Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2017

Etats Généraux de l’Alimentation ...


Les organisations de la société civile interpellent le président de la République sur les conditions et enjeux des débats

Paris-le 19/07/17 : À la veille de l’ouverture des États Généraux de l’Alimentation, 39 organisations de la société civile saluent l'initiative d'Emmanuel Macron d'ouvrir le débat sur les questions de l'alimentation et de l'agriculture. Elles rappellent néanmoins que certaines priorités essentielles manquent pour l’instant à l’appel afin d’assurer le succès de cette initiative. Le président de la République doit les prendre en compte et les annoncer dès le lancement des États Généraux ce jeudi 20 juillet. 

Engager une phase de négociations politiques
Tout d'abord, il faut clarifier la finalité de ces États Généraux. Au-delà des deux phases d'ateliers thématiques, il convient de prévoir et d'annoncer dès le lancement la tenue d'une phase 3 de négociations politiques. Cette phase permettra d'arbitrer sur les sujets transversaux et les dissensus issus des différents ateliers. Cette troisième phase doit également viser à donner une cohérence aux politiques publiques aussi bien entre politiques sectorielles qu’entre les différentes échelles (nationale – européenne – internationale). Nous ne pouvons en effet pas réorienter la politique alimentaire en France sans prendre en compte ses impacts sur les autres pays (du sud en particulier) et sans une refondation de la Politique agricole commune.

Intégrer des enjeux cruciaux, absents des débats
De plus, certains sujets sont pour l’instant absents des ateliers. Il est urgent d’y intégrer : 
-         La santé environnementale. Le lien entre alimentation et santé n'est plus à démontrer. La question de la santé des travailleurs agricoles, des riverains et des consommateurs finaux ne doit plus être un sujet tabou.
-         L'adaptation aux changements climatiques, phénomène majeur auquel fait déjà face la profession agricole, et qui devrait être un enjeu structurant de ces États Généraux s'il s'agit bien de préparer l'avenir.
-         La fiscalité agricole et les droits sociaux des paysans. La politique fiscale oriente fortement le mode de développement des fermes. De plus, le droit au revenu paysan est une priorité.
-         La préservation et la répartition équilibrée du foncier qui est pourtant une thématique incontournable, étant à la base du processus de production agricole et garantissant le renouvellement des générations. 
-         La préservation de l’environnement marin, de ses ressources halieutiques et le développement d’une pêche durable. 
-         La démocratie agricole et alimentaire. L'ouverture des décisions agricoles, alimentaires et territoriales aux citoyens et à la société civile organisée permettra de jeter les bases d'un modèle agricole réellement soutenu par la société.

Assurer la mobilisation citoyenne
Enfin, nos organisations rappellent que la consultation publique, organisée dans le cadre des États Généraux de l’Alimentation, doit permettre une participation large du public. Or, pour l’instant, ces consultations sont prévues en plein été et à la rentrée, un phasage qui rend difficile leur organisation et la participation du grand public. En particulier, les objectifs et le traitement de cette consultation, encore inconnus, devraient être précisés demain.
 
 
L’ensemble de ces éléments doit être pris en compte dans les derniers arbitrages concernant l'organisation des États Généraux de l'alimentation afin de garantir leur ambition, leur succès et la mobilisation des citoyens.

Organisations signataires

ActionAid France, Action contre la faim, Agir pour l’Environnement, Association française des diététiciens et des nutritionnistes, Amis de la Terre, ATTAC, BLOOM, CCFD Terre solidaire, CIWF France, Club Experts Nutrition et Alimentation, Coordination SUD, Crid, FADEAR – Réseau de l’agriculture paysanne, Fermes d’avenir, Filière paysanne, Fédération artisans du monde, Fédération des Associations pour le Développement de l’Emploi Agricole et Rural, Foodwatch France, FNAB, France Nature Environnement, Fondation pour la Nature et l’Homme, Générations Futures, Greenpeace France, Miramap, Mouvement de l’agriculture bio-dynamique, Plateforme de la Petite Pêche Artisanale Française, Plate-forme pour le commerce équitable, Oxfam France, Réseau Action climat, Réseau CIVAM, Réseau Cocagne, Réseau environnement santé, SOL alternatives agroécologiques et solidaires, Terre de Liens, Terre et Humanisme, TFT France, Union nationale de l’apiculture française, WECF France, WWF France


Contacts presse : 
Greenpeace : Cécile Cailliez, 06 13 07 04 29
Réseau Action Climat : Cyrielle Denhartigh, 06 10 81 59 59  
CCFD-Terre Solidaire : Sophie Rebours, 01 44 82 80 64 / 07 61 37 38 65
WWF Marielle Chaumien 06 15 39 24 95
France Nature Environnement, Camille DORIOZ; 01 44 08 64 14 
Agir Pour l'Environnement : Mathias Chaplain, 06 82 33 81 26
CIWF France : Claire Hincelin. 06 26 07 55 43

-- 

Magali Jacques

Animatrice de projets

Mouvement interrégional des AMAP

58 rue Raulin, 69007 Lyon

04 81 91 60 51 / 06 18 99 77 80

www.miramap.org

 

signature campagne


 

 




_______________________________________________
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 

16/07/2017

A propos du "Collège aux pieds nus" crée par Mr SANJIT BUNKER ROY en INDE...

Dans l'ouvrage paru en collection Pocket sous la direction de Mr Matthieu Ricard et de Mme Tania Singer "Vers une société altruiste", qui retranscrit la rencontre historique du Dalaï Lama avec des scientifiques et des économistes, j'ai été particulièrement intéressée par un chapitre entier consacré  au "Barefoot Collège" ou "Collège aux pieds nus". Je m'étonne même de n'en avoir jamais entendu parler jusqu'ici tant ce modèle éducatif et innovant est révolutionnaire et porteur de renouveau. La vocation de cette institution indienne, crée par Mr Sanjit Bunker Roy, éducateur et entrepreneur social, est en quelque sorte d'exploiter la sagesse ancestrale et les compétences innées des villageoises et villageois de son pays non instruits dans des écoles traditionnelles.

Ce fils d'une famille faisant partie de l'élite indienne, ayant effectué des études prestigieuses et dont l'avenir semblait tout tracé, a côtoyé pendant deux semaines des villageois du Bihar victimes de famine et il en est revenu transformé. En effet, il s'est aperçu sur place des vastes connaissances pratiques de villageois illettrés qu'on croyait inaptes à s'en sortir par eux-même. Il décida alors de partir pour le Rajasthan comme simple ouvrier non qualifié pour y creuser des puits. Cela mécontenta fortement sa famille. Il eut également du mal à persuader les communautés villageoises de son engagement sincère à leurs côtés. Le système conventionnel de l'Inde empêchait son environnement de comprendre son choix de vie. Chez nous aussi, j'imagine qu'un semblable retournement pourrait paraître surprenant de la part de fils et de filles de familles aisées...

En 1972, Mr Sanjit Roy fonda le Collège aux pieds nus au Rajasthan. Puis, après quelques années de fonctionnement, il créa le Campus de son Collège  en 1986 à Tilonia. Celui-ci fonctionne uniquement grâce à l'énergie solaire. Y enseignent des volontaires issus de villages, capables de travailler de leurs mains et de respecter les compétences existantes dans les membres des communautés villageoises. C'est l'une des rares institutions mondiales qui partage le style de vie et les méthodes de travail du Mahatma Gandhi. Par exemple, personne ne gagne plus de 110 euros par mois, car Mr Sanjit Roy ne veut pas du modèle économique actuel qui fonctionne partout: c'est à dire du haut vers le bas. L'exemple est donné au contraire par quelques personnes de la base qui viennent pour y travailler. Pas besoin de savoir lire ou écrire pour devenir ingénieur solaire, architecte ou médecin! Car le défi de ce Collège est de valoriser les compétences et les capacités à se développer par eux-mêmes des habitants. Tout est discuté démocratiquement par les élèves qui ont formé au sein de l'école un Parlement des enfants avec même un Premier Ministre...

A ce jour, on constate que des villageoises et villageois dans 225 écoles de ce genre dans 6 Etats du pays sont formés pour travailler, le soir après leur journée de travail aux champs, sur des ordinateurs et pour développer des savoirs pratiques. Les spectacles de marionnettes et les spectacles de rue traditionnels sont encouragés pour transmettre des messages sociaux essentiels. Quatre femmes illettrées ont par exemple fabriqué un cuiseur solaire parabolique qui fournit des repas à plus de 1000 enfants. Vendus dans les villages à des prix modiques, ces cuiseurs épargnent le bois et le pétrole qui servaient à la cuisson d'autrefois. Un prêtre hindou a fabriqué et installé tout leur système énergétique. Depuis, 600 villages à travers le pays bénéficient à moindre coût de l'énergie solaire.

En 2001, le Collège aux pieds nus et le Parlement des enfants ont remporté le World's Children's Honorary Award  pour l'éducation des filles. C'est une jeune fille de 12 ans, en tant que Premier Ministre du Parlement, qui est allée en Suède recevoir le prix. Le modèle du Collège aux pieds nus s'est exporté tout d'abord au Ladakh, puis en Afghanistan en 2005/2006. Il repose là-bas exclusivement sur le savoir faire des femmes. En 6 mois, avec des moyens modestes, 100 villages ont été équipés en énergie solaire. Ensuite, ce sont des femmes africaines qui sont venues pour 6 mois se former en Inde. Elles sont originaires de 30 pays différents et s'initient à ces méthodes simples, transposables partout. Elles communiquent par signes, car elles ne parlent pas la même langue, mais elles se comprennent en travaillant de leurs mains. 

En bref, un merveilleux exemple de ce qu'il est possible de faire dans des pays pauvres à peu de frais. C'est un formidable espoir de changement dans les pratiques et surtout dans le regard que nous portons sur les êtres humains. Car faire faire des études poussées aux élites de ces pays fait que ces gens là se sentent supérieurs, ne raisonnent plus qu'en terme d'argent et désertent bien souvent leur pays d'origine... Quand ils prennent les rênes de leur pays, ils ont souvent bien du mal à ne pas se laisser corrompre.

