Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2018

Un laurier INRA 2017 pour des travaux sur la biodégradation des plastiques à partir de résidus agroalimentaires...

Mme Nathalie Gontard, écrit Mr Denis Sergent dans le journal La Croix du 28/11/2017, est "une physico-chimiste ardéchoise qui a la fibre du biodégradable". Celle-ci en effet après des études d'ingénieur à Montpellier s'est très vite spécialisée en biomatériaux. Lors de ses recherches à Montpellier au sein d'un laboratoire du CIRAD (Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement), elle a notamment étudié comment les producteurs africains conservent les aliments (feuilles végétales ). Puis elle est partie avec sa famille à l'Université de Kyoto au Japon, un pays alliant tradition et modernité.

Actuellement, Mme Gontard est directrice de recherche et anime une équipe de 10 femmes dans une Unité Ingéniererie des Agropolymères et Technologies émergentes (CIRAD, SupAgro à Montpellier). De 2011 à 2015, elle a coordonné Ecobiocap, un projet européen de recyclage des sous-produits alimentaires. En 2015, Mme Gontard a été nommée "étoile de l'Europe" dans la catégorie Environnement et Changement climatique. Pour cette chercheuse, le recyclage n'est qu'une partie de la solution à court-terme. Avec une PME franco-allemande de Nimes, Firplast, elle a contribué à la mise au point les premières barquettes alimentaires biodégradables, issues des effluents  fermentés de distilleries ou de laiteries.

Toutes nos félicitations à cette femme chercheur qui ouvre une voie dans le remplacement des matières plastiques, dont les déchets polluent notre environnement.

Pour en savoir plus, consulter www.inra-cirad.fr.

Lyliane

12/01/2018

Un agriculteur du Var refuse les engrais chimiques depuis de nombreuses années...

Bras, article publié le 29/11 dans le journal local:

"J'ai retrouvé le vrai métier. Je ne suis plus agriculteur, je suis paysan" dit fièrement Bertrand Allais. En l'an 2000 ce céréalier a changé radicalement sa façon de travailler. Il retourne ainsi aux vraies valeurs de la terre. Plus question donc de polluer le sol et jouer avec sa santé. 

Une décision qui demande plus de main-d'œuvre et plus d'investissements. "Le coût, plus élevé se répercute sur le prix de vente mais le gros avantage c'est que l'on laisse la terre propre", explique Bertrand Allais.


Pour garder une terre propre, sans glyphosate ou autre produit chimique, il faut repenser tout le système de production. "Il faut travailler sur des rotations des cultures pour rompre le cycle de développement des mauvaise herbes", précise Sophie Dragon-Darmuzey, conseillère à Agrobiovar. 

Dans le Var, plus de 20% des surfaces agricoles sont déjà certifiées bio et de plus en plus d'agriculteurs ont recours à des pratiques alternatives qui ne font pas appel à la chimie.


Suspension provisoire de deux pesticides

Courant novembre le tribunal administratif de Nice a décidé de suspendre de la vente deux pesticides "Closer" et "Transform". Une mesure provisoire prise en vertu de principe de précaution. L'Union Nationale de l'apiculture française souhaite obtenir maintenant une interdiction définitive de ces produits. Des produits de la société Dow dont le siège est basé à Sophia-Antipolis. 
 

08/01/2018

Nicolas Hulot salue l'intelligence du projet d'éoliennes à Loué...

Nicolas Hulot a visité les éoliennes de Loué, lundi 8 janvier, en compagnie notamment du directeur des Fermiers de Loué Yves de La Fouchardière (derrière à gauche) et du préfet de la Sarthe, Nicolas Quillet (à droite du ministre). / © Cécile Claveaux/France 3 Pays de la Loire

En se déplaçant ce matin sur le site éolien d'Ecoloué à Juillé-sur-Sarthe, le ministre de la Transition écologique est venu mettre en avant une initiative locale née il y a 4 ans et qui a été couronnée de succès. 

Par Thierry Bercault 

" Des projets aussi consensuels et aussi participatifs, c'est plutôt rare. Nous sommes les premiers en France à nous être lancés dans cette aventure" . En prononçant ces mots, le directeur général des Fermiers de Loué, Yves de la Fouchardière, ne boude pas son plaisir.  Indéniablement pour lui et son groupe volailler, la venue du ministre est une reconnaissance du travail acompli. Un gros coup de pouce pour booster le développement des énergies renouvelables.
 
  Et en effet Nicolas Hulot n'a pas tari d'éloge pour vanter la belle collaboration autour de ce parc éolien qui permet aux poulets de Loué d'être autonomes en énergie. "Ce projet montre une forme d'intelligence collective dans son élaboration car il a réussi à impliquer les communes et les agriculteurs." a déclaré le ministre de la Transition écologique et solidaire.

02/01/2018

Les jus de légumes, voire de végétaux sont-ils bons pour notre santé?

Dans Version Femina, Mme Ingrid Haberfeld , en s'appuyant sur les conseils d'une diététicienne et naturopathe Mme Claire Desvaux, fait le point sur des boissons naturelles qui connaissent actuellement un grand succès. Un bon moyen de purifier et détoxifier son organisme, tout en renforçant ses défenses immunitaires en faisant attention de consommer ces jus à peine extraits et en dehors des repas! Il est possible d'en faire des cures de plusieurs semaines ou d'y recourir de temps en temps lorsqu'on en ressent le besoin. Les femmes enceintes, allaitantes ou les personnes allergiques aux pollens ou aux graminées devront apparemment soit éviter ces jus soit en boire avec parcimonie.

Tout d'abord, le jus d'herbe de blé, censé nous apporter de la chlorophylle, des minéraux, des vitamines et des antioxydants. On peut certes faire pousser le blé soi-même à partir de graines achetées en magasin diététique. Mais cela prend une dizaine de jours et demande un peu de travail avant de pouvoir mettre les pousses dans un extracteur. Il est conseillé d'y ajouter une pomme et un jus de citron pour rehausser la saveur. On peut aussi acheter des jus d'herbe de blé en poudre à mélanger dans un verre d'eau, un lait végétal ou un jus de fruits (1 cuillère à café de poudre suffit). 

Le jus d'orge est recommandé pour ses vertus nutritives (protéines) et notamment sa vitamine K. Toutefois éviter ou consommer avec modération ce jus lorsqu'on suit un traitement anticoagulant. Il est également possible de faire pousser l'orge soi-même et après extraction d'ajouter une carotte, un concombre ou une branche de céleri. En boutique bio, on trouve la poudre de jus d'orge prête à être consommée, diluée dans un verre d'eau à raison d'une cuillère à soupe.

L'aloe vera, tiré de l'aloès, est réputé stimuler notre système immunitaire et avoir des propriétés antibiotiques et antivirales. Le jus est extrait de la pulpe des feuilles. On le trouve généralement prêt à l'emploi en boutiques bio, en parapharmacie ou en pharmacie. Il est conseillé de diluer 30 ml de jus dans un peu d'eau ou de jus de fruits. La naturopathe recommande le jus d'aloe vera aux changements de saison ou en cas de coup de froid.

Le jus de bouleau est bon pour "remettre notre organisme à neuf". Sa richesse en potassium favorise l'élimination des toxines et sa richesse en vitamine C et en silicium aide à retrouver la forme. Une version prête à l'emploi (10 ml à chaque prise dans de l'eau trois fois par jour) est proposée au printemps en pharmacie ou en boutiques diététiques. Les habitants du Nord de l'Europe sont habitués à utiliser de petites perceuses pour extraire le jus du bouleau sauvage au fur et à mesure des besoins.

Enfin, le jus de pissenlit a été récemment redécouvert par des amateurs qui lui reconnaissent des propriétés antifatigues exceptionnelles grâce à son fer, son cuivre, son manganèse et son sélénium... Cueillir dans la nature loin de zones polluées ou dans son jardin une poignée de feuilles de pissenlit. Une fois lavées, mettre les feuilles dans l'extracteur avec deux branches de céleri, deux pommes et un concombre coupés en morceaux.

On peut varier les jus avec du chou, de la betterave, du fenouil coupé fin, selon les goûts. Les diététiciens conseillent de diluer les jus en raison de leur forte concentration. Pour en savoir davantage, consulter par exemple sur Internet: 

 

31/12/2017

Macantinebio: un site pour mieux manger à l'école...

L'Association de consommateurs indépendante "Agir pour l'environnement" nous propose pour 2018 en quelque sorte de "passer à la vitesse supérieure" en ne cédant rien face aux lobbies agricoles, énergétiques ou industriels et en demandant aux citoyens de faire entendre partout la voie de l'écologie.

Pour cette nouvelle année, l'association en lien avec la F.C.P.E (Fédération des Conseils de Parents d'élèves) a mis en ligne un site référençant plus de 50 000 établissements scolaires. Cela permettra à l'ensemble des citoyens français d'interpeller les gestionnaires d'établissement et les élus locaux, afin qu'ils prennent la décision d'augmenter fortement la part de bio d'origine locale en restauration scolaire.

A ce jour, en effet, 7 millions de repas sont servis dans les cantines scolaires et moins de 3% des aliments servis en primaire, collège ou lycée sont issus de l'agriculture biologique. Selon une enquête récente, le fait d'augmenter la part du bio n'augmente pas nécessairement le coût du repas. Il a été remarqué qu'un effort pour réduire le gaspillage alimentaire compense largement cet effort.

Demandons donc à tous les établissements scolaires de pouvoir, d'ici 2022, arriver à un seuil de 20% de produits bio et locaux. Il faudrait bien entendu que les pouvoirs publics soutiennent la conversion en bio de 400 000 hectares soit 14% de la surface agricole utile. Selon Agir pour l'Environnement, cet objectif est tout-à-fait atteignable si la France s'en donne d'ores et déjà les moyens!

Après cela, ce seront les cliniques, hôpitaux et maisons de retraite qui devront être sollicités, afin de fournir des repas sains aux personnes malades ou âgées... Diffusons pour le moment autour de nous le nom du site pour demander que nos jeunes mangent mieux à l'école. Il s'agit de: www.macantine.bio et du site www.agirpourlenvironnement.org ou par téléphone appelez le 01 40 31 02 37..

Bonne année pour la planète et ses habitants en 2018!

Lyliane

29/12/2017

La mode écologique et éthique...textiles écologiques et éthiques

Le Journal gratuit Biocontact nous propose des vêtements adaptés à l'hiver pour nous protéger efficacement du froid grâce à une gamme innovante de la marque HempAge, mariant le chanvre à la laine et au coton bio. La marque développe depuis longtemps des partenariats avec des petits producteurs de chanvre et garantit que toutes les matières utilisées sont écologiques. Les teintures sont certifiées sans phtalates, sans formaldéhydes et sans métaux lourds. Membre de la Fair Wear Foundation, la marque HempAge garantit en outre des vêtements produits de façon équitable. On trouve ce produit  chez Ecoline.

La fibre du chanvre est connue pour sa thermorégulation, mais aussi pour son caractère antibactérien et résistant. Sa culture ne nécessite ni pesticides, ni herbicides, ni engrais chimiques. Seul un engrais organique peut être employé selon la nature du sol. Et sa culture, proche du lin, ne nécessite que très peu d'eau. Or, l'impact de l'industrie textile sur notre planète est assez important ( au 2ème rang après le pétrole). On sait par exemple que 10% de la consommation mondiale de pesticides est engloutie par la production du coton. En Chine, 70% des cours d'eau sont pollués à cause de l'industrie textile...

Le lin de son côté a plusieurs atouts. Il est produit dans notre pays et c'est une matière solide et anallergique qui donne des produits absorbants et frais. Cependant le lin se froisse facilement, ce qui nuit à son développement. Quant aux matières artificielles (viscose, acétate ou Lyocell), elles sont obtenues par traitement chimique de matières naturelles. Les matières synthétiques (polyester, nylon ou élasthanne) sont issues de la pétrochimie.

En mars 2017, après plusieurs années de bataille par les ONG, les syndicats et des processus législatifs, la Loi sur le Devoir de vigilance des multinationales introduit une brèche dans l'impunité dont elles bénéficiaient jusqu'alors. Elles sont désormais contraintes de publier un plan de vigilance annuel et pourront juridiquement être tenues pour responsables en cas d'atteinte grave aux droits fondamentaux ou à l'environnement en France comme à l'étranger. Pour les mamans, un guide existe pour les aider à faire le choix dans les vêtements pour enfants (conseils sur les matières, identification des composés indésirables, éclairage sur les labels...). Voir www.projetnesting.fr.

