Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2018

Migrants

 I have a dream »… « J’ai un rêve"...

 

Je me plais parfois à imaginer à qui je dois mon esprit frondeur, ma "testardise" obstinée, mon enracinement terrien.  A mon arrière grand père protestant des Cévennes ? A l’artisan suisse descendant de Juifs d’Espagne devenu cordonnier à Avignon ?  Au paysan vauclusien ? Au poseur de rails parti d’Italie pour ne pas servir dans la Garde royale ? Un arrière autre grand-père enfant trouvé ouvre à tous les possibles… Et encore, je ne sais rien des femmes…

Cherchez bien, nous sommes tous le fruit de curieux mélanges !  Tous descendants de migrants…

Chaque jour on nous démontre, preuves à l’appui, que nous ne pouvons pas « accueillir toute la misère du monde » ?  J’aimerais que des voix s’élèvent pour nous démontrer, preuves à l’appui, que c’est possible et peut-être même bénéfique, d’accueillir, héberger, nourrir, former, ces gens qui viennent d’ailleurs.  J’aimerais que des politiques de tous bords, des associations laïques ou confessionnelles, des citoyennes et citoyens de bonne volonté, prennent l’initiative d’Etats Généraux de la solidarité pour créer une France, et pourquoi pas une Europe plus généreuse et plus ouverte.  J’aimerais…

Claude

 ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………...

Bonjour,

Je partage votre rêve, Claude, et moi aussi je me reconnais des racines étrangères et des désirs d'ouverture du coeur… Mon père, émigré italien, a fait la dernière guerre à 20 ans comme soldat engagé aux avant-poste sur le front du Nord avec un bataillon de tirailleurs marocains et de sénégalais. La plupart ont donné leur vie pour retarder l'avancée de l'ennemi allemand. Là, personne ne se plaignait de leur présence! C'était normal! Le film "Indigène" le montre bien! Aujourd'hui, 73 ans plus tard, à Nice, dans notre Amap, nous soutenons Cédric Herrou, ce paysan de Breil sur Roya qui a été à 8 reprises au moins en garde à vue ou déféré devant un juge pour "délit de solidarité". Il avait tout bonnement nourri et recueilli des enfants mineurs d'Erythrée ou du Soudan errant dans la vallée où il habite… Pas de décoration pour ses gestes généreux: rien que des menaces et des tracasseries policières! 

Nous devrions avoir honte de prêter l'oreille aux thèses xénophobes qui prétendent que "nous serions saturés d'étrangers et que notre économie en souffrirait". Ne souffririons-nous pas plutôt d'usines délocalisées en Chine ou en Pologne? De grands patrons qui échappent à l'impôt? D'une société individualiste qui croit que le bonheur est dans la consommation? Peu à peu, je vois la Hongrie, l'Italie plonger dans les extrêmes… Mr Trump veut ériger un mur pour éviter l'immigration… Qui donc se lèvera courageusement pour contredire toutes ces allégations, pour proposer un accueil digne et respectueux à ces populations en détresse? Les "migrants", exilés de leurs pays afin de survivre, n'ont pas le droit de travailler chez nous. Pire, ils sont obligés de se cacher, ils sont parqués, malmenés par la police comme des malfrats…

Il fut un temps ( peu glorieux ), où c'étaient les juifs qui devaient se cacher… Demandons nous tout de même qui aurait intérêt à trouver en ces étrangers de pratiques "boucs émissaires" et à nous gouverner par la peur? Le peuple français est-il devenu amnésique, sourd et aveugle? Nous avons par exemple des déserts médicaux, des villages sans boulanger ni artisans. Ces jeunes pourraient offrir leurs services, combler le vieillissement de notre population…  Avons-nous vraiment peur de perdre "nos privilèges", notre "race blanche" qui se croit supérieure aux autres? Regardons plutôt l'histoire: combien "d'erreurs" en Afrique, en Indochine ou ailleurs avons-nous commises avec la colonisation? Des génocides ont même eu lieu dans l'anesthésie générale? Plus tard, sans aucun doute, un chef d'Etat demandera pardon à toutes ces victimes de notre indifférence à leurs souffrances, de notre accueil conditionnel (immigration choisie?) de nos mauvais traitements même… Car la roue tourne et les œillères finissent un jour par tomber!

Je lutte en ce moment pour aider Kemi, une jeune femme du Nigéria qui a fui son pays, où elle avait un bon emploi bancaire, pour éviter à sa fille d'être excisée. Elle suit avec moi depuis 3 ans des cours de français aux Restos du Cœur, où elle vient chercher une aide alimentaire. Elle fait du bénévolat au Secours Catholique, vu qu'elle n'a pas le droit de travailler! Elle est cultivée, courageuse et comme toutes les mères cherche à protéger ses enfants. J'étais confiante et je me disais que nous pouvions l'aider…  En effet, il y a chez nous des lois, des associations qui protègent ces fillettes en danger. Aussi Kemi a- t- elle depuis 2015 demandé asile en France, pour que ne se reproduise pas ce qu'elle a elle-même vécu: des souffrances atroces et la mort de sa sœur aînée à la suite de son excision. Mais que croyez-vous que lui a répondu l'OFPRA à deux reprises? Non, pas d'asile, pas de protection pour ses deux enfants! Elle risque d'être expulsée. J'en suis révoltée. Il y a les bonnes paroles (droits des enfants…) et la réalité!

Nous ne nous résignons pas et je la soutiendrai de mon mieux dans son recours. Car il faut lui trouver un bon avocat, le payer et faire vite car elle n'a qu'un mois de délais! Mais je pose la question: au nom de quoi l'Etat français refuse-t-il d'aider Kemi et ses deux enfants? Là encore, j'ai de la peine en constatant ce qui se passe dans notre pays... Toutefois, j'aimerais au moins savoir que des compatriotes sont prêt(e)s à dire à haute voix (par pétition, lettre au Président, à l'OFPRA ou au Ministre de l'Intérieur par exemple) que c'est odieux et profondément injuste de ne pas défendre cette petite fille sur le sol français… Ce serait mon rêve d'aujourd'hui!

Lyliane

 

La planète Uranus va entrer en scène et se doter de l'énergie du Taureau...

Du 15/5 au 6/11/2018 environ, la planète Uranus transitera le signe du Taureau, après avoir traversé tout le Bélier, un signe de feu. Uranus, par le jeu de sa rétrogradation, y retournera en fin d'année 2018 avant de s'installer vraiment en Taureau dès 2019. Nous connaissons cette planète, maîtresse du signe du Verseau, pour le saut quantique qu'elle nous propose individuellement et collectivement, lorsque nous avons construit des bases solides dans le monde terrestre grâce à Saturne. Selon la façon dont Uranus, planète de l'invisible, est vécue, elle peut donner des poussées pour activer le changement, quitte à le faire assez violemment, si nous n'avons pas su capter ses incitations grâce à notre intuition, au lieu de nous servir de notre mental.

 

Nous pouvons déjà mesurer son action puissante lorsque la planète agissait dans le signe du Bélier: renouvellement de nombreux leaders politiques, renouveau social et économique dans de nombreux domaines, incitation pour une partie de notre jeunesse à imaginer une société nouvelle, à aller courageusement de l'avant en prenant des initiatives (starts up, intelligence artificielle...), en dépit des freins et des peurs des tenants de l'ancien monde...

 

Bientôt, nous pourrions voir les signes avant-coureurs de l'énergie qu'Uranus va puiser dans le Taureau, un signe de terre bien concret. La nature pourrait tout à coup retrouver toute sa place. La terre, l'eau, l'air, le soleil, le vent, les arbres, les animaux... tout ce qui palpite et vibre sur la planète est appelé à redevenir infiniment précieux, source de notre bien-être physique et de notre équilibre humain. Respirer à pleins poumons, manger sainement, cultiver sans traitements dangereux, vivre sans gaspiller, ni polluer la terre, ni piller des ressources, bouger notre corps, prendre soin les uns des autres... tout cela pourrait peut-être enfin s'installer durablement dans nos consciences, avant de s'incarner...

 

Les ondes Wi Fi nous sont utiles, certes, mais nous devrions peu à peu prendre conscience que notre énergie de vie vient de l'Univers dans lequel nous sommes plongés, d'une source invisible à laquelle nous puisons tous. L'argent-roi, les possessions de biens matériels dans un monde inégalitaire, où certains sont dans l'opulence et d'autres dans le dénuement, tout cela pourrait enfin poser de graves questions à l'humanité. Des réajustements, des dés-identifications à nos rôles, à nos petits moi pourraient intervenir... Mais ne soyons pas naïfs: nous n'en sommes encore qu'aux prémisses!

 

Néanmoins, je m'appuie également pour écrire ces lignes sur le coup de pouce potentiel que pourrait nous apporter Chiron, le sage centaure guérisseur, qui va entrer dans le signe du Bélier à la mi-avril 2018, après un long cheminement en Poissons. Ne serait-il pas censé ouvrir de sa clé une ère nouvelle, pour peu que nous sachions nous en saisir?

Lyliane

 

30/05/2018

Prise de conscience citoyenne en Europe

Le procès en appel d'une ONG contre les Pays-Bas s'ouvre ce lundi. La condamnation de l'Etat en première instance avait ouvert la voie à de nombreuses actions.

 

Le 24 juin 2015, pour la première fois, un Etat (les Pays-Bas) était condamné par la justice, après une plainte de l’ONG Urgenda, à prendre immédiatement de plus fortes mesures pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre : les diminuer d’au moins 25% par rapport à 1990 et d’ici fin 2020. Trois ans plus tard, bien que cette décision soit entendue en appel à partir de ce lundi devant la Cour de La Haye, l’affaire Urgenda Foundation vs. The State of Netherlands a inspiré une multitude de procès à travers le monde, et notamment en Europe.