Développer la qualité de vie des villages au contraire semble une solution pratique qui réussit. Des ONG de terrain existent et vont déjà dans ce sens. Ce ne sont pas des multinationales aux frais généraux pharaoniques! Une société plus coopérative, plus altruiste et soucieuse du bien commun est déjà en route. Soutenons ses efforts et laissons nous inspirer par cet exemple réjouissant!

Pour en savoir plus, consulter par exemple sur Internet: 

www.unesco.org/education/highlights/pied_nus.html
 
Lyliane 

 

06/07/2017

Lettre ouverte à Angela Merkel: pouvez-vous nous aider à atteindre un million?


 
 
 
 
 
 


Bonjour,

Si vous êtes convaincu(e) qu'il faut agir vite contre le changement climatique, rejoignez cette lettre ouverte appelant Angela Merkel à isoler Trump lors du sommet du G20, en poussant les 19 autres pays à s'engager à passer à 100% d'énergies propres!

Rejoignez-moi et diffusez tout autour de vous:
https://secure.avaaz.org/campaign/fr/lettertomerkel/?tgcAWcb&v=500327432&cl=12852626601&_checksum=8983e764032cbd941df45e2dc9e6f688c36a3dba88bfcea0d254c5d14777951b

Et voici le message d'origine:

--

Chères amies, chers amis,

Trump va tenter de prendre en otage le sommet des 20 pays les plus puissants du monde afin de mener une attaque en règle contre notre planète et l’Accord de Paris sur le climat.

À moins qu’Angela Merkel ne l’en empêche.

Elle est l’une des dirigeantes les plus impliquées dans la lutte contre le changement climatique de notre génération et pourrait isoler Trump, avec un plan de 100% d’énergies propres pour les 19 autres pays du sommet. Mais elle a besoin de se sentir massivement soutenue par le grand public avant de prendre cette initiative historique. Signez la lettre ouverte à Angela Merkel, puis partagez-la largement -- nous n’avons que quelques jours pour atteindre un million de signatures, et Avaaz la diffusera dans les plus grands médias allemands à la veille du sommet!

JE SIGNE
https://secure.avaaz.org/campaign/fr/lettertomerkel/?tgcAWcb&v=500327432&cl=12852626601&_checksum=8983e764032cbd941df45e2dc9e6f688c36a3dba88bfcea0d254c5d14777951b

Le mouvement international Avaaz a mis tout son coeur et son énergie pour obtenir l’Accord de Paris. Aujourd’hui, il est l’heure de nous rassembler de nouveau pour le défendre, et avec lui l’avenir de l’humanité toute entière. Rejoignez cette campagne et faites-la suivre à tout le monde autour de vous.

Avec espoir et détermination,

Christoph, Bert, Patricia, Camille, René et toute l’équipe d’Avaaz

25/06/2017

Des kilowatts citoyens dans les Préalpes d'Azur (06)...

Cet été 2017 devrait voir le jour le premier projet maralpin de production d'électricité renouvelable, financé et porté par des citoyens. Ils sont au total 38 sociétaires, dont la commune de St Jeannet (06), à avoir déboursé entre 100 et 5000 euros pour financer l'installation de 190 m2 de panneaux solaires photovoltaïques sur la toiture de Montagn'habits à St Auban, dans le Parc Naturel Régional des Préalpes d'Azur (PNR). Les sociétaires habitent pour la plupart la région que ce soit à Grasse, Pierrefeu ou Mouans-Sartoux, écrit Mme Anne-Gaëlle Richard-Truong dans l'édition spéciale du supplément de La Strada, destiné à donner un coup de pouce au magazine indépendant Ressources. 

Cet équipement produira 32 500 kwh par an, soit les besoins en électricité de 13 foyers environ. L'énergie produite sera revendue à EDF ou à Enercoop et l'argent collecté sera reversé à la Société Coopérative d'Intérêt Collectif PEP2A. Mr Augustin Gamot, chargé de mission Energie au PNR, explique que "le but est surtout d'initier le territoire à une philosophie coopérative et à faire oeuvre pédagogique par des réunions et des visites". On peut souligner également une incitation probable aux économies d'énergie, une création d'emplois locaux et la protection de notre environnement avec cette énergie renouvelable. Les investisseurs particuliers récupéreront bien entendu ultérieurement leurs fonds versés et même d'éventuels dividendes...

Pourquoi ne pas imaginer d'autres projets semblables dans notre pays avec des investissements citoyens ou des collectivités et des locations de toitures (environ 2 euros par m2 et par an)? En France, grâce à Energie Partagée, une trentaine d' initiatives de production d'énergie renouvelable fleurissent depuis quelques années que ce soit en s'appuyant sur les énergies du soleil, du vent, de l'eau ou du méthane. Mais elles sont encore peu connues et font pâle figure si on les compare à ce qui se passe en Allemagne par exemple, où plus de la moitié de la capacité de production d'énergies renouvelables appartient aux habitants...

Pour en savoir plus ou pour prendre contact, joindre sur Internet: www.pep2a.fr .

Lyliane

21/06/2017

Plus que 6 jours pour dire NON à l’EPR !

 
 
 
 
 
 
PLUS QUE 6 JOURS POUR DIRE NON À L’EPR !
Plus que 6 jours pour dire NON à l’EPR !
 
 
Depuis 2005, L’Autorité de Sûreté Nucléaire savait que les procédures de fabrication de la cuve de l’EPR de Flamanville comportent de graves manquements. Or, la cuve est une pièce maîtresse d’un réacteur nucléaire. L’ASN avait à l’époque averti EDF et Areva des risques encourus, mais ces derniers ont tout de même lancé sa construction.

Le gendarme du nucléaire doit rendre un avis définitif sur la question en septembre prochain mais subit une pression considérable de la part d’EDF, d’Areva, de l’État français et même de la Commission Européenne dans l’optique de faire homologuer cette cuve défectueuse. C’est dans 6 jours que se réunit le prochain groupe d’experts mandaté par l’ASN.


Empêchons les intérêts de l’industrie nucléaire de
l’emporter sur la sécurité de chacun.e d’entre nous,
interpellons l’ASN pour qu’elle refuse d’homologuer cette cuve !
 Je signe la pétition 

10/06/2017

Usine de St Florentin dans l'Yonne: la wagabox du futur!

Dans le journal gratuit 20 minutes, Mr Fabrice Pouliquen souligne l'initiative de Mr Mathieu Lefebvre, ancien de la société d'Air Liquide, cofondateur et Président de Waga Energy, qui a participé à la création de cette start-up grenobloise, laquelle se trouve à l'origine de l'usine de St Florentin. Cette usine de 200 m2, installée dans l'Yonne, purifie le biogaz dégagé par le stockage des déchets et le réinjecte dans le réseau de gaz naturel. Elle prévoit de fournir 20 GWh de gaz par an, soit la consommation annuelle de 3000 foyers ou d'une centaine de bus.

Depuis le 14/2/2017, la Wagabox apporte en effet une alternative prometteuse aux installations de biogaz actuelles et combine deux procédés: une filtration par membranes pour séparer le CO2 et le méthane et ensuite une distillation cryogénique capable de séparer le méthane de l'azote et de l'oxygène. Le premier prend la direction du réseau de GRDF et les seconds sont rejetés dans l'air. "C'est de l'économie circulaire et locale", affirme Mr Lefebvre.

Deux autres Wagabox seront ouvertes prochainement: une dans l'Oise et une dans le Gers. La start-up grenobloise (Meylan) envisage également un rayonnement à l'international d'ici à 2025. Mr Olivier Théobald, ingénieur de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'énergie, souligne le fait qu'avec cette innovation, on évite à la fois pollution et gaspillage. Le méthane en effet est un puissant gaz à effet de serre. Récupéré ainsi grâce à cette Wagabox, il servira plutôt à se chauffer ou à cuisiner...

Nous avons la chance d'avoir dans notre pays de jeunes ingénieurs compétents et motivés. N'omettons pas de soutenir leurs initiatives et faisons les connaître autour de nous. Pour toute information, contacter le site Internet: www.wagaenergy.com.

Lyliane

20/04/2017

La psychologie énergétique fait son entrée en France !


 

Qu’est-ce que l’EFT ?

L’EFT est une technique qui connecte l’esprit et le corps. On utilise le « tapotage » sur des « points d’acupression » pour aider à juguler des stress ou des traumatismes dont la mémoire s’est imprimée sur nos corps.  Le but est de réduire la souffrance du patient sans avoir à utiliser des médicaments ou des aiguilles d’acupuncture (On n’a pas toujours son acupuncteur sous la main !)

Ainsi, une séance de « tapotage » avec ses doigts peut réduire sensiblement le stress chez certaines personnes, voire améliorer la santé psychique ou soulager des douleurs émotionnelles grâce à l’accompagnement d’un psychologue spécialisé.

Ces techniques sont connues depuis la nuit des temps dans certaines traditions médicales comme en médecine chinoise par exemple.

La véritable nouveauté est que les progrès sont désormais mesurables à la fois grâce aux progrès de l’imagerie cérébrale, des analyses de l’ADN et des capteurs biologiques.

Aujourd’hui, les psychologues sont capables d’évaluer d’une manière plus objective les évolutions positives (ou non) de leurs patients.

Cela permet d’anticiper un temps de thérapie et de voir très vite si les techniques choisies sont bien adaptées à la personne.

Pour autant, cette approche de la psychologie est encore en construction et il est évident qu’il convient de la prendre avec un « bon esprit critique » ainsi que l’a rappelé le psychologue Jean-Michel Gurret, l’initiateur et le modérateur de ces deux journées.

Soigner son aura ?

En écoutant les « psys » américains, je me suis dit que de nombreux psychiatres français devaient être encore très sceptiques voire carrément opposés au développement de ces approches psychologiques.

