Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2018

Visualiser notre planète grâce à une application gratuite pour tous les écrans...

Mme Lorraine Rossignol dans le journal Télérama nous signale que désormais, grâce à l'application Blueturn, chacun peut voir flotter dans l'espace, l'image de notre belle planète bleue. Cette image a été prise le mercredi 3/10/2018 par une caméra de la NASA installée sur un satellite à plus de 1,6 million de kilomètres.

Jusqu'ici seuls les 564 astronautes, qui ont eu la chance de séjourner dans l'espace, ont pu voir ainsi la Terre. Mis au point par deux ingénieurs experts en modélisation mathématique, Mr Jean-Pierre Goux et Mr Michaël Boccara, Blueturn donne un effet de réel saisissant, plus efficace que Blue Marble, la première photo prise en 1972 lors de la mission Apollo 17.

Selon la journaliste, cet "overview effect" (effet de vision globale) provoque généralement "un choc tenant à la fois de l'éblouissement et de la sidération, un mélange de bien-être profond et d'élan mystique". Nous n'avons donc plus de raison de continuer à vivre dans une forme de cécité. Cette innovation vient bouleverser notre regard au moment où nous devons réagir de façon globale pour sauvegarder la planète...

En effet, "au-delà de son ineffable beauté, cette vue distancée de la Terre offre un éclairage sans pareil sur la fragilité de nos existences et la nécessité, pour l'espèce humaine, de se définir un projet commun", écrit Mme Rossignol. Gageons que cette idée géniale pourra influer sur nos vies en terme de politique, d'écologie, d'éducation ou d'art.

La vue de notre planète, bleu de cyan ceinte de nuages blancs et perdue dans l'Univers, pourra-t-elle enfin nous aider à élever notre niveau de conscience et à collaborer vraiment avec le Vivant? C'est ce que je souhaite de tout mon cœur!  Alors, rendez vous sur l'application Blueturn. Faites connaître le site Internet: www.blueturn.earth autour de vous!.

Lyliane

 

20/10/2018

Une "cantine participative" à Manosque...

Le journal Messages du mois d'octobre du Secours Catholique nous informe, sous la plume de M.-H.C, de la mobilisation réussie de bénévoles de l'association locale pour créer un lieu convivial et participatif à Manosque. Dans un ancien restaurant du centre-ville, en effet, le Secours Catholique des Alpes a ouvert une "cantine participative", où les repas se préparent et se prennent ensemble. Ce restaurant solidaire offre une cuisine familiale française en veillant à ce qu'elle soit économique, nutritive et faite à base de produits locaux.

Cette cantine est ouverte à tous, sans condition de ressources, trois jours par semaine. Il faut cependant avoir pris une cotisation de 5 euros minimum à l'association. Les adhérents sont alors impliqués dans toute l'organisation des 20 couverts qui peuvent être servis dans le restaurant, nettoyage et service compris. Chaque repas coûte environ 3 euros, plus pour ceux qui le peuvent.

Ce sont les bénévoles du Secours Catholique qui ont lancé ce projet. Ils voulaient pour la plupart rompre la solitude de beaucoup d'habitants isolés, les rassembler autour d'un partage de repas et leur proposer une nourriture saine et de qualité. En effet, ils avaient remarqué que beaucoup souffraient d'insécurité alimentaire. A la cantine solidaire, les menus sont variés et on échange même des recettes…

Une initiative qui mériterait d'être reprise ailleurs! Pour toute information, s'adresser à www.alpes.secours-catholique.org.

Lyliane

19/10/2018

Quel est le rôle du Défenseur des Droits?

Dans "Et les autres?" petit journal de la Fondation Abbé Pierre, Mr Jacques Toubon, nommé pour 6 ans Défenseur des Droits le 17/7/2014, revient sur le rôle croissant qu'il joue dans notre société. C'est, en effet, une institution indépendante de l'Etat créée en 2011 et inscrite dans la Constitution. Elle est "chargée de défendre et de faire respecter les droits et libertés". Mr Toubon note que "les rappels à la Loi sont indispensables et qu'en général les élus et les pouvoirs publics ne récusent pas les interventions de ses services".

Mr Toubon rapporte que les saisines qui lui parviennent, via leurs 500 délégués territoriaux et celles arrivées directement au siège, concernent souvent le non accès aux droits fondamentaux en matière de logement, de santé et d'éducation des populations les plus pauvres. Par exemple, il est amené à demander aux maires récalcitrants par l'intermédiaire des préfets d'inscrire les enfants vivant en bidonvilles ou en meublés à l'école. Des recommandations sont faites pour les cantines ( en cas d'impayés) et le suivi médical des enfants handicapés. Il y a même eu des refus de médecins de soigner des migrants titulaires de l'AME ( Aide Médicale d'Etat).

Même si des inégalités subsistent, notamment en matière de logement, puisque 60 000 personnes reconnues Dalo (Droit au Logement) ne sont pas relogées, même si des conflits sont nombreux, Mr Toubon semble confiant. Il affirme dans cet article: "Notre institution peut faire levier et contribuer à améliorer toute situation en faisant valoir les droits de chacun".

Aussi, en cas de nécessité, n'hésitons pas à saisir le Défenseur des Droits, garant de nos libertés individuelles et collectives! Pour ce faire, consulter sur Internet le site: 

https://www.defenseurdesdroits.fr ou écrire à Défenseur des droits- 3, Place Fontenoy -Paris
 
 
75 007-
 
Lyliane

17/10/2018

L'E.F.T: une technique psycho-énergétique expliquée par une naturopathe Mme Menet.

Mme Anne-Claire Meret, naturopathe formée à l'ayurvéda et praticienne en E.F.T. publie un long article dans la revue d'octobre 2018 de "Médecines Extraordinaires", dans lequel elle explique ce qu'est l'E.F.T ou Emotionnal Freedom Technique.  L'E.F.T. a été mise au point par Mr Gary Craig, un ingénieur américain de l'Université de Stanford aux Etats-Unis. Cette technique énergétique qui combattrait le stress, les traumatismes, les phobies, les addictions, les douleurs chroniques, les allergies et les insomnies lie les méridiens énergétiques de la médecine chinoise aux notions de psychologie occidentale.

Pratiquement et aussi surprenant que ça puisse paraître,  l'E.F.T. consiste à "tapoter" avec les doigts sur certains points du corps en y associant les pensées qui obsèdent. Les résultats seraient impressionnants. Il suffit tout d'abord d'identifier avec précision le problème (émotion négative, blocage, douleur physique), puis de tapoter sur une dizaine de points situés sur la main, la tête ou le buste en répétant des phrases susceptibles de libérer le problème. Les points stimulés sont des points énergétiques qui envoient un message au système nerveux. C'est une sorte de "reprogrammation du cerveau limbique" et donc de libération émotionnelle.

L'E.F.T. utilise 14 points, chacun étant lié à un méridien. En principe: après quelques respirations amples, avec la tranche de la main, tapoter le sommet du crâne, le début des sourcils, le coin de l'œil, sous l'œil, sous le nez, au creux du menton, à la clavicule, sous le bras, sous le sein, au coin de l'ongle du pouce, de l'index, du majeur, le dos de la main, l'auriculaire et enfin prendre une grande inspiration et une expiration pour relâcher les tensions.

Les tapotements sont doux et continuels, le temps d'exprimer le problème à haute voix ou intérieurement. Des images ou des pensées peuvent survenir. On peut travailler seul ou avec un thérapeute. Mme Menet nous propose des situations et des phrases associées dans son article. Elle reçoit à Paris en cabinet. Elle a écrit de nombreux ouvrages comme "La naturopathie pour les nuls", "Le miracle du Jeûne" et "La Naturopathie, c'est la vie".

Pour approfondir le sujet, consulter par exemple sur Internet: 

 
https://technique-eft.com/decouvrir-eft.html
 
 
Lyliane
 

16/10/2018

Comme les Kagabas en Colombie, voir la santé faisant partie du Tout et préserver son équilibre...

