Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2018

Les cueilleurs de pommes...

Sous la conduite de Mr Jean-Louis Choisel, un groupe de personnes se désolaient du gel des arbres fruitiers dans la région de Belfort l'hiver 1978. Ils fondèrent cette même année l'Association Nationale des amateurs bénévoles pour la sauvegarde des variétés fruitières régionales en voie de disparition dite Les Croqueurs de Pommes. Leur objectif était de reconnaître et de préserver des variétés anciennes de fruits et des techniques associées.

Puis, un peu partout en France, d'autres passionnés firent la même prise de conscience, face aux remembrements, à l'extension des zones urbaines et pire à la destruction des vergers. Actuellement, lisons nous dans le journal Biocontact du mois d'octobre 2018, l'Association Nationale des Croqueurs de Pommes comporte 8 200 adhérents, fédérés dans 63 associations locales dont l'Association Aube Champagne pays d'Othe dite Charles-Baltet (450 membres) qui organise Europom 2018  pour l'Europe. 

En effet, Europom est un groupement d'amateurs bénévoles attachés à la sauvegarde du patrimoine fruitier. C'est aussi une exposition où les Croqueurs de Pommes fêteront  leurs 40 ans d'existence à Troyes ( Le cube - entrée gratuite) les 27 et 28 octobre 2018 avec 2 000 variétés fruitières exposées. Artisans, producteurs, associations se feront connaître. Pour en savoir davantage, contacter www.croqueurs-national.fr.

Lyliane

A voir dans le ciel cette semaine: un bel alignement de planètes...

Pour la seconde fois cette année, les cinq planètes les plus brillantes de notre Système solaire seront visibles au même moment, alignées dans le ciel. Un spectacle qui ne se produira plus avant 2020.


Cinq d'affilée ! Cette semaine du 15 octobre, un incroyable ballet astral va avoir lieu : Mars, Saturne, Jupiter, Mercure et Vénus vont s'aligner dans le ciel nocturne. Ces cinq planètes sont les plus brillantes du Système solaire, elles seront donc visibles à l'oeil nu. 
C'est la seconde fois cette année qu'une telle configuration se produit : au mois de juillet déjà, le tableau était au complet... mais les planètes étaient plutôt étalées sur la voûte céleste. Cette fois cependant, le spectacle devrait être encore plus remarquable car les planètes seront plus rapprochées les unes des autres, explique Tanya Hill, astronome au planétarium de Melbourne en Australie dans un article sur le site The Conversation.


Comment les observer ? 
A l'ouest tout d'abord, vous pourrez apercevoir Mercure et Vénus, assez basses, et Jupiter brillera juste au-dessus. Plus haut au nord-ouest, Saturne et Mars viendront compléter l'alignement. La nuit du 18 au 19 octobre devrait être idéale pour observer ce phénomène, car Mercure et Vénus seront côte à côte.
Sur les cinq planètes visibles cette semaine, Mercure est celle qui brille à la plus faible intensité donc elle est généralement plus difficile à observer. Les férus d'astronomie pourront alors se servir de Vénus comme repère pour distinguer Mercure. Même Uranus et Neptune seront de la partie.
Mais les deux géantes de glace, qui orbitent au-delà de Saturne, sont trop éloignées du Soleil pour que nous puissions les voir à l'oeil nu, il faudra un télescope pour les repérer. Uranus brillera très bas à l'Est au coucher du Soleil et Neptune un peu plus haut, à mi-chemin en direction de Mars. Pluton, la planète naine, sera elle aussi présente mais non visible, puisqu'elle est aux confins de la Voie lactée.


Une configuration exceptionnelle 
"Comme c'est la seconde fois cette année, on peut croire que cette configuration se produit souvent", souligne Tanya Hill. Pourtant, elle n'est possible que parce que Jupiter et Saturne se situent du même côté par rapport au Soleil et sont donc proches l'une de l'autre.
Avant le mois de juillet dernier, cela faisait deux ans qu'un tel alignement des planètes n'avait pas été observé. C'était d'ailleurs la première fois que cela se produisait en 10 ans, parce que les deux géantes gazeuses étaient jusqu'alors trop éloignées. Ce phénomène ne devrait pas se reproduire avant juillet 2020, mais les planètes devraient être plus étalées dans la voûte céleste.

Selon  Jeanne Travers - Gentside - samedi 13 octobre 2018

Kalaweit ou la sauvegarde des Gibbons en Indonésie...

Mme Véronique Georges a interviewé pour le quotidien Nice-Matin Mr Aurélien Brulé, âgé de 39 ans, originaire de Fayence (83) qui consacre sa vie avec l'aide de Mme M. Robin et de nombreux donateurs à la cause des Gibbons en Indonésie. Il se fait du reste appeler Chanee qui signifie gibbon en Thaïlandais. L'association Kalaweit, le plus grand programme de sauvegarde des gibbons, fête aujourd'hui ses 20 ans.

Depuis l'Indonésie où il a fondé une famille, Chanee explique que grâce à leurs centres de Bornéo et Sumatra, 300 gibbons vivent protégés d'abord dans des réserves, puis dans des coins de forêts protégés de la déforestation. Car, affirme-t-il,  la déforestation pour produire de l'huile de palme est une plaie. Le but de l'association Kalaweit est en effet de pouvoir relâcher les animaux victimes un jour qu'ils soient primates ou autres animaux sauvages.

En 20 ans, Chanee a vu Bornéo défiguré , mais il garde espoir, car Kalaweit avec 79 employés, soigneurs et vétérinaires fait du travail concret jour après jour. Grâce à l'achat de parcelles de forêts, depuis 2012, l'association a en effet pu créer trois réserves d'une surface totale de 627 hectares. Il est possible d'aider et de soutenir Kalaweit en parrainant un gibbon et en donnant des fonds pour acheter de la forêt. Joindre sur Internet: www.kalaweit.org. ou voir sur You Tube le travail de l'association par chaneekalaweit. Merci Chanee de votre investissement en faveurdu monde animal sauvage!

Lyliane

14/10/2018

La musique, c'est magique!

Mme Lorraine Rossignol dans le journal Télérama écrit un bel article sur les bienfaits de la musique. Elle rendrait en effet les enfants plus attentifs, elle favoriserait l'apprentissage du langage et de la lecture. Certains prétendent qu'elle gommerait les inégalités sociales… L'Education Nationale, sous l'impulsion de son ministre, a lancé un "plan chorale" et souhaite généraliser l'enseignement de la musique dans toutes les classes du primaire à l'automne 2019.

Par exemple à la Crèche Cap Enfants de Cergy Pontoise (95), crée il y a 12 ans, des tout-petits rentrent avec joie dans une bulle bleue, qui produit de la musique. Des zones tactiles en effet déclenchent des sons qui changent chaque mois. Il a été remarqué que cette immersion quotidienne dans des bruits et des chansons a un impact direct sur les apprentissages fondamentaux des enfants. Un réseau de 8 établissements, implantés dans des zones d'éducation prioritaires de la région parisienne, s'est crée depuis, car cette bulle s'est révélée être un outil pédagogique hors pair.

La plasticité du cerveau infantile, ont confirmé des neurologues comme Mr Pierre Lemarquis par exemple, permet en effet de développer et de créer un spectre auditif large, bénéfique dans l'apprentissage des langues. Ainsi, la fréquentation intensive de la musique, qu'elle soit instrumentale ou chantée, pourrait booster nos jeunes élèves dès la maternelle. N'oublions pas que, dès 2005, le Chef d'orchestre Mr Daniel Barenboïm avait crée à Berlin la première école musicale du monde, le Musikkindergarten, où les enfants grandissaient en musique et dans la joie.

La conclusion de l'article est la suivante:" En apprenant à être attentifs aux sons, on apprend à être attentifs aux autres, à mieux décoder le langage des interactions sociales, y compris les non-dits. Cela s'appelle l'empathie et c'est à la musique que nous le devons"! Cette phrase mérite d'être méditée...  Il est donc urgent en France de démocratiser la musique et d'en faire la clé de voute de notre enseignement...

Lyliane

13/10/2018

Réduction du CO2 à l'échelle européenne d'ici 2030...

Les députés européens ont voté un projet de réduction des émissions de CO2 de 40% d'ici à 2030. Le rapport a été adopté ce mercredi par 389 voix pour, 239 contre et 41 abstentions. Les élus ont affiché leur volonté d'aller plus loin que les 30% proposés par la Commission européenne. Ils fixent un objectif intermédiaire de 20% d'ici 2025.

Amendes:
Les parlementaires souhaitent sanctionner financièrement les constructeurs ne respectant pas les critères par des amendes. Les véhicules à émissions nulles ou faibles (moins de 50 grammes de CO2 par kilomètre) devront représenter 35% de la part de marché des ventes de nouvelles voitures et camionnettes d'ici 2030, et 20% d'ici 2025.

Le Parlement appelle également à ce que soient mis en place des tests d'émission de CO2 en conditions réelles d'utilisation comme cela a été fait pour les émissions d'oxyde d'azote après le scandale Volkswagen.