Le fait que la psychologie énergétique ait été officiellement reconnue en 2012 aux Etats-Unis n’y changera rien : il est évident que l’approche proposée est une révolution thérapeutique et sémantique.

En effet, lorsque l’on écoute la très dynamique « psy » Donna Eden parler de travail sur l’aura [2], de méridiens [3], d’énergie inversée et de triple réchauffeur, son discours paraît obscur, ou en tout cas peu adapté aux oreilles de la médecine européenne 2017.

L’idée que nous avons un corps énergétique, que celui-ci a une intelligence propre et qu’en prendre soin est aussi important que pour le corps physique n’est pas encore à l’ordre du jour officiel !

Et malgré le succès grandissant de la psychologie énergétique, il reste encore de nombreux sceptiques dans le monde scientifique.

Aux Etats-Unis, malgré le droit d’existence reconnu à l’EFT, les débats sur le sujet sont parfois âpres. Les plus récalcitrants estiment que cette approche n’est jamais que le reflet de l’effet placebo.

En France, le débat n’existe pas. L’EFT n’étant pas encore très connue. Mais, si ces thérapies venaient à gagner du terrain, elles seraient probablement combattues.


Annonce spéciale
****************

Soigner (aussi) son corps !

Le stress et les tensions ont des répercussions dramatiques sur notre bien-être psychique, c’est indéniable...mais aussi sur notre système digestif (ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle également “deuxième cerveau” !).

Pour comprendre le fonctionnement de ce deuxième cerveau et comment faire pour en prendre soin au maximum, l’IPSN organise 3 journées de conférences, échanges et ateliers autour du microbiote. La première a eu lieu au mois de février...

Ce fut un immense succès : des oratrices exceptionnelles et un public unanime sur la quantité et la qualité d’informations enseignées lors de cette journée... 

Plus d’informations sur les prochaines Journées du Microbiote ici !

Suite de la lettre :

Et si l’EFT, ça fonctionnait ?

Pour un patient qui a subi de lourds traumatismes et dont la vie n’est plus tenue que par des médicaments aux effets secondaires insupportables, le fait que des scientifiques soient sceptiques face à une thérapie, qui lui semble porter des fruits, ne pèse pas beaucoup.

On pourrait même le menacer, ou menacer son thérapeute, cela ne changerait pas son envie d’essayer une thérapie qui aurait marché avec quelqu’un de son entourage, ayant des symptômes proches des siens.

C’est le cas, par exemple, pour de nombreux vétérans de guerre américains qui ont vécu la guerre d’Irak ou, pour les plus âgés, celle du Vietnam.

Ainsi, l’un des fondateurs de l’EFT, le « psy » Gary Craig, a mené, avec un groupe de psychologues, un travail avec des soldats traumatisés par la guerre [4].

Les résultats de cette expérience ont été très convaincants.

Ces hommes, traumatisés, vivaient dans un stress émotionnel considérable. On le voit dans la vidéo retraçant l’expérience [5]. Au moment où leurs séances commencent : ils tremblent, peinent à s’exprimer, ont le regard hagard.

L’un est alcoolique, l’autre sous antidépresseurs, le troisième ne dort plus : il a des cauchemars. Ils sont en dépression, ont des accès de violence. Leur détresse est totale. Elle les détruit ainsi que leurs entourages.

Ils vont être accompagnés pendant cinq jours par des psychologues qui vont utiliser l’EFT avec eux.

Les résultats de ce travail sont extraordinaires : tous ont vu leur niveau de stress baisser. Ils ont pu dépasser leur traumatisme et reprendre une vie (plus) normale.

Ce n’est qu’une étude clinique et elle ne valide pas l’EFT pour tous. Mais pour ces soldats, comme pour leurs thérapeutes, cette expérience s’est révélée fondatrice. Eux, sont convaincus.

Mais comment objectiver leur vécu ? Comment mesurer les bienfaits de la psychologie énergétique ?

Mesurer les progrès liés aux techniques énergétiques

Cette question taraude tous les « psys » et thérapeutes de bonne foi qui par ailleurs aimeraient disposer d’éléments de mesure pour affiner leur art.

Heureusement, ces dernières années, différents outils ont été développés.

Je vous en présente quatre :

Les échelles de « Cohen’s d »

Il s’agit d’outils statistiques utilisés dans des méta-analyses. Ces études elles-mêmes correspondent à une démarche statistique qui combine le résultat de travaux de recherches sur un sujet donné.


Grâce à cette échelle, il est possible de mesurer l’effet d’un traitement :

>> d = 0,2 pour un faible effet

>> d = 0,5 pour un effet moyen

>> d = 0,8 pour un effet conséquent. (Au-delà, l’effet est très significatif).


Différentes méta-analyses ont montré que l’EFT pouvait avoir un effet (très) significatif sur :

>> l’angoisse [6] (d = 1,23)

>> la dépression [7] (d = 1,31)

>> les traumatismes d’après-guerre [8] (d = 2, 96)

Les niveaux de cortisol

Le cortisol est une hormone secrétée, à partir du cholestérol, par les glandes surrénales (qui sont des glandes endocrines au-dessus du rein).

Lorsque nous sommes stressés, notre cerveau envoie un message aux surrénales pour qu’elles fabriquent davantage de cortisol.

Cette hormone du stress doit être envoyée à des récepteurs pour être efficace. Nous en avons dans tout le corps. Ainsi, face à un dangereux tigre, s’il vous vient l’idée et la volonté de fuir, le cortisol sera envoyé dans les muscles des jambes. Et vous courrez sans plus attendre !

La présence de niveaux plus élevé que la normale de cortisol dans le sang est donc un bon indicateur de stress.

Or une étude a montré que les séances d’EFT était efficace sur la réduction du taux de cortisol chez des patients stressés.

Les chercheurs ont comparé deux groupes. Le premier a suivi une thérapie par la parole, le deuxième une séance d’EFT. Dans le premier groupe, le niveau de cortisol a baissé de 14%, dans le deuxième de 24% [9].

Les ondes du cerveau

Ce sujet à lui seul mériterait une ou deux lettres !

Il faut savoir que le cerveau est traversé par des ondes qui disposent de fréquences propres, on les appelle :


>> alpha : fréquence entre 8 et 12,5 hertz

>> bêta : fréquence de 12 à 45 hertz

>> thêta : fréquence de 4,5 à 8 hertz

>> delta : fréquence jusqu’à 4 hertz

>> gamma : fréquence autour de 40 hertz pouvant aller jusqu’à 80 hertz


Les ondes alpha sont présentes pendant le sommeil ou les phases d’apaisement alors que les ondes bêta apparaissent à l’occasion d’une activité cérébrale intense. Les ondes thêta et delta sont davantage présentes chez les enfants, parfois chez les thérapeutes. On les retrouve dans les phases de rêves ou de somnolence. Les ondes gamma enfin concernent les activités de pure création ou de méditation.

Ces ondes représentent l’activité électrique du cerveau. Et grâce à l’électroencéphalographie (EEG), on peut les observer. Ce qui intéresse le thérapeute lorsqu’il observe les ondes émises par le cerveau de son patient, c’est le schéma global qui se dégage de ces ondes.

En fonction de l’activité cérébrale (stress, sommeil, méditation etc.) le schéma évolue. Il sera plus ou moins équilibré ou harmonieux selon ce qui se passe dans la tête du patient.

Associer l’analyse des données observées et exercices de psychologie énergétique (méditation, EFT etc.) permet d’orienter le patient vers le résultat recherché : moins de souffrance, plus de sérénité etc.

L’expression des gènes

Plus étonnant encore, la psychologie énergétique peut avoir un effet sur l’expression des gènes. Des scientifiques ont analysés les évolutions du génome de patients avant et après une séance d’EFT.

Ils se sont rendus compte que 72 gènes avaient été modifiés par la séance confirmant ainsi toutes les hypothèses liées à l’épigénétique posée depuis une vingtaine d’années [10].



Alors, concluant ?

Évidemment, en dépit des preuves qui s’accumulent, vous trouverez toujours des sceptiques.

Ceux qui disent : c’est du placebo !

Et alors ? Si un placebo sans effet secondaire permet de faire baisser de 80% la douleur chez un patient, il est peu probable que ce dernier s’en plaigne !

Surtout, l’essentiel n’est pas là.

Comme le dit le psychologue Dawson Church : « La plupart des souffrances que nous subissons sont optionnelles : elles sont fabriquées par la pensée. » [11]

Nous disposons à portée de mains (de doigts) de techniques permettant, chez certains d’entre nous, de soulager les souffrances. Pourquoi s’en priver ?

La vérité est qu’en réalité, ces techniques peuvent être puissantes et efficaces au moins chez une partie des patients. Personne ne parle de panacée mais de techniques qui sont en plein développement et que l’on commence à pouvoir mesurer.

Et dans ce cas, le plus important est de s’assurer que ces approches sont pratiquées avec tout le sérieux nécessaire et dans le cadre le plus porteur possible.

Plusieurs points me semblent rassurants à ce titre :

  • Les thérapies ont une durée limitée : si au bout de quelques séances, la thérapie ne fonctionne pas, changez de méthode ou de thérapeute !

  • Les « psys » qui utilisent ces techniques travaillent en groupe, sous le contrôle de leurs pairs et de manière ouverte. Cela évite les dérives potentielles. Car c’est un domaine sensible, nous le savons ! Travailler sur la « psyché » n’est jamais neutre. Il est bon que les professionnels de ce domaine soient en permanence scrutés et évalués.

  • Les thérapeutes qui portent ces techniques font tout pour que leur discipline soit étudiée, observée et mesurée. On commence à voir les fruits de ce travail. Mais il est à parier que le meilleur reste à venir !


Tapotons ensemble !

Bien souvent, le meilleur moyen de se faire une idée sur un sujet est de tenter l’expérience soi-même.