Dans le journal Médecines Extraordinaires, un article de Mme Frederika Van Ingen, journaliste, attire notre attention sur les Kagabas, un peuple qui vit jusqu'à un âge avancé sans les maladies dites de civilisation (cancer, Alzheimer et Parkinson). Ils sont les derniers descendants des civilisations précolombiennes et ils vivent dans les montagnes depuis 4000 ans, préservant ainsi la mémoire de leurs traditions ancestrales.

"Les Kagabas, écrit la journaliste, voient la santé comme la résultante de leur capacité à être en accord avec les principes de la vie". Ces principes, ils les observent dans la nature et les intègrent depuis leur plus jeune âge dans leur relation au quotidien avec la nature où ils vivent. "Ils ont en plus une lecture et une compréhension de toutes les relations qui sous-tendent le vivant, invisibles à l'œil mais aux effets perceptibles".

"Quand on est en bonne santé", explique une mama, "on est comme un canal transparent". Ils organisent donc leur vie pour éviter de tomber malade. La terre qui permet l'agriculture et apporte la nourriture, offre aussi la médecine par les plantes. Chez eux, la terre permet aussi la justice (un même accès pour tous) et l'éducation car les jeunes observent le fonctionnement de la vie. Ils suivent notamment "les lois des origines ou lois de Sé", qui contiennent en elles les principes de vie.

Les chamans femmes (ou sagas) et les chamanes hommes, tous désignés avant leur naissance, ainsi que les mamas ont la responsabilité de toutes les actions pour préserver la vie. L'art divinatoire, utilisant l'eau et des quartz, est là pour savoir si un acte thérapeutique ou une décision est juste. Ils soignent beaucoup par des espaces de parole, la relation à la nature ou aux humains. Pour eux, nos maladies modernes sont "des maladies de la relation". Ils pensent que par manque de conscience "nous déchirons les trames de la vie et du vivant".

Nous pourrions emprunter aux Kagabas le besoin de nous relier au vivant. Pour ces peuples ancestraux, tout est signe. Aussi, devrions-nous à notre tour savoir accueillir toutes les informations du monde comme des signaux, y compris les inconforts dans nos relations. Nous devrions notamment chercher à accueillir nos limites comme nos fragilités, ce qui n'est pas encore très bien accepté dans nos sociétés occidentales...

Une école fondée par Eric Jullien dans la Drôme en 2006 propose des stages pour intégrer une telle philosophie du vivant. Il s'agit de "l'Ecole pratique de la nature et des savoirs", où masculin et féminin sont complémentaires en tant que polarités qui créent l'équilibre.

Pour en savoir davantage, consulter www.tchendukua.com et www.lecercledes passeurs.com. 

Lyliane

15/10/2018

Les cueilleurs de pommes...

Sous la conduite de Mr Jean-Louis Choisel, un groupe de personnes se désolaient du gel des arbres fruitiers dans la région de Belfort l'hiver 1978. Ils fondèrent cette même année l'Association Nationale des amateurs bénévoles pour la sauvegarde des variétés fruitières régionales en voie de disparition dite Les Croqueurs de Pommes. Leur objectif était de reconnaître et de préserver des variétés anciennes de fruits et des techniques associées.

Puis, un peu partout en France, d'autres passionnés firent la même prise de conscience, face aux remembrements, à l'extension des zones urbaines et pire à la destruction des vergers. Actuellement, lisons nous dans le journal Biocontact du mois d'octobre 2018, l'Association Nationale des Croqueurs de Pommes comporte 8 200 adhérents, fédérés dans 63 associations locales dont l'Association Aube Champagne pays d'Othe dite Charles-Baltet (450 membres) qui organise Europom 2018  pour l'Europe. 

En effet, Europom est un groupement d'amateurs bénévoles attachés à la sauvegarde du patrimoine fruitier. C'est aussi une exposition où les Croqueurs de Pommes fêteront  leurs 40 ans d'existence à Troyes ( Le cube - entrée gratuite) les 27 et 28 octobre 2018 avec 2 000 variétés fruitières exposées. Artisans, producteurs, associations se feront connaître. Pour en savoir davantage, contacter www.croqueurs-national.fr.

Lyliane

Kalaweit ou la sauvegarde des Gibbons en Indonésie...

Mme Véronique Georges a interviewé pour le quotidien Nice-Matin Mr Aurélien Brulé, âgé de 39 ans, originaire de Fayence (83) qui consacre sa vie avec l'aide de Mme M. Robin et de nombreux donateurs à la cause des Gibbons en Indonésie. Il se fait du reste appeler Chanee qui signifie gibbon en Thaïlandais. L'association Kalaweit, le plus grand programme de sauvegarde des gibbons, fête aujourd'hui ses 20 ans.

Depuis l'Indonésie où il a fondé une famille, Chanee explique que grâce à leurs centres de Bornéo et Sumatra, 300 gibbons vivent protégés d'abord dans des réserves, puis dans des coins de forêts protégés de la déforestation. Car, affirme-t-il,  la déforestation pour produire de l'huile de palme est une plaie. Le but de l'association Kalaweit est en effet de pouvoir relâcher les animaux victimes un jour qu'ils soient primates ou autres animaux sauvages.

En 20 ans, Chanee a vu Bornéo défiguré , mais il garde espoir, car Kalaweit avec 79 employés, soigneurs et vétérinaires fait du travail concret jour après jour. Grâce à l'achat de parcelles de forêts, depuis 2012, l'association a en effet pu créer trois réserves d'une surface totale de 627 hectares. Il est possible d'aider et de soutenir Kalaweit en parrainant un gibbon et en donnant des fonds pour acheter de la forêt. Joindre sur Internet: www.kalaweit.org. ou voir sur You Tube le travail de l'association par chaneekalaweit. Merci Chanee de votre investissement en faveurdu monde animal sauvage!

Lyliane

14/10/2018

La musique, c'est magique!

Mme Lorraine Rossignol dans le journal Télérama écrit un bel article sur les bienfaits de la musique. Elle rendrait en effet les enfants plus attentifs, elle favoriserait l'apprentissage du langage et de la lecture. Certains prétendent qu'elle gommerait les inégalités sociales… L'Education Nationale, sous l'impulsion de son ministre, a lancé un "plan chorale" et souhaite généraliser l'enseignement de la musique dans toutes les classes du primaire à l'automne 2019.

Par exemple à la Crèche Cap Enfants de Cergy Pontoise (95), crée il y a 12 ans, des tout-petits rentrent avec joie dans une bulle bleue, qui produit de la musique. Des zones tactiles en effet déclenchent des sons qui changent chaque mois. Il a été remarqué que cette immersion quotidienne dans des bruits et des chansons a un impact direct sur les apprentissages fondamentaux des enfants. Un réseau de 8 établissements, implantés dans des zones d'éducation prioritaires de la région parisienne, s'est crée depuis, car cette bulle s'est révélée être un outil pédagogique hors pair.

La plasticité du cerveau infantile, ont confirmé des neurologues comme Mr Pierre Lemarquis par exemple, permet en effet de développer et de créer un spectre auditif large, bénéfique dans l'apprentissage des langues. Ainsi, la fréquentation intensive de la musique, qu'elle soit instrumentale ou chantée, pourrait booster nos jeunes élèves dès la maternelle. N'oublions pas que, dès 2005, le Chef d'orchestre Mr Daniel Barenboïm avait crée à Berlin la première école musicale du monde, le Musikkindergarten, où les enfants grandissaient en musique et dans la joie.

La conclusion de l'article est la suivante:" En apprenant à être attentifs aux sons, on apprend à être attentifs aux autres, à mieux décoder le langage des interactions sociales, y compris les non-dits. Cela s'appelle l'empathie et c'est à la musique que nous le devons"! Cette phrase mérite d'être méditée...  Il est donc urgent en France de démocratiser la musique et d'en faire la clé de voute de notre enseignement...

Lyliane

12/10/2018

Cent pour cent d'énergie renouvelable sur 3 îles du Finistère...

