la vie des Français. Par contre, cela changera un peu la vie de ces étrangers.

Cet ouvrage de 336 pages est vendu au prix de 18 euros sur Internet et dans toutes les librairies.

Lyliane

30/07/2017

Copain du monde, afin de donner aux jeunes le goût de la paix.

En parcourant la revue du Secours Populaire que je reçois régulièrement, j'ai découvert l'initiative que cette Association a lancée entre le 25 mai et le 28/10/2017. Pendant cette période, 33 villages Copains du Monde(14 en france et 19 à l'étranger) accueillent des milliers d'enfants «pour partager des expériences faisant la part belle à l'autre, à l'entraide, à des visites, des collectes et des activités ludiques.»

Ces jeunes, qui parfois viennent de pays en guerre ou frappés par une grande pauvreté, sont accueillis pour les uns à 40km d'Athènes dans un club de vacances en pleine nature, pour d'autres au bord du lac de Werbellin près de Berlin, au Moyen-Orient, au Liban, à Madagascar et pour la France: en Ardèche (Meyras) ou sur l'île d'Oléron... Un partenariat avec l'armée par exemple leur permettra des visites inédites près de Rochefort.

Ces villages incarnent «l'esprit de Copain du Monde», ce mouvement du Secours Populaire né il y a 25 ans, où des enfants apprennent à s'aimer et à perpétuer chez eux la chaîne de solidarité. Ces jeunes construiront ensemble un monde de paix et d'amitié entre les peuples, n'en doutons pas!

Pour en savoir davantage, consulter sur Internet: www.secourspopulaire.fr.

Lyliane

27/07/2017

Victoire pour les océans!

 

Victoire ! Le géant mondial du thon en boîte recule face à la pression citoyenne

Il aura fallu deux ans de campagne, de travail sans relâche, d'actions de terrain, et près de 700 000 signatures récoltées à travers le monde, pour convaincre Thai Union, le géant mondial des produits de la mer, de prendre ses responsabilités pour la préservation des océans et le droit des travailleurs.

Le groupe Thai Union, maison-mère de Petit Navire et de ses marques sœurs (John West, Chicken of the Sea, Mareblu, et Sealect), s’est enfin engagé à prendre des mesures qui permettront de réduire significativement l’utilisation des dispositifs de concentration de poissons (DCP), de protéger celles et ceux qui travaillent sur les bateaux de fournisseurs, et de renforcer le soutien du groupe pour le développement d’une pêche durable.

C’est un virage à 180° qui envoie un signal fort à toute l’industrie de la pêche, démontrant qu’il est possible de faire mieux pour la protection des océans et des travailleurs de la mer.

Deux ans de campagne, deux ans de mobilisation citoyenne

Une boîte de thon sur cinq vendues dans le monde est produite par Thai Union.

Face à ce constat, à la puissance du groupe et à l’impact de ses pratiques sur les écosystèmes marins (Thai Union fait partie des 13 multinationales qui façonnent les écosystèmes marins tant leur empreinte est forte), Greenpeace a décidé de lancer une campagne globale pour transformer la première pêcherie mondiale : l’industrie du thon.

En France, nous avons donc commencé par nous adresser aux plus grandes marques de thon à travers un classement établi en fonction de la méthode de pêche, des espèces ciblées et de la qualité de la politique d’approvisionnement. Petit Navire, marque française du groupe Thai Union et leader national du thon en boîte, est parmi les mauvais élèves.

Pendant deux ans, partout dans le monde, Greenpeace s’est attachée à rendre visible les mauvaises pratiques des marques nationales de Thai Union, mettant en lumières l’exploitation des travailleurs et les pratiques de pêche destructrices employées dans une recherche constante de profits.

En France, vous avez été plus de 140 000 à écrire au PDG de Petit Navire pour lui demander de prendre ses responsabilités en adoptant des méthodes de pêche durables.

En merà terredans les rayons des supermarchés, lors des conférences réunissant les acteurs de l’industrie de la pêche, devant le siège de Petit Navire, des milliers de personnes se sont mobilisées et ont rejoint notre campagne. Ensemble, nous avons poussé les entreprises approvisionnées par Thai Union à vendre de meilleurs produits et à s’engager dans une politique respectueuse des travailleurs et de nos océans.

Des changements en mer et dans les boîtes de thon

Grâce à la pression croissante de la société civile, Thai Union va mettre en place dès maintenant des changements significatifs au niveau mondial.

En 2014, lorsque nous avons commencé à discuter avec Petit Navire, ses responsables ne considéraient même pas que la méthode de pêche était un problème. L’emploi des DCP ne faisait absolument pas partie de leurs préoccupations et ils n’estimaient pas que cela pouvait l’être pour les consommateurs de thon en boîte. Aujourd’hui, Thai Union change son fusil d’épaule : d’ici 2020, l’entreprise va diminuer de moitié environ le recours aux DCP dans sa chaîne d’approvisionnement. Elle va également doubler l’offre de thon pêché sans DCP dans les pays au sein desquels Thai Union et ses filiales sont présentes. Enfin, le groupe va mettre en place un système de traçabilité qui permettra aux consommateurs de vérifier la provenance du thon et la façon dont il a été pêché. Un engagement de cette nature de la part d’un géant comme Thai Union met clairement un coup d’arrêt à la prolifération incontrôlable des DCP.

Par ailleurs, le groupe va également étendre au niveau mondial le moratoire concernant le transbordement en mer. Le transbordement est une pratique consistant à décharger une marchandise d’un navire sur un cargo réfrigéré, ce qui permet aux navires de pêche d’éviter de retourner au port et de maximiser leurs prises. Les nombreuses dérives liées à cette pratique ont conduit à des violations graves des droits humains. Désormais, à moins que les fournisseurs ne remplissent des conditions très strictes permettant d’éviter de telles dérives, à savoir la présence d’observateurs sur l’intégralité des bateaux concernés, les navires fournissant Thai Union n’auront plus recours au transbordement.

Tous les six mois, nous rencontrerons les membres de la direction afin de suivre la mise en œuvre de ces mesures. En 2018, un audit sera effectué par une tierce partie afin d’évaluer l’avancée des mesures prises par Thai Union. Nous restons donc extrêmement vigilants quant à la mise en place de ces changements majeurs.

À qui le tour ?

Thai Union ne parviendra pas à effectuer ces changements seul. Afin d’obtenir des résultats positifs avec de réels impacts sur les écosystèmes marins, les navires de pêche devront pleinement coopérer. Les principaux acteurs de ce secteur, ceux qui achètent et fournissent le thon, doivent reconnaître que le statu quo n’est plus tenable. Il est nécessaire et urgent de soutenir des pratiques de pêche environnementalement et socialement responsables. Les consommateurs ne devraient pas à avoir à choisir entre mieux ou moins bien. L’intégralité du thon présent sur le marché devrait être pêché de façon durable si nous voulons remédier aux problèmes liés à la surpêche.

Cet engagement de la part de Thai Union est une belle victoire des citoyens, mais c’est loin d’être la fin de l’histoire. Il nous reste encore beaucoup de travail pour transformer l’industrie de la pêche et protéger durablement les océans. Avec vous, nous poursuivrons nos efforts pour que les entreprises comme Petit Navire prennent leurs responsabilités.

