Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2017

Des kilowatts citoyens dans les Préalpes d'Azur (06)...

Cet été 2017 devrait voir le jour le premier projet maralpin de production d'électricité renouvelable, financé et porté par des citoyens. Ils sont au total 38 sociétaires, dont la commune de St Jeannet (06), à avoir déboursé entre 100 et 5000 euros pour financer l'installation de 190 m2 de panneaux solaires photovoltaïques sur la toiture de Montagn'habits à St Auban, dans le Parc Naturel Régional des Préalpes d'Azur (PNR). Les sociétaires habitent pour la plupart la région que ce soit à Grasse, Pierrefeu ou Mouans-Sartoux, écrit Mme Anne-Gaëlle Richard-Truong dans l'édition spéciale du supplément de La Strada, destiné à donner un coup de pouce au magazine indépendant Ressources. 

Cet équipement produira 32 500 kwh par an, soit les besoins en électricité de 13 foyers environ. L'énergie produite sera revendue à EDF ou à Enercoop et l'argent collecté sera reversé à la Société Coopérative d'Intérêt Collectif PEP2A. Mr Augustin Gamot, chargé de mission Energie au PNR, explique que "le but est surtout d'initier le territoire à une philosophie coopérative et à faire oeuvre pédagogique par des réunions et des visites". On peut souligner également une incitation probable aux économies d'énergie, une création d'emplois locaux et la protection de notre environnement avec cette énergie renouvelable. Les investisseurs particuliers récupéreront bien entendu ultérieurement leurs fonds versés et même d'éventuels dividendes...

Pourquoi ne pas imaginer d'autres projets semblables dans notre pays avec des investissements citoyens ou des collectivités et des locations de toitures (environ 2 euros par m2 et par an)? En France, grâce à Energie Partagée, une trentaine d' initiatives de production d'énergie renouvelable fleurissent depuis quelques années que ce soit en s'appuyant sur les énergies du soleil, du vent, de l'eau ou du méthane. Mais elles sont encore peu connues et font pâle figure si on les compare à ce qui se passe en Allemagne par exemple, où plus de la moitié de la capacité de production d'énergies renouvelables appartient aux habitants...

Pour en savoir plus ou pour prendre contact, joindre sur Internet: www.pep2a.fr .

Lyliane

24/06/2017

Une initiative en faveur des personnes sourdes...

Le journal 20 Minutes sous la plume de Mme Mathilde Frénois publie le 10/6/2017 les résultats encourageants remportés par une start-up au Concours Lépine, où elle a été primée à trois reprises. Il s'agit de la start-up Smart Ear, installée à St Laurent du Var et à Sophia-Antipolis (06), qui a développé un dispositif avertissant des sons du quotidien grâce à des signaux lumineux. Mr Sébastien Llorca, ancien étudiant de l'EDHEC de Nice, en est le cofondateur. Le système Smart Ear a été breveté.

L'invention de cette start-up azuréenne a décroché la médaille d'argent du Concours Lépine, le prix Handicap de la Ville de Paris et le prix de l'INPI. Pour remplacer des oreilles défaillantes, l'entreprise depuis 3 ans conçoit de petits boîtiers aux allures d'enceinte. Dans l'un, il y a un micro et les autres s'éclairent par des flash de différentes couleurs dès qu'une alerte est donnée (four, sonnette, réveil, alarme bébé...). En même temps, une notification est envoyée sur le smartphone de la personne grâce à une application mobile.

Le coût de ces boîtiers commercialisés depuis mars 2017 est de 1240 euros. Il est également possible de les louer pour 23 euros par mois. Une cinquantaine de personnes et d'entreprises se sont déjà équipées en France. La jeune start-up vient de s'installer en Suisse et prévoit d'investir le marché indien dans quelques mois. Pour en savoir plus à ce sujet, aller sur le site Internet  www.smartear.fr . Bravo à cette initiative utile qui "donne des yeux aux oreilles"!

Lyliane

23/06/2017

Cantine solidaire...

Depuis juillet 2015 une cantine solidaire a ouvert ses portes à Lyon, nous dit Mr Frédéric Lopez à travers son émission Mille et une Vies  sur la 2ème chaîne de télévision. L'idée est simple: se retrouver entre voisins et sortir de l'isolement grâce à un repas partagé. Cette idée a germé dans la tête et le coeur de Mme Diane Dupré de la Tour, une mère de famille effondrée après avoir perdu son mari dans un accident de voiture. Soutenue par ses voisins, cette journaliste décide de changer de vie.

Avec un ami, Etienne Thouvenot, elle décide de créer une cantine solidaire. Ils ont donc ouvert dans le 9ème arrondissement de Lyon "Les petites cantines", un lieu de restauration solidaire qui accueille tous les jours des jeunes, des retraités, des salariés, des personnes en situation précaire, autour de la confection, puis de la dégustation d'un repas.

Rencontrer des gens différents, oeuvrer et manger ensemble, voilà qui rend heureux les participants! Il me semble que cette idée pourrait s'exporter partout dans notre pays pour favoriser le "vivre ensemble" et montrer la valeur de la solidarité, que nous portons au coeur.

Lyliane

18/06/2017

Un cirque pour se reconstruire...

Sous ce titre a paru un bel article signé par Mr Benjamin Sèze dans le Journal Messages du Secours Catholique. Il fait référence à l'initiative de créer une école du cirque née en 2006 dans l'imagination de Mme Jessica Devlieghere, travailleuse sociale belge et d'un artiste palestinien Mr Shadi Zmorrod. Cette idée s'est rapidement concrétisée, puisque le chapiteau de la "Palestinian Circus School" s'est installé au pied d'immeubles dans la banlieue de Ramallah en Palestine. Certains élèves vivent dans des camps de réfugiés face à des colonies israéliennes. Là, 10 000 personnes vivent souvent sur moins de 2 km2. De ce fait, la violence quotidienne est partout présente, créant chez ces jeunes: cauchemars, énurésie, angoisse, fatalisme, perte du goût de vivre.

Le but de cette école est au contraire de permettre aux jeunes Palestiniens d'évacuer le stress lié à la violence de l'occupation de leur territoire. Leur surplus d'énergie est ainsi canalisé dans des exercices physiques requérant attention et concentration. C'est également l'occasion pour ces jeunes de se reconstruire autour de valeurs positives telles que la confiance, l'écoute, la discipline, l'effort afin de surmonter leurs propres difficultés... Acrobaties au trapèze, gymnastique, sauts... sont encadrés par des entraîneurs et Mr Motasem Ghaith, professeur d'acrobatie.

Au départ l'école comptait 10 adolescents. Ils sont aujourd'hui 300 jeunes à participer aux cours organisés à Ramallah, Hébron, Birzeit, Jenine, Al-Fara. Peu à peu ces adolescents s'entraînent avec plaisir, apprennent à créer, à expérimenter, s'amusent même ... Dans cet espace, ils rencontrent également des gens différents venus d'ailleurs, ce qui les aide à accepter la différence de l'autre. Pour en savoir plus sur cette initiative, consulter sur Internet le site de l'école: www.palcircus.ps.

Lyliane

 

08/06/2017

Redécouvrir le silence dans notre monde où règne beaucoup de bruit ...

Le dernier Salon Maison et Objet, écrit Mme N. Coll dans Version Fémina, a pour thème "A l'écoute du silence". De même, des écrivains comme le norvégien Mr Erling Kagge dans son ouvrage "Quelques grammes de silence" chez Flammarion et la française Kankyo Tannier avec "Ma cure de silence" (éditions First) nous invitent à couper le son et à faire silence au quotidien, même en famille, en créant une bulle autour de soi. Il n'est, certes, pas question de vivre dans des espaces insonorisés, car là le silence total est difficile à supporter. Le chant d'un oiseau, un meuble qui craque, des bruits de pas nous ouvrent au contraire à des sensations subtiles, à percevoir la vie qui palpite autour de nous et donc à nous sentir faire partie d'un tout vivant... 

Si des créateurs et des éditeurs s'intéressent au silence, c'est qu'ils donnent assurément raison au proverbe "le silence est d'or"!  Le sociologue et anthropologue David Le Breton déclare " Nous vivons dans une société de distractions qui nous emmène toujours plus loin à l'extérieur de nous-mêmes. Redécouvrir le silence nous confronte au contraire à notre intériorité, nous donnant les moyens d'être à l'écoute de ce que nous sommes". Quant à l'historien Alain corbin , il explique que "se taire en présence de ses proches, c'est mieux. Cela veut dire qu'avec eux on se sent vraiment bien, libéré de l'obligation d'interagir sans cesse et d'être réactif".

 Alors, libérons-nous du bavardage qui sert à meubler les blancs dans la conversation! Certes se trouver sans rien à raconter peut procurer un malaise au début en société. Toutefois, prenons conscience que ne plus avoir peur d'être seul, se défaire peu à peu de l'angoisse du vide, du néant, c'est aussi se rebrancher à soi-même! C'est donc une excellente thérapie contre le stress!

En outre, des chercheurs de l'Académie de Médecine, à travers un rapport de 2012 intitulé " L'effet du silence", ont découvert que faire silence modifie notre pression sanguine et notre respiration, nous donnant même le pouvoir de favoriser le renouvellement des cellules du cerveau. Ouvrons donc nos oreilles et lâchons l'habitude qu'ont beaucoup de personnes d'avoir un bruit de fond, musique ou télévision, qui nous coupe de la vibration du monde dans laquelle nous baignons tous, de notre véritable force de vie! 

Pour approfondir le sujet, consulter sur Internet: www.objetconnecte.net

Lyliane

01/06/2017

Sur les toits de Barcelone...

Jeudi 18/5, sur Arte, une émission de l'après midi nous a montré en images l'utilisation que font les habitants des toits plats de Barcelone. La capitale de la Catalogne en effet, vue depuis l'Observatoire qui surplombe la ville, fait penser à un océan de toits-terrasse. A l'époque de Gaudi, qui a laissé une trace indélébile dans les bâtiments de la ville, les toits plats des bâtiments historiques étaient des tours de guet et ceux des immeubles servaient essentiellement à y étendre le linge.

Depuis cette période, les habitants leur ont trouvé d'autres fonctions. On y érige tantôt des panneaux solaires, tantôt des jardins suspendus, des potagers, une serre même; on y installe de belles piscines ou bien on les réserve à des festivités de groupe, des soirées guitare par exemple. L'usage le plus étonnant à nos yeux est d'y avoir réservé de quartiers à quartiers un emplacement pour y monter des pyramides humaines...

Bien plus, la ville s'agrandit par les toits. Depuis peu, en effet, des entreprises s'emploient à planter au sommet des immeubles des modules préfabriqués en bois. Enfin, des associations de conservation des oiseaux introduisent depuis peu des faucons-pélerins, qui construisent leurs nids au bord du vide, là où les terrasses sont inaccessibles aux humains.

