Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2018

Brisez la solitude et la pauvreté par la charité et l'amitié!

La Société St Vincent de Paul nous rappelle que l'hiver, lorsque les températures chutent brusquement, ce sont souvent les personnes âgées ou les plus vulnérables qui sont les plus touchées. En effet, une personne âgée sur quatre souffre de solitude. l'hiver, le grand froid, les intempéries... contraignent souvent les plus fragiles à rester confinées chez elles dans un isolement quasi total.

Un million de ménages, en outre, cumuleraient une situation d'inconfort thermique (sensation de froid) et de vulnérabilité économique en raison des dépenses de gaz et d'électricité qu'ils ne peuvent assumer. Il faut ajouter que 140 000 personnes sans abri dont 30 000 enfants risquent de dormir dans le froid des rues cet hiver, au péril de leur santé.

Que pouvons nous faire pour les aider? Les bénévoles des Conférences gèrent des restaurants sociaux et distribuent des repas. Des hébergements d'urgence sont aussi proposés comme à Montpellier où un accueil de nuit de 15 places ouvre de 22h à 8 heures. Des visites à domicile, dans la rue, en maison de retraite sont également entreprises par des bénévoles. En soutenant de nos dons les Conférences St Vincent de Paul dans leurs démarches fraternelles, nous contribuons à faire reculer solitude et pauvreté, particulièrement au cours de l'hiver.

Pour plus d'informations, consulter sur Internet: https://www.ssvp.fr/

 Lyliane

17/01/2018

La pauvreté aujourd'hui en France selon l'association Le Secours Catholique...

Le rapport annuel du Secours Catholique a été publié en Novembre 2017 et il s'appuie sur des exemples concrets. Mme Nathalie Birchem dans le Journal La Croix s'en fait l'écho. Elle a recueilli le témoignage de bénévoles sur le terrain en Loire Atlantique (La Chapelle-Basse-Mer). Tout d'abord un rapide bilan: en 2016, le Secours Catholique a reçu 1,440 millions de personnes dans ses 3 500 lieux d'accueil. Les familles monoparentales représentent 29,6 % des ménages, les couples avec enfants:24,2%, les femmes seules:17,1% et les hommes seuls:23,1%. En tout, 56,3% des adultes secourus sont des femmes et les étrangers représentent 39% des profils accueillis.

Le niveau de vie moyen des personnes reçues au Secours Catholique est de 548 euros, soit trois fois moins que le niveau de vie moyen en France métropolitaine. Il faut noter que 19% d'entre elles sont totalement sans ressources. Quant aux besoins exprimés, 60,2% concernent l'écoute, le conseil ou l'accueil, 56%: une aide alimentaire et 18,5%: une aide pour payer le loyer, les factures d'énergie ou d'eau.

Heureusement, beaucoup se dépannent avec des épiceries sociales, des colis alimentaires et des vide-greniers pour se vêtir ou habiller les enfants. Les banques ne sont pas compréhensives en cas de découvert et souvent les familles ne peuvent ni se chauffer, ni mettre de l'essence dans un véhicule pour se déplacer. Comment trouver un travail dans ces conditions, surtout après 50 ans?

Pour tous, "la vraie misère c'est de n'avoir plus de toit au-dessus de la tête". Car les loyers sont pour la plupart des familles trop élevés. Il ne leur reste que le minimum vital, quand celui-ci est réglé. C'est pourquoi le Secours Catholique envisage de créer sa propre agence immobilière vers la fin de l'année 2018. L'Association espère ainsi prendre en charge 200 ménages en Ile-de-France sur les 4 millions de personnes mal logées recensées par la fondation Abbé Pierre. Pour ce faire, les propriétaires seraient incités à effectuer des actes de solidarité.

Quant à la santé, il vaut mieux ne pas tomber malade quand on est en situation de précarité. En effet, le reste à charge des soins et traitements pèse sur le budget. Sur le plan scolaire, les enfants ne restent généralement ni à la cantine, ni à l'étude par souci d'économie. Pas question non plus de les envoyer en classe verte, de leur faire faire un sport ou de partir avec eux en vacances... La plupart reste chez soi et espère des jours meilleurs!

Le Centre d'accueil et de rencontres de Loire Atlantique (à 30 km de Nantes) mise sur l'entraide entre familles en grande précarité et les aide à sortir de leur isolement. Ils échangent deux fois par mois de bons plans pas chers, des recettes, des projets de sorties aux alentours. Des bénévoles les écoutent et les conseillent en cas de besoin. Bref, la misère partagée paraît déjà moins lourde à porter!

Pour aider le Secours Catholique ou se renseigner sur les lieux d'accueil dans notre pays, consulter le site: www.secours-catholique.org.

Lyliane

Ces héros qui changent le monde, dans le nouveau numéro de GEO Hors-série...

 

GEO - Mardi 19 décembre 2017
 
CES Héros qui changent le monde...

Médecine, écologie, éducation, droits de l'Homme... Ils s'engagent et se battent pour rendre la planète plus belle. Dans son nouveau numéro, GEO dresse les portraits de ces acteurs du changement. En vente dès ce mercredi chez votre marchand de journaux.

 

L'édito - Ils rêvent d'un autre monde

Faut-il des héros pour changer le monde ? Un dialogue me revient en mémoire, entre Galilée et son disciple Andrea, dans la pièce de Berthold Brecht, La Vie de Galilée : «Malheureux le pays qui n’a pas de héros», disait Andrea. «Malheureux le pays qui a besoin de héros», répondait Galilée… Qu’importe. Nous avons fait le choix de vous présenter ce numéro qui met en avant ces hommes et ces femmes qui changent le monde. Et de les qualifier de héros. Le flot continu des informations, en effet, projette sur le devant de la scène quelques acteurs majeurs, des hommes politiques, des vedettes du sport et du show-biz, voire, hélas aussi, des guerriers ou des terroristes. Les mêmes noms viennent et reviennent à la lumière, et cette lumière crée l’ombre qui, justement, masque l’existence de citoyens exceptionnels. Au sein d’associations ou d’entreprises, ceux-ci inventent de nouveaux procédés, technologies ou liens de solidarité qui vont changer le monde. De ces hommes et ces femmes, les «grands-messes » de chefs d’Etat qui se penchent sur l’avenir de la planète parlent peu. Pourtant, sur le terrain, dans les villes, les laboratoires, les forêts, les écoles, ces citoyens créent les conditions qui permettront à l’humanité de vivre mieux et autrement.

Epiphénomènes ? Non. Le foisonnement des initiatives est saisissant. Porté par l’aspiration, celles des jeunes notamment, de créer des conditions pour que le monde de demain soit meilleur que celui d’aujourd’hui. Pour sélectionner les réalisations les plus marquantes, la rédaction de GEO n’est pas, bien entendu, partie de rien. Nous avons d’abord analysé le travail de sélection effectué par de nombreuses entreprises et fondations (Ashoka, Yves Rocher, Schwab, Rolex, etc.). Nous avons ensuite écarté les actions trop locales ou trop peu abouties pour être significatives. Enfin, puisque nous ne voulions pas vous présenter un annuaire ennuyeux, nous avons retenu les acteurs dont les images ont marqué nos esprits et nous disent le contexte, géographique notamment, du combat qu’ils mènent.

Laxmi Argawal, Latifa Ibn Ziaten, Andrew Bastawrous, Bunker Roy, Vandana Shiva… Certains rejoindront peut-être, un jour, le Panthéon des héros (Luther King, Gandhi, Mandela…) qui ont compté dans l’Histoire. D’autres resteront enfouis dans ses tiroirs oubliés. D’autres encore devront cesser leur combat, de force, car dans certains pays, quand la défense de l’homme ou de la nature déplaît au pouvoir en place ou aux intérêts privés, le militantisme se paye avec le prix du sang et l’héroïsme confine au martyre. Mais tous ces héros de l’humanité ont un point commun : ils rêvent d’un monde meilleur, et, pour y parvenir, ils commencent par changer la vie de ceux qui les entourent, la leur aussi, sans attendre l’action des Etats ou des institutions politiques, qui, un jour, espèrent-ils, relaieront et amplifieront leurs actions en créant des lois ou des droits nouveaux. L’écrivain Albert Camus nous l’avait déjà appris : «Pour qu’une pensée change le monde, il faut d’abord qu’elle change la vie de celui qui la porte.»

Eric Meyer, rédacteur en chef


Au sommaire de GEO Hors-série

Acteurs du changement - Portraits de onze personnalités engagées pour le mieux-être de la planète.

Rencontre - Face aux atteintes aux droits de l’homme, aux pillages des ressources, à la déforestation, l’activiste indienne Vandana Shiva en appelle à la désobéissance civile.

Préserver la Terre

Sarah Toumi : une entrepreneuse face au désert. Elle veut faire reverdir la Tunisie et donner du travail aux agricultrices.

Cary Fowler : il a créé l’arche de Noé de la biodiversité. Des graines du monde entier affluent vers ce «coffre-fort» construit en Norvège, dans l’archipel du Svalbard. Reportage.

Valérie Cabanes, juriste, spécialiste des droits de l’homme. Cette femme défend les peuples autochtones face aux abus des multinationales les plus polluantes.

Améliorer le quotidien

Bunker Roy : il a fondé le Barefoot College. Cette ONG indienne forme des femmes analphabètes à l’ingénierie solaire pour éclairer des villages isolés et démunis. Reportage sur les «mamas solar» à Zanzibar.

Jack Sim : le roi du petit coin. Cet ancien entrepreneur singapourien se bat pour que tout le monde ait accès aux toilettes.

Transformer l’espace urbain

Architectes - Les inventeurs de villes zéro carbone. Ils repensent l’urbanisme pour réduire l’impact de l’homme sur l’environnement. Voici quatre de leurs projets.