Dans tous les cas, n’oubliez pas de consommer le thon avec modération !

Greenpeace

24/07/2017

Soutenez le 1er projet des Alpes-Maritimes présent sur la plateforme ZESTE !

 
 
 
 

 

Cher(e)s sociétaires et ami(e)s de la Nef,

Bonjour,

"Pour que l'argent relie les hommes", une fois de plus la Nef met en place des moyens qui permettent aux sociétaires, aux emprunteurs et aux amis de la finance éthique de faire émerger des projets locaux répondant à nos valeurs communes.

Vous connaissez probablement le Rucher Abelha à St Vallier de Thiey qui a choisi par deux fois d'être financé par la Nef, aujourd'hui, Julien Gaubert porte un nouveau projet avec sa structure agricole, pour continuer d’évoluer petit à petit dans la création de sa ferme pédagogique, avec cette année le grand lancement de plantations  : " les vergers du rucher Abelha" afin aussi de créer un conservatoire de fruitiers d'anciennes variétés pour les protéger et les multiplier, ainsi que la production de fruits sains.

Afin que ce projet voie le jour, Julien a lancé une campagne de financements participatifs sur la plateforme ZESTE.coop, nous vous invitons a découvrir ce beau projet sur :

https://www.zeste.coop/fr/decouvrez-les-projets/detail/les-vergers-du-rucher-abelha


Pour découvrir la ferme actuelle et connaître le projet en détails, Julien a créé grâce à un ami qui a était d'une grande aide, deux vidéos sur YouTube. Il suffit de taper : rucher Abelha et les deux apparaissent.
Voici les liens pour les visionner : https://www.youtube.com/watch?v=61p184a7Vs4&t=6s

 

La NEF - Vie Coopérative
Groupes Locaux d'Antibes et de Nice
Alpes-Maritimes
Provence-Alpes-Côte-d'Azur

21/07/2017

Etats Généraux de l’Alimentation ...


Les organisations de la société civile interpellent le président de la République sur les conditions et enjeux des débats

Paris-le 19/07/17 : À la veille de l’ouverture des États Généraux de l’Alimentation, 39 organisations de la société civile saluent l'initiative d'Emmanuel Macron d'ouvrir le débat sur les questions de l'alimentation et de l'agriculture. Elles rappellent néanmoins que certaines priorités essentielles manquent pour l’instant à l’appel afin d’assurer le succès de cette initiative. Le président de la République doit les prendre en compte et les annoncer dès le lancement des États Généraux ce jeudi 20 juillet. 

Engager une phase de négociations politiques
Tout d'abord, il faut clarifier la finalité de ces États Généraux. Au-delà des deux phases d'ateliers thématiques, il convient de prévoir et d'annoncer dès le lancement la tenue d'une phase 3 de négociations politiques. Cette phase permettra d'arbitrer sur les sujets transversaux et les dissensus issus des différents ateliers. Cette troisième phase doit également viser à donner une cohérence aux politiques publiques aussi bien entre politiques sectorielles qu’entre les différentes échelles (nationale – européenne – internationale). Nous ne pouvons en effet pas réorienter la politique alimentaire en France sans prendre en compte ses impacts sur les autres pays (du sud en particulier) et sans une refondation de la Politique agricole commune.

Intégrer des enjeux cruciaux, absents des débats
De plus, certains sujets sont pour l’instant absents des ateliers. Il est urgent d’y intégrer : 
-         La santé environnementale. Le lien entre alimentation et santé n'est plus à démontrer. La question de la santé des travailleurs agricoles, des riverains et des consommateurs finaux ne doit plus être un sujet tabou.
-         L'adaptation aux changements climatiques, phénomène majeur auquel fait déjà face la profession agricole, et qui devrait être un enjeu structurant de ces États Généraux s'il s'agit bien de préparer l'avenir.
-         La fiscalité agricole et les droits sociaux des paysans. La politique fiscale oriente fortement le mode de développement des fermes. De plus, le droit au revenu paysan est une priorité.
-         La préservation et la répartition équilibrée du foncier qui est pourtant une thématique incontournable, étant à la base du processus de production agricole et garantissant le renouvellement des générations. 
-         La préservation de l’environnement marin, de ses ressources halieutiques et le développement d’une pêche durable. 
-         La démocratie agricole et alimentaire. L'ouverture des décisions agricoles, alimentaires et territoriales aux citoyens et à la société civile organisée permettra de jeter les bases d'un modèle agricole réellement soutenu par la société.

Assurer la mobilisation citoyenne
Enfin, nos organisations rappellent que la consultation publique, organisée dans le cadre des États Généraux de l’Alimentation, doit permettre une participation large du public. Or, pour l’instant, ces consultations sont prévues en plein été et à la rentrée, un phasage qui rend difficile leur organisation et la participation du grand public. En particulier, les objectifs et le traitement de cette consultation, encore inconnus, devraient être précisés demain.
 
 
L’ensemble de ces éléments doit être pris en compte dans les derniers arbitrages concernant l'organisation des États Généraux de l'alimentation afin de garantir leur ambition, leur succès et la mobilisation des citoyens.

Organisations signataires

ActionAid France, Action contre la faim, Agir pour l’Environnement, Association française des diététiciens et des nutritionnistes, Amis de la Terre, ATTAC, BLOOM, CCFD Terre solidaire, CIWF France, Club Experts Nutrition et Alimentation, Coordination SUD, Crid, FADEAR – Réseau de l’agriculture paysanne, Fermes d’avenir, Filière paysanne, Fédération artisans du monde, Fédération des Associations pour le Développement de l’Emploi Agricole et Rural, Foodwatch France, FNAB, France Nature Environnement, Fondation pour la Nature et l’Homme, Générations Futures, Greenpeace France, Miramap, Mouvement de l’agriculture bio-dynamique, Plateforme de la Petite Pêche Artisanale Française, Plate-forme pour le commerce équitable, Oxfam France, Réseau Action climat, Réseau CIVAM, Réseau Cocagne, Réseau environnement santé, SOL alternatives agroécologiques et solidaires, Terre de Liens, Terre et Humanisme, TFT France, Union nationale de l’apiculture française, WECF France, WWF France


Contacts presse : 
Greenpeace : Cécile Cailliez, 06 13 07 04 29
Réseau Action Climat : Cyrielle Denhartigh, 06 10 81 59 59  
CCFD-Terre Solidaire : Sophie Rebours, 01 44 82 80 64 / 07 61 37 38 65
WWF Marielle Chaumien 06 15 39 24 95
France Nature Environnement, Camille DORIOZ; 01 44 08 64 14 
Agir Pour l'Environnement : Mathias Chaplain, 06 82 33 81 26
CIWF France : Claire Hincelin. 06 26 07 55 43

-- 

Magali Jacques

Animatrice de projets

Mouvement interrégional des AMAP

58 rue Raulin, 69007 Lyon

04 81 91 60 51 / 06 18 99 77 80

www.miramap.org

 

signature campagne


 

 




_______________________________________________
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 

19/07/2017

Nouvelles des abeilles avec Pollinis...