«Cette victoire fut l’étincelle qui a lancé le mouvement mondial de citoyens demandant aux tribunaux de forcer les Etats à passer à l’action sur le climat, assure Dennis Van Berkel, conseiller juridique de l’ONG néerlandaise Urgenda. Les gouvernements savent maintenant qu’ils ne peuvent plus se rendre dans des conférences internationales et déclarer qu’ils prendront des mesures contre le changement climatique sans le faire réellement. Ils peuvent se retrouver devant un juge à expliquer pourquoi ils n’ont pas agi tout en sachant qu’ils devaient le faire.» En Suisse, en Irlande, au Royaume-Uni, en Allemagne, au niveau européen, les procès ont essaimé en quelques années et, même sans aboutir, poussent les gouvernements à agir.

 

Un outil démocratique

En Belgique, depuis 2014, l’association l’Affaire Climat a réussi à réunir 35 000 codemandeurs dans leur plainte lancée contre les autorités belges. «Nous voulons que les politiques belges de lutte contre le changement climatique cessent d’être incohérentes, déclare Serge de Gheldere, président de l’Affaire Climat. Notre action en justice n’est pas une agression contre l’Etat mais une utilisation d’un outil démocratique.»

Le gouvernement irlandais fait aussi les frais des velléités judiciaires d’environnementalistes inquiets de son manque d’actions face aux changements climatiques. «La mobilisation des ONG sur le sujet n’a pas permis de provoquer de revirement de la part du gouvernement, explique Sadhbh O’Neill de l’ONG les Amis de la Terre Irlande, à l’origine d’un procès lancé en octobre 2017. Nous attaquons l’Etat car nous avons besoin d’incitations politiques pour changer les comportements.» Le 24 mai, ce sont 10 familles française, européennes, kenyane et fidjienne qui ont attaqué en justice l’Union européenne pour son manque d’actions en faveur d’un climat sain. Les entreprises les plus émettrices en gaz à effet de serre commencent aussi à être visées. Après le Péruvien Saúl Luciano Lliuya qui a poursuivi le géant allemand de l’énergie RWE pour sa participation au changement climatique, les Amis de la Terre Pays-Bas ont lancé une procédure, début avril, contre Shell, autre monstre de l’industrie des énergies fossiles.

 

Changement de paradigme

«Bien que les jurisprudences ne soient pas transposables d’un pays à un autre, plus il y aura de procès de ce type en Europe, plus il sera facile de démontrer que les arguments avancés sont pertinents, souligne Sébastien Duyck, avocat au Centre pour le droit environnemental international. Le droit est une affaire vivante. Chaque cas apporte de nouveaux principes juridiques sur lesquels peuvent s’appuyer les juges.»

Un des freins aux actions judiciaires sur le climat a été le manque d’expérience des juges sur les questions de droit environnemental et de changement climatique. Plusieurs initiatives universitaires en Europe visent à les former sur ces enjeux. Pour Emilie Gaillard, maître de conférences à l’université de Caen et spécialiste de droit de l’environnement : «Nous observons un changement de paradigme dans la discipline. Ces actions en justice introduisent aussi une nouvelle entité juridique : le droit des générations futures.»

Un principe qui existe déjà dans le préambule de la Charte de l’environnement française et sur lequel pourrait s’appuyer un hypothétique procès climatique en France. «Le droit doit évoluer en fonction de cette prise de conscience citoyenne pour un meilleur respect de la Nature», reprend la juriste. En France, plusieurs cabinets d’avocats et l’association Notre affaire à tous planchent sur de futurs recours judiciaires qui pourraient aboutir dans les prochains mois.

 

Aude Massiot - Liberation - lundi 28 mai 2018

21/05/2018

Que pouvons-nous bien célébrer à la Pentecôte?

Chaque année, j'ai remarqué que la célébration de cette fête, chrétienne et juive à la fois, m'interroge en profondeur sur le sens que je peux personnellement lui donner dans ma vie de femme. Certes, j'ai déjà souvent noté que je suis sensible aux symboles, qu'ils soient mythologiques ou astrologiques, mais je m'interroge une fois de plus: quelle symbolique laïque dans le monde d'aujourd'hui peut bien être encore rattachée à cette célébration de la Pentecôte?

Pour juifs et chrétiens, c'est une fête religieuse qui vient 7 semaines après Pâques et marque la descente de l'Esprit-Saint sur les apôtres du Christ réunis avec Marie, mère de Jésus, leur insufflant la force de porter le message d'amour de Dieu à tous les hommes. Toutefois, dans nos sociétés matérialistes et relativement individualistes, est-ce autre chose qu'un long week-end de repos permettant de se ressourcer en famille au sein de la nature?

Je ne peux parler que de ce que je ressens aujourd'hui. L'Esprit-Saint, qu'est ce donc concrètement pour moi? Ce matin du 20/5/2018, j'entends dans mon cœur que ce pourrait être un appel à établir une relation personnelle avec «Celui qui est plus grand que nous-mêmes», à nous ouvrir également, grâce à cette relation de foi et de confiance, à un esprit de fraternité pour tous les êtres vivants sur notre planète, qu'ils soient humains, animaux, végétaux ou minéraux...

C'est un peu comme si tout à coup je prenais conscience que tout ce que j'entreprends, en paroles comme en actions, en me fiant à mes valeurs de tolérance, d'écoute, de désir de transmission, de consolation, de positivité... est en quelque sorte guidé par un Esprit qui m'inspire. Car quelle est cette force qui me pousse à témoigner de mon chemin de vie, à ouvrir mon cœur aux autres quels qu'ils soient, à donner de mon temps et de mon énergie à ceux connus ou inconnus que je côtoie au lieu de me replier sur moi-même, ma seule famille ou mes avoirs?

Alors, je me prends à rêver: ne pourrions-nous faire œuvre créative et redonner du sens à ce jour de fête? Ce pourrait par exemple devenir un point de départ pour insuffler à tout ceux qui nous entourent l'assurance que la Vie a un sens et que l'Amour est une force capable de «soulever les montagnes»... Des montagnes d'inconscience, d'incompréhension, d'ignorance peut-être, mais susceptibles d'être vivifiées par un souffle d'amour fraternel rayonnant alentour. Je ressens qu'il est important de nous laisser porter par nos rêves, toutes nos pensées créatives et de ne pas cesser de croire qu'ils se réaliseront un jour... au-delà de notre personne.

Lyliane

11/05/2018

Que penser du grand prix de la formule E à Paris? selon Challenge...

Le grand prix de Formule E de Paris, est présenté par certains comme une "course écologique". Moins polluant que la Formule 1, ce championnat électrique n'est pourtant pas sans effet sur l'environnement, avec la construction d'un circuit en centre-ville pour quelques jours à Paris.

 La voiture électrique est présentée par ses aficionados comme la solution ultime contre la pollution automobile. Un bilan à nuancer, comme l'a démontré Challenges il y a quelques semaines (lire notre article sur le ). Pour en faire la promotion, le championnat de Formule E est l'équivalent électrique de la Formule 1 : ce championnat régi par la FIA (Fédération Internationale de l'Automobile) voit s'affronter des monoplaces électriques, engagées pour certaines par de grands constructeurs comme Audi, Jaguar, Renault ou DS Automobiles.
La particularité des courses de Formule E est qu'elles ont lieu en centre-ville. Un choix assumé de la FIA, qui désire prouver la compatibilité de la voiture électrique avec la ville et, par ailleurs, disposer d'un cadre visuel à même de donner de l'attrait aux manches du championnat. Pour autant, ce choix impose quelques contraintes, en particulier dans le cas du Circuit des Invalides de Paris. Le tracé étant défini sur des rues pavées classées, il faut prévoir un bitume provisoire pour la course, le revêtement d'origine étant trop rude pour les monoplaces.

Le grand-prix de Formule E en contradiction avec la politique de Paris?
Selon David Belliard, président du Groupe Ecologiste de Paris, cet événement est une absurdité. "Nous trouvons que l'organisation de cette course est en contradiction complète avec la politique de la Mairie de Paris en termes de mobilité, qui prône un rééquilibrage de l'espace publique. Créer une infrastructure spécifique est un non-sens. On construit un circuit automobile pour quelques jours, alors qu'il en existe dans la région. A l'heure où on veut justement mettre la banlieue en avant, notamment à l'occasion des jeux olympiques, cela semble incohérent. De plus, on est en droit de se demander quel est le coût environnemental de cet événement. A chaque fois que nous posons la question à la Mairie de Paris, nous nous voyons opposer une fin de non-recevoir."

Pour autant, le coût écologique apparaît au cœur des préoccupations de l'organisation. La FIA a ainsi confié à DHL la totalité de la logistique du championnat de Formule E. C'est-à-dire que le transporteur s'occupe non seulement des tribunes, murets de protection et équipements audiovisuel, mais aussi des voitures et des matériels des écuries. Alors que dans la majorité des compétitions, en particulier en Formule 1, ce sont les écuries qui se chargent de leur propre logistique. Confier ce chapitre à une unique entreprise permet donc d'optimiser coût et pollution.
"Nous avons 40 voitures et 45 batteries à transporter entre chaque course. Pour ces dernières, nous sommes la seule entreprise au monde, à avoir l'habilitation pour un transport par avion. Au total, nous gérons la logistique de 450 tonne de matériel. C'est l'équivalent de deux Boeing 757", explique Philippe Prélat, PDG de DHL France. "Notre entreprise a pour ambition d'être zéro émission à l'horizon 2050.

Le chapitre environnemental est donc au cœur de nos préoccupations. La Formule E parcourt 70.000 km par an, et nous favorisons autant que faire se peut les voies fluviales et ferroviaires, moins polluantes, lorsque le calendrier le permet. Notre partenariat exclusif avec la FIA, depuis la création du championnat en 2013, nous permet d'être à la pointe. Autour du paddock, nous effectuons les livraisons grâce à nos effibot, des chariots électriques autonomes. Cela nous permet de développer de nouvelles solutions, qui intéressent nos clients. A Nice par exemple, toutes nos livraisons se font avec des véhicules électriques".