Je me dis que lorsque l'imagination est au pouvoir et que les règles d'urbanisme sont suffisamment souples, il est possible de laisser les citoyens s'emparer du destin de leur ville et la modeler à leur guise. Cela confère quoi qu'il en soit à la capitale de la Catalogne une dimension originale, typiquement espagnole! Merci à toutes les personnes de bonne volonté soucieuses de mêler tradition et modernité dans la belle cité de Barcelone!

Lyliane

31/05/2017

Soigner les brûlures avec l'homéopathie...

Le Docteur Isabelle Hofmann, chirurgien infantile près de Strasbourg, a développé depuis 2001 une certaine expérience de l'homéopathie dans le traitement des brûlures. Elle nous en fait part dans la lettre N° 44 de la revue Homéopathes Sans Frontières (HSF). Elle convient tout d'abord que les brûlures chez de jeunes enfants apparaissent en général dans un contexte d'accident domestique. Ceux-ci causent de ce fait beaucoup d'anxiété chez l'enfant et ses parents et souvent de la culpabilité par manque de surveillance. 

Pour toutes ces indications et même dans le cas de brûlures profondes ou étendues, la prise de 3 granules d'Arsenicum Album  (arsenic en basse dilution), que l'on prend en 5CH, 7CH ou 30 K et en une seule fois en principe, permettent déjà d'arrêter les pleurs et de favoriser la cicatrisation en 2 à 3 semaines. Si les lésions sont peu étendues et améliorées par l'eau chaude, la prise isolée ou conjointe de Rhus Toxicodendron est également très efficace. Les deux agissant de concert hâtent généralement une cicatrisation qui s'éternise. Il arrive que le retour à une peau normale soit parfois possible...

Quand les brûlures sont trop profondes, le personnel hospitalier peut être amené à déterger la plaie pendant une dizaine de jours, puis à greffer. Quoi qu'il en soit Arsenicum Album reste indiqué. Son administration permet en effet une bonne cicatrisation et évite généralement les transfusions sanguines.

Pour permettre à petits et grands d'apprendre l'homéopathie en s'amusant et de se familiariser avec ses règles, un jeu qui ressemble au jeu des 7 familles a été crée par HSF. Dans ce numéro, le Docteur Noëlle Tournier lance un appel pour trouver un éditeur susceptible d'éditer ces cartes, de les plastifier et de les mettre en boîte.

Pour consulter le site d'Homéopathes Sans frontières, y chercher des informations ou y effectuer un don, aller sur Internet à www.hsf-france.com.

Lyliane

29/05/2017

La thérapie par le rire

 

 
Le rire est un des plus puissants médicaments « anti-âge » qui existent.

C’est d’abord un anti-douleur avéré : une minute de rire est aussi efficace contre les douleurs qu’un médicament ! [8] 

Rire permet de déclencher des hormones comme les endorphines, ce qui vous place dans un état d’euphorie qui guérit votre corps en profondeur. 

Le rire soigne tout… même le diabète !

C’est une étude japonaise étonnante qui l’a démontré : des patients diabétiques qui regardaient une émission comique à la télévision avaient un meilleur contrôle de leur taux de sucre sanguin qu’un groupe témoin. [9]

En riant, les patients étaient en train d’activer positivement 39 gènes, avec des résultats très positifs sur leur système immunitaire et leur santé !

Alors n’attendez-pas d’être heureux pour rire : riez tous les jours, même sans raison et vous commencerez déjà à bénéficier d’un bien-être merveilleux. 

C’est le premier pas pour une belle et longue vieillesse en bonne santé !

Un poème pour finir

Rester jeune jusqu’au bout, voilà le thème du célèbre poème du général Mac Arthur [10] :

« La jeunesse n'est pas une période de la vie, elle est un état d'esprit, un effet de la volonté, une intensité émotive, une victoire du courage sur la timidité, du goût de l'aventure sur l'amour du confort.

L'on ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d'années. L'on devient vieux parce que l'on déserte son Idéal. Les années rident la peau ; renoncer à son Idéal ride l'âme.

Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs sont des ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s'étonne et qui s'émerveille. Il demande, comme l'enfant insatiable : "Et après ?"

Il défie les événements et trouve la Joie au Jeu et à la Vie.

Vous êtes aussi jeunes que votre Foi dans la Vie. Vous êtes aussi vieux que votre doute. Aussi jeunes que votre confiance en vous-mêmes, aussi jeunes que votre espoir, mais aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeunes aussi longtemps que vous resterez réceptifs. Réceptifs à ce qui est beau, bon et grand. Réceptifs aux messages de la Nature, des femmes, des hommes et de l'Infini.

Si, un jour, votre cœur allait être mordu par le pessimisme, rongé par le cynisme…, eh bien, que Dieu ait pitié de votre âme de vieillard ! »


Bonne santé,

Xavier Bazin

 


Rendez-vous ici pour découvrir la vidéo de présentation de Guérir & Bien Vieillir.




Cette lettre vous a plu ? Partagez-la !


Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google +


 

 





Sources :
 

[1] La lettre du Dr Hertoghe, SNI Editions, novembre 2013.

[2] Langer, E.J. Counterclockwise : Mindful Health and the power of possibility, 2009, New York, Ballantine Books.

[3] Optimism-pessimism assessed in the 1960s and self-reported health status 30 years later, T. Maruta et all, NCBI, 2002

[4] Optimists vs pessimists: survival rate among medical patients over a 30-year period, T. Maruta et all, NCBI, 2002

[5] Longevity increased by positive self-perceptions of aging, BR. Levy et all, NCBI, 2002

[6] Reconsidering the role of personality in placebo effects: dispositional optimism, situational expectations, and the placebo response, AL. Geers et all, NCBI, 2005

[7] Further evidence for individual differences in placebo responding: an interactionist perspective, Al. Geers et all, NCBI, 2007

[8] Social laughter is correlated with an elevated pain threshold, RIM. Dunbar, The Royal Society, 2011

[9] Laughter up-regulates the genes related to NK cell activity in diabetes, T. Hayashi et all, NCBI, 2007

[10] Cité par le docteur Christian Tal Schallr dans Secrets éternels de jeunesse et de vitalité, Lanore, 2008.



 
 
 
 
 
 
 
Page Google+ associée
  Santé Corps Esprit
 
 
 

25/05/2017

Proposition à Mme la ministre de la santé et mise à jour sur la pétition à propos des déserts médicaux...

Alain FROBERT
France

22 MAI 2017 — Au nouveau ministre de la santé Mme Agnès Buzyn
Madame le ministre,
Tout d’abord permettez-moi de vous féliciter pour cette nomination.
Votre parcours de médecin montre votre grand engagement pour la santé publique et cela représente un espoir pour tous ceux qui rêvent d’une médecine d’accès égalitaire et de qualité.
La pétition que j’ai lancée fin février 2017 a été soutenue par plus de 50 000 signataires, des milliers de commentaires que je mettrais volontiers à votre disposition témoignent de la crise sanitaire en cours.
Ce que ces commentaires décrivaient a été confirmé par les services de votre ministère la semaine précédant votre nomination. Les projections pour les dix ans à venir des effectifs en médecine ambulatoire sont catastrophiques.
Face à cette catastrophe sanitaire en cours il est nécessaire de prendre des initiatives efficaces rapidement, concrètes et porteuses d’avenir.
Il ne s’agit pas de faire un « énième replâtrage » de la médecine libérale, ni d’en faire une question idéologique mais de poser clairement en face la description des inégalités territoriales, sociales et culturelles d’accès à des soins de qualité et les réponses organisationnelles de la médecine ambulatoire.
Le projet de « Réseau National de Centres de Santé » que j’ai développé dans cette pétition et dans ses mises à jour est une réponse très concrète, ce projet pourrait s’appeler autrement
« Réseau National de Médecine Globale d’ Equipe », incluant les Maisons de Santé Libérales et les Centres de Santé dans un même mouvement»… mais peu importe le titre seul compte le contenu !
L’exercice libéral isolé traditionnel ne suscite plus d’envie chez les jeunes médecins comme nombre de témoignages et de sondages le montrent.
Alors, faut-il rester paralysés en ne répondant qu’aux demandes de revalorisation d’actes, en perdant beaucoup de temps et d’énergie à essayer de créer une codification d’actes de prévention et d’éducation sanitaire ou faut-il donner sa chance à une nouvelle vitrine de la médecine ambulatoire française comme cela a été fait en Espagne ou en Suède ou au Québec ?
Madame le ministre, cette question est grave, elle n’est pas le domaine réservé de l’Ordre des médecins ni des syndicats libéraux, elle est la question posée par des millions de français.
Je vous propose d’organiser une grande Conférence Nationale de Santé sur le sujet des déserts médicaux avec la participation des élus de terrain, des représentants des associations de malades, des organisations de professionnels des centres de santé et des maisons de santé pluridisciplinaires, des représentants de professionnels de santé libéraux, voire si vous le jugez nécessaire et légitime des représentants des Ordres des professions de santé.
La finalité de cette grande Conférence de santé serait de faire un état des lieux et des propositions à très court terme, à moyen terme et à long terme.
En êtes-vous d’accord ?
En vous priant, Madame la ministre d'accepter mes respectueuses salutations.
Alain Frobert.

18/05/2017

Y a -t-il de bonnes pratiques pour bien vivre pendant et après le cancer?

 

Je ne pensais pas avoir l'occasion d'écrire si vite au sujet du cancer qui m'a touchée il y a un peu plus d'un an. Je suis du reste, jusqu'en décembre 2017, en soins post-traitement (nommé anticorps) avec injections d'Avastin toutes les 3 semaines, afin d'éviter d'éventuelles récidives. Un long article dans la revue Alternative Santé du mois de mai 2017 de Mme Martine Pédron, ethnologue, réalisé avec le concours du Dr Naïma Bauplé et de Mme Vittoria Siegel, conseil en médecine nutritionnelle, m'a permis de trouver la motivation de le faire en tant que patiente.

J'ai tout d'abord été confrontée par cet article à la différence à faire entre besoins vitaux et désir, ce qui n'était pas évident pour moi au premier abord. En fait, je me sens complètement en accord avec la distinction faite ci-après: «Est besoin toute nourriture physique, émotionnelle, relationnelle, intellectuelle ou spirituelle, indispensable pour être en bonne santé, alors que le désir est une attirance pour quelque chose de non essentiel au maintien du sentiment de bien-être, entraînant un soulagement bref d'une tension intérieure suivi d'un sentiment de frustration plus grand encore».

