Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2021

Enfin, on tire des enseignements sur le plan de l'urbanisme dans notre pays...

«La crise sanitaire confirme que la solitude subie ressemble à une mort lente. Elle devrait nous interpeller en matière d’urbanisme : la ville aide-t-elle, les plus fragiles notamment, à bien vivre ?» Le point de vue de Michel Urvoy, journaliste.
« L’Homme est un animal social. La crise sanitaire ne fait que confirmer que la solitude subie ressemble à une mort lente. Elle devrait nous interpeller : la ville aide-t-elle, les plus fragiles surtout, à vivre ?
L’ennui naquit un jour de l’uniformité. Houdart de la Motte stigmatisait en son temps les carcans de la poésie classique. Trois siècles après, son propos pourrait s’appliquer à l’urbanisme.
A en juger par la géométrie des constructions, comme dupliquées d’un bout à l’autre du pays ou du monde, l’ennui a de beaux jours devant lui. D’autant plus que la pandémie pourrait avoir pour effet parmi d’autres d’accélérer cette banalisation.
On détruit du patrimoine comme on brûlerait des livres
Au-delà de fonctionnalités évidentes, de services publics de qualité, une ville attire par son histoire, lisible dans son patrimoine ; par sa vitalité, encouragée par un urbanisme intelligent ; par ses matériaux, tirés de son sous-sol. Et pourtant, on détruit chaque jour du patrimoine comme on brûlerait des livres.
Ici, la Rennes des couleurs est celle des schistes verdâtres ou pourprés de la vallée de la Vilaine. 600 millions d’années qu’il serait criminel de remplacer par du béton gris. Là, Clermont-Ferrand se distingue par ses édifices en pierre noire jaillie des volcans d’Auvergne. Que seraient les Flandres sans la brique ? La Normandie sans les colombages ? Grenoble sans la pierre de Sassenage ? Le val de Loire sans le tuffeau ? La Bretagne sans le granit ?
On dépense pour attirer le chaland, mais on oublie que de simples encorbellements peuvent offrir des parcours urbains à l’abri de la pluie ou du soleil. On déplore la concurrence des centres commerciaux, mais on oublie, sauf peut-être à La Rochelle, à Bologne ou à Bruxelles, combien arcades, galeries et autres passages couverts sont le meilleur moyen de se mettre à l’abri dehors.
Si la crise n’était pas là pour nous le rappeler, nous aurions presque oublié le bonheur social des boutiques typiques, des petits restos menacés de fermeture, des bistrots comme second chez-soi, des auvents pour se protéger, des halles de quartier pour faire ses courses, des kiosques pour inviter l’art dans la rue…
Circonstance aggravante
Au lieu de cela, on rase du patrimoine et juxtapose des cubes hauts, lisses, gris et froids qui excluent, visuellement et physiquement. Qui empêchent de s’abriter, de bavarder autour d’un petit noir. Au lieu de cela, on autorise, ou encourage, des galeries commerciales excentrées, des salles de cinéma inaccessibles sans voiture, qui aspirent les centres en délocalisant les fonctions et les services qui font la vie.
Et ce n’est pas fini. Quelle sera la personnalité de nos villages, de nos quartiers et de nos centres lorsque ces petites enseignes que la crise met à genoux auront été remplacées par des franchises sans âme ? Que restera-t-il quand seuls domineront les grands groupes aux reins assez solides pour remplacer ceux pour qui le mètre carré coûte trop cher et imposer leur esthétique et leur made in Asia ?
Pour l’instant, le monde d’après semble plus dépendre de la loi du marché que du pouvoir politique. La loi de la froide uniformité que subissent d’abord les plus fragiles.
Ce serait alors le moment de penser un urbanisme plus convivial, qui remette l’homme au centre du quartier ou du village. Qui dissocie lieux vie et circulation. Un urbanisme du circuit court, pensé à l’échelle des zones de vie. Un urbanisme qui associerait emplois et solidarité, commerces et loisirs, services publics et entraide, mixité sociale et intergénérationnelle.
Le moment d’imposer le vivre ensemble comme règle d’or aux nouveaux bâtisseurs. »

Selon Mr Michel Urvoy, journaliste. - Ouest-France - vendredi 19 mars 2021

08/04/2021

Prise de conscience sanitaire pour la France...

Les lits de réanimation se sont imposés durant la pandémie comme l'alpha et l'oméga: leur taux d'occupation détermine surchauffe du système hospitalier, la vie économie et sociale et jusqu'aux libertés publiques. On a beaucoup glosé sur le retard de la France, qui selon l'OCDE n'aurait que 16,3 lits de soins critiques pour 100 000 habitants, contre 33,9 pour l'Allemagne. Une critique balayée par la Cour des comptes dans son rapport d'activité pour qui «les différences des deux modèles rendent les comparaisons difficiles», ces chiffres ne comptabilisant pas les mêmes choses. En réalité, la France comptait au 31 décembre 2019, avant que n'éclate la pandémie, 5 433 lits de «réa», auxquels il faut ajouter 8 192 lits de surveillance continue et 5 955 lits de soins intensifs. Soit au total 19 580 lits de soins critiques, rassemblant près de 54 000 équivalents temps plein de personnels médicaux et paramédicaux. Ces lits représentant une dépense de près de 7,2 milliards d'euros (contre 6,6 milliards en 2014), dont 3,3 milliards consacrés à la réanimation pure. Pour autant, la Cour formule deux critiques. Tout d'abord, pour faire face à l'afflux brutal de patients au cœur de la crise, les services se sont réorganisés en transformant des lits hospitaliers - suffisamment équipés en matériels et fluides médicaux - en lits de réanimation dits « éphémères ». Cette mobilisation a permis de passer rapidement de 5 080 lits installés au 1er janvier à 10.502 lits le 8 avril, et 10 707 lits le 15 avril. Mais cette reconfiguration s'est faite au prix de déprogrammations massives, entraînant une perte de chances pour les malades non-covid dont l'impact «aujourd'hui inconnu et potentiellement considérable» devra être mesuré, estime la Cour.

 Coronavirus: les soignants alertent sur les enjeux éthiques des déprogrammations
D'autre part, le privé a été trop tardivement associé à la réponse sanitaire, observe la Cour. Les patients hospitalisés dans le public sont passés de 80% début avril à 67% à la fin du mois. En parallèle, le secteur privé non lucratif a vu sa part passer de 10% à 19% et le secteur privé lucratif de 9% à 14%. La coordination public-privé a mis du temps à se mettre en place conduisant parfois des patients à être accueillis en mode dégradé dans des hôpitaux publics surchargés, ou transférés, alors que des places étaient disponibles en cliniques et hôpitaux privés. À l'avenir, il faudra bâtir «un modèle d'organisation et de coordination des soins critiques et son mode de gouvernance, qui soit en mesure d'inclure les structures publiques et privées» recommande la Cour.
Certains vont ressortir traumatisés»: un infirmier en réanimation raconte un an et trois vagues de pandémie
 Covid-19 : les hôpitaux privés pourraient prendre en charge plus de 2000 patients en réanimation, selon leur fédération
Face à ce constat, les sages de la rue Cambon identifient trois priorités  Tout d'abord, il faudra à l'avenir dans le futur mieux tenir compte des besoins. Les syndicats de la fonction publique ont beaucoup fustigé les fermetures de lits intervenues dans le passé, censés être responsables de l'engorgement durant la pandémie. Or, s'il est vrai que des lits d'hospitalisation ont été fermés (-5,6% entre 2013 et 2019) pour tenir compte du développement de l'ambulatoire, les lits de soins critiques se sont en revanche accrus de 7% sur la même période. Cette croissance a surtout profité aux lits de surveillance continue. Pour la réanimation, «la progression de 0,17 % par an s'avère dix fois plus faible que celle des effectifs de personnes âgées (+ 1,7 % par an), qui constituent pourtant près des deux tiers des malades hospitalisés dans ce secteur», regrette la Cour. De fait, le taux d'équipement en lits de réanimation n'était plus que de 37 pour 100 000 habitants de plus de 65 ans à la veille de la crise sanitaire, alors qu'il était de 44 pour 100.000 habitants en 2013. La Cour prône donc «d'évaluer l'impact du vieillissement de la population sur les besoins d'hospitalisation en soins critiques à long terme et d'augmenter l'offre en conséquence».
Covid-19: les patients en réanimation au plus haut depuis novembre
La deuxième priorité sera de réduire les tensions sur les ressources humaines, dont on a constaté qu'elles étaient le principal goulot d'étranglement. Parce que le travail en réanimation est fatigant et psychologiquement lourd - un patient sur cinq admis en «réa» décède au cours du séjour -, les infirmières cherchent rapidement à changer de service. «Un important turn-over d'infirmiers traduit la difficulté à fidéliser ces personnels et conduit ponctuellement à la fermeture de lits», souligne la Cour. Et ce, d'autant que les 28 000 infirmières exerçant en soins critiques sont à 95% non spécialisées. Les magistrats recommandent donc de revoir la formation initiale des infirmiers et surtout de mettre en place une formation qualifiante et reconnue d'infirmier en réanimation. En outre, la Cour recommande aussi de renforcer les effectifs de médecins, à la fois médecins anesthésistes-réanimateurs (MAR) et médecins intensivistes-réanimateurs (MIR).
Comment les futurs étudiants infirmiers sont-ils sélectionnés sur Parcoursup?
Enfin, troisième piste d'action, il faudra «déterminer un nouveau modèle de financement des soins critiques», recommande la Cour. En effet, avec le système de tarification actuelle, les hôpitaux ne sont pas incités à ouvrir de nouveaux lits, car chacun génère actuellement un déficit moyen estimé par la Cour à 115 000 € par an. Et ce, sachant qu'un séjour en réanimation représente une charge moyenne de 1 848 € par jour d'hospitalisation en 2018.

Selon www.lefigaro.fr - Le Figaro - jeudi 18 mars 2021

07/04/2021

La bio fait recette depuis le début de la crise sanitaire...

Les distributeurs spécialisés en bio Biocoop et Naturalia ont vu leurs chiffres d'affaires augmenter en 2020, le président du premier Pierrick de Ronne y voyant mardi un "léger effet Covid" par rapport à la progression enregistrée l'année précédente.
Biocoop, qui compte 700 magasins en France et 7000 salariés en magasins, a enregistré des ventes à hauteur de 1,62 milliard d'euros l'an passé, en hausse de 16,6%, une croissance "supérieure à celle du marché". En 2019, la croissance avait atteint 14,8%.
Naturalia, qui fait partie du groupe Casino (Géant, Franprix, Monoprix, Vival...) a de son côté revendiqué 395 millions d'euros de chiffre d'affaires sous enseigne, "soit une progression de 22,4%" en 2020. L'enseigne comptait 219 magasins au 31 décembre, après en avoir ouvert 13 en 2020.
Ouvertures de magasins
Le directeur général de Biocoop, Sylvain Ferry, a de son côté indiqué, lors d'une conférence de presse, que l'enseigne avait comptabilisé 60 ouvertures de magasins en 2020, "un peu moins que d'habitude". Il vise 80 ouvertures en 2021, "un peu plus que d'habitude".Parmi les ambitions de l'enseigne, qui revendique 7.000 références dont 80% d'origine 
France, figure celle de réaliser 50% de ses ventes en vrac en 2025, contre 34% actuellement.
Sylvain Ferry a, en outre, relevé que le site internet de l'enseigne avait fait "l'objet de grandes discussions" en interne, certains au sein de l'entreprise pointant que les magasins devaient être "un lieu d'échanges" alors que "les échanges sont un peu plus compliqués sur un site internet".
L'enseigne propose néanmoins du click&collect (retrait en magasins après avoir passé commande en ligne), disponible dans 181 magasins à fin février 2021. L'objectif est que l'ensemble des magasins du réseau le proposent en 2024.
"On réfléchit à la livraison à domicile, mais là encore de manière cohérente", a précisé Sylvain Ferry.

Selon BFM-BUSINESS

06/04/2021

Comment des femmes retraitées arrivent-elles à augmenter leur niveau de vie?

Reprendre un travail quand on est à la retraite pour arrondir ses fins de mois… c’est possible grâce au dispositif de cumul emploi-retraite. Environ 360 000 personnes utilisent ce mécanisme, que le gouvernement voulait d’ailleurs développer dans feu la réforme des retraites.

Une réforme des retraites sera nécessaire après la crise, insiste Mr B. Le Maire
Parmi elles, un quart retrouve une activité dans le secteur des emplois familiaux et sont salariés de particuliers employeurs, révèle une étude la Caisse nationale d’assurance-vieillesse. Avec trois types d’emploi à la clé: la garde d’enfants, les emplois à domicile (repassage, ménage, jardinage, soutien scolaire etc.), et les assistants de vie principalement auprès des personnes âgées dépendantes.
Dans 8 cas sur 10, ces retraités travaillant dans le secteur des emplois familiaux sont des femmes. Surreprésentées entre 62 et 69 ans, elles ont souvent eu des carrières hachées ou incomplètes, et sont contraintes d’attendre 67 ans pour obtenir l’annulation de la décote afin de toucher leur pension à taux plein. De ce fait, elles ont des pensions modestes, soit 13 100 euros annuels en moyenne. Ce qui les conduit à reprendre très vite une activité, le plus souvent dans l’année qui suit leur départ en retraite. Elles conservent cette situation durant presque quatre ans, contre un peu moins de trois ans pour les autres personnes cumulant emploi-retraite.

Retraites: quatre stratégies pour partir plus tôt sans minoration?
Mais cet effort ne leur apporte qu’un complément de ressources très limité: la moitié d’entre elles gagne moins de 3 340 euros par an, contre 5 700 euros pour la moitié des hommes en cumul emploi-retraite. «Ces écarts de revenus s’expliquent probablement par des temps de travail différents», estime la Cnav.
Selon Mme Marie-Cécile Renault - Le Figaro - lundi 15 mars 2021

05/04/2021

Analphabétisme en France...