Dix à quinze fois moins polluant que la Formule 1

La Formule E permet donc de développer de nouvelles technologies pour les voitures électriques, mais aussi en termes de logistique, notamment pour la livraison du dernier kilomètre, en centre-ville. Reste que l'impact est réel. Si DHL se refuse à donner une estimation pour 2018, les organisateurs avaient avoué des émissions de 12.000 tonnes de CO2 sur la saison 2016, l'équivalent de 3.000 voitures en un an. C'est toujours dix à quinze fois moins qu'une saison de Formule 1.

En aucun cas donc, il n'est possible de considérer le E-Prix de Paris comme un événement écologique, même si des efforts réels sont entrepris pour diminuer son impact. Reste l'élément le plus aberrant, celui de recouvrir le tracé de la course d'une couche de bitume. Dans le 7 arrondissement de Paris, les travaux débutent trois semaines à l'avance. C'est un va-et-vient de camions (à moteur Diesel) et d'engins de chantier qui étalent le goudron sur la chaussée. Interrogée par Challenges, la société Colas n'a pas souhaité donner de chiffres quant au bilan écologique de ce chantier, son client la FIA lui ayant demandé expressément de ne pas communiquer sur le sujet.

selon Nicolas Meunier - Challenges - samedi 28 avril 2018

06/05/2018

La grande enquête des herboristes !

 

Chère amie, cher ami,

L’herboristerie peut se pratiquer de manière variée. Et il n’y a pas aujourd’hui un seul métier d’herboriste mais plusieurs : l’herboriste au comptoir, celui qui exerce en cabinet, celui qui transforme ou qui produit les plantes médicinales.

Leur point commun est d’appartenir à une même filière.

Cette filière est structurée et rendue vivante depuis cinquante ans par des personnalités extraordinaires qui ont su la maintenir envers et contre tout.

Les herboristes ont résisté aux attaques des ordres : pharmaciens et médecins ne voulaient pas d’eux et ils ont même fait pression sur le gouvernement du Maréchal Pétain pour obtenir la suppression du diplôme d’herboriste, actée en 1941. Après-guerre, ils ont fait pression à nouveau pour maintenir cette interdiction alors que la très grande majorité des lois prises sous le Régime de Vichy, ont été abrogées.

Le diplôme a donc été supprimé mais les herboristes déjà en exercice ont eu le droit de continuer leur activité jusqu’à leur mort. Cynique concession. Elle montrait que les herboristes ne présentaient aucun danger pour les populations mais que le parti de la médecine chimique avait gagné.

Les herboristes ont transmis leur savoir à leurs employés et à leurs amis qui ont continué à faire vivre la filière.

Les herboristes ont résisté aux assauts de l’industrie pharmaceutique, qui dans les années 80, s’est pris d’un intérêt soudain pour les plantes et voulait siphonner la filière. Ils ont résisté aux attaques de l’administration qui les houspille depuis des années.

L’histoire des hommes et des femmes qui pratiquent l’herboristerie aujourd’hui, c’est souvent l’histoire de leur procès. Alors qu’ils rendent un service extraordinaire à la population que personne d’autre qu’eux ne peut faire, ils continuent à être régulièrement attaqués.

Pour sortir de cette ornière, il faudra, à un moment donné, que l’on reconnaisse à nouveau la filière herboristerie. Cela ne peut se faire qu’à travers l’obtention d’un diplôme reconnu par l’État.

La Fédération des Écoles d’Herboristerie, qui réunit les centres d’enseignement de l’herboristerie en France travaille sur l’élaboration du contenu de ce futur diplôme.

Cette démarche est soutenue par le Synaplante, syndicat professionnel qui réunit tous les métiers de l’herboristerie.

Mail il est évident que ces institutions ne pourront rien obtenir du gouvernement sans un soutien massif de la population.

C’est pourquoi le Synaplante vous propose aujourd’hui une grande enquête sur l’herboristerie. Elle vise à mieux connaître votre relation aux plantes médicinales et à l’herboristerie.

C’est un questionnaire rapide. Je vous le transmets ci-dessous. Je vous engage à y répondre. Cela ne prend que quelques minutes et votre démarche donnera du poids aux herboristes qui se battent pour la filière.

Je réponds au questionnaire i


 

 

05/04/2018

Connaissez-vous le site dédié aux femmes: l'importante...

L’importante est un espace dédié aux combats des femmes, leurs succès, leurs accomplissements, leurs créations et à leurs envies. 

L’importante réalise chaque jour, à travers les réseaux sociaux du monde entier, une sélection humaine et sans algorithme de tous les sujets qui nous concernent.

Chaque mois, L’importante sélectionne pour Elle des Instagram sur l’actualité des femmes dans le monde. Le mois d’avril est dédié à la rubrique société.

 

Entendu par Laura sur France 2 

 

https://limportante.fr/

03/04/2018

Relancer l'industrie avec la French Fab...

Le 2/10/2017, Mr Bruno Le Maire, Ministre de l'Economie et des Finances, a lancé la

French Fab, afin de relancer l'industrie dans notre pays en présence de nombreux

patrons et de représentants des grandes firmes.

 

 

Selon La Tribune  - www.latribune.fr - le but de cette nouvelle dénomination, après la French

Touch et la French Tech, est de fédérer les industriels et de mieux pénétrer les

marchés étrangers. Ce  nouveau sigle représente un coq bleu sur fond blanc.

 

La valorisation des savoir-faire nouveaux et traditionnels des bureaux d'ingénierie français

se devait d'être plus attractive. Car il s'agit avant tout d'attirer les talents et les capitaux. C'est une sorte de bannière pour "jouer collectif" au niveau des entreprises industrielles.

Pour en savoir davantage, contacter sur Internet:https://www.lafrenchfab.fr.

Lyliane

.

 

 

 

Soutenir des demandes citoyennes...

Samedi 31. Mars 2018  15:50 . Envoyé par :

"Route stages" route.stages

 
Bonjour à tous,
Une fois n'est pas coutume, voici ci dessous une information pas
directement Route des Stages, mais si vous y êtes sensibles, qui comporte
des demandes d'hébergement, de relais d’informations et du soutien.
(pour toutes informations, n'oubliez pas de visiter le site
http://www.route-des-stages.org/)
selistement
L'équipe <http://route-stages.selidaire.org/spip.php?article12> de la Route
des Stages

Bonjour,

Je sais que vous n’êtes pas forcément directement concerné, mais ce qui se
passe en Corrèze actuellement est incroyable et assez effroyable : *le
conseil départemental de la Corrèze a pris la décision d’élaguer de manière
totalement irraisonnée le long de toutes les routes départementales !* Et
nous assistons à une disparition massive des arbres en Corrèze….



Mais tout n’est pas perdu ! Nous avons a encore de beaux tronçons de
départementales sur lesquels les arbres peuvent être sauvés : Sébastien
BIROU, s’est proposé pour faire le "facteur" du collectif AGIRR (Arboristes
Grimpeurs pour des Interventions Respectueuses et Raisonnées -
https://agirr.jimdo.com/) pour porter un message au ministère de
l'environnement.

Il est parti à vélo aujourd’hui, samedi 31 mars 2018 à 11h du marché de
TULLE et rejoindra Paris à 500 km à vélo en 6 étapes. Sébastien : *« Le
vélo est le meilleur moyen pour sillonner les belles routes départementales
corréziennes et malheureusement depuis 6 mois le meilleur moyen pour faire
un état des lieux du désastre »*.

*1ère demande* : *si vous habitez sur une des étapes prévues (ou dans un
rayon de 10 km), vous pouvez héberger Sébastien une nuit.* Sinon, vous
pouvez retransmettre à vos amis ou connaissances qui sont sur son trajet.
Ecrire au collectif AGIRR : collectif.agirr@gmail.com

*Les étapes *(voir la carte du trajet sur Facebook :
https://www.facebook.com/collectifAGIRR19/) : *ÉTAPE 1- Samedi 31 mars :
TULLE: 10h-Naves-Seilhac-Chamboulive-Treignac-Chamberet (tps de passage en
fonction des arrêts) - EYMOUTIERS 19h / ÉTAPE 2 - Dimanche 1er avril :
EYMOUTIERS 9h-Peyrat le château (10h)-Bourganeuf (11h30)-Gueret
(15h)-BONNAT(18h) / ÉTAPE 3- Lundi 2 avril : BONNAT 9h- La Châtre
(11h)-ISSOUDUN (17h) / ÉTAPE 4 : Mardi 3 avril : ISSOUDUN 9h-Vierzon
(11h30)-Salbris(15h30)-LAMOTTE-BEUVRON(17h30) / ÉTAPE 5 : mercredi 4
avril : LAMOTTE-BEUVRON(9h)-Châteauneuf-Sur-Loire(12h)-
< https://maps.google.com/?q=Loire(12h)-+MALESHERBES&entry=gmail&source=g>MAL
< https://maps.google.com/?q=MAL+ESHERBES%0D%0A(18h30&entry=gmail&source=g>ESHERBES
(18h30) /ÉTAPE 6: Jeudi 5 avril : MALESHERBES 9h
< https://maps.google.com/?q=MALESHERBES+9h&entry=gmail&source=g>-La
Ferté-Alais (11h)-PARIS (18h) (Les horaires de passage sont théoriques à
1heure près minimum)*

*Suivre le voyage* : http://alerte-elagage-correze.fr/

* ​*

*2ème demande* : *mobilisez-vous pour que la presse, et en particulier la
télévision, soit présente pour informer de cette action et de son passage.*

*3ème demande* : *la journée du vendredi 6 avril sera, si besoin, consacrée
à une cession camping devant le ministère. Si vous êtes sur Paris, soyez
présent.* Informez vos contacts à Paris. (*S’informer *:
http://alerte-elagage-correze.fr/)

*4ème demande :* *faites circuler dans vos réseaux la pétition pour que le
conseil départemental de la Corrèze renonce à l’élagage ou à la coupe des
arbres de bords de routes* : https://www.mesopinions.com/pe
tition/nature-environnement/contre-massacre-organise-conseil
-departemental-correze/38791

*Cette opération n'a de sens que si elle est bien relayée, en Corrèze, et
ailleurs :*

*on compte sur vous !*

*ENSEMBLE, STOPPONS LE MASSACRE DES ARBRES *

*ORGANISÉ PAR LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE LA CORRÈZE!*

02/04/2018

La planète Uranus va entrer en scène et se doter de l'énergie du Taureau...