Depuis le 6/9/2016, pouvons-nous lire dans la revue Biocontact d'octobre 2018, "les îles de Molène, Sein et Ouessant ont débuté un programme qui doit les mener, à terme, à être uniquement alimentées en énergies renouvelables… et donc à être autonomes énergétiquement". Le projet a coûté 1,5 millions d'euros répartis sur 3 ans en faisant appel à deux programmes différents. D'une part, la boucle énergétique locale (appel à projet de la région Bretagne, d'autre part le Territoire à énergie positive pour la croissance verte (appel à projet national) .

Selon l'article, le développement des énergies renouvelables sur ces îles du Finistère devrait permettre de baisser de 30% les émissions de CO2 en 3 ans. Les premiers résultats sont encourageants, car la consommation de fioul a baissé. il est vrai que différentes mesures avaient été prises:

- distribution d'ampoules LED

- réfection de l'isolation des bâtiments publics.

- rénovation de l'éclairage public.

De plus, une aide financière a permis à de nombreux habitants de remplacer leur congélateur par un modèle plus économe en énergie. Le photovoltaïque et l'hydrolien (éoliennes en mer) sont également inclus dans ce projet. Des batteries lithium-ion ont été installées à Sein et sur Ouessant pour stocker le surplus d'énergie. Elles sont couplées à un système de pilotage permettant de recevoir et de distribuer l'énergie selon les besoins. Pour ces îles pionnières, l'objectif est d'être autonomes grâce aux énergies renouvelables d'ici à 2030.

Il me semble que de tels exemples pourraient servir de modèles à d'autres régions françaises. C'est sans doute une question de volonté politique et d'investissements. N'y aurait-t-il pas urgence à bouger dans ce domaine pour faire baisser notre consommation électrique globale? Des aides et des incitations financières pourraient notamment motiver l'ensemble de la population. Une partie des citoyens français me paraît aujourd'hui prête à modifier ses habitudes d'achats et de consommation. De plus, la réfection de l'isolation des bâtiments et de l'éclairage public pourrait créer des emplois…

Pour approfondir le sujet, consulter par exemple sur Internet: www. lenergietoutcompris.fr.

Lyliane

 

 

10/10/2018

Une consigne numérique pour les sans abri...

Mme Sophie Berthier, dans la revue hebdomadaire Télérama, nous fait savoir que deux ingénieurs, ont eu l'idée d'une consigne numérique car, longtemps bénévoles dans la rue, ils savent les sans abri souvent dépourvus de papiers d'identité, permis de conduire et autres documents nécessaires pour obtenir le RSA ou pour s'inscrire à Pôle emploi.

Ils les aident tout d'abord à se procurer ces documents, puis ils les stockent sous forme de fichiers protégés dans le Cloud avec accès gratuit pour les intéressés. Aider les plus démunis à reprendre pied semble en effet une excellente idée. Pour en savoir davantage sur cette consigne numérique, contacter sur Internet: www.reconnect.fr.

Lyliane

09/10/2018

Boom des méthodes alternatives dans l'enseignement en France...

Chaque semaine de nouveaux ouvrages sortent en France, comme par exemple le livre de Mme Caroline Sost "S'épanouir à l'école" chez R. Laffont ou celui de Mme Emmanuelle Barrère-Leuiller "Transmettre des valeurs à son enfant" chez Eyrolles. Des ateliers originaux et innovants se créent également tels ceux de La Carabane à Vavin, aux Batignolles, à Buffault, au Sentier et à Levallois. Ils accompagnent les enfants pour méditer et se recentrer sur l'essentiel, participer à des débats philosophiques, dessiner pour exprimer leurs idées et tout cela à partir de 4 ans. 

Enfin, la méthode Montessori et d'autres méthodes alternatives, autrefois réservées exclusivement aux écoles privées ou hors contrat, onéreuses et donc pas forcément accessibles à tous, ont gagné du terrain dernièrement dans les écoles publiques . L'enseignement Montessori notamment, qui intègre le bonheur des enfants au cœur de sa pédagogie, s'intensifie dans les écoles françaises. Cette éducation positive et bienveillante a donné d'excellents résultats et séduit beaucoup de familles. On compte à ce jour 1 000 établissements français utilisant des méthodes alternatives, ce qui est malgré tout encore assez peu.

Mr J.M Blanquer, Ministre de l'Education Nationale, a fait savoir qu'il souhaite que cette pédagogie soit davantage développée dans les écoles publiques françaises. Toutefois, les enseignants actuellement sont obligés de se former (stages sur leurs temps libres) et de s'équiper en matériel par leurs propres moyens. Il faudrait donc que cette méthode soit adoptée au niveau national pour toutes les écoles publiques qui le souhaiteraient.

En attendant, Mme Ricardo Zahra a eu l'idée de créer MaMontessoriBox qui propose de recevoir directement, via un abonnement mensuel à la box, tous les éléments et le matériel nécessaire pour appliquer cette méthode sur différents plans (mathématiques, langage, sensoriel…). Cette box s'obtient en joignant le site Internet: www.mamontessoribox.com. 

Bref, de plus en plus d'adultes cherchent à faire pétiller les yeux des enfants et à leur faire aimer l'école, lit-on dans l'Ecolomag N° 67 de septembre/octobre 2018. C'est réconfortant pour l'avenir et cela laisse augurer de profondes transformations dans le système scolaire français, là où notes, sanctions, jugements de valeurs paraissaient installés à demeure. Une éducation véritablement au service de la vie, qui offre à tous l'occasion de s'épanouir et de contribuer à un monde plus juste, voilà enfin un des moyens de transformer positivement la société et le monde...

Lyliane 

Boom des méthodes alternatives dans l'enseignement en France...

Chaque semaine de nouveaux ouvrages sortent en France, comme par exemple le livre de Mme Caroline Sost "S'épanouir à l'école" chez R. Laffont ou celui de Mme Emmanuelle Barrère-Leuiller "Transmettre des valeurs à son enfant" chez Eyrolles. Des ateliers originaux et innovants se créent également tels ceux de La Carabane à Vavin, aux Batignolles, à Buffault, au Sentier et à Levallois. Ils accompagnent les enfants pour méditer et se recentrer sur l'essentiel, participer à des débats philosophiques, dessiner pour exprimer leurs idées et tout cela à partir de 4 ans. 

Enfin, la méthode Montessori et d'autres méthodes alternatives, autrefois réservées exclusivement aux écoles privées ou hors contrat, onéreuses et donc pas forcément accessibles à tous, ont gagné du terrain dernièrement dans les écoles publiques . L'enseignement Montessori notamment, qui intègre le bonheur des enfants au cœur de sa pédagogie, s'intensifie dans les écoles françaises. Cette éducation positive et bienveillante a donné d'excellents résultats et séduit beaucoup de familles. On compte à ce jour 1 000 établissements français utilisant des méthodes alternatives, ce qui est malgré tout encore assez peu.

Mr J.M Blanquer, Ministre de l'Education Nationale, a fait savoir qu'il souhaite que cette pédagogie soit davantage développée dans les écoles publiques françaises. Toutefois, les enseignants actuellement sont obligés de se former (stages sur leurs temps libres) et de s'équiper en matériel par leurs propres moyens. Il faudrait donc que cette méthode soit adoptée au niveau national pour toutes les écoles publiques qui le souhaiteraient.

En attendant, Mme Ricardo Zahra a eu l'idée de créer MaMontessoriBox qui propose de recevoir directement, via un abonnement mensuel à la box, tous les éléments et le matériel nécessaire pour appliquer cette méthode sur différents plans (mathématiques, langage, sensoriel…). Cette box s'obtient en joignant le site Internet: www.mamontessoribox.com. 

Bref, de plus en plus d'adultes cherchent à faire pétiller les yeux des enfants et à leur faire aimer l'école, lit-on dans l'Ecolomag N° 67 de septembre/octobre 2018. C'est réconfortant pour l'avenir et cela laisse augurer de profondes transformations dans le système scolaire français, là où notes, sanctions, jugements de valeurs paraissaient installés à demeure. Une éducation véritablement au service de la vie, qui offre à tous l'occasion de s'épanouir et de contribuer à un monde plus juste, voilà enfin un des moyens de transformer positivement la société et le monde...