Il me semble en effet que la prise de conscience citoyenne commence à s'éveiller (Panama Papers, scandales et catastrophes au Bangladesh...). Des alternatives se font jour, par notre volonté exprimée d'avoir accès à un autre modèle, à de meilleurs produits et à ne plus gaspiller grâce à une consommation écoresponsable(vêtements de seconde main, recyclage, teintures végétales...). 

Un Collectif baptisé Collectif Ethique sur l'étiquette  regroupant une vingtaine d'ONG, de syndicats et d'associations de consommateurs lutte pour un encadrement plus contraignant de l'activité des multinationales. Il propose notamment des pétitions et interpelle les marques via différentes actions. Pour en savoir davantage sur les initiatives citoyennes en matière de vêtements, contacter: www.ecoline.fr, www.mescoursespourlaplanète.com, www.coloretonmonde.org, www.ecotic.fr, www.lafibredutri.fr. En bref, comme le dit le journal Biocontact "soyons le changement que nous voulons pour demain"!

Lyliane

21/12/2017

Mobilisation générale contre les tueurs d'abeilles

 
 
 
Tout développer
Tout imprimer
 
 

Chère amie, cher ami,

Ne laissez pas les lobbies de l’agrochimie saboter les amendements que nous avons réussi ensemble à faire déposer au Parlement européen pour sauver les abeilles !

Aidez-nous à peser dans la balance en soutenant financièrement les actions de contre-lobbying nécessaires aujourd’hui pour arracher une victoire historique sur l’agrochimie.

En ce moment même, une bataille déterminante pour les abeilles et tous les pollinisateurs est en train de se jouer au sein des institutions européennes.

D’un côté, les défenseurs des abeilles et de l’environnement – citoyens, apiculteurs, scientifiques – rassemblés en un même mouvement pour obtenir le vote de deux séries d’amendement que nous avons réussi à faire déposer au Parlement européen, pour interdire d'une part les pesticides tueurs d’abeilles et protéger d'autre part les écotypes d’abeilles locales européennes…

… en face, les géants de l’agrochimie, et leurs puissants lobbies, qui font des pieds et des mains pour saboter ces amendements salvateurs pour les abeilles, et continuer à vendre leurs produits au détriment des pollinisateurs, de la nature et de la santé de toute la population.

Notre équipe est sur la brèche, et nous avons besoin de tout le renfort possible pour tenir bon jusqu’au vote des amendements par les députés, le 22 janvier prochain.

C’est très important :

Ces amendements sont le résultat de plusieurs mois de bataille au corps à corps avec les lobbies, il a fallu mobiliser énormément de temps, d’énergie et de moyens pour convaincre les députés de faire passer la volonté des citoyens qu’ils sont censés représenter avant les intérêts des entreprises agrochimiques qui ont pignon sur rue.

Et notre persévérance a payé !

Nous avons réussi à obtenir le dépôt de ces deux séries d’amendements précieux et indispensables pour sauver durablement les abeilles sur deux fronts complémentaires :

- en imposant l’interdiction nette et définitive des pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles en Europe ;

- en protégeant de façon pérenne les races d’abeilles locales, parfaitement adaptées à nos climats et nos fleurs et naturellement plus résistantes à nos conditions climatiques, mais qui sont aujourd’hui menacée d'extinction à cause de l'importation massive d'abeilles d'autres espèces.

Une victoire historique pour tous ceux qui se battent depuis des années pour défendre les pollinisateurs et l’avenir de la chaîne alimentaire face aux bénéfices à court terme de l’agrochimie – mais qui pourrait être réduite à néant dans les semaines à venir si nous laissons le champ libre à leurs puissants lobbies.

C’est grâce aux 280 000 citoyens qui ont interpellé leurs députés européens ces dernières semaines, et aux donateurs fidèles de POLLINIS qui nous permettent d’accomplir, mois après mois, tout le travail nécessaire pour défendre efficacement les abeilles auprès des institutions européennes, que nous avons déjà pu atteindre cette première victoire d’étape. Un grand merci pour cela !

Aujourd’hui, POLLINIS a besoin de votre aide de toute urgence pour tenir la barricade face aux attaques des lobbies qui veulent torpiller nos amendements !

Votre don, même minime, peut permettre à notre équipe de tenir bon face aux lobbies jusqu’au vote de ces amendements salvateurs pour les abeilles.

Notre petite équipe ne bénéficie certes par des millions d’euros dont regorgent les grands cabinets de lobbying qui défendent les intérêts de l’industrie agrochimique : mais notre conviction et notre ténacité à défendre coûte que coûte la voix des citoyens qui refusent qu’on sacrifie impunément les abeilles, la biodiversité et l’ensemble de la chaîne alimentaire, nous permet d’accomplir petit à petit un travail qui porte ses fruits.

Grâce à l’aide précieuse de toutes les personnes qui soutiennent notre association, nous pouvons :

*** surveiller de près les instances d'homologation des pesticides : comme nous l'avons fait avec le sulfoxaflor – ce pesticide nouvelle génération nocif pour les abeilles que l'agrochimie voulait imposer en catimini, avec la complaisance de l'UE – nous assurons une veille permanente pour déjouer, dénoncer et tuer dans l'œuf toute tentative de l'industrie d'imposer de nouvelles molécules nocives pour les abeilles, la nature ou la santé ;

*** développer une cellule de contre-lobbying, au plus près des institutions, pour surveiller les mouvements des lobbies, et exercer une influence citoyenne permanente sur les décideurs politiques et les technocrates européens ;

*** maintenir la pression sur les élus, européens et nationaux, pour leur rappeler sans cesse qui sont leurs électeurs : ils tirent leur légitimité et leur mandat des citoyens qu'ils sont censés représenter, et nous devons faire en sorte qu'ils ne l'oublient pas un seul instant ;

*** utiliser tous les recours juridiques et institutionnels possibles en faisant travailler des juristes, des avocats et des experts pour faire valoir le droit des citoyens à protéger leur environnement, leur santé et leur alimentation face aux attaques à répétition de l'industrie ;

*** faire intervenir les scientifiques directement auprès des députés, en organisant un ou plusieurs évènements au Parlement européen avec des spécialistes des produits phytosanitaires ou des pollinisateurs, pour appuyer notre argumentaire et leur montrer l’urgence d’agir immédiatement pour préserver les abeilles ;

*** diffuser massivement l'information pour dénoncer de nouveaux scandales, révéler les manœuvres des lobbies sur les institutions, alerter les médias et les citoyens de toute l'Europe sur les menaces imminentes qui pèsent sur leur santé ou leur sécurité alimentaire ;

Personne ici ne compte son temps ou ses efforts pour assurer tout ce travail indispensable pour contrecarrer le plus efficacement possible l’influence des lobbies sur les décisions européennes.

Et le dernier scandale des « Monsanto papers » l’a montré : ils ont vraiment leurs pions partout, même au cœur des autorités sanitaires censées les contrôler !

C’est pour ça que je suis si fier de la double victoire que nous sommes en passe d’obtenir au Parlement européen : malgré les pressions gigantesques de la part de l’agrochimie, nous avons réussi à convaincre des eurodéputé.e.s de choisir de protéger les abeilles, et l’avenir alimentaire de toute la population, plutôt que les profits à court terme de ces multinationales.

Mais ne nous berçons pas d’illusions : avec les sommes gigantesques qui sont en jeu (on parle de plusieurs milliards d’euros de profit), l’agrochimie ne va pas laisser faire interdire l’un de ses produits les plus rentables – les néonicotinoïdes – sans réagir.

Les députés vont être amenés à voter le texte avec les amendements dans un peu plus d’un mois – le 21 janvier exactement. D’ici là, nous devons mettre en place un plan de bataille en béton armé pour les empêcher de saboter les amendements que nous venons de décrocher de haute lutte, pour interdire les tueurs d’abeilles et protéger les abeilles locales.

Ce plan de bataille est simple – mais de sa mise en place – ou non – dépend la survie de millions d’abeilles et de pollinisateurs sauvages en Europe :

1 >>> Mobilisation continue des citoyens pour maintenir une pression soutenue sur les députés européens. Actuellement, 280 000 personnes ont participé à nos campagnes pour exhorter les députés européens à voter les amendements interdisant les tueurs d’abeilles et protégeant les écotypes d’abeilles locales : nous devons doubler, voire tripler ce chiffre dans les prochaines semaines, pour que notre pression sur les députés soit plus forte que celle de l’agrochimie, et qu’ils ne fassent pas machine arrière le jour du vote !

2 >>> Multiplier les rencontres avec un maximum de députés européens, dans leurs bureaux, comme nous l’avons fait déjà les derniers mois, pour prendre le temps de les convaincre, un par un, de ne pas céder aux chantages des lobbies de l’agrochimie, et de voter coûte que coûte nos amendements.

Une nouvelle étude de grande ampleur apporte de nouvelles preuves de la toxicité sans précédent des pesticides néonicotinoïdes. Pour les scientifiques, le doute n’est plus permis :

« Les néonicotinoïdes et le fipronil représentent une menace majeure pour la biodiversité et les écosystèmes. Ils menacent tous les services écosystémiques à l’échelle de la planète. »

« De nouvelles informations sur les effets mortels et sublétaux des néonicotinoïdes confirment la grande toxicité de ces produits pour les abeilles. »

« Chez les abeilles mellifères, ils ont pour effet, entre autres, de modifier l’expression des gènes liés au système immunitaire, et ont des effets neurologiques qui perturbent le sens de l’orientation et la thermorégulation. »

Les autorités européennes ne peuvent plus faire semblant d’ignorer ces signaux d’alarme !

C’est un travail gigantesque qui nous attend pour le mois à venir. Mais nous sommes tous prêts, ici à POLLINIS, à nous lancer dans cette bataille avec passion et enthousiasme :

nous n’avons jamais été aussi près d’en finir avec les tueurs d’abeilles, c’est maintenant ou jamais qu’il faut mettre toutes nos forces dans l’action ! Et en parallèle, nous avons aujourd'hui la possibilité de sauver le patrimoine génétique de nos abeilles locales : pour la première fois, grâce à notre travail, ce thème est aujourd’hui inscrit à l'agenda européen !

Vous le savez, notre association garantit sa totale indépendance en refusant tout financement de l'Union européenne, de l'Etat ou de grosse entreprise. Tout notre travail repose entièrement sur la générosité et l’engagement des donateurs de POLLINIS – et nous prenons grand soin à ce que chaque euro soit bien utilisé.

C'est grâce à nos donateurs, et uniquement grâce à eux, que l'équipe de POLLINIS peut mener ses actions au jour le jour, à Paris et à Bruxelles. Sans eux, nous n'aurions jamais été capables de développer l’expertise et l'expérience du contre-lobbying nécessaires pour obtenir le dépôt d’un amendement anti-tueurs d’abeilles au Parlement européen !

Aussi je me permets de vous demander à vous aussi : pouvez-vous s'il vous plait nous aider, par une contribution du montant de votre choix, à financer le plan de bataille qui nous permettra de résister aux attaques des lobbies, et garder la main sur les députés pour nous assurer qu’ils voteront bel et bien l’interdiction des tueurs d’abeilles et la protection des abeilles locales ?

Vous pouvez nous aider à hauteur de 10 euros, 20 euros, 30 euros, 50 euros, 100 euros, 200 ou 500 euros ou même plus – il n’y a pas de prix au sauvetage des abeilles. Ce qui compte, c’est qu’un maximum de personnes apportent leur soutien à notre action pour faire barrage à l’influence des lobbies sur les décisions européennes, et qu’ensemble on mette fin à plus de vingt ans de massacre des abeilles au profit de l’industrie agrochimique !

Cette victoire cruciale que nous sommes en passe d’obtenir au Parlement européen est la preuve que lorsque les citoyens s’organisent, efficacement et massivement, ils peuvent reprendre la main sur les décisions démocratiques – malgré les tractations des lobbies et les moyens gigantesques déployés par l’agrochimie pour influencer les décideurs européens…

… Mais si nous abandonnons maintenant la place forte que nous venons de gagner de haute lutte, si nous ne nous donnons pas les moyens de nous défendre face aux armées de lobbyistes professionnels payés par l’agrochimie, alors une chose est certaine : l’industrie agrochimique finira par reprendre le dessus, et toute notre action n’aura été qu’un coup d’épée dans l’eau.