 
 
Gmail
 
 
 
 
 
 

une car email

Chère amie, cher ami,

La bataille fait rage sur l’interdiction des pesticides tueurs d’abeilles, et contrairement à ce qu’on aurait pu penser avec le vote des parlementaires français l’année dernière…rien n’est encore gagné !

Il se pourrait que la Commission européenne, pressée par les lobbies, sabote l’interdiction en France. Tout vous est expliqué plus en détails ici >>> Interdiction des néonicotinoïdes en France : attention danger !

Ici chez POLLINIS, toute l’équipe est sur le pont pour sauver l’interdiction que nous avons obtenue de haute lutte !

Mais pas seulement : on le sait, convaincre les décideurs politiques de prendre des mesures fortes pour sauver les abeilles et la nature, avec de l’autre côté les lobbies qui utilisent tous les moyens à leur disposition pour pousser dans l’autre sens, cela peut prendre encore des mois, voire des années.

Ce sont des années que les abeilles n’ont pas : chaque mois, de nouveaux rapports alarmants font état de la disparition incontrôlée des abeilles et des pollinisateurs sauvages.

Il faut les mettre à l’abri, sans attendre !

C’est ce à quoi travaille également notre équipe : je vous invite à en découvrir plus

Ici >>> Rencontre avec le « Berger des abeilles » de Savoie

Et ici >>> POLLINIS au chevet des abeilles sauvages

Nous allons continuer tout ce travail de sauvetage des pollinisateurs tant que les pouvoirs publics ne sont pas décidés à arrêter le massacre !

POLLINIS est une association entièrement indépendante, qui refuse toute subvention publique ou de grosses entreprises. C’est cette indépendance financière qui nous permet de nous lever vent debout contre chaque nouvelle attaque de l’agrochimie sur les abeilles, et de dénoncer lorsque c’est le cas les connivences insupportables entre l’industrie et les institutions politiques ou sanitaires censées nous protéger.

Imaginez comme nous leur devrions leur manger dans la main, si nous devions attendre de leur part des subventions pour survivre et faire notre travail !...

POLLINIS ne se finance que grâce aux dons de ses membres, investis à 100 % dans la bataille pour la préservation des abeilles et des pollinisateurs.

C’est grâce à eux, et à leur engagement sans faille à nos côtés, que nous pouvons déjouer dans l’œuf chaque nouvelle attaque de l’agrochimie sur les pollinisateurs et la nature, mener le contre-lobbying auprès des parlementaires et des institutions européennes pour barrer la route aux puissants lobbies de l’industrie, et soutenir et encourager des projets qui permettent la sauvegarde immédiate des pollinisateurs, et proposent des solutions pérennes pour leur préservation.

Pour soutenir, vous aussi, notre travail pour défendre et préserver les abeilles et pollinisateurs, il vous suffit de remplir le formulaire de don sécurisé que vous trouverez en page 3 de notre bulletin d’information.

Un grand merci par avance pour votre soutien, et bonne lecture !

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

 

 
 

POLLINIS Association Loi 1901

 
 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Greenpeace fait son festival!

 
Greenpeace
Facebook Twitter YouTube Instagram


Toute l’année, vous êtes à nos côtés, et nous vous en remercions. 

Et si, cet été, depuis votre canapé, vous passiez à l’action ? Greenpeace vous propose son festival de films documentaires 100 % online et 100 % gratuit. Chaque semaine jusqu’au 10 septembre, quatre films seront disponibles sur www.greenpeacefilmfestival.org pour sensibiliser le public à une thématique environnementale, et donner des idées de pratiques plus respectueuses de notre planète. 

Recevez ces films directement dans votre boîte de réception en vous inscrivant à notre newsletter hebdomadaire. Chaque semaine, ce sera à vous de voter pour votre film préféré, dans chaque catégorie. Puis du 16 au 29 octobre, chaque film lauréat de sa catégorie sera en lice pour remporter le Prix du Public, qui sera projeté dans cinq villes en France.  
 
S’inscrire à la newsletter du festival
Dès à présent, visionnez toutes les bandes-annonces sur le site du festival, et rendez-vous le 24 juillet pour visionner les premiers films en intégralité, voter et commenter ! 

Merci d’avance,
 
L’équipe du Greenpeace Film Festival
 
P.S : pour être au courant de toutes les actualités du festival jour après jour, suivez-nous sur les réseaux sociaux (FacebookTwitterInstagram).
 

18/07/2017

Notre eau n'est pas à vendre, disent les Grecs!

 
 

Mercredi , le Réseau de solidarité avec la Grèce livrera la pétition  forte de 172000 voix appelant à la justice de l' eau. Voulez - vous le rendre plus fort en ajoutant votre voix?

Signer la pétition

La personne qu'ils rencontrent est Thomas Wieser. Il est le Président du Groupe de travail Euro, et est la clé dans la prise de décision du groupe des ministres des Finances de la zone euro. Ensemble , nous sommes enfin assez grand pour attirer son attention, pouvez - vous nous aider à atteindre 200.000 signatures avant la réunion?

Rejoignez le mouvement à commencer par le Réseau de solidarité avec la Grèce sur la plate - forme You Move Europe!

 

Courriel original ci - dessous:

L' eau propre et abordable est un droit fondamental. Lorsque les sociétés cupides possèdent les compagnies d'eau, ils ont mis leur profit en premier lieu , et non notre bien-être.

« Si vous voulez un allégement de la dette, donnez - nous vos entreprises publiques de l' eau »: voilà ce que les Grecs ont raconté confirmé par nos ministres des Finances. NE le permettons pas!

C'est exactement ce qui se passe en Grèce. Les gens y ont été humiliés par les pays qui ont aidé à financer les dettes grecques: ce sont les pays qui utilisent l'euro comme monnaie. Ils forcent les Grecs à vendre des biens publics en échange d' une aide financière.

Il ne doit pas en être ainsi! Ces privatisations forcées peuvent être arrêtées. Il y a deux ans, lorsque les créanciers ont essayé de vendre-offs d'eau en Grèce pour la première fois, l'opposition du peuple grec les arrêta.

Mais aujourd'hui , il sera plus difficile de le faire. Il y a des ministres des Finances des pays qui utilisent l'euro et les tirent vers le bas, donc nous avons besoin d' un grand européen, pas seulement grec, l' effort des gens important se conduisant comme des moteurs. Les ministres des Finances sont engagés dans des négociations intenses en ce moment et cela nous donne une chance de les persuader de changer d'avis.

Dites à votre ministre des Finances de s'assurer que l'eau reste un droit pour tous

Les Grecs ne veulent pas se laisser berner. Quelque chose d' aussi essentiel à la vie que l' eau potable ne doit jamais être exécuté pour le profit, mais toujours pour le peuple. Seules les entreprises d'eau appartenant à l' État peuvent être tenus responsables par les électeurs et les citoyens, les entreprises privées ne répondent pas à leurs actionnaires...

 Aussi, svp, n'oubliez pas de Signer la pétition

 

16/07/2017

NON À LA FERMETURE DU MUSÉE DES TISSUS DE LYON...

