Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2017

Connaissez-vous Riace, le village italien de la solidarité?

Riace, écrit Mr J. B. Shaki dans l'US Mag de septembre 2017, est devenu le village le plus connu de Calabre grâce à Mr Domenico Lucano, maire de Riace, et à ses habitants, qui, les premiers, ont décidé d'accueillir des réfugiés. Si vous voulez vous rendre à Riace, des randonnées d'une semaine sont organisées par l'Association Passeggiate  en relation avec Naturaliter en Calabre. C'est une région magnifique de la province de Reggio de Calabre. Les participants (groupes de 8 à 12 personnes) sont hébergés chez l'habitant. Cf http:// passeggiate@free.fr.

A l'entrée du village est inscrit le slogan:"'Riace, ville de l'accueil et de l'humanité", devenu la devise du maire et de tous les habitants. La revue américaine Fortune a même placé Mr Lucano dans les 50 personnes les plus influentes dans le monde. En effet, en juillet 1988, les habitants ont ouvert leur porte et le village à 300 kurdes d'une embarcation échouée sur leur côte. En 20 ans, la petite ville a accueilli 6000 réfugiés et migrants. Certains n'ont fait qu'y passer, mais plus de 200 réfugiés y vivent encore et y travaillent.

Ce village qui avait perdu toute sa jeunesse à cause de l'exode rural, n'avait presque plus de commerces, ni d'écoles revit grâce à ces réfugiés qui se sont intégrés dans le tissu social en se mariant, faisant des enfants, retapant des maisons en ruines, créant ateliers d'artisanat, commerces et entreprises. L'Etat italien donne des subventions pour les réfugiés. Cela lui coûte moins cher que des camps d'accueil ou de détention... Sur les murs du village, des fresques peintes par des réfugiés racontent leur périple pour arriver jusqu'en Italie.

Les mineurs isolés sont accueillis dans des gîtes communautaires, gérés par les réfugiés eux-mêmes. Des jardins ouvriers vont leur être attribués. Pour Mr le maire:" Le repeuplement de Riace par des réfugiés du Soudan, de Somalie, d'Ethiopie, d'Irak, d'Erythrée etc...nous a sauvés, car la plupart de nos compatriotes avaient émigré en Argentine ou aux Etats-Unis!" Pour les habitants, le combat contre la mafia (la 'Ndrangheta) et pour l'accueil des migrants fait partie d'une même démarche d'ouverture au monde. Riace est pour le moment un des rares villages à s'être porté partie civile contre la mafia.

Très vite, l'engagement du Maire de Riace a attiré la curiosité. En 2011, Wim Wenders a réalisé un documentaire sur le village et sa solidarité. Il prétend même depuis Berlin:"La véritable utopie n'est pas la Chute du Mur de Berlin, c'est ce qui se passe dans le village de Riace en Calabre". Un nouveau film "Un paese di Calabria" de Shu Aillo et Catherine Catella retrace les événements marquants du passé des habitants et ceux qui rythment aujourd'hui la vie à Riace. Pourquoi ne pas en parler autour de nous, à nos maires et nos députés? Pour en savoir davantage sur cette belle initiative citoyenne, consulter par exemple Wikipédia ou bien: 

https://www.la-croix.com/.../En-Calabre-le-village-de-Riace-revit-grace-aux-refugies-...
 
Lyliane 

 

18/10/2017

L'humain avant le profit, pétition selon Some of Us.org.

 
 
 

Monsanto trafique les études sur le glyphosate

 

Alors que 7 Français sur 10 déclarent être pour l'interdiction du glyphosate pour tous les usages, y compris agricoles, nous ne pouvons nous permettre aucune cacophonie, aucun délai, aucune condition. La position de la France doit être claire et ferme : non au glyphosate, maintenant!

Dites au Président de la République de rejeter la terrible proposition de la Commission Européenne au sujet du renouvellement de la licence du glyphosate pour 10 nouvelles années. Nous voulons une interdiction immédiate!

En raison des règles de vote de l'UE, l'opposition de l'Allemagne, de la France et de l'Italie suffirait à bloquer la proposition de la Commission concernant le glyphosate. Aussi, même si d’autres gouvernement ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils soutiendraient le renouvellement de cet herbicide toxique, nous pouvons encore gagner. La France a une lourde responsabilité.

En 2015, une importante étude du Centre international de Recherche sur le Cancer classait le glyphosate parmi les cancérogènes probables pour l’homme. Aujourd’hui, pas un jour ne se passe sans qu’un scandale impliquant le pesticide de Monsanto éclate quelque part dans le monde, obligeant le géant de l’agrochimie à tout mettre en œuvre pour éviter les répercussions sur son image.

Il y a peu, des dizaines de courriels internes, diffusés dans le cadre d'une poursuite contre la multinationale, révélaient la collaboration entre Monsanto et un cabinet d'experts-conseils mandaté pour inciter la revue scientifique Critical Reviews in Toxicology à publier un prétendu rapport «indépendant» concernant les effets du glyphosate sur la santé. Et cette semaine, Le Monde révèle comment la firme manipule les agences de réglementation pour éviter que le glyphosate soit classé cancérogène. 

SIGNER LA PÉTITION

Some of us

 
 
 
 
 

12/10/2017

Information de Pollinis à propos des pesticides tueurs d'abeilles...

 
 

Chère amie, cher ami,

C’est une bataille au coude à coude contre l’agrochimie qui est en train de se jouer à Bruxelles, et j’ai besoin de savoir très rapidement si je peux vous compter dans nos rangs pour défendre les abeilles et la nature.

A force de tirer la sonnette d’alarme, de mobiliser des centaines de milliers de citoyens en Europe, et de marteler notre message pour dénoncer les effets mortels des pesticides néonicotinoïdes sur les abeilles et les pollinisateurs sauvages, de bureau en bureau au Parlement européen…

… Nous avons réussi à obtenir le dépôt d’amendements précieux qui imposeraient l’interdiction nette et définitive des pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles en Europe.

Une victoire historique pour tous ceux qui se battent depuis des années pour défendre les pollinisateurs et l’avenir de la chaîne alimentaire face aux bénéfices à court terme de l’agrochimie – mais qui pourrait être réduite à néant dans les semaines à venir si nous laissons le champ libre à leurs puissants lobbies.

C’est grâce aux 155 000 citoyens qui ont interpellé leurs députés européens ces dernières semaines, et aux donateurs fidèles de POLLINIS qui nous permettent d’accomplir, mois après mois, tout le travail nécessaire pour défendre efficacement les abeilles auprès des institutions européennes, que nous avons déjà pu atteindre cette première victoire d’étape. Un grand merci pour cela !

Aujourd’hui, POLLINIS sonne le rassemblement : nous devons absolument réunir toutes nos forces pour faire barrage aux lobbys qui veulent torpiller nos amendements !

Notre petite équipe ne bénéficie certes par des millions d’euros dont regorgent les grands cabinets de lobbying qui défendent les intérêts de l’industrie agrochimique : mais notre conviction et notre ténacité à défendre coûte que coûte la voix des citoyens qui refusent qu’on sacrifie impunément les abeilles, la biodiversité et l’ensemble de la chaîne alimentaire, nous permet d’accomplir petit à petit un travail qui rapporte ses fruits.

Grâce à l’aide précieuse de toutes les personnes qui soutiennent notre association, nous pouvons :

*** surveiller de près les instances d'homologation des pesticides : comme nous l'avons fait avec le Sulfoxaflor il y a deux ans – ce pesticide nouvelle génération nocif pour les abeilles que l'agrochimie voulait imposer en catimini, avec la complaisance de l'UE - nous assurons une veille permanente pour déjouer, dénoncer et tuer dans l'œuf toute tentative de l'industrie d'imposer de nouvelles molécules nocives pour les abeilles, la nature ou la santé ;

*** développer une cellule de contre-lobbying, au plus près des institutions, pour surveiller les mouvements des lobbies, et exercer une influence citoyenne permanente sur les décideurs politiques et les technocrates européens ;

*** maintenir la pression sur les élus, européens et nationaux, pour leur rappeler sans cesse qui sont leurs électeurs : ils tirent leur légitimité et leur mandat des citoyens qu'ils sont censés représenter, et nous devons faire en sorte qu'ils ne l'oublient pas un seul instant ;

*** utiliser tous les recours juridiques et institutionnels possibles en faisant travailler des juristes, des avocats et des experts pour faire valoir le droit des citoyens à protéger leur environnement, leur santé et leur alimentation face aux attaques à répétition de l'industrie ;

*** diffuser massivement l'information pour dénoncer de nouveaux scandales, révéler les manœuvres des lobbies sur les institutions, alerter les médias et les citoyens de toute l'Europe sur les menaces imminentes qui pèsent sur leur santé ou leur sécurité alimentaire ;

Personne ici ne compte son temps ou ses efforts pour assurer tout ce travail indispensable pour contrecarrer le plus efficacement possible l’influence des lobbies sur les décisions européennes.

Et le dernier scandale des « Monsanto papers » l’a montré : ils ont vraiment leurs pions partout, même au cœur des autorités sanitaires censées les contrôler !

C’est pour ça que je suis si fier de la victoire que nous venons d’obtenir au Parlement européen : malgré les pressions gigantesques de la part de l’agrochimie, nous avons réussi à convaincre les députés de choisir de protéger les abeilles, et l’avenir alimentaire de toute la population, plutôt que les profits à court terme de ces multinationales.

Mais ne nous berçons pas d’illusions : avec les sommes gigantesques qui sont en jeu (on parle de plusieurs milliards d’euros de profit), l’agrochimie ne va pas laisser faire interdire l’un de ses produits les plus rentables sans réagir.

Les députés vont être amenés à voter le texte avec les amendements dans un mois – le 9 novembre exactement. D’ici là, nous devons mettre en place un plan de bataille en béton armé pour les empêcher de saboter les amendement pour une interdiction que nous venons de décrocher de haute lutte.