Lyliane 

08/10/2018

La rigologie, vous connaissez?

J'apprends par Mme Amandine Roussel, dans le supplément à Nice-Matin "Nous" qu'une sophrologue caycédienne, installée à Ollioules (83) propose au prix de 20 euros la séance pour un particulier, depuis 2006, des séances de rigologie dans une salle louée par ses soins. Mme Geneviève Despraux accepte également de se déplacer dans des entreprises ou des institutions qui la sollicitent dans tout le département du Var. Mme Despraux s'est formée à l'Ecole Internationale du Yoga du rire  et du bonheur et à l'Institut Français du yoga du rire et du rire santé. Ce yoga du rire dure de une heure à une heure trente environ.

A première vue, écrit la journaliste, "la rigologie ne fait pas sérieux. En fait c'est une vraie discipline, dont les avantages sur la santé ne sont plus à démontrer". Dans une ambiance ludique, après une préparation corporelle par étirements et exercices de respiration, on effectue des petits jeux pour créer un lien dans le groupe. vient ensuite le temps du rire: "comme pour les positions du yoga, il y a différents rires, celui du tigre, de l'ours, du chat, du gros ventre, du graduel"... Puis vient la méditation du rire: "allongés sur une couverture ou un tapis, on fait monter le rire crescendo, puis on respire détendu. C'est un moment doux et convivial".

Les bénéfices physiques du rire sont nombreux: sur l'énergie, la digestion, les douleurs chroniques, le système immunitaire. On peut aussi s'exercer seul à la maison et la rogologie s'adresse à tous types de public, des enfants jusqu'aux seniors. Par contre, en cas de personnes hypertendues, cardiaques, asthmatiques ou d'opérés depuis peu, Mme Despraux demande un certificat médical. Elle aime bien mélanger les générations lors des séances. alors, pourquoi ne pas essayer?

Personnellement, il y a  quelques années j'ai vécu à Nice ce genre d'expérience de yoga du rire au sein du Club retraités de la MGEN. Je regrette que ce cours se soit arrêté car il me faisait beaucoup de bien. Qui voudrait le relancer en ville ou à l'hôpital dans le 06? Il existe des écoles du rire un peu partout en France. Je crois que nous aurions tous à y gagner!

Pour plus d'informations, consulter: https://www.ecolederire.org

Lyliane

La téléconsultation médicale, est-ce la panacée?

Un article de Version Femina rédigé par Mme Fabienne Colin décrit le principe de la téléconsultation tel qu'il a été mis en place récemment dans notre pays. Il revient à consulter un médecin sans devoir se rendre à son cabinet ou à le faire venir à domicile. Cette pratique semble désormais bien encadrée. En fait, le soignant vient vers le patient par téléphone ou via une webcam. elle s'adresse à tous, sauf bien sûr s'il faut réaliser un examen physique.

Tout d'abord, il existe des sites dédiés à la téléconsultation et accessibles 24h sur 24 et 7 jours sur 7 par exemple sur www.mesdocteurs.com (trente spécialités au moins), hellocare.fr ou qare.fr... Généralement, on crée un compte et on commence par remplir un court questionnaire: identité, adresse mail, sexe, date de naissance. ensuite, on enregistre les coordonnées de sa carte bancaire. Alors, en principe, on peut dialoguer avec un praticien en visioconférence. A l'issue de l'échange, le patient reçoit un compte-rendu et récupére l'ordonnance éventuelle sur la plate-forme choisie.

Sur Hellocare, le coût est de 20 euros sans limite de temps, 6 euros la question de 15 minutes ou 2 euros la minute  par tchat ou échange vidéo ou audio sur mesdocteurs.com et 29 euros par mois en individuel ou 49 euros par famille sur quare. Mais attention, cette prestation n'est pas remboursée, car la prise en charge de la téléconsultation doit passer par son médecin traitant. Il ne s'agit pas cependant de télé-conseils comme sur un forum ou par mail.

De plus en plus de complémentaires santé comme Axa ou celles du réseau Santéclair( Allianz, MMA, GMF, MAAF…) font bénéficier leurs adhérents de la téléconsultation. Chez AXA par exemple, on appelle le 3633 et on a alors un infirmier qui dirige le patient vers un médecin ou les urgences selon le cas. Une ordonnance sécurisée est envoyée ensuite à la pharmacie du choix du malade. Ce service est compris dans la cotisation. Par contre, ni arrêts de travail, ni certificats médicaux, ni renouvellements d'ordonnances ne peuvent être délivrés de cette façon.

D'autres assureurs ont établi un partenariat avec le site www.medecindirect.fr. L'assurance vous donne un numéro de téléphone pour que vous vous enregistriez sur une plate-forme. Dans cet espace personnel, vous pouvez rédiger votre question médicale. Celle-ci est alors adressée à un généraliste, voire à un spécialiste. Un médecin disponible peut alors vous consulter. 

Bref, ce nouveau système est censé pallier la surcharge des praticiens et rassurer les personnes habitant dans des "déserts médicaux". Toutefois, qu'il soit payant ou gratuit, ce nouveau dispositif ne me semble pas être en mesure de remplacer vraiment une consultation médicale. En effet, il m'apparaît que rien ne vaut des relations directes avec son médecin, le côté humain étant dans ce domaine très important. L'avenir nous dira ce qu'il convient de penser au sujet de cette proposition de service… Vous pourrez aussi nous en dire un mot sur ce blog à l'occasion.

Lyliane

Comment instaurer l'égalité dès le berceau chez nos enfants?

Mme Tiphaine Honnet, dans la revue hebdomadaire gratuite Version Femina, s'interroge sur les stéréotypes sexistes ancrés dans nos réactions et nos propos et elle nous propose de donner l'exemple à la maison notamment en surveillant notre vocabulaire. En effet, depuis 2015, des formations existent en crèche (Babilou l'Imagin'R à Blagnac ou Egalicrèche par exemple) pour sensibiliser les professionnels de la petite enfance à traiter les enfants des deux sexes de la même manière. Ensuite, à l'école comme à la maison, la sociologue Sylvie Cromer note que, de plus en plus, des prises de conscience se font avec la volonté de changer les choses. Car jusque là, 45% des Français pensaient encore que certains sports convenaient mieux à un sexe qu'à l'autre...

Jusqu'à 7 ans, un enfant définit son identité  sexuée à partir des exemples donnés par son entourage. Aussi, dans le couple, le travail ménager, la garde des enfants mériteraient d'être partagés plus équitablement, ce qui n'est pas encore le cas chez tout le monde. Souvent, c'est toujours la femme qui fait les courses, la lessive, qui emmène les enfants à l'école, surveille les devoirs, donne le goûter… De même, au lieu de dire " la maman de Charlotte" pour désigner une voisine ou une amie au lieu de la nommer par son nom, revient à l'enfermer dans un rôle. Les pères ont tendance à valoriser l'esthétique de leur fille et le courage de leur fils, au lieu de souligner leurs véritables compétences…

Plus tard, dans les jeux offerts aux enfants, beaucoup continuent à choisir dinette et poupées pour les filles et petites voitures et ballons pour les garçons. Ces derniers , s'ils ont entendu dire dans leur enfance "un garçon ne pleure pas ", auront  à l'âge adulte du mal à libérer leurs émotions. Les métiers et les sports vers lesquels filles et garçons se dirigeront risquent d'être impactés fortement par les propos que nous aurons tenus en tant que parents. Et attention aux propos homophobes, aux jurons sexistes que certains utilisent dans leur quotidien!

En effet, le fait de ne pas confondre identité sexuée et orientation sexuelle aide à ne pas enfermer nos ados dans des stéréotypes dépassés. Faire évoluer les mentalités, proposer des modèles diversifiés, tout cela peut nous aider à créer une société où la mixité est repensée de A à Z. Pour notre inspiration, des lectures peuvent être conseillées, comme par exemple: "L'enfance de l'ordre, comment les enfants perçoivent le monde social" de Mr Wilfried Lignier au Editions du Seuil ou "Filles et garçons, repenser la mixité dans l'éducation"  de Mme Christine Castelain-Meunier chez A. Michel. 

