Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2018

Construction d'un hôpital écologique dans l'Isère...

Selon la revue Bio-contact, à Voiron (Isère), la construction d'un nouvel hôpital vient de commencer. Ce chantier, qui devrait s'achever en 2019, a fait l'objet de nombreuses décisions pour tenir compte de l'environnement et des principes du développement durable. Il démontre "le souci de lier le domaine de la santé à celui de l'écologie".

La direction de l'hôpital de Voiron et l'Association de protection de la nature Le Pic Vert ont souhaité organiser un séminaire le 24 janvier 2018 de 18H à 22H  pour mieux faire connaître les expériences françaises réussies qui ont intégré les principe du développement durable dans un établissement de santé. Ce séminaire public et gratuit s'adresse à tout le monde et particulièrement aux partenaires du futur hôpital, aux personnels des établissements de santé (hôpitaux, cliniques, maisons de retraite, laboratoires ...) de la région Auvergne/Rhône/Alpes ainsi qu'aux médecins, pharmaciens, élus locaux, associations de patients, journalistes.

Le programme détaillé du séminaire est disponible sur le site du Pic Vert: www.lepicvert.org. Le lieu retenu est l'amphithéâtre du CampusTremplin Sports à La Brunerie-180, Boulevard de Charavines-38 500- VOIRON. Pour s'inscrire gratuitement: joindre par mail: contact@lepicvert.asso.fr ou téléphoner au 047691 34 33.

Voilà une initiative intéressante qui mérite d'être relayée par les médias et de faire des émules partout dans le pays, à la fois pour tenir compte de l'environnement, pour s'associer à des mouvements écologistes citoyens et pour expliquer la démarche au grand public!

Lyliane

20/01/2018

Protéger encore davantage l'Antarctique et tous les océans selon Greenpeace...

Le petit encart "La Bannière" qui m'a été envoyé par Greenpeace fait le point sur les dangers qui menacent nos océans et particulièrement l'Antarctique. Il faut en effet savoir que l'iceberg Larsen C, le plus grand jamais observé, s'est détaché de la péninsule antarctique en juillet 2017, en raison du réchauffement climatique selon les scientifiques. Environ 64% des océans, soit presque la moitié de la surface de la planète n'appartient à aucun pays. Ces zones maritimes appelées "eaux internationales" ou aussi "haute mer" appartiennent à tous. Nous avons donc la responsabilité collective de les protéger.

Lors du protocole de Madrid, signé en 1981 à la demande des ONG de défense de l'environnement, le continent Antarctique avait été choisie comme "réserve naturelle consacrée à la paix et à la science". La commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l'Antarctique ou CCAMLR a été établie en 1982 et elle compte 25 Etats membres signataires, dont la France. Les scientifiques estiment que, d'ici 2030, 30% de nos océans devraient faire partie d'aires marines protégées où toute activité industrielle devrait être interdite.

Un premier pas a été franchi en 2016 avec la création de la plus grande réserve marine du monde dans la Mer de Ross, une baie bordant le continent antarctique sur une superficie de 1,5 millions de Km2. Toutefois, dans la mesure où la Commission CCAMLR doit se réunir en octobre 2018 pour créer un sanctuaire marin encore plus vaste en Mer de Wedell, il est important que les citoyens européens, à l'initiative de ce projet, se mobilisent pour le faire aboutir.

En octobre 2017, aucun accord n'avait été trouvé pour délimiter une autre aire marine à l'Est de l'Antarctique. Aussi, en 2018, "tous les gouvernements des Etats membres, toute la Communauté Internationale devront se mobiliser pour soutenir ce projet, afin que la protection des océans prenne le pas sur les intérêts des industriels et notamment ceux de la pêche". Les manchots, les phoques, les baleines à bosses,  les rorquals bleus, les cachalots ont besoin d'un havre de paix. De plus, la plupart se nourrissent de petites crevettes, le krill, de plus en plus prisées par les flottes de pêche. 

Réalisons que les océans sont essentiels à la vie sur terre. Ils procurent 50% de l'air que nous respirons, abritent une grande biodiversité et leurs ressources fournissent de la subsistance à des millions de personnes dans le monde. Notre intérêt est donc de tout faire pour les protéger. Les jeunes notamment, à la maison comme à l'école, devront être sensibilisés à ces projets. Pour soutenir Greenpeace, qui nous alerte à ce sujet comme sur d'autres (nucléaire, obsolescence programmée...), il est possible de contacter le site: www.greenpeace.fr.

Lyliane

19/01/2018

De l'importance de jouer...

La revue gratuite de janvier 2018 Biocontact sous la plume de Mr André Stern, journaliste, conférencier, auteur, musicien et luthier, publie un long dossier  concernant l'importance de jouer pour un enfant. Il s'insurge contre le fait que dans nos civilisations, jouer ne mérite aucune considération de la part des parents. Il demande notamment pourquoi le jeu est, sur l'échelle du sérieux, positionné à l'opposé des occupations graves.

En effet, opposer loisirs et travail est un lieu commun dans nos sociétés. Nous nous positionnons à partir de l'adulte et non de l'enfant. Pour nous, interrompre un jeu  pour que l'enfant aille apprendre va de soi. Séparer ces deux notions ne se pose pas pour un enfant qui, justement, apprend aussi en jouant. Cette pédagogie qu'Alice Miller qualifie de "pédagogie noire" est profondément ancrée dans notre mode d'éducation.

Selon Mr Stern, les enfants baignent sans effort dans les 4 grands mots clés de l'enfance: confiance, ouverture, attention et enthousiasme. Le neurobiologiste allemand Mr G. Hüther prétend même que " le petit enfant se trouve entre 20 et 50 fois par jour dans de très grands enthousiasmes". Et grâce à cela, à ses réseaux neuronaux en état de "dopage cérébral",  il progresse rapidement. Car, selon lui, le cerveau se développe en fonction de l'enthousiasme avec lequel on l'utilise!

Notre attitude envers l'enfant étant apparemment obsolète, à la limite parfois d'une forme de contrainte violente, il nous faut donc développer une nouvelle attitude fondée sur la confiance envers l'enfant et dans les dispositions dont il est pourvu. Ce n'est aucunement du "laxisme". Nous avons peut-être vécu nous-mêmes un type d'éducation rigide, mais pour que l'apprentissage de notre enfant cesse d'être "traumatique", il nous faut changer de regard. C'est à la portée de tous les parents et de tous les éducateurs, car c'est une affaire de choix conscient.

L'ouvrage de Mr A. Stern "Jouer" paru aux éditions Actes Sud est là pour nous aider à prendre conscience que la concurrence, les attentes, les systèmes d'éducation en vigueur soumettent parents et enfants à une énorme pression. L'auteur livre un plaidoyer captivant pour l'avènement d'une nouvelle attitude face à l'enfant, dont l'ingrédient principal est une confiance inconditionnelle dans ses dispositions natives. Leur plein potentiel, loin d'être entravé par le jeu à leur rythme, s'épanouit spontanément et sans contrainte. Certaines pédagogies mettent déjà en pratique ces notions (écoles Freinet, Montessori...).

Pour aller plus loin avec cette forme de pédagogie, consulter par exemple sur Internet: www.andrestern.com, www.ecologiedelenfance.com ou www.oekologiederkindheit.com.

Lyliane

18/01/2018

Quels documents conserver ou détruire?

En début d'année, beaucoup d'entre nous font des rangements. Nous amassons beaucoup de documents. Mais savons-nous toujours bien lesquels sont à garder et lesquels à détruire? Voici donc un rappel pour faire la distinction entre les deux.

Toute notre vie, nous devons garder tous nos justificatifs de travail salarié ou non, afin de pouvoir justifier des trimestres à prendre en compte pour la retraite. Nos documents de santé (radios, scanner, IRM, groupe sanguin,  et ceux de nos enfants (vaccins, carnet de santé...) doivent aussi être conservés. Quant à nos papiers d'état civil, nos diplômes scolaires et universitaires, notre permis de conduire, nos titres de propriété, notre livret A, notre contrat de mariage, livret de famille, nos actes notariés comme testaments, divorce et donations, pour les messieurs leur livret militaire, tout cela doit être gardé en lieu sûr. Si on ne les a plus, éventuellement des copies et duplicatas peuvent être demandés...

Jusqu'à notre retraite, les bulletins de salaire et contrats de travail sont indispensables pour pouvoir réclamer des arriérés éventuels en cas d'erreurs (3 ans de délai pour le faire au maximum), de même que les arrêts de maladie qui se sont succédés pendant nos emplois, les éventuelles lettres de licenciement et déclarations d'accidents, les versements de sécurité sociale et prestations reçues, les allocations de chômage... Bien noter les noms et adresses des différentes caisses de retraite et prévoyance de nos différents employeurs.

