Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2019

Un jeu solidaire du Secours Populaire français...

Don'actions : Le jeu solidaire du Secours populaire français. PLUS VOUS JOUEZ, PLUS VOUS NOUS DONNEZ LES MOYENS D'AGIR, PLUS VOUS
MULTIPLIEZ VOS CHANCES DE GAGNER !
 
 
Jouez vite en ligne et tentez votre chance tout en venant en aide
aux personnes les plus démunies.
 
 
De magnifiques cadeaux en jeu à gagner !
 
1 séjour d’une semaine pour 2 en France
1 lave-vaisselle
1 tablette
1 carte CADO de 150 €
 
 
JE PARTICIPE
 
PARTAGEZ : FACEBOOK TWITTER PARTAGE E-MAIL
 

21/02/2019

La restauration dans les cantines: on pourrait mieux faire!

Un article de Mme Clarisse Guiraud dans US magazine concerne les six millions de repas servis chaque jour dans les cantines scolaires. Et le bilan fait est assez mitigé! En effet, si certains enfants ont "la chance de pouvoir goûter des mets mitonnés sur place avec un personnel suffisant, à partir de produits locaux, de saison et bio, d'autres en revanche doivent se contenter de plats fabriqués avec des techniques industrielles dans des cuisines centrales, où ils sont réchauffés au dernier moment".

La Sodexo par exemple, implantée dans près de 6000 écoles et universités, est le leader du marché et 20% de son chiffre d'affaires se fait dans le monde éducatif. En France, 970 cuisines centrales sont gérées par des grands groupes privés. Le transport des aliments vers les écoles se fait la plupart du temps dans des barquettes en plastique, produisant beaucoup de déchets non recyclables. Il serait sans doute possible de prendre des contenants en inox, verre ou céramique plus durables et moins nocifs. Car, malgré les normes sanitaires et diététiques, par souci d'hygiène on privilégie souvent les produits congelés ou transformés avec des sauces au détriment du frais.

L'article signale la forte présence des lobbys de la viande et des produits laitiers dans les groupes de restauration collective. Ils cherchent à travers des kits pédagogiques à orienter la consommation des jeunes. Pourtant, la loi alimentation, votée l'été 2018, fixe l'objectif de 20% de produits bio dans les cantines et d'ici à 2020, un seuil de 50 % de produits locaux. Mais la recommandation reste très floue. Les desserts semblent encore trop sucrés et la qualité nutritionnelle des fruits et légumes assez médiocre. Il y aurait pourtant possibilité de toucher des producteurs locaux et de faire agir des parents d'élèves pour exiger plus de qualité. Heureusement, des élus locaux refusent de céder à la facilité et cherchent des solutions pour augmenter la qualité des repas servis aux enfants.

Groupements d'achat, gestion directe, circuits courts seraient pourtant des solutions! Des campagnes de sensibilisation des élèves pour réduire le gaspillage et de formation des personnels de service pour diminuer les déchets et rechercher la qualité sont souvent efficaces. Aux parents aussi de s'impliquer pour que leurs enfants mangent mieux à la cantine!

Lyliane

 

19/02/2019

Des plateformes dédiées aux projets ESS...

Les plateformes de financement participatif sont une véritable alternative au financement traditionnel des banques et des investisseurs privés. Ils sont simples et moins coûteux et favorisent le lien social, la proximité. Ils permettent notamment de s'adresser directement au financeur.  C'est donc tout naturellement, écrit un journaliste de la MGEN, mutuelle des personnels enseignants, que certaines plateformes de crowdfunding se sont spécialisées dans le soutien aux projets de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS) ou d'intérêt général.

Par exemple, sur son site Internet, l'Avise (portail de développement de l'ESS, partenaire de nombreux acteurs du secteur) en présente quelques-unes, parmi lesquelles Arizuka, le premier site de crowdfunding entièremennt dédié à l'intérêt général, Bulber, qui encourage les initiatives de solidarité internationale, la plateforme Prêt de chez moi, mise en place par la coopérative financière La Nef pour le financement de projets en Rhône-Alpes ou encore Graine de Start, qui se concentre quant à elle sur des projets bourguignons d'utilité sociale.

On peut citer également 1001pact.com, première plateforme d'investissement participatif dédiée au financement de l'entrepreneuriat social et des entreprises de l'ESS, et Wedogood.co, spécialisée dans les projets à fort impact sociétal. Toutefois, même s'il s'est construit en réaction à la toute-puissance du système bancaire, le financement participatif semble, lui aussi, avoir sa part d'ombre. Dans un rapport de février 2017, l'UFC Que Choisir dénonce les promesses de rendements surestimées de certaines plateformes, parmi lesquelles Lendix ou Unilend, les leaders du prêt aux PME. Prudence donc!

Lyliane

12/02/2019

Parrainer un enfant pour contribuer à lui redonner le sourire....

Plusieurs associations organisent des parrainages d'enfants comme Pomme Cannelle, Enfance et Partage, Vie et Action… Aujourd'hui, je m'intéresse plus particulièrement à l'association "Nos petits frères et sœurs" qui agit depuis de nombreuses années en faveur des enfants vulnérables, notamment en Haïti, au Honduras, au Guatemala et au Pérou, après avoir lancé des opérations en Bolivie, au Mexique, en République Dominicaine, au Nicaragua et au Salvador...

Le parrainage est une façon d'ouvrir son cœur à un enfant, que l'association essaie de sauver de la misère des rues ou de la précarité sociale. Pour prendre soin de chacun d'eux et leur apporter un soutien financier comme affectif, le parrainage est une bonne solution. En versant 30 euros minimum par mois pour un filleul choisi sur photo, on peut contribuer à son bien-être, lui permettre de manger, de s'habiller et d'aller à l'école…

Il suffit d'envoyer une demande de dossier via le site www.nospetitsfrereset soeurs.org, de téléphoner au 01 60 34 33 33 ou même d'envoyer un courrier (8, rue des Prés-Saint-Martin-77348 à Pontault-Combault Cédex ou un mail à Mme Séverine Leroy par info@nospetitsfreresetsoeurs.org. Le prélèvement automatique est le moyen de paiement le plus simple et rapide. A tout moment, il est possible de changer le montant ou d'arrêter. Alors, pourquoi ne pas parrainer un enfant?

Des échanges peuvent avoir lieu avec les filleuls pour mieux les connaître et découvrir leur pays. Parler de soi et se présenter est également un excellent moyen d'établir un contact direct. Ce lien de cœur avec un enfant procure beaucoup de joie pour chacune et chacun. C'est comme une extension de la famille, un lien indéfectible plein de tendresse qui s'établit. Grâce aux contributions des marraines et parrains, l'association veille à l'éducation, à la santé et à l'avenir de ces enfants qu'elle recueille souvent dans des foyers.

Lyliane

 

11/02/2019

Coiffer bénévolement ceux qui vivent dans la rue...

Mme Coralie Bonnefoy raconte dans le journal La Croix du 23/11/2018, pourquoi elle est allée interviewer Mr Kevin Ortega, âgé de 29 ans et habitant Aubagne (13). Ce jeune homme, en effet, durant ses jours de congés parcourt les rues d'Aubagne, de Marseille, Toulon, Aix ou La Ciotat, pour coiffer et tailler la barbe des sans-abri. Il baptise cette action:"Coiff in the street". Entre avril et juin, il a coiffé environ 500 personnes.

