Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2019

Donner une seconde vie aux objets dans sa ville...

A Vallauris (06), deux femmes passionnées Mmes Fatima Ashad et Marie Lucain ont crée une association nommée Récup' and Co, un lieu atypique où les passionnés de récup échangent tout en bricolant, si j'en crois l'article de Mme Kathleen Junion dans le magazine "Nous".

Dans leur hangar, un grand bâtiment de 230 M2 qui abritait autrefois une fabrique de céramiques, elles proposent depuis une année un coin café, une petite épicerie de produits bio et éthiques, un espace brocante, un atelier de bricolage et une salle à louer à des associations. Grâce à une collecte familiale, elles ont pu ouvrir ce lieu et payer le loyer pour un an.

Sans emploi pour l'une et comme médiatrice sociale pour l'autre, elles ont eu envie toutes deux "de créer un lieu convivial dans leur ville pour accueillir des gens, créer des objets et du lien". Certains viennent au hangar pour se débarrasser de vieux objets, d'autres s'y installent quelques heures avec l'envie de transformer des objets, par goût de la décoration ou par souci d'économie.

Elles détournent des objets, créent des ateliers ludiques et créatifs de 3 h à 25 euros, où les gens sont peu à peu sensibilisés aux déchets. Elles proposent même des pièces détachées (boulons, vis, clous, …) vendues à l'unité. Jamais à court d'idées, elles ont des jours d'activités se succèdent et des tarifs abordables pour les personnes à revenus modestes.

Pour le moment, ces deux femmes n'arrivent pas à vivre de leur passion, mais elles se sentent utiles et bien insérées dans leur ville. De quoi donner des idées à d'autres personnes ailleurs, hésitant à se lancer dans une telle entreprise. Pour se renseigner sur cette initiative, voir sur facebook.com/leHangar06 ou téléphoner au 07 67 77 57 20.

Lyliane

20/01/2019

La blette a tout bon...

La blette est la spécialité de la région de Nice (06). Il faut au moins une fois dans sa vie avoir goûté la "torta de bléa" sucrée ou salée confectionnée dans la région! Traditionnellement, de nos jours on en fait des gratins appelés des tians, des soupes, des omelettes, des quiches… Alors que pour beaucoup de français, la blette n'est pas forcément un plat d'exception, car beaucoup de personnes ne savent pas la cuisiner, ni pour ses côtes, ni pour ses feuilles, du côté de la Côte d'Azur, elle a depuis des temps immémoriaux farci les raviolis, les plats de lasagnes ou de cannellonis… C'était à l'époque "le légume du pauvre" qu'il fut travailleur italien ou journalier français.

Sur les hauteurs de Gattières, comme dans la plaine du Var jusqu'à St Isidore, elle était cultivée sur de riches terrains agricoles. Son goût légèrement amer a pu rebuter les élèves des cantines locales, quand elle était trop cuite ou lorsqu'on n'avait pas pris soin d'ôter les fils en la préparant.. Toutefois, depuis des années la blette retrouve sa place sur toutes les tables de la région. Tout d'abord, la blette est riche en potassium, en phosphore et en fibres. Elle aurait même la réputation de combattre le diabète et le cancer… Elle a ensuite un goût unique que chefs cuisiniers et pâtissiers de la région apprécient à sa juste valeur.

Alors, allons-nous essayer de cuisiner la blette après l'avoir choisie soigneusement dans une exploitation bio du sud de la France?

Lyliane

19/01/2019

Le Costa-Rica a une longueur d'avance en matière d'énergies renouvelables...

Le Costa Rica a beau être champion de l'électricité renouvelable, les voitures électriques restent confidentielles. Le pays entend passer à la vitesse supérieure, en mettant ses voitures au vert et en développant son réseau ferroviaire.
Le Costa Rica est l'un des grands vainqueurs de la course à l'électricité renouvelable. Alors que cette dernière représente pas moins de 98,5% de sa consommation, le pays souhaite à présent passer à la vitesse supérieure. Désormais, l'accent est mis sur la transition vers des véhicules verts, ainsi que sur le développement de son réseau ferroviaire.

Encore une minorité
Actuellement, cinq millions de Costaricains se partagent 1,4 millions de véhicules privés... dont à peine 600 seraient des voitures électriques. Dans ce pays où le 4x4 et le pick-up ont la cote, une nouvelle tendance est toutefois en train d'émerger, car ces 600 véhicules électriques représentent déjà le double de ceux que l'on pouvait dénombrer il y a un an selon les experts.

"En cinq ans, nous pourrions avoir 40.000 véhicules électriques", souligne Bernal Muñoz, directeur pour la mobilité électrique de la compagnie publique d'électricité (ICE). Cette dernière a récemment ouvert la voie en remplaçant une centaine de ses véhicules à moteur thermique par des voitures électriques.


Conserver une longueur d'avance
Entre solaire, éolien, hydroélectricité, et géothermie, le Costa Rica a su tirer le meilleur parti de ses ressources. Aujourd'hui, les transports représentent 66% de la consommation d'hydrocarbures du pays et 54% de ses émissions carbone, alors que celui-ci se trouve à 1,5% de l'autosuffisance totale en matière d'électricité renouvelable. Un nouveau défi attend donc les Costaricains.
Pour y face, une loi prévoit d'ores et déjà des exemptions fiscales pour l'achat de voitures électriques par les particuliers, y compris pour les véhicules d'occasion. Des bus "verts" devraient également être mis en circulation prochainement, et l'État projette de créer une ligne ferroviaire électrifiée pour le transport des passagers entre les principales agglomérations. Dans la course aux énergies renouvelables, et face à l'inaction des autres pays, le Costa Rica a décidément une longueur d'avance.

Selon Mme Emma Hollen - Gentside - lundi 31 décembre 2018

Une voiture électrique avec panneaux solaires...

Une start-up bavaroise, Sono Motors, a mis au point une voiture électrique avec des panneaux solaires sur le capot et le toit. Elle dispose ainsi d’une charge d’appoint de 30 kilomètres.

Sono Motors  

Recharger sa voiture électrique tout en roulant, c’est ce que propose la start-up Sono Motors. Cette société bavaroise, créée en 2016, ne se base pas seulement sur la récupération de l’énergie au freinage, présente sur pratiquement toutes les voitures électriques, mais aussi sur des panneaux solaires.

Installés sur le capot, le toit, les portières, et le bouclier arrière, 330 cellules photovoltaïques permettent de gagner 30 kilomètres supplémentaires. Sono Motors a en quelques sortes inventé l'équivalent de la réserve de carburant des voitures thermiques... mais en version voitures électriques.

Hormis cette particularité, la Sion est en effet avant tout une voiture électrique à batterie, dotée d'une batterie lithium-ion. La Sion revendique ainsi une autonomie de 250 kilomètres (sans préciser s’il s’agit d’une autonomie issue des tests d’homologation ou en conditions réelles), soit un kilométrage dans la moyenne du marché. Elle se recharge donc en se branchant via un câble. Sono explique qu’elle peut aussi restituer une partie de sa charge, pour alimenter la maison par exemple.

Sono MotorsSono Motors - Longue de 4,11 mètres, la Sion ressemble à un petit monospace. Elle offre 250 kilomètres d'autonomie.