Pendant 30 ans, garder tous les justificatifs de services (d'artisans, de garagistes, d'entrepreneurs), tous les documents de prêt entre particuliers, reconnaissances de dettes, remboursements de sinistres..;

Les assurances-vie se conservent généralement pendant 10 ans si on en est bénéficiaire, de même que les factures de gros œuvre dans la construction, les contrats d'assurance auto et habitation (responsabilité engagée même après résiliation du contrat si contestations pour vice caché)

Les talons de chèques et relevés de comptes bancaires se conservent habituellement pendant 5 ans, de même que les factures d'eau, de gaz et d'électricité. Les fournisseurs ont  4 ans en effet pour agir contre un particulier abonné.

Les documents concernant les allocations familiales, de même que les quittances de loyer se gardent pendant 3 ans. Idem pour les déclarations de revenus, avis d'imposition, PV d'amendes, versements d'assurance chômage.

Les prêts à la consommation, contrats d'assurances, versements d'APL, d'indemnité en cas de maternité, de preuves de restitution de box, décodeurs, avis de contraventions... peuvent être conservés au moins 2 ans.

Enfin, les chèques à encaisser se prescrivent au bout d'un an, comme les certificats de ramonage, restitution de dépôt de garantie, avis d'impôts locaux ( taxe d'habitation et foncière), ordonnances médicales.

Il est recommandé de conserver toutes les factures  d'achat ou de réparation  en cas de garantie, de réparation ou de revente de l'objet.

Pour une succession, les délais de conservation des papiers sont de 5 ans au moins après le décès car des actions en recouvrement (dettes, contrats en cours) peuvent être intentés par des créanciers.

Ne pas jeter mais détruire réellement les documents périmés car des usurpations d'identité font des milliers de victimes chaque année dans notre pays. Un destructeur de documents coûte 25 euros environ et son achat se justifie pour être vraiment tranquilles.

Ces informations ayant été prises dans le Journal Nice-Matin du 1er janvier 2018, pour toute question complémentaire, s'adresser sur Internet à :http://jevoudraissavoir.nicematin.com/

Lyliane

.

Nuit de la lecture le 20/1/2018...

Pour le 2ème édition, le 20/1/2018, aura lieu "la nuit de la lecture" dans les bibliothèques et les librairies dans notre pays. Le Ministère de la Culture est partenaire de cette manifestation ainsi que de nombreux sponsors.

Lyliane

17/01/2018

La pauvreté aujourd'hui en France selon l'association Le Secours Catholique...

Le rapport annuel du Secours Catholique a été publié en Novembre 2017 et il s'appuie sur des exemples concrets. Mme Nathalie Birchem dans le Journal La Croix s'en fait l'écho. Elle a recueilli le témoignage de bénévoles sur le terrain en Loire Atlantique (La Chapelle-Basse-Mer). Tout d'abord un rapide bilan: en 2016, le Secours Catholique a reçu 1,440 millions de personnes dans ses 3 500 lieux d'accueil. Les familles monoparentales représentent 29,6 % des ménages, les couples avec enfants:24,2%, les femmes seules:17,1% et les hommes seuls:23,1%. En tout, 56,3% des adultes secourus sont des femmes et les étrangers représentent 39% des profils accueillis.

Le niveau de vie moyen des personnes reçues au Secours Catholique est de 548 euros, soit trois fois moins que le niveau de vie moyen en France métropolitaine. Il faut noter que 19% d'entre elles sont totalement sans ressources. Quant aux besoins exprimés, 60,2% concernent l'écoute, le conseil ou l'accueil, 56%: une aide alimentaire et 18,5%: une aide pour payer le loyer, les factures d'énergie ou d'eau.

Heureusement, beaucoup se dépannent avec des épiceries sociales, des colis alimentaires et des vide-greniers pour se vêtir ou habiller les enfants. Les banques ne sont pas compréhensives en cas de découvert et souvent les familles ne peuvent ni se chauffer, ni mettre de l'essence dans un véhicule pour se déplacer. Comment trouver un travail dans ces conditions, surtout après 50 ans?

Pour tous, "la vraie misère c'est de n'avoir plus de toit au-dessus de la tête". Car les loyers sont pour la plupart des familles trop élevés. Il ne leur reste que le minimum vital, quand celui-ci est réglé. C'est pourquoi le Secours Catholique envisage de créer sa propre agence immobilière vers la fin de l'année 2018. L'Association espère ainsi prendre en charge 200 ménages en Ile-de-France sur les 4 millions de personnes mal logées recensées par la fondation Abbé Pierre. Pour ce faire, les propriétaires seraient incités à effectuer des actes de solidarité.

Quant à la santé, il vaut mieux ne pas tomber malade quand on est en situation de précarité. En effet, le reste à charge des soins et traitements pèse sur le budget. Sur le plan scolaire, les enfants ne restent généralement ni à la cantine, ni à l'étude par souci d'économie. Pas question non plus de les envoyer en classe verte, de leur faire faire un sport ou de partir avec eux en vacances... La plupart reste chez soi et espère des jours meilleurs!

Le Centre d'accueil et de rencontres de Loire Atlantique (à 30 km de Nantes) mise sur l'entraide entre familles en grande précarité et les aide à sortir de leur isolement. Ils échangent deux fois par mois de bons plans pas chers, des recettes, des projets de sorties aux alentours. Des bénévoles les écoutent et les conseillent en cas de besoin. Bref, la misère partagée paraît déjà moins lourde à porter!

Pour aider le Secours Catholique ou se renseigner sur les lieux d'accueil dans notre pays, consulter le site: www.secours-catholique.org.

Lyliane

16/01/2018

Un chemin de création contre l'illetrisme...

Le Journal La Croix du 17/11/2017 fait le point sur l'illettrisme en France dans un long dossier rédigé par Mme Stéphanie Janicot. Il faut tout d'abord savoir que l'illettrisme touche environ 2 500 000 personnes dans notre pays. La moitié d'entre elles a plus de 45 ans, vit en zone rurale et exerce une activité professionnelle, selon l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme. Créée en 2000, celle-ci a pour vocation d'organiser l'ensemble des initiatives des associations sur tout le territoire français. Pour la joindre, consulter le site: www.anici.gouv.fr. Toutefois, aux Journées d'Appel pour la Défense en 1990, le nombre de jeunes en situation d'illettrisme devant un test de lecture proposé par l'Education Nationale était apparu catastrophique en France. Neuf structures expérimentales, précurseurs des associations actuelles crées après 2003, avaient alors été montées.

Pour devenir bénévole dans une association de lutte contre l'illettrisme, il est recommandé de s'engager sur la durée d'une année au moins, de suivre une formation pédagogique et d'accepter un suivi. La plupart des associations, excepté Les Restaurants du Cœur où tout est gratuit (locaux, matériel...), ont besoin de dons pour pouvoir fonctionner. Pour soutenir de dons les associations engagées contre l'illettrisme, du style de Savoir pour Réussir ou s'engager comme bénévole , consulter le site Internet: www.helloasso.com/associations/savoir-pour-reussir-paris. Car, faute de moyens, certains ateliers de l'Association Savoir pour Réussir ont du fermer (Marseille, Bordeaux, Valence, Limoges, Lens, Le Havre), alors que d'autres, soutenus par des donateurs, résistent encore: Paris, Annecy, Grenoble, Chambéry...

Certains ateliers sont relativement classiques avec apprentissage de la lecture et de l'écriture. D'autres utilisent beaucoup plus le jeu ou la créativité de chacun (textes, dessins, chant, expression orale...). En 2017, en lien avec le Musée des Arts Premiers à Paris, un atelier de gravure a été lancé. D'autres organismes ont joué le jeu comme le Petit Palais, le Musée Guimet ou le Musée de l'Homme à Paris. Jeunes ou moins jeunes participent volontiers à une œuvre finale collective comme un spectacle en fin d'année. La poésie, l'imaginaire, la reproduction d'oeuvres les stimulent beaucoup.

A Paris, l'Association Savoir pour Réussir accueille environ 150 jeunes entre 17 et 29 ans sur une année et leur propose trois ateliers collectifs de 2 heures chaque semaine. Là, ils enrichissent leur vocabulaire et s'essaient à écrire des textes. Beaucoup sont sortis du système scolaire, mais apprécient des ateliers où ils ont la parole et peuvent donner libre cours à leur imagination... Alors, pourquoi ne pas venir en aide concrètement à toutes ces personnes dont l'illettrisme représente un véritable handicap? 

Lyliane

 

14/01/2018

Se chauffer au bois, c'est moins cher que de le faire à l'électricité!