Ne laissons pas les députés faire machine arrière : aidez-nous, par votre don, à mener cette bataille jusqu’au bout, pour obtenir l’interdiction nette et définitive des pesticides tueurs d’abeilles en Europe, et la protection de nos écotypes d’abeilles locales européennes !

je fais un don

Un grand merci par avance pour votre engagement.

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

16/12/2017

Le sommet mondial Climate Chance...

Cette rencontre s'est tenue à Agadir (Maroc) du 11 au 13 septembre 2017. Bien que pratiquement aucun média n'en ait parlé sinon l'Ecolomag, c'est le rendez-vous incontournable 2017 des acteurs non étatiques depuis la COP 22 de Marrakech. Ce sommet a voulu montrer que c'est par le renforcement et le progrès des actions concrètes dans les territoires que les objectifs de la lutte contre les changements climatiques pourront être tenus. Plus de 80 ateliers de bonnes pratiques autour d'une quinzaine de thématiques ont montré la "valorisation du progrès de l'action des acteurs non étatiques" comme l'a rappelé Mr Hafidi, président de la région Souss-Massa-Draâ , co organisatrice de ce sommet.

Le sommet mondial Climate Chance va réunir chaque année les leaders locaux (ONG, élus, entreprises, chercheurs...) aux côtés des principaux représentants des acteurs non étatiques(groupes majeurs auprès de l'U.N.F.C.C.C ( Convention Cadre  des Nations Unies sur les Changements Climatiques) engagés dans un lobbying envers les Etats dans le cadre de la négociation climat. Plusieurs milliers de participants venus d'une cinquantaine de pays se sont déplacés. Ainsi la représentation des citoyens peut être effective, au-delà des "grands messes" officielles.

Pour avoir davantage d'informations sur cette manifestation, consultez sur Internet: www.dev.climate-chance.org.

Lyliane

 

 

14/12/2017

Contre les tueurs d'abeilles : nous gagnons du terrain!

 
 
 
 
 
 

photo une bulletin pollinis

Bulletin liaison

Chère amie, cher ami,

Notre mobilisation pour en finir avec la disparition massive des abeilles en Europe gagne du terrain !

Contre les tueurs d’abeilles que l’industrie agrochimique veut à tout prix nous imposer au détriment des pollinisateurs, et de la santé et de l’alimentation de toute la population, nous avons réussi à faire déposer une série d’amendements salutaires qui mettraient fin, ni plus ni moins, à la commercialisation de tous les pesticides néonicotinoïdes en Europe.

Pour obliger les députés européens à voter le texte, la mobilisation ne faiblit pas : plus de 270 000 personnes ont déjà participé à l’action, et nous avons réussi le tour de force d’inviter les scientifiques indépendants, qui tirent la sonnette d’alarme depuis des années sur les effets désastreux des pesticides néonicotinoïdes sur les abeilles, au cœur du Parlement européen pour qu’ils puissent convaincre de vive voix les députés.

Toute l’équipe de POLLINIS est sur le pont pour que notre pression sur les députés soit plus forte que celle des lobbys. Pour en savoir plus sur cette action, rendez-vous ici > Néonicotinoïdes : POLLINIS invite les scientifiques à Bruxelles.

Mais parce que la lutte au coude à coude contre l’agrochimie est longue et fastidieuse, et qu’il peut se passer encore des années avant que les dirigeants politiques n’acceptent de transiter vers un modèle agricole qui ne repose pas sur le tout-chimique et respecte la nature et les pollinisateurs dont dépendent les cultures, POLLINIS mène aussi des actions de fondpour protéger les abeilles localementvaloriser les écotypes d’abeilles locales naturellement résistantes, et explorer les pistes agricoles les plus prometteuses pour l’agriculture de demain.

Tout ce travail au quotidien, nous ne pouvons le mener que parce que nous pouvons compter sur une équipe expérimentée et motivée, dédiée à 100 % au combat, et sur un noyau de personnes qui ont bien compris que sans moyens financiers aucune bataille ne peut être gagnée.

C’est grâce à ces généreux donateurs, et à leur engagement et leur soutien sans faille, que POLLINIS peut accomplir les actions nécessaires à la défense et la préservation des abeilles, en France et en Europe.

Notre association garantit sa liberté et son indépendance en refusant toute subvention, de quelque organisme que ce soit.

C’est ce qui nous permet d’avoir les mains libres pour enquêter et dénoncer publiquement les manigances des lobbys de l’agrochimie pour continuer à faire autoriser leurs produits malgré les dangers pour l’environnement, les pollinisateurs ou la santé humaine ; ou révéler au grand jour les liens inacceptables entre l’agrochimie et les autorités sanitaires censées les contrôler ; ou encore montrer les moyens de pression qu’ils utilisent sur les décideurs politiques pour contrer la volonté des citoyens et s’assurer que leurs profits continuent à fructifier, au détriment de l’intérêt général…

C’est ce qui nous permet aussi d’associer des scientifiques et des experts indépendants à nos études, et de soutenir des projets importants pour l’avenir, comme la conservation des abeilles, le recensement des pollinisateurs sauvages ou le développement de méthodes d’agriculture alternative.

Si vous souhaitez, vous aussi, nous aider à continuer tout ce travail indispensable pour protéger les abeilles, maintenant et à l’avenir, et reconstituer un environnement agricole qui leur est favorable, vous pouvez faire un don grâce au formulaire sécurisé que vous trouverez en page 3 de notre bulletin d’information.

Un grand merci par avance pour votre soutien, et bonne lecture !

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

Lire le bulletin de liaison

 
 
 

POLLINIS Association Loi 1901
ONG indépendante, financée exclusivement par les dons des citoyens, qui se bat pour la protection des abeilles et des pollinisateurs sauvages en militant notamment pour un modèle agricole sans pesticide en Europe.

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mr Nicolas Hulot veut rendre l'écologie crédible...

A travers un long article publié dans le journal gratuit 20 Minutes lundi 11/12/2017, les journalistes T. Le Gal et F. Pouliquen ont recueilli les propos de Mr Nicolat Hulot, Ministre de la Transition écologique et solidaire dans le gouvernement actuel. A l'occasion du "One Planet Summit" prévu le mardi 12/12/2017, réunissant à Paris différents acteurs internationaux, il répond notamment aux questions posées sur l'opportunité de ce sommet.

Selon lui, la COP 23 qui vient de se terminer à Bonn était une étape transitoire et la COP 24, qui se tiendra en décembre 2018 en Pologne, est encore loin. Le "One Planet Summit" vise un objectif complémentaire en privilégiant des projets concrets comme la sortie du charbon, les véhicules zéro émission, les énergies renouvelables et leur financement. Après les Déclarations de Mr D. Trump, ce sommet de Paris fut la proposition de Mr E. Macron.

Mr Hulot n'élude pas la question du renouvellement du glyphosate en Europe, ni les incertitudes du dossier Notre Dame des Landes. Il insiste sur la position de la France qui cherche des compromis et qui pèse dans les débats. Il sait que des critiques se sont élevées contre lui de certains écologistes et d'ONG et qu'on a pu lui attribuer des "reculades". Pour Mr N. Hulot, ses 6 premiers mois sont malgré tout positifs. Il dit "avoir obtenu des choses qu'aucun ministre n'avait obtenues avant lui". Non seulement il affirme qu'il n'a pas changé dans ses convictions, mais il reconnaît que sa fonction l'oblige à tenir compte des réalités du terrain. Actuellement, la situation du monde  et de l'Europe notamment est difficile, mais cela ne l'incite pas du tout à démissionner. Au contraire, il préfère la transparence et pouvoir dialoguer avec les citoyens.

A ce sujet, il nous propose actuellement une longue enquête citoyenne sur les transports, l'agriculture, les économies d'énergie... dont vous trouverez le lien ci dessous. Je vous engage à y répondre et à la diffuser autour de vous. Chacun de nous en effet est invité à donner son avis détaillé et à participer à l'élaboration du futur commun. Voici le lien de cette enquête gouvernementale: 

 

12/12/2017

Les effets méconnus du gingembre...

 

 
 
 
 
 
 
 
La lettre Beauté au Naturel
La lettre Beauté au Naturel est une newsletter d'information gratuite. .


Les effets méconnus du gingembre

Chères amies, chers amis, 

Le curcuma est l’épice anti-inflammatoire la plus connue. 

Elle est efficace contre l’arthrose et en prévention du cancer. Mais son utilisation en cuisine est limitée. 

Heureusement le curcuma a un cousin qui a presque les mêmes vertus et qui est plus facile à accommoder dans la cuisine. 

Il s’agit du gingembre ! 

Voici les  effets méconnus du gingembre : 

Contre les douleurs de l’arthrose

Le gingembre est anti-inflammatoire [1]. Une vaste étude sur l’arthrose du genou a démontré qu’en 24 heures à peine, son effet est supérieur à un placebo pour atténuer les douleurs [2]. 

Thierry Souccar, expert en nutrition, consomme du gingembre sans modération, comme il l’explique dans le Dossier de Santé & Nutrition qu’il a réalisé sur l’arthrose. 

 Soulage les crises d’asthme

Un peu de gingembre aiderait à soigner l’asthme. 

Dans l’asthme, les muscles des voies respiratoires se contractent, se resserrent et gênent la respiration. Les inhalateurs utilisés lors d’une crise, bronchodilatateurs, favorisent le relâchement des muscles pour restaurer le passage de l’air. 

Le gingembre a le même effet. 

C’est une excellente nouvelle pour les asthmatiques qui peuvent relever leurs plats avec du gingembre en poudre [5]. 

Chez les femmes, le gingembre atténue les règles hémorragiques

Une étude a montré que 250 mg de poudre de gingembre par jour régule en moins de 3 cycles les flux menstruels de jeunes filles souffrant de règles hémorragiques [6]. 

En plus des douleurs et de la gêne qu’elles engendrent, les règles hémorragiques peuvent provoquer un déficit en fer et donc de la fatigue et des difficultés de concentration. Chez les jeunes filles, elles sont souvent le fait de déséquilibres hormonaux et les médecins proposent généralement une pilule contraceptive. Cela résout le symptôme mais non la cause, qui se manifestera plus gravement sur le long terme. Avant de prendre la pilule, essayez le gingembre. 

 Réduit l’inflammation à l’origine de la chute de cheveux

Depuis peu, des chercheurs américains pensent que la chute de cheveux pourrait être due à une inflammation à la racine des follicules. Ils ont retrouvé une substance inflammatoire du nom de prostaglandine D2 à la racine des cheveux des chauves. 

Le gingembre est un anti-inflammatoire naturel propre à stopper l’action prostaglandine D2, ce qui signifie qu’il pourrait ralentir la chute des cheveux [7]. 

Et tant d'autres indications à découvrir par vous-même...

Bref, il ne faut pas s'en priver!


Amicalement, 

Manon Lambesc 

03/12/2017

Qu'offrir pour les fêtes de Noël à nos proches?

Ce mois de décembre est la période où beaucoup d'entre nous recherchent des idées de cadeaux pour leurs enfants, leurs parents, frères, soeurs, neveux et nièces ou amis. La société de consommation leur suggère de céder au goût du jour: un nouveau téléphone portable, un bijou fantaisie, un sac à main plus moderne, un bon cadeau à la Fnac ou Séphora, un livre primé, un robot, un drone... Or, il existe des cadeaux plus originaux et engagés, susceptibles de surprendre et de ravir nos proches, comme ceux que nous pourrions confectionner nous-mêmes ou dénicher alentour...

Par exemple nous suggère le journal Le Pélerin: offrir des arbres pour reboiser le monde en allant sur le site de l'ONG  Planète Urgence: www.jetaimejeseme.org. Après commande, la personne recevra par e-mail un certificat authentifiant ce cadeau fait en son nom pour notre planète. Ou bien offrir une mini serre de balcon ou d'appartement en zinc et verre garnie de 3 pots, de terreau de culture et de semences bio de persil, basilic et ciboulette. On peut en trouver chez www.natureetdécouvertes.com ou en boutique au prix de 30 euros environ. Il est également possible grâce à l'ONG "Elevage sans frontières" d'offrir une poule à une famille burkinabé pour illuminer leur fête de Noël. Allons donc sur le site www.offrez-une-poule.elevagessans frontiere.org et mettons une poule ou un coq sous le sapin!