Du 15/5 au 6/11/2018 environ, la planète Uranus transitera le signe du Taureau, après avoir traversé tout le Bélier, un signe de feu. Uranus, par le jeu de sa rétrogradation, y retournera en fin d'année 2018 avant de s'installer vraiment en Taureau dès 2019. Nous connaissons cette planète, maîtresse du signe du Verseau, pour le saut quantique qu'elle nous propose individuellement et collectivement, lorsque nous avons construit des bases solides dans le monde terrestre grâce à Saturne. Selon la façon dont Uranus, planète de l'invisible, est vécue, elle peut donner des poussées pour activer le changement, quitte à le faire assez violemment, si nous n'avons pas su capter ses incitations grâce à notre intuition, au lieu de nous servir de notre mental.

 

Nous pouvons déjà mesurer son action puissante lorsque la planète agissait dans le signe du Bélier: renouvellement de nombreux leaders politiques, renouveau social et économique dans de nombreux domaines, incitation pour une partie de notre jeunesse et de certains aînés à imaginer une société nouvelle, à aller courageusement de l'avant en prenant des initiatives (start-up, intelligence artificielle, cellules souches...), en dépit des freins et des peurs des tenants de l'ancien monde devant l'avenir...

 

Bientôt, nous pourrions voir les signes avant-coureurs de l'énergie qu'Uranus va puiser dans le Taureau, un signe de terre bien concret. La nature pourrait tout à coup retrouver toute sa place. La terre, l'eau, l'air, le soleil, le vent, les arbres, les animaux... tout ce qui palpite et vibre sur la planète est appelé à redevenir infiniment précieux, source de notre bien-être physique et de notre équilibre humain. Respirer à pleins poumons, manger sainement, cultiver sans traitements dangereux, vivre sans gaspiller, ni polluer la terre, ni piller des ressources, bouger notre corps, prendre soin les uns des autres... tout cela pourrait peut-être enfin s'installer durablement dans nos consciences, avant de s'incarner dans de nombreux domaines...

 

Les ondes Wi Fi par exemple nous sont utiles, mais nous devrions peu à peu prendre conscience que notre énergie de vie, notre souffle viennent de l'Univers dans lequel nous sommes plongés, d'une source invisible à laquelle nous puisons tous. L'argent-roi, les possessions de biens matériels dans un monde inégalitaire, où certains sont dans l'opulence et d'autres dans le dénuement, tout cela pourrait enfin poser de graves questions à l'humanité. Des réajustements, des dés-identifications à nos rôles, à nos petits moi, des solidarités pourraient intervenir... Mais ne soyons pas naïfs: nous n'en sommes encore qu'aux prémisses et il y a un long chemin à parcourir!

 

Néanmoins, je m'appuie également pour écrire ces lignes sur le coup de pouce potentiel que pourrait nous apporter Chiron, le sage centaure guérisseur de la mythologie, qui a donné son nom à une Comète et qui va entrer dans le signe du Bélier à la mi-avril 2018, après un long cheminement en Poissons. Ne serait-il pas censé ouvrir de sa clé  (son symbole a cette forme singulière) une ère nouvelle, pour peu que nous sachions nous en saisir et choisir de l'utiliser?

Lyliane

 

27/03/2018

Les nouveaux justes se mettent en route avec change.org...

Oui, les nouveaux Justes se mettent bien en route !

Patrice DUB
Ivry-sur-Seine, France

27 mars 2018 — Du 30 avril au 7 juillet, de Vintimille à Douvres, une Marche Citoyenne et Solidaire avec les migrant.e.s !

Je vous annonçais une nouvelle initiative dans ma dernière mise à jour, elle est désormais officielle et avec elle un pas important vient d’être franchi : l’Auberge des Migrants organise, en lien avec la Roya Citoyenne et des « relais locaux » de citoyens, d’associations et collectifs d’aide aux réfugiés, une Marche Citoyenne et Solidaire avec les migrant.e.s.

- pour l’accueil des migrant.e.s, contre le « délit de solidarité », contre le blocage de la frontière franco-italienne et de la frontière franco-britannique.
- pour la liberté de circulation et d’établissement des migrant.e.s en Europe et en France : pas de blocage des frontières à l’intérieur de l’Europe, notamment entre la France et l’Italie, entre la Grande-Bretagne et la France ; pour les migrant.e.s, liberté de choix du pays dont ils veulent demander la protection.
- pour l’ouverture de centres d’accueil inconditionnel, la fin du « délit de solidarité » et des autres entraves au travail des citoyens et des organisations d’aide aux migrant.e.s.

La Marche commence le 30 avril 2018 à Vintimille et se termine le 8 juillet à Douvres. Elle a aussi pour objectif de valoriser le travail des citoyens, des associations, des collectifs qui aident les migrant.e.s, dans les 60 villes-étapes, de créer du dialogue avec les citoyens.

Elle a également pour objectif la collecte de fonds et l’encouragement à la collecte des biens nécessaires aux migrant.e.s (vêtements, chaussures, couvertures…)

Allez voir plus en détail le parcours, les moyens mis à disposition pour participer, vous engagez encore un peu plus, convaincre votre entourage du bien fondé de notre appel !
Le site dédié à la marche est très bien fait.
https://www.laubergedesmigrants.fr/fr/la-marche-citoyenne/

Pour le reste, et en attendant de vous croiser sur la route, cliquer également par ici : Appel d’Amnesty international : ne vous attaquez pas aux droits des réfugiés et des migrants
https://www.amnesty.fr/refugies-et-migrants/petitions/en-...

Et par là : Venez soutenir Yannis et Jean-Jacques, aujourd’hui mardi 27 Mars à partir de 13h30 au TGI de Nice
https://www.change.org/p/8879513/u/22547743?utm_medium=em...

Amicalement,
Patrice


 

 

04/03/2018

Fab Lab et Labo Bidouille, vous connaissez?

Nous connaissons beaucoup mieux les Repair Cafés que les Fab Lab et les Labos ou Ateliers Bidouille. Les premiers sont généralement le fait de particuliers, retraités le plus souvent, épris de bricolage et parfois structurés en association loi de 1901, qui offrent leurs services pour réparer des appareils ménagers et parfois du matériel informatique moyennant un don symbolique en argent. La plupart des villes françaises et européennes en possèdent au moins un. Effectivement, chez nous, leur lieu d'offre de service est souvent au premier étage d'un café ou d'une maison des associations.

Un Fab Lab est un peu moins connu, mais commence pourtant à être répandu dans de grandes villes françaises et étrangères. Le nom Fab Lab est une abréviation du mot anglo-saxon "Fabrication Laboratory", car c'est un américain Mr Neil Gershenfeld qui en fut l'initiateur en 2004. Il travaillait au M.I.T. (Massachussetts Institute of Technology) et il a peu à peu posé les fondations de ce lieu de création et d'innovation, ouvert au public, sous la forme d'une Charte disponible en anglais et en français.

En résumé, on peut dire que la Fab Foundation "propose un inventaire minimal permettant la création d'objets Fab Labs, d'ensemble de logiciels et de solutions open-souce (libres de droit)". Elle met à disposition des personnes intéressées des machines et des outils pour concevoir et réaliser divers objets innovants ou de la vie courante. Entrepreneurs, designers, artistes, bricoleurs, étudiants et même hackers forment son public de prédilection. Des objets uniques sortent de leurs mains : prothèses, orthèses, outils numériques, robots... Le plus souvent est mis à disposition du matériel coûteux de professionnel: des fraiseuses laser, des imprimantes numériques, des moules, des machines-outils et même des logiciels de modélisation en 3D et des composants électroniques, tout comme  de quoi faire de la sérigraphie, des drones ou des robots...

Dans notre pays, depuis 1990, des espaces publics numériques (EPN) ou cyber-bases existent. C'est une forme "d'éducation par le faire" qui s'adresse aux jeunes comme aux adultes. Les faibles coûts de ces Fab Lab peuvent par exemple aider des pays en voie de développement à créer des ordinateurs, du matériel d'usage courant. Cela favorise le D.I.Y c'est à dire le do it yourself (faire par soi-même). Le réseau français des fab Lab peut se consulter sur www.fablab.fr. Une association loi de 1001, la FING, essaie de connecter tous les Fab Lab en France. S'adresser à www.fing.org.

Ces plate-forme ouvertes de création et de prototypage d'objets ont déjà inspiré pas mal d'entreprises comme Leroy-Merlin ou Ikea. A Paris s'est crée en Octobre 2014 l'usine I.O. sur 1500 m2 bénéficiant de crédits importants, après que son projet ait été retenu par le gouvernement. La "French Tech" en effet est fortement soutenue dans notre pays. Des formations existent avant de se lancer pour les candidats décidés à respecter la Charte ( par exemple à la Fab Academy). Toutefois faute de contrôle, certaines dérives ont déjà été observées dans des Tech Shops (pas toujours d'open source...). 

A côté des Fab Lab existent des clubs de Bidouille, des Ateliers Bidouilles numériques, des Ciloubidouille, des Labo Bidouille ou des Open Bidouille, plus modestes en apparence, dont le programme pourrait se résumer à "obtenir des résultats concrets avec peu de moyens". On apprend par exemple aux jeunes à customiser leurs affaires, à créer de beaux objets, à réparer leur matériel cassé, à créer des jeux vidéo, des robots... Parfois, les bidouilleurs s'inspirent de vidéos de montage postées sur You Tube ou de tutoriels accessibles gratuitement. Ce sont souvent des ateliers de partage. A Saint Ouen, une association Loi de 1901 " Open Bidouille" a été crée dès 2012. Elle organise des fêtes populaires. En Avignon a été organisée la Nuit de la Bidouille en 2017. Dans certaines villes existent des Open Bidouille Camp comme à Auxerre, Bordeaux, Grenoble, où les bidouilleurs se rencontrent et échangent...

