Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2018

Sauvetage en mer avec l'Aquarius...

Soutenir SOS Méditerranée, c'est coopérer avec un certain modèle de solidarité et de fraternité! Le journal syndical US Magazine, sous la plume de Mr Laurent Tramoni, nous raconte sa vision de la manifestation du samedi 6/10/2018 à Marseille. Les militants du Snes-FSU, en effet, dans des dizaines de villes en France dont Marseille, avaient mis leur matériel et leurs équipes au service de l'Aquarius. Tous portaient un tee-shirt aux couleurs des gilets de sauvetage du bateau.

Cette "vague orange" est allée à Marseille à la rencontre des sauveteurs et du navire, bloqué à quai, à la Joliette, faute de pavillon. En Europe, pendant ce temps, des cortèges se formaient pour dénoncer les manœuvres politiques des Etats Européens, entravant l'action des ONG de sauvetage. Interdictions d'accoster, refus de débarquement des réfugiés, retrait du pavillon se sont succédés… alors que l'Aquarius a sauvé 29 523 vies en 5 ans.

On estime que chaque jour en Méditerranée centrale 9 réfugiés se noient actuellement encore. Le Droit International pourtant oblige tout navire à porter assistance à une embarcation en péril. Aussi, cette manifestation était destinée à réclamer l'application des principes humanitaires de la part d'une Europe qui s'enferme "dans la xénophobie et l'égoïsme".

Refusons la fatalité et ne laissons pas se perpétuer ces drames humains  qui se jouent sous nos yeux! Les ONG ont besoin de notre soutien. Ne laissons pas des groupuscules d'extrême-droite, aveuglés par leurs idées, dicter à tous les pays d'Europe l'attitude qu'ils doivent avoir face à ces migrants qui fuient la guerre, l'enrôlement de force et la famine! Un modèle européen de sauvetage en mer devrait, selon l'US Magazine, être pris en charge par chaque Etat européen…

 
 

Pour soutenir de ONG comme SOS Méditerranée, joindre sur Internet: www.sosmediterranée.fr. 

Lyliane

18/10/2018

Une bonne nouvelle pour les eaux de la Méditerranée: naissances de bébés tortues!

Hérault: naissance inédite de tortues marines

Un phénomène inédit en France vient d'être observé : des tortues marines sont nées naturellement dans l'Hérault. Ce n'était encore jamais arrivé. Les bébés ont été filmés alors qu'ils regagnaient la mer. Ce sont des promeneurs qui ont découvert par hasard ces petits. Ils ont alerté les scientifiques et assisté avec eux au grand départ, une trentaine de mètres jusqu'à la mer. Le succès de 30 ans de protection de l'espèce Les vacanciers ont sûrement marché tout l'été au-dessus du nid, sans le savoir. Et après deux mois et demi d'incubation, les 58 tortues ont pris le large à l'exception des plus faibles. Deux font en effet encore l'objet de soins avant d'être relâchées. La tortue Caouanne se reproduit d'ordinaire en Grèce, Égypte ou Libye. Seulement deux nids ont été répertoriés dans le Var en 2006 et 2016, mais les œufs avaient fini en couveuse. Cette éclosion dans l'Hérault est une excellente nouvelle pour les scientifiques qui y voient le succès de 30 ans de protection de l'espèce.
Selon France-Info.
 
 

 

16/10/2018

Mettre paroles et actes en conformité: pour S.O.S Méditerranée! le prix UNESCO pour la paix!

12 oct. 2018 — 

Le 27 juin en juillet 2017, l’UNESCO a remis le prix pour la paix de l’UNESCO à SOS Méditerranée.

C’est le Ministre des Affaires Etrangères français, Jean-Yves Le Drian qui a introduit la cérémonie avec les propos suivants :

« En se battant pour sauver la vie des réfugiés et des migrants, en s’engageant pour les recueillir dans la dignité, les lauréats du prix ont fait leur un idéal de la fraternité humaine que je veux saluer aujourd’hui. Chère Giuseppina Nicolini, Mesdames et Messieurs les membres de l’association SOS Méditerranée, je tiens à vous adresser au nom du Gouvernement français et en mon nom propre, toute la reconnaissance que vous méritez pour votre action courageuse. »

Monsieur le Ministre, joignez le discours aux actes : appuyer notre démarche pour que l’Aquarius batte pavillon français !

Grace à vos relais, nous sommes à ce jour 75.000 signataires de cet appel.

Soyons au plus vite 100.000 pour être enfin entendus.
Merci par avance pour vos relais !

Chaque jour qui passe sans Aquarius en mer c’est 30  hommes, femmes  ou enfants qui se noient faute d’assistance…


Continuez à vous battre pour le pouvoir citoyen !

Les politiques et les PDG les plus puissants ne devraient pas prendre toutes les décisions. Aujourd'hui, nous vous demandons d'aider à garder Change.org gratuit et indépendant. Notre travail en tant qu'entreprise sociale est d'aider les pétitions comme celle-ci à être entendues. 

Change.org

02/10/2018

Aider l'Aquarius en le faisant voguer sous pavillon français...

Depuis deux ans, l'Aquarius et son équipage ont sauvé la vie de 29 000 personnes au large de nos côtes.

Aujourd'hui privé de pavillon national, le bateau est menacé de ne plus pouvoir venir en aide aux milliers de naufragés.

Pierre demande à la France d'agir en accordant la nationalité française au bateau. Aidez-le à être entendu.

 
 
 
Adressée à Emmanuel Macron
L'Aquarius doit battre pavillon français !
 

Pétition de Pierre LUCOT
Paris, France

7 999
Signataires

 
 


Privé de pavillon par Gibraltar puis le 22 septembre par le Panama, l’Aquarius est aujourd’hui « hors la loi » au regard du droit maritime international.

Face à cette situation, SOS Mediterrannée et Médecins sans frontières "demandent aux gouvernements européens et notamment à la France autoriser l’Aquarius à poursuivre sa mission, en intercédant auprès des autorités panaméennes et en réaffirmant que les menaces de rétorsion formulées à leur égard par les autorités italiennes sont infondées, ou en lui délivrant immédiatement un nouveau pavillon sous lequel naviguer".

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
  
   
 
 
 

25/09/2018

Une île des Caraïbes la Dominique devient un modèle pour le monde entier...

Une petite île des Caraibes pourrait être une source d'inspiration pour de nombreux pays, dont la France. Alors que les députés français ont récemment voté l'interdiction des «couverts, piques à steak, couvercles à verre jetables, plateaux-repas, pots à glace, saladier, boîtes» dès 2020, La Dominique est allée encore plus loin. Ce pays de 754km2 situé entre la Guadeloupe et la Martinique a banni de ses terres tous les objets en plastique à usage unique à compter du 1er janvier 2019. La petite île est ainsi le premier pays au monde à prohiber les pailles, plaques et couverts en plastique ainsi que les tasses et récipients en polystyrène, particulièrement néfastes pour l'environnement.
«Conformément à la volonté du gouvernement de créer la première nation au monde à résister au changement climatique, avec notre surnom d'«l'île de la nature» et notre engagement à protéger la Terre Mère, un certain nombre d'objets considérés comme nuisibles à l'environnement seront interdits, à compter du 1er janvier 2019», a ainsi annoncé cet été le pays via un Tweet.


Sanctuaire pour les cachalots:

La petite île qui cultive une image écotouristique a déjà pris une série d'initiatives pour préserver l'environnement. Le pays a restreint l'importation de contenants non-biodégradables afin de limiter leur distribution dans les magasins. «La Dominique est fière d'être considérée comme «l'île Nature», a déclaré le premier ministre, Roosevelt Skerrit. Nous devons tout faire pour mériter ce surnom et en faire une réalité. La gestion des déchets solides est un problème qui nuit à cette perception et nous devons poursuivre nos efforts pour en venir à bout».
Après avoir été touché de plein fouet par l'ouragan Maria et avoir été spectateur des conséquences du changement climatique, le premier ministre incite le monde entier à agir pour préserver la planète. Avec cette mesure exemplaire, le petit pays estime qu'il «a une occasion unique de devenir un modèle pour le monde entier, un exemple qui montre comment une nation tout entière peut se relever après un désastre et résister au changement climatique pour l'avenir», a ainsi lancé le chef de l'État.
L'île à la faune et la flore luxuriante, peuplée de colibris, perroquets et de nombreux animaux marins n'est pas uniquement aux premières loges pour observer les conséquences du changement climatique, ses hauts-fonds et ses eaux chaudes sont aussi prisés des cétacés. L'île est en effet un sanctuaire pour les grands cachalots qui s'y retrouvent en été lors de la grande migration. La protection de ses océans est ainsi une priorité pour la survie de ces animaux menacés.

Mathilde Golla - Le Figaro - mercredi 19 septembre 2018

22/09/2018

Faut-il créer un défenseur de l'environnement?

La proposition de créer un "défenseur de l'environnement" nous est faite par Mme Cécile Muschotti, député LREM du Var (83). Dans le journal Nice-Matin du 15/9/2018, sous la signature de P.H. Coste,  cette jeune femme propose de " créer une autorité administrative complètement indépendante, chargée de veiller à la protection de l'environnement" s'inspirant du modèle du Défenseur des Droits.

