Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2018

Un site "zéro gâchis alimentaire" avec Graapz...

Mme Kathleen Junion, journaliste à Nice-Matin et écrivant un article dans la revue "Nous", attire notre attention sur le site de vente en ligne de panier fraîcheur nommé Graapz crée par Mr Alexandre Durand. Le concept du "déchétarisme" trouvé par le jeune biologiste à Montréal (Canada) lui a donné l'idée de mettre sur pied à partir de la fin 2015 le même genre de projet dans notre pays. Il a donc consulté la législation et notamment la loi Darot de février 2016 concernant les invendus des grandes surfaces . Il s'est cependant étonné que chez nous rien n'existe pour les plus petites surfaces en ville. Il a donc décidé de mettre en relation petits commerçants et consommateurs et fondé sa société Graapz en juillet 2017 à Paris.

C'est relativement simple: il suffit de s'inscrire sur le site Graapz et le client est géolocalisé. Il trouve alors un commerçant proche de chez lui désireux d'écouler ses invendus (moches, défraîchis ou légèrement abîmés). Il choisit sa formule: mensuelle ou ponctuelle et il paye en ligne. Soit le client opte pour un panier de 3 KG de fruits et légumes pour 6 euros, soit il prend un abonnement au mois à 20 euros avec un panier par semaine. Ensuite, il n'a plus qu'à passer récupérer son cageot dans son quartier.

Cette société contacte des gérants de magasins un peu partout en France. Elle a déjà 70 partenaires et elle vend actuellement quelques 1500 paniers par mois. La croissance a été rapide, signe que le site répond à un besoin. Le team formé par Mr Durand  et Melle F. Durillon est investi dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Ils considèrent, en effet, qu'ils ont déjà sauvé 21 tonnes de fruits et légumes de la poubelle et fait économiser 28 tonnes de rejets de CO2. dans l'atmosphère

Cette entreprise anti-gaspi cherche à s'étendre dans toutes les régions françaises. Pour la contacter, joindre par Internet: www.graapz.com.

Lyliane

16/11/2018

Le cholestérol se soigne aussi sans médicament...

Environ 7 millions de personnes en France, écrit Mme Christine Colinon dans Version Fémina, prennent un traitement pour tenter de réduire leur taux de cholestérol. Or, il faut savoir qu'on peut aussi le réduire naturellement. Le Dr J.M Lecerf, lipidologue à Lille, préconise de faire vérifier son cholestérol tous les 3 ans, tout en insistant sur le fait que celui-ci joue un rôle non négligeable dans notre corps (composition de nos cellules, fabrication de nos hormones stéroïdes et de la vitamine D). Certes après un AVC ou un infarctus, lorsqu'on fume beaucoup ou qu'on est sédentaire, il est essentiel de protéger le cœur et de rééquilibrer le bon et le mauvais cholestérol. De toute façon, veiller à une meilleure alimentation est recommandé.

Les médecins nous disent que 70% du cholestérol est fabriqué par le foie et seulement 30% proviendrait de la nourriture. Il convient déjà d'éviter les excès répétés d'aliments riches en cholestérol: charcuterie, viande rouge et fromage au même repas. Des jaunes d'œufs plusieurs fois par semaine par contre ne feraient pas de mal. Tous recommandent le régime crétois avec huiles d'olive et de colza, avocats, légumes verts, fruits de saison, légumineuses et céréales complètes… Une étude canadienne de 2011 aurait montré qu'en 6 mois de ce régime, on ferait chuter le taux de cholestérol de 13%. La phytothérapie (ail, olivier…) serait aussi une alternative à certains traitements. Les homéopathe disposent également de remèdes efficaces. Le coenzyme Q10 pris le matin et la levure de riz rouge prise en complément alimentaire seraient selon certains "comme des statines naturelles." Mais il serait bon, de temps à autre, insiste le Dr Lecerf, de se faire suivre médicalement en parallèle. 

Pour aller plus loin sur le sujet, lire par exemple l'ouvrage de Mr le Docteur J.M. Lecerf publié chez Solar Santé en 2017 :"Le cholestérol décrypté".

Lyliane

Fabriquer et piloter son lombricomposteur...

Contrairement à ce que croit le grand public, nous explique un journaliste de "L'âge de faire", un lombricomposteur bien fabriqué et bien géré n'émet pas d'odeur et n'attire pas les moucherons. Il est donc tout à fait possible de l'installer sur une terrasse ou un balcon. Un lombricomposteur comporte généralement 3 niveaux. Le compartiment le plus bas (bac de récupération) est destiné à recueillir le "lombrithé", un engrais liquide superpuissant. Les autres bacs (en plastique le plus souvent)  accueilleront vos déchets ménagers coupés fin, qui se transformeront peu à peu en compost. Quand le premier bac est rempli, on lui superpose un deuxième bac. Le fond des bacs étant percé de larges trous, les vers pourront remonter vers le bac supérieur et l'air circuler. Il y a un couvercle sur le bac supérieur que l'on peut percer de minuscules trous pour l'air.

Il existe des modèles que l'on peut trouver sur le guide du Sydom du Jura, disponible sur www.letri.com (tél: 06 13 42 01 25). Généralement les trous (5 mm) espacés de 2 cm maximum, doivent être faits à la perçeuse ou avec une mèche à bois. Le bac de récupération ne doit pas être perçé. En principe, un vers mange tous les jours la moitié de son poids. Aussi 500g de vers Elsenia devraient suffire. Leur mettre une sorte de litière avec des bouts de cartons, du papier humidifié et de la terre sur les déchets. La température idéale est de 15 à 30 ° C. Peu à peu les vers s'habitueront et circuleront. Il faut savoir qu'ils sont végétariens et ont horreur du gras. Mais, du marc de café, des coquilles d'œufs broyées, des cendres de bois conviennent bien.

Alors pas d'appréhension: c'est une façon utile de faire digérer nos déchets et de se procurer un excellent compost. Pour plus d'informations, s'adresser par exemple à :

www.lombricomposteureco.fr/

Lyliane

13/11/2018

Un rucher partagé dans le Val de Loire...

Mr Fabien Ginisty en 2013 a publié dans le Hors Série N° 1 de la revue "l'Age de Faire" un article concernant une initiative de mise en place d'un rucher mutualisé par des habitants de la plaine du Forez. Les abeilles de ce fait appartiennent au groupe, qui doit s'organiser pour en prendre soin. Un enfumoir à la main, une des 7 participante du groupe des 10 passionnés d'apiculture du village de Boisset-Saint-Priest est aux petits soins de quelques-unes des 300 000 abeilles collectives réparties en 8 ruches. Une petite annonce fut à l'origine de ce projet de rucher partagé, installé sur une parcelle municipale. Les adhérents à l'Association sont admis à condition qu'ils apportent une ruche en bois sans essaim. Depuis 2012, ils se partagent leurs premiers kilos de miel.

Ce rucher partagé est l'occasion de transmettre des savoir-faire et de protéger le vivant. Les abeilles pollinisent en effet tous les arbres alentour et elles butinent sur des arbres et plantes à fleurs (acacias, lavandes, trèfles…) dès que reviennent les beaux jours. Peu à peu les adhérents s'initient à l'hivernage, à la lutte contre les ravageurs grâce aux conseils éclairés d'un apiculteur local. Assurer la pérennité du rucher collectif et protéger leur environnement naturel sont leur objectif. Car la biodiversité malheureusement peu à peu décline en raison des pesticides, ce qui est dommageable pour les colonies d'abeilles.

Alors, pourquoi ne pas créer un peu partout en France des ruchers collectifs sur ce modèle? Nous aurions tout à y gagner et la nature en premier lieu!

Lyliane

07/11/2018

Cuisiner avec des fleurs...

Mme Kathleen Junion dans la revue "Nous" invite les fleurs sur notre table. Elle signe un article, en effet, dans lequel il est question d'en faire des jus, des confits ou de les utiliser à l'état brut. La cuisine des chefs s'y est mise également. A Antibes, par exemple Mr Olivier Ferrand a crée il y a 8 ans un restaurant - 24, Rue de Fersen - appelé "La taille de guêpe". Là, il propose une cuisine atypique avec des fleurs. Ce chef a été formé aux Pays-Bas, en Belgique et à Lille.

Tout d'abord, Mr Ferrand s'est entouré des meilleurs fournisseurs de la région: Mr J.C. Orso à Cannes, Mr M. Auda à Gattières et la confiserie Florian à Nice. Aussi trouve -t-on sur sa carte: de la terrine de foie gras au confit de jasmin, du magret de canard avec une sauce aux fruits rouges à l'hibiscus ou encore un carpaccio de cabillaud à la capucine… Son secret, c'est l'improvisation! Il y a à chaque fois non seulement la décoration des plats mais aussi le goût délicat des fleurs.

De même à "La Badiane" à Ste Maxime (83), cite la journaliste, des fleurs agrémentent les plats du chef Geoffrey Poësson: bourrache, lavande… Quant à Mr Erwan Miziane à Hyères qui cuisine au "Carte Blanche" figues, lavandes, capucines agrémentent ses desserts. A la maison, nous pouvons à notre tour risquer une salade d'endives et noix aux grains de lavande, des raviolis à la bourrache, un dessert à la violette ou un poisson en papillote, où les capucines donnent un soupçon poivré à l'ensemble.