Bref, si vous ne vous en étiez pas encore aperçu, créateurs et bricoleurs ont pris les choses en main et échappent à leur façon à notre société de consommation. Ne pensez-vous pas que notre pays, où certains semblent regretter le passé, peut grâce à ce réseau d'innovations être tout à fait confiant dans son avenir? En ce qui me concerne, d'avoir rassemblé pour le blog tout ce beau foisonnement d'idées m'a donné le sourire. A vous maintenant d'aller plus loin et de créer ce qui vous convient le mieux, là où vous vivez!

Lyliane

 

27/01/2018

La ville de Cannes (06) pionnière pour l'éducation artistique en France...

Un dossier complet proposé par Mme Lorraine Rossignol pour le journal hebdomadaire Télérama nous présente l'objectif ambitieux de la ville de Cannes (75 000 habitants), qui vise cent pour cent des élèves confrontés dès la maternelle à une pratique artistique. Avec le concours d'enseignants du quartier de la Frayère, au nord de la ville, de quelques professeurs de collèges et de lycées, de bibliothécaires, d'un chorégraphe, d'enseignants du Conservatoire de la ville, de Conseillers pédagogiques de l'Education Nationale, de Mr le recteur de Nice et de Mr le maire(LR) de Cannes, Mr Lisnard, la quasi totalité des écoles élémentaires de la ville(150 classes environ) six collèges et huit lycées sont concernés par ce projet d'envergure.

Il s'agit en effet de faire de la ville de Cannes, connue mondialement pour le cinéma, un laboratoire pour offrir à tous les élèves quelle que soit leur origine sociale des ateliers de pratique vocale, de théâtre, d'apprentissage d'un instrument de musique, des visites, des rencontres, des projections culturelles. Cette initiative s'appuie sur des dispositifs existants comme Filmécole, Cham, Orchestre à l'école, projet EAC (éducation artistique et culturelle) et surtout sur un budget municipal investissant massivement dans la culture. Ainsi, cet ancien village de pêcheurs, où coexistent aujourd'hui hôtels de luxe, belles villas et quartiers en difficulté avec une population multiculturelle a trouvé dans la culture "un liant lui permettant de recoudre le tissu urbain".

Le statut officiel de "ville expérimentale" vient d'être conféré à Cannes par le Haut Conseil  de l'éducation artistique et culturelle, le HCEAC. Ce lieu d'expérimentation est appelé à devenir un modèle à l'échelle nationale. Malgré le surcroît de travail pour les enseignants, la plupart des personnes invitées à rejoindre le projet sont enthousiastes. Tous ont à cœur de" révéler quelque chose qui se trouve déjà à l'intérieur des élèves, de leur offrir la joie profonde de trouver un espace pour inscrire sa propre histoire". Mr Frédéric Borri, professeur du Conservatoire, affirme:" Notre but n'est pas de faire de ces enfants de petits génies de la musique, mais avant tout des gamins heureux". Apparemment, ajoute Mr Abdoulaye Konaté, danseur-chorégraphe, enseignant en Lycée professionnel, "ces élèves sont transformés, commencent à être eux-mêmes, à trouver leur place dans la société".

Les Etats Généreux de la Culture s'y sont intéressés, alors pourquoi pas nous? Pour approfondir le sujet, consulter sur Internet le site de la ville de Cannes notamment: www.cannes.com/...2017/.../education-artistique-et-culturelle-cannes-ville-pionniere.h..

Lyliane

 

14/01/2018

Lait contaminé Lactalis: pétition à signer.

epuis un mois, 35 nourrissons ayant consommé du lait contaminé Lactalis sont atteints de salmonellose. Ségolène, maman d'un bébé de 5 mois lui aussi infecté, a lancé une pétition signée par 50 000 personnes pour que les produits infantiles soient soumis à plus de contrôle. 

Cette semaine, les principaux groupes de distribution alimentaire ont reconnu avoir vendu des lots de lait contaminé dont le retrait avait pourtant été ordonné, mettant en danger la santé de milliers d'enfants partout en France. Pour Ségolène et les familles de victimes, les industriels et le gouvernement doivent prendre leurs responsabilités pour éviter d'autres contaminations.

"Nous demandons la totale transparence sur les processus de fabrication pour un meilleur contrôle de ce que mangent nos enfants." déclarait il y a quelques jours Ségolène dans la presse.

Vous voulez rejoindre le mobilisation ? Cliquez ici pour signer la pétition.

 
 
 
Adressée à Bruno Le Maire, Agnès Buzyn, Professeur Boris Vallet, Stephane Travert, Guillaume Garot, Roger Genet, Roland Lescure, Jean-Philippe Girard, Michel Nalet, Emmanuel Besnier, Paul Bulcke, Mark Schneid...
 
 
   

51 481
Signataires

 
 

 

 
 
J
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
         
 
  
   
 
 

07/01/2018

Donner sans bourse délier...

Il existe, nous dit Mme Laure Beaudonnet, journaliste au journal 20 Minutes, des sites qui permettent de donner sans que cela nous coûte de l'argent. Des petits malins, en effet, ont imaginé plusieurs solutions pour être solidaire à bon compte. car après les fêtes, chacun serre ses dépenses!

Par exemple, depuis le 30 octobre 2017, Mr Benjamin Athuil a repris le concept du jeu de devinettes bien connu "le Schmilblic". Ce "care game" est simple: plus vous jouez sur votre mobile, plus vous financez des associations. Grâce à la publicité, 5 associations (les apprentis d'Auteuil, Passeport Avenir, Singa, Activ'Action et Coexister) reçoivent en effet de l'argent. Le but est d'attirer 100 000 joueurs actifs, ce qui fournirait plus de 200 000 euros à ces associations.

Le moteur de recherche Lilo, fondé en 2015 par deux Français, prône un web éthique. il revendique déjà plus de 500 millions de requêtes, qui ont permis de reverser plus de 220 000 euros à une cinquantaine d'associations et d'entreprises coopératives. En effet, à chaque nouvelle recherche, l'internaute cumule des "gouttes d'eau" , une sorte de monnaie virtuelle, que l'on peut ensuite donner à l'association de notre choix. Lilo reverse en effet 50% de son chiffre d'affaires à des projets sociaux ou environnementaux.

L'application Rox, quant à elle, prévoit de se lancer en janvier 2018, de donner le double de la part revenant au chauffeur et 5% de la course effectuée en VTC à une association. Une sorte de Robin des Bois des VTC, à la différence d'Uber! Enfin, l'application Km for Change, lancée en septembre 2016, permet en courant de soutenir des projets solidaires. Chaque kilomètre couru en effet est converti en don (10 centimes au moins par kilomètre). Après 10 mois, les joggeurs ayant choisi un projet et l'entreprise mécène qui les parraine, ont déjà couru 500 000 km et récolté 80 000 euros au profit d'associations solidaires.

Alors, on s'y met? Pourquoi ne pas essayer et en parler autour de soi? Pour plus d'informations, consulter par exemple: 

20/12/2017

Un prix Nobel de la Paix pour l'abolition des armes nucléaires...

Le 6 octobre 2017 a été décerné la prix Nobel de la Paix à ICAN, la campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons). Ce prix couronne les efforts de certaines ONG du monde entier  qui ont abouti  à l'adoption, le 7/7/2017, du traité d'interdiction des armes nucléaires par 122 pays membres de l'ONU.

La Présidente du Comité Nobel norvégien, Mme Berit Reiss-Andersen a notamment déclaré: Le Comité tient à souligner que "les prochaines étapes vers la réalisation d'un monde sans armes nucléaires doivent impliquer les Etats dotés de l'arme nucléaire. Cette année, le Prix Nobel de la Paix est également un appel lancé à ces Etats  pour qu'ils s'engagent des négociations sérieuses en vue de la disparition progressive, équilibrée et soigneusement contrôlée de près de 15 000 armes nucléaires dans le monde".

Le Réseau Sortir du Nucléaire salue ce Prix Nobel. Celui-ci devrait interpeller les 9 Etats actuellement dotés d'armes nucléaires, dont la Corée du Nord, mais aussi la France, et les amener à renoncer tous, sans exception, à carmes de massacre et de crime contre l'humanité. La France freine devrait changer de politique et montrer l'exemple en invitant les autres Etats nucléaires à se réunir pour négocier l'élimination de ces armes.

Un sondage de l'Institut IFOP d'octobre 2015 indique que les français sont en grande majorité favorables à la participation de la France à l'abolition des armes nucléaires c'est à dire à leur interdiction et à leur élimination complète sous contrôle mutuel et  international efficace. Un référendum sur cette question lors du quinquennat précédent  avait été réclamé par 126 députés et sénateurs. Grâce au Comité Nobel la question reste toujours d'actualité!

Pour en savoir plus, consulter les informations concernant le Réseau Sortir du Nucléaire sur le site: www.sortirdunucleaire.org.

Lyliane

 

17/12/2017

Réseau sortir du nucléaire...à propos de Fessenheim.

 

 

 

Fessenheim : la fermeture se profile-t-elle enfin ?

Sans tambours ni trompettes, la fermeture de Fessenheim commence enfin à  se concrétiser. Même s'il ne faut pas crier victoire trop vite, 2018 sera vraisemblablement la derniére année de fonctionnement de la doyenne des centrales nucléaires françaises.

> En savoir plus

26/11/2017

Collecte solidaire en faveur des migrants...

dimanche 26 novembre 2017

NOUVELLE COLLECTE SOLIDAIRE POUR LES MIGRANTS AUX ADRETS DE L’ESTEREL

Jeudi 7 Décembre 2017 entre 18h et 19h

(pendant la distribution des paniers de Regain de l’Estérel)

 

Nous relayons le message suivant (initiative de membres de notre association) et comptons sur votre participation.

