Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2020

L'aloe vera, un gel réparateur...

L'Aloe vera ou aloès est cultivé à grande échelle dans le monde, car des recherches ont prouvé ses nombreux bienfaits. Que ce soit en interne ou en externe, cette plante venue d'Amérique avec les conquistadors et décrite dans diverses pharmacopées était déja connue des sumériens, des égyptiens, des arabes et des indiens plus de 5000 ans avant notre ère. Son latex, pulpe transparente à l'intérieur des feuilles, était réputée soigner les brûlures.

Depuis 1912, un certain Johnson, écrit Mme Pierrette Nardo dans la revue Plantes et Santé, redécouvrit les vertus de son gel. A partir de 1930, ce gel fut utilisé pour soigner les lésions radiologiques. Dans les années 50, un procédé de stabilisation du gel fut mis au point. L'aloès de nos jours entre fréquemment dans la préparation de produits cosmétiques et dermatologiques.

L'aloès, qui supporte la culture en appartement, offre aussi l'avantage d'être une plante dépolluante. Elle absorbe en effet les formaldéhydes contenus dans les bois agglomérés et dans les vernis. "Ingéré, le jus d'aloe vera (pulpe additionnée d'eau) soulage les crampes d'estomac et aide les digestions difficiles, régule les fonctions hépatiques et, en facilitant l'élimination des toxines, participe au nettoyage des organes encombrés (foie, reins) tout en stimulant nos défenses immunitaires." Il est surtout cultivé dans les pays chauds comme les Canaries, mais il s'adapte à beaucoup de régions.

En externe, le gel sert pour divers soins dermatologiques: brûlures, ampoules,piqûres d'insectes,soins cosmétiques.Très riche, le gel contient des tanins, de nombreuses vitamines , des minéraux, des acides aminés, des enzymes, des acides gras essentiels. C'est pourquoi le jus de l'aloe vera est apprécié lors de fatigues, fragilités et carences. On le prescrit en cas de diabète, d'allergies,de constipation et de problèmes cardiaques.

Alors, achetons bouteilles de jus ou gel de pulpe et testons sur nous ces bienfaits!

Lyliane

04/10/2020

Parrainer des ruches pour sauver les abailles...

A Paris, un passionné fabrique du miel sans pesticides tout en sensibilisant ses concitoyens aux enjeux liés à la biodiversité et à la pollinisation. oilà quatre ans que cet ancien réparateur de moteurs dans l’aéronautique est devenu apiculteur. Son intérêt pour les abeilles date de son enfance, passée en Loir-et-Cher, au sein d’une famille propriétaire de ruches depuis des générations. Lionel Potron a fait le choix d’une apiculture urbaine. Il a installé une majorité de ses 400 ruches sur les toits de la capitale, pour éviter les vols et les dégradations. Il récolte 6 tonnes par an d’un miel labellisé Fabriqué à Paris, issu principalement des tilleuls, marronniers ou acacias parisiens, et garanti sans pesticides. «Depuis l’introduction des néonicotinoïdes, dans les années 1990, la mortalité annuelle des abeilles est passée de 5% à plus de 30%, constate Zakia Abarou, porte-parole du réseau Un toit pour les abeilles. Mais ces pesticides ne sont pas seuls en cause. La monoculture ne permet plus aux abeilles d’avoir une subsistance tout au long de l’année. Et elles doivent faire face aux attaques du frelon asiatique et du varroa, un parasite.»
Pour aider les apiculteurs à faire face à ces aléas, Régis Lippinois, installé en Charente-Maritime, a créé il y a dix ans Un toit pour les abeilles, qui emploie 10 personnes. «Un particulier peut parrainer une partie d’une ruche à partir de 4,50 euros par mois; c’est 90 euros pour une entreprise, détaille Zakia. En échange, l’apiculteur leur réserve des pots de miel. Le prix –entre 25 et 30 euros le kilo– est plus élevé que celui du marché afin de les aider à financer de nouvelles ruches et à faire face aux difficultés.» Depuis sa création, près de 68 000 particuliers et 2400 entreprises ont subventionné plus de 10 000 ruches.
N’étant pas dans une zone exposée aux pesticides, Lionel constate une mortalité de ses essaims inférieure à 10%. S’il a adhéré à Un toit pour des abeilles, c’est moins pour l’aide financière –en 2019, il a dégagé un bénéfice net de 10% de son chiffre d’affaires – que pour sensibiliser ses concitoyens à la cause de ces apidés. «Les parrains sont invités à visiter les ruches. On leur explique notre travail, le rôle de la pollinisation dans la protection de la biodiversité, l’importance de planter des fleurs mellifères, même dans un bac accroché à une fenêtre.»
La pollinisation, essentielle pour notre alimentation
Avec l’association Happyculteur, il s’occupe d’ailleurs d’un
e école qui forme chaque année une trentaine de personnes à l’apiculture. Dans l’espoir que ces apprentis augmentent le nombre de ruches pour pallier la surmortalité des abeilles. L’annonce de la réintroduction des néonicotinoïdes rend ce travail encore plus essentiel. En France, 35% de la quantité de notre alimentation et 65% de sa diversité dépendent de la pollinisation. Et donc des abeilles.
La protection des abeilles dans la loi:Le 31 juillet 2018, la France interdisait l’utilisation des néonicotinoïdes, ces insecticides tueurs d’abeilles. «La France se positionne plus que jamais en pointe sur l’interdiction des produits phytopharmaceutiques dangereux pour les pollinisateurs», se félicitait le ministère de l’Agriculture. Mais, face à la jaunisse de la betterave, le gouvernement vient d’annoncer la réautorisation pour cette filière des néonicotinoïdes pour 2021, entraînant une levée de boucliers des apiculteurs.

Selon Mme Caroline Fontaine - Paris Match - dimanche 30 août 2020

 

 

27/09/2020

Agriculture: il faut changer de modèle agricole...

Plusieurs associations et collectifs lancent un mouvement citoyen le samedi 17 octobre pour changer de modèle agricole. Pour garantir à tous une alimentation saine, ils appellent notamment à revoir la politique agricole commune pour qu'elle soutienne des exploitations à taille humaine.
Tribune. Manger est un besoin quotidien vital si essentiel qu’on oublie parfois combien le satisfaire peut devenir difficile au moindre grain de sable dans les rouages. Un grain aussi petit qu’un virus, par exemple.

La crise sanitaire a mis en exergue la vulnérabilité de notre système agricole et alimentaire. Le nombre de demandeur·euse·s de l’aide alimentaire, au nombre de 5,5 millions avant la crise, est passé à environ 8 millions de personnes : l’accès à une alimentation de qualité pour tou·te·s est encore loin d’être garanti. Les agriculteur·rice·s et éleveur·ses qui ont continué à travailler pour nous nourrir, souffrent souvent d’une grande précarité, près d’un quart d’entre eux vivant sous le seuil de pauvreté. En 2019, on comptait plus d’un suicide d’agriculteur·rice par jour, soit 20 % de plus que dans le reste de la population.
L’impact du changement climatique:

Parallèlement, alors que l’agriculture mondiale est à l’origine de 24 % des émissions de gaz à effet de serre, le changement climatique touche déjà durement celle-ci, et va marquer encore plus fortement les pratiques et rendements agricoles. Pourtant, les politiques actuelles ne prennent pas en compte ces bouleversements qui sont appelés à s’intensifier, comme peut en témoigner la récente décision du gouvernement de réintroduire pour les cultures betteravières des pesticides dangereux (néonicotinoïdes), interdits en 2018.
Nous devons changer de paradigme, à tous les échelons possibles : européens, nationaux, mais aussi territoriaux. D’ici fin 2021, la Politique agricole commune (PAC) sera renégociée à la fois au niveau européen et au niveau national. C’est l’occasion ou jamais d’exiger qu’une autre agriculture soit mise en place. Le samedi 17 octobre, lendemain de la journée mondiale de l’Alimentation, est le moment idéal pour lancer un vaste mouvement citoyen exigeant un changement du modèle agricole.

L’agriculture que nous appelons de nos vœux est au service d’une alimentation de qualité, saine et accessible à toutes et tous. Elle rémunère correctement les travailleur·ses et revalorise ses métiers. Cette agriculture paysanne écologique, dont fait partie l’agriculture biologique, répond aux enjeux de santé, d’environnement et de biodiversité. Elle permet à chacun·e de consommer local, de saison, et construit notre résilience alimentaire face aux crises.
Notre organisation sociale doit également changer fondamentalement pour recréer un équilibre territorial propice à une société plus juste, durable et humaine. L’agriculture telle que nous la promouvons pourra créer plus d’un million d’emplois pérennes, non délocalisables, désengorger le 
milieu urbain et dynamiser des zones rurales à ce jour abandonnées par l’État.
Des revendications pour une transition agricole et alimentaire

Pour cela, nous appelons les pouvoirs publics, à tous les échelons, à suivre nos propositions comme un ensemble cohérent pour la transition agricole et alimentaire. Des revendications déjà portées par de nombreux collectifs et associations, comme la plateforme Pour une autre PAC, ou encore la Convention citoyenne pour le climat. Ainsi, nous demandons :

- l’abandon des accords internationaux de libre-échange tels que le Ceta et le Mercosur ;
- la revalorisation du travail des agriculteur·rice·s afin qu’il·elles puissent privilégier la qualité à la quantité, tout en vivant dignement de leur activité, par une régulation des marchés (quotas laitiers par exemple) et des relations commerciales assurant des prix agricoles stables et rémunérateurs couvrant les coûts de production ;
- la priorisation d’une agriculture paysanne avec des parcelles à taille humaine, notamment par le remplacement, dans le cadre de la PAC, des aides à l’hectare par des aides à l’actif plafonnées par exploitation, pour soutenir l’emploi et l’installation, et non encourager l’agrandissement et l’industrialisation des structures agricoles ;
- l’accompagnement immédiat par l’Etat des agriculteur·rice·s vers des pratiques relevant de l’agroécologie paysanne dont l’agriculture biologique, via des enseignements et formations rénovées et un soutien financier, y compris pour la labellisation en bio des structures agricoles ;- la relocalisation de l’alimentation des animaux d’élevage (application réelle du plan protéines végétales, zéro déforestation importée, lien au sol obligatoire) ;
- la création d’une sécurité sociale de l’alimentation permettant à tous les citoyen·ne·s d’accéder à une alimentation de qualité, diminuant les risques de maladies induites par une alimentation industrielle, ultra-transformée et déséquilibrée et part la dégradation de l’environnement liée à l’agriculture intensive ;
- la reprise par les communes des terres agricoles abandonnées pour une conversion à l’agriculture biologique et un moratoire sur les projets imposés et polluants entraînant l’artificialisation des terres agricoles et forestières sur les territoires ;
- la réévaluation des critères des commandes publiques afin de favoriser les circuits courts, les produits saisonniers et bio et une alimentation équilibrée donnant plus de place aux protéines végétales, notamment dans la restauration collective ;
- l’interdiction effective de production et importation de produits issus du brevetage du vivant (OGM) ;
- l’interdiction immédiate des pesticides les plus dangereux pour la santé (CMR et perturbateurs endocriniens) et pour les pollinisateurs, un soutien massif aux paysan·ne·s pour les accompagner dans la transition et l’affranchissement des pesticides de synthèse à courte échéance, avec notamment le développement d’alternatives naturelles à ces produits ;
- la reconnaissance et la prise en charge des victimes des pesticides de synthèse et autres produits toxiques utilisés dans le milieu agricole ;
- l’introduction de règles ambitieuses améliorant la bientraitance animale en  concertation entre monde paysan, consommateur·rice·s et associations de bien-être animal (abattage de proximité, accès à l’extérieur, etc.).

Ces propositions vont dans le sens du changement de modèle agricole voulu par une très grande majorité des Français·es. Pour appuyer les revendications de cette tribune, une pétition a été lancée en parallèle. C’est le soutien massif des citoyen·ne·s qui permettra de peser sur les négociations de la PAC et pour la mise en place de ces mesures à différents niveaux par tous les acteurs. Rendez-vous samedi 17 octobre partout en France.
Parmi les signataires : José Bové, Cyril Dion, Marie-Monique Robin, Olivier de Schutter, Jean Ziegler, Alerte Médecins Pesticides, Alternatiba / ANV-COP21, ATTAC, Confédération Paysanne, Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, Foodwatch, France Nature Environnement, Générations Futures, Greenpeace France, Les Amis de la Terre, Mouvement Inter-Régional des AMAP, Nature & Progrès, Notre Affaire à Tous, SOL, Alternatives Agroécologiques et Solidaires, Terre de Liens… La liste de l’ensemble des organisations (58) et des personnalités (8) et la pétition.

Selon Libération

 

26/09/2020

Une immense serre biologique sur les toits à Montréal...

Une ferme au-dessus de la ville, sur le toit d'un bâtiment situé dans une zone commerciale et industrielle: aubergines et tomates bio prennent de la hauteur à Montréal dans la "plus grande serre sur toit au monde".
Un cadre peu propice a priori à la culture de légumes, mais où une entreprise locale, les Fermes Lufa, vient d'implanter une serre de culture biologique, selon elle sans égale dans le monde. 
Grande comme trois terrains de football, cette serre, officiellement inaugurée mercredi, couvre plus de 15.000 mètres carrés. 
"La mission de l'entreprise, c'est vraiment de cultiver de la nourriture là où les gens vivent, et de façon durable", explique à l'AFP Thibault Sorret, un porte-parole, devant des plants d'aubergines géants.
La nouvelle serre est la quatrième du groupe sur les toits de Montréal. Celle construite en 2011, qui avait coûté plus de 2 millions de dollars canadiens (1,3 million d'euros), était alors la toute première du genre au monde.
Depuis, des concurrents essaiment dans le monde, comme l'américain Gotham Greens, avec huit serres sur toit à New York, Chicago ou Denver, ou le français Nature urbaine, qui en prévoit une à Paris en 2022.
A Montréal, un supermarché offre également depuis 2017 des légumes bio poussant directement sur son toit, totalement verdi pour lutter contre les gaz à effet de serre.
"Réinventer le système alimentaire"
Un Libanais d'origine, Mohamed Hage, et son épouse Lauren Rathmell, une Américaine originaire du Vermont voisin, ont fondé en 2009 les Fermes Lufa, avec l'ambition de "réinventer le système alimentaire".
Chez Lufa, une centaine de légumes sont cultivés toute l'année en hydroponie, en bac sur un substrat de fibre de noix de coco, irrigué par un liquide nutritif: salades, concombres, courgettes, choux chinois, céleris, germes, mais aussi fines herbes.
Dans toute la serre, des bourdons pollinisent les plantes, pendant que des guêpes parasitoïdes ou des coccinelles - des insectes utiles - s'attaquent aux pucerons, évitant le recours aux pesticides.
Les récoltes permettent de remplir 20.000 paniers familiaux par semaine, tous personnalisables et vendus en ligne à un prix de base de 30 dollars (19 euros).
Ce "marché en ligne" regroupe aussi les produits d'à peu près 200 fermes partenaires que Lufa ne produit pas: pain, pâtes, riz...
Au rez-de-chaussée de la nouvelle serre, un immense centre de distribution rassemble près de 2.000 produits offerts aux "Lufavores", les clients, dont des restaurateurs.
L'offre reste toutefois insuffisante pour certains légumes, déplore une cliente, Catherine Bonin. "Des poivrons, je n'en ai jamais", dit cette quinquagénaire, qui "adore" cependant la qualité et la fraîcheur des produits en général.