Je vous propose ainsi d’essayer deux exercices de tapotage que nous a montréDonna Eden lors de sa conférence.

Dans les deux cas, il s’agit de baisser son stress.

Ces exercices sont faciles à effectuer et peuvent être réalisés presque partout.

Imaginez que vous ayez une réunion difficile à animer qui commence bientôt, ou que vous soyez sur le point de prendre la parole devant une foule immense d’inconnus….

Prenez cinq minutes, assis ou debout et essayez !

Exercice 1 :

  • Tapotez au-dessus de la poitrine (un peu comme les gorilles, mais en moins fort).

  • Tapotez sur les côtes (juste en dessous de la poitrine)

  • Mettez les mains sur vos yeux, puis sur vos tempes, descendez le long du visage mettez vos mains sur vos épaules et esquissez un mouvement vers l’extérieur.


Exercice 2 :

  • Frottez-vous les mains

  • Secouez-les

  • Posez-les sur le haut de vos cuisses

  • Respirez profondément

  • Frottez-vous les mains

  • Secouez-les

  • Posez vos mains sur vos yeux

  • Posez vos mains sur vos tempes

  • Descendez le long de votre visage avec vos mains, posez-les sur vos épaules et faites un geste d’évacuation

  • Respirez profondément

Si vous souhaitez voir Donna Eden en action vous pouvez retrouver une vidéo d’elle ici

Imaginez maintenant une salle pleine à craquer de thérapeutes (plus de 300 personnes) effectuant ces exercices avec tout le sérieux nécessaire à une application réussie... 

Si vous êtes sceptique, l’image vous aura fait sourire ! (A tout le moins !)

Vous voyez, cela vous fait déjà du bien !



Naturellement vôtre,


Augustin de Livois




 
     
     
 
 
 
Cliquez ici pour répondre au message ou le transférer
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

17/04/2017

Un scénario de transition énergétique qui paraît crédible...

L'Association négaWatt a publié en janvier dernier son scénario 2017-2050. Il montre comment la France pourrait "atteindre le 100% renouvelable d'ici à 2050, avec à la clé de multiples bénéfices économiques, sociaux et environnementaux". Un article paru dans Biocontact d'avril 2017 émanant du Directeur de l'Association négaWatt, Mr Stéphane Chatelin, éclaire le chemin vers la transition énergétique, dont la loi a été adoptée l'été 2015. Il démontre notamment que des gisements considérables d'économie d'énergie existent. Il cite le cas des domaines du bâtiment, des transports et de l'industrie.

Pour le bâtiment, l'action principale pourrait se centrer sur la rénovation énergétique: isolation des parois, remplacement des fenêtres, amélioration des systèmes de ventilation, de chauffage et d'eau chaude. Le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre reste celui des transports. En réduisant la place des voitures, des poids lourds, du transport aérien, en développant le télétravail, le co-working, des impacts importants pourraient en résulter. Enfin, le secteur industriel devrait réduire ses besoins en matières premières non renouvelables, promouvoir un recyclage généralisé et un système alimentaire issu de pratiques agro-écologiques et biologiques.

Tout cela s'ajoute bien entendu à l'abandon progressif du nucléaire et des énergies fossiles et à la fin de l'obsolescence programmée des appareils. En résumé, le scénario prôné par négaWatt réclame de tous plus de sobriété, d'efficacité et une fourniture d'électricité assurée par des énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque,filière bois...). Ce scénario ambitieux mais réaliste pourrait à terme créer quelques 600 000 emplois à l'horizon 2050, si des investissements étaient faits au bon endroit. En outre, les bénéfices pour notre santé serait très importants (polluants atmosphériques, particules fines en diminution...).

Crée en 2001, l'Association négaWatt par son projet résumé ci-dessus a pour objectif de montrer qu'un autre avenir énergétique est réalisable et souhaitable. Pour en savoir plus sur ce scénario  qui est le fruit d'un travail d'expertise collectif, ou cette Association, consulter sur Internet le site: www.negawatt.org.

Lyliane

 

15/04/2017

Les téléphériques urbains prennent leur envol en France...

Les téléphériques urbains par câbles ne sont pas une nouveauté, puisqu'il en existe plusieurs dans le monde et même en Europe comme par exemple à Londres, où le téléphérique qui enjambe la Tamise a été installé à l'occasion des Jeux Olympiques de 2012 et celui qui est prévu cette année à Berlin. Beaucoup moins onéreux qu'un pont routier ou une passerelle, ces nouveaux transports en commun s'imposent également par leur simplicité. En effet, la technique est connue. Elle s'était jusque là surtout développée en montagne dans l'équipement des stations de sports d'hiver. Toutefois, il faut signaler le téléphérique urbain de Grenoble, qui date de 1934 et qui permet toujours de rejoindre le quartier de la Bastille. 

Actuellement, environ 13 projets de téléphériques urbains sont à l'étude en Ile de France, comme le Téléval prévu pour 2021, car ils permettraient de résoudre de nombreux problèmes de circulation pour un coût modéré et sans de trop grandes nuisances environnementales. Toutefois, le téléphérique urbain qui fait couler beaucoup d'encre actuellement est celui de Brest. En service depuis octobre 2016, il relie en 3 minutes les deux rives de la Penfeld. Il a une hauteur de près de 80 m et domine le port de commerce et une bonne partie du paysage brestois. Il a coûté 19 millions d'euros et peut transporter 1 200 passagers à l'heure. Depuis ses cabines vitrées, il procure en outre un magnifique point de vue pour tous les photographes amateurs!

Cette initiative réussie a donné l'idée aux élèves d'une Ecole d'Ingénieurs de Toulouse, l'ICAM, de se spécialiser dans des bancs d'essai, afin de tester la fiabilité des câbles des téléphériques urbains. Parions que bientôt d'autres villes vont installer leur téléphérique urbain et que cela pourra procurer des emplois nouveaux à nos contemporains. Loin de remplacer bus, trams ou métros, ce type de transport est susceptible de compléter les moyens de transport à notre disposition, de nous inciter à laisser au garage nos véhicules personnels, ce qui ne pourrait que faire baisser la pollution atmosphérique!

Lyliane

08/04/2017

Sortie du nucléaire: où en sont les débats ?

MISE A JOUR DE Mr pierre JOUVE
France

31 MARS 2017 — La date du 1er tour se rapproche et le thème de l'énergie ne fait toujours pas l'objet d'un vrai débat :
- 3 candidats (JL.Mélenchon, B.Hamon et P.Poutou) se positionnent pour une sortie complète du nucléaire à l'horizon 2050.
- Pour les autres, cela va du statu quo (E.Macron), à l'augmentation (!) de la durée de vie des centrales à 60 ans (F.Fillon), ou à la volonté de dynamiser l'industrie nucléaire (M.Le Pen)
Aujourd'hui sort une enquête qui montre comment les enjeux économiques et politiques ont amené EDF et AREVA à masquer volontairement les défaillances dans la chaine de fabrication des cuves des réacteurs, enquête qui pose aussi la question du manque de contrôle de l’État face aux lobbies du nucléaire.


Ou comment faire courir le risque d'une catastrophe à des millions de gens pour tenter de sauver une filière déjà sur la sellette..

Scandale de la forge du Creusot : Areva et EDF alertées dès 2005

 

Jamais l'industrie nucléaire française n'avait connu un tel scandale. Et cette affaire remet en cause...

17/03/2017

Comment éviter les champs électromagnétiques?

Le Journal Nice-Matin du 5/3/2017 fournit à ses lecteurs quelques conseils pour éviter d'être perturbé par des ondes. En effet, d'internet à notre téléphone portable,de nos fours micro ondes à la wi-fi, nous vivons cernés par des champs électromagnétiques.. C'est Mr Christophe Salini de la société de diagnostic Ondes Protect qui nous propose des astuces, afin de réduire notre exposition.

- Eteindre la wi-fi de la box Internet tous les soirs et surtout ne pas l'installer dans       une chambre à coucher.

- Si possible s'équiper d'un téléphone avec une fonction"eco"permettant de couper le   courant électrique quand on ne se sert pas du téléphone.

- Placer les bases du téléphone dans des lieux de passage comme une entrée.             Surtout éviter bureau ou table de nuit!

- A la cuisine, ne pas rester près du micro ondes lorsqu'il marche. s'éloigner de 2 à 3   mètres.

- Relier tous les appareils ménagers (réfrigérateur, four, fer à repasser...) à la       terre. Dans les pièces d'eau, le bureau et le salon, vérifier que les prises sont   raccordées à la terre.

- S'équiper d'un cordon USB pour son ordinateur portable et vérifier le raccordement   à la terre.

- Quand les enfants vont sur Internet et chargent des vidéos, se méfier des émissions   plus importantes.

- Réduire la durée d'utilisation des tablettes et ordinateurs pour les jeunes                   enfants, particulièrement en dessous de 6 ans.

- Dans la chambre à coucher, activer le mode avion, si l'on veut utiliser la nuit             son smartphone comme réveil.

- Mettre son portable en mode haut-parleur pour ne pas le coller à l'oreille. Utiliser       une oreillette et des coques spéciales pour diminuer l'exposition aux ondes.

- Les compteurs Linky émettent des ondes par CPL. Ils peuvent déclencher des   appareils de façon intempestive, mais on n'a pas mis en évidence leur dangerosité   pour la santé. Une étude réclamée par l'euro députée écologiste Mme Rivasi est         en cours. Le concentrateur est la seule chose qui communique une fois par   jour(moins d'une minute) par conduction. Par précaution le faire installer dans une   dépendance, un garage ou un couloir.

  Alors, tenons compte de ces conseils, à plus forte raison si l'on est particulièrement   électrosensible! Il faut cependant savoir qu'en Suisse, des immeubles refuges pour   personnes électro hypersensibles ont été construits à Zurich en 2013. En Suède, les   autorités locales reconnaissent cette pathologie et financent des travaux de     protection des foyers concernés. Quant à Monaco, la norme a été abaissée à 6 volts    par mètre pour les antennes radio, TV, wifi et 4 volts par mètre pour la simple           téléphonie mobile. En Europe, la norme est entre 40 et 60 volts/mètre...

