Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2018

Ces héros qui changent le monde, dans le nouveau numéro de GEO Hors-série...

 

GEO - Mardi 19 décembre 2017
 
CES Héros qui changent le monde...

Médecine, écologie, éducation, droits de l'Homme... Ils s'engagent et se battent pour rendre la planète plus belle. Dans son nouveau numéro, GEO dresse les portraits de ces acteurs du changement. En vente dès ce mercredi chez votre marchand de journaux.

 

L'édito - Ils rêvent d'un autre monde

Faut-il des héros pour changer le monde ? Un dialogue me revient en mémoire, entre Galilée et son disciple Andrea, dans la pièce de Berthold Brecht, La Vie de Galilée : «Malheureux le pays qui n’a pas de héros», disait Andrea. «Malheureux le pays qui a besoin de héros», répondait Galilée… Qu’importe. Nous avons fait le choix de vous présenter ce numéro qui met en avant ces hommes et ces femmes qui changent le monde. Et de les qualifier de héros. Le flot continu des informations, en effet, projette sur le devant de la scène quelques acteurs majeurs, des hommes politiques, des vedettes du sport et du show-biz, voire, hélas aussi, des guerriers ou des terroristes. Les mêmes noms viennent et reviennent à la lumière, et cette lumière crée l’ombre qui, justement, masque l’existence de citoyens exceptionnels. Au sein d’associations ou d’entreprises, ceux-ci inventent de nouveaux procédés, technologies ou liens de solidarité qui vont changer le monde. De ces hommes et ces femmes, les «grands-messes » de chefs d’Etat qui se penchent sur l’avenir de la planète parlent peu. Pourtant, sur le terrain, dans les villes, les laboratoires, les forêts, les écoles, ces citoyens créent les conditions qui permettront à l’humanité de vivre mieux et autrement.

Epiphénomènes ? Non. Le foisonnement des initiatives est saisissant. Porté par l’aspiration, celles des jeunes notamment, de créer des conditions pour que le monde de demain soit meilleur que celui d’aujourd’hui. Pour sélectionner les réalisations les plus marquantes, la rédaction de GEO n’est pas, bien entendu, partie de rien. Nous avons d’abord analysé le travail de sélection effectué par de nombreuses entreprises et fondations (Ashoka, Yves Rocher, Schwab, Rolex, etc.). Nous avons ensuite écarté les actions trop locales ou trop peu abouties pour être significatives. Enfin, puisque nous ne voulions pas vous présenter un annuaire ennuyeux, nous avons retenu les acteurs dont les images ont marqué nos esprits et nous disent le contexte, géographique notamment, du combat qu’ils mènent.

Laxmi Argawal, Latifa Ibn Ziaten, Andrew Bastawrous, Bunker Roy, Vandana Shiva… Certains rejoindront peut-être, un jour, le Panthéon des héros (Luther King, Gandhi, Mandela…) qui ont compté dans l’Histoire. D’autres resteront enfouis dans ses tiroirs oubliés. D’autres encore devront cesser leur combat, de force, car dans certains pays, quand la défense de l’homme ou de la nature déplaît au pouvoir en place ou aux intérêts privés, le militantisme se paye avec le prix du sang et l’héroïsme confine au martyre. Mais tous ces héros de l’humanité ont un point commun : ils rêvent d’un monde meilleur, et, pour y parvenir, ils commencent par changer la vie de ceux qui les entourent, la leur aussi, sans attendre l’action des Etats ou des institutions politiques, qui, un jour, espèrent-ils, relaieront et amplifieront leurs actions en créant des lois ou des droits nouveaux. L’écrivain Albert Camus nous l’avait déjà appris : «Pour qu’une pensée change le monde, il faut d’abord qu’elle change la vie de celui qui la porte.»

Eric Meyer, rédacteur en chef


Au sommaire de GEO Hors-série

Acteurs du changement - Portraits de onze personnalités engagées pour le mieux-être de la planète.

Rencontre - Face aux atteintes aux droits de l’homme, aux pillages des ressources, à la déforestation, l’activiste indienne Vandana Shiva en appelle à la désobéissance civile.

Préserver la Terre

Sarah Toumi : une entrepreneuse face au désert. Elle veut faire reverdir la Tunisie et donner du travail aux agricultrices.

Cary Fowler : il a créé l’arche de Noé de la biodiversité. Des graines du monde entier affluent vers ce «coffre-fort» construit en Norvège, dans l’archipel du Svalbard. Reportage.

Valérie Cabanes, juriste, spécialiste des droits de l’homme. Cette femme défend les peuples autochtones face aux abus des multinationales les plus polluantes.

Améliorer le quotidien

Bunker Roy : il a fondé le Barefoot College. Cette ONG indienne forme des femmes analphabètes à l’ingénierie solaire pour éclairer des villages isolés et démunis. Reportage sur les «mamas solar» à Zanzibar.

Jack Sim : le roi du petit coin. Cet ancien entrepreneur singapourien se bat pour que tout le monde ait accès aux toilettes.

Transformer l’espace urbain

Architectes - Les inventeurs de villes zéro carbone. Ils repensent l’urbanisme pour réduire l’impact de l’homme sur l’environnement. Voici quatre de leurs projets.

Kimbal Musk : un pionnier de l’agriculture urbaine. Aux Etats-Unis, il a créé des containers haute technologie pour cultiver en ville.

Daan Roosegaarde : designer néerlandais. Il a conçu des tours dépolluantes pour rendre les cités plus belles et plus propres.

Réparer les vivants

Conor Walsh : le surdoué de la robotique médicale. Ses combinaisons connectées permettent aux victimes d’un AVC de remarcher plus vite.

Andrew Bastawrous : il sauve des yeux avec un smartphone. Cet ophtalmologue a inventé des solutions pour diagnostiquer des populations isolées dans la brousse africaine.

Alain Brunet : un psychologue contre les traumas. Son traitement efface la douleur liée à un souvenir épouvantable.

Mehmet Yigit : le chimiste anti-Ebola. Avec ses équipes, il a conçu un test rapide et bon marché pour dépister le virus.

Défendre une éthique

Latifa Ibn Ziaten : une mère contre la radicalisation. «Je me bats pour qu’il n’y ait pas d’autres Mohamed Merah», explique-t-elle.

Laxmi Agarwal - Victime d’une attaque à l’acide, défigurée, cette Indienne a décidé d’aider les femmes qui ont connu le même sort.

Silva Watt-Cloutier - Cette Inuite se bat pour le «droit au froid», afin de sauver les peuples de l’Arctique.

Tribune - L’écrivain Lionel Astruc rend hommage aux centaines de défenseurs de l’

14/01/2018

Se chauffer au bois, c'est moins cher que de le faire à l'électricité!

La Revue Kaizen de Janvier/Février 2018 compare le chauffage au bois avec d'autres types de chauffage. Mr Sylvain Lapoix, en effet, montre que le bois "est la première énergie renouvelable en France". Même si Mme Hidalgo, la Maire de Paris, a fait le choix d'interdire les feux de cheminée dans la capitale en raison de la pollution, sans taxer les diesels pour le moment, le bois à usage domestique génère 55% du chauffage d'origine renouvelable. On trouve du bois 100% made in France (France Bois Bûche). Sinon, demander des bois avec le label PEFC ou FSC assurant leur origine durable.

Un crédit d'impôt ouvre une réduction de 30% jusqu'à 8000 euros pour une personne seule et 16 000 euros pour un couple, ce qui ramène les prix des chaudières à bûches ou à granulés aux alentours de ceux d'un équivalent fioul pour lequel le crédit d'impôt s'interrompt en 2017. L'électricité d'origine nucléaire, le gaz ou le fioul font appel aux énergies fossiles et reviennent finalement plus cher. De plus, l'autonomie d'un poêle de chauffage au bois va de 12 à 72 heures selon l'usage et la taille du réservoir.

Pour en savoir davantage, consulter sur Internet le site de l'Ademe:

02/01/2018

Une femme québécoise en rémission de cancer témoigne de son expérience...

Journaliste et animatrice bien connue au Québec, Mme Josée Blanchette raconte dans le journal Néosanté comment elle a déjà traversé 3 cancers. Elle a publié un livre dans lequel elle donne la parole à des personnes autour d'elles et raconte sa propre expérience. S'intéressant aux guérisons spontanées, elle lance même de nouvelles pistes pour prévenir et soigner autrement que par chimiothérapie la maladie cancéreuse. Cet ouvrage n'est malheureusement pas disponible en Europe, mais il est paru chez Flammarion au Québec..

Mme Blanchette rapporte la réponse que son père, pneumologue et philosophe, avait l'habitude de donner à toute question:"Je ne sais pas pondre l'œuf mais je sais quand il est pourri". Elle utilise à son tour cette image pour étayer son témoignage. De toutes les décisions qu'elle a eu à prendre dans sa vie, elle avoue que celle d'aller ou non en chimio a été la plus difficile. Des pressions familiales, amicales, sociales et médicales en effet ne lui facilitaient pas la tâche.

Elle a finalement pris la décision de céder à la médecine officielle pour son fils de 10 ans. Très vite, des effets secondaires (perte du goût, troubles nerveux, froid dans les extrémités...) se sont manifestés. Elle a noté également le coût de la chimio pour l'Etat (20 000 euros pour 6 mois), car les compagnies pharmaceutiques font payer très cher leurs médicaments. En novembre 2014, Mme Blanchette s'interrogeait à Télé-Québec sur l'utilité de la chimiothérapie, notamment pour les personnes âgées...

En 2015, une étude de chercheurs fut publiée dans JAMA Oncology sur la qualité de vie et les chimios palliatives. Le bilan était loin d'être positif! Evidemment, personne ne peut savoir à l'avance comment on réagit à une chimiothérapie et beaucoup meurent, prolongés de 3 ou 4 mois seulement. Mme Blanchette a demandé alors à son oncologue si elle pouvait prendre part à une étude pour connaître ses chances de survie. Elle finit par arrêter dans un instinct de survie ayant la sensation d'être intoxiquée par les médicaments proposés...

Elle a réalisé que notre médecine est plus axée sur le curatif que le préventif. Et les statistiques faites en 2004 sont là: "on a observé une amélioration du taux de survie après 5 ans pour seulement 13 des 22 cancers étudiés." La question des récidives  s'est posée à elle à deux reprises également. Au fond, Mme Blanchette a abandonné la chimio en tablant sur des actions de prévention au quotidien. Elle a voulu surtout privilégier sa qualité de vie...

Quant aux rémissions spontanées, selon l'américaine Kelly A. Turner, elles ne sont pas du tout aléatoires et correspondraient à des profils particuliers. La chercheuse, titulaire d'une B.A. à Harvard et d'un doctorat à Berkeley, a réussi à dégager 9 facteurs fondamentaux communs à tous les patients qui ont guéri du cancer. Elle s'est intéressée à plus de 100 patients et elle a rencontré des praticiens holistiques ainsi que des "survivants de cancer" dans 10 pays différents. Pour elle, "ces gens-là ont tous fait quelque chose, même s'il n'y a pas de recette".

Voici selon elle les 9 facteurs découverts:

1) changer radicalement son alimentation

2) prendre sa santé en mains

3) suivre son intuition

4) prendre des  suppléments et des plantes médicinales

5) libérer les émotions refoulées

6) cultiver les émotions positives

7) miser sur le soutien social

8) approfondir sa spiritualité

9) avoir de bonnes raisons de vivre

 

La modification de l'alimentation lui semble essentielle (arrêt total du sucre, du blé, des produits laitiers, de la viande...). Certains ont jeûné quelque temps. Pour tous: fruits et légumes bio occupent 50% de leur assiette. L'utilisation de probiotiques, de prébiotiques, d'enzymes, de champignons, d'aloé vera, de vitamine C, de jus vert ... est aussi relevé. La méditation, le pardon, le désir de changer, de fuir toutes les causes de stress, de se servir de son instinct, de se connecter à plus Grand que soi paraissent aussi au cœur de leur nouveau style de vie.

En conclusion à cet article de Néosanté, je cite la phrase choc finale:" Guérir est possible n'importe quand et à n'importe quel stade de sa maladie, même quand ton médecin a abandonné tout espoir".

Pour consulter les articles de la revue Néosanté, contacter le site: www.neosante.eu

Lyliane

 

Les jus de légumes, voire de végétaux sont-ils bons pour notre santé?

Dans Version Femina, Mme Ingrid Haberfeld , en s'appuyant sur les conseils d'une diététicienne et naturopathe Mme Claire Desvaux, fait le point sur des boissons naturelles qui connaissent actuellement un grand succès. Un bon moyen de purifier et détoxifier son organisme, tout en renforçant ses défenses immunitaires en faisant attention de consommer ces jus à peine extraits et en dehors des repas! Il est possible d'en faire des cures de plusieurs semaines ou d'y recourir de temps en temps lorsqu'on en ressent le besoin. Les femmes enceintes, allaitantes ou les personnes allergiques aux pollens ou aux graminées devront apparemment soit éviter ces jus soit en boire avec parcimonie.

