Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2018

Bee's wraps: un tissu révolutionnaire qui met l'alu et le film plastique au placard..

Un amoureux des océans et surfer des mers, Mr Guillaume Willm, nous apprend dans "Nous" Mme Aurore Harrouis, a crée il y a 6 mois "L'abeille qui emballe" ou Bee's Wraps, des bouts de coton enduits de cire d'abeille pour conserver les aliments.  C'est une alternative écologique au film étirable et à l'alu et de plus ils sont lavables et réutilisables. Il est ravi en effet de contribuer à réduire les déchets de tous les produits plastiques à usage unique.

Ces Bee's Wraps ou emballages en cire d'abeille qui évitent d'utiliser papier, cellophane, alu ou plastique, Mr Willm les a découvert en Australie. Il avait à l'origine suivi une formation marketing pour travailler dans l'industrie du surf, mais il a été décu par le milieu. finalement, la réduction des déchets et le soutien à l'apiculture l'ont emporté dans son projet professionnel.

Il recouvre artisanalement chez lui à Cagnes-sur-Mer (06) ces morceaux de tissu certifiés oeko-tex, c'est à dire non toxiques, de cire d'abeille issue de ruches de Mr Lieutard au Tignet, à laquelle il ajoute de la résine de pin et de l'huile de jojoba. Que du naturel! En effet, la cire d'abeille est anti-bactérienne, la résine d'arbre a des propriétés antifongiques et le coton laisse passer l'air afin que l'aliment se conserve.

Les wraps peuvent recouvrir les fruits, le fromage, les gâteaux, le pain, pratiquement tout sauf la viande et le poisson. On peut transporter avec son pique-nique. Une seule précaution: ne pas l'exposer à une chaleur au-delà de 65 °C (eau chaude, soleil, plat chaud).On le nettoie à l'eau froide ou avec un peu de savon de Marseille. Et on le réutilise ensuite. En le modelant entre ses mains, on peut lui donner une forme.

Un bee's wraps coûte à la pièce entre 5 et 9 euros et le pack est au prix de 12 à 19 euros. En fin de vie, il peut être mis en boulette pour servir d'allume-feu pour le barbecue ou être composté. Mr Willm continue entre temps à surfer sur tous les bons spots du monde. C'est son père qui dans ce cas se charge d'expédier les wraps que l'on a commandés sur son site:www.labeillequiemballe.fr. Alors, pourquoi ne pas essayer et faire connaître cette initiative intéressante?

Lyliane

Un site "zéro gâchis alimentaire" avec Graapz...

Mme Kathleen Junion, journaliste à Nice-Matin et écrivant un article dans la revue "Nous", attire notre attention sur le site de vente en ligne de panier fraîcheur nommé Graapz crée par Mr Alexandre Durand. Le concept du "déchétarisme" trouvé par le jeune biologiste à Montréal (Canada) lui a donné l'idée de mettre sur pied à partir de la fin 2015 le même genre de projet dans notre pays. Il a donc consulté la législation et notamment la loi Darot de février 2016 concernant les invendus des grandes surfaces . Il s'est cependant étonné que chez nous rien n'existe pour les plus petites surfaces en ville. Il a donc décidé de mettre en relation petits commerçants et consommateurs et fondé sa société Graapz en juillet 2017 à Paris.

C'est relativement simple: il suffit de s'inscrire sur le site Graapz et le client est géolocalisé. Il trouve alors un commerçant proche de chez lui désireux d'écouler ses invendus (moches, défraîchis ou légèrement abîmés). Il choisit sa formule: mensuelle ou ponctuelle et il paye en ligne. Soit le client opte pour un panier de 3 KG de fruits et légumes pour 6 euros, soit il prend un abonnement au mois à 20 euros avec un panier par semaine. Ensuite, il n'a plus qu'à passer récupérer son cageot dans son quartier.

Cette société contacte des gérants de magasins un peu partout en France. Elle a déjà 70 partenaires et elle vend actuellement quelques 1500 paniers par mois. La croissance a été rapide, signe que le site répond à un besoin. Le team formé par Mr Durand  et Melle F. Durillon est investi dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Ils considèrent, en effet, qu'ils ont déjà sauvé 21 tonnes de fruits et légumes de la poubelle et fait économiser 28 tonnes de rejets de CO2. dans l'atmosphère

Cette entreprise anti-gaspi cherche à s'étendre dans toutes les régions françaises. Pour la contacter, joindre par Internet: www.graapz.com.

Lyliane

17/11/2018

Essayer les tampons hygiéniques en coton...

Mr Luc Maisonneuve, à travers un article publié dans la revue Alternative Santé, nous démontre que les tampons hygiéniques du grand commerce sont des "réservoirs de produits chimiques qui passent la muqueuse et se retrouvent dans l'organisme, où ils dégradent la santé des femmes". Des analyses fines auraient montré qu'on retrouve dans ces tampons des traces de dioxines, l'un des 12 polluants les plus dangereux au monde. Selon l'OMS, on y retrouverait aussi des résidus de dérivés halogénés, liés aux traitements des matières premières. On blanchit en effet les fibres avec du dioxyde de chlore. ces tampons seraient responsables de lésions dermiques et même d'endométriose.

Deux femmes Mmes Coline Mazerat et Dorothée Barth ont fondé début 2018 une société Jho qui commercialise des tampons et des serviettes en coton bio. Il y a 3 tailles, des protège- slips et des serviettes jour et nuit. Tous les produits Jho sont certifiés par les labels GOTS et ICEA, qui garantissent la provenance du coton bio. Les clientes peuvent acheter ponctuellement ou s'abonner pour recevoir leurs produits tous les 3 mois. Chaque boite coûte 5,90 euros et les frais de port sont gratuits pour les abonnées. Gynécologie sans frontières soutient et soigne les femmes migrantes avec ces produits en coton bio dans notre pays. De quoi être sécurisée quand on manque d'eau et d'hygiène là où l'on vit…

Pourquoi ne pas vendre ces produits plus largement en pharmacie, magasins de régime ou même en grandes surfaces? Il faudrait au moins informer les femmes au sujet des tampons hygiéniques du grand commerce, pour qu'elles puissent choisir en connaissance de cause. Pour s'informer davantage, joindre JHO, Impasse des Enfants-Nantais- 44100- Nantes tél: 02 85 52 82 86 ou consulter le site Internet: www.jho.fr. 

Lyliane

16/11/2018

Le cholestérol se soigne aussi sans médicament...

Environ 7 millions de personnes en France, écrit Mme Christine Colinon dans Version Fémina, prennent un traitement pour tenter de réduire leur taux de cholestérol. Or, il faut savoir qu'on peut aussi le réduire naturellement. Le Dr J.M Lecerf, lipidologue à Lille, préconise de faire vérifier son cholestérol tous les 3 ans, tout en insistant sur le fait que celui-ci joue un rôle non négligeable dans notre corps (composition de nos cellules, fabrication de nos hormones stéroïdes et de la vitamine D). Certes après un AVC ou un infarctus, lorsqu'on fume beaucoup ou qu'on est sédentaire, il est essentiel de protéger le cœur et de rééquilibrer le bon et le mauvais cholestérol. De toute façon, veiller à une meilleure alimentation est recommandé.

Les médecins nous disent que 70% du cholestérol est fabriqué par le foie et seulement 30% proviendrait de la nourriture. Il convient déjà d'éviter les excès répétés d'aliments riches en cholestérol: charcuterie, viande rouge et fromage au même repas. Des jaunes d'œufs plusieurs fois par semaine par contre ne feraient pas de mal. Tous recommandent le régime crétois avec huiles d'olive et de colza, avocats, légumes verts, fruits de saison, légumineuses et céréales complètes… Une étude canadienne de 2011 aurait montré qu'en 6 mois de ce régime, on ferait chuter le taux de cholestérol de 13%. La phytothérapie (ail, olivier…) serait aussi une alternative à certains traitements. Les homéopathe disposent également de remèdes efficaces. Le coenzyme Q10 pris le matin et la levure de riz rouge prise en complément alimentaire seraient selon certains "comme des statines naturelles." Mais il serait bon, de temps à autre, insiste le Dr Lecerf, de se faire suivre médicalement en parallèle. 

Pour aller plus loin sur le sujet, lire par exemple l'ouvrage de Mr le Docteur J.M. Lecerf publié chez Solar Santé en 2017 :"Le cholestérol décrypté".