Longues négociations
Ce vote est de mauvais augure pour les constructeurs, alors que s'ouvre à Paris le Mondial de l'automobile. Avec cette décision, les eurodéputés mettent la pression sur l'industrie du secteur mais ils n'ont pas le dernier mot. Les ministres de l'environnement des différents pays membres doivent se rencontrer le 9 octobre pour s'accorder sur une position commune.
Les négociations s'ouvriront ensuite entre le Parlement, la Commission et le Conseil européen. Le texte final sera rendu début 2019 avant les élections européennes.

L'Allemagne a pris position
Si la position de la France est encore un peu floue sur le sujet, l'Allemagne a pris des mesures. Angela Merkel et son gouvernement sont arrivés à un accord avec les constructeurs. Les industriels devraient aider financièrement les Allemands à limiter leur emprunte carbone lors de leurs déplacements en voiture.
Pour cela, les propriétaires de véhicule polluant pourraient solliciter les constructeurs pour réaliser des travaux afin de rendre leur voiture plus propre, en y installant un filtre à particules par exemple. Autre mécanisme avancé : la prime à la casse pour acheter un modèle plus récent.
 
Boursier - mercredi 3 octobre 2018
 
 

12/10/2018

Cent pour cent d'énergie renouvelable sur 3 îles du Finistère...

Depuis le 6/9/2016, pouvons-nous lire dans la revue Biocontact d'octobre 2018, "les îles de Molène, Sein et Ouessant ont débuté un programme qui doit les mener, à terme, à être uniquement alimentées en énergies renouvelables… et donc à être autonomes énergétiquement". Le projet a coûté 1,5 millions d'euros répartis sur 3 ans en faisant appel à deux programmes différents. D'une part, la boucle énergétique locale (appel à projet de la région Bretagne, d'autre part le Territoire à énergie positive pour la croissance verte (appel à projet national) .

Selon l'article, le développement des énergies renouvelables sur ces îles du Finistère devrait permettre de baisser de 30% les émissions de CO2 en 3 ans. Les premiers résultats sont encourageants, car la consommation de fioul a baissé. il est vrai que différentes mesures avaient été prises:

- distribution d'ampoules LED

- réfection de l'isolation des bâtiments publics.

- rénovation de l'éclairage public.

De plus, une aide financière a permis à de nombreux habitants de remplacer leur congélateur par un modèle plus économe en énergie. Le photovoltaïque et l'hydrolien (éoliennes en mer) sont également inclus dans ce projet. Des batteries lithium-ion ont été installées à Sein et sur Ouessant pour stocker le surplus d'énergie. Elles sont couplées à un système de pilotage permettant de recevoir et de distribuer l'énergie selon les besoins. Pour ces îles pionnières, l'objectif est d'être autonomes grâce aux énergies renouvelables d'ici à 2030.

Il me semble que de tels exemples pourraient servir de modèles à d'autres régions françaises. C'est sans doute une question de volonté politique et d'investissements. N'y aurait-t-il pas urgence à bouger dans ce domaine pour faire baisser notre consommation électrique globale? Des aides et des incitations financières pourraient notamment motiver l'ensemble de la population. Une partie des citoyens français me paraît aujourd'hui prête à modifier ses habitudes d'achats et de consommation. De plus, la réfection de l'isolation des bâtiments et de l'éclairage public pourrait créer des emplois…

Pour approfondir le sujet, consulter par exemple sur Internet: www. lenergietoutcompris.fr.

Lyliane

 

 

Un scientifique français à l'honneur...

 
Le prix Nobel de Physique 2018 a été attribué à un scientifique français. Depuis trente ans, Gérard Mourou n'a cessé de décupler la puissance et la précision des rayons laser. Des avancées pas-à-pas que l'académie Nobel considère au final comme une révolution scientifique. Le chercheur français partage ce prix Nobel de physique avec Donna Strickland, une de ses étudiantes canadiennes. Ce Grenoblois âgé de 74 ans s'est immédiatement passionné par la technologie laser qui venait de naître dans les années 1960. Quand il commence ses recherches, personne ne pensait que ce serait même un sujet de thèse, car en théorie cela paraissait simple. Des projets de recherche pour lutter contre le cancer Aujourd'hui, grâce aux travaux de Gérard Mourou, les lasers sont si puissants et si précis qu'ils ont permis par exemple de traiter deux millions de cataractes. "J'ai encore plein de projets, de grands projets. [Ils] seront certainement facilité par le fait que j'ai eu le prix Nobel", déclare-t-il. Il a notamment comme projet d'utiliser ses recherches dans la lutte contre le cancer.

11/10/2018

Une tour maraîchère à Romainville en 2019 pour légumes et emplois...

FIGARO DEMAIN - Pour nourrir ses habitants, créer du lien et des emplois, Romainville construit une vaste ferme urbaine verticale qui verra le jour en avril 2019. La serre géante implantée en plein cœur de la commune située à 3 kilomètres de Paris produira 12 tonnes par an de fruits et légumes.
À quelques encablures de Paris, des citadins pourront bientôt voir leurs tomates et leurs champignons pousser dans un immeuble! Le chantier de la première «tour maraîchère» de France, estimé à 5 millions d'euros, a en effet débuté. Ce vaste bâtiment dédié à l'agriculture urbaine a pris racine à Romainville, ville de Seine-Saint-Denis de 25.000 habitants, plus habituée à voir des logements sociaux sortir de terre que des plants de carottes et de tomates!


De quoi s'agit-il? D'une sorte de serre géante et verticale implantée en plein cœur de ville, au plus près des consommateurs. D'après les projections de la mairie, le bâtiment qui verra le jour en avril 2019 est composé de deux tours dont la plus haute fera 24 mètres, sur six étages. La culture des carottes, tomates et autres fruits et légumes sera ainsi répartie en fonction des étages et optimisée par les spécialistes de la culture urbaine.
Outre une exploitation agricole, la cité maraîchère abritera un centre de sensibilisation et de formation à l'agriculture urbaine ouvert aux professionnels et aux particuliers. Un vaste espace de vie composé d'un café-cantine et d'une épicerie pour vendre les produits en circuit très court complète ces lieux. Cette tour futuriste renoue ainsi avec le passé du département, autrefois terre d'accueil des maraîchers et vignerons.
En revanche, les méthodes d'exploitation ne sont pas celles de nos aïeux! Les fruits et légumes pousseront hors-sol, alimentés par des substrats issus à 100% de produits organiques, sans pesticide ni engrais chimique, sans chauffage ni lumière artificielle et disposés sur les 6 étages. Avec ces méthodes, la ferme citadine vise une production de 12 tonnes par an de fruits, légumes, champignons, fleurs comestibles, plants et semences. Elle permettra ainsi de couvrir la consommation de 200 familles.


Un projet créateur d'emplois
L'ambition n'est donc clairement pas de nourrir toute la commune mais aussi de créer des rencontres et du lien social entre habitants et de sensibiliser les urbains aux enjeux de l'agriculture. L'objectif de la première «Cité maraîchère» de France, qualifiée par lamunicipalité socialiste de projet «unique en France», est également de créer des emplois. «En réintroduisant de l'activité maraîchère à Romainville, nous avons souhaité tout d'abord redonner à la ville, longtemps lieu de cultures maraîchères, une vocation de ville nourricière. Mais nous allons également générer une nouvelle activité économique créant de l'emploi et notamment de l'emploi en insertion», a expliqué la maire, Corinne Valls. Au total, 12 emplois seront créés dès 2019.
Le lieu entend enfin devenir un «laboratoire vivant» pour les projets d'agriculture urbaine «appelés à se développer» dans la future métropole du Grand Paris. En plein essor, l'agriculture urbaine permet en effet de cultiver les fruits et légumes au plus près des consommateurs. Cette méthode de production compense par ailleurs le déclin de l'agriculture en Europe occidentale. La France a perdu l'équivalent du département de Seine-et-Marne en surfaces agricoles en l'espace de 10 ans au profit de l'urbanisation, alertait récemment l'Observatoire national de la Biodiversité. Les plus grandes métropoles se tournent de plus en plus vers cette solution pour compenser la diminution des espaces cultivables et la pollution des sols. Singapour multiplie les serres verticales où des légumes sont cultivés, mais où également des truites ou des mérous sont élevés dans des bassins disposés par étages. Shanghaï projette même de créer la plus grande ferme verticale au monde sur 100 hectares. En attendant que ces projets d'envergure voient le jour, la municipalité de Romainville se mobilise pour que la greffe de la cité maraichère prenne avec ses habitants. 

Mathilde Golla - Le Figaro - lundi 1 octobre 2018

10/10/2018

Qu'est-ce que les Chakras?

Découverts par Shri Mataji, les sept chakras dont dispose notre corps humain sont répartis entre la base de la colonne vertébrale à la base de la tête. Représentés par une fleur de lotus, ils sont perçus comme des régulateurs de la santé de l’individu. Les chakras sont ainsi régulièrement évoqués dans les nouvelles pratiques de bien être.

selon Psychologie Magazine

Quelle est l’utilité des chakras ?