  Lyliane

16/03/2017

Ces 9 choses que vous ne pourrez plus faire en 2017

 

 
   
 

Lettre du jour de Mr J.M. Dupuis : 
Chère lectrice, cher lecteur,

Chaque début d’année s’accompagne de nouvelles interdictions pour les citoyens français. Pour notre bien soi-disant.

Cette année, nous n’aurons :

  • plus le droit d’aller en scooter à la plage sans gants homologués CE (d’énormes gants de sécurité), sous peine de 45 euros d’amende et d’un point de permis [1]. Ce règlement s’applique à toutes les motos de plus de 50 cm3 ;

  • plus le droit de faire faire du vélo au parc à nos enfants sans casque : dès le 22 mars, les parents qui laisseront leur enfant de moins de 12 ans faire de la bicyclette sans casque seront sanctionnés de 135 euros d’amende [2] ;

  • plus le droit d’acheter des herbicides, fongicides et insecticides au rayon libre-service : ces produits sont désormais sous clef et ne seront vendus qu’avec les conseils d’un professionnel. En janvier 2019, leur vente sera définitivement prohibée en magasin [3] ;

  • plus le droit de garder des vitres latérales teintées à l’avant de votre voiture : 135 euros d’amende et 3 points sur le permis depuis le 1er janvier, si le « taux de transparence » est inférieur à 70 % [4] ;

  • plus le droit d’acheter des « cigarillos » : le 1er février 2017, le gouvernement a annoncé qu’il allait imposer aux cigarillos de changer de nom. Les marques Café crème, Paradiso et Punch sont visées et devront choisir d’autres appellations si elles veulent continuer à vendre leur produit [5] ;

  • plus le droit de ravaler notre façade ou de refaire notre toiture sans mettre l’isolation thermique aux nouvelles normes [6] ;

  • plus le droit de mal nous garer avec notre voiture d’entreprise : votre patron devra désormais obligatoirement communiquer aux services de police les noms de leurs employés qui ont commis une infraction au Code de la route à bord d’un véhicule de fonction [7].

11/03/2017

Mr Raoul Parienti, le niçois aux 150 brevets...

Un de nos compatriote, dont les médias parlent assez peu, Mr Raoul Parienti est pourtant l'homme aux 150 brevets ! En effet, plusieurs fois médaillé aux concours Lépine, lauréat au Concours de l'inventeur européen de l'année, 11 fois primé au Salon de l'Invention de Genève, il mériterait que l'on s'intéresse davantage à lui. Il a eu néanmoins les faveurs de l'actualité, lorsqu'il a crée la Reva 2, une voiture révolutionnaire qui se dirige grâce à des capteurs RFID, implantés dans le bitume...

Aujourd'hui, il lance depuis les Etats-Unis un "graalphone", c'est à dire un produit tout en un qui combine un smartphone, une tablette et un ordinateur capables de coopérer entre eux avec un seul processeur. Il lui a ajouté également un appareil photo à 2 objectifs, séparés de 65 mm comme nos yeux, qui restitue des images en 3D. 

Cet homme vit confortablement de ses brevets d'inventeur. Il dit qu'il cherche cependant avant tout à simplifier la vie des utilisateurs, en regrettant que certains inventeurs ne proposent que des gadgets. Actuellement, il lance un appel au prochain Président de la République Française en lui proposant de mettre l'innovation au coeur du processus économique. Cela éviterait sans doute la fuite des cerveaux vers l'étranger, la désaffection des jeunes pour les métiers de création et ce serait à terme une initiative susceptible de relancer l'économie française...

Lyliane

 

 

25/02/2017

Lettre ouverte à Mme la Ministre de l'environnement sur la recherche d'hydrocarbures en Méditerranée...

 

Voici le texte de la lettre ouverte à Ségolène Royal, ouverte à signature sur le site de change.org


Madame la Ministre,
En avril dernier, vous avez décidé d'un "moratoire immédiat sur la recherche d'hydrocarbures en Méditerranée française", gel que vous avez publiquement annoncé vouloir étendre à l’ensemble des eaux françaises pour tous les nouveaux permis.
Cette annonce précurseuse représente une étape décisive de la transcription concrète de l'Accord de Paris dans les politiques françaises. Geler le développement des projets d'extraction de combustibles fossiles est en effet indispensable pour respecter les objectifs adoptés à l'issue de la COP21.
Les gisements de gaz et de pétrole actuellement exploités sont suffisamment grands pour nous faire sortir de la trajectoire des 1,5°C de réchauffement climatique - et si nous exploitons de surcroît tout le charbon des mines actuellement en production, nous dépasserons largement les 2°C.
Il est désormais indispensable de passer à l'étape suivante, de s’assurer que votre engagement personnel puisse s’appliquer à celui ou à celle qui vous succèdera et de geler définitivement l'accord de nouveaux permis d'exploration comme d'exploitation dans l'ensemble des eaux françaises. Pour débuter ce processus il faut élargir le moratoire à la côte Atlantique et à la Guyane et abroger les permis Parentis Maritime, Parentis Maritime Sud, Marges du Finistère ainsi que PER UDO et PER SHELF.
L'élection de Donald Trump s'annonce catastrophique sur le plan de la lutte contre le réchauffement climatique, à un moment où nous ne pouvons pourtant plus nous permettre d'attendre. Comme il l'avait annoncé, ses toutes premières décisions constituent un retour en arrière brutal - qu'il s'agisse d'autoriser le développement d'oléoducs ou de remettre en cause les engagements de la COP21.
Le rôle des dirigeants du monde entier les plus attachés à la lutte contre le réchauffement climatique est donc désormais de "compenser politiquement" l'absence de volontarisme des dirigeants les plus rétrogrades.
La France n'est malheureusement pas à l'abri de la victoire de personnalités politiques aussi rétrogrades que Trump, y compris en matière climatique. Il est donc indispensable de mettre à profit les mois qui restent pour s'assurer que, quel que soit le résultat des élections présidentielle puis législatives, la France reste un pays moteur de la lutte contre le réchauffement climatique. Il s'agit en outre d'une manière très concrète de transcrire la résolution pour une "société bas-carbone" adoptée par l'Assemblée nationale "encourageant les investisseurs institutionnels, les entreprises, notamment celles dont l’État est actionnaire, et les collectivités territoriales à cesser d’investir dans les énergies fossiles".
Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de nos sentiments les plus distingués,
Jacques Beall, Surfrider Foundation Europe
Maxime Combes, Attac
Florent Compain, les Amis de la Terre
Olivier Dubuquoy, Nation Océan
Fanny Delahalle, Alternatiba
Nicolas Haeringer, 350.org
Txetx Etcheverry, Bizi
Jean-François Julliard, Greenpeace
Cécile Marchand, ANV-COP21
Laura Morosini, Chrétiens Unis pour la Terre
Pierre Perbos, président du Réseau Action Climat

Partagez cette pétition.

 

26/01/2017

Le blog du Vert Savoir a noté l'installation d'une éolienne géante flottante au Japon...

 

Le Blog du Vert Savoir

Chroniques (positives) du Développement Durable Désirable

JAPON - La plus grande éolienne flottante au monde...

Publié le 13 août 2015 par Le blog de l'écologie positive

JAPON - La plus grande éolienne flottante au monde...

La semaine dernière, les Japonais viennent d'installer la plus grande éolienne flottante du monde, à 30 kilomètres au large de... Fukushima. D'une hauteur de 104 mètres et d'une puissance de 7 mégawatts, la structure (qui est ancrée sans fondations, au moyen de chaînes délibérément délestées) est présentée comme capable de résister à des vagues de 20 mètres et à des tsunamis (Note : lors du tsunami du 11 mars 2011, aucune des 1746 éoliennes implantées en mer au large du Japon n'a été détruite).

Après le dit tsunami, qui a forcé le Japon à arrêter son parc nucléaire (qui fournissait 30% de l'électricité du pays...), l'archipel nippon tente de diversifier son apport énergétique notamment au moyen de l'éolien en mer. Plusieurs éoliennes flottantes sont ainsi expérimentées, afin d'étudier la viabilité de ce type d'installation et la possibilité d'en exploiter sur place voire à l'étranger.

Il est à signaler que l'éolien flottant est également étudié en France : il est expérimenté en laboratoire depuis plusieurs années et 4 projets expérimentaux sont envisagés en Méditerranée et Atlantique pour une réalisation en 2018.

Source : L'Energie d'Avancer

 

24/01/2017

Milan, Madrid ou Paris: les plus grands jardins verticaux du monde!

Les plus grands jardins verticaux du monde !

Publié le par Le blog de l'écologie positive

Découvrez ici quelques-uns des plus spectaculaires jardins verticaux du monde, qui sont parfois de véritables conservatoires urbains de biodiversité : à Milan (record d'Europe avec 1.263 m² au centre commercial Fiordaliso, avec 44.000 plantes de 200 espèces), Madrid ou Paris (musée du quai Branly, avec 1.200 m² et 35.000 plantes de 150 espèces), mais aussi en Amérique latine par exemple à Quito (un jardin de 30.000 plantes de 90 espèces différentes, dont 60 endémiques), en Uruguay ou encore à Bogota, avec le jardin vertical le plus grand au monde à ce jour (plus de 3.100 m² et 84.000 plantes !).

23/01/2017

Recharge rapide de véhicules électriques bientôt chez Lidl...

 

Le Blog du Vert Savoir

Chroniques (positives) du Développement Durable Désirable

  • EUROPE - Recharge rapide et gratuite de véhicules électriques dans les supermarchés Lidl

     

Publié le 21 janvier 2017 par Le blog de l'écologie positive

L'enseigne Lidl installe progressivement des bornes de recharge rapides (30 mn à 1 h) pour véhicules électriques dans plusieurs dizaines de supermarchés en Europe : après l'Allemagne et la Suisse depuis l'année dernière, c'est au tour du Royaume-Uni de voir l'installation de 40 bornes.