Si la personne a un jardin, on peut choisir d'offrir un kit pour monter soi-même un nichoir écologique et un kit graines pour nourrir les oiseaux pendant l'hiver. La LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) en commercialise de même que le site: www.ekobutiks.com (12,50 euros). Pour un amateur de randos cyclistes, "l'Atlas des plus belles voies vertes et véloroutes de France" ( Ouest France à 25 euros ou d'autres régions à choisir) pourrait convenir. Les Editions Biotope( www.leclub-biotope.com) publient cette année un livre remarquable au prix de 34 euros de magnifiques photos de nature sélectionnées par le Muséum d'histoire naturelle de Londres.

Enfin, pour nos enfants à partir de 8/9 ans et nos adolescents, les éditions Actes Sud Junior recommandent l'ouvrage de Pierre Rabhi et de Cyril Dion, illustré par l'Agence Costume Trois Pièces, au prix de 16,80 euros: "Demain entre tes mains". Ses 72 pages donnent de quoi pousser à la réflexion et motiver nos jeunes à protéger et aimer la nature.

Pour les un peu plus jeunes, l'ouvrage du grand dessinateur japonais Jiro Taniguchi (aujourd'hui décédé) aux éditions rue de Sèvres au prix de 18 euros: "La Forêt Millénaire" serait également un choix de qualité. Le réalisateur Cyril Dion quant à lui a écrit un beau livre pour les enfants, plein d'idées pour préserver la planète, aux éditions Actes Sud Junior intitulé: "Une nuit sous les étoiles avec ma fille"(16,90 euros). 

Si vous avez d'autres idées originales, envoyez les: elles seront bienvenues et pourront être éventuellement partagées sur notre blog. Une amie a déja commencé par son témoignage: 

"Je viens de faire mes dons de Noël à diverses associations, et l'un me plaît bien, c'est au CCFD (Comité catholique contre la faim et pour le développement): des "Soli cadeaux".  On offre une somme pour quelque chose de précis dans un pays où ont été mises en place des actions en lien avec l'agroécologie, Afrique, Amérique du sud, Asie...  On peut offrir des graines, des animaux, poules, chèvres... ou des formations.  J'ai déjeuné aujourd'hui avec un tout jeune séminariste qui vient de Haïti où est sa famille, on a parlé de son pays, du coup j'offre de quoi greffer des fruitiers et des avocatiers et enseigner aux femmes engagées comment faire.
Les années précédentes quand fille ou petite fille étaient là, je leur donnais la carte de l'action en cadeau, comme ça elles participaient".

Lyliane

29/11/2017

Petites avancées d'aujourd'hui, grandes victoires de demain... Greenpeace

Ce titre nous est proposé par Greenpeace, qui effectue dans un document adressé à ses donateurs le bilan de l'année 2017. L'organisation par exemple avait été attaquée en justice par Résolu, une entreprise d'exploitation forestière qui avait des pratiques non durables dans la forêt boréale canadienne et demandait des dommages et intérêts. Suite à l'appel lancé par Greenpeace, le PDG d'Hachette Livre a décidé d'interpeller Résolu dans un courrier rendu public. Cela a très rapidement calmé le jeu !

 

Depuis 1978, de nombreuses victoires sont à porter au crédit de l'organisation. Au cours de ses 40 années d'engagement, Greenpeace France a mené en effet d'innombrables actions pour défendre notamment partout dans le monde les forêts, les océans et le climat. En janvier 2017 par exemple, Lidl a été le premier à jouer la carte de la transparence en rendant publique la liste de 650 fournisseurs de textiles et chaussures. La firme Gore Tex s'est engagée en février 2017 à ne plus utiliser de perfluorocarbures (PFC) dangereux. Face à Total, le récif de l'Amazone reste sous haute surveillance au large du Brésil...

 

Pour en savoir davantage, consulter le site de l'organisation sur Internet:

www.greenpeace.org.

Lyliane

19/11/2017

Monsanto et ses lobbyistes à Bruxelles...

Bonjour,

La Commission européenne a ENCORE échoué à rassembler assez de voix pour la réhomologation de l’herbicide préféré de Monsanto.

Mais la Commission va maintenant tenter un passage en force à l’aide d’un ultime vote qui aura lieu le 27 novembre -- pouvez-vous faire un don pour empêcher ce coup de force?



Enorme nouvelle: nous avons réussi à faire échouer le vote sur la réhomologation européenne du glyphosate -- il n’y a pas eu assez de pays de l’UE qui ont voté en faveur de la proposition de réautorisation de 5 ans de la Commission européenne pour que Monsanto puisse déboucher le champagne.

C’est une grande nouvelle qui montre qu’ensemble nous nous faisons entendre auprès des gouvernements de l’UE -- nous n’aurions pas pu accomplir cela sans les efforts et les dons de membres SumOfUs comme vous.

CEPENDANT: nous ne pouvons pas encore célébrer la victoire. La Commission va faire appel de ce vote et les pays de l’UE vont être appelés à s’exprimer une dernière fois le 27 novembre.

Le temps est compté. Nous avons besoin de remporter cette ultime bataille pour qu’enfin nous puissions nous réjouir de l’interdiction du glyphosate.

Pouvez-vous faire un don de 1 € pour nous aider à nous débarrasser du glyphosate pour de bon?

Il y a à peine quelques semaines, la Commission essaya de faire approuver par les pays de l’UE une réhomologation de 10 ans pour le glyphosate! Mais grâce à notre pouvoir collectif, nous avons pu faire écarter cette proposition.

Grâce à des membres SumOfUs comme vous, nous avons pu commissioner un sondage qui a montré que les européens veulent une interdiction IMMÉDIATE du glyphosate. Vos dons ont permis de diffuser ce sondage dans des médias européens clés comme Le Monde et Le Figaro -- et ce, à la veille du vote. Et le texte initial proposant une réautorisation de 10 échoua.

La Commission soumit alors une réhomologation de 5 ans -- sans même proposer une interdiction progressive de l’herbicide favori de Monsanto à l’issue de cette période.

La communauté SumOfUs et nos partenaires issus de toute l’Europe ne pouvaient accepter une telle proposition.

Des membres SumOfUs comme vous ont alors pris leur téléphone pour appeler leur décideur dans des pays clés, ou leur ont envoyé des messages par email et Twitter -- et nous avons même affiché ces message lors d’un rassemblement mémorable.

Et cela a marché. Monsanto et ses lobbyistes ont encore perdu.

Mais le géant du toxique n’abandonne pas pour autant -- et nous non plus! Toute la dynamique est de notre côté, et nous avons besoin d’une dernière mobilisation pour interdire une bonne fois pour toutes le dangereux herbicide de Monsanto.

Ensemble, nous avons bâti un mouvement massif de gens qui se dressent dignement face à Monsanto. Nous avons maintenant besoin d’user de tout notre pouvoir pour nous débarrasser du glyphosate.

L’autorisation actuelle de mise sur le marché du glyphosate prend fin le 15 décembre et nous devons faire en sorte que cette date soit le jour où nous célébrerons une victoire définitive.

Pouvez-vous faire un don de 1 € pour faire de 2017 l'année où nous aurons fait chuter Monsanto?

Merci pour tout ce que vous faites,

SomeOfUs

Le naturel et la bio plaisent aux Français...

Cnews Matin, petit journal gratuit distribué sur la voie publique, signale que dans beaucoup de domaines (produits alimentaires, d'entretien, cosmétiques, vêtements...) les consommateurs français sont de plus en plus nombreux à vouloir acheter des articles de qualité et respectueux de l'environnement. En effet, l'Agence Bio, plate-forme nationale qui milite pour le développement de l'agriculture biologique en France, confirme son optimisme.

Selon cette agence, cette année 2017, 19 nouvelles fermes bio ont ouvert chaque jour dans notre pays. 100 000 emplois directs sont en effet concernés par la filière bio, tous secteurs confondus. Et 82% des Français estiment qu'il est important de développer l'agriculture biologique, tout en souhaitant voir davantage d'ingrédients bio dans les restaurants, les cantines notamment, et 77% dans les hôpitaux...

Cet engouement général touche toutes les classes sociales. Les consommateurs soulignent leur désir de prendre soin de leur santé (66%), de préserver l'environnement (58%) et de consommer des aliments sains ayant meilleur goût 56%). Les moyennes et grandes surfaces ont du s'adapter rapidement à la demande des consommateurs, car les scandales alimentaires ont été nombreux et très médiatisés (oeufs, poulets, viande...). 

Les régions Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle Aquitaine sont les plus productives actuellement en la matière. On y développe des céréales(sans OGM, ni pesticides), des fruits et des légumes et de la viticulture. Mais le secteur de la beauté n'est pas oublié. Le label Cosmebio,  délivré aux produits sans paraben, OGM, ni parfum de synthèse est en effet très demandé en boutique comme en parfumerie. La croissance annuelle de ce marché atteint 7% pour un montant de chiffre d'affaire des cosmétiques bio de quelques 450 millions d'euros.

Comme quoi le consommateur, par sa demande clairement affichée, influe sur la production et l'oriente vers ce qu'il désire. Alors, n'hésitons pas à aller encore plus loin et à faire en sorte que cette tendance soit partout suivie. Non seulement elle va créer des emplois, pérenniser des exploitations misant sur la qualité, mais elle va également permettre de faire baisser les prix pour que le bio, grâce aux circuits courts (Amap, vente directe, coopératives...) devienne accessible à tous.

Lyliane

 

17/11/2017

Les arbres, ces êtres sociaux, selon Mr Peter Wohlleben...

Un article paru dans Version Fémina et rédigé par Mme Sophie Carquain nous fait part du succès de l'ouvrage "La vie secrète des arbres" de Mr Peter Wohlleben, traduit en 32 langues. Ce forestier allemand, qui travaille actuellement dans son pays à la tête d'une forêt écologique, c'est à dire gérée de façon non productiviste, s'intéresse depuis plus de 20 ans à la vie méconnue des feuillus et des résineux qu'il côtoie. Il a en effet démissionné de son poste dans l'administration des Eaux et Forêts pour mettre en oeuvre son approche sensible dans la région de l'Eifel. Avec pédagogie autant qu'avec humour, il nous fait découvrir à quel point ces végétaux ont un comportement social. Il prétend même que "les arbres pourraient nous donner des leçons en matière de fraternité et de partage".

Première surprise: les arbres émettent des substances odorantes avec lesquelles ils communiquent. Ce sont en effet des êtres sensibles qui se soutiennent mutuellement et communiquent les uns avec les autres grâce à des filaments blancs qui fonctionnent comme un "réseau internet végétal". Autre spécificité: ils savent se montrer combatifs en fabriquant leur propre insecticide pour repousser les prédateurs.

Dans le massif du Harz en Allemagne, des scientifiques ont même constaté que la plupart des arbres d'une même espèce étaient reliés entre eux pour échanger des substances nutritives, formant un écosystème utile afin de réguler la température, l'humidité... Mieux encore: pour stocker leurs savoirs, hêtres, chênes, pins et bouleaux disposeraient d'une sorte de "cerveau" dans leurs racines leur permettant de mémoriser les informations acquises.

Mr Wohlleben a observé aussi que les arbres ont des personnalités différentes: le hêtre par exemple a l'esprit de compétition, alors que le bouleau est plutôt solitaire. Certains sont impatients comme les chênes, qui changent vite de couleur à l'automne, tandis que d'autres prolongent la saison le plus possible. Les séquoias d'Europe qui ne sont pas nombreux chez nous n'atteignent pas 50 m de haut tandis qu'aux Etats-Unis où ils sont en familles, ils grandissent jusqu'à deux fois plus. Leurs liens avec les champignons qui poussent sous leur ramure ne sont pas anodins non plus!

Bref, qu'ils hibernent comme des ours ou dorment la nuit comme les humains, qu'ils veillent sur leurs rejetons ou montrent leur peur de mourir, les arbres manifestent des comportements proches des nôtres! Alors que nous, sans conscience, nous provoquons des dégâts en modifiant leur écosystème avec des engins passant à leurs pieds et tassant le sol, en introduisant des essences étrangères ou en pratiquant une monoculture sur des hectares... En bref, Mr Wohlleben nous reproche de ne penser qu'au profit immédiat ou à notre loisir, là où lui travaille avec des chevaux et tient compte des espèces sauvages, des oiseaux diurnes ou nocturnes comme des insectes. Ne serait-il pas temps de voir dans la nature qui nous entoure un espace vivant à protéger et à respecter et de pratiquer de ce fait une sylviculture durable et responsable?