Par intuition, j'ai presque exactement suivi cette distinction à faire de mes vrais besoins: nourriture saine, sans aucun sucre, allégée avant les chimiothérapies, liens amicaux et fraternels renouvelés, marches ou promenades dans une nature sans pollution, communication authentique avec tout mon environnement en me gardant des jérémiades ou de la pitié, respirations plus amples et conscientes, lectures apaisantes ou drôles, musiques ou films nourriciers pour l'âme, expérimentations réalistes et positives avec écoute de ce qui me fait du bien (acupuncture, massages, thérapie, compléments alimentaires) et chaque jour des prières adressées à mon ange gardien.

La première bonne pratique recommandée dans l'article concerne la joie de vivre. Effectivement cela a été et est encore ce sur quoi je veille jour après jour et fort patiemment. Après l'annonce du cancer qui bouleverse nos repères et nous tourne vers une mort proche potentielle, il y a une belle place pour un réveil de notre pulsion de vie. J'ai en effet constaté que vivre est différent de survivre ou de rêver sa propre vie. Nuit et jour, j'ai beaucoup écrit dans mon cahier, afin de faire sortir mes peurs et mes espoirs. J'ai aussi multiplié les séances de thérapie et trouvé de menus plaisirs à ma portée (chaise longue au soleil, mots croisés, livres audio à écouter, sorties courtes avec des proches même avec un turban après la chute de mes cheveux).

Restaurer l'estime de soi est la seconde bonne pratique recommandée par l'article. Je suis également bien en accord avec ce conseil. J'ai en effet regardé en face mes colères anciennes ou actuelles, mes stress, les souffrances intériorisées, les jugements posés sur mon être, bref tout ce qui m'avait conduite à me sentir inférieure, sans valeur ou faible en tant que femme. Me pardonner est encore en cours, car j'ai constaté que j'avais fait de mon mieux, même avec l'anorexie et mes révoltes contre une certaine forme de masculin. Cela n'a pas toujours été "un long fleuve tranquille"  et j'ai même eu en début d'année un accès de panique! Toutefois, j'ai appris et je travaille encore à réveiller mon "animus", à faire des choix, à apprendre à dire de vrais non et de vrais oui. Je crois que cela m'a considérablement aidée à passer à autre chose. Car j'ai constaté que continuer d'écrire, de donner des cours, de me sentir utile et de recevoir des encouragements extérieurs m'a aidée à libérer des souffrances psychologiques, des névroses peut-être prisonnières de mes propres cellules.

Avec le troisième besoin essentiel, je suis plus nuancée. Il s'agit pour l'auteur de l'article «d'obtenir des réponses adaptées à ses questions». Si j'ai pu le réaliser extérieurement avec le personnel médical, en thérapie, j'ai surtout misé sur des réponses intérieures (par des méditations ou des ressentis corporels) à mes interrogations. J'ai également lâché prise à beaucoup de «pourquoi» qui avaient tendance à me culpabiliser. Sachant que je ne maîtrise plus rien et que je vis selon un protocole médical, je choisis de voir la beauté de l'éphémère dans les fleurs de mon jardin! Je préfère en effet travailler «l'acceptation de ce qui est» et le centrage sur l'instant présent. Je pense que cela a été une aide bénéfique jusque là et que ça l'est encore.

Enfin, le quatrième besoin invoqué: donner un sens à sa vie, me parle bien. J'accepte d'être limitée dans mes déplacements et mes projets, d'avancer pas à pas au jour le jour. Je mets au clair et révise peu à peu mes croyances sur la médecine, sur la nourriture, sur la santé, sur la souffrance, sur la mort... Je m'émerveille de tout ce que jusqu'ici j'avais, par ignorance ou manque de conscience, négligé. Tout autour de moi me pousse à la reconnaissance, à la gratitude d'avoir une seconde chance peut-être. Enfin, je me sais "aimée"...

Comme je me sens malgré tout parfois en sursis, j'ai à cœur de continuer à rester vivante, digne, confiante, engagée dans mon chemin de vie. Je voudrais vivre les années qui me restent avec paix et sérénité en équilibrant vie personnelle (écriture, famille, art, petits voyages, recherches en astrologie...) et ouverture aux autres par des rencontres, l'écoute, des relations d'aide quand et où je le peux encore.

La peur de l'inconnu et de l'avenir de l'adulte de 72 ans que je suis est contrebalancée peu à peu par un esprit d'enfance, une légèreté de l'instant quand la "grâce d'être bien" m'est donnée. Mon système immunitaire reste mon «enfant facétieux» à surveiller et ma colonne vertébrale fragilisée comme mon foie mes points de repère à chouchouter et à aimer... Je pense m'être, au moins en partie, réconciliée avec mon âme de petite fille ayant manqué de sécurité. C'est, il me semble, un assez beau chemin de résilience pour le moment. J'ignore si mon expérience vécue jusque là, résumée dans cet article, pourra être utile à quelqu'un. Elle est, quoi qu'il en soit, une sorte de balise sur mon parcours personnel.

Lyliane

 

14/05/2017

Le cinéma s'invite à l'hôpital pour les enfants malades...

Dans le journal Convergence du Secours populaire, un article de Mr Olivier Vilain fait le point avec Mme Isabelle Svanda, directrice des Toiles Enchantées, sur les activités de cette Association. Créée en 1997 par Mme Gisèle Tsobanian, l'association réunit  une cinquantaine de bénévoles aujourd'hui. En 2015 par exemple, une équipe motivée  a organisé plus de 400 projections dans plus de 150 hôpitaux et centres pour enfants handicapés dans toute la France. Le public, c'est à dire environ 22 000 enfants, a ainsi pu profiter gratuitement de la présentation de films au moment de leur sortie en salles.

C'est donc le cinéma qui vient vers les enfants! Le président d'honneur des Toiles Enchantées est Mr Lambert Wilson. Les hôpitaux Necker et Armand-Trousseau ont été les premiers à ouvrir leurs portes. Des mécènes donnent des fonds pour acheter les équipements nécessaires à l'installation d'une vraie salle de cinéma. Trois types de films sont sélectionnés en version française selon l'âge des enfants: petits, préados et ados. L'association est reconnue d'intérêt général et agit sous le double patronage du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé et celui de la Culture et de la Communication.

Une équipe est basée en région parisienne et une seconde équipe rayonne depuis Bayonne. Quatre pôles sont souhaités en plus de Paris. C'est à voir de même que l'entrée dans des centres de détention pour mineurs... Cette expérience a même été exportée à Los Angeles avec l'association jumelle "Enchanted Screens" qui cible les enfants pauvres et déscolarisés. La Belgique se dit intéressée...

Ainsi, les enfants hospitalisés gardent un lien avec le monde extérieur. Des équipes de tournage se déplacent même parfois pour des avant-premières. Des actrices et acteurs connus comme Karin Viard, Kad Mérad, Franck Dubost et Dany Boon répondent présents aux appels de l'Association et soutiennent les efforts des bénévoles. Bravo à ce beau projet qui donne de la joie aux enfants malades, qui grâce à lui oublient pour un temps leurs traitements lourds!

Pour tout contact, s'adresser aux Toiles enchantées sur le site: www.revedecinema.com/.

Lyliane

13/05/2017

Connaissez-vous le Bernard Pivot des cités?

Lors de l'émission Mille et Une Vies de Mr F. Lopez sur France 2 nous a été présentée l'initiative originale  de Mr Abdellah Boudour, qui organise des dictées géantes dans les quartiers. Depuis 4 ans en effet, ce trentenaire d'Argenteuil d'origine algérienne, sillonne la France et rassemble jeunes et moins jeunes(mamans, enfants, ados) autour de beaux textes de Victor Hugo ou de St Exupéry. Selon ses propres paroles, "le but de la dictée, c'est de promouvoir la littérature française auprès des jeunes des quartiers, mais aussi de leur apprendre l'importance des mots".

Apparemment, l'expérience est réussie car les dictées de Mr Abdellah Boudour sont devenues une véritable institution. Tous se concentrent, raturent, corrigent et se soufflent discrètement les bonnes réponses. Tout se passe dans une ambiance conviviale et bon enfant . Mr Boudour témoigne que " les gens sont contents de se retrouver, d'échanger, de rire"... Selon lui, c'est un véritable moment de vivre-ensemble.

Cette tentative de rassembler des dizaines d'habitants au pied de leurs immeubles n'était pourtant pas gagnée d'avance! Au départ, il y eut quelques réticences, mais aujourd'hui même les personnes qui semblaient les plus hostiles sont motivées. Cette année, Mr Abdellah Boudour espère battre un record de participation. Le 14 mai, il sera à Toulouse, le 24 Juin à Villiers sur Marne et le 8 juillet à Nogent sur Oise. Comme quoi même dans les quartiers, si l'on s'en donne la peine, la culture peut pénétrer!

Lyliane

12/05/2017

Aide aux migrants: trois papis et une mamie jugés à NICE le 16/5/2017...

 
  • SOLIDARITÉ AVEC LES SOLIDAIRES !
par Accueil RÉFUGIÉS · 23 774 signataires
MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

Une mamie et 3 papis en procès à Nice pour "aide aux migrants"

Accueil RÉFUGIÉS
France

11 MAI 2017 — Françoise Gogois, Dan Oudin, Gérard Bonnet dit Gibi et René Dahon sont poursuivis pour aide au séjour et au transport de personnes en situation irrégulière.

Pourtant, ils n’ont fait que pallier les défaillances - accueil, gîte, couvert - ou comportements illégaux des autorités (violation du droit d’asile, délaissement de personnes vulnérables, reconduite à la frontière sans respect de la procédure. Cf. Synthèse d’Amnesty International de février 2017 et condamnation du préfet des Alpes-Maritimes par le Tribunal administratif le 30 mars 2017).
Vous que ces événements interpellent, vous qui êtes sensibles aux enjeux humains et politiques de ce procès, venez nombreux pour marquer par votre présence votre solidarité. Rendez-vous place du Palais de Justice de Nice le 16 mai à 13 heures 30.

4 papis-mamie en procès à Nice pour aide aux migrants

08/05/2017

Jouets d'enfants: attention aux cadeaux empoisonnés!

Il faut savoir, écrit un journaliste dans la revue de la Mutuelle Familiale de décembre 2016, que 60% des jouets sont importés d'Asie du sud-est. Or la majorité des jouets non conformes à notre législation européenne provient de Chine selon les données fournies par la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la répression des Fraudes), qui teste les produits. Ceux qui sont identifiés comme des produits toxiques et dangereux (16,5 % des jouets contrôlés) comportent le plus souvent un risque chimique: substances CMR (cancérigènes et mutagènes) et phtalates (DEHP, DPB, BBP, DINP, DIDP, DNOP) dans les jouets en PVC. Les jouets en bois peuvent aussi comporter des substances toxiques (formaldéhyde issu de colles...). C'est pourquoi 300 000 jouets chaque année sont soit remis en conformité soit détruits. Il est possible de consulter une liste des produits à risque  sur le site du programme européen d'alerte sur la vente d'articles nocifs (Rapex). De même, l'ONG WECF (Women in Europe for a Common Future) est sur le continent européen à la pointe du combat contre la toxicité des jouets.