Pandémie bénéfique
"On est rendu à nourrir presque 2% de Montréal avec nos serres et nos fermes partenaires", affirme le porte-parole de l'entreprise. 
"L'avantage d'être sur un toit, c'est qu'on récupère énormément d'énergie du bas du bâtiment", permettant des économies de chauffage considérables, un atout pendant le rude hiver québécois, souligne Thibault Sorret.
"On arrive aussi à récupérer des espaces qui étaient jusqu'ici complètement inutilisés", ajoute ce Français d'origine.
Entièrement automatisée, la nouvelle serre dispose aussi d'un "système d'eau en circuit fermé", assurant des économies allant "jusqu'à 90%" par rapport à une ferme traditionnelle, d'autant que l'eau de pluie est aussi recueillie.
L'entreprise "a plus que doublé" ses ventes pendant la pandémie de coronavirus, un bond attribuable "à la livraison sans contact à partir d'un site en ligne", dit Thibault Sorret.
"Rentable depuis 2016", Lufa emploie aujourd'hui 500 salariés, environ 200 de plus qu'avant la pandémie, selon lui.
L'entreprise travaille actuellement à l'électrification de sa flotte de camions de livraison et caresse le projet d'exporter son modèle "dans différentes villes dans le monde", à commencer par le Canada et les Etats-Unis, explique le porte-parole.
"Ce qui est un peu fou", rappelle-t-il, c'est qu'aucun des fondateurs "n'avait fait pousser une tomate de sa vie" avant de se lancer en affaires.

Selon BFM-TV-BFM Business - mercredi 26 août 2020

22/09/2020

Mr Boris Barré nous raconte les plantes à Botanica à Angers...

Mr Boris Barré, conte aux visiteurs la vertigineuse histoire des plantes au premier parc européen consacré aux végétaux, à Angers (Maine-et-Loire). Paysagiste de formation, il foisonne d’anecdotes pour le plaisir du public.

Dès le parking, une masse verte se dessine au-dessus des têtes. Crème solaire et gourdes pleines d’eau dans les sacs, les visiteurs commencent leur escapade. Pas à pas, ils avancent au cœur d’un jardin aux mille entrées. Bienvenue au parc Terra Botanica, installé à deux pas du centre d’Angers, dans le Maine-et-Loire.
Au milieu des premiers va-et-vient des vacanciers, petit chignon haut et barbe luxuriante, Boris Barré se faufile. Il est ici comme chez lui. À l’ombre d’une immense structure de bambou – une nouveauté du parc -, la discussion s’enclenche. Il est le chef de la médiation auprès des visiteurs. Et gère l’équipe d’animateurs du parc depuis plusieurs années.
« Les plantes cachent des récits d’explorateurs »
« Je vous préviens, je suis bavard », dit-il avec un large sourire. Boris passe facilement « de la grande Histoire des plantes aux petites histoires ». Les plantes ont tant à dire. Pour elles, il manie le verbe aussi bien que l’art de transmettre. « J’étais un extraterrestre du végétal, qui est différent du métier de paysagiste. Les plantes cachent énormément de récits d’explorateurs. Rien qu’en expliquant un nom, on peut remonter plein d’anecdotes. » Comme celle du mot « hortensia », cette fleur bleue, rose ou violette, qui doit son nom de l’histoire d’amour entre une astronome et un botaniste. Des récits comme celui-ci, le parc en fourmille.
Sur dix-huit hectares, plus de 500 000 espèces poussent, fleurissent et éclosent dans un immense écrin de verdure. La liste est longue : des fleurs, des arbustes, des plantes aquatiques et autres petites végétations y poussent depuis 2009.
Au fil des années, les animaux se sont mêlés à la partie – plutôt la nuit – : des renards, des chouettes, des rapaces et même des chevreuils. Signe que l’endroit est tranquille pour y vivre. « C’est la récompense des années de travail », souligne Boris Barré dans l’une des allées du parc. Arrivé en 2011 en stage à Terra Botanica, il cultive rapidement sa relation avec le visiteur pour cet homme qui dit « ne pas être introverti ».
Après quelques messages au talkie-walkie à Mélissa, son bras droit du jour à l’animation, il avance directement à l’endroit des « Racines de la vie ». Un jardin qui emonte le temps, jusqu’à 3,5 millions d’années dans le passé. Là, dans la brume épaisse formée artificiellement, des énormes fougères bordent l’allée.
En s’y arrêtant, Boris se livre : « Ce jardin, c’est mon coup de cœur à mon arrivée. J’ai retrouvé les forêts primaires que j’avais connues pendant ma vie en Nouvelle-Zélande. J’y suis resté un an. L’espèce qui m’a le plus marqué est le pin de Wollemi. C’est l’une des plantes les plus rares de Terra Botanica. » Car le parc se donne une mission : participer à la préservation des espèces et sensibiliser le public.
Plus loin, dans la serre tropicale, on rencontre les palmiers à échasses dit « arbres qui marchent ». « Quasiment tous les spécimens proviennent de pépinières françaises ou proches de la France »,précise Boris.
« On veut sensibiliser le public »
Cette année, le parc appuie sur ses ambitions écologiques. La déambulation continue jusqu’au « Jardin sans eau », une nouveauté. On se retrouve au cœur d’un paysage méditerranéen. Les 120 espèces de plantes cohabitent pour l’instant en harmonie. Lavandes, oliviers, fleurs exotiques résistantes aux fortes chaleurs se côtoient.
Le jardin répond au critère principal de demain : le réchauffement climatique. Il sera arrosé seulement la première année. « Ce lieu est complètement dans l’ADN du parc pour apprendre à gérer ses ressources en jardinant. On veut sensibiliser le public à l’économie d’eau. Dans 20 à 30 ans, les températures pourraient atteindre les 50 degrés, par pics », cadre Boris.
Le foisonnement intrigue les visiteurs. « Je reçois beaucoup de questions sur les méthodes de jardinage écologiques. On apprend par exemple à préférer une pelouse tapissante, moins gourmande en eau.  » Si le jardin est pensé selon un cahier des charges, il n’en reste pas moins redoutable de créativité. Tout comme le reste e foisonnement intrigue les visiteurs. « Je reçois beaucoup de questions sur les méthodes de jardinage écologiques. On apprend par exemple à préférer une pelouse tapissante, moins gourmande en eau.  » Si le jardin est pensé selon un cahier des charges, il n’en reste pas moins redoutable de créativité. Tout comme le reste du parc.
Les couleurs, les ambiances varient d’un espace à l’autre. Pour nous en convaincre, Boris continue vers les jardins romantiques jusqu’aux bayous de Louisiane, marécages au sud des États-Unis, en passant par le plus grand champ de dahlias ouvert au public. Dans tous les cas, le dépaysement est assuré.
Boris intervient ici et là pour partager les secrets du parc. Tel un livre ambulant. Au bout de deux heures, retour à la case départ. Il ne cache sa déception de n’avoir pu tout montrer. « Il faut six à huit heures pour faire le tour », lance-t-il. Il faudra donc revenir.
L’anecdote
Boris collectionne les belles histoires au parc. Il y a deux ans, une congrégation de Venosc de l’Oisans des Alpes est venue leur rendre visite. Ils se sont déplacés pour voir spécialement l’animation sur les colporteurs fleuristes, ces marchands qui vendaient des fleurs de villes en villes. Le groupe compte des descendants de ces hommes du XIXe siècle. Certains sont restés en montagne, d’autres se sont installés en Anjou. « Un de ces messieurs, déjà âgé, est passé une de nos illustrations où se trouvait Jean Rouard. » Surprise, cette photo représente son grand-père. « Il ne l’avait jamais vu en photo. Une surprise émouvante pour nous et pour lui. »
À voir tout près (brève de 12 lignes)
La tenture de l’Apocalypse à Angers, à dix minutes en voiture. Elle est définitivement le trésor bien gardé à l’intérieur du château d’Angers. À pas feutré, dans la quasi-obscurité, les guides vous font entrer dans l’histoire d’une partie de la Bible, qui montre la lutte entre le bien et le mal. Impressionnante par sa grandeur et son état de conservation, cette œuvre a de quoi fasciner.
Carnet pratique (brève photo 7 L)
Terra Botanica, parc du végétal, route d’Épinard, 49000 Angers. Tél. 02 41 25 00 00. Tarifs : adultes 21 €, enfants de 3 à 17 ans 15 €. Réservations à tarifs réduits en ligne, Site Internet : terrabotanica.fr.
Terra Botanica : une entrée offerte à tous les abonnés !
Pour ses 10 ans, Terra Botanica, en partenariat avec Ouest-France, est heureux de vous offrir une entrée pour le premier parc européen du végétal. (Re)découvrez les 500 000 végétaux venus du monde entier lors d’une journée inédite ! De jardins extraordinaires en serres tropicales, de Madagascar en Anjou, plongez dans un voyage pour petits et grands mêlant émotions et dépaysement.
Profitez d’une entrée offerte, valable à partir du 1 septembre. Un jour au choix aux dates d’ouverture du parc, soit :
– du jeudi au dimanche, du 1er au 30 septembre 2020

- les week-ends des 3-4 et 10 au 11 octobre 2020

Selon Mme Victoria GEFFARD. - Ouest-France - mardi 25 août 2020

18/09/2020

Bienfaits du pourpier...

 

 

Le pourpier, un légume oublié aux multiples bienfaits

 

Très répandu dans nos jardins, le pourpier passe pourtant inaperçu. Et ça, c’est vraiment dommage tant le pourpier est intéressant, d’un point de vue gustatif comme nutritionnel.

 

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 13 May 2020, à 12 h 55 min
 

Le pourpier potager ou Portulaca Oleacera est une plante herbacée de la famille des Portulacacées originaire d’Asie. Son nom vient du latin pullipedem qui signifie « pied de poulet ». En effet, c’est grâce à la forme particulière de ses jolies feuilles charnues et épaisses qu’on reconnaît le pourpier sauvage, trop souvent pris pour une mauvaise herbe, s’il en est.

Bon et sain, le pourpier de nos jardins

Consommé depuis l’Antiquité, notamment pour ses propriétés médicinales, le pourpier sauvage est très présent dans les jardins ensoleillés des régions méditerranéennes. D’ailleurs, il fait partie des incontournables du fameux régime crétois, tant il possède de vertus.

Nutrition et bienfaits du pourpier

Véritable atout santé, le pourpier devrait être un invité plus souvent dans nos assiettes !

pourpier

Pourpier sauvage – fleur – © Ruth Swan

Considéré comme le végétal ayant la plus forte teneur en omega-3, le pourpier protège efficacement le système cardiovasculaire et régule la tension artérielle. Il est également très riche en protéines donc parfait pour augmenter son apport en protéines végétales.

 

Le pourpier contient également de nombreux autres nutriments essentiels au bon fonctionnement de notre organisme tels que le potassium, le magnésium, le calcium et le fer.

Riche en vitamines du groupe B, vitamine C et bêta carotène, le pourpier a un pouvoir antioxydant très intéressant.

Le pourpier en phytothérapie

Dans la Grèce antique, on utilisait déjà le pourpier pour calmer les inflammations de la peau mais aussi des muqueuses. Le pourpier sera également efficace pour traiter les inflammations de type respiratoire comme les maux de gorge, mais aussi urinaires comme les douloureuses cystites. En outre, le pourpier a des propriétés diurétiques.

À plus forte dose, il peut avoir un effet laxatif et soulager d’une constipation passagère.

 

Les feuilles de pourpier s’utilisent également pour faciliter la coagulation du sang.

En phytothérapie, c’est toute la plante qui est employée : fraîche, en décoction ou séchée puis réduite en poudre à prendre sous forme de gélules. Un bienfait pourpier en gélule bien connu est celui de réguler la glycémie, important notamment pour les personnes qui souffrent de diabète.

Comment déguster le pourpier ?

Très proche de la mâche, le pourpier est parfois appelé salade de santé. Ses feuilles charnues présentent un joli vert, intense, même en hiver. De quoi égayer les assiettes ! Ne vous contentez pas de consommer les feuilles car les tiges ont, elles aussi, beaucoup de goût. Les tiges les plus épaisses peuvent être préparées et appréciées comme des cornichons.

Une saveur acidulée

pourpier

Salade de pourpier – © ArtCookStudio

Délicatement acidulé, le pourpier se déguste tout simplement cru, comme légume ou condiment. Il cuisine un peu comme l’oseille ou les épinards et peut donc entrer dans tout un tas de délicieuses recettes : sauté à la poêle avec de l’oignon et de l’ail, dans une omelette, en soupe, etc.

Pour bien profiter de ses qualités nutritionnelles et pour mieux en apprécier la saveur, préférez un temps de cuisson court.

Pourpier recettes

Pour faire le plein de vitamines, dégustez le pourpier en salade avec une vinaigrette à l’huile de sésame. Pourpier et pommes de terre se marient très bien, surtout si vous ajoutez des câpres et pourquoi pas, des anchois.
Osez le sucré-salé avec une salade de pourpier, fruits et fromage frais. Et pour une salade-repas complète, associez le pourpier avec du quinoa, des petits pois et des radis.

Le pourpier cuit est aussi à découvrir ! Revisitez le fameux borek turc, cette bouchée croustillante à base de feuilles de brick en réalisant une farce avec du pourpier, de la feta, un peu de crème et de bonnes herbes fraîches.
Vous pouvez aussi incorporer facilement le pourpier dans un dahl, le faire sauter dans de l’huile d’olive pour accompagner une viande ou réaliser une farce pour un poisson.

Selon Consoglobe

15/09/2020

Comment avoir la main verte et écolo au jardin?