Tout d'abord, le jus d'herbe de blé, censé nous apporter de la chlorophylle, des minéraux, des vitamines et des antioxydants. On peut certes faire pousser le blé soi-même à partir de graines achetées en magasin diététique. Mais cela prend une dizaine de jours et demande un peu de travail avant de pouvoir mettre les pousses dans un extracteur. Il est conseillé d'y ajouter une pomme et un jus de citron pour rehausser la saveur. On peut aussi acheter des jus d'herbe de blé en poudre à mélanger dans un verre d'eau, un lait végétal ou un jus de fruits (1 cuillère à café de poudre suffit). 

Le jus d'orge est recommandé pour ses vertus nutritives (protéines) et notamment sa vitamine K. Toutefois éviter ou consommer avec modération ce jus lorsqu'on suit un traitement anticoagulant. Il est également possible de faire pousser l'orge soi-même et après extraction d'ajouter une carotte, un concombre ou une branche de céleri. En boutique bio, on trouve la poudre de jus d'orge prête à être consommée, diluée dans un verre d'eau à raison d'une cuillère à soupe.

L'aloe vera, tiré de l'aloès, est réputé stimuler notre système immunitaire et avoir des propriétés antibiotiques et antivirales. Le jus est extrait de la pulpe des feuilles. On le trouve généralement prêt à l'emploi en boutiques bio, en parapharmacie ou en pharmacie. Il est conseillé de diluer 30 ml de jus dans un peu d'eau ou de jus de fruits. La naturopathe recommande le jus d'aloe vera aux changements de saison ou en cas de coup de froid.

Le jus de bouleau est bon pour "remettre notre organisme à neuf". Sa richesse en potassium favorise l'élimination des toxines et sa richesse en vitamine C et en silicium aide à retrouver la forme. Une version prête à l'emploi (10 ml à chaque prise dans de l'eau trois fois par jour) est proposée au printemps en pharmacie ou en boutiques diététiques. Les habitants du Nord de l'Europe sont habitués à utiliser de petites perceuses pour extraire le jus du bouleau sauvage au fur et à mesure des besoins.

Enfin, le jus de pissenlit a été récemment redécouvert par des amateurs qui lui reconnaissent des propriétés antifatigues exceptionnelles grâce à son fer, son cuivre, son manganèse et son sélénium... Cueillir dans la nature loin de zones polluées ou dans son jardin une poignée de feuilles de pissenlit. Une fois lavées, mettre les feuilles dans l'extracteur avec deux branches de céleri, deux pommes et un concombre coupés en morceaux.

On peut varier les jus avec du chou, de la betterave, du fenouil coupé fin, selon les goûts. Les diététiciens conseillent de diluer les jus en raison de leur forte concentration. Pour en savoir davantage, consulter par exemple sur Internet: 

 

03/12/2017

Qu'offrir pour les fêtes de Noël à nos proches?

Ce mois de décembre est la période où beaucoup d'entre nous recherchent des idées de cadeaux pour leurs enfants, leurs parents, frères, soeurs, neveux et nièces ou amis. La société de consommation leur suggère de céder au goût du jour: un nouveau téléphone portable, un bijou fantaisie, un sac à main plus moderne, un bon cadeau à la Fnac ou Séphora, un livre primé, un robot, un drone... Or, il existe des cadeaux plus originaux et engagés, susceptibles de surprendre et de ravir nos proches, comme ceux que nous pourrions confectionner nous-mêmes ou dénicher alentour...

Par exemple nous suggère le journal Le Pélerin: offrir des arbres pour reboiser le monde en allant sur le site de l'ONG  Planète Urgence: www.jetaimejeseme.org. Après commande, la personne recevra par e-mail un certificat authentifiant ce cadeau fait en son nom pour notre planète. Ou bien offrir une mini serre de balcon ou d'appartement en zinc et verre garnie de 3 pots, de terreau de culture et de semences bio de persil, basilic et ciboulette. On peut en trouver chez www.natureetdécouvertes.com ou en boutique au prix de 30 euros environ. Il est également possible grâce à l'ONG "Elevage sans frontières" d'offrir une poule à une famille burkinabé pour illuminer leur fête de Noël. Allons donc sur le site www.offrez-une-poule.elevagessans frontiere.org et mettons une poule ou un coq sous le sapin!

Si la personne a un jardin, on peut choisir d'offrir un kit pour monter soi-même un nichoir écologique et un kit graines pour nourrir les oiseaux pendant l'hiver. La LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) en commercialise de même que le site: www.ekobutiks.com (12,50 euros). Pour un amateur de randos cyclistes, "l'Atlas des plus belles voies vertes et véloroutes de France" ( Ouest France à 25 euros ou d'autres régions à choisir) pourrait convenir. Les Editions Biotope( www.leclub-biotope.com) publient cette année un livre remarquable au prix de 34 euros de magnifiques photos de nature sélectionnées par le Muséum d'histoire naturelle de Londres.

Enfin, pour nos enfants à partir de 8/9 ans et nos adolescents, les éditions Actes Sud Junior recommandent l'ouvrage de Pierre Rabhi et de Cyril Dion, illustré par l'Agence Costume Trois Pièces, au prix de 16,80 euros: "Demain entre tes mains". Ses 72 pages donnent de quoi pousser à la réflexion et motiver nos jeunes à protéger et aimer la nature.

Pour les un peu plus jeunes, l'ouvrage du grand dessinateur japonais Jiro Taniguchi (aujourd'hui décédé) aux éditions rue de Sèvres au prix de 18 euros: "La Forêt Millénaire" serait également un choix de qualité. Le réalisateur Cyril Dion quant à lui a écrit un beau livre pour les enfants, plein d'idées pour préserver la planète, aux éditions Actes Sud Junior intitulé: "Une nuit sous les étoiles avec ma fille"(16,90 euros). 

Si vous avez d'autres idées originales, envoyez les: elles seront bienvenues et pourront être éventuellement partagées sur notre blog. Une amie a déja commencé par son témoignage: 

"Je viens de faire mes dons de Noël à diverses associations, et l'un me plaît bien, c'est au CCFD (Comité catholique contre la faim et pour le développement): des "Soli cadeaux".  On offre une somme pour quelque chose de précis dans un pays où ont été mises en place des actions en lien avec l'agroécologie, Afrique, Amérique du sud, Asie...  On peut offrir des graines, des animaux, poules, chèvres... ou des formations.  J'ai déjeuné aujourd'hui avec un tout jeune séminariste qui vient de Haïti où est sa famille, on a parlé de son pays, du coup j'offre de quoi greffer des fruitiers et des avocatiers et enseigner aux femmes engagées comment faire.
Les années précédentes quand fille ou petite fille étaient là, je leur donnais la carte de l'action en cadeau, comme ça elles participaient".

Lyliane

29/11/2017

Petites avancées d'aujourd'hui, grandes victoires de demain... Greenpeace

Ce titre nous est proposé par Greenpeace, qui effectue dans un document adressé à ses donateurs le bilan de l'année 2017. L'organisation par exemple avait été attaquée en justice par Résolu, une entreprise d'exploitation forestière qui avait des pratiques non durables dans la forêt boréale canadienne et demandait des dommages et intérêts. Suite à l'appel lancé par Greenpeace, le PDG d'Hachette Livre a décidé d'interpeller Résolu dans un courrier rendu public. Cela a très rapidement calmé le jeu !

 

Depuis 1978, de nombreuses victoires sont à porter au crédit de l'organisation. Au cours de ses 40 années d'engagement, Greenpeace France a mené en effet d'innombrables actions pour défendre notamment partout dans le monde les forêts, les océans et le climat. En janvier 2017 par exemple, Lidl a été le premier à jouer la carte de la transparence en rendant publique la liste de 650 fournisseurs de textiles et chaussures. La firme Gore Tex s'est engagée en février 2017 à ne plus utiliser de perfluorocarbures (PFC) dangereux. Face à Total, le récif de l'Amazone reste sous haute surveillance au large du Brésil...

 

Pour en savoir davantage, consulter le site de l'organisation sur Internet:

www.greenpeace.org.

Lyliane

17/11/2017

Les arbres, ces êtres sociaux, selon Mr Peter Wohlleben...

Un article paru dans Version Fémina et rédigé par Mme Sophie Carquain nous fait part du succès de l'ouvrage "La vie secrète des arbres" de Mr Peter Wohlleben, traduit en 32 langues. Ce forestier allemand, qui travaille actuellement dans son pays à la tête d'une forêt écologique, c'est à dire gérée de façon non productiviste, s'intéresse depuis plus de 20 ans à la vie méconnue des feuillus et des résineux qu'il côtoie. Il a en effet démissionné de son poste dans l'administration des Eaux et Forêts pour mettre en oeuvre son approche sensible dans la région de l'Eifel. Avec pédagogie autant qu'avec humour, il nous fait découvrir à quel point ces végétaux ont un comportement social. Il prétend même que "les arbres pourraient nous donner des leçons en matière de fraternité et de partage".

Première surprise: les arbres émettent des substances odorantes avec lesquelles ils communiquent. Ce sont en effet des êtres sensibles qui se soutiennent mutuellement et communiquent les uns avec les autres grâce à des filaments blancs qui fonctionnent comme un "réseau internet végétal". Autre spécificité: ils savent se montrer combatifs en fabriquant leur propre insecticide pour repousser les prédateurs.

Dans le massif du Harz en Allemagne, des scientifiques ont même constaté que la plupart des arbres d'une même espèce étaient reliés entre eux pour échanger des substances nutritives, formant un écosystème utile afin de réguler la température, l'humidité... Mieux encore: pour stocker leurs savoirs, hêtres, chênes, pins et bouleaux disposeraient d'une sorte de "cerveau" dans leurs racines leur permettant de mémoriser les informations acquises.

Mr Wohlleben a observé aussi que les arbres ont des personnalités différentes: le hêtre par exemple a l'esprit de compétition, alors que le bouleau est plutôt solitaire. Certains sont impatients comme les chênes, qui changent vite de couleur à l'automne, tandis que d'autres prolongent la saison le plus possible. Les séquoias d'Europe qui ne sont pas nombreux chez nous n'atteignent pas 50 m de haut tandis qu'aux Etats-Unis où ils sont en familles, ils grandissent jusqu'à deux fois plus. Leurs liens avec les champignons qui poussent sous leur ramure ne sont pas anodins non plus!

Bref, qu'ils hibernent comme des ours ou dorment la nuit comme les humains, qu'ils veillent sur leurs rejetons ou montrent leur peur de mourir, les arbres manifestent des comportements proches des nôtres! Alors que nous, sans conscience, nous provoquons des dégâts en modifiant leur écosystème avec des engins passant à leurs pieds et tassant le sol, en introduisant des essences étrangères ou en pratiquant une monoculture sur des hectares... En bref, Mr Wohlleben nous reproche de ne penser qu'au profit immédiat ou à notre loisir, là où lui travaille avec des chevaux et tient compte des espèces sauvages, des oiseaux diurnes ou nocturnes comme des insectes. Ne serait-il pas temps de voir dans la nature qui nous entoure un espace vivant à protéger et à respecter et de pratiquer de ce fait une sylviculture durable et responsable?

Mr Wohlleben publie, outre son bestseller" La vie secrète des arbres", un autre ouvrage publié chez Trédaniel intitulé "La vie au coeur de la forêt", un guide forestier passionnant et pratique.

Lyliane

05/11/2017

Sauvons les éléphants avec AVAAZ!

Hong Kong: mettez fin à l'ivoire, pas aux éléphants!

SIGNEZ LA PÉTITION
 

Au Conseil législatif de Hong Kong:

Nous vous demandons d'interdire immédiatement les ventes, importations et exportations d'ivoire brut et travaillé. La survie des derniers éléphants sauvages du monde dépend de votre capacité à fermer le gigantesque marché d'ivoire de Hong Kong immédiatement!

 
 

593 879 personnes ont signé. Aidez-nous à atteindre 750 000

Hong Kong vient de faire la plus grande saisie d’ivoire depuis des décennies. 1000 éléphants ont été assassinés pour cette seule cargaison(!), et vont finir en petits bibelots sur des étagères! 

Hong Kong, c’est un peu une grande boucherie -- les ventes de bouts d’éléphants charcutés y sont florissantes. Tant que ces transactions y resteront légales, de majestueux éléphants continueront d’être décimés. À ce rythme, ils pourraient disparaître de notre vivant. 

Le gouvernement de Hong Kong veut interdire ce commerce honteux, mais les lobbies de l’industrie lui font la guerre. Notre gigantesque communauté peut noyer leurs arguments bancals sous nos signatures, offrir aux autorités le soutien nécessaire et sauver des milliers d’éléphants. Chacune de nos voix compte pour faire entendre un tollé suffisamment colossal. 

Lançons une méga-pétition pour sauver les éléphants, et Avaaz couvrira Hong Kong d’affiches, fera pression sur les décideurs clés et déclenchera un buzz médiatique. Ajoutez votre nom et faites circuler tout autour de vous -- finissons-en avec cette immense boucherie d’éléphants!
 
 

Parlez-en à vos amis!

Avec espoir, 

Rewan, Danny, Nataliya, Luca et toute l’équipe d’Avaaz 

 

29/10/2017

Glyphosate toujours: il y a urgence à réagir!