Je trouve cette idée très judicieuse pour contrer les lobbies et mettre en garde le gouvernement contre des abus et des irrespects de la règlementation: boues rouges, dépôts sauvages polluants, créations de routes qui nuisent à l'environnement comme à Strasbourg, pollution de l'air, sauvegarde de la faune et de la flore, respect de la Loi Littorale… Car les associations, les particuliers auraient ainsi quelqu'un à interpeller...

Je pense que nous devrions être nombreux à soutenir cette idée et à la soumettre aux élus de tous bords. Des médias pourraient s'en emparer et en parler. Mme Cécile Muschotti, à terme, envisage de "pouvoir faire inscrire le respect de la biodiversité dans la Constitution française".  Espérons que le groupe LERM soutiendra son projet tout comme l'ont déjà fait Mrs Sébastien Lecornu et Hugues Renson. Vive l'indépendance des décideurs et bravo à cette proposition!

Lyliane

08/09/2018

Mobilisons-nous ce 8/9 en faveur du Climat!

Aujourd'hui, samedi 8/9/2019, 22 000 participants selon certaines estimations et plus vraisemblablement sont annoncés un peu partout en France et notamment à partir de 14H sur le parvis de l'hôtel de Ville de Paris, qui sera le point de ralliement de la "Marche pour le Climat". Cet événement  a été curieusement lancé par Mr Maxime Lelong sur Facebook. Pour cet entrepreneur de 27 ans, inconnu du grand public, la démission de Mr Nicolas Hulot de son poste de ministre de la Transition Ecologique a été  "un appel explicite à descendre dans la rue pour montrer que le climat est une priorité". Et il a été entendu!

Le porte parole du mouvement Attac, Mr Maxime Combes, estime  "qu'il y a eu par le passé très peu de manifestations massives sur le climat". New York, Copenhague… mais à Paris, fin 2015 en parallèle à la COP 21, la manifestation n'aurait pas eu l'ampleur escomptée en raison de la menace terroriste. Les associations de protection de l'environnement se réjouissent toutes de cet Appel à une Marche pour le climat, car ce 8/9 avait de toute façon été décrété Journée mondiale d'action pour le Climat. La démission de Nicolas Hulot aurait réveillé les militants...

"Tous ne choisissent pas d'organiser une marche, mais par des vidéos, des messages, on peut aussi témoigner de son envie de ne pas laisser de côté les questions climatiques" écrit Mr Fabrice Pouliquen dans le petit journal gratuit 20 Minutes. En effet, l'essentiel semble être de montrer au gouvernement que les citoyens ont déjà commencé à s'engager dans leur quotidien, même si c'est encore peu visible dans les médias. Pour eux, en effet, " la lutte contre le dérèglement climatique n'est plus une option" et ils n'attendent pas tout du gouvernement...

Espérons que ce sursaut citoyen ne sera pas un feu de paille et que la marche de ce samedi fera bouger intérieurement ou extérieurement beaucoup de personnes jusque là simples sympathisantes ou relativement indifférentes… Voir le hastag lancé par Mme Alexandra Romano, directrice d'une agence de communication à Paris: onprendlerelais, pour rester mobilisés et prolonger la manifestation. Cette dernière "veut rompre avec le pessimisme ambiant qui consiste à dire que c'est trop tard, que ça ne sert à rien d'agir parce qu'il y a Trump et les lobbies". En effet, elle voudrait "booster" des initiatives citoyennes. Alors, la suivrons-nous?

Lyliane

02/09/2018

La vague en 06 des piscines écologiques...

La piscine municipale de Roquebillière (Alpes-Maritimes) n'est pas vraiment comme les autres. 2 000 mètres carrés pour une baignade en plein air dans une eau sans aucun produit chimique. Si la couleur de l'eau tire plutôt sur le vert, c'est parce qu'elle est entretenue naturellement grâce aux plantes qui entourent le bassin, roseaux, iris et bambou. La piscine accueille un nombre limité de baigneurs chaque jour pour ne pas saturer l'eau en bactéries et seules les crèmes solaires biologiques sont autorisées. Des jets maintiennent l'eau à moins de 25 degrés afin de limiter le développement des algues. 50 000 euros par an d'entretien Certains baigneurs la trouvent trop fraîche, mais une dizaine de communes ont investi dans ces bassins biologiques. L'entretien de la piscine coûte environ 50 000 euros par an, un peu plus qu'une piscine traditionnelle, mais elle a permis de créer une dizaine d'emplois saisonniers et attirent de nombreux touristes : "Il y a plus de personnel, car il faut entretenir manuellement l'ensemble du bassin de baignade", explique Thomas Marcucci, directeur général des services de Roquebillière.

Selon France Info

01/09/2018

Un chantier d'insertion sur l'île de Porquerolles!

Mme Amandine Roussel est allée interviewer Mr Nicolas Cayon, maraîcher sur l'île de Porquerolles (83), qui encadre un chantier d'insertion sur 2 hectares. En 2014, l'Association de Sauvegarde des Forêts varoises, sollicitée par le Parc National de Port Cros a lancé un chantier d'insertion arboricole du nom de Les Copains. Puis, ils ont élargi Les Copains au maraîchage et ils font pousser fruits et légumes bios et de saison. En tout 96 salariés sous contrat sont déjà passés par Porquerolles.  L'équipe de jeunes ou moins jeunes (entre 18 et 60 ans) vend depuis 2017 la production directement sur place avec un petit marché les mardis, jeudis et vendredis de 10H à 13H.

L'objectif principal de ces chantiers est de remettre des personnes en rupture professionnelle sur le chemin de l'emploi. En effet, certains auront envie de continuer après leur contrat, car ils auront acquis une formation. Cela coûte certes de l'argent et pour le moment cette initiative n'est pas "rentable". Aussi, des partenaires sont activement recherchés par l'Association. Il y a déjà des membres bienfaiteurs qui financent cette initiative varoise (L'Occitane, Pierre et Vacances…), mais des particuliers peuvent également faire des dons, qui seront défiscalisés.

Pour cela, s'adresser à www.copainsporquerolles.fr.

Lyliane

 

28/08/2018

Spiruline, est-ce la ruée vers l'or vert!

Un article datant de novembre 2015 de la revue Terra Eco fait la part belle à une algue aux multiples propriétés: la spiruline. Mr Simon Barthélémy en effet montre l'engouement des agriculteurs comme des consommateurs pour ce concentré de vitamines, de protéines, d'oligo-éléments et de minéraux. Ce serait apparemment l'un des plus anciens êtres vivants de la planète, qui était déjà consommé par les Aztèques au Mexique et les Kanembous au Tchad.

La spiruline aurait été découverte par des humanitaires occidentaux en 1960. En paillettes, mélangée à des aliments ou en comprimés, elle est entrée alors dans le régime des végétariens en tant que protéine végétale. Aujourd'hui, son public s'est élargi: grands sportifs, personnes âgées, malades… Sa couleur bleu/vert provient de la phycocyanine, un pigment qui compose la spiruline. Cette algue unicellulaire se développe seule dans des bassins et une fois récoltée d'avril à septembre, la pâte est ensuite mise à sécher dans des fours solaires ou en plein air.

Mme Diane de Jouvenel, déléguée générale d'Antenna France, œuvre notamment à la diffusion de solutions techniques, dont la production de spiruline dans 30 pays pauvres. Pendant longtemps, Mr  Philippe Calamand a été le seul producteur dans l'hexagone (Hérault). Il a notamment  avec un biochimiste suisse monté une ferme à spiruline en Equateur. Il continue à faire des formations en Afrique et en Asie. Car, étant donné qu'elle n'est pas très gourmande en eau, la spiruline peut se cultiver sans gasoil ni électricité et équilibrer des régimes alimentaires carencés. Chez nous son prix a grimpé et la spiruline est vendue comme "complément alimentaire". Chaque année de nouvelles fermes se créent et attirent un public d'agriculteurs spiruliniers souhaitant se diversifier…

Pour aller plus loin sur ce sujet, consulter les sites www.spirulinelacapitelle.com, www.spiruliniers-defrance.fr ou même www.antennafrance.org.

Lyliane

25/08/2018

Un drone sauveteur à la rescousse...

Le Journal Nice-Matin du samedi 11/8/2018, s'alarmant des accidents de noyade qui se produisent chaque été en bord de mer malgré la présence ça et là de postes de secours, fait état d'un appareil high-tech nommé Helper qui veille déjà sur les baigneurs de Biscarosse et de Lacanau dans les Landes. Il s'agit d'un drone, imaginé et conçu par un médecin urgentiste spécialisé en milieu maritime, le Dr Fabien Farge. Celui-ci avec deux amis ingénieurs a voulu mettre au point un drone capable d'améliorer le sauvetage en mer.

Une start-up où travaillent 5 personnes est née de ce projet en 2016 et 6 brevets ont été déposés pour cet appareil capable de larguer une bouée auto gonflable tout en résistant à des vents de force 8. "Plus la météo est mauvaise, plus le drone est efficace" affirme le Dr Farge. Une étude scientifique pilotée par l'hôpital de la Timone à Marseille et le SAMU 40 loue l'intérêt de ce drone. La couleur rose du drone permet au nageur en difficulté de le repérer facilement. Sa vitesse dépasse les 100km/h et son rayon d'action est de 1km à l'ouest et de 1km à l'est. Même en cas de forte houle, le Helper est opérationnel.