Ces derniers n’ont qu’un objectif : l’harmonie. L’harmonie du corps et de l’esprit. L’harmonie de notre personne dans notre environnement. L’harmonie et encore l’harmonie.

Chaque chakra principal à des fonctions bien précises et régule des aspects distincts de votre personnalité. Chacun est également relié à des organes et parties du corps, généralement à proximité du chakra en question.

Les 7 chakras principaux et leur couleur associée

Chacun des 7 chakras principaux a une couleur associée.

Une consigne numérique pour les sans abri...

Mme Sophie Berthier, dans la revue hebdomadaire Télérama, nous fait savoir que deux ingénieurs, ont eu l'idée d'une consigne numérique car, longtemps bénévoles dans la rue, ils savent les sans abri souvent dépourvus de papiers d'identité, permis de conduire et autres documents nécessaires pour obtenir le RSA ou pour s'inscrire à Pôle emploi.

Ils les aident tout d'abord à se procurer ces documents, puis ils les stockent sous forme de fichiers protégés dans le Cloud avec accès gratuit pour les intéressés. Aider les plus démunis à reprendre pied semble en effet une excellente idée. Pour en savoir davantage sur cette consigne numérique, contacter sur Internet: www.reconnect.fr.

Lyliane

09/10/2018

Boom des méthodes alternatives dans l'enseignement en France...

Chaque semaine de nouveaux ouvrages sortent en France, comme par exemple le livre de Mme Caroline Sost "S'épanouir à l'école" chez R. Laffont ou celui de Mme Emmanuelle Barrère-Leuiller "Transmettre des valeurs à son enfant" chez Eyrolles. Des ateliers originaux et innovants se créent également tels ceux de La Carabane à Vavin, aux Batignolles, à Buffault, au Sentier et à Levallois. Ils accompagnent les enfants pour méditer et se recentrer sur l'essentiel, participer à des débats philosophiques, dessiner pour exprimer leurs idées et tout cela à partir de 4 ans. 

Enfin, la méthode Montessori et d'autres méthodes alternatives, autrefois réservées exclusivement aux écoles privées ou hors contrat, onéreuses et donc pas forcément accessibles à tous, ont gagné du terrain dernièrement dans les écoles publiques . L'enseignement Montessori notamment, qui intègre le bonheur des enfants au cœur de sa pédagogie, s'intensifie dans les écoles françaises. Cette éducation positive et bienveillante a donné d'excellents résultats et séduit beaucoup de familles. On compte à ce jour 1 000 établissements français utilisant des méthodes alternatives, ce qui est malgré tout encore assez peu.

Mr J.M Blanquer, Ministre de l'Education Nationale, a fait savoir qu'il souhaite que cette pédagogie soit davantage développée dans les écoles publiques françaises. Toutefois, les enseignants actuellement sont obligés de se former (stages sur leurs temps libres) et de s'équiper en matériel par leurs propres moyens. Il faudrait donc que cette méthode soit adoptée au niveau national pour toutes les écoles publiques qui le souhaiteraient.

En attendant, Mme Ricardo Zahra a eu l'idée de créer MaMontessoriBox qui propose de recevoir directement, via un abonnement mensuel à la box, tous les éléments et le matériel nécessaire pour appliquer cette méthode sur différents plans (mathématiques, langage, sensoriel…). Cette box s'obtient en joignant le site Internet: www.mamontessoribox.com. 

Bref, de plus en plus d'adultes cherchent à faire pétiller les yeux des enfants et à leur faire aimer l'école, lit-on dans l'Ecolomag N° 67 de septembre/octobre 2018. C'est réconfortant pour l'avenir et cela laisse augurer de profondes transformations dans le système scolaire français, là où notes, sanctions, jugements de valeurs paraissaient installés à demeure. Une éducation véritablement au service de la vie, qui offre à tous l'occasion de s'épanouir et de contribuer à un monde plus juste, voilà enfin un des moyens de transformer positivement la société et le monde...

Lyliane 

Impact individuel et collectif de Vénus rétrograde en astrologie humaniste...

La planère Vénus se déplace lentement et s'éloigne peu du Soleil. On l'appelle aussi l'Etoile du Berger. Vénus brille si intensément qu’elle est la première “étoile” à apparaître dans le ciel du soir après le coucher du Soleil, ou au contraire la dernière à disparaître à l’aube, selon les périodes. On peut donc supposer que les bergers ont toujours été très familiers de cet astre particulier qui marque le début ou la fin de leur journée avec leurs troupeaux.

Vénus se déplace, lors de son cycle de 8 ans, à raison de 2°  dans les signes.  Les rétrogradations de Vénus ne sont pas fréquentes: environ 5 fois tous les 8 ans. Ces 5 rétrogradations de Vénus s'inscrivent dans une étoile à 5 branches (pentacle). Le chiffre  5 (quintile), que certains rapprochent du symbole de  l'être humain individualisé, selon Mr Luc Bigé, astrologue, se rapporte à "l'application consciente de la volonté pour une métamorphose radicale".

Or, entre le 5 octobre 2018 et le 16 novembre 2018, la planète Vénus sera rétrograde entre 10°50 du signe du Scorpion et 25°15 de la Balance. Cette rétrogradation va se combiner à la boucle de rétrogradation de Chiron en fin du signe des Poissons du 25/9  jusqu'au 9 décembre 2018, à celle d'Uranus qui entre à nouveau en Bélier et de Mercure à 13°30 du Sagittaire. Cette fin d'année promet donc d'être particulièrement importante au plan individuel et collectif.

Les périodes de rétrogradation, écrit Mr Bigé, sont généralement "des périodes de réorientation consciente de notre manière d'utiliser la fonction psychologique symbolisée par la planète concernée". Avec Vénus, chacune de ses rétrogradations nous propose de réfléchir sur nos relations, l'amour et nos valeurs en cherchant à les réajuster. Il peut s'agir de montrer comment manifester le sacré dans le monde profane; c'est à dire dans nos occupations quotidiennes actuelles.

C'est par exemple le bon moment, affirme Mr L. Bigé, "pour nous débarrasser de vieilles habitudes affectives en les remplaçant par de nouvelles attitudes".  Au niveau du corps, le moment est venu de purifier le système sanguin et hormonal en transformant notamment son régime alimentaire, ses soins au quotidien pour davantage se reconnecter à son être profond.

Pendant toute cette période, pourquoi ne pas saisir l'opportunité de chercher à achever des entreprises en cours, à balayer des mémoires karmiques manifestement dépassées? Bref, un impulse à saisir pour accepter de s'aimer avec ses lumières comme ses limitations et trouver une forme de "plénitude intérieure".

Lyliane'

08/10/2018

La rigologie, vous connaissez?

J'apprends par Mme Amandine Roussel, dans le supplément à Nice-Matin "Nous" qu'une sophrologue caycédienne, installée à Ollioules (83) propose au prix de 20 euros la séance pour un particulier, depuis 2006, des séances de rigologie dans une salle louée par ses soins. Mme Geneviève Despraux accepte également de se déplacer dans des entreprises ou des institutions qui la sollicitent dans tout le département du Var. Mme Despraux s'est formée à l'Ecole Internationale du Yoga du rire  et du bonheur et à l'Institut Français du yoga du rire et du rire santé. Ce yoga du rire dure de une heure à une heure trente environ.

A première vue, écrit la journaliste, "la rigologie ne fait pas sérieux. En fait c'est une vraie discipline, dont les avantages sur la santé ne sont plus à démontrer". Dans une ambiance ludique, après une préparation corporelle par étirements et exercices de respiration, on effectue des petits jeux pour créer un lien dans le groupe. vient ensuite le temps du rire: "comme pour les positions du yoga, il y a différents rires, celui du tigre, de l'ours, du chat, du gros ventre, du graduel"... Puis vient la méditation du rire: "allongés sur une couverture ou un tapis, on fait monter le rire crescendo, puis on respire détendu. C'est un moment doux et convivial".

Les bénéfices physiques du rire sont nombreux: sur l'énergie, la digestion, les douleurs chroniques, le système immunitaire. On peut aussi s'exercer seul à la maison et la rogologie s'adresse à tous types de public, des enfants jusqu'aux seniors. Par contre, en cas de personnes hypertendues, cardiaques, asthmatiques ou d'opérés depuis peu, Mme Despraux demande un certificat médical. Elle aime bien mélanger les générations lors des séances. alors, pourquoi ne pas essayer?

Personnellement, il y a  quelques années j'ai vécu à Nice ce genre d'expérience de yoga du rire au sein du Club retraités de la MGEN. Je regrette que ce cours se soit arrêté car il me faisait beaucoup de bien. Qui voudrait le relancer en ville ou à l'hôpital dans le 06? Il existe des écoles du rire un peu partout en France. Je crois que nous aurions tous à y gagner!