Lyliane

 

06/10/2018

Achats en ligne: quels recours?

De plus en plus de particuliers commandent en ligne des produits, constate Mme Laurence Ollivier, journaliste pour version Fémina. Toutefois, en cas de litige, les ripostes à adopter ne sont pas toujours bien connues du public. Tout d'abord, si la commande n'arrive pas dans le délai noté sur le bon de commande, il faut demander l'annulation de la vente. Cela peut se faire par courriel ou mieux par courrier recommandé avec AR. Le vendeur, s'il est dans l'impossibilité de vous livrer dans un délai de 8 à 15 jours maximum, devrait vous rembourser les sommes avancées dans les 14 jours à compter de la réception de votre demande.

Si vous recevez un colis endommagé, ouvrez le colis devant le livreur et émettez des réserves écrites sur le bon de livraison. Si vous constatez une avarie, refusez la livraison en contactant la hotline du cybermarchand pour connaître les modalités de retour. Si vous aviez une garantie de conformité, qui court pendant 2 ans suivant la livraison du bien, vous pouvez obtenir réparation ou remplacement du bien endommagé. En principe, dans l'espace européen (EEE) plus l'Islande, la Norvège et le Liechtenstein, le vendeur doit vous rembourser les frais de retour du produit, sauf s'il s'agit de vente entre particuliers ou sur des sites étrangers (hors EEE).

Si votre achat finalement ne vous plaît plus, exercez votre droit de rétractation en écrivant en recommandé avec AR. Ce délai est de 14 jours minimum à compter de votre commande s'il s'agit d'un service ou de sa livraison pour un bien. Vous avez 14 jours ensuite pour réexpédier le produit dans son emballage d'origine. Le professionnel doit alors vous rembourser sous 14 jours. mais cette protection ne joue pas pour des achats de billets d'avion, de train, des spectacles, des denrées périssables et d'achats entre particulier ou en Chine.

En cas de litige, essayez de contacter le cybermarchand par téléphone, puis par courrier recommandé avec AR. Cherchez d'abord un arrangement avec le vendeur. Si cela ne débouche pas, pour des produits échangés dans l'Union Européenne, adressez-vous à un organisme de consommateurs (Que choisir…), un médiateur: www.mediateurfevad.fr ou à: www.europe-consommateurs.eu ou au tribunal de commerce compétent.

Lyliane

 

 

 

AVS-AESH, vers la professionnalisation ...

Dans la revue US, université syndicaliste, est soulignée la promotion de l'éducation inclusive dans le système éducatif français et la place essentielle donnée aux AESH et aux AVS. C'est à eux en effet qu'incombe la responsabilité d'accompagner les élèves en situation de handicap ( dyslexie, dyspraxie, dysphasie, élèves en fauteuil, mal voyants, troubles autistiques…). Entre 2004 et 2017, le nombre d'élèves en situation de handicap scolarisés dans le second degré est passé de 37 000 à 140 000, mais cela concerne seulement 30% de filles. De plus, l'origine sociale joue toujours, puisque en 6ème, 44% des élèves en situation de handicap viennent des familles les plus favorisées...

Ces auxiliaires de vie scolaire ont des missions de trois ordres: l'aide humaine individualisée (AESH-i), l'aide humaine mutualisée (AESH-m) et l'accompagnement en ULIS (AESH-co) ou unité localisée pour l'inclusion scolaire. Les deux premières sont décidées par la CDAPH ou commission pour les droits et l'autonomie des personnes handicapées, la troisième relève de l'autorité académique.

Il s'agit concrètement d'accompagner les élèves dans l'accès aux activités d'apprentissage et dans les activités relationnelles et sociales. Cela peut aller jusqu'à la distribution de médicaments aux élèves  dans le cadre d'un PAI (projet d'accueil individualisé) et de certains gestes techniques de soin, avec accord de l'employeur. Les AESH sont recrutés sous contrat de droit public, alors que les AVS , détenteurs d'un contrat aidé sont recrutés sous contrat de droit privé. ils peuvent être affectés sur un ou plusieurs établissements.

Les AESH signent généralement des CDD d'un an les 6 premières années d'exercice, même si la loi permet des CDD de 3 ans, puis ils signent un CDI. Ils peuvent cumuler deux activités professionnelles. Seuls les AESH peuvent assurer l'accompagnement de sorties, de voyages avec nuitées et des stages pendant la durée de leur temps de travail. Les contractuels en CUI-CAE signent un contrat de 6 à 24 mois, prolongeable. au bout du 9ème mois ils peuvent prétendre signer un CDD d'AESH.

Les AESH ont droit à la formation professionnelle tout au long de leur vie (compte personnel de formation selon l'article 22 de la loi n° 83-634 du 19/01/2017).Ils sont recrutés sans condition de diplômes, mais doivent justifier d'une expérience d'au moins 9 mois et suivre une formation d'adaptation à l'emploi ou engager une démarche de validation des acquis (VAE) conduisant au diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social. Dans le cas d'AVS , l'employeur a l'obligation de favoriser la réalisation du projet professionnel des salariés. ils bénéficient de 60 h de formation d'adaptation à l'emploi (30 h par année) ce qui paraît dérisoire vu la diversité de leurs tâches. Ces heures sont des heures de travail effectif.

Sur place, les prescriptions et recommandations du législateur n'ont malheureusement pas été accompagnées des investissements nécessaires. Aussi, des moyens en personnels, en formation, mais aussi en dispositifs et en structures d'accueil sont nécessaires. Par exemple: repenser l'accessibilité des bâtiments, le suivi des parcours, faciliter l'intervention des acteurs médico-sociaux et garantir l'application des textes…

L'accompagnement spécifique des élèves porteurs de troubles dys, troubles cognitifs bien cernés par la médecine aujourd'hui, est notamment à revoir. C'est non seulement un défi majeur pour les enseignants non formés à ces troubles la plupart du temps dans des classes surchargées, mais aussi un souci pour les familles. Celles ci doivent solliciter un PAP (plan d'accompagnement personnalisé).  Les évaluations et les examens doivent être aménagés pour ce type d'élèves. Rappelons qu'en France il y aurait entre 6 et 8% d'élèves porteurs de troubles dys.

De plus en plus, l'Education Nationale s'achemine vers une prise en charge diversifiée des élèves. Mais il reste beaucoup à faire pour maintenir un service public de qualité, notamment quand on entend annoncer la suppression de 120 000 emplois dans les établissements secondaires!

Lyliane

05/10/2018

Découvrir le régime de Pioppi, un petit village italien, où l'on vit longtemps en bonne santé...

Je connaissais déjà le régime des centenaires d'Okinawa,  celui des Hounzas dans l'Himalaya et le régime crétois, mais je n'avais jamais entendu parler du régime Pioppi, un village de  Campanie, sur la Côte du Cilento, à deux heures de Naples environ. C'est une star américaine de la nutrition, Mr Ancel Keys, qui s'y est installé avec sa compagne à la fin des années 60, qui a fait connaître ce village où les centenaires sont nombreux. Mme Elisabetta Moro, professeure spécialiste de l'histoire et de l'anthropologie de Pioppi, a été interviewée par Mme Jessica Agache-Gorse pour la revue Version Femina, afin de découvrir le secret de leur belle longévité.

En Grande-Bretagne vient de paraître le livre "Pioppi diet" par le Dr Aseem Malhotra et Mr Donald O'Neill (collection Penguin). Cela a mis en lumière le régime alimentaire des habitants de Pioppi. Il faut savoir tout d'abord que ces habitants étaient des pêcheurs et qu'ils n'étaient pas riches: ils se nourrissaient donc peu et uniquement de produits locaux. Ils continuent à vivre ainsi assez frugalement. Par exemple, le matin ils prennent simplement un café et un fruit, parfois rien. Ils ne mangent de la viande qu'une fois par semaine et du poisson de leur pêche (sardines, maquereaux, anchois…) deux à trois fois la semaine. L'essentiel de leur régime, ce sont les fruits et les légumes de leurs jardins (tomates, brocolis, choux, aubergines, figues, oranges, abricots, pommes…). Le dimanche, ils font eux même leurs pâtes fraîches et chacun pétrit son pain. Lentilles et haricots figurent en bonne place dans leurs menus.