Toutes les fleurs ne se cuisinent certes pas. Mais pourquoi ne pas essayer une cuisine champêtre, inventive et qui fleure bon la nature? Pour connaître les fleurs comestibles bio susceptibles d'être insérées dans vos recettes, consultez par exemple sur Internet: https://www.fermedesaintemarthe.com .

lyliane

06/11/2018

Des insectes-robots à la rescousse...

Des insectes hybrides vont bientôt intervenir pour assister les secouristes. Il est possible de les piloter à distance avec la même précision que des drones.


Imaginez. Vous êtes bloqué sous les décombres après une explosion ou une catastrophe naturelle. L'endroit est exigu. Difficile d'accès. Personne ne sait que vous êtes là. Tout à coup débarque une armée de cafards téléguidés par les sauveteurs. Avec leurs capteurs, ils ont cartographié toute la zone, repéré un accès et fini par vous localiser. Ça y est, l'alerte est donnée. Il reste un survivant à cet endroit précis. Et on sait par où passer pour aller le chercher.


Non, ce n'est pas un scénario de science-fiction. Un peu partout dans le monde, des chercheurs travaillent à recruter des insectes pour assister les pompiers dans les missions de sauvetage. Il ne s'agit pas de dressage comme avec les chiens secouristes, mais de développer des prothèses robotisées qui transforment les bestioles en "cyborgs" téléguidés. Ce dispositif va lui titiller les antennes avec un signal électrique et lui faire croire qu'il rencontre un obstacle à gauche, à droite ou devant lui. Ce qui l'obligera à tourner. En modulant le signal, on le dirige et on stimule la pointe de son abdomen pour le faire accélérer.


Un paquetage électronique
Abhishek Dutta et son équipe étudient essentiellement sur des cafards. Pas n'importe lesquels, les blattes de Madagascar. D'abord parce que ce sont les plus grosses qui existent (7 centimètres à l'âge adulte) ; leur dos peut accueillir le paquetage électronique. Ensuite, elles sont d'excellents candidats pour les opérations de secours, puisqu'elles grimpent très bien et sont très curieuses ; donc explorent partout. Surtout, elles résistent à la chaleur et aux radiations, un sérieux avantage lors d'une catastrophe nucléaire, par exemple.
Les Américains ne sont pas les seuls à plancher sur de tels cyborgs. L'université de technologie de Nanyang, à Singapour, est aujourd'hui la plus avancée en matière de miniaturisation. Son paquetage électronique ne mesure que quelques millimètres, ce qui permet de maîtriser de petits scarabées de 2 centimètres de long. Les scientifiques ont même trouvé une technique pour les faire reculer et améliorer d'autant leur maniabilité lors du pilotage à distance.

Avantage des scarabées? Ils sont plus petits, donc capables de passer par des orifices inaccessibles aux gros cafards. Et surtout, ils volent, même si les chercheurs n'arrivent pas à les diriger une fois en l'air. Précisons qu'aucune de ces méthodes n'est dangereuse pour les insectes. Tous retrouveraient une vie normale une fois le sac à dos électronique retiré.


Des capteurs miniaturisés
Au-delà du module de guidage, les travaux portent également sur la miniaturisation des capteurs. Les chercheurs de Singapour ont ainsi réussi à faire tenir un détecteur de présence humaine, un GPS et des capteurs environnementaux sur une plaque de quelques centimètres. Trop grande pour des scarabées, elle pourrait parfaitement convenir aux grosses blattes. Reste maintenant le problème de l'autonomie des batteries. Aujourd'hui, ces insectes peuvent être contrôlés pendant huit heures. C'est déjà beaucoup. Mais il faudra faire mieux, les opérations de sauvetage pouvant s'étaler sur plusieurs jours.
Il n'empêche. On commence déjà à affiner les techniques de déploiement des insectes. Aux États-Unis, une équipe de l'université de Caroline du Nord (NCSU) évalue, par exemple, le nombre de coléoptères qu'il faudrait envoyer pour être certain de quadriller totalement une zone. Les sauveteurs n'ayant pas de visuel, c'est à leurs nouveaux assistants d'explorer les lieux de façon autonome, avec des stimulations aléatoires pour s'assurer qu'ils ne campent pas dans un coin. L'essentiel des briques semble donc en place. Les premiers essais sur le terrain ne sauraient tarder.


Phobique des insectes? Mieux vaut commencer à se soigner. Car dans quelques années, il y a de grandes chances qu'ils viennent à notre secours si on est coincé sous des gravats.

05/11/2018

Les bénéfices du bio...

Selon une étude menée par des chercheurs français et publiée dans le "Jama Internal Medecine", consommer des produits issus de l’agriculture biologique réduirait de 25% les risques de développer un cancer. Cette découverte doit être confirmée par d’autres travaux de recherches. Explications:

Alors qu’à l’occasion du SIAL 2018, un sondage Nielsen révèle que 16% des Français consomment des produits « bio-locaux », une étude tend à montrer que manger bio permettrait de réduire significativement les risques de cancer.

Décryptage. l’agriculture biologique réduirait de 25% les risques de développer un cancer. Cette découverte doit être confirmée par d’autres travaux de recherches.

Explications: Moins de risques de développer un cancer du sein Menée sur un échantillon de plus de 68.946 adultes (dont 78% de femmes) qui ont été suivis de 2009 à 2016, l’étude a été publiée lundi dernier dans la revue Jama Internal Medicine.

Les chercheurs français ont voulu répondre à la question suivante : quel est le lien entre un régime basé sur des aliments issus de l’agriculture biologique (c'est-à-dire moins probable de contenir des résidus de pesticides) et le risque de cancer ? Les chercheurs français ont voulu répondre à la question suivante : quel est le lien entre un régime basé sur des aliments issus de l’agriculture biologique (c'est-à-dire moins probable de contenir des résidus de pesticides) et le risque de cancer ?

Les analyses des résultats ont montré que les participants qui étaient les plus gros consommateurs d’aliments bio (plus de 50% de leur alimentation) présentaient un risque de cancer 25% moins élevé que ceux qui en mangeaient moins. Un risque moindre (34%) a également été remarqué pour les cancers du sein chez les femmes ménopausées et de 76% pour les lymphomes.

Des résultats qui restent à être confirmés :
Des experts de l’Inserm avaient déjà souligné le lien entre l’exposition aux pesticideset certaines maladies humaines, notamment le cancer de la prostate et d’autres cancers hémétopoïétiques. Mais c’est "la première fois que l’on met en évidence et à partir d’une enquête prospective un lien entre alimentation bio et risque de cancer", a précisé dans une interview, accordée au Monde Philip Landrigan, un épidémiologiste du Boston College qui n’a pas participé aux recherches.

Selon Emmanuelle Kesse-Guyot, chercheuse (Institut national de la recherche agronomique, INRA) dans l’équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Inserm, INRA, université Paris-XIII) et coauteure de l’étude qui vient d’être publiée : « pour expliquer ces résultats, l’hypothèse de la présence de résidus de pesticides synthétiques bien plus fréquente et à des doses plus élevées dans les aliments issus de l’agriculture conventionnelle comparés aux aliments bio est la plus probable ».
D’autres enquêtes doivent être menées « pour préciser le lien de cause à effet ».

Selon Marina Marcout - Gentside - mardi 23 octobre 2018

NDDL: quel avenir pour la ZAD?

Un article de Mr Nicolas Bérard dans le Journal "L'âge de faire" d'avril 2018 interviewant Mme Françoise Verchère, co-présidente du CEDPA (Collectif des élu-e-s doutant de la pertinence de l'aéroport), tente de faire le point sur l'avenir de la ZAD, qui reste un lieu d'expérimentation inédit. Selon Mme Verchère, la Préfecture, dès l'annonce de l'abandon du projet d'aéroport, a mis en place un comité de pilotage sur la question des terres agricoles, leur propriété et leur gestion future. Elle estimait d'entrée de jeu qu'il y avait des mois de travail, afin d'obtenir un état des lieux complet de la zone (baux, expropriations, vente amiable…). Les propriétaires ont en effet trois ans pour redemander leurs terres et nul ne pouvait prévoir à l'avance qui allait vouloir revenir sur les lieux...

Mme Verchère a entre temps évolué par rapport à sa demande du gel des terres comme cela a été proposé par bail emphytéotique au Larzac, car elle préférerait finalement que l'Etat garde un maximum d'hectares. Elle signale que le président du Département de Loire-Atlantique en effet "ferait partie des revanchards qui voulaient que se fasse l'aéroport". Il pourrait vouloir récupérer des terres...

La préfète lui semble au contraire plutôt "pacifiante". Elle accepterait notamment de parler de "convention d'occupation précaire". Provisoirement, ce pourrait être une solution, pense le CEDPA. Mais certains voulaient signer, d'autres pas. La co-présidente du CEDPA se demande encore: pourquoi avoir obligé la préfecture à envoyer les forces de l'ordre pour libérer les routes? Et pourquoi avoir dégradé le bitume? Il aurait apparemment fallu un consensus  parmi les zadistes et moins de conflits internes ...