Lors des différents tests proposés au grand public ces derniers mois, Sono Motors a par ailleurs expliqué avoir conçu cette voiture comme un véhicule éco-responsable. Les équipements sont ainsi limités et des écrans rassemblent la majorité des fonctionnalités du véhicule.

Par ailleurs, aussi pour l’image, Sono Motors a installé un système de filtre via une mousse végétale pour éliminer 20% de la poussière qui peut entrer dans l’habitacle. Sono Motors a également prévu dès l’origine un système d’autopartage du véhicule via une application dédiée.

Le nouveau constructeur revendique déjà 6.795 commandes pour la Sion sur son site internet. Tarif de base: 16.000 euros, avec une réservation en ligne via un acompte (comme pour Tesla), allant de 500 à la totalité du prix. Les clients doivent cependant rajouter à cela le prix de la batterie: 4.000 euros à l’achat, ou une location mensuelle, dont le tarif n’a pas été précisé. Ce tarif s’annonce cependant inférieur à la Renault Zoé, facturée 32.600 euros (hors aide étatique) en France ou à la Volkswagen e-Up, à 27.680 euros dans l’Hexagone. La production débutera début 2019.  

18/01/2019

Hypothéquer ma maison, à quoi ça m'engage?

Maître Boris Vienne, notaire à Cornebarrieu (31) nous explique dans un article publié dans la revue Version Femina ce qu'implique l'acte lourd de conséquences d'hypothéquer sa maison. Pourtant, cela est parfois exigé d'une banque pour décrocher un emprunt lors de l'achat d'un bien immobilier, pour des parts de SCPI (société civile de placement immobilier) ou même pour un prêt familial. Les banquiers, en effet, lorsqu'ils financent un emprunt, veulent être sûrs que l'argent leur sera remboursé.

Il existe deux sortes d'hypothèques: celle dite "conventionnelle" et le privilège du prêteur de deniers (PPD). Le second est moins coûteux car il n'est pas soumis à la taxe de la publicité foncière. Toutefois, le PPD ne peut porter que sur des biens existants et ne peut garantir l'achat d'un bien vendu en l'état futur d'achèvement, ni la construction d'une maison neuve.

L'acte doit être obligatoirement rédigé par un notaire et stipulera qu'en cas de non remboursement des échéances, le banquier pourra demander à la justice la vente du bien hypothéqué pour récupérer les sommes dues. Il est cependant possible de garantir un prêt autrement. Le cautionnement des crédits immobiliers par des sociétés comme Crédit Logement, MGEN, la Saccef constitue une alternative à l'hypothèque. C'est apparemment une formule plus souple, moins onéreuse et dangereuse. Mais il faut savoir que si aucune solution n'était trouvée au final, le cautionnement n'empêcherait pas d'avoir à vendre le logement pour régler la dette...

Depuis 2015, la résidence principale d'un foyer ne peut être saisie pour payer des dettes professionnelles. C'est très utile si l'on est entrepreneur individuel. On peut même étendre cette protection à des biens immobiliers non professionnels comme une résidence secondaire, un logement loué… par une déclaration d'insaisissabilité rédigée par un notaire, sauf si ces biens ont été hypothéqués.

Le notaire interviewé recommande, si l'on n'arrive plus à régler ses dettes, de contacter son banquier, car il est parfois possible de suspendre les remboursements pendant 6 mois à 1 an ou de les baisser de -10 à - 30%. Ce sont des options qu'il ne faut pas négliger d'activer en cas de difficultés. Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site officiel des notaires de France: www.notaires.fr.

Lyliane

 

 

 

Le 19 Janvier: 3ème nuit de la lecture en France!

La troisième nuit de la lecture, qui se tiendra le samedi 19/1/2019, proposera sur tout le territoire, des animations, des bibliothèques et des librairies ouvertes avec des lectures tous publics. Mme Julie Mafas, pour l'US, nous rappelle qu'en 2016, 27 millions de Français ont fréquenté des bibliothèques publiques. Mieux, d'après une enquête du Ministère de la Culture, en 2016, 40% des français de plus de 15 ans ont fréquenté une bibliothèque municipale ou une médiathèque.

La manifestation, qui cible particulièrement le jeune public, accueillera les finales locales des "Petits champions de la lecture". Ce jeu concours, organisé par le Syndicat National de l'édition en partenariat avec le ministère de la Culture, propose aux élèves de CM2 des lectures à voix haute pendant 3 minutes. En 2017, 35 000 enfants y avaient participé. Autre cible: le milieu pénitencier qui est associé à cette nuit et les centres hospitaliers. De quoi faire de cette nuit de la lecture une nuit de rêve et de partage!

Lyliane

17/01/2019

Cannabis thérapeutique...

Deux élus de La République en marche aiguillonnent le gouvernement depuis le printemps en faveur du cannabis thérapeutique. L'un pour soulager ses patients, l'autre revitaliser l'agriculture de la Creuse.
Jouany Chatoux a senti venir la bonne nouvelle. Flairant la rentabilité à venir, l'éleveur de Pigerolles, dans la Creuse, a déjà investi 15.000 euros pour aménager un espace consacré à une production de cannabis thérapeutique… bien qu'une telle culture ne soit pas encore autorisée. Il anticipe car, depuis le printemps, un mouvement en faveur d'une évolution de la législation s'est enclenché à 430 kilomètres de là, à Paris. À l'Assemblée, Jean-Baptiste Moreau, député de la Creuse, et Olivier Véran, député de l'Isère, militent en coulisses pour que soit développé ce mode de soin. Pas forcément pour les mêmes raisons… Le premier, agriculteur, y voit une occasion de développement économique pour son département, l'un des plus ruraux et des moins peuplés de France. Le second, neurologue, considère qu'il s'agit "presque d'une réponse humanitaire" pour certains malades.
Un pas encourageant pour les deux hommes vient d'être franchi. Deux semaines après l'avis positif du comité d'experts qu'elle avait mis sur pied, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) l'a annoncé jeudi : elle souhaite qu'une expérimentation du cannabis thérapeutique puisse être mise en place avant la fin 2019. Les formes fumées, dont le joint (la combustion est nocive), ne seraient pas concernées mais la plante pourrait être administrée sous plusieurs formes : sprays, gélules, gouttes, suppositoires, patches. "L'idée serait que les experts définissent les conditions générales avant l'été", a détaillé Dominique Martin, le directeur général de l'ANSM. Plusieurs points seront étudiés : lieux de production, circuit de distribution, mode de délivrance.

Multiplier les pare-feu
Ensuite, si sa généralisation est décidée, elle ne donnera pas nécessairement lieu à la rédaction d'un projet de loi. "Ce qui nous éviterait un débat parlementaire durant lequel on nous accuserait de vouloir autoriser le cannabis récréatif", se félicite Véran. "Je me réjouis que nous avancions de manière scientifique et dépassionnée, comme je le souhaitais", abonde la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. D'où la nécessité, aussi, de multiplier les pare-feu : "Qui prescrit? Comment mettre ces produits à disposition ? s'interroge-t-elle. Sous quelle forme? Il faut assurer un accès en toute sécurité pour les patients."