La bouée géolocalisée permet à un hélicoptère d'être immédiatement sur place. Grâce à un intelligent système d'information dynamique, le drone, en un passage, photographie la zone qui est ensuite quadrillée sur un écran. Quant au largage de la bouée, il relève d'une décision du professionnel commandant l'appareil. Le drone est même capable de déposer un défibrillateur sur un bateau de secours. Il suffit ensuite d'appuyer sur un bouton pour que le drone revienne sur la plage.

Ces deux derniers étés, six personnes ont été sauvées dans les Landes par Helper Drone, affirme Mr Farge. Il y a, me semble-t-il, un grand intérêt à équiper de ce drone tous les postes de secours et toutes les municipalités de bord de mer que ce soit dans l'hexagone comme outre-mer. Une plateforme pétrolière a déjà saisi tout l'avantage qu'il y a à s'en  fournir. Les Croisiéristes, les marins de la Marine Marchande, les Marins- Pompiers, les Centres d'urgence comme le SAMU, le SMUR, les Services d'incendie et de secours, tous ces  organismes ne devraient-ils pas obtenir des aides pour être équipés de ce drone révolutionnaire? Car déplorer les accidents de noyade chaque année ne saurait suffire! Merci à cette start-up de penser à notre bien commun: la vie!

Pour en savoir davantage, consulter le site: www.helper-drone.com.

Lyliane

23/08/2018

Grâce au soleil, rendre potable l'eau de mer...

Mme Ambre Mingaz, journaliste à Nice-Matin, s'est intéressée dans la revue Nous à un procédé qui fonctionne tout seul et qui permet de rendre potable l'eau de mer. Elle nous présente Marine Tech, une start-up varoise installée à Signes, près du circuit du Castellet (83). Le PDG de Marine Tech, Mr Thierry Carlin, avec quelques ingénieurs et techniciens, est à l'origine de cette invention nommée Hélio. Trois ans de recherches ont été nécessaires. La société a pris un brevet sur l'autonomie complète du système qui fonctionne par condensation. Mr Carlin est fier "de produire l'eau la moins chère du monde, 100% renouvelable." Et l'article nous rappelle que 780 millions de personnes dans le monde n'ont pas encore accès à l'eau potable...

On savait, certes, dessaler l'eau de mer, mais pour ce faire les procédés utilisaient du pétrole ou de l'électricité. Le principe de Hélio est simple: le panneau solaire est là pour alimenter une pompe. Le liquide est capté (eau de mer, eau saumâtre ou boueuse), puis chauffé à 100°par le soleil. Par évaporation, des gouttelettes ruissellent le long des parois et sont récupérées dans le module Hélio. Il s'agit d'une distillation solaire! Puis, on y ajoute quelques sels minéraux avant l'écoulement par le robinet. Ce procédé économique peut produire 10 litres d'eau par jour. C'est suffisant en principe pour une famille de 5 personnes.

La start-up reçoit beaucoup de demandes venant d'Afrique. Hélio envisage de vendre des "fermes" au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie. La première est prévue à Abou Dabi en fin d'année 2018. Cela viendra peut-être en aide à des populations nomades vivant dans des régions qui se désertifient. Les matériaux sont 100% français et recyclables. Leur durée de vie est d'environ 30 ans. De plus, Hélio ne nécessite ni entretien, ni maintenance. Marine Tech a également développé d'autres innovations comme de pouvoir localiser et capter des sources d'eau douce sous-marines ou de pouvoir récupérer des pollutions en surface de la mer grâce à  des filets ou épuisettes géantes mises à disposition par la Marine Nationale . 

Pour en savoir davantage, contacter: www.marinetech.fr.

Lyliane

 

20/08/2018

Et si on se jetait à l'eau en piscine avec Swimmy?

Le journal Nice-Matin du samedi 11/8/2018 sous la plume de Mme Elise Martin nous fait savoir que "depuis un an une plateforme permet aux particuliers de louer leur piscine pour la journée, la demi-journée ou pour des événements dans la région de Vence". Cette sorte de "Blablacar pour les piscines" nommée Swimmy existe depuis 2017 et propose en effet un service de locations de piscine entre particuliers. Elle a été imaginée par deux parisiennes en vacances à Lyon. A 5 personnes, elles se sont lancées dans l'aventure et elles sont passées en peu de temps de 4000 utilisateurs à 10 000 aujourd'hui.

La région Paca est l'une des plus importantes en termes de propriétaires et de locataires et c'est une région où ce dispositif marche bien. L'article de Mme Martin signale qu'un Varois aurait gagné 2 200 euros en un mois en louant sa piscine. Une après-midi chez un particulier est estimée entre 12 et 18 euros par personne. C'est de plus "un moment de rencontre et de partage qui permet de rentabiliser les frais de l'entretien de la piscine, environ 400 euros par mois". Les locataires de piscines sont ravis de leur côté d'éviter les plages bondées. Une famille en vacances à Cannes témoigne: " Nous avons investi 55 euros pour barboter seuls de 13h30 à 18H30 et la petite a pu apprendre à nager". Certains propriétaires de grandes piscines choisissent d'accueillir jusqu'à 10 personnes ou louent leurs jardins pour des anniversaires ou des réunions de famille avec possibilité de se servir du barbecue ou du jacuzzi.

Cela reste une alternative à la plage qui, dans les régions de bord de mer notamment,  est susceptible de convenir à de nombreuses personnes. Pour plus d'information, s'adresser à www.swimmy.fr.

Lyliane

16/08/2018

La France va accueillir environ 20 personnes sur les 87 qui sont à bord de l'Open Arms en Espagne.

Le bateau Open Arms,  le navire d'une ONG humanitaire espagnole, arrivé le 9/8/2018 à Algésiras avait à son bord quelques 87 personnes recueillies au large de la Libye quelques jours auparavant. La plupart sont des Soudanais de la région du Darfour et ils avaient passé 50 heures au moins sans eau sur un canot pneumatique dérivant en Méditerranée. Comme l'Aquarius, le Lifeline et le Pozzallo, l'Open Arms s'est heurté au refus du nouveau gouvernement italien de les accueillir. L'Espagne leur a généreusement ouvert ses ports de Valence et d' Algésiras, tout comme Malte. La France a décidé d'accueillir une partie de ces réfugiés (une vingtaine environ) après examen de leur situation.

Cette décision est "conforme à l'esprit du conseil européen de juin 2018 préconisant des solutions concertées et coopératives entre les Etats Membres de l'UE". Une équipe de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) va se rendre sur place pour examiner les situations individuelles et déterminer qui sont celles et ceux qui ont le plus besoin de protection. Cela pourrait déboucher éventuellement sur un droit d'asile. L'article signale que c'est la quatrième fois que des pays européens décident de se répartir les "migrants" qui débarquent sur la côte méditerranéenne depuis que le gouvernement italien a bloqué ses ports aux navires humanitaires.

Merci à l'Espagne de prendre le relais de la Grèce et de l'Italie et à tous les bénévoles des navires humanitaires qui sauvent la vie de ces exilés fuyant la guerre et la misère au péril de leur vie! Selon moi, la France s'honore de prendre sa part de ce vaste mouvement de solidarité européenne...

Lyliane

14/08/2018

Bloom, une association pour défendre la biodiversité marine...

Mme Laurence Le Saux dans le journal Télérama N° 3576 de fin juillet 2018 donne la parole dans une longue interview à Mme Claire Nouvian, militante écologiste, qui a crée l'association Bloom en 2004, afin de préserver les ressources naturelles marines. Cette femme de 44 ans vient de recevoir le prix Goldman pour l'environnement. Pourtant, petite-fille d'un défenseur du nucléaire et fille d'un cadre chez Total, Mme Claire Nouvian, de formation éclectique et plutôt littéraire (histoire, russe et numismatique) ne semblait pas destinée à devenir cameraman et militante engagée à défendre l'environnement marin sur toute la planète.

Mme Nouvian a commencé à travailler en tant que journaliste en Argentine. De retour en France, elle s'est tournée vers le documentaire animalier et scientifique. Son déclic s'est produit à l'aquarium de Monterey en Californie en découvrant par le biais d'un film un canyon de 4000 m de profondeur comportant des espèces inconnues du grand public. Fascinée par ce monde beau et fragile, elle a publié un livre de photos "Abysses" et exposé celles-ci au Muséum national d'Histoire Naturelle de Paris.

Toutefois, afin de sensibiliser davantage le grand public, de dénoncer l'utilisation des filets électriques en Europe et de tenter de mobiliser les politiciens, elle a lancé avec Bloom des campagnes pour protéger les fonds marins.  Refusant les arrangements, parlant vrai, elle a animé durant l'été 2017 l'émission "Lanceurs d'alerte" sur France-Inter. Actuellement, l'association qu'elle préside et qui est soutenue par des fondations a lancé une pétition demandant l'interdiction en Europe des filets électriques, du chalutage en eau profonde qui abîment les fonds marins et tuent des milliers de poissons.