Mr Wohlleben publie, outre son bestseller" La vie secrète des arbres", un autre ouvrage publié chez Trédaniel intitulé "La vie au coeur de la forêt", un guide forestier passionnant et pratique.

Lyliane

Sauvons les abeilles grâce à Pollinis et au vote du Parlement Européen...

Chers amis,

POLLINIS a besoin de votre mobilisation, de toute urgence, pour empêcher les lobbies de l’agrochimie de saboter l’interdiction des tueurs d’abeilles que nous sommes en passe d’obtenir à Bruxelles.

Si ce n’est pas déjà fait, SVP signez sans attendre la pétition aux députés européens, et transférez ce message le plus largement possible autour de vous.

Il a fallu des années de bataille, les cris d’alarme répétés des apiculteurs qui voient année après année leurs cheptels se réduire, les rapports inquiétants des scientifiques qui dénoncent sans détours les effets mortels des pesticides néonicotinoïdes sur les colonies d’abeilles…

… la mobilisation répétée de centaines de milliers de citoyens qui refusent qu’on sacrifie les abeilles, et avec elles l’alimentation et la santé de toute la population, pour servir les intérêts à court terme de quelques multinationales influentes…

… et le travail au corps-à-corps mené par nos équipes auprès des parlementaires, rendez-vous après rendez-vous, pour les convaincre de prendre des décisions fortes et sans appel pour une interdiction définitive de tous les tueurs d’abeilles en Europe !

Le mois dernier, tout ce travail a porté ses fruits : une députée courageuse, Mme Maria Lidia Senra Rodriguez, a déposé nos amendements pour l’interdiction des néonicotinoïdes lors d’un projet d’initiative sur l’apiculture (1)(2).

Dans quelques jours – le 22 novembre exactement – ces amendements seront soumis au vote des quelques députés qui composent la Commission Agriculture du Parlement européen. Et s’ils passent ce cap, c’est l’ensemble des députés qui devront voter le texte en janvier 2018.

Je dis bien « s’ils passent le cap » : car en ce moment même, tous les lobbies des tenants du tout-chimique en agriculture se sont ligués pour tirer à boulets rouge sur nos amendements, et s’assurer qu’ils seront retoqués par les députés de la Commission Agriculture !

C’est pour ça que je fais appel à vous de toute urgence, pour nous aider à peser plus fort dans la balance que leurs chantages aux licenciements et leurs menaces de délocalisation.

Nous avons déjà réuni 157 000 signataires à notre pétition aux députés européens : aidez-nous à doubler ce chiffre dans les jours qui viennent en :

- signant vous-même, si ce n’est pas déjà fait, la pétition

- transférant ce message à tout votre carnet d’adresses

Expliquez bien à vos amis que, tant qu’on n’aura pas réussi à faire interdire l’ensemble des substances néonicotinoïdes tueuses d’abeilles au niveau européen, les scandales comme celui qu’on vient d’essuyer, en France, avec la mise sur le marché de deux produits contenant du Sulfoxaflor, un néonicotinoïde nouvelle génération qui va encore accélérer le déclin des abeilles et des pollinisateurs sauvages (3)…

…continueront à être monnaie courante, sans que les autorités françaises ne puissent, sur le long terme, s’y opposer.

La preuve : face à la mobilisation immédiate des citoyens et des apiculteurs, le gouvernement n’a pu négocier que… 3 mois de sursis, avant la vente effective du nouveau tueur d’abeilles (4) !

C’est au niveau européen qu’il faut maintenant obtenir cette interdiction salutaire pour les abeilles et notre avenir alimentaire. Et pour ça, il n’y a pas de meilleur espoir que le vote de l’amendement que nous avons arraché de haute lutte - et qui, sans votre aide, sera torpillé sans merci par les lobbies de l’agrochimie.

Il n’y a plus une minute à perdre :

Une étude spectaculaire menée à grande échelle en Allemagne pendant 27 ans vient de révéler que 76 % au moins des insectes volants auraient disparu depuis 1989. Et les chercheurs pensent que ces résultats auraient été les mêmes dans les autres pays européens ! (5)

Ces chiffres sont effrayants :

Les abeilles ne sont que la face émergée de l’iceberg. Leur déclin est visible par les apiculteurs qui s’occupent d’elles au quotidien. Mais avec elles, ce sont également des milliers de papillons, bourdons, bombyles ou syrphes qui succombent en silence : les chercheurs commencent à peine à lever le voile sur les effets des pesticides néonicotinoïdes sur les pollinisateurs sauvages – et ce qu’ils trouvent fait froid dans le dos…

Les pollinisateurs sont essentiels à la qualité, la quantité et la diversité de notre alimentation, et assurent la reproduction de plus de 80% des fruits, légumes et plantes à fleurs (6).

Les tomates par exemple, ne peuvent être pollinisées efficacement que par les bourdons, les seuls à pouvoir faire vibrer ces fleurs pour qu’elles libèrent leur pollen (7). Or près de la moitié (46%) des espèces de bourdons d’Europe sont en déclin (8)…

Selon une étude publiée en Décembre 2016 dans la revue Nature, l’augmentation du nombre de maladies qui résulteraient de la disparition de certains pollinisateurs majeurs pourrait engendrer 1,4 million de décès supplémentaires chaque année dans le monde (9).

Face à ces chiffres apocalyptiques, il n’y a pas à tergiverser. Et pourtant : certains députés se laissent encore tenter par les arguments court-termistes de l’industrie agrochimique…

Montrez-leur que leurs électeurs n’acceptent pas qu’ils sacrifient une seconde de plus les abeilles et les pollinisateurs !

PHASE 2 Je signe la pétition

De notre côté, nous continuons à multiplier les rendez-vous au Parlement européen, pour convaincre les députés de voter nos amendements salutaires pour les abeilles.

Si notre démarche est soutenue par plusieurs centaines de milliers de citoyens européens, croyez-moi, même les plus réfractaires d’entre eux y verront une menace à leur réélection, et seront forcés de se ranger de notre côté.

Nous sommes en passe de gagner cette bataille : il ne faut que 2 petites minutes de votre temps pour faire pencher la balance.

SVP, cliquez sur ce lien pour signer la pétition, et diffusez ce message le plus largement possible autour de vous – en le transférant à vos amis par email, ou en partageant cette action sur les réseaux sociaux.

16/11/2017

Cyberaction en faveur de l'agriculture biologique.

bandeau-lettre

 

 

//Cyberaction N° 952: Reconduction du crédit d'impôt pour l'agriculture biologique

Les députés ont prorogé jeudi en commission des finances la reconduction du crédit d'impôts en faveur de l’agriculture biologique jusqu’en 2020.

Nous vous proposons d'interpeller votre député pour l'inciter à voter cet amendement lors de son passage en séance.

https://is.gd/qrPdaB
Logo AB
Signez cette petition

 

 

15/11/2017

Retrouver les légumes anciens...

Dans la revue Habbanae de l'association des Agronomes et Vétérinaires sans frontières, j'ai relevé l'interview sur les légumes oubliés avec Mme Sabrina Novak, directrice adjointe et responsable projets développement au CRBA ou Centre de Ressources de Botanique Appliquée au Domaine de Lacroix Laval, crée en 2008.

L'objectif de ce Centre de Ressources de Botanique Appliquée est de favoriser la recherche en botanique appliquée à l'horticulture, à la création et à la restauration de jardins et à l'histoire et l'utilisation actuelle des plantes. En 100 ans, 75% de la biodiversité cultivée a malheureusement disparu au profit de quelques variétés standards, souvent moins intéressantes sur un plan nutritionnel.

En collaboration avec le réseau Amap Auvergne-Rhône-Alpes et des maraîchers régionaux, le CRBA a soutenu la culture et la récolte de semences de variétés potagères locales. Les maraîchers sont ainsi formés à faire eux-mêmes leurs graines et à mener un travail de suivi des cultures. Quant aux Amap, elles diffusent l'idée qu'il appartient à tous de défendre notre souveraineté alimentaire.

Il faut néanmoins savoir que produire et multiplier les semences est un travail de longue haleine. C'est pourquoi le CRBA coordonne 5 conservatoires participatifs et vivants de la biodiversité domestique, afin que chacun puisse se réapproprier ce patrimoine commun et participer à la conservation et à la diffusion de la biodiversité domestique.

Pour en savoir plus sur le projet des légumes oubliés, consulter: http://amap-aura.org/legumes-anciens-saveurs-dici/

Lyliane

07/11/2017

Les victoires d'octobre du site de pétitions Change.org ...

   
 
 
En octobre, vos signatures ont fait bouger les lignes !

Bonjour

Vous signez régulièrement des pétitions urgentes et il vous est parfois difficile de réaliser l’impact de ces dernières. C’est pourquoi je vous propose un court résumé des grands moments qui ont marqué ce mois riche en rebondissements qui montre combien vos signatures nous aident à faire changer les choses.

Bonne lecture !

Alia et toute l’équipe de Change.org
 



Une nouvelle vie pour le musée des tissus !
 
Le musée des arts décoratifs et des tissus à Lyon

Après 22 mois de lutte, Daniel a enfin annoncé la grande nouvelle : le musée des tissus et des arts décoratifs de Lyon restera ouvert. Menacé de fermeture, l’incroyable musée renferme à lui seul 4 500 ans d’histoire et la première collection de textile du monde. Véritable joyau patrimonial, son sort n’a pas laissé indifférent les 134 866 signataires ainsi que des personnalités telles que Stéphane Bern et Bernard Pivot qui se sont mobilisés contre cette fermeture et qui se réjouissent désormais de cette victoire. Le destin du musée est dorénavant entre les mains de la région Rhône Alpes qui a récupéré le bâtiment pour un euro symbolique.
 
En savoir plus sur le sauvetage du musée
 


Baptiste a obtenu sa place en IME et a retrouvé le sourire !
 
Photographie de Baptiste 

Il aura fallu 5 mois et 46 162 signatures pour que Baptiste, jeune autiste de 16 ans, reprenne une scolarité normale et obtienne une place en Institut Medico-Educatif (IME). C’est après un grave accident que Baptiste a été déscolarisé pendant un an et demi. Inactif et déprimé, il souhaitait reprendre une scolarité normale et ses parents avaient demandé une IME en janvier 2017. Après avoir essuyé plusieurs refus faute de place disponible, Baptiste a enfin pu reprendre sa scolarité.
 
Découvrez le cri du coeur de la mère de Baptiste
 

Empoisonnés de Triskalia : la commission européenne va enquêter !​
 
Photographie des anciens salariés de la coopérative agro-alimentaire Triskalia

Empoisonnés par des pesticides sur leur lieu de travail, les anciens salariés de la coopérative agro-alimentaire Triskalia se battent depuis 8 ans pour dénoncer un scandale sanitaire, social et environnemental dont ils ont été directement victimes. Grâce à leur pétition qui a mobilisé 82 717 signatures, ils ont enfin obtenu victoire : la commission des pétitions du parlement européen va enquêter sur leur histoire.
 
Découvrez la déclaration de victoire
 

En octobre, une "petite" victoire qui compte aussi 
 

Une directrice d'école renonce à fermer une classe de maternelle 
 

05/11/2017

Sauvons les éléphants avec AVAAZ!

Hong Kong: mettez fin à l'ivoire, pas aux éléphants!

SIGNEZ LA PÉTITION
 

Au Conseil législatif de Hong Kong:

Nous vous demandons d'interdire immédiatement les ventes, importations et exportations d'ivoire brut et travaillé. La survie des derniers éléphants sauvages du monde dépend de votre capacité à fermer le gigantesque marché d'ivoire de Hong Kong immédiatement!

 
 

593 879 personnes ont signé. Aidez-nous à atteindre 750 000

Hong Kong vient de faire la plus grande saisie d’ivoire depuis des décennies. 1000 éléphants ont été assassinés pour cette seule cargaison(!), et vont finir en petits bibelots sur des étagères! 