Ce plan de bataille est simple – mais de sa mise en place, ou non, dépend la survie de millions d’abeilles et de pollinisateurs sauvages en Europe :

1 >>> Mobilisation continue des citoyens pour maintenir une pression soutenue sur les députés européens.Actuellement, 155 000 personnes ont participé à notre campagne pour exhorter les députés européens à voter les amendements interdisant les tueurs d’abeilles : nous devons doubler, voire tripler ce chiffre dans les prochaines semaines, pour que notre pression sur les députés soit plus forte que celle de l’agrochimie, et qu’ils ne fassent pas machine arrière !

2 >>> Multiplier les rencontres avec un maximum de députés européens, dans leurs bureaux, comme nous l’avons fait déjà les derniers mois, pour prendre le temps de les convaincre, un par un, de ne pas céder aux chantages des lobbies de l’agrochimie, et de soutenir, au moment du vote, les amendements interdisant les tueurs d’abeilles.

3 >>> Faire intervenir les scientifiques directement auprès des députés, en organisant un ou plusieurs évènements au Parlement européen avec des spécialistes des produits phytosanitaires ou des pollinisateurs, pour appuyer notre argumentaire et leur montrer l’urgence d’agir immédiatement pour préserver les abeilles.

Une nouvelle étude de grande ampleur vient de sortir, qui apporte de nouvelles preuves de la toxicité sans précédent des pesticides néonicotinoïdes. Pour les scientifiques, le doute n’est plus permis :

 « Les néonicotinoïdes et le fipronil représentent une menace majeure pour la biodiversité et les écosystèmes. Ils menacent tous les services écosystémiques à l’échelle de la planète. »

« De nouvelles informations sur les effets mortels et sublétaux des néonicotinoïdes confirment la grande toxicité de ces produits pour les abeilles. »

« Chez les abeilles mellifères, ils ont pour effet, entre autres, de modifier l’expression des gènes liés au système immunitaire, et ont des effets neurologiques qui perturbent le sens de l’orientation et la thermorégulation. »

Les autorités européennes ne peuvent plus faire semblant d’ignorer ces signaux d’alarme !

C’est un travail gigantesque qui nous attend pour le mois à venir. Mais nous sommes tous prêts, ici à POLLINIS, à nous lancer dans cette bataille avec passion et enthousiasme :

nous n’avons jamais été aussi près d’en finir avec les tueurs d’abeilles, c’est maintenant ou jamais qu’il faut mettre toutes nos forces dans l’action !

Vous le savez, notre association garantit sa totale indépendance en refusant tout financement public ou de grosse entreprise. Tout notre travail repose entièrement sur la générosité et l’engagement des donateurs de POLLINIS - et nous prenons grand soin à ce que chaque euro soit bien utilisé.

C'est grâce à nos donateurs, et uniquement grâce à eux, que l'équipe de POLLINIS peut mener ses actions au jour le jour, à Paris et à Bruxelles. Sans eux, nous n'aurions jamais été capables de développer l’expertise et l'expérience du contre-lobbying nécessaires pour obtenir le dépôt d’un amendement anti-tueurs d’abeilles au Parlement européen !

Aussi je me permets de vous demander à vous aussi : pouvez-vous SVP nous aider, par une contribution du montant de votre choix, à financer le plan de bataille que nous devons mettre en place dans l’urgence pour nous assurer que les députés voteront bel et bien l’interdiction des tueurs d’abeilles ?

Vous pouvez nous aider à hauteur de 10 euros, 20 euros, 30 euros, 50 euros, 100 euros, 200 ou 500 euros ou même plus – il n’y a pas de prix au sauvetage des abeilles. Ce qui compte, c’est qu’un maximum de personnes apportent leur soutien à notre action pour contrecarrer l’influence des lobbies sur les décisions européennes, et qu’ensemble on mette fin à plus de vingt ans de massacre des abeilles au profit de l’industrie agrochimique !

Cette victoire cruciale que nous venons d’obtenir au Parlement européen est la preuve que lorsque les citoyens s’organisent, efficacement et massivement, ils peuvent reprendre la main sur les décisions démocratiques – malgré les tractations des lobbies et les moyens gigantesques déployés par l’agrochimie pour influencer les décideurs européens…

… Mais si cette victoire n’est pas suivie d’un plan de bataille précis et concret, mené de manière ordonnée et professionnelle, alors une chose est certaine : l’industrie agrochimique finira par reprendre la main, et toute notre action n’aura été qu’un coup d’épée dans l’eau.

Ne laissons pas les députés faire machine arrière : aidez-nous, par votre don, à mener cette bataille jusqu’au bout, pour obtenir l’interdiction nette et définitive des pesticides tueurs d’abeilles en Europe !

je fais un don

Un grand merci par avance pour votre engagement.

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

01/10/2017

Marche blanche contre les pesticides près de Bordeaux le 8/10/2017...

 
 

 
 

MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

MARCHE BLANCHE contre PESTICIDES.

marie-lys BIBEYRAN
listrac médoc, France

27 SEPT. 2017 — Années après années, saisons après saisons, rien ne change sur le terrain et les enfants dans les écoles et/ou chez eux, les riverains, les travailleurs agricoles, les consommateurs sont toujours exposés aux pesticides et à leurs très graves effets sur la santé. Une succession de décisions de justice contre l'intérêt des victimes, un lien toujours très étroit entre les pouvoirs publics et le lobby des pesticides, une toute puissance d'une agriculture productiviste plus meurtrière que nourricière nous font craindre le pire pour l'avenir. Mais ne nous résignons pas !!!
Venez avec nous dire non aux pesticides, non au déni non aux lobbies.
Marche blanche le dimanche 08 octobre à Listrac-Médoc (35 km au Nord de Bordeaux), sur un territoire où la viticulture use de tout son poids pour maintenir invisibles et inaudibles les victimes des pesticides. 
Cette marche est co-organisée par : 
Collectif Info Médoc Pesticides
Confédération Paysanne 
Alerte Aux Toxiques
CGT 
Générations Futures

Nous comptons sur vous !!!
Marie-Lys Bibeyran.

30/09/2017

Des légumes oubliés à l'honneur...

Cultivés depuis toujours, bon nombre de légumes ont été détrônés de nos assiettes. Très résistants aux basses températures et aux insectes, se conservant longtemps, ces légumes ont tout à gagner à être reconnus, écrit Mme A. Hamelet dans Les Carnets Santé des Alpes Maritimes. Certains ont pourtant été utilisés pendant la dernière guerre et ont des qualités nutritionnelles importantes...

Il s'agit par exemple du topinambour surnommé aussi artichaut de Jérusalem ou poire de terre. C'est en fait une plante voisine du tournesol. Ses tubercules sont tout à fait comestibles. L'intérêt majeur de ce légume est qu'il contient de l'inuline (glucide proche de l'amidon ), ce qui en favorise le choix pour les personnes diabétiques ou suivant un régime.

Le rutabaga, qui s'apparente au navet au niveau de l'aspect, fait partie de la famille des choux. Ce légume d'hiver nous vient de Suède. Il a un goût singulier. Il est cependant bon pour l'organisme car il contient énormément de vitamine C, même lorsqu'il est cuit. Il est réputé faciliter le transit pour les personnes constipées. On lui accorde également une action sur le coeur et la pression artérielle, car il est riche en potassium.

Le panais était autrefois cultivé comme plante fourragère. Il était déjà connu au Moyen-Age. De nos jours, on l'utilise encore beaucoup en Grande Bretagne et au Maghreb en soupe ou pour agrémenter le couscous. Sa racine blanche ressemble beaucoup à la carotte. Ce légume a un goût légèrement sucré. C'est un allié minceur car il est peu calorique. Toutefois, il contient également des vitamines B1, B5, B9 et de la vitamine C.

Les crosnes ou crosnes du Japon sont originaires de Chine. C'est un tubercule de couleur blanchâtre qui a un léger goût de noisette. Il ne contient aucun lipide et il est riche en amidon et en glucides. C'est le légume phare de l'hiver, car il aide le corps à maintenir sa température.

Enfin la vitelotte est une variété de pommes de terre bleue de peau et de chair. On la nomme aussi "truffe de chine". Sa couleur lui vient notamment de sa forte teneur en anthocyanines, pigments réputés antioxydants. Peut-être serait-elle de ce fait indiquée pour prévenir les cancers... Elle se cuit  sans absorber les graisses ce qui la fait réserver aux frites ou aux chips. Sa consommation régulière permettrait de réduire l'hypertension et de prévenir les maladies cardiovasculaires. 

Je pourrais aussi citer le chou frisé non pommé nommé Kale et d'autres aux noms exotiques comme l'aguaje. Bref, consommer ces légumes méconnus, surtout lorsqu'ils poussent dans notre pays, ne peut qu'être bénéfique à notre santé! Pour en savoir davantage sur le sujet, consulter par exemple www.canalvie.com › Recettes › Savoir cuisiner › Techniques et conseils ou https://jecuisinemonpotager.fr/a-decouvrir-fruits-legumes-meconnus/

Lyliane

26/09/2017

Complémentarité bénéfique de l'agriculture et de l'élevage...

Selon Elevages sans Frontières (ESF), "la promotion de modèles avec agriculture et élevage associé contribue fortement au maintien des écosystèmes et à la sécurité économique des paysans et des territoires ruraux". Pratiquée dès l'Antiquité par les paysans, l'association de l'agriculture et l'élevage pastoral permet de valoriser les restes de culture et de fertiliser les champs avec les déjections animales. Dans l'Afrique de l'Ouest, où la transhumance est encore pratiquée, les rendements de cette association paraissent augmentés. On réduit en effet l'utilisation d'engrais chimiques par les fientes et les crottins épandus sur les champs et en parallèle une polyculture vivrière est pratiquée pour nourrir la population.

En Asie une association de riz et de pisciculture voit peu à peu le jour. Au Togo, au Sénégal et au Bénin, à travers des formations, les agro-éleveurs apprennent à doser les matières premières, à connaître les meilleures périodes d'épandage et à faire du compost. En matière d'environnement, la culture de plantes fourragères et la valorisation des résidus de culture est encouragé (son de maïs, de colza...). Chez nous, en Europe par contre, la mécanisation a peu à peu remplacé les animaux. Les terres appauvries ont demandé de plus en plus d'intrants, ce contre quoi lutte l'agriculture biologique...