Sachons déjà que seulement 10% des jouets sont fabriqués en France et 20% en Europe. C'est un marché important portant sur 3 milliards d'euros. Beaucoup de parents achètent sur Internet sans faire attention à la provenance des jouets. L'ANSES (agence nationale de sécurité et de santé) souligne pourtant que l'exposition de jeunes enfants aux substances chimiques par la respiration ou la salive expliquerait l'augmentation de certaines pathologies respiratoires ou neurologiques. Certaines peluches et poupées comportant des retardateurs de flamme peuvent avoir des incidences hormonales sur le développement ultérieur de l'enfant. De plus, les colorants de certains jouets (pâte à modeler, maquillage, peintures) comportent parfois des métaux lourds. L'union des consommateur UFC Que-Choisir, il y a 5 ans, avait la premiere alerté sur la présence de substances nocives dans les jouets. 

Quels bons réflexes faut-il donc adopter? Pour les jouets en plastique, choisir ceux disposant de la mention "sans PVC" ou "sans phtalates". Eviter les plastiques de catégorie 3, 6 et 7  et préférer les plastiques teintés dans la masse. Pour les jouets en bois, choisir ceux en bois brut non verni et décorés avec des peintures résistantes à la salive. Débarrasser les jouets neufs de leur emballage pour les laisser dégazer avant de les offrir. Privilégier les peluches en coton bio et  laver jeux en plastique, en bois, poupées et peluches avant de les donner aux enfants. La norme NF petite enfance et la mention PEFC ou FSC (jouets en bois) certifient que les jouets sont conformes aux normes sanitaires et environnementales. Une pollution sonore (au delà de 90 décibels) et électromagnétique (écrans, télé en 3D avant 6 ans au moins) reste également à contrôler par les parents. Enfin,  sachons que trois labels allemands, dont SpielGut, contrôlent l'absence de substances chimiques dans les jouets. Pour compléter le dossier, consulter par exemple: www.jeujouetethique.com.

Il serait peut-être nécessaire de réinventer les cadeaux de Noël (nombre de cadeaux, prix...), car notre affection ne se mesure pas en amoncellement de cadeaux. Souvent nos enfants jouent autant avec des emballages, des cailloux, des morceaux de bois! Ballons, cordes à sauter, livres, jeux de société, puzzles... sont également de bons jouets d'éveil. Passer du temps avec son enfant, aller avec lui marcher, jouer au parc, faire du sport, de l'accrobranche, au cinéma, à la plage, en voyage même sont également de fabuleux cadeaux!

Lyliane

01/05/2017

Perturbateurs endocriniens, un défi urgent pour protéger les citoyens...

Selon la revue Que Choisir qui consacre plusieurs pages de son numéro 558 au dossier des perturbateurs endocriniens, ceux-ci sont omniprésents dans notre vie quotidienne et pourraient favoriser de nombreuses pathologies (cancer du sein chez la femme jeune, des testicules chez l'homme jeune, obésité, diabète...). Depuis la mise en cause du Bisphénol A (BPA) et son interdiction dans les biberons en 2010, la polémique enfle et s'étend. Des soupçons pèsent en effet sur plus d'un millier des quelques 143 000 produits chimiques utilisés par l'industrie.

Mr Bernard Jegou, directeur de recherches à l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale), est l'un des premiers scientifiques à s'être intéressé aux perturbateurs endocriniens. Certes, les pathologies constatées sont multifactorielles (équilibre alimentaire, exercice physique, stress ...), même si elles portent principalement sur des aspects génétiques et hormonaux. Les perturbateurs endocriniens sont en effet susceptibles d'interférer avec nos hormones. Or, nos glandes endocrines régissent le fonctionnement de notre organisme dans son ensemble (croissance, reproduction, métabolisme...)

Il a été démontré que c'est in utéro et lors de la puberté que les effets de ces substances pourraient être les plus forts. Les femmes enceintes notamment doivent être vigilantes (éviter les récipients en polycarbonates, les fast-food, l'ibuprofène, les insecticides, certains parfums, le tabac, les pesticides...). En 2013, le Parlement Européen annonçait que des mesures sanitaires devraient être rapidement prises, même si nos connaissances en la matière sont encore fragmentaires.

Toutefois, les lobbies industriels continuent de semer le doute dans les esprits pour retarder une interdiction de leurs produits, qui n'est toujours pas effective. Un tel cynisme, au mépris de la santé humaine, animale et de l'environnement, devrait être dénoncé haut et fort! Le retard pris sur ce dossier est même qualifié selon certains de "criminel". En attendant, que chacun d'entre nous par précaution évite certains cosmétiques, les emballages des fast-food, les phtalates (PVC), les peintures, les fruits et légumes traités par des pesticides et des conservateurs et les insecticides en général. 

Lyliane

29/04/2017

Plaidoyer pour les pollinisateurs sauvages

 

Plaidoyer pour 
les pollinisateurs sauvages

 Les mesures préconisées par les pouvoirs publics pour sauvegarder les pollinisateurs sauvages évitent le principal coupable : l'agriculture industrielle. (Photo : Un halicte sur knautia (c) L. Gilbaud)

POLLINIS EXISTE GRÂCE À VOUS

Merci pour vos dons, votre soutien et vos précieux messages :

Félix E., 87 ans, nous envoie des photos de pollinisateurs sauvages. Devant son chalet savoyard de Beaufort-sur-Doron, cet amoureux de la nature a constaté que tous les matins, entre 10h30 et 11h, un xylocope venait butiner ses épiaires :

« Je m'intéresse aux apoïdes solitaires et d'après les spécialistes, les listes rouges s'allongent dramatiquement. Le défrichage, l'usage des pesticides, la perte des habitats font que la situation va en se dégradant de manière accélérée. Je suis consterné par le statut désormais précaire de nos pollinisateurs ». Lucien M., Dracy le Fort.

« Voici un des abris que j'ai construit. Et j'en ai trois avec une quinzaine de nids chacun sur une fenêtre à l'étage. Les osmies ont déjà construit plus de 30 nids ! » Martine P. (Facebook)

 

Nos combats 
dans les médias

Ouest France (30 mars 2017) :  La commune de Torcé, en Bretagne, qui venait d'installer quatre ruches, a aussi décidé d'accorder une subvention à POLLINIS pour son combat en faveur des abeilles lors de la dernière réunion du conseil municipal. Un grand merci !

 
L'élection présidentielle permet de rappeler aux candidats à quelles conditions les citoyens sont prêts à leur confier leurs voix. A l'automne dernier, la Charte 2017 de POLLINIS pour la Protection des Pollinisateurs a ainsi recueilli 200 000 signatures. Forts de ce chiffre impressionnant, l'association a contacté les équipes de campagne des candidats pour leur demander de s'engager clairement pour la protection des pollinisateurs. Yannick Jadot, le candidat écologiste d'EELV (il s'est depuis rallié au candidat PS Benoît Hamon), a immédiatement signé la Charte. 

MOBILISATION = SIGNATURES !
Depuis un mois, pour faire monter la pression, nous avons mis en place un système qui permet à nos sympathisants d'envoyer directement un mail aux candidats pour qu'ils signent la Charte 2017 pour les pollinisateurs : 80 000 mails ont ainsi été envoyé aux 11 candidats ! En parallèle, plus de 5 000 tweets leur ont été adressés par nos membres !

Les prétendants à la présidence du pays ont pris la mesure de la mobilisation citoyenne autour des abeilles et des pollinisateurs. 
Fin mars, Eric Andrieu, responsable agriculture de Benoît Hamon et Nicolas Thierry, responsable de son pôle biodiversité, ont signé la Charte au nom de leur candidat. L'équipe de Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), rencontrée le 28 février dernier, devrait faire de même incessamment sous peu. 

4 POINTS ESSENTIELS POUR LES ABEILLES
D'ici au 8 mai, date du deuxième tour, POLLINIS ne lâchera rien ! Nous continuons, portés par la vague massive de mails et tweets de nos sympathisants, à exiger :

Bien entendu, il ne s'agit pas de participer aux tentatives de « verdissement » sans lendemain de politiciens en mal de voix : nous veillerons à ce que les candidats signataires appliquent ces principes dans les votes et les décisions qu'ils prendront par la suite, en tant que président de la République, députés, sénateurs ou députés européens.

Les quatre points qui constituent le socle de la Charte 2017 pour la protection des pollinisateurs tracent les pistes à suivre pour contrecarrer le modèle agricole industriel actuel et préserver les véritables sentinelles de l'environnement que sont les insectes pollinisateurs. Car si les abeilles continuent de disparaître de nos campagnes, les conditions de notre indépendance alimentaire, la qualité, la diversité et la quantité de nos produits agricoles ne seront plus rassemblées. Sans parler de la beauté de nos paysages et de la variété des plantes à fleurs et de la faune sauvage.

NOUVEAU BOMBARDEMENT DE MAILS ET DE TWEETS !
A moins d'une semaine du premier tour du scrutin, il faut absolument poursuivre notre mobilisation. Tous ceux qui n'ont pas encore interpellé les candidats peuvent encore le faire en cliquant ICI. Les autres peuvent aussi inciter tous leurs amis, leur famille, leurs collègues à faire de même... Ensemble nous ferons avancer la cause des pollinisateurs !

En plus de l'abeille domestique, vedette des pollinisateurs, il existe de très nombreux pollinisateurs sauvages (papillons, bombyles, coléoptères, fourmis, etc.), et notamment toutes les abeilles sauvages : bourdons, halictes, xylocopes, colletes... Ces insectes, qui pollinisent plus de 80 % des plantes à fleur, étape nécessaire à la formation des fruits et des graines, sont essentiels à la qualité, la quantité et la diversité de notre alimentation. Leur disparition aurait aussi des conséquences désastreuses sur la faune et la flore sauvages.

DÉCLIN DRAMATIQUE
En 2015, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a publié une première évaluation alarmante : en l'absence de données disponibles, on ne connaît pas l'état des populations de 79% des abeilles sauvages. Parmi celles qui ont pu être étudiées, plus de 9% sont en voie d'extinction et 5% le seront dans un avenir proche. Les pollinisateurs sont victimes principalement de la disparition de leur habitat et de leurs sources d'alimentation, ainsi que de la pollution de l'environnement. Les causes de leur déclin sont multiples, mais en haut de la liste

on retrouve : l'agriculture industrielle. Pesticides, monoculture, disparition des fleurs sauvages, des bocages, des haies, des souches d'arbres...