Quoi qu'il en soit, l'objectif ouvertement prôné par Mme Verchère est de "laisser se poursuivre les plus belles initiatives de cette ZAD". C'est par exemple: l'esprit de solidarité, le sens de l'intérêt commun, de continuer les expérimentations agricoles ou d'habitat, au moins sur une partie des 1600 ha. En respectant l'environnement, en maintenant une vie sociale, la solidarité, le consensus, il y aurait, d'après son analyse, possibilité de jouer collectif. Elle imaginerait bien par exemple un financement participatif pour racheter collectivement des terres. Le plus gros obstacle à ses yeux reste le" tout ou rien" de certains jusqu'au boutistes....

Il faudrait naturellement faire un point plus récent et donner la parole aux zadistes pour connaître leur degré de cohésion de groupe et leurs projets collectifs et individuels pour la ZAD. Peut-être s'y risqueront-ils un jour prochain. Notre blog leur est ouvert...

Pour suivre l'actualité de NDDL vue par ses habitants, joindre par exemple sur Internet: https://zad.nadir.org/

Lyliane

28/10/2018

Pouvons-nous limiter les dégâts sur notre planète?

Mme Laure Beaudonnet, pour le journal gratuit "20 Minutes", a rencontré Mr Pablo Servigne, agronome de profession, collapsologue et co-auteur de l'essai "Une autre fin du monde est possible" qui vient d'être publié. En 2015, Mr Servigne avait co-écrit avec Mr Raphaël Stevens un best-seller intitulé: "Comment tout peut s'effondrer?", puis il avait publié avec Mr Gautier Chapelle:" L'entraide, l'autre loi de la jungle". 

Un collapsologue, selon Mr Servigne, étudie l'effondrement possible de notre civilisation thermo-industrielle. Cela demande de pouvoir faire un constat sur l'état du monde et de se tenir au courant de toutes les études scientifiques. Le G.I.E.C par exemple et la revue Proceedings of the National Academy of Sciences publient régulièrement des rapports sur le climat. Les derniers en date, respectivement d'octobre et d'août 2018, étaient plutôt alarmants, même en limitant la hausse des températures à +2°C. 

Après la publication de ces rapports, Mrs Servigne et G. Chapelle ont tenté de créer un "lobby citoyen" grâce notamment à une vidéo intitulée "Il est encore temps". Car leur but est d'amener les Etats et les citoyens à des actions concrètes en faveur du climat. Mr Servigne, personnellement, essaie de donner l'exemple dans sa vie de famille (logement, déplacements, nourriture…). Il cherche en effet à "limiter les dégâts" face au désastre annoncé...

Effectuons donc à notre tour le sursaut escompté par ces collapsologues en mettant nos vies en conformité avec des conseils de bon sens comme par exemple le tri et la limitation de nos déchets, la généralisation de l'utilisation des transports en commun, la demande d'une agriculture sans pesticides, des achats individuels conscients de produits locaux, un habitat léger en matériaux non polluants, une énergie remplaçant le nucléaire, la fin de l'obsolescence programmée des biens de consommation, des liens humains solidaires

Pour en savoir davantage, consulter sur Internet: www.pabloservigne.com.

Mr Servigne sera présent lundi 29/10/2018 à Nice pour une conférence à 20 heures aux Assises de la Transition Citoyenne et Ecologique à l'Université de St Jean d'Angély. Venez nombreux!

Lyliane

 

S'entraider pour mieux manger avec le Secours Catholique...

Mme Clarisse Briot nous raconte, dans le journal Messages du Secours Catholique, comment des familles du village de Soumoulou près de Pau se sont associées pour monter une initiative autour d'un potager collectif, d'échanges de services et d'une monnaie commune. Leur but est double: mieux s'alimenter et rompre l'isolement.

Dans cette bourgade de 1 500 habitants, au pied des Pyrénées, chaque mardi les membres du groupe baptisé Uninat se retrouvent dans la boutique du Secours Catholique pour composer et retirer leurs paniers de produits frais. Le terrain sur lequel les bénévoles cultivent a été mis à disposition par la mairie. La terre généreuse donne des salades, des choux, des blettes, des poireaux, des betteraves...

L'aventure est née l'été 2016, quand des bénéficiaires ont souhaité que le Secours Catholique améliore les colis alimentaires, composés uniquement de produits secs. Ils ont réalisé alors que les produits frais font défaut. Depuis, grâce à l'investissement de tous, chaque semaine une dizaine de paniers sont composés pour les 30 familles adhérentes (de l'ordre de 50 centimes par mois). Des échanges de services(covoiturage, couture, bricolage) ont lieu, des liens d'entraide et d'amitié se créent. Par exemple, on achète à plusieurs un veau à un éleveur et on obtient le prix coûtant à l'abattoir... 

Le groupe essaie d'élargir la gamme de ses fournisseurs: un producteur de fromages de brebis les a rejoints; des ateliers cuisine et pâtisseries ont été lancés. Bref, les Unitat espèrent attirer de nouveaux adhérents et les convaincre que pour trouver des solutions aux difficultés il faut à la fois de l'inventivité, de l'entraide et de la confiance.

Pour aller plus loin, consulter www.secours-catholique.org.

Lyliane

 

 

20/10/2018

Pétition pour le retour du métier d'herboriste...

Pétition pour le retour du métier d’herboriste

 

Madame la Ministre,

Le certificat d’herboriste a été supprimé le 11 septembre 1941 par le Gouvernement de Vichy. C’est une des seules lois de Vichy qui n’ait pas été abolie à la Libération.

Aujourd’hui, nous en mesurons les conséquences dramatiques par :

  • La quasi-disparition des herboristeries en France (il n’en reste que 15 qui tentent de survivre malgré un cadre législatif trop flou)
  • Le saccage de la filière française cultivateurs et cueilleurs de plantes médicinales, qui ne compte plus que 89 membres répertoriés ;
  • L’inquiétant recul de la connaissance et de l’utilisation des plantes médicinales à la fois par le milieu médical et la population, malgré l’immense potentiel révélé par la recherche en botanique ;
  • La disparition programmée d’un savoir-faire ancestral multi-millénaire, les plantes ayant toujours été essentielles à l’humanité (mais aussi aux animaux) pour se soigner.

Suite à la mission d’information au Sénat portée par le sénateur Joël Labbé, nous vous demandons d’agir au plus vite pour rétablir un diplôme permettant la pratique du métier d’herboriste en toute légalité et pour la sécurité des consommateurs.

Aujourd’hui, l’Etat français ne reconnaît aucun diplôme officiel et ne propose aucun cadre législatif satisfaisant pour permettre à la population d’accéder plus facilement et en toute sécurité aux plantes médicinales.

La revalorisation du métier d’herboriste est une question centrale pour la prévention et le bien-être des populations. Mais c’est aussi un enjeu d’écologie, de développement du monde rural et d’emploi. C’est un enjeu de civilisation.

L’attente de nos concitoyens est considérable. Il est temps de redonner aux Français les mêmes droits que leurs voisins européens.

Au Royaume-Uni, en Suisse, en Allemagne et en Italie, les herboristes sont libres d’exercer et de faire le commerce des plantes médicinales. La Belgique offre même des formations diplômantes en herboristerie.

Le rétablissement du métier d’herboriste en France permettrait de :

  • Améliorer la protection des consommateurs et faciliter leur accès à ces remèdes naturels
  • Favoriser la qualité, la transparence et le respect des ressources
  • Rendre plus dynamique la filière agricole des plantes
  • Conserver notre patrimoine culturel commun que sont les plantes
  • Créer une nouvelle profession et de nouveaux emplois

Nous soutenons la démarche des instances représentatives des herboristes et nous demandons à ce que la mission d’information au Sénat aboutisse sur des mesures concrètes pour faire enfin renaître la profession d’herboriste.

Pour cela, nous demandons :

  • Le rétablissement d’un diplôme d’Etat d’herboriste et la reconnaissance de la profession
  • La possibilité pour les herboristes reconnus d’élargir la vente à l’ensemble des plantes de la pharmacopée, au-delà des 148 plantes actuellement autorisées.
  • Le droit pour les herboristes de donner des indications thérapeutiques lors de la vente de plantes médicinales.

En vous remerciant de votre attention, nous vous prions de croire, Madame la Ministre, en ma très haute considération.

Marie Gauthier pour Plantes & Bien-Être

 


Si ce n’est pas encore fait, rendez-vous vite ici. Mais surtout, faites circuler la pétition parmi tout votre entourage, c’est très urgent.

 

15/10/2018

Les cueilleurs de pommes...

Sous la conduite de Mr Jean-Louis Choisel, un groupe de personnes se désolaient du gel des arbres fruitiers dans la région de Belfort l'hiver 1978. Ils fondèrent cette même année l'Association Nationale des amateurs bénévoles pour la sauvegarde des variétés fruitières régionales en voie de disparition dite Les Croqueurs de Pommes. Leur objectif était de reconnaître et de préserver des variétés anciennes de fruits et des techniques associées.