 
 
 
 
Tout imprimer
Dans une nouvelle fenêtre

[cyber_klm] URGENCE Cyberaction N° 942: Non à la réautorisation du Glyphosate

 
 
 
 

 

 

 

//Cyberaction N° 942: Non à la réautorisation du Glyphosate

La Commission Européenne prévoit le vote sur le glyphosate…et maintient sa proposition inadmissible de ré-autorisation pour 10 ans !!

Nous venons d’apprendre que la date du vote -en comité Scopaff (Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale)– sur l’éventuelle ré-autorisation du glyphosate au niveau européen devrait se tenir le 25 octobre[1] prochain…

Il y a donc urgence à se mobiliser

https://is.gd/obDO8z


 

 

 

 

glyphosate

Signez cette cyberaction

 

 



 

 

// Cyberaction N°941 : Pour une transition écologique solidaire de l'agriculture et de l'alimentation

Pour apporter votre soutien global à cette démarche
https://is.gd/OkA5iN

Pour soutenir une par une les propositions, il faut s'inscrire sur le site de la consultation en ligne

Soutenir  les propositions à partir de la Page de cyberacteurs

Pour cela cliquer sur chaque proposition-> Descendre dans la page et cliquer sur d'accord

ou à partir des pages spécifiques de Fondation pour la Nature et l'Homme

Plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire

Générations futures

FNAB

FNE
plate
                      forme pour une transition

Signez cette cyberaction

 

 

 

 

27/10/2017

Comment se passer du glyphosate?

 

Le Journal La Croix du 3 octobre, sous la plume de Mme Martine Lamoureux, veut faire passer un message concernant le glyphosate, cet herbicide non sélectif très utilisé en France pour lutter contre l'ensemble des adventices. L'ennui c'est qu'on a constaté partout dans le monde qu'il fragilise et épuise les sols, quand il ne rend pas les employés agricoles et les fermiers malades par cancers.

La journaliste est allée rendre visite à Mr Félix Noblia, âgé de 32 ans, dans sa ferme du pays Basque, afin de se rendre compte des moyens envisageables pour se passer du glyphosate. L'exploitation a abandonné depuis 10 ans la monoculture et les intrants chimiques pour produire autrement en respectant les écosystèmes. Les vers de terre sont en effet ses meilleurs auxiliaires. Par exemple, au lieu de labourer, il sème directement sous couvert le maïs, le soja et le blé et, sans recours à la chimie, il a des rendements substanciels.

Il a reçu le prix de l'innovation de l'agroécologie en mars dernier, remis par le ministère de l'agriculture dans le réseau des fermes d'avenir. Toutefois les propos de Mr Noblia sont relativement nuancés. Selon lui, «on pourra à terme se passer des herbicides grâce aux couverts végétaux, mais ce serait une erreur d'interdire brutalement le glyphosate». Il faudrait selon lui repenser tout le système et engager une transition grâce à un travail de fond et à une volonté politique, car préjugés et lobbys sont très puissants.

Mr Noblia estime «qu'en augmentant fortement le prix du glyphosate, on pourrait aider les agriculteurs à s'adapter à d'autres produits moins nocifs et à peu à peu les délaisser totalement. La Commission Européenne doit se prononcer cet automne sur la rehomologation du glyphosate pour 10 ans. Deux ministres (N. Hulot et S. Travert) doivent chercher une stratégie de sortie permettant «une transition à la fois progressive et irréversible».

Pour sortir de la dépendance à ce produit efficace, peu cher et facile d'utilisation, des recherches sont en cours à l'INRA pour l'agriculture et la viticulture. Le Centre International de recherche sur le Cancer a classé le glyphosate comme "cancérogène probable" en 2015. Deux agences européennes l'EFSA et l'ECHA prétendent de leur côté que la molécule n'est pas cancérogène... Des allégations circulent néanmoins et accusent la firme Monsanto de désinformation. Le Tribunal International de La Haye a été saisi par les victimes du glyphosate. Ces personnes  venues d'Allemagne, des Etats-Unis, du Sri Lanka ... accusent Monsanto du crime d'écocide. Le jugement rendu par le Tribunal International, au vu des expertises et témoignages, condamne la firme américaine, qui depuis peu essaie de se faire oublier en s'associant au géant de la chimie Bayer. Aussi, il me semble que le principe de précaution devrait s'imposer, afin de protéger la santé des consommateurs! Espérons que l'Union Européenne, notamment grâce aux gouvernements de la France et de l'Allemagne, saura se garder des pressions exercées sur elle.

Pour aller plus loin sur ce sujet et se faire une opinion, consulter: www.lemonde.fr/.../monsanto-papers-desinformation-organisee-autour-du-glyphosate_5.. et https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de.../l-inv... ou www.huffingtonpost.fr/.../lunion-europeenne-a-copie-colle......

 

Lyliane

Le Gingko Biloba selon les nutritionnistes allemands...

 
 
 
   
 
 
Neo-nutrition : La lettre de la nutritherapie

 

Une ordonnance préhistorique


Chère lectrice,
Cher lecteur, 

Beaucoup d'entre-vous sont probablement déjà adeptes du ginkgo biloba. Son efficacité n'est plus à prouver.  

Le ginkgo biloba est surtout utilisé pour prévenir la maladie d'Alzheimer et la démence sénile. Il améliore le tonus, la mémoire et la capacité de concentration.  

C'est ce qui en fait l'un des remèdes naturels les plus populaires qui soient. 

Un arbre légendaire

Le ginkgo biloba est un arbre extraordinaire qui nous vient de la nuit des temps. Il est apparu il y a 300 millions d'années. Par comparaison, les premiers dinosaures sont apparus voilà 230 millions d'années, et l'homme il y a 5 millions d'années.  

Charles Darwin appelait le ginkgo biloba « l'arbre fossile » car c'est la plus ancienne espèce d'arbre, dont les spécimens sont encore identiques à leurs ancêtres d’il y a 300 millions d'années.  

Le ginkgo biloba peut mesurer 50 mètres de haut et vivre jusqu'à 1 000 ans.  

Suite aux grandes glaciations, on ne trouvait plus du ginkgo biloba qu'en Chine. Attribué au légendaire empereur Chen-Noung, le Traité sur les arbres et les racines qui date de 2 600 ans avant notre ère mentionne déjà ses vertus. Ce sont les femmes chinoises qui ramassaient les fruits du ginkgo qui tombaient au sol à l’automne. Elles portaient des gants car la chair du fruit, toxique et fétide, peut causer des allergies cutanées. Le noyau du fruit était utilisé pour traiter l'asthme et les bronchites [1].  

S'il a survécu tant de millénaires, c'est que le ginkgo biloba est un arbre très résistant aux changements environnementaux et à la pollution. Il est pratiquement indestructible : la première végétation qui a repoussé après le bombardement atomique d'Hiroshima de 1945 était un ginkgo biloba encore carbonisé !  

Le ginkgo biloba est un arbre bien à part. 

Le secret du ginkgo est dans ses feuilles

Les feuilles du ginkgo biloba agissent sur la circulation sanguine. Elles permettent de fluidifier le sang, d'améliorer son oxygénation et de dilater les vaisseaux sanguins pour augmenter leur débit. Ainsi le cerveau est mieux alimenté, ce qui a un effet positif sur les fonctions cognitives – mémoire, concentration [4].  

Le ginkgo est aussi un antioxydant puissant qui permet de protéger les cellules nerveuses des radicaux libres. Ses effets neuroprotecteurs permettent de prévenir la maladie d'Alzheimer.  

C'est très sérieux : l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la commission allemande sur les thérapies à base de plantes (Commission E) recommandent la feuille de ginkgo : 

  • contre la démence, 

  • les pertes de mémoire, 

  • les troubles de l'attention 

  • et la dépression [4]. 

En Allemagne, le ginkgo est remboursé

Les médicaments sur ordonnance à base de ginkgo biloba sont les médicaments les plus prescrits en Allemagne depuis des décennies [4]. 

Et ils sont remboursés, ce qui confirme que les Allemands ont toujours eu une longueur d'avance sur les traitements naturels.  

Le ginkgo biloba est-il un placebo ?

Ces dernières années, les médicaments à base du ginkgo ont régulièrement été accusés d'être placebo [21]. 

En consultant les études disponibles, j’ai constaté le contraire : le ginkgo est l’une des rares substances naturelles qui a des effets bien visibles et documentés par des dizaines d’essais cliniques en double aveugle contrôlées par placebo – on n’est plus dans l’accidentel [22]. 

Voyez vous-même : 

  • Une synthèse de 8 études randomisées en double aveugle contrôlées par placebo a conclu que le ginkgo avait des effets contre les symptômes de la démence, de l'insuffisance cérébrale, semblables aux dihydroergotoxines d'un médicament comme l'Hydergine [5-6].  

  • Une synthèse d'études de plus de 6 mois contrôlées en double-aveugle contre placebo montra que l'extrait de ginkgo était aussi efficace contre la maladie d'Alzheimer dans sa forme modérée que les inhibiteurs de cholinestérase de deuxième génération [7].  

  • Une synthèse de 9 études parvint à la conclusion que le ginkgo était plus efficace qu'un placebo pour traiter la démence [8].  

  • Le groupe Cochrane, dans une synthèse de 33 essais cliniques, a confirmé une amélioration des fonctions cognitives chez les patients traités au ginkgo. Les chercheurs ont aussi observé que le traitement au ginkgo était facile à suivre pour les patients – peu d'effets indésirables [9-10].  

  • Un essai clinique contrôlé contre placebo a mis en évidence qu'un médicament à base de ginkgo biloba avait un effet positif sur les fonctions cognitives des sujets atteints de la maladie d'Alzheimer [11].  

  • Une synthèse faite en 2010 sur tous les essais cliniques supérieurs à 12 semaines a conclu que le ginkgo avait un effet significatif sur les fonctions cognitives dans tous les cas de démence [12].  

  • L'étude Epidos Study réalisée sur 7 500 sujets français et l'étude Paquid qui a suivi 4 000 patients pendant 15 ans a démontré l'efficacité d'une prise régulière de ginkgo sur la maladie d'Alzheimer [13].  

  • Un essai clinique a été mené durant 3 ans sur 118 sujets âgés de 85 ans et plus et qui n'avaient pas de problèmes de mémoire au préalable. Les chercheurs ont découvert que le groupe ayant pris du ginkgo avait 68 % de risque en moins de développer des problèmes de mémoire que le groupe ayant pris un placebo [14].  

  • Un essai clinique d'envergure a mis en évidence qu'un médicament à base de ginkgo biloba était aussi efficace que le médicament donépézil (Aricept) utilisé contre la maladie d'Alzheimer [15]. 

Le ginkgo biloba est aussi efficace (voir plus) que les médicaments classiques pour retarder la maladie d'Alzheimer et pour atténuer les troubles liés au déclin des fonctions cognitives.  

Le ginkgo biloba n'agit pas seulement sur la mémoire

L'efficacité du ginkgo est également reconnue pour : 

  • la prévention des maladies cardiovasculaires, 

  • la claudication intermittente (douleurs aux jambes lors de la marche), 

  • la maladie de Raynaud, 

  • le vitiligo, 

  • le syndrome prémenstruel, 

  • le cancer des ovaires [16], 

  • le glaucome [17], 

  • l'impuissance masculine [18], 

  • et le mal des montagnes.  

Il a aussi été démontré que le ginkgo biloba protégeait des radiations [19].  

Comment prendre du ginkgo biloba ?

Vous avez tout intérêt à profiter des vertus du ginkgo en prenant un complément alimentaire. Les feuilles sont ramassées à l'automne quand elles sont jaunes. Il faut 50 kg de feuilles pour obtenir 1 kg d'extrait de ginkgo. 

Vous pouvez vous procurer du ginkgo biloba dans tous les bons magasins diététiques. 

En ligne, je recommande volontiers l’extrait standardisé de Super Smart (disponible ici). Trois gélules par jour vous apportent 180 mg de ginkgo biloba. 

Il existe des complexes à base de ginkgo biloba. L'avantage du complexe est qu'il s'appuie sur plusieurs principes actifs complémentaires, ce qui permet de renforcer l'efficacité du ginkgo biloba.  

Je pense par exemple au Complexe Mémoire du Laboratoire Cell’innov qui est composé de trois extraits de plantes dont du ginkgo biloba : 

Quatre gélules par jour vous apportent 90 mg de ginkgo biloba, mais aussi 1466 mg de bacopa monnieri et 490 mg de petite pervenche. Pour mieux comprendre l’action combinée de ces trois plantes pour la mémoire, lisez les explications du fabricant (diponibles ici). 

Bien à vous,  

Eric Müller  

PS : Si vous prenez des anticoagulants ou que vous êtes hémophile, il est déconseillé de prendre du ginkgo biloba qui rendra le sang encore plus fluide. 

26/10/2017

BAYSANTO...selon Some of Us

 
 
 
Afficher le message original
Toujours traduire : anglais
 
 

Maintenant , nous avons la preuve: la fusion prévue de Bayer et Monsanto pour devenir le plus grand vendeur de pesticides du monde seraient désastreuses pour les agriculteurs, les consommateurs et l'environnement. Unissonsla preuve avec le pouvoir du peuple - notre pouvoir.