Nouvelle_COLLECTE_SOLIDAIRE_pour_les_migrants_aux_Adrets_7_Decembre_2017

 

 
NOUVELLE COLLECTE SOLIDAIRE POUR LES MIGRANTS AUX ADRETS DE L'ESTEREL - Les Adrets dans l'Esterel

Jeudi 7 Décembre 2017 entre 18h et 19h (pendant la distribution des paniers de Regain de l'Estérel) Cliquez pour découvrir l'association humanitaire MALINIA localisée dans le canton de Fayence. "[...] nous voulons dire haut et fort que la France n'est pas le pays du repli sur soi et de la peur de " l'autre ".

http://adrets.canalblog.com

 

 
Posté par REGAINdelesterel à  - 

19/11/2017

Monsanto et ses lobbyistes à Bruxelles...

Bonjour,

La Commission européenne a ENCORE échoué à rassembler assez de voix pour la réhomologation de l’herbicide préféré de Monsanto.

Mais la Commission va maintenant tenter un passage en force à l’aide d’un ultime vote qui aura lieu le 27 novembre -- pouvez-vous faire un don pour empêcher ce coup de force?



Enorme nouvelle: nous avons réussi à faire échouer le vote sur la réhomologation européenne du glyphosate -- il n’y a pas eu assez de pays de l’UE qui ont voté en faveur de la proposition de réautorisation de 5 ans de la Commission européenne pour que Monsanto puisse déboucher le champagne.

C’est une grande nouvelle qui montre qu’ensemble nous nous faisons entendre auprès des gouvernements de l’UE -- nous n’aurions pas pu accomplir cela sans les efforts et les dons de membres SumOfUs comme vous.

CEPENDANT: nous ne pouvons pas encore célébrer la victoire. La Commission va faire appel de ce vote et les pays de l’UE vont être appelés à s’exprimer une dernière fois le 27 novembre.

Le temps est compté. Nous avons besoin de remporter cette ultime bataille pour qu’enfin nous puissions nous réjouir de l’interdiction du glyphosate.

Pouvez-vous faire un don de 1 € pour nous aider à nous débarrasser du glyphosate pour de bon?

Il y a à peine quelques semaines, la Commission essaya de faire approuver par les pays de l’UE une réhomologation de 10 ans pour le glyphosate! Mais grâce à notre pouvoir collectif, nous avons pu faire écarter cette proposition.

Grâce à des membres SumOfUs comme vous, nous avons pu commissioner un sondage qui a montré que les européens veulent une interdiction IMMÉDIATE du glyphosate. Vos dons ont permis de diffuser ce sondage dans des médias européens clés comme Le Monde et Le Figaro -- et ce, à la veille du vote. Et le texte initial proposant une réautorisation de 10 échoua.

La Commission soumit alors une réhomologation de 5 ans -- sans même proposer une interdiction progressive de l’herbicide favori de Monsanto à l’issue de cette période.

La communauté SumOfUs et nos partenaires issus de toute l’Europe ne pouvaient accepter une telle proposition.

Des membres SumOfUs comme vous ont alors pris leur téléphone pour appeler leur décideur dans des pays clés, ou leur ont envoyé des messages par email et Twitter -- et nous avons même affiché ces message lors d’un rassemblement mémorable.

Et cela a marché. Monsanto et ses lobbyistes ont encore perdu.

Mais le géant du toxique n’abandonne pas pour autant -- et nous non plus! Toute la dynamique est de notre côté, et nous avons besoin d’une dernière mobilisation pour interdire une bonne fois pour toutes le dangereux herbicide de Monsanto.

Ensemble, nous avons bâti un mouvement massif de gens qui se dressent dignement face à Monsanto. Nous avons maintenant besoin d’user de tout notre pouvoir pour nous débarrasser du glyphosate.

L’autorisation actuelle de mise sur le marché du glyphosate prend fin le 15 décembre et nous devons faire en sorte que cette date soit le jour où nous célébrerons une victoire définitive.

Pouvez-vous faire un don de 1 € pour faire de 2017 l'année où nous aurons fait chuter Monsanto?

Merci pour tout ce que vous faites,

SomeOfUs

28/10/2017

Est-ce la fin du gâchis alimentaire?

 
MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

The Food Life - L’application qui lutte contre le gaspillage alimentaire et combat la faim

Arash DERAMBARSH
Courbevoie, France
 

16 OCT. 2017 — A l'occasion de la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire et de la Journée mondiale de l’alimentation, l'entrepreneur Marc Simoncini et Arash Derambarsh lancent l'application "The Food Life" : www.ThefoodLife.org 

Cette application est accessible gratuitement. Et elle va aider des millions de personnes à manger : https://youtu.be/QfREd4Olc9c (Video)

Elle va permettre l'application concrète de la loi contre le gaspillage alimentaire, votée à l'unanimité le 3 février 2016. 

Depuis, le vote de la loi, plus de 10 millions de repas ont été distribués à des démunis. 

Une loi simple et efficace, imposant aux supermarchés de donner tous leurs invendus consommables à l'association de leur choix.

1) Chaque citoyen peut créer une association et déposer ses statuts à la préfecture afin d'y obtenir une habilitation.

2) Celui-ci pourra ensuite s'adresser à l'enseigne de son choix dans sa commune, afin que celle-ci lui remette les invendus pour une distribution le soir même.

3) Et si un supermarché refuse, c'est une peine d'amende de 3750 €.

Concrètement, une carte virtuelle interactive va permettre d'afficher tous les supermarchés. Il suffira de cliquer sur un supermarché et d'obtenir les coordonnées des associations habilitées avec lesquelles il collabore. Si aucune information n'est intégrée, cela signifie que soit le supermarché n'a toujours pas intégré les informations, soit qu'il n'a tout simplement pas contracté de partenariat avec une association.

L'application "The Food Life" sera donc utile aux :

- Supermarchés : via un back office, ceux-ci pourront renseigner les coordonnées des associations avec lesquelles ils collaborent

- Associations : ils pourront géolocaliser les supermarchés à contacter pour mettre en place le partenariat

- Citoyens : savoir où récupérer les invendus alimentaires consommables

27/10/2017

Comment se passer du glyphosate?

 

Le Journal La Croix du 3 octobre, sous la plume de Mme Martine Lamoureux, veut faire passer un message concernant le glyphosate, cet herbicide non sélectif très utilisé en France pour lutter contre l'ensemble des adventices. L'ennui c'est qu'on a constaté partout dans le monde qu'il fragilise et épuise les sols, quand il ne rend pas les employés agricoles et les fermiers malades par cancers.

La journaliste est allée rendre visite à Mr Félix Noblia, âgé de 32 ans, dans sa ferme du pays Basque, afin de se rendre compte des moyens envisageables pour se passer du glyphosate. L'exploitation a abandonné depuis 10 ans la monoculture et les intrants chimiques pour produire autrement en respectant les écosystèmes. Les vers de terre sont en effet ses meilleurs auxiliaires. Par exemple, au lieu de labourer, il sème directement sous couvert le maïs, le soja et le blé et, sans recours à la chimie, il a des rendements substanciels.

Il a reçu le prix de l'innovation de l'agroécologie en mars dernier, remis par le ministère de l'agriculture dans le réseau des fermes d'avenir. Toutefois les propos de Mr Noblia sont relativement nuancés. Selon lui, «on pourra à terme se passer des herbicides grâce aux couverts végétaux, mais ce serait une erreur d'interdire brutalement le glyphosate». Il faudrait selon lui repenser tout le système et engager une transition grâce à un travail de fond et à une volonté politique, car préjugés et lobbys sont très puissants.

Mr Noblia estime «qu'en augmentant fortement le prix du glyphosate, on pourrait aider les agriculteurs à s'adapter à d'autres produits moins nocifs et à peu à peu les délaisser totalement. La Commission Européenne doit se prononcer cet automne sur la rehomologation du glyphosate pour 10 ans. Deux ministres (N. Hulot et S. Travert) doivent chercher une stratégie de sortie permettant «une transition à la fois progressive et irréversible».

Pour sortir de la dépendance à ce produit efficace, peu cher et facile d'utilisation, des recherches sont en cours à l'INRA pour l'agriculture et la viticulture. Le Centre International de recherche sur le Cancer a classé le glyphosate comme "cancérogène probable" en 2015. Deux agences européennes l'EFSA et l'ECHA prétendent de leur côté que la molécule n'est pas cancérogène... Des allégations circulent néanmoins et accusent la firme Monsanto de désinformation. Le Tribunal International de La Haye a été saisi par les victimes du glyphosate. Ces personnes  venues d'Allemagne, des Etats-Unis, du Sri Lanka ... accusent Monsanto du crime d'écocide. Le jugement rendu par le Tribunal International, au vu des expertises et témoignages, condamne la firme américaine, qui depuis peu essaie de se faire oublier en s'associant au géant de la chimie Bayer. Aussi, il me semble que le principe de précaution devrait s'imposer, afin de protéger la santé des consommateurs! Espérons que l'Union Européenne, notamment grâce aux gouvernements de la France et de l'Allemagne, saura se garder des pressions exercées sur elle.

Pour aller plus loin sur ce sujet et se faire une opinion, consulter: www.lemonde.fr/.../monsanto-papers-desinformation-organisee-autour-du-glyphosate_5.. et https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de.../l-inv... ou www.huffingtonpost.fr/.../lunion-europeenne-a-copie-colle......

 

Lyliane

25/10/2017

ATD Quart Monde en action contre la pauvreté...

A l'occasion de ses 60 ans, le mouvement international de lutte contre la pauvreté ATD Quart Monde multiplie les actions. Le mouvement veut en effet continuer de mobiliser et signaler que cet anniversaire coïncide avec les 30 ans de la création de la Journée mondiale du refus de la misère, qui a été organisée le 17/10 et marquée par un grand concert à l'Olympia.

L'objectif est toujours d'alerter sur le sort des plus pauvres, car ATD Quart monde considère que la misère est "une violation des droits de l'homme". Il faut savoir qu'en France il y a en 2017 encore 9 millions de pauvres (gagnant moins de 1000 euros par mois). Beaucoup de familles attendent toujours un logement social et ATD signale que, contrairement au reste de la population, l'espérance de vie des SDF est de 48 ans.