Pour plus d'informations, consulter: https://www.ecolederire.org

Lyliane

La téléconsultation médicale, est-ce la panacée?

Un article de Version Femina rédigé par Mme Fabienne Colin décrit le principe de la téléconsultation tel qu'il a été mis en place récemment dans notre pays. Il revient à consulter un médecin sans devoir se rendre à son cabinet ou à le faire venir à domicile. Cette pratique semble désormais bien encadrée. En fait, le soignant vient vers le patient par téléphone ou via une webcam. elle s'adresse à tous, sauf bien sûr s'il faut réaliser un examen physique.

Tout d'abord, il existe des sites dédiés à la téléconsultation et accessibles 24h sur 24 et 7 jours sur 7 par exemple sur www.mesdocteurs.com (trente spécialités au moins), hellocare.fr ou qare.fr... Généralement, on crée un compte et on commence par remplir un court questionnaire: identité, adresse mail, sexe, date de naissance. ensuite, on enregistre les coordonnées de sa carte bancaire. Alors, en principe, on peut dialoguer avec un praticien en visioconférence. A l'issue de l'échange, le patient reçoit un compte-rendu et récupére l'ordonnance éventuelle sur la plate-forme choisie.

Sur Hellocare, le coût est de 20 euros sans limite de temps, 6 euros la question de 15 minutes ou 2 euros la minute  par tchat ou échange vidéo ou audio sur mesdocteurs.com et 29 euros par mois en individuel ou 49 euros par famille sur quare. Mais attention, cette prestation n'est pas remboursée, car la prise en charge de la téléconsultation doit passer par son médecin traitant. Il ne s'agit pas cependant de télé-conseils comme sur un forum ou par mail.

De plus en plus de complémentaires santé comme Axa ou celles du réseau Santéclair( Allianz, MMA, GMF, MAAF…) font bénéficier leurs adhérents de la téléconsultation. Chez AXA par exemple, on appelle le 3633 et on a alors un infirmier qui dirige le patient vers un médecin ou les urgences selon le cas. Une ordonnance sécurisée est envoyée ensuite à la pharmacie du choix du malade. Ce service est compris dans la cotisation. Par contre, ni arrêts de travail, ni certificats médicaux, ni renouvellements d'ordonnances ne peuvent être délivrés de cette façon.

D'autres assureurs ont établi un partenariat avec le site www.medecindirect.fr. L'assurance vous donne un numéro de téléphone pour que vous vous enregistriez sur une plate-forme. Dans cet espace personnel, vous pouvez rédiger votre question médicale. Celle-ci est alors adressée à un généraliste, voire à un spécialiste. Un médecin disponible peut alors vous consulter. 

Bref, ce nouveau système est censé pallier la surcharge des praticiens et rassurer les personnes habitant dans des "déserts médicaux". Toutefois, qu'il soit payant ou gratuit, ce nouveau dispositif ne me semble pas être en mesure de remplacer vraiment une consultation médicale. En effet, il m'apparaît que rien ne vaut des relations directes avec son médecin, le côté humain étant dans ce domaine très important. L'avenir nous dira ce qu'il convient de penser au sujet de cette proposition de service… Vous pourrez aussi nous en dire un mot sur ce blog à l'occasion.

Lyliane

Comment instaurer l'égalité dès le berceau chez nos enfants?

Mme Tiphaine Honnet, dans la revue hebdomadaire gratuite Version Femina, s'interroge sur les stéréotypes sexistes ancrés dans nos réactions et nos propos et elle nous propose de donner l'exemple à la maison notamment en surveillant notre vocabulaire. En effet, depuis 2015, des formations existent en crèche (Babilou l'Imagin'R à Blagnac ou Egalicrèche par exemple) pour sensibiliser les professionnels de la petite enfance à traiter les enfants des deux sexes de la même manière. Ensuite, à l'école comme à la maison, la sociologue Sylvie Cromer note que, de plus en plus, des prises de conscience se font avec la volonté de changer les choses. Car jusque là, 45% des Français pensaient encore que certains sports convenaient mieux à un sexe qu'à l'autre...

Jusqu'à 7 ans, un enfant définit son identité  sexuée à partir des exemples donnés par son entourage. Aussi, dans le couple, le travail ménager, la garde des enfants mériteraient d'être partagés plus équitablement, ce qui n'est pas encore le cas chez tout le monde. Souvent, c'est toujours la femme qui fait les courses, la lessive, qui emmène les enfants à l'école, surveille les devoirs, donne le goûter… De même, au lieu de dire " la maman de Charlotte" pour désigner une voisine ou une amie au lieu de la nommer par son nom, revient à l'enfermer dans un rôle. Les pères ont tendance à valoriser l'esthétique de leur fille et le courage de leur fils, au lieu de souligner leurs véritables compétences…

Plus tard, dans les jeux offerts aux enfants, beaucoup continuent à choisir dinette et poupées pour les filles et petites voitures et ballons pour les garçons. Ces derniers , s'ils ont entendu dire dans leur enfance "un garçon ne pleure pas ", auront  à l'âge adulte du mal à libérer leurs émotions. Les métiers et les sports vers lesquels filles et garçons se dirigeront risquent d'être impactés fortement par les propos que nous aurons tenus en tant que parents. Et attention aux propos homophobes, aux jurons sexistes que certains utilisent dans leur quotidien!

En effet, le fait de ne pas confondre identité sexuée et orientation sexuelle aide à ne pas enfermer nos ados dans des stéréotypes dépassés. Faire évoluer les mentalités, proposer des modèles diversifiés, tout cela peut nous aider à créer une société où la mixité est repensée de A à Z. Pour notre inspiration, des lectures peuvent être conseillées, comme par exemple: "L'enfance de l'ordre, comment les enfants perçoivent le monde social" de Mr Wilfried Lignier au Editions du Seuil ou "Filles et garçons, repenser la mixité dans l'éducation"  de Mme Christine Castelain-Meunier chez A. Michel. 

Lyliane

 

07/10/2018

Planter une "forêt indigène" dans le Tarn avec les arbres qui existaient autrefois...

En France, les forêts ne sont pas en perte de vitesse, mais 84 % d’entre elles sont composées de seulement une ou deux essences. Une baisse de la biodiversité que des Tarnais ont décidé d’endiguer à leur manière.
Sur la commune du Garric, au nord d’Albi, Yann Roques et Alexandre Leuger ont décidé de se lancer dans un projet un peu fou : planter 30 000 arbres d’ici à la fin de l’année.


« J’habite au centre d’Albi et cela fait un an que je n’ai pas vu d’oiseau, la biodiversité s’effiloche », assure Yann, historien-archéologue de son état. De quoi avoir une prise de conscience.
Arbres de la dernière période glaciaire
« Nous nous sommes dit que nous pourrions planter une forêt peuplée d’arbres indigènes, c’est-à-dire présents dans la région à l’époque de la dernière période glaciaire, il y a 13 000 ans », poursuit le jeune militant. Il n’y aura du coup pas de noyer, importé par les Romains, mais des chênes verts ou des peupliers noirs.
Au total, quarante essences seront plantées, de quoi favoriser des abris pour la faune.

Mais pas n’importe comment, selon la méthode Miyawaki, du nom d’un botaniste japonais. « C’est plus dense, là où une forêt classique à un millier d’arbres maximum par hectare, nous, il y en aura minimum 30 000 sur seulement un hectare et la sélection se fera naturellement », poursuit Yann Roques.
— PROJET SILVA (@DavincicorpFr) September 13, 2018
Cela permettra de produire 750 tonnes d’oxygène par an et compenser 4 500 000 km effectués en voiture. Pour financer leur projet Silva, et un documentaire associé, ils ont lancé une cagnotte sur la plateforme Leetchi. Histoire de passer du concept à la réalité.
 
selon Beatrice Colin - 20 Minutes - lundi 17 septembre 2018

06/10/2018

Achats en ligne: quels recours?

De plus en plus de particuliers commandent en ligne des produits, constate Mme Laurence Ollivier, journaliste pour version Fémina. Toutefois, en cas de litige, les ripostes à adopter ne sont pas toujours bien connues du public. Tout d'abord, si la commande n'arrive pas dans le délai noté sur le bon de commande, il faut demander l'annulation de la vente. Cela peut se faire par courriel ou mieux par courrier recommandé avec AR. Le vendeur, s'il est dans l'impossibilité de vous livrer dans un délai de 8 à 15 jours maximum, devrait vous rembourser les sommes avancées dans les 14 jours à compter de la réception de votre demande.

Si vous recevez un colis endommagé, ouvrez le colis devant le livreur et émettez des réserves écrites sur le bon de livraison. Si vous constatez une avarie, refusez la livraison en contactant la hotline du cybermarchand pour connaître les modalités de retour. Si vous aviez une garantie de conformité, qui court pendant 2 ans suivant la livraison du bien, vous pouvez obtenir réparation ou remplacement du bien endommagé. En principe, dans l'espace européen (EEE) plus l'Islande, la Norvège et le Liechtenstein, le vendeur doit vous rembourser les frais de retour du produit, sauf s'il s'agit de vente entre particuliers ou sur des sites étrangers (hors EEE).