Cela a permis à Mr Ortega de toucher du doigt la pauvreté qui frappe notre pays et de prendre du recul sur la vie. Il sait désormais où retrouver les SDF et a établi un lien social avec eux. Lui-même a été inspiré par la vidéo d'un coiffeur qui fait quelque chose de similaire en Angleterre. Il espère que son exemple fera tache d'huile dans notre pays.

Pour toute information, contacter sur facebook: www.facebook.com/coiffinthestreet/

Lyliane

10/02/2019

Peut-on sauver la planète grâce à une autre alimentation?

Des chercheurs disent avoir mis au point un "régime alimentaire idéal", qui consiste notamment à doubler la consommation de noix, de fruits, de légumes et de légumineuses, et à réduire de moitié celles de viande et de sucre.

Comment nourrir sainement 10 milliards d'humains d'ici 2050 tout en préservant la planète ? En divisant par deux la consommation mondiale de viande rouge et de sucre et en doublant celle des fruits, des légumes et des noix, répondent jeudi 17 janvier des spécialistes dans un rapport (en anglais) coréalisé par la revue médicale The Lancet et l'ONG Fondation EAT.
Ce rapport, qui a mobilisé pendant trois ans 37 experts de 16 pays, établit un "régime de santé planétaire", dont le but est de garantir un "équilibre entre les besoins en matière de santé humaine et les impacts environnementaux". "Les régimes alimentaires actuels poussent la Terre au-delà de ses limites et sont source de maladies : ils sont une menace à la fois pour les gens et pour la planète", écrivent les auteurs.


De quoi éviter "11 millions de décès" par an
Pour protéger sa santé et l'environnement, il faudrait, selon eux, consommer chaque jour en moyenne 300 grammes de légumes, 200 grammes de fruits, 200 grammes de graines entières (riz, blé, maïs, etc.), 250 grammes de lait entier (ou équivalent), mais seulement... 14 grammes de viande rouge, soit dix fois moins qu'un steak de taille classique. A défaut de viande rouge, les protéines pourraient provenir de la consommation de volaille (29 g), de poisson (28 g), d'oeufs (13 g) voire de noix en tout genre (50 g), préconisent ces experts. Selon eux, un tel régime permettrait d'éviter environ "11 millions de décès prématurés par an" dans le monde, soit un cinquième du nombre total de morts, alors que la population mondiale atteindra 10 milliards d'individus d'ici 2050. Il serait également bon pour la planète, puisque "la production alimentaire mondiale menace la stabilité de notre système climatique et [nos] écosystèmes".


Un régime adaptable selon les régions du monde
Au niveau mondial, ce régime passe par "un doublement de la consommation d'aliments sains tels que les fruits, les légumes, les légumineuses et les noix". A l'inverse, il faut "réduire de plus de 50% la consommation d'aliments moins sains, tels que les sucres ajoutés [par exemple dans les sodas] et la viande rouge", et éviter les aliments hautement transformés.
"Cela ne signifie pas que la population mondiale devrait manger exactement le même ensemble d'aliments", soulignent les spécialistes. Plutôt que définir un régime unique, ils ont fixé des "fourchettes d'ingestions recommandées par groupes d'aliments". Ce "régime complet" pourra être adapté localement selon "la culture, la géographie et la démographie".

Selon France-info

08/02/2019

Des architectes s'engagent pour rénover des logements précaires...

Une association d'architectes collecte les matériaux non utilisés des chantiers ou des magasins, afin de s'en servir pour la rénovation de logements ou de centres d'hébergement, écrit Mr Antoine Peillon dans le quotidien La Croix du 14/12/2018. Trois femmes, en effet, Mme Gwenaëlle Rivière, diplômée DPLG en région parisienne, Mme Clothilde Buisson, travaillant en micro-architecture et Mme Clara Piolatto, doctorante en architecture au CNRS ont crée l'association "Faire avec " pour lutter contre la précarité énergétique, selon la Fondation Abbé Pierre.

Pour lutter contre le mal-logement, elles ont eu l'idée d'utiliser les matériaux inexploités en fin de chantier ou issus de surplus de magasins. Aussi carrelages, parquets, lampes de récupération permettent le réemploi de matériaux de construction. Depuis, un pavillon d'exposition a été réalisé dans le cadre du festival "Abris de fortune"  au centre culturel du château de Goutelas (loire), un local commercial a été transformé en café-bar, à  Paris, un abri dit "la Cabane cévenole" a été réalisé avec un budget minimum grâce à ces matériaux de récupération. Les membres de l'Association cherchent à assembler harmonieusement ces matériaux disparates.

L'Association "Faire avec"  est lauréate 2018 du Prix de la Fondation Cognacq-Jay, lequel encourage l'innovation au service de l'intérêt général. Pour tout renseignement, s'adresser sur Internet à : www.faireavec.fr.

Lyliane

05/02/2019

La technologie pour veiller sur les sans-abri...

Selon un article de Mme Aurore Harrouis dans la revue "Nous", depuis plusieurs mois le laboratoire d'arts numériques La Bulle et le Secours populaire français des Alpes Maritimes (06) travaillent à Nice avec des étudiants d'EPITECH et de l'EDHEC ainsi que des élèves infirmiers sur un projet de poncho, une sorte de couverture de survie connectée, à destination des sans-abri.

Le projet était parti d'un hackathon organisé par la Ville de Nice en novembre 2017, un marathon numérique ancré sur des solutions mobiles autour de la santé. Après avoir imaginé plusieurs applis, les participants se sont mis d'accord pour créer un "cocon apportant confort et compagnie" aux personnes SDF. Ce poncho à la fois les protègerait du froid, mais participerait aussi à un suivi médical en analysant leurs constantes (pouls, température, oxygénation du sang) et créerait du lien social.

Le nom trouvé fut "Cocouv". Ce projet de couverture étanche et connectée remporta le grand prix de la Ville de Nice avec un chèque de 5 000 euros à la clé. Mais, pour finaliser ce poncho, il fut nécessaire de lancer en sus une campagne de financement participatif sur le site KissKissBankBank. Il est toujours possible aujourd'hui de continuer à adresser des dons via le Secours populaire français (30,Rue Bonaparte -06300 à Nice).

Les premiers prototypes de ces couvertures à capteurs numériques devraient être testés l'hiver 2019/2020. Il faudrait ensuite produire entre 5 000 et 10 000 couvertures et les mettre sur le marché à destination des associations à vocation sociale. Un tarif tournant autour de 45 euros est évoqué. Il est même envisagé à terme la création d'une SCOP pour fabriquer les ponchos et créer des emplois...

Pour le moment, les étudiants s'activent à mettre sur pied jusque dans les détails ce poncho de gabardine imperméable garantissant par son étanchéité l'isolation des capteurs et fourré de laine polaire pour maintenir une chaleur constante. Une batterie avec une autonomie de 10 jours sera intégrée dans la couverture, afin de pouvoir donner l'alerte aux personnes assurant des maraudes en cas d'urgence.

Merci à ces bénévoles de chercher à éviter des drames, qui se produisent chaque hiver parmi les sans abri! Pour tout renseignement, contacter: www.facebook.com/cocouvcrowdfunding ou le Secours populaire français de Nice.

Lyliane

29/01/2019

Mieux vaut consigner que recycler le verre...

