Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2017

Monsanto et ses lobbyistes à Bruxelles...

Bonjour,

La Commission européenne a ENCORE échoué à rassembler assez de voix pour la réhomologation de l’herbicide préféré de Monsanto.

Mais la Commission va maintenant tenter un passage en force à l’aide d’un ultime vote qui aura lieu le 27 novembre -- pouvez-vous faire un don pour empêcher ce coup de force?



Enorme nouvelle: nous avons réussi à faire échouer le vote sur la réhomologation européenne du glyphosate -- il n’y a pas eu assez de pays de l’UE qui ont voté en faveur de la proposition de réautorisation de 5 ans de la Commission européenne pour que Monsanto puisse déboucher le champagne.

C’est une grande nouvelle qui montre qu’ensemble nous nous faisons entendre auprès des gouvernements de l’UE -- nous n’aurions pas pu accomplir cela sans les efforts et les dons de membres SumOfUs comme vous.

CEPENDANT: nous ne pouvons pas encore célébrer la victoire. La Commission va faire appel de ce vote et les pays de l’UE vont être appelés à s’exprimer une dernière fois le 27 novembre.

Le temps est compté. Nous avons besoin de remporter cette ultime bataille pour qu’enfin nous puissions nous réjouir de l’interdiction du glyphosate.

Pouvez-vous faire un don de 1 € pour nous aider à nous débarrasser du glyphosate pour de bon?

Il y a à peine quelques semaines, la Commission essaya de faire approuver par les pays de l’UE une réhomologation de 10 ans pour le glyphosate! Mais grâce à notre pouvoir collectif, nous avons pu faire écarter cette proposition.

Grâce à des membres SumOfUs comme vous, nous avons pu commissioner un sondage qui a montré que les européens veulent une interdiction IMMÉDIATE du glyphosate. Vos dons ont permis de diffuser ce sondage dans des médias européens clés comme Le Monde et Le Figaro -- et ce, à la veille du vote. Et le texte initial proposant une réautorisation de 10 échoua.

La Commission soumit alors une réhomologation de 5 ans -- sans même proposer une interdiction progressive de l’herbicide favori de Monsanto à l’issue de cette période.

La communauté SumOfUs et nos partenaires issus de toute l’Europe ne pouvaient accepter une telle proposition.

Des membres SumOfUs comme vous ont alors pris leur téléphone pour appeler leur décideur dans des pays clés, ou leur ont envoyé des messages par email et Twitter -- et nous avons même affiché ces message lors d’un rassemblement mémorable.

Et cela a marché. Monsanto et ses lobbyistes ont encore perdu.

Mais le géant du toxique n’abandonne pas pour autant -- et nous non plus! Toute la dynamique est de notre côté, et nous avons besoin d’une dernière mobilisation pour interdire une bonne fois pour toutes le dangereux herbicide de Monsanto.

Ensemble, nous avons bâti un mouvement massif de gens qui se dressent dignement face à Monsanto. Nous avons maintenant besoin d’user de tout notre pouvoir pour nous débarrasser du glyphosate.

L’autorisation actuelle de mise sur le marché du glyphosate prend fin le 15 décembre et nous devons faire en sorte que cette date soit le jour où nous célébrerons une victoire définitive.

Pouvez-vous faire un don de 1 € pour faire de 2017 l'année où nous aurons fait chuter Monsanto?

Merci pour tout ce que vous faites,

SomeOfUs

Le naturel et la bio plaisent aux Français...

Cnews Matin, petit journal gratuit distribué sur la voie publique, signale que dans beaucoup de domaines (produits alimentaires, d'entretien, cosmétiques, vêtements...) les consommateurs français sont de plus en plus nombreux à vouloir acheter des articles de qualité et respectueux de l'environnement. En effet, l'Agence Bio, plate-forme nationale qui milite pour le développement de l'agriculture biologique en France, confirme son optimisme.

Selon cette agence, cette année 2017, 19 nouvelles fermes bio ont ouvert chaque jour dans notre pays. 100 000 emplois directs sont en effet concernés par la filière bio, tous secteurs confondus. Et 82% des Français estiment qu'il est important de développer l'agriculture biologique, tout en souhaitant voir davantage d'ingrédients bio dans les restaurants, les cantines notamment, et 77% dans les hôpitaux...

Cet engouement général touche toutes les classes sociales. Les consommateurs soulignent leur désir de prendre soin de leur santé (66%), de préserver l'environnement (58%) et de consommer des aliments sains ayant meilleur goût 56%). Les moyennes et grandes surfaces ont du s'adapter rapidement à la demande des consommateurs, car les scandales alimentaires ont été nombreux et très médiatisés (oeufs, poulets, viande...). 

Les régions Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle Aquitaine sont les plus productives actuellement en la matière. On y développe des céréales(sans OGM, ni pesticides), des fruits et des légumes et de la viticulture. Mais le secteur de la beauté n'est pas oublié. Le label Cosmebio,  délivré aux produits sans paraben, OGM, ni parfum de synthèse est en effet très demandé en boutique comme en parfumerie. La croissance annuelle de ce marché atteint 7% pour un montant de chiffre d'affaire des cosmétiques bio de quelques 450 millions d'euros.

Comme quoi le consommateur, par sa demande clairement affichée, influe sur la production et l'oriente vers ce qu'il désire. Alors, n'hésitons pas à aller encore plus loin et à faire en sorte que cette tendance soit partout suivie. Non seulement elle va créer des emplois, pérenniser des exploitations misant sur la qualité, mais elle va également permettre de faire baisser les prix pour que le bio, grâce aux circuits courts (Amap, vente directe, coopératives...) devienne accessible à tous.

Lyliane

 

18/11/2017

A "La pensée sauvage" dans le Vercors, faire une cure santé ou bien-être...

A Plan de Baix dans la Drôme, Mr Thomas Uhl, naturopathe, a fondé le Centre Origine pour initier le public français à l'art de la détox. Situé à 700 m d'altitude, le Domaine de la Pierre Blanche reçoit des personnes en cures 40 semaines par an ( de février à décembre). Les prix s'étagent de 1400 euros la semaine de jeûne en chambre particulière à 1800 euros pour la dernière formule. En chambre double, c'est un peu moins cher. On s'inscrit à l'avance par mail ou sur le site Internet du Centre:www.lapenseesauvage.com ou même par téléphone (0475445558).

Ce centre propose en fait 4 formules pour s'initier à la détox. Tout d'abord: une cure détox jeûne accompagnée de boissons, tisanes, jus de fruits, bouillons de légumes. Sinon une cure douceur à base de mono-diètes de fruits, de légumes ou de céréales selon le cas ou la saison. En troisième lieu, il est possible d'y effectuer également une détox végétale, c'est à dire un séjour avec des repas composés de légumes frais de saison cuisinés. Enfin, possibilité de vivre une cure gourmande avec des repas d'aliments bios et sains tout en profitant des activités (randonnées, cours, massages, méditation, cours de cuisine...) et du spa.

 A l'arrivée, les personnes inscrites sont reçues en consultation de naturopathie ou d' iridologie pour voir la vitalité de chacun et détecter des contre-indications médicales éventuelles.. En fin de séjour sont prévus un bilan personnalisé et des conseils donnés par des professionnels. Le centre dispose de 16 chambres avec sanitaire privatif et d'un grand parc arboré. Tout le linge de toilette et de couchage est fourni. Le matin, un éveil corporel est possible avec du yoga ou du qi qong et en soirée sont prévues des conférences thématiques. Pour tous, accès libre au spa (sauna, hammam,bol d'air Jacquier, matelas Bemer...). 

Selon des témoignages pris sur le site Internet, la majorité des inscrits sont des personnes travaillant à leur compte, stressées, souvent proches du burn out, des femmes ou des hommes en surpoids ou souffrant de problèmes de santé nécessitant une détox. Certains reviennent à intervalle régulier.