Et en France ? Bien que les efforts soient plus modestes que chez nos voisins, quelques bornes ont déjà été installées dès 2015 (projets pilotes à Perpignan et Nîmes) et d'autres l'ont été plus récemment (ou vont l'être) dans les centres de Massy et Arpajon (Essonne), Saint-Maixent-l'Ecole (Deux-Sèvres), Jeuxey (Vosges) ou encore Ecouis (Eure).

Par ailleurs, la chaîne développe en Suisse des installations photovoltaïques sur toit ou sur ombrière, qui devraient couvrir à terme l'ensemble des besoins énergétiques du réseau de magasins.

 

 

20/01/2017

Bientôt un programme de développement des énergies renouvelables en Arabie Saoudite...

ARABIE SAOUDITE - Bientôt un programme de développement des énergies renouvelables, lancé dans quelques semaines

Publié le 17 janvier 2017 par Le blog de l'écologie positive

ARABIE SAOUDITE - Bientôt un programme de développement des énergies renouvelables, lancé dans quelques semaines

L'Arabie saoudite, productrice historique de pétrole depuis 1 siècle, se tourne désormais vers les énergies renouvelables. Dans quelques semaines, ce pays lancera la première phase d'un programme consacré à l'implantation d'équipement de production d'énergie renouvelable, à hauteur de 10 gigawatts d'ici 2030.

Les énergies sollicitées sont le solaire et l'éolien, ainsi que la géothermie.

Outre l'intérêt énergétique pur, les autres objectifs du programme sont de diversifier l'économie du pays, encore très dépendante des hydrocarbures, mais aussi de créer des réseaux de production d'électricité interconnectés avec d'autres pays du Proche-Orient, l'Afrique du Nord-Est voire l'Europe.

AV.

 

24/12/2016

Vivre dans un monde sans croissance...

 

Je lis dans le journal gratuit Biocontact un excellent article de Mr Michel J.F. Dubois, biologiste, ingénieur agro-économiste, qui a obtenu en 2006 le prix du SIAL et qui a été nominé au prix de l'ingénieur de l'année 2008. Il vient de publier un ouvrage intitulé: «Vivre dans un monde sans croissance- Quelle transition énergétique?» Son mail est: midubois@free.fr.

Mr Dubois prend comme métaphore l'exemple d'une chenille qui croît jusqu'au moment où elle arrête sa croissance pour se transformer en papillon. Par là, il nous propose de prendre une autre voie, c'est à dire d'entrer dans une phase d'innovation permanente et de transformation. Car, selon lui, même les énergies renouvelables ne seront pas suffisantes pour remplacer les énergies fossiles.

Il insiste aussi sur un point essentiel: ne pas croître n'est pas décroître! La croissance étant devenue utopique, car la qualité de vie en pâtit, Mr Dubois propose d'arrêter la croissance de nos ponctions continuelles sur l'environnement. Pour y arriver, il imagine d'optimiser la consommation et la production en limitant les inégalités planétaires les plus criantes. Car, si chez nous règne le gaspillage, dans certaines zones du monde, c'est la famine!

Ni le coût du recyclage, ni le coût réel de l'énergie ne sont évalués à leur juste valeur. Les mers sont surexploitées, les minéraux deviennent rares, le climat se modifie du fait de nos activités... Bref, l'ingénieur pense qu'il nous faudrait investir pour acquérir des connaissances et des savoir-faire nouveaux. Que ce soit pour produire des voitures moins gourmandes en énergie, pour maîtriser notre consommation en eau, mieux isoler nos logements, fabriquer des produits à durée de vie plus longue, pour recycler les ressources minérales, produire une agriculture sans intrants, l'innovation est à l'ordre du jour. Cela commence déjà doucement chez nous: partage, échange d'objets, solidarité. Et de plus en plus les consommateurs dans leurs achats privilégient la qualité, la durabilité à la quantité et au prix.

Cela implique de changer notre comportement et de faire d'autres choix de vie individuellement et collectivement. Une sorte d'austérité volontaire ou d'auto-limitation serait à accepter au bénéfice d'un mieux- être collectif et individuel. On doit en effet pouvoir vivre mieux en ayant moins besoin de consommer, en privilégiant le relationnel, le culturel, le développement personnel, la créativité, la recherche... Certes, au plan planétaire, des accords multilatéraux seront nécessaires, mais nous pouvons d'ores et déjà enclencher le processus...

Mr Dubois en quelque sorte prône l'émergence d'une nouvelle civilisation. En ralentissant la course à la consommation et le gaspillage matériel et humain, nous sommes censés lâcher certains avantages dans nos pays dits développés. Ne serait-ce pas néanmoins pour aller vers un autre équilibre, une plus grande justice planétaire et des activités collectives mûrement réfléchies? Un apprentissage quoi qu'il en soit proposé par Mr Dubois à notre génération et aux générations futures...

Lyliane

 

 

 

 

 

19/12/2016

Où en sommes-nous avec l'énergie solaire?

 

 

Né il y a environ 5 milliards d'années, le soleil se trouve à quelques 150 millions de kilomètres de notre planète. Dans l'Antiquité, le soleil était vénéré comme une véritable divinité, car nos ancêtres savaient qu'il apporte la vie sur terre, ne serait-ce que par sa lumière et sa chaleur. De nos jours, grâce aux astronomes, on sait beaucoup plus de choses sur cette étoile. Mr Nicolas Vanier, dans son ouvrage «Les pieds sur terre», fait le point sur les bienfaits du soleil sur pratiquement tous les plans. Le soleil influence notamment l'alternance des saisons; il est aussi à l'origine de la photosynthèse, des vents... Notre santé et notre humeur entre autre chose dépendent de son rayonnement (vitamine D)...

Comment se fait-il que nous n'arrivions pas mieux à capter et à stocker cette énergie illimitée et gratuite? Dans certains pays méditerranéens comme la Grèce par exemple, des chauffe-eau solaires placés sur les toits fournissent de l'eau chaude sanitaire. C'est de l'énergie solaire thermique. L'énergie photovoltaïque, capable de transformer le rayonnement solaire en électricité grâce à des panneaux sur toits ou façades, est loin de couvrir actuellement nos besoins énergétiques. Notre pays a préféré en effet construire des centrales nucléaires, ce qui ne va pas sans nuisances, déchets et dangers pour les populations...

Mr Vanier pense pourtant que le Soleil pourrait rapidement devenir une énergie d'avenir. En France, nous avons crée à Odeillo, dans les Pyrénées Orientales, le four solaire le plus puissant du monde, qui atteint des températures supérieures à 3000°. En Afrique de petits fours solaires, ça et là, rendent déjà de grands services à la population, en lui permettant d'économiser du bois.

Des projets naissent un peu partout, mais les investissements ne suivent pas encore. En France, des inventeurs ont conçu un système permettant de recouvrir le revêtement de portions de routes de panneaux photovoltaïques, capables de produire de l'électricité par simple exposition au soleil. Ainsi, 1km de ces routes pourrait éclairer une ville de 5000 habitants. Quant à l'avion solaire, il a récemment démontré qu'il pouvait faire le tour du monde...

Le Maroc a inauguré, début 2016, la plus grande centrale électrique solaire du monde, au Sud de Ouarzazate en plein désert. 500 000 miroirs réfléchissants d'une hauteur de 12m sont parcourus par des tuyaux contenant une résine. Fondue par la chaleur du soleil, celle-ci est envoyée vers une centrale où elle produit de la vapeur d'eau, capable d'actionner des turbines et donc de produire de l'électricité. L'installation de la dernière tranche, prévue en 2020, est censée fournir au Maroc la moitié de son électricité.

 Espérons qu'un jour prochain dans notre pays des hommes politiques et des entrepreneurs se tourneront réellement vers l'énergie solaire, une énergie propre, gratuite et sans danger, quitte à mécontenter les lobbies de l'électricité nucléaire, qui vivent des retombées du coût élevé de cette énergie...

Lyliane

 

01/12/2016

Solar impulse, du rêve à la réalité!

 

 

Sur la 5ème chaîne de télévision française a été diffusé le 30/11/2016, en soirée et à une heure de grande écoute, un film de 90 minutes de Mr E. Beaufils intitulé: Solar Impulse. Si vous n'avez pas eu l'occasion de le voir, je vous conseille vivement de le regarder en replay, car c'est une aventure humaine et technologique hors du commun, difficile à totalement retranscrire!

J'avais, certes, entendu parler par les médias en 2015 et surtout en 2016 des 2 pilotes, Mrs Bertrand Piccard (petit-fils de l'inventeur du bathyscaphe) et André Borschsberg, qui en se relayant avaient tenté le premier tour du monde (40 000 km) à bord de leur avion solaire. Mais depuis juillet 2016, leur exploit était plus ou moins tombé dans l'oubli, alors que boucler un tel trajet par dessus océans et continents en 15 mois sans carburant me semble être un véritable tour de force...

Pour moi, voir retracée toute cette aventure en continu, avec ses joies et ses galères, m'a fait vivre de profondes émotions. Ces deux pilotes expérimentés n'ont pas entrepris ce pari avec pour seul objectif de montrer leur savoir-faire. Comme avant eux d'autres pionniers de l'aviation, ils ont cherché à démontrer qu'une «révolution énergétique est possible». Leur avion solaire est capable en effet de produire plus d'énergie qu'il n'en consomme! Cet avion léger, tout en carbone, dispose de 4 moteurs, de batteries électriques, d'une grande aile de 72 m de long et il est recouvert de milliers de capteurs solaires, capables d'emmagasiner les rayons solaires pendant la journée. Suivi en permanence par le Centre de Contrôle de Monaco, cela a été aussi le projet d'une équipe de 60 professionnels hyper motivés.