Lyliane

Fabriquer et piloter son lombricomposteur...

Contrairement à ce que croit le grand public, nous explique un journaliste de "L'âge de faire", un lombricomposteur bien fabriqué et bien géré n'émet pas d'odeur et n'attire pas les moucherons. Il est donc tout à fait possible de l'installer sur une terrasse ou un balcon. Un lombricomposteur comporte généralement 3 niveaux. Le compartiment le plus bas (bac de récupération) est destiné à recueillir le "lombrithé", un engrais liquide superpuissant. Les autres bacs (en plastique le plus souvent)  accueilleront vos déchets ménagers coupés fin, qui se transformeront peu à peu en compost. Quand le premier bac est rempli, on lui superpose un deuxième bac. Le fond des bacs étant percé de larges trous, les vers pourront remonter vers le bac supérieur et l'air circuler. Il y a un couvercle sur le bac supérieur que l'on peut percer de minuscules trous pour l'air.

Il existe des modèles que l'on peut trouver sur le guide du Sydom du Jura, disponible sur www.letri.com (tél: 06 13 42 01 25). Généralement les trous (5 mm) espacés de 2 cm maximum, doivent être faits à la perçeuse ou avec une mèche à bois. Le bac de récupération ne doit pas être perçé. En principe, un vers mange tous les jours la moitié de son poids. Aussi 500g de vers Elsenia devraient suffire. Leur mettre une sorte de litière avec des bouts de cartons, du papier humidifié et de la terre sur les déchets. La température idéale est de 15 à 30 ° C. Peu à peu les vers s'habitueront et circuleront. Il faut savoir qu'ils sont végétariens et ont horreur du gras. Mais, du marc de café, des coquilles d'œufs broyées, des cendres de bois conviennent bien.

Alors pas d'appréhension: c'est une façon utile de faire digérer nos déchets et de se procurer un excellent compost. Pour plus d'informations, s'adresser par exemple à :

www.lombricomposteureco.fr/

Lyliane

15/11/2018

Pétition contre le contournement ouest de Strasbourg (suite)

15 nov. 2018 — 

Le combat pour la planète et la vie se joue chaque jour sur le terrain. Soutenons ceux qui luttent contre un projet d’infrastructure d’un autre temps : le Grand Contournement Ouest de Strasbourg ! Signez leur pétition ici : http://bit.ly/petitionGCO et faites circuler le message !

Le projet de Grand Contournement Ouest (GCO) de Strasbourg, c’est 24 km d'autoroute à péage qui passeront à travers les terres parmi les plus fertiles d'Alsace et des biotopes abritant des espèces protégées.

Le motif du projet est le désengorgement de l'accès à Strasbourg. Mais ce projet d'infrastructure aura très certainement l'effet inverse, en facilitant le fret routier et en créant un appel d'air pour des dizaines de milliers de camions. Au-delà des zones dévastées localement, à l'heure où nous savons qu'il est urgent de réduire drastiquement le transport routier, ce projet est une absurdité climatique.

Au péril de leurs vies, six personnes poursuivent une grève de la faim depuis désormais plus de trois semaines, sans résultat : les travaux se poursuivent, et les gendarmes sont mobilisés pour s’assurer que les militants présents sur place ne gênent pas leur avancée.

En solidarité avec ceux qui luttent pour notre avenir à tous, contre l’absurdité d’une société aveugle et destructrice, faites passer le message !

Merci à tous.

Pour en savoir plus, je vous invite à explorer le site GCO Non Merci : http://bit.ly/GCONonMerci

Une autre pétition circule à ce sujet sur Change.org : http://bit.ly/petitionGCO-2


    En soutien solidaire
    Lyliane

 

 

14/11/2018

Mieux s'alimenter aujourd'hui...

Lors des assises de la Transition écologique et citoyenne, Mme Véronique Mondain, médecin au CHU de l'Archet à Nice (06) a tenu une causerie suivie de questions du public, dans laquelle elle est revenue avec conviction sur l'habitude de consommer des aliments ultra transformés que l'on trouve en grandes surfaces. Pour la plupart, ils sont produits hors sol et se révèlent nocifs pour notre santé, car ils sont trop gras, trop sucrés et trop salés. Beaucoup de ces produits servis dans les fastfood sont causes de maladies et ils font grossir de façon anormale. Sans compter que la publicité et les lobbies trompent les gens sur leur qualité nutritive (sucres cachés…). L'OMS et l'ANSES commencent à s'en inquiéter. 

S'il est vrai que l'alimentation est un facteur familial et culturel, il faut reconnaître qu'après la dernière guerre, on s'est mis à consommer beaucoup de viande (83 kg par personne). Quand on réalise que pour une calorie animale, il faut 10 calories végétales et que l'on favorise alors la déforestation et l'assèchement des nappes phréatiques, on s'aperçoit qu'il y a un problème de cohérence collective. De plus, "30% de la nourriture produite est gaspillée et on ne voit pas qu'on dévalise les pays du sud". Sans même parler de la solidarité du vivant avec les animaux, il faut savoir qu'un végétarien aurait 50% d'impact en moins sur son environnement.

Manger peut être considéré comme "un acte politique". Mme Mondain affirme qu'on économiserait quantité d'achats compulsifs  en n'allant plus dans les supermarchés. Une initiative en Provence-Alpes-Côte d'Azur est née du constat que pour favoriser la santé, il convient d'impliquer la population. Cette initiative qui se veut un geste simple pour la santé comme pour la planète, se nomme "Jeudi Vert". "C'est un projet collectif et pédagogique d'alimentation saine, écologique et éthique pour une transition alimentaire". 

Il s'agit chaque jeudi de proposer une alimentation exclusivement végétarienne, à titre individuel et sur tous les points de restauration collective de la région (hôpitaux, cliniques, cantines, restos U, maisons de retraite… ). Les restaurateurs peuvent s'y associer en mettant légumes, légumineuses, oléagineux, fruits et épices sur leur carte. La démarche a déjà été mise en œuvre dans plusieurs grandes villes du monde que ce soit en France ou en Belgique, au Royaume-Uni, en Europe du nord, aux Etats-Unis, en Asie...

La dynamique est lancée: soyons-en les acteurs! Consulter pour davantage d'informations la page Facebook du projet sur: www.facebook.com/projetjeudivert ou

https://www.etude-nutrinet-sante.fr

Lyliane

Disclose, le premier média d'investigation français à but non lucratif vient de naître...

Mr Richard Sénéjoux dans le journal Télérama a interviewé Mr Geoffrey Livolsi au sujet du premier média d'investigation français nommé "Disclose" c'est à dire révéler. Ce multimédia totalement gratuit sera financé uniquement par des dons. En Amérique (ProPublica) et en Allemagne (Correctiv), des journalistes d'investigation indépendants enquêtent déjà sur des sujets d'intérêt public comme l'environnement, la justice sociale, la santé publique, la délinquance financière, l'agroalimentaire, la surveillance des libertés...

Les  travaux, multimédias de nos journalistes d'investigation français, (écrit, photo, vidéo, audio) seront publiés sur le site gratuit www.disclose.ngo et par des médias partenaires. Des accords ont déjà été signés avec Mediapart, Radio France et Konbini, qui disposeront de l'exclusivité des enquêtes labellisées Disclose. Le média Disclose est né au sein d'Informer; il est piloté par Mr Livolsi et il a été crée en 2015 pour s'opposer à la première mouture de la loi sur le secret des affaires. Mr Livolsi est le coauteur de l'enquête sur le Crédit Mutuel déprogrammée par Mr Vincent Bolloré sur Canal+. Avec lui travaille aussi Mr Mathias Destal, un ancien de Marianne spécialiste de l'extrême-droite.

C'est le Comité éditorial qui décide des sujets d'enquêtes. ce comité est composé d'une quinzaine de journalistes habitués à l'investigation comme Mr J.P. Canet (cocréateur de Cash Investigation et ex-rédacteur d'Envoyé Spécial, Mr Benoît Collombat (France inter), Mme Valentine Oberti (Quotidien sur TMC) ou Mr P. Pujol (La Marseillaise). L'adhésion qui coûte 40 euros permettra aux disclosers de pouvoir proposer des sujets d'enquête. cette association est à mi-chemin d'un média et d'une ONG. Elle lance sa première levée de fonds avec KissKissBankBank et discute avec les mécènes. Elle table sur un budget de 400 000 euros la première année et espère le doubler très vite. Environ 70% des ressources seront consacrées aux enquêtes d'équipes de 2 à 4 journalistes et coordonnées par un rédacteur en chef.