Salut Lyliane,

Si Bayer, l' un des plus grands producteurs de produits chimiques et de pesticides du monde, se confond avec Monsanto, le plus grand vendeur d'OGM et les semences dans le monde, une grande partie de notre nourriture sera conçu et contrôlé par ce nouveau géant agroalimentaire. [1]

Nous avons publié la recherche scientifique avec nos partenaires [2], montrant la fusion proposée devrait être interdit en vertu du droit européen de la concurrence. Vous pouvez imaginer que Bayer et Monsanto se battent très fort pour qu'il soit approuvé. Seul le commissaire européen de la concurrence Margrethe Vestager peut les arrêter!

Vestager a déjà fait preuve de courage dans la lutte contre les grandes entreprises, et pourrait donc être notre allié. Elle a récemment abordé Amazon et Apple, ils exigeants paient leur juste part des impôts, et a déjà montré la réticence à donner le feu vert pour la fusion. Soutenons et pousser Vestager rester forte.

À ce stade, nous, la communauté WeMove, peut faire pencher la balance. Dans toute décision politique, un argument factuel a beaucoup plus de poids si elle est soutenue et partagée par beaucoup. Signez notre pétition et montrer Vestager combien les Européens sont debout contre cette fusion. Commissaire Vestager tiendra une audience publique dans les semaines à venir, et nous voulons présenter plus de 250 000 voix contre la fusion.

Pétition: Inscrivez -vous contre le géant agro-Bay-Santo

La recherche, menée par des experts en droit de la concurrence internationale de l'University College de Londres, explique comment contrôlerait tout notre système alimentaire Bay-Santo. Ils veulent que les agriculteurs d'acheter tout ce qu'ils ont besoin d'une entreprise. A partir d'OGM, les semences et les pesticides comme leurs principaux produits, Bay-Santo offrira également des engrais, du matériel numérique et les machines agricoles.

Leur promesse: de meilleurs résultats si vous obtenez tout d'une source. Ce qu'ils ne disent pas: les agriculteurs dépendent d' une entreprise, et si elle fait monterles prix, les agriculteurs seront laissés sans choix.

Alors que les entreprises fusionnées, Bay-Santo trouvera de nouvelles façons de profiteur en faisant la nature stérile, par le génie des semences génétiquement modifiées qui ne peuvent pas produire de nouvelles semences dans la prochaine génération (hybrides) et qui sont résistantes au glyphosate désherbant. Le résultat: monocultures (aussi connu comme déserts verts) et de la nourriture empoisonnée.

La conclusion de la recherche est écrasante. La fusion proposée entre Bayer et Monsanto doit être bloqué, même sous la juridiction étroite du droit européen de la concurrence. Elle interdit la concentration du marché par quelques entreprises.

Lorsque nous avons reçu les résultats que nous avons présenté immédiatement la recherche comme un dossier officiel au processus de fusion. Maintenant, nous devons nous assurer que le commissaire Vestager entend la voix de milliers de consommateurs européens appelant sur elle pour arrêter la fusion. Nous lui avons fourni de bons arguments. Maintenant, nous allons montrer son pouvoir du peuple.

Pétition: Inscrivez -vous contre le géant agro-Bay-Santo

Notre communauté se bat contre Monsanto pendant deux ans sur le glyphosate et nous faisons des progrès. Certains disent que Monsanto et Bayer planifient cette fusion si Monsanto et tout c'est mauvaise presse « disparaissent ». Nous leur avons montré ce qui se passe lorsque les citoyens unissent leurs forces et prendre position. Nous savons qu'ils sont inquiets de ce que nous pouvons faire.

Aujourd'hui, nous avons une autre chance de leur montrer que nous allons continuer à se battre pour des solutions durables pour notre agriculture, l'alimentation saine et protection de l'environnement.

Avec espoir,

Doina (Bucarest), Jörg (Lübeck), Julia (Varsovie), Olga (Bologne), Virginie (Madrid), et le reste d' entre nous à WeMove.EU

PS: Les universitaires concluent la fusion est très susceptible de « conduire à des risques importants pour la sécurité alimentaire, la biodiversité ... [et] les risques pour les prix alimentaires abordables, de haute qualité de la nourriture, la variété et l'innovation ». Ensemble , nous pouvons arrêter la fusion.

 

Les références:

[1] Rapport de recherche Baysanto Résumé, https://www.wemove.eu/sites/wemove.eu/files/baysanto_repo...

[2] Nos partenaires sont: Les Amis de la Terre Europe, SumOfUs et FoodandWater l'Europe

WeMove.EU est un mouvement citoyen, campagne pour une meilleure Europe; pour une Union européenne est engagée à la justice sociale et économique, la durabilité environnementale et la démocratie dirigée par les citoyens. Nous sommes des gens de tous les horizons de la vie, qui appellent l'Europe notre maison que nous sommes nés en Europe ou ailleurs. Pour résilier votre abonnement de WeMove.EU, s'il vous plaît cliquer ici.

WeMove.EU est financé par des dons de la communauté à travers l'Europe. Pouvez-vous puce avec quelques euros par mois et aider à vous assurer que nous pouvons aller vite pour gagner les campagnes qui comptent pour nous tous? Faire un don

Suivre sur Twitter | Comme sur Facebook |

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

18/10/2017

L'humain avant le profit, pétition selon Some of Us.org.

 
 
 

Monsanto trafique les études sur le glyphosate

 

Alors que 7 Français sur 10 déclarent être pour l'interdiction du glyphosate pour tous les usages, y compris agricoles, nous ne pouvons nous permettre aucune cacophonie, aucun délai, aucune condition. La position de la France doit être claire et ferme : non au glyphosate, maintenant!

Dites au Président de la République de rejeter la terrible proposition de la Commission Européenne au sujet du renouvellement de la licence du glyphosate pour 10 nouvelles années. Nous voulons une interdiction immédiate!

En raison des règles de vote de l'UE, l'opposition de l'Allemagne, de la France et de l'Italie suffirait à bloquer la proposition de la Commission concernant le glyphosate. Aussi, même si d’autres gouvernement ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils soutiendraient le renouvellement de cet herbicide toxique, nous pouvons encore gagner. La France a une lourde responsabilité.

En 2015, une importante étude du Centre international de Recherche sur le Cancer classait le glyphosate parmi les cancérogènes probables pour l’homme. Aujourd’hui, pas un jour ne se passe sans qu’un scandale impliquant le pesticide de Monsanto éclate quelque part dans le monde, obligeant le géant de l’agrochimie à tout mettre en œuvre pour éviter les répercussions sur son image.

Il y a peu, des dizaines de courriels internes, diffusés dans le cadre d'une poursuite contre la multinationale, révélaient la collaboration entre Monsanto et un cabinet d'experts-conseils mandaté pour inciter la revue scientifique Critical Reviews in Toxicology à publier un prétendu rapport «indépendant» concernant les effets du glyphosate sur la santé. Et cette semaine, Le Monde révèle comment la firme manipule les agences de réglementation pour éviter que le glyphosate soit classé cancérogène. 

SIGNER LA PÉTITION

Some of us

 
 
 
 
 

09/10/2017

Au Pérou, café et cacao détrônent la coca...

Selon un article publié dans la revue mensuelle Plantes et Santé, nous apprenons qu'au Pérou, dans une vallée qui avait longtemps privilégié la culture de la feuille de coca, destinée principalement au narcotrafic, les indigènes Ashaninka se sont engagés dans la voie de la légalité. Les agriculteurs de la vallée des fleuves Apurimac, Ene et Mantaro en effet misent désormais sur la culture du cacao et du café.

Le maire de la petite ville de Rio Tambo, Mr Ivan Cisneros, explique "qu'ils cherchent à promouvoir  la route du cacao indigène biologique". Ce cacao sera exporté en Angleterre au prix de 3 dollars le kilo, un prix correspondant au double du tarif habituel. Quant à la feuille de coca, utilisée traditionnellement par les locaux pour booster leur résistance, son prix a diminué de moitié.

La décision des agriculteurs indigènes est à la fois économique et sécuritaire, car la vallée souffre de la violence des membres de l'organisation terroriste du Sentier Lumineux. Cette reconversion permettra peut-être à la population "de vivre dans un climat de paix et de développement" indique Mr José Chuquipul, directeur promotion et surveillance de la Commission Nationale pour le Développement et la Vie sans Drogue (DEVIDA). 

Entre les années 2012 et 2016, 2071 ha de cacao et 870 ha de café ont été plantés dans le département de Satipo. Ces plantations sont un immense espoir pour sortir certaines régions du pays des griffes du Cartel international de la drogue. Gageons que cet exemple ouvrira la voie à d'autres initiatives en Amérique du Sud et qu'elle rejaillira sur la vie, l'économie et la santé des populations indigènes...

Pour en savoir davantage, consulter www.plantes-et-santé.fr et également www.ladepeche.fr  ainsi que https://reporterre.net/Au-Perou-le-chocolat-bio-remplace la coke.

Lyliane

19/09/2017

L'agriculture bio, qu'est-ce que c'est?

L'agriculture biologique est un mode de production agricole respectueux des écosystèmes naturels en bannissant de ses cultures les OGM (organismes génétiquement modifiés) et les produits chimiques de synthèse tout en limitant les apports d'engrais à ceux d'origine naturelle. La bio dans notre pays est garantie par différents labels, fournis contre une somme assez conséquente qu'il faut renouveler chaque année, par des organismes de certification comme Nature et Progrès, AB, Demeter, Bio Cohérence ou Simples (pour les plantes) avec un Cahier des Charges très strict. Les transformateurs (pâtissiers, brasseurs...) sont eux aussi soumis à des contrôles.

Mais, en fait, la démarche va beaucoup plus loin et c'est tout un état d'esprit. En effet, les agriculteurs, les éleveurs, les apiculteurs, les viticulteurs comme les arboriculteurs préfèrent prévenir plutôt que guérir en cultivant ou en sélectionnant des espèces variées et adaptées aux conditions locales, qui nécessitent de ce fait peu de traitements. Ceux-ci en tout état de cause sont d'origine minérale ou végétale (cuivre, soufre,argile, purins de plantes, décoctions...) et ils sont appliqués préventivement contre les maladies ou les ravageurs. Certains maraîchers introduisent des auxiliaires (coccinelles...) contre les parasites dans leurs propriétés. La fertilité des sols est maintenue en majeure partie par la rotation des cultures et l'apport d'engrais organiques. L'agriculture biologique fait en quelque sorte la promotion de cultures et de races locales en fournissant à ses consommateurs des produits de saison et des variétés ayant fait leurs preuves sur le terroir local. La qualité des sols, de l'air, de l'eau et des paysages ne peut qu'en bénéficier.

Par exemple, l'élevage en plein air de volailles, d'ovins ou de bovins assure aux animaux une alimentation saine et leurs éleveurs font prodiguer des soins par des médecines alternatives, là où, dans l'élevage traditionnel, on entasse les animaux dans des hangars et on les traite avec des antibiotiques. Manger de tels produits (poulets de batterie, légumes traités, fruits importés de très loin) est de moins en moins recommandé par certains responsables de santé pour nous aider à vivre sainement. Sans compter qu'encourager la production de produits locaux favorise l'autonomie alimentaire du territoire.

Pour le consommateur averti, la qualité est au moins aussi importante que le prix. Aussi, peu à peu la plupart d'entre eux a compris que les produits dits biologiques que l'on trouve en supermarché viennent d'autres pays où les garanties et les contrôles ne sont pas nécessairement les mêmes. Aussi, le contrôle des étiquettes et la demande de l'origine des produits quand l'affichage n'est pas suffisant sont toujours nécessaires. Avec des légumes et fruits biologique par exemple la saveur est incomparable! Et que dire de poulets fermiers, de miels non chauffés, d'huiles d'olive vierges extra en première pression à froid ou de vin de pays sans additif, de poissons d'élevage élevés sans produits chimiques...

Dans les départements français, des Associations comme Agribio, réseau de professionnels locaux, rassemblent les producteurs bio et oeuvrent pour un développement de ce type d'agriculture. Grâce à elles, des formations, des conseils et la recherche d'aides auprès des institutions sont possibles pour les nouveaux agriculteurs en cours d'installation ou de conversion. Car, pour des jeunes notamment, il n'est pas facile dans certains départements de trouver du terrain agricole et de le travailler en arrivant à en vivre avec les siens.

Leur assurer un revenu régulier et décent est le but que se sont fixé les AMAP (association pour le maintien d'une agriculture paysanne). Des organismes comme la NEF, nouvelle banque éthique, et TERRE DE LIENS, réseau de défense du patrimoine agricole, tissent avec les producteurs et éleveurs des partenariats, afin que puissent s'installer (comme exploitantes et non possédantes) des personnes motivées, la plupart du temps non issues du monde agricole mais porteuses de projets viables. Pour en savoir davantage, consulter notamment: www.terredeliens.org, www.lesamapdeprovence.org ou www.fnab.org.

Lyliane

17/09/2017

Pétition au Brésil car alerte sur la forêt amazonienne!