Le député de l'Isère recommande que la prescription ne puisse être délivrée que par les médecins hospitaliers spécialisés, et la distribution uniquement assurée par les pharmacies des hôpitaux. Depuis plusieurs mois, celui qui assure toujours des consultations hebdomadaires au CHU de Grenoble s'est trouvé confronté à plusieurs patients qui "ont recours à l'automédication à base de cannabis… avec un certain succès", rit-il. "Je n'ai pas vraiment d'explication scientifique au fait qu'ils aillent mieux, s'étonne Véran. Mais la réalité est qu'ils vont mieux! Certains ont pu par exemple arrêter la morphine."
"Au début, on s'est un peu fait foutre de notre figure" .

En parallèle, Jean-Baptiste Moreau progresse aussi. En octobre 2017 était lancé par le gouvernement le Plan particulier pour la Creuse, destiné à redynamiser le département. Parmi la centaine de projets retenus a émergé l'idée du conseiller régional Éric Correia d'expérimenter, dans la Creuse, la possibilité de cultiver du chanvre pour une utilisation médicamenteuse du cannabis. Depuis, Moreau enchaîne les prises de contact avec les conseillers d'Agnès Buzyn, du Premier ministre et du chef de l'État.
"Au début, on s'est un peu fait foutre de notre figure, se souvient le député. C'était franchement pas gagné…" Pour autant, le chemin est encore long. "Après la décision politique, il faut que l'autorisation de mise sur le marché du médicament soit validée par la Haute Autorité de santé, détaille-t-on au ministère de la Santé. Les prix négociés entre les industriels et le Comité économique des produits de santé…" Et que les agriculteurs creusois obtiennent la licence d'exploitation. Pas de quoi décourager Moreau, qui rêve déjà d'une légalisation du cannabis… récréatif. 

Sarah Paillou - le JDD - lundi 31 décembre 2018

Message de l'équipe du Pacte France-Climat européen...

Le sommet européen de mars, les élections européennes qui suivront, seront autant de rendez-vous qui se doivent d’être décisifs en matière de préservation du climat, et cela dans le souci constant du respect de la justice sociale. 
 
Pour poursuivre les échanges initiés en France, autours du Pacte Finance Climat, et instaurer un véritable dialogue avec l’ensemble des acteurs européens, nous organiserons, à Paris, le 19 février prochain, un événement visant à prouver que des solutions sont possibles, avec notamment la présentation du projet de Traité pour un Pacte Finance Climat européen que nous portons.
Nous serions heureux de vous compter parmi les participants à l’événement ainsi nous vous invitons à réserver dès à présent votre 19 février, à partir de 17h. Nous vous communiquerons très prochainement l’ensemble des détails.
 
Enfin, une autre étape importante de ces prochaines semaines concerne Le Grand débat national à venir. Afin de permettre à tous ceux qui le souhaiteraient de prendre part aux échanges et ainsi de contribuer à faire connaitre et entendre les propositions portées par le Pacte sur l’ensemble du territoire, nous travaillons à la préparation d’un kit d’intervention qui vous fournira les éléments utiles lors de prises de paroles publiques (débats, médias, etc.). Nous devrions être en mesure de vous transmettre ce kit la semaine prochaine.
 
Merci de votre engagement en faveur du Pacte. Nous partagerons avec vous les perspectives stratégiques du projet que vous soutenez dans la prochaine newsletter.
 
Encore merci de votre confiance.
 
Bien amicalement,
L’Équipe du Pacte Finance Climat
La presse parle du Pacte Finance Climat
Je fais un don
 

16/01/2019

Hypnose et méditation de pleine conscience s'installent peu à peu à l'hôpital...

Mon attention a été attirée par un gros titre dans le journal Nice-Matin du 13/1/2019 chapeautant un article de Mme Axelle Truquet. La journaliste fait non seulement référence à ce qui se passe au Centre Hospitalier d'Antibes-Juan les Pins dans le service du Docteur Bouredji, mais aussi à l'hypnose médicale telle qu'elle est employée à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière ou au Centre de traitement de la douleur de l'Hôpital Cochin à Paris.

Par exemple, le Dr Kenza Bouredji affirmait lors d'un congrès Inter CLUD Paca-Est à Antibes, en décembre 2018, qu'hypnose et méditation de pleine conscience sont de bons outils pour mieux gérer la douleur. Quant au Docteur Jean-Marc Benhalem, il aurait récemment affirmé que l'hypnose est entrée jusque dans les blocs opératoires. Ce directeur du Diplôme Universitaire d'hypnose médicale à Paris dit même "que l'hypnose est un savant mélange entre la science biomédicale, la philosophie et une part très subjective".

Il n'est, certes, pas question de supprimer la douleur, mais d'aider les patients à vivre avec. Avec la méditation de pleine conscience, il y aurait une explication rationnelle dans la mesure où il y aurait une régulation du processus d'anticipation. Les effets bénéfiques de l'hypnose comme de la méditation ne se comptent plus. Dans les années 1980, Mr Jon Kabat -Zinn avait déjà mis en évidence les bienfaits pour les cerveaux des méditants. Ces disciplines toutefois ne s'improvisent pas et il paraît souhaitable que les soignants en apprennent les bases et se forment.

Pour en savoir davantage, consulter par exemple sur Internet: www.hypnose-medicale.com/

Lyliane

La liberté de la presse est-elle en danger en Europe?

Dans US Magazine, Mr Pierre Garnier signe un article en s'inspirant d'un appel de Reporters sans frontières (RSF) qui n'a été signé que par 12 chefs d'Etat (dont la France) le 11/11/2018 à Paris. La Hongrie notamment (73 ème place du classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF) a perdu 48 places en 5 ans. Un consortium en effet réunit tous les médias et il est entre les mains des proches de Mr Viktor Orban. La Bulgarie (111 ème place de ce classement) se distingue par le contrôle général de tous les médias. La Pologne comme la République Tchèque et la Slovaquie ne font pas mieux. Quant à la Turquie et à la Russie, leur chasse envers les opposants est féroce.

La France, classée au 33 ème rang mondial, concentre entre les mains de Mrs Bolloré et Vivendi l'essentiel des médias. Heureusement les Pays Nordiques sont les plus respectueux de la liberté de la presse. Aussi, on en vient à se demander si c'est la démocratie qui est menacée. Une rhétorique anti-médias commence à se répandre ça et là. Les citoyens que nous sommes n'ont-ils pas leur mot à dire sur le sujet. RSF de son côté mène une action pour que l'espace mondial de l'information et de la communication soit considéré comme "un bien commun  de l'humanité". Aussi, n'hésitons pas à alerter et à éveiller les consciences notamment au sein de l'Union Européenne en cas de conflit d'intérêt!

Lyliane

15/01/2019

Mme Nora Khaldi ou comment bousculer la pensée scientifique...

Dans le Journal La Croix du 31/12/2018 au 1/1/2019, un article de Mme Aude Parmentier a attiré mon attention. Elle s'intéresse, en effet, à une chercheuse irlandaise et mathématicienne renommée, Mme Nora Khaldi, âgée de 40 ans, qui a fondé en 2014 la Société Nuritas basée à Dublin. Son but est simple: elle cherche à identifier les molécules présentes dans les aliments pouvant être utilisés pour la confection de nouveaux médicaments.