Cette technique, théoriquement interdite depuis 1998 par l'Union Européenne est malheureusement toujours d'actualité! Grâce à une exception introduite discrètement par la Commission Européenne pour la Mer du Nord, ce type de pêche industrielle subsiste en effet pour 5% des flottes de chalutiers à perche de chaque Etat européen. Les Pays-Bas s'en servent abondamment, ce qui nuit chez nous aux petits pêcheurs de Boulogne, Dunkerque et Calais notamment.

Mme Nouvian déplore que le gouvernement français actuel soit trop laxiste (extractions de sable) et trop proche des lobbies industriels, notamment près de sites naturels classés par l'Union Européenne Natura 2000. Elle se demande aussi ce que peut faire Mr Nicolas Hulot dans un gouvernement libéral, où les parlementaires comme à Bruxelles sont fortement influencés et parfois même corrompus par les géants de l'industrie. Elle déclare même que s'engager en faveur des migrants pourrait la concerner si elle avait plus de temps...

Pour en savoir davantage sur l'association Bloom ou s'engager en faveur d'une pêche responsable, contacter par exemple:https://www.bloomassociation.org et lire l'ouvrage de Mme Nouvian publié chez Fayard en 2006 "Abysses" (256 pages et 45 euros)

Lyliane

12/08/2018

De l'intelligence artificielle au service de la sécurité...

Mme Ambre Mingaz, journaliste à Nice-Matin, explique dans le journal "Nous" comment une start-up toulonnaise a conçu un capteur innovant, qui, relié à un smartphone, permet un retour sur les plongées effectuées, notamment en vue de limiter les risques d'accident pour les plongeurs. Cette nouvelle technologie, développée par un ancien plongeur de la Marine, Mr Axel Barbaud, après 10 ans de recherches, est en passe de révolutionner la pratique des passionnés de plongée.

Cet appareil  est un capteur acoustique, appelé O'Dive, qui fonctionne à ultrasons en interaction avec un smartphone et en lien avec un serveur de données contenant des algorithmes. Après ses différentes plongées, en posant le capteur sur sa clavicule peu après ou au bout d'une heure environ, le plongeur peut mesurer la quantité de microbulles de gaz présente dans son système veineux. Ces données sont alors analysées et recoupées avec d'autres données (âge, condition physique, profondeur, mélange respiratoire…) pour affiner la pratique du plongeur et suivre sa décompression personnelle.

On estime en France le nombre d'accidents de décompression à 300 par an et environ 3000 à l'échelle mondiale. Actuellement, une cinquantaine de ces capteurs a été distribuée auprès de professionnels, de clubs de plongée et de loisirs. Mr Eric Alberola, qui dirige le Club de St Mandrier Plongée, utilise ce capteur depuis un mois et demi sur des plongeurs réguliers. Il semble satisfait car "cette technologie permet d'adapter ses profils de plongée et sa décompression en évitant des accidents immérités". La commercialisation de ces capteurs est prévue dans quelques semaines via le site de la société Azoth-Systems à Toulon (83) et auprès des clubs de plongée locaux.

Pour en savoir davantage, contactez le site: www.azoth-systems.fr.

Lyliane

11/08/2018

Se soigner avec la mer...

Dans le journal Version Femina de la fin juillet 2018, Mme Sylvie Boistard a listé pour nous les effets thérapeutiques bénéfiques de l'eau de mer. En effet, en cette période estivale où beaucoup d'entre nous sont en congés au bord de la mer, le sujet est d'importance. L'air marin notamment près de la Manche ou de l'Atlantique par exemple est réputé exempt de germes. Les embruns et l'écume des vagues enrichissent l'atmosphère par leurs microgouttelettes ( composées d'oxygène et d'iode ) chargées d'ions négatifs. A marée basse, les algues libèrent des sels iodés en se décomposant. Mme Marie-Noëlle Veillet-Berry, directrice du Centre de thalassothérapie Alliance Pornic signale que "la pression atmosphérique de l'air marin est très élevée", ce qui ne peut manquer de stimuler les échanges gazeux au niveau des poumons et du cerveau.

De plus, l'eau de mer est gorgée de sels minéraux (potassium, calcium, carbonates) et d'oligo-éléments (zinc, chrome, manganèse, brome…) utiles à l'assimilation des vitamines, à l'équilibre nerveux et à la consolidation des os. La constitution de l'eau de mer est très proche de celle du plasma sanguin. Si l'on est loin de la mer, boire de l'eau de mer filtrée (ampoules de Quinton) en cures de 21 jours pour revitaliser l'organisme. Cette eau de Quinton existe également en spray pour hydrater les fosses nasales. Manger crevettes, crabes, homards aide aussi à se reminéraliser. L'association de Glucosamine et de Chondroïtine contribue à favoriser la flexibilité et l'élasticité des os. Avant d'en consommer, en parler à un pharmacien ou au médecin traitant.

En ce qui concerne les algues, certaines sont cicatrisantes et arrêtent les saignements. En manger (tartare d'algues) nous fait profiter de leurs minéraux. Le sel de mer enfin, renferme du magnésium et contribue à l'équilibre nerveux. Utiliser de préférence du sel de table marin non raffiné comme la fleur de sel de Guérande. A l'avenir, les fonds marins pourraient nous fournir des molécules utiles à la santé. Des Instituts de recherche comme à Marseille par exemple sont sur la piste d'un toxique   marin qui pourrait se révéler utile dans les traitements anti-cancéreux.

Pour en savoir davantage, consulter l'ouvrage de 2011 paru chez Marabout concernant "les bienfaits de la thalasso" de Mme Veillet  ou les sites Internet:www.manros.therapeutics.fr ou www.plasmadequinton.com.

Lyliane

06/08/2018

Faut-il limiter l'usage des produits chimiques agricoles comme le glyphosate?

Un article de Mr Julien Da Sols dans le journal La Croix nous apprend que, depuis 6 mois, 40 organisations agricoles, menées par la FNSEA  travaillent sur la question de solutions visant à remplacer ou à diminuer l'usage du glyphosate, un herbicide très utilisé mais aussi très controversé en agriculture. Mme Christiane Lambert, présidente  de la FNSEA, a présenté le 11/7/2018,36 solutions développées par syndicats, organismes de recherche, instituts interprofessionnels. certaines de ces solutions sont déjà abouties, d'autres sont en cours de développement.

Ces solutions ont été classées en 8 familles: pratiques agronomiques(fertilisation, irrigation, structure du sol), amélioration des plantes, agriculture numérique, robotique, biocontrôle (méthode de protection des cultures avec des organismes naturels), démarches de filières et de territoire, produits innovants et enfin conseil, formation et diffusion. Leur objectif est de "réduire l'usage, les risques et l'impact des produits phytosanitaires, tout en garantissant la productivité, la compétivité et la pérennité des exploitations agricoles".

Actuellement les organisations agricoles attendent un signe du gouvernement et notamment un accompagnement financier des agriculteurs le temps que des solutions nouvelles émergent. Un contrat est en préparation, mais pour tous le monde agricole le mot d'ordre est: "pas d'interdiction sans solution!". Une recherche d'alternatives au glyphosate est en cours. Du côté de l'INRA, un rapport de novembre 2017 signale que dans certains secteurs "la recherche est dans une impasse".

Pour approfondir ce sujet, lire les commentaires sur Internet sur www.rfi.fr/france/20180529-france-fin-glyphosate-2021-refoulee-loi-travert-agricult.

Lyliane

 

29/07/2018

Des mini-expéditions scientifiques à la voile ouvertes à tous!

Le Journal gratuit Biocontact de juillet/août 2018 nous informe d'une initiative que je trouve formatrice pour jeunes ou moins jeunes désireux de vivre pour quelques heures le quotidien des chercheurs en biologie marine. En effet, Mr Guillaume Leguen, un jeune technicien supérieur de l'environnement formé à l'Institut national des sciences et techniques de la mer de Cherbourg, organise des sorties éducatives de quelques heures à bord de du voilier Roqui 4. Il part du port de St Quay-Portrieux (Côtes- d'Armor) et embarque des volontaires pour de courtes missions dans le cadre de l'association Exocéan. 

"En prélevant des planctons à l'aide d'un filet au maillage très fin, les participants rapportent des échantillons, qui sont ensuite examinés à l'aide d'une loupe binoculaire sous une tente installée sur le quai". De ce fait, les promeneurs sont invités à venir voir cette faune insoupçonnée présente dans les océans. L'équipe transmet également des échantillons à la station biologique marine de Concarneau, qui effectue des recherches sur les larves de poissons de nos littoraux.

Cette démarche pédagogique en immersion complète s'inscrit pleinement dans les objectifs du Pavillon Bleu, qui est un label engagé pour le développement durable. Pour en savoir plus, contacter sur Internet: www.exocean.org et www.teragir.org.

Lyliane

23/07/2018

Les gestes essentiels du tourisme durable...

La revue Que choisir de juillet/août 2018 s'intéresse à nos voyages et à notre souci de préserver en même temps la planète. Mr Morgan Bourven décrypte pour nous, dans un long article égayé d'images et de commentaires, comment "voyager vert". Nous savons en effet que l'avion est l'un des plus gros émetteur de gaz à effet de serre. Un tourisme écoresponsable est-il néanmoins encore possible aujourd'hui?