L'agro-éleveur, écrit ESF, est moins dépendant des achats extérieurs(fertilisants, aliments...), ce qui limite les risques économiques. Ce modèle est, certes, à adapter aux réalités locales. En effet, le climat, la nature des sols, la structuration familiale et les demandes locales en produits agricoles sont des paramètres à prendre en compte. Quoi qu'il en soit, en repensant les complémentarités dans les fermes, l'agriculteur peut découvrir une meilleure gestion de l'environnement, une maîtrise des coûts et une plus grande autonomie. 

Pour approfondir le sujet, se reporter à www.elevagessansfrontieres.org.

20/09/2017

Initiative solidaire pour soutenir l'agriculture paysanne...

J'apprends avec un certain décalage dans le temps puisque l'article du Journal La Croix date de septembre 2016 qu'en Pays de Thau (Hérault) près de 80 familles se sont engagées à soutenir l'agriculture paysanne au sein d'une AMAP (Association pour le maintien d'une agriculture paysanne) nommée Cantagal. Cette association s'est formée autour de la ferme de Magali et Denis Dorques à Villeveyrac, gros bourg de 3700 habitants. Tous les amapiens (consommateurs en Amap) sont ouvertement pour le maintien d'une agriculture paysanne, locale et bio.

Ces consommateurs en AMAP "bénéficient ainsi de légumes sains et savoureux, mais ont surtout crée une communauté conviviale, où la solidarité n'est pas un vain mot". Pour eux, cet engagement associatif "est un choix de manger différemment et ça participe à la qualité de vie". C'est également une philosophie et une occasion à la fois de participer à la vie de l'exploitation et de tisser des liens avec des gens de milieux différents.

Un peu partout en France, comme ailleurs dans le monde, des Associations de ce type sont nés de la convergence des idéaux des uns et du désir de maintien ou de retour à la terre de paysans locaux pour les autres. Ce modèle, crée dans le Var en 2001 pour notre pays, a aujourd'hui fait ses preuves, car à ce jour il y a dans notre pays quelques 2500 AMAP. Structurées par une Charte actualisée en 2014 et coordonnées par le MIRAMAP(mouvement interrégional des AMAP), elles sont "résolument basées sur une conception de partage et visent à une transformation sociale et écologique de l'agriculture et de notre rapport à l'alimentation en générant de nouvelles solidarités".

Pour approfondir ce formidable enjeu, il est possible de consulter sur Internet les sites: www.avenir-bio.fr/fiche_amap,amap-cantagal,1797.html ou bien www.miramap.org.

Lyliane 

 

19/09/2017

L'agriculture bio, qu'est-ce que c'est?

L'agriculture biologique est un mode de production agricole respectueux des écosystèmes naturels en bannissant de ses cultures les OGM (organismes génétiquement modifiés) et les produits chimiques de synthèse tout en limitant les apports d'engrais à ceux d'origine naturelle. La bio dans notre pays est garantie par différents labels, fournis contre une somme assez conséquente qu'il faut renouveler chaque année, par des organismes de certification comme Nature et Progrès, AB, Demeter, Bio Cohérence ou Simples (pour les plantes) avec un Cahier des Charges très strict. Les transformateurs (pâtissiers, brasseurs...) sont eux aussi soumis à des contrôles.

Mais, en fait, la démarche va beaucoup plus loin et c'est tout un état d'esprit. En effet, les agriculteurs, les éleveurs, les apiculteurs, les viticulteurs comme les arboriculteurs préfèrent prévenir plutôt que guérir en cultivant ou en sélectionnant des espèces variées et adaptées aux conditions locales, qui nécessitent de ce fait peu de traitements. Ceux-ci en tout état de cause sont d'origine minérale ou végétale (cuivre, soufre,argile, purins de plantes, décoctions...) et ils sont appliqués préventivement contre les maladies ou les ravageurs. Certains maraîchers introduisent des auxiliaires (coccinelles...) contre les parasites dans leurs propriétés. La fertilité des sols est maintenue en majeure partie par la rotation des cultures et l'apport d'engrais organiques. L'agriculture biologique fait en quelque sorte la promotion de cultures et de races locales en fournissant à ses consommateurs des produits de saison et des variétés ayant fait leurs preuves sur le terroir local. La qualité des sols, de l'air, de l'eau et des paysages ne peut qu'en bénéficier.

Par exemple, l'élevage en plein air de volailles, d'ovins ou de bovins assure aux animaux une alimentation saine et leurs éleveurs font prodiguer des soins par des médecines alternatives, là où, dans l'élevage traditionnel, on entasse les animaux dans des hangars et on les traite avec des antibiotiques. Manger de tels produits (poulets de batterie, légumes traités, fruits importés de très loin) est de moins en moins recommandé par certains responsables de santé pour nous aider à vivre sainement. Sans compter qu'encourager la production de produits locaux favorise l'autonomie alimentaire du territoire.

Pour le consommateur averti, la qualité est au moins aussi importante que le prix. Aussi, peu à peu la plupart d'entre eux a compris que les produits dits biologiques que l'on trouve en supermarché viennent d'autres pays où les garanties et les contrôles ne sont pas nécessairement les mêmes. Aussi, le contrôle des étiquettes et la demande de l'origine des produits quand l'affichage n'est pas suffisant sont toujours nécessaires. Avec des légumes et fruits biologique par exemple la saveur est incomparable! Et que dire de poulets fermiers, de miels non chauffés, d'huiles d'olive vierges extra en première pression à froid ou de vin de pays sans additif, de poissons d'élevage élevés sans produits chimiques...

Dans les départements français, des Associations comme Agribio, réseau de professionnels locaux, rassemblent les producteurs bio et oeuvrent pour un développement de ce type d'agriculture. Grâce à elles, des formations, des conseils et la recherche d'aides auprès des institutions sont possibles pour les nouveaux agriculteurs en cours d'installation ou de conversion. Car, pour des jeunes notamment, il n'est pas facile dans certains départements de trouver du terrain agricole et de le travailler en arrivant à en vivre avec les siens.

Leur assurer un revenu régulier et décent est le but que se sont fixé les AMAP (association pour le maintien d'une agriculture paysanne). Des organismes comme la NEF, nouvelle banque éthique, et TERRE DE LIENS, réseau de défense du patrimoine agricole, tissent avec les producteurs et éleveurs des partenariats, afin que puissent s'installer (comme exploitantes et non possédantes) des personnes motivées, la plupart du temps non issues du monde agricole mais porteuses de projets viables. Pour en savoir davantage, consulter notamment: www.terredeliens.org, www.lesamapdeprovence.org ou www.fnab.org.

Lyliane

17/09/2017

Redonner vie à la nature...

Dans le journal La Croix de fin octobre 2016, un article signé par Mmes E. Réju, A. Marroncle et Y. Percq, montre comment on peut notamment diversifier la forêt pour la sauver, recréer un espace sauvage en milieu urbain et restaurer le garde-manger des oiseaux migrateurs. En effet, face à l'érosion de la biodiversité, des solutions existent pour restaurer des espaces naturels, par exemple avec des projets soutenus par la CDC Biodiversité (filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations) dans le cadre du programme Nature 2050.

Mr L. Piermont, directeur de la CDC Biodiversité déclare dans cet article:" Soyons modestes! Ce qui a été détruit est définitivement perdu. Mais il existe des moyens pour restaurer le fonctionnement d'écosystèmes dégradés, en s'appuyant sur des solutions naturelles. Il faut à la fois restaurer et anticiper de futures dégradations induites par le réchauffement climatique". Le génie écologique a en effet beaucoup progressé ces dernières années et donne des résultats encourageants: dépollution, corridors écologiques pour les migrations d'espèces, reconstitution de lits de rivières...

Le programme de soutien à des projets innovants baptisé Nature 2050 concerne par exemple un projet de reboisement porté par le Collectif "Construisons ensemble la forêt de demain" couvrant 5 sites dans le Gard et en Lozère (23 ha). Pour remplacer les châtaigniers des Cévennes, qui dépérissent en raison d'une monoculture ayant épuisé les sols, seront plantés d'autres essences en mélange (essai de faire cohabiter des chênes rouges d'Amérique, des merisiers, des cèdres et des pins...). Cette opération doit démarrer à l'automne 2017, après coupe et dessouchage d'arbres condamnés.

La faune a été également impactée par le dépérissement de la forêt. L'enjeu du projet est d'attirer les abeilles, les oiseaux, les champignons. De même, des terrasses seront façonnées pour garder l'eau et combattre l'érosion. Si l'expérience réussit, elle servira d'exemple pour sauver les 30 000 ha de forêts cévenoles. Une partie des châtaigniers sera sauvegardée, afin de mesurer l'évolution de résilience de la forêt.

En Seine St Denis, à Sevran, en 1995, l'entreprise Kodak avait fermé. Des anciens ouvriers avaient alors alerté les autorités d'un risque de pollution sur le site industriel. Après investigation, l'entreprise avait été sommée de nettoyer les 13 ha de terrain. Cela prendra 10 ans! Un projet de parc urbain avec des équipements sportifs verra alors le jour. Ce parc a été ouvert au public en 2012 et permet à la nature de reprendre ses droits. La friche Kodak est devenue un parc sauvage (sans pesticides, ni engrais pour préserver la biodiversité) en pleine ville. L'Ile de France a ainsi gagné au change!  

Enfin, entre la Charentes Maritimes et la Vendée, la baie de l'Aiguillon possède une large vasière bien connue des ornithologues amateurs observant les oiseaux migrateurs. Toutefois, cet espace était peu à peu grignoté par des "crassats", amas d'huîtres sauvages abandonnés sur place par d'anciens ostréiculteurs. Mme S. Travichon de la L.P.O. (Ligue Nationale de Protection des Oiseaux) a alerté les autorités, afin que soit lancée une opération de nettoyage de la baie sur 140 ha. Pendant 3 ans des dragage auront lieu pour restaurer cet espace naturel et protéger l'avifaune. Les vasières en Europe sont en effet un peu partout menacées du fait de l'augmentation du niveau marin. C'est donc une belle victoire pour permettre aux oiseaux migrateurs de continuer à se nourrir de mollusques et de petits vers marins.