Mme Khaldi a notamment identifié des peptides (molécules composées de plusieurs acides aminés) qui auraient des effets positifs sur notre santé. Pour aller plus vite, la chercheuse et son équipe utilisent l'intelligence artificielle et le séquençage de l'ADN afin d'examiner les milliards de molécules présentes dans la nourriture. Son entreprise emploie aujourd'hui une cinquantaine de personnes et évolue grâce à des investisseurs.

Ses travaux ont été récompensés par un prêt de 30 millions d'euros de la BEI (Banque européenne d'investissement). C'est devenu la première  entreprise de biotechnologie irlandaise soutenue par la BEI. Le quotidien irlandais "The Irish Time" l'a même nommée "entrepreneuse du mois"! Cette femme n'a pas hésité à bousculer les idées reçues sur la pensée scientifique. Elle prétend même "qu'il y a plus de données dans une pomme que dans tous les réseaux sociaux réunis"...

Pour en savoir davantage, contacter le site Internet: https://www.nuritas.com/about

Lyliane 

Flotter en apesanteur dans un caisson de flottaison à Nice(06)...

C'est à Québec, écrit Mme Kathleen Junon dans le magazine "Nous", que Mme Sandra Germain a découvert les bienfaits de la pratique de flotter en apesanteur. "On se met dans une sorte de tipi avec une eau chauffée  à 34° qui contient 5 à 7 fois plus de sel que la Mer Morte et du sulfate de magnésium. Grâce à l'apesanteur, le corps se relâche et l'esprit aussi".  Titulaire de 3 masters (cosmétologie, marketing et gestion de projet), Mme Germain a ouvert son centre de flottaison à Nice à l'âge de 25 ans. Elle commence à avoir de bons retours.

Pour le moment ce sont surtout des professionnels de santé qui l'ont approchée (psychiatre, ostéopathe…). Les séances durent environ 30 minutes. Puis au signal lumineux, on file sous la douche afin de rincer tout le sel. Une tisane offerte par la maison permet de faire une pause et de reprendre ses esprits. Car on se sent détendu et en général on dort bien après ces séances. Toutefois lâcher-prise n'est pas toujours immédiat.

Ce caisson de flottaison est tout indiqué pour apaiser les douleurs musculaires et articulaires, réduire les inflammations et aider à la cicatrisation. Ce centre est ouvert du mardi au samedi de 10h à 21h et le dimanche de 10H à 19H. Il faut compter 30 euros pour 30 minutes et 50 euros pour 1 heure. Pour se familiariser avec ce nouveau concept, joindre le Centre Eos - 6, Rue Désirée-Clary à Nice- ou se renseigner sur le site Internet: www.eos-centredeflottaison.com.

14/01/2019

Un label Eglise verte pour convertir les eglises chrétiennes de France à l'écologie...

Selon Mr martin Bresis dans la revue Le Monde des Religions, un pasteur de Romans sur Isère, Mr Robin Sautter, a crée en septembre 2017 le label Eglise Verte. Il a adressé un questionnaire en 90 points à des milliers de paroisses et de communautés, catholiques, protestants et orthodoxes pour connaître leurs pratiques écologiques. Ce label a la forme d'une plante qui s'élève sur 5 niveaux du plus bas comme la graine de sénevé au plus élevé comme le cèdre du Liban.

Ce pasteur, né à Grenoble en 1980, devenu père à 25 ans après avoir été scout, a d'abord été ingénieur Arts et Métiers. Il a passé 2 ans dans la banlieue de Düsseldorf en Allemagne. Devenu pasteur en 2016 à Romans, il s'est rapidement fait remarquer en évangélisant à vélo. Pendant le carême, il préconisait même de ne pas utiliser sa voiture.

Pour en savoir davantage sur le label "église verte", consulter sur Internet: www.egliseverte.org.

Lyliane

Soutenir les actions des peuples autochtones...

Selon les Nations Unies, le nombre de personnes réparties dans 70 pays, considérées comme membres d'une communauté autochtone, serait de 370 millions. Ils occupent 22% des terres de la planète et ces terres abritent 80% de la biodiversité mondiale. Il nous faudrait enfin reconnaître leurs savoirs ancestraux  pour lutter contre les changements climatiques...

Or, ils ont été longtemps pourchassés, spoliés ou méprisés, écrit l'ONG Greenpeace dans La Bannière. Toutefois, "ils ont entrepris depuis de nombreuses années de faire valoir leurs droits et mènent bataille pour l'environnement". De l'Amazonie au Grand Nord en passant par le bassin du Congo ou les forêts de Papouasie, ils doivent défendre sans relâche leur mode de vie contre les préjugés, protéger leurs coutumes ancestrales et préserver leur terre.

Le problème est que leurs terres abritent les matières premières qui attisent la convoitise comme le pétrole, le gaz, le bois ou des minerais relativement rares. Les grandes sociétés visent leurs terres et cherchent à les faire partir, alors que c'est leur lieu de vie depuis les centaines d'années.

En 2017, selon un rapport de l'organisation Global Witness, au moins 207 personnes dont 25% sont issues de communautés autochtones ont été assassinées à travers le monde pour avoir voulu défendre l'environnement. En France aussi, cinq peuples de Guyane s'opposent fortement au projet d'une gigantesque mine d'or industrielle à ciel ouvert. Ce projet mené par le russe Norgold aurait des conséquences désastreuses pour la Guyane (déboisement, explosifs, pollution…).

Greenpeace, via un discours de Mr Clayton Thomas, militant amérindien de la nation Cree, qui compte 317 000 personnes, "demande aux économies développées de ne plus se conduire comme des néocoloniaux sans obtenir le consentement libre, préalable et éclairé des peuples autochtones".

Laissons les vivre en paix sur leurs terres et soutenons leur précieux savoir concernant la Nature.

Pour en savoir davantage, contacter: www.greenpeace.org. 

Lyliane

 

13/01/2019

Faut-il changer de fournisseur d'électricité?

En France, tout le pays est dominé par l'électricité nucléaire. Beaucoup de personnes ignorent encore qu'il y a d'autres fournisseurs d'électricité qu'EDF. Il y a cependant quelques petits fournisseurs qui résistent et s'engagent pour une électricité d'origine 100% renouvelable. En effet, pas moins de 19 fournisseurs d'énergie étaient actifs sur l'ensemble du territoire en 2017. Derrière cette multiplication des offres vertes se cache bien souvent de l'électricité d'origine nucléaire ou fossile.

Beaucoup de fournisseurs achètent de l'électricité d'origine nucléaire ou fossile sur le marché français et  la "verdissent" en se procurant des garanties d'origine auprès d'autres fournisseurs en Europe. Heureusement, quelques fournisseurs se distinguent en n'achetant que des énergies renouvelables et en n'investissant que dans ce secteur. Ils n'alimentent ainsi ni le changement climatique, ni n'aggravent les émissions de CO2, ni l'accumulation des déchets d'origine nucléaire.

Bien qu'ils soient encore peu nombreux, ils sont prêts à investir dans la production d'énergie solaire, éolienne ou de petit hydraulique. Ce sont notamment: Energie d'ici, Enercoop ou Ilek. En choisissant un fournisseur d'énergie "vraiment vert", vous avez le pouvoir de décider où ira votre argent et de financer exclusivement le développement des énergies renouvelables. Vous avez donc le pouvoir de faire changer les choses, écrit Greenpeace dans son journal La Bannière de janvier 2019.