Tondre, tailler, semer... était déjà un sport national. Le confinement a encore renforcé notre envie de compter fleurettes (et courgettes), le plus naturellement et simplement possible. Car quitte à mettre les mains dans la terre, autant que celle-ci soit propre et nourricière. Explications.
Voilà près d’une vingtaine d’années que les Français se piquent de jardinage. Le confinement n’a fait qu’accentuer cet engouement. Balcon, rebord de fenêtre, lopin de terre… la moindre surface a été utilisée, mais attention, pas n’importe comment. En janvier 2019, la loi Labbé a interdit aux particuliers l’utilisation de produits phytosanitaires (engrais, pesticides…). Elle a entraîné un retour aux méthodes écolos et aux cultures « utiles ». Des jardins vivriers d’après-guerre aux jardins partagés en ville, c’est la terre nourricière que nous sollicitons désormais, de façon plus raisonnée et raisonnable. « Aujourd’hui, on veut savoir ce que l’on mange, on veut se nourrir sainement et de saison. Le bio n’étant pas à la portée de tous, alors on cherche à cultiver son potager, explique Laurence Baudelet, ethno-urbaniste et consultante pour l'association Graine de jardins. La pollution, l’épuisement des ressources en eau, l’appauvrissement de la biodiversité... nous poussent à chercher des solutions respectueuses de l’environnement. La prise de conscience est plus globale. C’est un cercle vertueux qui englobe les énergies, les moyens de transport et même les loisirs. » Un peu partout dans le pays, on voit ainsi fleurir des techniques novatrices ou reverdir des méthodes très anciennes qui ont en commun une même philosophie : avoir la main verte et légère.
La permaculture : harmonie et parcimonie
Plus qu’une technique, cette philosophie date des années 1970. Contraction des termes "agriculture" et "permanente", elle tend à faire de son lieu de vie un écosystème harmonieux, productif, autonome, naturellement régénéré et respectueux de tout et de tous ! Fini les produits chimiques et l’interventionnisme outrancier. On observe, on analyse les sols, les vents, les cycles de l’eau et du soleil pour mieux comprendre et utiliser son environnement. Et puis, rien ne se perd. Le sol ne reste jamais nu grâce au paillage naturel et au compost que l’on fabrique soi-même. Les eaux de pluie et de cuisson sont récupérées. On attire les animaux utiles, du ver de terre à la poule. On cultive serré pour ne pas perdre de place, y compris sur des treillages et les bordures. On associe les plantes pour qu’elles s’entraident… Ainsi élaboré, le potager prend soin de lui quasiment tout seul, arrosage mis à part.
La biodynamie : les astres à la rescousse
Née en 1924, l’agriculture biodynamique est une pionnière de l’écologie. Son inventeur, Rudolf Steiner, la définissait ainsi : « À la croissance des plantes, le ciel entier participe avec les étoiles. » Certes proche de la permaculture et de ses principes, cette école de jardinage associe les cycles des planètes et de la Lune à la vie des plantes. Un calendrier détaillé invite chaque jour à de nouvelles tâches. En outre, la fertilisation du sol est primordiale, grâce à des préparations à base de plantes, de bouse de vache et de cristaux de quartz.
Le jardin spontané : le choix du laisser faire
Le contraire de l'espace vert au cordeau ! On travaille d’abord avec les yeux, on laisse la nature opérer et on observe. L’idée : accueillir une importante biodiversité. Bien sûr, on apprend à différencier mauvaises herbes et plantes sauvages. On garde celles qui abriteront les auxiliaires du jardin et on laisse traîner les branchages de la taille, près du compost, pour que les animaux trouvent abri et nourriture. On privilégie les haies mixtes pour les pollinisateurs. On pratique la jachère, mais rien n’empêche d’enlever une pousse qu’on estime au mauvais endroit pour la remettre ailleurs. Écolo et économique !
Le potager en lasagne : la campagne à la ville
Issue de la permaculture, cette technique convient aux lieux dépourvus de terre au sol. Il s’agit de créer des espaces d’environ deux mètres sur un, et sur cinquante centimètres de hauteur. Dans des bacs en bois non traité, on procède par couches comme pour les lasagnes. Un feutre végétal, du gravier, un feutre géotextile et cinq couches de matières brunes (paille, copeaux, feuilles...) et vertes (fumier, tonte...) en alternance, du terreau, de l’argile bentonite, et vous voilà prête à planter !
Le faux semis : désherber sans substances
Cette pratique ancienne divise par deux la repousse des mauvaises herbes. Le principe est simple, on prépare le sol comme pour y semer des graines mais on n’y met rien. Il suffit de décompacter la terre, quinze jours à un mois avant les vrais semis, puis d’arroser. Les indésirables vont germer et sans attendre, on les élimine pour ensuite planter ce que l’on souhaite.
La mise en jachère : le traitement naturel des sols
Cette mise au repos des sols, laissés nus pour reprendre de la vigueur, permet de les préparer à l’ensemencement. Quand on a la chance d’avoir un grand jardin potager, cette technique est bienvenue pour régénérer la terre. Aujourd’hui, on privilégie la jachère longue, sur un an, et fleurie. Après un faux semis, on sème des fleurs qui vont attirer insectes et autres auxiliaires, permettant au sol de se reconstituer.
Quelle que soit la méthode choisie, chassez le naturel, il revient au galop. Avec ses promesses d’économies, de labeur allégé, de reconnexion aux éléments et d’apprentissage de l’humilité, le jardinage plus vert que vert n’a pas fini de creuser son sillon.

Selon Mme Emmanuelle Mary - Femme Actuelle - jeudi 20 août 2020

10/09/2020

Demande de 18 ONG au gouvernement en faveur des abeilles...

Dix-huit associations ont demandé mardi au gouvernement de ne pas accorder de dérogations pour l'utilisation des néonicotinoïdes aux betteraviers, dénonçant un "recul important" dans la protection des abeilles. Dans un courrier adressé au ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, Générations futures, WWF, la Ligue de protection des oiseaux (LPO), la Confédération paysanne, l'Union nationale de l'apiculture française (UNAF) ou encore Stop pesticides, l'appellent à "ne pas déroger à l'interdiction des néonicotinoïdes".
Le ministère de l'Agriculture a annoncé début août vouloir permettre aux planteurs de betteraves à sucre d'employer, "dans des conditions strictement encadrées", un insecticide interdit depuis 2018 afin de protéger leurs cultures des pucerons verts, vecteurs du virus de la jaunisse, à la demande du syndicat spécialisé CGB, affilié à la FNSEA.
Persistance
Les néonicotinoïdes, qui s'attaquent au système nerveux des pollinisateurs comme les abeilles, essentiels à l'agriculture, ont été interdits de tout usage phytosanitaire en septembre 2018. Pour les ONG, les arguments avancés pour une telle dérogation - manque d'alternatives à cet insecticide, impact limité car il est utilisé en enrobage de semence pour les cultures de betterave, ne tiennent pas.
LIRE AUSSI >> Pesticides tueurs d'abeilles: que reproche-t-on exactement aux néonicotinoïdes?
"Les plantes se trouvant à proximité des cultures traitées aux néonicotinoïdes sont largement contaminées, conduisant à une contamination importante du pollen ramené dans les ruches", indiquent-elles. De plus, "les néonicotinoïdes sont persistants" et se retrouvent dans les sols, les cours d'eau, les nappes phréatiques, poursuivent-elles.
95 000 signatures pour une pétition
Le manque d'alternatives à l'usage de néonicotinoïdes pour lutter contre le virus de la jaunisse est démenti par l'exemple des betteraves cultivées en bio, peu touchées par cette maladie, poursuivent-elles. Elles déplorent l'ouverture de "cette boîte de Pandore", les producteurs de maïs ayant aussi demandé une dérogation. Une pétition demandant de ne pas accorder ces dérogations a déjà récolté 95 000 signatures, font-elles encore valoir.

Selon lexpress.fr - L'Express - mardi 18 août 2020

06/09/2020

Le renouveau de la silphie, une plante écologique pour lutter contre la sécheresse...

"C'est un pari pour l'avenir !": dans les Vosges frappées par la sécheresse, Jean-Luc Bernard cultive sur une centaine d'hectares une plante prometteuse, la silphie, bien moins gourmande en eau et en produits phytosanitaires que le maïs ou le soja, pour l'alimentation de ses vaches et la méthanisation.
Sur un champ de la vallée de Dompaire, la silphie, plantée l'an dernier, affiche ses hautes tiges à côté d'une parcelle de maïs à la peine, écrasée par le soleil. "Le maïs est grillé...", soupire Amédée Perrein, gérant du négoce agricole vosgien HADN.
Plante vivace pouvant atteindre 3,50 m de hauteur et originaire d'Amérique du nord, la silphie poussait en France jusque dans les années 1960-1970, avant d'être progressivement délaissée. Surtout destinée à la méthanisation (un procédé de valorisation des effluents d'élevage qui, mélangés à des végétaux, produisent du biogaz puis de l'électricité), elle intègre aussi l'alimentation des ruminants.
C'est en Allemagne, qui compte 6.000 hectares de culture, que M. Perrein a déniché les semences de cette plante "aux avantages phare".
En 2019, 160 hectares ont été semés dans les Vosges, en Haute-Saône et Haute-Marne, puis 750 hectares cette année dans 29 départements. Unique distributeur en France des graines de silphie, propriétés de deux groupes agricoles allemands, le négoce de M. Perrein dispose de semences pour 3.000 hectares à mettre en terre l'année prochaine.
"C'est une plante écologique !", s'enthousiasme M. Perrein, rappelant qu'elle n'a pas besoin d'être irriguée grâce à ses racines qui se développent jusqu'à 2 m de profondeur, au plus près des nappes phréatiques.
Semée une seule fois, la plante aux grandes fleurs jaunes se développe chaque année entre le printemps et l'été et ne demande plus guère d'attention pendant au moins quinze ans. "C'est une économie de charge pour l'agriculteur", qui, outre une fertilisation annuelle, n'a plus ni semis, ni labour, ni traitements phytosanitaires à réaliser après la première année, souligne Noémie Choffel, conseillère en agronomie à la chambre d'agriculture des Vosges.
Pas une plante "miracle"
Jean-Luc Bernard, éleveur de bovins, a déjà planté 114 hectares de silphie et prévoit de la semer sur l'ensemble de ses parcelles d'ici à 2021. L'agriculteur de 52 ans a récemment installé un méthaniseur à Dompaire.
Le coût d'implantation de la silphie - 3.600 euros par hectare selon la chambre d'agriculture d'Alsace - ne l'a pas découragé. "Pour le prix d'un tracteur, on plante de la silphie sur plus de cinquante hectares !", s'exclame-t-il, énumérant les économies en temps de travail réalisées au fil des années.
"On ne peut pas présenter la silphie comme une culture de demain pour remplacer le maïs, elle reste sensible au manque d'eau", nuance Marielle Stimpfling, conseillère en grandes culture à la chambre d'agriculture d'Alsace, région où la plante s'épanouit sur une cinquantaine d'hectares.
Entre l'absence de pluie au printemps et la sécheresse estivale, un apport en eau est nécessaire, "sinon elle ne va rien donner", selon la conseillère.
"En période de sécheresse, la silphie fera moins de rendement qu'une belle année, mais elle fera du rendement par rapport aux autres" végétaux, rétorque M. Perrein.
"Ce n'est pas la plante miracle", reconnaît-il, mais une première coupe mi-juin "donne aux agriculteurs une sécurité de fourrage avant les gros coups" de sécheresse qui les contraignent à acheter de la paille, explique-t-il.
Pour les chambres d'agricultures des Vosges et d'Alsace, la teneur en protéines de la plante reste toutefois insuffisante pour remplacer le maïs ou même le soja.
"La silphie remplit la panse, fait ruminer les bêtes, mais ne leur donne pas beaucoup d'éléments énergétiques", prévient Mme Stimpfling, qui lui reconnaît cependant de nombreux avantages pour la méthanisation. "On a très peu de recul sur cette plante" dont la seule littérature à l'heure actuelle date des années 1970, rappelle-t-elle aussi.
Autour des grands pétales jaunes de la silphie bourdonnent les abeilles d'une quinzaine de ruches, installées par un apiculteur au bord de la parcelle ce qui réjouit M. Perrein: "C'est une plante très mellifère et un abreuvoir pour les insectes et les oiseaux avec ses feuilles en coupole qui retiennent l'eau."
Selon l'AFP-Le Point- 14/08/2020 14:14:56 - Dompaire (France) (AFP) - © 2020 AFP

03/09/2020

Intérêt de l'urine humaine en agriculture...

L’urine contient des nutriments utiles aux plantes et pourrait réduire l’usage d’engrais chimiques. Reportage auprès d’agriculteurs et de chercheurs qui testent cet « engrais du futur ».
Et si l’urine des Européens remplaçait les engrais industriels d’origine minérale ? Connue depuis des siècles, mais abandonnée en Europe pendant la révolution industrielle, l’urine humaine est à nouveau considérée comme une alternative crédible aux engrais chimiques dans l’agriculture.

Outre la création d’engrais, recycler les urines permettrait aussi de limiter la pollution des eaux. Reste à construire les outils pour les récolter massivement, ce à quoi s’emploient déjà des entrepreneurs et inventeurs français. « Le Monde » est parti à leur rencontre.

Sources : Le système alimentation/excrétion des territoires urbains : régimes et transitions socioécologiques (Thèse de doctorat de Fabien Esculier)

Optimisation des cycles carbone, azote, phosphore en ville (Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains).uelle quantité d’urine utiliser pour fertiliser vos cultures de légumes ? (Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains)

Caractérisation des pratiques et des impacts de la gestion des matières de Toilettes Sèches Mobiles (Etude coordonnée par Toilettes du monde)

Etudes sur les risques et les règles d’utilisation des toilettes à séparation (OMS - en anglais)

Utilisation sans risque des eaux usées, des excreta et des eaux ménagères (OMS)

Protocole Toopi à Bordeaux

Entreprise Ecosec selon Le Monde

22/08/2020

Protéger les arbres autant que les pyramides...selon Mr Baraton.

Il y a en France des arbres plus vieux que tous les monuments historiques. Pourtant, ils ne bénéficient pas de protection juridique et n'ont pas la possibilité d'être patrimonialisé. Sur Europe 1, Alain Baraton, jardinier en chef du domaine national de Trianon et du grand parc de Versailles, plaide lundi pour que les arbres multicentenaires puissent être protégés au même titre que des monuments en pierre.
"Nos vieux arbres ne sont pas protégés"
"En France les arbres ne sont pas protégés par la loi. Un arbre millénaire, n'est pas protégé par la loi." Un état de fait qui révolte Alain Baraton puisque "cela veut dire que si un maire décide de le couper, il en a parfaitement le droit. C'est scandaleux."