Rougui, 60 ans, habite Mantes-la-Jolie, depuis 1983. En arrivant en France, elle ne savait ni lire, ni écrire et ne reconnaissait que son nom et son adresse. Depuis janvier 2020, elle corrige cette lacune en suivant les cours d'alphabétisation de l'École française des femmes, à Mantes-la-Jolie.
C'est la seule antenne de cette organisation, qui en compte six autres dans les Hauts-de-Seine*, à dispenser cet enseignement. « Je ne souhaite pas trouver un nouveau travail mais ces cours m'aident beaucoup dans ma vie quotidienne. C'est dur mais nous ne sommes pas là pour rien ! », poursuit la sexagénaire.
Depuis sa création en janvier 2019, le nombre d'élèves de l'École française des femmes de Mantes-la-Jolie s'est démultiplié, passant d'une quinzaine à une centaine en mars 2021. Les apprenantes viennent aussi d'autres villes comme Buchelay, Aubergenville, Limay ou Montigny-le-Bretonneux.
En 2019, l'organisation avait remarqué un fort taux d'analphabétisme lors des tests écrits d'admission. De nombreuses femmes ne pouvaient donc pas avoir accès au cours de français dispensés. « Beaucoup de femmes, ici, parlent très bien le français car elles habitent depuis longtemps en France, mais elles ne savent pas du tout le lire ou l'écrire », décrit Isabelle Russo, la directrice exécutive de l'organisation.« Je vois une progression mais ça reste difficile »
C'est un frein pour ces femmes, surtout dans la recherche d'emploi. De fait, elles ne peuvent pas préparer le diplôme de français langue étrangère proposé par l'école, du niveau débutant à confirmé, qui offre une garantie aux employeurs. « Alors, nous avons voulu créer en janvier 2020 une spécialité d'alphabétisation », résume Isabelle Russo.
Au premier rang de la salle, Hanife, 55 ans, suit ces cours depuis septembre 2020. Elle est au chômage depuis un an, après avoir été garde pour personnes âgées. « Je ne suis jamais allée à l'école. Pour trouver un autre travail, je dois apprendre à lire et écrire. Alors, Pôle emploi m'a conseillé cette formation », témoigne-t-elle.
La quinquagénaire souhaite maintenant travailler dans la restauration scolaire ou comme garde d'enfants. « Depuis septembre, je vois une progression dans ma lecture et mon écriture mais ça reste difficile. J'ai du mal avec l'écriture attachée », confie cette femme, qui n'a pas le temps de s'exercer chez elle.
La méthode Freinet pour apprendre
Pour 15 euros l'année, les dix-huit élèves de la session, uniquement des femmes, se retrouvent deux heures, quatre fois par semaine et par groupe de quatre ou cinq, conditions sanitaires obligent. « Nous utilisons la Méthode naturelle de lecture et d'écriture », explique Thierry, 66 ans, détenteur du diplôme d'aptitude à l'enseignement de français langue étrangère du CNED et professeur de la classe d'alphabétisation.
La méthode de Célestin Freinet donne la priorité au vécu personnel et à la parole. À chaque cours, une élève raconte un bref épisode de sa vie quotidienne, qui sera écrit au tableau par une autre apprenante, sous la dictée de Thierry. Pour cette leçon-ci, c'est le manque de chariots à l'aéroport Blaise-Diagne, au Sénégal, ayant causé un mal de dos à Rougui, que Fatima doit résumer en quatre phrases au tableau. « Attention Fatima, vous mettez souvent des majuscules au milieu des minuscules. Ça ne m'empêche pas de comprendre mais sur un CV, ça se repère », lui signale Thierry.
En recopiant d'une écriture hésitante le texte créé en groupe, Rougui explique avoir appris à parler français en regardant la télévision. « Quand je suis arrivée, il n'y avait pas de chaînes étrangères en France. Mais maintenant, mes enfants rigolent de moi et disent que je ne sais pas parler ou écrire. Alors, je m'y mets. »
Du Carlos Ghosn dans le texte
« Nous fondons l'apprentissage sur la reconnaissance du mot et l'appropriation de son sens » précise Thierry. Les textes donnés à lire sont souvent difficiles, mais permettent aux élèves de reprendre confiance, en se rendant compte qu'ils reconnaissent des choses, qu'ils progressent. Certains sont des poèmes, d'autres des extraits de « Sa Majesté des chats », de Bernard Weber, ou même « Le Temps de la vérité », de Carlos Ghosn.
Réunissant cinq professeurs rémunérés et une coordinatrice, l'antenne de Mantes-la-Jolie dispense aussi des cours de français langue étrangère à visée professionnelle, d'informatique et autres simulations d'entretiens d'embauche avec d'anciens professionnels. « Avec le bouche-à-oreille, 361 femmes au total ont passé notre test d'admission, depuis 2019, et 151 ont été retenues sur deux ans. Certaines ont trouvé un emploi, d'autres sont parties pour raisons personnelles », indique Isabelle Russo.
À Antony, Châtenay-Malabry, Clichy-la-Garenne, Fontenay-aux-Roses, Gennevilliers et Nanterre.

Selon Mme Charlotte de Frémont - Le Parisien - dimanche 14 mars 2021

03/04/2021

Rescapés des sauvetages en Méditerranée...

Des portraits géants de femmes, d'hommes et d'enfants qui ont tout quitté pour une vie meilleure. L'exposition itinérante "SOS Méditerranée : un engagement citoyen" tente de redonner un visage aux milliers de migrants qui, chaque année, se lancent dans la traversée entre l'Afrique et l'Europe. Souvent au péril de leur vie. 

Le visage d'un enfant couvert de larmes. La tristesse d'un regard perdu mais aussi la joie d'un sauveteur, un bébé sain et sauf dans les bras. Ce sont quelques-uns des trente portraits actuellement exposés au Lycée de la mer Paul Bousquet de Sète, dans l'Hérault. Trente visages, trente destinées qui témoignent d'une réalité insupportable contre laquelle les bénévoles de SOS Méditerranée se battent au quotidien.
Depuis 2014 et le début des révolutions dans le monde arabe, 20 000 hommes, femmes et enfants sont morts en tentant de fuir la guerre et la misère, précipités en pleine mer sur des embarcations de fortune par des passeurs peu scrupuleux. Un drame qui se déroule aux portes de l'Europe et contre lequel SOS Méditerranée a décidé de s'engager. Depuis 2016, l'association composée de citoyens de 17 nationalités a secouru 32 595 personnes. À bord du célèbre Aquarius puis de l'Ocean Viking, ces sauvetages, très médiatisés, sont devenus le symbole de la lutte contre l'injustice.


Une Humanité à la dérive: Une lutte dont ces portraits de naufragés et de sauveteurs sont un témoignage poignant. Depuis le 7 mars 2016, date de la première expédition de SOS Méditerranée, des photographes professionnels ont accompagné les militants, capturant des moments d'une rare intensité. Car derrière chacune des photos maxi format (2m x 1,2m) exposées jusqu'au 22 mars 2021 à Sète puis dans toute l'Occitanie, il y a une histoire, celle d'une partie de l'Humanité à la dérive et d'une autre qui lui tend la main.
SOS Méditerranée : un engagement citoyen, exposition gratuite réalisée avec le soutien de la région Occitanie. Au lycée de la mer de Sète jusqu'au 22 mars, du 29 mars au 16 avril 2021 au lycée Albert Einstein de Bagnols-sur Cèze puis dans plusieurs grandes villes de la région jusqu'en mars 2022.

Selon Franceinfo - franceinfo - samedi 13 mars 2021

28/03/2021

Reprise de la production du lin dans le Nord.

Le producteur de lin Safilin a annoncé ce mardi la création d'une filature à l'été 2022 dans les Hauts-de-France, sa région historique, présentée comme la relocalisation d'une activité ayant "disparu" de France. Cette usine, dont l'implantation n'a pas été précisée, devrait employer une cinquantaine de personnes d'ici 2024. Elle nécessitera 5 millions d'euros d'investissement, "soutenu" par la BPI et la région Hauts-de-France. 
Se présentant comme le leader français du lin, Safilin (30 millions d'euros de chiffre d'affaires) possède déjà depuis 1995 deux usines de tissage en Pologne, où sont employés 480 de ses 500 salariés et d'où proviendront les métiers à filer. 
La France "a perdu toutes ses filatures"
Mais les "nombreuses sollicitations d'entreprises textiles françaises souhaitant disposer d'un fil français" et "la demande des consommateurs de l'Hexagone d'acheter des produits naturels et locaux", ont conduit l'entreprise à créer ce nouveau site, explique le PDG Olivier Guillaume dans un communiqué.
"Alors que 80 % de la production mondiale de lin se situe entre la Normandie et les Pays-Bas - dont 40% dans les Hauts-de-France", la France "a perdu toutes ses filatures", et, avec cette usine, "c'est aussi la filière linière française qui retrouve un outil de production local ouvrant la voie à une création 100% made in France, du champ au produit fini", poursuit Olivier Guillaume.
Safilin s'était résolue en 2005, année de la première levée des quotas limitant les importations textiles dans l'Union européenne, à délocaliser toute sa production en Pologne face à la pression sur la compétitivité.

Selon BFM-TV

27/03/2021

A propos du plastique et des déchets qu'il cause...

«Le plastique, c'est fantastique», chantait le groupe Elmer Food Beat en 1991. Trois décennies plus tard, la rengaine a changé. Partout sur Terre, les dégâts provoqués par les déchets plastiques dans l'environnement sont visibles. Selon l'ONU, près de 320 millions de tonnes de plastique sont produites dans le monde chaque année et 8 millions de tonnes finissent dans les océans. Même le groupe de rock nantais a changé son fusil d'épaule en entonnant en 2019 un nouveau refrain: «Le plastique, c'est dramatique», pour soutenir la dépollution des océans.
 
Loin de la scène musicale, le monde industriel réfléchit également à un changement de modèle pour limiter la production de plastique ou mieux valoriser le recyclage de ces déchets. Mais remplacer la production de matières plastiques par d'autres matériaux, comme des éco-produits ou des contenants en verre, peut coûter plus cher voire même s'avérer une fausse piste. C'est pourquoi des spécialistes du secteur accompagnent les industriels dans leur mutation. Chez Veolia, la cellule Recyclage et valorisation des déchets est particulièrement attachée à cette mission.


Augmenter la part du plastique recyclé: De nombreuses initiatives voient le jour, comme le programme (RE)SET, avec l'alliance des principaux noms de la grande distibution en faveur de l'emballage durable, en «supprimant le plastique des packagings, identifiant des solutions mieux recyclables, valorisables ou biodégradables et changeant nos modes de consommation». «Je pense qu'il y a une prise de conscience générale dans le monde de l'industrie. J'étais récemment chez l'une de nos clientes, une productrice qui utilisait une barquette en plastique complexe. Elle nous a demandé comment faire pour avoir un emballage recyclable. On a étudié ses besoins et on lui a proposé une barquette en aluminium», raconte Jérémy Le Roy, expert valorisation chez Veolia.
Il y a cependant souvent un hic: la hausse du coût de fabrication. «La productrice a finalement refusé la barquette en aluminium que nous lui proposions pour l'instant, car le coût était trop élevé. On a beaucoup de clients dans ce cas. Le prix du plastique est en effet indexé sur le cours du pétrole et celui-ci est très bas actuellement, donc le plastique n'est pas cher», poursuit Jérémy Le Roy.
 
Sur le territoire normand, Hermann Hallot est responsable grands comptes industriels pour Veolia. Ce cadre accompagne les entreprises clientes de Veolia, qui sont désireuses de réduire leurs déchets plastiques. Il conseille par exemple une entreprise spécialisée dans la fabrication de bouteilles plastiques. «Pour eux, il n'y a rien qui peut remplacer la bouteille plastique», dit Hermann Hallot. Veolia s'est donc concentrée sur la mise en place d'un convoyeur de déchets sur place afin de faire le tri entre les différents déchets qu'elle génère et d'optimiser la logistique. «Nous avons aussi modifié une partie de leur process pour réaliser un meilleur tri entre les différents plastiques.» Autre solution pour diminuer l'empreinte carbone de cette entreprise normande: l'injection de plastique recyclé dans les bouteilles. «Aujourd'hui, on peut mettre 70% de plastique régénéré 
dans une bouteille», explique Hermann Hallot.
Une cinquantaine d'industriels ont déjà pris des engagements volontaires en annonçant une incorporation de 275.000 tonnes supplémentaires de résines recyclées dans leurs produits d'ici à 2025. Elles viendraient s'ajouter aux 300.000 tonnes déjà incorporées. C'est un engagement conséquent et encourageant, mais il y a encore beaucoup à faire au regard des 3,6 millions de tonnes de plastique mises sur le marché chaque année en France. L'annonce faite de «tendre vers 100% de plastiques recyclés en 2025» par l'État demeure donc un objectif très ambitieux. Le pourcentage de plastiques recyclés était de 22% en France en 2017, loin derrière la moyenne européenne de 41%, selon les chiffres de Plastics Europe.
Le retour de la consigne de tri?

Mais pourquoi ne pas remplacer le plastique de ces bouteilles par du verre? En 1947, 100% des sodas vendus aux États-Unis l'étaient dans des bouteilles en verre réutilisables. Le consommateur payait quelques centimes de plus pour la bouteille en verre lors de l'achat du soda et récupérait cette somme en rapportant le contenant. Ce système de consigne est ensuite tombé en désuétude au fil des ans face à l'avènement du plastique, avant de renaître de ses cendres à petite échelle depuis quelques années. On peut citer «Bout' à Bout'» dans les Pays de la Loire ou «Jean Bouteille» dans le nord de la France. Mais à une échelle industrielle, le passage du tout-plastique au 100% verre se bute à deux arguments: un argument économique qui fait que personne ne prend le risque de relancer au niveau national un projet pilote ­d'envergure, selon l'un des pionniers du ­secteur, Gérard Bellet, dans une interview donnée au journal Le Monde; et un argument écologique: le cycle de vie d'une bouteille en verre, en fonction des usages, n'a pas toujours un moindre impact carbone.
 
