Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2021

Faut-il renforcer la loi climat?

Alors que la loi Climat sera présentée lundi au Parlement, nous, entrepreneurs, employeurs, dirigeants d'entreprise, pensons aussi qu'il est plus que jamais nécessaire que cette loi se renforce pour préparer l'économie de demain. Alors que les dirigeants d'entreprise sont 88 % à déclarer qu'ils ont une responsabilité dans cette transition et sont prêts à faire évoluer leur modèle, et ce quelle que soit la taille de leur entreprise, il leur faut maintenant un nouveau cadre pour innover et accélérer.
 
L'ambition de ce texte, l'audace de la méthode retenue pour l'élaborer, l'urgence et la gravité des enjeux, font qu'il doit être la base d'une ambition commune : dans le domaine économique, il ouvre une possibilité historique de réinventer une compétitivité écologique et inclusive. Car l'Union européenne, pionnière sur ces questions est désormais à la traîne et nos entreprises risquent d'être concurrencées alors que 75 % du PIB mondial a désormais déclaré l'objectif de neutralité : une nouvelle donne mettant les États-Unis et la Chine aux avant-postes. Allons-nous de nouveau, comme ce fut le cas pour la transformation numérique, perdre le temps d'avance que nous avions historiquement sur ces enjeux ?
Loin d'une écologie qui serait "punitive" ou entravante à la liberté d'entreprendre, la loi ouvre déjà des chantiers prometteurs : le score carbone sur les biens de consommation non alimentaires pour une transparence renforcée vis-à-vis des consommateurs, la rénovation énergétique des bâtiments, le développement de la consigne ou la généralisation du vrac sur 20 % des surfaces de ventes. Mais, même avec cette loi, les entreprises qui investiront demain dans la transformation de leur modèle auront une augmentation significative de leurs coûts et subiront donc une distorsion de concurrence flagrante par rapport aux autres. Leur investissement rendra leurs produits et services plus chers sur le court terme et rares seront celles ayant un service marketing assez puissant pour en faire un réel avantage concurrentiel vis-à-vis des consommateurs.
 
Nous proposons donc que cette loi intègre des incitations fortes et claires à la transformation de toutes les entreprises, peu présentes dans le plan de relance, comme l'avait déjà souligné le Haut conseil pour le climat. Certaines de nos propositions concrètes, notamment issues de la Convention citoyenne pour le climat, seront donc portées dès lundi au Parlement par des députés de tous bords, comme la création d'un Index Impact écologique et social s'appuyant sur 20 engagements sociaux et écologiques transparents et permettant de moduler le soutien de la puissance publique. Nous proposons également d'encourager le réinvestissement d'une partie des bénéfices dans la transformation sociale et écologique de l'entreprise, et d'accélérer la formation aux métiers de la transition.
En pleine crise sanitaire, l'économie française a besoin de se relever en s'appuyant sur un nouveau modèle créateur de valeurs et d'emplois. Nous espérons donc que cette loi constitue un tournant pour les entreprises françaises, avec un nouveau cadre clair et un chemin partagé vers une économie plus résiliente.
 
______
Liste des signataires
 Eva Sadoun, Co-Présidente du Mouvement Impact France Emeric Oudin, Président du Centre des Jeunes Dirigeants Emery Jacquillat, Pdt Communauté des entreprises à Mission Jean Moreau, Co-Président du Mouvement Impact France Charles Klobloukoff, Président 1% for the Planet France Matthieu Auzanneau, DG The Shift Project Hugues Vidor, Président de l'UDES Helle Frank Liautaud, Présidente, B Corp France Patrick Sapy, DG Finansol Julie Stoll, DG Commerce Equitable France Lionel Fournier, Président Dirigeants Responsables de l'Ouest Philippe Royer, Président des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens Fabrice Bonnifet, Président du C3D Arnaud Mourot, Co-Président Ashoka Europe Luc De De Gardelle, Président de la Fédération des entreprises d'insertion Didier Perréol, Président du Synabio (syndicat national des entreprises bio) Laurent Pinet, Président du Coorace Cyril Gayssot, Président de l'Union des Entreprises adaptées Jacques Huybrecht, Président d'Entrepreneurs d'Avenir.

Selon Collectif (*) - La Tribune - dimanche 28 mars 2021

Écrire un commentaire