Hong Kong, c’est un peu une grande boucherie -- les ventes de bouts d’éléphants charcutés y sont florissantes. Tant que ces transactions y resteront légales, de majestueux éléphants continueront d’être décimés. À ce rythme, ils pourraient disparaître de notre vivant. 

Le gouvernement de Hong Kong veut interdire ce commerce honteux, mais les lobbies de l’industrie lui font la guerre. Notre gigantesque communauté peut noyer leurs arguments bancals sous nos signatures, offrir aux autorités le soutien nécessaire et sauver des milliers d’éléphants. Chacune de nos voix compte pour faire entendre un tollé suffisamment colossal. 

Lançons une méga-pétition pour sauver les éléphants, et Avaaz couvrira Hong Kong d’affiches, fera pression sur les décideurs clés et déclenchera un buzz médiatique. Ajoutez votre nom et faites circuler tout autour de vous -- finissons-en avec cette immense boucherie d’éléphants!
 
 

Parlez-en à vos amis!

Avec espoir, 

Rewan, Danny, Nataliya, Luca et toute l’équipe d’Avaaz 

 

29/10/2017

Glyphosate toujours: il y a urgence à réagir!

 
 
 
 
Tout imprimer
Dans une nouvelle fenêtre

[cyber_klm] URGENCE Cyberaction N° 942: Non à la réautorisation du Glyphosate

 
 
 
 

 

 

 

//Cyberaction N° 942: Non à la réautorisation du Glyphosate

La Commission Européenne prévoit le vote sur le glyphosate…et maintient sa proposition inadmissible de ré-autorisation pour 10 ans !!

Nous venons d’apprendre que la date du vote -en comité Scopaff (Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale)– sur l’éventuelle ré-autorisation du glyphosate au niveau européen devrait se tenir le 25 octobre[1] prochain…

Il y a donc urgence à se mobiliser

https://is.gd/obDO8z


 

 

 

 

glyphosate

Signez cette cyberaction

 

 



 

 

// Cyberaction N°941 : Pour une transition écologique solidaire de l'agriculture et de l'alimentation

Pour apporter votre soutien global à cette démarche
https://is.gd/OkA5iN

Pour soutenir une par une les propositions, il faut s'inscrire sur le site de la consultation en ligne

Soutenir  les propositions à partir de la Page de cyberacteurs

Pour cela cliquer sur chaque proposition-> Descendre dans la page et cliquer sur d'accord

ou à partir des pages spécifiques de Fondation pour la Nature et l'Homme

Plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire

Générations futures

FNAB

FNE
plate
                      forme pour une transition

Signez cette cyberaction

 

 

 

 

27/10/2017

Comment se passer du glyphosate?

 

Le Journal La Croix du 3 octobre, sous la plume de Mme Martine Lamoureux, veut faire passer un message concernant le glyphosate, cet herbicide non sélectif très utilisé en France pour lutter contre l'ensemble des adventices. L'ennui c'est qu'on a constaté partout dans le monde qu'il fragilise et épuise les sols, quand il ne rend pas les employés agricoles et les fermiers malades par cancers.

La journaliste est allée rendre visite à Mr Félix Noblia, âgé de 32 ans, dans sa ferme du pays Basque, afin de se rendre compte des moyens envisageables pour se passer du glyphosate. L'exploitation a abandonné depuis 10 ans la monoculture et les intrants chimiques pour produire autrement en respectant les écosystèmes. Les vers de terre sont en effet ses meilleurs auxiliaires. Par exemple, au lieu de labourer, il sème directement sous couvert le maïs, le soja et le blé et, sans recours à la chimie, il a des rendements substanciels.

Il a reçu le prix de l'innovation de l'agroécologie en mars dernier, remis par le ministère de l'agriculture dans le réseau des fermes d'avenir. Toutefois les propos de Mr Noblia sont relativement nuancés. Selon lui, «on pourra à terme se passer des herbicides grâce aux couverts végétaux, mais ce serait une erreur d'interdire brutalement le glyphosate». Il faudrait selon lui repenser tout le système et engager une transition grâce à un travail de fond et à une volonté politique, car préjugés et lobbys sont très puissants.

Mr Noblia estime «qu'en augmentant fortement le prix du glyphosate, on pourrait aider les agriculteurs à s'adapter à d'autres produits moins nocifs et à peu à peu les délaisser totalement. La Commission Européenne doit se prononcer cet automne sur la rehomologation du glyphosate pour 10 ans. Deux ministres (N. Hulot et S. Travert) doivent chercher une stratégie de sortie permettant «une transition à la fois progressive et irréversible».

Pour sortir de la dépendance à ce produit efficace, peu cher et facile d'utilisation, des recherches sont en cours à l'INRA pour l'agriculture et la viticulture. Le Centre International de recherche sur le Cancer a classé le glyphosate comme "cancérogène probable" en 2015. Deux agences européennes l'EFSA et l'ECHA prétendent de leur côté que la molécule n'est pas cancérogène... Des allégations circulent néanmoins et accusent la firme Monsanto de désinformation. Le Tribunal International de La Haye a été saisi par les victimes du glyphosate. Ces personnes  venues d'Allemagne, des Etats-Unis, du Sri Lanka ... accusent Monsanto du crime d'écocide. Le jugement rendu par le Tribunal International, au vu des expertises et témoignages, condamne la firme américaine, qui depuis peu essaie de se faire oublier en s'associant au géant de la chimie Bayer. Aussi, il me semble que le principe de précaution devrait s'imposer, afin de protéger la santé des consommateurs! Espérons que l'Union Européenne, notamment grâce aux gouvernements de la France et de l'Allemagne, saura se garder des pressions exercées sur elle.

Pour aller plus loin sur ce sujet et se faire une opinion, consulter: www.lemonde.fr/.../monsanto-papers-desinformation-organisee-autour-du-glyphosate_5.. et https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de.../l-inv... ou www.huffingtonpost.fr/.../lunion-europeenne-a-copie-colle......

 

Lyliane

Le Gingko Biloba selon les nutritionnistes allemands...

 
 
 
   
 
 
Neo-nutrition : La lettre de la nutritherapie

 

Une ordonnance préhistorique


Chère lectrice,
Cher lecteur, 

Beaucoup d'entre-vous sont probablement déjà adeptes du ginkgo biloba. Son efficacité n'est plus à prouver.  

Le ginkgo biloba est surtout utilisé pour prévenir la maladie d'Alzheimer et la démence sénile. Il améliore le tonus, la mémoire et la capacité de concentration.  

C'est ce qui en fait l'un des remèdes naturels les plus populaires qui soient. 

Un arbre légendaire

Le ginkgo biloba est un arbre extraordinaire qui nous vient de la nuit des temps. Il est apparu il y a 300 millions d'années. Par comparaison, les premiers dinosaures sont apparus voilà 230 millions d'années, et l'homme il y a 5 millions d'années.  

Charles Darwin appelait le ginkgo biloba « l'arbre fossile » car c'est la plus ancienne espèce d'arbre, dont les spécimens sont encore identiques à leurs ancêtres d’il y a 300 millions d'années.  

Le ginkgo biloba peut mesurer 50 mètres de haut et vivre jusqu'à 1 000 ans.  

Suite aux grandes glaciations, on ne trouvait plus du ginkgo biloba qu'en Chine. Attribué au légendaire empereur Chen-Noung, le Traité sur les arbres et les racines qui date de 2 600 ans avant notre ère mentionne déjà ses vertus. Ce sont les femmes chinoises qui ramassaient les fruits du ginkgo qui tombaient au sol à l’automne. Elles portaient des gants car la chair du fruit, toxique et fétide, peut causer des allergies cutanées. Le noyau du fruit était utilisé pour traiter l'asthme et les bronchites [1].  

S'il a survécu tant de millénaires, c'est que le ginkgo biloba est un arbre très résistant aux changements environnementaux et à la pollution. Il est pratiquement indestructible : la première végétation qui a repoussé après le bombardement atomique d'Hiroshima de 1945 était un ginkgo biloba encore carbonisé !  

Le ginkgo biloba est un arbre bien à part. 

Le secret du ginkgo est dans ses feuilles

Les feuilles du ginkgo biloba agissent sur la circulation sanguine. Elles permettent de fluidifier le sang, d'améliorer son oxygénation et de dilater les vaisseaux sanguins pour augmenter leur débit. Ainsi le cerveau est mieux alimenté, ce qui a un effet positif sur les fonctions cognitives – mémoire, concentration [4].  

Le ginkgo est aussi un antioxydant puissant qui permet de protéger les cellules nerveuses des radicaux libres. Ses effets neuroprotecteurs permettent de prévenir la maladie d'Alzheimer.  

C'est très sérieux : l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la commission allemande sur les thérapies à base de plantes (Commission E) recommandent la feuille de ginkgo : 

  • contre la démence, 

  • les pertes de mémoire, 

  • les troubles de l'attention 

  • et la dépression [4]. 

En Allemagne, le ginkgo est remboursé

Les médicaments sur ordonnance à base de ginkgo biloba sont les médicaments les plus prescrits en Allemagne depuis des décennies [4]. 

Et ils sont remboursés, ce qui confirme que les Allemands ont toujours eu une longueur d'avance sur les traitements naturels.  

Le ginkgo biloba est-il un placebo ?

Ces dernières années, les médicaments à base du ginkgo ont régulièrement été accusés d'être placebo [21]. 

En consultant les études disponibles, j’ai constaté le contraire : le ginkgo est l’une des rares substances naturelles qui a des effets bien visibles et documentés par des dizaines d’essais cliniques en double aveugle contrôlées par placebo – on n’est plus dans l’accidentel [22]. 

Voyez vous-même : 

  • Une synthèse de 8 études randomisées en double aveugle contrôlées par placebo a conclu que le ginkgo avait des effets contre les symptômes de la démence, de l'insuffisance cérébrale, semblables aux dihydroergotoxines d'un médicament comme l'Hydergine [5-6].  

  • Une synthèse d'études de plus de 6 mois contrôlées en double-aveugle contre placebo montra que l'extrait de ginkgo était aussi efficace contre la maladie d'Alzheimer dans sa forme modérée que les inhibiteurs de cholinestérase de deuxième génération [7].  

  • Une synthèse de 9 études parvint à la conclusion que le ginkgo était plus efficace qu'un placebo pour traiter la démence [8].  

  • Le groupe Cochrane, dans une synthèse de 33 essais cliniques, a confirmé une amélioration des fonctions cognitives chez les patients traités au ginkgo. Les chercheurs ont aussi observé que le traitement au ginkgo était facile à suivre pour les patients – peu d'effets indésirables [9-10].  

  • Un essai clinique contrôlé contre placebo a mis en évidence qu'un médicament à base de ginkgo biloba avait un effet positif sur les fonctions cognitives des sujets atteints de la maladie d'Alzheimer [11].  

  • Une synthèse faite en 2010 sur tous les essais cliniques supérieurs à 12 semaines a conclu que le ginkgo avait un effet significatif sur les fonctions cognitives dans tous les cas de démence [12].  

  • L'étude Epidos Study réalisée sur 7 500 sujets français et l'étude Paquid qui a suivi 4 000 patients pendant 15 ans a démontré l'efficacité d'une prise régulière de ginkgo sur la maladie d'Alzheimer [13].  

  • Un essai clinique a été mené durant 3 ans sur 118 sujets âgés de 85 ans et plus et qui n'avaient pas de problèmes de mémoire au préalable. Les chercheurs ont découvert que le groupe ayant pris du ginkgo avait 68 % de risque en moins de développer des problèmes de mémoire que le groupe ayant pris un placebo [14].  

  • Un essai clinique d'envergure a mis en évidence qu'un médicament à base de ginkgo biloba était aussi efficace que le médicament donépézil (Aricept) utilisé contre la maladie d'Alzheimer [15]. 

Le ginkgo biloba est aussi efficace (voir plus) que les médicaments classiques pour retarder la maladie d'Alzheimer et pour atténuer les troubles liés au déclin des fonctions cognitives.  

Le ginkgo biloba n'agit pas seulement sur la mémoire

L'efficacité du ginkgo est également reconnue pour : 

  • la prévention des maladies cardiovasculaires, 

  • la claudication intermittente (douleurs aux jambes lors de la marche), 

  • la maladie de Raynaud, 

  • le vitiligo, 

  • le syndrome prémenstruel, 

  • le cancer des ovaires [16], 

  • le glaucome [17], 

  • l'impuissance masculine [18], 

  • et le mal des montagnes.  