L'association Zéro Waste France publie dans la revue Biocontact de janvier 2019 un article émanant de l'ADEME passant au crible 10 dispositifs français de consigne  pour le réemploi d'emballages en verre. Son verdict est sans appel: la réutilisation des bouteilles (lavage et re-remplissage) est plus intéressante que l'utilisation des bouteilles à usage unique.

Pour réaliser l'étude, l'Ademe a pris en compte l'ensemble des étapes du cycle de vie d'une bouteille: fabrication, conditionnement, transport, lavage et collecte des déchets. Les résultats confirment l'intérêt environnemental de réutiliser les bouteilles. Le système avec consigne  présente, en effet, une performance environnementale supérieure ou équivalente au système sans consigne.

"Le réemploi du verre", poursuit l'article, " n'est pas seulement une bonne opération pour la planète: il se révèle aussi plus pertinent d'un point de vue économique". L'étude révèle, en effet, que pour 6 des 7 dispositifs de consigne étudiés, les coûts de gestion sont moindres que dans un système de bouteille à usage unique. C'est précisément le taux de retour des bouteilles qui permet de réaliser des économies: plus les consommateurs rapportent les bouteilles consignées, plus le coût diminue.

Pour certains dispositifs, la consigne coûte même deux fois moins cher qu'un système à usage unique.   Par exemple, pour vendre 1000 litres de boisson, le système consigné de la bière alsacienne Météor coûte 256 euros au total, là où son équivalent en bouteille à usage unique coûte 517 euros.

Alors que le directives européennes récentes invitent les Etats à réduire l'usage du plastique et à faire progresser le réemploi des emballages, ce rapport offre des propositions concrètes pour réduire le recyclage du verre à usage unique. Pour approfondir le sujet, consulter le site Internet: www.zerowastefrance.org.

Lyliane

27/01/2019

Elan de solidarité à Marseille (13) en faveur des sinistrés de la rue d'Aubagne...

Le 5/11/2019, deux immeubles de Marseille situés rue d'Aubagne s'effondraient, faisant 8 morts et causant l'évacuation de 1500 habitants, rappelle Mme Coralie Bonnefoy  dans le Journal La Croix du 3/12/2018. Les habitants marseillais ont répondu généreusement au drame en envoyant aux Mairies des 1er et 7 ème arrondissements huit tonnes de dons (doudounes, couvre-lits, peluches, linge de maison, matériel de puériculture et d'hygiène…). La Croix-Rouge a également collecté près de 10 tonnes d'habits et de petit électroménager.

Le drame dans ce quartier populaire et paupérisé, où ne subsistent que ruine et immeubles évacués par mesure de précaution, a suscité un élan de solidarité jusque dans les beaux quartiers. Il a fallu dans l'urgence reloger de nombreuses familles parties de chez elles sans avoir rien pu sauver de leurs biens. L'Armée du Salut et les communautés Emmaüs de la ville ont répondu présentes et redistribuent du mobilier. Des cagnottes en ligne ont vu le jour. Le Secours Catholique réserve une ligne budgétaire aux dons affectés et la Croix-Rouge a crée un compte dédié. 

La Ville de Marseille a, de son côté, élaboré avec la Chambre de Commerce une plateforme virtuelle de dons en ligne. Grâce à une mise en relation directe, les sinistrés sont invités à faire part de leurs besoins. Bref, un élan de solidarité inédit est né après cet effondrement de la rue d'Aubagne. Toutefois, nous pouvons nous interroger sur ce qui a pu conduire à ce drame et espérer que désormais pouvoirs publics comme propriétaires vont entreprendre des réparations nécessaires. Faute de quoi d'autres quartiers où vivent des familles déshéritées pourraient aussi être concernés… Etre solidaire est bien, mais anticiper sur les drames à temps, ne serait-ce pas mieux?

Lyliane

24/01/2019

Tickets solidaires...

Comme chaque année, vous pouvez faire un geste généreux en participant à l'opération "Titres restaurants solidaires", écrit un rédacteur du Journal "Et les autres?" de la Fondation Abbé Pierre. Il vous suffit d'écrire "Fondation Abbé Pierre sur chaque titre que vous nous destinez et de le (ou les) renvoyer dans une enveloppe non affranchie à: Fondation Abbé Pierre

                      Libre Réponse

              18115-75919-Paris Cédex 19.

En 2017, grâce à la générosité des donateurs, 6 886,45 euros ont été reversés à la Fondation et ont financé certaines de ses actions.

Pour en savoir plus, contacter le service donateurs par e-mail à service.donateurs@fondation-abbe-pierre.fr ou téléphoner au 01 55 56 37 25.

Lyliane

 

13/01/2019

Un filtre pour boire partout sans risque...

L'entreprise Vestergaard a crée Life Straw, une petite paille qui filtre l'eau polluée instantanément et permet de boire à n'importe quel point d'eau sans risque. Ce filtre révolutionnaire peut décontaminer jusqu'à 1000 litres d'eau. C'est un système percé de trous de 0,2 microns qui retient les agents polluants et dangereux. On estime qu'il peut éliminer 99,9% des bactéries et parasites.

Dans le même ordre d'idée, une société savoyarde, importatrice exclusive des produits de la marque québécoise Aguaovo, à crée une bouteille filtrante Alter Ego, susceptible de rendre potable l'eau versée dedans. Cette bouteille filtrante de 70 cl élimine chlore, métaux lourds et déchets industriels ou agricoles. De plus, pour chaque gourde Alter Ego achetée, 1% des ventes est reversé à ONE DROP, une association qui œuvre au quotidien pour donner accès à l'eau potable aux pays en voie de développement.

Bref, un peu partout des initiatives existent pour lutter contre la désertification des sols et recueillir de l'eau potable. Qu'on aille voir notamment ce qui concerne l'éolienne  Water Seer, testée dans le désert de l'Arizona, ou le Water Safe Cube, une fontaine à eau potable. En parler, c'est notamment montrer qu'on valorise ce type d'entreprises et qu'au delà des treks à l'étranger, nous nous soucions des populations pour qui accéder à de l'eau pure est une nécessité vitale.

Pour en savoir davantage, joindre par exemple sur Internet: 

https://www.decathlon.fr/gourde-filtrante-lifestraw-go-id_8390100.html

 ou 

https://www.aquaovo-europe.com/bouteille-filtrante.html

 

Lyliane

04/01/2019

"L'abbé Pierre de Nice"...

Selon l'article de Mme Aurore Harrouis publié dans le magazine "Nous", le père Patrick Bruzzone, curé depuis 2005 de la paroisse St Pierre de l'Ariane, un quartier défavorisé de Nice-Est (06), est considéré par ses paroissiens comme " l'Abbé Pierre de Nice". Il a en effet crée en 1992 l'Association MIR, qui signifie paix en serbo-croate et qui sert des repas aux plus démunis. L'association, qui emploie 10 salariés et une centaine de bénévoles de toute confession, héberge aussi dans une ferme accueil à Sospel ainsi qu'à Nice environ 25 toxicos et délinquants. En tout, depuis l'origine, 700 personnes y ont été accueillies. 

Le curé de l'Ariane a également crée un bus chapelle "Notre Dame de la Rue" qui sillonnera le 29/12 les rues de Nice, comme tous les derniers samedis du mois, pour y dire la Messe de Noël pour les SDF. Dans son église de l'Ariane, un quartier où les musulmans sont majoritaires, ce sera l'Imam qui mettra l'enfant Jésus dans la crèche lors de la messe de Noël. A la synagogue de Menton, ce curé hors norme a allumé les lumières d'Hanouka...