LES LOBBIES TRÈS ACTIFS
L'année dernière, le Ministère de l'Écologie a lancé un plan national d'actions baptisé 
« France Terre de pollinisateurs ». Il documente finement les diverses causes du déclin des pollinisateurs. En filigrane, on lit partout la responsabilité du modèle agricole actuel.

Pourtant, arrivé aux recommandations : surprise ! L'agriculture industrielle n'est jamais remise en cause. Au lieu d'une reforme profonde et ambitieuse de ce secteur, des petites mesures anecdotiques sont proposées, à l'image de ces bandes fleuries le long des champs traités, véritables pièges à pollinisateurs... Cet habile tour de passe-passe illustre une fois de plus la main-mise de l'agro-industrie sur les activités des agriculteurs, et celle des lobbies sur la plupart de représentants politiques. Un combat pour lequel POLLINIS va redoubler d'efforts.

SOUTIEN AUX PROJETS

Les abeilles sauvages vous remercient

 

Grâce à votre générosité, le réseau scientifique APIFORMES poursuit le recensement des abeilles sauvages. Dans les jours qui viennent, partout en France, les élèves des lycées agricoles volontaires vont récolter des spécimens au filet à papillons dans les champs cultivés de leurs fermes écoles.

Les pollinisateurs sauvages aussi disparaissent en silence, victimes méconnues de l'agro-industrie, des pesticides et de la disparition des haies et des ressources alimentaires. Avec le soutien des citoyens, POLLINIS vole à leur secours.

 
Recenser les abeilles sauvages tout en sensibilisant les futurs agriculteurs à leur importance cruciale pour l'agriculture : voilà le but du programme scientifique APIFORMES. Lancé par l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) et la Bergerie nationale en 2007, ce projet essentiel est régulièrement menacé, faute de moyens suffisants. Mais grâce aux dons de ses sympathisants, POLLINIS est parvenu à le soutenir depuis 2013.


DES DONS SALVATEURS
Cet hiver, l'association a organisé avec succès une seconde demande de dons pour permettre la poursuite d'APIFORMES, qui ne bénéficie plus du soutien financier du ministère de l'Écologie. Grâce à la mobilisation des citoyens, dans les semaines qui viennent, une étape cruciale va pouvoir débuter : les élèves agriculteurs des 23 lycées agricoles volontaires partout en France vont récolter à l'aide de filets à papillons les abeilles sauvages dans des champs cultivés. Elles seront ensuite envoyées à l'INRA d'Avignon pour identification. 

A terme, ces captures devraient permettre d'analyser l'impact de chaque espèce sur la pollinisation des cultures.

POLLINISATION ET AGRICULTURE
Ces données sont primordiales car les abeilles sauvages, championnes de la pollinisation, sont aujourd'hui menacées par les pratiques agricoles (pesticides 

Nicolas BLANCHARD a rejoint le pôle « Pollinisateurs sauvages » de POLLINIS début avril pour un stage de trois mois. Ses missions : aider l'équipe à rassembler et populariser les connaissances sur les pollinisateurs, alerter le public sur les espèces en danger en France et construire des argumentaires pour mieux les défendre auprès des élus. Nicolas est en troisième année de mastère à l'Institut supérieur de l'environnement (ISE) pour devenir ingénieur-juriste de l'environnement.

Jérémy PEPIN a rejoint le projet « Anti-frelon asiatique » de POLLINIS dans le cadre d'un stage de 6 mois. Etudiant depuis plus d'un an à « 42 », une nouvelle école d'informatique gratuite au fonctionnement participatif, Jérémy contribue à la mise en place des solutions techniques, électroniques et informatiques. Il poursuit également des missions de Recherche & Développement et service informatique au sein de l'association.

POLLINIS forme les futurs ingénieurs agronomes au « plaidoyer ».

 

Sans votre soutien nous ne pourrions pas lutter à Bruxelles et à Paris pour sauver les abeilles et les pollinisateurs sauvages ; nous ne pourrions pas passer aux cribles les règlementations ou commander des études scientifiques ; nous n'aurions pas les moyens d'alerter le public et de monter des dossiers de contre-lobbying citoyen pour aller défendre l'intérêt général au cœur des institutions.

 

JE FAIS UN DON

 
 

Vos signatures aux pétitions nous confèrent une légitimité indispensable qui nous ouvre les portes des représentants politiques. Vos dons donnent à POLLINIS la totale liberté d'action et de parole dont nous avons besoin pour faire pression efficacement sur les décideurs politiques.

Dans les mois qui viennent, grâce à vous, POLLINIS va mener de front plusieurs combats pour :
  • inscrire nos luttes à l'agenda des candidats à l'élection présidentielle française et aux imminentes élections législatives ;
     
  • obtenir une interdiction réelle de tous les pesticides tueurs d'abeilles en France;
     
  • contrer les lobbies à Bruxelles pour y faire interdire les pesticides néonicotinoïdes partout en Europe ; 
     
  • publier une étude sur les autorisations de mise sur le marché (AMM) des pesticides pour reformer le système d'homologation européen ;

  • accélérer la transition vers une agriculture respectueuse de la nature et des pollinisateurs dont elle dépend ;

  • poursuivre notre combat pour les pollinisateurs sauvages ;
  • protéger notre abeille locale, l'abeille noire.
Pour mener tous ces combats de front, nous avons besoin de votre aide.

Merci à nos 20 000 précieux donateurs réguliers et au million de citoyens qui nous soutiennent.
> JE FAIS UN DON

Toutes les informations nécessaires pour permettre la transaction ne vous seront demandées qu'à la fin, sur le serveur ultra-sécurisé de la banque. POLLINIS vous garantit une totale confidentialité de vos données personnelles. 

 
 

L'interdiction des tueurs d'abeilles votée par la France en juillet dernier ressemblait à une étape prometteuse. Mais en France comme à Bruxelles, il ne faut pas baisser la garde !

 

Ce sont les agrochimistes qui déterminent la classification des substances dont ils souhaitent l'homologation, sur la base d'études qu'ils commanditent eux-mêmes...

Le long combat des citoyens et des associations environnementales ont permis l'été dernier le vote par l'Assemblée nationale de l'interdiction des néonicotinoïdes. Pour rappel, ces insecticides tueurs d'abeilles, utilisés en Europe sur les grandes cultures (maïs, colza, tournesol, betteraves, pommes de terre, etc.), sont la pierre angulaire du système agricole actuel et le symbole de ses pratiques délétères et mortifères pour les pollinisateurs.

Mais comme l'a tout de suite souligné POLLINIS, cette interdiction pose de nombreux problèmes. D'abord, les néonicotinoïdes ne seront véritablement interdits en France qu'en 2020 (il est possible d'obtenir des dérogations jusqu'à cette date). Ensuite, la loi ne stipule pas qu'ils doivent être remplacés par des méthodes écologiques, laissant la porte ouverte

à la substitution de ces molécules par d'autres tout aussi toxiques !

DES NÉONICOTINOÏDES 
« CACHÉS »
D'ailleurs, Bruxelles, avec un sens du timing impressionnant, a déjà autorisé deux molécules – le sulfoxaflor et le flupyradifurone – qui n'ont pas été classées comme néonicotinoïdes alors que selon plusieurs spécialistes, dont le Dr Jean-Marc Bonmatin chargé de recherche au CNRS et spécialiste en toxicologie, ces substances actives « présentent des caractéristiques moléculaires qui leur permettraient d'être classées dans la catégorie des néonicotinoïdes ». Il faut savoir que ce sont les agrochimistes qui déterminent la classification des substances dont ils souhaitent l'homologation,

sur la base d'études qu'ils commanditent eux-mêmes... POLLINIS va donc se battre pour que les « néonics cachés » soient inclus dans le processus d'interdiction des néonicotinoïdes. 

L'association est aussi en train de finaliser une grande étude sur cette question des autorisations de mise sur le marché des pesticides au niveau européen, afin de proposer des réformes précises vers plus de transparence et de sécurité.

DEMAIN BRUXELLES
Par ailleurs, POLLINIS s'inquiète de ce que le décret d'application de l'amendement à la 
« Loi biodiversité » portant sur l'interdiction des néonics n'ait toujours pas été signé par le gouvernement sortant. L'association s'est engagée dans une veille minutieuse pour saisir les ficelles de ce retard et s'assurer que les choses avancent bien dans le bon sens...

Cette bataille a lieu en France, mais la guerre se mène aussi à Bruxelles où les lobbies sont particulièrement actifs en ce moment : en effet, le moratoire sur trois néonicotinoïdes voté en 2013 doit être réévalué d'ici à la fin de l'année. Il est crucial de l'étendre enfin à l'ensemble des tueurs d'abeilles, anciennes et nouvelles générations. Nous allons avoir besoin de votre aide.

notamment) et la destruction de leurs habitats. Or leur disparition aurait non seulement un impact considérable sur la biodiversité animale et végétale, mais aussi sur la disponibilité et la diversité alimentaires, avec des conséquences néfastes sur la santé humaine... Il est donc urgent de connaître les abeilles sauvages pour pouvoir les sauvegarder.

Le plaidoyer est le pendant associatif du lobbying, sauf que le premier se préoccupe de l'intérêt général quand ce dernier défend uniquement les intérêts privés. Lorine et Matthieu, deux ingénieurs agronomes de POLLINIS, sont intervenus pour animer un cours intitulé « Le plaidoyer comme outil d'interpellation du politique » dans le cadre de la formation des futurs ingénieurs agronomes en deuxième année à l'école AgroParisTech.

 


Après une présentation des actions de l'association POLLINIS et de ses outils pour défendre ses combats (pétitions, partenariats, actions de terrain, études, événements...), l'équipe a proposé un jeu de rôle : les étudiants pouvaient se glisser dans la peau d'un chargé de plaidoyer et proposer des stratégies et des actions pour interdire les pesticides de synthèse, introduire du bio, de l'équitable et du local dans les cantines françaises, empêcher l'adoption du traité de libre-échange CETA en France...

NOUVELLE GÉNÉRATION
Les campagnes de plaidoyer imaginées par les étudiants ont ensuite été analysées et commentées. A l'issue de l'après-midi, les étudiants étaient visiblement ravis. Nos ingénieurs agronomes – qui ont aussi beaucoup appris à leur contact – envisagent donc de pérenniser ce type de formation afin de sensibiliser un public de futurs ingénieurs amenés à influencer la politique agricole de notre pays.