Puis, un peu partout en France, d'autres passionnés firent la même prise de conscience, face aux remembrements, à l'extension des zones urbaines et pire à la destruction des vergers. Actuellement, lisons nous dans le journal Biocontact du mois d'octobre 2018, l'Association Nationale des Croqueurs de Pommes comporte 8 200 adhérents, fédérés dans 63 associations locales dont l'Association Aube Champagne pays d'Othe dite Charles-Baltet (450 membres) qui organise Europom 2018  pour l'Europe. 

En effet, Europom est un groupement d'amateurs bénévoles attachés à la sauvegarde du patrimoine fruitier. C'est aussi une exposition où les Croqueurs de Pommes fêteront  leurs 40 ans d'existence à Troyes ( Le cube - entrée gratuite) les 27 et 28 octobre 2018 avec 2 000 variétés fruitières exposées. Artisans, producteurs, associations se feront connaître. Pour en savoir davantage, contacter www.croqueurs-national.fr.

Lyliane

11/10/2018

Une tour maraîchère à Romainville en 2019 pour légumes et emplois...

FIGARO DEMAIN - Pour nourrir ses habitants, créer du lien et des emplois, Romainville construit une vaste ferme urbaine verticale qui verra le jour en avril 2019. La serre géante implantée en plein cœur de la commune située à 3 kilomètres de Paris produira 12 tonnes par an de fruits et légumes.
À quelques encablures de Paris, des citadins pourront bientôt voir leurs tomates et leurs champignons pousser dans un immeuble! Le chantier de la première «tour maraîchère» de France, estimé à 5 millions d'euros, a en effet débuté. Ce vaste bâtiment dédié à l'agriculture urbaine a pris racine à Romainville, ville de Seine-Saint-Denis de 25.000 habitants, plus habituée à voir des logements sociaux sortir de terre que des plants de carottes et de tomates!


De quoi s'agit-il? D'une sorte de serre géante et verticale implantée en plein cœur de ville, au plus près des consommateurs. D'après les projections de la mairie, le bâtiment qui verra le jour en avril 2019 est composé de deux tours dont la plus haute fera 24 mètres, sur six étages. La culture des carottes, tomates et autres fruits et légumes sera ainsi répartie en fonction des étages et optimisée par les spécialistes de la culture urbaine.
Outre une exploitation agricole, la cité maraîchère abritera un centre de sensibilisation et de formation à l'agriculture urbaine ouvert aux professionnels et aux particuliers. Un vaste espace de vie composé d'un café-cantine et d'une épicerie pour vendre les produits en circuit très court complète ces lieux. Cette tour futuriste renoue ainsi avec le passé du département, autrefois terre d'accueil des maraîchers et vignerons.
En revanche, les méthodes d'exploitation ne sont pas celles de nos aïeux! Les fruits et légumes pousseront hors-sol, alimentés par des substrats issus à 100% de produits organiques, sans pesticide ni engrais chimique, sans chauffage ni lumière artificielle et disposés sur les 6 étages. Avec ces méthodes, la ferme citadine vise une production de 12 tonnes par an de fruits, légumes, champignons, fleurs comestibles, plants et semences. Elle permettra ainsi de couvrir la consommation de 200 familles.


Un projet créateur d'emplois
L'ambition n'est donc clairement pas de nourrir toute la commune mais aussi de créer des rencontres et du lien social entre habitants et de sensibiliser les urbains aux enjeux de l'agriculture. L'objectif de la première «Cité maraîchère» de France, qualifiée par lamunicipalité socialiste de projet «unique en France», est également de créer des emplois. «En réintroduisant de l'activité maraîchère à Romainville, nous avons souhaité tout d'abord redonner à la ville, longtemps lieu de cultures maraîchères, une vocation de ville nourricière. Mais nous allons également générer une nouvelle activité économique créant de l'emploi et notamment de l'emploi en insertion», a expliqué la maire, Corinne Valls. Au total, 12 emplois seront créés dès 2019.
Le lieu entend enfin devenir un «laboratoire vivant» pour les projets d'agriculture urbaine «appelés à se développer» dans la future métropole du Grand Paris. En plein essor, l'agriculture urbaine permet en effet de cultiver les fruits et légumes au plus près des consommateurs. Cette méthode de production compense par ailleurs le déclin de l'agriculture en Europe occidentale. La France a perdu l'équivalent du département de Seine-et-Marne en surfaces agricoles en l'espace de 10 ans au profit de l'urbanisation, alertait récemment l'Observatoire national de la Biodiversité. Les plus grandes métropoles se tournent de plus en plus vers cette solution pour compenser la diminution des espaces cultivables et la pollution des sols. Singapour multiplie les serres verticales où des légumes sont cultivés, mais où également des truites ou des mérous sont élevés dans des bassins disposés par étages. Shanghaï projette même de créer la plus grande ferme verticale au monde sur 100 hectares. En attendant que ces projets d'envergure voient le jour, la municipalité de Romainville se mobilise pour que la greffe de la cité maraichère prenne avec ses habitants. 

Mathilde Golla - Le Figaro - lundi 1 octobre 2018

05/10/2018

Découvrir le régime de Pioppi, un petit village italien, où l'on vit longtemps en bonne santé...

Je connaissais déjà le régime des centenaires d'Okinawa,  celui des Hounzas dans l'Himalaya et le régime crétois, mais je n'avais jamais entendu parler du régime Pioppi, un village de  Campanie, sur la Côte du Cilento, à deux heures de Naples environ. C'est une star américaine de la nutrition, Mr Ancel Keys, qui s'y est installé avec sa compagne à la fin des années 60, qui a fait connaître ce village où les centenaires sont nombreux. Mme Elisabetta Moro, professeure spécialiste de l'histoire et de l'anthropologie de Pioppi, a été interviewée par Mme Jessica Agache-Gorse pour la revue Version Femina, afin de découvrir le secret de leur belle longévité.

En Grande-Bretagne vient de paraître le livre "Pioppi diet" par le Dr Aseem Malhotra et Mr Donald O'Neill (collection Penguin). Cela a mis en lumière le régime alimentaire des habitants de Pioppi. Il faut savoir tout d'abord que ces habitants étaient des pêcheurs et qu'ils n'étaient pas riches: ils se nourrissaient donc peu et uniquement de produits locaux. Ils continuent à vivre ainsi assez frugalement. Par exemple, le matin ils prennent simplement un café et un fruit, parfois rien. Ils ne mangent de la viande qu'une fois par semaine et du poisson de leur pêche (sardines, maquereaux, anchois…) deux à trois fois la semaine. L'essentiel de leur régime, ce sont les fruits et les légumes de leurs jardins (tomates, brocolis, choux, aubergines, figues, oranges, abricots, pommes…). Le dimanche, ils font eux même leurs pâtes fraîches et chacun pétrit son pain. Lentilles et haricots figurent en bonne place dans leurs menus.

Mme Olga Vaccaro, professeure de nutrition à l'Université de Naples, ajoute à cette liste des fruits secs (noix et amandes), de l'huile d'olive et jamais de beurre, ni de sucre ou alors très exceptionnellement. Toutefois, des soupes avec des féculents (pâtes, pain, céréales) peuvent être ajoutées, de même qu'un peu de lait écrémé et de ricotta. Un verre de vin à table est également admis. La convivialité et un mode de vie actif (jardinage, pêche) et cependant paisible peuvent aussi être signalés dans ce village. Faire la fête est en effet une dimension partagée par tous.

Alors, qui veut choisir ce modèle de vie pour devenir centenaire et en bonne santé? Pour quelques recettes et conseils, lire l'ouvrage "La dieta mediterranea"de Mme Moro.

Lyliane

04/10/2018

Au Lycée Agricole de St Maximin (83), c'est de la terre à l'assiette!

Le Lycée agricole de St Maximin qui existe depuis 1953 et dépend du Ministère de l'Agriculture, compte aujourd'hui 500 élèves de la 4ème de collège aux terminales, dont 200 en internat. Il a à la fois des missions pédagogiques et agricoles. Son directeur, Mr Christian Brayer, a crée il y a deux ans une légumerie accessible aux élèves comme aux agriculteurs locaux. Il pense, en effet, "que la restauration hors domicile est un marché en devenir"(pour fournir les cantines scolaires notamment).

L'établissement a même installé un "espace test" au lycée agricole, afin de donner l'opportunité à des jeunes intéressés par le métier d'agriculteur, de maraîcher de se tester. Le matériel agricole comme la terre leur sont prêté et pour un à trois ans, ils peuvent expérimenter le métier. N'oublions pas que le département du Var a toujours eu une vocation agricole très importante...

Mme Karine Michel, journaliste à Nice-Matin, est allée sur place les interviewer pour le supplément "Nous".  A la légumerie, installée depuis 2017 dans l'enceinte de l'établissement sur 300m2, un bâtiment quasi autonome sur le plan énergétique grâce à des panneaux photovoltaïques, la transformation des légumes est possible. Il y a en effet toutes les machines nécessaires et des règles d'hygiène strictes à respecter.

Les maraîchers dans un rayon de 20 à 30 km (15 environ jusqu'ici) peuvent venir transformer leurs surplus en confitures ou conserves. Bien entendu, ils sont enregistrés auprès de la M.S.A (mutualité sociale agricole), pour parer à toute difficulté éventuelle. Il est possible de réserver auprès du lycée agricole la structure de la légumerie par internet du lundi matin au dimanche soir, moyennant paiement au prorata du temps d'utilisation.