Une journaliste des Echos a suivi une cure d'une semaine et raconte son expérience. "À La Pensée sauvage, nous sommes accueillis par Thomas Uhl, qui a ouvert ce centre de jeûne et de détox il y a dix ans pour «donner aux gens l'envie de prendre soin d'eux». Chacun des participants est reçu en entretien individuel par l'un des naturopathes de l'équipe. Au menu: bilan général de santé, antécédents médicaux et explication du déroulement de la semaine. Pour ceux qui ne veulent pas, ou ne peuvent pas, jeûner complètement, plusieurs options sont proposées. Une version plus douce du jeûne, avec jus de fruits et légumes frais matin, midi et soir, des mono-diètes de pommes ou de riz ou encore une alimentation uniquement végétale. Car il existe des contre-indications au jeûne, en cas de grossesse, d'anorexie, d'insuffisance hépatique ou rénale avancée. L'avis d'un médecin est donc important avant de se lancer.

Pour ma part, une petite expérience du jeûne et une bonne santé m'ouvrent la voie à la privation de nourriture pendant une semaine. Il faut commencer par une purge, m'explique la naturopathe qui me reçoit en entretien. Je grimace. C'est très désagréable à avaler, mais mieux vaut commencer le jeûne les intestins réellement vides, cela ne le rend que plus aisé. Ce soir-là, nous sommes une petite vingtaine autour de la grande table de bois qui trône dans le salon, prêts pour le rituel qui se répétera tous les jours à 19h30: le bouillon, seule prise à laquelle sont autorisés les jeûneurs, avec le jus de fruits dilué le matin et trois litres environ de liquides (eau et tisanes) par jour. Chacun se présente, les motivations varient mais se rejoignent toutes sur l'idée de prendre du temps pour soi et de remettre les pendules à l'heure physiquement et mentalement".

Il faut savoir aussi que le regard de la médecine a changé par rapport au jeûne...

Pour en savoir davantage, consulter: https://www.lesechos.fr/08/07/2016/LesEchosWeekEnd/00039-030-ECWE_-je-suis-partie-jeuner-dans-le-vercors-.htm#6cC0XUq1DZCJLqZU.99 

Lyliane

 

17/11/2017

Les arbres, ces êtres sociaux, selon Mr Peter Wohlleben...

Un article paru dans Version Fémina et rédigé par Mme Sophie Carquain nous fait part du succès de l'ouvrage "La vie secrète des arbres" de Mr Peter Wohlleben, traduit en 32 langues. Ce forestier allemand, qui travaille actuellement dans son pays à la tête d'une forêt écologique, c'est à dire gérée de façon non productiviste, s'intéresse depuis plus de 20 ans à la vie méconnue des feuillus et des résineux qu'il côtoie. Il a en effet démissionné de son poste dans l'administration des Eaux et Forêts pour mettre en oeuvre son approche sensible dans la région de l'Eifel. Avec pédagogie autant qu'avec humour, il nous fait découvrir à quel point ces végétaux ont un comportement social. Il prétend même que "les arbres pourraient nous donner des leçons en matière de fraternité et de partage".

Première surprise: les arbres émettent des substances odorantes avec lesquelles ils communiquent. Ce sont en effet des êtres sensibles qui se soutiennent mutuellement et communiquent les uns avec les autres grâce à des filaments blancs qui fonctionnent comme un "réseau internet végétal". Autre spécificité: ils savent se montrer combatifs en fabriquant leur propre insecticide pour repousser les prédateurs.

Dans le massif du Harz en Allemagne, des scientifiques ont même constaté que la plupart des arbres d'une même espèce étaient reliés entre eux pour échanger des substances nutritives, formant un écosystème utile afin de réguler la température, l'humidité... Mieux encore: pour stocker leurs savoirs, hêtres, chênes, pins et bouleaux disposeraient d'une sorte de "cerveau" dans leurs racines leur permettant de mémoriser les informations acquises.

Mr Wohlleben a observé aussi que les arbres ont des personnalités différentes: le hêtre par exemple a l'esprit de compétition, alors que le bouleau est plutôt solitaire. Certains sont impatients comme les chênes, qui changent vite de couleur à l'automne, tandis que d'autres prolongent la saison le plus possible. Les séquoias d'Europe qui ne sont pas nombreux chez nous n'atteignent pas 50 m de haut tandis qu'aux Etats-Unis où ils sont en familles, ils grandissent jusqu'à deux fois plus. Leurs liens avec les champignons qui poussent sous leur ramure ne sont pas anodins non plus!

Bref, qu'ils hibernent comme des ours ou dorment la nuit comme les humains, qu'ils veillent sur leurs rejetons ou montrent leur peur de mourir, les arbres manifestent des comportements proches des nôtres! Alors que nous, sans conscience, nous provoquons des dégâts en modifiant leur écosystème avec des engins passant à leurs pieds et tassant le sol, en introduisant des essences étrangères ou en pratiquant une monoculture sur des hectares... En bref, Mr Wohlleben nous reproche de ne penser qu'au profit immédiat ou à notre loisir, là où lui travaille avec des chevaux et tient compte des espèces sauvages, des oiseaux diurnes ou nocturnes comme des insectes. Ne serait-il pas temps de voir dans la nature qui nous entoure un espace vivant à protéger et à respecter et de pratiquer de ce fait une sylviculture durable et responsable?

Mr Wohlleben publie, outre son bestseller" La vie secrète des arbres", un autre ouvrage publié chez Trédaniel intitulé "La vie au coeur de la forêt", un guide forestier passionnant et pratique.

Lyliane

Sauvons les abeilles grâce à Pollinis et au vote du Parlement Européen...

Chers amis,

POLLINIS a besoin de votre mobilisation, de toute urgence, pour empêcher les lobbies de l’agrochimie de saboter l’interdiction des tueurs d’abeilles que nous sommes en passe d’obtenir à Bruxelles.

Si ce n’est pas déjà fait, SVP signez sans attendre la pétition aux députés européens, et transférez ce message le plus largement possible autour de vous.

Il a fallu des années de bataille, les cris d’alarme répétés des apiculteurs qui voient année après année leurs cheptels se réduire, les rapports inquiétants des scientifiques qui dénoncent sans détours les effets mortels des pesticides néonicotinoïdes sur les colonies d’abeilles…

… la mobilisation répétée de centaines de milliers de citoyens qui refusent qu’on sacrifie les abeilles, et avec elles l’alimentation et la santé de toute la population, pour servir les intérêts à court terme de quelques multinationales influentes…

… et le travail au corps-à-corps mené par nos équipes auprès des parlementaires, rendez-vous après rendez-vous, pour les convaincre de prendre des décisions fortes et sans appel pour une interdiction définitive de tous les tueurs d’abeilles en Europe !

Le mois dernier, tout ce travail a porté ses fruits : une députée courageuse, Mme Maria Lidia Senra Rodriguez, a déposé nos amendements pour l’interdiction des néonicotinoïdes lors d’un projet d’initiative sur l’apiculture (1)(2).

Dans quelques jours – le 22 novembre exactement – ces amendements seront soumis au vote des quelques députés qui composent la Commission Agriculture du Parlement européen. Et s’ils passent ce cap, c’est l’ensemble des députés qui devront voter le texte en janvier 2018.

Je dis bien « s’ils passent le cap » : car en ce moment même, tous les lobbies des tenants du tout-chimique en agriculture se sont ligués pour tirer à boulets rouge sur nos amendements, et s’assurer qu’ils seront retoqués par les députés de la Commission Agriculture !

C’est pour ça que je fais appel à vous de toute urgence, pour nous aider à peser plus fort dans la balance que leurs chantages aux licenciements et leurs menaces de délocalisation.

Nous avons déjà réuni 157 000 signataires à notre pétition aux députés européens : aidez-nous à doubler ce chiffre dans les jours qui viennent en :

- signant vous-même, si ce n’est pas déjà fait, la pétition

- transférant ce message à tout votre carnet d’adresses

Expliquez bien à vos amis que, tant qu’on n’aura pas réussi à faire interdire l’ensemble des substances néonicotinoïdes tueuses d’abeilles au niveau européen, les scandales comme celui qu’on vient d’essuyer, en France, avec la mise sur le marché de deux produits contenant du Sulfoxaflor, un néonicotinoïde nouvelle génération qui va encore accélérer le déclin des abeilles et des pollinisateurs sauvages (3)…

…continueront à être monnaie courante, sans que les autorités françaises ne puissent, sur le long terme, s’y opposer.