CONTRECARRER LE MODÈLE AGRICOLE INDUSTRIEL ACTUEL

INTÉRÊTS PRIVÉS 
VS INTÉRÊT GÉNÉRAL

 

Le 23 février dernier, POLLINIS était à la conférence "L'agriculture dans la campagne présidentielle de 2017", organisée par le Centre de recherches politiques de Sciences Po. (Cevipof) à Paris. L'équipe y a interpellé les représentants des candidats pour qu'ils s'engagent à signer notre Charte 2017 pour les pollinisateurs.

  • un coup d'arrêt d'urgence au déclin dramatique des pollinisateurs ;

  • la protection des droits des citoyens contre les abus de l'industrie agrochimique qui décime les abeilles ;

  • la garantie que de nouvelles substances toxiques pour les abeilles et les pollinisateurs sauvages ne seront plus mises sur le marché ;

  • l'accélération de la transition vers une agriculture respectueuse des pollinisateurs dont elle dépend.

Matthieu et Lorine à AgroParisTech.

27/04/2017

Un réflexe à perdre d'urgence: croiser les jambes...

Selon Mme Caroline Lambert, vice-présidente de l'Association Française de Chiropraxie (AFC) et Mme R.Etienne, journaliste à Version Fémina d'avril 2017, le fait de croiser les jambes est néfaste à court, moyen et long terme pour notre corps. nous ne nous rendons pas compte que lorsque nous croisons les jambes, une hanche passe vers l'avant, ce qui fait faire une rotation au bassin et oblige la colonne vertébrale à compenser. A la longue, ce mauvais enchaînement de postures peut induire des douleurs récurrentes au niveau de la fesse, un lumbago à répétition ou une sciatique chronique. Si l'on croise à la fois les genoux et les chevilles, on risque à terme une scoliose.

Cette asymétrie (croisement prépondérant d'un côté) peut également être à l'origine d'une tension de la colonne et d'une usure prématurée d'une des hanches. Ce qu'on ne sait pas forcément, c'est que la position jambes croisées peut provoquer des troubles veineux (varices, phlébite...). De plus, lorsqu'on travaille jambes croisées, on est davantage fatigué, moins concentré, car les muscles sont contractés. En cas de grossesse, cette attitude néfaste peut même entraîner un manque d'oxygène et une carence en nutriments pour l'enfant à naître.

Il nous est donc vivement conseillé d'apprendre à nous asseoir et de nous débarrasser de cet automatisme. Les spécialistes conseillent de faire l'acquisition d'un gros ballon de fitness d'un diamètre de 65 à 75 cm (gym ball ou fit ball). En le tenant entre les genoux,on est obligé d'adopter une bonne position. En s'asseyant aussi sur le bord de la chaise, jambes écartées, dos droit sans aucun appui, on soulage sa colonne vertébrale. Il est également recommandé de se caler au fond d'un siège, les pieds bien à plat. Bref, tous ces trucs sont susceptibles de nous aider à conscientiser notre posture et à lâcher peu à peu cette façon de s'asseoir, qui nous vrille tout le corps sans que nous nous en rendions compte.

Lyliane

23/04/2017

Oser la fraternité avec l'ACAT (action des chrétiens contre la torture)...

Le journal de l'ACAT, résumant toute une année de ses actions, rapporte tout ce qui a été fait, notamment en partenariat avec l'Eglise Protestante Unie de France (EPUF) et le Service Jésuite des Réfugiés (JRS), autour du mot d'ordre :"Accueillir". Ils ont depuis novembre 2016 formé des groupes de réflexion et de sensibilisation au niveau local. Il leur a paru en effet en tout premier lieu nécessaire de montrer qu'ils sont nombreux à se préoccuper des conditions d'accueil des étrangers en France et en Europe et de rappeler que le droit d'asile est un droit fondamental partout dans le monde.

Avec l'idée de résister aux discours politico-médiatiques hostiles aux étrangers qui sont distillés ça et là dans notre pays et alentour, l'ACAT a choisi de plaider en faveur d'une politique migratoire d'accueil, respectueuse des Droits de l'Homme. Les participants à ces "pôles de résistance" ont d'abord échangé et partagé leurs préoccupations, leurs réflexions et leurs propositions. Puis ils ont construit un discours commun sur lequel ils doivent s'appuyer pour interpeller leurs élus.

Des expositions comme "Voyage en barbarie-l'exode d'Erythrée" ont été présentées dans plus d'une dizaine de villes en France. Les militants de l'ACAT ont également organisé des projections-débats autour du documentaire d'Avi Mograbi "Entre les frontières", parce qu'il interroge la notion de réfugié. Des repas solidaires, des veillées de prière, des opérations stickers, des moments d'échanges ont rythmé cette campagne.

Des rassemblements régionaux ont aussi porté sur cette thématique comme "J'étais un étranger et vous m'avez accueilli" en Auvergne, "L'accueil des migrants, comment puis -je y contribuer?" en région lyonnaise... Défendre le droit d'asile est également dans le mandat de l'ACAT avec deux volets distincts: l'assistance juridique aux étrangers (175 exilé(e)s de 31 nationalités différentes ont été reçus et accompagnés en 2016) et le plaidoyer auprès des instances internationales telles le CAT (Comité contre la torture des Nations unies) et nationales comme l'OFPRA (office français de protection des réfugiés et apatrides), les sénateurs et les parlementaires.

Pour aller plus loin, chacun dans notre coin de France, un dossier pédagogique avec 15 fiches pour changer de regard sur l'étranger, des dossiers, des messages de l'ACAT sont disponibles sur le site Internet: www.acatfrance.fr/accueildeletranger.

Lyliane

 

22/04/2017

Maintien des personnes âgées à domicile...

Selon l'US Retraités d'avril 2017, un sondage de 2012 montre que 90% des personnes interrogées à cette époque choisissaient de rester à domicile même si leurs capacités physiques se détérioraient. Un dossier consacré à ce sujet revient sur l'évolution de la politique sociale en France. Nous apprenons donc que jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale, les pouvoirs publics choisissaient l'hospice. C'est le rapport Laroque de 1962 qui commença à évoquer une nouvelle politique de la vieillesse et à imaginer des solutions de maintien à domicile. Des aides ménagères étaient certes apparues dès les années 50, mais il fallut attendre les années 1980 pour que la question de la prise en charge des personnes âgées devienne une question à la fois individuelle et de société. Le Plan Borloo en 2005 a permis le développement d'emplois précaires (aides à domicile) et la privatisation des services d'aide à la personne au détriment d'une politique publique.

Qu'en est -il aujourd'hui? Un rapport du Sénat datant de 2014 pointait cette évolution et préconisait un tarif unique d'intervention, une amélioration des conditions de travail, des salaires et de la qualification des personnels. La Loi Adaptation de la société au vieillissement (AVS), votée en décembre 2015, a procuré quelques avancées (revalorisation de l'APA, aide aux aidants, prévention et modalité d'autorisation pour les structures...). Toutefois, elle ne répond pas véritablement au défi du vieillissement, puisque le financement du maintien à domicile n'a pas été revu. Pourtant, il faut savoir que la majorité des personnes âgées vieillissent dans de bonnes conditions d'autonomie. Seuls 8% des plus de 60 ans sont dépendants et une personne sur 5 de plus de 85 ans. L'âge moyen de la perte d'autonomie serait de 83 ans... Il y a donc de nombreuses années à envisager avant la solution de la maison de retraite!

Certes, des améliorations dans les appartements existent déjà: douches avec appuis, alarmes personnelles, portage de repas... Il semble néanmoins nécessaire pour notre société de repenser l'aide à domicile, ses enjeux et son organisation. En effet, se faire accompagner dans toutes ses dimensions (physiques, psychiques et sociales) quel que soit son revenu personnel, marquerait un réel progrès. Espérons que ce débat ne sera pas escamoté et que nos aînés pourront vraiment choisir les contours de leur vieillesse... Car c'est au fond à chacun de nous que s'adressent ces choix de société!

Pour approfondir ces questions, il est possible de se connecter sur des sites Internet comme: www.dependance-infos.com/maintien-a-domicile ou 

www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/vivre-domicile/amenager-son-logement ou aussi:
www.notretemps.com › Famille Maison › Aide à la personne › Aide à domicile
 
Lyliane 
 
 

 

21/04/2017

Kif kif vivre ensemble!

Dans la revue hebdomadaire Version Fémina, un petit article d'avril 2017, émanant de Mr Frédéric Lopez et recueilli au cours de son émission journalière Mille et une Vies sur France 2 en début d'après-midi, m'a fait sourire. Il s'agit de l'initiative de Denis, un parisien trentenaire, qui se sentait révolté par "l'entre-soi et le cloisonnement de la société française". Alors, il a imaginé de créer des ponts entre les gens de milieux différents et de lutter ainsi contre les déterminismes sociaux. Car, beaucoup ne sortent pas de leur quartier et gardent de ce fait des préjugés envers autrui.

Le principe est simple: il suffit de s'inscrire sur le site: kifkifleblog.wordpress.com et de répondre à des questions sur ses goûts, ses loisirs et ses valeurs. L'association que Denis a crée décide alors de l'inconnu ou l'inconnue que vous devrez rencontrer. Avant le RV vous n'avez aucune information sur cette personne. On vous indique simplement un signe distinctif (chapeau, écharpe, chaussures, couleurs de vêtements...)qui vous permettra de le reconnaître et de l'aborder. Il ne reste plus qu'à la magie d'opérer!

Car Denis est persuadé que ces rencontres surprises avec des personnes issues de générations, de cultures, de religions, de milieux sociaux différents peuvent ouvrir les esprits et permettre à chacun de vraiment sortir de sa zone de confort. En général, à la fin de la rencontre, tous n'ont qu'une envie: faire une nouvelle rencontre!

Le vivre ensemble commencera peut-être grâce à des initiatives de ce genre... Alors, qui s'inscrit sur kifkifleblog.wordpress.com et nous raconte sa rencontre?

Lyliane

19/04/2017

Cristaux de soude, bons à tout faire!

Dans le Journal gratuit Culture Bio de juillet/août 2016, un article de Mme Sarah Portool fait le point sur les multiples usages des cristaux de soude. Ceux-ci en plus sont très bon marché! On les nomme également carbonates de soude ou bicarbonates de soude. Ils ne contiennent aucune substance chimique nuisible pour notre santé et notre environnement. Leur empreinte carbone est environ 3 fois plus faible que celle  d'un paquet de chips.  Ils sont en effet obtenus à partir de craie et de sel, extraits et transformés en France selon un processus chimique court et non toxique. Toutefois, selon mention portée sur les paquets, généralement on les manipule avec des gants afin de protéger sa peau.