Kimbal Musk : un pionnier de l’agriculture urbaine. Aux Etats-Unis, il a créé des containers haute technologie pour cultiver en ville.

Daan Roosegaarde : designer néerlandais. Il a conçu des tours dépolluantes pour rendre les cités plus belles et plus propres.

Réparer les vivants

Conor Walsh : le surdoué de la robotique médicale. Ses combinaisons connectées permettent aux victimes d’un AVC de remarcher plus vite.

Andrew Bastawrous : il sauve des yeux avec un smartphone. Cet ophtalmologue a inventé des solutions pour diagnostiquer des populations isolées dans la brousse africaine.

Alain Brunet : un psychologue contre les traumas. Son traitement efface la douleur liée à un souvenir épouvantable.

Mehmet Yigit : le chimiste anti-Ebola. Avec ses équipes, il a conçu un test rapide et bon marché pour dépister le virus.

Défendre une éthique

Latifa Ibn Ziaten : une mère contre la radicalisation. «Je me bats pour qu’il n’y ait pas d’autres Mohamed Merah», explique-t-elle.

Laxmi Agarwal - Victime d’une attaque à l’acide, défigurée, cette Indienne a décidé d’aider les femmes qui ont connu le même sort.

Silva Watt-Cloutier - Cette Inuite se bat pour le «droit au froid», afin de sauver les peuples de l’Arctique.

Tribune - L’écrivain Lionel Astruc rend hommage aux centaines de défenseurs de l’

14/01/2018

Lait contaminé Lactalis: pétition à signer.

epuis un mois, 35 nourrissons ayant consommé du lait contaminé Lactalis sont atteints de salmonellose. Ségolène, maman d'un bébé de 5 mois lui aussi infecté, a lancé une pétition signée par 50 000 personnes pour que les produits infantiles soient soumis à plus de contrôle. 

Cette semaine, les principaux groupes de distribution alimentaire ont reconnu avoir vendu des lots de lait contaminé dont le retrait avait pourtant été ordonné, mettant en danger la santé de milliers d'enfants partout en France. Pour Ségolène et les familles de victimes, les industriels et le gouvernement doivent prendre leurs responsabilités pour éviter d'autres contaminations.

"Nous demandons la totale transparence sur les processus de fabrication pour un meilleur contrôle de ce que mangent nos enfants." déclarait il y a quelques jours Ségolène dans la presse.

Vous voulez rejoindre le mobilisation ? Cliquez ici pour signer la pétition.

 
 
 
Adressée à Bruno Le Maire, Agnès Buzyn, Professeur Boris Vallet, Stephane Travert, Guillaume Garot, Roger Genet, Roland Lescure, Jean-Philippe Girard, Michel Nalet, Emmanuel Besnier, Paul Bulcke, Mark Schneid...
 
 
   

51 481
Signataires

 
 

 

 
 
J
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
         
 
  
   
 
 

13/01/2018

Journée mondiale du migrant et du réfugié: le 14 janvier 2018...

Selon un article du Secours Catholique, le 14 janvier 2018 aura lieu la journée mondiale du migrant et du réfugié. A cette occasion, le pape François demande que l'on leur offre "de plus grandes possibilités d'entrée sûre et légale dans les pays de destination, de les intégrer en diffusant les bonnes pratiques existantes, de promouvoir leurs compétences et de défendre leur dignité à la fois dans les pays d'origine et dans les pays d'immigration".

09/01/2018

Qui va pouvoir bénéficier du chèque énergie selon le Figaro?

 

Qui va pouvoir bénéficier du chèque énergie

Élargi à toute la France depuis le 1er janvier après une expérimentation dans plusieurs départements, le chèque énergie, d'un montant moyen de 150 euros et distribué le 26 mars, remplace les tarifs sociaux pour les foyers les plus modestes. Retour sur cette mesure phare du gouvernement visant à lutter contre la précarité énergétique.

Pour Nicolas Hulot, le constat est clair: «Nous ne pouvons accepter que les Français les plus démunis aient à faire un choix entre manger et se chauffer». D'où la nécessité, selon lui, de généraliser le chèque énergie. Ce dispositif, lancé en 2016 par Ségolène Royal, a été testé en 2016 et 2017 dans quatre départements. Il est depuis le 1er janvier proposé à tous les Français en précarité énergétique en remplacement des tarifs sociaux de l'énergie. En quoi consiste-t-il et qui va en bénéficier?

• Qu'est-ce que le chèque énergie?

Sponsorisé par DELL

Découvrez les solutions d'accompagnement pour le développement technologique des TPE/PME.

DÉCOUVREZ

Il s'agit d'un chèque versé par l'administration aux ménages modestes pour les aider à payer leur facture énergétique. Son montant varie selon la composition du foyer et les revenus déclarés. Il s'échelonne de 48 à 227 euros avec un montant moyen de 150 euros. Depuis le 1er janvier, ce chèque remplace les tarifs sociaux de l'énergie. Jusqu'ici, les personnes en difficulté pouvaient bénéficier du tarif spécial de solidarité (TSS) pour le gaz ou du tarif de première nécessité (TPN) pour l'électricité, selon plusieurs critères d'éligibilité (aides sociales de santé, revenus…). Ces aides étaient directement gérées par les fournisseurs. Elles disparaissent donc au profit du seul chèque.

» LIRE AUSSI - Trois quarts des Français ont froid dans leur logement

Première nouveauté: contrairement aux tarifs sociaux, qui ne concernaient que les personnes se chauffant au gaz et à l'électricité, le chèque permet de payer tous les types d'énergie (électricité, gaz naturel, chaleur, gaz de pétrole liquéfié, fioul domestique, bois, biomasse, ou autres combustibles destinés au chauffage ou à la production d'eau chaude). Autre changement majeur: le chèque énergie peut être utilisé pour financer des travaux de rénovation des logements. «Les travaux pouvant être financés par le chèque énergie sont ceux qui répondent aux critères d'éligibilité du crédit d'impôt transition énergétique (CITE)», précise le ministère de la Transition écologique.

Ce chèque, valable jusqu'au 31 mars de l'année suivant son émission, sera distribué à partir du 26 mars sur l'ensemble du territoire national.

• Qui peut en bénéficier?

Ce chèque est destiné aux personnes qui «peinent à payer leurs factures d'énergie», comme le précise dans un communiqué Sébastien Lecornu, secrétaire d'État auprès de Nicolas Hulot. Le plafond du revenu fiscal de référence donnant droit au chèque énergie est de 7700 euros par an pour une personne vivant seule et 16.170 euros pour un couple avec deux enfants. «Pour y être éligible, il faut simplement avoir déclaré ses revenus auprès des services fiscaux (déclaration d'impôt sur les revenus de l'année 2016), même en cas de revenus faibles ou nuls. Il faut en outre habiter dans un logement imposable à la taxe d'habitation (même si le bénéficiaire en est exonéré)», précise le gouvernement. Au total, près de 4 millions de ménages vont en bénéficier.

» LIRE AUSSI - Un Français sur cinq peine à payer ses factures d'énergie

• Faut-il en faire la demande?

Non. L'administration fiscale se charge d'établir chaque année une liste de foyers éligibles. Ces derniers recevront ensuite automatiquement par la poste leur chèque énergie. Il n'y a donc aucune démarche à faire pour le recevoir, contrairement au système des tarifs sociaux. Le ministère de la Transition écologique a toutefois mis en place un simulateur permettant de vérifier son éligibilité et de connaître le montant du chèque. Le gouvernement lance aussi un message d'avertissement: «aucun démarchage à domicile ou par téléphone n'est réalisé. Les usagers ne doivent donc en aucun cas communiquer leurs informations bancaires ou personnelles à des personnes prétendant leur fournir le chèque énergie».

• Comment utiliser ce chèque?

Il suffit de le remettre directement au fournisseur d'énergie pour payer sa facture. Le chèque est aussi utilisable en ligne via le portail mis en place par le gouvernement. C'est également via cette plateforme qu'il est possible de contacter une assistance ou déclarer la perte ou le vol du chèque.

• Ce chèque énergie va-t-il faire des perdants?

Oui, selon certains observateurs, qui estiment à 1,3 million le nombre de personnes lésées par l'élargissement du dispositif. Parmi eux, les personnes se chauffant au gaz qui pouvaient cumuler les deux tarifs sociaux (TSS et TPN). Pour ces dernières, l'aide moyenne s'élevait à 220 euros. Elle tombera donc à 150 euros. Ces critiques sont toutefois balayées par le gouvernement qui préfère préciser que la palette de bénéficiaires sera élargie. Le ministère de la Transition écologique rappelle par ailleurs que les tarifs sociaux rataient leur objectif. «D'une part, le nombre de bénéficiaires effectifs était sensiblement inférieur au nombre d'ayants droit. D'autre part, le niveau d'aide était différent selon le mode de chauffage», explique-t-il dans un communiqué. Selon les équipes de Nicolas Hulot, le chèque énergie est «plus équitable et plus efficace» avec un montant «plus élevé pour les ménages les plus modestes».

Le gouvernement en veut pour preuve les résultats jugés positifs de l'expérimentation menée ces deux dernières années dans les Côtes d'Armor, l'Ardèche, l'Aveyron et le Pas-de-Calais. Il constate ainsi dans ces départements «une augmentation des foyers aidés parmi les ménages vulnérables par rapport aux tarifs sociaux». Plus de 170.000 chèques ont été envoyés et 135.000 ménages ont utilisé ce chèque dès la première année d'expérimentation. Parmi les bénéficiaires, 70% se trouvaient dans la tranche de revenus la plus basse, où le montant du chèque est le plus élevé. Le gouvernement met aussi en avant «une bonne compréhension du dispositif par les bénéficiaires et les professionnels: 93% des ménages disent ne pas avoir rencontré de difficultés pour l'utiliser».