Pour en savoir davantage sur le sujet et accéder au classement des fournisseurs d'électricité, contactez en quelques clics le site: www.guide-electricite-verte.fr.

Un filtre pour boire partout sans risque...

L'entreprise Vestergaard a crée Life Straw, une petite paille qui filtre l'eau polluée instantanément et permet de boire à n'importe quel point d'eau sans risque. Ce filtre révolutionnaire peut décontaminer jusqu'à 1000 litres d'eau. C'est un système percé de trous de 0,2 microns qui retient les agents polluants et dangereux. On estime qu'il peut éliminer 99,9% des bactéries et parasites.

Dans le même ordre d'idée, une société savoyarde, importatrice exclusive des produits de la marque québécoise Aguaovo, à crée une bouteille filtrante Alter Ego, susceptible de rendre potable l'eau versée dedans. Cette bouteille filtrante de 70 cl élimine chlore, métaux lourds et déchets industriels ou agricoles. De plus, pour chaque gourde Alter Ego achetée, 1% des ventes est reversé à ONE DROP, une association qui œuvre au quotidien pour donner accès à l'eau potable aux pays en voie de développement.

Bref, un peu partout des initiatives existent pour lutter contre la désertification des sols et recueillir de l'eau potable. Qu'on aille voir notamment ce qui concerne l'éolienne  Water Seer, testée dans le désert de l'Arizona, ou le Water Safe Cube, une fontaine à eau potable. En parler, c'est notamment montrer qu'on valorise ce type d'entreprises et qu'au delà des treks à l'étranger, nous nous soucions des populations pour qui accéder à de l'eau pure est une nécessité vitale.

Pour en savoir davantage, joindre par exemple sur Internet: 

https://www.decathlon.fr/gourde-filtrante-lifestraw-go-id_8390100.html

 ou 

https://www.aquaovo-europe.com/bouteille-filtrante.html

 

Lyliane

12/01/2019

Un satellite de Thalès Alenia Space pour étudier l'écosystème...

Un article de Mr Fabien Binacchi dans le petit journal gratuit "20 minutes" nous apprend que le fabricant de satellites basé à Cannes, Thalès Alénia Space, développe un engin spatial chargé "d'évaluer la santé de l'écosystème terrestre" pour un lancement en 2023. Construit pour le compte de l'ESA (Agence spatiale européenne) avec un budget de 150 millions d'euros, FLEX pour "Fluorescence Explorer" survolera le globe à la recherche de traces d'activité de photosynthèse, à l'origine de la vie sur Terre, invisibles à l'œil nu. Thales Alenia Space est une coentreprise franco-italienne du secteur de l'industrie spatiale basée à Toulouse et Cannes (France).

Il est prévu que le satellite embarque Floris, un spectromètre capable de mesurer les lueurs de photosynthèse, la fluorescence de la végétation, indiquant son état. Ce nouveau satellite s'appuiera sur des capteurs optiques et thermiques d'un autre engin  de la Constellation Sentinel-3 pour affiner son diagnostic. La maîtrise d'œuvre du satellite sera assurée à Cannes, où le centre Alénia Space emploie 2100 salariés. Il sera mis en orbite à une altitude de 800km.

 

Pour en savoir plus, contacter sur internet: www.thalesgroup.com.

Lyliane

Ces mères qui ont pris le pouvoir sur les dealers...

Dans le journal Nice Matin du 22/12/2018, Mme Laure Bruyas nous conte une belle histoire. C'est l'histoire des mères du quartier Jean Vigo qui ont réagi  et ne veulent plus que leur quartier soit stigmatisé "quartier shit". Dans leur rue, en effet, un local était squatté depuis longtemps par des dealers. Les mères du quartier, dont la Présidente de l'association nouvellement crée Mme Faouzia Maali, ont imaginé faire de cet endroit un lieu où leurs enfants pourraient apprendre, où les habitants pourraient échanger, se rencontrer.

Tout d'abord, la propriétaire du lieu leur a offert un an de loyer si le local était remis en état. Alors, tout le quartier s'y est mis pour repeindre, nettoyer, transformer. Ensemble ils sont allés récupérer tables et chaises offerts par le Palais de la Méditerranée. Une maison commune pour tous était née. Au bout d'un an, le loyer devait être réglé. C'est alors, après maintes recherches, que leur association Amica a obtenu une subvention de l'Etat. Celle-ci peut donc continuer à œuvrer pour le quartier Jean Vigo.

On ne peut qu'applaudir ces mères qui ont refusé la fatalité et qui se battent pour créer un avenir ensemble. Faisons savoir autour de nous que dans une rue abandonnée aux trafics, des dealers ont pu être délogés grâce à l'investissement pacifique de tout un quartier. C'est sans doute possible ailleurs, à condition de mettre la main à la pâte et de croire à la réussite d'un tel projet...

Lyliane

11/01/2019

Vive le bois nouveau!

Dans le magazine Nous, Mr Franz Chavaroche nous fait connaître l'initiative de Mr Grégory Marchand, qui depuis mai 2018 a quitté son emploi de chauffeur-livreur pour s'installer à Grasse (06) et y vivre de sa passion pour le bois. Désormais cet homme de 43 ans partage ses journées entre son atelier de Peymeinade et sa boutique de Grasse. Il a en effet eu envie de remettre au goût du jour le mobilier ancien en se servant d'une aéro-gommeuse écologique, qui projette sur le bois un mélange de sable et de coquilles de noix broyées.

Il retrouve ainsi les nervures du bois et son côté naturel. Du coup les meubles sombres du passé sont transformés. Selon les goûts du client, il patine à la cire ou il lasure. Mais il se veut aussi éco-responsable et il récupère des palettes en pin ou en sapin pour en faire des étagères, des meubles même une fois démontées. De plus, les prix sont très raisonnables selon les pièces ( de 50 à 300 euros environ). Mr Marchand montre ainsi qu'il y a de l'avenir en relookant le mobilier d'autrefois.

Pour prendre contact avec lui, aller à Ecolodéco , 8, Place de la Foux à Grasse (06) ou téléphoner au 06 46 46 95 46.

Lyliane

10/01/2019

Après un cancer, réconcillier le corps et l'esprit...

Dans la revue Vivre, magazine de la Ligue contre le cancer, j'ai lu un très bon article intitulé "Psychanalyse après un cancer", écrit par Mme Linda Taormina. Elle s'attache à montrer comment la psychanalyse peut aider la personne malade à exprimer et clarifier sa souffrance, notamment tous les bouleversements auxquels elle est ou a été confrontée, à comprendre ce qui lui arrive en l'inscrivant dans son histoire. La quête du sens est, en effet, inévitable, car la maladie a souvent brouillé les repères, surtout lorsque survient la rémission. Le corps en effet semble guéri, mais l'esprit s'interroge...