Ils décapent, dégraissent, désodorisent, détartrent, désinfectent comme des détergents habituels. C'est le produit idéal pour les gros travaux. Le percarbonate de soude ou eau oxygénée est un agent blanchissant dans les lessives écologiques. Dans beaucoup d'hôpitaux outre-Atlantique, il remplace l'eau de javel pour la désinfection, sans la toxicité du chlore. En fait, dans la maison, il sert pratiquement à tout: de l'entretien de la salle de bain, à la vaisselle, sans oublier une fonction de lutte contre les parasites du jardin.

En cuisine, c'est un excellent agent levant pour remplacer la levure chimique pour le pain ou la pâtisserie. Il peut également réguler l'acidité des aliments. Excellent déodorant, on peut l'ajouter dans l'eau du bain, s'en servir comme dentifrice ou comme shampoing sec. Enfin, comme il est alcalin, il est vendu en pharmacie comme anti-acide. Bref, avec le bicarbonate de soude, nous avons une alternative bon marché aux produits d'entretien, d'hygiène et de cosmétiques classiques.

Lyliane

18/04/2017

L'harmonie des âges serait à conquérir...selon la MGEN (mutuelle générale de l'éducation nationale)

Une interview de Mme Bernadette Puijalon, anthropologue spécialiste du vieillissement, dans Valeurs Mutualistes, journal de la MGEN, m'a fait réfléchir à la question des liens intergénérationnels. Autrefois, en effet, cette question ne se posait pas car plusieurs générations vivaient sous le même toit. Désormais, dans nos sociétés occidentales les âges sont séparés et les rencontres sont beaucoup moins fréquentes. Mme Puijalon pointe un paradoxe actuel:"notre société chante la jeunesse, mais fait des conditions économiques très difficiles à ses jeunes; elle nous commande de ne pas vieillir, mais elle n'a jamais fait autant économiquement pour ses vieux."

Selon l'anthropologue, les relations entre les générations à toutes les époques sont porteuses de conflits éventuels dans la sphère privée comme publique, généralement autour de l'avoir, du savoir et du pouvoir. L'harmonie des âges serait donc à conquérir, car c'est l'un des ciments du "vivre ensemble". C'est pourquoi, selon Mme Puijalon, des actions de solidarité intergénérationnelle peuvent remettre en cause des stéréotypes et jouer un rôle fort à notre époque où beaucoup de repères semblent brouillés.

Un sondage BVA réalisé à la demande des Petits Frères des Pauvres montre que 88% des 18/24 ans interrogés se disent prêts à consacrer du temps à une personne âgée. De même, une enquête Viavoice, réalisée en 2016, révèle que pour 88% des Français la relation entre les générations est considérée comme satisfaisante. L'INSEE, dans son portrait social de 2016, ajoute que 43% des personnes interrogées disent avoir eu l'occasion d'obtenir un soutien moral, une aide financière ou matérielle de la part d'un membre de leur famille, d'un ami ou d'un voisin.

Que ce soit en effet pour garder des enfants malades ou des petits-enfants pendant les congés scolaires, pour conseiller ou donner un coup de pouce à un jeune désireux de s'installer, dépanner un jeune ménage qui cherche un prêt pour construire sa maison, les seniors la plupart du temps répondent présents. En parallèle, il ne faut pas oublier que beaucoup d'aidants donnent de leur temps et de leur affection à entourer une personne vieillissante et devenue dépendante. D'autant que, selon l'INSEE, en 2050 un Français sur 3 sera âgé de 60 ans ou plus contre 1 sur 5 en 2005...

Bref, réjouissons-nous de constater que, malgré la crise économique et l'éclatement des familles, les liens entre générations demeurent forts. Et ne nous privons pas de pratiquer des échanges sociaux et solidaires entre voisins comme entre parents d'une même famille. Il me semble que nous avons tous à y gagner!

Lyliane

17/04/2017

Un scénario de transition énergétique qui paraît crédible...

L'Association négaWatt a publié en janvier dernier son scénario 2017-2050. Il montre comment la France pourrait "atteindre le 100% renouvelable d'ici à 2050, avec à la clé de multiples bénéfices économiques, sociaux et environnementaux". Un article paru dans Biocontact d'avril 2017 émanant du Directeur de l'Association négaWatt, Mr Stéphane Chatelin, éclaire le chemin vers la transition énergétique, dont la loi a été adoptée l'été 2015. Il démontre notamment que des gisements considérables d'économie d'énergie existent. Il cite le cas des domaines du bâtiment, des transports et de l'industrie.

Pour le bâtiment, l'action principale pourrait se centrer sur la rénovation énergétique: isolation des parois, remplacement des fenêtres, amélioration des systèmes de ventilation, de chauffage et d'eau chaude. Le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre reste celui des transports. En réduisant la place des voitures, des poids lourds, du transport aérien, en développant le télétravail, le co-working, des impacts importants pourraient en résulter. Enfin, le secteur industriel devrait réduire ses besoins en matières premières non renouvelables, promouvoir un recyclage généralisé et un système alimentaire issu de pratiques agro-écologiques et biologiques.

Tout cela s'ajoute bien entendu à l'abandon progressif du nucléaire et des énergies fossiles et à la fin de l'obsolescence programmée des appareils. En résumé, le scénario prôné par négaWatt réclame de tous plus de sobriété, d'efficacité et une fourniture d'électricité assurée par des énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque,filière bois...). Ce scénario ambitieux mais réaliste pourrait à terme créer quelques 600 000 emplois à l'horizon 2050, si des investissements étaient faits au bon endroit. En outre, les bénéfices pour notre santé serait très importants (polluants atmosphériques, particules fines en diminution...).

Crée en 2001, l'Association négaWatt par son projet résumé ci-dessus a pour objectif de montrer qu'un autre avenir énergétique est réalisable et souhaitable. Pour en savoir plus sur ce scénario  qui est le fruit d'un travail d'expertise collectif, ou cette Association, consulter sur Internet le site: www.negawatt.org.

Lyliane

 

14/04/2017

SOLIDARITÉ AVEC LES SOLIDAIRES !

 
SOLIDARITÉ AVEC LES SOLIDAIRES !
par Accueil RÉFUGIÉS · 23 413 signataires
MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

Soutien à Félix Croft

Accueil RÉFUGIÉS
France

13 AVR. 2017 — Félix Croft, 28 ans, né à Cagnes-sur-Mer, est inculpé en Italie pour délit de solidarité.

Il a été arrêté le 22 juillet 2016 à la frontière franco-italienne, au péage de Vintimille. Il transportait dans sa voiture une famille de cinq soudanais originaires de la région du Darfour : la mère enceinte, son mari, son frère, et ses deux enfants de 5 et 2 ans. Ces réfugiés avaient fui le Darfour suite à un massacre dans leur village où leur maison avait été incendiée. Félix souhaitait les abriter dans son appartement à Vence, avant de les aider à effectuer leur demande d'asile dans l'endroit de leur choix.
Le 16 mars 2017, la procureur du tribunal d'Imperia a requis 3 ans et 4 mois de prison ferme, ainsi que 50 000€ d'amende à son encontre.

Signez la pétition : https://www.change.org/p/décideurs-politiques-en-matière-...

13/04/2017

Lumière sur le business des ampoules...

Si vous n'avez pas pu voir à la télévision l'enquête sur France 5 des réalisateurs C. Cabanas et L. Fléchaire intitulée "Le côté obscur de l'ampoule", vous serez intéressé par le résumé que j'en fais en m'inspirant également d'un article de Mr G. Boussaingault dans le journal Nice-Matin du dimanche 2/4/2017. Ce documentaire fait le point sur les ampoules dites à basse consommation, qui depuis le 1/9/2012 ont remplacé les modèles à incandescence. Réputées plus économiques et plus écologiques en théorie, les ampoules fluo-compactes, selon une enquête menée jusqu'en Chine, se révèlent coûter plus cher, durer moins longtemps et contenir du mercure, un composant très dangereux pour la santé.

Le recyclage de ces ampoules (5000 tonnes en France en 2016) pose en effet problème, car le mercure est un perturbateur endocrinien, non sans conséquence pour la santé de nos enfants selon l'eurodéputée des Verts, Mme M. Rivasi. Loin d'être une solution miracle, ces bulbes lumineux si nécessaires à nos intérieurs émettraient en outre des ondes électromagnétiques et des rayonnements uttraviolets. Même les lampes à LED à forte énergie que l'on trouve dans les tablettes, les téléphones et les ordinateurs seraient particulièrement agressives pour les yeux. Nos enfants, dont le cristallin absorbe toute la lumière bleue et qui restent fascinés de longues heures devant les écrans, courent un risque à plus ou moins longue échéance...

Aussi, sans retourner à l'ère de la bougie et de la lampe à pétrole, soyons vigilants, expliquons à nos enfants que les rayonnements des appareils dont ils raffolent sont agressifs pour leurs yeux et surtout demandons des comptes aux industriels et à tous ceux qui nous font prendre de tels risques sans nous en parler. Comme quoi, lanceurs d'alertes et réalisateurs engagés sont essentiels pour débusquer des business dangereux pour notre santé et pour faire progresser une nécessaire transparence!

Lyliane

12/04/2017

Sept bonnes raisons d'ouvrir un P.E.L. (plan épargne logement) selon Fémina Magazine...

Actuellement, écrit Mme Laurence Ollivier dans Version Fémina, le plan épargne logement est un placement sûr et relativement bien rémunéré, car s' il ne rapporte qu'1% brut d'intérêt depuis le 1er août 2016, à l'issue du plan si l'on décide d'emprunter le taux d'un P.E.L est de 2,20%... Les banques pratiquent en ce moment plutôt du 2,70 % voire du 3 ou 4% hors assurance.

Le premier avantage du P.E.L. est que le taux de prêt est garanti durant toute la durée du plan (quinze ans au maximum), même si entre-temps les taux du marché se sont envolés. Ce prêt, rappelons le, est destiné à l'habitation principale et permet de financer l'achat et la construction d'un logement neuf ou ancien, ou des travaux.

Ensuite, bien réaliser qu'il n'y a pas de refus de prêt possible. En effet, le P.E.L. se compose d'une phase d'épargne durant laquelle on emmagasine des droits à prêts qui permettent par la suite d'emprunter un montant maximal de 92 000 euros remboursables sur 2 à 15 ans.

L'économie de frais de dossier est également non négligeable. La plupart des banques pratiquent des frais qui peuvent représenter un pourcentage du montant emprunté, soit habituellement 1% du prêt, plafonné ou non selon les établissements bancaires.

De nombreuses banques, en cas d'emprunt immobilier, exigent une domiciliation de tous les revenus de l'emprunteur. Avec un P.E.L. ce n'est généralement pas le cas.

Le prêt P.E.L. est dispensé de la taxe de publicité foncière en cas de prise d'hypothèque.