Ces arguments sont aussi défendus dans une tribune par Jean Gaubert, médiateur national de l'énergie. Lui aussi voit dans les tarifs sociaux «un système complexe, structurellement inefficace, mais aussi inégalitaire, insuffisant et coûteux». Le chèque apporte selon lui «des corrections plus qu'utiles au système hérité des lois de libéralisation, tout en préservant les droits liés au bénéfice de l'aide sociale».

• Combien va coûter la mesure?

Selon les projections effectuées par Ségolène Royal, l'élargissement du chèque énergie à toute la France va coûter cette année 600 millions d'euros. Une somme qui devrait grimper en 2019 à 800 millions d'euros. En effet, le ministère de la Transition écologique veut revaloriser de 50 euros en moyenne le montant de ce chèque l'an prochain, pour le porter à 200 euros en moyenne par ménage et par an. Une dépense utile selon Nicolas Hulot: «C'est une mesure sociale et solidaire à laquelle je tiens beaucoup», a-t-il expliqué.

05/01/2018

Sensibiliser au handicap...

Le Journal gratuit 20 Minutes, dans son édition du 14 décembre 2017 et sous la plume de Mme M. Frénols, nous informe d'une nouvelle application susceptible d'aider des personnes porteuses d'un handicap invisible. Mr Daniel Tinmazian, père d'une jeune fille de 15 ans, en difficulté sur les pistes de ski comme en ville, a imaginé en effet une plateforme" d'entraide et de bienveillance" à travers la start-up Lpliz. Gratuite, cette application est disponible depuis le 6/12/2017 sur Google Play et elle compte déjà une centaine d'utilisateurs. Par la suite, un label pourrait être crées.

Mr Tinmazian a levé 15 000 euros grâce au financement participatif, ce qui lui a permis de lancer Lpliz. Le fonctionnement de l'application est simple: la personne handicapée précise l'activité qu'elle pratique et les aides dont elle pourrait avoir besoin. Les gens alentour reçoivent une notification signalant la demande. S'ils le peuvent, ils prennent contact pour aider.

Pourquoi ne pas imaginer dans un futur proche des stations de sports d'hiver, des parcs d'attraction, des hôtels, des bus ou autre portant le label Lpliz? Pour en savoir davantage ou télécharger l'application, contactez www.lpliz.com.

Lyliane

02/01/2018

Une femme québécoise en rémission de cancer témoigne de son expérience...

Journaliste et animatrice bien connue au Québec, Mme Josée Blanchette raconte dans le journal Néosanté comment elle a déjà traversé 3 cancers. Elle a publié un livre dans lequel elle donne la parole à des personnes autour d'elles et raconte sa propre expérience. S'intéressant aux guérisons spontanées, elle lance même de nouvelles pistes pour prévenir et soigner autrement que par chimiothérapie la maladie cancéreuse. Cet ouvrage n'est malheureusement pas disponible en Europe, mais il est paru chez Flammarion au Québec..

Mme Blanchette rapporte la réponse que son père, pneumologue et philosophe, avait l'habitude de donner à toute question:"Je ne sais pas pondre l'œuf mais je sais quand il est pourri". Elle utilise à son tour cette image pour étayer son témoignage. De toutes les décisions qu'elle a eu à prendre dans sa vie, elle avoue que celle d'aller ou non en chimio a été la plus difficile. Des pressions familiales, amicales, sociales et médicales en effet ne lui facilitaient pas la tâche.

Elle a finalement pris la décision de céder à la médecine officielle pour son fils de 10 ans. Très vite, des effets secondaires (perte du goût, troubles nerveux, froid dans les extrémités...) se sont manifestés. Elle a noté également le coût de la chimio pour l'Etat (20 000 euros pour 6 mois), car les compagnies pharmaceutiques font payer très cher leurs médicaments. En novembre 2014, Mme Blanchette s'interrogeait à Télé-Québec sur l'utilité de la chimiothérapie, notamment pour les personnes âgées...

En 2015, une étude de chercheurs fut publiée dans JAMA Oncology sur la qualité de vie et les chimios palliatives. Le bilan était loin d'être positif! Evidemment, personne ne peut savoir à l'avance comment on réagit à une chimiothérapie et beaucoup meurent, prolongés de 3 ou 4 mois seulement. Mme Blanchette a demandé alors à son oncologue si elle pouvait prendre part à une étude pour connaître ses chances de survie. Elle finit par arrêter dans un instinct de survie ayant la sensation d'être intoxiquée par les médicaments proposés...

Elle a réalisé que notre médecine est plus axée sur le curatif que le préventif. Et les statistiques faites en 2004 sont là: "on a observé une amélioration du taux de survie après 5 ans pour seulement 13 des 22 cancers étudiés." La question des récidives  s'est posée à elle à deux reprises également. Au fond, Mme Blanchette a abandonné la chimio en tablant sur des actions de prévention au quotidien. Elle a voulu surtout privilégier sa qualité de vie...

Quant aux rémissions spontanées, selon l'américaine Kelly A. Turner, elles ne sont pas du tout aléatoires et correspondraient à des profils particuliers. La chercheuse, titulaire d'une B.A. à Harvard et d'un doctorat à Berkeley, a réussi à dégager 9 facteurs fondamentaux communs à tous les patients qui ont guéri du cancer. Elle s'est intéressée à plus de 100 patients et elle a rencontré des praticiens holistiques ainsi que des "survivants de cancer" dans 10 pays différents. Pour elle, "ces gens-là ont tous fait quelque chose, même s'il n'y a pas de recette".

Voici selon elle les 9 facteurs découverts:

1) changer radicalement son alimentation

2) prendre sa santé en mains

3) suivre son intuition

4) prendre des  suppléments et des plantes médicinales

5) libérer les émotions refoulées

6) cultiver les émotions positives

7) miser sur le soutien social

8) approfondir sa spiritualité

9) avoir de bonnes raisons de vivre

 

La modification de l'alimentation lui semble essentielle (arrêt total du sucre, du blé, des produits laitiers, de la viande...). Certains ont jeûné quelque temps. Pour tous: fruits et légumes bio occupent 50% de leur assiette. L'utilisation de probiotiques, de prébiotiques, d'enzymes, de champignons, d'aloé vera, de vitamine C, de jus vert ... est aussi relevé. La méditation, le pardon, le désir de changer, de fuir toutes les causes de stress, de se servir de son instinct, de se connecter à plus Grand que soi paraissent aussi au cœur de leur nouveau style de vie.

En conclusion à cet article de Néosanté, je cite la phrase choc finale:" Guérir est possible n'importe quand et à n'importe quel stade de sa maladie, même quand ton médecin a abandonné tout espoir".

Pour consulter les articles de la revue Néosanté, contacter le site: www.neosante.eu

Lyliane

 

Les jus de légumes, voire de végétaux sont-ils bons pour notre santé?

Dans Version Femina, Mme Ingrid Haberfeld , en s'appuyant sur les conseils d'une diététicienne et naturopathe Mme Claire Desvaux, fait le point sur des boissons naturelles qui connaissent actuellement un grand succès. Un bon moyen de purifier et détoxifier son organisme, tout en renforçant ses défenses immunitaires en faisant attention de consommer ces jus à peine extraits et en dehors des repas! Il est possible d'en faire des cures de plusieurs semaines ou d'y recourir de temps en temps lorsqu'on en ressent le besoin. Les femmes enceintes, allaitantes ou les personnes allergiques aux pollens ou aux graminées devront apparemment soit éviter ces jus soit en boire avec parcimonie.

Tout d'abord, le jus d'herbe de blé, censé nous apporter de la chlorophylle, des minéraux, des vitamines et des antioxydants. On peut certes faire pousser le blé soi-même à partir de graines achetées en magasin diététique. Mais cela prend une dizaine de jours et demande un peu de travail avant de pouvoir mettre les pousses dans un extracteur. Il est conseillé d'y ajouter une pomme et un jus de citron pour rehausser la saveur. On peut aussi acheter des jus d'herbe de blé en poudre à mélanger dans un verre d'eau, un lait végétal ou un jus de fruits (1 cuillère à café de poudre suffit). 

Le jus d'orge est recommandé pour ses vertus nutritives (protéines) et notamment sa vitamine K. Toutefois éviter ou consommer avec modération ce jus lorsqu'on suit un traitement anticoagulant. Il est également possible de faire pousser l'orge soi-même et après extraction d'ajouter une carotte, un concombre ou une branche de céleri. En boutique bio, on trouve la poudre de jus d'orge prête à être consommée, diluée dans un verre d'eau à raison d'une cuillère à soupe.

L'aloe vera, tiré de l'aloès, est réputé stimuler notre système immunitaire et avoir des propriétés antibiotiques et antivirales. Le jus est extrait de la pulpe des feuilles. On le trouve généralement prêt à l'emploi en boutiques bio, en parapharmacie ou en pharmacie. Il est conseillé de diluer 30 ml de jus dans un peu d'eau ou de jus de fruits. La naturopathe recommande le jus d'aloe vera aux changements de saison ou en cas de coup de froid.

Le jus de bouleau est bon pour "remettre notre organisme à neuf". Sa richesse en potassium favorise l'élimination des toxines et sa richesse en vitamine C et en silicium aide à retrouver la forme. Une version prête à l'emploi (10 ml à chaque prise dans de l'eau trois fois par jour) est proposée au printemps en pharmacie ou en boutiques diététiques. Les habitants du Nord de l'Europe sont habitués à utiliser de petites perceuses pour extraire le jus du bouleau sauvage au fur et à mesure des besoins.