 

 
Adressée à Ministre de la culture Madame Françoise Nyssen

NON À LA FERMETURE DU MUSÉE DES TISSUS DE LYON

 

Le Musée des Tissus et des Arts Décoratifs de Lyon est menacé de fermeture, ce qui constituerait indiscutablement une catastrophe patrimoniale majeure.

Il est le dépositaire de la première collection de textiles au monde – avec deux millions et demi d’œuvres couvrant 4500 ans d’histoire et représentant un panorama de toutes les civilisations, époques, styles et techniques – ainsi que la deuxième collection d’arts décoratifs de France.

Il est le témoignage du patrimoine textile de la France, en particulier celui issu des métiers lyonnais, et est une source inépuisable pour la recherche ainsi qu’un lieu d’inspiration pour la création textile contemporaine.

Il doit exister et rester ouvert pour le bien de la ville, de la région et pour le rayonnement de la France. 
Dans l’immédiat sa survie est assurée jusqu’au 31 décembre 2017 mais pas au-delà. 

Nous demandons à l’État, représenté par Madame Françoise Nyssen, Ministre de la Culture, et aux collectivités régionales et locales de réfléchir à une solution qui assurerait avant la fin de l’année en cours le devenir de ce musée en mettant en place une structure de gestion et en assurant à demeure les frais de fonctionnement garantissant sa pérennité et son ouverture au public, une des raisons d’exister, sinon la plus importante, des Musées de France dont il fait partie.

Cette pétition sera remise à:
  • Ministre de la culture
    Madame Françoise Nyssen

A propos du "Collège aux pieds nus" crée par Mr SANJIT BUNKER ROY en INDE...

Dans l'ouvrage paru en collection Pocket sous la direction de Mr Matthieu Ricard et de Mme Tania Singer "Vers une société altruiste", qui retranscrit la rencontre historique du Dalaï Lama avec des scientifiques et des économistes, j'ai été particulièrement intéressée par un chapitre entier consacré  au "Barefoot Collège" ou "Collège aux pieds nus". Je m'étonne même de n'en avoir jamais entendu parler jusqu'ici tant ce modèle éducatif et innovant est révolutionnaire et porteur de renouveau. La vocation de cette institution indienne, crée par Mr Sanjit Bunker Roy, éducateur et entrepreneur social, est en quelque sorte d'exploiter la sagesse ancestrale et les compétences innées des villageoises et villageois de son pays non instruits dans des écoles traditionnelles.

Ce fils d'une famille faisant partie de l'élite indienne, ayant effectué des études prestigieuses et dont l'avenir semblait tout tracé, a côtoyé pendant deux semaines des villageois du Bihar victimes de famine et il en est revenu transformé. En effet, il s'est aperçu sur place des vastes connaissances pratiques de villageois illettrés qu'on croyait inaptes à s'en sortir par eux-même. Il décida alors de partir pour le Rajasthan comme simple ouvrier non qualifié pour y creuser des puits. Cela mécontenta fortement sa famille. Il eut également du mal à persuader les communautés villageoises de son engagement sincère à leurs côtés. Le système conventionnel de l'Inde empêchait son environnement de comprendre son choix de vie. Chez nous aussi, j'imagine qu'un semblable retournement pourrait paraître surprenant de la part de fils et de filles de familles aisées...

En 1972, Mr Sanjit Roy fonda le Collège aux pieds nus au Rajasthan. Puis, après quelques années de fonctionnement, il créa le Campus de son Collège  en 1986 à Tilonia. Celui-ci fonctionne uniquement grâce à l'énergie solaire. Y enseignent des volontaires issus de villages, capables de travailler de leurs mains et de respecter les compétences existantes dans les membres des communautés villageoises. C'est l'une des rares institutions mondiales qui partage le style de vie et les méthodes de travail du Mahatma Gandhi. Par exemple, personne ne gagne plus de 110 euros par mois, car Mr Sanjit Roy ne veut pas du modèle économique actuel qui fonctionne partout: c'est à dire du haut vers le bas. L'exemple est donné au contraire par quelques personnes de la base qui viennent pour y travailler. Pas besoin de savoir lire ou écrire pour devenir ingénieur solaire, architecte ou médecin! Car le défi de ce Collège est de valoriser les compétences et les capacités à se développer par eux-mêmes des habitants. Tout est discuté démocratiquement par les élèves qui ont formé au sein de l'école un Parlement des enfants avec même un Premier Ministre...

A ce jour, on constate que des villageoises et villageois dans 225 écoles de ce genre dans 6 Etats du pays sont formés pour travailler, le soir après leur journée de travail aux champs, sur des ordinateurs et pour développer des savoirs pratiques. Les spectacles de marionnettes et les spectacles de rue traditionnels sont encouragés pour transmettre des messages sociaux essentiels. Quatre femmes illettrées ont par exemple fabriqué un cuiseur solaire parabolique qui fournit des repas à plus de 1000 enfants. Vendus dans les villages à des prix modiques, ces cuiseurs épargnent le bois et le pétrole qui servaient à la cuisson d'autrefois. Un prêtre hindou a fabriqué et installé tout leur système énergétique. Depuis, 600 villages à travers le pays bénéficient à moindre coût de l'énergie solaire.

En 2001, le Collège aux pieds nus et le Parlement des enfants ont remporté le World's Children's Honorary Award  pour l'éducation des filles. C'est une jeune fille de 12 ans, en tant que Premier Ministre du Parlement, qui est allée en Suède recevoir le prix. Le modèle du Collège aux pieds nus s'est exporté tout d'abord au Ladakh, puis en Afghanistan en 2005/2006. Il repose là-bas exclusivement sur le savoir faire des femmes. En 6 mois, avec des moyens modestes, 100 villages ont été équipés en énergie solaire. Ensuite, ce sont des femmes africaines qui sont venues pour 6 mois se former en Inde. Elles sont originaires de 30 pays différents et s'initient à ces méthodes simples, transposables partout. Elles communiquent par signes, car elles ne parlent pas la même langue, mais elles se comprennent en travaillant de leurs mains. 

En bref, un merveilleux exemple de ce qu'il est possible de faire dans des pays pauvres à peu de frais. C'est un formidable espoir de changement dans les pratiques et surtout dans le regard que nous portons sur les êtres humains. Car faire faire des études poussées aux élites de ces pays fait que ces gens là se sentent supérieurs, ne raisonnent plus qu'en terme d'argent et désertent bien souvent leur pays d'origine... Quand ils prennent les rênes de leur pays, ils ont souvent bien du mal à ne pas se laisser corrompre.

Développer la qualité de vie des villages au contraire semble une solution pratique qui réussit. Des ONG de terrain existent et vont déjà dans ce sens. Ce ne sont pas des multinationales aux frais généraux pharaoniques! Une société plus coopérative, plus altruiste et soucieuse du bien commun est déjà en route. Soutenons ses efforts et laissons nous inspirer par cet exemple réjouissant!

Pour en savoir plus, consulter par exemple sur Internet: 

www.unesco.org/education/highlights/pied_nus.html
 
Lyliane 

 

13/07/2017

Demandons l'interdiction de la production de fourrure en France


  
 
Tout imprimer
Dans une nouvelle fenêtre
 
  L'Autriche, les Pays-Bas, la Suisse, le Royaume-Uni et bientôt la France ?
 