Pour se renseigner sur ces différents projets en cours, consulter sur Internet: www.cdc-biodiversite.fr , www.kodak.sevrangrandparis.fr et  https://www.lpo.fr/espaces.../reserve-naturelle-nationale-de-la-baie-de-laiguillon.

Lyliane

 

10/09/2017

Idées de jus par terre en sève...

 

 
 

Bonjour 

En cette saison où vous avez probablement certains légumes en grande quantité, Marie Lizon-Gaillard, nous propose des recettes pour les transformer en jus ! N'hésitez pas à partager les vôtres en commentaire !

C'est ici : http://jardinonssolvivant.fr/decouvrez-3-recettes-de-jus-pour-cet-ete/

Bonne lecture

Gilles

 

Gilles Domenech

Ensemble, apprenons à jardiner Sol Vivant !

 


-------------------------------------------------------------------------------------
J'ai accepté de recevoir cet email depuis le site jardinonssolvivant.fr.

-----------------------------------------------------------------------------------

 Pour en savoir plus:

 
Photo du profil de Domenech
Domenech
terre.en.seve@gmail.com
 
 
 

 

26/08/2017

Dixième Alter Tour 2017 et première Fermes d'avenir Tour...

L'Ecolomag N° 60 de juillet/août 2017 fait référence à l'Alter Tour 2017 qui s'élancera pour la 10 ème fois sur les routes de France à la rencontre des actrices et acteurs de la transition. Le départ officiel a été donné le lundi 10 juillet de la Maison de l'Environnement solidaire à Ramonville st Agne. Il y avait 320 cyclistes engagés pour ce parcours de 1200 km en 6 semaines à la découverte de 104 alternatives en Occitanie. Ils ont terminé leur parcours le 20/8/2017 à Valence. Sur les étapes, il y a eu des visites de chantiers collectifs, des fermes agroécologiques, des ZAD à défendre et des soirées d'échanges festives. Le programme était visible sur www.altercampagne.net.

Depuis le 15 juin, nous apprend également l'Ecolomag, Fermes d'avenir avait lancé son 1er Tour de France de l'agroécologie: 155 fermiers d'avenir, 30 étapes de 3 jours et un festival itinérant de 3 mois. Partage d'expérimentations, débats, fêtes citoyennes, visites de fermes...Un nouveau projet de société paraît en route! Pour en savoir davantage, contacter: www.fermedavenir.org.

Lyliane

25/08/2017

Soutenez le recensement des abeilles sauvages !

4 sur 19 492
 
 
 
 
 
 
 

Madame, Monsieur,

POLLINIS qui collabore avec l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) dans le cadre du projet Apiformes, a besoin de votre aide de toute urgence pour recenser les populations d'abeilles sauvages et démontrer l’importance de leur service de pollinisation dans les territoires agricoles de notre pays.

Si vous le pouvez, je vous en prie cliquez ici pour nous aider.

C'est très important.

Un drame silencieux est en train de se jouer en ce moment-même. Les conséquences pourraient se révéler considérables pour notre environnement, la biodiversité et l'avenir même de nos cultures et de notre sécurité alimentaire, si nous n'intervenons pas rapidement.

Les scientifiques sont de plus en plus nombreux à penser que les abeilles sauvages (bourdons, abeilles solitaires, halictes, mégachiles, etc.) qui assurent une large proportion de la pollinisation de 80% des plantes à fleurs à travers le monde, sont en rapide déclin - notamment en France et en Europe.

Leurs morphologies variées et adaptées (poils branchus abondants pour récolter le pollen, langues de longueurs différentes pour puiser le nectar au fond des fleurs) en font des chaînons-clé de la biodiversité, et de la variété de notre alimentation. Les tomates par exemple, qui ont une pollinisation vibratile, ne sont pas pollinisées efficacement par les abeilles domestiques alors que les bourdons, eux, peuvent faire vibrer les fleurs suffisamment fort pour en libérer le pollen (1) !

Actuellement près de la moitié des espèces de bourdons d'Europe sont déjà en déclin. Et déjà plus d'une espèce de plantes à fleurs sur dix est menacée d'extinction en France (2).

Pareil aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, où une étude a révélé que plus de 20% des plantes à fleurs avaient purement et simplement disparu au cours des 20 dernières années (3).

Ce déclin est dû aux méthodes de l'agriculture intensive (monoculture et destruction des haies en particulier entraînant le recul des habitats naturels et des ressources alimentaires des abeilles), à l'utilisation de pesticides de plus en plus toxiques et à l’arrivée de nouveaux parasites et maladies, sans que l'on sache encore avec certitude lequel de ces facteurs est le plus mortifère.

Mais ce qui est certain, c'est qu'il est dangereux de continuer à l'ignorer. Il faut dresser d'urgence un panorama des populations d'abeilles sauvages qui subsistent à travers tout le territoire et dresser l'inventaire de toutes les plantes cultivées et sauvages qui en dépendent pour pouvoir prendre les mesures indispensables à leur conservation.

Ces abeilles sauvages, avec les abeilles domestiques, sont LE maillon-clé de la chaîne alimentaire.

Sans elles, pas de fleurs dans les prés et les montagnes ; pas de buisson de mûres ou d'aubépines dans les campagnes, ni de forêts d'acacias ; sans parler des dizaines de milliers d'espèces d'insectes, d'oiseaux et de mammifères qui dépendent directement de ces plantes, de leurs fruits et de leurs graines.

Sans parler des productions agricoles : une vaste étude menée par le Professeur Garibaldi et réunissant des équipes scientifiques dans 12 pays a démontré que la production d'une grande partie des fruits et graines que nous consommons régulièrement est désormais limitée parce que les fleurs ne sont pas correctement pollinisées (4).

Le programme Apiformes pour lequel je sollicite votre aide aujourd'hui a pour but d'évaluer l'état des populations d'abeilles sauvages en France et d'établir le lien avec les plantes cultivées et sauvages qu’elles pollinisent. Ce programme repose sur un protocole unique qui en fait un espoir majeur pour la sauvegarde des pollinisateurs sauvages : Apiformes réunit en effet une équipe scientifique, dirigée par Bernard Vaissière, du laboratoire Pollinisation et écologie des abeilles de l'INRA d’Avignon, et plus d'une vingtaine de lycées agricoles répartis à travers toute la France. La première phase de ce programme a déjà fait les preuves de sa pertinence (5).

L'objectif est double : dresser un tableau fidèle de l'état des populations d'abeilles sauvages et des plantes qu’elles butinent et pollinisent, et sensibiliser les futurs agriculteurs à l’importance des insectes pollinisateurs sauvages pour qu’ils réalisent l'impérieuse nécessité de les protéger en pratiquant une agriculture plus respectueuse de l'environnement et des insectes pollinisateurs dont elle dépend.

Le réseau Apiformes a été lancé en 2007. En 2013, les autorités avaient arrêté le financement de ces recherches, au risque de faire retomber sur les insectes pollinisateurs sauvages le voile qui commençait à peine à se soulever.

Cette étude des pollinisateurs sauvages étant indispensable pour notre avenir à tous, POLLINIS avait décidé de mobiliser ses membres en leur proposant de contribuer au projet. Et cela a fonctionné !

Depuis 2013, grâce au soutien des membres de POLLINIS, Bernard Vaissière et son équipe ont pu poursuivre leur travail de recensement et d'étude des insectes pollinisateurs sauvages à travers la France.

Au total, 4 574 spécimens d'abeilles sauvages ont déjà pu être identifiés. Les résultats de ces recherches ont été publiés en octobre 2016 dans la revue scientifique Journal of Insect Conservation (5). Ils montrent que l'identification des espèces est capitale pour détecter les effets des changements environnementaux sur les abeilles, et pourront guider les mesures de leur préservation dans notre pays.

Mais pour 2017, le problème se pose à nouveau. Coupes sombres dans les financements : comment continuer de payer les scientifiques, le matériel d'étude et d'observation pour les lycées, le matériel d'analyse pour les chercheurs ?...

Car sans cela, le projet tombe à l'eau. Dix ans de travail risquent d'être stoppés net. Et avec eux, tout un programme ambitieux pour connaître l'état des populations d'abeilles sauvages, démontrer l’importance du service de pollinisation qu’elles assurent, et contribuer à proposer des mesures efficaces de conservation.

Cet arrêt serait d'autant plus grave qu'Apiformes est en train d'entamer une phase cruciale qui permettra de connaître l'importance de chaque espèce sur chaque culture.

C'est pour cela que je fais appel à vous aujourd'hui. Pour vous proposer de participer, vous aussi, au sauvetage des abeilles sauvages et à une meilleure reconnaissance de l’importance de leur travail de pollinisation, en soutenant financièrement le réseau Apiformes.

Nous devons trouver rapidement 20 000 euros. Cela peut paraître beaucoup, mais il suffirait par exemple que 500 personnes comme vous donnent 40 euros chacune, et le projet pourrait aboutir.

Je comprends bien que tout le monde ne peut pas se permettre de donner autant. C'est pour ça que nous avons mis en place une sorte de cagnotte spéciale dans laquelle vous pouvez verser le don que vous voulez : 5€, 20€, 35€, 50€, 100€...

L'important, c'est que chacun puisse participer selon ses moyens.

Pour apporter votre contribution financière au projet de recherche Apiformes sur les abeilles sauvages, cliquez ici.

Je soutiens le programme Apiformes

Ce que l'on sait à l'heure actuelle sur les populations des principaux insectes pollinisateurs sauvages, c'est qu'il y a en France environ mille espèces d'abeilles sauvages (6) et plus de 500 espèces de syrphes (7)... Et tout ce petit monde est indispensable à la pollinisation :

– géographiquement : la grande diversité des espèces et de leur traits de vie leur permet d'être présentes sur tous les territoires et dans tous les habitats, dans les fissures et les écorces, les feuilles ou la terre... ;

– qualitativement : certaines espèces de plantes ne peuvent pas être pollinisées par les abeilles domestiques, soit parce que leurs fleurs sont trop profondes pour la langue de ces abeilles (comme celles du chèvrefeuille), soit parce que leurs fleurs doivent être vibrées pour pouvoir être pollinisées efficacement (comme celles des cyclamens ou encore des tomates par exemple (1)) et que les abeilles domestiques ne sont physiquement pas capables de vibrer les fleurs !