Enfin, le jus de pissenlit a été récemment redécouvert par des amateurs qui lui reconnaissent des propriétés antifatigues exceptionnelles grâce à son fer, son cuivre, son manganèse et son sélénium... Cueillir dans la nature loin de zones polluées ou dans son jardin une poignée de feuilles de pissenlit. Une fois lavées, mettre les feuilles dans l'extracteur avec deux branches de céleri, deux pommes et un concombre coupés en morceaux.

On peut varier les jus avec du chou, de la betterave, du fenouil coupé fin, selon les goûts. Les diététiciens conseillent de diluer les jus en raison de leur forte concentration. Pour en savoir davantage, consulter par exemple sur Internet: 

 

01/01/2018

Jouons en 2018 à :"Et si je remplaçais telle chose par telle autre plus économique ou écologique"...

Chers amis de Prêle!

Tous mes voeux en ce début 2018, moment où généralement nous prenons de "bonnes résolutions ", des voeux certes de bonne santé, de joies quotidiennes, familiales, spirituelles et collectives, de sérénité et de paix du coeur, ce qui implique en toute occasion de remplacer nos peurs et nos conditionnements par de la créativité, de la responsabilisation personnelle et de l'engagement citoyen!

Cela peut commencer par de petites choses: donner nos vêtements usagés à des associations qui recyclent ou donnent alentour, remplacer le papier WC triple épaisseur coloré d'une marque connue par du papier recyclé gris ou blanc, utiliser du bicarbonate alimentaire en poudre (rayon du sel) pour nous brosser les dents et enlever le tartre, cirer nos chaussures avec l'intérieur de la peau d'une banane...

Ou même des actions plus fortes comme de choisir comme banque un établissement éthique (La Nef par exemple), de changer nos habitudes en remplaçant nos achats en supermarché par des aliments obtenus en circuits courts avec des produits bios et locaux, de prévoir pour les beaux jours en guise de voyages lointains la redécouverte de nos provinces, la visite à une vieille tante esseulée, à la place de cadeaux coûteux, confectionner nous-mêmes des objets plus modestes mais qui pour nous ont du sens (albums photos, poupées de chiffons, boutures ou graines de fleurs...). Une année 2018 en somme avec moins de gaspillages et de jérémiades, avec davantage d'idées neuves solidaires et alternatives, de sourires et de joie de vivre!

Car, si nous désirons que le monde change autour de nous, cessons de nous plaindre de tout, d'accuser les politiques, l'Europe, les étrangers et d'attendre que les changements nous soient un jour imposés de l'extérieur. Il me semble que c'est d'abord en chacun de nous, par nos pensées bienveillantes et créatrices en faveur de nos proches, de nos élus et de notre planète, l'utilisation réfléchie de notre carte bleue, la signature de pétitions en faveur d'améliorations comme pour des cantines scolaires avec une nourriture plus saine, par la réduction et le ramassage de tous nos déchets, par une attitude agréable au volant, à pied ou à bicyclette... que les changements commenceront à se mettre en place dans nos vies.

Comme cadeau du jour de l'an et pour inaugurer le jeu du :"Et si je remplaçais telle chose par telle autre plus économique ou écologique...", je vous fais complices de ma recette du " gâteau au chocolat et à la pomme de terre". Car, après avoir goûté ce gâteau dans notre Amap, je m'y suis mise: j'ai remplacé la farine par des pommes de terre écrasées et le beurre par de la crème de coco. Essayez, c'est délicieux, économique, sans gluten, sain et rapide.

Pour 4 personnes environ, il vous faut: 3 pommes de terre bien cuites à l'eau, 40 cl de crème de coco (le lait végétal ou la crème fraîche peuvent peut-être marcher aussi bien!), 150 g de chocolat noir mis à fondre au bain marie, 100g de sucre de canne (ou éventuellement un peu plus selon le goût), 100g de poudre d'amandes, ou bien de poudre de noisettes, de noix de coco râpée, d'eau de fleurs d'oranger, de zestes d'oranges ou de citrons, plus 2 oeufs entiers.

On écrase à  la fourchette les pommes de terre épluchées, on mélange tous les ingrédients dans un saladier, puis on verse l'ensemble dans un moule huilé. Ensuite  on enfourne 35 minutes environ à four préchauffé (200° environ). La pointe d'un couteau doit ressortir sèche!

Qui dit mieux et veut jouer avec moi? D'avance merci de votre participation active!

Lyliane

 

31/12/2017

Macantinebio: un site pour mieux manger à l'école...

L'Association de consommateurs indépendante "Agir pour l'environnement" nous propose pour 2018 en quelque sorte de "passer à la vitesse supérieure" en ne cédant rien face aux lobbies agricoles, énergétiques ou industriels et en demandant aux citoyens de faire entendre partout la voie de l'écologie.

Pour cette nouvelle année, l'association en lien avec la F.C.P.E (Fédération des Conseils de Parents d'élèves) a mis en ligne un site référençant plus de 50 000 établissements scolaires. Cela permettra à l'ensemble des citoyens français d'interpeller les gestionnaires d'établissement et les élus locaux, afin qu'ils prennent la décision d'augmenter fortement la part de bio d'origine locale en restauration scolaire.

A ce jour, en effet, 7 millions de repas sont servis dans les cantines scolaires et moins de 3% des aliments servis en primaire, collège ou lycée sont issus de l'agriculture biologique. Selon une enquête récente, le fait d'augmenter la part du bio n'augmente pas nécessairement le coût du repas. Il a été remarqué qu'un effort pour réduire le gaspillage alimentaire compense largement cet effort.

Demandons donc à tous les établissements scolaires de pouvoir, d'ici 2022, arriver à un seuil de 20% de produits bio et locaux. Il faudrait bien entendu que les pouvoirs publics soutiennent la conversion en bio de 400 000 hectares soit 14% de la surface agricole utile. Selon Agir pour l'Environnement, cet objectif est tout-à-fait atteignable si la France s'en donne d'ores et déjà les moyens!

Après cela, ce seront les cliniques, hôpitaux et maisons de retraite qui devront être sollicités, afin de fournir des repas sains aux personnes malades ou âgées... Diffusons pour le moment autour de nous le nom du site pour demander que nos jeunes mangent mieux à l'école. Il s'agit de: www.macantine.bio et du site www.agirpourlenvironnement.org ou par téléphone appelez le 01 40 31 02 37..

Bonne année pour la planète et ses habitants en 2018!

Lyliane

28/12/2017

Certains craquent pour le chocolat cru...

Ce seront bientôt les fêtes de fin d'année. La nouvelle gourmandise bio que s'arrachent les adeptes du "raw food" (alimentation crue) s'appelle le chocolat cru! Le journal Version Femina sous la plume de Mmes I. Haberfeld et M. Loriol nous explique la différence de ce super aliment avec du chocolat traditionnel: les fèves de cacao ne sont pas torréfiées, donc non soumises à de hautes températures. Tout d'abord, elles sont fermentées, puis lavées. Ensuite la poudre et le beurre de cacao sont extraits à basse température entre 42° et 45°C. Ce procédé de fabrication, issu de la tradition maya, garantit une meilleure préservation des nutriments.

Si vous croquez dans du chocolat cru, "il est ntense en bouche, voire proche de l'amertume". Si sa texture est moins crémeuse que le chocolat classique, il s'apparente à ce dernier pour ses calories: 550 kcal/100g. Toutefois l'avantage est que le cacao cru renferme beaucoup d'antioxydants (flavonoïdes). en s'opposant aux radicaux libres générés par la pollution, les UV ou encore le stress; de ce fait ils limitent le vieillissement prématuré de notre épiderme. Le chocolat cru contient en effet cinq fois plus d'antioxydants que le thé noir et trois fois plus que le chocolat noir, le thé vert et les baies d'açaï.

L'article conseille de croquer dans du chocolat cru pour retrouver la forme en cas de fatigue. Selon l'Observatoire des aliments, si le chocolat traditionnel renferme 206 mg de magnésium, 100 g de chocolat cru apporterait 450 mg de ce minéral indispensable pour lutter contre la fatigue physique et intellectuelle, combattre le stress et retrouver un bon sommeil. Il y aurait également du fer, du manganèse, du phosphore, de la théobromine, favorisant la concentration et pratiquement toutes les vitamines du groupe B.

Il existerait encore assez peu de chocolatiers spécialisés comme Rrraw - www.rrraw.fr- mais des sites comme lovingearth.fr, sol-semilla.fr ou moringaandco.com en proposent. Les magasins bio (Naturalia notamment) vendent en principe poudre de chocolat cru, tablettes et truffes, en soulignant que le chocolat cru renferme aussi des fibres, des protéines (10g pour 100g) et des acides aminés utiles à notre organisme. Essayez par exemple un chocolat chaud au chocolat cru ou bien mettez en dans vos pâtisseries et vous verrez!

Lyliane

 

25/12/2017

Aider les enfants syriens et irakiens réfugiés au Liban et au Kurdistan à suivre leur scolarité...

L'Association CCFD-Terre solidaire nous fait savoir qu'environ 8,4 millions d'enfants syriens sont affectés par le conflit actuel (alimentation, soins de santé, traumatismes psychologiques...) et que 900 d'entre eux vivent dans des camps de réfugiés de la Plaine de la Bekaa au Liban. Leurs conditions de vie sont difficiles. Le CODSSY, organisation partenaire du CCFD, apporte une aide alimentaire, médicale et psychologique aux réfugiés de ces camps.

La mission de proposer un apprentissage scolaire et des activités d'éveil aux enfants repose à la fois sur l'Association locale Alphabet et par une association fondée par Mme Ranim, une syrienne, animée par des professeurs réfugiés. Déjà 7 écoles ont été crées pour des enfants de 5 à 14 ans, afin de leur permettre d'acquérir une éducation de base et des activités créatives. Car ces enfants sont un espoir pour construire l'avenir de leur pays.