Il a aussi été démontré que le ginkgo biloba protégeait des radiations [19].  

Comment prendre du ginkgo biloba ?

Vous avez tout intérêt à profiter des vertus du ginkgo en prenant un complément alimentaire. Les feuilles sont ramassées à l'automne quand elles sont jaunes. Il faut 50 kg de feuilles pour obtenir 1 kg d'extrait de ginkgo. 

Vous pouvez vous procurer du ginkgo biloba dans tous les bons magasins diététiques. 

En ligne, je recommande volontiers l’extrait standardisé de Super Smart (disponible ici). Trois gélules par jour vous apportent 180 mg de ginkgo biloba. 

Il existe des complexes à base de ginkgo biloba. L'avantage du complexe est qu'il s'appuie sur plusieurs principes actifs complémentaires, ce qui permet de renforcer l'efficacité du ginkgo biloba.  

Je pense par exemple au Complexe Mémoire du Laboratoire Cell’innov qui est composé de trois extraits de plantes dont du ginkgo biloba : 

Quatre gélules par jour vous apportent 90 mg de ginkgo biloba, mais aussi 1466 mg de bacopa monnieri et 490 mg de petite pervenche. Pour mieux comprendre l’action combinée de ces trois plantes pour la mémoire, lisez les explications du fabricant (diponibles ici). 

Bien à vous,  

Eric Müller  

PS : Si vous prenez des anticoagulants ou que vous êtes hémophile, il est déconseillé de prendre du ginkgo biloba qui rendra le sang encore plus fluide. 

26/10/2017

BAYSANTO...selon Some of Us

 
 
 
Afficher le message original
Toujours traduire : anglais
 
 

Maintenant , nous avons la preuve: la fusion prévue de Bayer et Monsanto pour devenir le plus grand vendeur de pesticides du monde seraient désastreuses pour les agriculteurs, les consommateurs et l'environnement. Unissonsla preuve avec le pouvoir du peuple - notre pouvoir.

Salut Lyliane,

Si Bayer, l' un des plus grands producteurs de produits chimiques et de pesticides du monde, se confond avec Monsanto, le plus grand vendeur d'OGM et les semences dans le monde, une grande partie de notre nourriture sera conçu et contrôlé par ce nouveau géant agroalimentaire. [1]

Nous avons publié la recherche scientifique avec nos partenaires [2], montrant la fusion proposée devrait être interdit en vertu du droit européen de la concurrence. Vous pouvez imaginer que Bayer et Monsanto se battent très fort pour qu'il soit approuvé. Seul le commissaire européen de la concurrence Margrethe Vestager peut les arrêter!

Vestager a déjà fait preuve de courage dans la lutte contre les grandes entreprises, et pourrait donc être notre allié. Elle a récemment abordé Amazon et Apple, ils exigeants paient leur juste part des impôts, et a déjà montré la réticence à donner le feu vert pour la fusion. Soutenons et pousser Vestager rester forte.

À ce stade, nous, la communauté WeMove, peut faire pencher la balance. Dans toute décision politique, un argument factuel a beaucoup plus de poids si elle est soutenue et partagée par beaucoup. Signez notre pétition et montrer Vestager combien les Européens sont debout contre cette fusion. Commissaire Vestager tiendra une audience publique dans les semaines à venir, et nous voulons présenter plus de 250 000 voix contre la fusion.

Pétition: Inscrivez -vous contre le géant agro-Bay-Santo

La recherche, menée par des experts en droit de la concurrence internationale de l'University College de Londres, explique comment contrôlerait tout notre système alimentaire Bay-Santo. Ils veulent que les agriculteurs d'acheter tout ce qu'ils ont besoin d'une entreprise. A partir d'OGM, les semences et les pesticides comme leurs principaux produits, Bay-Santo offrira également des engrais, du matériel numérique et les machines agricoles.

Leur promesse: de meilleurs résultats si vous obtenez tout d'une source. Ce qu'ils ne disent pas: les agriculteurs dépendent d' une entreprise, et si elle fait monterles prix, les agriculteurs seront laissés sans choix.

Alors que les entreprises fusionnées, Bay-Santo trouvera de nouvelles façons de profiteur en faisant la nature stérile, par le génie des semences génétiquement modifiées qui ne peuvent pas produire de nouvelles semences dans la prochaine génération (hybrides) et qui sont résistantes au glyphosate désherbant. Le résultat: monocultures (aussi connu comme déserts verts) et de la nourriture empoisonnée.

La conclusion de la recherche est écrasante. La fusion proposée entre Bayer et Monsanto doit être bloqué, même sous la juridiction étroite du droit européen de la concurrence. Elle interdit la concentration du marché par quelques entreprises.

Lorsque nous avons reçu les résultats que nous avons présenté immédiatement la recherche comme un dossier officiel au processus de fusion. Maintenant, nous devons nous assurer que le commissaire Vestager entend la voix de milliers de consommateurs européens appelant sur elle pour arrêter la fusion. Nous lui avons fourni de bons arguments. Maintenant, nous allons montrer son pouvoir du peuple.

Pétition: Inscrivez -vous contre le géant agro-Bay-Santo

Notre communauté se bat contre Monsanto pendant deux ans sur le glyphosate et nous faisons des progrès. Certains disent que Monsanto et Bayer planifient cette fusion si Monsanto et tout c'est mauvaise presse « disparaissent ». Nous leur avons montré ce qui se passe lorsque les citoyens unissent leurs forces et prendre position. Nous savons qu'ils sont inquiets de ce que nous pouvons faire.

Aujourd'hui, nous avons une autre chance de leur montrer que nous allons continuer à se battre pour des solutions durables pour notre agriculture, l'alimentation saine et protection de l'environnement.

Avec espoir,

Doina (Bucarest), Jörg (Lübeck), Julia (Varsovie), Olga (Bologne), Virginie (Madrid), et le reste d' entre nous à WeMove.EU

PS: Les universitaires concluent la fusion est très susceptible de « conduire à des risques importants pour la sécurité alimentaire, la biodiversité ... [et] les risques pour les prix alimentaires abordables, de haute qualité de la nourriture, la variété et l'innovation ». Ensemble , nous pouvons arrêter la fusion.

 

Les références:

[1] Rapport de recherche Baysanto Résumé, https://www.wemove.eu/sites/wemove.eu/files/baysanto_repo...

[2] Nos partenaires sont: Les Amis de la Terre Europe, SumOfUs et FoodandWater l'Europe

WeMove.EU est un mouvement citoyen, campagne pour une meilleure Europe; pour une Union européenne est engagée à la justice sociale et économique, la durabilité environnementale et la démocratie dirigée par les citoyens. Nous sommes des gens de tous les horizons de la vie, qui appellent l'Europe notre maison que nous sommes nés en Europe ou ailleurs. Pour résilier votre abonnement de WeMove.EU, s'il vous plaît cliquer ici.

WeMove.EU est financé par des dons de la communauté à travers l'Europe. Pouvez-vous puce avec quelques euros par mois et aider à vous assurer que nous pouvons aller vite pour gagner les campagnes qui comptent pour nous tous? Faire un don

Suivre sur Twitter | Comme sur Facebook |

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

24/10/2017

Les orties : une infinité d’utilisations pour votre santé selon Mme M. Treben et santé , Nature, innovation...

 

L'herboriste autrichienne Maria Treben, auteur du best-seller international « La pharmacie du Bon Dieu », a consacré l'un de ses principaux chapitres à l'ortie. [1] C’est sa plante préférée, explique-t-elle. 

Etrangement, elle oublie les problèmes de prostate et évoque à pleine les rhumatismes. 

Pour elle, l'ortie est avant tout une plante purificatrice, riche en minéraux et en fer, et donc capable de lutter contre la fatigue. Elle aide également à combattre les maladies du foie, les problèmes de circulation sanguine et une foule d'autres maladies (tumeurs, crampes, sciatique ...). 

Maria Treben recommande une cure de désintoxication chaque année au printemps, pendant quatre semaines, avec un maximum de deux litres et demi de tisane d'ortie à boire tout au long de la journée.  

Ce remède de Maria Treben est toujours d’actualité. Et, comme les tisanes d’ortie sont toujours un peu fades, je vous conseille d’ajouter quelques feuilles de menthe ou de camomille pour relever le goût. Vous verrez, c’est délicieux. [1] 

Comment utiliser les orties pour stopper la chute des cheveux

L'ortie est aussi particulièrement connue pour la croissance des cheveux, et Maria Treben elle-même lui a attribué ses cheveux forts, brillants et sans pellicules. 

Maria Treben, la mère de l’herboristerie moderne



Pour préparer votre shampoing chez vous, il suffit de laisser infuser une poignée de feuilles d'ortie séchées dans un demi-litre d'eau bouillante. Couvrez et laissez reposer toute la nuit avant de filtrer. 

Ajoutez ensuite 150g de savon liquide et une demi-cuillère à café d'huile végétale d'amande douce. Versez le mélange dans une bouteille et vous avez votre shampoing.  

Secouez bien la bouteille avant chaque utilisation et n’hésitez pas à vous masser le cuir chevelu pour que le shampoing soit encore plus performant. [2] 

Petites astuces : si vous avez de l'huile d'argan ou de l'huile de noyau d'abricot, c’est encore mieux. Vous pouvez également ajouter au mélange environ 50 gouttes d'huile essentielle de lavande ou de cèdre "bio". 



 

Santé, nature, innovation.

23/10/2017

Films sur la transition écologique...

 
Bonjour, 

Cet été, Greenpeace a organisé un festival de documentaires en ligne présentant gratuitement 28 films dans différents domaines : écologie, alimentation, climat, biodiversité, énergies, etc…
A l’issue des votes du public, 7 films ont été retenus pour la finale.
 
A partir d’aujourd’hui et jusqu’au 29 octobre, les films finalistes sont visibles sur cette page : http://greenpeacefilmfestival.org
 

18/10/2017

L'humain avant le profit, pétition selon Some of Us.org.

 
 
 

Monsanto trafique les études sur le glyphosate

 

Alors que 7 Français sur 10 déclarent être pour l'interdiction du glyphosate pour tous les usages, y compris agricoles, nous ne pouvons nous permettre aucune cacophonie, aucun délai, aucune condition. La position de la France doit être claire et ferme : non au glyphosate, maintenant!

Dites au Président de la République de rejeter la terrible proposition de la Commission Européenne au sujet du renouvellement de la licence du glyphosate pour 10 nouvelles années. Nous voulons une interdiction immédiate!

En raison des règles de vote de l'UE, l'opposition de l'Allemagne, de la France et de l'Italie suffirait à bloquer la proposition de la Commission concernant le glyphosate. Aussi, même si d’autres gouvernement ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils soutiendraient le renouvellement de cet herbicide toxique, nous pouvons encore gagner. La France a une lourde responsabilité.

En 2015, une importante étude du Centre international de Recherche sur le Cancer classait le glyphosate parmi les cancérogènes probables pour l’homme. Aujourd’hui, pas un jour ne se passe sans qu’un scandale impliquant le pesticide de Monsanto éclate quelque part dans le monde, obligeant le géant de l’agrochimie à tout mettre en œuvre pour éviter les répercussions sur son image.

Il y a peu, des dizaines de courriels internes, diffusés dans le cadre d'une poursuite contre la multinationale, révélaient la collaboration entre Monsanto et un cabinet d'experts-conseils mandaté pour inciter la revue scientifique Critical Reviews in Toxicology à publier un prétendu rapport «indépendant» concernant les effets du glyphosate sur la santé. Et cette semaine, Le Monde révèle comment la firme manipule les agences de réglementation pour éviter que le glyphosate soit classé cancérogène. 

SIGNER LA PÉTITION

Some of us

 
 
 
 
 

15/10/2017

Les E.G.A. (Etats Généraux de l'alimentation) vont-ils garantir une alimentation saine et accessible à tous?

En juillet dernier, le gouvernement a lancé les Etats Généraux de l'Alimentation (EGA), promesse électorale du candidat Mr Macron. Le processus, écrit l'Association Greenpeace dans son journal La Bannière, se présente comme participatif (réunions publiques, ateliers thématiques...) et l'ensemble des acteurs de la filière sont appelés à contribuer à cette réflexion, notamment les agriculteurs, les associations de consommateurs, les tenants de la grande distribution.