L'AUTRICHE, LES PAYS-BAS, LA SUISSE, LE ROYAUME-UNI ET BIENTÔT LA FRANCE ?

 

 

 

Nous avons lancé une pétition pour faire interdire l'élevage d'animaux à fourrure en France.

Il y aurait en France une vingtaine d'élevages de visons. Des milliers d'êtres sensibles passent toute leur vie enfermés dans de petites cages grillagées. Ils sont tourmentés par la frustration, incapables d'exprimer leurs comportements naturels d'animaux semi-aquatiques et territoriaux. Et alors qu'ils sont naturellement solitaires, ils sont constamment soumis à la promiscuité, aux sons et à la vue de leurs congénères. Pour que l'industrie de la mode prenne leur peau pour une mode barbare, ils sont abattus avec des méthodes ignobles comme le gazage au monoxyde de carbone ou l'électrocution.

Quant aux milliers de lapins sélectionnés génétiquement pour produire beaucoup de fourrure, et donc destinés à mourir pour qu'on la leur prenne, ils « vivent » dans des cages et sont privés de tout ce qui compte pour eux.

Parce que faire naître, enfermer, faire souffrir et tuer un animal pour lui prendre sa peau est un acte injustifiable, les élevages d'animaux à fourrure sont interdits dans plusieurs pays d'Europe.

Je vous écris aujourd'hui pour vous demander de signer notre pétition adressée au ministre de l'Agriculture pour lui demander de mettre fin à cette industrie sordide dans notre pays.

Nous comptons aussi sur vous pour partager notre campagne, car seule une forte mobilisation pourra faire bouger les choses.

 

Pour tous les animaux,

Cyril Ernst
PETA France

FAITES UN DO

11/07/2017

Au péril de leur vie...

 On les appelle "migrants". ces personnes, mineures pour la plupart, fuient l'enrôlement forcé, la guerre et la misère. Mr Manonni, Mr Cédric Herrou et d'autres sont régulièrement poursuivis pour leurs gestes de solidarité désintéressée.
Harcèlement, intimidation, non respect du droit d'asile des mineurs... Tout est bon semble-t-il dans le 06!
Consulter Roya Citoyenne sur Internet pour les soutenir et les aider.
Lyliane
 
 
 

 
 
 
 

 

 

10/07/2017

Nous sommes en passe de gagner contre l'obligation des 11 vaccins pour nos enfants!

 
 
 
 


Chère lectrice, cher lecteur,
 
Les pétitions surgissent de partout contre les 11 vaccins obligatoires !

C’est incroyable, je les ai toutes signées, en plus bien sûr de celle que j’ai lancée moi-même et qui atteint 250 000 signatures déjà !!
 
Cette floraison d'initiatives est enthousiasmante. Vous en trouvez sur tous les sites touchant de près ou de loin à la santé naturelle, si bien que le gouvernement est obligé de manœuvrer pour calmer la révolte.
 
Il a annoncé qu’il prévoyait une « clause d’exemption » pour les familles opposées à ce qu’on vaccine leurs nourrissons avec tant de vaccins d’un coup.
 
Mais cela n’a aucun sens ! Surtout, en pratique, nous n’avons aucun détail sur la mise en œuvre de cette clause d’exemption.
 
Il ne s’agit vraisemblablement que d’une tactique pour casser notre mouvement. Mais surtout de déposez pas les armes, ce serait une grave erreur. C’est au contraire le moment de porter l’estocade et d’intensifier car nous sommes en train de gagner.
 
Le gouvernement recule, il faut avancer avec toute notre force maintenant !!!
 
Relayez notre pétition partout où vous pouvez ! Il ne reste plus que quelques jours avant les vacances parlementaires ! (24 juillet).

Voici le lien vers notre pétition
 
Avec vous, nous gagnons !!
 
Un grand merci,
 
Jean-Marc Dupuis

08/07/2017

Ecrire pour aider à sauver des vies...

Ecrire en faveur des prisonniers dans le monde est le principe mis en place par des organisations non gouvernementales (ONG) comme Amnesty International. Mais il faut savoir que l'ACAT ( Association des chrétiens contre la torture) a un peu la même démarche.  A l'occasion de la Nuit des Veilleurs le 26/6/2017, où l'Acat appelait à prier à l'occasion de la Journée Internationale des Nations Unies pour soutenir les victimes de la torture, j'ai appris une très bonne nouvelle: la libération d'un journaliste détenu en Ouzbékistan depuis 18 ans. Il s'agit de Mr Mukhammed Begjanov, qui était parrainé par des militants de l'Acat.

Cette libération est intervenue à la suite d'une campagne de lettres en sa faveur expédiées à la prison, à sa famille et aux autorités. Aujourd'hui, la mobilisation à son sujet continue, puisqu'il cherche à obtenir une autorisation pour rejoindre sa famille exilée aux Etats-Unis. Selon son propre témoignage, les lettres qu'il a reçues en prison ont été pour lui "un véritable cadeau", qui lui a donné du réconfort et lui a permis de surmonter les tortures et l'emprisonnement de longue durée.

Pour soutenir concrètement l'Acat ou obtenir des renseignements concernant cette ONG, s'adresser sur Internet à: www. acatfrance.fr.

Lyliane

04/07/2017

Donnez à la planète le premier rôle!

 
 
 
 
 
 
Greenpeace
Facebook Twitter YouTube Instagram
Chère adhérente, cher adhérent,

Merci de votre engagement aux côtés de Greenpeace.

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous écrire pour vous présenter un projet de vaste envergure, qui vise à sensibiliser le plus grand nombre de personnes à la préservation de l’environnement et à donner de l’écho aux initiatives positives pour la planète.

Comment ? Par la création d’un festival de films documentaires, le Greenpeace Film Festival, 100 % en ligne, qui rassemblera 28 films autour de sept thématiques environnementales. En tant qu’adhérent Greenpeace, vous pourrez en avant-première visionner les différents films et voter pour vos préférés.

Au mois d’octobre, les sept films ayant récolté le plus de votes seront mis en compétition lors du festival, et le prix des internautes sera attribué au vainqueur, qui verra son film projeté dans cinq villes de France.

Afin de diffuser ce festival pour sensibiliser de nouveaux publics à nos valeurs communes, nous avons besoin de vous ! Un don de 45 euros nous permet de diffuser un message à 5 000 personnes pour les inviter à participer !

Aidez-nous à faire entendre nos voix et à diffuser nos messages de sensibilisation pour mobiliser le plus grand nombre !  
 
JE FINANCE LE
GREENPEACE FILM FESTIVAL
Grâce à votre soutien fidèle, nous sommes plus forts pour agir,
 
Charlotte, pour l’équipe Greenpeace

03/07/2017

Dernière longueur pour faire interdire les perturbateurs endocriniens...

 

Nous avons 24H pour dépasser la barre symbolique des 500.000 signatures afin d'envoyer un puissant signal à Bruxelles! 

Le vote définitif des pays de l'UE sur les perturbateurs endocriniens a lieu demain, mardi 4 juillet.