La preuve : face à la mobilisation immédiate des citoyens et des apiculteurs, le gouvernement n’a pu négocier que… 3 mois de sursis, avant la vente effective du nouveau tueur d’abeilles (4) !

C’est au niveau européen qu’il faut maintenant obtenir cette interdiction salutaire pour les abeilles et notre avenir alimentaire. Et pour ça, il n’y a pas de meilleur espoir que le vote de l’amendement que nous avons arraché de haute lutte - et qui, sans votre aide, sera torpillé sans merci par les lobbies de l’agrochimie.

Il n’y a plus une minute à perdre :

Une étude spectaculaire menée à grande échelle en Allemagne pendant 27 ans vient de révéler que 76 % au moins des insectes volants auraient disparu depuis 1989. Et les chercheurs pensent que ces résultats auraient été les mêmes dans les autres pays européens ! (5)

Ces chiffres sont effrayants :

Les abeilles ne sont que la face émergée de l’iceberg. Leur déclin est visible par les apiculteurs qui s’occupent d’elles au quotidien. Mais avec elles, ce sont également des milliers de papillons, bourdons, bombyles ou syrphes qui succombent en silence : les chercheurs commencent à peine à lever le voile sur les effets des pesticides néonicotinoïdes sur les pollinisateurs sauvages – et ce qu’ils trouvent fait froid dans le dos…

Les pollinisateurs sont essentiels à la qualité, la quantité et la diversité de notre alimentation, et assurent la reproduction de plus de 80% des fruits, légumes et plantes à fleurs (6).

Les tomates par exemple, ne peuvent être pollinisées efficacement que par les bourdons, les seuls à pouvoir faire vibrer ces fleurs pour qu’elles libèrent leur pollen (7). Or près de la moitié (46%) des espèces de bourdons d’Europe sont en déclin (8)…

Selon une étude publiée en Décembre 2016 dans la revue Nature, l’augmentation du nombre de maladies qui résulteraient de la disparition de certains pollinisateurs majeurs pourrait engendrer 1,4 million de décès supplémentaires chaque année dans le monde (9).

Face à ces chiffres apocalyptiques, il n’y a pas à tergiverser. Et pourtant : certains députés se laissent encore tenter par les arguments court-termistes de l’industrie agrochimique…

Montrez-leur que leurs électeurs n’acceptent pas qu’ils sacrifient une seconde de plus les abeilles et les pollinisateurs !

PHASE 2 Je signe la pétition

De notre côté, nous continuons à multiplier les rendez-vous au Parlement européen, pour convaincre les députés de voter nos amendements salutaires pour les abeilles.

Si notre démarche est soutenue par plusieurs centaines de milliers de citoyens européens, croyez-moi, même les plus réfractaires d’entre eux y verront une menace à leur réélection, et seront forcés de se ranger de notre côté.

Nous sommes en passe de gagner cette bataille : il ne faut que 2 petites minutes de votre temps pour faire pencher la balance.

SVP, cliquez sur ce lien pour signer la pétition, et diffusez ce message le plus largement possible autour de vous – en le transférant à vos amis par email, ou en partageant cette action sur les réseaux sociaux.

16/11/2017

Cyberaction en faveur de l'agriculture biologique.

bandeau-lettre

 

 

//Cyberaction N° 952: Reconduction du crédit d'impôt pour l'agriculture biologique

Les députés ont prorogé jeudi en commission des finances la reconduction du crédit d'impôts en faveur de l’agriculture biologique jusqu’en 2020.

Nous vous proposons d'interpeller votre député pour l'inciter à voter cet amendement lors de son passage en séance.

https://is.gd/qrPdaB
Logo AB
Signez cette petition

 

 

Arrêter de fumer grâce à Facebook...

Dans Version Fémina un article de Mme Caroline Dreyfus-Rose nous apprend que nous pouvons arrêter de fumer grâce aux réseaux sociaux. Il semblerait en effet qu'écraser la dernière cigarette à plusieurs est plus facile. Pour mettre fin à leur addiction, des milliers de fumeurs auraient déjà rejoint des groupes d'entraide en ligne. Des groupes de soutien au sevrage tabagique voient leurs inscriptions se multiplier. Par exemple le groupe "Moi sans tabac" a été crée en 2016 par Mme Lecor qui voulait être soutenue et motivée par des amis pour cesser de fumer. Aujourd'hui ce groupe comporte près de 2500 inscrits!

Dans un premier temps, les candidats se renseignent avant d'arrêter de fumer. Ils craignent généralement la prise de poids ou ils envisagent la cigarette électronique. Ils lisent les conseils de sevrage et ils se sentent tout-à-coup moins seuls. De même, ils se découragent moins vite car ils peuvent témoigner de leurs difficultés ou réussites. Ceux qui réconfortent se sentent utiles et les autres apprennent à ne pas baisser les bras. 

Mr J. Le Houezec, tabacologue, explique que "les réseaux sociaux sont un outil où on se retrouve entre pairs bienveillants". Un appui médical n'est pas forcément nécessaire. Selon lui, veiller cependant à ce que l'entraide soit bénévole et à ce que les astuces des uns puissent éventuellement inspirer les autres. Il faut aussi remarquer que les Centres Tabac Info Service ne sont ouverts que du lundi au samedi de 8h à 20H. Sur Facebook il y a toujours quelqu'un de disponible 24h sur 24!

En effet, de jour comme de nuit, un réseau virtuel est réceptif à un SOS et encourage même en cas d'échec. Une solidarité se crée... Certains groupes proposent de renforcer l'aide par un parrainage plus étroit. Crier sa détresse auprès d'inconnus ou d'amis au lieu de "craquer" en a aidé quelques-uns. Cela semble être la force du groupe! Sur Messenger également des tentatives de démarche dans ce sens ont lieu.

Pour en savoir plus, contacter des groupes Facebook comme " Je ne fume plus, Arrêt du tabac, Arrêt tabac-aide, Moi sans tabac, Stop la clope..." ou créez d'autres antennes sur un modèle approchant...

Lyliane

15/11/2017

Retrouver les légumes anciens...

Dans la revue Habbanae de l'association des Agronomes et Vétérinaires sans frontières, j'ai relevé l'interview sur les légumes oubliés avec Mme Sabrina Novak, directrice adjointe et responsable projets développement au CRBA ou Centre de Ressources de Botanique Appliquée au Domaine de Lacroix Laval, crée en 2008.

L'objectif de ce Centre de Ressources de Botanique Appliquée est de favoriser la recherche en botanique appliquée à l'horticulture, à la création et à la restauration de jardins et à l'histoire et l'utilisation actuelle des plantes. En 100 ans, 75% de la biodiversité cultivée a malheureusement disparu au profit de quelques variétés standards, souvent moins intéressantes sur un plan nutritionnel.

En collaboration avec le réseau Amap Auvergne-Rhône-Alpes et des maraîchers régionaux, le CRBA a soutenu la culture et la récolte de semences de variétés potagères locales. Les maraîchers sont ainsi formés à faire eux-mêmes leurs graines et à mener un travail de suivi des cultures. Quant aux Amap, elles diffusent l'idée qu'il appartient à tous de défendre notre souveraineté alimentaire.

Il faut néanmoins savoir que produire et multiplier les semences est un travail de longue haleine. C'est pourquoi le CRBA coordonne 5 conservatoires participatifs et vivants de la biodiversité domestique, afin que chacun puisse se réapproprier ce patrimoine commun et participer à la conservation et à la diffusion de la biodiversité domestique.

Pour en savoir plus sur le projet des légumes oubliés, consulter: http://amap-aura.org/legumes-anciens-saveurs-dici/

Lyliane

14/11/2017

A propos des 11 vaccinations voici le communiqué des Prs L. Montagnier et H. Joyeux...

Les Professeurs Luc Montagnier, Prix Nobel de Médecine et Henri Joyeux, Prix international de cancérologie, résument en 7 points leur conférence de presse commune du 7 novembre 2017.


1/ Nous ne sommes pas contre les vaccinations contrairement à ce que diffusent des médias et des communicants médiatiques, y compris médecins, sous influence directe ou indirecte des laboratoires fabricants. La science vaccinale est complexe, et notre environnement a beaucoup changé depuis un siècle ce qui rend difficile les vaccinations en masse comme autrefois.    