Plutôt que le verre, il existe un autre matériau qu'affectionnent de plus en plus les industriels: les éco-produits. Ce sont par exemple des sacs réutilisables et conçus avec des matières écologiques que l'on peut trouver dans certaines épiceries ou supermarchés. «Nous travaillons actuellement sur un projet avec la grande distribution pour réfléchir à l'emballage écoconception de demain. C'est un appel à candidatures et nous sommes clairement dans la création d'un écosystème vertueux», dit Sophie Petibon, directrice commerciale à Veolia au sein du pôle Recyclage et valorisation des déchets. Là aussi, l'analyse complète du cycle de vie doit être menée avec minutie.
«Le gros problème du plastique, c'est le transport»
 
Les industriels réfléchissent également davantage au coût écologique global d'un produit. Le coût écologique du plastique n'est pas constitué que du déchet à trier, recycler ou incinérer. Il faut également prendre en compte le transport des produits plastiques puis des déchets plastiques, de leur conception à leur destruction. «Le gros problème du plastique, c'est le transport. C'est ce qui représente la plus grosse part de l'empreinte carbone. C'est pour cela que nous réfléchissons à diverses solutions pour réduire les transports. Nous proposons par exemple à nos clients de mettre en place des broyeurs de déchets plastiques sur leur site, plutôt que de transporter les déchets plastiques jusqu'à un exutoire réalisant la prestation broyage», explique Hermann Hallot. L'entreprise pharmaceutique qu'il conseille en Normandie produit 300 tonnes de plastique par an: cela représente ainsi 120 transports par camion en moins.
L'avenir ressemble peut-être à un cercle. «Nous sommes en train d'étudier la création d'une boucle circulaire avec l'un de nos clients. Notre ambition serait de recycler leurs déchets puis de les réintroduire dans la boucle comme produits régénérés. C'est une étude qui porte sur la globalité de la chaîne, pour mieux la maîtriser et rester au plus près de la production», analyse Hermann Hallot. Un cercle vertueux bon pour la planète mais aussi pour l'économie, ces nouveautés étant pourvoyeuses d'emploi et d'activité dans le futur.

Selon Slate.fr - Slate - lundi 8 mars 2021


 

23/03/2021

Des nouvelles positives du côté des jardins...

Ce nouveau magazine d’Ouest-France associe authenticité et partage dans le jardinage, une activité de plus en plus prisée. À découvrir le 9 mars.
Sortir un magazine papier sur le thème du jardinage en plein Covid ? Gonflé, non ? C’est pourtant le pari, un poil osé mais si revigorant, fait par Ouest-France, associé au Courrier de l’Ouest.
 En période de crise, il vaut mieux innover pour ne pas se recroqueviller. Bien avant le confinement, déjà, nous sentions monter ce sujet, le jardin et la connexion avec la maison, comme une pièce supplémentaire ​, se souvient Stéphanie Germain, rédactrice en chef déléguée aux hors-séries et suppléments à Ouest-France.C’est le moment de faire des paris. Quand le contexte est compliqué, pas question de lâcher ​, abonde Stéphane Baranger, directeur des hors-séries et suppléments.
Enraciné dans l’Ouest. C’est même le moment idéal pour proposer de partager en créant une communauté de lecteurs.  Culture jardins s’adresse à des jardiniers amateurs, pas des super-pros, qui ont envie de profiter de leur petit coin de terre. Nous voulons qu’ils puissent s’entraider ​, poursuit Stéphanie Germain. Pour repiquer, replanter, marcotter, on s’inspire de l’expérience d’autres passionnés qui donnent leurs trucs, parlent de leurs plantes, de leurs spécificités.

 Les lecteurs auprès desquels nous avons testé ce magazine insistaient sur l’importance qu’il soit utile ​, rappelle Stéphane Baranger. Ils voulaient aussi qu’il les fasse voyager et qu’il soit aussi beau que notre territoire ​.
Selon la rédactrice en chef déléguée, les articles portent sur des sujets enracinés dans l’Ouest, avec la particularité de chaque territoire, littoral ou collines, travaillés par des jardiniers d’ici. Et tout est fait maison, sans infos piquées ailleurs ​. Les idées prennent parfois la forme de balades auxquelles on n’aurait pas pensé malgré leur proximité, comme la route des roses en Anjou ou celle des rhododendrons en Normandie.
Le résultat donne envie de courir au jardin. Au fil de 80 pages qui font la part belle à la photo, on apprend (comment planter les phlox, coucher l’oignon, rabattre les delphiniums, analyser son sol…), on découvre (la culture des pivoines chez une Sarthoise ou des plantes de bord de mer chez des Finistériens) et on déguste (les recettes de petits pois du jardin). Un lexique complète cet ensemble très pédagogique.
Le premier numéro de Culture jardins (quatre par an) est disponible à partir du 9 mars, au prix de lancement de 3 € dans les points de vente habituels, sur la boutique des éditions Ouest-France et sur abo.ouest-france.fr/jardins.
Selon Mme Claire THÉVENOUX. - Ouest-France - dimanche 7 mars 2021

22/03/2021

Rentabilité et solidarité au Grand Marché de Toulouse...

Redresser les finances, innover, tout en pariant sur la solidarité, Maguelone Pontier s'y attelle du matin au soir. En trois ans, cette trentenaire atypique a transformé le Grand marché de Toulouse, le deuxième de France après Rungis.
"Il ne s'agit pas d'être naïf. Il faut être rentable, et on l'est. Mais si on peut en même temps créer de l'entraide entre les usagers du marché, et en faire profiter des associations, des jeunes en difficulté... c'est encore mieux", est convaincue la directrice du marché d'intérêt national (MIN) de la Ville rose. Pourtant en juillet 2017, quand cette fille d'agriculteurs prend à 32 ans les rênes de l'établissement, "la situation était... +délicate+ ", sourit-elle. Euphémisme ? "Quelque 28 millions d'euros de dette et un résultat net de -200.000 euros la dernière année" avec plus de 20% des locaux inoccupés, précise-t-elle.

"Aujourd'hui les comptes sont très bons. Le MIN a retrouvé une gestion saine, un équilibre financier et même au-delà", juge Jean-Jacques Bolzan, conseiller métropolitain en charge de l'alimentation et l'agriculture, vantant le "dynamisme et l'expérience" de Maguelone Pontier.
Mais la jeune femme passée par HEC, puis conseillère des présidents de la FNSEA et de Rungis, ne souhaitait pas uniquement redresser les comptes.
Elle voulait attirer de nouveaux acteurs, au-delà des grossistes et producteurs de fruits et légumes. C'est chose faite: les quelque 4.600 acheteurs du Grand marché peuvent désormais s'approvisionner aussi en poissons, viandes, fromages, fleurs et épicerie fine. 
- "Village de l'alimentation" -
"Le Grand Marché a beaucoup gagné en visibilité depuis 2017", soutient Nadia Pellefigue, vice-présidente de la région Occitanie en charge du développement économique, pointant "un accent majeur porté à l'innovation et la solidarité".
Parmi les nouveaux locataires du Grand marché, des traiteurs, des jeunes entreprises spécialisées dans le domaine de l'alimentation, mais aussi des écoles de formation pour demandeurs d'emploi peu qualifiés, comme celle du chef Thierry Marx.
"Ici, quand on accueille une entreprise, on lui demande d'embaucher des jeunes de nos centres de formation ou de s'approvisionner auprès de producteurs", s'enthousiasme la jeune directrice, vantant les bienfaits de "l'économie circulaire dans ce village de l'alimentation".
Parmi les projets qui lui tiennent à coeur, celui de l'association "Belles Gamelles" née dans le sillage de la crise sanitaire, à l'initiative d'un collectif de restaurateurs toulousains. Hébergée par le MIN, elle distribue quotidiennement des centaines de repas à des personnes en difficulté.
Pour l'Occitanie, première région bio de France, "il est extrêmement appréciable d'avoir un Grand marché dynamique, avec une directrice qui, en mettant en avant le bien manger et les produits locaux, a évolué dans le même sens que les attentes des citoyens", affirme la vice-présidente de la Région.  "Locomotive humaine" -
"J'appartiens à une génération pour qui le développement durable et la responsabilité sociale, ce n'est pas de la mousse, on y croit vraiment", lance Maguelone Pontier.
Son arrivée il y a près de quatre ans dans un univers majoritairement masculin "a pu dérouter certains au début. Mais elle a vite su s'imposer", soutient Eric Fabre, élu un des meilleurs ouvriers de France dans la catégorie "primeurs".
Celle qui assume fièrement son "côté féminin", s'agace tout autant d'être cantonnée à son genre. 
"Je ne vais pas troquer mes talons pour des baskets sous prétexte que j'évolue dans un monde d'hommes, mais si j'en suis là aujourd'hui, c'est uniquement grâce à un parcours d'une cohérence incontestable", assène-t-elle.
La jeune directrice a également accéléré l'embauche de femmes au MIN: "au total, elles représentent 25% des recrutements en 2020", dit-elle, convaincue qu'il faut "parfois forcer un peu pour accompagner le changement de moeurs".
Sa détermination, elle la puise peut-être des heures passées, dès 12 ans, à travailler sur l’exploitation céréalière de ses parents dans l'Hérault. "A 16 ans je dirigeais déjà des équipes, notamment pour la castration du maïs. J'adorais ça", se souvient-elle, sirotant un thé entre deux réunions.
"C'est une locomotive humaine à grand coeur", résume Eric Fabre, également président de l'Union des métiers alimentaires de proximité. "Elle fonce, elle chamboule l'organisation (du marché), mais elle écoute les gens, elle est accessible. Elle ne fait pas l'unanimité, mais comme partout, le monde est ainsi fait", sourit-il.
Selon AFP - AFP - vendredi 26 février 2021

19/03/2021

Smartphones reconditionnés...

Le smartphone reconditionné est moins cher qu'un modèle neuf et plus rassurant qu'un modèle d'occasion. Mais il faut être vigilant lors de l'achat pour éviter les mauvaises surprises. Faut-il choisir entre un smartphone de qualité, mais onéreux, et un modèle à bas prix, mais peu performant ? Avec les smartphones reconditionnés, vous avez la possibilité d'acheter un appareil de grande marque performant pour un prix abordable.
 Ce marché continue de progresser et, depuis le mois d'octobre 2020, l'opérateur Orange propose des modèles reconditionnés dans ses boutiques.
 Selon une étude réalisée ce même mois par l'institut de sondages Ifop pour la société Smaaart, les Français pensent de plus en plus à acheter un modèle reconditionné : 60% des sondés l'ont fait ou vont le faire, contre 53% en 2019.
 
Les consommateurs sont bien entendu intéressés par le prix, mais commencent aussi à prendre en compte l'aspect écologique avec le recyclage des appareils.
 De plus, les smartphones reconditionnés sont plus rassurants que les modèles d'occasion. Ils sont théoriquement remis à neuf par une société spécialisée. L’appareil subit ainsi un nettoyage tant extérieur qu’intérieur (avec la suppression des anciennes données utilisateur), ainsi que des vérifications nécessaires pour s’assurer qu’il fonctionne correctement.

Un marché sans standard précis: Les sociétés de reconditionnement se fournissent auprès des particuliers, mais aussi chez les opérateurs, dans les entreprises et auprès d'organismes de recyclage.
 Hélas, le marché est opaque car il n’existe pas de standard, ni de protocole de reconditionnement. Chaque acteur peut donc faire ce qu’il veut, avec des tests plus ou moins approfondis. Il est logiquement parfois difficile de déterminer si une offre de smartphone reconditionné en vaut vraiment la peine.
De plus en plus d'acteurs sur le marché

On trouve désormais des smartphones reconditionnés chez des vendeurs connus tels que Cdiscount, Amazon, la Fnac ou Darty, ainsi que sur des sites dédiés (voir plus bas). Le choix est vaste mais devient de plus en plus complexe, tant les acteurs se multiplient avec des bons comme des mauvais élèves.
 Il suffit de se rendre sur les forums des associations de consommateurs pour découvrir les nombreuses plaintes de clients qui pensaient faire une bonne affaire et se sont retrouvés avec un appareil en mauvais état, ou qui a rendu l’âme très rapidement. Notons également que les accessoires (chargeur, câble, écouteurs) sont rarement ceux d'origine.
Les principaux acteurs du marché :Back Market est le site le plus connu et se décrit comme le (super) marché des produits reconditionnés. Présent dans une dizaine de pays, il entre dans la catégorie des places de marché (MarketPlace).
 Le site regroupe un très grand nombre de reconditionneurs (plus de 1 200 usines partenaires), ce qui fait sa force et sa faiblesse. Le choix de produits est très vaste avec des smartphones, mais aussi des ordinateurs, des montres connectées, des tablettes et des consoles.
 Le problème est que la qualité du service diffère selon le prestataire de reconditionnement, qui peut être situé en Europe, mais aussi dans des contrées plus lointaines tels que l'Asie ou les Etats-Unis. Il faut donc bien regarder les avis des clients pour essayer de savoir si le prestataire est fiable ou non.
 Back Market dispose également d'un service de reprise pour revendre un ancien appareil (smartphones, tablettes, ordinateurs, consoles de jeux, appareils photos).

Etat extérieur du smartphone : Comme neuf, très bon état, bon état, état correct, stallone (présence de rayures et d'impacts sans que ce soit gênant à l'usage). Nombre de points de contrôle : de 22 à 60, selon le reconditionneur. Batterie : Si elle n'atteint pas au moins 80% de sa capacité de charge initiale, elle est remplacée par une batterie neuve. Garantie : 12 à 24 mois selon le prestataire. Le reconditionneur assure la garantie.

Certideal est une entreprise française qui a ses locaux, et son atelier de reconditionnement, à Levallois-Perret. Le site propose des smartphones (iPhone et Samsung Galaxy), mais aussi des tablettes et des Apple Watch. Pour les smartphones, l’option Pack Premium (25 euros) permet de disposer d’une batterie neuve, quel que soit l’état de la batterie d’origine. L’entreprise se fournit auprès d’opérateurs téléphoniques aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Etat extérieur du smartphone : Comme Neuf, très bon état, bon état, état correct.Nombre de points de contrôle : 30.Batterie : Elle est remplacée si sa capacité est inférieure à 83% de sa valeur initiale.Garantie : 24 mois. Extension de garantie de 24 à 36 mois pour 19,90 euros.