La Revue Kaizen de Janvier/Février 2018 compare le chauffage au bois avec d'autres types de chauffage. Mr Sylvain Lapoix, en effet, montre que le bois "est la première énergie renouvelable en France". Même si Mme Hidalgo, la Maire de Paris, a fait le choix d'interdire les feux de cheminée dans la capitale en raison de la pollution, sans taxer les diesels pour le moment, le bois à usage domestique génère 55% du chauffage d'origine renouvelable. On trouve du bois 100% made in France (France Bois Bûche). Sinon, demander des bois avec le label PEFC ou FSC assurant leur origine durable.

Un crédit d'impôt ouvre une réduction de 30% jusqu'à 8000 euros pour une personne seule et 16 000 euros pour un couple, ce qui ramène les prix des chaudières à bûches ou à granulés aux alentours de ceux d'un équivalent fioul pour lequel le crédit d'impôt s'interrompt en 2017. L'électricité d'origine nucléaire, le gaz ou le fioul font appel aux énergies fossiles et reviennent finalement plus cher. De plus, l'autonomie d'un poêle de chauffage au bois va de 12 à 72 heures selon l'usage et la taille du réservoir.

Pour en savoir davantage, consulter sur Internet le site de l'Ademe:

Lait contaminé Lactalis: pétition à signer.

epuis un mois, 35 nourrissons ayant consommé du lait contaminé Lactalis sont atteints de salmonellose. Ségolène, maman d'un bébé de 5 mois lui aussi infecté, a lancé une pétition signée par 50 000 personnes pour que les produits infantiles soient soumis à plus de contrôle. 

Cette semaine, les principaux groupes de distribution alimentaire ont reconnu avoir vendu des lots de lait contaminé dont le retrait avait pourtant été ordonné, mettant en danger la santé de milliers d'enfants partout en France. Pour Ségolène et les familles de victimes, les industriels et le gouvernement doivent prendre leurs responsabilités pour éviter d'autres contaminations.

"Nous demandons la totale transparence sur les processus de fabrication pour un meilleur contrôle de ce que mangent nos enfants." déclarait il y a quelques jours Ségolène dans la presse.

Vous voulez rejoindre le mobilisation ? Cliquez ici pour signer la pétition.

 
 
 
Adressée à Bruno Le Maire, Agnès Buzyn, Professeur Boris Vallet, Stephane Travert, Guillaume Garot, Roger Genet, Roland Lescure, Jean-Philippe Girard, Michel Nalet, Emmanuel Besnier, Paul Bulcke, Mark Schneid...
 
 
   

51 481
Signataires

 
 

 

 
 
J
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
         
 
  
   
 
 

12/01/2018

Un agriculteur du Var refuse les engrais chimiques depuis de nombreuses années...

Bras, article publié le 29/11 dans le journal local:

"J'ai retrouvé le vrai métier. Je ne suis plus agriculteur, je suis paysan" dit fièrement Bertrand Allais. En l'an 2000 ce céréalier a changé radicalement sa façon de travailler. Il retourne ainsi aux vraies valeurs de la terre. Plus question donc de polluer le sol et jouer avec sa santé. 

Une décision qui demande plus de main-d'œuvre et plus d'investissements. "Le coût, plus élevé se répercute sur le prix de vente mais le gros avantage c'est que l'on laisse la terre propre", explique Bertrand Allais.


Pour garder une terre propre, sans glyphosate ou autre produit chimique, il faut repenser tout le système de production. "Il faut travailler sur des rotations des cultures pour rompre le cycle de développement des mauvaise herbes", précise Sophie Dragon-Darmuzey, conseillère à Agrobiovar. 

Dans le Var, plus de 20% des surfaces agricoles sont déjà certifiées bio et de plus en plus d'agriculteurs ont recours à des pratiques alternatives qui ne font pas appel à la chimie.


Suspension provisoire de deux pesticides

Courant novembre le tribunal administratif de Nice a décidé de suspendre de la vente deux pesticides "Closer" et "Transform". Une mesure provisoire prise en vertu de principe de précaution. L'Union Nationale de l'apiculture française souhaite obtenir maintenant une interdiction définitive de ces produits. Des produits de la société Dow dont le siège est basé à Sophia-Antipolis. 
 

10/01/2018

La méthode Ikigaï...un art de vivre!

 
 
Apparue au début du XIVe siècle, la méthode Ikigaï ne cesse de faire des adeptes partout dans le monde .Getty Images et article de Paris-Match du 17/12/2017:

Tout droit venue d'Okinawa, cette philosophie serait à l'origine de la joie

de vivre,  de la santé et de la longévité des habitants de cet archipel.

Efficace et facile à  adopter. On s'y met sans tarder. 

A Okinawa, dans le sud du Japon, la population a une espérance de vie

largement supérieure à  la moyenne mondiale (environ 50 centenaires

pour 100 000 personnes). Son secret? Une alimentation saine, de

l'exercice physique et  l'ikigaï. Littéralement, le terme se traduit par

"joie de vivre", par une autre "raison d'être et mission de vie» et concerne

autant les adolescents que les actifs et les retraités.

 

Pour en savoir plus, consulter: 

 

05/01/2018

Les conseils de l'ADEME pour des économies d'énergie...

Dans la revue Propriétaires Magazine, l'ADEME ( Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) publie une liste en 7 points comportant des conseils pour diminuer sa facture de chauffage sans altérer son confort. 

1- Retenir la chaleur par une bonne isolation (isolation des murs, double vitrage, isolation des combles...) afin d'éviter le refroidissement des murs et la condensation intérieure.

2- Réduire la consommation d'énergie des radiateurs, afin qu'ils consomment moins en les équipant d'un robinet thermostatique. Tenir compte pour la température choisie du type d'occupation et de l'exposition des pièces.

3- Penser aux petits gestes comme fermer les volets, baisser le chauffage au minimum quand vous vous absentez...

4- Réguler et programmer le chauffage ( par une horloge). Par exemple réduire d'un degré dans les pièces à vivre (19° au lieu de 20°) fait chuter la consommation de 7%. On enfile un pull si on reste immobile. Dans les chambres, ne pas dépasser les 17 à 18° et mettre un édredon sur les lits.

5- Calorifuger les tuyaux de circulation d'eau chaude dans les caves ou les garages non chauffés pour limiter les pertes d'énergie. Des isolants en coquilles, bandes ou manchons de mousse plastique sont recommandés.

6- Faire entretenir sa chaudière (fioul, gaz, bois, charbon, multicombustibles...) dont la puissance est comprise entre 4 et 400 Kw tous les ans. Une chaudière régulièrement entretenue, en effet, c'est 8 à 12% d'énergie consommée en moins.

7- L'été, éviter le recours à la climatisation et baissez plutôt les stores ou fermez les volets en cas de canicule. A l'inverse, la nuit, ouvrez les fenêtres et créez des circulations d'air pour évacuer la chaleur, notamment si votre maison est bâtie sur plusieurs niveaux (effet dit cheminée).

Les économies d'énergie commencent à entrer dans les préoccupations des Français en raison notamment de la hausse des tarifs. Selon un sondage IFOP, plus d'un Français sur trois (34%) affirme être prêt à payer plus cher pour bénéficier d'une "offre verte" et réduire les effets de sa consommation sur l'environnement. Pour le moment, 26% des ménages ont réalisé des travaux de rénovation énergétique dans leur logement ces 2 dernières années en bénéficiant des aides pour les financer.

Ces nouvelles sont tout à fait encourageantes! Pour en savoir plus, s'adresser à l'ADEME sur son site Internet: www.ademe.fr.

Lyliane

04/01/2018

Un stage de troisième pour tous les collégiens...

Mme Olivia Fortin, 40 ans, est à la tête de Wooom et Organik, deux entreprises spécialisées dans l'événementiel à Marseille. En 2016, elle est devenue ambassadrice de la première antenne régionale de "Viens voir mon taf", une association unique en son genre dans la deuxième ville de France pour aider les élèves de troisième à trouver des stages. Dans les quartiers aisés, les élèves se projettent vers des cabinets d'architectes ou de vétérinaires. Mais, pour les élèves défavorisés ou issus de l'immigration, découvrir le monde du travail grâce à ces stages est source de stress et de déconvenue.

Mme Caroline Bonnefoy, du journal La Croix, nous fait part, en effet, de la prise de conscience de cette femme que ces stages sont avant tout une affaire de réseaux. Les élèves comme Kader, un jeune collégien qu'elle a côtoyé à l'occasion du stage de 3ème dans son entreprise, s'ils sont issus des Quartiers nord de Marseille ou de collèges classés en Réseau d'éducation prioritaire (Rep ou Rep+) n'ont aucune chance d'obtenir un stage autre que dans des kebabs ou des carrosseries. Cela accroit encore la fracture sociale et n'aidera pas ces jeunes plus tard à sortir d'une discrimination à l'embauche...