Les gestes du tourisme durable seraient selon lui:

- de s'adresser à des voyagistes impliqués et labellisés par l'association ATR (agir pour un tourisme responsable) ou ATES (association pour un tourisme équitable et solidaire) et de vérifier qu'ils travaillent avec des populations locales.

- de limiter l'avion en privilégiant les vols directs et en classe éco plutôt qu'affaires.

- de partir plus longtemps pour rentabiliser le vol.

- de choisir des logements éco-responsables, soit chez l'habitant, soit en couch-surfing. Le label environnemental Green Key/La clef verte a labellisé 603 établissements en France et 2 700 dans le monde.

- d'emprunter des transports doux (trains, bus locaux) plutôt que des vols intérieurs ou des taxis.

- d'économiser l'eau pour la boisson et la toilette.

- de manger local: fruits et légumes locaux de saison. Peu ou pas de viande.

- de respecter l'environnement (déchets, respect des animaux sauvages…)

- de penser à la compensation en privilégiant les labels Gold Standard (GS) ou le VCS (Voluntary Carbon Standard, en choisissant Ryanair ou en plantant des arbres au retour en France(Good Planet…)

Bonnes vacances à tous en évitant le tourisme de masse!

Lyliane

28/06/2018

Aquarius : "la situation est dramatique" selon France-Info...

 

L'Espagne va accueillir les migrants à bord de l'Aquarius, le bateau de SOS Méditerranée. Une décision qui fait un "large consensus" au sein de la classe politique espagnole.

 

L’Aquarius est au cœur de la crise diplomatique qui a opposé la France et l’Italie ces derniers jours. Mego Terzian, président de Médecins sans frontières (MSF) France, une ONG dont plusieurs membres sont sur le bateau qui transporte 629 migrants, revient depuis le plateau de Soir 3 sur la situation à bord. "Le bateau est en route pour Valence, une ville espagnole (…) Une quinzaine de patients (...) nécessitent un suivi médical assez régulier en plus d'autres personnes qui sont malades. On a aussi beaucoup de mineurs non accompagnés à bord du bateau". "On ne sait pas comment les autorités européennes vont réagir" Mego Terzian ne décolère pas face à la décision italienne de refuser d’accueillir les passagers de l’embarcation. "La situation est dramatique. Ces gens ont fui la violence et maintenant ils tombent dans un piège et dans un jeu politique entre des pays européens." Si l'Aquarius symbolise la crise migratoire, le président de MSF France craint aussi les répercussions de cette affaire dans le futur. "Avant ce problème, on a eu des soucis avec des gouvernements européens, notamment le gouvernement italien il y a six mois (…) Ils nous ont déjà posé des problèmes avant l'Aquarius. Après l'Aquarius, si on doit mener une opération de secours en mer, on ne sait pas comment les autorités italiennes ou les autorités européennes vont réagir."
 
Franceinfo - Franceinfo - samedi 16 juin 2018
 
Quant à nous, en France, pourquoi ne pas ouvrir un port ou deux avec une organisation à terre pour recevoir les réfugiés et pour accueillir ces bateaux en détresse ne serait-ce qu'en signe de solidarité ou de simple humanité?
Lyliane

02/06/2018

Vous avez dit massage de santé ou de beauté...

Depuis des millénaires, écrit Mme Claire Dhouailly dans Version Femina, le massage s'inscrit dans une hygiène de vie, dont l'objectif est de rééquilibrer les énergies. Dans nos pays occidentaux, le toucher est resté longtemps tabou. Dans les années 70, sous l'impulsion du mouvement New-Age américain, les massages enveloppants visant le lâcher-prise de tout le corps ont commencé à être proposés. On appelle ce type de massage, le massage californien. Sa spécificité est que les gestes de la masseuse sont fluides et amples (effleurages, lissages, mouvements circulaires...) et concernent tout le corps. De quoi faire prendre conscience de chaque parcelle de notre organisme et soulager en douceur les tensions éventuelles.

Le protocole manuel ou abhyanga est le massage traditionnel de l'ayurvéda, né il y a 5000 ans en Inde. il cible les tissus, les muscles et les articulations, afin d'éliminer blocages et toxines. Le corps est massé à l'huile chaude en profondeur des pieds à la tête par des pressions, pétrissages, vibrations. Les changements de rythme sont là pour aider la personne à déconnecter totalement.

Le Shiatsu, développé au 20 ème siècle, signifie en japonais "pression des doigts". Son objectif est de stimuler les méridiens énergétiques, de détendre et de régénérer la peau en travaillant pendant 25 minutes environ le cuir chevelu, le visage, les mains et les épaules. La pose d'un masque, l'application de serviettes chaudes et des respirations peuvent être associés à ces soins anti-âge.

A Madagascar, 52 manœuvres sont entreprises de la pointe du crâne jusqu'aux orteils. Une voix et une musique accompagnent le travail des mains de l'esthéticienne. Sont visés le drainage et la circulation de l'énergie le long des méridiens par une gestuelle variée (doigts, paumes, avant-bras, poings...). On en sort habituellement requinqué.

L'Amérique du Sud de son côté offre des massages aux pierres chaudes, volcaniques ou pas, afin de décontracter les muscles et d'améliorer la circulation. Sur la peau huilée, des lissages et des effleurements sont pratiqués en gestes lents sur tout le corps à l'aide de pierres chaudes calées dans les mains de la masseuse. La séance se termine par des effleurages aux pierres lisses et froides, sur  le visage, le décolleté, la nuque et le dos accompagnés d'effluves d'essence de romarin.

En Thaïlande, le massage peut se recevoir nu ou habillé. Le corps est souvent au préalable exfolié aux cristaux de sel de mer, puis vient un modelage (pressions, étirements...) pour dénouer les tensions, libérer les zones de blocage physique et émotionnel. En Polynésie par contre, le "lomi lomi" est un massage pratiqué traditionnellement par les guérisseurs des îles Hawaï à des fins thérapeutiques. Des bercements doux, puis des lissages et pétrissages musculaires ont lieu avec du sable chaud. Sensations enveloppantes et relaxation garantis!

Le massage coréen, enfin, fait partie des soins de beauté traditionnels, visant à nettoyer la peau du visage et à activer la micro-circulation à l'aide d'éponge konjac, de spatules et de tapotements... Au cours des 30 minutes du soin, le ginseng, racine appelée "herbe de longévité", est très souvent utilisé. Un bien-être et un éclat qui se remarquent ensuite!

Pour en savoir davantage sur soins et massages de ces différentes traditions, consulter par exemple: www.thalgo.fr,  www.phytomer.com, www.yonka.fr ou www.cinqmondes.com.

Lyliane

01/06/2018

Appel aux citoyens français pour défendre l'intérêt général en matière d'écologie...

Mr Hervé Lebreton, professeur de mathématiques et auteur de l'ouvrage paru en avril 2018 "Je veux vivre en démocratie" avec son Association "Pour une démocratie directe" a rendu publiques, dans son ouvrage paru chez Max Milo, de nombreuses dérives dans nos institutions françaises. Il réclame notamment plus de transparence chez nos élus (conflits d'intérêts, réserve parlementaire, enrichissement personnel de certains élus…). Considéré comme un "lanceur d'alerte", il est suivi de près par les Renseignements Généraux, certains députés et sénateurs… Pour en savoir plus, consulter par exemple son site ou celui des éditions Milo.

Même si je ne souhaite pas m'engager sur ce terrain là, (plutôt risqué au demeurant), cet homme pose une question qui m'a donné le désir d'écrire cet article: "De simples citoyens peuvent-ils défendre l'intérêt général". Personnellement, je pense qu'il est grand temps de ne plus nous contenter de ronger notre frein et d'accepter que, décision après décision, nos élus ajournent ou dénaturent des lois urgentes sous le poids de lobbys industriels. Hier, 30/5/2018, je lisais sur Internet un article du Journal Libération à propos de la Loi Agriculture et Alimentation. Son titre  était:" Pourquoi les lobbys gagnent-ils toujours à la fin?" et il m'a renforcée dans mon ressenti d'un "trop c'est trop"!. 

Le journaliste de Libération cite notamment que, dans la loi votée hier, toutes les mesures visant à restreindre la dangerosité du glyphosate, herbicide reconnu pourtant cancérogène par l'O.M.S. (Organisation Mondiale de la Santé), ont toutes été repoussées: survol par des drones des champs traités, zone de protection autour des habitations, transparence de l'industrie des pesticides, fonds d'indemnisation des victimes du glyphosate… Il y avait déjà eu le C.E.T.A, les prospections offshore de Total en Guyane, les résistances du lobby nucléaire à fermer de vieilles centrales, des scandales sanitaires… Nous pouvons nous interroger: jusqu'où sommes nous prêts à aller sans réagir? 

Le journal Libération pose également à juste titre deux questions importantes: "Notre démocratie serait - elle polluée, dans le plus grand secret, par des abus et des conflits d'intérêt"? Notre Assemblée Nationale serait - elle la plus pro-business de notre histoire?" Je pense, pour ma part, qu'il est encore temps de peser sur nos élus de quelque bord qu'ils soient, députés comme sénateurs, et de ne pas continuer à paraître d'accord avec des textes votés en notre nom. Le Ministre Mr N. Hulot, en qui beaucoup avaient placé leur espoir, "prétend réconcilier économie et écologie"...Cela signifierait-il que l'économie primerait sur la défense de l'environnement?...