Si votre achat finalement ne vous plaît plus, exercez votre droit de rétractation en écrivant en recommandé avec AR. Ce délai est de 14 jours minimum à compter de votre commande s'il s'agit d'un service ou de sa livraison pour un bien. Vous avez 14 jours ensuite pour réexpédier le produit dans son emballage d'origine. Le professionnel doit alors vous rembourser sous 14 jours. mais cette protection ne joue pas pour des achats de billets d'avion, de train, des spectacles, des denrées périssables et d'achats entre particulier ou en Chine.

En cas de litige, essayez de contacter le cybermarchand par téléphone, puis par courrier recommandé avec AR. Cherchez d'abord un arrangement avec le vendeur. Si cela ne débouche pas, pour des produits échangés dans l'Union Européenne, adressez-vous à un organisme de consommateurs (Que choisir…), un médiateur: www.mediateurfevad.fr ou à: www.europe-consommateurs.eu ou au tribunal de commerce compétent.

Lyliane

 

 

 

Des insectes-robots à la rescousse en cas de catastrophe...

Imaginez. Vous êtes bloqué sous les décombres après une explosion ou une catastrophe naturelle. L'endroit est exigu. Difficile d'accès. Personne ne sait que vous êtes là. Tout à coup débarque une armée de cafards téléguidés par les sauveteurs. Avec leurs capteurs, ils ont cartographié toute la zone, repéré un accès et fini par vous localiser. Ça y est, l'alerte est donnée. Il reste un survivant à cet endroit précis. Et on sait par où passer pour aller le chercher.


Non, ce n'est pas un scénario de science-fiction. Un peu partout dans le monde, des chercheurs travaillent à recruter des insectes pour assister les pompiers dans les missions de sauvetage. Il ne s'agit pas de dressage comme avec les chiens secouristes, mais de développer des prothèses robotisées qui transforment les bestioles en "cyborgs" téléguidés.


Pourquoi un hybride moitié robot, moitié insecte? Parce qu'on a les pires difficultés à créer des machines aussi souples que les êtres vivants. Dans le cas d'une catastrophe naturelle, il faudrait en plus qu'elles puissent s'immiscer dans de petits espaces et se déplacer sur les terrains les plus accidentés. Impossible avec la technologie actuelle. D'où l'idée de s'appuyer sur l'agilité naturelle des insectes. Ne restait qu'à trouver un dispositif pour les piloter à distance comme des drones.


C'est précisément ce que vient de présenter Abhishek Dutta, chercheur à l'université du Connecticut, aux États-Unis. Il s'agit d'une sorte de sac à dos bourré d'électroniques que l'on place sur l'animal. Ce dispositif va lui titiller les antennes avec un signal électrique et lui faire croire qu'il rencontre un obstacle à gauche, à droite ou devant lui. Ce qui l'obligera à tourner. En modulant le signal, on le dirige et on stimule la pointe de son abdomen pour le faire accélérer.


Un paquetage électronique
Abhishek Dutta et son équipe étudient essentiellement sur des cafards. Pas n'importe lesquels, les blattes de Madagascar. D'abord parce que ce sont les plus grosses qui existent (7 centimètres à l'âge adulte) ; leur dos peut accueillir le paquetage électronique. Ensuite, elles sont d'excellents candidats pour les opérations de secours, puisqu'elles grimpent très bien et sont très curieuses ; donc explorent partout. Surtout, elles résistent à la chaleur et aux radiations, un sérieux avantage lors d'une catastrophe nucléaire, par exemple.


Les Américains ne sont pas les seuls à plancher sur de tels cyborgs. L'université de technologie de Nanyang, à Singapour, est aujourd'hui la plus avancée en matière de miniaturisation. Son paquetage électronique ne mesure que quelques millimètres, ce qui permet de maîtriser de petits scarabées de 2 centimètres de long. Les scientifiques ont même trouvé une technique pour les faire reculer et améliorer d'autant leur maniabilité lors du pilotage à distance.

Avantage des scarabées? Ils sont plus petits, donc capables de passer par des orifices inaccessibles aux gros cafards. Et surtout, ils volent, même si les chercheurs n'arrivent pas à les diriger une fois en l'air. Précisons qu'aucune de ces méthodes n'est dangereuse pour les insectes. Tous retrouveraient une vie normale une fois le sac à dos électronique retiré.


Des capteurs miniaturisés
Au-delà du module de guidage, les travaux portent également sur la miniaturisation des capteurs. Les chercheurs de Singapour ont ainsi réussi à faire tenir un détecteur de présence humaine, un GPS et des capteurs environnementaux sur une plaque de quelques centimètres. Trop grande pour des scarabées, elle pourrait parfaitement convenir aux grosses blattes. Reste maintenant le problème de l'autonomie des batteries. Aujourd'hui, ces insectes peuvent être contrôlés pendant huit heures. C'est déjà beaucoup. Mais il faudra faire mieux, les opérations de sauvetage pouvant s'étaler sur plusieurs jours.


Il n'empêche. On commence déjà à affiner les techniques de déploiement des insectes. Aux États-Unis, une équipe de l'université de Caroline du Nord (NCSU) évalue, par exemple, le nombre de coléoptères qu'il faudrait envoyer pour être certain de quadriller totalement une zone. Les sauveteurs n'ayant pas de visuel, c'est à leurs nouveaux assistants d'explorer les lieux de façon autonome, avec des stimulations aléatoires pour s'assurer qu'ils ne campent pas dans un coin. L'essentiel des briques semble donc en place. Les premiers essais sur le terrain ne sauraient tarder.


Phobique des insectes? Mieux vaut commencer à se soigner. Car dans quelques années, il y a de grandes chances qu'ils viennent à notre secours si on est coincé sous des gravats.

Anicet Mbida - leJDD - jeudi 25 octobre 2018

AVS-AESH, vers la professionnalisation ...

Dans la revue US, université syndicaliste, est soulignée la promotion de l'éducation inclusive dans le système éducatif français et la place essentielle donnée aux AESH et aux AVS. C'est à eux en effet qu'incombe la responsabilité d'accompagner les élèves en situation de handicap ( dyslexie, dyspraxie, dysphasie, élèves en fauteuil, mal voyants, troubles autistiques…). Entre 2004 et 2017, le nombre d'élèves en situation de handicap scolarisés dans le second degré est passé de 37 000 à 140 000, mais cela concerne seulement 30% de filles. De plus, l'origine sociale joue toujours, puisque en 6ème, 44% des élèves en situation de handicap viennent des familles les plus favorisées...

Ces auxiliaires de vie scolaire ont des missions de trois ordres: l'aide humaine individualisée (AESH-i), l'aide humaine mutualisée (AESH-m) et l'accompagnement en ULIS (AESH-co) ou unité localisée pour l'inclusion scolaire. Les deux premières sont décidées par la CDAPH ou commission pour les droits et l'autonomie des personnes handicapées, la troisième relève de l'autorité académique.

Il s'agit concrètement d'accompagner les élèves dans l'accès aux activités d'apprentissage et dans les activités relationnelles et sociales. Cela peut aller jusqu'à la distribution de médicaments aux élèves  dans le cadre d'un PAI (projet d'accueil individualisé) et de certains gestes techniques de soin, avec accord de l'employeur. Les AESH sont recrutés sous contrat de droit public, alors que les AVS , détenteurs d'un contrat aidé sont recrutés sous contrat de droit privé. ils peuvent être affectés sur un ou plusieurs établissements.

Les AESH signent généralement des CDD d'un an les 6 premières années d'exercice, même si la loi permet des CDD de 3 ans, puis ils signent un CDI. Ils peuvent cumuler deux activités professionnelles. Seuls les AESH peuvent assurer l'accompagnement de sorties, de voyages avec nuitées et des stages pendant la durée de leur temps de travail. Les contractuels en CUI-CAE signent un contrat de 6 à 24 mois, prolongeable. au bout du 9ème mois ils peuvent prétendre signer un CDD d'AESH.

Les AESH ont droit à la formation professionnelle tout au long de leur vie (compte personnel de formation selon l'article 22 de la loi n° 83-634 du 19/01/2017).Ils sont recrutés sans condition de diplômes, mais doivent justifier d'une expérience d'au moins 9 mois et suivre une formation d'adaptation à l'emploi ou engager une démarche de validation des acquis (VAE) conduisant au diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social. Dans le cas d'AVS , l'employeur a l'obligation de favoriser la réalisation du projet professionnel des salariés. ils bénéficient de 60 h de formation d'adaptation à l'emploi (30 h par année) ce qui paraît dérisoire vu la diversité de leurs tâches. Ces heures sont des heures de travail effectif.