YesYes est un site français spécialisé dans la reprise et la revente de smartphones. Avant de parvenir à l’acheteur, le smartphone reconditionné passe par l’atelier de YesYes, situé à Caen, où il est contrôlé et certifié. Les iPhone sont livrés avec des chargeurs et des câbles haute qualité certifiés Apple (Made for iPhone) et garantis 10 ans. YesYes revendique un reconditionnement Made in France, de qualité supérieure, et véritablement éco-responsable. Le site propose des modèles Apple et Samsung.

Etat extérieur du smartphone : Excellent, Bon.Nombre de points de contrôle : 43. Batterie : Remplacée par une batterie neuve si elle assure moins de 85% de sa capacité de charge initiale et/ou est passée par plus de 450 cycles de charge. Garantie : 1 an.

Smaaart (Sofi Groupe) dispose de sa propre usine, située à St-Mathieu-de-Tréviers en France, près de Montpellier. Le site français possède à son catalogue des smartphones Apple et Samsung, mais aussi Sony, Huawei et Crosscall.
 Pour les iPhone, l’entreprise utilise des batteries neuves 100% Apple. Smaart fournit également des coques et des films de protection, ainsi qu'une gamme de smartphones reconditionnés pour la grande distribution.

Etat extérieur du smartphone : Comme neuf, très bon état, bon état. Nombre de points de contrôle : 40.Batterie : Si elle n'atteint pas au moins 80% de ses performances d’origine, elle est remplacée par une batterie neuve.Garantie : 12 ou 24 mois.

Recommerce est une start-up française, lancée en 2009. Elle travaille principalement avec des reconditionneurs situés en France, en Suisse et en Europe de l’Est. Elle possède sa propre marque, baptisée Recommerce et vendue sur son site Web.
 La marque est également disponible chez les quatre opérateurs et dans des magasins spécialisés (Boulanger, Cdiscount, Auchan, Electro Dépôt). Le site propose des appareils Apple, Samsung, Huawei, Honor et Sony. Etat extérieur du smartphone : Comme neuf, très bon état, bon état, état correct.Nombre de points de contrôle : 56.Batterie : Elle est contrôlée et offre plus de 80% de sa charge initiale.Garantie : 12 mois.

ReBuy est une entreprise allemande, créée en 2004. Elle est également présente en France (depuis 2009), en Autriche, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne.
 L’entreprise gère le reconditionnement dans une usine située en Pologne. Elle propose des smartphones de nombreux constructeurs (dont Apple, Samsung, HTC, Huawei, LG et Sony), mais aussi des appareils photos, des consoles de jeux, des tablettes, des ordinateurs portables et du matériel audio.


Les autres acteurs du reconditionnement:WeFix est une chaîne de 100 magasins de réparation, qui vend aussi des smartphones reconditionnés sur son site Web. L'entreprise filiale du groupe Fnac/Darty propose également de racheter votre ancien smartphone, s'il s'agit d'un modèle Apple, Samsung ou Huawei.
Again est une filiale du groupe français Itancia. L'entreprise propose sur son site des iPhone et des iPad reconditionnés. Elle est également présente chez Back Market. Les appareils sont reconditionnés dans une usine du Maine-et-Loire. La valeur DAS (Débit d'Absorption Spécifique) du smartphone est vérifiée pour être sûr qu'elle ne dépasse pas les normes réglementaires.
 
FactoREFURB propose sur son site des ordinateurs Apple reconditionnés par le constructeur. C'est également le cas pour des casques et des souris pour joueurs. Ces périphériques sont reconditionnés par le constructeur Corsair.
CompaRecycle est un comparateur de prix pour revendre son appareil high-tech au meilleur montant. Son site Web compare les offres de rachat de plus de 50 partenaires professionnels et permet de rechercher une offre sur un large éventail d'appareils électroniques. Il est possible de choisir entre les offres en ligne et celles où vous devez vous rendre dans un magasin. L

e site est très bien conçu et facile à utiliser.
 
Zack est une start-up française qui a pour but de collecter, recycler et offrir une seconde vie aux appareils électroniques. On indique sur le site Web la liste des objets que l'on souhaite donner ou revendre. Le site propose ensuite la meilleure solution pour les produits entre la revente, le don à une association, la réparation ou le recyclage, en fonction de leurs caractéristiques (modèle, état, ancienneté).
 La collecte se fait aux frais de Zack qui indique fournir une réponse sous 30 jours maximum. Hélas, il n'est pas possible de savoir quel est le montant que l'on va recevoir tant que la revente n'a pas été effectuée.
De bonnes affaires, à condition d'être vigilant

Avant d’acheter un smartphone reconditionné, il convient donc de faire preuve de prudence et de comparer précisément les offres des différents sites. N’oubliez pas que l’état (ou grade) annoncé ne concerne que l’aspect extérieur de l’appareil. Tenez compte de la garantie, du délai de rétractation (au moins de 14 jours), des accessoires fournis et des détails du reconditionnement, s’ils sont indiqués (par exemple, est-ce que la batterie a été remplacée ?).
 Et surtout, n’hésitez-pas à vous rendre sur les sites des associations de consommateurs pour lire les commentaires (ne vous arrêtez pas à un ou deux car ils ne sont pas forcément représentatifs), afin de savoir si le reconditionneur est fiable (attention aux MarketPlace qui comportent plusieurs entreprises).
 Vous pouvez aussi contacter le service commercial pour obtenir des renseignements  Et surtout, n’hésitez-pas à vous rendre sur les sites des associations de consommateurs pour lire les commentaires (ne vous arrêtez pas à un ou deux car ils ne sont pas forcément représentatifs), afin de savoir si le reconditionneur est fiable (attention aux MarketPlace qui comportent plusieurs entreprises).
 Vous pouvez aussi contacter le service commercial pour obtenir des renseignements complémentaires, si vous avez des doutes, et vérifier s’il est réactif.
 Enfin, ne tardez pas à utiliser le smartphone quand vous le recevez et testez-le de façon approfondie (écran, autonomie de la batterie, appareil photo, Wi-Fi, Bluetooth, etc.) pour vérifier que tout fonctionne correctement

Selon Mr François BEDIN - 01 Net - samedi 27 février 2021
 

 

 

16/03/2021

Créer un lien avec un agriculteur...

Après la mise en place d’un numéro vert, le collectif Ici la Terre lance une nouvelle opération, demain mardi 23 février 2021, pour mettre en relation directe les Français et les agriculteurs. Et retisser des liens.
« Des questions sur l’agriculture et l’alimentation ? Demandez à être rappelé par un agriculteur ! » Après avoir lancé le premier numéro vert en France dédié à l’agriculture, le collectif « Ici la Terre » lance, ce mardi 23 février 2021, une nouvelle initiative destinée au grand public : « Un agriculteur dans son répertoire téléphonique ».
« Nous voulons créer une passerelle directe de communication entre les consommateurs et les agriculteurs », souligne Jérôme Regnault, 44 ans, producteur dans les Yvelines et cofondateur du collectif. « Il existe des craintes sur l’agriculture. Avec nos voisins, nous avons remarqué que la réflexion est beaucoup plus constructive s’il y a un lien direct avec un agriculteur. »
Créer des binômes
Concrètement, une personne qui se pose des questions sur le métier d’agriculteur et ses pratiques est invitée à laisser son numéro sur le site collectif-icilaterre.fr ou sur les réseaux sociaux du collectif. Ce dernier la mettra en relation avec un agriculteur, si possible de sa région, pour créer un binôme. « L’objectif est d’avoir une réponse personnalisée, voire des échanges réguliers. »
Le collectif indépendant, financé par une cagnotte en ligne, compte une centaine d’agriculteurs représentants tous les modes de production et espère voir grossir ses rangs à travers la France. « On ne demande que deux critères aux professionnels : être sincères et passionnés. Nous ne voulons pas prendre position mais expliquer notre quotidien. »
Plus de 900 appels au numéro vert
En parallèle, le numéro vert (0 805 382 382) reste accessible du lundi au samedi, de 10 h à 18 h. Depuis son lancement fin 2019, les 75 agriculteurs qui ont assuré les permanences ont reçu plus de 900 appels, pour 83 heures de conversations cumulées. Deux sujets ont suscité le plus d’interrogations : le bien-être animal et les pesticides. « Chaque coup de fil était encourageant, même si nous n’étions pas d’accord. C’est aussi à nous de porter un regard critique sur notre profession et d’être à l’écoute. »
Emmanuel Macron en Bourgogne
Ce lancement intervient alors que le Salon de l’agriculture de Paris aurait dû accueillir plus de 600 000 visiteurs du 27 février au 7 mars. Pour compenser ce temps fort du secteur agricole, annulé en raison du Covid, les professionnels et les politiques multiplient les initiatives. Emmanuel Macron est ainsi attendu dans une ferme de Bourgogne, ce mardi 23 février 2021, pour montrer « son intérêt et son attachement » à l’agriculture.

Selon Mme Fanette BON. - Ouest-France - lundi 22 février 2021

15/03/2021

La jeunesse solidaire...

« Je compte continuer à faire du bénévolat dans cette épicerie, à la fin de mon service national universel (SNU) », assure Dylan Fauveau, 16 ans, bénévole au sein de l'épicerie solidaire Bol d'Air, à Châtenay-Malabry. Une petite boutique sociale, qui propose des vivres et des produits d'hygiène à prix réduits à des Châtenaisiens temporairement dans le besoin et que l'adolescent du Plessis-Robinson a rejointe en décembre dernier, pour un contrat de 84 heures dans le cadre de son SNU.
Intégrer une telle structure était la garantie pour ce lycéen d'effectuer des tâches variées en toute autonomie. Ici, il trie et range des produits, réapprovisionne les rayons, encaisser les clients… Pas le temps de s'ennuyer, donc, pour Dylan qui travaille dans la boutique à raison de 7 heures par semaine, à la sortie des cours.
L'élève en première technologique au sein du lycée polyvalent Jean-Jaurès, à Châtenay, se félicite d'avoir intégré cette épicerie solidaire. « C'est assez émouvant lorsque l'on voit arriver de nouvelles familles, qui se rendent compte qu'elles peuvent prendre beaucoup de nourriture pour peu cher. Le bonheur se voit sur leurs visages et nous le font ressentir. Et ça, c'est génial! », s'en émeut-il.
Le Robinsonnais est l'un des quarante-huit jeunes des Hauts-de-Seine constituant la seconde promotion du service universel du département. Ce programme mis en place à l'échelle nationale en 2019, à l'initiative du gouvernement Philippe II, vient succéder de manière indirecte à ce qu'était le service militaire en France.
500 jeunes espérés dans le département, cette année
Le service national universel, qui s'adresse à tous les jeunes entre 15 et 18 ans, s'articule autour de deux axes majeurs : un séjour de cohésion, qui s'effectue au sein d'un centre en dehors du département d'origine - il en existe treize en Île-de-France -, puis une mission d'intérêt général d'un minimum de 84 heures autour de l'une des huit thématiques prédéfinies, comme la solidarité, le sport ou encore la sécurité.
En pleine pandémie du Covid-19, seuls 460 jeunes ont confirmé leur inscription, dans la région, l'an passé, en raison du report des séjours de cohésion. Plus de la moitié ont, comme Dylan, démarré leur mission d'intérêt général, qui doit se terminer avant le 30 juin prochain. Pour la prochaine édition, la préfecture de région espère recruter 3 850 jeunes.
Celle des Hauts-de-Seine en cible 500. « Malgré la crise sanitaire, nous nous organisons pour que ce service ait lieu dans les meilleures conditions », affirme Laurent Hottiaux, préfet des Hauts-de-Seine. Deux sites ont été sélectionnés dans le département pour accueillir les volontaires, entre le 21 juin et le 2 juillet, avec un budget de 2 400 euros par jeune toutes dépenses confondues (logement, restaurations, déplacements).
Les dates de recrutement pas si pertinentes
Si ce dispositif attire un nombre croissant de jeunes, il n'en reste pas moins peu connu du grand public. « C'est ma mère qui m'en a parlé. Moi, je ne connaissais pas du tout, concède Dylan Fauveau. J'ai tout de suite fait des recherches et puis, je me suis très vite engagé. »
Séduit par l'expérience, le jeune homme n'en reste pas moins réaliste sur le caractère exceptionnel de son engagement. « Quand j'en parle avec mes amis, ils ne sont pas très réceptifs. Ce qui les freine, ce sont les horaires et puis, ils préfèrent préserver leur temps libre, rapporte-t-il. Moi, ça ne me gêne pas du tout, je passe de très bons moments ici. »Eric Piat, président de l'association chapeautant l'épicerie solidaire, s'interroge également sur la pertinence des dates de recrutement. « Les jeunes comme Dylan, qui pensent à leurs examens de juin, ne veulent pas prendre d'engagements sur cette période. La campagne serait certainement plus efficace à la rentrée scolaire, lorsqu'ils ne sont pas trop préoccupés », suppose-t-il.
Ce dispositif fait d'ailleurs l'objet de nombreux questionnements sur son recrutement. « Peut-être devrions-nous passer par les Youtubeurs et influenceurs pour séduire la jeunesse », s'interroge le préfet, avec humour.
La campagne de recrutement 2021 est ouverte jusqu'au 20 avril et s'effectue directement sur le site du ministère de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports.

Selon

13/03/2021

Recharge solaire pour vélos électriques avec E Bike Port.