Les élèves du lycée agricole, encadrés par des adultes agriculteurs eux mêmes ou enseignants, apprennent également à transformer et à conditionner des produits qui seront utilisés à la cantine du lycée. En effet, 100% des légumes et fruits produits sur les 15 ha d'exploitation du lycée (bio pour la plupart) sont transformés à la légumerie et utilisés par la cantine scolaire. On veille sur place à ce qu'il y ait le moins possible de gaspillage.

Mr Brayer se sent être "comme un Directeur d'établissement sur un territoire, qu'il a pour mission d'animer". Il travaille, en effet, avec les collectivités locales "sur la mise en place d'un véritable campus des métiers de l'agriculture, de l'alimentation, de la biodiversité et des nouveaux services à la personne en milieu rural entre Brignoles et St Maximin".

Depuis un moment, il réfléchit avec d'autres intervenants locaux à un projet de P.A.T ou projet alimentaire territorial s'appuyant notamment sur les circuits courts. A la rentrée 2019, "il devrait disposer de l'ouverture d'une filière d'enseignement supérieur avec un BTS technicien conseil ventes de produits alimentaires en circuits courts".

Pour en savoir davantage sur cet établissement, consulter sur internet le site: www.lycee-provence-verte.fr ou téléphoner au lycée agricole (Chemin du Prugnon à St Maximin: 04 94 86 52 93.

Lyliane

 

 

03/10/2018

Greenpeace revient sur la mobilité durable en France...



Il y a quelques jours, le gouvernement français présentait la programmation budgétaire de la future loi d'orientation des mobilités. La ministre chargée des Transports, Elisabeth Borne, a parlé d'« agir pour les transports du quotidien » avec « une ambition inédite pour la mobilité propre ».

Les annonces faites sont-elles satisfaisantes ? Pas vraiment. Le gouvernement promet d’accorder 38 % des crédits globaux au réseau routier, et les financements prévus pour les mobilités propres et partagées restent dérisoires en comparaison des dépenses prévues pour la voiture. De plus, le maintien de projets routiers climaticides, comme le GCO à Strasbourg, montre l’incohérence du gouvernement.

Quid du Plan Vélo et de ses mesures destinées à faciliter les déplacements cyclistes ? Il constitue une vraie avancée... mais n'offre pas de moyens à la hauteur des ambitions. Pour enclencher un vrai changement d'échelle dans les comportements, c'est un fonds de 200 millions d'euros par an dès 2019 qu'il faut créer. soit quatre fois plus que ce qui est prévu pour le moment.

Pourtant, la France aurait bien besoin d’aller plus vite en matière de mobilité durable. Trois ans après le scandale du DieselGate, elle reste championne d'Europe du nombre de véhicules diesel très polluants en circulation, devant l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Italie. En France, on constate toujours plus de 48 000 décès par an dus à la pollution de l’air… et le secteur des transports est l’un des premiers responsables.

Le climat aussi aurait bien besoin que le secteur des transports fasse sa part en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Selon une étude du Centre aérospatial Allemand commandée par Greenpeace et parue la semaine dernière, nous avons 10 ans pour nous débarrasser des véhicules essence, diesel et hybride si l’on veut respecter l’objectif de l’Accord de Paris sur le climat de limiter la hausse des températures à 1,5 °C

Beaucoup reste encore à faire pour lutter contre les changements climatiques et la pollution de l'air. Emmanuel Macron doit donc rapidement traverser la route et se mettre au travail.

Merci d’être à nos côtés,
L’équipe Climat-Transports de Greenpeace France  
Ce courriel a été envoyé à l'adresse lys06100@gmail.com
Pour ne plus recevoir d’email de Greenpeace, désabonnez-vous ici.
Contactez-nous
Greenpeace
© Greenpeace France 2018
supporter
 
 
 
 
 
RépondreTransférer
 
 
   
 
 
 

Apprendre aux élèves à vivre ensemble et à aimer l'école...

On tombe très vite sur le nom de Mr Yvan Nemo (alias Tournesol pour ses proches!) quand on évoque une école primaire de zone défavorisée, où depuis 20 ans l'ambiance a changé du tout au tout. A l'Ecole Bel Air de Torcy (Seine et Marne), en effet, ce directeur d'école a réussi le tour de force de faire passer les classes d'un climat de violence à des lieux de vie accueillants et bienveillants ouverts sur le quartier. Et tout cela en douceur! Les parents d'élèves sont notamment très impliqués dans le fonctionnement de cette école. Quant aux élèves, ils apprennent à respecter le savoir et à collaborer pour faire jaillir "l'intelligence collective".

Grâce notamment à des aides glanées alentour (Apple France pour l'équipement informatique, la Fondation de France pour une dotation de 150 000 euros et la commune pour des activités extra-scolaires) ont été crées peu à peu une mini-ferme pour la maternelle, un potager, un laboratoire scientifique, des bassins, une cabane nature, une bibliothèque ainsi que des salles d'ordinateurs. Le but des 8 enseignants, présents depuis des années, est de stimuler la curiosité des élèves et de leur apprendre des valeurs de mutualisation et de responsabilité. Des retraitées  de la ville viennent même de temps en temps pour des ateliers tricot et pâtisserie.

Dans l'Education Nationale, depuis 2013, en s'appuyant sur des textes prônant une "refondation de l'école", l'approche a évolué vers davantage de bienveillance. On ne cherche, en effet, plus seulement des résultats, mais aussi le bien-être des élèves. Il est notamment demandé aux enseignants d'exercer une autorité sans humiliation, de pratiquer une notation positive par compétences acquises et d'effectuer un travail de socialisation. L'exemple des écoles Montessori y est peut-être pour quelque chose...

Pour en savoir plus sur l'école de Bel- Air à Torcy, où travaille Mr Nemo et son équipe pédagogique, contacter sur internet: https://www.lajauneetlarouge.com.

Lyliane

01/10/2018

Lutte contre les moustiques ...

A Conflans, où nous habitons, nous
avons des moustiques. Et comme
notre chambre est au RDC, nous
avons également des chats !
J'ai "bricolé" une moustiquaire sur
un cadre en bois, avec du tulle assez
fin, mais... ce n'est pas l'idéal.
L'idéal, nous l'avons découvert cet
été chez des amis : des
moustiquaires coulissantes sur des
rails, un peu comme des stores de
Vélux.
C'est costaux, propre et très discret :
un petit coffret blanc en haut, à
l'extérieur de la boiserie.
Et en plus, d'un prix très attractif : 40€
à 60€ chez Leroy Merlin, suivant la
taille choisie...
Vivement l'été prochain !
Jean-Yves
selon la Gazette des bonnes nouvelles.

Faire le ménage dans ses émotions avec les Fleurs de Bach...

Mme Axelle Truquet dans le Journal Nice-Matin du 16/9/2018 fait le point sur les élixirs floraux avec Mme Nathalie Auzémery, naturopathe installée à Nice. Cette conseillère diplômée en naturopathie s'intéresse aux élixirs depuis plus de 20 ans et elle les considère comme un " remède miracle". Entre autre, elle a en effet écrit l'ouvrage: "Soigner ses enfants avec les fleurs de Bach" sorti tout récemment aux éditions Leduc. Toutefois, elle précise bien que "les élixirs de Bach n'ont pas pour vocation de guérir les maladies, mais de traiter les émotions".

Mme Auzémery ajoute cette précision: "Ce ne sont pas des médicaments, mais leur objectif est de soulager les émotions négatives comme la peur, la lassitude, l'anxiété, le manque de confiance en soi". En bref, ces élixirs servent à nous rééquilibrer. L'avantage de cette solution à base de plantes ou de bourgeons est qu'elle ne produit pas d'effet indésirable. On en prend quelques gouttes seulement dans de l'eau ou directement sur la langue 4 fois par jour en général. Des cures de plusieurs semaines sont possibles.

Les Fleurs de Bach ont été découvertes il y a 80 ans par le Docteur Edward Bach, un anglais pathologiste et homéopathe, "qui pensait que l'état d'esprit d'un individu jouait un rôle primordial dans le maintien de son bien-être". Il a identifié 38 fleurs réparties en 7 familles d'émotions: solitude, sensibilité, préoccupation excessive, manque d'intérêt, tristesse, souci, incertitude. La teinture-mère de ces fleurs cueillies soigneusement est obtenue après qu'elles aient été plongées dans de l'eau et mises au soleil ou placées à ébullition. L'eau est ensuite filtrée et mélangée à un peu d'alcool pour la conservation.

Les flacons de 30 ml de verre opaque se gardent assez longtemps. Des mélanges de 5 à 7 fleurs sont possibles, mais il est recommandé de solliciter un conseil avant de se lancer. Le centre Bach - www.bachcentre.com - peut fournir la liste des conseillers agrées. Le Rescue enfin peut être considéré comme le 39ème élixir. Il est composé d'un mélange de 5 essences différentes de fleurs.  On l'utilise en cas de gros stress. Il faut savoir aussi qu'il existe des flacons dédiés aux enfants, déjà conditionnés.

On trouve les élixirs facilement que ce soit en pharmacie  ou dans certaines boutiques diététiques. Alors, pourquoi ne pas tester sur soi les élixirs floraux? Personnellement, j'ai essayé et je suis devenue adepte en cas de mal-être ou de peur.