La grande majorité de ces petits insectes est irremplaçable. Y compris pour l'agriculture car on sait maintenant qu’en leur présence les cultures sont mieux pollinisées et ont des productions plus abondantes et de meilleure qualité qu'avec les seules abeilles domestiques ! (4)

Leur présence dans un champ permet d'augmenter - parfois de doubler ! - le rendement de certains fruits et de légumes (8).

Et pourtant, avec l'urbanisation, et à force d’éliminer les friches, haies, et bosquets pour transformer le moindre m2 de terre en culture intensive, les habitats naturels de ces magnifiques populations d'abeilles sauvages (9) disparaissent peu à peu...

C'est une situation dramatique qui nous conduit droit dans le mur… Et tant qu'on n'aura pas établi un état des lieux des pollinisateurs sauvages, avec des preuves tangibles, scientifiques, pour mesurer vraiment l'ampleur des dégâts et démontrer l’intérêt de la préservation de ces auxiliaires naturels et discrets, notre appel aux autorités publiques continuera à résonner dans le vide.

S'il vous plait, aidez-nous dans cette tâche indispensable en apportant votre soutien financier au programme Apiformes.

Je soutiens le programme Apiformes

Je vous en remercie par avance.

Très cordialement,

Nicolas Laarman
Délégué Général POLLINIS

22/08/2017

Manquez vous de magnésium?

Selon une étude nutritionnelle française de 2004 nommée Suvimax, 77% des femmes et 72% des hommes manquent de magnésium. Or, un déficit de ce minéral peut être dangereux pour notre santé... Le magnésium nous protège en effet contre les risques d'AVC, d'infarctus et d'hypertension artérielle. Il joue également un rôle clé pour prévenir l'ostéoporose, Alzheimer, le diabète et le cholestérol. Plus couramment, le magnésium peut soigner la fatigue nerveuse et physique, les troubles du sommeil, l'anxiété, les migraines, les problèmes digestifs et les douleurs musculaires.

En principe, notre alimentation devrait nous apporter suffisamment de végétaux et couvrir nos besoins quotidiens. Toutefois, la teneur en magnésium de nos aliments  a baissé jusqu'à 70% depuis la mise en place d'une agriculture intensive. Le Journal de la Santé d'août 2017 s'emploie à nous conseiller des formes de magnésium assimilables capables de combler nos carences. Il a été prouvé que les formes organiques de magnésium (citrates et malates ) sont les mieux tolérées au niveau digestif. Mais il faut savoir  les pharmacies ont tendance à proposer à tous du maqnésium marin, qui ne serait pas la forme la plus assimilable...

En France, on parle beaucoup du calcium et on prône l'utilisation du lait de vache. Or, il faut savoir que le calcium n'est actif qu'en présence de magnésium! Notre pays malgré une surconsommation de yaourts et de laitages (fromages, desserts lactés...) détient le record des fractures du col du fémur! Pour en savoir plus sur le sujet, se connecter par exemple à www.doctissimo.fr ou à

www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?...magnesium_ps
 
Lyliane 

 

21/08/2017

Connaissez-vous les aromiels?

Mme Nathalie Giraud dans Version Fémina pose la question des aromiels. Elle explique que les aromiels sont des remèdes naturels très efficaces. En effet, les vertus du miel peuvent être boostées par la puissance des huiles essentielles (H.E.). Ces huiles essentielles, que l'on consomme rarement pures en raison de leur puissance, mélangées à du miel sont diffusées en douceur. Le miel devient alors un vecteur de pénétration pour ces H.E. On ajoute à chaque miel l'équivalent de une, deux ou trois huiles essentielles, pour obtenir une belle synergie.

Nous connaissions déjà les vertus thérapeutiques de certains miels bio qu'ils soient mono ou polyfloraux. Ils sont dynamisants, antioxydants, comportent différents sucres, des enzymes, des vitamines, des oligoéléments... De ce fait, ils renforcent nos défenses naturelles et favorisent l'absorption des nutriments. Le miel d'aubépine calme les angoissés, celui de tilleul favorise l'endormissement. Quant à ceux de bruyère , de lavande, de thym et d'eucalyptus, ils agissent contre les cystites. 

Le Pr Roch Domerego, biologiste, naturopathe, professeur d'université et vice-président de la commission d'apithérapie d'Apimondia, recommande les mélanges suivants. Pour mieux digérer: du miel de romarin et de l'H.E de fenouil pour les adultes. Afin d'entreprendre une bonne détox pendant trois mois: du miel de pissenlit et de l'H.E. de menthe poivrée. Eviter les rhumes requiert du miel de sapin et de l'H.E. de pin sylvestre et d'estragon. La cicatrisation des plaies est favorisée par du miel de lavande et de l'H.E . de lavande appliqués pendant une semaine sur brûlures, plaies ou escarres.

Quand on veut calmer la nervosité, le miel de tilleul et de l'H.E. de camomille ainsi que de l'H.E. de millepertuis sont souverains. Atténuer les migraines demande du miel d'oranger et de l'H.E. de Néroli. Les personnes voulant lutter contre la fatigue chronique seront bien inspirées de mettre des gouttes d'H.E. de pin dans du miel de châtaigner. Enfin, pour lutter contre les bouffées de chaleur, l'H.E. de sauge  (sauf pathologies cancéreuses hormono-dépendantes) dans du miel d'aubépine est recommandée.

Pour les enfants à partir de 7 ans, mélanger 20 gouttes d'H.E dans 100 g de miel. Par contre, les femmes enceintes ou allaitantes et les jeunes enfants s'abstiendront de toute consommation d'aromiels. Pour tous sinon, une prise trois fois par jour en dehors des repas (40 gouttes d'H.E. dans 100 g de miel) est conseillée. Placer le mélange au réfrigérateur dans un bocal en verre et le garder jusqu'à deux à trois ans. N'utilisez bien entendu que des produits biologiques.

Pour en savoir davantage, lire "La médecine des abeilles" paru chez Baroch de Mr le Pr Domerego ou "Guérir avec les abeilles" de Mme C. Raynal-Cartabas chez Guy Trédaniel.

Lyliane

Echanges France/Togo dans l'agriculture bio...

Soutenons les échanges France-Togo dans le domaine de l'agriculture BIO ! par AGRIBIO Alpes-Maritimes Soutenez le projet de reportage d'Hélène Doubidji, journaliste et directrice du site TOGOTOPNEWS L’objectifde ce projet est d'effectuer un voyage professionnel pour réaliser un grand reportage sur l’Agriculture Bio en France afin de susciter l’envie à des jeunes togolais de se former et de s’installer dans ce secteur d’activité. Nous avons choisi de communiquer sur l’expérience de l’exploitation agricole Alandabio, située dans les Alpes Maritimes en France à presque 1200 m d’altitude Commune de Briançonnet. Cette ferme conduite en agriculture biologique produit des fruits et des légumes en respectant la terre , l'environnement et la santé humaine. Ce reportage sera l’occasion de rencontrer également les différents acteurs du Bio, de publier et de partager sur le site togotopnews.com, des articles sur Alandabio et ses partenaires, Nartudis, Agribio06…

Qui sommes-nous ? togotopnews.com est un site d’information générale très visité au Togo. Togotopnews émane de la volonté d’un groupe de jeunes togolais passionnés par le métier du journalisme ; il est l’un des rares sites au Togo qui impose une rédaction, dispose d’un siège et informe de manière professionnelle. Pour financer ce reportage,nous avons besoin d'assurer le déplacement en France de la journaliste Madame Doubidji, le cout estimé des vols et de l'hébergement est de 1500 euros, toutes les contributions sont les bienvenues ! Toutes les personnes qui le souhaitent seront nommées comme membre participatif dans les articles. Source : https://www.helloasso.com/associations/agribio-alpes-maritimes/collectes/soutenons-les-echanges-francetogo-dans-le-domaine-de-l-agriculture-bio

20/08/2017

Soigneurs de terre: film et pétition à signer!

Bonjour à toutes et tous.

En guise de RAPPEL :

▶ signer (et faire signer, partager, diffuser) le Manifeste d' « OASIS RÉUNION » pour sauver l'île de la pollution chimique sur www.oasis-reunion.bio

▶ venir à CORRENS dimanche 20 août de 12h à 14h pour la conférence-projection-débat sur l'AGROÉCOLOGIE - affiche ci-dessous - programme sur https://www.bioconsomacteursprovence.com/entry/fete-de-la-bio-et-du-naturel-a-correns-19-20-aout-2017.html
A noter : possibilité de réserver une assiette bio & locale complète (option VEG possible) à 8€ au 06 950 952 68 à déguster sur place pendant la conférence - voir menu ci-dessous 

▶ voir ou revoir (et faire voir) le film documentaire essentiel « Soigneurs de terre » (35') www.youtube.com/watch?v=u1Za0YZ5aQo : le bilan de 70 ans de destruction agrochimique contre-nature catastrophique et la RE-VITALISATION par l'Agro-bio-écologie constatée par un rapport de l'INRA !
À l'heure des États Généraux de l'Alimentation (voir liens en pied de courriel), tout le monde devrait voir ce film !

MERCI DE FAIRE SUIVRE À TOUS VOS CONTACTS.


À TRÈS BIENTÔT, AVEC PLAISIR !

 

14/08/2017

A nous les soupes glacées!

C'est sous ce titre que Mme Ingrid Haberfeld dans Version Fémina interpelle les lecteurs. Des potages frais, sains et gourmands nous sont présentés. De plus, ils sont réputés nous aider à garder la ligne en été. Ces cures purifiantes d'au moins 24h aident les organes d'élimination comme le foie, les reins et les intestins et nous font retrouver la forme, surtout si on sale très peu les préparations. Voir " Mon cahier brûle-graisses" chez Solar de Mme Marie Laure André, diététicienne à Toulon.