Tout est parti d'une panne de batterie lors d'une randonnée dans les Landes il y a cinq ans. Aujourd'hui, l'idée de Philippe Faye est devenue réalité. Il a créé l'E Bike Port, un abri qui n'a besoin de rien d'autre que de soleil pour recharger les batteries des vélos.
Nous étions en plein soleil sur la dune du Pila et sans batterie, ce n'est pas évident de piloter un vélo de plus de 20 kilos. Je me suis simplement dit qu'il faudrait permettre aux randonneurs de pouvoir faire une recharge en pleine nature", raconte à BFM Business Philippe Faye, fondateur d'E-Bike Port. 
Une véritable station-service pour vélos
Au départ, l'idée était toute simple. Il ne s'agissait que de faire le plein d'énergie dans des zones urbaines, à proximité de pistes cyclables ou sur des sites touristiques. Mais au fur et à mesure de la réflexion, Philippe Fraye l'a fait évoluer pour répondre aux besoins des cyclistes.
L'abri est devenu une véritable station-service capable d'accueillir entre 8 et 24 cycles. On y trouve des casiers sécurisés pour déposer casques et bagages, des ports USB pour recharger des smartphones, un point d'accès WiFi et même un défibrillateur. Le tout est alimenté par les panneaux solaires installés sur le toit.
Pour le moment, la startup n'a installé que deux stations en France, l'une à Limoges, l'autre sur les bords du lac de Saint-Pardoux dans la Vienne. 
"Nous aurions dû faire bien plus mais notre lancement était prévu pour mars 2020 et le confinement est tombé. Tout a été remis à plus tard, mais désormais, ça redémarre", explique Philippe Faye en précisant qu'il recrute 4 à 5 personnes cette année pour épauler les trois salariés.
Un usage gratuit
Il est aussi possible de recharger d'autres véhicules électriques, aussi bien des trottinettes, des scooters ou des fauteuils roulants. Et pour protéger les objets déposés, un système de vidéosurveillance connecté au réseau 4G est relié aux services de police. Et pour faire face à un manque de soleil, la startup a aussi installé des batteries tampon d'une autonomie d'une dizaine de jours. 
Une autre volonté de Philippe Faye est de faire autant que possible du made in France. Les abris sont fabriqués dans la Vienne, le bois vient des forêts limousines, les matériaux viennent de la Creuse, les panneaux solaires sont assemblés près de Nantes et les batteries et onduleurs viennent de Châtellerault. 
Le coût d’un abri démarre à environ 15.000 euros, hors subvention mobilité. Le système est même démontable pour pouvoir le louer à l'occasion d'évènements ou de la saison estivale sur des sites touristiques.
Mais l'idée de Philippe Faye est que ce service soit totalement gratuit pour les utilisateurs. La startup vise une clientèle de collectivités ou d'entreprises qui pourraient même amortir le coût grâce à de la publicité diffusée sur un écran intégré.

Selon BFM Business - samedi 20 février 2021

11/03/2021

Prévention des risques: un outuil numérique!

Si vous comptez acheter un bien immobilier, cet outil pourrait vous éviter le pire. Vendredi 19 février, le ministère de la Transition écologique a annoncé l'ouverture d'un site "géorisques", qui permet aux futurs locataires ou acheteurs d'obtenir automatiquement un état pré-rempli des risques qui menacent la zone qui les intéresse. Cette information est désormais accessible à partir de l'adresse du bien, et est complétée par des messages et conseils de prévention pour se protéger face aux risques, a indiqué le ministère dans un communiqué.
Si l'état des risques est l'un des diagnostics immobiliers obligatoires devant figurer dans le dossier de diagnostic technique (DDT) annexé, selon le cas, à la promesse de vente, à l'acte authentique de vente ou au contrat de location, le site donne également des informations sur d'autres risques, non couverts par une obligation d'information des acquéreurs et locataires (IAL), comme les sols argileux, auxquels la parcelle est exposée.


Mieux connaître les risques au niveau national: Ce nouvel outil numérique, "au-delà des simplifications administratives qu'il offre aux vendeurs et aux bailleurs, permettra de développer une meilleure compréhension des risques sur l'ensemble du territoire national", a indiqué le ministère.
Par ailleurs, le ministère a annoncé une augmentation de 50% des moyens consacrés à la prévention des risques naturels en 2021, avec 205 millions d'euros par an.
Ces fonds doivent permettre "de financer les travaux de réduction de vulnérabilité des habitations des particuliers à hauteur de 80% pour tous les risques naturels (inondations, mouvements de terrain, cavités naturelles, séismes...)" et, après les crues du 2 octobre 2020 dans les Alpes-Maritimes, "à titre expérimental, de financer les travaux nécessaires" pour reconstruire les habitations touchées "de façon plus résiliente (construction d'une pièce refuge, rehaussement des compteurs électriques...)".

Selon franceinfo - vendredi 19 février 2021

09/03/2021

C'est qui le patron?

Comment changer le rapport de force entre producteurs et distributeurs dans l'alimentation? Jusqu'à présent, c'est souvent la même histoire: lors de leurs négociations annuelles, les géants de la distribution justifient la pression exercée sur les producteurs en expliquant que les consommateurs exigent des prix bas.
Ce qui est en partie faux comme l'a démontré C'est qui le patron?! Rappelons qu'il s'agit d'une coopérative de produits alimentaires élaborés par des consommateurs autour d'une charte visant à mieux rémunérer les producteurs quitte à payer un peu plus cher le produit. Le succès est éclatant: la marque a par exemple écoulé 200 millions de briques de son lait responsable (le premier produit lancé). Et 30 produits faisant travailler 3000 producteurs sont désormais au catalogue. 
Invité ce mercredi de Good Morning Business, Nicolas Chabanne, fondateur de la marque, martèle que "le prix bas, c'est la mort pour tout le monde". En plaçant le consommateur dans le jeu, C'est qui le patron?! change la donne. La preuve, la marque comptabilise "16 millions d'acheteurs".
Le consommateur au milieu du débat
"Laissez-nous arbitrer, retrouvons l'équilibre", insiste-t-il. Et de souligner que le consommateur est prêt à payer un peu plus "pour que le producteur retrouve le sourire" pour "un juste prix". Sans d'ailleurs que ce soit une dépense rédhibitoire. Dans le lait, cela représente "4 euros par an supplémentaires" pour le consommateur, précise-t-il.
Quand le consommateur se met au milieu du débat, c'est la petite zone d'espoir qui réapparaît, on n'est plus dans une confrontation entre deux pôles qui ne s'entendent pas depuis 40 ans. On a l'arbitre principal, celui qui achète et qui vient refixer des règles du jeu un peu différentes", explique Nicolas Chabanne. 
Le succès de C'est qui le patron?! ne laisse pas l'industrie agroalimentaire indifférente. Et après avoir longtemps frappé à la porte (Nestlé, Danone...) en vain, la marque se dit aujourd'hui prête à travailler avec elle. La marque va ansi publier son cahier des charges et les industriels pourront l'adapter à leurs produits.
"On ne veut pas servir de caution"
De quoi donner lieu à une forme de label? "On ne veut pas servir de caution, on ne veut pas faire de greenwashing avec un gros logo sur un produit qui aurait 0,1% d'un produit équitable. Chaque produit (de l'industrie, NDLR) sera soumis au vote des 10.000 sociétaires de la coopérative et lorsqu'il y a suffisamment d'ingrédients qui donnent le sourire aux producteurs, on donnera un accord", souligne Nicolas Chabanne. 
Nicolas Chabanne observe une évolution des mentalités chez les grandes marques: "elles appellent parce qu'elles veulent des producteurs qui vivent mieux, on en doute pas, mais elles ont peur de rajouter des centimes qui vont les disqualifier quand le distributeur va dire c'est trop cher. Nous on amène un poinçon de consommateur". 
Quant aux distributeurs "qui ne veulent pas que ces centimes supplémentaires se retrouvent dans les bénéfices annuels des grandes marques, je leurs dit: nous consommateurs, on est pêt à aller vérifier chaque produit, chaque référence pour voir si la vie du producteur change". 

Selon BFM -TV

05/03/2021

Masque virucides...

Des chercheurs lillois et une start-up en innovations médicales ont élaboré un masque virucide pour les professionnels de santé et le grand public. 

Tremblez virus. On est encore loin, hélas, d’en avoir terminé avec l’épidémie de coronavirus. Même si la campagne de vaccination avance, il va falloir se résigner à porter des masques de protection pendant encore de longs mois. Alors quitte à avancer masqué, autant que ce soit avec un produit véritablement efficace. Dans une semaine, arrivera sur le marché une protection faciale « made in France » qui ne se contente pas de bloquer les agents pathogènes, mais qui les élimine.
Avec l’émergence de variants du coronavirus, certains modèles de masques de protection ont montré leurs limites. Ainsi, le Conseil scientifique déconseille désormais l’utilisation de masque artisanaux au profit des masques chirurgicaux à usage unique. C’est dans ce dernier domaine que l’entreprise Bioserenity a pu innover grâce à un partenariat avec des chercheurs de l’Université de Lille, du CNRS, de l’Inserm et du CHU de Lille.


« Désactiver les agents pathogènes » Si les détails techniques de ce nouveau masque ne seront présentés que dans une semaine, on sait déjà que la technologie implantée dans ce masque, baptisée Cidaltex, à la capacité de « désactiver les agents pathogènes [virus et bactéries] présents dans les gouttelettes et les particules les plus fines du flux de respiration ».
Ces masques à usage unique sont déclinés pour les soignants en version FFP2 et pour le grand public en version masque chirurgical. Les chaînes de l’usine de fabrication, située à Troyes, dans l’Aube, tournent déjà à plein régime. Bioserenity assure d’ailleurs que son produit sera disponible dès la semaine prochaine sans toutefois en préciser le prix.
Selon Mr Mikaël Libert - 20 Minutes - mardi 9 février 2021

 

03/03/2021

Déchets agricoles mieux recyclés...

Plastiques usagés, emballages vides, résidus dangereux… 100 % des déchets de l’agro-fourniture collectés en France devraient être recyclés d’ici à 2030, a annoncé l’organisme Adivalor ce jeudi 11 février 2021.
« La filière française de recyclage des déchets agricoles est l’une des plus performante dans le monde », se félicite Christophe Grison, agriculteur dans l’Oise et président d’Adivalor. Cet organisme collectif à but non lucratif gère la collecte et le recyclage de déchets de l’agro-fourniture depuis vingt ans. Aujourd’hui, 300 000 agriculteurs trient ainsi dans leur ferme les films, ficelles, gaines d’irrigation, emballages de semences, d’engrais, de pesticides, d’hygiène, etc.

Ces déchets sont triés dans 7 000 sites de collecte, en lien avec 1 300 distributeurs. 350 industriels contribuent au financement en intégrant le coût de la fin de vie dans le prix d’achat du produit via une éco-contribution. « On atteint des taux de recyclage en 2020 de 72 %, en comptant tout ce qui est mis sur le marché pour l’agriculture, contre 25 % pour les emballages ménagers. Les agriculteurs peuvent être fiers. »
85 000 tonnes collectées
En 2020, la crise sanitaire a compliqué la gestion du pic de la collecte, qui a lieu chaque année en mai-juin, à la suite de l’utilisation des intrants. Des montagnes de produits ont dû être stockées jusqu’à l’automne. Les coûts logistiques ont aussi bondi. Les éco-contributions ont dû être augmentées.
« Nous avons fait preuve de résilience et de solidarité », souligne Pierre de Lépinau, directeur d’Adivalor, qui parle d’une « grande satisfaction : nous avons réussi à organiser toutes les collectes et on compte même des records. » 85 000 tonnes de déchets agricoles ont été récupérées, triées et traitées en France (+ 5 000 tonnes en un an).
Chiffre d’affaires : environ 22 millions d’euros (+ 2 millions). « Les quantités augmentent, alors que nous sommes dans un contexte de baisse de l’utilisation des intrants. Cela traduit bien un engagement plus fort de la collecte. »
Aujourd’hui, près de 90 % des emballages et plastiques collectés sont recyclés. Leur seconde vie ? Ils deviennent des éléments de construction, des sacs-poubelles, du mobilier urbain… Les éléments dangereux, comme les emballages de pesticides, non utilisables, sont éliminés dans des installations spécialisées.

100 % de recyclage en 2030
Cela représente 60 000 tonnes de CO2 évitées. « Nous visons le 100 % recyclé à l’horizon 2030 », annonce Pierre de Lépinau. Pour y parvenir, Adivalor veut améliorer les collectes dans les territoires les moins performants : « On peut encore faire mieux dans le sud de la France, en Bretagne et en Normandie. »
Un plan de sensibilisation est en cours dans ces régions pour mobiliser plus fortement les agriculteurs et les distributeurs.
Dans les deux prochaines années, des recherches devraient aussi aboutir pour parvenir à recycler les catégories de produits aujourd’hui très difficiles à traiter. Et donc gaspillés. C’est le cas des films de paillage « souillés par l’eau, la terre et les végétaux » et des filets à balle ronde (utilisés pour la paille ou le foin). « Nous aurons alors des solutions de recyclage pour tous les plastiques collectés. »
Le 15 janvier, l’accord-cadre d’Adivalor a été prorogé pour la période 2021-2023 avec la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili. Parmi les orientations : développer l’éco-conception, l’éco-modulation (système de bonus-malus), le réemploi des produits et soutenir la relocalisation d’unités de recyclage.
Relocaliser le recyclage en France
La crise du recyclage se poursuit depuis que la Chine a fermé ses frontières à l’importation de déchets plastiques venus de l’Occident, il y a trois ans. « Nous vivons un engorgement des filières de recyclage en Europe, renforcé par la crise du Covid-19 qui a impacté deux secteurs utilisateurs de matières plastiques recyclées : l’automobile et le bâtiment. » La période renforce la volonté de relocaliser les filières de recyclage.
Des appels à projets ont été lancés en 2018 et 2019 pour créer en France trois unités de recyclage, représentant une capacité totale de plus de 30 000 tonnes d’emballages et plastiques usagés. Ces nouvelles unités concerneront les films utilisés en maraîchage, les filets servant au conditionnement des fourrages et les grands récipients vracs big-bags (conditionnement des semences et des engrais). Sortie de terre prévue d’ici à 2023.

Selon Mme Fanette BON. - Ouest-France - jeudi 11 février 2021

02/03/2021

Financement participatif en hausse.

CAGNOTTE - Les dons sont passés de 80 millions d’euros en 2019 à… près de 220 millions d’euros l’an dernier 
Les dons sur les plateformes de financement participatif ont plus que doublé l’an dernier, dynamisés selon une étude par un mouvement sans précédent de solidarité notamment envers les professionnels de la santé en pleine pandémie de Covid-19. Les dons ont culminé à 218,5 millions d’euros en 2020 sur les plateformes numériques contre environ 80 millions une année auparavant, selon le baromètre 2020 du crowdfunding en France publié mercredi par Financement Participatif France (FPF) et le cabinet Mazars.
Ces plateformes de financement participatif, ou « crowdfunding », au rang desquelles Kiss Kiss Bank Bank, ou Ulule, servent à faire financer des projets par des dons des internautes ou des prêts rémunérés. Le volume des dons consacrés à la catégorie « Santé, recherche scientifique » est passé de 2,7 millions d’euros en 2019 (tous financements participatifs confondus) à 15 millions d’euros l’an dernier. Celui des dons dans la catégorie « Humanitaire et Solidaire », de 11,8 à 51,8 millions d’euros.