Pourquoi ne pas soutenir Disclose car avoir l'enquête à cœur est un gage de démocratie?!

Lyliane

 

13/11/2018

Un rucher partagé dans le Val de Loire...

Mr Fabien Ginisty en 2013 a publié dans le Hors Série N° 1 de la revue "l'Age de Faire" un article concernant une initiative de mise en place d'un rucher mutualisé par des habitants de la plaine du Forez. Les abeilles de ce fait appartiennent au groupe, qui doit s'organiser pour en prendre soin. Un enfumoir à la main, une des 7 participante du groupe des 10 passionnés d'apiculture du village de Boisset-Saint-Priest est aux petits soins de quelques-unes des 300 000 abeilles collectives réparties en 8 ruches. Une petite annonce fut à l'origine de ce projet de rucher partagé, installé sur une parcelle municipale. Les adhérents à l'Association sont admis à condition qu'ils apportent une ruche en bois sans essaim. Depuis 2012, ils se partagent leurs premiers kilos de miel.

Ce rucher partagé est l'occasion de transmettre des savoir-faire et de protéger le vivant. Les abeilles pollinisent en effet tous les arbres alentour et elles butinent sur des arbres et plantes à fleurs (acacias, lavandes, trèfles…) dès que reviennent les beaux jours. Peu à peu les adhérents s'initient à l'hivernage, à la lutte contre les ravageurs grâce aux conseils éclairés d'un apiculteur local. Assurer la pérennité du rucher collectif et protéger leur environnement naturel sont leur objectif. Car la biodiversité malheureusement peu à peu décline en raison des pesticides, ce qui est dommageable pour les colonies d'abeilles.

Alors, pourquoi ne pas créer un peu partout en France des ruchers collectifs sur ce modèle? Nous aurions tout à y gagner et la nature en premier lieu!

Lyliane

Thérapie quantique, médecine du futur?

Dans Version Femina, Mmes Nathalie Giraud et Myriam Loriol se sont intéressées à cette approche, qui un peu comme la physique quantique étudie l'invisible. Elle utilise en effet les ondes pour agir et elle se nomme la thérapie quantique. Ces deux journalistes se sont appuyées pour écrire leur article sur les propos de Mr Guillaume Moreau, naturopathe et fondateur de la Société PhysioQuanta. Il faut comprendre que selon la médecine quantique, au-delà de nos organes, notre corps serait composé de milliards de particules de lumière (photons) qui dégageraient un champ vibratoire et énergétique.

Aussi, une fréquence "anormale" au niveau d'un organe serait le signe de son mauvais fonctionnement. Le but de la thérapie quantique serait "de rétablir la bonne circulation du courant dans notre organisme pour retrouver un équilibre interne". Le diagnostic quantique serait réalisé par une machine mesurant les fréquences émises et délivrant ainsi "une carte d'identité énergétique". Ensuite la machine serait capable d'envoyer des bonnes ondes au bon endroit. Une des machines les plus répandues s'appelle le Physioscan et il serait utilisé dans 600 cabinets médicaux. Il y aurait également l'Oligoscan et le MiltaLed comme à Pornic en centre de Thalassothérapie.

La thérapie quantique n'a pas vocation à remplacer une prescription médicale. Elle traiterait surtout les pathologies chroniques: insomnies, problèmes digestifs, allergies, maux de dos, déséquilibre nerveux… Des électrodes ou le port d'un casque permet le diagnostic et le rééquilibrage du patient. C'est totalement indolore et la durée serait variable selon le cas (30 à 60 minutes). En général ce sont les naturopathes, acupuncteurs, kinésithérapeutes et même certains médecins qui utilisent ces nouveaux outils. En moyenne, une consultation coûte 70 euros la séance.

Pour aller plus loin avec ces notions ou les compléter par des approches sur le magnétisme ou l'énergétique, qui elles se servent des mains de l'être humain et d'un pendule, vous pouvez lire l'ouvrage de Mr Deepak Chopra publié chez J'ai lu intitulé:" Le corps quantique. Les fabuleux pouvoirs de guérison de votre esprit" ou sur Internet consulter : https://gnoma-snamap.fr/pratiques/magnetisme/

Lyliane

12/11/2018

On peut agir à notre niveau en faveur du climat...

Mme Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du groupe d'experts intergouvernementaux sur l'évolution du climat (GIEC), a été interviewée, lors de sa Conférence aux Assises de la Transition Eclogique et Citoyenne à Nice mercredi 31/10, par Mme Célia Malleck, journaliste à Nice-Matin. La chercheuse au laboratoire des Sciences et du Climat nous alerte sur les conséquences d'une hausse des températures supérieure à 1,5°C d'ici quelques années. Les effets du changement climatique sont déjà sensibles partout dans le monde: vagues de chaleurs, pluies torrentielles, réchauffement des océans, submersions côtières, dégradation des récifs coralliens...

Les risques qui découleront de tous ces effets toucheront en priorité les populations les plus vulnérables et les pays qui ne se seront pas préparés. Elle s'appuie sur un rapport préparé par 90 chercheurs du monde entier réunissant plus de 6000 publications scientifiques. En faisant des conférences sur le sujet, Mme Delmotte nous propose de partager leur préoccupation, d'éviter de construire en zone inondable et de limiter le rejet des gaz à effet de serre pour construire un futur souhaitable à notre planète.

A l'échelle individuelle, elle insiste sur les gestes que les français peuvent faire en matière de chauffage, de transports et d'alimentation. Des technologies peuvent nous y aider. Il s'agit de mixer choix individuels et choix de société. Isolons nos logements, achetons des véhicules électriques, pratiquons le covoiturage, privilégions les circuits courts, chauffons nous par le solaire ou l'éolien et tout cela aura des incidences sur la qualité de l'air, de l'eau et des sols.

Nous devrons pour cela changer nos habitudes et faire pression sur nos élus pour que les choses évoluent: veiller à garder nos terres agricoles, protéger la biodiversité, faire aménager nos espaces de vie autrement, limiter nos déchets, surtout les plastiques, manger différemment, nous appuyer sur des associations et des ONG qui sont déjà engagées pour limiter la hausse des température. Les leviers d'action ne manquent pas: habitat, transport, alimentation, énergie, culture, économie, solidarité ...

En bref, c'est toute notre société qui mériterait d'être rebâtie autrement… Pendant qu'il en est encore temps, engageons nous donc dans la transition énergétique et citoyenne et enseignons les bons gestes à nos enfants et petits-enfants. Il n'est en effet plus temps d'être "eurosceptique"! Soyons lucides et conscients des enjeux!

Lyliane

Des veillées-soupes autour d'un livre...

Je viens de lire un excellent article écrit par Mme Nicole Gellot dans le Hors Série N°1 "La Main à la pâte" de la revue L'âge de Faire datant de décembre 2015. Nous apprenons que deux fondateurs d'une petite maison d'édition d'Artignosc - sur -Verdon(83), Mr Jean Darot et Mme Marie Clauwaert, "organisent des veillées autour d'une soupe, pour faire connaître leurs ouvrages et donner la parole à ceux qui écrivent sans jamais être entendus". Les veillées ont lieu le plus souvent au Paradiso, un café-restaurant de Volx, un village des Alpes-de-Haute-Provence. Poèmes, lettres, chansons à texte, slams, contes s'enchaînent dans un moment de convivialité rare. C'est "la soupe aux livres" des Editions Parole! 

Au départ, le couple d'éditeurs vendait ses livres sur les marchés entre stands de légumes et de savons. Puis, il y a 8 ans, ils ont eu l'idée d'instaurer "la soupe aux livres". Ils en sont aujourd'hui à la 87 ème édition sur Volx. En début de soirée, certains se montrent un peu timides. Puis, après le partage de la soupe, l'ambiance devient plus fraternelle. La patronne du Paradiso confectionne généralement deux soupes: une froide et une chaude. Elle est ravie de la présence de ses hôtes et elle s'affaire avec joie, car pour elle "un bistrot doit être un lieu de vie". De plus, côtoyer des passionnés de littérature lui donne des ouvertures intéressantes.