Leur dénicher d'autres types de stages est devenu sa préoccupation. Elle n'hésite pas à frapper aux portes des entreprises pour glaner des places dans les médias, la gendarmerie, des restaurants... Il lui en faudrait 300 environ, mais elle a déjà obtenu une cinquantaine de promesses de stages pour les collégiens marseillais. Elle œuvre également afin de sensibiliser les jeunes comme les employeurs à leurs devoirs mutuels: ponctualité et bon comportement pour les stagiaires et un accueil et un encadrement bienveillant pour ces élèves au cours de leur semaine de stage.

Mme Fortin est persuadée qu'un jeune de 15 ans qui trouve une place ponctuelle dans la société au cours de ce stage pourra plus facilement faire son chemin dans sa vie professionnelle que s'il avait été refoulé de toute part. Tordre le cou aux préjugés n'est cependant pas simple... Une initiative quoi qu'il en soit qui pourrait être mise en œuvre partout en France. Pour se renseigner, contacter: www.viensvoirmontaf.fr.

Lyliane

Plaidoyer pour une école égalitaire...

Mr Jacques Duffaut a recueilli pour le Journal Messages du Secours Catholique les propos de Mme M.A. Grard, vice-présidente d'ATD Quart Monde, rapporteur devant le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) en 2015 d'un avis intitulé "Une école de la réussite pour tous". Elle estime que le système français permet difficilement aux enfants de milieux défavorisés de réussir à l'école. Dès la maternelle, il leur manque l'écoute d'histoires par des parents attentifs et une certaine socialisation. Or, dans notre système scolaire obligatoire, 3 millions d'enfants sont issus de familles vivant sous le seuil de pauvreté. Leurs parents rencontrent des soucis d'éducation, de santé, de logement, d'emploi...

Des enquêtes de l'Education Nationale montrent que 84% de ces enfants sont orientés vers une SEGPA (section d'enseignement général professionnel adapté) dès la sortie du primaire. De ce fait, ces élèves n'auront pas les mêmes enseignements que les collégiens et les lycéens. Avec des classes à effectifs lourds (30 enfants), l'enseignant ne peut se pencher sur chacun avec une pédagogie différenciée. Il faudrait, dit-elle, une formation spécifique pour les professeurs et qu'ils soient sensibilisés à des niveaux sociaux différents. Car ils habitent ailleurs que dans les quartiers et ils ne peuvent rencontrer parents et élèves dans leur contexte de vie.

Pourtant, encourager ces relations, quitte à avoir recours à un traducteur pour les familles étrangères, facilite les échanges. L'essentiel semble de faire prendre conscience aux parents "qu'ils sont les premiers éducateurs de leurs enfants". Les parents des enfants de familles défavorisées attendent cependant que "l'école offre à leurs enfants un meilleur avenir que le leur". Donner à ces enfants les mêmes chances scolaires qu'aux autres semble une exigence de justice sociale.

Pour aller plus loin sur ce dossier concernant une école égalitaire, consulter sur Internet: www.secours-catholique.org.

Lyliane

 

03/01/2018

Le campus de Bordeaux, champion de la récup'...

Le 24/11/2017, le Journal La Croix sous la plume de Mr Jean-Jacques Allevi publiait un dossier concernant une réflexion sur nos pratiques de consommation (tout jetable, gaspillage...) en proposant des solutions alternatives à la précarité étudiante. L'Association Etu'Récup, en effet, en favorisant "le réemploi des objets du quotidien, veut offrir une alternative concrète au modèle de consommation dominant". Depuis janvier 2016, un local de 450 m2 au rez-de-chaussée du Restau U a été mis gracieusement à la disposition de l'Association par l'université.   

L'association a vidé en 2016 une centaine de logements étudiants sur le campus de Pessac et récupéré ainsi de nombreux objets en parfait état ( meubles, vélos...). De plus, un partenariat avec la ville a permis aux bénévoles de Etu'Récup de collecter du matériel (12 tonnes environ)  à la déchetterie municipale. Quatre salariés à temps plein et 1 200 adhérents font partie de l'Association. L'A.D.E.M. E (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'énergie), la région Aquitaine et le Conseil Départemental de Gironde fournissent aujourd'hui 70% du budget d'Etu'Récup.

Les bénévoles de tous âges sont là pour encadrer les 4 ateliers participatifs de tri et de réparation ou pour se rendre aux collectes hebdomadaires à la déchetterie. Pas besoin d'être inscrit à l'Université pour bénéficier des ressources que propose la ressourcerie. Ce type d'action est essentiel pour passer de l'écologie en paroles à l'écologie pratique, affirme Mme Aurélie Schild,  une bénévole de l'association. Le succès d'Etu'Récup dépasse aujourd'hui les limites du campus. Les facs de Rennes, Nice, Nanterre et Toulouse sont d'ores et déjà intéressées par le modèle bordelais.

Cette Association a remporté le 4 ème prix de l'initiative en économie sociale décerné par la Fondation du Crédit Coopératif en 2016. L'ouverture d'une Maison du Vélo sur le domaine universitaire est même en projet. La réparation des bicyclettes étudiantes connaît en effet un énorme succès ( crevaisons, pièces détachées...). Car "essayer de réparer au lieu d'acheter du neuf tout le temps devient un mode de vie qui correspond de plus en plus aux motivations écologiques des jeunes".

Pour se renseigner sur ces pratiques, joindre Etu'Récup 13, Avenue Pey-Berland à Pessac (33600) au 05 40 00 29 18 ou consulter le site Internet: www.eturecup.org.

Lyliane

02/01/2018

Une femme québécoise en rémission de cancer témoigne de son expérience...

Journaliste et animatrice bien connue au Québec, Mme Josée Blanchette raconte dans le journal Néosanté comment elle a déjà traversé 3 cancers. Elle a publié un livre dans lequel elle donne la parole à des personnes autour d'elles et raconte sa propre expérience. S'intéressant aux guérisons spontanées, elle lance même de nouvelles pistes pour prévenir et soigner autrement que par chimiothérapie la maladie cancéreuse. Cet ouvrage n'est malheureusement pas disponible en Europe, mais il est paru chez Flammarion au Québec..

Mme Blanchette rapporte la réponse que son père, pneumologue et philosophe, avait l'habitude de donner à toute question:"Je ne sais pas pondre l'œuf mais je sais quand il est pourri". Elle utilise à son tour cette image pour étayer son témoignage. De toutes les décisions qu'elle a eu à prendre dans sa vie, elle avoue que celle d'aller ou non en chimio a été la plus difficile. Des pressions familiales, amicales, sociales et médicales en effet ne lui facilitaient pas la tâche.

Elle a finalement pris la décision de céder à la médecine officielle pour son fils de 10 ans. Très vite, des effets secondaires (perte du goût, troubles nerveux, froid dans les extrémités...) se sont manifestés. Elle a noté également le coût de la chimio pour l'Etat (20 000 euros pour 6 mois), car les compagnies pharmaceutiques font payer très cher leurs médicaments. En novembre 2014, Mme Blanchette s'interrogeait à Télé-Québec sur l'utilité de la chimiothérapie, notamment pour les personnes âgées...

En 2015, une étude de chercheurs fut publiée dans JAMA Oncology sur la qualité de vie et les chimios palliatives. Le bilan était loin d'être positif! Evidemment, personne ne peut savoir à l'avance comment on réagit à une chimiothérapie et beaucoup meurent, prolongés de 3 ou 4 mois seulement. Mme Blanchette a demandé alors à son oncologue si elle pouvait prendre part à une étude pour connaître ses chances de survie. Elle finit par arrêter dans un instinct de survie ayant la sensation d'être intoxiquée par les médicaments proposés...

Elle a réalisé que notre médecine est plus axée sur le curatif que le préventif. Et les statistiques faites en 2004 sont là: "on a observé une amélioration du taux de survie après 5 ans pour seulement 13 des 22 cancers étudiés." La question des récidives  s'est posée à elle à deux reprises également. Au fond, Mme Blanchette a abandonné la chimio en tablant sur des actions de prévention au quotidien. Elle a voulu surtout privilégier sa qualité de vie...

Quant aux rémissions spontanées, selon l'américaine Kelly A. Turner, elles ne sont pas du tout aléatoires et correspondraient à des profils particuliers. La chercheuse, titulaire d'une B.A. à Harvard et d'un doctorat à Berkeley, a réussi à dégager 9 facteurs fondamentaux communs à tous les patients qui ont guéri du cancer. Elle s'est intéressée à plus de 100 patients et elle a rencontré des praticiens holistiques ainsi que des "survivants de cancer" dans 10 pays différents. Pour elle, "ces gens-là ont tous fait quelque chose, même s'il n'y a pas de recette".