Pour le jardinier en chef de Versailles, cela peut provoquer des drames : "En France, on continue de les maltraiter, de les couper pour des sottises." Et lorsque des voix, comme la sienne, demandent à les protéger, on lui répond "systématiquement qu'il y a d'autres priorités, que l'arbre est un être vivant et qu'à ce titre il est appelé à mourir et qu'on peut difficilement classer. Nos vieux arbres ne sont pas protégés et je le regrette."

Des arbres importants dans l'Histoire
Pourtant, "les arbres les plus anciens ont plus de 9.000 ans" explique-t-il. À ce titre, Alain Baraton juge qu'ils méritent "d'être protégés au même titre que les pyramides". L'arbre le plus vieux de France, un olivier, se trouve à Roquebrune-Cap-Martin : il est âgé de 2.000 ans. Rien qu'à Paris, le square Viviani abrite le plus vieil arbre de la capitale, un acacia, face à Notre-Dame de Paris. "Il a été planté par Jean Robin, jardinier d'Henri IV, c'est le doyen de Paris" et il a 400 ans. "Il faut les protéger", insiste le jardinier en chef du domaine de Trianon.
D'autant que certains arbres ont une histoire, liée à la grande Histoire. C'est le cas du cèdre du Liban du Jardin des plantes, introduit par le botaniste Bernard de Jussieu, qui a amené l'espèce en France et notamment ce "doyen des cèdres". Le marronnier du square Anne-Frank, lui, "est né du marron de l'arbre que voyait la petite depuis ses fenêtres de la maison d'Amsterdam". Ainsi conclut Alain Baraton, "quand on a la chance, comme à Paris, d'avoir des vieux arbres qui sont mis en valeur, il faut continuer à espérer que ça dure longtemps".

Selon Mr Guilhem Dedoyard - Europe 1 - lundi 10 août 2020

17/08/2020

Idées pratiques pour une transition alimentaire...

Dans la revue Happinez N° 50, un article a retenu mon attention concernant la transition alimentaire. Avec bientôt 9 milliards d'habitants, il est grand temps d'agir en utilisant de façon avisée notre carte de crédit. En effet, acheter des tomates en hiver, utiliser des fastfoods au lieu de cuisiner nous font vivre à l'envers et consommer en faisant croître notre empreinte carbone...

A travers des articles, des entretiens, des témoignages...nous puisons des idées pratiques pour lutter contre le gaspillage alimentaire, passer au zéro déchet, favoriser le végétal... En effet, un média d'information en continu dédié au développement durable nommé ID, supplément au magazine Idées Pratiques, vient de sortir son numéro 2. C'est un guide complet pour entamer notre transition alimentaire et apprendre à manger local et de saison, sans dépenser plus.

Pour se le procurer, aller sur le site: www.linfodurable.fr/boutique/idées-pratiques-2-lecologie-dans-nos-assiettes.

Lyliane

13/07/2020

Modification des habitudes alimentaires des français pendant le confinement...

Grignotage et canapé ou petits plats diététiques : tous les Français n'ont pas vécu le confinement de la même façon, montre une étude qui souligne l'influence du niveau de revenus, de la présence d'enfants dans le foyer et des conditions de travail.
Au total, la restriction des déplacements, la fermeture des écoles et de nombreuses entreprises et parfois aussi l'anxiété liée à la crise sanitaire a modifié l'alimentation et le niveau d'activité physique de plus de la moitié des participants (57,2%), selon cette étude de l'Equipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Eren), mise en ligne le 5 juin mais pas encore publiée.
35% ont pris du poids
Chez un gros tiers des personnes interrogées (37,4%), "le confinement a suscité (...) des comportements nutritionnels peu favorables à la santé qui, si maintenus sur le long terme pourraient accroître le risque de pathologies chroniques", concluent ces hercheurs, d'après les réponses de 37 000 participants à la vaste étude de santé publique Nutrinet.
 Alcool, tabac, drogue... Le confinement, une fabrique à addictions
Dans le détail, 35% ont pris du poids (1,8 kg en moyenne entre mars et mai), 53% ont diminué leur activité physique, 23% ont augmenté leur apport énergétique et 21% ont augmenté leur grignotage. Ce groupe a aussi eu tendance à consommer plus de sucreries, de biscuits et d'alcool et moins de produits frais, fruits et poisson en particulier.
Les participants présentant ce profil étaient plus souvent âgés de moins de 50 ans, des femmes, avec de plus faibles revenus, avec des enfants présents à la maison, en télétravail pendant le confinement, observent les chercheurs. "Ces modifications semblent liées à la perte d'opportunités liée au confinement" : fermeture des salles de sport, des restaurants et lieux de travail, et "accès limité aux lieux d'approvisionnement alimentaire habituels", analysent les auteurs.
Pour d'autres, l'occasion d'améliorer leur alimentation
Pour un participant à l'étude sur cinq (19,8%) en revanche, "le confinement a créé l'opportunité (...) d'améliorer leurs comportements nutritionnels". 23% ont ainsi perdu du poids (2 kg en moyenne), 19% ont augmenté leur activité physique et 40% ont passé davantage de temps à cuisiner "maison".
Ce profil se retrouve davantage chez des personnes en chômage partiel ou télétravail, avec des revenus plus élevés, sans enfants à la maison, et chez les personnes en surpoids ou obèses ou avec une alimentation de moindre qualité nutritionnelle avant le confinement.
Les auteurs y voient "une adaptation favorable à la situation entreprise par des individus ayant davantage les moyens et/ou les opportunités, et avec plus de marge de progrès au niveau nutritionnel ou encore des individus préoccupés par leur santé et leurs risques face à la Covid-19".
Enfin, un troisième groupe (42% des participants) n'a pas changé de comportement alimentaire, le plus souvent des personnes plus âgées, ayant continué à travailler en dehors de leur domicile ou déjà sans emploi avant le confinement.

Selon lexpress.fr - L'Express - vendredi 12 juin 2020

07/07/2020

Manger en conscience...ou le pouvoir de l'évocation.

Quel meilleur moment que le week-end pour prendre son temps, en rompant avec les repas sur le pouce de la semaine ? Invitée d'Europe 1 samedi, l'experte en gastronomie et ancienne journaliste culinaire Caroline Mignot présente une autre façon de déguster vos plats en prêtant attention à l'aspect sensoriel de la cuisine : le fait de manger en conscience. "C'est à la fois le regard sur ce qui se présente dans mon assiette, je scrute tout. Ensuite je sens. Les parfums se dégagent. Puis je commence à déguster. Là, il y a la 'mâche', le côté sirupeux, velouté, rugueux... Il y a une palette infinie et c'est ça qui me passionne avec les textures", décrit-elle.
"Cette volonté de prendre le temps"
>> Retrouvez toutes les émissions de Laurent Mariotte en replay et en podcast ici
"Je mange en conscience. Je l'ai appris avec les années à travers mon métier de journaliste et cette volonté de prendre le temps et d'être vraiment à ce que je fais", poursuit Caroline Mignot. Car pour cette amatrice d'odeurs et de textures, la cuisine et la gourmandise sont bien plus qu'une simple manière de s'alimenter. "C'est un outil de générosité et ça soulève beaucoup de sensations. Il y a le pouvoir de l'évocation derrière la gourmandise. Ça parle à tous, et moi c'est mon outil de communication préféré."
Le pouvoir des aliments
Ce "pouvoir" des aliments "d'évoquer plein de choses", Caroline Mignot appelle ça "les correspondances". Elle en donne un exemple, avec la senteur d'une grappe de tomates italiennes : "J'adore cette odeur de tiges de tomates. Les feuilles et les tiges ont une odeur très caractéristique. Un jour, j'avais porté un parfum que j'associais à cette odeur, alors que je sais que l'ingrédient est plutôt la baie de cassis, mais moi je l'associe à cette odeur de tiges de tomates."
 - Nos idées de recettes simples pour recevoir dix convives (maximum)
Sur son compte Instagram, la spécialiste de la cuisine s'amuse à parler de ces textures, comme elle l'a fait sur Europe 1 avec le fromage Comté : "Un Comté peu être ferme et souvent, ce que les gens recherchent dans un comté et ce qui s'accentue avec l'affinage, c'est le côté petits cristaux, ce truc qui croustille, tout fin, un peu fleur de sel et qui croustille sous la dent."

Selon Mr Jonathan Grelier - Europe 1 - samedi 6 juin 2020

18/06/2020

Cuisiner sans gaspiller...

Pesto de fanes de radis, bouillons d'épluchures… La popote "écoresponsable" se révèle utile, pendant le confinement et après. Il n'y a pas de revanche tardive. Voyez ces épluchures qui relèvent la tête, ces carcasses qui bombent le torse, ces tiges qui n'ont plus honte d'elles-mêmes… Les bien nommées parures alimentaires envisagent enfin leur avenir ailleurs qu'au fond d'une poubelle. Si elle existe depuis des dizaines d'années, la cuisine anti-gaspi prend tout son sens aujourd'hui, elle qui a ­toujours su comment cuisiner toutes les parties d'un même ­aliment, même celles qu'on envoyait d'office au vide-­ordures : ­trognons, ­pelures, croûtes, côtes, feuilles, noyaux, écorces, arêtes et os…
À l'aune de l'épreuve sanitaire que nous traversons et malgré les injonctions consuméristes, la ­popote "écoresponsable" n'a jamais semblé aussi nécessaire. Ce bon sens culinaire est à la fois essentiel à nos assiettes, à notre porte­feuille et à notre ­planète puisqu'il permet de ne pas ­gâcher la nourriture à l'heure où les chiffres de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) donnent la nausée : on jette en France 10 millions de tonnes de nourriture par an, soit 29 kilos par personne. Autant revoir notre copie par le menu. Et très vite.
L'art et la manière de donner plus de goût
"La cuisine écoresponsable, c'est déjà choisir la bonne quantité de nourriture pour éviter les restes puis, s'il y en a quand même, ­savoir les accommoder, explique Chloé Charles, cheffe indépendante qui excelle dans l'exercice. Il ne faut pas non plus acheter trop de nourriture pour éviter d'avoir des aliments périmés au frigo." En réalisant deux ou trois repas à partir d'un plat initial, on fait des économies sans pour autant mégoter sur la qualité et le goût. De quoi pousser à regarder d'un nouvel œil sa botte de radis : ses fanes peuvent devenir à la fois une soupe, un pesto, un coulis, un beurre-pommade aromatisé ou encore un condiment pour accompagner un poisson…

Le 'zéro déchet', c'est une sorte de jeu : on n'a rien à perdre à essayer!"
Les a priori ont pourtant la vie dure : beaucoup voient ces recettes "de peu" comme une cuisine au rabais, qui consisterait à reconvertir des aliments ­périmés ou mauvais au goût. "Les gens ­pensent qu'ils vont grignoter des os ou ont peur de ne pas savoir comment faire, poursuit la cheffe. Mais le 'zéro déchet', c'est une sorte de jeu : on n'a rien à perdre à essayer! Achetons des aliments de qualité, sourcés et de saison, pour les utiliser à 100% : agir ainsi, c'est respecter la hiérarchie de leur production et rendre hommage à l'être humain qui les a produits." Rayon légumes, cédons aussi aux charmes des "moches", ces ­légumes "non calibrés", que les grandes ­surfaces ou les ­restaurants huppés recalent souvent sous ­prétexte qu'ils sont tordus.
Oublier l'apparence pour se concentrer sur le goût d'une parure ouvre la porte à ­d'innombrables ­recettes malignes : réaliser des chips de pluches multicolores, un coulis de fraises avec les parties vertes du fruit, une mayonnaise aromatisée au vert d'un poireau… "C'est devenu à la mode mais ça renvoie simplement à la cuisine de nos grands-mères, estime Pierre Augé, de La Maison de Petit Pierre, à Béziers.
Il ne s'agit pas seulement de trouver une seconde vie à un ­ingrédient mais seulement de ne pas l'ignorer. Au restaurant, le moindre pain ­restant devient une chapelure." Le chef ne manque pas d'astuces : réaliser un granité en congelant l'eau des poires au sirop, monter l'eau des pois chiches en neige pour remplacer les blancs d'œufs dans une mousse au chocolat ou récupérer les restes de l'agneau pascal pour en faire un ragoût façon parmentier, en le faisant confire avec des olives vertes, des tomates, de l'oignon… Une philosophie des fourneaux qui plaît
Chez Chloé Charles, l'exercice est incontournable et l'imagination, sans limites. "C'est une cuisine de valeur ajoutée, insiste-t?elle. Elle donne deux fois plus de goût aux plats." Des épluchures de ­légumes? Elle en fait un bouillon qui servira à un pot-au-feu mais aussi à la cuisson des pâtes ou du riz. Le vert des poireaux? Il sert à humidifier naturellement les cuissons au four, inséré par exemple dans le coffre d'un ­poulet, pour que les blancs restent bien tendres. Des brioches ratées? Coupées en cubes, grillées au four, infusées dans du lait puis mixées, elles se transforment en une délicieuse soupe, façon crème anglaise…
Bouillons, fonds, fumets… Ces sacrées parures ont donné naissance aux sauces et aux jus, qui ont eux-mêmes créé tout le caractère, le goût et la renommée de la gastronomie française. Historiquement, ce sont aussi les ménagères qui adoptèrent ce réflexe bien avant les chefs, en période de pénurie, de guerre ou de crise économique. C'est ainsi que le pain perdu et les croûtons sont nés de la récupération du pain rassis, les bouillons de celle des os de volailles… Sans parler des traditionnels ­pot-au-feu ou hachis parmentier, inventés pour recycler la viande.
"On se pose la question pour chaque aliment. On jette très peu."
En Italie, une des recettes de la cucina povera consiste à remplacer le parmesan par des miettes de pain sautées à l'huile d'olive avec de l'ail. Un troc à la fois malin et délicieux.
Aujourd'hui, cette philosophie des fourneaux a pris un tour plus écologique qui séduit le grand ­public : en témoigne le succès des livres de recettes zéro déchet ou de "batch cooking", cette vieille technique consistant à préparer le dimanche de quoi manger pour toute la semaine. Les chefs aussi commencent à adopter le concept : on notera entre autres l'excellent livre du chef du Plaza Athénée, Romain Meder, Naturellement libre (Ducasse ­Édition), ou celui de Sonia ­Ezgulian, Antigaspi (Flammarion), où l'on trouvera les meilleures idées possible pour se lancer.
Dans les restaurants aussi, l'idée fait son chemin. Florent Piard en a même fait le 
fondement de ses deux adresses parisiennes:Les Résistants et L'Avant-Poste. On n'y travaille qu'avec des produits de petits producteurs éthiques et sourcés, et c'est la carte, ultra-flexible, qui s'adapte aux denrées disponibles. "On se pose la question pour chaque aliment, explique-t-il. On jette très peu. Nos restaurants existent grâce à cette vision des choses, qui peut se décliner chez les particuliers. C'est économique, ludique, écolo et très bon!" La cuisine "de peu" fait finalement beaucoup.
La recette de Chloé Charles : dips de chou-fleur aux épices. Ingrédients : 1 beau chou-fleur avec ses feuilles, 1 oignon, des épices au choix (curry ou moutarde, poivre, piment d'Espelette…), 1 ou 2 gousses d'ail, huile d'olive. Récupérer toutes les côtes avec les feuilles et le cœur du chou-fleur. Émincer le plus petit possible. Faire de même avec les oignons et râper l'ail. Mélanger ces deux préparations ensemble, avec les épices. - Mettre une bonne quantité d'huile d'olive dans une casserole. Y verser le mélange et laisser cuire tout doucement à couvert pendant 45min en mélangeant régulièrement. Mixer légèrement. Assaisonner cette purée avec du jus de citron ou un trait de vinaigre. Déguster comme condiment avec une viande ou le chou-fleur grillé ou à l’apéritif avec des légumes crus à tremper (radis, etc.).