Mme Olga Vaccaro, professeure de nutrition à l'Université de Naples, ajoute à cette liste des fruits secs (noix et amandes), de l'huile d'olive et jamais de beurre, ni de sucre ou alors très exceptionnellement. Toutefois, des soupes avec des féculents (pâtes, pain, céréales) peuvent être ajoutées, de même qu'un peu de lait écrémé et de ricotta. Un verre de vin à table est également admis. La convivialité et un mode de vie actif (jardinage, pêche) et cependant paisible peuvent aussi être signalés dans ce village. Faire la fête est en effet une dimension partagée par tous.

Alors, qui veut choisir ce modèle de vie pour devenir centenaire et en bonne santé? Pour quelques recettes et conseils, lire l'ouvrage "La dieta mediterranea"de Mme Moro.

Lyliane

04/10/2018

Au Lycée Agricole de St Maximin (83), c'est de la terre à l'assiette!

Le Lycée agricole de St Maximin qui existe depuis 1953 et dépend du Ministère de l'Agriculture, compte aujourd'hui 500 élèves de la 4ème de collège aux terminales, dont 200 en internat. Il a à la fois des missions pédagogiques et agricoles. Son directeur, Mr Christian Brayer, a crée il y a deux ans une légumerie accessible aux élèves comme aux agriculteurs locaux. Il pense, en effet, "que la restauration hors domicile est un marché en devenir"(pour fournir les cantines scolaires notamment).

L'établissement a même installé un "espace test" au lycée agricole, afin de donner l'opportunité à des jeunes intéressés par le métier d'agriculteur, de maraîcher de se tester. Le matériel agricole comme la terre leur sont prêté et pour un à trois ans, ils peuvent expérimenter le métier. N'oublions pas que le département du Var a toujours eu une vocation agricole très importante...

Mme Karine Michel, journaliste à Nice-Matin, est allée sur place les interviewer pour le supplément "Nous".  A la légumerie, installée depuis 2017 dans l'enceinte de l'établissement sur 300m2, un bâtiment quasi autonome sur le plan énergétique grâce à des panneaux photovoltaïques, la transformation des légumes est possible. Il y a en effet toutes les machines nécessaires et des règles d'hygiène strictes à respecter.

Les maraîchers dans un rayon de 20 à 30 km (15 environ jusqu'ici) peuvent venir transformer leurs surplus en confitures ou conserves. Bien entendu, ils sont enregistrés auprès de la M.S.A (mutualité sociale agricole), pour parer à toute difficulté éventuelle. Il est possible de réserver auprès du lycée agricole la structure de la légumerie par internet du lundi matin au dimanche soir, moyennant paiement au prorata du temps d'utilisation.

Les élèves du lycée agricole, encadrés par des adultes agriculteurs eux mêmes ou enseignants, apprennent également à transformer et à conditionner des produits qui seront utilisés à la cantine du lycée. En effet, 100% des légumes et fruits produits sur les 15 ha d'exploitation du lycée (bio pour la plupart) sont transformés à la légumerie et utilisés par la cantine scolaire. On veille sur place à ce qu'il y ait le moins possible de gaspillage.

Mr Brayer se sent être "comme un Directeur d'établissement sur un territoire, qu'il a pour mission d'animer". Il travaille, en effet, avec les collectivités locales "sur la mise en place d'un véritable campus des métiers de l'agriculture, de l'alimentation, de la biodiversité et des nouveaux services à la personne en milieu rural entre Brignoles et St Maximin".

Depuis un moment, il réfléchit avec d'autres intervenants locaux à un projet de P.A.T ou projet alimentaire territorial s'appuyant notamment sur les circuits courts. A la rentrée 2019, "il devrait disposer de l'ouverture d'une filière d'enseignement supérieur avec un BTS technicien conseil ventes de produits alimentaires en circuits courts".

Pour en savoir davantage sur cet établissement, consulter sur internet le site: www.lycee-provence-verte.fr ou téléphoner au lycée agricole (Chemin du Prugnon à St Maximin: 04 94 86 52 93.

Lyliane

 

 

03/10/2018

Apprendre aux élèves à vivre ensemble et à aimer l'école...

On tombe très vite sur le nom de Mr Yvan Nemo (alias Tournesol pour ses proches!) quand on évoque une école primaire de zone défavorisée, où depuis 20 ans l'ambiance a changé du tout au tout. A l'Ecole Bel Air de Torcy (Seine et Marne), en effet, ce directeur d'école a réussi le tour de force de faire passer les classes d'un climat de violence à des lieux de vie accueillants et bienveillants ouverts sur le quartier. Et tout cela en douceur! Les parents d'élèves sont notamment très impliqués dans le fonctionnement de cette école. Quant aux élèves, ils apprennent à respecter le savoir et à collaborer pour faire jaillir "l'intelligence collective".

Grâce notamment à des aides glanées alentour (Apple France pour l'équipement informatique, la Fondation de France pour une dotation de 150 000 euros et la commune pour des activités extra-scolaires) ont été crées peu à peu une mini-ferme pour la maternelle, un potager, un laboratoire scientifique, des bassins, une cabane nature, une bibliothèque ainsi que des salles d'ordinateurs. Le but des 8 enseignants, présents depuis des années, est de stimuler la curiosité des élèves et de leur apprendre des valeurs de mutualisation et de responsabilité. Des retraitées  de la ville viennent même de temps en temps pour des ateliers tricot et pâtisserie.

Dans l'Education Nationale, depuis 2013, en s'appuyant sur des textes prônant une "refondation de l'école", l'approche a évolué vers davantage de bienveillance. On ne cherche, en effet, plus seulement des résultats, mais aussi le bien-être des élèves. Il est notamment demandé aux enseignants d'exercer une autorité sans humiliation, de pratiquer une notation positive par compétences acquises et d'effectuer un travail de socialisation. L'exemple des écoles Montessori y est peut-être pour quelque chose...

Pour en savoir plus sur l'école de Bel- Air à Torcy, où travaille Mr Nemo et son équipe pédagogique, contacter sur internet: https://www.lajauneetlarouge.com.

Lyliane

02/10/2018

Vivre autrement sa retraite...

Selon Télérama, le concept de la Maison des Babayagas, dans laquelle "des femmes ont décidé de vivre leur retraite autrement que seules ou mal accompagnées, rassemble 20 femmes de plus de 60 ans à Montreuil depuis 2013". C'est Mme Thérèse Clerc, aujourd'hui décédée, qui avait eu l'idée dès 1995 de créer un endroit où des femmes pourraient vieillir de façon indépendante et autonome en pratiquant autogestion et solidarité. A Montreuil, en plein centre-ville, ce fut enfin possible. Là, "ni direction, ni personnel, mais jardin et potager pour subsister et mieux vieillir ensemble".

Depuis, l'idée de créer des sortes de maisons de retraite autogérées et socialement accessibles a fait son chemin dans notre pays. Toutes ne sont pas farouchement féministes comme à Montreuil, mais à St Priest près de Lyon, à Palaiseau dans l'Essonne et à Toulouse tout récemment se sont ouvert des Logis Solidaires. Ce type d'habitat participatif commence en effet à intéresser quelques municipalités et à motiver des personnes dotées de peu de moyens et désireuses de mettre en pratique des valeurs de solidarité et d'écologie.

Il me semble que ce type de projet mériterait d'être développé. Les communes peuvent trouver des terrains et des bailleurs sociaux capables de monter ce type de projet. Car aujourd'hui les personnes âgées, qui ne peuvent investir dans une chambre coûteuse en maison de retraite médicalisée, ont souvent pour seule perspective que celle de vieillir isolées chez elles ou de finir à l'hôpital. Et vivre en EHPAD, c'est à dire entre personnes âgées dépendantes, n'est pas forcément un sort enviable quand on a toute sa tête et qu'on est encore alerte...