« L’écosystème s’est montré robuste et agile »:« Il y a un effet d’actualité évident », souligne Bertrand Desportes, associé chez Mazars, l’année 2020 ayant été très marquée par la pandémie de Covid-19 et des pénuries de matériel médical en première partie d’année. Les campagnes de collecte sont allées soutenir « des hôpitaux, des services d’urgences, le personnel médical », souligneBertrand Desportes, et ont servi à « financer par exemple l’acquisition de respirateurs et de masques », durant la première vague au printemps 2020.
 
Parmi les exemples cités dans l’étude, une opération visant à livrer 12.000 repas aux soignants en première ligne, qui a permis de récolter, avec plusieurs autres projets, 1,6 million d’euros, et la livraison en Corse de matériel médical, dont des respirateurs, ayant permis de récolter plus de 100.000 euros sur la plateforme participative locale Move. Egalement liés à la pandémie, les dons aux secteurs « Spectacle vivant » et « Audiovisuel – musique » ont été « alimentés par la solidarité » alors que ceux-ci ont subi les fermetures obligatoires.
Dans l’ensemble, « l’écosystème s’est montré robuste et agile » et « a traversé la crise avec brio », se félicite Bertrand Desportes. La totalité du secteur du financement participatif, incluant les dons, les prêts aux entreprises et les investissements, a dépassé pour la première fois la barre du milliard d’euros sur un an, soit une hausse de 62 % sur un an.

Selon Boursier.com - Boursier - mercredi 10 février 2021

01/03/2021

Un compromis pour protéger notre vie privée...

VIE PRIVEE - Ce texte, bloqué au Parlement depuis 2017, est destiné à accompagner le déploiement de nouveaux acteurs et de nouvelles technologies de communication électronique 
Messenger, Whatsapp ou Zoom vont devoir se mettre à la page. Ce mercredi, l’Union européenne a approuvé un projet destiné à définir des règles plus strictes en matière de protection de la vie privée sur les services de messagerie ou de visioconférence.
Les ambassadeurs des 27 Etats membres de l’Union européenne ont approuvé une proposition de compromis – présentée par le Portugal, qui exerce la présidence tournante de l’UE- sur un texte bloqué depuis 2017. « Le chemin (…) n’a pas été facile », a reconnu le ministre portugais aux Infrastructures, Pedro Nuno Santos. Il a estimé que le compromis était « un bon équilibre entre une solide protection de la vie privée des individus et la promotion du développement de nouvelles technologies et de l’innovation ».

Toute « interférence » interdite: Le projet de règlement, qui doit désormais faire l’objet d’une négociation avec le Parlement européen, actualise la directive « ePrivacy » de 2002, qui ne s’appliquait qu’aux opérateurs télécoms traditionnels, pour prendre en compte l’émergence de nouveaux acteurs et de nouvelles technologies de communication électronique.
 
« De façon générale, les données des communications électroniques seront confidentielles. Toute interférence, notamment l’écoute, la surveillance et le traitement de données par quelqu’un d’autre que l’utilisateur, sera interdite, sauf quand cela est permis par le règlement ePrivacy », indique le Conseil, institution représentant les Etats membres. Les données des communications pourront être utilisées sans le consentement de l’utilisateur par exemple à des fins de poursuites d’infractions pénales ou de prévention de menaces à la sécurité publique.


Des visions divergentes:
Facebook, Google et autres pourront continuer à traiter les métadonnées – informations relatives par exemple à l’horaire d’une communication et à la localisation – si les utilisateurs y consentent et si les informations sont rendues anonymes.
« L’accord au Conseil inclut des améliorations à la proposition (initiale) mais laisse un certain nombre de questions sans réponses », a réagi Alexandre Roure, du CCIA, le lobby des géants de la tech à Bruxelles, qui mentionne notamment celle de savoir quand les règles de ePrivacy supplantent celles du Règlement européen sur la protection des données (RGPD), en vigueur depuis 2018.
 
La proposition de règlement « ePrivacy » faite par la Commission en 2017 butait jusqu’alors sur les divisions entre les tenants d’une stricte protection de la vie privée en ligne comme l’Allemagne, et les pays désireux comme la France de laisser une marge de manœuvre aux forces de l’ordre en particulier pour la lutte antiterroriste.


Un consentement centralisé des cookies
Le texte propose aussi de permettre aux utilisateurs de donner leur consentement à un type de « cookies » – traceurs de l’activité des utilisateurs à des fins de publicité – une fois pour toutes en dressant une liste dans leurs paramètres.
La rapporteuse du Parlement européen, l’Allemande Birgit Sippel (groupe Socialistes & Démocrates) a déclaré craindre que les « tentatives de l’industrie pour saper » le texte « aient porté leurs fruits ». « Nous devons maintenant examiner dans le détail si les propositions des Etats membres contribuent réellement à mieux protéger les communications privées en ligne », a-t-elle indiqué dans une déclaration à l’AFP.

Selon 20 Minutes avec AFP - 20 Minutes - mercredi 10 février 2021

 

25/02/2021

Les étudiants s'organisent pour aider leurs camarades...

REPORTAGE - Quelques étudiants parisiens ont créé une distribution de colis alimentaires (réservée aux étudiants) qui ne désemplit pas dans le centre de Paris. Ni revendicatifs, ni culpabilisateurs, ni partisans, ils parent au plus urgent: aider leurs copains à manger. 
Paul Bordron-Armani, 20 ans, est étudiant en Droit et Sciences Politiques en 3e année à l'Université Paris I-Panthéon Sorbonne. Lors du premier confinement, au printemps dernier, réfugié dans la maison familiale dans les Vosges, il a été surpris de voir le nombre de témoignages d'amis de son âge, ou d'amis d'amis, restés à Paris qui se sont retrouvés dans une situation très douloureuse, économiquement et psychologiquement. Il ne s'agit pas seulement des souffrances psychologiques liées à l'isolement mais bien au fait qu'ils étaient nombreux à ne pas manger à leur faim. "La précarité étudiante n'est pas nouvelle, on connait tous des gens qui sautent des repas et ne se permettent aucun loisir, rien de superflu, explique-t-il. L'épidémie a été un révélateur et un aggravateur de ces situations très cachées, non répertoriées et qui n'ont pas de réponse de la part des pouvoirs publics". 
 
Les étudiants touchés de plein fouet par une précarité accentuée par le Covid
Urgence alimentaire
 
Paul prend conscience que la période risque être dévastatrice et crée l'association Co'P1 Solidarités Etudiantes. "Je ne m'étais jamais investi dans une association mais il m'a paru évident que je devais faire quelque chose, raconte-t-il. Avec quelques amis nous avons démarché les commerçants et supermarchés pour récupérer des invendus ou obtenir des petits prix sur les produits d'hygiène, l'université et les pouvoirs publics pour les sensibiliser et leur demander un lieu d'accueil, un lieu de stockage, une subvention. Le but était de pouvoir mettre en place au plus vite une distribution de colis alimentaires". 
Alors qu'il explique sa démarche et détaille en toute transparence son budget de plusieurs dizaines de milliers d'euros (des bénévoles du Secours Populaire lui ont dispensé une formation accélérée en comptabilité), il s'interrompt à plusieurs reprise pour indiquer à ses camarades bénévoles comment organiser la distribution ouverte à 17h30 comme deux soirs par semaine à la Maison d'information des étudiants (MIE), une structure de la ville de Paris, 50 rue des Tournelles dans le 3e arrondissement. 

En moins d'une heure, 150 personnes ont constitué une file d'attente sur le trottoir. Tous étudiants, leur carte d'étudiant leur est d'ailleurs demandée. Ils ont connu l'existence de cette soupe populaire moderne par le bouche-à-oreille et les réseaux sociaux. Aucun signe de misère parmi cette sage troupe qui sait garder une bonne distanciation sociale. "Le fait que ce soit d'autres étudiants qui les accueillent permet de dédramatiser", explique Paul. 
Sage file d'attente pendant le couvre-feu

Une patrouille de policiers municipaux s'approche et demande quel est ce rassemblement quelques minutes avant 18 heures, l'horaire de début du couvre-feu. Paul Bordron-Armani va parlementer avec la patrouille, les bénévoles remettront une dérogation au couvre-feu à chaque bénéficiaire, pour que tout le monde puisse rentrer tranquillement à l'issue de la distribution. La Maire de Paris est informée et soutient cette initiative d'urgence. Personne ne va s'attarder, ce n'est pas une fête clandestine. Mais il est possible de venir prendre des renseignements sur les aides existantes, ou simplement de parler avec d'autres étudiants pour rompre sa solitude ou son isolement. 
 Chaque bénéficiaire repart avec 5 à 6 kg de denrées. Ce soir-là, les sacs contiennent des pommes de terres, des brocolis, du pain, un ou deux plats cuisinés en barquette, à déguster le jour même, un kit d'hygiène avec dentifrice, masque, protections féminines... Seul luxe, les pâtisseries appétissantes offertes par Les Pâtissiers du Coeur. Il est possible aussi de récupérer quelques livres d'occasion et des vêtements.
 
"Beaucoup d'étudiants ont un logement, dont le loyer est payé par les parents mais doivent se débrouiller seuls pour manger, avec des petits jobs dans les commerces et restaurants, du baby sitting, explique Paul. Depuis quelques mois ces petits boulots ont disparu. Beaucoup ont moins de 5 euros de budget alimentaire par semaine. Même les repas des restaurants universitaires à 1 euro, c'est un effort. Beaucoup de bénéficiaires passent entre les grilles de calculs des bourses. 
Bruno Le Maire n'a pas compris
 
Etudiant en Sciences Politiques, Paul souligne que son initiative n'est pas partisane. "Mais elle est éminemment politique bien sûr". Poussé à se prononcer sur les propos d'Emmanuel Macron: "Il n'est pas facile d'avoir 20 ans en 2020", il répond : "j'aimerais bien qu'on ne puisse pas dire qu'il n'est pas facile d'avoir 21 ans en 2021, et 22 ans en 2022!" Il a reçu le meilleur accueil auprès de la Mairie de Paris, des interlocuteurs qui ont compris le problème et l'urgence. Mais il continue à se débattre pour trouver des entreprises ou marques qui pourraient fournir les produits d'hygiène et le besoin d'un Kangoo, en état de marche, devient pressant, pour faire la navette entre l'entrepôt dans un autre quartier et le lieu de distribution.

L'université et le gouvernement face au désarroi étudiant
 Il devient moins souriant en évoquant Bruno Le Maire, qui s'étonnait récemment que l'on veuille accorder un revenu minimum à des étudiants. "C'est le signe d'une méconnaissance grave de la réalité. Ce ministre doit comprendre que les étudiants qui n'ont rien à manger sont très motivés pour continuer leurs études et à suivre les cours. En toute logique, ils auraient dû laisser tomber. Evidemment il faut les aider! A-t-il évalué le coût pour la France d'une génération qui ne pourrait plus étudier?"

Selon Mr Jean-François Arnaud - Challenges - dimanche 7 février 2021
 

24/02/2021

Des projections de Météo France pour le climat.

Météo-France a publié début février des projections qui montrent que la France est menacée par un fort réchauffement climatique si des mesures pour limiter les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas renforcées. Selon le pire scénario, la France métropolitaine enregistrerait une hausse de 3,9 degrés par rapport à la température moyenne de référence à l'horizon 2040. Invité de Frédéric Taddeï dans C'est arrivé demain sur Europe 1, Patrick Josse, directeur de la climatologie à Météo-France explique qu'il est encore temps pour changer la donne. "On a encore les cartes en main", dit-il. 
"Les futurs à la fin du siècle peuvent être très différents"
Les projections de Météo-France, consultables en ligne sur le portail Drias, se basent sur trois scénarios en fonction des émissions de CO2 : si elles sont faibles, modérées, ou si elles augmentent de manière ininterrompue. Quel que soit le scénario, les émissions augmenteront jusqu'en 2050 : "C'est une sorte d'effet retard. Ce qui va se passer d'ici le milieu du siècle résulte d'émissions de gaz à effet de serre qui ont déjà été réalisées. En revanche, ce qu'on va émettre à partir de maintenant va conditionner l'évolution de la suite sur la deuxième partie du siècle", explique Patrick Josse.
"Ce que montre le rapport, c'est que les futurs à la fin du siècle peuvent être très différents", poursuit le climatologue. Ainsi, il sera peut-être possible d'éviter 30 jours de canicules en été, des nuits tropicales, sécheresses, inondations, tempêtes et autres événements climatiques majeurs à la fin du siècle. 
"On doit avoir conscience que certaines évolutions sont maintenant inéluctables"
"Dans cette histoire, il y a deux morales", dit Patrick Josse. "La première, elle est pour les décennies qui viennent : on doit avoir conscience que certaines évolutions sont maintenant inéluctables et qu'il faut s'y adapter", explique-t-il. Et l'adaptation passera par des choix dans l'organisation des villes, "de façon à ce que ça se passe le mieux possible." Le climatologue cite par exemple la réflexion sur "les îlots de fraîcheur" pour pouvoir se mettre à l'abri en situation de canicule.
"Donc là, on est sur de l'adaptation au changement climatique. Mais en même temps, il faut avoir conscience qu'on a encore les cartes mains pour que le futur se rapproche plus du scénario qualifié d'optimiste", indique Patrick Josse. Ce scénario "optimiste" se rapprocherait des accords de Paris, détaille le climatologue. Et pour y arriver, "ça passe par tout un ensemble de choses, du comportement individuel à l'évolution sociétale", conclut-il. 

Selon Ariel Guez - Europe 1 - dimanche 7 février 2021

22/02/2021

Ecody, une association pour sensibiliser à l'écologie...

En 2020, une vingtaine de jeunes du pays de Redon (Ille-et-Vilaine) se sont lancés dans la création d’une association à but non lucratif, dont l’objectif est de sensibiliser au développement durable et aux problématiques environnementales. Ecody, c’est son nom, espère bien capter l’attention de toutes les générations.
 