Selon Mme Charlotte Langrand - leJDD - mardi 21 avril 2020

 

 

11/06/2020

Le pouvoir des bourgeons pour se soigner...

Mme Carole de Landtsheer dans Version Fémina s'intéresse à l'utilisation des jeunes pousses et bourgeons pour se soigner. Cette discipline naturelle, appelée gemmothérapie, serait en pleine explosion. Cette branche de la phytothérapie remonterait au Moyen-Age, si l'on en croit les écrits de la religieuse Hildegarde von Bingen, qui préconisait déjà le recours à certaines souches. Toutefois, il faudra attendre les années 60 pour que cette discipline, qui "considère les bourgeons, les jeunes pousses et les radicelles comme de véritables principes actifs, donne réellement naissance à une thérapie". Un médecin homéopathe belge, le Dr Pol Henry, fut à l'origine de cette renaissance de ce qu'on nomme aujourd'hui la "phytembryothérapie".

En règle générale,les indications des plantes sont les mêmes qu'en phytothérapie traditionnelle. L'avantage des bourgeons est qu'ils offrent une concentration élevée en principes actifs (micronutriments comme des oligo-éléments, des vitamines et des polyphénols), expliquent le Dr Françoise Couic-Marinier, naturopathe et le Dr Jean-Michel Morel, phytothérapeute. Il semblerait, selon eux,"qu'une solution de bourgeons est dix fois plus efficace que la teinture-mère d'une plante adulte". Il existe des macérats concentrés ou macérats mères (1 goutte par 10 kg de poids) et des macérats glycérinés D1 (50% de glycérine et 50% d'alcool). Seules les personnes en sevrage alcoolique doivent s'en abstenir.

La gemmothérapie s'inscrit dans des traitements au long cours (9mois au moins). C'est une alternative aux traitements médicamenteux induisant des effets secondaires. Par exemple, une cure de bourgeons de séquoïa est conseillée pour les  seniors, car elle améliore la souplesse articulaire et freine l'ostéoporose. Le bourgeon de cassis a des vertus anti-inflammatoires et remplace les corticoïdes. Son activité a été analysée et elle est réputée stimuler la sécrétion de cortisol. Contre les états anxieux en cette période de pandémie, le bourgeon de figuier associé au bourgeon d'aubépine régule la nervosité( cure de 3 mois environ). Le bourgeon de tilleul a des vertus sédatives et tranquillisantes. Il faut les prendre chaque soir une heure avant le coucher.  Même pour les enfants dès 30 mois et les femmes enceintes, les bourgeons sont indiqués. On trouve les bourgeons en vente libre dans les pharmacies. Mais il est mieux de consulter un naturopathe ou un homéopathe, si l'on est allergique ou atteint d'une maladie sérieuse.

Lyliane

 

17/05/2020

Un balcon rempli de plantes médicinales...

Dans Version Fémina, Mme Fabienne Colin nous suggère de jardiner sur nos balcons en s'appuyant sur l'expérience de Mme Adeline Gadenne, auteure de "Mon cahier cocooning avec les plantes" chez Solar et de Mme Mai Lan Beugnot, conseillère chez Jardiland. Elle nous présente tout d'abord le thym, bien connu pour lutter contre les infections ORL. C'est, en effet, un antibactérien et un antiviral reconnu. Cet arbrisseau résiste aussi bien au froid qu'au plein soleil. On l'arrose peu et on a l'habitude de mêler du gravier à la terre pour bien drainer l'eau.On le récolte toute l'année. Il est également possible de le faire sécher. En cas de rhume, de toux ou de bronchite, faire une infusion à prendre 3 fois par jour. Afin de doper l'immunité, on peut ajouter un bâton de cannelle, trois clous de girofle et le jus d'un demi-citron.

La menthe poivrée au goût frais et épicé, stimule l'activité du foie, ce qui aide à améliorer la digestion, notamment après un repas trop lourd ou trop arrosé. On la plante dans un endroit ensoleillé et elle est facile à entretenir. Si elle envahit trop, couper ses fleurs et la placer seule dans un pot. A la fin de l'automne, couper le pied à ras. On cueille les feuilles de menthe du printemps jusqu'en septembre. Pour les conserver, on peut les faire sécher à l'abri du soleil, puis les mettre dans un sac papier ou un récipient opaque. La mélisse, quant à elle, est une plante relaxante et persistante facile à cultiver. Associée à de la verveine ou seule, elle se consomme trois fois par jour pour juguler l''anxiété ou contre les troubles du sommeil.

Le romarin est réputé "être la plante des centenaires". Elle agit, en effet, contre la fatigue, le stress et détoxifie le foie. La plante se plaît en plein soleil et ne demande pas beaucoup d'eau. Par contre elle n'apprécie pas les grands froids. La plante fleurit au printemps et c'est une mellifère attirant les abeilles. On la consomme en toute saison, en tisane, dès qu'on sent une baisse d'énergie avec des cures de 3 semaines. Pour soulager les bobos cutanés ( brûlures, gerçures, coup de soleil, ampoules ou piqûres d'insectes), une plante grasse aux allures de cactus est souveraine. Il s'agit de l'Aloe Vera. La plante craint le froid mais n'est pas très exigeante. Couper une feuille et recueillit le gel translucide gélatineux en le débarrassant du latex jaune irritant. On l'applique 3 fois par jour. Ses feuilles vertes se conservent quelques jours au réfrigérateur. Quant au gel, le mieux est de le garder dans un bac à glaçons au congélateur.

Il est facile de se constituer à peu de frais une réserve de ces plantes médicinales sur un balcon. Alors,on commence à planter ces vivaces aux vertus reconnues...seule ou avec enfants ou petit-enfants?

Lyliane

09/05/2020

Zoom sur la laitue...

Dans le journal Nice-Matin, j'ai été intéressée par un article concernant la laitue. J'ai appris notamment que cette salade, originaire du Kurdistan, a été introduite en France au Moyen-Age. Du temps des Grecs et des Romains, la laitue était consommée pour préparer les estomacs avant un repas copieux. a la Renaissance, on en connaissait trois ou quatre variétés. En fait, il a fallu attendre les 17 et 18èmes siècles pour goûter aux laitues pommées. Puis d'autres variétés ont été développées grâce au forçage. Depuis 1960, les cultures sous serre ou sous tunnel ont permis le développement des laitues et leur consommation tout au long de l'année.

Sur le plan nutritionnel,la laitue apporte à notre organisme une grande variété de minéraux et d'oligo-éléments. le potassium notamment représente un tiers de ces minéraux. C'est une source importante d'acide folique (vitamine B9) qui joue un grand rôle dans le renouvellement des cellules de l'organisme. Grâce à son eau, la laitue contient seulement 13 calories pour 100g soit 1% de l'apport recommandé par les nutritionnistes. Cette salade est réputée calmer les inflammations douloureuses du foie, de la vésicule et des intestins. On la mange crue en salade assaisonnée avec huile et citron ou braisée avec des lardons par exemple.

Alors pourquoi ne pas apprendre à nos enfants à goûter à la laitue?

Lyliane

05/05/2020

Observations des oiseaux, papillons et insectes en hausse pendant le confinement...

Les observations réalisées par des naturalistes amateurs sont en forte hausse depuis le début du confinement.
Des merles, des moineaux, des mésanges bleues ou charbonnières, des pinsons des bois, des tourterelles… C’est un déluge de signalements qui s’abat cette année sur le site Oiseaux des jardins. Le programme de «science participative», créé en 2012 par le Muséum national d’histoire naturelle et la Ligue pour la protection des oiseaux, recueille tout au long de l’année les observations réalisées par des naturalistes amateurs depuis leur balcon, leur fenêtre ou leur jardin. Elles sont en forte hausse depuis le début du confinement - avec près de 14.000 nouveaux comptes créés sur la plateforme électronique. «Nous avons reçu 330.000 signalements depuis le 16 mars, un record! L’année se finira avec une masse de données exceptionnelle», se réjouit Frédéric Jiguet, chercheur au Muséum.
Ces observations, réalisées en ville ou à la campagne, vont rejoindre la base de données utilisée par les ornithologues pour mener à bien leurs recherches. De nombreuses études sur les oiseaux, les insectes pollinisateurs ou les papillons ont ainsi été menées grâce à la science participative. La dernière en date montre que les petits oiseaux agricoles comme le bruant ou le moineau friquet sont plus dépendants, en hiver, des mangeoires installées dans les jardins dans les régions où l’agriculture est intensive.
Une participation large du public est précieuse, précise Frédéric Jiguet: «Plus les données sont nombreuses, plus on pourra estimer avec précision la taille des populations d’oiseaux. Cela nous permettra par exemple de vérifier la présence du merle noir sur tout le territoire. Nous sommes inquiets de l’état de l’espèce dans certains départements où l’oiseau a été décimé il y a deux ans par un virus (non transmissible à l’homme).» Le décompte du grand public est d’autant plus attendu que les scientifiques sont confinés à domicile, et les campagnes de baguage des oisillons suspendues.
Aiguiser sa sensibilité
Nul besoin de connaître les oiseaux des jardins sur le bout des doigts pour participer au programme, il est accessible à tous. Sur le site internet, les espèces
à compter sont décrites et présentées sous forme de petites vignettes sur lesquelles il suffit de cliquer pour déclarer le nombre d’oiseaux repérés. Les signalements sont ensuite validés par des ornithologues expérimentés - submergés en ce printemps par la quantité de signalements reçus. Il n’est pas toujours facile de reconnaître le gobe-mouches gris ou de distinguer la mésange noire de sa cousine charbonnière, alors ils sont vigilants.
Au-delà de la hausse des signalements, cette pause forcée à nos balcons pourrait avoir d’autres vertus. «Prendre le temps d’observer la nature, même si ce n’est que quelques minutes par jour, est bon pour le moral, remarque Anne Dozières, directrice du programme de science participative du Muséum, Vigie-Nature. De nombreux participants nous disent que cela les aide à passer le cap du confinement.» Les défenseurs de la nature espèrent aussi que cette parenthèse permettra d’aiguiser la sensibilité écologique des nouveaux venus. C’est probable. Il a été observé que la participation à ces campagnes d’observation enrichit la connaissance des espèces, et conduit à l’adoption de comportements plus vertueux. Selon une étude, les participants à un programme d’observation des papillons ont ainsi tendance à changer leurs pratiques de jardinage au fil du temps, bannissant les pesticides et semant plus d’espèces riches en nectar.
Les données recueillies pendant le confinement devraient enfin aider à mieux appréhender les effets de cette période inédite sur la biodiversité. Quel sera l’impact à plus long terme de cette pause des activités humaines? Selon le président de la Ligue pour la protection des oiseaux, Allain Bougrain-Dubourg, certaines espèces animales auront profité d’un répit appréciable en pleine période de reproduction. «En l’absence de voitures, les hérissons, dont 1,8 million sont écrasés chaque année sur les routes, les reinettes, très sensibles à la pollution sonore, ou encore les crapauds, auront pu transhumer en sécurité, dit-il. Cette année aussi, les gravelots, ces petits oiseaux de bord de mer, pourront en Bretagne nidifier dans les cailloux sans être dérangés par la présence humaine.»

Il est possible d'approfondir le thème en se connectant sur  www.faune-france.org (Lyliane)

www.faune-france.org

Selon Mme Delphine Chayet - Le Figaro - jeudi 16 avril 2020

 

 

Les terroirs et leur intérêt en France...

Appréciés et revendiqués par le public, les terroirs font également l’objet d’enjeux dans une logique de mondialisation agricole portée par trois buts : faire du profit, tenter de nourrir tous les hommes, enfin, améliorer la qualité de la consommation.

Vieux mot utilisé pendant des siècles par les paysans, le « terroir » fait d’abord référence à la qualité intrinsèque des terres. S’y ajoutent les effets des conditions climatiques (position d’abri, ensoleillement) et topographiques (impact de la pente corrigé par des terrasses filtrantes, exposition).

Inscrit dans la filiation avec le pays, le paysage, le terroir référait au local, à la connivence séculaire entretenue génération après génération. Les terres arables furent longtemps travaillées et entretenues au rythme du pas du cheval, avec prudence.

Les marqueteries de terroirs conservées dans le Pays du Sel lorrain. Des prairies fauchées, puis des zones humides pâturées tardivement ; plus loin, des terres labourées sur les pentes faibles, du saltus qui a remplacé la vigne décimée à la fin du XIXᵉ siècle et, enfin, la lisière de la forêt. Cette diversité favorise le maintien de la biodiversité et crée une aménité des paysages. J.-P. HussonCC BY-NC-ND

Mosaïques productives

Transcrite dans les matrices cadastrales anciennes, la reconnaissance des qualités de sols relevait de l’expérience. Le terroir existait à une époque (en général avant 1960) où l’on utilisait peu d’intrants, peu de fumier, mais en ayant une conscience intuitive des bénéfices apportés par les objets connexes (haies, arbres épars, ripisylves).

Dans ce contexte, les sols de qualité – riches en humus bruns, à fine granulométrie et faisant bien percoler l’eau – formaient les meilleurs terroirs. Leurs performances étaient améliorées par les soins réguliers apportés.