Voici selon elle les 9 facteurs découverts:

1) changer radicalement son alimentation

2) prendre sa santé en mains

3) suivre son intuition

4) prendre des  suppléments et des plantes médicinales

5) libérer les émotions refoulées

6) cultiver les émotions positives

7) miser sur le soutien social

8) approfondir sa spiritualité

9) avoir de bonnes raisons de vivre

 

La modification de l'alimentation lui semble essentielle (arrêt total du sucre, du blé, des produits laitiers, de la viande...). Certains ont jeûné quelque temps. Pour tous: fruits et légumes bio occupent 50% de leur assiette. L'utilisation de probiotiques, de prébiotiques, d'enzymes, de champignons, d'aloé vera, de vitamine C, de jus vert ... est aussi relevé. La méditation, le pardon, le désir de changer, de fuir toutes les causes de stress, de se servir de son instinct, de se connecter à plus Grand que soi paraissent aussi au cœur de leur nouveau style de vie.

En conclusion à cet article de Néosanté, je cite la phrase choc finale:" Guérir est possible n'importe quand et à n'importe quel stade de sa maladie, même quand ton médecin a abandonné tout espoir".

Pour consulter les articles de la revue Néosanté, contacter le site: www.neosante.eu

Lyliane

 

Voitures électriques, sommes-nous prêts à franchir le pas?

Le Journal Nice-Matin, dans un supplément de décembre 2017, fait le point sur une enquête Harris Interactive, qui s'appuie de son côté sur un sondage pour Auto-Moto. La question posée concernait les attentes des conducteurs français concernant l'hybride et l'électrique. Les résultats de ce sondage, réalisé en août 2017 auprès de 1000 Français, sont jugés favorables sous certaines conditions par le journaliste de Nice-Matin.

Cette enquête révèle que, dans leurs intentions d'achat, les Français continuent de donner priorité au prix et à la consommation de carburant, mais que 7 personnes sur 10 se déclarent prêtes à payer davantage pour un modèle plus respectueux de l'environnement. Ils évoquent les motorisations hybrides autant que les modèles essence et l'électrique autant que le diésel. Pour l'électrique cependant, ils sont 2/3 à attendre une offre suffisante et adaptée (accessibilité des bornes de recharge, temps de charge, autonomie, économie réalisée, prix des modèles, aides à l'achat...).

En moyenne, ils attendraient un véhicule doté de 500 km d'autonomie, rechargeable en 3 heures et accessible aux environs de 14 000 euros. Le spécialiste américain de la mobilité électrique annonce deux nouveaux modèles Tesla: un semi-remorque aux lignes futuristes avec 800 km d'autonomie et un nouveau roadster avec 1000 km d'autonomie, mais ils ne seront commercialisés qu'à partir de 2020. Quant à la Tesla S 100 D, elle reste apparemment la référence, car elle est totalement connectée et se dirige quasiment seule. Branchée à un super-chargeur, 80% de sa charge est récupérée en 30 minutes. Mais elle coûte quelques 102 000 euros!

La Renault Zoé Z.E. 40 est la voiture électrique la plus vendue en France. Certes, elle est proposée au prix de 23 700 euros en version R 75 et 24 200 euros en version Q 90. Toutefois, le bonus écologique permet de déduire 6000 euros. Le forfait de location de la batterie lithium-ion est cependant à ajouter (69 euros par mois pour 7500 km annuels). La Zoé accepte tous types de recharges (30 h sur une prise domestique ou 20h sur une prise sécurisée, en ville ou en centres commerciaux). Quatre adultes et leurs bagages peuvent être transportés. Son autonomie est d'environ 370 km. Selon l'article, la Zoé reste la voiture électrique synchrone à rotor bobiné la plus abordable et la plus polyvalente, car elle se tient très bien sur des routes de montagne comme en ville. 

 Lyliane

Les jus de légumes, voire de végétaux sont-ils bons pour notre santé?

Dans Version Femina, Mme Ingrid Haberfeld , en s'appuyant sur les conseils d'une diététicienne et naturopathe Mme Claire Desvaux, fait le point sur des boissons naturelles qui connaissent actuellement un grand succès. Un bon moyen de purifier et détoxifier son organisme, tout en renforçant ses défenses immunitaires en faisant attention de consommer ces jus à peine extraits et en dehors des repas! Il est possible d'en faire des cures de plusieurs semaines ou d'y recourir de temps en temps lorsqu'on en ressent le besoin. Les femmes enceintes, allaitantes ou les personnes allergiques aux pollens ou aux graminées devront apparemment soit éviter ces jus soit en boire avec parcimonie.

Tout d'abord, le jus d'herbe de blé, censé nous apporter de la chlorophylle, des minéraux, des vitamines et des antioxydants. On peut certes faire pousser le blé soi-même à partir de graines achetées en magasin diététique. Mais cela prend une dizaine de jours et demande un peu de travail avant de pouvoir mettre les pousses dans un extracteur. Il est conseillé d'y ajouter une pomme et un jus de citron pour rehausser la saveur. On peut aussi acheter des jus d'herbe de blé en poudre à mélanger dans un verre d'eau, un lait végétal ou un jus de fruits (1 cuillère à café de poudre suffit). 

Le jus d'orge est recommandé pour ses vertus nutritives (protéines) et notamment sa vitamine K. Toutefois éviter ou consommer avec modération ce jus lorsqu'on suit un traitement anticoagulant. Il est également possible de faire pousser l'orge soi-même et après extraction d'ajouter une carotte, un concombre ou une branche de céleri. En boutique bio, on trouve la poudre de jus d'orge prête à être consommée, diluée dans un verre d'eau à raison d'une cuillère à soupe.

L'aloe vera, tiré de l'aloès, est réputé stimuler notre système immunitaire et avoir des propriétés antibiotiques et antivirales. Le jus est extrait de la pulpe des feuilles. On le trouve généralement prêt à l'emploi en boutiques bio, en parapharmacie ou en pharmacie. Il est conseillé de diluer 30 ml de jus dans un peu d'eau ou de jus de fruits. La naturopathe recommande le jus d'aloe vera aux changements de saison ou en cas de coup de froid.

Le jus de bouleau est bon pour "remettre notre organisme à neuf". Sa richesse en potassium favorise l'élimination des toxines et sa richesse en vitamine C et en silicium aide à retrouver la forme. Une version prête à l'emploi (10 ml à chaque prise dans de l'eau trois fois par jour) est proposée au printemps en pharmacie ou en boutiques diététiques. Les habitants du Nord de l'Europe sont habitués à utiliser de petites perceuses pour extraire le jus du bouleau sauvage au fur et à mesure des besoins.

Enfin, le jus de pissenlit a été récemment redécouvert par des amateurs qui lui reconnaissent des propriétés antifatigues exceptionnelles grâce à son fer, son cuivre, son manganèse et son sélénium... Cueillir dans la nature loin de zones polluées ou dans son jardin une poignée de feuilles de pissenlit. Une fois lavées, mettre les feuilles dans l'extracteur avec deux branches de céleri, deux pommes et un concombre coupés en morceaux.

On peut varier les jus avec du chou, de la betterave, du fenouil coupé fin, selon les goûts. Les diététiciens conseillent de diluer les jus en raison de leur forte concentration. Pour en savoir davantage, consulter par exemple sur Internet: 

 

01/01/2018

Offrir la presse là où elle a disparu...

Le Journal La Croix du 1er décembre 2017 nous informe d'une initiative de journalistes pour rendre accessible l'information, engager l'échange et générer le débat à Marseille dans des quartiers populaires. Dans le 3 ème arrondissement en effet dans le quartier de St Mauront, un des plus défavorisés de Marseille, deux membres du collectif de journalistes Albert London montent une sorte de kiosque en plastique décoré par des élèves du collège voisin. La cheville ouvrière de l'Association, Mme Stéphanie Harounyan, correspondante du quotidien Libération, installe des journaux locaux ou nationaux et quelques magazines pour jeunes et enfants sur des présentoirs en plastique. Les bénévoles visent certes la distribution de journaux (L'Equipe, La Provence, Le Canard Enchaîné...), mais ils ont surtout un rôle de "médiateurs sociaux".

Après avoir été présents dans une Maison pour Tous du quartier, les membres du Collectif Albert London ont choisi depuis 2013 d'être mobiles et de se déplacer deux fois par mois en installant un kiosque ambulant. Ils souhaitent faire retrouver de l'intérêt pour l'information et l'actualité aux habitants du quartier. Ils abordent en effet les passants et insistent sur la gratuité de leur démarche. Beaucoup de Comoriens vivent là et plus de la moitié de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. La désaffection des jeunes est encore plus nette (56%) que chez les un peu plus diplômés. Il suffit néanmoins d'un rien pour instaurer des habitudes de lecture et pour déboucher sur des dialogues. Les journaux sont souvent de la veille, mais nul ne semble s'en soucier dans  ces cités, où règne une fracture sociale et une stigmatisation importantes.

