Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2021

Comment mieux rémunérer les agriculteurs?

Comment faire en sorte de mieux rémunérer les agriculteurs? Serge Papin s'est penché sur la question et a remis cette semaine son rapport à Julien Denormandie et Agnès Pannier-Runacher, respectivement ministre de l'Agriculture et ministre déléguée à l'Industrie.
Et parmi les pistes évoquées par l'ancien patron de Système U, il y a une remise à plat des contrats commerciaux entre les producteurs et les industriels transformateurs.
"Un contrat, ça a le mérite d’être clair, expliquait Serge Papin sur FranceInfo cette semaine. Je propose au passage qu’il soit pluriannuel. C’est du dialogue, alors que la négociation annuelle, c’est du rapport de force où on est menacé chaque année d’une remise en cause. Là, on est sur le temps long." 
Autrement dit au lieu de renégocier chaque année avec les industriels, les producteurs seraient assurés d'un prix fixe sur plusieurs années.
Or c'est exactement ainsi que fonctionnent certaines filières et notamment celle du cassis en Bourgogne. Une pratique très ancienne dans la région comme le rappelle le cahier des charges de l'IGP "Crème de cassis de Bourgogne" sur le site du ministère de l'Agriculture. 
"Les premiers contrats d’achats de baies de cassis entre producteurs et liquoristes, pour des baux allant de six à douze ans, sont apparus dès 1904. Cette pratique du contrat pluriannuel perdure aujourd’hui", peut-on lire dans le document.
S'il s'agissait d'une pratique coutumière durant longtemps, elle a depuis été institutionnalisée. L'interprofession Acteurs du cassis qui rassemble les producteurs et les liquoristes a créé il y a une quinzaine d'années des contrats de cinq ans. Durant cette période, les agriculteurs bénéficient du même prix d'achat de la part des liquoristes. Ces derniers disposent en retour de l'assurance d'avoir la matière première.
"C'est une garantie de débouchés, assure Jean-Dominique Caseau, l'ancien président du Syndicat des producteurs de cassis de Dijon qui a mis en place ces contrats. Un verger de cassis a une durée de vie de 15 ans mais il faut trois ans pour que ça produise. Avec ces contrats, le producteur est assuré de pouvoir vendre sa production ainsi que d'avoir des revenus garantis." Un système flexible qui s'adapte aux aléas de production. 
"Il y a des systèmes compensatoires de solidarité entre les bassins de production, détaille Jean-Dominique Caseau. Ainsi que des mécanismes exceptionnels d'augmentation de prix d'achat en cas de sécheresse par exemple." 
Autrement dit, si d'une année sur l'autre la production chute à cause des conditions climatiques, les transformateurs acceptent des augmentations de prix pour assurer des revenus aux producteurs.
Le cassis, une petite filière
Cette pratique a permis aux transformateurs de s'assurer un sourcing sûr et de ne pas importer du cassis de l'étranger. Et aux producteurs d'avoir des revenus assurés sur une longue période.
"Cela fait 15 ans que nous avons mis en place ces contrats, si les agriculteurs acceptent de signer à chaque fois c'est qu'ils s'y retrouvent", assure Jean-Dominique Caseau.
Reste que si cela fonctionne sur le cassis, il n'est pas assuré que ça puisse être adapté pour toutes les filières fruitières. Le cassis est une petite production de moins de 1500 tonnes par an (contre 1,5 million de tonnes pour la pomme par exemple) avec un nombre limité de producteurs et seulement sept transformateurs de crème de cassis. 
"Le cassis est un produit simple à traiter, explique Jean-Dominique Caseau, plus de 95% de la production part à la transformation. Ce n'est pas le cas d'autres filières comme la pomme, la pêche ou l'abricot par exemple."
L'autre difficulté est la négociation avec la grande distribution. En s'engageant sur un prix fixe sur plusieurs années, les industriels voient leur marge de manoeuvre limitée. Autrement dit si le distributeur revoit son prix d'achat à la baisse, il ne peut plus jouer sur la matière première pour baisser ses coûts. Ce qui s'est produit cette année d'ailleurs.
"Nous avons voulu augmenter nos tarifs car nos coûts de production ont augmenté avec la crise, mais la distribution n'a accepté que 50% de la hausse proposée, assure Jean-Dominique Caseau. Mais c'est aux industriels de faire en sorte d'équilibrer l'équation."
Des industriels sous pression plutôt que des agriculteurs. La mesure risque d'être difficile à faire accepter à l'industrie agroalimentaire.

Selon BFM-TV

Écrire un commentaire