Ils pouvaient être enrichis par des dépôts de lœss, voire l’apport du goémon sur l’arvor (le littoral) breton. En superposant la carte des lœss et celle des cathédrales gothiques, on voit que la fertilité des terroirs à blé francilien, picard et berrichon a facilité la construction du projet urbain en dégageant, dès le XIIIᵉ siècle, des surplus de récolte.

 
Le vignoble alsacien, étagé sur des pentes très raides. J.-P. HussonCC BY-NC-ND

À force d’avoir été remués et épierrés, les terroirs ont donné des sols faciles à travailler, même si les conditions initiales n’étaient pas toujours excellentes.

C’est le cas pour une multitude de vignobles de coteaux qui peuvent escalader des pentes fort raides, échelonnées en terrasses. Les terroirs évoqués dessinaient des mosaïques fines où la polyculture prospérait, accompagnée de productions spécialisées ; la garance fit ainsi la fortune du pays gersois au XVIIᵉ siècle ou encore la renommée de l’ail rose de Lautrec arrivée jusqu’à nous.

Le perdant des révolutions agricoles

Vers 1960, quand s’imposa la révolution agricole silencieuse débutée avec les Trente Glorieuses, le mot parut vieilli, obsolète. Cette réalité agraire entretenue depuis des siècles fut doublement malmenée.

D’abord, par la mécanisation et ses corollaires : le remembrement et l’essor de l’irrigation. Ensuite, avec l’apport massif des intrants organiques, minéraux, chimiques. La généralisation de ces apports permit l’envol des rendements. À titre d’exemple, le rendement du blé tendre est passé de 25 qx/ha. en 1960 à 65-75 qx/ha. actuellement.

La correction et l’amendement de quasiment tous les sols furent possibles. L’aventure conduite en Champagne crayeuse (dite alors « pouilleuse ») illustre cette transformation : après les pâturages ovins extensifs puis les reboisements en pins noirs d’Autriche du Second Empire, les plateaux furent métamorphosés par la grande culture céréalière.

Le paysage mosaïque à très grandes mailles de Champagne crayeuse. Le sol s’étend à perte de vue. Nourri d’intrants, il permet de pratiquer une culture très mécanisée en obtenant des rendements et une productivité élevés. Les bosquets ont ici presque tous disparus, de même que les éléments de biodiversité ordinaire. Jean-Pierre HussonAuthor provided

Le retour en grâce de l’authenticité

En partie tombé dans l’oubli, le terroir est désormais un objet agronomique réveillé. La profession agricole admet de plus en plus en effet la cohabitation de modèles productifs variés, voire opposés par les méthodes, les pratiques, les finalités… pourvu que de l’emploi soit préservé et que le territoire soit valorisé.

Désormais, des producteurs soutenus par les nouvelles exigences de la demande (produits de l’agriculture raisonnée, « bio », permaculture, vente par les AMAP, etc.) sont soucieux de se démarquer. L’objectif est de préciser l’origine, la traçabilité, la spécificité, enfin le savoir-faire qui accompagne l’élaboration de leurs produits.

Beaucoup se sont dotés de sites Internet pour mieux expliquer leur démarche, en présentant notamment l’exploitation comme un système bénéficiant d’une certaine autonomie. En cela, ils se démarquent de la standardisation imposée par les industries agroalimentaires, même si celles-ci revendiquent aussi la référence au terroir.

Dès lors, le terroir croise le souci de valoriser la biodiversité, qu’elle fut entretenue dans les paysages et les trames vertes et bleues ou encore exprimée par la défense conservatoire de races animales raréfiées ou d’essences arboricoles devenues confidentielles (avant 1914, il existait, par exemple, une centaine de sortes de mirabelliers en Lorraine).


 

Selon L'équipe de The Conversation France

ewsletter.

01/05/2020

Economie durable: il ne faudrait rien lâcher!

À l'heure de la propagation du COVID-19 - plus que jamais - l'écosystème européen public/privé ne doit pas se désintéresser de l'économie durable. La crise COVID-19 risque en effet de provoquer un nouvel attentisme envers les engagements pris, alors même que l'économie durable constitue la solution pour le capitalisme mondial post-COVID-19.
Journalistes, analystes ont commencé à comparer, classer les entreprises engagées sur la voie d'un « green new deal ». Et pour cause, nos dirigeants sont appelés à déterminer de nouvelles trajectoires de gouvernance faute d'union aujourd'hui pour une Europe verte, faute d'une gouvernance mondiale verte, faute d'une harmonisation des données d'investissement socialement responsable (ISR) au niveau européen. Nos leaders politiques n'ont pas admis que l'ère anthropocène jouerait un rôle central dans le renouvellement du capitalisme. Car, oui, le temps a changé. D'historique, il est devenu géologique. Il est celui de l'empreinte humaine sur la biosphère, celui qui invite à un rééquilibrage des activités dominantes sur la surface de la planète. Car, oui, il y a des excès de déforestation, d'industrialisation, d'urbanisation et les pandémies (SRAS, COVID19) se succèdent. Ces temps de crise peuvent appeler à renouveler nos pratiques écologiques sur le plan social, environnemental et mental comme le philosophe de la dé-construction Félix Guattari nous y invitait avec son concept "d'écosophie" pour recomposer une terre humainement habitable.

Aujourd'hui, « nous sommes en guerre » contre une crise sanitaire. L'Europe est désormais l'épicentre de l'épidémie, selon l'OMS. L'urgence appelle donc à se souvenir de l'ingéniosité de l'homo sapiens qui à coup de révolutions industrielles et de progressisme, a permis une amélioration de l'état de l'humanité.
Nous sortirons de cette crise. Mais nous devons nous rappeler aussi de notre extraordinaire capacité humaine à oublier, faire « table rase » du passé.
Post-COVID-19, il ne faudra donc rien lâcher sur l'Europe verte et l'économie durable. En l'absence de règles admises ou contraignantes, les pionniers devront montrer l'exemple au risque de surprendre. Ne rien lâcher, ne signifie pas jouer les Cassandre, c'est ne pas autoriser que la crise du COVID-19 entrave un défi inéluctable, celui de la transition vers l'énergie propre, celui d'une nouvelle trajectoire à notre modèle économique.
Face à l'urgence mondiale COVID-19, il s'agit de voir plus loin : la sortie de la crise, et les décennies qui nous attendent. Ne rien lâcher, c'est ce que demande l'Agence internationale de l'énergie aux gouvernements, d'abord. À l'origine de 70 % des investissements énergétiques mondiaux, les gouvernements doivent faire bloc et ne pas céder à la chute des prix des énergies fossiles issue de ce COVID-19.

Ne rien lâcher, c'est ensuite aux dirigeants que l'on pense
Ceux qui prenaient les risques d'intégrer pleinement l'impact écologique de leur entreprise à un moment où dégager de la sur-performance (de l'Alpha financier) avec des critères ESG (économiques, sociales et gouvernementales) n'allait pas encore de soi. C'était vrai avant la crise COVID-19. Ça le sera encore plus après.

Nous pourrons compter sur le premier classement des dirigeants en fonction de ce qu'ils nous inspirent par leurs démarches volontaristes et leurs engagements personnels. Certainement aussi sur une vague de « Name and Shame ». Quoiqu'il en soit, ces dirigeants qui ne lâcheront pas seront les pionniers d'un nouveau capitalisme plus équitable, plus soucieux des écosystèmes. À cet égard, la crise du COVID-19 sera l'épreuve de feu pour la planète. Le risque étant que le sauvetage des entreprises post-covid19 priorise à nouveau la seule maximisation des profits. Cette crise montre en effet à quel point notre société est vulnérable, tout comme nos écosystèmes financiers, face aux défis exogènes (environnementaux, sanitaires, montée des inégalités). Nos modèles ne prennent pas suffisamment en compte la contrainte entropique, ce qui fait courir un risque à un énième rebond de l'activité économique. Profitons-en bien pour affecter une partie des capitaux considérables qui vont être injectés dans l'économie au service du développement durable.

L'Europe doit donc s'y préparer et ne pas oublier qu'elle a des champions parmi les meilleurs sociétés de gestion d'actifs qui peuvent imposer une nouvelle culture du capitalisme. Ainsi, dans une récente publication réalisée par la Banque des Règlements Internationaux (BIS), « The Green Swan », était reconnu non seulement les impacts profonds et irréversibles du changement climatique sur les écosystèmes et la société, mais aussi l'arrivée d'une véritable rupture épistémologique dans la communauté financière : la nécessité pour les banques centrales d'agir en faveur d'une finance verte, gage de stabilité financière pour la planète.
Après la crise, viendra le temps pour nos dirigeants d'entreprise, nos asset managers, nos instances dirigeantes de prendre le virage de « l'or vert ». L'Europe devra alors aligner ses planètes autour d'un bien commun, la Terre. Une priorité pour notre planète et ses habitants ! Ici et maintenant.

____

Selon Mrs Bertrand Badré, ancien Directeur Général de la Banque Mondiale et CEO et fondateur de Blue like an Orange Sustainable Capital ; Bernard Michel, Président Viparis et Real Estech Europe et Camille Fumard, Head of Leadership Strategies chez JIN

Lundi vert: pourquoi ne pas prolonger l'expérience?

Le journal La Bannière de l'ONG Greenpeace fait le point concernant l'opération "lundi vert" qui était lancée il y a un an. Elle consiste à encourager le grand public à ne consommer ni viande ni poisson le lundi. Le bilan de cette année de test est encourageant: en effet, 87% des personnes interrogées ont déclaré vouloir poursuivre cette expérience. Gageons qu'elle portera des fruits à court terme et deviendra une habitude de vie!

C'est une bonne nouvelle certes car il s'agit de lutter contre la surproduction de soja pour nourrir les animaux et la surconsommation de viande par les habitants des pays développés. Ces excès ont une incidence catastrophique à la fois sur notre santé (obésité, cholestérol, maladies cardio-vasculaires) et sur l'environnement. Beaucoup de surfaces agricoles ont été, en effet, déforestées dans certains pays, afin de favoriser un élevage extensif. Quant à la surpêche, elle ne permet plus à la ressource de se régénérer; elle abîme les coraux et arrache les algues où vivent des colonies de petits poissons.

Pour s'informer à ce sujet, consulter le site Internet: www.greenpeace.bit.ly/lundi-vert.

Lyliane

30/04/2020

Propositions du parti socialiste pour l'économie du 21 ème siècle...

Plutôt que de réparer sans cesse des crises comme celle du Covid-19, la seule véritable assurance vie que l'on puisse transmettre aux prochaines générations est une politique de prévention en matière sanitaire et alimentaire.
Tribune. La pandémie de Covid-19 révèle l’extrême fragilité de nos sociétés et notre interdépendance planétaire, tragiquement dévoilées par la carence de biens essentiels en situation de crise. Nous redécouvrons par là même les enjeux stratégiques de l’agriculture et l’alimentation pour notre sécurité et notre souveraineté.

«Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner […] est une folie. Nous devons en reprendre le contrôle.» Lorsqu’il annonce des «décisions de rupture» le 12 mars, Emmanuel Macron est-il réellement convaincu de la nécessité de revoir en profondeur notre modèle de développement ? Est-il réellement prêt à abandonner le modèle néolibéral avec son capitalisme financier et son dogme du libre-échange ? Il y a dix ans, Nicolas Sarkozy dénonçait lui aussi «les dérives du capitalisme financier». Puis, dès que la crise a été oubliée, tout – ou presque – a recommencé comme avant !

Pour nous, socialistes, la crise actuelle ne doit pas être une simple parenthèse dans un modèle de développement qui nous conduit dans une impasse. Le Covid-19 est une alerte qui annonce d’autres crises sanitaires ou environnementales, liées au dérèglement climatique ou à la dégradation des écosystèmes et de la biodiversité. Nous ne pouvons plus nous contenter d’essayer de réparer nos erreurs passées : une politique de prévention apparaît désormais comme le meilleur des investissements, la seule véritable assurance vie que nous pouvons transmettre à nos enfants. C’est en ce sens que nous devons transformer nos modes de production et de consommation, notre façon d’habiter la planète. Dans le domaine de l’agriculture et de l’alimentation, trois leçons peuvent d’ores et déjà être tirées de cette crise.

Une seule santé, une seule planète
Il n’y a pas de santé de l’être humain sans santé du monde animal, du monde végétal, et par conséquent des sols. C’est le sens de l’initiative One Health («Une seule santé»), lancée au début des années 2000, qui vise à mieux affronter les maladies émergentes à risque pandémique en associant la santé humaine à celle de son environnement. Du fait de leur impact sur les écosystèmes, certaines pratiques agricoles, comme nos habitudes alimentaires, contribuent au risque d’émergence de nouveaux agents infectieux. Il est devenu indispensable d’organiser la transition vers des modèles de production et de consommation qui soient, au long cours, générateurs de santé.

Les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à s’engager dans cette voie. Il s’agit d’accélérer ce mouvement en organisant la transition de nos modèles agricoles vers des systèmes agroécologiques plus diversifiés et une alimentation plus territorialisée. La crise que nous traversons doit permettre le développement d’une «nouvelle révolution verte». Ce projet implique de repenser les liens entre territoires urbains et ruraux et de permettre une nouvelle alliance entre agriculture et société civile. Le droit à la souveraineté alimentaire

La crise révèle que l’agriculture et l’alimentation, comme d’autres biens essentiels, sont au cœur de notre indépendance et de notre sécurité. La nourriture n’est pas une marchandise comme les autres. En ne préservant pas le droit à la souveraineté alimentaire, associé à une solidarité fondée sur la coopération entre les différentes régions du monde, une erreur a été commise lors de l’intégration de l’agriculture dans les règles du commerce international (création de l’OMC en 1994, aujourd’hui accords de libre-échange type Ceta et Mercosur).

Nous devons inventer une nouvelle génération de traités fondés sur des règles équitables et qui s’inscrivent dans un nouveau multilatéralisme. Dans ce «monde en commun», la sécurité alimentaire de 10 milliards d’êtres humains en 2050 passe par la justice, la dignité des travailleurs de la terre et le respect de la diversité des agricultures dans le monde. De la même façon que l’Unesco a adopté le 2 novembre 2001 une Déclaration universelle sur la diversité culturelle (sur la pression notamment de la France), notre pays doit défendre auprès des Nations unies la reconnaissance d’une exception agricole et alimentaire.
Ni nationalisme égoïste ni prédation mondialisée mais le droit pour chaque pays à contribuer à la sécurité alimentaire commune. Une nouvelle régulation des marchés agricoles, basée sur le «juste-échange», peut se substituer au dogme du libre-échange. Car, comme l’avait souligné Edgard Pisani, «le monde aura besoin de toutes les agricultures du monde pour nourrir le monde».