Sur place, les prescriptions et recommandations du législateur n'ont malheureusement pas été accompagnées des investissements nécessaires. Aussi, des moyens en personnels, en formation, mais aussi en dispositifs et en structures d'accueil sont nécessaires. Par exemple: repenser l'accessibilité des bâtiments, le suivi des parcours, faciliter l'intervention des acteurs médico-sociaux et garantir l'application des textes…

L'accompagnement spécifique des élèves porteurs de troubles dys, troubles cognitifs bien cernés par la médecine aujourd'hui, est notamment à revoir. C'est non seulement un défi majeur pour les enseignants non formés à ces troubles la plupart du temps dans des classes surchargées, mais aussi un souci pour les familles. Celles ci doivent solliciter un PAP (plan d'accompagnement personnalisé).  Les évaluations et les examens doivent être aménagés pour ce type d'élèves. Rappelons qu'en France il y aurait entre 6 et 8% d'élèves porteurs de troubles dys.

De plus en plus, l'Education Nationale s'achemine vers une prise en charge diversifiée des élèves. Mais il reste beaucoup à faire pour maintenir un service public de qualité, notamment quand on entend annoncer la suppression de 120 000 emplois dans les établissements secondaires!

Lyliane

05/10/2018

Qwant détrône Google à l'Assemblée Nationale!

Cocorico ! Les députés et autres employés de l'Assemblée Nationale devront désormais effectuer leurs recherches sur Internet via le moteur français Qwant.

Jusqu'à présent, Google avait la préférence du Palais-Bourbon. Mais le Journal du Dimanche du 23 septembre nous apprend que la transition vers Qwant est actée, et proche.

Un changement pas si surprenant

Rien d'étonnant pour Le Point, qui rappelle que Mounir Mahjoubi, le secrétaire d'État chargé du Numérique avait récemment fait la promotion du moteur de recherche français.

L'adoption de Qwant par l'Assemblée Nationale envoie un message fort : le respect de la vie privée est pris au sérieux dans les plus hautes strates de l'État.

Une stratégie gagnante pour Qwant

Cette nouvelle s'ajoute ainsi à la stratégie de développement agressive tenue par le moteur de recherche ces derniers mois. Après une refonte profonde de son interface cet été, le lancement de Qwant Junior (une itération filtrant toute image choquante), et son partenariat récent avec Brave, cet adoubement parlementaire sonne comme un accomplissement.

 

« On est huit moteurs de recherche dans le monde », déclare Éric Léandri, PDG de Qwant, au JDD. « Je suis le 7e et je souhaite devenir 5e. Mon job impossible ? Battre les quatre premiers ! ».

Pourtant le moteur français lancé en 2013 a encore des progrès à faire pour rendre les résultats des recherches plus pertinents. De nombreux utilisateurs ayant laissé leur chance à Qwant pointent en effet des résultats parfois insatisfaisants.

 

Selon le journal des bonnes nouvelles Cyber

Découvrir le régime de Pioppi, un petit village italien, où l'on vit longtemps en bonne santé...

Je connaissais déjà le régime des centenaires d'Okinawa,  celui des Hounzas dans l'Himalaya et le régime crétois, mais je n'avais jamais entendu parler du régime Pioppi, un village de  Campanie, sur la Côte du Cilento, à deux heures de Naples environ. C'est une star américaine de la nutrition, Mr Ancel Keys, qui s'y est installé avec sa compagne à la fin des années 60, qui a fait connaître ce village où les centenaires sont nombreux. Mme Elisabetta Moro, professeure spécialiste de l'histoire et de l'anthropologie de Pioppi, a été interviewée par Mme Jessica Agache-Gorse pour la revue Version Femina, afin de découvrir le secret de leur belle longévité.

En Grande-Bretagne vient de paraître le livre "Pioppi diet" par le Dr Aseem Malhotra et Mr Donald O'Neill (collection Penguin). Cela a mis en lumière le régime alimentaire des habitants de Pioppi. Il faut savoir tout d'abord que ces habitants étaient des pêcheurs et qu'ils n'étaient pas riches: ils se nourrissaient donc peu et uniquement de produits locaux. Ils continuent à vivre ainsi assez frugalement. Par exemple, le matin ils prennent simplement un café et un fruit, parfois rien. Ils ne mangent de la viande qu'une fois par semaine et du poisson de leur pêche (sardines, maquereaux, anchois…) deux à trois fois la semaine. L'essentiel de leur régime, ce sont les fruits et les légumes de leurs jardins (tomates, brocolis, choux, aubergines, figues, oranges, abricots, pommes…). Le dimanche, ils font eux même leurs pâtes fraîches et chacun pétrit son pain. Lentilles et haricots figurent en bonne place dans leurs menus.

Mme Olga Vaccaro, professeure de nutrition à l'Université de Naples, ajoute à cette liste des fruits secs (noix et amandes), de l'huile d'olive et jamais de beurre, ni de sucre ou alors très exceptionnellement. Toutefois, des soupes avec des féculents (pâtes, pain, céréales) peuvent être ajoutées, de même qu'un peu de lait écrémé et de ricotta. Un verre de vin à table est également admis. La convivialité et un mode de vie actif (jardinage, pêche) et cependant paisible peuvent aussi être signalés dans ce village. Faire la fête est en effet une dimension partagée par tous.

Alors, qui veut choisir ce modèle de vie pour devenir centenaire et en bonne santé? Pour quelques recettes et conseils, lire l'ouvrage "La dieta mediterranea"de Mme Moro.

Lyliane

04/10/2018

Rapport parlementaire: la malbouffe en question...

Les députés s'attaquent à la malbouffe. Un rapport parlementaire sur l'alimentation industrielle est présenté ce mercredi à l'Assemblée Nationale. Il découle d'une série d'études menée sur six mois et d'une quarantaine d'auditions conduites par les députés chargés d'une commission d'enquête sur le sujet, présidée par le député de la France Insoumise, Loïc Prud'homme. Les propositions du document, dévoilées par franceinfo, visent à encadrer plus strictement le secteur de l'alimentation sur la publicité, la fabrication des produits, l'éducation, et la lutte contre les inégalités sociales. Passage en revue.


• Rendre obligatoire le logo Nutri-Score
Le logo Nutri- Score prend la forme d'une échelle de 5 couleurs (du vert foncé au orange foncé), associée à des lettres allant de A («meilleure qualité nutritionnelle») à E («moins bonne qualité nutritionnelle»). Il est aujourd'hui facultatif et repose sur le volontariat des entreprises. Le rapport recommande de le rendre obligatoire sur les produits alimentaires transformés et ultratransformés qui sont fabriqués en France. Les parlementaires préconisent également la mise en place d'une étiquette indiquant la proportion globale d'additifs et l'origine du produit.


• Limiter la teneur en sel, sucre et acide gras
Le rapport intervient également sur la fabrication même des produits, préconisant ainsi l'institution d'une réglementation qui limiterait leur teneur en sel, sucre ou encore acide gras. En France, alors que 30 % de nos apports quotidiens en sel proviennent du pain, le rapport souhaite rendre obligatoire une teneur maximale en sel des produits de panification de 18 grammes par kilo de farine. Cette réglementation avait par ailleurs déjà été préconisée par l'Anses depuis 2002. Le document s'appuie sur les indications de l'Organisation mondiale de la santé qui recommande une consommation de 5 grammes de sel par jour, à la place des 10 à 12 grammes que les Français consomment en moyenne. Afin d'atteindre cet objectif dans les cinq ans, les députés chargés de l'enquête suggèrent un échéancier et des sanctions financières imposées en cas de non-respect des nouvelles conformités.


• Diminuer le nombre d'additifs autorisés
L'utilisation des additifs par les industriels dans les aliments transformés et ultratransformés est un élément clé que le rapport vise à combattre. Alors qu'aujourd'hui 338 additifs sont autorisés en France, ils suggèrent une diminution à 48 additifs d'ici 2025, dont seulement quatre d'origine chimique. Les additifs retenus seraient ceux utilisés dans l'alimentation bio. De plus, les industriels se verraient dans l'obligation de diminuer les contaminants et résidus présents dans les produits alimentaires et leur emballage.


• Améliorer la qualité des repas dans les écoles et hôpitaux
Les députés signataires suggèrent également le renforcement de l'éducation à l'alimentation au sein des établissements scolaires, proposant notamment d'établir les repas de midi dans les cantines au rang des enseignements obligatoires. Les parents d'élèves et les élèves devront participer à la mise en place obligatoire de commissions des menus. Par ailleurs, les rapporteurs appellent à améliorer la qualité nutritionnelle des repas servis en milieu scolaire, ainsi qu'en milieu hospitalier et maisons de retraite, et préconisent ainsi une formation renforcée pour les cuisiniers de la restauration collective.