2/ Nous nous opposons pour 3 raisons essentielles à l’obligation vaccinale des 11 vaccins proposée dès la 6ème semaine de vie du nourrisson, dont les défenses immunitaires sont en construction :  

  • la somme des vaccins proposés injecte au nourrisson une quantité d’aluminium excessive, adjuvant bio-persistant ayant démontré sa nocivité localement au point d’injection et aussi sa pénétration sous forme d’agrégats aluminiques jusqu’au cerveau et dans d’autres zones du corps (os, reins) comme cela a été démontré chez les ouvriers respirant les poussières lors de l’extraction de la bauxite (maladies professionnelles). 

De plus, l’aluminium présent dans les vaccins vétérinaires s’est révélé toxique pour les animaux, responsable directement ou indirectement de sarcomes (cancers de mauvais pronostic) dans la zone de vaccination dans les 3 ans post vaccination et dans d’autres zones du corps 5 ans plus tard : ostéosarcomes, fibrosarcomes, chondrosarcomes.. au niveau des membres, du thorax et de l’abdomen. Nos chats seraient-ils mieux soignés que nos enfants, puisque l’aluminium a été retiré des vaccins vétérinaires par une filiale de Sanofi ?  

  • l’excès de vaccins peut être responsable de mort subite du nourrisson dans les jours ou les mois qui suivent la vaccination : 250 à 300 cas sont répertoriés en France dont 25% des cas n’ont pas de cause précise. Selon une enquête scientifique menée pour un procès aux Etats Unis, l’hypervaccination déclencherait la formation subite de cytokines*, molécules inflammatoires toxiques pour un organisme fragile.  

  • la vaccination contre l’hépatite B pour un nourrisson de 6 semaines n’a aucun intérêt de santé et peut être délétère dans l’avenir, en particulier responsable de phénomènes allergiques, de maladies auto-immunes dont les maladies neuro-dégénératives, sclérose en plaques en particulier, chez des enfants ou adolescents.  

3/ La loi actuelle imposant la vaccination contre Diphtérie-Tétanos-Polio avant les 18 mois de l’enfant est raisonnable, et ne doit pas être changée, ce qui implique la re-fabrication du vaccin trivalent sans aluminium, tel qu’il a existé et qui a été imposé par décision du Conseil d’Etat le 8 février 2017. Rappelons également que l’Institut Pasteur avait utilisé le phosphate de calcium comme adjuvant sans danger, et que son partenaire majoritaire a choisi de le remplacer par un composé d'aluminium pour des raisons purement financières.  

4/ L’allaitement maternel tel qu’il est recommandé par l’OMS, 6 mois intégral et une année matin et soir avant et au retour du travail est l’idéal pour la santé du nourrisson et celle de sa mère quand elle est en bonne santé. Il assure les défenses immunitaires du nourrisson et évite les vaccinations précoces qui peuvent être prévues au delà de la 2ème année de l’enfant. 

5/ Le principe constitutionnel de précaution doit être mis en application à propos des vaccins qui doivent subir les mêmes contrôles que les médicaments avant leur mise sur le marché, et doit rendre la liberté vaccinale à tous les Français, telle qu’elle est appliquée en Suède, Allemagne et dans d’autres pays du monde.  

6/ Nous attirons en plus l’attention du législateur à propos du vaccin ROR (contre Rougeole, Oreillons et Rubéole) qui injecte des virus atténués qui ne sont pas sans danger chez des nourrissons fragiles et impose une vaccination au cas par cas.  

7/Nous demandons instamment aux parlementaires de ne pas voter cette loi qui va contre l’intérêt de la santé des enfants et impose aux médecins et aux familles un dlcktat industriel et administratif.  

Les médecins généralistes ou pédiatres ne doivent pas être dépossédés de leur compétence, et de leurs facultés de juger scientifiquement de l’intérêt de telle ou telle vaccination dans une relation de confiance avec la famille, dont ils gardent la responsabilité. 

Professeur Luc Montagnier
Professeur Henri Joyeux

 

Libérer la Méditerranée des pollutions: RV le dimanche 26 Novembre 2017!

Olivier DUBUQUOY
France

8 NOV. 2017 — Le dimanche 26 Novembre rejoignez la flotte citoyenne pour libérer la Méditerranée des pollutions !

Lien de l'évènement : https://www.facebook.com/events/241787366353869/

Marins, navigateurs, pêcheurs, plaisanciers, kayakistes, piroguiers, paddlers... associations et organisations, nous vous invitons à nous rejoindre à la Seyne sur Mer sur vos embarcations pour une navigation citoyenne lors du départ d’Energy Observer, bateau-laboratoire de la transition énergétique (http://www.energy-observer.org/) pour la suite de son tour de Méditerranée.

Notez dès à présent cette date dans votre agenda !
Plus d'informations très prochainement.

Suivez nos actualités sur notre Newsletter : http://www.zea.earth/actus


ZEA
Libérons l’Océan !

Z | E | A
Zea website
http://www.zea.earth

13/11/2017

Arrêt des frais sur les incidents bancaires des personnes en situation précaire selon change.org

 

 
 
 

MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

20 000 SIGNATURES

Gisele GALLARDO
France

12 NOV. 2017 — MERCI A VOUS TOUS !
Merci à vous qui avez le courage de vous exprimer.
Merci pour vos commentaires et vos témoignages pertinents.
La souffrance engendrée par les procédures des banques à l'encontre des comptes en difficulté est beaucoup plus dramatique qu'on ne l'imagine.
Elles profitent des difficultés d'un grosse partie de la population pour s'enrichir.
En difficulté parce que, sans emploi, retraités, invalides, agriculteurs, artisans, commerçants, étudiants, personnes isolées et pour mille et une raisons différentes, désargentés à un moment ou à un autre de leur vie.
L'économie de la France ne va pas bien.
Les banques vont chercher l'argent où elles le trouvent.
Comment les gouvernants peuvent-ils laisser faire une ignominie pareille ?
Les banquiers ont-ils autant de puissance ?
Quelle valeur a le peuple « d'en bas » aux yeux des gouvernants, qui se suivent et ne font rien ?

Merci de faire tourner cette pétition.

Compte bancaire - La Société générale condamnée pour clauses abusives...
L'UFC-Que Choisir a obtenu du tribunal de grande instance de Paris l'annulation d'une quinzaine de clauses abusives contenues dans les...
https://www.quechoisir.org

12/11/2017

L'électro-acupuncture contre le syndrome du canal carpien...

La revue Santé Magazine du mois de novembre 2017 nous annonce une bonne nouvelle: il existe désormais une technique efficace pour soigner le syndrome du canal carpien. L'article du Pr Christophe Mathoulin, chirurgien de la main et du poignet, et du Pr Nadia Volf, médecin acupuncteur à l'Université Paris 11 (Orsay) s'attache à nous expliquer ce dont il s'agit. Ce syndrome signale notamment la compression du nerf médian qui se manifeste par des fourmillements, une sensation d'engourdissement et des douleurs dans des doigts en direction de l'avant-bras et jusqu'au coude...

Cette affection est essentiellement féminine (4 femmes pour un homme). Chez les femmes,on suspecte un rôle des oestrogènes favorisant sa survenue ou chez les hommes la conduite de deux-roues ou une maladie liée à la profession. Une étude scientifique publiée en avril 2017 dans la revue Brain a confirmé l'efficacité de l'électro-acupuncture. Cette méthode de stimulation électrique de faible intensité agit directement sur les centres nerveux responsables du fonctionnement des nerfs périphériques. 

La durée du traitement est variable. Dans les cas les plus légers, le syndrome peut être guéri en 3 à 4 séances non douloureuses de 45 minutes à une heure. Une séance  est généralement facturée entre 35 et 80 euros, parfois plus. Si le médecin acupuncteur est conventionné, les soins peuvent être remboursés à hauteur de 70% du tarif de convention. On peut ajouter à cette technique non invasive le port d'une attelle pendant la nuit pour favoriser la récupération ou des infiltrations de cortisone. Les protocoles cependant sont adaptés et individualisés en fonction de chacun et de la gravité de l'atteinte.