SIgnez ici

Le Président brésilien vend des pans entiers de l’Amazonie à des entrepreneurs véreux contre des faveurs politiques. Ensemble, nous pouvons l’arrêter, si nous contribuons à créer un scandale planétaire qui coule définitivement sa popularité chancelante. 900 000 Brésiliens ont déjà signé -- faisons de cette action la plus grande campagne de l’histoire pour sauver la forêt amazonienne! 
SIGNEZ ICI
Chères amies, chers amis,

Alerte rouge! Le Président du Brésil essaie de vendre d’immenses zones protégées de la forêt amazonienne à des entrepreneurs véreux, en échange de faveurs politiques -- la dernière parcelle équivaut à la moitié de l'Allemagne!

Nous pouvons l'arrêter. Il est en pleine crise politique, sa popularité est au plus bas et il subit le feu des médias pour sa corruption et ses attaques contre l'environnement.

Il sera cette semaine à l’Assemblée générale de l’ONU pour essayer de redorer son blason auprès de la presse internationale. Réduisons ses espoirs à néant en l’accueillant à New York avec deux millions de signatures et une action à couper le souffle. Faisons en sorte que, de retour au Brésil, il n’ait plus qu’une seule option pour sauver sa carrière: arrêter de massacrer la forêt amazonienne. 

Ne laissons pas le Brésil assassiner l’Amazonie!

La forêt amazonienne est un véritable miracle. Elle abrite 10% des espèces vivant sur la Terre, génère plus de 20% de notre oxygène et il nous sera impossible d’arrêter le changement climatique sans elle.

Mais cet écosystème crucial et les peuples autochtones qui y vivent paient le prix de sombres calculs politiques. Le Président Temer brade des parcelles à l’exploitation forestière et agricole contre les faveurs politiques de puissants entrepreneurs et membres du Congrès. Il a besoin de leur protection à cause de son impopularité historique, et parce qu'il est lui-même sous le coup d’une enquête pour corruption! 

Selon les scientifiques, ces manoeuvres pourraient faire basculer l’Amazonie dans une crise sans précédent: l’écosystème forestier tout entier pourrait s’effondrer!

Le Brésil sera sous le feu des projecteurs dans quelques jours: il inaugurera une réunion de chefs d’États à l’ONU. Nous allons tout faire pour que la protection de la forêt amazonienne soit mentionnée à chaque fois que Michel Temer apparaîtra. Plus de 900 000 Brésiliens ont déjà signé -- rejoignons leur énorme campagne: 

Ne laissons pas le Brésil assassiner l’Amazonie!

Au Brésil, les membres d’Avaaz ont déjà accompli de véritables miracles, en aidant à faire adopter la première grande réforme anti-corruption du pays, et en contribuant à mettre à terre l’un des politiciens les plus “intouchables”, alors qu’il tentait d’éviter de rendre des comptes. Nous nous sommes aujourd'hui rassemblés pour l’une des plus grandes campagnes nationales jamais vue -- essaimons-la maintenant dans le monde entier et sauvons l’Amazonie! 

Avec espoir et détermination,

Diego, Laura, Flora, Nana, Carol et toute l’équipe d’Avaaz

Pour plus d’information:

Au Brésil, 4 millions d'hectares de forêt amazonienne ouverts à l'exploitation minière (Euronews)
http://fr.euronews.com/2017/08/24/au-bresil-4-millions-dhectares-de-foret-amazonienne-ouverts-a-lexploitation 

Le président brésilien est formellement accusé de corruption (Radio Canada)
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1041936/le-president-bresilien-est-formellement-accuse-de-corruption

Déforestation au Brésil: l’opération “greenwashing” de Michel Temer fait long feu (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/06/24/deforestation-au-bresil-l-operation-greenwashing-de-michel-temer-fait-long-feu_5150613_3244.html#vdiz2rbmOfdKSZlQ.99 

Brésil: la déforestation fait toujours polémique (Les Échos)
https://www.lesechos.fr/monde/ameriques/030468110359-bresil-la-deforestation-fait-toujours-polemique-2104867.php#lAB2klBKcC1ZuWEX.99




Avaaz est un réseau citoyen mondial de 44 millions de membres
 qui mène des campagnes visant à ce que les opinions et les valeurs des peuples influent sur les décisions mondiales. ("Avaaz" signifie "voix" dans de nombreuses langues).
 
 
 
Page Google+ associée
Photo du profil de Avaaz
Avaaz
 
 
 
 
 
 
 
 

Redonner vie à la nature...

Dans le journal La Croix de fin octobre 2016, un article signé par Mmes E. Réju, A. Marroncle et Y. Percq, montre comment on peut notamment diversifier la forêt pour la sauver, recréer un espace sauvage en milieu urbain et restaurer le garde-manger des oiseaux migrateurs. En effet, face à l'érosion de la biodiversité, des solutions existent pour restaurer des espaces naturels, par exemple avec des projets soutenus par la CDC Biodiversité (filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations) dans le cadre du programme Nature 2050.

Mr L. Piermont, directeur de la CDC Biodiversité déclare dans cet article:" Soyons modestes! Ce qui a été détruit est définitivement perdu. Mais il existe des moyens pour restaurer le fonctionnement d'écosystèmes dégradés, en s'appuyant sur des solutions naturelles. Il faut à la fois restaurer et anticiper de futures dégradations induites par le réchauffement climatique". Le génie écologique a en effet beaucoup progressé ces dernières années et donne des résultats encourageants: dépollution, corridors écologiques pour les migrations d'espèces, reconstitution de lits de rivières...

Le programme de soutien à des projets innovants baptisé Nature 2050 concerne par exemple un projet de reboisement porté par le Collectif "Construisons ensemble la forêt de demain" couvrant 5 sites dans le Gard et en Lozère (23 ha). Pour remplacer les châtaigniers des Cévennes, qui dépérissent en raison d'une monoculture ayant épuisé les sols, seront plantés d'autres essences en mélange (essai de faire cohabiter des chênes rouges d'Amérique, des merisiers, des cèdres et des pins...). Cette opération doit démarrer à l'automne 2017, après coupe et dessouchage d'arbres condamnés.

La faune a été également impactée par le dépérissement de la forêt. L'enjeu du projet est d'attirer les abeilles, les oiseaux, les champignons. De même, des terrasses seront façonnées pour garder l'eau et combattre l'érosion. Si l'expérience réussit, elle servira d'exemple pour sauver les 30 000 ha de forêts cévenoles. Une partie des châtaigniers sera sauvegardée, afin de mesurer l'évolution de résilience de la forêt.

En Seine St Denis, à Sevran, en 1995, l'entreprise Kodak avait fermé. Des anciens ouvriers avaient alors alerté les autorités d'un risque de pollution sur le site industriel. Après investigation, l'entreprise avait été sommée de nettoyer les 13 ha de terrain. Cela prendra 10 ans! Un projet de parc urbain avec des équipements sportifs verra alors le jour. Ce parc a été ouvert au public en 2012 et permet à la nature de reprendre ses droits. La friche Kodak est devenue un parc sauvage (sans pesticides, ni engrais pour préserver la biodiversité) en pleine ville. L'Ile de France a ainsi gagné au change!  

Enfin, entre la Charentes Maritimes et la Vendée, la baie de l'Aiguillon possède une large vasière bien connue des ornithologues amateurs observant les oiseaux migrateurs. Toutefois, cet espace était peu à peu grignoté par des "crassats", amas d'huîtres sauvages abandonnés sur place par d'anciens ostréiculteurs. Mme S. Travichon de la L.P.O. (Ligue Nationale de Protection des Oiseaux) a alerté les autorités, afin que soit lancée une opération de nettoyage de la baie sur 140 ha. Pendant 3 ans des dragage auront lieu pour restaurer cet espace naturel et protéger l'avifaune. Les vasières en Europe sont en effet un peu partout menacées du fait de l'augmentation du niveau marin. C'est donc une belle victoire pour permettre aux oiseaux migrateurs de continuer à se nourrir de mollusques et de petits vers marins.

Pour se renseigner sur ces différents projets en cours, consulter sur Internet: www.cdc-biodiversite.fr , www.kodak.sevrangrandparis.fr et  https://www.lpo.fr/espaces.../reserve-naturelle-nationale-de-la-baie-de-laiguillon.

Lyliane

 

25/08/2017

SAUVONS LES ELEPHANTS DE SUMATRA

 
 

Les éléphants de Sumatra sont au bord de l’extinction pendant que des marques comme PepsiCo et Nestlé continuent d’engranger des profits grâce à la destruction de leur habitat.

Dites à PepsiCo et à Nestlé de faire le ménage dans leur chaîne d’approvisionnement d’huile de palmepour éviter que l’écosystème Leuser en Indonésie ne finisse par être complètement anéanti.

Milano,

PepsiCo et Nestlé CONTINUENT d’acheter de l’huile de palme non soutenable qui détruit l’habitat irremplaçable des éléphants vivant dans l’écosystème Leuser en Indonésie.

Nos partenaires chez Rainforest Action Network (RAN) qui se battent à nos côtés pour sauver les forêts tropicales ont amassé de nouvelles preuves inquiétantes : si on suit la traînée d'huile de palme des fournisseurs tels que Wilmar, elle mène directement à certaines des plus grandes marques au monde. Et le pire dans tout ça, c’est que ces multinationales sont déjà dotées de politiques anti-déforestation.

C’est la pression des consommateurs —la pression de gens comme vous et moi— qui pousse les entreprises comme PepsiCo à adopter des politiques d’approvisionnement durable en huile de palme. Le temps est maintenant venu de nous assurer qu’elles respectent leurs promesses avant que ne soit détruit à son tour ce qui reste du précieux écosystème Leuser.

Dites à PepsiCo et à Nestlé de faire le ménage dans leur chaîne d’approvisionnement d’huile de palme avant que l’éléphant de Sumatra ne disparaisse dans le Leuser.

L’écosystème Leuser est l’une des grandes priorités mondiales en matière de conservation. Autrement dit, c’est un bijou précieux que nous ne pouvons nous permettre de détruire. Après tout, c’est le seul endroit sur terre où les orang-outangs, les éléphants, les tigres et les rhinocéros peuvent tous vivre ensemble dans la même forêt.

Il ne reste plus que 700 éléphants de Sumatra à l’état sauvage : il faut dire à ces grandes entreprises d’arrêter le massacre avant qu’il ne soit trop tard.

Le Leuser est aussi une source d’eau potable et un gagne-pain pour des millions de personnes dans la province indonésienne d’Aceh. Cet endroit précieux serait irremplaçable s’il est détruit. Apparemment, les géants de l'agroalimentaire se préoccupent davantage de leurs profits que des conséquences désastreuses de l'huile de palme destructrice qu'ils achètent. 

Nous ne pouvons faire comme si de rien n’était quand PepsiCo et Nestlé prétendent se préoccuper du développement soutenable tout en poussant vers l’extinction l’éléphant de Sumatra juste pour dégager encore plus de profits. Nous avons démontré que nous sommes en mesure de mettre suffisamment de pression sur les grandes marques pour qu’elles adoptent des politiques anti-déforestation. Maintenant, il faut que nous nous assurions qu’elles tiennent leurs promesses.

Exigez que PepsiCo et Nestlé respectent leur politique anti-déforestation.

Merci pour tout ce que vous faites,
Fatah, Mark, Nabil et le reste de l'équipe SumOfUs 

 

21/08/2017

Echanges France/Togo dans l'agriculture bio...

Soutenons les échanges France-Togo dans le domaine de l'agriculture BIO ! par AGRIBIO Alpes-Maritimes Soutenez le projet de reportage d'Hélène Doubidji, journaliste et directrice du site TOGOTOPNEWS L’objectifde ce projet est d'effectuer un voyage professionnel pour réaliser un grand reportage sur l’Agriculture Bio en France afin de susciter l’envie à des jeunes togolais de se former et de s’installer dans ce secteur d’activité. Nous avons choisi de communiquer sur l’expérience de l’exploitation agricole Alandabio, située dans les Alpes Maritimes en France à presque 1200 m d’altitude Commune de Briançonnet. Cette ferme conduite en agriculture biologique produit des fruits et des légumes en respectant la terre , l'environnement et la santé humaine. Ce reportage sera l’occasion de rencontrer également les différents acteurs du Bio, de publier et de partager sur le site togotopnews.com, des articles sur Alandabio et ses partenaires, Nartudis, Agribio06…

Qui sommes-nous ? togotopnews.com est un site d’information générale très visité au Togo. Togotopnews émane de la volonté d’un groupe de jeunes togolais passionnés par le métier du journalisme ; il est l’un des rares sites au Togo qui impose une rédaction, dispose d’un siège et informe de manière professionnelle. Pour financer ce reportage,nous avons besoin d'assurer le déplacement en France de la journaliste Madame Doubidji, le cout estimé des vols et de l'hébergement est de 1500 euros, toutes les contributions sont les bienvenues ! Toutes les personnes qui le souhaitent seront nommées comme membre participatif dans les articles. Source : https://www.helloasso.com/associations/agribio-alpes-maritimes/collectes/soutenons-les-echanges-francetogo-dans-le-domaine-de-l-agriculture-bio

20/08/2017

Soigneurs de terre: film et pétition à signer!

Bonjour à toutes et tous.