Parfois, les éditeurs vont à Colmars les Alpes, à Bauduen ou à Moustier dans la Haute Vallée du Verdon, où ils donnent la parole à des bergers, des rappeurs, des ménagères, des enfants… A Cannes, dans un foyer de jeunes travailleurs avec le Secours Populaire, ils se souviennent même avoir proposé aux jeunes de lire des textes sur la pauvreté. Il arrive que des personnes originaires d'autres pays chantent des mélodies dans leur langue comme ce fut le cas à Barcelonnette et ils leur font goûter une soupe typique de leur région. Bref, partout où se déplacent Mr Darot et Mme Clauwaert, le concept des veillées-soupes leur semble avoir bien rempli son but: faire se rencontrer des gens, leur proposer de s'exprimer et accessoirement  vendre des livres...

Pourtant, Jean Darot raconte qu'ils sont devenus éditeurs par hasard. Ils l'ont fait pour aider un ami poète, Daniel Daumas, qui écrivait moitié en provençal, moitié en français et ne trouvait aucun éditeur. Depuis, cinq collections, dont "Pourquoi" destinée aux enfants, se sont ajoutées à "Biface", leur première collection. Leur critère de choix pour accepter des livres est que "l'on puisse sortir grandi de la lecture". Une initiative qui pourrait donner des idées à d'autres personnes. Car la littérature n'est pas uniquement celle des prestigieuses maisons d'édition, qui publient les Prix Goncourt, Renaudot et autres. Je crois qu'il y a dans notre pays place pour des éditeurs régionaux, soucieux de donner la parole à des écrivains inconnus, des chanteurs, des poètes, créatifs et passionnés par les thèmes qu'ils ont envie de partager. Alors, qui prend la relève et relève ce défi?

Lyliane

 

10/11/2018

Qu'est ce que "l'effet miroir" dans les raports humains?

Le regard que nous portons généralement sur nous-même est assez flou. Il y a, en effet, certaines faiblesses de caractère, dont nous sommes conscients, mais beaucoup d'autres que nous n'imaginons pas ou que nous ne nous avouons pas. Notre égo est très efficace pour justifier des paroles ou des actes dont nous n'aurions pas lieu d'être fiers. Le phénomène de filtre des informations nous concernant nous incite par contre à projeter sur autrui ce que nous nommons "des défauts". Dans cette mesure, les psychologues ont pu dire: "l'autre est le miroir de soi". Nous blâmons, nous condamnons facilement l'autre en nous croyant "innocents". Comment devenir les artisans conscients d'une connaissance de soi plus éclairée?

Regardons donc de plus près ce qui se passe, lorsqu'une personne me crispe ou me dérange régulièrement. Au lieu de juger cette personne, ce que nous faisons habituellement, ne pourrions-nous essayer une autre démarche? Je propose que nous nous demandions intérieurement: "Ce qui me dérange chez l'autre serait-il le reflet du même trait de caractère bien caché dans mon inconscient? C'est alors, en se plongeant honnêtement à l'intérieur de nous-même, que peuvent monter à la conscience des refoulements, des interdits, des blessures mêmes nées dans notre enfance. Le regard de nos parents, de nos éducateurs sur tel ou tel "défaut" ne nous aurait-il pas interdit de lui donner de la place en nous? C'est fort probable...

J'ai proposé cet exercice et je l'ai mis en pratique personnellement dans un groupe de 6 personnes. Chacun-e a pu chercher lucidement ce qui le dérange le plus chez l'autre: sans-gêne, avarice, égoïsme, lâcheté, grossièreté, malhonnêteté… Nous avons remarqué que notre degré d'irritation indique souvent qu'il y a un écho en nous et c'est alors couramment le signe qu'une projection sur autrui est en place. En se centrant, sans se laisser enfermer dans les projections des autres, l'être humain est capable de faire le tri et de voir ce qui lui appartient réellement. La bienveillance et l'humour sont à mon avis de mise pour entreprendre ce type d'exercice.

Je juge par exemple des personnes qui se mettent en avant, en pleine lumière, parce que ma mère avait critiqué devant moi "les personnes orgueilleuses , qui s'en croient" comme elle disait. Voir d'autres le faire sans vergogne me crispe, me dérange, car moi je ne me l'autorise pas. D'autres ont un besoin viscéral d'être écoutés, de toujours être partout le premier ou la première ou d'apparaître en permanence raisonnables, responsables, intelligents.. car leurs pères ou leurs mères étaient absent-e-s ou très exigeant-e-s… Une personne élevée dans une famille nombreuse, dans laquelle le partage était de mise, trouvait beaucoup de membres de son entourage jusque là "égoïstes". Elle a pu réaliser qu'elle avait été formatée familialement au partage, même si parfois c'était bien lourd ou exigeant à endosser...

Il semblerait qu'en connaissant mieux notre fonctionnement, nous serions susceptibles d'acquérir plus de paix intérieure et extérieure. Car voir la même difficulté, la même peur ou la même faiblesse chez l'autre aide apparemment à devenir plus tolérant et plus humble. Je ne suis plus alors dans le rôle limitatif de "l'enfant sous le regard ou le non-regard de ses parents". Je grandis en conscience et en amour pour moi-même, tout en progressant dans la compréhension des mécanismes de défense que j'avais autrefois mis en place. Cet "effet miroir" nous propose de lâcher le mental, de ressentir qu'il nous est proposé un voyage intérieur. Nous sortons notamment de la dualité moi/l'autre, du fameux triangle entre victime/sauveur/bourreau pour nous placer à un autre endroit, où le cœur arrive à s'exprimer. Cela fait une sacrée différence!

Pour approfondir le sujet, en savoir davantage ou s'amuser d'un petit texte de Mr Pierre Descouvemont intitulé: "Quand lui, quand moi",  joindre sur Internet le site: www.bonheurpourtous.com

Lyliane

09/11/2018

GCO NON MERCI!

Une décision courageuse à prendre!

GCO NON MERCI
STRASBOURG, France

30 oct. 2018 — 

Alors que le climat se dégrade à grande vitesse, que le Président Macron insiste sur la nécessité de prendre des décisions historiques et inédites, que le gouvernement a arrêté le projet d’autoroute A45 (entre St Etienne et Lyon) notamment pour des enjeux climatiques, le même gouvernement maintient le projet de Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO) alors qu’il a exactement les mêmes impacts sur le climat que l’A45. Pire, le GCO s’inscrit dans une logique de transit international de poids lourds pour faire de l’Alsace un véritable couloir à camions.

Conscients de l’incompatibilité du GCO avec l’extrême urgence climatique, un groupe de 10 membres du collectif GCO NON MERCI est en grève de la faim depuis le 22 octobre pour réclamer un moratoire.

A l’occasion de la venue d’Emmanuel Macron à Strasbourg le 4 novembre, le collectif appelle à un grand Rassemblement ce dimanche à 15 H, place de l’Etoile devant la statue de Gandhi.

Cette manifestation a pour objectif de demander au  président de concrétiser ses discours par des décisions courageuses, historiques et inédites.

Elle permettra aussi de marquer votre soutien au groupe des grévistes de la faim qui en seront à leur 14e jour.

-----------------------

Pour aider et soutenir les grévistes de la faim, voir infos ici : 

- Jeûne national solidaire le 31 octobre 2018

- infos sur la grève de la faim

- comment soutenir les grévistes de la faim

 

08/11/2018

Et si on arrêtait de boire à la paille en plastique?

Une initiative parmi d'autres pour dire stop à ces petits objets plastiques que sont les pailles, qu'il est pratiquement impossible de recycler, est mise en avant par Mme Aurore Harrouis, journaliste à Nice-Matin. Il y aurait chaque jour 1 milliard de pailles qui seraient jetées dans la nature selon l'e rapport international Coastal Cleanup  qui recense des données à ce sujet dans 112 pays. Il existe en outre des alternatives aux pailles en plastique: des pailles en bambou ou en inox.

Pour se convaincre du danger que représentent ces pailles en plastique, il suffit de regarder la vidéo sur You Tube qui a montré dès 2015 une tortue de mer près du Costa Rica, obligée de se faire extraire une paille coincée dans une de ses narines. Cet objet apparemment innocent est pourtant "un fléau dans la lutte contre les déchets" si l'on en croit Mme Sarah Burdairon, qui fait partie d'une association engagée dans l'interdiction des pailles en plastique à Nice. Car 450 ans après, on retrouve encore ces pailles dans nos océans!