On compte à l'heure actuelle 600 000 personnes affectées par ce syndrome en France. Un peu plus de 130 000 se font opérer pour éviter une perte de sensibilité des doigts qui s'aggrave généralement la nuit. Les séances d'électro-acupuncture sont contre-indiquées aux femmes enceintes et aux personnes portant un pacemaker.

Pour en savoir davantage, s'adresser à des sites spécialisés comme: www.passeportsante.net/fr/.../Fiche.aspx?...traitements...syndrome-du-canal-carpien ou www.santemagazine.fr › Médecines ou même www.institut-medichina.ch/.../acupuncture.../syndrome-canal-carpien-acupuncture-me...

Lyliane 

 

11/11/2017

Pour lutter contre l'ostéoporose, laissez de côté les produits trop acides...

Certains aliments stimulent la régénération de l’os alors que d’autres accélèrent son affaiblissement. 


Il y a une raison précise à cette relation : la santé de notre ossature est tributaire de l’équilibre acide-base de notre organisme. 

Lorsque l’alimentation est trop acidifiante, notre corps cherche à rétablir l’équilibre en puisant dans ses principales réserves de minéraux basifiants, à savoir ses muscles, et surtout ses os. 

A terme, un régime déséquilibré provoque une destruction progressive de nos os. 

La principale solution pour freiner la fragilisation de nos os consiste donc à adopter un régime qui rétablit l’indispensable équilibre entre acides et bases. 

Les aliments les plus acidifiants, dans leur ordre d’importance, sont les suivants : 

  • Le sel de table 

  • Le fromage 

  • Le pain 

  • Les charcuteries 

  • Les viandes et les poissons 

  • Les céréales 

Lorsqu’ils sont consommés en excès, ils acidifient notre organisme et augmentent la perte de masse osseuse. 

Il faut également éviter toute nourriture qui possède un trop fort indice glycémique, non seulement les sodas et les sucres dits « rapides », mais aussi les pommes de terre et la plupart des produits céréaliers faussement qualifiés de « sucres lents ». 

Des études ont en effet mis en évidence le lien entre le taux de sucre dans le sang et le risque de fractures.

Après avoir analysé 180 hommes et 109 femmes ménopausées, il s’est avéré que les individus dont la glycémie est plus élevée produisent moins d’ostéocalcine, une hormone sécrétée par les ostéoblastes qui intervient dans la fabrication de l’os. 

Fruits et des légumes pour ralentir la perte osseuse

Mais réduire sa consommation de produits acidifiants et sucrés ne suffit pas, il faut aussi consommer des aliments contenant des minéraux basifiants tels que le calcium, le magnésium, le zinc et le cuivre. 

En plus de permettre au corps de conserver le juste équilibre entre acides et bases sans puiser dans ses réserves, ces minéraux sont nécessaires à la bonne régénération des os. 

Parmi les nombreuses recherches consacrées à la question, une étude anglaise vient de montrer qu’une supplémentation de minéraux basifiants permet de limiter la fuite du calcium osseux dans l’urine. 

On trouve principalement ces substances basifiantes dans la plupart des fruits et des légumes, quelques soient leurs formes : crus ou cuits, entiers, en purées ou en soupes. 

Parmi eux, les différentes variétés de choux en sont particulièrement riches, de même que les légumineuses, les fruits à coque, les légumes verts, les bananes, les abricots ou les fruits rouges. 

Vitamines en renfort

Je vous ai dit tout plus haut que la supplémentation en calcium était à éviter, mais certaines vitamines – K et D - jouent un rôle essentiel à la bonne santé de notre squelette en facilitant l’absorption du calcium dans les os et en freinant leur fuite dans l’urine. 

Dans l’étude dite « des Infirmières » (Ecole de santé publique, Harvard), qui a suivi pendant 10 ans 72 327 femmes âgées de 34 à 77 ans, celles qui consommaient peu de vitamine K ont vu leur risque de fracture du col du fémur augmenter par rapport à celles qui en consommaient le plus [3]. 

Dans l’idéal, il faudrait consommer près de 120 μg de vitamine K chaque jour, 200 μg après 50 ans pour se mettre totalement à l’abri d’un risque de déficit 

On trouve une quantité importante de vitamine K dans le persil, le basilic, les crucifères, les épinards et plus généralement dans tous les légumes verts. 

Quant à la vitamine D, la meilleure façon d’en faire le plein est de s’exposer au soleil, une dizaine de minutes par jour, entre 11 et 15h durant l’été. 

Pour le reste de l’année, on recommande une supplémentation avec des doses journalières recommandées qui vont jusqu’à 4000 UI chez l’adulte. 

Le secret des japonais contre l’ostéoporose

Les Japonais consomment depuis plus de 2000 ans un aliment à base de haricots de soja fermentés, le natto

Il a la particularité d’être le seul produit à contenir en très forte concentration une forme rare de vitamine K, nommée K2 MK-7. 

Leon Schurgers, un biochimiste spécialiste de cette vitamine, a découvert que son action sur les os était trois fois plus puissante que les vitamines K présentes dans les végétaux. 

Non seulement elle stimule l’ostéocalcine, l’hormone qui fixe le calcium, mais elle est aussi capable d’inverser le phénomène de calcification. Elle évacue l’excédent de calcium qui se dépose dans nos artères et permet de fixer le minéral dans les endroits appropriés tels que les os. 

Tisane reminéralisante

Certaines plantes sont particulièrement riches en calcium, magnésium et potassium, et contiennent aussi des quantités importantes de fer et de manganèse. 

En outre, elles ont une excellente biodisponibilité, ce qui signifie qu’une grande proportion de leurs minéraux sont assimilés par le corps humain.

Dans votre tasse, vous pouvez infuser, au choix, des feuilles de deux ou trois de ces plantes : ortie bien sûr (20 % de ses constituants sont des minéraux (calcium, potassium, silicium et fer), luzerne, prêle, avoine, cataire, fraisier et menthe poivrée

Cette dernière, en plus de contenir beaucoup de minéraux, relèvera le goût de la tisane, tout comme une cuillère de miel. 

Des os plus forts : la meilleure solution

Une alimentation adéquate permet d’arrêter la fragilisation des os, mais pas de les rendre plus solides. 

Ce sont les différents mouvements que nous effectuons quotidiennement qui renforcent notre ossature. 

Rien ne remplace donc…l’activité physique ; elle stimule la minéralisation et accélère la formation osseuse. Pratiquez régulièrement des exercices qui sollicitent au maximum nos membres, comme la musculation, le vélo, le jogging ou encore l’escalade. 

Bon enfin l’escalade, je dis ça comme ça…N’allez pas vous balancer dans le vide si vous n’avez pas fait de sport depuis 20 ans sous prétexte que vous l’avez lu dans PureSanté, je vais encore me faire disputer ! 

Santé ! 

Gabriel Combris

10/11/2017

Obsolescence programmée... Greenpeace s'engage à la faire régresser!

J'apprends par un document émanant de Mr Robin Perkins, responsable de la dernière  campagne lancée par Greenpeace, qu'une avancée importante est à mettre au crédit de la mobilisation citoyenne en faveur de l'environnement. Il s'agit en effet de la firme Samsung qui s'est vue contrainte sous la pression des citoyens à recycler 4,3 millions de téléphones Galaxy Note 7 défectueux. Certes, il reste encore beaucoup à faire pour qu'Apple, Google ou Facebook s'engagent à utiliser 100% d'énergies renouvelables. Le secteur de l'informatique et du digital, en pleine croissance, continue pour le moment "à dévorer à pleines dents les ressources planétaires et à polluer sans compter". Sans oublier l'envers du décor avec les déchets toxiques qui s'accumulent dans certains pays pauvres!

Depuis 2007, en effet, 7,1 milliards de smartphones ont été produits et d'ici 2020, 6 milliards devraient encore être achetés. Les firmes produisant ces appareils fragiles, impossibles à réparer et rapidement incompatibles semblent avoir tout organisé pour que le consommateur soit obligé d'en changer souvent. L'obsolescence programmée de ces appareils et la surconsommation qui en découle ont des conséquences désastreuses pour l'environnement.