Le temps de l’Europe: La dernière leçon de la crise sanitaire dramatique que nous vivons en direct est que nous ne trouverons pas seuls de réponse aux enjeux sanitaires, sociaux et écologiques du XXI siècle. C’est notre Europe, aujourd’hui inachevée, qui, dans ce monde dangereux, peut faire de l’éthique de l’entreprise et de l’action publique une boussole dans la globalisation. Le Green Deal européen, qui a pour objectif la neutralité climatique en 2050 dans le cadre d’une transition juste et inclusive pour tous, ne doit pas trahir ce qui est un authentique espoir pour les citoyens européens. Une des bases de la fondation de la communauté européenne fut la modernisation de l’agriculture dans le traité de Rome en 1957. Convaincus que les espaces ruraux ne sont pas une périphérie mais au cœur des enjeux de la modernité, nous affirmons que le temps est venu de bâtir une politique agricole et alimentaire commune pour le XXI siècle.

Cette nouvelle PAAC doit faire de la santé des sols, du refus de l’accaparement des terres, du partage de la valeur ajoutée, de la fin du gaspillage alimentaire et du renouvellement des générations les conditions même d’une agriculture à hauteur d’homme, capable de produire une nourriture de qualité pour tous. La mondialisation n’est pas comme dans la fiction libérale, heureuse «par nature». Elle peut le devenir dans un nouveau pacte de respect de la nature et des droits humains. Lutte contre le changement climatique, protection de la biodiversité, prévention de la malnutrition et des pandémies sont un même et seul combat. Il passe par une puissance publique régulatrice, protectrice de nos communs et garante de la justice. Ce sont les principes directeurs d’une politique de gauche pour l’agriculture et l’alimentation.

Signataires : Dominique Potier secrétaire national du Parti socialiste et député de Meurthe-et-Moselle, Olivier Faure premier secrétaire du Parti socialiste et député de Seine-et-Marne, Valérie Rabault présidente du groupe socialistes et apparentés à l’Assemblée nationale et députée de Tarn-et-Garonne, Patrick Kanner président du groupe socialiste et républicain au Sénat et sénateur du Nord, Eric Andrieu vice-président du groupe S&D au Parlement européen, Stéphane Le Foll maire du Mans 

28/04/2020

La bourrache, amie de la peau...

Dans TV Magazine, un article de Mme Sophie Lacoste attire notre attention sur une jolie plante à fleurs bleues, qui pousse souvent dans nos jardins et nos bords de nos chemins. On la cueille habituellement au printemps. En effet, la plante a de tout temps été utilisée en cure dépurative et diurétique. Riche en mucilage, la bourrache favorise également le transit intestinal. Elle contient aussi des vitamines A, B et C et surtout des sels minéraux en grande concentration. La présence d'alcaloïdes cependant empêche de la consommer sans discernement. Aussi, il convient de prendre conseil pour ajuster la posologie.

Mettre par exemple quelques feuilles dans la salade ou la soupe pour la consommer fraîche, mais l'article souligne le fait que pour profiter de ses bienfaits, on doit la préférer sous forme d'huile essentielle. Cette huile est anti-inflammatoire (utile en cas de polyarthrite rhumatoïde, d'inflammation des gencives et d'eczéma) et elle aide à garder un épiderme souple et ferme. En effet, c'est à partir des graines de bourrache, que l'on tire une huile précieuse, qui contient de l'acide gamma-linolénique, un acide gras de la famille des omégas-6. On la trouve soit sous la formed'une huile pour application sur la peau et sous forme de capsules à avaler en cures de plusieurs semaines.

24/04/2020

Les aliments à privilégier pour rester en bonne santé...

L’alimentation la plus saine et la plus facile à suivre est celle à index glycémique bas (régime Montignac).

La glycémie est la quantité de glucose (sucre) contenu dans le sang. Lorsqu’on est à jeun, la glycémie est d’environ 1 g de glucose par litre de sang [1].

Les aliments à index glycémique élevé provoquent une augmentation brutale du taux de sucre dans le sang. Or les pics de glycémie favorisent le stockage des graisses.

Une alimentation à index glycémique bas a pour objectif de :

  • Réduire votre risque de diabète de type 2
  • D’infarctus
  • De cancer
  • De pathologies des yeux
  • De perte auditive liée à l’âge
  • Réduire l’inflammation générale du corps
  • Perdre du poids
  • Augmenter votre durée de vie [2]

Comment calcule-t-on un index glycémique ?

En 1981, un chercheur du nom de Jenkins s’intéressa à l’allure des pics de glycémie dans les deux heures qui suivent l’ingestion d’aliments :

graphique taux de sucre sanguin et prise d'aliment glucidique
On voit des pics courts et sévères, ou doux et prolongés.

Ensuite, Jenkins a calculé la surface sous la courbe pour différents aliments (en haut à droite du graphique). Et pour les comparer facilement entre eux, il a rapporté leurs surfaces à celle d’un aliment de référence : le glucose pur.

L’index glycémique du glucose pur a été fixé à 100.

Comprendre l’échelle des index glycémiques

Le pain blanc et les pâtes ont un index glycémique entre 70 et 90. Ils sont donc moins hyperglycémiants que le glucose.

Le brocoli et la courgette ont un index glycémique inférieur à 20. Ils sont beaucoup moins hyperglycémiants que le glucose.

À l’inverse, on trouve le sirop de maïs (index glycémique 115 !) qui est encore plus hyperglycémiant que le glucose [3].

L’erreur que tout le monde fait avec l’index glycémique

Attention, les aliments sucrés n’ont pas nécessairement un index glycémique élevé. Par exemple, la carotte a un index glycémique de 16.

Inversement, une pomme de terre frite n’est pas sucrée mais son index glycémique est tout de même de 95 !

Il existe des centaines d’aliments variés à index glycémique inférieur à 50. Ainsi vous pouvez élaborer à l’infini des menus délicieux sans mettre à mal votre glycémie.

Je vais vous présenter les aliments les plus courants, ceux que vous pourrez acheter lors de votre prochaine visite au magasin.

Légumes à volonté

Voici donc les légumes à index glycémique bas, c’est-à-dire inférieur à 20.

L’avocat : champion du monde avec son index glycémique égal à 1 !

Le brocoli

L’aubergine

La courgette

Le concombre

La carotte

La betterave

L’ail

L’oignon

Le poireau

L’épinard

Le haricot vert

Le poivron

La salade verte

La tomate

Le persil

Le chou-fleur (et le chou de Bruxelles)

Le yaourt au soja (IG = 20) [4]

Enfin, je vous conseille les champignons (IG = 15). Et même le chocolat noir 85 % et plus dont l’index glycémique dépasse à peine 22.

La meilleure alternative à la pomme de terre

Il faut absolument citer la patate douce. Malgré son goût sucré, son index glycémique n’est que de 46. C’est excellent par rapport à la pomme de terre (IG = 70-95) [5].

Fruits et oléagineux à volonté : IG < 20

La framboise

Le cassis

Le citron

Les amandes

Les noix de Grenoble

Les aliments à index glycémique = 0

Les viandes et poissons ne contiennent pas de glucides. Leur index glycémique est donc égal à 0.

Le poulet, le bœuf, le jambon, la dinde, les œufs, les crevettes, le maquereau, la sardine et le saumon sont donc recommandés dans le régime IG.

Avec tout ça, vous allez pouvoir créer des menus pour toute l’année… en ayant la conscience tranquille !

Bien à vous,

Eric Müller




voici les sources :

[1] http://www.montignac.com/fr/index-glycemique/

[2] http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Regimes/Fiche....

[3] http://www.montignac.com/fr/rechercher-l-index-glycemique...

[4] 100 aliments IG à volonté, Angélique Houlbert, Thierry Souccar Editions

[5] http://www.montignac.com/fr/rechercher-l-index-glycemique...aliment

Cuisiner sans gaspiller ...

Pesto de fanes de radis, bouillons d'épluchures… La popote "écoresponsable" se révèle utile, pendant le confinement et après. l n'y a pas de revanche tardive. Voyez ces épluchures qui relèvent la tête, ces carcasses qui bombent le torse, ces tiges qui n'ont plus honte d'elles-mêmes… Les bien nommées parures alimentaires envisagent enfin leur avenir ailleurs qu'au fond d'une poubelle. Si elle existe depuis des dizaines d'années, la cuisine antigaspi prend tout son sens aujourd'hui, elle qui a ­toujours su comment cuisiner toutes les parties d'un même ­aliment, même celles qu'on envoyait d'office au vide-­ordures : ­trognons, ­pelures, croûtes, côtes, feuilles, noyaux, écorces, arêtes et os…
À l'aune de l'épreuve sanitaire que nous traversons et malgré les injonctions consuméristes, la ­popote "écoresponsable" n'a jamais semblé aussi nécessaire. Ce bon sens culinaire est à la fois essentiel à nos assiettes, à notre porte­feuille et à notre ­planète puisqu'il permet de ne pas ­gâcher la nourriture à l'heure où les chiffres de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) donnent la nausée : on jette en France 10 millions de tonnes de nourriture par an, soit 29 kilos par personne. Autant revoir notre copie par le menu. Et très vite.
L'art et la manière de donner plus de goût
"La cuisine écoresponsable, c'est déjà choisir la bonne quantité de nourriture pour éviter les restes puis, s'il y en a quand même, ­savoir les accommoder, explique Chloé Charles, cheffe indépendante qui excelle dans l'exercice. Il ne faut pas non plus acheter trop de nourriture pour éviter d'avoir des aliments périmés au frigo." En réalisant deux ou trois repas à partir d'un plat initial, on fait des économies sans pour autant mégoter sur la qualité et le goût. De quoi pousser à regarder d'un nouvel œil sa botte de radis : ses fanes peuvent devenir à la fois une soupe, un pesto, un coulis, un beurre-pommade aromatisé ou encore un condiment pour accompagner un poisson…
"Le 'zéro déchet', c'est une sorte de jeu : on n'a rien à perdre à essayer!"
Les a priori ont pourtant la vie dure : beaucoup voient ces recettes "de peu" comme une cuisine au rabais, qui consisterait à reconvertir des aliments ­périmés ou mauvais au goût. "Les gens ­pensent qu'ils vont grignoter des os ou ont peur de ne pas savoir comment faire, poursuit la cheffe. Mais le 'zéro déchet', c'est une sorte de jeu : on n'a rien à perdre à essayer! Achetons des aliments de qualité, sourcés et de saison, pour les utiliser à 100% : agir ainsi, c'est respecter la hiérarchie de leur production et rendre hommage à l'être humain qui les a produits." Rayon légumes, cédons aussi aux charmes des "moches", ces ­légumes "non calibrés", que les grandes ­surfaces ou les ­restaurants huppés recalent souvent sous ­prétexte qu'ils sont tordus.
Oublier l'apparence pour se concentrer sur le goût d'une parure ouvre la porte à ­d'innombrables ­recettes malignes : réaliser des chips de pluches multicolores, un coulis de fraises avec les parties vertes du fruit, une mayonnaise aromatisée au vert d'un poireau… "C'est devenu à la mode mais ça renvoie simplement à la cuisine de nos grands-mères, estime Pierre Augé, de La Maison de Petit Pierre, à Béziers.
Il ne s'agit pas seulement de trouver une seconde vie à un ­ingrédient mais seulement de ne pas l'ignorer. Au restaurant, le moindre pain ­restant devient une chapelure." Le chef ne manque pas d'astuces : réaliser un granité en congelant l'eau des poires au sirop, monter l'eau des pois chiches en neige pour remplacer les blancs d'œufs dans une mousse au chocolat ou récupérer les restes de l'agneau pascal pour en faire un ragoût façon parmentier, en le faisant confire avec des olives vertes, des tomates, de l'oignon…
Une philosophie des fourneaux qui plaît
Chez Chloé Charles, l'exercice est incontournable et l'imagination, sans limites. "C'est une cuisine de valeur ajoutée, insiste-t?elle. Elle donne deux fois plus de goût aux plats." Des épluchures de ­légumes? Elle en fait un bouillon qui servira à un pot-au-feu mais aussi à la cuisson des pâtes ou du riz. Le vert des poireaux? Il sert à humidifier naturellement les cuissons au four, inséré par exemple dans le coffre d'un ­poulet, pour que les blancs restent bien tendres. Des brioches ratées? Coupées en cubes, grillées au four, infusées dans du lait puis mixées, elles se transforment en une délicieuse soupe, façon crème anglaise…
Bouillons, fonds, fumets… Ces sacrées parures ont donné naissance aux sauces et aux jus, qui ont eux-mêmes créé tout le caractère, le goût et la renommée de la gastronomie française. Historiquement, ce sont aussi les ménagères qui adoptèrent ce réflexe bien avant les chefs, en période de pénurie, de guerre ou de crise économique. C'est ainsi que le pain perdu et les croûtons sont nés de la récupération du pain rassis, les bouillons de celle des os de volailles… Sans parler des traditionnels ­pot-au-feu ou hachis parmentier, inventés pour recycler la viande.
"On se pose la question pour chaque aliment. On jette très peu."
En Italie, une des recettes de la cucina povera consiste à remplacer le parmesan par des miettes de pain sautées à l'huile d'olive avec de l'ail. Un troc à la fois malin et délicieux.
Aujourd'hui, cette philosophie des fourneaux a pris un tour plus écologique qui séduit le grand ­public : en témoigne le succès des livres de recettes zéro déchet ou de "batch cooking", cette vieille technique consistant à préparer le dimanche de quoi manger pour toute la semaine. Les chefs aussi commencent à adopter le concept : on notera entre autres l'excellent livre du chef du Plaza Athénée, Romain Meder, Naturellement libre (Ducasse ­Édition), ou celui de Sonia ­Ezgulian, Antigaspi (Flammarion), où l'on trouvera les meilleures idées possible pour se lancer.
Dans les restaurants aussi, l'idée fait son chemin. Florent Piard en a même fait le fondement de ses deux adresses parisiennes, Les Résistants et L'Avant-Poste. On n'y
travaille qu'avec des produits de petits producteurs éthiques et sourcés, et c'est la carte, ultra-flexible, qui s'adapte aux denrées disponibles. "On se pose la question pour chaque aliment, explique-t-il. On jette très peu. Nos restaurants existent grâce à cette vision des choses, qui peut se décliner chez les particuliers. C'est économique, ludique, écolo et très bon!" La cuisine "de peu" fait finalement beaucoup.
Selon Mme Charlotte Langrand - leJDD - mardi 21 avril 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

18/04/2020

Avons-nous perdu le lien à la nature? selon Mr D. Hockney

 

 
LETTRES D'INTERIEUR

Jeudi 16 avril 2020

par Augustin Trapenard

 

Podcast  "Comme des idiots, nous avons perdu notre lien avec la nature..." - David Hockney

David Hockney est peintre. Il est né au Royaume-Uni. Dans cette lettre adressée à Ruth Mackenzie, directrice artistique du Châtelet, il esquisse les piliers d'une philosophie fondée sur la nature, l'amour et le réconfort. La diffusion de ce texte est accompagnée d'une oeuvre inédite de David Hockney.