Le concombre tout d'abord est "le légume star des tables estivales. avec plus de 90% d'eau, un faible taux de sodium et une haute teneur en potassium, il est l'allié de l'élimination urinaire et aide à diminuer les cholestérol et les triglycérides". Consommé avec sa peau, il relance les intestins paresseux et comble tous les appétits. Dans un blender, mettre une pomme verte, une poignée de luzerne germée et 2 kiwis épluchés et coupés, plus un concombre long et un demi oignon blanc. ajouter 40 cl d'eau, salez, poivrez et mixez. Servir bien frais!

Le brocoli ensuite avec sa forte teneur en soufre et en chrome permet de nettoyer le foie de ses toxines. Ses fibres favorisent la satiété et ce crucifère aide également à lutter contre les capitons. Faire cuire 3 minutes à la vapeur les bouquets de brocoli avec un peu de thym. Puis, mixer cela avec 2 tasses de bouillon de légumes, le jus d'un citron et 20 cl de crème liquide légère. Mettre la préparation 2 à 3 H au réfrigérateur.

Le poireau, riche en eau et en fibres, nettoie les intestins. Laver et émincer 4 blancs de poireau, puis les cuire à la vapeur environ 15 minutes. Placez les ensuite dans un blender avec un kiwi et une pomme épluchée et coupée. Ajouter à l'ensemble 20 cl d'eau et une pointe de curcuma. Mixez  et ajouter des glaçons au bouillon.

L'avocat enfin, gras et calorique, contient du glutathion, qui aide à éliminer. Pelez et dénoyautez un avocat. Le mixer avec 20 cl d'eau de coco et le jus d'un citron. Ensuite, ajoutez des glaçons et dégustez immédiatement.

D'autres soupes froides détox peuvent être crées avec du cresson hâché avec de l'ail, doré à l'huile d'olives, puis mixé avec du bouillon ou de la crème de soja, des asperges cuites à la vapeur et mixées avec du gingembre frais et même des fonds d'artichauts revenus à l'huile d'olives avec ail et oignons, mixés avec du gingembre frais puis mis au réfrigérateur.

Lyliane

10/08/2017

Reconnaître le rôle des femmes...

Dans le Journal publié par Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (A.V.S.F.), MMe Katia Roesch, chargée de programme"Agriculture paysanne", souligne l'émancipation et le rôle des femmes rurales partout dans le monde. Même si ce rôle est encore peu reconnu, la contribution des femmes au développement de l'agriculture et leur place au sein du foyer concernant la sécurité alimentaire est évident.

Elles produisent en effet "60 à 80% des aliments dans la plupart des pays en développement et sont responsables de la moitié de la production alimentaire mondiale selon la FAO Women and Population Division". Leur participation aux activités agricoles est essentielle pour les familles (semis, désherbage, fertilisation, récoltes de riz, blé, maïs). Elles gèrent les potagers familiaux, la consommation d'eau, la gestion des troupeaux, la transformation et la commercialisation des produits.

Toutefois, dans certains pays (Amérique Centrale,Mali, Sénégal, Togo) les inégalités d'accès et de contrôle entre les femmes et les hommes en milieu rural, sur les ressources naturelles, les crédits et la formation subsistent. Car, souvent, le travail quotidien des femmes n'est pas rémunéré. S'affirmer socialement dans ces conditions n'est pas évident. Un programme d'AVSF  avec 66% de femmes les forme sur leurs droits économiques et sociaux(mariage civil, héritages etc...).

Pour en savoir davantage sur ce sujet, consulter sur Internet le site: wwwavsf.org.

Lyliane

09/08/2017

Plus de 20 000 hérissons meurent en France chaque année à cause de la paperasserie !

Hérissons en Danger ! COORDINATION
France

2 AOÛT 2017 — En deux clics sur vos smartphones, merci de faire signer cette pétition à tous vos amis et votre famille en cette période de vacances ! Nous l’avons lancée il y a un an déjà ! La pétition pour les delphinariums a abouti au bout de deux ans. Alors, gardons espoir ! Car chaque année, 20 000 hérissons ne sont pas sauvés en France à cause d’une loi inique et totalement inefficace dont seule la France a le secret. Et les grandes organisations environnementales, dont la Fondation Nicolas Hulot, ont laissé passer en jugement un bénévole reconnu de tous pour avoir sauvé et relâché de nombreux hérissons. Un vrai scandale ! 
Nous sommes très pessimistes, car aujourd'hui Monsieur Nicolas Hulot est ministre de la transition écologique et solidaire, et malgré que l'on n'ait jamais rapporté de cas de hérisson ayant égorgé un mouton, il ne daigne toujours pas aligner notre législation sur celle de nos voisins anglo-saxons. Pour rappel, plus de 25 000 hérissons sont sauvés en Angleterre dans 800 centres. À peine 1800 hérissons sont sauvés en France dans les seuls 20 centres habilités. Ce gouvernement voulait libérer les énergies citoyennes, mais la paperasserie, les corporatismes et les privilèges semblent toujours d’actualité. Et que dire des centaines de hérissons à peine blessés qui sont euthanasiés dans les centres qui récoltent les plus grosses subventions alors qu’ils pourraient être relâchés dans des jardins privés ?! Une horreur... Décidemment l’approche de la sauvegarde de la faune sauvage dans l’hexagone est digne des siècles les plus obscurantistes ! 
Tout ceci alors même que les plus grands scientifiques européens et même français sont d’accords : Le hérisson européen va disparaître ! Gilles Bœuf, ex-président du Muséum national d’histoire naturelle qui préside aujourd’hui le conseil scientifique de l’Agence française pour la biodiversité nous prévient : " Une chose frappe : les espèces communes s’effondrent... Si on détruit les écosystèmes, les espèces communes s’en vont aussi, autant que les espèces rares. Ces dernières ne disparaissent pas toujours en premier. En France, c’est dramatique pour le hérisson et les grenouilles…"

08/08/2017

Phytothérapie : les meilleures plantes anticellulite

 

Il existe un très ancien médicament naturel, utilisé à la fois pour ses actions dépuratives et diurétiques : c’est l'orthosiphon que l’on appelle aussi le thé de Java. Pris régulièrement, il ferait baisser les chiffres du cholestérol ; le thé vert aussi élimine l'eau et les graisses et limite la production des radicaux libres. 

Si vous avez le sentiment de trop manger, essayez l'isphagul : on l’appelle aussi Plantain des Indes, ou Psyllium. Il gonfle dans l'estomac et entraîne une sensation de satiété qui peut vous aider à ne pas vous laisser aller ! 

Deux autres plantes sont souvent employées en association : 

  • La piloselle est bien connue pour ses propriétés diurétiques favorisant l’élimination. Elle se prescrit en teinture mère (Pilosella TM, 100 gouttes dans un grand verre d’eau dans la matinée) ; 

  • Le fucus, une algue qui stimule la combustion des graisses et l’élimination des toxines (Fucus TM 120 gouttes dans un grand verre d’eau dans l’après-midi). 

Ma tisane pour faire fondre la peau-d’orange

Je voudrais partager avec vous, chères lectrices et chers lecteurs, la recette de ma tisane anticellulite : 

Artichaut, 10 g + aubier de tilleul, 20 g + bruyère, 20 g + ortie, 20 g + reine-des-prés, 20 g + varech vésiculeux, 50 g + vigne rouge, 20 g. 

Posologie : 3 cuillères à soupe du mélange pour 1 litre d’eau froide. Portez à ébullition pendant deux minutes. Infusez 15 minutes. Filtrez et buvez 3 à 4 tasses par jour. 

Mesdames, Mesdemoiselles, j’espère que mes conseils vous seront utiles. Mais surtout, sachez que le plus important est que vous soyez à l’aise dans votre enveloppe corporelle, quelle qu'elle soit. C’est toujours comme cela qu’on est la plus belle ! 


Portez-vous bien. 

Dr Jean-Pierre Willem  



 

Pour vous abonner gratuitement à La Lettre du Dr Willem, merci de vous rendre sur cette page.

 

04/08/2017

C'est la fête des aubergines en été!

Mme Ingrid Haberfeld dans le journal Version Fémina met l'aubergine à l'honneur. Non seulement elle compose, avec tomates, poivrons, oignons et courgettes, d'excellentes ratatouilles, mais elle possède encore bien d'autres avantages. Consommer des aubergines permet en effet de nous apporter des antioxydants (indice TAC: 1748 ùmol) et des vitamines C et E ainsi que du sélénium, du manganèse et des pigments nommés anthocyanes dans sa peau colorée que bien souvent on enlève. 

Comme l'aubergine totalise seulement 21 kcal pour 100 g, elle est l'alliée de tous ceux et toutes celles qui surveillent leur ligne. Elle nous procure en outre rapidement une impression de satiété. Sa densité en fibres (2,7mg/100g) et sa digestibilité nous protègent contre la constipation, l'irritabilité des intestins. Précuite, elle absorbe le gras de la cuisson grâce à sa texture. Mais ne pas la manger crue ou trop fréquemment, car elle contient de la solanine, une toxine détruite en majeure partie par la cuisson.

Ce fruit/légume d'été est également très riche en potassium (235mg/100g), un minéral qui joue un rôle clé dans la régulation de la tension artérielle. Sans oublier que sa pectine est réputée piéger le cholestérol. Les diabétiques peuvent sans crainte l'inscrire à leurs menus, car l'aubergine a la capacité de limiter l'élévation du taux de sucre dans le sang. Elle inhiberait en effet deux enzymes digestives: l'alpha-amylase pancréatique et l'alphaglucosidase. Cela lui permettrait notamment de réduire l'index glycémique des repas. 

Enfin, et c'est peut-être le plus important, l'aubergine  est une source importante de magnésium, de phosphore et de vitamine B1, B2, B3, B5 et B6. Ces nutriments sont là pour nous aider à retrouver la forme, la concentration et le sommeil en cas de fatigue.Alors, que ce soit en tartes, lasagnes, croque-monsieur ou gratins, profitez de ce légume roi de l'été! 