Obligeons donc ces entreprises technologiques à la pointe de l'innovation à favoriser l'énergie circulaire et le respect de notre planète. Ils ont les moyens financiers de trouver des solutions. Achetons nos appareils désormais de façon plus responsable ou même boycottons les firmes les plus réfractaires à changer leur mode habituel de fonctionnement. N'hésitons pas à partager ces informations avec nos proches et à signer des pétitions pour maintenir la pression sur les marques les plus polluantes. En préconisant une consommation plus responsable, nous finirons par réduire ou même stopper l'asphyxie de notre planète!

Pour obtenir davantage d'information à ce sujet, consultons le site Internet: www.greenpeace.fr.

Lyliane

09/11/2017

Les Pères Noël Verts sont de retour...

Les Pères Noël Verts ont été crées en 1976 pour atténuer les injustices par le Secours Populaire. En effet, le Père Noël rouge ne passe pas forcément dans toutes les familles: une sur dix n'aura pas assez d'argent pour acheter un cadeau. Le lancement officiel de la campagne des Pères Noël Verts aura lieu le lundi 4 décembre 2017 à Paris au musée des Arts Forains. Leur but est de récolter des fonds afin d'offrir des jouets neufs aux enfants qui en sont privés. Il y aura aussi des colis de Noël, des séjours à la montagne, des repas et des spectacles en famille dans différentes villes de France.

Les Copains du monde, qui fêtent aujourd'hui le 25 ème anniversaire de leur mouvement, donneront un coup de main aux Pères Noël Verts.  Dans les permanences du Secours Populaire, les jouets neufs achetés grâce aux fonds récoltés seront proposés en libre-service aux parents pour qu'ils choisissent ce qui fera plaisir à leurs enfants. Cette chaîne de solidarité au moment des fêtes de fin d'année est censée apporter du réconfort  aux personnes accueillies. Pourquoi ne pas vous proposer comme bénévole?

Pour en savoir davantage joindre sur Internet: www.secourspopulaire.fr.

Lyliane

08/11/2017

Adoptons à la SPA!

La journaliste Mme Valérie Josselin dans le journal Version Fémina nous propose d'adopter un chien ou un chat à la SPA, au lieu de l'acheter dans une animalerie. En 2016, on compte environ 42 000 animaux qui ont été adoptés dans les 56 refuges de la SPA (Société Protectrice des Animaux) en France, soit 39% de plus qu'en 2013. On y trouve essentiellement des chiens et des chats, mais aussi des lapins, des furets, des tortues, des chevaux, des poneys et des ânes.

Une fois recueillis, les animaux sont identifiés, stérilisés, vaccinés et, si leur état de santé le permet, ils sont soignés avec beaucoup d'égards. Ils vivent en effet dans des box confortables chauffés et ils sont promenés et nourris. Même s'ils ont  été précédemment maltraités, les animaux montrent des capacités de résilience remarquables. La plupart, en effet, reprennent un comportement normal, lorsqu'ils trouvent un maître affectueux.

Généralement, le futur acquéreur a accès à tous les renseignements sur l'animal et sur son passé. Il peut même commencer à effectuer une présélection sur le site ci-après en regardant des photos - www.la-spa.fr/refuges -, mais rien ne vaut la rencontre. La SPA se réserve le droit de refuser l'adoption d'un animal si elle estime que les conditions nécessaires à son épanouissement ne sont pas réunies. Une période d'adaptation est prévue pour le cas où le comportement de l'animal poserait problème.

L'acte d'adopter un animal engage dans le temps, y compris financièrement. Ce ne doit pas être une lubie, mais une décision réfléchie. Faire vivre en effet à l'animal un nouvel abandon doit être exclu. Les conseillers SPA connaissent bien les animaux de leur refuge et ils peuvent orienter les choix vers telle race ou tel tempérament correspondant au mode de vie  familial.

Venir au refuge avec une pièce d'identité, un justificatif de domicile de moins de 3 mois et une fiche de paie si vous adoptez un chien. La SPA demande habituellement de régler les frais de vaccination et de stérilisation de l'animal (150 euros pour un chat et 250 à 300 euros pour un chien). La SPA prendra des nouvelles de l'animal adopté et pourra, éventuellement, rendre visite à la famille pendant la phase d'adaptation.

Pour en savoir davantage, consulter sur Internet: www.spa.fr.

Lyliane

 

 

07/11/2017

Contre le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires...

Contre le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires

Collectif Vaccins-Liberté, le 6 novembre 2017 à 12:07 • Modifié le 7 novembre 2017 à 07:21

Demande de suppression de l’Art. 34 du projet de loi de financement de la sécurité sociale, qui étend l'obligation de 3 à 11 vaccins.

Description

 
Nous demandons la suppression de l’Article 34 du projet de loi de financement de la sécurité sociale en 2018 qui contient l'extension de l'obligation de 3 à 11 vaccins.
 
 
Nous sommes contre cette extension pour 7 motifs principaux :
 
 
1) Elle porte atteinte aux libertés fondamentales et à la démocratie en bafouant la primauté de l’être humain et le consentement éclairé du patient.
 
2) Elle intervient dans la précipitation en dehors de toute urgence de santé publique.
 
3) Elle se fait par le biais d’une loi de finance alors qu’il s’agit d’une décision de société et de santé qui mérite de prendre le temps d’un vrai débat national et démocratique. Aucune étude d’impact sérieuse n’accompagne cette mesure.
 
4) Par ses mesures autoritaires, cette extension met en danger la cohésion sociale. Elle risque de diviser le pays, d’installer un climat de suspicion, de délation et d’insécurité.
 
5) Elle transforme les enfants non-vaccinés en parias de la société instaurant de fait un apartheid et risquant de provoquer une déscolarisation massive. C’est une atteinte au droit fondamental à l’éducation.
 
6) Elle transforme les parents « refusant » en délinquants coupables de maltraitance envers leur enfant et donc passibles de peines de prison et d’amendes lourdes.
 
7) L’extension de l’obligation exonère de fait les laboratoires pharmaceutiques de leur responsabilité juridique en cas d’effets secondaires et reporte l’indemnisation des victimes sur la solidarité nationale.
 
 
 
Voici nos motifs.
 
 
Non-respect de la Constitution
 
Ce projet de loi sur les vaccinations crée principalement un système d’obligations, de contrôles et de sanctions.
 
L’extension de 3  à 11 vaccins obligatoires, pour une importante fraction de la population, avec un système de sanctions non-explicite et la création d’un système de surveillance et de coercition impactant toute notre société, serait une décision majeure, qui, au fond, est peu en rapport avec le financement de la sécurité sociale.
 
Traiter de cette manière un sujet de société aussi grave est inacceptable et contraire à la Constitution. C’est, au mieux, un abus et, au pire, une forfaiture.
 
En empêchant un légitime débat démocratique qui se tiendrait dans des conditions appropriées à la gravité et l’ampleur du sujet, le Gouvernement trahit le Peuple et les Institutions Républicaines.
 
Nous demandons aux Parlementaires de saisir le Conseil Constitutionnel en vue de faire supprimer l’Article 34 du PLFSS-2018.
 
Nous invitons personnellement chaque Membre du Conseil Constitutionnel à considérer les enjeux de cette situation cruciale. L’Histoire se souviendra.
 
 
Des sanctions plus lourdes par défaut
 
Le projet supprime l’article 3116-4 sur les sanctions encourues par les parents en cas de manque aux obligations vaccinales, qui étaient : 6 mois de prison, 3750 Euros d’amende.
 
Le projet supprime l’article 3116-2 relatif à la limite d’âge des intéressés (c’est-à-dire des personnes à vacciner) jusqu’à laquelle des poursuites peuvent être intentées pour infraction aux obligations vaccinales.
 
Ce faisant, et donc par défaut, le cadre de sanctions qui s’appliquera pour ce qui concerne les parents, deviendrait l’article 227-17 du Code Pénal : 2 ans de prison, 30 000 Euros d’amende. La non-vaccination étant alors assimilée à une maltraitance ou à un abandon de famille.
 
L’exposé de motifs stipule de façon allusive : « La mesure supprime par ailleurs les sanctions spécifiques relatives au non-respect de l’obligation vaccinale, qui ne se justifient plus, car le code pénal comporte une infraction générale. »
 
Or cette information n’a pas été donnée explicitement par le Gouvernement, au point que des députés, y compris dans la commission des affaires sociales, sont restés dans l’ignorance de ce qu’ils étaient en train d’alourdir les sanctions possibles alors qu’ils pensaient être en train de supprimer toute sanction ! Même le rapporteur général du projet semblait ignorer ceci.
 