« Nous avons toujours eu une âme écologique. » Ils ont entre 19 et 20 ans et veulent faire évoluer les mentalités, à leur façon. Alors l’an dernier, cette vingtaine d’étudiants et de lycéens du pays de Redon (Ille-et-Vilaine) s’est lancée dans une nouvelle aventure : la création d’une association à visée environnementale.
« Nous nous connaissions tous, car nous allions régulièrement à l’Espace jeunes d’Allaire (Morbihan), raconte Enora, la présidente de l’association. L’animateur, Jean-François Lebel, nous a accompagnés dans notre projet. Sa mission est de développer la conscience écologique, en interpellant et sensibilisant les personnes qui sont indifférentes, en apparence, à ces questions. » L’idée aussi pour ces jeunes adultes était de discuter ensemble des questions environnementales et de lancer des actions.
Une première année perturbée:

Avec la crise sanitaire, cette première année d’existence a néanmoins été quelque peu perturbée. « Nous voulions organiser un grand rallye, à Allaire, autour du ramassage des déchets et des conseils écologiques. Cela n’a pas pu se faire, c’est frustrant, c’est sûr. Alors, nous voulions proposer une activité aux adolescents de l’Espace jeunes, aux vacances de la Toussaint. À cause du désistement de quelques participants, nous avons annulé, mais tout n’est pas perdu », ajoute Enora.
De plus, Valentine et Yuna ont aidé les bénévoles à remettre en état les chemins d’Allaire, après le passage de la tempête Alex. Un marché de producteurs locaux, une bourse aux jouets, et diverses animations lors de festivals, étaient aussi prévus, avec le soutien de la mairie. « Nous avons quand même réussi à créer des boîtes mobiles de mégots dans Redon, à la sortie des écoles. »
Des petites actions accessibles à tous
Pour le reste, tout est presque prêt à être lancé. « Nous avons effectué de nombreuses recherches en préparant le rallye, et nous essayons de sensibiliser sur les réseaux sociaux, notamment via notre compte Instagram. » Les jeunes poussent aussi les citoyens redonnais à utiliser Green R, une application créée par Ruben, un jeune de 16 ans, pour ramasser les déchets. « Elle n’est pas encore bien développée à Redon, mais elle ne peut que séduire. » Car pour ces jeunes, en « multipliant les petites actions », on prend soin de la planète.
Ecody, contact : ecody.asso@gmail.com, compte Instagram : @ecody.

Selon Mme Pauline BAUMER. - Ouest-France - samedi 6 février 2021

21/02/2021

Réduire les importations de soja...grâce à la luzerne.

Le constat a été rappelé, le 12 janvier dernier, par le Président de la République lors de sa venue dans la ferme des Ruelles, à Tilly (Eure). Les éleveurs français dépendent trop des protéines américaines pour nourrir leurs troupeaux. Du soja, presque exclusivement transgénique (OGM), rentre dans la ration des vaches laitières. Y compris dans la verte Normandie. Le gouvernement a lancé un plan « protéine » de 100 millions d’euros pour réduire cette dépendance protéique en développant des légumineuses « made in France ».Un séchoir collectif
Une « cagnotte » à laquelle devrait pouvoir prétendre une trentaine d’éleveurs et de céréaliers du Calvados réunis dans l’association SeCoPPA (Séchoir Collectif Plaine Pays d’Auge). Constitué en 2018, le groupe prévoit la construction, d’ici à 2022, d’un séchoir collectif d’une capacité cumulée de stockage d’environ 400 tonnes en vrac. De la luzerne à forte valeur alimentaire (taux de protéine de 22 %), très digestible pour les vaches, riches en oméga 3 et acides aminés. Coût de l’opération : 2 millions d’euros mais avec l’aide de la Normandie (400 000 €) et celle espérée du plan de relance pour l’agriculture (environ 600 000 €).
« C’est un projet à taille humaine de 120 hectares, animé par la fédération des Cuma (coopérative d’utilisation de matériel agricole, N.D.L.R.) de Normandie », indique Vincent Barbot, céréalier à Sassy, dans la plaine sud de Caen et président de l’association SeCoppa.
Un projet gagnant-gagnant. « Les éleveurs du pays d’Auge souhaitent mettre de la luzerne dans la ration de leur vache pour remplacer le soja américain. » Et ainsi répondre à la demande, des consommateurs et des industriels, d’un lait garanti sans OGM. « Mais sur leurs terres hydromorphes, la luzerne est peu productive. Contrairement à la plaine sud de Caen (10 à 11 tonnes de matière sèche par hectare, N.D.L.R.) », rappelle Vincent Barbot.
Ça tombe bien les céréaliers souhaitent implanter des légumineuses pour des raisons agronomiques : allongement de la rotation, libération de l’azote, réduction des mauvaises herbes. « La luzerne nous fait économiser des phytos et des engrais. C’est une bonne tête d’assolement qui couvre les besoins en azote du blé, la culture suivante.
« Maître de nos assolements »
Des échanges ont déjà commencé. Les éleveurs fournissent le fumier aux céréaliers pour nourrir leurs champs. La contrepartie ? Une luzerne, sur 70 à 80 ha, livrée enrubannée ou en foin. « Mais le séchoir va nous permettre de récolter la luzerne encore verte et conserver au maximum les feuilles et les protéines, de réduire la durée d’assèchement au champ (1 à 2 jours contre 6 jours pour du foin), de maximiser le nombre de coupes. »
La luzerne serait livrée, dans un rayon de 30 kilomètres, en granulés. De quoi permettre aux dix-huit éleveurs actuellement engagés dans le projet, d’optimiser leurs coûts. La tonne est évaluée à « 235 € et sans doute 100 € de plus avec la presse à granulés ». Les éleveurs réduiraient leur « facture » avec le prix du fumier apporté et aussi la valorisation de leurs haies bocagères, source d’énergie complémentaire pour le séchoir. « J’ai déjà implanté 16 ha et je vais passer à 40 ha (sur 155 ha, NDLR) », indique Vincent Barbot, passé au bio après la fermeture de la sucrerie de Cagny (Calvados) en 2020. « Mieux vaut être maître de nos assolements, de nos projets, que de dépendre d’industriels comme Südzucker… »
Succès du plan protéines végétales
Après la fermeture du guichet le 20 janvier, FranceAgriMer a annoncé, le 27 janvier, la mise en place d’un « second dispositif exceptionnel » pour les aides aux équipements et semences du plan protéines, au vu du dépassement des 20 millions d’euros budgétés.
Des dossiers avaient été reçus pour l’équivalent de 60 millions, précise le ministère de l’Agriculture. Le second guichet, très prochainement ouvert avec un budget équivalent, sera réorienté vers les légumineuses car les dossiers acceptés pour les premiers 20 millions ont été majoritairement dédiés aux fourrages.
Le guichet des aides à la conversion des agroéquipements (215 M€) est aussi épuisé mais il n’est pas prévu que la mesure soit réabondée.

Selon Mr Guillaume LE DU. - Ouest-France - mercredi 3 février 2021

20/02/2021

Vers un changement de modèle de société?

EGALITE - «Le monde d'après ne peut pas se résumer à seulement reprendre le cours de nos vies en niant les déséquilibres existants», peut-on lire
Quelque 120 personnalités ont plaidé, ce dimanche dans le JDD, pour que le gouvernement agisse en faveur d'une «relance paritaire » et un « changement de modèle », en faveur de l'égalité hommes/femmes en entreprise.
Parmi les signataires figurent notamment l’ancienne députée Marie-Jo Zimmermann, co-auteur de la loi Copé-Zimmermann qui a imposé un quota de femmes dans les conseils d’administration des entreprises, ou encore des cheffes d’entreprises et des représentantes de réseaux comme Digital Girls, Action’Elles ou Force femmes.
Des quotas « dans les filières technologiques »
« Monsieur le président de la République », ont-ils écrit à l’adresse d’Emmanuel Macron, « le monde d’après ne peut pas se résumer à seulement reprendre le cours de nos vies en niant les déséquilibres existants. Nous devons notamment regarder en face l’inégalité économique entre femmes et hommes et aller, ensemble, vers un changement profond de modèle, vers plus d’égalité ».
Parmi les mesures réclamées : des quotas non seulement dans les conseils d’administration mais aussi dans les comités de direction et les comités exécutifs des entreprises, ainsi que « dans les filières technologiques ».
Des financements en fonction du respect de l’égalité
Pour les salariées, les auteurs de la tribune réclament « une revalorisation » avec un « Pay Equity Act, comme au Canada, permettant par exemple de comparer le salaire des infirmières à celui de techniciens dans un autre domaine impliquant le même niveau de responsabilité », car « il n’est plus acceptable que les métiers les moins bien payés soient également les métiers les plus féminisés ».
Autres axes d’action, le financement, pour lequel « l’Etat doit montrer l’exemple en appliquant le principe de l'"éga-conditionnalité" des financements publics, par ses participations et prêts directs ainsi qu’à travers les fonds qu’il soutient », ou encore « un plan national efficace pour les TPE » qui « garantirait un égal accès à l’entrepreneuriat et à sa croissance, qu’on soit femme ou homme ».

Selon  20 Minutes - dimanche 31 janvier 2021

19/02/2021

Train entre Lyon et Bordeaux...

Vous pourrez bientôt monter dans un train à Lyon Part-Dieu, et descendre quelques heures plus tard à Bordeaux, sans passer par Paris ou multiplier les (longues) correspondances en TER. C'est le pari de la coopérative ferroviaire RailCoop, qui veut relancer la liaison directe entre les deux métropoles, en desservant les villes moyennes du Massif central délaissées par le règne du TGV. Née un an plus tôt en tant que société coopérative d'intérêt collectif (SCIC), RailCoop mise sur l'ouverture à la concurrence du ferroviaire et le financement citoyen. Et vient d'atteindre son objectif: lever 1,5 million d'euros.
La coopérative compte aujourd'hui un peu plus de 5000 sociétaires, essentiellement des personnes physiques, qui ont chacun souscrit une ou plusieurs parts sociales – chaque part sociale correspond à 100 euros. "Nous avons déjà dépassé notre objectif de 1,5 million d'euros en termes de capital souscrit, et nous l'avons quasiment atteint en termes de capital souscrit et libéré. Pour ce dernier, ce n'est qu'une question de jours, le temps que ceux qui ont souscrit concrétisent leurs intentions en opérant les virements bancaires", précise sa directrice générale déléguée, Alexandra Debaisieux. 
Cette somme est nécessaire pour mettre en route le projet en payant les prestataires ou la redevance due à SNCF Réseau. C'est, aussi, le minimum obligatoire qu'il faut présenter pour obtenir une licence ferroviaire et un certificat de sécurité, le "Graal réglementaire" pour lancer sa propre compagnie. Mais pour faire circuler des trains de passagers dès l'été 2022, ce ne sera pas suffisant: RailCoop devra dépenser, au total, 5 millions d'euros pour lancer sa propre ligne ferroviaire Lyon-Bordeaux. Outre le capital social, qui continue à être collecté, la coopérative négocie des prêts auprès de banques.
Trois allers-retours quotidiens
Une fois la ligne lancée, RailCoop mise sur un financement d'entreprise plus classique, et compte sur la vente de billets pour construire son modèle économique. De bout en bout de la ligne, "nous avons calculé, dans notre 'business plan', que nous aurons besoin d'un billet à 38 euros pour arriver à l'équilibre financier. Ce ne sera pas au final le prix effectif du billet, mais c'est ce sur quoi nous travaillons", avance Alexandra Debaisieux, qui évoque des probables options et des réductions pour les sociétaires. "On s'est aligné sur le prix du covoiturage", précise-t-elle.
Trois allers-retours quotidiens entre Bordeaux et Lyon, dont un voyage de nuit, sont au programme: la ligne desservira Libourne, Périgueux, Limoges, Saint-Sulpice-Laurière, Guéret, Montluçon, Gannat, Saint-Germain-des-Fossés et Roanne, en 6 heures et 47 minutes – contre 5h30 pour le trajet le plus court en voiture, en prenant l'autoroute, de la place de la Bourse à Bordeaux à la place Bellecour à Lyon. Mais la voiture n'est pas la vraie concurrente pour RailCoop: ce sont avant tout les 'cars Macron' qui ont pris toute la place sur ces liaisons régionales délaissées par le train.
En attendant d'autres lignes: les liaisons Rennes-Toulouse et Lyon-Thionville, qui ont déjà été notifiées à l'Autorité de régulation des transports (ART), sont dans le viseur de la coopérative. Le trafic de fret, lui, va démarrer dès la fin de l'année.

Selon BFM-TV

15/02/2021

Opération "Février sans supermarchés"...

Pour la cinquième année consécutive, ce lundi démarrera l'opération «Un mois sans supermarché». Cette initiative, lancée en 2017 par la journaliste suisse Leïla Rölli, fondatrice du site En Vert et Contre Tout, s'est inspirée de l'enquête participative «100 jours sans supermarché» réalisée par notre consœur Mathilde Golla, alors journaliste au Figaro*. 
Loin de s'apparenter à un boycott de la grande distribution, l'opération vise à sensibiliser aux alternatives: petits commerces de proximité, circuits courts, fermes et marchés. Et comme il n'est pas toujours simple de trouver seul les possibilités offertes près de chez soi, Leïla Rölli a commencé par lancer un groupe Facebook près de chez elle. L'idée étant que chacun des membres échange ses conseils, tuyaux et bonnes adresses. Depuis cinq ans, 80 groupes Facebook régionaux se sont créés petit à petit sur ce modèle et leur nombre ne cesse de croître, dans sept pays, francophones comme la Suisse, la France, la Belgique, le Luxembourg ou le Québec, mais aussi l'Espagne ou la Tunisie, touchant au total 50 000 membres. 
Les circuits courts en passe d'atteindre 20% des ventes 
L'opération surfe sur une tendance qui s'est déjà accélérée en 2020. Pendant le premier confinement, les Français ont plébiscité les circuits courts, au point que leur poids, évalué par l'Insee à 10% des ventes en 2010, serait en passe de franchir le cap des 20%, estime-t-on à l'Institut national de la recherche agronomique (Inra). Les petits producteurs locaux, les achats à la ferme ou entretenir son propre potager ont fait l'objet du même engouement. Certains ont (re) découvert le plaisir des produits frais et de la cuisine maison, même si cela demande un peu de temps, que ce soit en ville ou à la campagne. Il n'est d'ailleurs pas anodin que le gouvernement ait annoncé mettre 30 millions d'euros sur la table, dans le cadre de son plan de relance, pour développer l'agriculture urbaine (13 millions de plus qu'auparavant) et les jardins partagés (17 millions). 
La tendance de fond est là, comme l'ont constaté les sites de ventes en ligne de produits bio ou locaux, sortis grands gagnants de la crise sanitaire. Chez Aurore Market, qui vend exclusivement du bio à prix réduit sur adhésion (60 euros par an), le nombre de commandes a doublé en 2020 comparé à l'année passée. À la Ruche qui dit oui, Laurent Marcoz, responsable d'une ruche du 9ème arrondissement de Paris, estime lui aussi que la fréquentation a doublé pendant le premier confinement, un chiffre comparable à celui des autres ruches qui ont pu alors ouvrir, la réception des produits se faisant dans un local de quartier. «Mais surtout, les producteurs qui ont réussi à réorganiser immédiatement leur logistique ont pour certains quadruplé leurs ventes, ce qui leur a donné une vraie bouffée d'oxygène. Ce qui est impressionnant, c'est la capacité de réaction et d'adaptation qu'a démontrée ce système de circuit court», constate ce dernier.