Lyliane

24/07/2017

Soutenez le 1er projet des Alpes-Maritimes présent sur la plateforme ZESTE !

 
 
 
 

 

Cher(e)s sociétaires et ami(e)s de la Nef,

Bonjour,

"Pour que l'argent relie les hommes", une fois de plus la Nef met en place des moyens qui permettent aux sociétaires, aux emprunteurs et aux amis de la finance éthique de faire émerger des projets locaux répondant à nos valeurs communes.

Vous connaissez probablement le Rucher Abelha à St Vallier de Thiey qui a choisi par deux fois d'être financé par la Nef, aujourd'hui, Julien Gaubert porte un nouveau projet avec sa structure agricole, pour continuer d’évoluer petit à petit dans la création de sa ferme pédagogique, avec cette année le grand lancement de plantations  : " les vergers du rucher Abelha" afin aussi de créer un conservatoire de fruitiers d'anciennes variétés pour les protéger et les multiplier, ainsi que la production de fruits sains.

Afin que ce projet voie le jour, Julien a lancé une campagne de financements participatifs sur la plateforme ZESTE.coop, nous vous invitons a découvrir ce beau projet sur :

https://www.zeste.coop/fr/decouvrez-les-projets/detail/les-vergers-du-rucher-abelha


Pour découvrir la ferme actuelle et connaître le projet en détails, Julien a créé grâce à un ami qui a était d'une grande aide, deux vidéos sur YouTube. Il suffit de taper : rucher Abelha et les deux apparaissent.
Voici les liens pour les visionner : https://www.youtube.com/watch?v=61p184a7Vs4&t=6s

 

La NEF - Vie Coopérative
Groupes Locaux d'Antibes et de Nice
Alpes-Maritimes
Provence-Alpes-Côte-d'Azur

15/07/2017

Les pouvoirs thérapeutiques de la nature...

Mme Carine Anselme, dans la revue Néosanté des mois de juin et juillet 2017, écrit un long article concernant le pouvoir guérisseur des forêts et des plantes, s'appuyant à la fois sur ses remarques personnelles, ses expériences vécues et sur des ouvrages scientifiques.

Elle rappelle tout d'abord que travailler dans la nature exerce un effet bénéfique sur nos aptitudes d'attention et de concentration, sur nos compétences cognitives et même sur notre créativité. Il apparaît même à certains chercheurs et biologistes que la seule présence d'une plante verte, la vue d'arbres ou de fleurs depuis sa fenêtre suffit à activer notre joie de vivre et notre confiance en soi. Ceux qui pratiquent en ville le Qi Gong dans des squares ou des jardins ont pu expérimenter ses bienfaits physiques et psychologiques décuplés par la présence de la nature...

Deux auteurs, Mrs N. Guéguen et S. Meineri, ont repris ces notions dans un ouvrage paru chez Dunod en 2012 intitulé: «Pourquoi la nature nous fait du bien». Ils ont même appelé vitamines G les bienfaits d'une vie au contact d'un jardin ou d'une forêt. Le philosophe et psychothérapeute E. Fromm appelait cet appel de la nature: la biophilie. Quant à Mr Clemens G. Arvey, biologiste, il a écrit en 2016 au Courrier du Livre un ouvrage sur «L'effet guérisseur de l'arbre». Selon lui en effet, «la biophilie, c'est l'expérience de la nature et du sauvage, c'est la beauté et l'esthétique, la libération et la guérison».

Beaucoup de personnes avaient déjà mentionné le bonheur de toucher la terre avec des enfants, des retraités, des personnes en fin de vie, des prisonniers même. Des enseignants ont signalé que, chez leurs élèves, agités ou pas, un environnement verdoyant faisait diminuer la violence, les migraines, la fatigue, les problèmes ORL ou dermatologiques. Pourtant ils ne semblent pas encore avoir été suffisamment entendus puisqu'écoles, collèges, lycées, hôpitaux, cliniques, maisons de retraites, centres pénitenciers, résidences universitaires... comportent souvent plus de béton que d'espaces verts. Et comme l'exprimait le neurologue P. Lemarquis, «nous avons des racines, mais celles-ci ne poussent pas dans le béton»!

Au Japon, la nature est considérée comme «un grand harmonisateur». Se promener en forêt par exemple est officiellement reconnu comme une médecine susceptible de nous protéger contre les maladies et de soutenir notre guérison. On appelle cela traditionnellement « bain de forêt» ou shinrin-yoku. Les médecins spécialistes de la forêt comme le Docteur Li de Nagano disent que «les terpènes anticancérigènes agissent directement sur notre système immunitaire, qui agit à son tour indirectement sur notre taux d'hormones et notamment les hormones du stress». Ainsi, selon lui, un séjour d'une journée en forêt ferait augmenter de près de 40% le nombre de cellules tueuses naturelles (NK) dans le sang. La marche à pied dans la nature entre 2,5 et 4 km par jour est également considérée comme très bénéfique. Associer marche et forêt étant fortement recommandé...

La vogue des potagers urbains, des jardins partagés semble aller dans le bon sens, car ils obligent les citadins à mettre les mains dans la terre, à se remettre au contact de la vie. On appelle cette thérapie: l'hortithérapie. Mr Denis Richard auteur du livre paru en 2011 chez Delachaux et Nieslé «Quand jardiner soigne» dit même que «le jardin apparaît comme une école d'intelligence du monde». L'auteur de l'article a eu l'occasion de voir un jardin thérapeutique en permaculture fonctionner (Le Petit Prince» à Courcelles) et elle a été frappée de voir le visage des personnes déficientes mentales jardinant, soignant les poules...Toutes avaient apparemment amélioré leur autonomie et leur estime de soi.

Selon Mme Ariane Ansoult, qui a crée le terme de jardinologie - www.jardinologie.be – tout travail de jardinage a des répercussions intérieures, spirituelles. Il permettrait en effet « un réalignement de l'être, car la nature régule, calme, canalise et accompagne notre croissance». Enfin, l'article se termine sur la citation du philosophe Augustin Berque:

«Jardiner sera peut-être notre moyen d'être humains sur la terre». Celà me fait penser à Mr T. Monod qui nous trouvait «dénaturés» avec notre mode de vie hors sol.

Au final, je me sens bien en lien avec ces témoignages car la nature me console de mes peines et m'incite à me mettre encore plus à l'écoute du Vivant...

Pour en savoir davantage sur ces différents sujets, consulter notamment sur Internet: www.lebonheurestdanslejardin.org,

Lyliane

07/07/2017

Attention aux sulfites...

Mme Véronique Brenner dans Version Fémina s'appuie sur les observations de Mme Amandine Vial-Dupuy, pneumoallergologue à l'hôpital St Joseph à Paris concernant la question de l'emploi des sulfites. Il faut savoir que les sulfites sont des additifs alimentaires de synthèse, dérivés du soufre, qui servent à la fois de conservateurs et d'agents de blanchiment. Grâce à leurs propriétés antioxydantes, ils permettent d'accroître la durée de conservation des aliments et de pérenniser leur couleur d'origine. Ils sont présents dans le vin, le cidre, la bière, le jus de raisin, mais aussi dans d'autres produits alimentaires (mayonnaises, fruits secs ou confits, végétaux, frites surgelées, cornichons, farines, flocons de pommes de terre, poissons en conserve, crevettes etc...)

De nos jours la mention "contient des sulfites" apparaît sur presque toutes les bouteilles de vin. L'agroalimentaire par contre ne signale pas toujours son emploi. La législation européenne en effet exige leur mention obligatoire uniquement  si leur teneur dépasse 10 mg par litre ou par kilo de produit. D'autres noms apparaissent parfois comme: disulfite, anhydride sulfureux, metabisulfite, bisulfite de sodium ou de potassium. Les sulfites sont de la famille des E220 à 228. Or, chez certaines personnes intolérantes, des rhinites, des maux de tête, de l'urticaire, de la conjonctivite ou de l'asthme ( réaction la plus grave pour ces personnes) peuvent être déclenchés par la présence de sulfites dans l'alimentation. La réaction intervient dans les 10 à 30 minutes après avoir mangé ou bu; parfois elles se déclenchent 12 à 48 h après. Le foie se trouve dans tous les cas pollué par les sulfites qu'il n'arrive pas à éliminer.

Un test pratiqué en milieu hospitalier (service d'allergologie)scrute le déclenchement ou non de symptômes. Si l'on est intolérant, il convient d'exclure les sulfites de son alimentation et de manger des produits non raffinés, les plus bruts et dépourvus de conservateurs. En détoxifiant le foie, on arrive alors à le purifier en profondeur. Un protocole naturel composé d'artichaut, de desmodium, de radis noir, et de chardon marie est tout à fait indiqué. Une ampoule par jour le matin au réveil pendant 20 jours ou bien des spécialités comme Hépactif Bio de Fitoform ou Hépatonic bio Santarome seraient à recommander pour ces personnes intolérantes deux fois dans l'année...

Pour en savoir davantage, consulter le site Internet: https://les-sulfites.com/

 
Lyliane

 

 

04/07/2017

Donnez à la planète le premier rôle!

 
 
 
 
 
 
Greenpeace
Facebook Twitter YouTube Instagram
Chère adhérente, cher adhérent,

Merci de votre engagement aux côtés de Greenpeace.

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous écrire pour vous présenter un projet de vaste envergure, qui vise à sensibiliser le plus grand nombre de personnes à la préservation de l’environnement et à donner de l’écho aux initiatives positives pour la planète.

Comment ? Par la création d’un festival de films documentaires, le Greenpeace Film Festival, 100 % en ligne, qui rassemblera 28 films autour de sept thématiques environnementales. En tant qu’adhérent Greenpeace, vous pourrez en avant-première visionner les différents films et voter pour vos préférés.

Au mois d’octobre, les sept films ayant récolté le plus de votes seront mis en compétition lors du festival, et le prix des internautes sera attribué au vainqueur, qui verra son film projeté dans cinq villes de France.