En 2014, ce fut l'inauguration de l'épicerie solidaire appelée "épicerie de Marie", où 500 familles se fournissent. Bientôt un salon de coiffure et une cuisine socio-pédagogique viendront compléter l'ensemble. L'Association Mir récolte des dons pour pouvoir financer les travaux. Il y aura cette année 700 participants au Noël des enfants de la rue, qui bénéficieront d'un goûter offert par les hôtels Méridien et Mariott et de cadeaux achetés par l'association.

Cet ancien infirmier, ordonné prêtre à l'âge de 42 ans, est sur tous les fronts. Il a non seulement une action humanitaire, mais surtout un rayonnement humain qui dépasse les clivages habituels. Ce quartier de l'Ariane, où plus de 30 ethnies sont représentées, c'est pour le père Bruzzone un terrain de vie où l'apprentissage des différences et l'acceptation de l'autre quel qu'il soit sont la règle. Aimé de tous, créant des ponts là où d'autres montent des barrières, le curé de l'Ariane nous donne une belle leçon d'amour et de foi. Son exemple, que j'ai plaisir à faire connaître, pourrait peut-être inspirer d'autres vocations...

Pour contacter l'Association ou lui faire des dons (chèques, jouets en bon état), écrire à Association MIR, 3, rue Pierre - Seguran-06300-NICE

ou adresser un e-mail à :mir.saintpierredelariane.nice@gmail.com.

Lyliane

28/12/2018

Mettre la main à la pâte avec le chef italien Massimo Bottura de Modène...

Selon Mme Estérelle Payany dans le journal Télérama, le chef italien classé numéro 1 du classement "World 50 Best Restaurants", Mr Massimo Bottura de l'Osteria Francescana de Modène, est connu pour son engagement contre le gaspillage alimentaire et sa vision des classiques de la cuisine italienne. Il a crée en effet des sortes de réfectoires dans le monde entier, afin de diffuser une façon d'agir impliquant notamment des personnes d'expérience et des autistes et les mettant aux fourneaux..

A Modène, il s'implique dans "Il Tortellante", un atelier de confection de pâtes fraîches et de tortellini. Là, il réunit autour de lui des mamies aux doigts d'or, des bouchers retraités et aussi de jeunes autistes. Certaines "rezdores", c'est à dire des femmes sachant encore aujourd'hui réaliser des recettes régionales en voie de disparition, peuvent ainsi transmettre leurs gestes à des jeunes neuro-atypiques, créant ainsi une dynamique unique.

L'atelier de Modène permet donc à 25 jeunes âgés de 15 à 25 ans d'expérimenter la vie en groupe en dehors de chez eux pour de courtes périodes. Les tortellini confectionnés sont commandés par des restaurants et des cantines locales. Pour toute information complémentaires, s'adresser à: https:// www.torellante.it.

Lyliane

23/12/2018

Comment passer de la parole aux actes selon la Fondation pour la nature et l'homme?

La Fondation pour la nature et l'homme, crée par Mr Nicolas Hulot, nous propose 7 mesures concrètes à mettre en œuvre d'urgence pour sauver le climat. Je les reprends ci-dessous:

1- libérer les énergies renouvelables en planifiant dès aujourd'hui la fermeture d'au moins 15 réacteurs nucléaires d'ici 2028.

2- utiliser les recettes de la taxe carbone pour dépolluer nos vies.

3- massifier les engagements de durabilité dans la restauration collective par un financement de 330 millions d'euros pour les écoles et les hôpitaux.

4- transformer la Constitution française pour que le climat, la biodiversité et le principe de non régression soient insérés à l'article 1.

5- inscrire dans la loi mobilité la fin de la vente des voitures diesel et essence en 2030  pour réduire drastiquement l'impact environnemental de nos déplacements.

6- refuser de ratifier le CETA pour s'orienter vers une mondialisation climato-compatible.

7- inscrire la fin du glyphosate dans une loi en septembre 2019.

Pour en savoir davantage, consulter sur Internet: http://ecoacteur.fondation-nature-homme.org/

Lyliane

Un Noël plus vert...

Maxisciences vous propose de troquer son traditionnel costume rouge pour un habit beaucoup plus vert grâce à quelques idées éco-responsables
Entre les tonnes de papier d’emballage non recyclées aux cadeaux venus de l’autre bout de la planète, en passant par la surconsommation électrique et le gaspillage alimentaire, la période de Noël représente le pire moment de l’année au niveau écologique. Mais loin de nous l’idée de vouloir vous gâcher les fêtes en nous prenant pour le Grinch ! On préfère plutôt vous donner quelques astuces et idées pour célébrer les fêtes de fin d’année sans abîmer la planète.


Mon beau sapin… Artificiel ou naturel ?
Contrairement à ce que certains, pourtant bien intentionnés, pourraient penser l’arbre artificiel n’est pas davantage éco-responsable que sa version naturelle même s’il est généralement réutilisé plusieurs années de suite. Sa fabrication est à base de matières non recyclables (notamment le plastique) et il est en écrasante majorité produit à l’étranger. Par conséquent, de par son mode de production et son transport, le sapin artificiel est une source de pollution et participe à l’émission de gaz à effets de serre. Selon l’ADEME (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), il faudrait garder au moins 20 ans son « Roi des forêts » en plastique pour compenser l’impact de sa fabrication… Alors qu’il est changé, en moyenne, tous les 3 ans en France. 

Selon Conservation Nature, les émissions de dioxyde de carbone liées au sapin naturel seraient de l’ordre de 3,1 kg contre 48,3 kg pour la version artificielle. On opte donc pour un véritable sapin qui via la photosynthèse produit de l’oxygène à partir du dioxyde de carbone. Il faut savoir qu’un hectare de plantation de ce conifère peut ainsi éliminer jusqu’à 26.000 kg de polluant d’air par an. Sans oublier qu’ils sont biodégradables ! C’est pourquoi il est indispensable de les déposer, après les fêtes, dans les lieux indiqués à cet effet par sa commune. 


Des emballages cadeaux écolo
D’après Greenpeace, la production d’1 kg de papier cadeau équivaut à l’émission de 3,5 kg de CO² et nécessite 1,3 kg de charbon. Sans oublier le film en plastique qui entoure généralement les rouleaux de papier d’emballage, les paillettes qui les rend plus festifs ou les fils d’aluminium utilisés pour leur brillance… Autant de matériaux qui ne sont pas recyclables.
 Et en cette période de l’année et à travers le monde, ce sont plusieurs millions de tonnes de papier cadeau qui se retrouvent à la poubelle une fois les présents ouverts C’est dire, si un « joli paquet » fait beaucoup moins joli sur le minois de la planète, une fois qu’il a été jeté. On choisit donc de présenter ses cadeaux de manière plus « green friendly ».
- En achetant du papier certifié PEFC, ce qui signifie que sa fabrication et son impression participent à la gestion durable des forêts
- En réutilisant les parties non froissées des précédents emballages (on les conserve à plat le reste de l’année)
- En apprenant l’art du Furoshiki. Une méthode d’emballage japonaise et écologique qui consiste à utiliser et réutiliser des chutes de tissus. 
- En les glissant dans un sac de shopping réutilisable. On fait ainsi d’une pierre deux coups en offrant un cadeau… dans un cadeau !
- En privilégiant les boîtes en carton, en métal qu’on pourra réutiliser une année sur l’autre
- En emballant ses cadeaux dans des jolis torchons ou serviettes en tissus bio. Encore une fois, on réussit le coup des deux présents en un !