D'autre part, le CCFD nous apprend que depuis 2014 plus de 3 millions d'Irakiens ont fui leur région. La moitié d'entre elles soit environ 1 million de personnes ont trouvé refuge au Kurdistan irakien et attendent de savoir si elles peuvent rentrer dans leur pays. Parmi elles se trouvent beaucoup d'enfants de chrétiens d'Irak chassées par Daesh. Elles ne savent pas encore si leur sécurité pourrait être assurée à leur retour. Il y aura également des écoles à reconstruire ou à réhabiliter. Une association  partenaire sur place du CCFD, Ponte Per,  accueille déjà 450 écoliers de 6 à 12 ans et plus de 30 professeurs. 

Dans  l'un et l'autre cas, une aide concrète serait bienvenue par exemple pour financer l'achat de fournitures scolaires ou construire de nouvelles classes. Pour faire un don ou s'informer sur le CCFD, contacter via Internet: www.ccfd-terresolidaire.org.

Lyliane

 

21/12/2017

Se soigner en fonction de son type de microbiote...

Selon le Journal Plantes et Santé, notre flore intestinale joue un rôle fondamental dans notre organisme. En effet, au cours des dernières années, des scientifiques français ont décodé les gènes microbiens qui sont abrités dans nos intestins et ils ont souligné le rôle clé de ce qu'ils nomment le microbiote. Nous sommes, écrit Mme A. Gadenne dans ce journal, véritablement "sortis de l'ère pasteurienne, qui nous a longtemps fait considérer les bactéries et autres microbes comme des ennemis à abattre". Des ouvrages ont également joué un grand rôle comme le best seller " Le charme discret de l'intestin" de Mme Giulia Enders paru aux Editions Actes Sud  et  "Les bactéries, des amies qui vous veulent du bien" du Pr Gabriel Perlmuter et du Dr A.M. Cassar, paru aux Editions Solar. 

Dorénavant, les chercheurs ont pris conscience que notre microbiote fonctionne comme un organe à part entière. A partir de la naissance en effet une symbiose s'installe progressivement: la  richesse de la flore est favorisée par un accouchement par voie basse et un allaitement au sein. Elle se stabilise autour de 2-3 ans, mais elle se modifie chez la personne âgée vers 65 ans car la biodiversité diminue. Une alimentation saine à base de végétaux notamment est alors particulièrement recommandée. En tout état de cause, nos cellules intestinales sont capables d'assimiler certains nutriments, de faire la synthèse des vitamines K et B12 essentielles au renouvellement cellulaire et à la fabrication des globules rouges.

En parallèle, l'article souligne que la Phyto-aromathérapie et des compléments alimentaires (charbon végétal, aloe Vera, propolis...) peuvent soigner les déséquilibres de ce microbiote et leurs symptômes ( dysbiose, candidose, diarrhées, ballonnements...), car les microbes sont nos alliés contre les maladies. Aussi, les anti-inflammatoires, les antibiotiques et l'aspirine seraient plutôt à réserver aux cas d'urgence. Par contre, des probiotiques, des extraits de pépins de pamplemousse, des bourgeons de noyer, des huiles végétales riches en oméga 3, de la citrulline, de la glutamine... seraient capables de restaurer la flore intestinale.

Le Dr Bruno Donatini, gastro-entérologue, a développé une méthode originale  pour déterminer à quel type appartient le microbiote de ses patients. Le premier type est dominé par les bactéries du genre " Bactéroides", correspondant au régime occidental riche en viande. Le second contient plutôt des bactéries "Prevotella" lié aux régimes végétariens. Quant au troisième, il contient a un haut niveau de "Ruminococcus". A l'aide d'un test respiratoire, il mesure dans l'air expiré certains gaz qui témoignent du type de bactéries du patient. Ce médecin, qui soigne depuis plusieurs années des personnes souffrant de la maladie de Crohn ou de syndrome métabolique, forme à sa méthode des thérapeutes au sein du Collège européen de médecine intégrative (www.ecim.pro).

Il s'agit véritablement d'une sorte de révolution, qui pointe la vie moderne, l'alimentation industrielle, la pollution, le stress comme responsables de nombreuses pathologies digestives allant de l'obésité à l'anorexie, des troubles obsessionnels compulsifs aux allergies et des rectocolites hémorragiques à des cancers digestifs... Cultivons donc notre microbiote avec une alimentation saine, tout en évitant au maximum tous les traitements médicamenteux qui détruisent la flore intestinale!

Lyliane

 

 

 

16/12/2017

Les jeunes hospitaliers se démènent pour les plus démunis!

La revue de l'Ordre de Malte de décembre 2017, Hospitaliers, nous apprend que jeunes étudiants ou professionnels, enthousiastes et généreux, s'engagent sans compter pour se rendre utiles au service des personnes les plus fragilisées par la vie. En effet, après le succès du premier camp national pour personnes handicapées l'été dernier et celui de leur "soirée de rentrée", qui leur a permis de recruter environ 150 nouveaux bénévoles, le groupe de Jeunes de l'Ordre de Malte a redémarré toutes ses activités de solidarité, secourisme, aide aux personnes handicapées...

Leur projet pour l'année 2018 consistera "à faire connaître l'association dans les lycées et de nouer des partenariats avec des aumôneries, des universités"... Bref, que ce soit pour mettre en place des cours de F.L.E (français langue étrangère) à Paris, accueillir et accompagner des adultes autistes dans des établissements spécialisés ou agir dans une forme de diplomatie humaine, l'Ordre de Malte France occupe une place importante pour "faire battre le coeur de l'espérance" dans notre pays.

Lyliane

15/12/2017

Vive la noix!

Avec 64,3% de lipides, soit plus que les amandes (52%), les cacahuètes(50%)et les pistaches (47%), les noix méritent bien leur réputation d'aliments gras! Elles sont également hyper caloriques: trois suffisent en effet pour apporter autant de calories que 2 cuillères à café d'huile, soit 90 kcal. Toutefois, comme les noix regorgent de fibres et de protéines, elles nous rassasient rapidement.

Les noix protègent notre coeur. Selon la revue BMC medecine, en consommant 28g de noix par jour (une poignée), le risque de maladies coronariennes diminue de 29% et celui d'AVC de 7% grâce à des constituants anti gras (phytostérols), des omega 3, du potassium, de la L-arginine, du sélénium, du zinc, du cuivre, du manganèse et de la vitamine E.

Selon Mme Ingrid Haberfeld, s'appuyant sur le témoignage d'une diététicienne de Brides les Bains, Mme Nathalie Négro, les noix aideraient à prévenir le cancer (côlon, prostate)et le diabète de type 2. Leurs fibres favorisent notamment le transit intestinal. Par ailleurs, ces fibres auraient pour intérêt de diminuer la vitesse de digestion des glucides, ce qui freinerait la sécrétion d'insuline. Selon le Journal of Nutrition, douze noix consommées par mois diminueraient le risque de diabète de type 2 de 4%...

Autre avantage de ces petits oléagineux: ils permettraient d'améliorer les capacités cognitives en protégeant le cerveau des dommages oxydatifs et inflammatoires (maladie d'Alzheimer). Enfin, les noix dopent la forme et les défenses immunitaires par leur teneur en magnésium, en vitamines B, zinc, sélénium et cuivre. Concassées ou entières, séchées ou fraîches, elles font la joie des cuisinières avec des endives et du roquefort ou en gâteaux. Alors, pourquoi s'en priver?

Lyliane

12/12/2017

Les effets méconnus du gingembre...

 

 
 
 
 
 
 
 
La lettre Beauté au Naturel
La lettre Beauté au Naturel est une newsletter d'information gratuite. .


Les effets méconnus du gingembre

Chères amies, chers amis, 

Le curcuma est l’épice anti-inflammatoire la plus connue. 

Elle est efficace contre l’arthrose et en prévention du cancer. Mais son utilisation en cuisine est limitée. 

Heureusement le curcuma a un cousin qui a presque les mêmes vertus et qui est plus facile à accommoder dans la cuisine. 

Il s’agit du gingembre ! 

Voici les  effets méconnus du gingembre : 

Contre les douleurs de l’arthrose

Le gingembre est anti-inflammatoire [1]. Une vaste étude sur l’arthrose du genou a démontré qu’en 24 heures à peine, son effet est supérieur à un placebo pour atténuer les douleurs [2]. 

Thierry Souccar, expert en nutrition, consomme du gingembre sans modération, comme il l’explique dans le Dossier de Santé & Nutrition qu’il a réalisé sur l’arthrose. 

 Soulage les crises d’asthme

Un peu de gingembre aiderait à soigner l’asthme. 

Dans l’asthme, les muscles des voies respiratoires se contractent, se resserrent et gênent la respiration. Les inhalateurs utilisés lors d’une crise, bronchodilatateurs, favorisent le relâchement des muscles pour restaurer le passage de l’air. 

Le gingembre a le même effet. 

C’est une excellente nouvelle pour les asthmatiques qui peuvent relever leurs plats avec du gingembre en poudre [5]. 

Chez les femmes, le gingembre atténue les règles hémorragiques

Une étude a montré que 250 mg de poudre de gingembre par jour régule en moins de 3 cycles les flux menstruels de jeunes filles souffrant de règles hémorragiques [6]. 

En plus des douleurs et de la gêne qu’elles engendrent, les règles hémorragiques peuvent provoquer un déficit en fer et donc de la fatigue et des difficultés de concentration. Chez les jeunes filles, elles sont souvent le fait de déséquilibres hormonaux et les médecins proposent généralement une pilule contraceptive. Cela résout le symptôme mais non la cause, qui se manifestera plus gravement sur le long terme. Avant de prendre la pilule, essayez le gingembre. 

 Réduit l’inflammation à l’origine de la chute de cheveux

Depuis peu, des chercheurs américains pensent que la chute de cheveux pourrait être due à une inflammation à la racine des follicules. Ils ont retrouvé une substance inflammatoire du nom de prostaglandine D2 à la racine des cheveux des chauves. 