En guise de RAPPEL :

▶ signer (et faire signer, partager, diffuser) le Manifeste d' « OASIS RÉUNION » pour sauver l'île de la pollution chimique sur www.oasis-reunion.bio

▶ venir à CORRENS dimanche 20 août de 12h à 14h pour la conférence-projection-débat sur l'AGROÉCOLOGIE - affiche ci-dessous - programme sur https://www.bioconsomacteursprovence.com/entry/fete-de-la-bio-et-du-naturel-a-correns-19-20-aout-2017.html
A noter : possibilité de réserver une assiette bio & locale complète (option VEG possible) à 8€ au 06 950 952 68 à déguster sur place pendant la conférence - voir menu ci-dessous 

▶ voir ou revoir (et faire voir) le film documentaire essentiel « Soigneurs de terre » (35') www.youtube.com/watch?v=u1Za0YZ5aQo : le bilan de 70 ans de destruction agrochimique contre-nature catastrophique et la RE-VITALISATION par l'Agro-bio-écologie constatée par un rapport de l'INRA !
À l'heure des États Généraux de l'Alimentation (voir liens en pied de courriel), tout le monde devrait voir ce film !

MERCI DE FAIRE SUIVRE À TOUS VOS CONTACTS.


À TRÈS BIENTÔT, AVEC PLAISIR !

 

12/08/2017

Faire un stage paléo, pourquoi pas?

Depuis peu, écrit Mme Tiphaine Honnet dans Version Fémina, les Français éprouvent le désir de vivre en pleine nature à la mode préhistorique. Le régime paléo (manger cru) avait déjà eu des adeptes il y a quelques années. Cette fois, il s'agit de s'initier avec des coachs à apprendre à allumer son feu avec des silex, à dormir à même le sol, bref à mener une vie "minimaliste "! 

A Fontainebleau notamment, on apprend à vivre et à bouger comme nos ancêtres... En Seine et Marne, au coeur de la forêt millénaire, des stages paléo "Reconnexions" sont organisés. Il y a par exemple des séances dites Mov Nat, c'est à dire mouvement naturel, où l'on apprend les pieds dans du sable à tester la position accroupie, à rester en équilibre sur un rocher... On s'essaie aussi à méditer au lever, à dormir sans confort, à marcher pieds nus sur le sol, à lancer des bâtons. On mange des noisettes et du chocolat cru, de la viande séchée, des carottes et des betteraves. Des cours de cuisine sont donnés avec une alimentation crue ou cuite à basse température.

Les stagiaires réveillent en quelque sorte "le singe qui dormait en eux". Ils rentrent chez eux courbatus, un peu poussiéreux et affamés parfois mais contents de ce retour aux sources, loin de la ville et de leurs smartphones. Si vous êtes intéressés, il faut compter 497 euros pour les 3 jours  (repas non compris). Renseignements sur www.reconnexions.fr ou sur Facebook, MovNat francophone. Mme B. Baslé a écrit un ouvrage paru chez Rustica intitulé "Paléo, les 125 recettes faciles et gourmandes".

Lyliane

 

08/08/2017

Phytothérapie : les meilleures plantes anticellulite

 

Il existe un très ancien médicament naturel, utilisé à la fois pour ses actions dépuratives et diurétiques : c’est l'orthosiphon que l’on appelle aussi le thé de Java. Pris régulièrement, il ferait baisser les chiffres du cholestérol ; le thé vert aussi élimine l'eau et les graisses et limite la production des radicaux libres. 

Si vous avez le sentiment de trop manger, essayez l'isphagul : on l’appelle aussi Plantain des Indes, ou Psyllium. Il gonfle dans l'estomac et entraîne une sensation de satiété qui peut vous aider à ne pas vous laisser aller ! 

Deux autres plantes sont souvent employées en association : 

  • La piloselle est bien connue pour ses propriétés diurétiques favorisant l’élimination. Elle se prescrit en teinture mère (Pilosella TM, 100 gouttes dans un grand verre d’eau dans la matinée) ; 

  • Le fucus, une algue qui stimule la combustion des graisses et l’élimination des toxines (Fucus TM 120 gouttes dans un grand verre d’eau dans l’après-midi). 

Ma tisane pour faire fondre la peau-d’orange

Je voudrais partager avec vous, chères lectrices et chers lecteurs, la recette de ma tisane anticellulite : 

Artichaut, 10 g + aubier de tilleul, 20 g + bruyère, 20 g + ortie, 20 g + reine-des-prés, 20 g + varech vésiculeux, 50 g + vigne rouge, 20 g. 

Posologie : 3 cuillères à soupe du mélange pour 1 litre d’eau froide. Portez à ébullition pendant deux minutes. Infusez 15 minutes. Filtrez et buvez 3 à 4 tasses par jour. 

Mesdames, Mesdemoiselles, j’espère que mes conseils vous seront utiles. Mais surtout, sachez que le plus important est que vous soyez à l’aise dans votre enveloppe corporelle, quelle qu'elle soit. C’est toujours comme cela qu’on est la plus belle ! 


Portez-vous bien. 

Dr Jean-Pierre Willem  



 

Pour vous abonner gratuitement à La Lettre du Dr Willem, merci de vous rendre sur cette page.

 

21/07/2017

Etats Généraux de l’Alimentation ...


Les organisations de la société civile interpellent le président de la République sur les conditions et enjeux des débats

Paris-le 19/07/17 : À la veille de l’ouverture des États Généraux de l’Alimentation, 39 organisations de la société civile saluent l'initiative d'Emmanuel Macron d'ouvrir le débat sur les questions de l'alimentation et de l'agriculture. Elles rappellent néanmoins que certaines priorités essentielles manquent pour l’instant à l’appel afin d’assurer le succès de cette initiative. Le président de la République doit les prendre en compte et les annoncer dès le lancement des États Généraux ce jeudi 20 juillet. 

Engager une phase de négociations politiques
Tout d'abord, il faut clarifier la finalité de ces États Généraux. Au-delà des deux phases d'ateliers thématiques, il convient de prévoir et d'annoncer dès le lancement la tenue d'une phase 3 de négociations politiques. Cette phase permettra d'arbitrer sur les sujets transversaux et les dissensus issus des différents ateliers. Cette troisième phase doit également viser à donner une cohérence aux politiques publiques aussi bien entre politiques sectorielles qu’entre les différentes échelles (nationale – européenne – internationale). Nous ne pouvons en effet pas réorienter la politique alimentaire en France sans prendre en compte ses impacts sur les autres pays (du sud en particulier) et sans une refondation de la Politique agricole commune.

Intégrer des enjeux cruciaux, absents des débats
De plus, certains sujets sont pour l’instant absents des ateliers. Il est urgent d’y intégrer : 
-         La santé environnementale. Le lien entre alimentation et santé n'est plus à démontrer. La question de la santé des travailleurs agricoles, des riverains et des consommateurs finaux ne doit plus être un sujet tabou.
-         L'adaptation aux changements climatiques, phénomène majeur auquel fait déjà face la profession agricole, et qui devrait être un enjeu structurant de ces États Généraux s'il s'agit bien de préparer l'avenir.
-         La fiscalité agricole et les droits sociaux des paysans. La politique fiscale oriente fortement le mode de développement des fermes. De plus, le droit au revenu paysan est une priorité.
-         La préservation et la répartition équilibrée du foncier qui est pourtant une thématique incontournable, étant à la base du processus de production agricole et garantissant le renouvellement des générations. 
-         La préservation de l’environnement marin, de ses ressources halieutiques et le développement d’une pêche durable. 
-         La démocratie agricole et alimentaire. L'ouverture des décisions agricoles, alimentaires et territoriales aux citoyens et à la société civile organisée permettra de jeter les bases d'un modèle agricole réellement soutenu par la société.

Assurer la mobilisation citoyenne
Enfin, nos organisations rappellent que la consultation publique, organisée dans le cadre des États Généraux de l’Alimentation, doit permettre une participation large du public. Or, pour l’instant, ces consultations sont prévues en plein été et à la rentrée, un phasage qui rend difficile leur organisation et la participation du grand public. En particulier, les objectifs et le traitement de cette consultation, encore inconnus, devraient être précisés demain.
 
 
L’ensemble de ces éléments doit être pris en compte dans les derniers arbitrages concernant l'organisation des États Généraux de l'alimentation afin de garantir leur ambition, leur succès et la mobilisation des citoyens.

Organisations signataires

ActionAid France, Action contre la faim, Agir pour l’Environnement, Association française des diététiciens et des nutritionnistes, Amis de la Terre, ATTAC, BLOOM, CCFD Terre solidaire, CIWF France, Club Experts Nutrition et Alimentation, Coordination SUD, Crid, FADEAR – Réseau de l’agriculture paysanne, Fermes d’avenir, Filière paysanne, Fédération artisans du monde, Fédération des Associations pour le Développement de l’Emploi Agricole et Rural, Foodwatch France, FNAB, France Nature Environnement, Fondation pour la Nature et l’Homme, Générations Futures, Greenpeace France, Miramap, Mouvement de l’agriculture bio-dynamique, Plateforme de la Petite Pêche Artisanale Française, Plate-forme pour le commerce équitable, Oxfam France, Réseau Action climat, Réseau CIVAM, Réseau Cocagne, Réseau environnement santé, SOL alternatives agroécologiques et solidaires, Terre de Liens, Terre et Humanisme, TFT France, Union nationale de l’apiculture française, WECF France, WWF France


Contacts presse : 
Greenpeace : Cécile Cailliez, 06 13 07 04 29
Réseau Action Climat : Cyrielle Denhartigh, 06 10 81 59 59  
CCFD-Terre Solidaire : Sophie Rebours, 01 44 82 80 64 / 07 61 37 38 65
WWF Marielle Chaumien 06 15 39 24 95
France Nature Environnement, Camille DORIOZ; 01 44 08 64 14 
Agir Pour l'Environnement : Mathias Chaplain, 06 82 33 81 26
CIWF France : Claire Hincelin. 06 26 07 55 43

-- 

Magali Jacques

Animatrice de projets

Mouvement interrégional des AMAP

58 rue Raulin, 69007 Lyon

04 81 91 60 51 / 06 18 99 77 80

www.miramap.org

 

signature campagne


 

 




_______________________________________________
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 

15/07/2017

Les pouvoirs thérapeutiques de la nature...

Mme Carine Anselme, dans la revue Néosanté des mois de juin et juillet 2017, écrit un long article concernant le pouvoir guérisseur des forêts et des plantes, s'appuyant à la fois sur ses remarques personnelles, ses expériences vécues et sur des ouvrages scientifiques.

Elle rappelle tout d'abord que travailler dans la nature exerce un effet bénéfique sur nos aptitudes d'attention et de concentration, sur nos compétences cognitives et même sur notre créativité. Il apparaît même à certains chercheurs et biologistes que la seule présence d'une plante verte, la vue d'arbres ou de fleurs depuis sa fenêtre suffit à activer notre joie de vivre et notre confiance en soi. Ceux qui pratiquent en ville le Qi Gong dans des squares ou des jardins ont pu expérimenter ses bienfaits physiques et psychologiques décuplés par la présence de la nature...

Deux auteurs, Mrs N. Guéguen et S. Meineri, ont repris ces notions dans un ouvrage paru chez Dunod en 2012 intitulé: «Pourquoi la nature nous fait du bien». Ils ont même appelé vitamines G les bienfaits d'une vie au contact d'un jardin ou d'une forêt. Le philosophe et psychothérapeute E. Fromm appelait cet appel de la nature: la biophilie. Quant à Mr Clemens G. Arvey, biologiste, il a écrit en 2016 au Courrier du Livre un ouvrage sur «L'effet guérisseur de l'arbre». Selon lui en effet, «la biophilie, c'est l'expérience de la nature et du sauvage, c'est la beauté et l'esthétique, la libération et la guérison».

Beaucoup de personnes avaient déjà mentionné le bonheur de toucher la terre avec des enfants, des retraités, des personnes en fin de vie, des prisonniers même. Des enseignants ont signalé que, chez leurs élèves, agités ou pas, un environnement verdoyant faisait diminuer la violence, les migraines, la fatigue, les problèmes ORL ou dermatologiques. Pourtant ils ne semblent pas encore avoir été suffisamment entendus puisqu'écoles, collèges, lycées, hôpitaux, cliniques, maisons de retraites, centres pénitenciers, résidences universitaires... comportent souvent plus de béton que d'espaces verts. Et comme l'exprimait le neurologue P. Lemarquis, «nous avons des racines, mais celles-ci ne poussent pas dans le béton»!

Au Japon, la nature est considérée comme «un grand harmonisateur». Se promener en forêt par exemple est officiellement reconnu comme une médecine susceptible de nous protéger contre les maladies et de soutenir notre guérison. On appelle cela traditionnellement « bain de forêt» ou shinrin-yoku. Les médecins spécialistes de la forêt comme le Docteur Li de Nagano disent que «les terpènes anticancérigènes agissent directement sur notre système immunitaire, qui agit à son tour indirectement sur notre taux d'hormones et notamment les hormones du stress». Ainsi, selon lui, un séjour d'une journée en forêt ferait augmenter de près de 40% le nombre de cellules tueuses naturelles (NK) dans le sang. La marche à pied dans la nature entre 2,5 et 4 km par jour est également considérée comme très bénéfique. Associer marche et forêt étant fortement recommandé...