"No. 153" - 5th April 2020 - iPad drawing
"No. 153" - 5th April 2020 - iPad drawing © David Hockney

Quelque part en Normandie, le 15 avril  2020

Chère Ruth, 

Nous sommes actuellement en Normandie, où nous avons séjourné pour la première fois l’année dernière. J’ai toujours eu en tête de m’organiser pour vivre ici l’arrivée du Printemps. Je suis confiné avec Jean-Pierre et Jonathan, et jusqu’ici tout va bien pour nous. Je dessine sur mon Ipad, un medium plus rapide que la peinture. J’y avais déjà eu recours voilà 10 ans, dans l’East Yorkshire, quand cette tablette était sortie. Avant cela, j’utilisais sur mon Iphone une application, Brushes, que je trouvais d’excellente qualité. Mais les prétendues améliorations apportées en 2015 la rendirent trop sophistiquée, et donc tout simplement inutilisable ! Depuis, un mathématicien de Leeds, en Angleterre, en a développé une sur mesure pour moi, plus pratique et grâce à laquelle j’arrive à peindre assez rapidement. Pour un dessinateur, la rapidité est clé, même si certains dessins peuvent me prendre quatre à cinq heures de travail.

Dès notre découverte de la Normandie, nous en sommes tombés amoureux, et l’envie m’est venue de peindre et de dessiner l’arrivée du printemps ici. On y trouve des poiriers, des pommiers, des cerisiers et des pruniers en fleur. Et aussi des aubépines et des prunelliers. 

J’ai immédiatement commencé à dessiner dans un carnet japonais tout ce qui entourait notre maison, puis la maison elle-même. Ces créations furent exposées à New York, en septembre 2019. Mais étant fumeur, je n'ai pas d’attirance pour New York et n’y ai jamais mis les pieds.

Nous sommes revenus en Normandie le 2 mars dernier et j’ai commencé à dessiner ces arbres décharnés sur mon IPad. Depuis que le virus a frappé, nous sommes confinés. Cela ne m’impacte que peu, mais JP et Jonathan, dont la famille est à Harrogate, sont plus affectés.

Qu’on le veuille ou non, nous sommes là pour un bout de temps. J’ai continué à dessiner ces arbres, desquels jaillissent désormais chaque jour un peu plus de bourgeons et de fleurs. Voilà où nous en sommes aujourd’hui.

Je ne cesse de partager ces dessins avec mes amis, qui en sont tous ravis, et cela me fait plaisir. Pendant ce temps, le virus, devenu fou et incontrôlable, se propage. Beaucoup me disent que ces dessins leur offrent un répit dans cette épreuve.

Pourquoi mes dessins sont-ils ressentis comme un répit dans ce tourbillon de nouvelles effrayantes ? Ils témoignent du cycle de la vie qui recommence ici avec le début du printemps. Je vais m’attacher à poursuivre ce travail maintenant que j’en ai mesuré l’importance. Ma vie me va, j’ai quelque chose à faire : peindre.

Comme des idiots, nous avons perdu notre lien avec la nature alors même que nous en faisons pleinement partie. Tout cela se terminera un jour. Alors, quelles leçons saurons-nous en tirer ? J’ai 83 ans, je vais mourir. On meurt parce qu’on naît. Les seules choses qui importent dans la vie, ce sont la nourriture et l’amour, dans cet ordre, et aussi notre petit chien Ruby. J’y crois sincèrement, et pour moi, la source de l’art se trouve dans l’amour. J’aime la vie.

Amitiés

D. David Hockney

16/04/2020

Prendre soin de la planète malgré le confinement....

Même depuis son canapé ou son bureau de télétravail, il est possible de poursuivre ses actions pour préserver notre environnement. Voici la seconde partie de la sélection (non exhaustive) de «Libération».
Retrouvez tous les samedis dans la chronique «Terre d’actions» des initiatives pratiques et écolos en France et dans le monde.
La première liste vous a plu ? Vous en voulez encore ? Vous avez peut-être lu, entre-temps, cette tribune ou encore cette interview qui expliquent pourquoi crise environnementale et sanitaire ne doivent pas être dissociées. Alors voici cinq autres idées de petits et grands gestes à faire en faveur de l’environnement, tout en restant chez soi.
N°1 : Apprendre à faire ses cosmétiques et produits ménagers
Découvrez le monde merveilleux des cosmétiques et produits ménagers faits maison. Moins chers, meilleurs pour l’environnement (moins de déchets) et pour la santé (moins de produits chimiques), ils durent aussi plus longtemps, et surtout, une fois terminés, rendent fiers. Sur Internet, de nombreux blogs offrent des recettes pour créer shampoings solides, déodorants, lessive ou même pastilles W.C. On recommande les bons plans du site et livre de «la Famille zéro déchet», ou encore le prolifique groupe Facebook "les Ecolos bio zéro déchet"Pour trouver les ingrédients, direction le site Aromazone. Pas convaincus ? Voici alors des conseils pour s’y retrouver dans la jungle des labels bio pour cosmétiques. 

N°2 : Changer de fournisseur d’électricité
Au premier abord, cela semble compliqué. Et puis, on ne sait pas chez qui aller. Pourtant, depuis l’ouverture du marché européen de l’électricité en 2007, bien choisir son fournisseur est devenu un acte citoyen. Pour aider à s’y retrouver, l’ONG Greenpeace, très engagée pour la sortie du nucléaire, a établi un classement des entreprises en fonction du pourcentage de renouvelables et de nucléaire dans leur approvisionnement. En tête de liste, on trouve Planète Oui, Enercoop, Plüm Energie, Urban Solar et Ilek. Et, en bas de classement, Engie happ-e, EDF Sowee et Total Spring, entre autres. A chacun ensuite de choisir le fournisseur qui lui convient le mieux. Cela ne prend, sur Internet, on l’a testé, que quelques minutes pour changer. Cela marche aussi pour le gaz renouvelable (et non naturel) avec des fournisseurs comme ekWateur.

N°3 : Faire un bilan de sa consommation d’électricité
Tant qu’on y est, pourquoi ne pas s’engager dans le gros chantier de la transition écologique : la baisse de la consommation d’énergie, et donc, la rénovation des bâtiments ? Pour poser les bases, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) propose un test intitulé «Maîtrisez-vous bien votre consommation d’électricité ?» Avec des bons plans pour réduire sa facture. Pour ceux qui veulent aller plus loin et se pencher sur la rénovation thermique de leur logis, l’agence publique Faire donne toutes les informations nécessaires et peut mettre en contact avec des conseillers gratuits. Et comme cela représente souvent d’importants investissements, le ministère de l’Economie rappelle toutes les aides financières publiques qui existent

N°4 : Se (re)mettre au tricot ou au crochet
En fonction de la météo, surtout pour les lecteurs ultramarins, certains préféreront le crochet au tricot. Pour d’abord faire des conceptions uniques à arborer fièrement, pour se relaxer et surtout pour reprendre le contrôle sur son placard face à la fast fashion, reprendre les aiguilles en main permet aussi de soutenir la filière laine française qui tente, tant bien que mal, de survivre face à la concurrence chinoise et turque. On trouve nos modèles sur Laines-Cheval-Blanc, Phildar ou Drops (pour les anglophones). Et notre laine française chez la Scop Ardelaine ou la filature Fonty.

N°5 : Compter les oiseaux et papillons dans son jardin
Tout en profitant du soleil, vous participerez à la marche de la science. Faire l’expérience de la nature, se reconnecter avec elle «non seulement avec sa tête, mais aussi avec son corps, ses émotions, ses affects» est «essentiel pour sauvegarder la biodiversité», expliquait Anne-Caroline Prévot, directrice de recherche CNRS au sein du MNHN, dans une précédente chronique du Fil vert. Les sciences participatives peuvent nous y aider. Il faut pour cela un jardin, quelques oiseaux qui s’y promènent, ou des fleurs qu’apprécient les insectes, un carnet pour écrire ou une application mobile comme Birdlab pour les bêtes à plumes. Pour aider les biologistes français dans leur inventaire de la biodiversité mal en point, retrouvez toutes les infos sur Vigie-Nature.

Selon Mme Aude Massiot - Liberation - samedi 28 mars 2020

15/04/2020

Légumes et fruits de saison à déguster sans modération...

Nous sommes nombreuses et nombreux à cuisiner davantage pendant le confinement. Mais le rush sur les pâtes, le riz et la farine ne doit pas pour autant nous faire oublier les fruits et les légumes de saison. Tout d'abord, il y a les asperges, un aliment printanier, dont les vitamines C et B, les minéraux comme le potassium, le fer, le magnésium sans oublier les fibres et les protéines ne sont pas négligeables. Bouillie ou cuite à la vapeur, l'asperge se consomme dans les 24 h car elle s'oxyde rapidement. Les épinards de leur côté sont une mine d'antioxydants, riches en chlorophylle. On les mange crus en salade ou cuits à la vapeur.

Les radis dont les fanes se consomment en potage ou sautées comme des épinards réunissent beaucoup de nutriments dont la vitamine C (100g couvriraient 30% de nos besoins). Les petits pois ensuite, qui sont une légumineuse riche en protéines( 6g pour 100g), se cuisinent en jardinière avec des carottes et se digèrent facilement. C'est également le plein moment des artichauts, qui regorgent de vitamines B9 et de minéraux (manganèse, fer, cuivre et magnésium...). Bons pour le foie, ils se mangent cuits et se consomment dans les 24h.

Les fraises, faibles en calories, apparaissent sur nos étals. La fraise  apporte autant de vitamine C qu'une orange, mais elle est riche en glucides. On la mange le plus souvent telle quelle ou en tartes. Quant à la rhubarbe, légume et fruit à la fois, elle est pauvre en calories. Son goût est acidulé. Favorisant les vitamines A,B, C,E et K, elle est riche en bétacarotène et comporte beaucoup de fibres. Toutefois, ne consommer que les côtes car les feuilles sont toxiques. Sa consommation se fait habituellement chez nous en mode sucré (tarte, compote, gelée).

N'oublions pas non plus les aromates comme la ciboulette, le basilic, le thym, la coriandre, le persil, l'aneth, qui relèvent les plats et ont des vertus digestives en même temps. Consommés fraîs, leurs qualités gustatives sont décuplées. Alors, n'hésitons pas à croquer ces fruits et légumes du printemps!

Lyliane

 

08/04/2020

Circuits courts: le Val de Loire s'organise!

701 produits du territoire référencés et 60.000 visites sur le site Internet Produits-frais-locaux-centre-valdeloire.fr en trois jours. Le nouvel outil collaboratif, lancé par le Centre Val de Loire pour donner une bouffée d'oxygène aux producteurs et aux commerçants en période de confinement, bénéficie d'un démarrage allant au-delà des espérances de la collectivité. Le chiffre d'un millier de produits proposés, qui constituait l'objectif initial de la région présidée par François Bonneau, devrait être atteint dès le 10 avril. A la clé, une large palette de fruits, légumes, laits, œufs, viande et volailles accessibles en quelques clics. Réparties géographiquement, les denrées fraiches peuvent être livrées ou récupérées sur place.

Cet immense marché régional dématérialisé est encore enrichi par le référencement exhaustif des autres initiatives de circuits courts d'alimentation déjà existants à l'échelle des communes et des départements. Achats groupés, drives fermiers, paniers de producteurs : une cinquantaine de dispositifs fonctionnent déjà en Centre Val de Loire. Pour accroître la notoriété de sa plateforme, la région investira par ailleurs 70.000 euros en communication dans les médias locaux. Calendrier oblige, ces campagnes mettront notamment en valeur les produits consommés autour de Pâques, comme l'agneau du Berry. Les secteurs de production les plus touchés bénéficieront également d'un coup de pouce promotionnel.

Fleurs et formages de chèvres dans l'œil du cyclone:
Plusieurs filières agricoles du Centre Val de Loire sont plus particulièrement touchées par la baisse de clients résultant de l'épidémie de Covid 19. Il s'agit au premier chef de l'horticulture qui vient seulement de récupérer l'autorisation de vendre en GMS et ne peut plus écouler ses produits depuis la fermeture des fleuristes le 15 mars. D'après Philippe Noyau, président de la Chambre régionale d'agriculture, le manque à gagner pour les quelque 200 producteurs de fleurs du Centre Val de Loire avoisinerait 100 millions d'euros. Autres producteurs sinistrés les éleveurs caprins et les viticulteurs dont les débouchés à l'exportation se sont taris. Les exploitations de fraises et d'asperges de Sologne, pour lesquelles la saison de récolte approche, connaissent quant à elles une pénurie de main d'œuvre saisonnière qui menace une partie de la production.

Outil durable de consommation:
Pour le président de la région, cet accueil favorable des professionnels et des consommateurs valide la stratégie de la région en faveur des circuits cours et la pousse à enfoncer le clou. « Au même titre que la relocalisation de certaines entreprises, cette crise sanitaire aura après coup une incidence favorable sur l'écosystème agricole régional, assure François Bonneau. De fait, elle met en exergue le bien-fondé de manger des produits locaux, frais et sains, au détriment des marchandises issues de pays lointains ou consommées hors saison ». Conséquence, la plateforme ponctuelle Produits-frais-locaux-centre-valdeloire.fr sera adaptée et pérennisée dans la durée. Également au programme, le lancement, déjà dans les cartons mais désormais accéléré, d'une marque régionale autour de l'alimentation l'été prochain. Le nouveau label, dont l'identité n'a pas été révélé, mettra en relief la beauté et la grandeur du Centre Val de Loire, indique simplement François Bonneau.

Alors qu'attendent les autres régions françaises pour s'y mettre aussi? Et les Présidents des autres régions, les syndicats agricoles pour lancer des initiatives similaires, afin de préparer dès aujourd'hui le "monde d'après".(Lyliane)

Selon Mr Guillaume Fischer, à Tours - La Tribune - dimanche 5 avril 2020