Le gingembre est un anti-inflammatoire naturel propre à stopper l’action prostaglandine D2, ce qui signifie qu’il pourrait ralentir la chute des cheveux [7]. 

Et tant d'autres indications à découvrir par vous-même...

Bref, il ne faut pas s'en priver!


Amicalement, 

Manon Lambesc 

04/12/2017

Sortir les enfants de la rue...

La fondation Raoul Follereau nous présente dans son magazine de décembre 2017 les actions qu'il a entreprises depuis 1993 pour permettre aux enfants d'échapper à l'exclusion causée par l'ignorance, la guerre ou la pauvreté (enfants déplacés, exilés,  obligés à mendier, à voler, à dealer ou à se battre...). J'ai appris ainsi avec stupéfaction que l'ONU (Organisation des Nations Unies) estime à 150 millions le nombre d'enfants des rues à travers le monde. C'est énorme! En Europe même, douze millions d'enfants "déplacés ou en exil involontaire" ne trouvent aucune place pour se loger, manger ou étudier. Ils vivent livrés à eux-mêmes. 

Néanmoins, ce qui m'a le plus étonnée est qu'en France en 2012 selon l'INSEE  30 000 enfants vivaient dans la rue. Certains vivent totalement dans la rue car ils sont sans domicile, d'autres ont fugué ou ont été rejetés par leurs proches. La plupart d'entre eux malheureusement échappent aux services de la Protection de l'Enfance et finissent par vivre de petits boulots, de rapines ou exploités par des adultes pour des trafics illicites. Il est alors très compliqué de les sortir de la rue, car ils sont très méfiants et ils ont du mal à être approchés.

Des personnes de bonne volonté (religieuses, éducateurs, animateurs de rue) au sein de la Fondation R. Follereau sont arrivées à trouver des façons de les attirer peu à peu. Ils leur proposent par exemple tout d'abord, en restant avec eux dans la rue, des vêtements chauds, des médicaments, quelque chose à manger. Puis, avec des jeux, du sport, des activités comme le dessin, la musique, ils essaient de leur redonner goût à une vie normale. Dans certains pays comme en République du Congo ou au Cameroun le but final est de les scolariser ou de les insérer dans un apprentissage.

La conclusion de l'auteur de l'article me semble pleine d'espoir, aussi bien dans nos pays développés que dans les pays étrangers. Il faudrait à la fois travailler à titre préventif en luttant contre l'échec scolaire, facteur potentiel d'exclusion, et apporter à tous les enfants où qu'ils soient l'espoir d'une vie meilleure en brisant le cycle rue-violence- désespoir. Pourquoi ne soutiendrions nous pas les initiatives des bénévoles ou des éducateurs religieux ou laïcs qui vont dans ce sens? Il me semble que pour bâtir un monde moins violent où tous les enfants pourraient s'épanouir, nous pourrions nous appuyer sur tous les foyers, les patronages, les écoles déjà ouverts aux déshérités...

Pour en savoir davantage sur le travail de la Fondation Raoul Follereau, consulter le site www.raoulfollereau.org.

Lyliane

27/11/2017

Un Cheesburger niçois avec des produits sains du terroir pour nos jeunes...

Nos jeunes ont pris le pli de réclamer et de manger des hamburgers, habitude héritée de nos cousins américains. Non seulement cette nourriture est bon marché et rapide (fast food), mais elle semble à la plupart suffisante à nourrir nos enfants. Pour quelques-uns cependant, ces burgers confectionnés à base de pain blanc, de viande cuite et de sauce, parfois de poisson frit ou de fromage fondu ne sont pas très équilibrés et il ne faudrait pas en abuser pour notre santé...

Une jeune cuisinière niçoise prénommée Jessica, formée au Lycée Escoffier de Cagnes sur Mer et travaillant au restaurant du port de Nice à l'enseigne Feel Good 80'S, a choisi de créer un cheeseburger à sa façon issu de produits locaux. Elle a, en effet, choisi de revisiter avec bonheur la recette made in USA. Cette recette peut être facilement préparée à domicile. Elle a le mérite d'utiliser des produits de qualité d'origine française ainsi que d'éviter d'ajouter des sauces grasses et sucrées.

Elle recommande tout d'abord de mixer des olives noires dénoyautées, des anchois, 2 gousses d'ail et d'y rajouter de l'huile d'olive, un peu de sel et du poivre. Vous pouvez aussi prendre de la tapenade toute faite et en tapisser, avec deux petites feuilles de salade et de la tomate marinée détaillée en tranches fines, des pains burgers un peu briochés. En même temps faire cuire un petit steak à l'huile d'olive en veillant à ce qu'il reste moelleux. Enfin la jeune cuisinière niçoise propose de faire fondre sur une plaque pendant deux minutes un fromage de chèvre dans un four préchauffé à 200 degrés. Voilà un burger vite fait, copieux, bon marché et tout aussi bon que l'original!

Après les chips à la socca (farine de pois chiches), le pan bagnat et le pastis de Nice, voici les produits du terroir des Alpes Maritimes remis à l'honneur. Cela me semble une bonne manière de garder vivantes nos traditions, tout en faisant travailler nos petits producteurs locaux! Il serait intéressant que chaque région de notre pays où la gastronomie est reine, chaque recette de nos territoires remise en valeur nous permette de lutter contre l'uniformisation du goût et des modes venues d'ailleurs. En effet, les touristes qui viennent chez nous ne réclament ni sushis, ni pizzas, mais des far bretons, des flammeküche ou des aligots auvergnats. Alors, dépaysons nous à l'occasion, mais donnons l'exemple à nos enfants, apprenons leur le bon goût des produits du terroir en n'abandonnant pas nos précieuses traditions culinaires!

Lyliane

24/11/2017

Mineurs étrangers isolés en danger:urgence!

Depuis 2007 et la réforme de mars 2016, le droit est clair, nous dit la lettre de Solidarité Laïque: ces mineurs relèvent de l'enfance en danger et donc du droit commun de la protection de l'enfance. Cette compétence est exclusive des départements et pourtant dans la réalité, ce n'est pas toujours le cas. En effet, ces mineurs étrangers isolés, qui sont sans représentants légaux, sont confrontés à des difficultés pour faire reconnaître leurs droits fondamentaux.

A Paris, à Calais, à la frontière italienne, ces jeunes ont du mal à se justifier, faire reconnaître leur âge, leur identité, avoir accès à l'éducation, la santé, la justice... Certains sont partis d'un pays en guerre ou pour échapper à un enrôlement forcé, d'autres ont perdu leurs parents au cours du voyage, tous espéraient reconstruire leur vie dans un pays accueillant... Ils se retrouvent dans des camps, exposés à de nombreux dangers. On considère que 31 millions d'enfants ont du quitter leur pays en 2015.

Les Conseils départementaux renâclent souvent à les prendre en charge et voudraient reporter cette tâche sur l'Etat au titre d'une politique migratoire. A nous de rester vigilants pour que les Droits des Enfants soient respectés  pour tous sans exception. Et merci à tous ceux qui sur le terrain oeuvrent dans ce cens comme dans la Vallée de la Roya où ces jeunes sont escortés par des adultes pour être pris en charge.

Pour en savoir davantage sur le sujet, contacter sur Internet:www.solidarite-laique.org.

Lyliane

22/11/2017

Le Nutri-score ou plus de transparence en rayons...

Mme Linda Taormina dans la revue Vivre nous donne le mode d'emploi du Nutri-score, un logo à 5 couleurs  développé par l'Inserm et destiné à orienter les consommateurs dans leurs choix alimentaires. Ce nouvel étiquetage nutritionnel simplifié apposé à l'avant des emballages est en effet utile pour manger plus sainement et pousser à améliorer la qualité des aliments.

Le logo va du vert foncé(associé à la lettre A) au rouge (lettre E) en passant par le jaune (lettre C). Chaque aliment se voit attribuer des points négatifs en fonction de sa teneur en gras, en sucre, en sel et de son niveau calorique. Ce score est ensuite minimisé par la teneur en fruits et légumes, en légumineuses, en oléagineux et en protéines.

En bref, le nutri-score est conçu pour distinguer les bons des mauvais élèves! Tous les industriels pour le moment ne jouent pas le jeu, mais ne serait-ce pas à nous de réclamer ce système simple et efficace qui informe le consommateur d'un seul coup d'oeil?

Lyliane

20/11/2017

Qu'est devenu Emmaüs?

Un article dans le journal La Croix de janvier 2017 sous la plume de Séverin Husson montre comment Emmaüs, crée dans les années 1949 par l'Abbé Pierre face à la crise du logement, ne cesse d'innover pour répondre à toutes les formes de pauvreté. En décembre 2016, par exemple, une boutique en ligne Label Emmaüs était lancée.

Le mouvement qui avait mis du temps à se fédérer(en 1985) regroupe aujourd'hui 18 000 personnes (bénéficiaires, bénévoles et salariés). Car 117 communautés existent aujourd'hui pour l'hébergement d'urgence, l'accompagnement des demandeurs d'asile et la récupération d'objets.

On peut donc dire qu'Emmaüs est resté fidèle à ses valeurs fondatrices: autonomie économique, indépendance financière, refus de l'assistanat. En résumé nous pourrions dire que le mouvement est toujours là pour éveiller les consciences. L'Abbé Pierre disait:"il faut que la voix des hommes sans voix empêche les puissants de dormir"...

Pour en savoir plus sur Emmaüs, lire aux Presses de Science-Po le livre de Mme Axelle Brodlez-Dolino publié en 2009 Emmaüs et l'Abbé Pierre. Les enfants pourront trouver en kiosque ou en bibliothèque le Journal Astrapi qui lui a été consacré.