L'Association Tactikollectif à Toulouse a mené de son côté un atelier de journalisme pour les jeunes des quartiers populaires. Certains proposent des interventions en milieu scolaire ou la participation à des émissions de radio avec des enfants. Beaucoup d'autres initiatives intéressantes permettent ça et là de favoriser l'accès à l'information aux publics qui en sont économiquement exclus. Car "les gens sont plus intéressés par l'actualité qu'on veut bien le penser" affirme la rédactrice de l'article Mme Coralie Bonnefoy. La popularité des petits journaux gratuits le montre partout en France...

Pour trouver des initiatives de banlieues, contacter le site: www.presseetcite.info, www.tactikollectif.org ou www.chez-albert.fr.

Lyliane

 

Jouons en 2018 à :"Et si je remplaçais telle chose par telle autre plus économique ou écologique"...

Chers amis de Prêle!

Tous mes voeux en ce début 2018, moment où généralement nous prenons de "bonnes résolutions ", des voeux certes de bonne santé, de joies quotidiennes, familiales, spirituelles et collectives, de sérénité et de paix du coeur, ce qui implique en toute occasion de remplacer nos peurs et nos conditionnements par de la créativité, de la responsabilisation personnelle et de l'engagement citoyen!

Cela peut commencer par de petites choses: donner nos vêtements usagés à des associations qui recyclent ou donnent alentour, remplacer le papier WC triple épaisseur coloré d'une marque connue par du papier recyclé gris ou blanc, utiliser du bicarbonate alimentaire en poudre (rayon du sel) pour nous brosser les dents et enlever le tartre, cirer nos chaussures avec l'intérieur de la peau d'une banane...

Ou même des actions plus fortes comme de choisir comme banque un établissement éthique (La Nef par exemple), de changer nos habitudes en remplaçant nos achats en supermarché par des aliments obtenus en circuits courts avec des produits bios et locaux, de prévoir pour les beaux jours en guise de voyages lointains la redécouverte de nos provinces, la visite à une vieille tante esseulée, à la place de cadeaux coûteux, confectionner nous-mêmes des objets plus modestes mais qui pour nous ont du sens (albums photos, poupées de chiffons, boutures ou graines de fleurs...). Une année 2018 en somme avec moins de gaspillages et de jérémiades, avec davantage d'idées neuves solidaires et alternatives, de sourires et de joie de vivre!

Car, si nous désirons que le monde change autour de nous, cessons de nous plaindre de tout, d'accuser les politiques, l'Europe, les étrangers et d'attendre que les changements nous soient un jour imposés de l'extérieur. Il me semble que c'est d'abord en chacun de nous, par nos pensées bienveillantes et créatrices en faveur de nos proches, de nos élus et de notre planète, l'utilisation réfléchie de notre carte bleue, la signature de pétitions en faveur d'améliorations comme pour des cantines scolaires avec une nourriture plus saine, par la réduction et le ramassage de tous nos déchets, par une attitude agréable au volant, à pied ou à bicyclette... que les changements commenceront à se mettre en place dans nos vies.

Comme cadeau du jour de l'an et pour inaugurer le jeu du :"Et si je remplaçais telle chose par telle autre plus économique ou écologique...", je vous fais complices de ma recette du " gâteau au chocolat et à la pomme de terre". Car, après avoir goûté ce gâteau dans notre Amap, je m'y suis mise: j'ai remplacé la farine par des pommes de terre écrasées et le beurre par de la crème de coco. Essayez, c'est délicieux, économique, sans gluten, sain et rapide.

Pour 4 personnes environ, il vous faut: 3 pommes de terre bien cuites à l'eau, 40 cl de crème de coco (le lait végétal ou la crème fraîche peuvent peut-être marcher aussi bien!), 150 g de chocolat noir mis à fondre au bain marie, 100g de sucre de canne (ou éventuellement un peu plus selon le goût), 100g de poudre d'amandes, ou bien de poudre de noisettes, de noix de coco râpée, d'eau de fleurs d'oranger, de zestes d'oranges ou de citrons, plus 2 oeufs entiers.

On écrase à  la fourchette les pommes de terre épluchées, on mélange tous les ingrédients dans un saladier, puis on verse l'ensemble dans un moule huilé. Ensuite  on enfourne 35 minutes environ à four préchauffé (200° environ). La pointe d'un couteau doit ressortir sèche!

Qui dit mieux et veut jouer avec moi? D'avance merci de votre participation active!

Lyliane

 

30/12/2017

Changer de banque, est-ce plus facile?

La Loi dite Macron semble avoir stimulé la mobilité bancaire. Depuis février 2017 en effet, nous dit le journal Version Femina, rien de plus simple que de changer de banque pour son compte-courant. Il suffirait de signer un mandat de mobilité bancaire dans sa nouvelle banque et de cocher l'option clôture de compte pour le fermer définitivement. En pratique, le nouvel établissement bancaire se charge de toutes les formalités. Il s'occupe notamment de faire changer de domiciliation par la banque des organismes (retraite, gaz, électricité, mutuelles...) pour faire basculer vos virements et prélèvements. Dans les 12 jours, les banques doivent signaler le changement et donner les éléments aux organismes émetteurs et dans les 10 jours ceux-ci devraient avoir fait le nécessaire. Donc, si tout va bien, le changement prendrait environ 22 jours. Les banques par internet ont enregistré un afflux de demandes, car les frais seraient moindre, d'où de sérieuses économies pour les consommateurs...

Par contre, ce serait toujours le casse-tête côté épargne et crédit. En effet, impossible de transférer livrets A, livrets jeunes, LEP, LDDS... à moins de perdre des intérêts et des avantages fiscaux. De même, l'article conclue que vous auriez intérêt à garder votre assurances vie jusqu'à sa clôture. Pour les placements transférables comme les PEL, Perp ou PEA, votre banque a le droit de vous faire payer des frais de transfert élevés (par exemple 150 euros sur un PEL). Impossible de transférer les crédits à la consommation (auto, prêt immobilier...). On pourrait par contre les clôturer et en demander de nouveaux dans la banque choisie. Enfin, à compter de janvier 2018, les clauses de domiciliation de vos revenus devraient être mieux encadrées. L'article de Version Fémina recommande de bien relire les contrats signés avant d'agir, ce qui est certainement le plus sage!

Lyliane

29/12/2017

La mode écologique et éthique...textiles écologiques et éthiques

Le Journal gratuit Biocontact nous propose des vêtements adaptés à l'hiver pour nous protéger efficacement du froid grâce à une gamme innovante de la marque HempAge, mariant le chanvre à la laine et au coton bio. La marque développe depuis longtemps des partenariats avec des petits producteurs de chanvre et garantit que toutes les matières utilisées sont écologiques. Les teintures sont certifiées sans phtalates, sans formaldéhydes et sans métaux lourds. Membre de la Fair Wear Foundation, la marque HempAge garantit en outre des vêtements produits de façon équitable. On trouve ce produit  chez Ecoline.

La fibre du chanvre est connue pour sa thermorégulation, mais aussi pour son caractère antibactérien et résistant. Sa culture ne nécessite ni pesticides, ni herbicides, ni engrais chimiques. Seul un engrais organique peut être employé selon la nature du sol. Et sa culture, proche du lin, ne nécessite que très peu d'eau. Or, l'impact de l'industrie textile sur notre planète est assez important ( au 2ème rang après le pétrole). On sait par exemple que 10% de la consommation mondiale de pesticides est engloutie par la production du coton. En Chine, 70% des cours d'eau sont pollués à cause de l'industrie textile...

Le lin de son côté a plusieurs atouts. Il est produit dans notre pays et c'est une matière solide et anallergique qui donne des produits absorbants et frais. Cependant le lin se froisse facilement, ce qui nuit à son développement. Quant aux matières artificielles (viscose, acétate ou Lyocell), elles sont obtenues par traitement chimique de matières naturelles. Les matières synthétiques (polyester, nylon ou élasthanne) sont issues de la pétrochimie.

En mars 2017, après plusieurs années de bataille par les ONG, les syndicats et des processus législatifs, la Loi sur le Devoir de vigilance des multinationales introduit une brèche dans l'impunité dont elles bénéficiaient jusqu'alors. Elles sont désormais contraintes de publier un plan de vigilance annuel et pourront juridiquement être tenues pour responsables en cas d'atteinte grave aux droits fondamentaux ou à l'environnement en France comme à l'étranger. Pour les mamans, un guide existe pour les aider à faire le choix dans les vêtements pour enfants (conseils sur les matières, identification des composés indésirables, éclairage sur les labels...). Voir www.projetnesting.fr.