Lyliane

21/09/2018

Soigner au naturel avec les plantes...

Un article de Mme Ysaline Mace dans un supplément au journal Nice-Matin porte sur l'herboristerie et les soins prodigués grâce aux plantes. Je trouve cette initiative heureuse, car en ce moment les membres du Sénat saisis par Mr Labbé examinent l'éventuelle re-autorisation de l'herboristerie supprimée par le régime de Vichy. Heureusement, quelques pharmaciens et propriétaires de boutiques en France continuent à vendre plantes et huiles essentielles. C'est notamment le cas dans le centre ville de St Raphaël, où à Naturshop Mme Jacqueline Baqué, pharmacienne et diplômée en aromathérapie et en phytothérapie, a ouvert son herboristerie en 1993.

Là, avec son petit -fils Nils Baqué, entourée d'une équipe de personnes spécialisées dans les médecines naturelles (notamment une naturopathe et un herboriste), elle prodigue conseils et plantes à ses clients. L'enseigne a quelques 150 plantes à disposition en provenance pour la plupart de l'herboristerie Cailleau en Anjou. Cette célèbre herboristerie est la capitale des plantes médicinales et notamment de la camomille dans notre pays. La pharmacienne a elle-même sélectionné des tisanes pour la détente, la détox ou la minceur et des élixirs floraux qu'elle considère comme "indispensables".

Par exemple en cas de poux, de coups de soleil ou de migraine: l'huile essentielle de lavande ou l'hélycrise, un remède contre les coups, entorses et tendinites. Elle recommande aussi l'aloe vera, une plante aux vertus bactéricides, cicatrisantes et adoucissantes. En plus, un salon de coiffure spécialisé dans la coloration végétale ainsi qu'un salon d'esthétique prennent place dans la boutique, située au 303 de l'avenue Victor Hugo à St Raphaël et ouverte tous les jours sauf le dimanche de 8H45 à 19H.

En cas de besoin, s'adresser à Mme Baqué au 04 94 95 82 95 ou contactez la sur le site: www.naturshop.fr.

Lyliane

20/09/2018

Rendez-nous nos herboristes !

Rendez-nous nos herboristes !

 

Imaginez un instant que :

  • Pour soulager vos douleurs articulaires, on vous recommande de l’arnica alors que vous pensiez que seuls les anti-inflammatoires étaient efficaces.
  • Pour soigner votre dépression, on vous donne des extraits de millepertuis au lieu d’une ordonnance d’anti-dépresseurs.
  • Pour lutter contre votre insomnie, vous sachiez remplacer les somnifères par une tisane de passiflore et valériane.
  • Pour stopper une toux rebelle, on vous conseille du sirop naturel à base de radis noir à la place des sirops anti-tussifs habituels.

Pour calmer vos douleurs et lutter contre les maladies, vous seriez aiguillé spontanément vers des remèdes naturels au lieu de l’arsenal chimique de l’industrie pharmaceutique.

Voilà qui permettrait de reprendre confiance dans notre système de santé.

Malheureusement, en France, c’est loin d’être une réalité.

On continue de nous bourrer de médicaments chimiques au lieu de nous orienter sur des solutions naturelles et sans danger.

Et pourtant, il suffit de regarder de l’autre côté de la frontière pour voir qu’il est possible de faire autrement.

Les Belges, les Allemands, les Suisses peuvent se procurer librement des plantes médicinales dans leurs herboristeries. Là, on prend le temps de leur expliquer les effets thérapeutiques des plantes. On leur recommande les meilleures préparations. On leur indique les précautions d’usage.

Car, dans ces pays, il existe un diplôme officiel d’herboriste. On assiste même à un vrai renouveau de la profession : de nombreux emplois sont créés et c’est tout le monde qui en profite.

En France, on nous prive des bienfaits des médecines naturelles

Pendant ce temps, en France, on continue de nous priver des bienfaits des plantes médicinales :

  • Seules 148 plantes sont en vente libre en dehors des pharmacies.
  • Aucun conseil ne peut vous être donné si vous achetez vos plantes ailleurs que dans une officine.
  • La France ne compte plus que 15 herboristeries contre 23'000 pharmacies.
  • Le diplôme d’herboriste a été supprimé par le régime de Vichy il y a 77 ans !

Mais une mission au Sénat travaille en ce moment-même sur un possible retour du diplôme d’herboriste en France.

Cela signifierait un retour de l’âge d’or des plantes médicinales dans notre pays.

La France est un des pays les plus riches du monde pour sa flore, grâce à la diversité de ses terroirs et de ses climats. Nous sommes aussi le pays de l’herboristerie, avec une connaissance des vertus des plantes qui remonte aux druides celtiques, aux Romains, en passant par les monastères du Moyen-Âge et toutes les traditions locales de guérisseurs.

Ce patrimoine gigantesque et irremplaçable, transmis à travers des centaines de générations, semblait perdu depuis les années 60 où nous sommes entrés dans le consumérisme et le monopole de la médecine dite « scientifique » mais qui est surtout « chimique » !!!!

Mais nous avons un grand espoir, qu’il faut saisir maintenant :

La mission sénatoriale, dont le rapporteur est Joël Labbé, a auditionné plus de 60 personnes depuis le 24 mai dernier : producteurs, industriels, distributeurs, formateurs, pharmaciens, médecins.

La mission doit rendre son rapport fin septembre.

C’est pourquoi je vous demande de signer la pétition pour faire renaître la profession d’herboriste en France.

JE SIGNE LA PÉTITION

 

 

.

 

 

 

 

 

Marie Gauthier pour Plantes & Bien-Être

 

 

 
 
 
 
       
   
 
 
 
 
 
   
 
 
 

19/09/2018

Des propositions pour le climat...

Non seulement les humains doivent cesser de rejeter des gaz à effet de serre, mais ils doivent trouver le moyen de retirer une partie du carbone déjà rejeté, afin de limiter la hausse de la température du globe.
Ce renversement doit intervenir, selon de nombreux scientifiques, dans la seconde moitié du XXIe siècle. Cette absorption du CO2 est l'angle mort de la lutte contre le changement climatique. Mais des solutions existent, mises à l'affiche lors du sommet mondial pour l'action climatique qui se tient cette semaine à San Francisco.du carbone déjà rejeté, afin de limiter la hausse de la température du globe.

- Les forêts et les champs
Les arbres absorbent du dioxyde de carbone par la photosynthèse, et aident à stocker ce carbone dans le sol. La déforestation conduit donc à laisser plus de carbone dans l'atmosphère, ce qui réchauffe la planète.
C'est pour cela que les forêts et la végétation en général sont considérées comme une solution centrale au problème du carbone - potentiellement des centaines de millions de tonnes supplémentaires de CO2 absorbables par an. Si seulement les humains cessent de défricher."C'est 30% de la solution, mais cela ne reçoit que 2% des financements internationaux" liés au changement climatique, dit Carlos Manuel Rodriguez, le ministre de l'Environnement du Costa Rica, où la superficie boisée a doublé en 30 ans.


Les terres agricoles sont aussi importantes.
Les cultures des champs absorbent naturellement du CO2 de l'air, dont ils réinjectent le carbone dans le sol. Il suffirait d'augmenter légèrement le taux absorbé pour potentiellement en capturer d'énormes quantités: 0,04%, ou 4 pour mille, suffirait, selon une initiative lancée par la France en 2015.
Par exemple, argue Stéphane Le Foll, qui dirige "4 pour 1000", les agriculteurs devraient planter de la luzerne, afin que les champs restent couverts de plantes toute l'année, entre le maïs et le blé par exemple. Et qu'ils arrêtent de labourer, afin de limiter l'érosion.
"L'idée est que quand vous passerez en avion d'ici 20 à 30 ans, il n'y aura plus de grandes parcelles labourées", dit-il à San Francisco.


- Réduire les fuites de gaz:
Les gaz hydrofluorocarbures (HFC) sont les réfrigérants des climatiseurs, mais les climatiseurs fuient, ce qui réchauffe l'atmosphère. En accélérant le remplacement des HFC par d'autres gaz moins nocifs, les émissions pourraient baisser de 5 à 16% entre 2015 et 2025, selon un rapport publié cette semaine par la coalition America's Pledge.
Les fuites des puits et gazoducs sont une autre source majeure de gaz à effet de serre, en l'occurrence du méthane, dont le pouvoir réchauffant est très supérieur à celui du CO2. Il faudrait réparer les fuites, jusqu'au bout du circuit de distribution... les conduites de gaz de ville.


- Aspirer le CO2 de l'air
"Aspirer" le carbone directement de l'air est une autre idée pour l'instant au stade expérimental. Trois sociétés, en Suisse, en Islande et au Canada ont mis au point des systèmes qui extraient le CO2 de l'air et le stockent... Par exemple, le CO2 peut être injecté en sous-sol, dans les aquifères, ou bien il peut être absorbé par les roches.
"C'est cher, c'est difficile, mais c'est plausible", explique James Mulligan, auteur d'un rapport sur le sujet à l'ONG World Resources Institute.
Le coût est évalué de 100 à 200 dollars par tonne de CO2 stocké, contre 50 dollars environ pour la reforestation. Des économies d'échelles conséquentes doivent donc encore être réalisées.

selon Relaxnews (AFP) - samedi 15 septembre 2018

17/09/2018

Des bovins au secours de la forêt au Mali...