Pouvez-vous nous aider en partageant la campagne avec vos contacts sur Facebook et par email s'il vous plait? 

EmailTransférez cet email à au moins 5 de vos contacts.

FacebookCliquez ici pour partager cette campagne avec vos ami-e-s sur Facebook.

Partagez la pétition sur Facebook

 

Bonjour, 

Je viens de signer cette pétition : https://actions.sumofus.org/a/non-a-la-proposition-scandaleuse-de-la-commission-europeenne-sur-les-perturbateurs-endocriniens/

Nous sommes plus de 446.000 à avoir signé la pétition contre la proposition scandaleuse de la Commission européenne sur les perturbateurs endocriniens -- ces substances chimiques omniprésentes qui dérèglent le système hormonal et provoquent cancers, infertilité, malformations, obésité, etc, etc.… la liste est longue !

A l'aube d'un votre décisif à Bruxelles, notre objectif est de dépasser les 500.000 signatures et nous avons besoin de tous pour l'atteindre.

Chaque voix compte !

https://actions.sumofus.org/a/non-a-la-proposition-scandaleuse-de-la-commission-europeenne-sur-les-perturbateurs-endocriniens/

Merci !

SUMOFUS

01/07/2017

Sauver les abeilles d'ici 5 ans...

charte2017 pollinis

Pendant que l’agrochimie amoncelle des milliards de profits, les abeilles et les pollinisateurs sauvages continuent de mourir massivement, mettant gravement en danger toute la chaîne alimentaire dont nous dépendons.

Les nouveaux députés ont le pouvoir de mettre en place, dans les 5 ans à venir, les mesures nécessaires pour sauver les abeilles et assurer un avenir alimentaire sain et pérenne aux générations futures.

Mais ils ne le feront pas, tant que des dizaines de milliers de leurs électeurs ne les y auront pas contraint. Alors rejoignez l’appel de POLLINIS, et faites pression sur votre député pour qu’il se range du côté des pollinisateurs et de la nature !

mon depute 1

Madame, Monsieur,

Les apiculteurs tirent la sonnette d’alarme : l’année dernière, la production de miel en France a chuté de plus de 30 %, principalement à cause de la mortalité massive de leurs abeilles (1) !

Sans compter les millions de pollinisateurs sauvages – bourdons, syrphes, bombyles, papillons, guêpes, abeilles solitaires… - dont les populations déclinent dramatiquement, sans qu’on puisse encore précisément prendre la mesure du phénomène…

Les études qui ont pu être menées par l’Union internationale pour la conservation de la nature sont plus qu’inquiétantes : parmi les espèces sauvages qui ont pu être étudiées, pas moins de 9% sont en voie d’extinction et 5% le seront dans un avenir proche (2).

C’est l’hécatombe !

Si rien n’est fait en urgence pour enrayer le phénomène, c’est une crise écologique et alimentaire sans précédent qui se profile.

Faut-il le rappeler ? Les pollinisateurs sont responsables de la reproduction de plus de 80 % des fruits, légumes et plantes oléagineuses que nous consommons au quotidien.

Sans le travail acharné de ces petits butineurs, plus de courgettes, plus de pêches, de fraises, de groseilles ou d’abricots, ni de colza, de moutarde ou de tournesol, ni d’amandes, ni de ciboulette ou de persil…

Tous ces aliments qui emplissent à l’heure actuel les étals des marchés et qu’on a plaisir à déguster, et faire déguster à nos enfants, deviendront des denrées rares et chères, inaccessibles pour la majorité de la population.

Pire : en rechignant à prendre immédiatement les mesures qui s’imposent pour sauver les abeilles et garantir un environnement agricole sain et pérenne pour tous les insectes auxiliaires qui ont un rôle-clef dans la chaîne alimentaire, les responsables politiques, influencés par les puissants lobbies de l’agrochimie, nous précipitent vers une crise alimentaire dont les conséquences pourraient être dramatiques…

Aidez-nous à les obliger à agir d’urgence !

Il y a quelques mesures simples, de bon sens, et faciles à mettre en place à court, moyen et long terme, pour mettre les pollinisateurs à l’abri dès maintenant, et restaurer un environnement qui leur est favorable en seulement quelques années.

Je vais vous détailler dans quelques instants ce programme que nous avons élaboré, avec l’équipe de POLLINIS, et les chercheurs et scientifiques qui travaillent avec nous.

Mais sachez déjà que chacune des mesures ci-dessous pourrait être prise rapidement, et facilement. Ce n’est pas une question de moyen, mais de volonté politique.

Et cette volonté politique, les élus ne l’auront que si on les y oblige. C’est pour ça que je vous demande de nous aider, sans attendre, à faire pression sur les députés nouvellement élus à l’Assemblée nationale.

Ils viennent de prendre leur poste : nous devons leur montrer que, oui, assurer l’avenir alimentaire de toute la population, c’est primordial, et ça ne peut pas attendre !

mon depute 2

Voici les 3 mesures phares que nous allons, avec votre aide, faire adopter par les nouveaux députés – maintenant, et pendant les 5 ans que va durer leur mandat :

1 >>> Interdire d’urgence les pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles, y compris les « néonics cachés » et les « tueurs-d’abeilles nouvelle génération » qui ont été autorisés en catimini par l’Union Européenne pour satisfaire d’agrochimie, pour éviter la mort immédiate de millions de pollinisateurs supplémentaires en France et en Europe. Et s’assurer que, quels que soient les nouveaux gouvernements en place, ils ne pourront plus faire machine arrière, comme ils ont essayé de le faire il y a quelques jours… Délai : aucun

2 >>> Dresser des barrages à la toute-puissance de l’industrie agrochimique sur les décisions sanitaires prises à Bruxelles, en refusant de transposer la directive « secrets d’affaires » qui exonère les multinationales de rendre des comptes sur les substances utilisées dans les champs ou les médicaments, et en exigeant des autorités sanitaires une contre-expertise systématique aux études remises par les entreprises agrochimiques pour l'homologation de leurs produits – seul moyen de garantir que de nouvelles substances toxiques pour les abeilles et les pollinisateurs sauvages ne seront plus mises sur le marché. Délai : d’ici la fin de l’année

3 >>> Accélérer la transition vers une agriculture respectueuse des pollinisateurs dont elle dépend, en réaffectant les fonds dédiés actuellement à l'agriculture intensive au financement des agriculteurs qui souhaitent évoluer vers une agriculture alternative, propre et pérenne. Délai : avant la fin du mandat

Ces 3 mesures, je voudrais qu’elles deviennent une priorité pour les nouveaux députés. Mais il faut agir vite : en face, l’agrochimie est déjà en train de placer ses pions, et arroser les nouveaux élus de sa propagande, qui prétend que c’est seulement en déversant massivement des pesticides dans les champs qu’on peut nourrir la planète – en la tuant à petit feu…

Pour marquer le terrain, en premier, et faire une action coup de poing sur les nouveaux députés, j’ai besoin de votre aide.

Ça ne vous prendra que 2 minutes, et c’est primordial pour l’avenir des abeilles, de la nature et de notre santé et notre alimentation à tous.