Pour se renseigner sur la Maison des Babayagas et ce type d'habitat collectif et alternatif, consultez sur Internet: https://www.lamaisondesbabayagas.eu.

Lyliane

01/10/2018

Illectronisme, la nouvelle exclusion sociale...

Dans Valeurs Mutualistes, la revue mensuelle de la MGEN, un article concernant l'illectronisme a attiré mon attention. A l'occasion des Journées nationales d'action contre l'illettrisme du 8 au 15/9/2018, nous apprenons que l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme (ANLCI) et le Syndicat de la presse sociale (SPS) se sont associés pour faire converger leurs actions sur le terrain. Une sensibilisation à l'illectronisme y a été ajouté, car le fossé numérique se creuse dans notre pays.

En effet, si près de 9 Français sur 10 sont équipés de smartphones, tablettes ou ordinateurs, connectés à Internet, nombreux sont celles et ceux qui éprouvent un "mal-être " numérique. Selon l'Institut CSA par exemple, "un quart des personnes interrogées s'estiment désemparées au moment d'effectuer un achat ou une déclaration fiscale en ligne. 19% d'entre elles renonceraient même à des démarches administratives ou liées à un loisir sur le Net en raison de leurs difficultés". Ce sont indifféremment des femmes ou des hommes, des citadins ou des ruraux.

Fort de cette enquête, le SPS a entrepris d'alerter pouvoirs publics et acteurs économiques. Son objectif est de mettre sur pied d'ici la fin d'année un laboratoire d'idées et de conseils constitué d'experts, afin de parvenir à une convergence de solutions utiles et acceptables pour tout le monde. Car comment aider les exclus du numérique? Des formations, des points numériques, des dispositifs? Des associations comme Emmaüs Connect et We techCare oeuvrent déjà au développement de plateformes d'apprentissage pour certains publics. Une stratégie nationale de mise en avant des initiatives et de fédération des acteurs semble  néanmoins nécessaire.

De plus, il y a encore des foyers (6% environ) qui ne bénéficient pas de l'Internet haut débit. En principe d'ici 2020 ce devrait être solutionné, mais il faudra veiller au respect des engagements pris. Le nouveau guichet "Cohésion Numérique des territoires", doté de 100 millions d'euros, devrait être opérationnel dès 2019. Il s'agit au fond de renforcer les dispositifs existants et de faciliter l'accès à tous les publics des outils numériques par une ergonomie et un langage plus simple. Mr Mounir Majhoubi, Secrétaire d'Etat chargé du numérique, semble avoir pris la mesure des questions posées. Il propose des plans à brève échéance pour réduire le fossé numérique existant.

Pour approfondir le sujet, contacter: sps.fr, agencedunumerique.gouv.fr, strategie.gouv.fr ou solidarites-actives.com.

Lyliane

Faire le ménage dans ses émotions avec les Fleurs de Bach...

Mme Axelle Truquet dans le Journal Nice-Matin du 16/9/2018 fait le point sur les élixirs floraux avec Mme Nathalie Auzémery, naturopathe installée à Nice. Cette conseillère diplômée en naturopathie s'intéresse aux élixirs depuis plus de 20 ans et elle les considère comme un " remède miracle". Entre autre, elle a en effet écrit l'ouvrage: "Soigner ses enfants avec les fleurs de Bach" sorti tout récemment aux éditions Leduc. Toutefois, elle précise bien que "les élixirs de Bach n'ont pas pour vocation de guérir les maladies, mais de traiter les émotions".

Mme Auzémery ajoute cette précision: "Ce ne sont pas des médicaments, mais leur objectif est de soulager les émotions négatives comme la peur, la lassitude, l'anxiété, le manque de confiance en soi". En bref, ces élixirs servent à nous rééquilibrer. L'avantage de cette solution à base de plantes ou de bourgeons est qu'elle ne produit pas d'effet indésirable. On en prend quelques gouttes seulement dans de l'eau ou directement sur la langue 4 fois par jour en général. Des cures de plusieurs semaines sont possibles.

Les Fleurs de Bach ont été découvertes il y a 80 ans par le Docteur Edward Bach, un anglais pathologiste et homéopathe, "qui pensait que l'état d'esprit d'un individu jouait un rôle primordial dans le maintien de son bien-être". Il a identifié 38 fleurs réparties en 7 familles d'émotions: solitude, sensibilité, préoccupation excessive, manque d'intérêt, tristesse, souci, incertitude. La teinture-mère de ces fleurs cueillies soigneusement est obtenue après qu'elles aient été plongées dans de l'eau et mises au soleil ou placées à ébullition. L'eau est ensuite filtrée et mélangée à un peu d'alcool pour la conservation.

Les flacons de 30 ml de verre opaque se gardent assez longtemps. Des mélanges de 5 à 7 fleurs sont possibles, mais il est recommandé de solliciter un conseil avant de se lancer. Le centre Bach - www.bachcentre.com - peut fournir la liste des conseillers agrées. Le Rescue enfin peut être considéré comme le 39ème élixir. Il est composé d'un mélange de 5 essences différentes de fleurs.  On l'utilise en cas de gros stress. Il faut savoir aussi qu'il existe des flacons dédiés aux enfants, déjà conditionnés.

On trouve les élixirs facilement que ce soit en pharmacie  ou dans certaines boutiques diététiques. Alors, pourquoi ne pas tester sur soi les élixirs floraux? Personnellement, j'ai essayé et je suis devenue adepte en cas de mal-être ou de peur.

Lyliane

30/09/2018

Petits bonnets pour une grande cause...

Petits bonnets pour une grande cause, c'est le titre de l'opération lancée pour la 12ème année consécutive par les Petits frères des Pauvres. L'association demande aux bénévoles de tout le pays de tricoter des bonnets de laine et d'envoyer leurs créations avant le 1er décembre à l'adresse suivante: Les Petits frères des Pauvres- Opération petits bonnets pour une grande cause - 64, Avenue Parmentier -75011- Paris.

Des modèles sont proposés pour les débutants-es et on peut obtenir des informations auprès de Mme Fanny Barbe au 01 49 23 13 54 ou par courriel à : fanny.barbe@petitsfreresdespauvres.fr. Ces bonnets tricotés (540 000 sont souhaités!) pourraient permettre de récolter suffisamment d'argent pour soutenir des actions spécifiques auprès des plus fragiles.

De plus, le 1er octobre, journée internationale des personnes âgées, les petits frères des Pauvres organisent la 10 ème édition des "Fleurs de la fraternité". Il s'agit d'offrir une fleur à une personne âgée pour lui donner un moment de bonheur. C'est à la portée de tout le monde!

Lyliane 

Au coeur de Nice, une maison d'accueil pour héberger les malades après leur hospitalisation...

Selon Mme Nancy Cattan, qui écrit dans le Journal Nice-Matin du 16/9/2018, une structure unique en France existe à Nice (06) à la Maison Sainte Croix. Cette propriété appartenant à l'Archiconfrérie des Pénitents Blancs propose en effet des appartements thérapeutiques à des personnes sortant des hôpitaux de la région. Ce sont un médecin, un soignant et une assistante sociale du Centre A. Lacassagne qui ont pris contact avec cette structure. Cette maison a ouvert en septembre 2009 et, depuis, 154 personnes y ont fait des séjours.

Là, un médecin coordinateur, des aides-soignantes et une infirmière s'occupent des patients, qui sont tous des majeurs en état de fragilité médicale et sociale. Un comité de soignants et de représentants des pénitents Blancs décident l'admission sur présentation d'un dossier médical et social. Car, le retour à domicile après une hospitalisation n'est pas toujours simple. Parfois, il y a des étages et pas d'ascenseur, parfois la maison est trop éloignée ou le handicap de la personne ne permet plus d'être autonome… Certains restent 6 mois, d'autres près de deux ans. Le loyer est minime: 60 euros par mois.

Voilà une initiative qui pourrait être reprise dans d'autres villes françaises! Car nombreuses sont les personnes en grande difficulté qui n'arrivent plus à regagner leur domicile après des traitements lourds ou une hospitalisation! Toutes n'ont pas une famille capable de les héberger et de veiller sur elles.