Lyliane

13/11/2017

Arrêt des frais sur les incidents bancaires des personnes en situation précaire selon change.org

 

 
 
 

MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

20 000 SIGNATURES

Gisele GALLARDO
France

12 NOV. 2017 — MERCI A VOUS TOUS !
Merci à vous qui avez le courage de vous exprimer.
Merci pour vos commentaires et vos témoignages pertinents.
La souffrance engendrée par les procédures des banques à l'encontre des comptes en difficulté est beaucoup plus dramatique qu'on ne l'imagine.
Elles profitent des difficultés d'un grosse partie de la population pour s'enrichir.
En difficulté parce que, sans emploi, retraités, invalides, agriculteurs, artisans, commerçants, étudiants, personnes isolées et pour mille et une raisons différentes, désargentés à un moment ou à un autre de leur vie.
L'économie de la France ne va pas bien.
Les banques vont chercher l'argent où elles le trouvent.
Comment les gouvernants peuvent-ils laisser faire une ignominie pareille ?
Les banquiers ont-ils autant de puissance ?
Quelle valeur a le peuple « d'en bas » aux yeux des gouvernants, qui se suivent et ne font rien ?

Merci de faire tourner cette pétition.

Compte bancaire - La Société générale condamnée pour clauses abusives...
L'UFC-Que Choisir a obtenu du tribunal de grande instance de Paris l'annulation d'une quinzaine de clauses abusives contenues dans les...
https://www.quechoisir.org

11/11/2017

Pour lutter contre l'ostéoporose, laissez de côté les produits trop acides...

Certains aliments stimulent la régénération de l’os alors que d’autres accélèrent son affaiblissement. 


Il y a une raison précise à cette relation : la santé de notre ossature est tributaire de l’équilibre acide-base de notre organisme. 

Lorsque l’alimentation est trop acidifiante, notre corps cherche à rétablir l’équilibre en puisant dans ses principales réserves de minéraux basifiants, à savoir ses muscles, et surtout ses os. 

A terme, un régime déséquilibré provoque une destruction progressive de nos os. 

La principale solution pour freiner la fragilisation de nos os consiste donc à adopter un régime qui rétablit l’indispensable équilibre entre acides et bases. 

Les aliments les plus acidifiants, dans leur ordre d’importance, sont les suivants : 

  • Le sel de table 

  • Le fromage 

  • Le pain 

  • Les charcuteries 

  • Les viandes et les poissons 

  • Les céréales 

Lorsqu’ils sont consommés en excès, ils acidifient notre organisme et augmentent la perte de masse osseuse. 

Il faut également éviter toute nourriture qui possède un trop fort indice glycémique, non seulement les sodas et les sucres dits « rapides », mais aussi les pommes de terre et la plupart des produits céréaliers faussement qualifiés de « sucres lents ». 

Des études ont en effet mis en évidence le lien entre le taux de sucre dans le sang et le risque de fractures.

Après avoir analysé 180 hommes et 109 femmes ménopausées, il s’est avéré que les individus dont la glycémie est plus élevée produisent moins d’ostéocalcine, une hormone sécrétée par les ostéoblastes qui intervient dans la fabrication de l’os. 

Fruits et des légumes pour ralentir la perte osseuse

Mais réduire sa consommation de produits acidifiants et sucrés ne suffit pas, il faut aussi consommer des aliments contenant des minéraux basifiants tels que le calcium, le magnésium, le zinc et le cuivre. 

En plus de permettre au corps de conserver le juste équilibre entre acides et bases sans puiser dans ses réserves, ces minéraux sont nécessaires à la bonne régénération des os. 

Parmi les nombreuses recherches consacrées à la question, une étude anglaise vient de montrer qu’une supplémentation de minéraux basifiants permet de limiter la fuite du calcium osseux dans l’urine. 

On trouve principalement ces substances basifiantes dans la plupart des fruits et des légumes, quelques soient leurs formes : crus ou cuits, entiers, en purées ou en soupes. 

Parmi eux, les différentes variétés de choux en sont particulièrement riches, de même que les légumineuses, les fruits à coque, les légumes verts, les bananes, les abricots ou les fruits rouges. 

Vitamines en renfort

Je vous ai dit tout plus haut que la supplémentation en calcium était à éviter, mais certaines vitamines – K et D - jouent un rôle essentiel à la bonne santé de notre squelette en facilitant l’absorption du calcium dans les os et en freinant leur fuite dans l’urine. 

Dans l’étude dite « des Infirmières » (Ecole de santé publique, Harvard), qui a suivi pendant 10 ans 72 327 femmes âgées de 34 à 77 ans, celles qui consommaient peu de vitamine K ont vu leur risque de fracture du col du fémur augmenter par rapport à celles qui en consommaient le plus [3]. 

Dans l’idéal, il faudrait consommer près de 120 μg de vitamine K chaque jour, 200 μg après 50 ans pour se mettre totalement à l’abri d’un risque de déficit 

On trouve une quantité importante de vitamine K dans le persil, le basilic, les crucifères, les épinards et plus généralement dans tous les légumes verts. 

Quant à la vitamine D, la meilleure façon d’en faire le plein est de s’exposer au soleil, une dizaine de minutes par jour, entre 11 et 15h durant l’été. 

Pour le reste de l’année, on recommande une supplémentation avec des doses journalières recommandées qui vont jusqu’à 4000 UI chez l’adulte. 

Le secret des japonais contre l’ostéoporose

Les Japonais consomment depuis plus de 2000 ans un aliment à base de haricots de soja fermentés, le natto

Il a la particularité d’être le seul produit à contenir en très forte concentration une forme rare de vitamine K, nommée K2 MK-7. 

Leon Schurgers, un biochimiste spécialiste de cette vitamine, a découvert que son action sur les os était trois fois plus puissante que les vitamines K présentes dans les végétaux. 

Non seulement elle stimule l’ostéocalcine, l’hormone qui fixe le calcium, mais elle est aussi capable d’inverser le phénomène de calcification. Elle évacue l’excédent de calcium qui se dépose dans nos artères et permet de fixer le minéral dans les endroits appropriés tels que les os. 

Tisane reminéralisante

Certaines plantes sont particulièrement riches en calcium, magnésium et potassium, et contiennent aussi des quantités importantes de fer et de manganèse. 

En outre, elles ont une excellente biodisponibilité, ce qui signifie qu’une grande proportion de leurs minéraux sont assimilés par le corps humain.

Dans votre tasse, vous pouvez infuser, au choix, des feuilles de deux ou trois de ces plantes : ortie bien sûr (20 % de ses constituants sont des minéraux (calcium, potassium, silicium et fer), luzerne, prêle, avoine, cataire, fraisier et menthe poivrée

Cette dernière, en plus de contenir beaucoup de minéraux, relèvera le goût de la tisane, tout comme une cuillère de miel. 

Des os plus forts : la meilleure solution

Une alimentation adéquate permet d’arrêter la fragilisation des os, mais pas de les rendre plus solides. 

Ce sont les différents mouvements que nous effectuons quotidiennement qui renforcent notre ossature. 

Rien ne remplace donc…l’activité physique ; elle stimule la minéralisation et accélère la formation osseuse. Pratiquez régulièrement des exercices qui sollicitent au maximum nos membres, comme la musculation, le vélo, le jogging ou encore l’escalade. 

Bon enfin l’escalade, je dis ça comme ça…N’allez pas vous balancer dans le vide si vous n’avez pas fait de sport depuis 20 ans sous prétexte que vous l’avez lu dans PureSanté, je vais encore me faire disputer ! 

Santé ! 

Gabriel Combris

09/11/2017

Les Pères Noël Verts sont de retour...

Les Pères Noël Verts ont été crées en 1976 pour atténuer les injustices par le Secours Populaire. En effet, le Père Noël rouge ne passe pas forcément dans toutes les familles: une sur dix n'aura pas assez d'argent pour acheter un cadeau. Le lancement officiel de la campagne des Pères Noël Verts aura lieu le lundi 4 décembre 2017 à Paris au musée des Arts Forains. Leur but est de récolter des fonds afin d'offrir des jouets neufs aux enfants qui en sont privés. Il y aura aussi des colis de Noël, des séjours à la montagne, des repas et des spectacles en famille dans différentes villes de France.

Les Copains du monde, qui fêtent aujourd'hui le 25 ème anniversaire de leur mouvement, donneront un coup de main aux Pères Noël Verts.  Dans les permanences du Secours Populaire, les jouets neufs achetés grâce aux fonds récoltés seront proposés en libre-service aux parents pour qu'ils choisissent ce qui fera plaisir à leurs enfants. Cette chaîne de solidarité au moment des fêtes de fin d'année est censée apporter du réconfort  aux personnes accueillies. Pourquoi ne pas vous proposer comme bénévole?

Pour en savoir davantage joindre sur Internet: www.secourspopulaire.fr.

Lyliane

07/11/2017

Qu'est-ce qu'un supermarché coopératif?

Il s'agit d'une surface de vente tout ce qu'il y a de plus classique, à ceci près qu'on n'y trouve ni clients, ni patrons, ni salariés! Uniquement des membres qui jouent tous ces rôles à la fois. Le principe est simple: pour avoir accès à des produits bon marché et de bonne qualité, chaque coopérateur achète et possède des parts sociales du magasin et donne 3 heures de son temps tous les mois pour le faire fonctionner. On peut notamment s'impliquer dans la caisse, les approvisionnements, l'administratif, le ménage, la comptabilité selon ses goûts et ses compétences.

Ce système coopératif et participatif permet de reprendre le contrôle sur son alimentation en échange d'un petit travail. Ainsi, on consomme malin des produits de qualité, sans se ruiner, car il s'agit de circuit court avec des producteurs locaux. De plus, tout se déroule dans un esprit de convivialité. Tout est transparent dans les actes d'achat, de gestion et de vente et chacun peut s'impliquer là où il le souhaite. Des réunions de réflexion et des groupes de travail peuvent être rejoints si l'on a un peu de temps et de motivation.