 

Pour en savoir plus sur le mouvement, consulter: www.atd-quartmonde.fr.

Lyliane

23/10/2017

Films sur la transition écologique...

 
Bonjour, 

Cet été, Greenpeace a organisé un festival de documentaires en ligne présentant gratuitement 28 films dans différents domaines : écologie, alimentation, climat, biodiversité, énergies, etc…
A l’issue des votes du public, 7 films ont été retenus pour la finale.
 
A partir d’aujourd’hui et jusqu’au 29 octobre, les films finalistes sont visibles sur cette page : http://greenpeacefilmfestival.org
 

12/10/2017

En novembre, fêtez pour la deuxième fois un mois sans tabac!

L'an dernier avait été lancé la campagne du mois de novembre sans tabac. Les Français ont encore des progrès à faire, car 34,5 % des 15/75 ans fument dont 29% quotidiennement. Si on veut être optimiste, on peut remarquer que les ventes baissent régulièrement. Est-ce du à l'effet de l'augmentation du prix des paquets? Patchs, gommes à mâcher en revanche ont bondi de 30% environ. 

Cette année encore, dès le 1er novembre de la publicité sera faite pour stopper la consommation de tabac tout le mois de novembre... 180 000 participants s'y étaient inscrits en 2016. L'édition 2017 reste à être suivie! Pour toute information, consulter www.tabac-info-service.fr.

Lyliane

10/10/2017

Le Musée des Tissus de Lyon est sauvé grâce aux actions des internautes, nous dit La Tribune de l'art!

Le Musée des Tissus est sauvé (et cette fois pour de bon)


Nous avions écrit qu’il fallait désormais sauver le Musée des Tissus malgré la Ville et la Métropole (voir l’article). Cette solution a finalement été retenue. C’est un immense soulagement pour tous les amoureux du patrimoine qui craignaient que l’établissement ne ferme définitivement ses portes.

Il manquait environ 600 000 € par an pour assurer la pérennité de l’établissement, une somme que la Ville et la Métropole auraient dû apporter1. Ce seront finalement la Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Chambre de Commerce et d’Industrie qui se partageront cette charge. La Région sera donc le principal contributeur, avec environ 1,3 millions d’euros par an (sans compter les 10 millions qu’elle consacrera à la restauration des deux hôtels particuliers), et la CCI amènera 500 000 €2 par an, au moins jusqu’à début 2022.
Unitex (l’Union Interentreprises Textile Lyon et Région), c’est-à-dire l’association des industries textiles du sud-est de la France, abondera 1 millions d’euros pour la création d’un fond de dotation qui servira de réceptacle au mécénat et à une opération de crowd-funding qui sera lancée dans quelques semaines.
La CCI vendra pour 1€ symbolique les deux hôtels particuliers qui abritent le Musée des Tissus et des Arts décoratifs, et un GIP (Groupement d’Intérêt Public), dont la Région sera chef de file, sera créé.

C’est avec une voix émue qu’Emmanuel Imberton, le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, qui nous a rappelé être petit-fils de soyeux, nous a appris la bonne nouvelle juste avant la conférence de presse qui commençait aujourd’hui à 14 h 30 et qui vient juste de se terminer. Il nous a fait l’honneur de nous dire que le soutien de La Tribune de l’Art depuis le début de ce combat avait fortement joué dans sa décision de ne pas abandonner. Il a souligné le rôle de tous ceux, peu nombreux selon son propre aveu, qui l’on soutenu : la Région, bien sûr, Denis Broliquier, le maire du second arrondissement de Lyon, Daniel Fruman qui a lancé une pétition ayant reçu plus de 130 000 signatures, et des personnalités comme Bernard Pivot et Stéphane Bern3...

Beau joueur, il indique qu’il va tendre la main à la Ville et à la Métropole de Lyon s’ils changent d’avis. Pour notre part, nous n’oublierons pas tous ceux qui ont failli laisser mourir ce musée, l’une des plus extraordinaires collections du monde dans son domaine. Lyon d’abord qui a choisi, pour des raisons que nous n’arrivons pas à comprendre, de tourner le dos à son Histoire. Rappelons que Gérard Collomb a déjà tué un musée : celui de l’Hôtel-Dieu. Il a failli en mettre un deuxième à son tableau de chasse, avec l’aide de son successeur Georges Képénékian.

Si le Ministère de la Culture n’a pas été totalement inactif (il mettra 5 millions d’euros dans la restauration des hôtels particuliers4), il a agi réellement a minima, en ne promettant que 300 000 € par an pendant seulement trois ans. Il a refusé dès le début de considérer que le Musée des Tissus et des Arts décoratifs était un établissement d’importance nationale (et même internationale), et que l’État, en ponctionnant la CCI de plusieurs millions, était largement responsable de cette situation. Si le salut n’était pas venu de la Région et de la CCI, le ministère aurait laissé mourir le musée, montrant ainsi que la sauvegarde du patrimoine n’est décidément pas sa priorité. Quant au Louvre, qui aurait pu jouer un rôle historique dans cette affaire, il s’est défaussé rapidement de cette question. Ne pas comprendre qu’il aurait pu légitimement décider d’en faire son département des Tissus, délocalisé à Lyon, montre à quel point il manque de vision.

C’est maintenant que tout commence. La Tribune de l’Art continuera bien sûr à informer ses lecteurs sur la renaissance de ce musée (de ces musées devrait-on dire, car il ne faut pas oublier la partie Arts décoratifs) et de ses collections et aidera celui-ci de tous ses moyens possibles à trouver les financements complémentaires. Nous ne voudrions malgré tout pas oublier quelqu’un qui aurait pu faire partie de cette aventure et qui avait amené l’établissement à un haut niveau scientifique, reconnu par ses pairs : Maximilien Durand, son ancien directeur, qui n’a pu rester en place jusqu’au bout. Espérons que la Région trouvera un nouveau conservateur à la hauteur du prochain projet scientifique et culturel.

 

Didier Rykner, lundi 9 octobre 2017

La solidarité, à la mesure du continent européen...

Le futur Congrès National du Secours populaire français et les Assises Nationales et Européennes de la solidarité se proposent de poser les bases d'une nouvelle entraide par-delà les frontières, écrit Mr O. Vilain dans Convergence, le magazine du Secours populaire. Ce 36 ème Congrès en effet se tiendra à Bordeaux du 24 au 26 novembre 2017. Son enjeu est de taille "en cette période où se manifestent le racisme, l'égoïsme, le rejet" nous dit Mr J. Lauprêtre, Président du SPF.

Il semble en effet plus que temps d'apporter la réponse de la solidarité aux drames produits par l'extension de la pauvreté et des inégalités. Les bénévoles du Secours populaire français ont depuis longtemps tissé des liens avec des pays étranglés par la crise économique comme la Grèce, porté secours aux italiens lors de catastrophes naturelles. Mais leurs missions dépassent les frontières de l'Europe (dans l'ex-Yougoslavie, en Biélorussie, en faveur des migrants...).

Avec ses partenaires allemands, italiens, grecs, le Secours populaire souhaite étendre ses actions en faveur des réfugiés, lutter contre la précarité alimentaire avec l'appui du Fonds européen d'aide aux plus démunis. Une centaine de "Copains du monde" seront présents à Bordeaux, après avoir semé de nombreuses graines d'espoir et de compréhension tout l'été dans des villages mêlant des Copains du Portugal, de Grèce, d'Italie et d'Allemagne.

Pour approfondir le sujet, consulter sur Internet: www.secourspopulaire.fr ou également: https://fr-fr.facebook.com/CopainduMonde13/

08/10/2017

Forum social thématique contre le nucléaire du 2 au 4/11/2017 à Paris.

 

Forum social thématique contre le nucléaire

PARIS (75) - ILE-DE-FRANCE


Jeudi 2 novembre 2017 / Samedi 4 novembre 2017


Forum social mondial antinucléaire à la Bourse du Travail de Paris du 2 au 4 novembre 2017

Renseignements complémentaires et inscriptions : http://wsfnonuke.org



Depuis le premier Forum Social Mondial (FSM) à Porto Alegre en 2001, le mouvement altermondialiste s’est étendu et consolidé. Des FSM ont eu lieu en Amérique latine, en Asie, en Afrique et, en août 2016, en Amérique du Nord. De nouvelles thématiques sont venues enrichir cette dynamique. En 2013 et 2015, le nucléaire a fait l’objet de plusieurs activités de réflexion et le premier Forum Social Thématique Antinucléaire s’est tenu au printemps 2016 à Tokyo, où un « Appel pour un réseau mondial vers un monde sans nucléaire » a été lancé. A Montréal, un second Forum Antinucléaire a eu lieu à l’occasion du FSM.

La France étant le pays le plus nucléarisé au monde par rapport à sa population totale, des organisations et mouvements antinucléaires français ont jugé pertinent d’accueillir le prochain FSM Antinucléaire en France, du 2 au 4 novembre 2017, à Paris. En France, ces dernières années ont connu une succession ininterrompue d’échecs retentissants pour la filière nucléaire : Areva n’a été sauvée de la faillite que par l’intervention de l’État ; des fraudes dans la construction des cuves et des générateurs de vapeur de centrales ont conduit à la mise à l’arrêt d’une bonne partie du parc nucléaire pour raisons de sécurité ; les aventures d’EDF dans les projets d’EPR (Olkiluoto, Flamanville, Hinkley Point) mettent en péril sa santé financière.

Dans le monde entier, le nucléaire a engendré des problèmes ingérables. Les déchets radioactifs sont là pour des millénaires et leur gestion est désormais imposée aux générations futures. Mais ne faut-il pas d’abord cesser d’en produire ? L’extraction de l’uranium dans les pays du tiers monde est une source majeure de pollution, dont souffrent en premier lieu les travailleuses et travailleurs de ce secteur. Celles et ceux de la maintenance du nucléaire subissent une exposition qui met leur santé en danger. Les catastrophes de Mayak, Windscale, Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima nous montrent à quel point cette activité est source de nuisances ingérables. Or les autorités censées en protéger les victimes tentent en réalité d’obliger les populations à vivre dans les territoires contaminés (programme Ethos).