Il me semble, quoi qu'il en soit, qu'il est grand temps de faire savoir, par tout moyen pacifique à notre portée (pétitions, tweets, courriers, articles, conférences, réunions associatives, interviews…), que nous n'approuvons pas les reculades gouvernementales successives, qui ne vont pas dans le sens d'une protection des citoyens comme de notre planète. Allons-nous enfin nous réveiller et réveiller les consciences comme par exemple tente de le faire Mme Elise Lucet dans Envoyé Spécial avec les Monsanto Papers ou en dénonçant le lobby du tabac… ou Mme Marie Monique Robin à travers ses films engagés? Cet article est comme un appel citoyen à pratiquer une forme de démocratie directe et à ne plus ajourner à demain un sursaut, pacifique mais nécessaire, des citoyens que nous sommes.

Pour conclure, je conseillerai à tous de lire non seulement l'ouvrage de Mr Hervé Lebreton, mais aussi celui de Mr Maxime Combes intitulé: "Sortons de l'âge des fossiles!" paru au Seuil en octobre 2015. Pour ceux qui voudraient lancer un sondage ou une pétition, s'adresser sur Internet à www.mesopinions.com, site de sondages et de pétitions en ligne.Mesopinions.com : Site de petitions et de sondages en ligne - Créer, gérer gratuitement vos pétitions et vos sondages en ligne Ensemble, tout devient possible !

Lyliane

 

 

24/05/2018

Déchets chimiques des particuliers: comment les jeter sans danger?

Dans le supplément à Nice-Matin: Nous, j'ai découvert un article de Mme Caroline Ansart au sujet des déchets chimiques des particuliers et de l'interrogation de beaucoup de personnes sur la meilleure façon de s'en débarrasser. Ce sont généralement des produits utilisés pour le bricolage, le jardinage, l'entretien automobile ou l'entretien de la maison. Ils nécessitent en effet une prise en charge spécifique et sécurisée. Ils ne doivent donc pas être jetés dans les poubelles des ordures ménagères ou dans les poubelles de recyclage des emballages, même s'ils sont vides. On estime à 60 000 tonnes la quantité de ces emballages de déchets chimiques détenus en France chez des particuliers.

Il faut savoir que, depuis 2013, il existe un éco-organisme pour "déchets diffus spécifiques" ou EcoDDS, chargé de superviser leur collecte et leur traitement, complétant la filière (emballages, déchets électroniques...). Tous les acteurs de cette filière (fabricants, revendeurs...) paient une contribution. Il appartient donc aux particuliers d'apporter ces déchets chimiques dans une déchetterie avec du personnel formé pour les manipuler. Il est donc nécessaire de se renseigner auparavant. Depuis 2014, EcoDDs organise aussi des journées de collectes ponctuelles de ces déchets chimiques sur le parking des enseignes de bricolage partenaires.

Evitez de mélanger les produits chimiques et de les transvaser, car un accident est vite arrivé. Dans un centre de traitement ad hoc, les peintures et produits phytosanitaires, vernis, colles... sont habituellement incinérés. Les acides et les bases subissent un traitement physico-chimique.  Les filtres à huile des voitures peuvent être recyclés, par récupération du métal, de l'huile et du papier. Les aérosols sont généralement recyclés.

 

évacuation et tri des déchets chimiques 

Pour contrer le problème d'abandon dans la nature de produits dangereux ou polluants, EcoDDS  vous renseigne. Par géolocalisation, l’éco-organisme indique les points de collecte les plus proches de chez vous. Il s’agira soit de déchetteries, soit d’opérations de collecte ponctuelle. D’ores et déjà, près de 2 500 déchetteries, sur les 4 200 existantes en France, sont répertoriées, couvrant 60 % de la population. Ces dernières années, les opérations de collecte ponctuelle ont été organisées en juin et en octobre dans 4 grandes régions : Ile-de-France, Nord Pas de Calais, Rhône Alpes et Pays de la Loire. Toutes les informations, dates et lieux de collecte sont mises en ligne en amont sur le site d'EcoDDS.

Bref, un bon trieur se renseigne à sa déchetterie et ne fait pas n'importe quoi avec ses déchets polluants! Pour en savoir plus, s'adresser par exemple à : www.serviceactionsante.fr/Collecte-Dechet/Industriels/ ou à www.recyclage.veolia.fr ou même à https://ecodds.com/particulier pour connaître les possibilités de dépôt près de chez soi.

Lyliane

20/05/2018

Comment protéger nos océan? 10 conseils à tous par la Fondation Maud Fontenoy...

J'adopte les 10 gestes pour protéger les océans !
 
1. Je n'abandonne pas mes déchets sur la plage. L'été, les poubelles des plages débordent. Pour éviter que les détritus finissent dans la mer, je les ramène à la maison et je les trie avant de les jeter ! 2. Je respecte les sentiers côtiers. Ces chemins nous permettent de profiter des richesses du littoral sans déranger la faune et la flore qui y vivent.
 
3. Je ne marche pas sur les dunes. Elles protègent nos côtes et, pour les préserver à notre tour, il ne faut pas arracher les plantes qui y poussent ni y marcher ou circuler en deux roues.
 
4. Je laisse les fonds marins intacts. En plongée, je fais attention à ne pas abîmer les coraux avec mes palmes et je ne remonte aucun « souvenir » à la surface.
 
5. Je mange du poisson de saison. Comme pour les fruits et les légumes, j'achète des produits de la mer de saison. Je respecte ainsi les cycles de reproduction et le bien-être des espèces marines. Des sites comme www.mrgoodfish.com ou www.consoglobe.com donnent tous les conseils nécessaires pour faire les bons choix.
 
6. Dans mes courses, j'achète des articles qui préservent l'environnement. Fruits et légumes issus de l'agriculture biologique, détergents « verts »... Consommer écoresponsable contribue à la sauvegarde de nos océans en réduisant notre impact sur les milieux naturels.
 
7. Je navigue vert. Plaisanciers, adoptez des réflexes écologiques ! Voici trois exemples de gestes simples : éviter de jeter les ordures par-dessus bord, bannir les produits toxiques pour nettoyer les embarcations et utiliser un dispositif anti-débordement pour ne pas répandre de carburant dans l'eau.
 
8. En mer, je gère mes déchets. Pour vos détritus, adoptez le principe des 3 R : réduire, recycler et réutiliser ce qui peut l'être !
 
9. Je limite mes émissions de gaz à effet de serre. Saviez-vous que les océans absorbent une grande partie du CO2 présent sur la planète ? Aujourd'hui la mer devient de plus en plus acide à cause des trop grandes quantités de gaz à effet de serre que nous produisons. Au quotidien, nous pouvons limiter nos émissions : privilégier la marche à pied, le vélo, les transports en commun ou le covoiturage, ou choisir le train plutôt que l'avion lorsque c'est possible. Vous rendrez ainsi service à notre planète. A terre comme au large !
 
10. Je m'engage en participant à des actions de protection de l'environnement marin. Les initiatives ne manquent pas dans ce domaine ! 
 
Chaque été, la Fondation Maud Fontenoy organise par exemple une grande tournée des plages françaises pour sensibiliser à la protection des océans.

............................................................................................................................................................

A quelques semaines de l'arrivée des vacanciers sur nos plages, voici des conseils qu'il n'est pas inutile de rappeler.

Lyliane

17/05/2018

Des poubelles flottantes pour collecter les déchets dans les ports...

La grande épuisette, nommée Salabre, qui servait à ramasser les détritus en mer a été remplacée depuis peu dans les ports de Golfe-Juan(06) et de Toulon(83) par des poubelles flottantes mises au point par des surfers australiens. En effet, écrit le journal "Nous", supplément de Nice-Matin, Mrs Peter Ceglinski et Andrew Turton ont imaginé un "Seabin" muni d'une pompe électrique qui crée un courant continu attirant déchets et hydrocarbures vers un collecteur. La Société Poralu a commercialisé cette invention très utile, qui peut fonctionner 24h sur 24 et qui permet de traiter 7 jours sur 7: 25 000 litres d'eau par heure.

Chaque jour, ce sont 1,5 kg de détritus qui sont collectés dans ces 2 ports dans un sac en fibres naturelles et ils peuvent ensuite être triés à terre. Nous devons remercier la Chambre de Commerce et d'Industrie du Var qui a dépensé 4 000 euros pour l'acquisition de ces Seabin. Faisons connaître cette invention autour de nous et demandons à nos élus de s'y intéresser. Il en va de la propreté de la mer et des océans qui bordent nos côtes!

Selon la revue Science et Avenir, plusieurs ports de plaisance (La grande-Motte...) et ports commerciaux en France comme en Angleterre (Porsmouth) étudient actuellement la possibilité d'acquérir ces "poubelles des mers". Ils ont été fabriqués jusqu'ici en 500 exemplaires à quelques 3 300 euros pièce. Pourquoi d'autres ports français et étrangers ne feraient-ils pas cet investissement? Les citoyens européens que nous sommes pourraient peut-être même choisir d'investir sur une plateforme participative afin de soutenir de tels projets...