• Verser une allocation pour les plus démunis.
Afin de lutter contre les inégalités sociales, les rapporteurs souhaitent mettre en place une allocation, sous forme de coupons délivrés par les caisses d'allocations familiales, destinée aux familles ayant des enfants à charge et se trouvant en situation de pauvreté. Ces coupons permettront ainsi aux familles de s'alimenter en conformité avec les recommandations du Programme national nutrition santé.malbouffe"


• Créer un secrétariat général à l'alimentation
Enfin, le rapport préconise la création d'un secrétariat général à l'alimentation afin d'encadrer et de suivre l'application de ces nouvelles mesures. Ainsi, la Direction générale de l'alimentation (DGAL) et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) pourraient connaître un renforcement de leurs effectifs et dispositifs techniques. Par ailleurs, le rapport mentionnerait plusieurs propositions sur la recherche publique afin d'évaluer les effets sanitaires de l'alimentation industrielle.
Pour rappel, en France, l'obésité devient progressivement un problème social mais également de santé publique. «En 2030, on estime qu'il y aura au moins 30 millions de personnes obèses ou en surpoids en France. Il n'est pas trop tard pour ne pas en arriver là et sauvegarder une alimentation saine et durable», explique ainsi Michèle Crouzet, rapporteurs de la commission et députée LREM, à l'AFP. De plus, avec le tabac et l'alcool, la malbouffe est responsable de 40% des cancers.

Claudia Cohen - Le Figaro - mercredi 26 septembre 2018

Au Lycée Agricole de St Maximin (83), c'est de la terre à l'assiette!

Le Lycée agricole de St Maximin qui existe depuis 1953 et dépend du Ministère de l'Agriculture, compte aujourd'hui 500 élèves de la 4ème de collège aux terminales, dont 200 en internat. Il a à la fois des missions pédagogiques et agricoles. Son directeur, Mr Christian Brayer, a crée il y a deux ans une légumerie accessible aux élèves comme aux agriculteurs locaux. Il pense, en effet, "que la restauration hors domicile est un marché en devenir"(pour fournir les cantines scolaires notamment).

L'établissement a même installé un "espace test" au lycée agricole, afin de donner l'opportunité à des jeunes intéressés par le métier d'agriculteur, de maraîcher de se tester. Le matériel agricole comme la terre leur sont prêté et pour un à trois ans, ils peuvent expérimenter le métier. N'oublions pas que le département du Var a toujours eu une vocation agricole très importante...

Mme Karine Michel, journaliste à Nice-Matin, est allée sur place les interviewer pour le supplément "Nous".  A la légumerie, installée depuis 2017 dans l'enceinte de l'établissement sur 300m2, un bâtiment quasi autonome sur le plan énergétique grâce à des panneaux photovoltaïques, la transformation des légumes est possible. Il y a en effet toutes les machines nécessaires et des règles d'hygiène strictes à respecter.

Les maraîchers dans un rayon de 20 à 30 km (15 environ jusqu'ici) peuvent venir transformer leurs surplus en confitures ou conserves. Bien entendu, ils sont enregistrés auprès de la M.S.A (mutualité sociale agricole), pour parer à toute difficulté éventuelle. Il est possible de réserver auprès du lycée agricole la structure de la légumerie par internet du lundi matin au dimanche soir, moyennant paiement au prorata du temps d'utilisation.

Les élèves du lycée agricole, encadrés par des adultes agriculteurs eux mêmes ou enseignants, apprennent également à transformer et à conditionner des produits qui seront utilisés à la cantine du lycée. En effet, 100% des légumes et fruits produits sur les 15 ha d'exploitation du lycée (bio pour la plupart) sont transformés à la légumerie et utilisés par la cantine scolaire. On veille sur place à ce qu'il y ait le moins possible de gaspillage.

Mr Brayer se sent être "comme un Directeur d'établissement sur un territoire, qu'il a pour mission d'animer". Il travaille, en effet, avec les collectivités locales "sur la mise en place d'un véritable campus des métiers de l'agriculture, de l'alimentation, de la biodiversité et des nouveaux services à la personne en milieu rural entre Brignoles et St Maximin".

Depuis un moment, il réfléchit avec d'autres intervenants locaux à un projet de P.A.T ou projet alimentaire territorial s'appuyant notamment sur les circuits courts. A la rentrée 2019, "il devrait disposer de l'ouverture d'une filière d'enseignement supérieur avec un BTS technicien conseil ventes de produits alimentaires en circuits courts".

Pour en savoir davantage sur cet établissement, consulter sur internet le site: www.lycee-provence-verte.fr ou téléphoner au lycée agricole (Chemin du Prugnon à St Maximin: 04 94 86 52 93.

Lyliane

 

 

03/10/2018

Greenpeace revient sur la mobilité durable en France...



Il y a quelques jours, le gouvernement français présentait la programmation budgétaire de la future loi d'orientation des mobilités. La ministre chargée des Transports, Elisabeth Borne, a parlé d'« agir pour les transports du quotidien » avec « une ambition inédite pour la mobilité propre ».

Les annonces faites sont-elles satisfaisantes ? Pas vraiment. Le gouvernement promet d’accorder 38 % des crédits globaux au réseau routier, et les financements prévus pour les mobilités propres et partagées restent dérisoires en comparaison des dépenses prévues pour la voiture. De plus, le maintien de projets routiers climaticides, comme le GCO à Strasbourg, montre l’incohérence du gouvernement.

Quid du Plan Vélo et de ses mesures destinées à faciliter les déplacements cyclistes ? Il constitue une vraie avancée... mais n'offre pas de moyens à la hauteur des ambitions. Pour enclencher un vrai changement d'échelle dans les comportements, c'est un fonds de 200 millions d'euros par an dès 2019 qu'il faut créer. soit quatre fois plus que ce qui est prévu pour le moment.

Pourtant, la France aurait bien besoin d’aller plus vite en matière de mobilité durable. Trois ans après le scandale du DieselGate, elle reste championne d'Europe du nombre de véhicules diesel très polluants en circulation, devant l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Italie. En France, on constate toujours plus de 48 000 décès par an dus à la pollution de l’air… et le secteur des transports est l’un des premiers responsables.

Le climat aussi aurait bien besoin que le secteur des transports fasse sa part en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Selon une étude du Centre aérospatial Allemand commandée par Greenpeace et parue la semaine dernière, nous avons 10 ans pour nous débarrasser des véhicules essence, diesel et hybride si l’on veut respecter l’objectif de l’Accord de Paris sur le climat de limiter la hausse des températures à 1,5 °C

Beaucoup reste encore à faire pour lutter contre les changements climatiques et la pollution de l'air. Emmanuel Macron doit donc rapidement traverser la route et se mettre au travail.

Merci d’être à nos côtés,
L’équipe Climat-Transports de Greenpeace France  
Ce courriel a été envoyé à l'adresse lys06100@gmail.com
Pour ne plus recevoir d’email de Greenpeace, désabonnez-vous ici.
Contactez-nous
Greenpeace
© Greenpeace France 2018
supporter
 
 
 
 
 
RépondreTransférer
 
 
   
 
 
 

Apprendre aux élèves à vivre ensemble et à aimer l'école...

On tombe très vite sur le nom de Mr Yvan Nemo (alias Tournesol pour ses proches!) quand on évoque une école primaire de zone défavorisée, où depuis 20 ans l'ambiance a changé du tout au tout. A l'Ecole Bel Air de Torcy (Seine et Marne), en effet, ce directeur d'école a réussi le tour de force de faire passer les classes d'un climat de violence à des lieux de vie accueillants et bienveillants ouverts sur le quartier. Et tout cela en douceur! Les parents d'élèves sont notamment très impliqués dans le fonctionnement de cette école. Quant aux élèves, ils apprennent à respecter le savoir et à collaborer pour faire jaillir "l'intelligence collective".

Grâce notamment à des aides glanées alentour (Apple France pour l'équipement informatique, la Fondation de France pour une dotation de 150 000 euros et la commune pour des activités extra-scolaires) ont été crées peu à peu une mini-ferme pour la maternelle, un potager, un laboratoire scientifique, des bassins, une cabane nature, une bibliothèque ainsi que des salles d'ordinateurs. Le but des 8 enseignants, présents depuis des années, est de stimuler la curiosité des élèves et de leur apprendre des valeurs de mutualisation et de responsabilité. Des retraitées  de la ville viennent même de temps en temps pour des ateliers tricot et pâtisserie.

Dans l'Education Nationale, depuis 2013, en s'appuyant sur des textes prônant une "refondation de l'école", l'approche a évolué vers davantage de bienveillance. On ne cherche, en effet, plus seulement des résultats, mais aussi le bien-être des élèves. Il est notamment demandé aux enseignants d'exercer une autorité sans humiliation, de pratiquer une notation positive par compétences acquises et d'effectuer un travail de socialisation. L'exemple des écoles Montessori y est peut-être pour quelque chose...

Pour en savoir plus sur l'école de Bel- Air à Torcy, où travaille Mr Nemo et son équipe pédagogique, contacter sur internet: https://www.lajauneetlarouge.com.

Lyliane

02/10/2018

Aider l'Aquarius en le faisant voguer sous pavillon français...

Depuis deux ans, l'Aquarius et son équipage ont sauvé la vie de 29 000 personnes au large de nos côtes.