Jusque là, au Mali, dans les zones rurales du sud du pays, les besoins en bois pour le chauffage et la cuisson augmentaient tandis que la ressource se raréfiait. Parfois, les femmes devaient parcourir 3 à 4 km par jour pour trouver du bois susceptible de brûler. La déforestation commençant à avoir un impact négatif sur l'environnement, d'autres solutions ont été testés par l'Association Agronomes sans Frontières (AVSF) depuis 2010. Il s'agit de la méthanisation des déjections des bovins comme alternative au bois de cuisson des aliments dans les bassins laitiers des cercles de Kita et de Bougouni.

L'objectif de cette proposition était triple: diminuer la déforestation, limiter les émissions de gaz à effets de serre et diminuer la pénibilité du travail des femmes. AVSF et ses partenaires locaux ont identifié les villages concernés, organisé les missions d'expertise et suivi la mise en œuvre et la maintenance des 108 premiers biodigesteurs installés dans la zone en 2014 et 2015. Le plus petit modèle, écrit le journaliste dans le journal de l'association Habbanaé, a été privilégié pour s'adapter au petit nombre d'animaux en stabulation (4m3 de biogaz par jour).

Le principe est relativement simple: on mélange des déjections de vache et de l'eau qui entre chaque jour dans le réservoir du biodigesteur et se transforme en biogaz. La cuve enterrée est reliée par un tuyau directement au foyer de cuisson. De la fermentation naît aussi un fumier (le digestat) récupéré dans le réservoir de sortie. Il sert de fertilisant pour les cultures. Aujourd'hui, les zones de Kita et Bougouni comptent près de 650 biodigesteurs et les maçons locaux ont acquis une bonne expertise de leur construction.

La deuxième étape du projet sur les 2 années précédentes a consisté à sédentariser une partie des élevages familiaux pour garantir la présence régulière d'animaux dans les étables et réduire la distance de transport des déjections jusqu'au biodigesteur et produire plus de digestat pour les cultures vivrières. Car les femmes ont trouvé du temps pour se consacrer au maraichage ou à des activités sociales au lieu d'aller à la recherche de bois. Grâce aux amendements de digestat, les rendements en maïs;, sorgho et coton ont augmenté de 30% par hectare. Plus besoin de s'endetter avec des engrais chimiques non plus! Le projet a donc eu un impact très positif sur l'environnement et la vie des populations bénéficiaires.

AVSF œuvre également au Burkina Faso dans l'Est du pays (région de Bilanga) en promouvant des techniques agroécologiques. Le projet nommé CALAO  incite les populations à innover en valorisant certains fourrages (légumineuses par exemple pour fixer l'azote) et en recyclant les déjections animales en fumier. L'utilité de l'association agriculture/élevage pour la création de plus de matière organique favorisant les récoltes n'a plus besoin d'être démontrée! Désormais c'est par une politique publique à grande échelle que la solution agroécologique pourra triompher.

Soutenons si possible par des dons ce type de projets et informons nous sur AVSF grâce au site Internet: www.avsf.org/editionruralter.

Lyliane

15/09/2018

De nouveaux agriculteurs urbains à Marseille (13)...

En date du 25/2/2018, Mr Antoine d'Abbundo, journaliste au journal La Croix, a publié un dossier complet et plutôt réconfortant au sujet des "nouveaux agriculteurs urbains" installés à Marseille. Ceux-ci cultivent de manière professionnelle ou associative, dans des espaces laissés libres par l'urbanisation. Et les projets existants ou en projet sont nombreux, signe de la vitalité humaine de la capitale phocéenne, souvent présentée comme une zone en grande difficulté, du fait notamment de sa population métissée...

Il faut néanmoins savoir que Marseille compterait actuellement 55 jardins partagés à vocation nourricière et surtout sociale et pédagogique. Beaucoup sont à l'étude, car ces projets bénéficient de financements liés à la politique de la ville et du soutien de bailleurs sociaux. Car ces jardins urbains renforcent la cohésion sociale, souligne Mme Monique Cordier, adjointe à Mr le Maire de Marseille, déléguée aux espaces naturels.

La municipalité rappelle qu'elle abrite déjà 3 fermes pédagogiques sur son territoire et qu'elle soutient activement des projets d'agriculture urbaine là où c'est possible. Toutefois, il ne faut pas imaginer que toutes les friches pourraient être disponibles , car plusieurs jouent un rôle écologique tampon. Il ne faut pas oublier non plus que ces initiatives sont l'héritage de Mr l'Abbé Lemire, précurseur des jardins ouvriers en ville, afin d'améliorer la nourriture des travailleurs locaux...

Tout d'abord, dans le quartier de Belsunce, à l'îlot Velten en cours de reconstruction, un espace s'est ouvert l'automne 2017, qui dépend du Centre Social Bernard-du-Bois. Là, dans 20 grandes jardinières posées sur du béton, les riverains intéressés peuvent venir cultiver des légumes et ramasser leur production toute fraîche pour se nourrir.

A 6km de là, sur les collines dominant les quartiers Nord, au Mas des Gorguettes, un domaine privé de 1,5 ha a été défriché et mis en culture par des pionniers. Il se nomme Terre de Mars. La production bio est écoulée sur place ou en paniers de légumes. Leur expérience pourrait faire l'objet de conseils délivrés moyennant finance à des entrepreneurs désireux de se lancer.

Justement, certains jeunes marseillais ont mis sur pied le projet de commercialisation de fleurs comestibles et ont construit des bassins pour y cultiver de la spiruline, une algue d'eau douce aux vertus médicinales exceptionnelles. D'autres, jardinent sur des lopins de terre dans une zone inconstructible, comme Mr Michel Carrillo à Montolivet. D'autres encore se sont lancés dans la culture de champignons (pleurotes) en cave, dans des sacs sur des substrats de marc de café. Leur récolte est vendue à des restaurateurs locaux.

Car, les cultures en terrasses sur le sommet des immeubles paraît difficile dans la cité phocéenne, vu la force du mistral et l'ensoleillement estival. Toutefois, en mars 2018, été inauguré à Marseille la Cité de l'Agriculture. Et une ferme d'insertion  sur 1 ha appartenant aux Apprentis d'Auteuil a récemment été ouverte.

Loin d'être des initiatives à la mode de "bobos parisiens", ces projets, publics ou privés, sont implantés dans des quartiers relativement pauvres et ils s'adressent pour la plupart à des milieux populaires. Quoi qu'il en soit, voilà de quoi repenser désormais le lien entre ville et campagne, entre nature et culture!

Lyliane

Appel pour nous voulons des coquelicots...

Nous voulons des coquelicots

Appel des 100 pour l’interdiction de tous les pesticides*

Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.

Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !
Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection.

Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides* en France. Assez de discours, des actes.

*de synthèse

116 010 ont signé. Objectif 160 000 !

 
 
Je signe l’Appel

Les champs suivis d'une étoile * sont obligatoires

 

 

14/09/2018

Inscrire les parfums de Grasse (06) au patrimoine culturel immatériel de l'humanité à l'UNESCO...

Mme Aurore Harrouis dans la revue "Nous" a effectué une interview de Mr Jean-Pierre Leleux, ancien maire de la ville et sénateur des Alpes-Maritimes, au hameau St Jacques à Grasse au sujet de la filière des parfums. Celui-ci égrène ses souvenirs liés à la cueillette des fleurs localement et à leur valorisation sur place. Il a craint dans les années quatre-vingt de voir partir à l'international ces "trésors" comme il les nomme.  Le musée des Parfums à Grasse a alors été agrandi. Mais c'est une rencontre avec Mme Nadia Bidar, productrice de télévision, qui a permis de les conserver localement  grâce à une série de reportages sur le savoir-faire des parfums à Grasse.

De là est née, en 2013, l'idée de créer une association: "Patrimoine vivant du pays de Grasse", dont le nombre d'adhérents est aujourd'hui de 800 membres. Depuis 5 ans, tous des plus connus comme Patrick de Carolis ou Pierre Rabbi aux membres moins prestigieux, défendent l'idée de "donner à voir ce qu'il y a derrière un flacon de parfum". Cette industrie, en effet, fait vivre 3 600 personnes dans le pays de Grasse. C'est, dit Mr Leleux, "le seul lieu au monde où l'ensemble de la filière existe. Des fleurs- jasmin, rose, tubéreuse, iris, violette, plantées, arrosées, cueillies à la création du parfum par les nez en passant par la transformation des essences".

E,n 2014, la filière des parfums de Grasse a été inscrite à l'inventaire du patrimoine immatériel de la France. Puis, le dossier a été sélectionné par la Ministre de la Culture pour être "la candidature française à l'Unesco pour le cycle 2017/2018".  Le verdict définitif est attendu pour fin novembre 2018. Ce serait une reconnaissance mondiale pour ce savoir-faire qui se transmet de génération en génération. Mais il y a 50 dossiers en concurrence...