Pour en savoir davantage, contacter la Société Poralu sur Internet à

poralumarine.fr/gabarit1_23.n.html  ou Seabin sur www.seabinproject.com.
 
 Lyliane

         

 

 

23/04/2018

Acidose: comment alcaliniser son terrain?

Dans le journal Biocontact N°289 d'avril 2018, un article de Mme Justine Lamboley, naturopathe, a retenu toute mon attention car il peut intéresser beaucoup d'entre nous. En effet, en raison du stress, d'un rythme de vie hyperactif, d'une alimentation dénaturée, trop grasse, raffinée ou transformée, d'une santé fragile (diabète, cancer) ou d'un régime amaigrissant, l'équilibre entre acides et bases à l'intérieur de notre organisme est souvent perturbé. Or, alcaliniser notre terrain permet d'être en meilleure forme, le plus possible de bonne humeur, d'avoir davantage d'énergie et de se protéger des maladies. Donc c'est bénéfique à tout âge et notamment aux étudiants en période d'examens.

Le pH du sang est généralement compris entre 7,32 et 7,42. Le pH urinaire s'élève normalement autour de 6,5 le matin et de 7,5 le soir. Notre organisme fait tout pour maintenir au mieux ces pH. Ce sont le liquide extracellulaire, le mésenchyme, les poumons, le foie et les reins qui équilibrent ce pH dans le sang comme dans les tissus du corps. Pour mesurer son pH urinaire, on peut se procurer des bandelettes de papier "tournesol" en pharmacie ou en boutique bio. Pendant 5 jours à 3 reprises selon l'heure, mesurer le pH et ensuite faire la moyenne. Si le pH est inférieur à 7, on est en acidose. Entre 7 et 7,5 on est plus ou moins en recherche d'équilibre. Au-delà de 7,5, l'urine est alcaline.  

"Un repas équilibré au niveau des acides et des bases", écrit Mme Lamboley , "devrait être dans un rapport 1/3 d'aliments acidifiants pour 2/3 d'éléments alcalinisants". Les fruits et les légumes bio (crudités notamment dont ail, oignons, carottes, avocat, concombres de même que bananes, kakis, pomme de terre cuite  et jus de légumes) aident à alcaliniser le corps. En respirant davantage, en marchant 20 minutes par jour, en méditant, en pratiquant des sports doux et non des exercices cardios, en entretenant des pensées positives, comme en  créant autour de soi un environnement relaxant, on aide également à alcaliniser le terrain. 

Il faut savoir, en effet, qu'une surcharge acide favorise les processus inflammatoires. Fatigue chronique, dépression, douleurs articulaires, ostéoporose, eczéma, psoriasis, diabète, maladies cardio-vasculaires, cancer, maladies d'Alzeihmer sont réputés évoluer sur un terrain acide... Aussi, rétablir en permanence notre équilibre acide-base est essentiel pour rester en bonne santé.

Selon la naturopathe citée plus haut, faire une cure détox ou jeûner au moins 3 jours de suite une à deux fois par an permettrait de régénérer notre organisme. La correction du terrain par du bicarbonate de soude, du citron ou par des compléments alimentaires serait délicate. Elle recommande cependant le lithotamme (pH 9), le sérum de Quinton,  l'algue Klamath, le jus d'herbe d'orge, les infusions de prêle, d'ortie et de poudre de bambou Tabashir.

Pour approfondir le sujet, lire l'ouvrage de Mme Lamboley "Jeûner à la maison", le guide pratique d'une cure détox. Sur internet, consulter par exemple : www.jeuneralamaison.fr.

Lyliane

13/04/2018

Les bains dérivatifs selon Mme France Guillain...

D'où vient cette pratique ?

Selon France Guillain, conférencière et auteure de plusieurs ouvrages sur les bains dérivatifs, l’habitude des Écossais, des Indiens, des Polynésiens et de nombreux autres peuples de ne pas porter de sous-vêtements sous le kilt, le pagne ou le drapé, favoriserait un bon drainage des toxines du corps.
En effet, au cours d’une marche sans sous-vêtement (comme la pratiquaient nos ancêtres préhistoriques), les côtés des aines, légèrement humidifiés de sueur, se frottent l’un contre l’autre et ceci aurait pour effet de stimuler la motilité des fascias. Ces fascias seraient chargés notamment de drainer les déchets métaboliques vers les voies d’excrétion par de fins canaux les parcourant. Toujours d’après France Guillain, la marche sans sous-vêtement, de par l’évaporation de la sueur, créerait une zone de fraîcheur locale qui diminuerait très légèrement la température corporelle, limitant l’inflammation, donc l’oxydation et, par conséquent, le vieillissement. À l’appui de ses dires, France Guillain indique que la température corporelle moyenne des Occidentaux est passée en une cinquantaine d’année de 36,6 °C à 37,2 °C, ce qui témoigne d’un état inflammatoire chronique.

Les bains dérivatifs, qu'est-ce que c'est ?

Connus depuis des milliers d’années en Chine, les bains dérivatifs ont été décrits pour la première fois en Occident par Louis Kuhne, à la fin du XIXe siècle, sous le nom de « bains de siège à friction ». Ils ont été ensuite améliorés et popularisés par France Guillain. Ils consistent à combiner un rafraîchissement et une friction des deux plis de l’aine et du périnée. Ces deux actions conjointes feraient vibrer les intestins et les fascias (ces membranes fibreuses qui recouvrent nos muscles), y compris ceux du crâne, ainsi que nos organes, notamment notre cerveau.

Les bénéfices des bains dérivatifs

France Guillain émet l’hypothèse que les fascias n’ont pas pour seule fonction le soutien des muscles et des organes mais qu’ils sont parcourus de canaux très fins reliés entre eux en un vaste réseau aboutissant aux intestins. Leur vibration aurait pour fonction de drainer les toxines du corps vers les voies d’excrétion, participant ainsi à son bon fonctionnement. Cette hypothèse n’a pour le moment pas été vérifiée scientifiquement. Les graisses excédentaires pourraient elles aussi être progressivement drainées par ce processus, ainsi que nombre de déchets métaboliques issus du fonctionnement des organes et de produits chimiques issus de l’environnement (pollution extérieure, produits cosmétiques, etc.) et absorbés via l’alimentation, la respiration et la peau.
D’après France Guillain, les bains dérivatifs auraient de nombreux  effets possibles. Les plus visibles seraient un remodelage progressif de la silhouette, une régulation du poids ainsi qu’une repigmentation progressive des cheveux qui pourraient retrouver partiellement ou totalement leur couleur d’origine.
Globalement, les bains dérivatifs participeraient à la vitalité, à la régulation thermique et à l’immunité tout en favorisant la résorption de surcharges diverses, y compris les excroissances de peau et les lipomes.

En pratique, comment faire ?

Habillez-vous suffisamment chaudement – avec pull, chaussettes, chaussons, etc. – pour avoir une sensation générale de chaleur.
Asseyez-vous sans slip sur un bidet, sur une planche en travers d’une baignoire ou encore sur tout autre support, les parties génitales au-dessus d’une bassine ou d’un seau rempli d’eau fraîche mais non glacée (très important !). En hiver, l’eau peut être légèrement tiède.
Plongez un gant de toilette (ou une éponge) dans l’eau et faites-le glisser alternativement dans les plis de l’aine de haut en bas et jusqu’au périnée. Humectez d’eau fraîche en permanence et passez de part et d’autre du sexe sans remonter au-delà du pubis. Pratiquez durant 10 minutes au minimum et jusqu’à 30 minutes voire 1 heure si vous êtes corpulent ou encombré ; toutefois 20 minutes constitue une bonne moyenne.
Après le bain, restez bien au chaud afin de favoriser la détente des fascias.

Quand pratiquer ?

Idéalement, tous les jours ; 3 à 4 fois par semaine sont un minimum et correspondent à un entretien. Il est possible de faire des cures de 3 semaines puis d’espacer à 3 fois par semaine si votre emploi du temps est chargé.
La séance peut être renouvelée une ou plusieurs fois par jour en cas de maladie.
Le matin à jeun en finissant 30 minutes avant le repas est idéal. Le reste de la journée, évitez la proximité d’un gros repas, 30 minutes ou 1 heure et demie après.

Précautions

Attention ! Il ne faut absolument pas avoir de sensation de froid, même des frissons. Il faut avoir positivement chaud, avec une sensation de fraîcheur strictement locale. Sinon, l’effet du bain dérivatif est annulé par la tension des fascias au lieu de leur mobilisation. En cas de frilosité, n’hésitez pas à utiliser une bouillotte et placez-la sur votre ventre le temps que le corps retrouve sa capacité de régulation thermique.
En cas de sensation d’épuisement après le bain dérivatif, réduire la durée ou la fréquence et ne rien forcer.

Contre-indications :

  • épuisement physique lié à une maladie grave ou à l’âge ;
  • opération chirurgicale (dans ce cas attendez 6 mois à 1 an en fonction de l’âge, le temps que la cicatrisation soit totale) ;
  • port d’un stimulateur cardiaque (dans ce cas, restez prudent et arrêtez si les bains provoquent de la tachycardie) ;
  • grossesse : attendre 3 mois.