Des grandes enseignes au Royaume-Uni et même en France (Franprix, Mc Donald's ou Hilton) ont commencé à s'en préoccuper. A Monaco, depuis juin 2018, l'Hôtel Métropole a acheté des modèles en amidon de maïs. Comment sensibiliser un maximum de  professionnels et d'établissements servant des boissons dans notre pays? Nous pourrions par exemple inciter les cafetiers à investir dans des pailles en inox qui se lavent à 90° et sont réutilisables. Les particuliers pourraient faire de même. Commander alors ces pailles durables sur le site Internet: www.gaspajoe.fr.

Le collectif "Bas les pailles" a lancé une pétition déjà signée par 175 000 personnes. Pour ajouter sa signature, contacter le site suivant:

 
 
 
 
 
https://www.change.org/p/interdisons-les-pailles-en-plastique-en-france-baslespailles
 
 
Lyliane
 
 

Comprendre la situation de Mayotte...

Le référendum de 1974 avait permis aux habitants de Mayotte de décider de leur avenir, écrit Mr Nicolas Bérard dans le Journal "L'âge de faire" d'avril 2018. La majorité des habitants de l'île avait alors voté pour rester française, alors que les 3 autres îles de l'archipel optaient pour l'indépendance. Jusque là, la circulation se faisait librement aux Comores. A partir de 1995, un visa fut exigé pour se rendre à Mayotte… Cette décision française fut mal perçue, car la plupart des mahorais ont de la famille dans les autres îles de l'archipel. Maladresse ou provocation… ce fut quoi qu'il en soit une aggravation des difficultés rencontrées par les habitants de Mayotte.

On peut affirmer, comme le fait le journaliste, que "la complicité avec certains élus locaux et le rôle de la France, dont sa grande passivité dans cette partie du monde, n'ont sans doute pas aidé Mayotte à se développer harmonieusement". De plus, à partir de l'arrivée de Mr Sarkozy comme ministre de l'Intérieur en France, une politique de lutte contre l'immigration clandestine (plus de 10% de la population environ) et le début des expulsions, mirent le feu aux poudres. Sans compter qu'un système scolaire obsolète, des soins de santé déficients ont conduit certains membres de la bonne société à fuir l'archipel pour se réfugier en Métropole, laissant enseignants et médecins gérer une pénurie. Les boucs émissaires des désordres engendrés par la situation locale furent les Comoriens venus des autres îles…

Il faut cependant réaliser que si l'Etat dépense en moyenne 7760 euros par élève dans l'hexagone, il n'en dépense que 4132 par élève à Mayotte selon une étude du Conseil Economique, social et environnemental de Mayotte. Idem pour la santé: 3300 euros en Métropole pour 900 euros sur l'île. Un climat de violence est née de cette situation. Les jeunes sur place mal formés, sans emploi, ont tendance à sombrer dans la délinquance. Des villageois en réaction ont formé des milices, alors que des collectifs citoyens tentent d'empêcher les débordements locaux. Le climat sur place est loin d'être serein. Ce ne sont pas les forces de l'ordre envoyées en renfort qui seront capables de calmer les esprits. Docilité ne rime pas, en effet, avec manque de conscience sociale chez syndicalistes et responsables locaux...

Au moment où la Nouvelle Calédonie vient de voter pour rester française, il conviendrait que l'Etat français se rende compte qu'il doit mettre en place partout et notamment à Mayotte "un grand plan de développement", tout en prévoyant des évaluations et un suivi afin d'ajuster ledit plan. Car sur l'île la vie est très chère et jusque là les réactions ont été relativement modérées (grèves de la faim, barrages de routes). Toutefois, on ne peut perpétuer des injustices criantes envers des citoyens français, qu'ils habitent loin ou pas de la Métropole. Concernant l'éducation et la santé notamment des mesures urgentes doivent être prises, car des jeunes mineurs isolés ont besoin d'être pris en charge et de trouver emploi et  épanouissement...

Espérons que la solidarité entre tous les Français va enfin jouer et que le gouvernement français va s'intéresser réellement au sort de ces iles lointaines, travailler à leur développement, alors que jusqu'ici les seules mesures prises ont été relativement coercitives...

Lyliane

07/11/2018

Liberté et relaxe pour les 7 arrêtés de Briançon...

 

 
 
 

 


Mise à jour sur la pétition

Liberté et relaxe pour les 7 de Briançon

Accueil RÉFUGIÉS
France

4 nov. 2018 — 

Les citoyens et les organisations solidaires des Alpes-Maritimes qui œuvrent ensemble pour le respect des droits fondamentaux des personnes, en particulier des plus vulnérables, les personnes migrant.e.s, affirment leur total soutien aux 4 + 3 citoyens de Briançon poursuivis à Gap, le 8 novembre, et s’associent pleinement à leur devoir de résistance. D’une frontière l’autre dans l’arc alpin, dans les Hautes-Alpes comme dans les Alpes-Maritimes, et ailleurs en France, le gouvernement français ne saurait faire oublier que les pouvoirs publics bafouent ces droits tous les jours, ainsi que le soulignent les multiples rapports d’organismes officiels et d’associations nationales et internationales, suite à des veilles et des enquêtes (cf. les liens ci-dessous *). Nous continuerons toutes et tous de lutter contre ce scandale permanent. La solidarité n'a pas de frontière. A l’heure où les activistes d’extrême droite qui encouragent la haine et le rejet ne sont pas poursuivis, et sont donc implicitement protégés, nous appelons à une présence forte et ferme le 8 novembre à 8 H à GAP

COVOITURAGE, départs de la ROYA, de NICE, et de CANNES: somico06.contact@gmail.com

06/11/2018

Appel à la Résistance Climatique...

C'est l'heure des choix. Face à l'aberration, je choisis ma liberté. Entrer en résistance climatique, c'est s'engager dans un combat à l'intérieur de soi. C'est plus difficile, et plus important, que de prendre les armes."

Ce vibrant Appel à la Résistance Climatique nous invite à prendre un certain nombre d’engagements personnels pour commencer à modifier radicalement nos modes de vie. Une fois n’est pas coutume, nous vous invitons à le lire, à le signer, et à le partager largement !

Pour le lire et le signer, c'est ici : https://bit.ly/2ziaWAS

Pour le partager sur Facebook : https://bit.ly/2SurFtv

Pour le partager sur Twitter : https://bit.ly/2PypJl3

Cet appel, et de manière générale les manières de s’engager, chacun, à mettre nos modes de vie en conformité avec nos convictions, et à les rendre compatibles avec un monde vivant, pacifique et durable, ont fait l’objet de beaucoup de discussions sur le groupe Loomio ! (Message subliminal : rejoignez-nous, c'est par ici : https://www.loomio.org/g/gfNEhCMo/non-m-hulot-vous-n-tes-...)

Les premières réactions à cet Appel sont parfois : « c’est contre-productif, car les engagements sont trop difficiles à tenir ». Point d’achoppement fréquent, la limite de 2000 km par an en voiture.

Puis en creusant on se rend compte que c’est bien la direction à prendre. Pas du jour au lendemain, c’est certain, mais à une échéance relativement courte (2 à 5 ans). Ces engagements, qui à première vue et pour certains peuvent paraître intenables, sont en fait cohérent avec l’ampleur de la révolution que nous devons engager face à l’urgence climatique. Nous avons clairement besoin de franchir chacun une étape culturelle et psychologique pour en accepter la nécessité, et pour ne pas le vivre comme un renoncement, mais c’est un autre sujet (peut être pour une prochaine discussion sur Loomio ?)

Quoiqu’il en soit, il est ressorti de nos discussions le besoin de comprendre et d’évaluer notre impact individuel, afin de s’engager dans une démarche de progrès. Voici donc une sélection d’outils pour entamer votre « bilan carbone personnel », repérés et sélectionnés par les membres du groupe !

Merci à Laëtitia, François, Jean, Fabien, Benoît, Vincent, Valérie, Alexandre, Aymeric, Pascale, Brigitte, Marie, et tous ceux qui ont participé à la discussion sur Loomio pour permettre de vous concocter cette liste !)

Pour une première estimation :

Des insectes-robots à la rescousse...

Des insectes hybrides vont bientôt intervenir pour assister les secouristes. Il est possible de les piloter à distance avec la même précision que des drones.