La vogue des potagers urbains, des jardins partagés semble aller dans le bon sens, car ils obligent les citadins à mettre les mains dans la terre, à se remettre au contact de la vie. On appelle cette thérapie: l'hortithérapie. Mr Denis Richard auteur du livre paru en 2011 chez Delachaux et Nieslé «Quand jardiner soigne» dit même que «le jardin apparaît comme une école d'intelligence du monde». L'auteur de l'article a eu l'occasion de voir un jardin thérapeutique en permaculture fonctionner (Le Petit Prince» à Courcelles) et elle a été frappée de voir le visage des personnes déficientes mentales jardinant, soignant les poules...Toutes avaient apparemment amélioré leur autonomie et leur estime de soi.

Selon Mme Ariane Ansoult, qui a crée le terme de jardinologie - www.jardinologie.be – tout travail de jardinage a des répercussions intérieures, spirituelles. Il permettrait en effet « un réalignement de l'être, car la nature régule, calme, canalise et accompagne notre croissance». Enfin, l'article se termine sur la citation du philosophe Augustin Berque:

«Jardiner sera peut-être notre moyen d'être humains sur la terre». Celà me fait penser à Mr T. Monod qui nous trouvait «dénaturés» avec notre mode de vie hors sol.

Au final, je me sens bien en lien avec ces témoignages car la nature me console de mes peines et m'incite à me mettre encore plus à l'écoute du Vivant...

Pour en savoir davantage sur ces différents sujets, consulter notamment sur Internet: www.lebonheurestdanslejardin.org,

Lyliane

04/07/2017

Donnez à la planète le premier rôle!

 
 
 
 
 
 
Greenpeace
Facebook Twitter YouTube Instagram
Chère adhérente, cher adhérent,

Merci de votre engagement aux côtés de Greenpeace.

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous écrire pour vous présenter un projet de vaste envergure, qui vise à sensibiliser le plus grand nombre de personnes à la préservation de l’environnement et à donner de l’écho aux initiatives positives pour la planète.

Comment ? Par la création d’un festival de films documentaires, le Greenpeace Film Festival, 100 % en ligne, qui rassemblera 28 films autour de sept thématiques environnementales. En tant qu’adhérent Greenpeace, vous pourrez en avant-première visionner les différents films et voter pour vos préférés.

Au mois d’octobre, les sept films ayant récolté le plus de votes seront mis en compétition lors du festival, et le prix des internautes sera attribué au vainqueur, qui verra son film projeté dans cinq villes de France.

Afin de diffuser ce festival pour sensibiliser de nouveaux publics à nos valeurs communes, nous avons besoin de vous ! Un don de 45 euros nous permet de diffuser un message à 5 000 personnes pour les inviter à participer !

Aidez-nous à faire entendre nos voix et à diffuser nos messages de sensibilisation pour mobiliser le plus grand nombre !  
 
JE FINANCE LE
GREENPEACE FILM FESTIVAL
Grâce à votre soutien fidèle, nous sommes plus forts pour agir,
 
Charlotte, pour l’équipe Greenpeace

13/06/2017

Une Ecole de la nature et des savoirs dans la Drôme...

Mr Frédéric Lopez a présenté à travers son émission à la télévision "Mille et une vies" (sur la 2ème chaîne à 13H55) une initiative réjouissante et innovante en matière d'éducation. il s'agit de l'école Caminado, école primaire privée laïque gérée par l'Ecole de la nature et des savoirs. Implantée en pleine nature dans la Drôme, sur la commune de Menglon (Château de St Ferréol), cet établissement assure depuis 2013 l'instruction des élèves en mettant l'écologie au coeur de sa pédagogie. En effet, si les programmes officiels de l'Education nationale y sont respectés, chaque discipline est abordée de façon très concrète, en prenant la nature comme principal support. La fondatrice de l'école, Mme Muriel Fifils est une ancienne professeure de français ayant travaillé à Paris en collège. Elle a voulu sortir d'un cadre qu'elle jugeait trop étriqué, où les envies des enfants n'étaient pas vraiment toujours respectés. Mme Fifils s'est donc tournée vers des pédagogies différentes. Dans son école, chaque matin la classe débute par un atelier de philosophie, au cours duquel les élèves réfléchissent sur des notions comme le partage, la connaissance, la transmission des savoirs... Deux après-midi par semaine, ils cultivent le potager de l'école. Ils apprennent en quelque sorte à calculer en comptant le nombre de légumes! Cette école connaît un franc succès, puisque 60 élèves sont sur liste d'attente pour la rentrée prochaine. Cela signifie qu'il y aurait la place pour d'autres établissements de ce genre dans la Drôme ou ailleurs dans notre pays... Mme Fifils s'est par ailleurs engagée pour la défense des indiens Kogi, car elle a le désir de s'ouvrir au monde. Pour tout renseignement, consulter sur Internet le site: www.ecolenaturesavoirs.com. 

Lyliane  

29/04/2017

Plaidoyer pour les pollinisateurs sauvages

 

Plaidoyer pour 
les pollinisateurs sauvages

 Les mesures préconisées par les pouvoirs publics pour sauvegarder les pollinisateurs sauvages évitent le principal coupable : l'agriculture industrielle. (Photo : Un halicte sur knautia (c) L. Gilbaud)

POLLINIS EXISTE GRÂCE À VOUS

Merci pour vos dons, votre soutien et vos précieux messages :

Félix E., 87 ans, nous envoie des photos de pollinisateurs sauvages. Devant son chalet savoyard de Beaufort-sur-Doron, cet amoureux de la nature a constaté que tous les matins, entre 10h30 et 11h, un xylocope venait butiner ses épiaires :

« Je m'intéresse aux apoïdes solitaires et d'après les spécialistes, les listes rouges s'allongent dramatiquement. Le défrichage, l'usage des pesticides, la perte des habitats font que la situation va en se dégradant de manière accélérée. Je suis consterné par le statut désormais précaire de nos pollinisateurs ». Lucien M., Dracy le Fort.

« Voici un des abris que j'ai construit. Et j'en ai trois avec une quinzaine de nids chacun sur une fenêtre à l'étage. Les osmies ont déjà construit plus de 30 nids ! » Martine P. (Facebook)

 

Nos combats 
dans les médias

Ouest France (30 mars 2017) :  La commune de Torcé, en Bretagne, qui venait d'installer quatre ruches, a aussi décidé d'accorder une subvention à POLLINIS pour son combat en faveur des abeilles lors de la dernière réunion du conseil municipal. Un grand merci !

 
L'élection présidentielle permet de rappeler aux candidats à quelles conditions les citoyens sont prêts à leur confier leurs voix. A l'automne dernier, la Charte 2017 de POLLINIS pour la Protection des Pollinisateurs a ainsi recueilli 200 000 signatures. Forts de ce chiffre impressionnant, l'association a contacté les équipes de campagne des candidats pour leur demander de s'engager clairement pour la protection des pollinisateurs. Yannick Jadot, le candidat écologiste d'EELV (il s'est depuis rallié au candidat PS Benoît Hamon), a immédiatement signé la Charte. 

MOBILISATION = SIGNATURES !
Depuis un mois, pour faire monter la pression, nous avons mis en place un système qui permet à nos sympathisants d'envoyer directement un mail aux candidats pour qu'ils signent la Charte 2017 pour les pollinisateurs : 80 000 mails ont ainsi été envoyé aux 11 candidats ! En parallèle, plus de 5 000 tweets leur ont été adressés par nos membres !

Les prétendants à la présidence du pays ont pris la mesure de la mobilisation citoyenne autour des abeilles et des pollinisateurs. 
Fin mars, Eric Andrieu, responsable agriculture de Benoît Hamon et Nicolas Thierry, responsable de son pôle biodiversité, ont signé la Charte au nom de leur candidat. L'équipe de Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), rencontrée le 28 février dernier, devrait faire de même incessamment sous peu. 

4 POINTS ESSENTIELS POUR LES ABEILLES
D'ici au 8 mai, date du deuxième tour, POLLINIS ne lâchera rien ! Nous continuons, portés par la vague massive de mails et tweets de nos sympathisants, à exiger :

Bien entendu, il ne s'agit pas de participer aux tentatives de « verdissement » sans lendemain de politiciens en mal de voix : nous veillerons à ce que les candidats signataires appliquent ces principes dans les votes et les décisions qu'ils prendront par la suite, en tant que président de la République, députés, sénateurs ou députés européens.

Les quatre points qui constituent le socle de la Charte 2017 pour la protection des pollinisateurs tracent les pistes à suivre pour contrecarrer le modèle agricole industriel actuel et préserver les véritables sentinelles de l'environnement que sont les insectes pollinisateurs. Car si les abeilles continuent de disparaître de nos campagnes, les conditions de notre indépendance alimentaire, la qualité, la diversité et la quantité de nos produits agricoles ne seront plus rassemblées. Sans parler de la beauté de nos paysages et de la variété des plantes à fleurs et de la faune sauvage.

NOUVEAU BOMBARDEMENT DE MAILS ET DE TWEETS !
A moins d'une semaine du premier tour du scrutin, il faut absolument poursuivre notre mobilisation. Tous ceux qui n'ont pas encore interpellé les candidats peuvent encore le faire en cliquant ICI. Les autres peuvent aussi inciter tous leurs amis, leur famille, leurs collègues à faire de même... Ensemble nous ferons avancer la cause des pollinisateurs !

En plus de l'abeille domestique, vedette des pollinisateurs, il existe de très nombreux pollinisateurs sauvages (papillons, bombyles, coléoptères, fourmis, etc.), et notamment toutes les abeilles sauvages : bourdons, halictes, xylocopes, colletes... Ces insectes, qui pollinisent plus de 80 % des plantes à fleur, étape nécessaire à la formation des fruits et des graines, sont essentiels à la qualité, la quantité et la diversité de notre alimentation. Leur disparition aurait aussi des conséquences désastreuses sur la faune et la flore sauvages.

DÉCLIN DRAMATIQUE
En 2015, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a publié une première évaluation alarmante : en l'absence de données disponibles, on ne connaît pas l'état des populations de 79% des abeilles sauvages. Parmi celles qui ont pu être étudiées, plus de 9% sont en voie d'extinction et 5% le seront dans un avenir proche. Les pollinisateurs sont victimes principalement de la disparition de leur habitat et de leurs sources d'alimentation, ainsi que de la pollution de l'environnement. Les causes de leur déclin sont multiples, mais en haut de la liste

on retrouve : l'agriculture industrielle. Pesticides, monoculture, disparition des fleurs sauvages, des bocages, des haies, des souches d'arbres...

LES LOBBIES TRÈS ACTIFS
L'année dernière, le Ministère de l'Écologie a lancé un plan national d'actions baptisé 
« France Terre de pollinisateurs ». Il documente finement les diverses causes du déclin des pollinisateurs. En filigrane, on lit partout la responsabilité du modèle agricole actuel.

Pourtant, arrivé aux recommandations : surprise ! L'agriculture industrielle n'est jamais remise en cause. Au lieu d'une reforme profonde et ambitieuse de ce secteur, des petites mesures anecdotiques sont proposées, à l'image de ces bandes fleuries le long des champs traités, véritables pièges à pollinisateurs... Cet habile tour de passe-passe illustre une fois de plus la main-mise de l'agro-industrie sur les activités des agriculteurs, et celle des lobbies sur la plupart de représentants politiques. Un combat pour lequel POLLINIS va redoubler d'efforts.

SOUTIEN AUX PROJETS

Les abeilles sauvages vous remercient

 

Grâce à votre générosité, le réseau scientifique APIFORMES poursuit le recensement des abeilles sauvages. Dans les jours qui viennent, partout en France, les élèves des lycées agricoles volontaires vont récolter des spécimens au filet à papillons dans les champs cultivés de leurs fermes écoles.

Les pollinisateurs sauvages aussi disparaissent en silence, victimes méconnues de l'agro-industrie, des pesticides et de la disparition des haies et des ressources alimentaires. Avec le soutien des citoyens, POLLINIS vole à leur secours.

 
Recenser les abeilles sauvages tout en sensibilisant les futurs agriculteurs à leur importance cruciale pour l'agriculture : voilà le but du programme scientifique APIFORMES. Lancé par l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) et la Bergerie nationale en 2007, ce projet essentiel est régulièrement menacé, faute de moyens suffisants. Mais grâce aux dons de ses sympathisants, POLLINIS est parvenu à le soutenir depuis 2013.


DES DONS SALVATEURS
Cet hiver, l'association a organisé avec succès une seconde demande de dons pour permettre la poursuite d'APIFORMES, qui ne bénéficie plus du soutien financier du ministère de l'Écologie. Grâce à la mobilisation des citoyens, dans les semaines qui viennent, une étape cruciale va pouvoir débuter : les élèves agriculteurs des 23 lycées agricoles volontaires partout en France vont récolter à l'aide de filets à papillons les abeilles sauvages dans des champs cultivés. Elles seront ensuite envoyées à l'INRA d'Avignon pour identification. 

A terme, ces captures devraient permettre d'analyser l'impact de chaque espèce sur la pollinisation des cultures.