La journaliste souligne le fait que chercher un sens à son cancer est avant tout porteur d'espoir. Réussir à positiver, à maintenir ses peurs à distance, permet "de donner une place à d'autres préoccupations, de se défocaliser, de mettre de la distance entre soi et la maladie". Le travail analytique repose quoi qu'il en soit sur la qualité de la relation avec l'analyste, qui est généralement bienveillant et fixe un cadre à la thérapie (durée, périodicité…)

Qu'on ait à faire à un psychanalyste, un psychiatre, un psychologue ou un psychothérapeute, l'essentiel est de pouvoir parler et être écouté. Anonymes, le plus souvent gratuits et confidentiels, des soutiens psychologiques sont proposés par la Ligue contre le Cancer dans 121 lieux différents de notre pays. Ce sont des entretiens individuels ou des groupes de parole avec des professionnels. Il existe même un numéro vert  - 0 800 940 939 - pour accéder depuis chez soi à un service d'écoute.

Pour connaître l'ensemble des soins de support en France et trouver de l'aide près de chez soi, rendez-vous sur le site de la Ligue: www.ligue-cancer.net.

Lyliane

Les lobbies qui feinent la transition écologique...

Pour expliquer sa démission du gouvernement, Mr Nicolas Hulot avait dénoncé " la présence de lobbies dans les cercles du pouvoir". Cette révélation a peut-être surpris quelques personnes, mais beaucoup n'en ont pas été étonnés. En effet,les lobbies de la chimie ou des produits pétroliers sont particulièrement actifs, quand il s'agit de défendre les intérêts économiques au détriment du bien collectif, écrit un journaliste de l'US Magazine. C'est notamment leur action qui a retardé l'interdiction des perturbateurs endocriniens, alors que leur dangerosité était avérée depuis les années 1990.

Les représentants des industries sont très présents dans les couloirs des institutions européennes. Il y aurait ainsi à Bruxelles environ 30 000 lobbyistes-soit presque autant que de fonctionnaires européens. En effet, 10 000 entreprises sont inscrites au registre  européen des lobbies et toutes les grandes entreprises ont un bureau à moins d'un kilomètre des principales institutions de L'Union. Ces agences disposent de budgets faramineux. Ainsi, en 2016, Les entreprises gazières ont dépensé près de 100 millions d'euros en lobbying à Bruxelles. On considère que le millier d'agents qu'elles appointent ont rencontré les commissaires européens en charge du climat et de l'énergie pas moins de 460 fois.

Le lobby pétrolier s'active tout particulièrement pour retarder la mise en place des énergies renouvelables et la recherche scientifique dans ce domaine. La transition écologique nécessiterait pourtant que des moyens importants soient mis sur la table et que les banques leur accordent des crédits importants. Les citoyens que nous sommes se voient ainsi dessaisis de cette question au profit de firmes pour qui la défense de l'environnement et la lutte contre le réchauffement climatique sont loin d'être des objectifs prioritaires…

Allons-nous enfin être capables de dénoncer ces lobbies puissants qui, au Parlement ou à Bruxelles, freinent la transition écologique, sont responsables de l'accroissement des énergies fossiles et entravent les efforts de la société civile pour mieux protéger notre environnement?

Lyliane

 

09/01/2019

Un satellite franco-chinois pour surveiller les océans...

C'est une collaboration historique! En effet, le 29/10/2018, la Chine a lancé pour la première fois un satellite construit en collaboration avec la France. Il s'agit d'un engin qui va scruter les océans pour mieux prédire les effets du réchauffement climatique. Plus précisément, cet appareil de 650 kg sera chargé d'étudier le vent et les vagues à la surface des mers 24h sur 24 et d'améliorer les prévisions météorologiques marines. Il pourra par exemple prévoir plus précisément les fortes tempêtes ou les cyclones.

Pour mener à bien sa mission, ce satellite, conçu conjointement par le CNES (Centre national d'études spatiales) et l'Agence Spatiale Chinoise CNSA, embarque à son bord 2 radars: le SWIM français pour mesurer la direction et la longueur d'ondes des vagues et le SCAT chinois, qui analyse la force et la direction des vents. Placé en orbite autour de la Terre, à une altitude de 520 km, le satellite aura une durée de vie de 3 ans. Les données seront collectées et analysées par des stations terrestres dans les 2 pays. Le président du CNES, Mr Jean Yves Le Gall, interviewé dans Science Magazine, assure que cette technicité permet d'avancer dans la compréhension du "changement climatique".

Lyliane

08/01/2019

Les applications concrètes de la recherche spatiale...

La NASA a lancé un site Internet nommé Home and City dont le site est: - https://homeandcity.nasa.gov/- sur lequel on peut découvrir les objets de tous les jours mis au point grâce à la recherche spatiale. Nous apprenons ces détails grâce à la revue Science Magazine.

Il s'agit par exemple 

- des casques sans fil des gamers, qui avaient servi à favoriser les communications des pilotes

- des guitares acoustiques pour les artistes qui leur permettent de construire des appareils plus légers et plus solides, ayant servi notamment à des hélicoptères.

- des machines à café pour les lève-tôt: grâce à des régulateurs PID. Cette technique avait été envisagée pour des rovers sur Mars où le sol est accidenté.

- les scanners du supermarché: quand on bip vos articles lors de vos courses, c'est grâce à une technologie conçue au départ pour vérifier les défauts des miroirs des télescopes, Hubble en particulier.

- les chaussures de sport pour les athlètes: tout est parti en effet du crash de la navette Columbia en 2003. Un morceau de mousse en effet avait provoqué une catastrophe. En observant le matériau dans des conditions extrêmes, la NASA avait développé un outil.

Lyliane

VIDEO. Voici cinq raisons d’être optimiste pour notre planète...

 
 
Votre vidéo commence dans 15 secondes...
 
 
 
 
00:14 | 00:29
Publicité
 
Lecteur vidéo depuis : franceinfo (Politique de confidentialité)
 

VIDEO. Voici cinq raisons d’être optimiste pour notre planète

 
La Grande Barrière de corail bientôt sauvée ? Un ambitieux projet pourrait mettre un terme à la disparition de la Grande Barrière de corail. Pour ce faire, des chercheurs ont récupéré des ovules et du sperme de corail pour les féconder. Cela pourrait ainsi permettre de réintroduire des larves élevées en laboratoire pour repeupler la Grande Barrière de corail. Actuellement menacé de disparition, les récifs coraliens font en effet l'objet de toutes les attentions : ils abritent 30 % des espèces animales et végétales marines tout en ne recouvrant que 0,2 % de la surface océanique. Londres, ville verte plus que jamais En Angleterre, Londres s'apprête à devenir la première “ville parc national“ au monde. La capitale aux 8 millions d'habitants contient près de 47 % d'espaces verts et pas moins de 13 000 espèces animales différentes. Officialisée à l'été 2019, l'objectif de la nomination est de sensibiliser les Londoniens à l'écologie, la nature et à leur importance pour la santé. L'Europe en passe de dire stop aux plastiques à usage unique Plus généralement, en Europe, les plastiques à usage unique vont être définitivement interdits. Dernière étape nécessaire à la validation, le Parlement et le Conseil de l'Union européenne devraient valider cette loi en 2019. Les États-Unis, sauveurs du rhinocéros blanc du sud Aux États-Unis, une grande étape dans la préservation des rhinocéros pourrait être franchie avec la fécondation in-vitro. Deux femelles rhinocéros blanc du Sud viennent ainsi d'être inséminées artificiellement au zoo de San Diego. Une réduction de la production d'hydrofluorocarbure Dans le monde, la lutte contre le réchauffement climatique pourrait faire un pas en avant. Et ce, grâce à un accord mondial réduisant la production d'hydrofluorocarbure de 80 %. Notamment utilisés dans les systèmes de réfrigération, ces gaz contribuent au réchauffement climatique : ils détruisent la couche d'ozone pourtant en voie de guérison. Les scientifiques estiment que leur limitation permettra de réduire le réchauffement climatique de 0,4 °C.