Je connais une coop sur Nice (06) qui fonctionne ainsi depuis plusieurs mois et a trouvé un local pour entreposer des marchandises le cas échéant. La plupart de ses producteurs ont le label bio. Si l'idée vous séduit de participer à un projet social innovant, pourquoi ne pas créer là où vous êtes une telle structure? Pour en savoir plus sur la coop de Nice ou interroger ses membres fondateurs, contacter : nicecoop06@gmail.com.

Lyliane

06/11/2017

Arrêt des frais sur les incidents bancaires des personnes en situation précaire par Change.org




 

Adressée à Député de l'Eure Bruno Le Maire et 1 autre

Arrêt des frais sur les incidents bancaires des personnes en situation précaire

Il est inadmissible qu'une population en difficulté financière fasse la richesse des banques!

Selon 60 Millions de consommateurs, l’ensemble des frais liés aux incidents de fonctionnement représentent 30 à 35 % du chiffre d’affaires des banques de détail, soit 6,5 milliards de chiffre d’affaires chaque année.

N'est-ce pas un scandale? On ne peut pas accepter que les banques s'enrichissent en appauvrissant davantage une population suffisamment touchée par la conjoncture actuelle.

La démesure des coûts facturés au client, agios, frais d’incidents, dès qu’un découvert est dépassé ou qu’un paiement est rejeté, grève plus lourdement un budget insuffisant et empêche clairement le client de redresser sa situation financière.

 
Cette pétition sera remise à:

Lire la lettre de pétition et signer

Partagez cette pétition.

04/11/2017

Ces médecins qui jeûnent...

 
 
 

« Grâce au jeûne les gens sont moins fatigués, plus toniques »

Chers amis, 

Oui, des médecins pratiquent le jeûne. 

En France le jeûne a été historiquement combattu par le système médical officiel, coincé dans sa bulle « une maladie, un médicament », qui ne comprend toujours pas les capacités naturelles de l’organisme à se rétablir

Lisez ce que déclarait sans rougir en octobre 2013 le Pr Jean-Marie Bourre, pourtant membre de l'Académie nationale de médecine : « Toutes les allégations tendant à faire du jeûne un régime de prévention, voire de traitement, sont nulles et non avenues »

Vous serez peut-être de mon avis : on a du mal à y croire. 

Heureusement ces réactions de repli sont en diminution. L’intérêt pour le jeûne gagne le corps médical… qui n’hésite plus à le pratiquer lui-même. 

Le Dr Frédéric Saldmann que beaucoup d’entre vous connaissent (il est l’auteur des best-sellers Le meilleur médicament, c'est vous et Prenez votre santé en main !) fait jeûner la plupart de ses patients, qui sont vedettes du show business (Arielle Dombasle, Sophie Marceau, Rachida Dati, Bernard Tapie, Alain Delon, Isabelle Adjani etc.). 

Voici ce qu’il dit : « Il existe au plus profond de l’être humain des moyens d’auto-guérison extrêmement puissants. Notre organisme sait très bien gérer le manque mais pas du tout l’excès. Grâce au jeûne, les gens sont moins fatigués, plus toniques. Il y a aussi moins d’asthme, moins d’allergies, moins de rhumatismes et notre ADN est renforcé. » [1]

« J’ai été bluffé, jeûner vous donne une énergie stupéfiante »

Même tendance chez le Professeur Henri Joyeux, devenu grand adepte du jeûne, le Dr Dominique Rueff, cette figure de la nutrition qui jeûne très régulièrement, mais aussi le Professeur Patrick Baqué, prestigieux chirurgien de la digestion qui a découvert le jeûne récemment. 

J’ai interrogé personnellement le Professeur Baqué dans le cadre de mes recherches. Doyen de la Faculté de Médecine de Nice, c’est un des médecins les plus respectés de France. Et un des plus intéressés par le jeûne. 

« J’ai jeûné 5 jours en 2016. J’ai été absolument bluffé. Jeûner vous libère des addictions et vous donne une énergie stupéfiante. Dans le traitement du cancer il offre de grandes perspectives ». 

Le Professeur Baqué a pris deux décisions suite à ce premier jeûne : en refaire un en 2017, ce qu’il vient de faire, proposer à ses internes de jeûner eux-mêmes, une expérience qu’il veut transformer en test clinique. Je vous tiendrai informés, ça devrait démarrer en 2018. 

Vous l’avez compris, c’est sous l’angle de « l’énergie du jeûne » que les médecins osent en parler. 

La voie me semble ouverte pour que soit enfin soit reconnu chez nous le jeûne thérapeutique

L’objectif de cette reconnaissance, chers amis médecins, ne serait pas de faire du jeûne une sorte de « méthode miraculeuse » qui guérirait toutes les maladies. 

Mais simplement de dire que jeûner permet de lutter très efficacement contre certaines pathologies, comme des milliers de médecins l’ont déjà admis, en Allemagne, en Russie, en Suisse, aux Etat-Unis, où le jeûne médicalisé est institutionnalisé et même remboursé par la Sécurité Sociale. 

Rodolphe Baquet

03/11/2017

Le pape François appelle l'Europe à "redevenir une communauté".

Dans le journal La Croix du 30/10/2017, un article de Mr Nicolas Senèze reprend les propos du pape François  devant les participants à un dialogue sur l'Europe organisé au Vatican par les évêques de l'Union européenne. Le pape a une fois encore souligné l'importance d'un projet européen qui prenne soin de la personne et de la communauté. Selon lui, "le mot communauté est le plus grand antidote contre les individualismes qui caractérisent notre temps". 60 ans après le Traité de Rome, repenser l'Europe s'avère nécessaire.

Il se creuse, en effet, un fossé entre Est et Ouest, notamment sur les questions sociétales. Et, ça et là, des formations extrémistes et populistes revendiquent contre l'Europe au lieu d'apporter un projet politique constructif. La question des migrants notamment, présentée souvent comme un danger, pourrait devenir une ressource pour le continent européen. Le pape préconise dans son message une transmission de nos valeurs matérielles et culturelles aux jeunes pour affronter l'avenir, par exemple sous la forme d'une solidarité incarnée, d'un esprit d'entraide et de soutien. 

L'auteur de l'article souligne que c'est bien la vocation des chrétiens de prendre l'initiative d'un tel débat. Rappeler que l'Europe est avant tout un ensemble de personnes et non simplement d'institutions me semble, en effet, une contribution digne d'assemblées de chrétiens. Le pape s'en est pris notamment au fait que "dans nos sociétés actuelles le caractère concret de la personne humaine est souvent réduit à un principe abstrait". Se désengager paraît alors plus facile. Nous avons pourtant une responsabilité active et personnelle à assumer pour donner une âme à l'Europe.

Pour en savoir plus sur cette intervention du pape François samedi 28/10/2017  au Vatican, consulter sur internet: https://www.la-croix.com/.../Pape/Le-pape-Francois-appelle-lEurope-redevenir-comm..

Lyliane

02/11/2017

Travail des enfants: avancées et nouveaux défis.

En novembre 2017 se tiendra à Buenos Aires  la 4 ème Conférence Mondiale sur l'élimination durable du travail des enfants, nous annonce le Journal du Bice "Enfants de partout". Depuis 1997, en effet, à l'initiative de l'OIT (Organisation internationale du travail), les pays du monde entier ont pris l'habitude de se réunir tous les 5 ans et de se concerter sur les moyens et les politiques à mettre en oeuvre pour éviter aux enfants de travailler, ainsi que de compromettre leur scolarité, leur santé et leur développement. En vingt ans les progrès sont incontestables. Néanmoins, en 2013, 168 millions d'enfants, soit 11% de la population enfantine, sont encore concernés par cette réalité dans le monde. En 2000, on en comptait 78 millions de plus. 

Deux conventions internationales de l'OIT (N° 138 et 182) ont été ratifiées par la quasi-totalité des pays. Elles fixent l'âge minimum à partir duquel un enfant peut travailler et bannissent les pires formes de travail. C'est le cas notamment en Inde, où ces conventions entreront en vigueur en juin 2018. Toutefois, il faut bien savoir que derrière le terme de "travail des enfants" se cachent des réalités très diverses. Par exemple, de nouvelles formes de travail des enfants, observées dans les populations en zone de conflit ou de catastrophe ou même en Europe...

En effet, séparés de leurs parents ou dans des camps, certains enfants sont contraints de travailler pour survivre. Enfants soldats, récupérateurs de matériaux, espions, auxiliaires, ils sont le plus souvent maltraités et parfois en quasi-esclavage. Cela les pousse même dans certains cas à se droguer pour tenir. A l'horizon 2025, l'objectif est d'éliminer le travail des enfants et d'ici 2030 d'abolir toute forme d'esclavage...

La question de la pauvreté dans le monde et celle de l'exploitation des personnes sont à considérer en parallèle. Le droit au logement, à la santé, à l'éducation ne sont pas encore partout à l'ordre du jour. En Amérique Latine, les enfants n'ont pas d'autre choix que d'aider leurs familles (cirage de chaussures, vente de fruits...). En Europe, en raison de la crise, le travail de certains enfants de familles pauvres revient sur le devant de la scène (Grande Bretagne, Italie, Bulgarie, France...).

Pour en savoir plus, regarder par exemple le film "Voyage en barbarie" qui raconte le trafic et la torture des Erythréens depuis la Corne de l'Afrique jusque dans le désert du Sinaï. Ce film a obtenu le Prix Albert Londres 2015. Consulter aussi les sites: www.enfancesdanslemonde.com et www.bice.org.

Lyliane