Afin de diffuser ce festival pour sensibiliser de nouveaux publics à nos valeurs communes, nous avons besoin de vous ! Un don de 45 euros nous permet de diffuser un message à 5 000 personnes pour les inviter à participer !

Aidez-nous à faire entendre nos voix et à diffuser nos messages de sensibilisation pour mobiliser le plus grand nombre !  
 
JE FINANCE LE
GREENPEACE FILM FESTIVAL
Grâce à votre soutien fidèle, nous sommes plus forts pour agir,
 
Charlotte, pour l’équipe Greenpeace

03/07/2017

Dernière longueur pour faire interdire les perturbateurs endocriniens...

 

Nous avons 24H pour dépasser la barre symbolique des 500.000 signatures afin d'envoyer un puissant signal à Bruxelles! 

Le vote définitif des pays de l'UE sur les perturbateurs endocriniens a lieu demain, mardi 4 juillet.

Pouvez-vous nous aider en partageant la campagne avec vos contacts sur Facebook et par email s'il vous plait? 

EmailTransférez cet email à au moins 5 de vos contacts.

FacebookCliquez ici pour partager cette campagne avec vos ami-e-s sur Facebook.

Partagez la pétition sur Facebook

 

Bonjour, 

Je viens de signer cette pétition : https://actions.sumofus.org/a/non-a-la-proposition-scandaleuse-de-la-commission-europeenne-sur-les-perturbateurs-endocriniens/

Nous sommes plus de 446.000 à avoir signé la pétition contre la proposition scandaleuse de la Commission européenne sur les perturbateurs endocriniens -- ces substances chimiques omniprésentes qui dérèglent le système hormonal et provoquent cancers, infertilité, malformations, obésité, etc, etc.… la liste est longue !

A l'aube d'un votre décisif à Bruxelles, notre objectif est de dépasser les 500.000 signatures et nous avons besoin de tous pour l'atteindre.

Chaque voix compte !

https://actions.sumofus.org/a/non-a-la-proposition-scandaleuse-de-la-commission-europeenne-sur-les-perturbateurs-endocriniens/

Merci !

SUMOFUS

28/06/2017

Mouillons-nous pour l'accès à l'eau potable partout dans le monde!

La revue du S.E.L. de mai 2017 - www.selfrance.org - nous incite à "nous mouiller pour l'eau" particulièrement en Afrique où l'accès à l'eau potable n'est pas encore partout une réalité. Nous sommes en effet invités, en geste conscient de solidarité, à effectuer des PAFI ou petites actions faisables ici.

Voici 8 petits gestes utiles chez nous pour améliorer notre usage de l'eau:

1- Fermons nos robinets et ne laissons pas couler l'eau à flot en nous brossant       les dents, en nous rasant ou en faisant la vaisselle.

2- Prenons des douches, car une douche consomme en moyenne 60 litres d'eau contre 180 litres pour un bain.

3- Equipons nos maisons d'appareils économes: douchettes réductrices de débit...

4- Traquons les fuites à l'intérieur comme à l'extérieur: robinets qui gouttent, tuyaux percés au jardin...

5- Arrosons le soir de préférence car l'évaporation est moins forte. L'économie peut aller jusqu'à 6 l d'eau par m2 arrosé.

6- Récupérons les eaux de pluie en positionnant des bidons ou récupérateurs sous les descentes de gouttières. Pour arroser ou nettoyer la voiture, c'est bien utile.

7- Changeons nos habitudes alimentaires et réduisons notre consommation carnée. En effet, la production de viande nécessite beaucoup d'eau. On compte 1500 l d'eau pour produire 100 g de boeuf et 430 l d'eau pour produire 100 g de poulet.

8- Ne polluons pas l'eau en veillant à ne rien jeter de nuisible dans les toilettes et en éliminant engrais chimiques et pesticides au jardin, afin de protéger l'environnement.

L'eau est un bien fragile et précieux pour tous les êtres vivants sur notre planète. Si tous les européens mettaient en pratique ces quelques gestes simples, non seulement ils gaspilleraient moins d'eau, mais ils contribueraient à la mise en place d'une dynamique de changement en se responsabilisant personnellement...

Lyliane

16/06/2017

L'aubergine, source de bienfaits pour notre santé...

Dès les beaux jours, l'aubergine emplit les étals de nos marchés. Sa couleur violette ou blanche et sa forme ronde la rendent reconnaissable entre mille. C'est la reine des ratatouilles avec tomates, poivrons, oignons et courgettes! Néanmoins, peu de consommateurs connaissent toutes ses propriétés diététiques.

Mme I. Haberfeld dans Version Fémina en a fait le tour avec Mme Claire Desvaux, naturopathe et diététicienne à Boulogne-Billancourt. Elle contient en effet des fibres, des vitamines et des minéraux. Tout d'abord, considérons sa richesse en vitamines C, E, sélénium, manganèse et anthocyanes. Son indice d'antioxydants, est très élevé, mais ils sont essentiellement contenus sous la peau.

De plus elle est l'amie de tous ceux qui surveillent leur ligne. En effet, elle totalise 21 Kcal pour 100 g ce qui est l'équivalent d'une salade verte. Ses fibres sont également précieuses (2,7 mg /100g). Toutefois, il faut la faire précuire avant de la cuisiner car elle a tendance à absorber le gras. 

Les naturopathes la recommandent aux personnes ayant de la tension ou des maladies cardiaques. Grâce à sa richesse en potassium(235 mg /100g), elle fait baisser la tension et éviter le durcissement des artères. Sa pectine a tendance à pièger le cholestérol.

Les personnes souffrant de diabète seront bien inspirées de la mettre à leurs menus. Elle inhibe en effet deux enzymes digestives, qui dégradent l'amidon et le transforment en glucose. Toutefois par précaution, ne pas en manger plus de 2 fois par semaine! Enfin, par sa forte teneur en magnésium, en phosphore et ses vitamines B1, B2, B3, B5 et B6, l'aubergine aide à lutter contre la fatigue importante et le stress.

A vos fourneaux donc et régalez vous bien!

Lyliane

13/06/2017

Une Ecole de la nature et des savoirs dans la Drôme...

Mr Frédéric Lopez a présenté à travers son émission à la télévision "Mille et une vies" (sur la 2ème chaîne à 13H55) une initiative réjouissante et innovante en matière d'éducation. il s'agit de l'école Caminado, école primaire privée laïque gérée par l'Ecole de la nature et des savoirs. Implantée en pleine nature dans la Drôme, sur la commune de Menglon (Château de St Ferréol), cet établissement assure depuis 2013 l'instruction des élèves en mettant l'écologie au coeur de sa pédagogie. En effet, si les programmes officiels de l'Education nationale y sont respectés, chaque discipline est abordée de façon très concrète, en prenant la nature comme principal support. La fondatrice de l'école, Mme Muriel Fifils est une ancienne professeure de français ayant travaillé à Paris en collège. Elle a voulu sortir d'un cadre qu'elle jugeait trop étriqué, où les envies des enfants n'étaient pas vraiment toujours respectés. Mme Fifils s'est donc tournée vers des pédagogies différentes. Dans son école, chaque matin la classe débute par un atelier de philosophie, au cours duquel les élèves réfléchissent sur des notions comme le partage, la connaissance, la transmission des savoirs... Deux après-midi par semaine, ils cultivent le potager de l'école. Ils apprennent en quelque sorte à calculer en comptant le nombre de légumes! Cette école connaît un franc succès, puisque 60 élèves sont sur liste d'attente pour la rentrée prochaine. Cela signifie qu'il y aurait la place pour d'autres établissements de ce genre dans la Drôme ou ailleurs dans notre pays... Mme Fifils s'est par ailleurs engagée pour la défense des indiens Kogi, car elle a le désir de s'ouvrir au monde. Pour tout renseignement, consulter sur Internet le site: www.ecolenaturesavoirs.com. 

Lyliane  

12/06/2017

Les bienfaits du pamplemousse pour la santé...

Le pamplemousse avec seulement 35 kcal aux 100 g (soit un demi pamplemousse) est notre allié minceur pour l'été, écrit Mme Ingrid Haberfeld après une interview de Mme Florence Foucaut, diététicienne-nutritionniste à Paris. Toutefois, il faut faire attention à ne pas consommer de pamplemousse, lorsqu'on est sous traitement, selon un rapport de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ou ANSM. Avec certaines molécules, en effet, il y a des risques d'effets secondaires (anti-inflammatoires, aspirine, simvastatine, atorvastatine et en cas de greffes...)

L'acide citrique que contient le pamplemousse favorise la digestion car il s'attaque aux particules de graisses contenues dans notre alimentation. Aussi, après un repas copieux, un sorbet, une mousse ou un crumble au pamplemousse sera le bienvenu. De plus, riche en fer anti-anémique, en magnésium et en phosphore, source d'énergie, ce fruit est capable de booster notre forme et de nous faire garder notre bonne humeur. Il contient en effet également des vitamines B1 , B2 et B5. 

Cet agrume renferme des flavonoïdes, des caroténoïdes et des limonoïdes antioxydants , utiles pour éviter les maladies cardio-vasculaires. Il contient en effet des fibres solubles comme la pectine, qui piège le mauvais cholestérol alimentaire. C'est également un bon régulateur de la tension artérielle. Le pamplemousse rose contient du bétacarotène qui nous donne une jolie peau et active la production de mélatonine. Au cours de la grossesse, ce fruit bien pourvu en vitamine B9 ou acide folique est recommandé à la future maman.

On considère aussi que le pamplemousse aurait des propriétés protectrices contre les cancers de la bouche, de l'estomac, de l'oesophage, du sein et du poumon. En consommer une à deux fois par semaine suffirait à nous protéger. Enfin, selon la diététicienne interrogée, ses pépins sont riches en vitamine C , qui stimule notre immunité. L'extrait de pépins de pamplemousse, disponible en pharmacie, en parapharmacie et en magasins bio, concentre ses bienfaits. Quinze gouttes dans un demi verre d'eau, deux fois par jour (matin et midi de préférence) aident à combattre gastro-entérites, rhumes, angines ou bronchites.

Lyliane