07/01/2019

Au Collège P. Mendès-France, du jardinage à la place d'heures de colles...

Des sanctions qui ressemblent à des travaux d'intérêt général dans le 20 ème arrondissement de Paris:

Au collège Pierre Mendès France dans le 20ème arrondissement de Paris, les 4500 m2 d'espaces verts ont été transformés en exploitation agricole. Résultat, c'est devenu l'une des fermes urbaines les plus vastes de la capitale avec un potager, deux cents arbres fruitiers et un poulailler. Pour gérer cet espace, c'est l'association Veni Verdi qui s'en charge, accompagnée parfois par quelques élèves qui sont parfois présents par obligation.

Car oui, ce collège REP (Réseau d'éducation prioritaire) qui accueille des élèves en difficultés sociales et scolaires, a décidé de remplacer les heures de colle par du jardinage. Une bonne idée selon Simon Ronceray, salarié de l'association : "S'ils ont besoin de se défouler, nous leur faisons déplacer de la terre par exemple" explique-t-il au journal Le Figaro. Des sanctions qui se rapprochent des travaux d'intérêt général : "Ce temps consacré par les élèves au jardin se fait au bénéfice du collège, en échange de ce qui a été pris" raconte Nathalie Couégnas, principale adjointe du collège. Elle précise tout de même : "Seuls les plus grands sont concernés et cette solution n'est pas toujours retenue".

Des vocations naissent
Mais force est de constater que cela fonctionne plutôt bien puisque depuis deux ans et demi, le jardin a permis de "limiter le décrochage scolaire" et au total, "une trentaine d'élèves a pu être rattrapée" selon la responsable. "L'exclusion n'est pas une solution. C'est toujours mieux d'avoir un dispositif qui permet en plus un temps éducatif" ajoute Nathalie Couégnas. "L'idée est aussi de montrer aux élèves qu'ils peuvent réaliser des choses de leurs mains et se rendre intéressants autrement que dans la provocation. Et puis, certains reviennent... par plaisir" déclare Simon Ronceray. Une quarantaine d'enfants sur les 700 que compte l'établissement s'est même portée volontaire pour nourrir les poules à tour de rôle. Certains aussi ont trouvé une véritable vocation et souhaitent devenir paysagistes ou maraîchers.

Jean Sébastien - Oh My Mag - jeudi 3 janvier 2019

Déclaration d'effet indésirable après un vaccin...

Cette déclaration d'effet indésirable peut être faite:

-soit par le médecin (Cerfa N°10011)

-soit par le patient ou son représentant (Cerfa N°15031)

Les formulaires peuvent être téléchargés sur le site www.ansm.sante.fr

Pour obtenir des informations et explications sur la procédure, aller à http://infovaccin.fr/legislation_vaccinale.html

Une déclaration d'effet indésirable peut aussi être faite via:https://signalement.social-sante.gouv.fr/psig_ihm_utilisateurs/index.html

Dans le cas de vaccins, il faut déclarer systématiquement tout effet secondaire, même passager ou en apparence bénin. Il se trouve que les médecins, soit par manque de temps, soit par négligence ou un autre motif, ne déclarent que environ 10% des effets secondaires. De ce fait, les autorités ne savent que très peu de choses sur l'après-vaccination. Les notices jointes aux médicaments précisent: en signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage d'informations sur la sécurité du médicament.

Nota: si vous éprouvez des difficultés, La Ligue nationale pour la liberté des vaccinations peut vous aider. N'hésitez pas à faire appel à elle (www.infovaccin.fr ou lnplv.adm@orange.fr.)

Avec le passage à 11 vaccins obligatoires à partir du 1/1/2018, le nombre d'effets indésirables dus aux vaccinations ne peut qu'augmenter. Soyez donc particulièrement vigilants et signalez tous les cas dont vous avez connaissance avec le maximum de renseignements. De même en cas d'exigences abusives de la part des autorités sanitaires ou d'autres organismes, n'hésitez pas à en informer la Ligue nationale pour la liberté des vaccinations. 

Lyliane d'après un article paru dans le journal "Réalités et vaccinations".

 

 

 

06/01/2019

A chacun son vélo!

Mme Fabienne Colin dans Version Femina détaille les cycles originaux qui renouvellent l'art du pédalage.  Elle écrit: "Outil de loisir et moyen de déplacement, la bicyclette constitue une façon accessible d'effectuer les 150 minutes d'activité d'endurance d'intensité modérée hebdomadaire préconisées par l'OMS (Organisation mondiale de la santé)". Aujourd'hui, en effet, toutes sortes de vélos se partagent le bitume. Chaque modèle a son style et surtout un atout majeur: la lutte contre la sédentarité. Quelle que soit sa condition physique et son âge, il existe une bicyclette compatible avec son mode de vie.

Pédaler à son rythme contribue à stabiliser son poids, à améliorer sa capacité respiratoire et musculaire et à limiter la progression de maladies comme le diabète ou l'hypertension. Pour gagner en assurance, si vous n'êtes pas très à l'aise sur un deux-roues, le tandem donne la possibilité de pédaler sans crainte installé à l'arrière en se laissant entraîner par un coéquipier. Le prix d'un tandem varie autour de 500 euros. Voir par exemple le site: www.velo-tandem.fr ou www.velo-on-line.fr ou même www.culturevelo.com.

Le vélo hollandais est idéal pour muscler son dos car il a un guidon fin et recourbé et permet d'avancer le dos à la verticale. Mais ce type de vélo est peu adapté aux longs parcours. Son prix oscille autour de 199,99 euros sur www.cyclable.com ou www.mes-velos-hollandais.com. Pour assurer son équilibre, on peut aussi choisir un tricycle version cargo pour embarquer les enfants, les courses, des outils… S'adresser à www.amsterdamair.fr, babboe.fr ou cyclable.com (1500 euros environ).

Le vélo couché quant à lui est censé soulager les lombaires. Mais si la position est favorable au relâchement des bras et des épaules, le visagese trouve au niveau des pots d'échappement. Son prix est d'environ 1250 euros chez www.roulcouche.com ou velofasto.fr ou cycleszen.com. On trouve aussi des vélos pliants pratiques pour muscler bras et jambes. Les amateurs-équilibristes choisiront un monocycle qui demande une grande tonicité. Enfin, l'assistant électrique (VAE) rendent les pentes plus faciles. Ils équipent à peu près toutes les sortes de vélocipèdes. Chez Décathlon, on en trouve à partir de 700 euros aujourd'hui.

Lyliane

 

05/01/2019

Filtrer l'air directement à la source, est ce la solution individuelle contre la pollution?