Cliquez SVP sur ce lien pour arriver sur la Charte 2017 pour les pollinisateurs, sur laquelle nous voulons que les députés s’engagent, et entrez vos coordonnées. Le nom de votre député apparaîtra automatiquement, et votre message lui sera envoyé, avec tous ceux des autres électeurs de votre circonscription qui ont répondu présents à cet appel.

Et après avoir signé, s’il vous plaît n’oubliez pas de transférer cet email à tous vos contacts, et à partager notre action sur les réseaux sociaux que vous utilisez.

Nous devons réunir en quelques jours plusieurs dizaines de milliers de signatures, de citoyens de la France entière, pour que les nouveaux élus comprennent que nous ne laisserons pas sacrifier 5 années de plus les abeilles, l’environnement et le système alimentaire des générations futures, pour faire fructifier à court terme les profits de quelques multinationales agrochimiques !

Le bras de fer va être serré : le nouveau ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, paraît être un défenseur de l’agrochimie. Il avait fait partie à l’été dernier d’un petit groupe de députés qui avait voulu saboter l’interdiction des pesticides tueurs d’abeilles, alors en débat à l’Assemblée nationale…(3)

Et quelques jours seulement après sa prise de fonctions au Ministère, il a tenté une attaque de l’interdiction des tueurs d’abeilles votée en France l’année dernière ! Heureusement pour cette fois, le coup a été paré de justesse : le sujet a fait la une des médias, et le ministre de l’Environnement a fait barrage (4).

Mais ne nous berçons pas d’illusions : nous devons nous attendre à d’autres attaques de ce type. Et il suffit qu’une seule d’entre elles aboutisse pour que le massacre intensif des abeilles se poursuive de plus belle, avec les ravages qu’on connaît sur l’environnement et la santé de toute la population…

Notre seul moyen de reprendre l’avantage, c’est de marquer le terrain, MAINTENANT, alors que les députés viennent de prendre leur siège.

L’agrochimie a beau disposer de moyens tentaculaires pour influencer les décideurs politiques, les députés restent quand même les élus du peuple : si nous sommes plusieurs centaines de milliers à les interpeller d’une seule voix, ils seront forcés de nous écouter.

Alors ne perdez pas une seule seconde : faites pression sur votre député, et mobilisez vos proches pour créer un raz-de-marée de pétitions dans les boîtes mails des nouveaux élus !

mon depute 2

Merci d’avance pour votre action.

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

Le boom des supermarchés collaboratifs...

Mme Tiphaine Honnet dans le Journal Version Fémina de la mi-juin 2017 écrit un article très bien documenté concernant les supermarchés collaboratifs. Le premier d'entre eux en France s'appelle La Louve et il est implanté à Paris. Depuis il a "fait des petits" puisqu'il y en a à Lille (Super Quinquin), à Bordeaux (Supercoop), à Nantes (Scopeli), à Toulouse (Chouette Coop)... En tout, dix huit à ce jour sont répertoriés sur le site officiel: www.supermarches-cooperatifs.fr.

Dans ces supermarchés, pour pouvoir acheter des produits, il faut souscrire une somme modique, remboursable au départ du coopérateur,(de 10 à 100 euros selon le cas) et s'engager à donner une fois par mois 3 heures de son temps pour des tâches matérielles. Les uns déchargent des camions, d'autres remplissent les rayons, pèsent les légumes ou tiennent la caisse. Les légumes et fruits locaux et de saison sont privilégiés.

L'ambiance est bon enfant et les tarifs préférentiels ( de 20 à 40% de moins qu'en grande surface. Le concept vient des Etats-Unis, notamment du Park Slope Food Coop fondé en 1973 à New York. La mixité sociale et l'engagement de tous font que cette sorte d'utopie réaliste continue à fonctionner. De plus la transparence est complète puisque les décisions sont prises à l'unanimité. Seuls 20% sont prélevés sur les ventes pour paiements de personnes, remboursements de dettes et investissements.

A La Louve, ils sont à ce jour 2000 membres bénévoles. A Toulouse: 600 coopérateurs. Toutefois, victimes de leur succès, les supermarchés collaboratifs arrivent à saturation. Les futurs adhérents sont en effet sur liste d'attente. Il y a même de longues queues en caisse. A La Louve, par exemple, il y a 6 semaines de délai pour pouvoir assister à la réunion d'accueil des nouveaux coopérateurs.

A La Louve une rencontre a eu lieu en février 2017 entre représentants de divers supermarchés coopératifs pour échanger sur leurs expériences et leurs pratiques. Une Intercoop est même projetée pour mutualiser commandes, logiciels de gestion et compétences.

Pourquoi ne pas créer une telle structure dans votre région?  Pour en savoir plus, consulter le site:www.public.cooplalouve.fr.

Lyliane

Lyliane

30/06/2017

Des Repair Café pour lutter contre le gaspillage...

Si vous ne connaissez pas encore les Repair Café, renseignez vous car il y en a sans doute dans votre ville. Sinon n'hésitez pas à faire appel à des bénévoles débrouillards et volontaires et à en créer un. Au cours de l'émission Mille et Une Vies sur la 2ème chaîne, Mr Frédéric Lopez a parlé de cette initiative citoyenne, crée sous ce nom par une Fondation en 2010 pour lutter contre le gaspillage.

Le principe en est simple: on donne une seconde vie aux objets. Des articles domestiques ou usuels (grille-pain, cafetières, ventilateurs, fours, bicyclettes, ordinateurs...) sont en effet apportés dans un lieu public à des bénévoles passionnés de bricolage pour tenter une réparation. Les consommateurs d'un Repair Café laissent en principe la somme de leur choix pour faire fonctionner la structure 

A l'origine du concept, Mme Martine Postma, une journaliste néerlandaise qui, depuis 2007, défend dans son pays le développement durable. Le tout premier Repair Café a ouvert à Amsterdam en octobre 2009. Il a eu un franc succès. Chez nous il y a déjà 90 Repair Café. Depuis 2011 la Fondation Repair Café fournit une aide aux groupes locaux voulant créer leur propre structure en Hollande comme dans d'autres pays. Les consommateurs d'un Repair Café laissent en principe la somme de leur choix pour faire réparer leurs objets.

Pour en savoir davantage, se renseigner sur Internet au www.repaircafe.org.

Lyliane

29/06/2017

Echange de maisons: nouveau mode de vacances!

Un article paru dans le journal Nice-Matin du 18/6/2017 et signé par Mr Patrick Cabannes explique l'engouement actuel des français pour les échanges de maisons. Les hôtels étant devenus trop chers pour les finances de nos concitoyens, les vacanciers avec enfants notamment recherchent des villas à échanger en consultant des annonces sur Internet.

Un site spécialisé www.guesttoguest répertoriant 275 000 logements dans 187 pays occupe une grande place sur le marché. Un concurrent américain très puissant www.HomeExchange vise à terme une communauté de voyageurs d'un million d'utilisateurs. Deux autres pionniers Homelink et Intervac, fondés dès 1953 occupent toujours le créneau de l'échange de domicile.