POLLINISATION ET AGRICULTURE
Ces données sont primordiales car les abeilles sauvages, championnes de la pollinisation, sont aujourd'hui menacées par les pratiques agricoles (pesticides 

Nicolas BLANCHARD a rejoint le pôle « Pollinisateurs sauvages » de POLLINIS début avril pour un stage de trois mois. Ses missions : aider l'équipe à rassembler et populariser les connaissances sur les pollinisateurs, alerter le public sur les espèces en danger en France et construire des argumentaires pour mieux les défendre auprès des élus. Nicolas est en troisième année de mastère à l'Institut supérieur de l'environnement (ISE) pour devenir ingénieur-juriste de l'environnement.

Jérémy PEPIN a rejoint le projet « Anti-frelon asiatique » de POLLINIS dans le cadre d'un stage de 6 mois. Etudiant depuis plus d'un an à « 42 », une nouvelle école d'informatique gratuite au fonctionnement participatif, Jérémy contribue à la mise en place des solutions techniques, électroniques et informatiques. Il poursuit également des missions de Recherche & Développement et service informatique au sein de l'association.

POLLINIS forme les futurs ingénieurs agronomes au « plaidoyer ».

 

Sans votre soutien nous ne pourrions pas lutter à Bruxelles et à Paris pour sauver les abeilles et les pollinisateurs sauvages ; nous ne pourrions pas passer aux cribles les règlementations ou commander des études scientifiques ; nous n'aurions pas les moyens d'alerter le public et de monter des dossiers de contre-lobbying citoyen pour aller défendre l'intérêt général au cœur des institutions.

 

JE FAIS UN DON

 
 

Vos signatures aux pétitions nous confèrent une légitimité indispensable qui nous ouvre les portes des représentants politiques. Vos dons donnent à POLLINIS la totale liberté d'action et de parole dont nous avons besoin pour faire pression efficacement sur les décideurs politiques.

Dans les mois qui viennent, grâce à vous, POLLINIS va mener de front plusieurs combats pour :
  • inscrire nos luttes à l'agenda des candidats à l'élection présidentielle française et aux imminentes élections législatives ;
     
  • obtenir une interdiction réelle de tous les pesticides tueurs d'abeilles en France;
     
  • contrer les lobbies à Bruxelles pour y faire interdire les pesticides néonicotinoïdes partout en Europe ; 
     
  • publier une étude sur les autorisations de mise sur le marché (AMM) des pesticides pour reformer le système d'homologation européen ;

  • accélérer la transition vers une agriculture respectueuse de la nature et des pollinisateurs dont elle dépend ;

  • poursuivre notre combat pour les pollinisateurs sauvages ;
  • protéger notre abeille locale, l'abeille noire.
Pour mener tous ces combats de front, nous avons besoin de votre aide.

Merci à nos 20 000 précieux donateurs réguliers et au million de citoyens qui nous soutiennent.
> JE FAIS UN DON

Toutes les informations nécessaires pour permettre la transaction ne vous seront demandées qu'à la fin, sur le serveur ultra-sécurisé de la banque. POLLINIS vous garantit une totale confidentialité de vos données personnelles. 

 
 

L'interdiction des tueurs d'abeilles votée par la France en juillet dernier ressemblait à une étape prometteuse. Mais en France comme à Bruxelles, il ne faut pas baisser la garde !

 

Ce sont les agrochimistes qui déterminent la classification des substances dont ils souhaitent l'homologation, sur la base d'études qu'ils commanditent eux-mêmes...

Le long combat des citoyens et des associations environnementales ont permis l'été dernier le vote par l'Assemblée nationale de l'interdiction des néonicotinoïdes. Pour rappel, ces insecticides tueurs d'abeilles, utilisés en Europe sur les grandes cultures (maïs, colza, tournesol, betteraves, pommes de terre, etc.), sont la pierre angulaire du système agricole actuel et le symbole de ses pratiques délétères et mortifères pour les pollinisateurs.

Mais comme l'a tout de suite souligné POLLINIS, cette interdiction pose de nombreux problèmes. D'abord, les néonicotinoïdes ne seront véritablement interdits en France qu'en 2020 (il est possible d'obtenir des dérogations jusqu'à cette date). Ensuite, la loi ne stipule pas qu'ils doivent être remplacés par des méthodes écologiques, laissant la porte ouverte

à la substitution de ces molécules par d'autres tout aussi toxiques !

DES NÉONICOTINOÏDES 
« CACHÉS »
D'ailleurs, Bruxelles, avec un sens du timing impressionnant, a déjà autorisé deux molécules – le sulfoxaflor et le flupyradifurone – qui n'ont pas été classées comme néonicotinoïdes alors que selon plusieurs spécialistes, dont le Dr Jean-Marc Bonmatin chargé de recherche au CNRS et spécialiste en toxicologie, ces substances actives « présentent des caractéristiques moléculaires qui leur permettraient d'être classées dans la catégorie des néonicotinoïdes ». Il faut savoir que ce sont les agrochimistes qui déterminent la classification des substances dont ils souhaitent l'homologation,

sur la base d'études qu'ils commanditent eux-mêmes... POLLINIS va donc se battre pour que les « néonics cachés » soient inclus dans le processus d'interdiction des néonicotinoïdes. 

L'association est aussi en train de finaliser une grande étude sur cette question des autorisations de mise sur le marché des pesticides au niveau européen, afin de proposer des réformes précises vers plus de transparence et de sécurité.

DEMAIN BRUXELLES
Par ailleurs, POLLINIS s'inquiète de ce que le décret d'application de l'amendement à la 
« Loi biodiversité » portant sur l'interdiction des néonics n'ait toujours pas été signé par le gouvernement sortant. L'association s'est engagée dans une veille minutieuse pour saisir les ficelles de ce retard et s'assurer que les choses avancent bien dans le bon sens...

Cette bataille a lieu en France, mais la guerre se mène aussi à Bruxelles où les lobbies sont particulièrement actifs en ce moment : en effet, le moratoire sur trois néonicotinoïdes voté en 2013 doit être réévalué d'ici à la fin de l'année. Il est crucial de l'étendre enfin à l'ensemble des tueurs d'abeilles, anciennes et nouvelles générations. Nous allons avoir besoin de votre aide.

notamment) et la destruction de leurs habitats. Or leur disparition aurait non seulement un impact considérable sur la biodiversité animale et végétale, mais aussi sur la disponibilité et la diversité alimentaires, avec des conséquences néfastes sur la santé humaine... Il est donc urgent de connaître les abeilles sauvages pour pouvoir les sauvegarder.

Le plaidoyer est le pendant associatif du lobbying, sauf que le premier se préoccupe de l'intérêt général quand ce dernier défend uniquement les intérêts privés. Lorine et Matthieu, deux ingénieurs agronomes de POLLINIS, sont intervenus pour animer un cours intitulé « Le plaidoyer comme outil d'interpellation du politique » dans le cadre de la formation des futurs ingénieurs agronomes en deuxième année à l'école AgroParisTech.

 


Après une présentation des actions de l'association POLLINIS et de ses outils pour défendre ses combats (pétitions, partenariats, actions de terrain, études, événements...), l'équipe a proposé un jeu de rôle : les étudiants pouvaient se glisser dans la peau d'un chargé de plaidoyer et proposer des stratégies et des actions pour interdire les pesticides de synthèse, introduire du bio, de l'équitable et du local dans les cantines françaises, empêcher l'adoption du traité de libre-échange CETA en France...

NOUVELLE GÉNÉRATION
Les campagnes de plaidoyer imaginées par les étudiants ont ensuite été analysées et commentées. A l'issue de l'après-midi, les étudiants étaient visiblement ravis. Nos ingénieurs agronomes – qui ont aussi beaucoup appris à leur contact – envisagent donc de pérenniser ce type de formation afin de sensibiliser un public de futurs ingénieurs amenés à influencer la politique agricole de notre pays.

CONTRECARRER LE MODÈLE AGRICOLE INDUSTRIEL ACTUEL

INTÉRÊTS PRIVÉS 
VS INTÉRÊT GÉNÉRAL

 

Le 23 février dernier, POLLINIS était à la conférence "L'agriculture dans la campagne présidentielle de 2017", organisée par le Centre de recherches politiques de Sciences Po. (Cevipof) à Paris. L'équipe y a interpellé les représentants des candidats pour qu'ils s'engagent à signer notre Charte 2017 pour les pollinisateurs.

  • un coup d'arrêt d'urgence au déclin dramatique des pollinisateurs ;

  • la protection des droits des citoyens contre les abus de l'industrie agrochimique qui décime les abeilles ;

  • la garantie que de nouvelles substances toxiques pour les abeilles et les pollinisateurs sauvages ne seront plus mises sur le marché ;

  • l'accélération de la transition vers une agriculture respectueuse des pollinisateurs dont elle dépend.

Matthieu et Lorine à AgroParisTech.

24/04/2017

Reconnaissance de Mère Nature par le droit...

Sous la plume de Nicole, notre blog avait publié un vibrant article concernant la rivière Whanganui en Nouvelle-Zélande, qui s'était vu reconnaître les mêmes droits qu'une personne. Dans le Journal Télérama du 12/04/2017, Mme Weronika Zarachowicz nous informe que, le 20 mars 2017, le tribunal de l'Uttarrakhand, un état himalayen du Nord de l'Inde, avait accordé un statut de personne morale au Gange et à son principal affluent la rivière Yamuna. Les juges de la même Cour de Justice, le 1er avril dernier, ont accordé une personnalité juridique à l'air, aux forêts, glaciers, rivières, cascades et plaines de l'Himalaya. Les termes employés par la Haute Cour de Justice de cet Etat sont explicites: "ce sont des entités vivantes ayant le statut de personnes morales".

Par une curieuse synchronicité, on retrouve donc à la même période et à l'autre bout de la planète des termes à peu de choses près semblables. La journaliste insiste à juste raison me semble-t-il, sur la pression de la société civile à l'égard des juges, pour que le droit soit appliqué pour défendre l'environnement. Ainsi est en train de naître sous nos yeux l'idée que les citoyens peuvent saisir la justice pour protéger leur cadre de vie de tous ceux qui jusque là faisaient des ravages écologiques en toute impunité. C'est une sérieuse avancée qui mérite d'être connue et reprise partout!

Lyliane

26/03/2017

C'est le printemps, prenons de la sève de bouleau!

Connue depuis des siècles, en Occident ( Pays du Nord, Finlande) et ce dès l'époque des romains, la sève de bouleau contribue à drainer et nettoyer l'organisme en profondeur (foie, reins, pancréas) et à décrasser les articulations en réduisant douleurs et rhumatismes. C'est également un bon moyen de conserver une tension normale grâce à son potassium végétal. Elle a des propriétés amincissantes, anti-oxydantes et une action anti-inflammatoire. Prise en cures détox à la fin de chaque hiver, la sève de bouleau est réputée retarder le vieillissement. On la consomme en prenant un verre par jour à jeun.

Choisir de préférence une sève de bouleau biologique émanant de parcs naturels en altitude loin de toute pollution (par exemple en Ariège...), mise directement en bouteilles sans altération, ni oxydation. Regarder sur les flacons la date de péremption, car fraîche elle est plus active. Les trous dans les arbres sont en principe soigneusement rebouchés. Pour en savoir plus, consulter le site: www.seve-bouleau.fr .

Lyliane

21/03/2017

Agroforesterie, coopérative et label bio pour le cacao du Pérou...

Le journal Habbanae d'Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières ou AVSF nous donne des informations encourageantes à propos du projet PROCACAO, qui a débuté au Pérou en 2005 à son initiative. Les producteurs ont été encouragés à produire du cacao bio de qualité avec des méthodes agroécologiques et une collecte centralisée. Peu à peu le revenu des producteurs et leur qualité de vie s'est amélioré. Et sur les marchés internationaux le cacao péruvien est aujourd'hui renommé. Leur cacao blanc en effet a obtenu en 2014 au Concours International de cacao l'Excellence de Paris et, en 2015, il a été consacré "cacao d'or" au Pérou.

Dans la région de Piura, sur la côte nord du Pérou, au début du projet, le pays recensait à peine 10 associations regroupant 2000 petits producteurs. Le journal affirme que 4 ans plus tard, 60% des producteurs de cacao adhéraient au projet et vendaient collectivement leur production. Il a fallu certes sensibiliser les agriculteurs à d'autres pratiques: ils ont délaissé peu à peu les désherbants chimiques et accepté des produits alternatifs et biologiques. Un centre de collecte a été crée avec des infrastructures pour le séchage des cabosses de cacao. Puis, des pépinières forestières ont été installées en parallèle, afin de produire du bois de construction et de restaurer les sols, tout en garantissant un revenu supplémentaire aux petits producteurs. Ainsi, déjà 20 000 arbres ont été plantés par 102 producteurs certifiés biologiques.

Si aujourd'hui, la coopérative Norandino est le 1er producteur de cacao bio au Pérou, ce succès encourageant pourrait être étendu partout dans le monde pour le café, le sucre et d'autres produits d'importation... Soutenons de nos dons AVSF pour ses initiatives et informons nous sur ses projets dans le monde en consultant le site: www.avsf.org.

Lyliane