 

Contrairement à la pollution chimique composée de gaz, celle de l'air contient des particules solides et liquides. Ces dernières se catégorisent entre les PM10 –relativement grosses et qui peuvent parfois être filtrées par notre nez et notre gorge– et les PM2,5 –plus fines, d'un diamètre équivalent à 3% d’un cheveu humain, et capables de pénétrer dans notre sang. 
 
Comment se prémunir de cette pollution quand on sait que les masques en coton ne retiennent qu’une partie des grosses particules? 
 
Il existerait une solution et le journaliste du Daily Telegraph Tomé Morrissy-Swan l’a testée: des filtres à appliquer directement dans nos narines. Les O2 Micro Nose Filter sont vendus au prix de six livres (l'équivalent de six euros soixante-cinq) sur le marché anglais. Il s’agit de deux minuscules boutons reliés par un petit fil en plastique, non-réutilisables, qui se portent toute la journée. Les filtres sont électrostatiques ce qui attire et bloque les germes, virus et les particules jusqu’au PM2,5. 
 
Le PDG de l'entreprise qui a créé ces patchs, Stefan Virkund, explique que «la possibilité pour le consommateur d'augmenter l'admission d'air tout en filtrant les polluants atmosphériques nocifs et les allergènes potentiels est quelque chose de complètement nouveau». Le journaliste Tomé Morrissy-Swan raconte son premier essai en ces termes: «J’ai l’impression d’avoir un léger rhume et il faut aussi que j’assume d’avoir un fil en plastique qui relit mes deux narines». Il se surprend à respirer par la bouche, ce qui rend les filtres inutiles. D’après Stefan Virkund, il faut un temps d’adaptation pour bien maîtriser le système. Sur internet, on peut trouver des images de ces filtres ayant été utilisés pendant huit heures à Shanghai. Des tests de laboratoires indépendants ont évalué qu'ils étaient efficaces à 70% pour les PM2,5 et à 90% pour les PM10.

Slate.fr - Slate - vendredi 4 janvier 2019

Comment se faire un nom grâce à la création de poufs en paille...

Dans le magazine "Nous", Mme Amandine Roussel nous présente l'entreprise Duwel, une marque de slow design qui offre des "objets à mi-chemin entre œuvres d'art et artisanat". Installés à Montauroux(06), Mme Nathalie Duwel et Mr Frédéric Goutorbe se sont, en effet, fait un nom avec la création de poufs et de bancs en paille, en faisant la part belle aux matériaux simples et le plus souvent recyclés. Dès le début, ils partageaient une même passion: le design et la matière et ils avaient le désir de marier le luxe et le terroir.

Leur marque est véritablement née en 2006 à St Malo. Toutefois, c'est en 2011 que le couple remporta le Prix Découverte au Salon parisien Maison et Objets. Sélectionnés par les Galeries Lafayette pour représenter l'enseigne à la Design Week de Paris, la marque était lancée! Aujourd'hui, Duwel exporte sur les cinq continents. La matière première de leurs poufs, la paille, vient des Alpes Maritimes ou du Var. Quant au polychlorure  de vinyle (PVC), qui recouvre leurs créations, il vient de la frontière italienne et il est garanti sans bisphénol A.

Loin de s'arrêter à leur succès, Mme Nathalie Duwel et Mr F. Goutorbe ont lancé une collection où la paille est remplacée par le lichen. La marque commercialise du mobilier contemporain, via sa collection Actuel. Leur atelier de 140 m2 est situé à Montauroux, non loin de leur domicile. A ce jour, ils fournissent une centaine de boutiques dans le monde entier. Il faut compter en moyenne 250 euros pour un pouf et jusqu'à 1 500 euros pour un banc. Les poufs se déclinent en différentes couleurs.

Pour se renseigner sur la marque ou pour commander, consulter sur Internet: www.duwelinside.com.

Lyliane

04/01/2019

Proposition de relier les données partout dans le monde pour être plus efficaces...

Une équipe du Muséum d’Histoire Naturelle de Floride a publié une tribune demandant à ce que des actions soient entreprises. Le but : mettre à service le "big data", et permettre que les données récoltées soient utilisées ensemble pour prévoir le futur de la planète.

Depuis des siècles, les muséums d’histoire naturelle se sont construits des collections de plusieurs milliards de spécimens à travers le monde et, désormais, mettent la plupart des données liées à leurs collections à disposition en ligne. Les nouvelles technologies, que ce soient les drones ou des caméras, permettent aux scientifiques de surveiller plantes et animaux tout en transmettant les données récoltées en temps réel.

N’importe qui peut, via des applications comme iNaturalist, enregistrer et entrer des observations faites sur des animaux ou des plantes et ainsi aider la communauté scientifique.

Des bases de données aussi énormes que les besoins 
Rassemblées, toutes ces données donnent aux scientifiques et aux conservateurs une multitude d'informations sur le passé, le présent et le futur de la planète. Et alors que ces bases de données ne font que grandir, les outils informatiques nécessaires pour les analyser, mais aussi pour les lier les unes aux autres, suivent le même chemin.

Certaines universités ou laboratoires, notamment américains, ont déjà développé des programmes informatiques mettant en lien plusieurs banques de données à travers le monde, mais celles-ci ne concernaient qu’une espèce.
iDigBio, par exemple, est un programme mis au point par l’université de Floride regroupant les données connues de millions de spécimens scientifiques en version informatique, pouvant ainsi service de base de données pour les chercheurs du monde entier.

Le but ? Connecter toutes les bases de données à travers le monde. Désormais, comme le soulignent les scientifiques du Museum d’Histoire Naturelle de Floride, le but serait de mettre toutes les données en ligne grâce à de super ordinateurs. Le tout pour aider à mieux comprendre le futur de notre planète.

"Nous sommes à ce moment à la fois terrifiant et excitant, où nous avons un volume de données sans précédent mais, aussi, des menaces sur la biodiversité comme la destruction des habitats et le changement climatique" explique Julie Allen, professeur à l’université du Nevada, dans la tribune publiée dans Nature Plants.

Une approche globale :"Comprendre les processus qui ont formé notre monde, pourquoi les plantes sont à un endroit et pas à un autre par exemple, pourrait nous aider à savoir comment elles pourraient répondre à des changements futurs", poursuit la scientifique.

S'il fallait schématiser, on pourrait ainsi dire que les études actuelles traiteraient chacune d’une partie du corps d’un malade humain et que mettre toutes les données en commun permettrait de tenter de soigner une personne dans sa globalité.
Des contraintes techniques 
Mais l’un des plus gros écueils auquel font face les chercheurs est certainement le plus bassement terre à terre : les différentes bases de données à travers le monde ne sont pas toutes compatibles les unes avec les autres.

"Il y a encore certaines limites" dit Allen. "Souvent, les données de deux systèmes différents sont collectées d’une façon complètement opposée. Faire en sorte que toutes les bases de données puissent se connecter sans souci est un challenge majeur."
Un tel système pourrait ainsi servir à de nombreuses catégories de personnes à travers le globe. Que ce soit le scientifique en train de modéliser l’effet du réchauffement climatique sur telle ou telle plante ou un garde forestier qui se demande quelle espèce a le plus besoin d’efforts, les besoins sont partout. Et, selon les scientifiques de l’université de Floride, le temps est désormais compté.

Kevin Domas - Gentside - jeudi 3 janvier 2019