S’agissant du travail législatif à l’Assemblée Nationale, omettre d’expliciter de telles informations et d’en éclairer tous les aspects aux yeux des Représentants du Peuple, c’est, de la part des responsables, au mieux, un oubli critiquable et, au pire, une forfaiture.
 
 
La déresponsabilisation des industriels, au détriment de la population
 
Si huit autres vaccins devenaient obligatoires,  les responsabilités en cas « d’effets indésirables » ne seraient plus à la charge des industriels et seraient entièrement transférées à l’Etat. Alors que, déjà, pour les vaccins, les conditions de mise sur le marché sont moins exigeantes que pour les médicaments, et alors que l’Etat s’en remet aux industriels pour la réalisation des évaluations de leurs vaccins respectifs ( !), avec les doutes que ceci soulève, ces mêmes industriels ne risqueraient plus, dorénavant, d’être poursuivis en cas d’accidents post-vaccinaux.
 
C’est là une promesse de grands profits, et de risques minimisés, pour les industriels ; une promesse de risques sanitaires pour les vaccinés ; une promesse de risques financiers considérables et concentrés sur une seule partie prenante qui est l’Etat et donc la collectivité nationale.
 
Les conséquences financières de cette extension de l’obligation ne sont pas prévues par l’étude d’impact qui accompagne le PLFSS-2018.
 
 
La destruction de liens sociaux essentiels
 
Le projet impliquerait directement non seulement de nombreuses professions de santé mais aussi des personnels de « toute école, garderie, colonie de vacances ou autre collectivité d’enfants ». Le projet donnerait à ces personnels des missions de contrôle et donc de signalement.
 
Ainsi, des médecins seraient amenés à n’être plus seulement médecins mais aussi un peu enquêteur et policier. Puis dans le cas - fréquent - où ils sont payés à l’acte, ils seraient intéressés financièrement au nombre de vaccinations pratiquées au mépris du besoin de sa clientèle (Rémunération sur Objectif de Santé Publique (ROSP)).
 
De plus, il est prévu que le médecin soit juridiquement déresponsabilisé des conséquences de ses actes de vaccination, l’Etat assumant tout cela.
 
Le projet endommagerait gravement la relation de confiance entre le médecin et les familles, donc ici la qualité du système de santé.
 
Au lieu d’une médecine d’écoute, de dialogue, de compréhension, d’attention, de bienveillance, d’accompagnement, de soin, de fraternité, c’est-à-dire celle à laquelle aspirent tant d’usagers et de professionnels de santé, …
 
… c’est une relation d’exécution et de contrainte qui prendrait le pas.
 
Le projet méconnaît qu’au XXIe siècle, le médecin ne peut se prévaloir sans limites d’un ascendant sur une population supposée docile et ignorante.
 
D’autre part, avec ce projet, la plupart des responsables d’écoles, garderies, colonies de vacances ou autres collectivités d’enfants deviendraient, malgré eux, contrôleurs de la conformité aux obligations de vaccinations, donc signalant des infractions pénales.
 
Le projet compromet la relation de confiance entre ces responsables de collectivités d’enfants et les familles.
 
 
Renvoi des élèves et des enfants
 
Un point notable mais largement ignoré : le projet précise, à l’article L3111-2-II, que les justifications de l’exécution de l’obligation vaccinale seraient à fournir par les parents « pour l’admission ou le maintien dans toute école, garderie, colonie de vacances ou autre collectivité d’enfants ».
 
Ces trois mots - « ou le maintien » - sont nouveaux : ils n’existaient pas dans la loi en vigueur jusqu’ici.
 
(N.B. : Nous sommes choqués de constater encore une fois l’absence de ce point de débat, en séance à l’Assemblée Nationale, le 27 octobre dernier. Ce n’est pas démocratique.)
 
Ces termes ouvrent la possibilité légale du renvoi des enfants, aux motifs cités plus haut.
 
Le projet produirait donc de la ségrégation, de la violence sociale.
 
La France de 2018 va-t-elle inventer l’exclusion scolaire pour non-conformité du contenu d’un carnet de vaccinations ? Tout cela au nom d’une exigence administrative dont l’intérêt sanitaire est incertain.
 
Plaignons alors les enfants, leurs familles et les collaborateurs qui seront chargés d’exécuter ces besognes.
 
 
Etat contre parents et citoyens
 
La création de ce système de surveillance et de coercition à travers l’ensemble du système de santé et du système éducatif du pays creuserait un fossé entre l’Etat et les citoyens.
 
Au lieu de bâtir la société responsable, démocratique et émancipée à laquelle le XXIe siècle nous appelle, le projet est rétrograde : en marche arrière, vers un régime autoritaire, dont on prétend vouloir affranchir la planète.
 
 
Procès contre les parents
 
La ministre a osé, devant les médias, évoquer la possibilité pour des enfants non-vaccinés, d’intenter, quand ils atteindraient l’âge adulte, des procès à leurs parents. Est-ce une méthode de persuasion digne du Gouvernement, que d’évoquer un tel cauchemar à la face des familles ?
 
Ceci est choquant ; d’autant qu’en braquant la lumière sur un scénario extrême, on ne dit pas tout et l’on n’éclaire pas l’étendue des dégâts sociaux, structurels et diffus.
 
En effet, ce que la ministre n’a pas ajouté, c’est qu’une fois créé un système où auront nécessairement lieu certaines « infractions », chacun devra apprendre à se taire devant les professionnels en charge des contrôles. Et que, si l’on suit le même point de vue que la ministre, alors les parents hésitants, retardataires ou « fautifs » devraient se méfier de leurs enfants, des grands-parents, des voisins, … du médecin scolaire et du directeur d’école. Quel progrès social ! Quel projet pour la société française du XXIe siècle !
 
 
La France, à rebours de l’Europe
 
La plupart des pays européens n’imposent pas d’obligations vaccinales. Malgré cela, leur population est en aussi bonne santé que la nôtre.
 
Les parents de ces pays plus libres s’informent, dialoguent avec le corps médical, évaluent puis décident pour leurs enfants : leur libre choix peut être nuancé, personnalisé, révisé au fil du temps ; un dialogue libre et responsable de part et d’autre, du côté du médecin comme du côté des parents.
 
En France, la liberté et la responsabilité ne fonctionnent-elles pas bien, aux yeux du Gouvernement ?
 
 
L’oreille fine du Gouvernement pour l’industrie pharmaceutique
et son oreille sourde pour la volonté populaire
 
En été 2015, une pétition historique a recueilli un million de signatures (!), pour réclamer la simple application de la loi : que la vaccination limitée aux vaccinations obligatoires contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP) soit de nouveau possible. Un million de familles refusaient de se voir forcées - par l’incurie de l’État et de l’industrie - à pratiquer sur leurs enfants 4, 5, voire le plus souvent 6 vaccins du fait d’une pénurie commerciale injustifiable et permanente.
 
Cette pénurie du DTP ne présentait « pas que des inconvénients » pour les laboratoires pharmaceutiques. Non seulement les vaccins tétra-, penta- ou hexa-valents sont vendus beaucoup plus cher que le DTP, mais aussi le jeu du monopole sur tel vaccin facultatif, combiné au groupage des produits (plurivalence), maintient un prix élevé sur un marché captif. Et enfin le régime juridique des responsabilités des « effets indésirables » post-vaccinaux basculait vers l’État du fait même de l’association entre vaccins recommandés et vaccins obligatoires ! Triple ou quadruple avantage !
 
Deux ans plus tard, à l’été 2017, le Gouvernement fraîchement élu annonça, de façon surprenante et incongrue, l’extension des obligations de 3 à 11, sauf contre-indication médicale reconnue ! Et fin octobre 2017, nous découvrons un cadre de sanctions… dissimulées au débat, et alourdies !
 
Il est difficile d’imaginer une plus grande surdité politique vis-à-vis des citoyens.
 
 
Conclusion
 
Avec cette extension de l’obligation vaccinale à 11 vaccins par la manière forte, le Président de la République et le Gouvernement traitent les Français avec mépris.
 