Imaginez. Vous êtes bloqué sous les décombres après une explosion ou une catastrophe naturelle. L'endroit est exigu. Difficile d'accès. Personne ne sait que vous êtes là. Tout à coup débarque une armée de cafards téléguidés par les sauveteurs. Avec leurs capteurs, ils ont cartographié toute la zone, repéré un accès et fini par vous localiser. Ça y est, l'alerte est donnée. Il reste un survivant à cet endroit précis. Et on sait par où passer pour aller le chercher.


Non, ce n'est pas un scénario de science-fiction. Un peu partout dans le monde, des chercheurs travaillent à recruter des insectes pour assister les pompiers dans les missions de sauvetage. Il ne s'agit pas de dressage comme avec les chiens secouristes, mais de développer des prothèses robotisées qui transforment les bestioles en "cyborgs" téléguidés. Ce dispositif va lui titiller les antennes avec un signal électrique et lui faire croire qu'il rencontre un obstacle à gauche, à droite ou devant lui. Ce qui l'obligera à tourner. En modulant le signal, on le dirige et on stimule la pointe de son abdomen pour le faire accélérer.


Un paquetage électronique
Abhishek Dutta et son équipe étudient essentiellement sur des cafards. Pas n'importe lesquels, les blattes de Madagascar. D'abord parce que ce sont les plus grosses qui existent (7 centimètres à l'âge adulte) ; leur dos peut accueillir le paquetage électronique. Ensuite, elles sont d'excellents candidats pour les opérations de secours, puisqu'elles grimpent très bien et sont très curieuses ; donc explorent partout. Surtout, elles résistent à la chaleur et aux radiations, un sérieux avantage lors d'une catastrophe nucléaire, par exemple.
Les Américains ne sont pas les seuls à plancher sur de tels cyborgs. L'université de technologie de Nanyang, à Singapour, est aujourd'hui la plus avancée en matière de miniaturisation. Son paquetage électronique ne mesure que quelques millimètres, ce qui permet de maîtriser de petits scarabées de 2 centimètres de long. Les scientifiques ont même trouvé une technique pour les faire reculer et améliorer d'autant leur maniabilité lors du pilotage à distance.

Avantage des scarabées? Ils sont plus petits, donc capables de passer par des orifices inaccessibles aux gros cafards. Et surtout, ils volent, même si les chercheurs n'arrivent pas à les diriger une fois en l'air. Précisons qu'aucune de ces méthodes n'est dangereuse pour les insectes. Tous retrouveraient une vie normale une fois le sac à dos électronique retiré.


Des capteurs miniaturisés
Au-delà du module de guidage, les travaux portent également sur la miniaturisation des capteurs. Les chercheurs de Singapour ont ainsi réussi à faire tenir un détecteur de présence humaine, un GPS et des capteurs environnementaux sur une plaque de quelques centimètres. Trop grande pour des scarabées, elle pourrait parfaitement convenir aux grosses blattes. Reste maintenant le problème de l'autonomie des batteries. Aujourd'hui, ces insectes peuvent être contrôlés pendant huit heures. C'est déjà beaucoup. Mais il faudra faire mieux, les opérations de sauvetage pouvant s'étaler sur plusieurs jours.
Il n'empêche. On commence déjà à affiner les techniques de déploiement des insectes. Aux États-Unis, une équipe de l'université de Caroline du Nord (NCSU) évalue, par exemple, le nombre de coléoptères qu'il faudrait envoyer pour être certain de quadriller totalement une zone. Les sauveteurs n'ayant pas de visuel, c'est à leurs nouveaux assistants d'explorer les lieux de façon autonome, avec des stimulations aléatoires pour s'assurer qu'ils ne campent pas dans un coin. L'essentiel des briques semble donc en place. Les premiers essais sur le terrain ne sauraient tarder.


Phobique des insectes? Mieux vaut commencer à se soigner. Car dans quelques années, il y a de grandes chances qu'ils viennent à notre secours si on est coincé sous des gravats.

05/11/2018

Les bénéfices du bio...

Selon une étude menée par des chercheurs français et publiée dans le "Jama Internal Medecine", consommer des produits issus de l’agriculture biologique réduirait de 25% les risques de développer un cancer. Cette découverte doit être confirmée par d’autres travaux de recherches. Explications:

Alors qu’à l’occasion du SIAL 2018, un sondage Nielsen révèle que 16% des Français consomment des produits « bio-locaux », une étude tend à montrer que manger bio permettrait de réduire significativement les risques de cancer.

Décryptage. l’agriculture biologique réduirait de 25% les risques de développer un cancer. Cette découverte doit être confirmée par d’autres travaux de recherches.

Explications: Moins de risques de développer un cancer du sein Menée sur un échantillon de plus de 68.946 adultes (dont 78% de femmes) qui ont été suivis de 2009 à 2016, l’étude a été publiée lundi dernier dans la revue Jama Internal Medicine.

Les chercheurs français ont voulu répondre à la question suivante : quel est le lien entre un régime basé sur des aliments issus de l’agriculture biologique (c'est-à-dire moins probable de contenir des résidus de pesticides) et le risque de cancer ? Les chercheurs français ont voulu répondre à la question suivante : quel est le lien entre un régime basé sur des aliments issus de l’agriculture biologique (c'est-à-dire moins probable de contenir des résidus de pesticides) et le risque de cancer ?

Les analyses des résultats ont montré que les participants qui étaient les plus gros consommateurs d’aliments bio (plus de 50% de leur alimentation) présentaient un risque de cancer 25% moins élevé que ceux qui en mangeaient moins. Un risque moindre (34%) a également été remarqué pour les cancers du sein chez les femmes ménopausées et de 76% pour les lymphomes.

Des résultats qui restent à être confirmés :
Des experts de l’Inserm avaient déjà souligné le lien entre l’exposition aux pesticideset certaines maladies humaines, notamment le cancer de la prostate et d’autres cancers hémétopoïétiques. Mais c’est "la première fois que l’on met en évidence et à partir d’une enquête prospective un lien entre alimentation bio et risque de cancer", a précisé dans une interview, accordée au Monde Philip Landrigan, un épidémiologiste du Boston College qui n’a pas participé aux recherches.

Selon Emmanuelle Kesse-Guyot, chercheuse (Institut national de la recherche agronomique, INRA) dans l’équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Inserm, INRA, université Paris-XIII) et coauteure de l’étude qui vient d’être publiée : « pour expliquer ces résultats, l’hypothèse de la présence de résidus de pesticides synthétiques bien plus fréquente et à des doses plus élevées dans les aliments issus de l’agriculture conventionnelle comparés aux aliments bio est la plus probable ».
D’autres enquêtes doivent être menées « pour préciser le lien de cause à effet ».

Selon Marina Marcout - Gentside - mardi 23 octobre 2018

C'est chaud le chocolat cru!

Le chocolat que nous consommons avec plaisir est en fait le résultat de fèves de cacao torréfiées à 120°C, nous apprend un bref article de Mme Estérelle Payany dans le Journal Télérama. Alors que "la fève crue présenterait une richesse exceptionnelle en fibres et en antioxydants (polyphénols et flavonoïdes) comparables à ceux du thé vert ou du vin rouge, la cuisson du cacao lui ôterait une partie de ses nutriments".

Depuis quelques années sont commercialisés des chocolats crus comme ceux de Rawr ou de Pacari, qui nous sont présentés comme des alcaliments. A la dégustation, l'intensité du chocolat cru surprend ou enthousiasme. Les tablettes de cacao cru sont souvent vendues en magasin diététique par Ethiquable, qui garantit un produit équitable et des méthodes de production adaptées. Il existe pur ou associé à de la cacahuète ou du physalis. L'essayer sera peut-être l'adopter!

Pour se renseigner sur ce produit, consulter par exemple sur internet: www.rawrchoc.com.

Lyliane

04/11/2018

Des aiguilles et du coeur pour le Secours Populaire à Nice...

Mme Aurore Harrouis nous apprend dans le supplément de Nice-Matin "Nous" qu'une fois par mois des tricoteuses solidaires et des bénéficiaires désirant apprendre à manier la laine se réunissent afin de tricoter ou de crocheter ensemble. Leurs ouvrages réalisés sont ensuite distribués aux familles en difficulté. Elles partagent parfois un café ou un goûter à cette occasion dans le local du Secours Populaire de Nice.