Comment mettre un terme à cette activité qui, de l’extraction des matériaux jusqu’à la gestion des déchets, s’avère mortifère ? Comment éviter une nouvelle catastrophe majeure ? Comment entrer résolument dans la nécessaire transition énergétique ?

Contrairement aux affirmations du monde nucléocrate, le développement du nucléaire ne peut pas être une solution au problème du changement climatique, non seulement parce que cette activité émet elle aussi des gaz à effet de serre (extraction, construction, transport, démantèlement, stockage), mais surtout parce qu’il faudrait construire des centaines de réacteurs pour faire face aux besoins, avec la multiplication des risques que cela implique (accident, déchets, prolifération). Quelles seraient les stratégies permettant à la fois d’arrêter rapidement la production d’énergie d’origine nucléaire et de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique ?

Les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire sont nombreux, le premier étant vecteur de prolifération du second, avec les mêmes acteurs : en France, Areva, CEA et EDF.

En plus d’être coûteuse, la politique de dissuasion nucléaire est criminelle. Elle est en violation d’une résolution de l’ONU qui condamne l’emploi de l’arme nucléaire, considéré comme un crime contre l’humanité. Rappelons que la bombe a déjà fait plus de morts au cours de sa mise au point que du fait de son utilisation, et l’hémisphère Nord est toujours recouvert des rémanences radioactives des essais des années 1960. L’adoption à l’ONU, en juillet 2017, par 122 Etats non nucléaires, d’un traité d’interdiction des armes nucléaires et son ouverture à la signature de tous les Etas le 20 septembre seront-elles un pas décisif vers le désarmement nucléaire mondial ?

C’est pour débattre de toutes ces questions que nous vous invitons à une rencontre internationale, où nous partagerons nos expériences et chercherons ensemble les moyens d’agir pour l’émergence d’un monde sans armes nucléaires et sans production d’énergie d’origine nucléaire.

Le comité de facilitation du FSM Antinucléaire 2017

Le site web, pour vous inscrire et pour tout complément d’informations : http://wsfnonuke.org

Le lieu : La Bourse du Travail de Paris

Les salles entièrement à notre disposition sont sur trois sites proches de la place de la République (3 rue du Chateau d’Eau, 67 rue de Turbigo et 29 Boulevard du Temple).

L’accueil le jeudi 2 à partir de 8h30, les plénières et les stands se tiendront 29 Boulevard du Temple.

Remarque : comme il est interdit de manger à l’intérieur de la Bourse, tous les repas devront être pris à l’extérieur, nous essaierons néanmoins de proposer des sandwiches, café et boissons pour les pauses.

Les débats :

Trois plénières : • une plénière d’ouverture le jeudi de 10h à 12h • une plénière « témoignages de victimes du nucléaire » le vendredi de 16h30 à 19h • une plénière de clôture le samedi de 13h30 à 17h

30 créneaux horaires de 2h30 sont disponibles sur les trois jours pour différents types de contributions, d’ateliers, d’interventions, de films suivis de débats.

Les organisations (collectif, association, syndicat,…) ont jusqu’au 15 juillet pour proposer toute forme de contribution et à tous les points de vue, pourvu qu’ils soient antinucléaires. Une participation financière de 50€ est demandée aux associations qui proposent une activité et qui n’ont pas participé au financement du forum.

Le comité de facilitation étudiera ces différents types de contributions, d’ateliers, d’interventions et fera un retour vers les organisations pour indiquer les propositions retenues et ou fusionnées.

Autres initiatives :

• Une action médiatique en cours de préparation sera proposée.

• Un déplacement en bus le dimanche 5 à Bure, accueil et visite des lieux effectué par les opposants à ce projet CIGEO de monstrueuse poubelle nucléaire à 500m sous terre.

• Soirée festive le vendredi soir

Le site web, pour vous inscrire et pour tout complément d’informations : http://wsfnonuke.org

01/10/2017

Marche blanche contre les pesticides près de Bordeaux le 8/10/2017...

 
 

 
 

MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

MARCHE BLANCHE contre PESTICIDES.

marie-lys BIBEYRAN
listrac médoc, France

27 SEPT. 2017 — Années après années, saisons après saisons, rien ne change sur le terrain et les enfants dans les écoles et/ou chez eux, les riverains, les travailleurs agricoles, les consommateurs sont toujours exposés aux pesticides et à leurs très graves effets sur la santé. Une succession de décisions de justice contre l'intérêt des victimes, un lien toujours très étroit entre les pouvoirs publics et le lobby des pesticides, une toute puissance d'une agriculture productiviste plus meurtrière que nourricière nous font craindre le pire pour l'avenir. Mais ne nous résignons pas !!!
Venez avec nous dire non aux pesticides, non au déni non aux lobbies.
Marche blanche le dimanche 08 octobre à Listrac-Médoc (35 km au Nord de Bordeaux), sur un territoire où la viticulture use de tout son poids pour maintenir invisibles et inaudibles les victimes des pesticides. 
Cette marche est co-organisée par : 
Collectif Info Médoc Pesticides
Confédération Paysanne 
Alerte Aux Toxiques
CGT 
Générations Futures

Nous comptons sur vous !!!
Marie-Lys Bibeyran.

28/09/2017

Venez soutenir Raphaël lundi 2 octobre à partir de 13 heures devant le TGI de NICE

MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

Venez soutenir Raphaël lundi 2 octobre à partir de 13 heures devant le TGI de NICE

Accueil RÉFUGIÉS
France

28 SEPT. 2017 — Raphaël, 19 ans, est convoqué lundi 2 octobre à 13h30 au tribunal correctionnel de Nice pour « aide à l’entrée, au séjour et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière »

« Dimanche 25 juin 2017 en soirée : quatre personnes sont à la gare de Fontan-Saorge. Elles ont besoin d’être hébergées. Malheureusement, ce soir-là, à Saorge personne ne pouvait le faire. Il est impossible d’imaginer les laisser dormir dehors. Vers 22h30 Raphaël va donc les chercher. Ils lui disent qu’ils veulent rester en France. Il n’y a pas d’autre solution que de les amener chez Cédric Herrou où ils peuvent être hébergés dans des tentes. Il n’y a pas de frontière à passer. Il ne leur demande pas quelle est leur situation. C’est seulement à dix kilomètres.
Raphaël est arrêté par un barrage de gendarmes mobiles juste à la sortie de Breil. Il est menotté et amené à la gendarmerie de Breil avec ses quatre compagnons, puis placé en garde à vue jusqu’au lendemain 18h45. Il est informé qu’il est inculpé “d’aide à l’entrée, au séjour et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière.”
Venez soutenir Raphaël lundi 2 octobre à partir de 13 heures devant le TGI de NICE. 

www.change.org

27/09/2017

Un quadrimaran d'un nouveau genre baptisé Manta.

Le navigateur français Yvan Bourgnon se lance dans une campagne de crowdfunding pour financer un quadrimaran d'un nouveau genre baptisé Manta. Ce voilier prototype devrait permettre de nettoyer les océans des tonnes de déchets plastiques qui s'y trouvent encore.

Manta : le quadrimaran d''Yvan Bourgnon pour nettoyer les mers

Un quadrimaran pour la (bonne) cause environnementale

Manta est le nom du futur quadrimaran - un voilier à quatre coques - imaginé par Yvan Bourgnon et dont le but est de nettoyer les océans des matières plastiques qui les polluent. Un nom qui n'est pas laissé au hasard puisqu'il rend hommage à la raie manta qui a la capacité de filtrer l'eau de mer. Le futur quadrimaran du skipper français s'appuiera sur cette même technique du filtrage pour atteindre son but. Avec des dimensions impressionnantes de 71,5 m de largeur pour une longueur de 60 m et une capacité de stockage de 300 mètres cubes, le Manta pourra partir pour des campagnes en haute mer, sur une durée allant de un à trois mois.
Si le quadrimaran dépollueur des mers n'est pas encore construit, les plans sont déjà prêts et le bateau sera doté d'un système de collecte des déchets plastiques similaire au système des fanons d'une baleine. L'avantage d'utiliser un bateau de cette dimension est multiple : il peut se rapprocher rapidement des côtes où sont généralement concentrés les déchets et il peut également naviguer en haute mer. Du point de vue kinétique, comme tout voilier, il sera muni de voiles et de kite wings, (des ailes géantes de cerf-volant) pour plus de puissance. Par ailleurs il sera également pourvu d'un moteur hybride afin de parer au manque de vent.

Une campagne de crowdfunding lancée en octobre

Navigateur expérimenté, Yvan Bourgnon a disputé de nombreuses courses comme la transat Jacques Vabre notamment. Il a également effectué un tour du monde en catamaran. C'est au cours de ces nombreuses expéditions que le skipper a été confronté à l'immense pollution des océans : "Entre 8 et 10 millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans chaque année. Une partie de ces macro-déchets flottants se fragmentent au contact des vagues et des rayons UV pour se transformer en micro-déchets, puis en nano-déchets, assimilés directement par les organismes marins, impactant l'ensemble de la chaine alimentaire marine. D'ici 2025, la quantité de déchets plastiques entrant dans le milieu marin pourrait être multipliée par 10. A ce rythme, en 2050, les morceaux de plastique présents dans les océans seront aussi nombreux que les poissons !"
Pour lutter contre ce phénomène, le Français crée l'association "The Sea Cleaners", littéralement « les nettoyeurs de la mer ». C'est par le biais de cette structure qu'une campagne de crowdfunding sera lancée dès le mois d'octobre afin de réunir les fonds nécessaires à la construction de ce quadrimaran révolutionnaire. 
selon Boursorama -www.boursorama.com 

Pour en savoir plus, consulter également sur Internet: https://blog.surf-prevention.com/2016/10/30/bateau-manta-the-sea-cleaners qui nous présente la maquette du voilier ou selon un bref article dans Télérama de Mme S. Berthier: www.theseacleaners.org.

sea-cleaners-bateau-depollution

 


Lyliane