Je me bornerai à signaler tout d'abord le défi pour le pilote consistant à vivre, se mouvoir, manger, dormir (pas plus de 20 minutes) plusieurs jours de suite dans le cockpit, sans perdre de vue les contraintes de la navigation. Traverser, sans possibilité de se poser, deux océans n'a pas été sans émotions entre pannes et turbulences météos, obligeant à retarder le décollage à plusieurs reprises ou à atterrir là où ce n'était pas prévu. J'ai apprécié notamment que le film ne cache ni les doutes passagers, ni les hésitations de l'équipe et de la famille...

Même si tout avait été minutieusement préparé (combinaisons étanches, parachutes, hangar mobile gonflable...), comme dans toute aventure des imprévus ont du être surmontés. Une belle démonstration que pour innover, pour créer, il convient avant tout de savoir s'adapter au réel! Au-delà de la performance, j'y vois aussi la capacité de certaines personnes de croire en leurs rêves, de ne pas s'arrêter à ce qui paraît impossible et de s'impliquer grâce à une équipe soudée. Ce sont elles au fond qui font œuvre de «pionniers», qui écrivent l'histoire et préparent l'avenir de nos enfants et petits-enfants!

Cette aventure a pris 17 ans de préparation et elle a nécessité beaucoup de compétence, de soutien et d'amitié. C'est désormais une «plateforme crédible susceptible d'envoyer le message qu'une énergie propre et gratuite est à disposition». J'en veux pour preuve trois moments particulièrement émouvants. Le premier lorsqu'une communication eut lieu entre Bertrand Piccard et le Secrétaire Général des Nations Unies, alors que l'accord pour le climat venait d'être signé. Puis, ce fut une conférence des 2 pilotes à de jeunes diplômés américains, comme pour leur passer le flambeau de s'affranchir des énergies fossiles nuisibles pour la Terre. Un discours stimulant leur créativité et les encourageant à plonger dans l'inconnu... Enfin, j'ai particulièrement aimé le symbole fort des gros plans réalisés montrant Solar Impulse passant lentement au dessus de la statue de la Liberté à New York!

Ne s'agirait-il pas en l'occurrence de dépasser nos conditionnements et nos peurs, de réaliser qu'il y a déjà beaucoup de pionnières et de pionniers dans le monde d'aujourd'hui dans tous les domaines, sauf peut-être hélas, comme l'ont exprimé les deux amis pilotes,...dans le monde politique? De quoi dynamiser nos énergies et faire réfléchir les citoyens que nous sommes à l'impulse que nous souhaitons donner à notre avenir!

Lyliane

 

26/11/2016

Selon le blog de l'écologie positive...de bonnes nouvelles!

"A l'occasion du sommet de Marrakech sur le changement climatique, 8 grandes nations (Canada, Chine, France, Japon, Norvège, Suède, Royaume-Uni et Etats-Unis) se sont engagées à augmenter la part des véhicules électriques dans leurs flottes publiques.

Elles se sont aussi engagées à stimuler le développement des véhicules électriques, incluant les hybrides rechargeables et les piles à combustible.

Cette déclaration vise aussi à inciter les acteurs publics non-étatiques (collectivités locales) et les entreprises privées à accélérer le développement des voitures électriques, une voie importante pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre".

Alors, après les déclarations, demandons des actes, notamment pour mettre partout sur le territoire national des chargeurs de batteries électriques rapides. Car chez nous ces dispositions sont encore rares, ce qui freine l'achat de véhicules.

Lyliane

17/11/2016

Emissions de CO2 en 2015: encourageant!

 

Publié le 16 novembre 2016 par Le blog de l'écologie positive

L'année dernière a vu les émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2, un polluant qui compte pour 73% des émissions globales de gaz à effet de serre à l'heure actuelle) se stabiliser pour la première fois en 2015.

Une baisse des émissions de CO2 a en particulier été enregistrée en Chine (-0,7%) et aux Etats-Unis (-2,6%), grâce à un moindre usage du charbon.

Bien que beaucoup de progrès restent à faire pour se libérer des énergies fossiles, ces chiffres sont encourageants au regard des émissions enregistrées dans un passé récent : entre 2000 et 2009, les émissions mondiales de CO2 augmentaient en moyenne de 3,4% par an.

 



Émissions de CO2 : une stabilisation encourageante mais insuffisante

Les émissions mondiales de CO 2 sont restées stables en 2015 selon le dernier bilan du http://www.connaissancedesenergies.org/emissions-de-co2-une-stabilisation-Global Carbon Project, publié lundi en marge de la COP22. Cette stabilisation reste toutefois largement importantes ...



.

 

 

08/11/2016

Des lampes solaires en Afrique...

 

Le Journal pour les 12/14 ans «Mon Quotidien» nous dit que dans le monde seul un habitant sur 5 a accès à l'électricité dans les villes et dans les campagnes ce sont seulement 3 habitants sur 100. C'est notamment le cas en Afrique, alors que dans cette partie du monde, le soleil brille toute l'année. C'est dire si nous sommes privilégiés en Europe!

Un ingénieur français, spécialiste en énergies renouvelables, nommé Arnaud Chabanne, a eu l'idée d'utiliser le soleil pour faire fonctionner des lampes la nuit. Il a installé pour cela une usine de lampes solaires à Dédougou, ville située à l'Ouest du Burkina Faso. Ces lampes fonctionnent uniquement grâce au soleil et donc elles ne polluent pas. Actuellement, ces lampes sont petites, mais l'objectif de l'ingénieur français est de créer des lampes capables d'éclairer 2 ou 3 pièces à la fois. Son entreprise a été nommée Lagazel.

Dans plusieurs pays du monde, il y a certes de l'électricité mais elle est souvent coupée. Les habitants sont alors obligés de s'éclairer avec des lampes à pétrole. Toutefois celles-ci sont très polluantes et elles ont tendance à abîmer les yeux des enfants.

On peut se demander pourquoi on ne cherche pas à faire connaître et à généraliser partout dans le monde ces lampes solaires... Les médias de nos pays européens semblent davantage s'intéresser à des scandales qu'à ce type d'initiatives... C'est vraiment dommage! Pour en savoir plus sur ces lampes solaires, consulter sur Internet: www.lagazel.com

Lyliane

 

26/10/2016

Soutien par pétition au ministre-président de Wallonie qui a refusé l'accord CETA pour son pays...

 

Avez-vous entendu parlé de Paul Magnette ? C'est le ministre-président de la Wallonie, une région du sud de la Belgique. Il vient de faire ce qu'aucun homme politique européen n'avait osé faire.

Il y a quelques jours, Paul Magnette a refusé de signer l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne, stoppant les négociations en cours. Ce traité appelé "CETA" compte de nombreux détracteurs qui estiment qu’il menace l'agriculture, les services publics et les politiques favorables à la santé et à l'environnement.

Parmi ceux qui pensent que ce traité est dangereux se trouve Emmanuel. Il a lancé une pétition pour soutenir la décision de Paul Magnette et l'encourager à "tenir bon, malgré les pressions de l'Europe". En effet, le ministre a dit avoir reçu de nombreux appels des responsables politiques européens à signer cet accord.

Plus de 26 000 personnes ont signé la pétition d'Emmanuel en moins de 3 jours. Pour les rejoindre, c'est ici.

 

Soutien à Paul Magnette contre le #CETA et par extension contre #TAFTA

 Change.org

France

Aujourd'hui, par son refus de se compromettre avec un accord intolérable, que ce soit pour la Wallonie ou pour l'ensemble de l'Europe et même du Canada, Paul Magnette a tenu en échec tous les lobbies et politiciens favorables au traité de libre-échange entre le Canada et l'Europe.

Traité qui limite les droits des peuples à être souverains y compris contre les entreprises multinationales.

Par cette pétition, nous soutenons Paul Magnette et l'encourageons à tenir bon, malgré les pressions de l'Europe menée par M. Juncker.

Voulez-vous faire changer les choses ?
Lancez une pétition.


La personne (ou l'organisation) qui a lancé cette pétition n'est pas liée à Change.org. Change.org n'a pas créé cette pétition et n'est pas responsable de son contenu.

Cet e-mail a été envoyé par Change.org à lys06100@gmail.com. Vous pouvezmodifier vos préférences de notifications d'e-mails ou vous désinscrire de ces e-mails.

Lancer une pétition   ·   Nous contacter   ·   Politique d'utilisation des données
Change.org   ·   548 Market St #29993, San Francisco, CA 94104-5401, ÉUA

 

24/10/2016

Changeons d'agriculture...

 

Le système alimentaire industriel, nous dit le CCFD (Comité catholique contre la faim) dans sa lettre mensuelle, contribue aux émissions de gaz à effet de serre de façon exponentielle sans compter le gaspillage induit par ce mode d'agriculture. Alors que d'un autre côté l'agriculture paysanne et familiale assure l'alimentation de 70% de la population mondiale avec seulement 25% des surfaces agricoles. Ce modèle agricole, utilisant de plus en plus l'agro-écologie, est bien plus respectueux des écosystèmes, alors qu'il subit les effets des dérèglements climatiques, au Sahel notamment (sécheresse, famines...).

Lors de la 22 ème Conférence des Parties sur les questions climatiques (COP 22), qui se tiendra en novembre prochain au Maroc, il sera temps d'entrer dans une démarche de transition de l'agriculture industrielle, afin d'apporter de vraies réponses aux problèmes de la faim et du climat. Notre mobilisation doit être entière en tant que citoyens du monde. Refusons notamment les demi-mesures ménageant les grands groupes industriels, qui jusqu'ici ont réussi à ne rien changer à leurs modes de fonctionnement!

«Il est grand temps que les Etats prennent leurs responsabilités et que des décisions politiques soient prises pour définir le modèle agricole de demain» écrit Mme A.L. Sablé du CCFD. Selon un rapport de l'ONU de 2012, d'ici 2080, 600 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir de la faim en raison des changements climatiques, si nous ne réagissons pas très vite... Pour s'associer à la démarche du CCFD et s'impliquer dans ses actions, consulter www.ccfd-terresolidaire.org.