Il s'agit tout d'abord de répartir plus équitablement la valeur de l'ensemble de la chaîne de production, en rémunérant mieux les agriculteurs. Selon la MSA en effet, en 2016 un agriculteur sur deux a gagné moins de 360 euros par mois! C'est évidemment une situation qui ne peut pas durer: tous les 3 jours il y a des suicides dans la profession. Il est également question de promouvoir une alimentation durable et de qualité. Au total, 14 ateliers thématiques sont prévus sur des sujets liés à ces questions.

A priori, la démarche paraît salutaire. Toutefois, le gouvernement ne s'est pas encore engagé sur ce qu'il ferait des résultats des discussions. De plus, des consultations lancées sur Internet ne sont pas assurées de déboucher sur du concret. Un plan d'investissement de 5 milliards pour l'agriculture avait, certes, été promis pendant la campagne, mais beaucoup se questionnent sur les soutiens qui seront réellement apportés.

Pourtant, un changement profond du modèle agricole est nécessaire, car il fait passer les profits des grands groupes avant la santé publique et les revenus des petits paysans. Les produits chimiques que les industriels continuent à diffuser polluent les cours d'eau, les sols et l'air, tout en aggravant le dérèglement climatique et nuisant à la biodiversité. des crises se sont enchaînées: salmonellose, listériose, grippe aviaire, oeufs au fipronil...

L'agriculture écologique paraît la meilleure solution, car elle ne contamine pas l'environnement. Elle permet aussi aux agriculteurs, ajoute le journaliste de Greenpeace, d'être maîtres de leur production et de garantir des produits sains. En 2016, les ventes de produits bio ont bondi de 20% par rapport à 2015. Les agriculteurs créent chaque jour en France 21 nouvelles fermes écologiques, car ils ne s'y trompent pas.

Soutenons donc cette dynamique d'EGA en accordant des aides aux agriculteurs qui franchissent le pas! Tandis que la FNAB (Fédération Nationale de l'Agriculture Biologique) demande une augmentation importante des aides, le gouvernement s'est contenté jusqu'ici d'annonces "à minima". Cela semble à contre courant du but affiché de ces Etats Généraux de l'Alimentation.

Faisons donc connaître autour de nous cette initiative nouvelle. Indiquons nos attentes sur Internet en profitant de la consultation nationale. Saisissons également le gouvernement via nos associations de consommateurs, par voie de presse ou sur les réseaux sociaux par exemple, et faisons pression sur lui en affirmant notre soutien à cette initiative de changement profond et urgent qui vise un nouveau modèle agricole. Il faut que des résultats tangibles sortent de ces EGA pour nos agriculteurs. Pour approfondir le sujet ou répondre à la consultation nationale, consultez les sites Internet: 

https://www.egalimentation.gouv.fr ou https://www.egalimentation.gouv.fr/projects ou encore agriculture.gouv.fr/mots-cles/etats-generaux-de-lalimentation.
Lyliane
 
Lyliane 

 

12/10/2017

Information de Pollinis à propos des pesticides tueurs d'abeilles...

 
 

Chère amie, cher ami,

C’est une bataille au coude à coude contre l’agrochimie qui est en train de se jouer à Bruxelles, et j’ai besoin de savoir très rapidement si je peux vous compter dans nos rangs pour défendre les abeilles et la nature.

A force de tirer la sonnette d’alarme, de mobiliser des centaines de milliers de citoyens en Europe, et de marteler notre message pour dénoncer les effets mortels des pesticides néonicotinoïdes sur les abeilles et les pollinisateurs sauvages, de bureau en bureau au Parlement européen…

… Nous avons réussi à obtenir le dépôt d’amendements précieux qui imposeraient l’interdiction nette et définitive des pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles en Europe.

Une victoire historique pour tous ceux qui se battent depuis des années pour défendre les pollinisateurs et l’avenir de la chaîne alimentaire face aux bénéfices à court terme de l’agrochimie – mais qui pourrait être réduite à néant dans les semaines à venir si nous laissons le champ libre à leurs puissants lobbies.

C’est grâce aux 155 000 citoyens qui ont interpellé leurs députés européens ces dernières semaines, et aux donateurs fidèles de POLLINIS qui nous permettent d’accomplir, mois après mois, tout le travail nécessaire pour défendre efficacement les abeilles auprès des institutions européennes, que nous avons déjà pu atteindre cette première victoire d’étape. Un grand merci pour cela !

Aujourd’hui, POLLINIS sonne le rassemblement : nous devons absolument réunir toutes nos forces pour faire barrage aux lobbys qui veulent torpiller nos amendements !

Notre petite équipe ne bénéficie certes par des millions d’euros dont regorgent les grands cabinets de lobbying qui défendent les intérêts de l’industrie agrochimique : mais notre conviction et notre ténacité à défendre coûte que coûte la voix des citoyens qui refusent qu’on sacrifie impunément les abeilles, la biodiversité et l’ensemble de la chaîne alimentaire, nous permet d’accomplir petit à petit un travail qui rapporte ses fruits.

Grâce à l’aide précieuse de toutes les personnes qui soutiennent notre association, nous pouvons :

*** surveiller de près les instances d'homologation des pesticides : comme nous l'avons fait avec le Sulfoxaflor il y a deux ans – ce pesticide nouvelle génération nocif pour les abeilles que l'agrochimie voulait imposer en catimini, avec la complaisance de l'UE - nous assurons une veille permanente pour déjouer, dénoncer et tuer dans l'œuf toute tentative de l'industrie d'imposer de nouvelles molécules nocives pour les abeilles, la nature ou la santé ;

*** développer une cellule de contre-lobbying, au plus près des institutions, pour surveiller les mouvements des lobbies, et exercer une influence citoyenne permanente sur les décideurs politiques et les technocrates européens ;

*** maintenir la pression sur les élus, européens et nationaux, pour leur rappeler sans cesse qui sont leurs électeurs : ils tirent leur légitimité et leur mandat des citoyens qu'ils sont censés représenter, et nous devons faire en sorte qu'ils ne l'oublient pas un seul instant ;

*** utiliser tous les recours juridiques et institutionnels possibles en faisant travailler des juristes, des avocats et des experts pour faire valoir le droit des citoyens à protéger leur environnement, leur santé et leur alimentation face aux attaques à répétition de l'industrie ;

*** diffuser massivement l'information pour dénoncer de nouveaux scandales, révéler les manœuvres des lobbies sur les institutions, alerter les médias et les citoyens de toute l'Europe sur les menaces imminentes qui pèsent sur leur santé ou leur sécurité alimentaire ;

Personne ici ne compte son temps ou ses efforts pour assurer tout ce travail indispensable pour contrecarrer le plus efficacement possible l’influence des lobbies sur les décisions européennes.

Et le dernier scandale des « Monsanto papers » l’a montré : ils ont vraiment leurs pions partout, même au cœur des autorités sanitaires censées les contrôler !

C’est pour ça que je suis si fier de la victoire que nous venons d’obtenir au Parlement européen : malgré les pressions gigantesques de la part de l’agrochimie, nous avons réussi à convaincre les députés de choisir de protéger les abeilles, et l’avenir alimentaire de toute la population, plutôt que les profits à court terme de ces multinationales.

Mais ne nous berçons pas d’illusions : avec les sommes gigantesques qui sont en jeu (on parle de plusieurs milliards d’euros de profit), l’agrochimie ne va pas laisser faire interdire l’un de ses produits les plus rentables sans réagir.

Les députés vont être amenés à voter le texte avec les amendements dans un mois – le 9 novembre exactement. D’ici là, nous devons mettre en place un plan de bataille en béton armé pour les empêcher de saboter les amendement pour une interdiction que nous venons de décrocher de haute lutte.

Ce plan de bataille est simple – mais de sa mise en place, ou non, dépend la survie de millions d’abeilles et de pollinisateurs sauvages en Europe :

1 >>> Mobilisation continue des citoyens pour maintenir une pression soutenue sur les députés européens.Actuellement, 155 000 personnes ont participé à notre campagne pour exhorter les députés européens à voter les amendements interdisant les tueurs d’abeilles : nous devons doubler, voire tripler ce chiffre dans les prochaines semaines, pour que notre pression sur les députés soit plus forte que celle de l’agrochimie, et qu’ils ne fassent pas machine arrière !

2 >>> Multiplier les rencontres avec un maximum de députés européens, dans leurs bureaux, comme nous l’avons fait déjà les derniers mois, pour prendre le temps de les convaincre, un par un, de ne pas céder aux chantages des lobbies de l’agrochimie, et de soutenir, au moment du vote, les amendements interdisant les tueurs d’abeilles.

3 >>> Faire intervenir les scientifiques directement auprès des députés, en organisant un ou plusieurs évènements au Parlement européen avec des spécialistes des produits phytosanitaires ou des pollinisateurs, pour appuyer notre argumentaire et leur montrer l’urgence d’agir immédiatement pour préserver les abeilles.

Une nouvelle étude de grande ampleur vient de sortir, qui apporte de nouvelles preuves de la toxicité sans précédent des pesticides néonicotinoïdes. Pour les scientifiques, le doute n’est plus permis :

 « Les néonicotinoïdes et le fipronil représentent une menace majeure pour la biodiversité et les écosystèmes. Ils menacent tous les services écosystémiques à l’échelle de la planète. »

« De nouvelles informations sur les effets mortels et sublétaux des néonicotinoïdes confirment la grande toxicité de ces produits pour les abeilles. »

« Chez les abeilles mellifères, ils ont pour effet, entre autres, de modifier l’expression des gènes liés au système immunitaire, et ont des effets neurologiques qui perturbent le sens de l’orientation et la thermorégulation. »

Les autorités européennes ne peuvent plus faire semblant d’ignorer ces signaux d’alarme !

C’est un travail gigantesque qui nous attend pour le mois à venir. Mais nous sommes tous prêts, ici à POLLINIS, à nous lancer dans cette bataille avec passion et enthousiasme :

nous n’avons jamais été aussi près d’en finir avec les tueurs d’abeilles, c’est maintenant ou jamais qu’il faut mettre toutes nos forces dans l’action !

Vous le savez, notre association garantit sa totale indépendance en refusant tout financement public ou de grosse entreprise. Tout notre travail repose entièrement sur la générosité et l’engagement des donateurs de POLLINIS - et nous prenons grand soin à ce que chaque euro soit bien utilisé.

C'est grâce à nos donateurs, et uniquement grâce à eux, que l'équipe de POLLINIS peut mener ses actions au jour le jour, à Paris et à Bruxelles. Sans eux, nous n'aurions jamais été capables de développer l’expertise et l'expérience du contre-lobbying nécessaires pour obtenir le dépôt d’un amendement anti-tueurs d’abeilles au Parlement européen !

Aussi je me permets de vous demander à vous aussi : pouvez-vous SVP nous aider, par une contribution du montant de votre choix, à financer le plan de bataille que nous devons mettre en place dans l’urgence pour nous assurer que les députés voteront bel et bien l’interdiction des tueurs d’abeilles ?

Vous pouvez nous aider à hauteur de 10 euros, 20 euros, 30 euros, 50 euros, 100 euros, 200 ou 500 euros ou même plus – il n’y a pas de prix au sauvetage des abeilles. Ce qui compte, c’est qu’un maximum de personnes apportent leur soutien à notre action pour contrecarrer l’influence des lobbies sur les décisions européennes, et qu’ensemble on mette fin à plus de vingt ans de massacre des abeilles au profit de l’industrie agrochimique !

Cette victoire cruciale que nous venons d’obtenir au Parlement européen est la preuve que lorsque les citoyens s’organisent, efficacement et massivement, ils peuvent reprendre la main sur les décisions démocratiques – malgré les tractations des lobbies et les moyens gigantesques déployés par l’agrochimie pour influencer les décideurs européens…

… Mais si cette victoire n’est pas suivie d’un plan de bataille précis et concret, mené de manière ordonnée et professionnelle, alors une chose est certaine : l’industrie agrochimique finira par reprendre la main, et toute notre action n’aura été qu’un coup d’épée dans l’eau.

Ne laissons pas les députés faire machine arrière : aidez-nous, par votre don, à mener cette bataille jusqu’au bout, pour obtenir l’interdiction nette et définitive des pesticides tueurs d’abeilles en Europe !

je fais un don

Un grand merci par avance pour votre engagement.

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général