Des cadeaux qui respectent la planète
En 2013 et selon une étude TNS Sofres, les Français auraient dépensé 584 millions d'euros pour des cadeaux non désirés. Alors halte au gâchis et pensons cette année à offrir de manière éco-responsable. On connaît déjà les objets aux labels garantissant une « green friendly attitude » et c’est très bien de les privilégier aux objets « gros producteurs de déchets » ou/et Made in L’Autre Bout du Monde. Mais on peut encore aller plus loin, en optant pour :
- Des cadeaux immatériels comme des places de cinéma, de concert, théâtre, un abonnement à une plateforme de streaming, une carte pour la piscine municipale…
- Des services sous formes de bons (mais on respecte ses engagements) valables pour une soirée de babysitting, garde de chien/chat/perruche pendant une absence, arrosage de plantes pendant les vacances, des cours d’anglais, une initiation à la guitare…
- Des objets vintage ou recyclés : on les chine dans les braderies, les dépôts-ventes, les vides-greniers, chez Emmaüs, les bourses aux jouets d’occasion
- Du « fait maison » : dans des bocaux en verre recyclé on glisse des graines bio pour se concocter une soupe, des ingrédients pour faire des cookies, des petites devinettes ou mantras à lire chaque jour de l’année…
- Des cadeaux généreux : on fait des dons au nom de ses proches. On choisit une cause qui leur est chère et on fait un virement de leur part à une association. Sur le site Good Gifts et selon son budget on choisit de participer financièrement au nettoyage des océans, à la recherche d’un vaccin contre Alzheimer, à l’envoi de jouets pour des enfants qui se trouvent dans des camps pour réfugiés… On peut aussi leur offrir la compensation de leur empreinte carbone.
Alors, Petit Papa Noël, cette année, quand tu descendras du ciel, avec des cadeaux écolos par milliers, n’oublie pas mon petit soulier…
Écrit par M.M  (Gentside)

21/12/2018

Les paniers Davoine pour faire entrer le bio et le local dans les foyers du Var (83)

Dans le magazine "Nous", Mme Karine Michel nous présente le concept des paniers bio livrés en points relais, mis en place par Mr Cédric Davoine et sa femme, en 2009 sur la région de Toulon. Mr Davoine a découvert en 2003 l'entrepreneuriat écologique et solidaire alors qu'il faisait son stage d'Ecole de commerce au Guatemala dans une plantation de noix de macadamia. Peu après son  retour, il a eu le désir de monter une entreprise faisant travailler des agriculteurs locaux (une trentaine) et une dizaine de travailleurs porteurs d'un handicap psychique de l'ESAT pour fournir des paniers bio commandés par des consommateurs sur son site internet.

Les paniers Davoine sont nés ainsi sur l'aire toulonnaise. A ce jour, entre 800 et 900 paniers sont conditionnés chaque semaine dans les locaux de l'ESAT Cat vert à La Farlède. Trois tailles de paniers sont proposées pour un prix allant de 18 à 33 euros. Une épicerie bio complète l'offre. On compte aujourd'hui 90 points relais et 9 tournées de livraison dans le Var et l'Est des Alpes-Maritimes. Un partenariat a été mis en place il y a 5 ans avec l'équipe d'action territoriale de Toulon des Petits Frères des pauvres. Là sont offerts des paniers solidaires classiques de 3 kg à un tarif sans marge. Ils bénéficient à 20 à 25 personnes environ qui ne paient que 2 euros leur panier, la fondation AG2R prenant en charge les 4 euros de différence. 100% des cartons de livraison sont recyclés.

Pour en savoir davantage sur cette entreprise, consulter sur Internet: www.lespaniersdavoine.com ou téléphoner au 04 94 38 74 04. 

Lyliane

19/12/2018

La première chef vegan en France récompensée!

La cuisine vegan a le vent en poupe ! À tel point que la première chef à la tête d’un restaurant vegan vient d’être récompensée par le Guide Michelin et le Gault et Millau. Il s’agit de Claire Vallée.
Depuis quelques années, on voit les restaurants vegan se multiplier. La preuve que ce n’était pas qu’un effet de mode ! Pas étonnant alors que le restaurant de la chef Claire Vallée ait été récemment récompensé d’une assiette et une fourchette au Guide Michelin, ainsi que deux toques au Gault et Millau.

Alors qu’elle avait entamé des études d’archéologie, Claire Vallée travaille à côté dans des restaurants. Au fur et à mesure, elle se tourne naturellement vers cette voie et fait ses gammes au sein de restaurants prestigieux. Mais c’est au cours d’un voyage en Thaïlande que sa vie va vraiment changé : elle en revient vegan.


Par la suite, travailler la viande et les produits laitiers devient difficile pour la jeune femme qui décide de lancer son propre restaurant. ONA (Origine Non Animale), c’est le nom de l’établissement où tout ce qui est servi est 100% végétal ! Et les clients adorent ! Situé dans le bassin d’Arcachon, ONA ne désemplit pas. La consécration arrivée il y a quelques semaines devrait confirmer cette tendance.

Emeline Bernard - Oh My Mag - samedi 8 décembre 2018

15/12/2018

Aidons si possible Action contre la faim dans le monde!

Savez-vous que l’eau potable est aujourd’hui inaccessible pour un tiers de la population mondiale ? Une catastrophe pour la santé des personnes exposées qui, rapidement, viennent à souffrir de sous-nutrition, liées à des maladies hydriques, un accès à de l’eau potable limité et à des mauvaises conditions d’hygiènes. Un véritable fléau pour des populations, déjà bien souvent déjà vulnérables comme les enfants, plus fragiles, qui en souffrent le plus.

Une crise mondiale en partie responsable de la faim dans le monde qui tue un enfant toutes les 30 secondes. Il est urgent d’agir.

C’est pourquoi nous devons intervenir pour donner accès à l’eau et sensibiliser les populations aux bonnes pratiques d’hygiène. Nous devons agir sur le terrain, construire des puits, des toilettes, distribuer des kits d’hygiène et plus encore.

Le manque d’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène et leurs conséquences sur la sous-nutrition restent des défis majeurs à l’échelle mondiale que nous tentons de surmonter. Pour cela, nous avons besoin de vous.

C’est ensemble que nous y parviendrons. Chaque geste compte.

Merci !

 
Je fais un don
 
www.actioncontrelafaim.org ACTION CONTRE LA FAIM
 

 

Bonjour, 

14/12/2018

Tout plaquer pour une nouvelle vie!

Mme Kathleen Junon, journaliste à Nice-Matin, raconte dans le magazine "Nous" l'histoire de deux jeunes quadragénaires qui ont quitté la ville, où elles travaillaient, pour s'installer à Gilette, village perché de 1500 habitants dans la vallée de l'Estéron (06). Mmes Lisa Sparta et Stéphanie de Reu, en effet, se sont lié d'amitié et en septembre 2017, elles ont eu le désir de travailler pour elles en créant ensemble une épicerie fine. Habitant Roquesteron, elles ont cherché un local alentour. Toutefois, la désertification rurale leur faisait craindre de ne rien trouver à la campagne...