L'idée de cette opération est que chacun fasse ce qui est à sa portée près de chez soi, de façon à provoquer un effet de masse. Ne serait-ce que commencer par aller chercher son pain tous les jours à la boulangerie, ce qui ne coule pas de source pour tous les consommateurs de pain. Car en filigrane, c'est toute la filière agricole qui est en jeu. Alors que nombre d'exploitations sont au bord de la faillite, plutôt que vendre leur lait à perte, nombre d'agriculteurs se mettent à la vente directe. Ils se mutualisent et certaines collectivités locales ne manquent pas de mettre en place des places de marché pour les soutenir, comme Chambéry, Saint-Étienne ou tant d'autres. Le ministère de l'agriculture vient, pour sa part, en partenariat avec les chambres d'agriculture, de mettre en place voici deux semaines une plateforme nationale permettant de localiser les produits fermiers près de chez soi. 
Une facture réduite de 10 à 12%
D'aucuns ne manqueront pas de faire remarquer qu'il est compliqué de se passer complètement des grandes surfaces et que multiplier le nombre de points de vente pour faire ses courses prend du temps. Leïla Rölli, pour sa part, se targue de gagner du temps en passant toutes ses commandes en ligne sur le même site. Le Comptoir local, La Ruche qui dit oui, Aurore Market ou La Fourche, pour ne citer que ceux-là, offrent en effet cette possibilité, même si tous n'ont pas une gamme assez large pour répondre à l'intégralité des besoins d'un foyer. 


Découvrez les acteurs et initiatives du changement sur Figaro Demain
Quant aux détracteurs qui rétorqueront que tout le monde n'a pas les moyens de faire ses courses en dehors des supermarchés et hard discounters, Mathilde Golla, marraine de cette édition 2021, avait mis en évidence, lors de son enquête, que s'approvisionner en circuits courts permettait de réduire la facture de 10 à 12% en moyenne. Aurore Market met en avant, de son côté, une proposition d'adhésion gratuite sur critères sociaux. Le nombre de membres en ayant bénéficié est passé de 1300 à 2400 entre 2019 et 2020 (sur un total de 30 000 adhérents). 
*L'expérience a donné lieu à un livre, «100 jours sans supermarché, Le premier guide des circuits courts», publié en 2018 aux éditions Flammarion. 

Selon Le Figaro - dimanche 31 janvier 2021

13/02/2021

Espoir aux Etats-Unis en faveur de la pollution et du climat

Joe Biden a annoncé, mercredi dernier, un moratoire sur les forages d'hydrocarbures sur les terres et les eaux fédérales ainsi qu'un sommet international sur le climat en avril, selon un communiqué de la Maison-Blanche. Le président démocrate américain doit signer plus tard dans la journée un décret détaillant ces mesures, dont l'organisation par les États-Unis d'un sommet de dirigeants sur le climat le 22 avril, le Jour de la Terre. Cette date correspond aussi au cinquième anniversaire de la signature de l'accord de Paris, que les États-Unis ont à nouveau rejoint quelques heures après l'entrée en fonction du nouveau président.
La pause sur l'octroi de nouvelles concessions pour des forages pétroliers et gaziers sur les terres et les eaux appartenant au gouvernement n'aura pas d'impact sur les concessions déjà accordées, mais elle permettra à Joe Biden de tenir une de ses promesses de campagne. Les États-Unis vont aussi s'engager à préserver l'intégrité de 30 % des terres et des eaux fédérales d'ici 2030, afin d'enrayer la perte de la biodiversité.
Un soutien aux populations particulièrement affectées par la crise climatique
Joe Biden a également annoncé que les considérations climatiques deviendraient un élément essentiel de la diplomatie et des politiques de sécurité américaines, et qu'il allait reconstituer un conseil scientifique composé d'experts. En outre, le président américain va ordonner aux agences fédérales d'investir dans les zones dépendantes économiquement des énergies fossiles, et le soutien aux populations particulièrement affectées par la crise climatique.


 Joe Biden et le fantôme de l'Occident
Près d'un quart des émissions de dioxyde de carbone aux États-Unis proviennent d'énergie produite sur des terrains fédéraux, note un rapport gouvernemental de 2018. Et l'octroi de concessions pétrolières, gazières ou d'extraction de charbon a généré près de 11,7 milliards de dollars de revenus pour le gouvernement américain en 2019, selon les chiffres du département de l'Intérieur. Avec cette série de mesures, Joe Biden se rapproche ainsi de manière concrète de son objectif d'abandon progressif des énergies fossiles, et d'une neutralité carbone dans le secteur énergétique d'ici à 2035 et dans l'ensemble de l'économie d'ici à 2050.

Selon un article du Journal Le Point

11/02/2021

L'association The SeaCleaner et Mr Yvan Bourgnon envisagent "de nettoyer les océans" dès 2024...

Le navigateur et président de l'association The SeaCleaners Yvan Bourgnon a annoncé mardi 26 janvier sur franceinfo qu'un catamaran géant "autonome à 75% au niveau énergetique ira dépolluer les océans dès 2024" et a appelé à aller au-delà "de sensibilisation, pas suffisante pour pouvoir éradiquer le problème" de la pollution des mers.
franceinfo : Dans quelle mesure votre navire est-il censé nettoyer les océans ?
Yvan Bourgnon : Le concept existe déjà depuis 2016, mais on est heureux d'annoncer aujourd'hui qu'on arrive au bout des 20 000 heures d'études, et qu'on est sûr de pouvoir réaliser ce catamaran géant qui ira dès 2024 dépolluer les océans. On avait des certitudes techniques et aujourd'hui, plus les années avancent, plus on arrive à conforter le projet. Et ce qui est formidable depuis deux ans, c'est qu'on a réussi non seulement à fabriquer un bateau qui est autonome au niveau énergétique à 75%, mais surtout, il arrive à traiter les déchets. On a une vraie usine embarquée à l'intérieur du bateau et ça, c'est vraiment la nouveauté, avant d'annoncer effectivement la fabrication de ce bateau qui va démarrer en 2022. Ce navire, c'est un géant des mers. Son moyen de propulsion est la voile principalement, c'est ce qui rend le projet assez vertueux. Le bateau mesure 56 mètres de long, a une capacité de collecte de 46 mètres de large, avec notamment l'aide de tapis roulants qui font remonter les déchets du bateau et des filets à l'extérieur de bateaux qui captent aussi les plastiques. On a une capacité de collecte de 5 à 10 000 tonnes de plastiques par an, soit environ une à trois tonnes par heure. C'est considérable, on arrive déjà à éliminer une bonne partie de la pollution avec quelques centaines de bateaux comme celui-ci.


C'est considérable, mais la pollution aux plastiques, cela représente des dizaines 
de millions de tonnes par an ?
Des détracteurs vous diront que c'est un puits sans fond et que la pollution va augmenter dans les prochaines années. Mais ce qui est sûr, c'est que les travaux qu'on fait de sensibilisation, d'actions sur le terrain ne sont pas suffisants pour pouvoir éradiquer le problème. Au contraire, en 2060, il y aura trois fois plus de plastiques dans les océans. On parle de 30 millions de tonnes de plastiques dans l'océan. C'est comme si aujourd'hui on disait qu'on arrête de trier, on arrête les camions poubelles, on arrête la collecte des déchets sur terre, on va éduquer les gens, et ils vont manger du compostable, ils vont arrêter de consommer du plastique, c'est une hérésie. Il faut agir sur terre et sur mer. Et de voir des gens encore aujourd'hui, qui renient ça, qui restent les bras croisés, qui laissent cette pollution aller dans les océans, c'est irresponsable. Il faut trouver des solutions pour ça.


Votre bateau sera mis à l'eau en 2024, où sera-t-il construit et avez-vous besoin de financement ?
On a réalisé un tiers du chemin pour financer 30 millions que va coûter le premier catamaran. On a un deuxième tiers du chemin à faire avant le début de la construction, dans les deux prochaines années. Donc, c'est vrai qu'on appelle toutes les grandes entreprises et même les petites à se joindre à nous, il y a déjà 50 mécènes qui nous ont fait confiance alors que le projet n'était pas certain. On a une construction qui va se passer en Europe, certainement une coque en acier qui va se faire plutôt en Pologne ou en Turquie. Et on fait tout pour que toute l'intégration des technologies des énergies renouvelables se fasse en France. On est notamment en contact avec les chantiers de l'Atlantique. De toute façon, c'est un projet cocorico : toutes les études ont été menées en France. On a aujourd'hui 20 partenaires techniques, dont deux grandes écoles comme l'École Navale de Brest et Centrale Nantes, qui se sont impliquées dans le projet. On a vraiment réussi à utiliser toutes les technologies française et suisse pour pouvoir amener ce projet au bout.

Selon Franceinfo - Franceinfo - mardi 26 janvier 2021

10/02/2021

Tirer les établissements prioritaires vers l'excellence...

Tirer vers l'excellence des jeunes qui ne se trouvent pas dès le départ dans une position favorable aux apprentissages. Voilà l'objectif, et non des moindres, que s'est fixé l'équipe pédagogique du lycée professionnel des Côtes-de-Villebon de Meudon.
Ce lundi, Nathalie Élimas, secrétaire d'Etat en charge de l'Education prioritaire, était en visite dans cet établissement de près de 650 élèves qui propose trois pôles de formations d'excellence (tertiaire, industriel et hôtellerie) permettant des débouchés pour des élèves souvent issus de l'éducation prioritaire.
« Avec le ministre de l'Education nationale, nous avons une ambition très forte pour les lycées professionnels et nous travaillons beaucoup à renforcer leur attractivité », souligne la secrétaire d'Etat, qui évoque la possibilité de mettre en place une bourse au mérite dès la rentrée prochaine pour des élèves de CAP.
Un établissement aux élèves plutôt défavorisés
Un choix de diplôme qui n'est pas toujours synonyme de courtes études puisque beaucoup d'élèves s'orientent ensuite vers un bac professionnel puis un BTS, voire une licence et un master pour certains. Le lycée professionnel de Meudon propose onze diplômes allant des métiers de bouche à l'électricité en passant par les systèmes numériques et le commerce.
« Nous mettons en place la mixité des publics au sein même des formations, pour sécuriser les parcours », explique fièrement le proviseur, Philippe Le Person. L'indice de position sociale de son établissement est de 92, soit sous la moyenne en France qui se situe à 103.
Cet indice est un nouvel indicateur construit à partir de la profession des parents et basé sur des analyses sociologiques fines. Il permet d'évaluer pour chaque élève s'il se trouve dans une situation favorable aux apprentissages. Il est compris entre 38 et 179 : plus il est élevé, plus l'élève évolue dans un contexte favorable aux apprentissages et donc à sa réussite scolaire.
Ce qui n'est pas forcément le cas pour cet établissement qui compte une centaine d'élèves issus de collèges situés en réseau d'éducation prioritaire (REP) et une trentaine issus des quartiers en politique de la ville. « Nous essayons de les mener vers la réussite avec une pédagogie de projets, comme le potager, la ruche… » poursuit le proviseur.
La filière hôtellerie pâtit du contexte sanitaire
La plupart des élèves en Bac pro s'orientent vers un BTS, les autres sortent directement dans la vie active selon les filières. « On sait que les électriciens sont très employables à la sortie et dans l'hôtellerie - restauration, il y a beaucoup d'emplois disponibles, enfin sauf en ce moment », précise Julien Girault, proviseur adjoint.
Certains élèves s'en tirent très bien et n'ont pas choisi la filière professionnelle par défaut. À l'image d'Aïcha et Mariam, qui étaient respectivement en CAP restauration et cuisine l'année dernière et qu'elles ont validé avec succès. « J'ai eu 16 de moyenne, maintenant je suis en première année de Bac Pro. J'ai choisi de faire de l'apprentissage, car j'apprends plus vite comme ça et j'aime la cuisine », raconte Mariam de Châtenay-Malabry.


Ile-de-France : les trop nombreux lycéens perdus de vue de la voie professionnelle
Plus tard, les deux jeunes femmes se verraient bien ouvrir leur restaurant. En espérant que, d'ici là, la situation sanitaire aura nettement évolué. « Ça va bien se décanter un jour, il faut vous accrocher à vos projets », les encourage la ministre. La motivation est en effet difficile à garder pour ces élèves du pôle hôtelier qui avaient un patron à la rentrée mais qui, en raison de la fermeture des bars et restaurants, ne peuvent plus travailler en entreprise.
« C'est compliqué parce qu'on reste à la maison, on travaille en distanciel au lieu d'aller en entreprise tous les 15 jours », souffle une élève de première Bac pro tout en moulant de petits choux. Le reste du temps, au lycée, les enseignants essayent de « pousser un maximum la pratique » pour compenser.

Selon Mme Marjorie Lenhardt - Le Parisien - lundi 25 janvier 2021