Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2020

Violences obstétricales faites aux femmes pour la naissance des bébés...

Un approche comptable aveugle s’applique à la suppression des maternités, aux naissances triées, parquées et standardisées, comme en usine, au détriment des besoins individuels fondamentaux des femmes, des bébés et de leur famille.
Tribune. En cette semaine internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes, la pétition d’une sage-femme «Je suis maltraitante, je suis maltraitant», met à mal, à juste titre, l’image d’Epinal du plus beau métier du monde, et avec lui, celui du monde enchanté de la naissance. Son témoignage permet de jeter, à nouveau, une lumière crue sur la réalité des violences obstétricales, si tant est que la société, avec ses professionnel-le-s, aurait voulu y jeter un mouchoir pudique pour les oublier, après la déferlante de témoignages sur les réseaux sociaux de l’été 2017. La tempête avait pourtant été si rude qu’elle avait suscité, en 2018, un rapport national du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, sur les «actes sexistes durant le suivi gynécologique et obstétrical: reconnaître et mettre fin à des violences longtemps ignorées».

En ce qui concerne les violences obstétricales, il faut constater qu’aussitôt reconnues et dénoncées, aussitôt méconnues et ignorées. Pourtant une foule de professionnel·le·s de la naissance n’auront pas de mal à se reconnaître dans le miroir des faits relatés par ce témoignage précis et détaillé. Et d’y reconnaître leurs conditions de travail en milieu hospitalier, lieu contraint pour presque toutes les naissances en France, et spécificité nationale par ailleurs.
Le rôle des institutions de soins mis en cause

Au-delà de l’action de chaque soignant·e, le rôle essentiel joué par les institutions de soins et l’organisation de travail afférente, dans la maltraitance liée aux soins, a pourtant été clairement documenté par de sérieux travaux scientifiques. Jusqu’au Conseil de l’Europe lui-même puisque, dans son Assemblée parlementaire, sa résolution 2306, en octobre 2019, portant sur les «Violences obstétricales et gynécologiques», exhorte les États à faire de ce fléau une priorité de santé publique. Notamment, en garantissant «un financement adéquat aux établissements de santé afin d’assurer des conditions de travail dignes au personnel soignant, un accueil respectueux et bienveillant des patient·e·s et parturientes, et un accès aux traitements antidouleur» (Art. 8.7). Mais aussi, en s’assurant que la formation des médecins, des sages-femmes et des infirmier·ère·s accorde une place importante à la relation entre le personnel soignant et les patient·e·s […] et à la promotion d’une approche humaine des soins» (Art.8.9). Qui plus est, les travaux de cette résolution ont été portés par la France, pays qui se prévaut d’être la patrie des droits fondamentaux de tout être humain.
Mais en France, rien n’a changé! Car rien n’a freiné l’inhumanité, c’est-à-dire la culture du chiffre, les gestions comptables des actes de soin, la logique de l’occupation des lits à flux tendus et surtout la restriction des moyens humains. Faut-il souligner la triste perspective de la prochaine révision des décrets de périnatalité, datant de 1998, qui prétend maintenir dans la continuité le nombre insuffisant de sages-femmes auprès des femmes? Cette approche comptable aveugle s’applique à la suppression des maternités, leur fusion, aux naissances triées, parquées par milliers selon leur niveau de risques, et standardisées, comme en usine, grâce à des protocoles de soin généralistes, au détriment des besoins individuels fondamentaux des femmes, des bébés et de leur famille.

Il faut croire qu’en la matière, et bien avant l’épidémie de la Covid, le travail des sages-femmes, comme le travail de mise au monde des femmes, en toute réciprocité, souffrent du même classement entre choses «essentielles» et «inessentielles». Essentiels, les actes, d’autant plus nombreux et chers qu’ils concernent les soins et la pathologie; inessentiels en termes de présence, de sollicitude et d’accompagnement des femmes dans leur propre travail d’enfantement. On comprendra, au passage, que ni le travail des femmes dans la naissance, ni celui, mal payé des sages-femmes, ne méritent reconnaissance, à leur juste valeur, financière et symbolique. En toute comparaison, pas plus que celui, bien connu et déconsidéré, des tâches ménagères et domestiques, à charge surtout des femmes.
De la réalité des violences obstétricales

Pour elles, la situation contribue largement à la réalité des violences obstétricales. Pour les sages-femmes cette réalité n’est qu’une souffrance au travail supplémentaire, une «souffrance éthique» selon Christophe Dejours (1998), liée aux conditions de travail, orsque des comportements honteux, inhumains, indignes et maltraitants, sont commis à crève-cœur. Là où, dit-il, on ne trahit pas seulement son métier et les règles qu’il porte mais on se trahit aussi soi-même. Car les sages-femmes vivent, dans leur travail, au quotidien, des actes ordinaires contraints, sans cesse répétés, en totale contradiction avec leurs motivations et leur idéal professionnel, ses valeurs et leur engagement personnel auprès des femmes, voire avec leur code de déontologie.
Faut-il s’étonner, dès lors, que d’après une enquête 2020 de leur conseil de l’Ordre, 96% d’entre elles considèrent leur profession peu valorisée, 73% peu reconnue, et que 55% aient déjà pensé changer de métier? Sans compter la satisfaction toute relative du plaisir pris à travailler et le taux important d’épuisement professionnel.

Dans ces conditions, c’est pourtant simple, et facile à compter: une seule et unique sage-femme pour accompagner chaque femme dans la mise au monde d’un nouvel être humain, n’est-ce pas le minimum de ce qu’on peut réclamer? Et qui est réclamé depuis fort longtemps.
Un minimum pour l’humanité de la naissance et le travail des sages-femmes, et surtout le minimum pour l’humanité de chaque femme, parce que chacune d’elle le vaut bien.

Selon Mmes Claudine Schalck, Christine Morin - Liberation - vendredi 27 novembre 2020

Écrire un commentaire