Aujourd'hui privé de pavillon national, le bateau est menacé de ne plus pouvoir venir en aide aux milliers de naufragés.

Pierre demande à la France d'agir en accordant la nationalité française au bateau. Aidez-le à être entendu.

 
 
 
Adressée à Emmanuel Macron
L'Aquarius doit battre pavillon français !
 

Pétition de Pierre LUCOT
Paris, France

7 999
Signataires

 
 


Privé de pavillon par Gibraltar puis le 22 septembre par le Panama, l’Aquarius est aujourd’hui « hors la loi » au regard du droit maritime international.

Face à cette situation, SOS Mediterrannée et Médecins sans frontières "demandent aux gouvernements européens et notamment à la France autoriser l’Aquarius à poursuivre sa mission, en intercédant auprès des autorités panaméennes et en réaffirmant que les menaces de rétorsion formulées à leur égard par les autorités italiennes sont infondées, ou en lui délivrant immédiatement un nouveau pavillon sous lequel naviguer".

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
  
   
 
 
 

Vivre autrement sa retraite...

Selon Télérama, le concept de la Maison des Babayagas, dans laquelle "des femmes ont décidé de vivre leur retraite autrement que seules ou mal accompagnées, rassemble 20 femmes de plus de 60 ans à Montreuil depuis 2013". C'est Mme Thérèse Clerc, aujourd'hui décédée, qui avait eu l'idée dès 1995 de créer un endroit où des femmes pourraient vieillir de façon indépendante et autonome en pratiquant autogestion et solidarité. A Montreuil, en plein centre-ville, ce fut enfin possible. Là, "ni direction, ni personnel, mais jardin et potager pour subsister et mieux vieillir ensemble".

Depuis, l'idée de créer des sortes de maisons de retraite autogérées et socialement accessibles a fait son chemin dans notre pays. Toutes ne sont pas farouchement féministes comme à Montreuil, mais à St Priest près de Lyon, à Palaiseau dans l'Essonne et à Toulouse tout récemment se sont ouvert des Logis Solidaires. Ce type d'habitat participatif commence en effet à intéresser quelques municipalités et à motiver des personnes dotées de peu de moyens et désireuses de mettre en pratique des valeurs de solidarité et d'écologie.

Il me semble que ce type de projet mériterait d'être développé. Les communes peuvent trouver des terrains et des bailleurs sociaux capables de monter ce type de projet. Car aujourd'hui les personnes âgées, qui ne peuvent investir dans une chambre coûteuse en maison de retraite médicalisée, ont souvent pour seule perspective que celle de vieillir isolées chez elles ou de finir à l'hôpital. Et vivre en EHPAD, c'est à dire entre personnes âgées dépendantes, n'est pas forcément un sort enviable quand on a toute sa tête et qu'on est encore alerte...

Pour se renseigner sur la Maison des Babayagas et ce type d'habitat collectif et alternatif, consultez sur Internet: https://www.lamaisondesbabayagas.eu.

Lyliane

01/10/2018

Lutte contre les moustiques ...

A Conflans, où nous habitons, nous
avons des moustiques. Et comme
notre chambre est au RDC, nous
avons également des chats !
J'ai "bricolé" une moustiquaire sur
un cadre en bois, avec du tulle assez
fin, mais... ce n'est pas l'idéal.
L'idéal, nous l'avons découvert cet
été chez des amis : des
moustiquaires coulissantes sur des
rails, un peu comme des stores de
Vélux.
C'est costaux, propre et très discret :
un petit coffret blanc en haut, à
l'extérieur de la boiserie.
Et en plus, d'un prix très attractif : 40€
à 60€ chez Leroy Merlin, suivant la
taille choisie...
Vivement l'été prochain !
Jean-Yves
selon la Gazette des bonnes nouvelles.

Illectronisme, la nouvelle exclusion sociale...

Dans Valeurs Mutualistes, la revue mensuelle de la MGEN, un article concernant l'illectronisme a attiré mon attention. A l'occasion des Journées nationales d'action contre l'illettrisme du 8 au 15/9/2018, nous apprenons que l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme (ANLCI) et le Syndicat de la presse sociale (SPS) se sont associés pour faire converger leurs actions sur le terrain. Une sensibilisation à l'illectronisme y a été ajouté, car le fossé numérique se creuse dans notre pays.

En effet, si près de 9 Français sur 10 sont équipés de smartphones, tablettes ou ordinateurs, connectés à Internet, nombreux sont celles et ceux qui éprouvent un "mal-être " numérique. Selon l'Institut CSA par exemple, "un quart des personnes interrogées s'estiment désemparées au moment d'effectuer un achat ou une déclaration fiscale en ligne. 19% d'entre elles renonceraient même à des démarches administratives ou liées à un loisir sur le Net en raison de leurs difficultés". Ce sont indifféremment des femmes ou des hommes, des citadins ou des ruraux.

Fort de cette enquête, le SPS a entrepris d'alerter pouvoirs publics et acteurs économiques. Son objectif est de mettre sur pied d'ici la fin d'année un laboratoire d'idées et de conseils constitué d'experts, afin de parvenir à une convergence de solutions utiles et acceptables pour tout le monde. Car comment aider les exclus du numérique? Des formations, des points numériques, des dispositifs? Des associations comme Emmaüs Connect et We techCare oeuvrent déjà au développement de plateformes d'apprentissage pour certains publics. Une stratégie nationale de mise en avant des initiatives et de fédération des acteurs semble  néanmoins nécessaire.

De plus, il y a encore des foyers (6% environ) qui ne bénéficient pas de l'Internet haut débit. En principe d'ici 2020 ce devrait être solutionné, mais il faudra veiller au respect des engagements pris. Le nouveau guichet "Cohésion Numérique des territoires", doté de 100 millions d'euros, devrait être opérationnel dès 2019. Il s'agit au fond de renforcer les dispositifs existants et de faciliter l'accès à tous les publics des outils numériques par une ergonomie et un langage plus simple. Mr Mounir Majhoubi, Secrétaire d'Etat chargé du numérique, semble avoir pris la mesure des questions posées. Il propose des plans à brève échéance pour réduire le fossé numérique existant.

Pour approfondir le sujet, contacter: sps.fr, agencedunumerique.gouv.fr, strategie.gouv.fr ou solidarites-actives.com.

Lyliane

Faire le ménage dans ses émotions avec les Fleurs de Bach...

Mme Axelle Truquet dans le Journal Nice-Matin du 16/9/2018 fait le point sur les élixirs floraux avec Mme Nathalie Auzémery, naturopathe installée à Nice. Cette conseillère diplômée en naturopathie s'intéresse aux élixirs depuis plus de 20 ans et elle les considère comme un " remède miracle". Entre autre, elle a en effet écrit l'ouvrage: "Soigner ses enfants avec les fleurs de Bach" sorti tout récemment aux éditions Leduc. Toutefois, elle précise bien que "les élixirs de Bach n'ont pas pour vocation de guérir les maladies, mais de traiter les émotions".

Mme Auzémery ajoute cette précision: "Ce ne sont pas des médicaments, mais leur objectif est de soulager les émotions négatives comme la peur, la lassitude, l'anxiété, le manque de confiance en soi". En bref, ces élixirs servent à nous rééquilibrer. L'avantage de cette solution à base de plantes ou de bourgeons est qu'elle ne produit pas d'effet indésirable. On en prend quelques gouttes seulement dans de l'eau ou directement sur la langue 4 fois par jour en général. Des cures de plusieurs semaines sont possibles.

Les Fleurs de Bach ont été découvertes il y a 80 ans par le Docteur Edward Bach, un anglais pathologiste et homéopathe, "qui pensait que l'état d'esprit d'un individu jouait un rôle primordial dans le maintien de son bien-être". Il a identifié 38 fleurs réparties en 7 familles d'émotions: solitude, sensibilité, préoccupation excessive, manque d'intérêt, tristesse, souci, incertitude. La teinture-mère de ces fleurs cueillies soigneusement est obtenue après qu'elles aient été plongées dans de l'eau et mises au soleil ou placées à ébullition. L'eau est ensuite filtrée et mélangée à un peu d'alcool pour la conservation.

Les flacons de 30 ml de verre opaque se gardent assez longtemps. Des mélanges de 5 à 7 fleurs sont possibles, mais il est recommandé de solliciter un conseil avant de se lancer. Le centre Bach - www.bachcentre.com - peut fournir la liste des conseillers agrées. Le Rescue enfin peut être considéré comme le 39ème élixir. Il est composé d'un mélange de 5 essences différentes de fleurs.  On l'utilise en cas de gros stress. Il faut savoir aussi qu'il existe des flacons dédiés aux enfants, déjà conditionnés.

On trouve les élixirs facilement que ce soit en pharmacie  ou dans certaines boutiques diététiques. Alors, pourquoi ne pas tester sur soi les élixirs floraux? Personnellement, j'ai essayé et je suis devenue adepte en cas de mal-être ou de peur.

Lyliane