Réactions possibles
• petits boutons sous la peau qui disparaissent généralement au bout de quelques jours ;
• grande fatigue le soir avec endormissement rapide et lever en pleine forme le matin ;
• angoisses ou déprime passagère ;
• réapparition passagère de symptômes ou de douleurs déjà ressentis;
• disparition des graisses sous-cutanées parfois suivie d’une réapparition de graisses accumulées au niveau des organes et qui refont surface avant d’être éliminées si les bains sont poursuivis.

document pris sur Internet (site:www.bainsderivatifs.fr ou www.thierrysouccar.com)
 
 

 

 

 

02/04/2018

La planète Uranus va entrer en scène et se doter de l'énergie du Taureau...

Du 15/5 au 6/11/2018 environ, la planète Uranus transitera le signe du Taureau, après avoir traversé tout le Bélier, un signe de feu. Uranus, par le jeu de sa rétrogradation, y retournera en fin d'année 2018 avant de s'installer vraiment en Taureau dès 2019. Nous connaissons cette planète, maîtresse du signe du Verseau, pour le saut quantique qu'elle nous propose individuellement et collectivement, lorsque nous avons construit des bases solides dans le monde terrestre grâce à Saturne. Selon la façon dont Uranus, planète de l'invisible, est vécue, elle peut donner des poussées pour activer le changement, quitte à le faire assez violemment, si nous n'avons pas su capter ses incitations grâce à notre intuition, au lieu de nous servir de notre mental.

 

Nous pouvons déjà mesurer son action puissante lorsque la planète agissait dans le signe du Bélier: renouvellement de nombreux leaders politiques, renouveau social et économique dans de nombreux domaines, incitation pour une partie de notre jeunesse et de certains aînés à imaginer une société nouvelle, à aller courageusement de l'avant en prenant des initiatives (start-up, intelligence artificielle, cellules souches...), en dépit des freins et des peurs des tenants de l'ancien monde devant l'avenir...

 

Bientôt, nous pourrions voir les signes avant-coureurs de l'énergie qu'Uranus va puiser dans le Taureau, un signe de terre bien concret. La nature pourrait tout à coup retrouver toute sa place. La terre, l'eau, l'air, le soleil, le vent, les arbres, les animaux... tout ce qui palpite et vibre sur la planète est appelé à redevenir infiniment précieux, source de notre bien-être physique et de notre équilibre humain. Respirer à pleins poumons, manger sainement, cultiver sans traitements dangereux, vivre sans gaspiller, ni polluer la terre, ni piller des ressources, bouger notre corps, prendre soin les uns des autres... tout cela pourrait peut-être enfin s'installer durablement dans nos consciences, avant de s'incarner dans de nombreux domaines...

 

Les ondes Wi Fi par exemple nous sont utiles, mais nous devrions peu à peu prendre conscience que notre énergie de vie, notre souffle viennent de l'Univers dans lequel nous sommes plongés, d'une source invisible à laquelle nous puisons tous. L'argent-roi, les possessions de biens matériels dans un monde inégalitaire, où certains sont dans l'opulence et d'autres dans le dénuement, tout cela pourrait enfin poser de graves questions à l'humanité. Des réajustements, des dés-identifications à nos rôles, à nos petits moi, des solidarités pourraient intervenir... Mais ne soyons pas naïfs: nous n'en sommes encore qu'aux prémisses et il y a un long chemin à parcourir!

 

Néanmoins, je m'appuie également pour écrire ces lignes sur le coup de pouce potentiel que pourrait nous apporter Chiron, le sage centaure guérisseur de la mythologie, qui a donné son nom à une Comète et qui va entrer dans le signe du Bélier à la mi-avril 2018, après un long cheminement en Poissons. Ne serait-il pas censé ouvrir de sa clé  (son symbole a cette forme singulière) une ère nouvelle, pour peu que nous sachions nous en saisir et choisir de l'utiliser?

Lyliane

 

30/03/2018

Protéger des projets de mines et de barrages les peuples indigènes de l'Amazonie...

De courageux peuples indigènes d'Amazonie sont en pleine bataille contre l'ouverture, au coeur de leurs terres sacrées, d'une mine d'or toxique par un géant canadien de l'extraction minière! L'un de ces peuples pourrait s'éteindre complètement si cette catastrophe survenait. Aujourd'hui, des groupes de résistance locaux demandent notre aide!

La compagnie minière est à deux doigts d'obtenir tous les permis requis, mais les autochtones ont réussi à retarder son projet devant les tribunaux. Des pertes grandissantes mettent les investisseurs sous pression.

Et là, c’est à nous d'entrer en scène.

Les experts disent que le premier investisseur de la mine, l'entreprise Agnico Eagle Mines, tient à sa réputation internationale de champion du développement durable. Si nous sommes un million à l'interpeller sur son implication dans le projet, et remettons cette pétition à ses actionnaires lors de leur assemblée annuelle dans quelques semaines, nous pourrions changer la donne et couler ce projet insensé. 

Ajoutez votre nom pour soutenir les gardiens de l'Amazonie

Si la mine voit le jour, un barrage sera également construit pour contenir une montagne de déchets chimiques, l'équivalent de deux fois le célèbre mont du Pain de Sucre à Rio. En 2015, une structure similaire mais plus petite s'est rompue, libérant dans les rivières et océans l'équivalent de 20 000 piscines olympiques de boues toxiques et tuant 19 personnes. Et c'est l'ingénieur qui avait proclamé ce petit barrage "100% sûr" qui est en charge du rapport de sécurité de la mine d'or!

La région abrite neuf peuples indigènes, et des centaines de communautés traditionnelles. L'un de ces peuples vient tout juste d'établir un contact avec "la civilisation moderne" -- et ils sont déjà en train de se battre pour leur survie!

Anico représente un levier énorme. Si cette entreprise se retire, le projet est mort. Mais tout se joue en coulisses, et sans l'attention du grand public, elle continuera à financer la mine. Braquer un million de paires d'yeux sur elle peut la convaincre d'abandonner.

Accueillons ses actionnaires à leur assemblée annuelle à Toronto avec une campagne flamboyante, montrons-leur la nature désastreuse du projet qu'ils soutiennent, et incitons-les à y renoncer pour de bon. Signez et partagez:

Ajoutez votre nom pour soutenir les gardiens de l'Amazonie

De l'Europe à l'Amérique du Sud, de l'Afrique à l'Asie, notre mouvement a soutenu maintes fois des peuples indigènes et communautés locales pour protéger ensemble les trésors de la planète contre des entreprises influentes et leurs méga-projets. Faisons-le de nouveau pour l'Amazonie!

Avec espoir et détermination,

Luis, Diego, Flora, Danny, Alice et toute l'équipe d'Avaaz

PLUS D'INFORMATIONS:

Une entreprise canadienne veut construire la plus grande mine d’or du Brésil — au cœur de l’Amazonie (Global Voices)
https://fr.globalvoices.org/2017/04/21/209130/

Les autorités rejettent le projet de mine de Belo Sun dans l’Amazonie brésilienne (Amazon Watch)
http://raoni.com/actualites-585.php 

Les mines d'or grignotent de plus en plus l'Amazonie (Sciences et Avenir)
https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/les-mines-d-or-grignotent-de-plus-en-plus-l-amazonie_15411 

La destruction continue d'avancer le long de la rivière Xingu (Social Environmental Stories, en anglais)
https://medium.com/social-environmental-stories/destruction-advances-along-the-xingu-river-146aa86d9ae4

Malgré les dégâts causés par le barrage Belo Monte, le gouvernement du Pará a approuvé le permis pour une immense mine d'or dans la même région (Environmental Justice Atlas, en anglais)
https://ejatlas.org/conflict/belo-sun-mining-project-brasil

Avaaz est un réseau citoyen international de 46 millions de membres
qui mène des campagnes visant à ce que les opinions et les valeurs des peuples pèsent sur les décisions mondiales. ("Avaaz" signifie "voix" dans de nombreuses langues). Nos membres sont issus de tous les pays du monde; notre équipe est répartie sur 18 pays et 6 continents et travaille dans 17 langues. Pour découvrir certaines de nos plus grandes campagnes, cliquez ici ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter.

Vous êtes devenu(e) un membre du mouvement Avaaz et avez commencé à recevoir ces messages après avoir signé la campagne "Sauvez les rhinocéros!" le 2012-03-28 à partir de l'adresse suivante: Lys06100@gmail.com.
Afin de continuer à recevoir les messages d'Avaaz, merci d'ajouter avaaz@avaaz.org à votre carnet d'adresse. Afin de modifier votre adresse de réception, la langue dans laquelle vous recevez nos messages ou d'autres informations personnelles, n'hésitez pas à nous contacter, ou RDV simplement à cette adresse afin de vous désinscrire.


Pour contacter Avaaz, merci de ne pas répondre à cet e-mail. Écrivez-nous plutôt en utilisant le formulaire suivant: https://www.avaaz.org/fr/contact, ou appelez-nous au +1-888-922-8229 (États-Unis).
 
 
 
 
 
Cliquez ici pour répondre au message ou le transférer
 
 
 
14,9 Go (99 %) utilisés sur 15 Go
Dernière activité sur le compte : Il y a 6 heures
Détails