Le Tricot Social Club se réunit tous les derniers samedis du mois de 10h à 12h au 2ème étage du N° 30 de la Rue Bonaparte à Nice (06300) . Chacune vient avec ses aiguilles et ses pelotes. Si l'on ne peut se déplacer, on peut également tricoter chez soi et envoyer les ouvrages au Secours Populaire français des Alpes Maritimes en mentionnant sur le colis "Tricot Social Club". Des dons de pelotes sont aussi appréciés.

De plus, nous apprenons que Mme Nathalie Predial, passionnée de tricot et forte de son expérience de blogeuse, a fondé NiceWool en janvier 2018. Car, cette dernière estime qu'à tout âge on peut apprendre le tricot, le crochet, la broderie ou le tissage. Elle a même fondé une association qui organise des apéro tricots ainsi que des actions de médiation culturelle dans les quartiers.

Pour en savoir davantage sur ces initiatives, se renseigner au: 06 03 02 64 57 ou joindre: www.contact@nicewool.fr ou sur Facebook: NiceWool.

Lyliane

03/11/2018

Le laser, un outil à tout faire!

Mme Sophie Goldfarb, dans Version  Femina, attire notre attention sur ce formidable outil de médecine esthétique qu'est le laser. Il peut en effet "agir sur le visage et sur le corps, contre les rides, les taches, les poils"… Le laser utilise l'énergie des faisceaux lumineux et c'est une technologie de pointe que savent manier les médecins. Ces derniers proposent généralement des interventions durant l'hiver, car pendant 3 mois il faut éviter le soleil. Parfois, cependant, des traitements alternatifs ou complémentaires au laser sont possibles comme des injections pour les rides, de la radiofréquence pour le relâchement, du peeling pour les taches, une crème anesthésiante et des jets pulsés pour refroidir la peau...

Il existe deux sortes de lasers pour lisser les rides. Le plus ancien, le laser ablatif (CO2 Erbium) est efficace sur les visages marqués et très ridés.  Mais on a constaté parfois ensuite des dépigmentations locales. Plus récent est le laser fractionné micro-ablatif (Fraxel, Nd:YAG) qui frappe la peau en discontinu et en profondeur. Après coup, en cicatrisant, a lieu un relissage cutané par stimulation des fibroplastes  qui fabriquent le collagène. De deux à 4 séances sont nécessaires. Toutefois, le coût est non négligeable: entre 400 et 600 euros la séance.

Pour traiter les taches brunes (lentigo solaire) du visage, du décolleté ou des mains, précise le Dr Grand-Vincent, médecin esthétique à Paris. Les lasers Pico sont récents et ils sont les plus simples. Une seule séance peut suffire, mais on peut en réaliser deux ou trois espacées de 4 à 6 semaines si les taches sont intenses. Le coût varie entre 150 et 300 euros. Contre la couperose, les lasers vasculaires donnent de bons résultats. On complète laser et lumière pulsée généralement. Idem pour les varicosités sur les jambes après avis d'un phlébologue.

Toutes les cicatrices peuvent être traitées au laser, de même que les vergetures. Il faut cependant savoir que plus on les traite tôt, plus on arrive à les éclaircir. Quant aux tatouages, le laser Pico permet de les faire disparaître. Il pulvérise en effet tous les pigments par ses impulsions très rapides. La durée du traitement est variable selon le tatouage: de quelques mois à plusieurs années… Pour des paupières alourdies par contre, le Plexr, sorte d'arc électrique, est la seule alternative à la chirurgie. C'est une sorte de stylet créant des micro-puits, retendant la peau et éclairant le regard.

 

Pour information, le mot « laser » est l'acronyme de l'anglais Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation .

Pour en savoir davantage,  consulter sur Internet: www.futura-sciences.com

Lyliane

01/11/2018

L'intérêt écologique et économique du vélo...

Le Journal Maïf Social Club donne la parole à Mme Véronique Michaud, secrétaire générale du Club des villes et des territoires cyclables, qui comporte environ 1 500 adhérents en France. Cette dernière a publié aux Editions FYP "A vélo, vite!", dans lequel elle justifie l'intérêt économique de la bicyclette. En effet, depuis 10 ans au moins, nous savons que "grâce aux adeptes du vélo, nous économisons plus de 5 milliards par an en dépenses de santé". Ce chiffre important devrait booster nos efforts pour augmenter la part du vélo dans les transports. Aujourd'hui elle n'est que de 3%.

Dans les pays du Nord de l'Europe, cette part est de 12%. Pour les familles utilisant le vélo, il permet par exemple de n'avoir qu'une seule voiture, voire de s'en passer tout à fait. Le vélo, c'est aussi "tout un écosystème et cela représente 35 000 emplois environ, depuis les fabricants, les vendeurs, jusqu'aux réparateurs". Mais pour développer l'usage du vélo, il faut augmenter les pistes cyclables, trouver des espaces de stationnement que ce soit devant les logements, les commerces, les services publics ou au travail. Quant au transport vélo par le train ou à son stationnement sécurisé en gare, il est encore très réduit.

Des ateliers d'autoréparation existent: ils sont souvent associatifs. Des vélos-écoles permettraient aussi "de remettre en selle des salariés" dans le cadre des entreprises, de leur rappeler le Code de la Route... Bref, à tous les niveaux, de sérieux efforts sont à réaliser pour former les personnes et inverser la tendance. Car souvent les municipalités n'entrevoient que les transports en commun pour fluidifier l'offre de déplacements en ville et à la campagne. En définitive, circuler à vélo est non seulement "un acte citoyen" d'autonomie et de lutte contre la pollution, mais surtout un geste de prévention et de bien-être tout en favorisant la mobilité de chacun d'entre nous. 

Pour aller plus loin avec ce sujet, bousculons nos habitudes et lisons l'ouvrage précité ou consultons par exemple l'Observatoire des mobilités émergentes publié par l'Ademe en mai 2017. Car il existe des bicyclettes à assistance électrique pour les séniors ou dans les zones montagneuses...

Lyliane

 

Contre l'avis du gouvernement, un crédit d'impôt pour les personnes hébergeant gratuitement des réfugiés?

L'Assemblée nationale a voté mercredi, contre l'avis du gouvernement, un crédit d'impôt pour les personnes hébergeant gratuitement des réfugiés résidant en France depuis au moins un an. L'incitation financière a été fixée à 5 euros par nuitée dans la limite de 1.500 euros par an. Les associations en charge de l'hébergement des réfugiés délivreront les certificats permettant aux particuliers de demander le crédit d'impôt.


Contre l'avis du gouvernement. Cet amendement au projet de budget 2019, porté par le député LREM Aurélien Taché et co-signé par une cinquantaine de ses collègues, avait reçu un avis défavorable du rapporteur et du ministre du Budget Gérald Darmanin. "L'intégration est un enjeu prioritaire pour notre majorité et on ne réussira pas cette intégration si les Français et les réfugiés ne se connaissent pas", a plaidé dans l'hémicycle le député du Val d'Oise, qui avait déjà avancé cette proposition en début d'année dans son ambitieux rapport au gouvernement sur l'intégration.


Le rapporteur Joël Giraud (LREM) a justifié son opposition par la complexité et la difficulté de contrôler la certification des nuitées par les associations. La droite a voté contre. "Vous venez de sous-traiter l'accueil des migrants à nos compatriotes via des incitations fiscales, c'est déplorable", a fustigé Fabien Di Filippo (LR). Déjà contre l'avis du gouvernement, la majorité avait voté dans la nuit de mardi à mercredi des avantages fiscaux pour les personnes mettant à disposition des associations des biens immobiliers pour les sans-abri ou mal-logés. 

Selon l'AFP

31/10/2018

Mobilisons-nous en faveur de la NEF!

Une mobilisation citoyenne historique est nécessaire !

Nous sommes de plus en plus nombreux à faire évoluer nos modes de vie afin de soutenir un modèle de société plus durable. Mais, cela ne suffira pas.

Si nous laissons la finance continuer à causer des dommages écologiques et sociaux irrémédiables, nos engagements quotidiens perdent de leur sens.


Depuis 30 ans, la Nef permet aux citoyens de reprendre le pouvoir sur leur argent, en soutenant exclusivement des projets à fort impact écologique et social. La Nef poursuit également la construction de son projet de banque éthique. Des étapes importantes ont déjà été franchies, il reste néanmoins des freins structurels et institutionnels à lever pour proposer un compte courant aux particuliers.