Il me semble en effet que la prise de conscience citoyenne commence à s'éveiller (Panama Papers, scandales et catastrophes au Bangladesh...). Des alternatives se font jour, par notre volonté exprimée d'avoir accès à un autre modèle, à de meilleurs produits et à ne plus gaspiller grâce à une consommation écoresponsable(vêtements de seconde main, recyclage, teintures végétales...). 

Un Collectif baptisé Collectif Ethique sur l'étiquette  regroupant une vingtaine d'ONG, de syndicats et d'associations de consommateurs lutte pour un encadrement plus contraignant de l'activité des multinationales. Il propose notamment des pétitions et interpelle les marques via différentes actions. Pour en savoir davantage sur les initiatives citoyennes en matière de vêtements, contacter: www.ecoline.fr, www.mescoursespourlaplanète.com, www.coloretonmonde.org, www.ecotic.fr, www.lafibredutri.fr. En bref, comme le dit le journal Biocontact "soyons le changement que nous voulons pour demain"!

Lyliane

28/12/2017

Certains craquent pour le chocolat cru...

Ce seront bientôt les fêtes de fin d'année. La nouvelle gourmandise bio que s'arrachent les adeptes du "raw food" (alimentation crue) s'appelle le chocolat cru! Le journal Version Femina sous la plume de Mmes I. Haberfeld et M. Loriol nous explique la différence de ce super aliment avec du chocolat traditionnel: les fèves de cacao ne sont pas torréfiées, donc non soumises à de hautes températures. Tout d'abord, elles sont fermentées, puis lavées. Ensuite la poudre et le beurre de cacao sont extraits à basse température entre 42° et 45°C. Ce procédé de fabrication, issu de la tradition maya, garantit une meilleure préservation des nutriments.

Si vous croquez dans du chocolat cru, "il est ntense en bouche, voire proche de l'amertume". Si sa texture est moins crémeuse que le chocolat classique, il s'apparente à ce dernier pour ses calories: 550 kcal/100g. Toutefois l'avantage est que le cacao cru renferme beaucoup d'antioxydants (flavonoïdes). en s'opposant aux radicaux libres générés par la pollution, les UV ou encore le stress; de ce fait ils limitent le vieillissement prématuré de notre épiderme. Le chocolat cru contient en effet cinq fois plus d'antioxydants que le thé noir et trois fois plus que le chocolat noir, le thé vert et les baies d'açaï.

L'article conseille de croquer dans du chocolat cru pour retrouver la forme en cas de fatigue. Selon l'Observatoire des aliments, si le chocolat traditionnel renferme 206 mg de magnésium, 100 g de chocolat cru apporterait 450 mg de ce minéral indispensable pour lutter contre la fatigue physique et intellectuelle, combattre le stress et retrouver un bon sommeil. Il y aurait également du fer, du manganèse, du phosphore, de la théobromine, favorisant la concentration et pratiquement toutes les vitamines du groupe B.

Il existerait encore assez peu de chocolatiers spécialisés comme Rrraw - www.rrraw.fr- mais des sites comme lovingearth.fr, sol-semilla.fr ou moringaandco.com en proposent. Les magasins bio (Naturalia notamment) vendent en principe poudre de chocolat cru, tablettes et truffes, en soulignant que le chocolat cru renferme aussi des fibres, des protéines (10g pour 100g) et des acides aminés utiles à notre organisme. Essayez par exemple un chocolat chaud au chocolat cru ou bien mettez en dans vos pâtisseries et vous verrez!

Lyliane

 

27/12/2017

Habiller tout le monde...

En lisant un court article de Mme Sophie Berthier dans Télérama, j'ai appris que la marque Constant et Zoé a crée des vêtements adaptés au handicap. Sarah, la créatrice de la collection, a en effet un jeune frère infirme moteur cérébral prénommé Constant. Elle a voulu pour lui et pour tous ceux qui portent un corset ou  qui sont en fauteuil concevoir des modèles féminins et masculins "beaux, pratiques, gais et stylés". Jugez plutôt ci-dessous!

Moufles GAEL
 
 
  Ces vêtements modernes et astucieux vont de la taille 10 ans au L. Ils sont expédiés sous 48h et peuvent être achetés en ligne.  Pour en savoir plus, contacter sur Internet: www.constantetzoe.com.
Lyliane

25/12/2017

Aider les enfants syriens et irakiens réfugiés au Liban et au Kurdistan à suivre leur scolarité...

L'Association CCFD-Terre solidaire nous fait savoir qu'environ 8,4 millions d'enfants syriens sont affectés par le conflit actuel (alimentation, soins de santé, traumatismes psychologiques...) et que 900 d'entre eux vivent dans des camps de réfugiés de la Plaine de la Bekaa au Liban. Leurs conditions de vie sont difficiles. Le CODSSY, organisation partenaire du CCFD, apporte une aide alimentaire, médicale et psychologique aux réfugiés de ces camps.

La mission de proposer un apprentissage scolaire et des activités d'éveil aux enfants repose à la fois sur l'Association locale Alphabet et par une association fondée par Mme Ranim, une syrienne, animée par des professeurs réfugiés. Déjà 7 écoles ont été crées pour des enfants de 5 à 14 ans, afin de leur permettre d'acquérir une éducation de base et des activités créatives. Car ces enfants sont un espoir pour construire l'avenir de leur pays.

D'autre part, le CCFD nous apprend que depuis 2014 plus de 3 millions d'Irakiens ont fui leur région. La moitié d'entre elles soit environ 1 million de personnes ont trouvé refuge au Kurdistan irakien et attendent de savoir si elles peuvent rentrer dans leur pays. Parmi elles se trouvent beaucoup d'enfants de chrétiens d'Irak chassées par Daesh. Elles ne savent pas encore si leur sécurité pourrait être assurée à leur retour. Il y aura également des écoles à reconstruire ou à réhabiliter. Une association  partenaire sur place du CCFD, Ponte Per,  accueille déjà 450 écoliers de 6 à 12 ans et plus de 30 professeurs. 

Dans  l'un et l'autre cas, une aide concrète serait bienvenue par exemple pour financer l'achat de fournitures scolaires ou construire de nouvelles classes. Pour faire un don ou s'informer sur le CCFD, contacter via Internet: www.ccfd-terresolidaire.org.

Lyliane

 

24/12/2017

Famille zéro déchet, est-ce possible de nos jours?

Dans le Journal  Alternatif Bien-Etre, un article de Mme Morgane Védrines basé sur une interview de Mr Jérémie Pichon a attiré mon attention. Selon ce chef de famille, le poids moyen des détritus que chacun de nous jette chaque jour est d'un kilo. De plus, il souligne que seulement 20% de ces déchets sont recyclés, le reste étant soit incinéré, soit enfoui. Voulant réduire son impact environnemental et faire au passage quelques économies, Mr Pichon a entrepris une démarche personnelle de réduction drastique de tous ses déchets.

Tout d'abord, il achète le plus possible des produits en vrac, en faisant partie d'une Amap où il va chercher avec un sac personnel des produits bios, frais et de saison. S'il doit aller en boutique ou supermarché, il s'arrange pour éviter les denrées préemballées venant de loin en privilégiant les produits français. A la maison, il fait un compost avec ses déchets ménagers. Bref, toute sa famille s'applique à trier de façon sélective emballages, plastiques, verre, papiers... Il a même crée un blog sur lequel il donne des conseils à ceux qui débutent: www.famillezerodechet.com, car il se refuse à faire la morale ou à imposer sa démarche à d'autres.

Puis, il veille à éviter le gaspillage de vaisselle, pailles et couverts en plastique grâce à des boîtes à pique-nique réutilisables. Toute la maisonnée s'est mise à fabriquer elle-même ses produits d'entretien et d'hygiène à base de savon en vrac ou d'une base lavante à parfumer ou pas de quelques gouttes d'huile essentielle. En famille, ils évitent tout plat préparé industriel et confectionnent des repas simples et conviviaux(soupes, ragoûts mijotés, choucroutes, pot au feu...) qu'ils peuvent éventuellement réchauffer ou congeler. Ils ont ainsi réduit de 20% leur budget familial.

Par souci de cohérence écologique, ils placent leur argent dans des banques éthiques, en suivant le classement de la Fédération des Amis de la Terre. Celle-ci publie régulièrement les résultats des banques ayant le moindre impact environnemental en investissant dans de l'agriculture durable et la protection de la biodiversité. La Nef et le Crédit Coopératif remportent le classement. Ils résistent à la société de consommation, achètent des produits d'occasion ou louent des objets dont ils n'ont pas besoin très souvent. Ils veillent à n'acheter que des produits recyclables et durables c'est à dire réparables et qu'ils peuvent prêter ou échanger..