Par chance, après avoir suivi un stage d'aide à l'installation à la Chambre des métiers,  elles ont fini par trouver un local vide à Gilette, qui avait servi de café, puis d'Office du Tourisme. En juin 2018, "La Chouette épicerie" voyait le jour. Dans 50 M2 , décorés avec des objets d'autrefois, elles proposent depuis des produits de qualité, locaux et si possible biologiques: tapenade de Nice, bière locale, vinaigre de Gourdon… Le Musée des traditions Lou Férouil de Gilette leur a, en effet, prêté des objets de décoration.

Les villageoises et villageois sont ravis de leur installation. Sur place, des relations se nouent. Pour ces deux femmes, c'est justement ce qu'elles étaient venu y chercher. Elles fourmillent de projets et envisagent des coffrets de Noël, un atelier de dégustation et de livrer gratuitement les commandes. Aujourd'hui, elles se félicitent de leur changement de cap salutaire. Si elles ont perdu en sécurité matérielle, elles disent avoir gagné en sérénité et en qualité de vie.

La boutique est ouverte du mardi au samedi de 8H30 0 13h et de 15H à 19H ainsi que dimanche et jours fériés de 8H30 à 13H. Si cet exemple inspire d'autres personnes, il est possible de contacter Mme Sparta et Mme De Reu au N° 21 de la rue Pierre-Niel à Gilette (06) ou par téléphone au 09 82 24 20 86.

Lyliane

13/12/2018

Les paysans africains ont faim, mais ce n'est pas une fatalité!

Dans  le journal SEL information, l'accent est mis par les journalistes sur les problèmes rencontrés par les paysans d'Afrique subsaharienne: pénurie d'eau, avancée du désert, manque de productivité des champs, manque de moyens pour le transport et la transformation des vivres… Dans cette région, en effet, 1 personne sur 4  c'est à dire environ 236 millions de personnes sont encore sous-alimentées. Pourtant, avec une aide appropriée, ils seraient capables de subvenir à leurs besoins.

Mais, comment pourrions nous les aider sans les assister? Selon les partenaires des organisations sur place, il faudrait donner aux paysans les moyens de "faire mieux ce qu'ils savent déjà faire en renforçant leurs capacités". Comme ils n'ont pas suffisamment de revenus pour faire vivre leur famille, il conviendrait en premier lieu de leur donner un coup de pouce pour mieux les former et relancer leur activité… Comment? Par exemple, en les aidant à acquérir des moyens pour se sortir eux-mêmes durablement de la pauvreté.

Les sols ont souffert de la sécheresse et ensuite de pluies diluviennes. Ils ont de ce fait perdu leur matière organique et leurs micro-organismes. Pour progresser dans un tel contexte, les paysans ont besoin de nouvelles techniques pour travailler la terre, de puits près de leurs champs, de moulins pour y faire de la farine… Il leur manque aussi le plus souvent un lieu de stockage, des brouettes… Il doivent aussi apprendre à valoriser leurs cultures en les transformant (manioc, karité, arachides, ananas…)

Des coopératives de producteurs pourraient peut-être aussi être crées. Ainsi, ils bénéficieraient d'un circuit plus sûr de commercialisation de leurs produits. Bref, en soutenant les projets Agriculture du SEL, nous permettons à de nombreuses personnes de manger à leur faim. Pour faire un don régulier ou ponctuel, parrainer un enfant ou proposer son aide, joindre l'association protestante de solidarité internationale ou l'Association Service d'Entraide et de Liaison nommée S.E.L à Bagneux( 92 220)- tél: 01 45 36 41 51. Contact sur le site: http://selfrance.org ou sur le blog du SEL: http://blog.selfrance.org.

Lyliane

30/11/2018

Pétition Nutriscore pour booster l'action!

MOULINS-LES-METZ, France

28 nov. 2018 — 

Allez, plus qu'une personne et nous sommes à 130 000 signatures ! Un très bon score.

Nous savons qu'il est dur de nous faire entendre par le gouvernement et cette pétition donnera des arguments aux acteurs de santé publique pour arriver à notre objectif : afficher obligatoirement le NutriScore des aliments sur tous les supports publicitaires.

Continuons à signer car je peux vous assurer que le combat continue. Les média n'en parlent pas mais les chercheurs continuent et ne lâchent pas.

Faites tourner cette pétition autour de vous pour donner encore plus de poids à cet important action de santé publique.

Merci à toutes et à tous.

Audrey

Grâce à vous cette pétition a une chance d'être victorieuse. Nous avons juste besoin de 19 940 signatures en plus pour atteindre le prochain objectif - Pouvez-vous aider ?Aidez cette pétition à prendre de l'ampleur

29/11/2018

Proposition de créer une banque européenne pour financer la transition énergétique...

Alors que les esprits s'échauffent dans notre pays au sujet du prix des carburants et à la veille de l'ouverture en Pologne (le 3/12/2018 à Katowice) de la COP 24, je trouve intéressant de rappeler l'idée d'un Pacte financement climat, lancée par Mr Jean Jouzel en 2017 et signé par plus de 150 personnalités. Le Journal Télérama vient de recueillir les propos de cet éminent scientifique et climatologue français formé à Saclay, qui a été vice-président du groupe scientifique du GIEC depuis 2002. Ce chercheur, jusque là relativement optimiste, commence à trouver que nous avons perdu beaucoup de temps faute d'organisation, de moyens mis en oeuvre et de décisions politiques notamment. Il nous interpelle sur "un magnifique projet européen".

Mr Vincent Rémy lui donne la parole sur le sujet brûlant du réchauffement climatique et les solutions à notre portée. Les répercussions directes de l'élévation des températures des terres et des océans annoncées depuis 1992 à RIO (Brésil) commencent à surgir au plan mondial: vagues de chaleur, incendies gigantesques, fonte des glaces, inondations, migrations de personnes touchées par la désertification, prolifération d'algues Sargasses comme aux Antilles… En seulement 50 ans, nous avons envoyé dans l'atmosphère par la combustion du gaz, du charbon et du pétrole des centaines de milliards de tonnes de CO2. En 150 ans, nous sommes en effet passés de 300 ppm à plus de 400 ppm (partie par million soit 300 cm3 de CO2 par M3 d'air), une accélération sans précédent...

Or, les pays du Nord (américains et européens), s'ils commencent à mesurer le phénomène du réchauffement et sa gravité, sont loin de tout faire pour limiter l'usage de la voiture, pour développer les transports publics, mettre l'aviation low cost au pas (car le kérosène n'est pas taxé), chercher d'autres modèles de développement économique que ce soit dans le domaine de l'agriculture, de l'industrie, de l'énergie… Beaucoup d'entre nous espèrent encore "continuer à vivre comme avant", soutiennent de grands projets absurdes, des solutions obsolètes mettant en avant un transport en progression, des énergies fossiles ou des métaux rares, sans prendre des mesures individuelles de modération pour œuvrer en faveur du climat.