Lyliane

 

19/10/2016

Est-ce que ce sera le train du futur?

 

Dans un journal syndical que je reçois régulièrement, j'ai noté un article intéressant de Mme Monique Daune. Il concerne Hyperloop, baptisé le train du futur! Cet article met en valeur ce projet de train supersonique, né de l'imagination d'un milliardaire américain Mr Elon Musk en 2013. Au lieu de rouler sur des rails, ce train se déplacera sur coussin d'air à l'intérieur d'un gros tuyau à très basse pression.

Selon le projet présenté, les passagers seraient installés dans des capsules propulsées à grande vitesse à l'intérieur d'un pipe-line surélevé. Ce train pourrait atteindre une vitesse proche de celle du son, c'est à dire 1200 km/h. Il serait alimenté, grâce à des énergies renouvelables, par des panneaux solaires placés sur des tubes.

Ce richissime personnage fabrique déja à Los Angelès des voitures électriques de luxe et le Space X, spécialisé dans le lancement de satellites. La chose la plus surprenante est que Mr Musk n'a déposé aucun brevet pour l'Hyperloop. Il encourage en effet le crowdsourcing et l'open source. Ce concept paraît intéresser des start up américaines pour la Californie ou l'étranger et le Canada. Le premier essai a été réalisé avec succès en mai 2016 dans le désert du Névada.

L'intérêt environnemental de ce projet semble évident à première vue. Toutefois, on peut se demander pourquoi on va chercher si loin des scénarios dignes de la science fiction, alors qu'il suffirait peut-être déjà d'adapter des panneaux solaires dans des moyens de transports existants: TGV ou autres. Quoi qu'il en soit, on voit qu'avec de l'imagination, on peut résoudre bien des questions. Espérons que les énergies fossiles polluantes seront très vite remplacées par des énergies propres et gratuites. Les pays les moins développés aujourd'hui pourraient de ce fait enfin y avoir accès!

Lyliane

 

24/08/2016

Appel de Mr Nicolas Hulot...

Il y a un an exactement, je vous adressais une alerte importante. Si je vous le renvoie aujourd’hui c’est que l’urgence est encore plus grande. Nous sommes à découvert depuis 15 jours. En cause : la sur consommation de nos ressources et notre incapacité à limiter nos émissions de carbone.

En 2015, vous avez été nombreux à répondre à mon appel en soutenant ma Fondation et c’est en grande partie grâce à tous ceux qui, comme vous peut-être, ont répondu présents que nous avons pu faire pression sur nos décideurs pour obtenir l’accord de Paris en décembre.

Face à l’urgence, il est à nouveau important d’agir pour obtenir cette fois de nos gouvernants qu’ils passent des paroles aux actes. Il est plus que temps que nous commencions à éponger notre dette énergétique en mettant en œuvre les engagements de la COP 21.

Pour cela, j’ai besoin de vous et de votre soutien.

 

Merci par avance de l’attention que vous porterez à mon appel.

 

Je suis fier de porter votre voix

 

19/08/2016

Réguler la mondialisation...

 

 

Le bimestriel gratuit Pluriel Nature de mai/juin 2016, sous la plume de Mr E. Deboux, revient sur le scandale nouvellement révélé par Mme E. Lucet et d'autres journalistes à propos des Panama Papers (paradis fiscaux touchant tous les partis, la plupart des multinationales et des dirigeants des pays développés) et sur la nécessité d'enfin changer de politique. L'ultralibéralisme mondial en effet, les inégalités sociales qui s'accroissent, la concurrence déloyale entre les petites entreprises et les multinationales (qui font de «l'optimisation» dans des paradis fiscaux), tout cela montre qu'il faudrait passer à un système plus équilibré et vivable pour notre futur et celui de nos enfants.

 

Car, notre développement actuel est insoutenable à terme: il détruit notre économie (délocalisations...), notre lien social (riches de plus en plus riches et chômeurs, SDF en nombre), notre biodiversité végétale et animale et il nous entraîne tous vers une catastrophe climatique. Cet ultralibéralisme mondial a notamment, depuis 30 ans, favorisé l'importation de denrées lointaines par camions, bateaux ou avions dans des circuits longs et coûteux en énergie. Des multinationales ont la haute main sur les semences hybrides, les OGM, l'agrochimie, l'agroalimentaire, la pharmacie de synthèse et elles pèsent sur les décisions nationales (nos parlements) et internationales(Bruxelles). De plus, ces lobbies sont domiciliés dans des paradis fiscaux et ne payent de ce fait ni TVA sur les denrées importées, ni impôts sur les revenus, alors que les classes moyennes peinent chez nous à s'acquitter de leurs impôts directs et indirects.

 

Le journaliste en conclue qu'il devient urgent à l'échelon de la planète de réguler la mondialisation et de changer individuellement nos modes de vie, de production, de consommation, notre façon de manger, de nous loger, de nous déplacer. En favorisant par exemple chez nous les énergies renouvelables, en cessant de subventionner les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon), en régulant la finance et le trafic des marchandises... Chacun peut essayer de manger davantage local, bio et de saison, afin d'encourager les producteurs de sa région en circuits courts, de placer son argent dans une banque éthique (ne finançant pas la vente d'armes), de faire isoler sa maison pour économiser l'énergie, de se déplacer avec bus, tram, vélo ou en covoiturage c'est à dire plus écologiquement...

 

La France en effet me paraît avoir fait des choix dangereux et peu éthiques dans le nucléaire, les pesticides, la vente d'armement, le monopole du tabac... Il y a des menaces qui pèsent sur notre sol par des contrats internationaux aux négociations secrètes (Tafta, gaz à effet de serre, OGM...). Les grands laboratoires avec leurs molécules de synthèse sont loin de pratiquer la transparence: ils ont fait l'objet de scandales retentissants. Aussi, les Français se tournent de plus en plus vers les plantes médicinales et les médecines douces. Des patrons d'entreprises pourraient relocaliser leurs usines en France (vêtements, chaussures, jouets...), car nous avions acquis des savoirs-faire. Du coup, les consommateurs en «achetant français», pourraient faire baisser le chômage, avoir des produits sains et de qualité durable.

 

L'article se termine sur un appel, après la COP 21 et ses prescriptions générales, à aller plus loin et plus vite dans le concret: par exemple en taxant plus lourdement les émissions de CO2, afin de décourager les gros pollueurs et de les faire payer à proportion de leurs émissions de gaz à effet de serre. Car pour le moment, ils ont encore trouvé des arrangements et des parades! Il serait temps de faire régner d'autres valeurs que le chacun pour soi et de nous préoccuper des pays pauvres menacés au premier chef!

 

Il me semble que c'est à nous, citoyens, de donner l'impulse, de commencer à user de notre pouvoir de consommateurs et d'électeurs, en refusant la malbouffe, en interrogeant nos élus et futurs dirigeants sur leurs engagements futurs réels, en nous mettant dès aujourd'hui en chemin, sans céder à la publicité, ni aux modes, bref en ne nous contentant plus de vagues promesses d'autres personnes... N'ayons plus peur de nous engager, d'innover et d'être solidaires! C'est peut-être le bon moment d'agir dans une révolution individuelle pacifique qui peu à peu ferait tache d'huile... Car soyons en sûrs: tout est relié dans ce vaste système mondial! En changeant plusieurs points, en boycottant certains produits, certaines firmes, nous pourrions faire un jour advenir un monde meilleur...

 

Pour réfléchir à la question, il me semble utile de conseiller de lire particulièrement l'ouvrage de Frédérique Basset intitulé« Vers l'autonomie alimentaire» et de consulter sur Internet:www.paradisfiscaux20.com .

Lyliane

 

15/08/2016

Que pouvons nous faire en faveur de l'environnement?

 

La préservation de l'environnement ne peut laisser personne indifférent car, dans le monde entier, des alarmes retentissent, afin de nous rendre plus attentifs aux conséquences de notre irrespect de la nature, nous dit le Journal SEL Informations d'août 2016. Le journaliste cite notamment la perte de biodiversité (animale et végétale), la pollution de l'eau, de l'air et du sol et le réchauffement climatique.

 

Dans nos pays européens, l'écologie est justement la science qui étudie les relations entre les êtres vivants et leur milieu. Néanmoins, la Banque Mondiale vient d'annoncer le danger pour près de 100 millions de personnes de tomber dans l'extrême pauvreté en raison principalement du réchauffement climatique.

 

C'est donc à chacun d'entre nous de changer, à son rythme et selon ses possibilités, certains gestes quotidiens pour préserver l'environnement. Le journal SEL nous recommande de pratiquer les 3 R: réduire, réutiliser et recycler. Lors de nos achats en effet, nous pouvons favoriser les produits portant un label écologique ou provenant du commerce équitable. Nous aurions aussi intérêt sur le plan alimentaire à consommer des fruits et des légumes locaux, de saison et d'éviter les aliments provenant d'espèces menacées ou en surpêche.

 

Dans la vie de tous les jours, pourquoi ne pas préférer les transports en commun, moins gourmands en énergie et moins polluants que tous nos véhicules individuels. De même pourquoi ne pas choisir de mettre notre argent dans une banque éthique comme la Nef, qui pratique la confiance et la transparence?

 

L'Accord sur le Climat de décembre 2015 à Paris devra sans tarder être mis en œuvre et particulièrement le Fonds Vert qui devrait atteindre 91 milliards d'euros par an à partir de 2020. Car, un monde «zéro carbone, zéro pauvreté» devrait pouvoir un jour être réalité. Pour aller dans ce sens, montrons nous engagés et généreux et soyons des consommateurs responsables en faisant des choix ayant un impact sur le futur de nos enfants, sur tout notre environnement et sur le bien être de tous les habitants de notre planète.

Lyliane