La Nef travaille dur, depuis plusieurs années, pour pouvoir lancer ce service tant attendu. Mais aujourd’hui, pour continuer d’avancer, notre coopérative doit impérativement et urgemment grandir, changer d’échelle.

C'est pourquoi nous lançons ce jour une grande mobilisation citoyenne. 


L'objectif : 10 000 nouveaux clients d’ici le 15 décembre 2018. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons peser et montrer aux autorités bancaires que la Nef n’est pas une initiative isolée, mais qu’elle porte les aspirations de dizaines de milliers de citoyens à disposer enfin, en France, d’une banque éthique.

Vous aussi, ouvrez un Livret Nef, parlez-en à vos amis, familles, collègues et partagez notre campagne. 

La finance éthique est en marche et c'est ensemble que nous y parviendrons !

Rejoignez le mouvement sur 
PourLaBanqueEthique.com
Parlez-en autour de vous !
 
 
 


RESTONS CONNECTÉS !

Nouvelle certification: PIX pour remplacer les B2I et C2I...

Dans le  US magazine d'octobre 2018, nous apprenons que le CNED, l'Université de Strasbourg et l'Université ouverte des humanités avec les Ministères de l'Education Nationale et de l'Enseignement Supérieur mettent en place une certification des compétences numériques, PIX pour remplacer les Brevets /Certificats Informatique et Internet. 

PIX est une plateforme en ligne - https://pix.fr - publique et gratuite, permettant de s'exercer sur des situations proches de la vie quotidienne. Les items sont répartis en 16 compétences et en 8 niveaux, en articulation avec le cadre de référence européen DIG-COMP et le cadre de référence des compétences numériques français.

La certification se fait sous la surveillance d'une personne habilitée. PIX est conçue pour différents niveaux d'expertise, du début du collège à la vie professionnelle. Les élèves sont certifiés à la fin de troisième et de terminale.

Actuellement, la plateforme n'a été paramétrée, écrit Mme Sandrine Charrier, qu'à destination des élèves du secondaire, laissant les enseignants du primaire sans outils. Toutefois, une adaptation pour les élèves du primaire est envisagée.

Un référentiel de formation sera publié sous peu par l'Education Nationale. Il est censé pouvoir guider les enseignants du premier et du second degré . En fin de CM2 et de 6 ème, les élèves devront alors produire un bilan de compétences numériques.

Pix bute cependant sur plusieurs difficultés: déconnexion des programmes des différentes disciplines, manque de formation des enseignants et inégalités en termes d'équipements des écoles…

Lyliane

 

30/10/2018

Des moutons, pas du goudron!

L'A45 entre Lyon et Saint-Etienne ne verra pas le jour. Le projet a été définitivement enterré par le ministre des Transports, Elisabeth Borne, mercredi 17 octobre. Celle-ci privilégie désormais "des solutions alternatives routières et ferroviaires", dans un entretien au Progrès à paraître jeudi. Elle ajoute que l'Etat tiendra "son engagement des 400 millions d'euros" initialement prévus pour le projet d'A45, "pour améliorer la relation entre Saint-Étienne et Lyon, que ce soit par la route ou par le rail".

La ministre évoque ainsi la piste "d'un élargissement à 2X3 ou 2X4 voies" ou d'un "nouveau pont de franchissement sur le Rhône" pour le noeud routier de Givors-Ternay, au sud de Lyon. Elle fixe également l'objectif "de doubler" le nombre actuel des 20 000 voyageurs quotidiens par train "par des travaux qui renforcent les infrastructures et des investissements dans du matériel roulant aux capacités d'accueil supérieures". La ministre évoque ainsi la piste "d'un élargissement à 2X3 ou 2X4 voies" ou d'un "nouveau pont de franchissement sur le Rhône" pour le noeud routier de Givors-Ternay, au sud de Lyon. Elle fixe également l'objectif "de doubler" le nombre actuel des 20 000 voyageurs quotidiens par train "par des travaux qui renforcent les infrastructures et des investissements dans du matériel roulant aux capacités d'accueil supérieures".

Pour ses partisans, ce nouvel axe était indispensable à l'économie de la région. Mais les opposants dénonçaient son tracé, au milieu des terres agricoles et des vergers, et pointaient du doigt le coût du projet. "Si ce projet était simple et consensuel, l'autoroute A45 serait réalisée depuis longtemps. On ne peut pas ignorer le prélèvement de terres agricoles, l'impact environnemental, l'absence du grand contournement de Lyon sur lequel l'A45 doit déboucher", déclare la ministre au journal.

Non retenu dans le rapport sur les infrastructures
"Si la décision est indigne sur la forme, elle est sur le fond, incompréhensible", a réagi Laurent Wauquiez, président LR du Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, dans un communiqué commun avec Georges Ziegler et Gaël Perdriau, respectivement président du conseil départemental de Loire et maire de Saint-Étienne. La coordination des opposants à l'A45 a quant à elle salué une "très grande victoire", exigeant "des garanties et un véritable plan B", pas "un simple rafistolage de l'existant, A47 et TER compris".

Ce projet de longue date, dont le financement était bouclé et dont la mise en oeuvre n'attendait plus qu'une signature du gouvernement, était destiné à améliorer le trafic routier très dense entre les deux métropoles de Rhône-Alpes. Mais il n'avait pas été retenu dans le rapport Duron sur les infrastructures du pays, au printemps. "Le Conseil d'orientation des infrastructures, qui est une instance indépendante et transpartisane, a recommandé de travailler plutôt sur des solutions alternatives routières et ferroviaires à l'A45. C'est aussi la position du gouvernement", conclut Elisabeth Borne.
 
Selon France Télévision

29/10/2018

Finances, Climat, réveillez-vous! les solutions sont là!

Le livre Finance, Climat: Réveillez-vous. Les solutions sont là !, co-écrit par Jean Jouzel, Pierre Larrouturou et Anne Hessel (la fille de Stéphane) est sorti en librairie le 18 octobre. Ce livre a été rédigé comme un “manifeste” pour une mobilisation citoyenne la plus large possible en faveur du Pacte. C’est pour cela qu’il est essentiel de diffuser l’information autour de vous et de vous emparer de ce livre comme un instrument de plaidoyer en faveur du Pacte Finance Climat. (vous pourrez trouver le communiqué de presse ici.)

Des contacts médias sont en cours mais la réussite de sa diffusion dépend aussi de vous : le prix modique de 8€ (l’intégralité des droits d’auteurs bénéficiera à l’association qui porte le Pacte) et l’argumentaire très concis rend ce livre accessible à tous et permet à chacun de contribuer à la création du rapport de force et à la mobilisation en faveur du Pacte.
Découvrez notre nouveau site internet

28/10/2018

S'entraider pour mieux manger avec le Secours Catholique...

Mme Clarisse Briot nous raconte, dans le journal Messages du Secours Catholique, comment des familles du village de Soumoulou près de Pau se sont associées pour monter une initiative autour d'un potager collectif, d'échanges de services et d'une monnaie commune. Leur but est double: mieux s'alimenter et rompre l'isolement.

Dans cette bourgade de 1 500 habitants, au pied des Pyrénées, chaque mardi les membres du groupe baptisé Uninat se retrouvent dans la boutique du Secours Catholique pour composer et retirer leurs paniers de produits frais. Le terrain sur lequel les bénévoles cultivent a été mis à disposition par la mairie. La terre généreuse donne des salades, des choux, des blettes, des poireaux, des betteraves...

L'aventure est née l'été 2016, quand des bénéficiaires ont souhaité que le Secours Catholique améliore les colis alimentaires, composés uniquement de produits secs. Ils ont réalisé alors que les produits frais font défaut. Depuis, grâce à l'investissement de tous, chaque semaine une dizaine de paniers sont composés pour les 30 familles adhérentes (de l'ordre de 50 centimes par mois). Des échanges de services(covoiturage, couture, bricolage) ont lieu, des liens d'entraide et d'amitié se créent. Par exemple, on achète à plusieurs un veau à un éleveur et on obtient le prix coûtant à l'abattoir... 

Le groupe essaie d'élargir la gamme de ses fournisseurs: un producteur de fromages de brebis les a rejoints; des ateliers cuisine et pâtisseries ont été lancés. Bref, les Unitat espèrent attirer de nouveaux adhérents et les convaincre que pour trouver des solutions aux difficultés il faut à la fois de l'inventivité, de l'entraide et de la confiance.

Pour aller plus loin, consulter www.secours-catholique.org.

Lyliane