Je trouve de ce fait particulièrement intéressant que Mr Jouzel souligne l'instauration nécessaire d'une justice climatique dans nos pays (écarts de revenus entre riches et pauvres) et surtout envers les pays du Sud directement menacés pat l'élévation du niveau des océans. Il propose de se limiter à un maximum de 1,5 degré d'augmentation des températures d'ici 2050 pour éviter de plus amples catastrophes touchant nos descendants. Pour aider la transition énergétique, il suggère, avec d'autres scientifiques, la création d'une Banque européenne du climat, qui mettrait à disposition des prêts à taux zéro, ainsi qu'un budget européen de 100 milliards d'euros par an, appuyés sur une taxe modique de 5% sur les bénéfices non réinvestis des sociétés. Ce projet pourrait entraîner la création  de 6 millions d'emplois en Europe et de 600 000 à 900 000 en France.

Pour approfondir le sujet, lire par exemple et offrir autour de soi pour les fêtes les deux ouvrages suivants: "Pour éviter le chaos climatique et financier, une solution simple" de Mrs Jean Jouzel et Pierre Larrouturou aux éditions O. Jacob publié en 2017( 22 euros) et "Finance, climat, réveillez-vous! Les solutions sont là " de Mme Anne Hessel, Jean Jouzel et Pierre Larrouturou aux éditions Indigènes publié en 2018 (8 euros).

Lyliane

27/11/2018

Atelier créatif avec les Résilientes et l'Association Emmaus...

Selon Mr Xavier de Jarcy dans le journal Télérama, la jeune designer Eugénie de Larivière, formée à l'école d'Eindhoven, a fondé en 2017 "Les Résilientes" avec l'Association Emmaüs Alternatives. Elle sait par expérience que créer, inventer, fabriquer fait du bien au moral. Aussi, a-t-elle ouvert des ateliers créatifs avec des salariés en réinsertion et des bénévoles.

Les matériaux sont piochés dans un stock d'objets récupérés, mais non réutilisables en l'état, comme des pulls en cachemire, des pelotes de laine, des cintres en métal… Tout cela devient un coussin, des corbeilles, la structure d'un abat - jour"... Chaque pièce est produite à la main. elle est donc unique!

Nous voici donc dans l'énergie circulaire! Cela procure des fonds à l'association et réjouit les bénévoles. Il faut compter environ 45 euros pour un objet transformé. Pour plus d'informations, s'adresser à: www.lesresilientes.com ou www.label-emmaus.com.

Lyliane

25/11/2018

Offrez et partagez le "Fraternel"!

Le Secours Catholique nous invite à la solidarité et au partage tout le mois de décembre 2018 en proposant d'acheter "Le Fraternel" et l'association nous appelle à soutenir ses actions. La Présidente du Secours Catholique Mme Véronique Fayet et le Chef pâtissier Damien, en effet, ont décidé de proposer un gâteau marbré au chocolat parfumé aux épices du site bien connu des férus de cuisine " 750g.com". A partir du 1er Décembre, sur les étals, ce gâteau sera vendu 7 euros au profit du Secours Catholique. La recette originale est vraiment du chef pâtissier Damien, les ingrédients sont issus de produits locaux et la fabrication est française.

Ces gâteaux seront présents sous un emballage en carton dans les écoles, les maisons de retraite, les supermarchés ou sur les marchés de Noël. La forme ronde du gâteau est là pour rappeler que "chacun sur terre doit avoir sa place". Cette invitation à "une Révolution fraternelle" pourrait permettre aux plus fragiles de retrouver la joie du partage. Accueillons donc cette initiative et offrons ce Fraternel autour de nous. Ainsi, nous porterons à travers lui un message de fraternité. Pour toute information sur cette campagne, joindre le Secours Catholique de votre département ou sur Internet: www.secours-catholique.org.

Lyliane

Batch cooking, plus sain, plus malin!

Dans le journal "Nous", Mme Kathleen Junion nous renseigne au sujet du concept du "batch cooking", qui signifie "cuisiner en lots" et qui est importé des pays anglo-saxons. La journaliste s'appuie sur une fervente adepte de cette technique, Alexandra, professeur de yoga à Cannes. Celle-ci prône, en effet, l'anticipation, c'est à dire le fait de cuisiner quelques heures le week-end ou le lundi si l'on est en repos pour se "mettre les pieds sous la table" le reste de la semaine...

Elle recommande de faire ses courses pendant le week-end et de cuisiner ensuite à l'avance de bons petits plats maison. Elle cuisine donc légumes, féculents, légumineuses qu'elle stocke ensuite dans des récipients en verre au frigo. Cela lui sert de base pour des salades composées avec par exemple des lentilles corail, du riz ou du quinoa, de l'avocat et du thon à l'huile d'olive… Si elle est pressée, un "banana bread" à base de bananes écrasées ou une tartine de purée d'avocats la comble de plaisir, car elle se dit "avocadoaddict"!

Au lieu d'acheter des sandwichs à la sauvette ou de céder aux plats tout préparés de la grande distribution, elle fractionne et privilégie le frais, les produits de saison, le non raffiné et le local. Sinon, elle peut prévoir aussi une soupe abondante, une grosse ratatouille, ou un plat familial comme un pot au feu. Elle cuit elle-même son pain et congèle les tranches pour la semaine. Ainsi, elle gagne du temps et de l'argent en contrôlant son assiette et son porte-monnaie.

Alors, on essaie et on se lance dans le batch cooking? Pour consulter le compte Instagram d'Alexandra: Instagram@sunyogaflow.

Lyliane

 

24/11/2018

Soutenons le Green Friday et le Giving Tuesday en lieu et place du Black Friday...

En 2017, à l'occasion du Black Friday, le géant Amazon avait reçu deux millions de commandes d'articles en une seule journée. Cette année, malgré la baisse du pouvoir d'achat, les perspectives sont ébouriffantes, selon la Fédération du e-commerce et de la vente à distance. On prévoit, en effet, quelques 1,3 milliards d'euros en ligne sur 4 jours! L'an passé, "le réseau national d'entreprises de réemploi Envie, spécialisé dans la réparation et la vente d'occasion d'appareils électroniques, avait lancé une grande manifestation pour responsabiliser le consommateur et lui proposer d'autres choix que la frénésie consommatrice", écrit Mr Fabrice Pouliquen dans le journal 20 minutes du vendredi 23/11/2018.

La contre-attaque est reconduite cette année , explique Mme Olivia Stauffer, porte-parole d'Envie. Si l'an passé le Green Friday s'était résumé à des ateliers de réparation et de "Do it yourself" proposés dans une cinquantaine de points de vente du réseau Envie, cette année le concept est globalement le même: présenter d'autres solutions que l'achat d'un objet neuf. Mais autres membres ont rejoint le groupe fondateur: Emmaüs, Le Refer, Altermundi et DreamAct. Ils veulent tous alerter sur nos modes d'achat et de consommation actuels, qui seront insoutenables pour la planète d'ici peu.

Il faut, en effet, faire savoir qu'il y a d'autres alternatives aujourd'hui à l'achat de biens d'équipements neufs. C'est par exemple de réparer plutôt que de jeter, d'encourager l'achat d'occasion et le local, d'entretenir ses équipements pour allonger leur durée de vie. Une grande partie des équipements électroniques jetés par les particuliers sont, par exemple, parfaitement réparables et peuvent repartir pour 5 ou 10 ans. Des Repair Cafés se sont crées un peu partout et sont accessibles à peu de frais.

Enfin, aujourd'hui, sur Internet, est née une consigne à l'initiative de l'association Reporters sans Frontières: préférer le  Giving Tuesday le mardi 27/11/2018 au Black Friday en faisant un don à ce mouvement pour les raisons énoncées ci-dessous:

Informer et dénoncer les violences faites aux journalistes à travers des campagnes de sensibilisation, des manifestations, des rapports d'enquêtes, des publications quotidiennes et surtout le classement mondial de la liberté de la presse.