La tendance s'est en effet amplifiée depuis quelques années. Le principe de fonctionnement est pratiquement le même partout: les futurs loueurs s'acquittent d'un abonnement, puis une fois membres ils proposent leur maison et cherchent dans les offres les candidats qui leur conviennent. C'est jugé convivial et très agréable: on prend les clés et on arrive avec sa valise dans une maison prête à vous recevoir.

Ce que les personnes ne savent pas toujours, c'est que la formule d'échange n'est pas réservée aux propriétaires. En effet, tout locataire peut aussi échanger son logement. Ce n'est pas de la sous-location dans la mesure où il n'y a pas de loyer versé.

Côté sécurité, la messagerie des sites d'échange est sécurisée, des contrats formalisés sont établis et il existe une protection annulation. Un livre d'or et des sites de notations permettent de se faire une idée des lieux et des propriétaires. Dans les contrats d'assurances, une multirisque apporte toutes les garanties. Certains ajoutent même le prêt de leur véhicule. Dans ce cas prévenir son assureur est préférable.

Lyliane

28/06/2017

Pétition lancée sur change.org par Mme A. Hidalgo pour notre santé et la planète...

 

 

 
 
 
 
 
  
 
 

Leaders du G20, prêts à sauver notre planète?

 
Anne Hidalgo
France

Comme Maire de Paris, je m'engage chaque jour pour le Climat et un avenir meilleur pour nos enfants. Dans mon combat pour la qualité de l'air, j'ai limité l'accès à Paris aux véhicules les plus polluants et rendu les plus magnifiques rives de Seine aux piétons et vélos.

Aujourd'hui, avec les maires des plus grandes villes au monde réunis au sein du C40, nous demandons aux chefs d'Etat du G20 de s'engager pour notre santé et notre planète, en se montrant à la hauteur des engagements de l'Accord de Paris.

Après l'annonce récente par Donald Trump du retrait des Etats-Unis de cet accord historique, les dirigeants du G20 se réunissent dans quelques jours en Allemagne. Il est plus que jamais urgent qu'ils posent des actes concrets face au défi climatique. Aidez-nous à faire entendre ce message !

Signez cette pétition aux côtés des citoyens du monde entier et faites entendre votre voix!


Je compte sur vous,
Vous pouvez compter sur moi,

Anne Hidalgo

-----

En tant que maires de nombreuses métropoles mondiales et au nom des centaines de millions d’habitants que nous représentons, nous vous exhortons, dirigeants du G20, à tenir vos engagements quant à la lutte contre le changement climatique, l’une des problématiques les plus urgentes au niveau mondial. Au vu de la décision des États-Unis de se retirer de l’Accord de Paris, la détermination des 19 autres leaders- lors du prochain sommet du G20 - à sauvegarder le futur de notre planète n’a jamais aussi cruciale.

Partout dans le monde, les autorités locales se mobilisent ensemble à vos côtés, redoublant notre engagement pour des actions courageuses visant à lutter contre le changement climatique, travaillant avec les entreprises et les citoyens à travers le monde. Nous sommes inspirés par le courage de plus de 300 Maires engagés pour le climat dans de nombreuses villes à travers les États-Unis ; ces maires se sont engagés ces dernières semaines à adopter, honorer et maintenir l’Accord de Paris. Des centaines de villes américaines, universités et entreprises ont réaffirmé leur “profond engagement à lutter contre le changement climatique en appliquant l’historique Accord de Paris pour le Climat” et se sont engagées à poursuivre d’ambitieux objectifs climatiques, et s’assurer que les Etats-Unis maintiennent leur statut de leader dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Nous devons tous travailler ensemble afin de sauver la planète. Alors que les maires et les entreprises exposent et développent des programmes visant à créer des villes aux infrastructures durables, les gouvernements nationaux devraient s’assurer que des sources de financement issus de fonds internationaux et de banques de développement sont disponibles pour les villes.

C’est un moment unique dans l’histoire et en tant que dirigeants vous avez le privilège de pouvoir réaliser le potentiel de l’Accord de Paris. Les villes du monde et leurs citoyens partagent la vision d’un avenir juste et durable - un avenir avec des populations plus propres, plus saines, plus heureuses et plus prospères. Avec les leaders du monde de l’entreprise, nous avons d’ores et déjà choisi un avenir rempli d’opportunités, d’optimisme et d’innovation, car il n’y a pas d’alternative.

 En tant que maires du C40, nous sommes préparés à assumer le leadership face au changement climatique, pour la planète, le peuple et la prospérité. Aujourd’hui nous vous proposons de nouer une alliance pragmatique et positive au service de nos citoyens. Nous avons hâte de travailler à vos côtés. Ne manquez pas cette occasion unique d’apporter l’espoir d’un avenir meilleur.

Premiers signataires :

Anne Hidalgo, Mayor of Paris and Chair of C40

Ahmed Aboutaleb, Mayor of Rotterdam
Elisabeth Ackermann, President of the Executive Council of the Canton of Basel-Stadt
Steve Adler, Mayor of Austin
Wasim Akhtar, Mayor of Karachi
Muriel Bowser, Mayor of Washington D.C.
Manuela Carmena, Mayor of Madrid
Herbert Constantine M. Bautista, Mayor of Quezon City
Ada Colau, Mayor of Barcelona
Denis Coderre, Mayor of Montréal
Marcelo Crivella, Mayor of Rio de Janeiro
Robert Doyle, Lord Mayor of Melbourne
Rahm Emanuel, Mayor of Chicago
Helen Fernandez, Mayor of Caracas
Phil Goff, Mayor of Auckland
Rafael Greca, Mayor of Curitiba
Hanna Gronkiewicz-Waltz, Mayor of Warsaw
Fumiko Hayashi, Mayor of Yokohama
Frank Jensen, Lord Mayor of Copenhagen
Raymond Johansen, Governing Mayor of Oslo
Georgios Kaminis, Mayor of Athens
Mohammad Sayeed Khokon, Mayor of Dhaka South
Yuriko Koike, Governor of Tokyo
Eberhard van der Laan, Mayor of Amsterdam
Horacio Rodríguez Larreta, Mayor of Buenos Aires
Ed Lee, Mayor of San Francisco
Patricia de Lille, Mayor of Cape Town
Miguel Ángel Mancera, Mayor of Mexico City
Clover Moore, Lord Mayor of Sydney
Michael Müller, Mayor of Berlin
Ed Murray, Mayor of Seattle
Antônio Carlos Peixoto de Magalhães Neto, Mayor of Salvador
Claudio Orrego, Governor of Santiago
Enrique Peñalosa, Mayor of Bogotá
Mauricio Rodas, Mayor of Quito
Gregor Robertson, Mayor of Vancouver
Giuseppe Sala, Mayor of Milan
Yousef Al Shawarbeh, Mayor of Amman
Mohammed Adjei Sowah, Mayor of Accra
John Tory, Mayor of Toronto
Karin Wanngård, Mayor of Stockholm
Martin J. Walsh, Mayor of Boston
Ted Wheeler, Mayor of Portland
Kam Sing Wong, Secretary for the Environment of Hong Kong Special Administrative Region Government
Park Won Soon, Mayor of Seoul
Prof. Dr. Eckart Würzner, Lord Mayor of Heidelberg