Autre avantage: le prêt P.E.L. entre dans le calcul de l'apport personnel. Or généralement plus l'apport personnel est important, meilleures sont les conditions de prêt bancaire. En outre, si vous aviez ouvert un P.E.L. depuis le 1er août 2016, en cas de demande de prêt d'au moins 5000 euros, une prime d'Etat double le montant de vos intérêts acquis au terme du P.E.L.

Enfin, et c'est une spécificité des C.E.L. et des P.E.L., vous avez la possibilité de céder vos droits à prêt ou de les cumuler avec ceux de vos proches. Le bénéficiaire doit être un membre de la famille ou de la famille du conjoint et titulaire d'un P.E.L. ouvert depuis au moins 3 ans. Bonne nouvelle: il est possible d'ouvrir un P.E.L. par personne, y compris pour chacun de ses enfants mineurs et ce n'est pas considéré comme une donation...

Pour en savoir davantage, il est possible de consulter différents sites sur Internet comme www.meilleurtaux.com ou www.cbanque.com. Là, des courtiers en crédit sont référencés et donnent de judicieux conseils.

Lyliane

04/04/2017

Rester assis toute la journée est contre-indiqué pour la santé...

Mme Axelle Truquet, journaliste à Nice-Matin, a interviewé un ostéopathe de Nice Mr G. Stoppini, le 21 janvier 2017 à propos de maux de dos engendrés par une position assise toute la journée. Effectivement, surpoids, problèmes cardio-vasculaires, stress seraient la partie émergée de l'iceberg du danger à avoir un métier trop sédentaire. Car passer six ou huit heures dans la même posture peut avoir des conséquences plus importantes. Aussi, l'ostéopathe interrogé incite les personnes contraintes à travailler assises les yeux rivés sur un ordinateur, à travailler debout ou à soulever des charges toute la journée, à se lever régulièrement, à s'étirer, à faire des flexions, voire à marcher de long en large. Aux Etats-Unis, certaines entreprises ont installé des tapis de courses depuis lesquels les salariés peuvent travailler grâce à des aménagements. Chez nous, c'est loin d'être passé dans les moeurs...

 

Pourtant, l'OMS recommande de faire 10 000 pas par jour, c'est à dire de marcher environ 1 heure d'un coup ou en fractionné, en utilisant par exemple une application podomètre sur son smartphone. Il est également conseillé dans le quotidien de faire du sport, de privilégier les escaliers, de faire du vélo, de garer sa voiture un peu plus loin que d'habitude, afin d'entretenir la stimulation musculaire de tout son corps. Même lorsqu'on a été débordé toute la journée, passer des heures devant la télé le soir au lieu de bouger et de s'aérer n'est vraiment pas recommandé.

Lorsqu'on travaille des heures durant sur ordinateur, il faut veiller à bien se positionner face à l'ordinateur, à poser son coude sur le bureau ou sur l'accoudoir du siège pour utiliser la souris, afin de préserver ses cervicales, éviter les tensions du cou et des épaules. Il existe néanmoins des souris ergonomiques. Bouger toutes les trente minutes, selon Mr Stoppini, paraît une bonne moyenne. Une alarme sur son téléphone pour y penser serait, de même, une sage précaution.

En tout état de cause, de nouvelles habitudes sont à prendre pour prévenir des pathologies et rester en bonne forme physique. Le déclic zen, selon le Journal Principes de Santé, serait de se ressourcer pendant deux minutes toutes les 2 heures, pour évacuer le stress. Des mouvements simples, des respirations permettent de se réapproprier les différentes parties de son corps, les muscles endoloris par exemple par la posture immobile. Pour en savoir plus, contacter www.lesmainslibres.fr

 

Lyliane

01/04/2017

Louer solidaire en toute sécurité...

 Dans le journal d'infos des Petits Frères des Pauvres de mars 2017, j'ai trouvé un article intéressant sur la location solidaire. La ville de Paris et six régions françaises ( Ile de France, Nord-Pas-de-Calais, Pays de Loire, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d'Azur) ont mis en place un dispositif appelé «Louez solidaire» à Paris et «Solibail» en Province. Celui-ci incite les propriétaires bailleurs à louer un logement aux personnes les plus modestes en échange d'avantages fiscaux et autres. En effet, le propriétaire peut bénéficier d'un abattement fiscal de 30 à 70% des revenus locatifs en plus des frais déductibles. De leur côté, les locataires les plus modestes peuvent par ce biais enfin accéder à un logement en bon état dans le parc privé.

 

Le propriétaire, en effet, signe un bail de 3 ou 6 ans avec une association agréée et expérimentée, qui devient le locataire officiel. C'est elle qui se charge de trouver le locataire et qui s'en porte garant. Le logement ne doit pas être meublé et il doit faire au moins 16m2. Il doit aussi respecter les normes de décence, d'hygiène, de sécurité et de confort et ne pas dépasser le prix moyen des loyers du secteur. L'association signataire garantit le paiement des loyers et des charges pendant toute la durée du bail, que le logement soit occupé ou non. C'est elle qui visite le logement et en assure l'entretien. Elle paie également l'assurance des locaux.

 

Autre avantage pour les propriétaires: en cas de travaux importants, une aide conséquente de l'ANAH (Agence Nationale de l'Habitat) peut leur être attribuée contre l'engagement de louer au moins pendant 6 ans. Enfin, ils peuvent récupérer leur logement à l'issue du bail sans aucune justification, ni une quelconque procédure d'éviction.

 

Pour en savoir plus sur ce dispositif, pour Paris, consultez le site internet: www.paris.fr/louezsolidaire et pour les autres départements des régions citées: www.solibail.fr.

 

Lyliane

 

17/03/2017

Comment éviter les champs électromagnétiques?

Le Journal Nice-Matin du 5/3/2017 fournit à ses lecteurs quelques conseils pour éviter d'être perturbé par des ondes. En effet, d'internet à notre téléphone portable,de nos fours micro ondes à la wi-fi, nous vivons cernés par des champs électromagnétiques.. C'est Mr Christophe Salini de la société de diagnostic Ondes Protect qui nous propose des astuces, afin de réduire notre exposition.

- Eteindre la wi-fi de la box Internet tous les soirs et surtout ne pas l'installer dans       une chambre à coucher.

- Si possible s'équiper d'un téléphone avec une fonction"eco"permettant de couper le   courant électrique quand on ne se sert pas du téléphone.

- Placer les bases du téléphone dans des lieux de passage comme une entrée.             Surtout éviter bureau ou table de nuit!

- A la cuisine, ne pas rester près du micro ondes lorsqu'il marche. s'éloigner de 2 à 3   mètres.

- Relier tous les appareils ménagers (réfrigérateur, four, fer à repasser...) à la       terre. Dans les pièces d'eau, le bureau et le salon, vérifier que les prises sont   raccordées à la terre.

- S'équiper d'un cordon USB pour son ordinateur portable et vérifier le raccordement   à la terre.

- Quand les enfants vont sur Internet et chargent des vidéos, se méfier des émissions   plus importantes.

- Réduire la durée d'utilisation des tablettes et ordinateurs pour les jeunes                   enfants, particulièrement en dessous de 6 ans.

- Dans la chambre à coucher, activer le mode avion, si l'on veut utiliser la nuit             son smartphone comme réveil.

- Mettre son portable en mode haut-parleur pour ne pas le coller à l'oreille. Utiliser       une oreillette et des coques spéciales pour diminuer l'exposition aux ondes.

- Les compteurs Linky émettent des ondes par CPL. Ils peuvent déclencher des   appareils de façon intempestive, mais on n'a pas mis en évidence leur dangerosité   pour la santé. Une étude réclamée par l'euro députée écologiste Mme Rivasi est         en cours. Le concentrateur est la seule chose qui communique une fois par   jour(moins d'une minute) par conduction. Par précaution le faire installer dans une   dépendance, un garage ou un couloir.

  Alors, tenons compte de ces conseils, à plus forte raison si l'on est particulièrement   électrosensible! Il faut cependant savoir qu'en Suisse, des immeubles refuges pour   personnes électro hypersensibles ont été construits à Zurich en 2013. En Suède, les   autorités locales reconnaissent cette pathologie et financent des travaux de     protection des foyers concernés. Quant à Monaco, la norme a été abaissée à 6 volts    par mètre pour les antennes radio, TV, wifi et 4 volts par mètre pour la simple           téléphonie mobile. En Europe, la norme est entre 40 et 60 volts/mètre...

  Lyliane

14/03/2017

Vers une société fondée sur la bienveillance...

 

 

Dans Convergence, la revue de mars/avril 2017 du Secours Populaire, un article reprenant les propos recueillis par Mr H. Kechit interviewant Mr Serge Guérin, sociologue spécialiste du vieillissement, fait le point sur le rôle économique et social des aidants dans notre pays. Sans eux, affirme-t-il, le pays ne tiendrait pas.

Selon lui, ils contribuent comme tous les acteurs de la solidarité de proximité, à poser les bases «d'une société accompagnante fondée sur cette éthique de la sollicitude que l'on appelle aujourd'hui le care». Ils sont cependant quasi invisibles, alors que leur rôle est essentiel. En effet, en améliorant la vie des autres, les aidants embellissent leur propre vie. Mr Guérin cite le philosophe Lévinas, qui disait que les aidants pratiquent «la non-indifférence au prochain».

Selon Mr Guérin, les aidants sont investis d'un triple rôle: ils permettent en tant que bénévoles à des personnes malades ou en en grande difficulté de vivre en étant soutenues; en tant que salariés, ils représentent une source de développement et ils oeuvrent aussi socialement par des soins prodigués en tant que personnes ressources relativement compétentes et assurément aimantes.

Ce sont en France une majorité de femmes (environ 80%) qui sont aidantes. Et celles qui travaillent se partagent difficilement entre leur emploi et l'accompagnement d'un proche. La Loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement représente un progrès, car le congé du proche aidant est désormais élargi à ceux qui n'ont aucun lien de parenté avec la personne aidée.

L'article propose un système d'assurance et des formations, afin de concilier travail et aide pour certaines personnes en ayant besoin, d'autant que le nombre de personnes du 3ème et du 4ème âge ne fait que croître. Il nous demande surtout de changer notre regard sur le rôle de la société. Une approche différente en effet pourrait faire naître chez nous «une société basée sur la bienveillance et l'interdépendance», créant un cercle vertueux susceptible de nous sortir de l'individualisme ambiant.

 

Pour en savoir davantage, consulter sur Internet: www.secourspopulaire.fr ou lire les ouvrages de Mr Guérin comme "la guerre des générations aura-t-elle lieu?", "la solidarité, ça existe... et en plus ça rapporte!" et "de l'Etat providence à l'Etat accompagnant".

Lyliane