Intervenir en urgence auprès des journalistes menacés grâce au paiement de frais d'avoacat et médicaux, l'exfiltration et la mise en sécurité de journalistes et également la négociation avec les autorités pour obtenir des libérations.

Protéger les journalistes sur le terrain en prêtant des gilets pare-balles sur le front, en organisant des formations cybersécurité pour contrer la censure et aussi en offrant des assurances pour couvrir les journalistes indépendants en zone à risques.


Plus que 4 jours pour participer et soutenir nos actions à l'occasion du #GivingTuesday. On compte sur vous !

 

FAIRE UN DON MAINTENANT 

Pour plus d'informations, joindre: https://rsf.org/fr/contact ou www.emmaus-fondation.org ou www.envie.org.

Lyliane

 

21/11/2018

Solidarité pure laine avec la coopérative Ardelaine...

Le Hors Série de la Revue "L'âge de faire", mensuel indépendant et engagé, nous présente sous la plume de Mme Nicole Gellot la coopérative Ardelaine qui a repris, il y a plus de 30 ans, une filature à l'abandon en Ardèche. Une organisation sociale exemplaire y est la règle: "égalité des salaires puisque tous, que l'on soit responsable d'atelier ou PDG, sont payés au SMIC", explique Mme Véronique Barras, membre fondatrice de l'entreprise et responsable communication et développement. En effet, chez Ardelaine, "une personne vaut une personne et on ne se mesure pas par l'argent". Le personnel est polyvalent et il peut être réactif en cas de grosse commande; par exemple donner un coup de main tantôt au cardage, tantôt à l'atelier, tantôt même au magasin selon les besoins. C'est une entreprise qui tourne, mais d'après le personnel, "l'ambiance y est fort différente des entreprises traditionnelles où la productivité passe avant tout. A la coopérative, on a le droit de parler"!

Installée à St Pierreville en bord de rivière, la coopérative a un  fort ancrage dans le territoire. Sur le lieu de la fabrique et du musée de la laine, depuis 2010, grâce à un investissement de 1,5 millions d'euros, un restaurant de produits bio et locaux a été ouvert, ainsi qu'un café librairie et une conserverie gérée par une association pour valoriser les ressources locales. Cela permet de recevoir des groupes et de faire connaître les paysans locaux (compotes, charcuterie...). Des discussions ont eu lieu au sein de la coopérative pour trouver des solutions d'entraide et de mutualisation, car vivre avec un SMIC aujourd'hui n'est pas simple pour toutes les familles… Pour tous, la réussite de l'entreprise semble résulter " de la solidarité d'un groupe humain qui a su garder sa cohésion malgré les tempêtes".

Alors si vous avez besoin d'un matelas, de laine à tricoter, d'un beau pull ou d'une couette de qualité, pensez à commander chez Ardelaine. Pour tout renseignement, s'adresser à: www.ardelaine.fr.

 Lyliane 

20/11/2018

Jardiner pour se retrouver et s'ouvrir à la nature...

La jardinothérapie /hortithérapie date de l'Antiquité. En effet, les Egyptiens préconisaient déjà aux personnes malades de marcher dans des jardins. quant aux Chinois, dont on sait que la médecine est essentiellement préventive, ils ont depuis des siècles crées des serres et des jardins, considérant que leur fréquentation agissait d'excellente manière sur leur santé.

L'Association pour la Promotion de la Prévention et de l'Economie Sociale en Europe fait publier un article dans la revue Priorité Santé sur les effets thérapeutiques du jardinage. Elle considère que pour des enfants, des adolescents ou des familles un simple jardin apporte beaucoup de bienfaits tant physiques que psychologiques et créatifs. C'est surtout pour le calme, le bien-être et la sérénité que jardiner est bénéfique.

Créee en 1996 à Nice, l'Association Appese adossée aux Mutuelles de France et à des partenaires a commencé des actions de tutorat scolaire dans plusieurs collèges de la ville. En 2001/2002, elle a construit un concept de jardin pédagogique, partagé et solidaire. Celui de l'Ariane au Parc Christian Lescos (trois potagers) et en 2016 celui du Prieuré du Vieux Logis à Nice-Nord pratiquent la mixité sociale et intergénérationnelle.

Ce sont la Mairie de Nice et les espaces verts de la Ville qui gèrent depuis 2017 la jardinothérapie. Des jardiniers professionnels sont présents ainsi que des psychologues pour des séances de 3 heures. Un accompagnement à la parentalité est en effet là-bas particulièrement proposé. Des valeurs comme la convivialité, le partage, le respect sont véhiculées. Chaque famille cultive son lopin, met les mains dans la terre et retrouve d'autres personnes tout en récupèrant à l'occasion les légumes plantés. Cette activité gratuite et relativement ludique permet en plus à tous de mieux comprendre le cycle des plantes et le rythme des saisons. 

Cette initiative me semble être un chemin vers la socialisation entre les personnes et l'harmonie avec la nature. On ne peut que souhaiter que partout se multiplient de telles possibilités de jardinage intergénérationnel. Municipalités et associations devraient soutenir ce type de jardins pédagogiques à installer sur des friches urbaines. S'éveiller aux couleurs, aux senteurs, aux goûts et au toucher fait en effet partie de l'éducation des jeunes. Quant aux moins jeunes, le bénéfice  est de les sortir de leur maison, de rencontrer d'autres personnes et de les obliger à gratter la terre et à respirer au lieu de rester inactifs.

Pour se renseigner, consulter par exemple:.appese@solimut.fr.

Lyliane

Chrononutrition...

La chrononutrition est l'art de se nourrir en harmonie avec les biorythmes fondamentaux de l'organisme. Il s'agit en fait de "consommer les aliments au meilleur moment de la journée, en synchronisant les besoins nutritionnels avec l'horloge biologique interne de chacun", écrit Mme Corinne Allioux-Goldfarbe, naturopathe et iridologue, dans un long article de la revue Biocontact de novembre 2018.

Les protéines animales ou végétales sont recommandées le matin au petit déjeuner, le midi est mieux pour manger des protéines animales et le soir éventuellement du poisson. Les glucides sont les féculents ou sucres lents à prendre à midi (riz, pâtes, pommes de terre…) ou en collation sous forme de fruit éventuellement. Quant aux lipides, acides gras ou fruits oléagineux, ils sont recommandés au petit déjeuner (beurre, fromage, fruits oléagineux) et avant 14 heures en général.

Les erreurs alimentaires les plus fréquentes sont un petit déjeuner essentiellement sucré, un déjeuner trop léger et un repas du soir tardif et copieux. Privilégier de toute façon les aliments de saison et non transformés. Eviter le grignotage et en cas de surpoids un soir par semaine faire une monodiète de compote de pommes non sucrée. Ne sauter aucun repas pour éviter les carences et les fringales et veiller à ce que le plaisir de manger soit conservé.

Pour en savoir davantage ou consulter Mme C. Aillioux, aller sur Internet et le site :www.corinnegoldfarbe.fr ou téléphoner au 06 65 70 94 89. Lire éventuellement l'ouvrage de Mme Aillioux: "Trouver son rythme grâce à la naturopathie".

Lyliane