Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2021

A propos dess espèces envahissantes...

BIODIVERSITE - Des chercheurs français évaluent ce mercredi que les espèces envahissantes, introduites volontairement ou non par l’Homme dans un milieu qui n’étaient pas le leur, ont engendré 1.288 milliards de dollars de pertes économiques entre 1970 et 2017. Au bas mot 

Près de 163 milliards de dollars en 2017. Une somme vingt fois supérieure aux budgets annuels cumulés del'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l’ONU. Et qui dépasse largement le PIB de 50 des 54 pays du continent africain.
Prenez le référentiel que vous voulez, la conclusion reste la même : le coût économique engendré par les espèces exotiques envahissantes, appelées aussi « espèces invasives », est gigantesque, pointent des scientifiques du CNRS, de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et du Museum national d’Histoire naturelle dans une étude publiée ce mercredi dans Nature. Et ces 163 milliards ne sont que pour 2017. Depuis 1970, les pertes économiques liées aux espèces envahissantes s’élèvent à 1.288 milliards de dollars dans le monde.
5.000 espèces invasives rien qu’en Europe ?

Par espèces exotiques, « on entend toutes celles introduites par l’Homme, volontairement ou non, dans un milieu où elles n’avaient jamais vécu jusque-là, définit Franck Courchamp, directeur de recherches au CNRS et écologue, coauteur de l’étude. Leur nombre est estimé à 14.000 en Europe, certaines estimations hautes évoquant 20.000. » 

Beaucoup ne s’adaptent pas à leur nouveau milieu, d’autres le font sans faire de vague. D’autres encore deviennent des nuisibles au point d’entraîner des extinctions d’espèces et/ou de causer d’importants dégâts. Ce sont celles-ci que l’on qualifie d’espèces exotiques envahissantes. Le moustique tigre, venu d’Asie du sud-est et présent désormais dans une centaine de pays sur les cinq continents, est sans doute le cas le plus connu. Mais c’est aussi la fourmi de feu aux Etats-Unis, la moule zébrée dans les grands lacs canadiens, le serpent arboricole brun sur l’ île de Guam, le lapin en Australie, la jussie [une plante rampante] en Afrique, l’ambroisie en Europe de l’ouest… Ou même le chat sur de nombreuses îles.
On pourrait continuer la liste encore longtemps. « Ces espèces envahissantes proviennent de tous les groupes taxonomiques (plantes, champignons, invertébrés, vertébrés…) et de tous les environnements (aquatiques, terrestres…), rappelle Franck Courchamp. Rien qu’en Europe, on estime leur nombre à 5.000. »


Parler en dollars pour alerter le public ?

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN ) fait de ces invasions biologiques le deuxième facteur de perte de biodiversité dans le monde. Pour autant, elles restent méconnues du grand public et des décideurs. « L’une des raisons est que ces impacts sur la biodiversité sont difficilement mesurables par des indicateurs parlants », avance Franck Courchamp.
 
C’est tout l’objet de leurs travaux : montrer qu’au-delà des conséquences écologiques, ces espèces invasives génèrent aussi de lourdes pertes économiques chiffrables en dollars, qui parlent cette fois-ci à tout le monde. Pour arriver à leur estimation, présentée comme la plus complète à ce jour, ces chercheurs ont travaillé pendant cinq ans à partir de la base de données InvaCost*. Alimentée depuis 2014 par un réseau international d’économistes et d’écologues, Invacost compile les différents travaux estimant les coûts économiques engendrés par des espèces exotiques envahissantes.
« Pour cette étude, nous nous sommes focalisés sur les données les plus robustes enregistrées dans Invacost, soit 2.419 pour lesquelles nous avons mis au point un outil d’analyse permettant de les comparer et de les classer selon une quarantaine de variables (espèces, régions, type de milieu, secteur économique…) », explique Christophe Diagne, chercheur au  laboratoire Ecologie, Systémique et évolution, premier auteur de cette étude.


Santé, agriculture, tourisme, immobilier: Ces coûts sont déjà sanitaires. Les maladies létales portées par des insectes vecteurs, comme la dengue ou le chikungunya transmises par le moustique tigre, entraînent chaque année des dizaines de milliers de morts et des millions d’hospitalisations. Les secteurs de l’agriculture, de la pêche, de l’exploitation forestière sont aussi touchés de plein fouet. « Rien que pour le longicorne asiatique, un coléoptère [originaire de Chine ou de Corée] qui détruit les forêts aux Etats-Unis et arrive en Europe, le coût s’élève à 40 milliards de dollars sur les vingt dernières années », illustre Franck Courchamp.
 
Ces espèces invasives peuvent aussi impacter le tourisme et déprécier des biens immobiliers. A l’instar de la grenouille coqui, arrivée sur l’île d’Hawaï et dont le chant perçant agace les riverains. D’autres causent d’importants dégâts sur les infrastructures. C’est le cas des moules zébrées dans les grands lacs canadiens, qui obstruent et endommagent les canalisations sous-marines.
1.288.milliards de dollars, « un chiffre très sous-estimé »
 
Encore nouvelle fois, on pourrait continuer longtemps la liste des dégâts. Même cette estimation de 1.288 milliards de dollars « reste très largement sous-estimée », prévient Christophe Diagne. « Nous n’avons déjà pris en compte qu’une partie des données InvaCost, rappelle-t-elle. Et il y a des biais. Seules certaines régions – l’Amérique du Nord, l’Océanie, un peu moins l’Europe – ont par exemple aujourd’hui des travaux de
recherche poussés sur les invasions biologiques et l’estimation de leurs coûts. »
Une certitude toutefois : ces coûts économiques vont croissant à mesure que les échanges internationaux et le réchauffement climatique [qui permet à des espèces de mieux s’acclimater aux milieux dans lesquels elles sont introduites] s’intensifient. « Le coût annuel moyen sur la période 1970-2017 que nous avons pris en compte est de 26,8 milliards de dollars, reprend Christophe Diagne. Mais il a triplé chaque décennie, pour atteindre donc 162,7 milliards de dollars pour la seule année 2017. »
Bientôt un focus sur la France ?

Autre certitude pointée pour les chercheurs : « Les montants investis dans la prévention, la surveillance et la lutte contre la propagation de ces espèces invasives restent marginaux en comparaison des dégâts qu’elles peuvent engendrer une fois parvenues à s’établir sur un territoire »
 
Un appel aux décideurs à agir le plus en amont possible, sachant que l’Union européenne peut faire mieux en la matière. « La liste noire des espèces exotiques envahissantes jugées préoccupantes par l’UE n’en compte que 66 à ce jour », indique Franck Courchamp. L’écologue annonce une suite à cette première estimation. Elle sera publiée dans les prochains mois, et qui fera un focus sur la France. « Les chiffres sont édifiants », annonce-t-il déjà

 Selon Mr Fabrice Pouliquen - 20 Minutes - mercredi 31 mars 2021

Écrire un commentaire