La France a déjà fait inscrire à l'Unesco la dentelle au point d'Alençon et le Festnoz (danses bretonnes). Il faut savoir que depuis 2003, la Convention pour le Patrimoine culturel immatériel à l'Unesco a pour objectif de sauvegarder les pratiques telles que les savoir-faire ancestraux, festifs, rituels ou encore les arts du spectacle. Pour le moment aucun savoir-faire dans le monde n'a concerné le parfum.

Espérons que le dossier du Pays de grasse sera suffisamment convaincant et emportera l'adhésion du jury… Pour en savoir plus, joindre www.savoirfaireparfum.paysdegrasse.fr.

Lyliane

10/09/2018

Des potagers suspendus pour une agriculture urbaine...

Une entreprise commerciale appelée "Sous les fraises", crée en 2014 par Mr Yohan Hubert et Mme Laure-Line Jacquier, s'est spécialisée dans ce qu'ils appellent "une permaculture verticale". Ce concept est censé "relever le double défi de l'urbanisme et de l'alimentation". Il consiste, en effet, à faire pousser sans pesticides des végétaux comestibles dans des poches remplies de terre accrochées à une membrane de laine de mouton ou de chanvre, elle-même tendue sur des cadres installés sur les toits des immeubles de leurs clients.

Chaque "mini-ferme urbaine" ainsi crée est vendue clés en main aux entreprises intéressées. L'investissement est important (70 000 euros pour 250 m2), mais l'exploitation est assurée sur 10 ans et emploie une quinzaine de salariés se chargeant de la gestion, de l'entretien et de la récolte. Les fruits et légumes récoltés sont soit vendus frais à des restaurateurs, soit transformés sous la marque "Farmhouse".

En février 2018, écrit Mr Antoine d'Abbundo dans le journal La Croix, des jardins potagers de cette start-up qui a réussi étaient déjà implantés au sommet du BHV-Marais et aux sièges de Nexity, d'Unibail-Rodamco à Paris. D'autres immeubles de Levallois et d'Aubervilliers sont visés, de même que certains autres à d'Annecy et bientôt à Lyon et Marseille.

Selon la F.A.O., Organisation des Nations-Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture, environ 800 millions de personnes seraient impliquées dans l'agriculture urbaine dans le monde. Il y aurait bien entendu les jardins familiaux ou ouvriers pour 50% et le reste ce seraient les jardins d'insertion ou jardins partagés pour 20%. Les espaces marchands actuellement ne compteraient que pour 5% de la surface cultivée.

Aux Etats-Unis, à Détroit par exemple, ville industrielle sinistrée, l'agriculture urbaine est en plein renouveau. A Montréal au Canada, 2000 personnes sont approvisionnées en denrées alimentaires (70 tonnes par an) par une immense serre urbaine commerciale nommée LUFA. La Ville de Paris souhaiterait végétaliser, d'ici à 2020, 30 ha pour développer une agriculture d'hyper-proximité selon la Charte Parisculteurs qui réunit 74 acteurs publics et privés.

Si l'on en croit la F.A.O, il serait possible de produire 50 kg de fruits frais et de légumes par m2 et par an en milieu urbain. L'agriculture urbaine, commerciale ou non, semble avoir de beaux jours devant elle. On peut néanmoins s'interroger: sera-t-elle un jour capable de solutionner la difficile question de la faim dans le monde? Pour cela, ne faudrait- il pas une grande et rapide évolution des mentalités et une progression tangible de l'esprit de solidarité sur toute la planète?

Lyliane

Le jardin sec, est-ce l'avenir?

Ce n'est un secret pour personne: le climat tempéré de la France s'est modifié depuis quelques années: les hivers sont plus froids et les étés beaucoup plus chauds. Il pleut de façon moins habituelle au printemps et à l'automne. Les terres agricoles souffrent dans de nombreuses régions et donnent parfois des récoltes sporadiques… Face à cette modification climatique en cours, un article de Mr Luc Le Chatelier dans Télérama a attiré mon attention. Il cite, en effet, l'expérience de Mr Jean-Yves Meignen et d'un groupe d'amis installés à Simiane la Rotonde dans les Alpes de Haute Provence à 1000m d'altitude. Depuis 1996, date de leur rachat de l'abbaye cistercienne de Valsaintes et d'un hectare de terres en terrasses orientées au sud, ils s'essayent à la technique "du jardin sec".

Mr Meignen n'est autre qu'un des chroniqueur du magazine Rustica. Il connaît donc bien les associations de plantes et la chimie des sols susceptible d'y maintenir la vie microbienne. Pour lui, face au réchauffement climatique, le jardin sec pourrait être la solution la plus adaptée. Il s'agit notamment de bannir tous les engrais chimiques et de maintenir le sol toujours couvert (feuilles, branchages, déchets de tonte, compost). Il préconise d'installer un arrosage en goutte à goutte fonctionnant environ une fois par semaine. Il qualifie son potager "d'agroécologique" et y applique une forme de permaculture, afin d'obtenir des légumes pratiquement toute l'année.

Ces précurseurs du jardin sec dans ce coin de Provence laissent pousser des espèces sauvages dans le haut de leur terrain: lavande, fenouil, bourrache, ciste, chêne vert et acclimatent plus bas des roses de toutes variétés. Bref, une association réussie susceptible de garantir la biodiversité sur ces sols secs et caillouteux...

Pour se renseigner sur le jardin sec ou pour communiquer avec Mr J.Y. Meignen et ses amis, consulter sur Internet: www.valsaintes.org.

08/09/2018

Mobilisons-nous ce 8/9 en faveur du Climat!

Aujourd'hui, samedi 8/9/2019, 22 000 participants selon certaines estimations et plus vraisemblablement sont annoncés un peu partout en France et notamment à partir de 14H sur le parvis de l'hôtel de Ville de Paris, qui sera le point de ralliement de la "Marche pour le Climat". Cet événement  a été curieusement lancé par Mr Maxime Lelong sur Facebook. Pour cet entrepreneur de 27 ans, inconnu du grand public, la démission de Mr Nicolas Hulot de son poste de ministre de la Transition Ecologique a été  "un appel explicite à descendre dans la rue pour montrer que le climat est une priorité". Et il a été entendu!

Le porte parole du mouvement Attac, Mr Maxime Combes, estime  "qu'il y a eu par le passé très peu de manifestations massives sur le climat". New York, Copenhague… mais à Paris, fin 2015 en parallèle à la COP 21, la manifestation n'aurait pas eu l'ampleur escomptée en raison de la menace terroriste. Les associations de protection de l'environnement se réjouissent toutes de cet Appel à une Marche pour le climat, car ce 8/9 avait de toute façon été décrété Journée mondiale d'action pour le Climat. La démission de Nicolas Hulot aurait réveillé les militants...

"Tous ne choisissent pas d'organiser une marche, mais par des vidéos, des messages, on peut aussi témoigner de son envie de ne pas laisser de côté les questions climatiques" écrit Mr Fabrice Pouliquen dans le petit journal gratuit 20 Minutes. En effet, l'essentiel semble être de montrer au gouvernement que les citoyens ont déjà commencé à s'engager dans leur quotidien, même si c'est encore peu visible dans les médias. Pour eux, en effet, " la lutte contre le dérèglement climatique n'est plus une option" et ils n'attendent pas tout du gouvernement...

Espérons que ce sursaut citoyen ne sera pas un feu de paille et que la marche de ce samedi fera bouger intérieurement ou extérieurement beaucoup de personnes jusque là simples sympathisantes ou relativement indifférentes… Voir le hastag lancé par Mme Alexandra Romano, directrice d'une agence de communication à Paris: onprendlerelais, pour rester mobilisés et prolonger la manifestation. Cette dernière "veut rompre avec le pessimisme ambiant qui consiste à dire que c'est trop tard, que ça ne sert à rien d'agir parce qu'il y a Trump et les lobbies". En effet, elle voudrait "booster" des initiatives citoyennes. Alors, la suivrons-nous?

Lyliane

07/09/2018

Le Canada protège les abeilles...

 
 
 
 

 

 
 
 

 

Il y a deux semaines, le Canada a annoncé qu’il allait interdire deux des principaux pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles.

Ce qui signifie que les néonicotinoïdes tueurs d’abeille les plus utilisés seront banni des champs canadiens !

Cette victoire totale n’a été possible que grâce à des membres comme vous et à l’ensemble des organisations oeuvrant pour la protection des abeilles qui ont travaillé sans relâche à l'éradication des pesticides tueurs d'abeilles des champs canadiens.

Il y a quatre ans au Canada, débutait notre campagne pour sauver les abeilles, depuis des centaines de milliers d’entre vous ont signé nos pétitions et effectué des dons pour soutenir des actions de terrain à travers le monde entier.

Les membres de SumOfUs vivant au Canada sont à l’origine d’un nombre record d’interventions publiques appelant à l’interdiction du néonicotinoïde imidacloprid. Et il y a à peine quelques mois, 20 000 d’entre vous ont signé la pétition appelant à l’interdiction des principaux néonicotinoïdes tueurs d’abeilles au Canada.

Votre mobilisation acharnée a payé ! Cette victoire n’aurait absolument pas été possible sans votre indéfectible soutien tout au long de cette campagne.

SumOfUs