Pour tout renseignement, s'adresser à www.penitentsblancs.fr ou téléphoner au 04 89 74 63 64.

Lyliane

 

 

29/09/2018

Soins dentaires moins chers...

Dans les facultés dentaires, les apprentis dentistes ont besoin de se former avec des patients volontaires. Sous la houlette de leurs professeurs, ils s'exercent sur eux pour un traitement d'orthodontie ou pour poser une couronne. Là, c'est en moyenne 30% moins cher qu'en cabinet privé, nous signale la Revue Réponse à tout de septembre 2018.

Pour trouver une faculté dentaire ou un praticien y exerçant non loin de chez soi, faire www.ordre-chirurgiens-dentistes.fr à la rubrique "devenir chirurgien-dentiste.

Lyliane

28/09/2018

Mieux former les médecins aux soins palliatifs...

Mme Carine Hahn a recueilli pour Valeurs Mutualistes le témoignage de Mme Brigitte Micheau, Présidente de l'UNASP (Union nationale des associations de soins palliatifs) et bénévole en soins palliatifs. L'UNASP fédère 70 associations de soins palliatifs et compte 1 600 bénévoles intervenant à l'hôpital, dans les EHPAD et à domicile. Mme Hahn milite pour une application effective de la Loi Clayes-Leonetti de 2005 et une meilleure formation des médecins.

Etre en soins palliatifs implique, en effet, du personnel soignant une présence auprès du malade et de sa famille, dès l'annonce de la maladie grave et évolutive jusqu'au décès en passant par une prise en charge de la douleur selon la Charte  des soins palliatifs. Certains médecins ne connaissent pas encore bien et n'appliquent pas partout cette loi. Les familles par contre la connaissent et demandent son application.

Pour le moment la formation des médecins aux soins palliatifs est très inégale. Parfois aussi ils n'ont pas les outils médicaux et humains. Aussi, la prise en charge de la "sédation profonde et continue jusqu'au décès" est loin d'être opérationnelle. L'UNASP  prône un accompagnement humaniste du patient en défendant ses droits. elle cherche à "éviter la banalisation du temps de la mort dans une société du bien-être individualiste, où elle est sortie du champ".

Mme Hahn cherche des fonds et essaie de sensibiliser les institutions. Car les aides ont baissé d'environ 70% et beaucoup ont disparu. Elle forme des équipes de bénévoles quand c'est possible pour répondre à la demande des hôpitaux. Heureusement, à la rentrée 2018, tous les étudiants en médecine, mais aussi les infirmiers et les kinésithérapeutes devraient pouvoir effectuer un stage dans une unité de soins palliatifs. Cela était inscrit dans la loi pour tous les soignants mais jusqu'ici cela a peu été appliqué.

Il faut savoir que si 85% des Français souhaiteraient finir leur vie à domicile, 60% des décès ont lieu au cours d'une hospitalisation. Parfois les malades disposent d'une pompe à morphine comme à l'USP de l'Hôpital Bretonneau (Paris) pour s'administrer une dose adaptée à leur douleur. Là les soignants essaient de cultiver avec eux les petits plaisirs de la vie en flattant les 5 sens du malade (musique, tableaux au mur, animaux…). 

Pour en savoir davantage, joindre par exemple sur Internet: www.parlons-fin-de-vie.fr.

Lyliane

Consommer responsable et se laisser "emballer par le vrac"...

Mme Marie-Alexandra Desfontaines, dans la revue Notre Temps, liste les divers avantages d'acheter sa nourriture en vrac. elle signale qu'aujourd'hui beaucoup de magasins biologiques (Biocoop, Naturalia…) et même certaines grandes chaînes de supermarchés proposent un rayon vrac. Généralement l'acheteur trouve des sacs papier à disposition pour y mettre les produits qu'il a sélectionnés.

Voici les nombreux avantages mis en avant par la journaliste:

- faire des économies: on estime en effet qu'au moins 20% du prix de vente des produits emballés correspond au prix de l'emballage.

- limiter le volume des déchets: selon l'ADEME, chaque français produit par an 391 kg d'ordures ménagères. Les emballages finissent tous à la poubelle.

- lutter contre le gaspillage alimentaire: le consommateur choisit exactement la quantité de produit nécessaire à sa consommation personnelle.

- préserver sa santé: il faut savoir que de nombreux matériaux toxiques (phtalates…) sont susceptibles de migrer de l'emballage vers l'aliment.

- privilégier le "fait maison": on est moins tenté d'acheter des plats tout préparés.

- varier les plaisirs: on voit les différents produits proposés et on est tenté de les tester.

- retisser du lien avec le commerçant: il nous informe sur les temps de cuisson, les recettes...

- descendre moins souvent ses poubelles: on vise peu à peu le zéro déchet.

- alléger son sac de courses: on fractionne les quantités à acheter.

- recycler: on est tenté de garder bocaux, bouteilles et pots pour conserver épices, céréales, graines, légumineuses...

Pour aller plus loin, consulter par exemple: www.daybyday-shop.com.

 Lyliane

27/09/2018

Association Crésus pour soutenir les personnes endettées...

Dans la revue Notre Temps, Mr Jean Christophe Martineau évoque l'engagement d'un homme de 66 ans, combattif et déterminé, Mr Jean-Louis Kiehl. Né à Strasbourg, après une carrière à l'international, il s'est senti capable de créer une structure associative susceptible d'aider les personnes surendettées. Ce fut d'abord SOS surendettement, puis, depuis 2003, l'association Crésus. Celle-ci a été reconnue d'utilité publique en 2005 et elle a même été lauréate 2016 du Prix des Héros de Notre Temps.

Mr Kiehl est devenu délégué du Médiateur de la République pour l'Alsace. A Strasbourg, l'association dispose d'une plateforme téléphonique nationale (tél: 03 90 22 11 34) animée par une vingtaine de jeunes professionnels de la finance, qui prennent en charge les appels de personnes en difficulté. Les appelants sont conseillés dans leurs démarches avec leurs banques ou les pouvoirs publics. Mr Kiehl a même joué le rôle de médiateur auprès de certains directeurs d'agences bancaires.

On considère aujourd'hui que l'Association Crésus a accompagné quelques 500 000 personnes. Des aides sous forme de bénévolat ou de dons seraient bienvenues. S'adresser via Internet à www.cresusalsace.org.

Lyliane

26/09/2018

L'argile, un bon plan...

Un article des Carnets de Santé des Alpes-Maritimes nous fait prendre conscience que, tirée de la roche, l'argile regorge de minéraux et d'oligo-éléments. Riche en fer, potassium, aluminium, cuivre, elle est ,en effet, utile aussi bien pour des soins de beauté que pour des soins curatifs. Pour une peau brûlée, infectée ou contusionnée par exemple, l'argile est très efficace en cataplasme, car elle accélère la cicatrisation. Des masques à l'argile nettoient la peau en profondeur ou traitent des cheveux secs.

On trouve l'argile sous plusieurs formes: en vrac concassée ou moulue, en tubes prêts à l'emploi et même en bandes pré-imprégnées. L'argile verte est la plus répandue. Récoltée dans des carrières, elle est purifiante pour les peaux mixtes ou grasses et peut diminuer les pellicules... L'argile rouge, colorée par des oxydes de fer, est plus grasse et convient aux peaux très sèches. L'argile blanche et l'argile jaune sont plus adaptées aux peaux fragiles.

Il est possible de se confectionner un masque anti-âge: verser dans un bol 2 cuillères à café d'argile verte, une cuillerée à café de miel et 2 cuillères à café de lait. Pour un masque purifiant, mêler 2 cuillerées d'argile verte, 1 cuillère à café d'huile d'olive et 2 cuillères à café d'eau minérale. Bien mélanger pour obtenir une texture homogène. Laisser poser 15 à 20 minutes sans laisser durcir le masque. Ensuite, un masque hydratant permettra au visage de retrouver sa vitalité.

Pour en savoir davantage, consulter sur Internet: https://www.toutpratique.com › Santé

Lyliane