Selon leur bilan, au début c'est un peu compliqué, mais très vite ils prennent conscience que chacun de leur geste a un impact sur leur environnement. Selon eux, la santé de la planète et leur santé personnelle s'améliorent en parallèle. C'est certes un mode de vie de sobriété volontaire, mais c'est un exemple montrant que c'est possible. Toutefois, ils pensent qu'il faut laisser l'idée faire son chemin, car lutter contre nos habitudes et changer de comportement nécessite une prise de conscience.

Lyliane

23/12/2017

Les signes du manque de magnésium selon le Journal Alternative Bien-être...

Pour identifier un déficit en magnésium, il est nécessaire de repérer les signes
qui le traduisent, affirme Mme Céline Sivault. En effet, doser le magnésium
dans le sang n'est pas suffisant pour connaître les réserves présentes dans les tissus.
Tout d'abord, le premier signe visible est que les muscles sont douloureux et que l'on
souffre de crampes. Parfois, les muscles des paupières ou des lèvres se mettent à
tressauter. En effet, le magnésium temporise l'action du calcium. De ce fait, le muscle
a du mal à se décontracter.
 
Le second signe apparent concerne le caractère: la personne est irritable, anxieuse,
voire déprimée. Le manque de magnésium  peut en effet entraîner des maux de l'âme.
Une supplémentation s'avère également efficace chez les enfants souffrant de troubles
de l'attention avec hyperactivité.
Le troisième signe est un sommeil agité, peu reposant. En effet, grâce à ses effets
calmants sur le système nerveux central, le magnésium facilite le sommeil. Une cure
de 8 semaines à base de 500mg/l de magnésium permet de détendre les muscles et
de lutter contre les problèmes de sommeil.
 
Un déficit en magnésium peut perturber la fonction du cœur (arythmie, sensations de
strictions dans la poitrine ...). Par voie orale, un supplément de magnésium a montré
son bénéfice pour normaliser les battements du cœur. 
Beaucoup de femmes souffrant du syndrome prémenstruel (irritabilité, nausées, maux
de ventre...) retrouvent forme et équilibre par la prise de magnésium.  Couplée à de la
vitamine B6, cette supplémentation donne de bons résultats.
 
Le mieux est de corriger rapidement une carence en magnésium, faute de quoi  elle peut 
entrainer un état inflammatoire favorable à de nombreux troubles (hypertension,
athérosclérose, ostéoporose, diabète de type 2, voire même cancer). La dose recommandée de citrate ou de malate de 
de magnésium est de 300 à 400g par jour. Si des troubles digestifs ou rénaux empêchent
des prises par voie orale, il est possible de prendre un bain avec une bonne quantité de
sulfate de magnésium (sels d'Epsom), car le magnésium est en mesure de franchir la
barrière cutanée pour être absorbé.
 
Pour en savoir davantage, consulter sur Internet les sites: www.doctissimo.fr ou 
 

22/12/2017

Souffrez-vous de rhinovirose chaque hiver?

Chaque automne, on assiste à une épidémie de rhinovirose après 2 à 3 jours d'incubation. Généralement, on croit avoir affaire à une grippe, car les symptômes sont voisins: maux de tête, irritations nasales avec écoulement, éternuements, gêne respiratoire, abattement et fièvre parfois. La rhinovirose est très contagieuse et peut durer des semaines. L'infection peut même se propager aux bronches après irritation des voies respiratoires.

De nombreux traitements naturels existent pour prévenir cette affection, notamment  un complexe d'huiles essentielles antivirales nommé Rhuphybio (quelques gouttes dans les fosses nasales suffisent généralement) ou un élixir Oemine GRP en inhalations. En curatif, on peut se servir d'un spray bio à la Propolis à base de miel et d'huiles essentielles pour dégager le nez. Du cuivre, du cynorrhodon en gélules peuvent soulager la gorge.

L'Homéopathie peut aussi venir à la rescousse, écrit Mr Paul Dupont dans Alternative Santé du mois de décembre 2017. Des granules de Nux Vomica (4 CH), d'Allium Cepa (9CH), d'Aconitum (4CH) si le nez coule  et de Belladonna (4CH) en cas de fièvre sont de précieuses aides. Cette pathologie, somme toute peu grave, est toutefois susceptible de nombreuses rechutes, voire de complications. Quoi qu'il en soit, ne pas utiliser de sprays vasoconstricteurs qui pourraient bloquer la circulation artérielle nasale... Quant au vaccin anti grippal, il est totalement inutile dans ce cas.

Pour en savoir davantage sur les traitements naturels, consulter sur Internet: www.phybiopharma.com.

Lyliane

21/12/2017

Se soigner en fonction de son type de microbiote...

Selon le Journal Plantes et Santé, notre flore intestinale joue un rôle fondamental dans notre organisme. En effet, au cours des dernières années, des scientifiques français ont décodé les gènes microbiens qui sont abrités dans nos intestins et ils ont souligné le rôle clé de ce qu'ils nomment le microbiote. Nous sommes, écrit Mme A. Gadenne dans ce journal, véritablement "sortis de l'ère pasteurienne, qui nous a longtemps fait considérer les bactéries et autres microbes comme des ennemis à abattre". Des ouvrages ont également joué un grand rôle comme le best seller " Le charme discret de l'intestin" de Mme Giulia Enders paru aux Editions Actes Sud  et  "Les bactéries, des amies qui vous veulent du bien" du Pr Gabriel Perlmuter et du Dr A.M. Cassar, paru aux Editions Solar. 

Dorénavant, les chercheurs ont pris conscience que notre microbiote fonctionne comme un organe à part entière. A partir de la naissance en effet une symbiose s'installe progressivement: la  richesse de la flore est favorisée par un accouchement par voie basse et un allaitement au sein. Elle se stabilise autour de 2-3 ans, mais elle se modifie chez la personne âgée vers 65 ans car la biodiversité diminue. Une alimentation saine à base de végétaux notamment est alors particulièrement recommandée. En tout état de cause, nos cellules intestinales sont capables d'assimiler certains nutriments, de faire la synthèse des vitamines K et B12 essentielles au renouvellement cellulaire et à la fabrication des globules rouges.

En parallèle, l'article souligne que la Phyto-aromathérapie et des compléments alimentaires (charbon végétal, aloe Vera, propolis...) peuvent soigner les déséquilibres de ce microbiote et leurs symptômes ( dysbiose, candidose, diarrhées, ballonnements...), car les microbes sont nos alliés contre les maladies. Aussi, les anti-inflammatoires, les antibiotiques et l'aspirine seraient plutôt à réserver aux cas d'urgence. Par contre, des probiotiques, des extraits de pépins de pamplemousse, des bourgeons de noyer, des huiles végétales riches en oméga 3, de la citrulline, de la glutamine... seraient capables de restaurer la flore intestinale.

Le Dr Bruno Donatini, gastro-entérologue, a développé une méthode originale  pour déterminer à quel type appartient le microbiote de ses patients. Le premier type est dominé par les bactéries du genre " Bactéroides", correspondant au régime occidental riche en viande. Le second contient plutôt des bactéries "Prevotella" lié aux régimes végétariens. Quant au troisième, il contient a un haut niveau de "Ruminococcus". A l'aide d'un test respiratoire, il mesure dans l'air expiré certains gaz qui témoignent du type de bactéries du patient. Ce médecin, qui soigne depuis plusieurs années des personnes souffrant de la maladie de Crohn ou de syndrome métabolique, forme à sa méthode des thérapeutes au sein du Collège européen de médecine intégrative (www.ecim.pro).

Il s'agit véritablement d'une sorte de révolution, qui pointe la vie moderne, l'alimentation industrielle, la pollution, le stress comme responsables de nombreuses pathologies digestives allant de l'obésité à l'anorexie, des troubles obsessionnels compulsifs aux allergies et des rectocolites hémorragiques à des cancers digestifs... Cultivons donc notre microbiote avec une alimentation saine, tout en évitant au maximum tous les traitements médicamenteux qui détruisent la flore intestinale!

Lyliane

 

 

 

La Fourmi Verte à Paris en gestes de récupération alimentaire...

Le Service de Livraison Une Fourmi Verte, écrit Télérama, récupère les plats invendus de brasseries et de traiteurs parisiens pour les revendre aux travailleurs de la nuit ou aux fêtards affamés. Cela se passe entre 20H ET 22H généralement. Alors, avis à tous ceux qui sortent tard du travail et aux noctambules! Les menus proposés commencent à 7,50 euros.

Pour en savoir plus, joindre: http://unefourmiverte.com.