Ils ne les considèrent pas comme des citoyens adultes mais comme des mineurs auxquels ils prétendent inculquer « la confiance par la contrainte ».
 
Nous entendons porter toujours haut l’étendard de l’Égalité, de la Fraternité et de la Liberté !
 
Nous refusons l’extension de l’obligation de vaccinations, et donc l’Article 34 du projet de loi sur le financement de la sécurité sociale en 2018.
 
Nous lançons un appel à nos Représentants, membres du Parlement Français, pour qu’ils rejettent cet Article 34 et au besoin saisissent le Conseil Constitutionnel.
 
Vive la République. Vive la France.
 
 
 
Associations et Collectifs soutenant cette pétition :
 
Ligue nationale pour la liberté des vaccinations (LNPLV)
Réseau des victimes des vaccins contre l'hépatite B (REVAHB)
Info Vaccins France
Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN)
Fondation Stacy
Maman Courage
Association Liberté Information Santé (ALIS)
Association internationale pour une médecine scientifique indépendante et bienveillante (AIMSIB)
Coordination nationale médicale santé environnement ((CNMSE)
Mouvement pour le respect des droits fondamentaux de la personne
Comité développement durable santé (C2DS)
 
Collectif Vaccins-Liberté
 
Collectif Ensemble pour la vaccination libre (EPVL)
 
Saisissez vos députés et sénateurs et faites des infos sur les réseaux sociaux.
 
C'est trop grave pour laisser passer ça.
 
Après le Lévothyrox nouvelle formule imposé tout l'été dans notre seul pays (LABORATOIRE MERX), qui a causé des troubles à une grande partie de la population française,  on peut s'interroger: serait-ce une façon d'accorder une manne financière aux laboratoires? 
 
 
 
 
 
 

Qu'est-ce qu'un supermarché coopératif?

Il s'agit d'une surface de vente tout ce qu'il y a de plus classique, à ceci près qu'on n'y trouve ni clients, ni patrons, ni salariés! Uniquement des membres qui jouent tous ces rôles à la fois. Le principe est simple: pour avoir accès à des produits bon marché et de bonne qualité, chaque coopérateur achète et possède des parts sociales du magasin et donne 3 heures de son temps tous les mois pour le faire fonctionner. On peut notamment s'impliquer dans la caisse, les approvisionnements, l'administratif, le ménage, la comptabilité selon ses goûts et ses compétences.

Ce système coopératif et participatif permet de reprendre le contrôle sur son alimentation en échange d'un petit travail. Ainsi, on consomme malin des produits de qualité, sans se ruiner, car il s'agit de circuit court avec des producteurs locaux. De plus, tout se déroule dans un esprit de convivialité. Tout est transparent dans les actes d'achat, de gestion et de vente et chacun peut s'impliquer là où il le souhaite. Des réunions de réflexion et des groupes de travail peuvent être rejoints si l'on a un peu de temps et de motivation.

Je connais une coop sur Nice (06) qui fonctionne ainsi depuis plusieurs mois et a trouvé un local pour entreposer des marchandises le cas échéant. La plupart de ses producteurs ont le label bio. Si l'idée vous séduit de participer à un projet social innovant, pourquoi ne pas créer là où vous êtes une telle structure? Pour en savoir plus sur la coop de Nice ou interroger ses membres fondateurs, contacter : nicecoop06@gmail.com.

Lyliane

Les victoires d'octobre du site de pétitions Change.org ...

   
 
 
En octobre, vos signatures ont fait bouger les lignes !

Bonjour

Vous signez régulièrement des pétitions urgentes et il vous est parfois difficile de réaliser l’impact de ces dernières. C’est pourquoi je vous propose un court résumé des grands moments qui ont marqué ce mois riche en rebondissements qui montre combien vos signatures nous aident à faire changer les choses.

Bonne lecture !

Alia et toute l’équipe de Change.org
 



Une nouvelle vie pour le musée des tissus !
 
Le musée des arts décoratifs et des tissus à Lyon

Après 22 mois de lutte, Daniel a enfin annoncé la grande nouvelle : le musée des tissus et des arts décoratifs de Lyon restera ouvert. Menacé de fermeture, l’incroyable musée renferme à lui seul 4 500 ans d’histoire et la première collection de textile du monde. Véritable joyau patrimonial, son sort n’a pas laissé indifférent les 134 866 signataires ainsi que des personnalités telles que Stéphane Bern et Bernard Pivot qui se sont mobilisés contre cette fermeture et qui se réjouissent désormais de cette victoire. Le destin du musée est dorénavant entre les mains de la région Rhône Alpes qui a récupéré le bâtiment pour un euro symbolique.
 
En savoir plus sur le sauvetage du musée
 


Baptiste a obtenu sa place en IME et a retrouvé le sourire !
 
Photographie de Baptiste 

Il aura fallu 5 mois et 46 162 signatures pour que Baptiste, jeune autiste de 16 ans, reprenne une scolarité normale et obtienne une place en Institut Medico-Educatif (IME). C’est après un grave accident que Baptiste a été déscolarisé pendant un an et demi. Inactif et déprimé, il souhaitait reprendre une scolarité normale et ses parents avaient demandé une IME en janvier 2017. Après avoir essuyé plusieurs refus faute de place disponible, Baptiste a enfin pu reprendre sa scolarité.
 
Découvrez le cri du coeur de la mère de Baptiste
 

Empoisonnés de Triskalia : la commission européenne va enquêter !​
 
Photographie des anciens salariés de la coopérative agro-alimentaire Triskalia

Empoisonnés par des pesticides sur leur lieu de travail, les anciens salariés de la coopérative agro-alimentaire Triskalia se battent depuis 8 ans pour dénoncer un scandale sanitaire, social et environnemental dont ils ont été directement victimes. Grâce à leur pétition qui a mobilisé 82 717 signatures, ils ont enfin obtenu victoire : la commission des pétitions du parlement européen va enquêter sur leur histoire.
 
Découvrez la déclaration de victoire
 

En octobre, une "petite" victoire qui compte aussi 
 

Une directrice d'école renonce à fermer une classe de maternelle 
 

06/11/2017

Arrêt des frais sur les incidents bancaires des personnes en situation précaire par Change.org




 

Adressée à Député de l'Eure Bruno Le Maire et 1 autre

Arrêt des frais sur les incidents bancaires des personnes en situation précaire

Il est inadmissible qu'une population en difficulté financière fasse la richesse des banques!

Selon 60 Millions de consommateurs, l’ensemble des frais liés aux incidents de fonctionnement représentent 30 à 35 % du chiffre d’affaires des banques de détail, soit 6,5 milliards de chiffre d’affaires chaque année.

N'est-ce pas un scandale? On ne peut pas accepter que les banques s'enrichissent en appauvrissant davantage une population suffisamment touchée par la conjoncture actuelle.

La démesure des coûts facturés au client, agios, frais d’incidents, dès qu’un découvert est dépassé ou qu’un paiement est rejeté, grève plus lourdement un budget insuffisant et empêche clairement le client de redresser sa situation financière.

 
Cette pétition sera remise à:

Lire la lettre de pétition et signer

Partagez cette pétition.

Mr Jacques Attali, nouveau héraut de la mer...

Le Journal Nice-Matin dans son édition du dimanche 5/11/2017 publie sous la plume de Mr Pierre-Louis Pagès une longue interview de Mr Jacques Attali. Nous connaissions cet ancien collaborateur de Président F. Mitterand pour ses prises de position économiques. Dans son dernier ouvrage paru aux Editions Fayard "Histoires de la mer", il se révèle concerné au plus haut point par l'écologie.

Il trouve tout d'abord très imprudent que l'ONU annonce que l'objectif de limiter la hausse des températures à 2° ne serait pas atteint. Cela peut décourager les gens. Il pense au contraire que cet objectif reste tout à fait accessible si on agit efficacement. A la fin de son dernier ouvrage, Mr Attali consacre tout un chapitre à "ce qu'il est possible de faire pour sauver la mer et donc la planète". Il se dit ni optimiste, ni pessimiste, mais réaliste. Il souligne notamment que la France possède le 2ème espace maritime au monde, mais qu'elle reste tournée vers la terre. Du reste, fait-il remarquer, il n'y a plus chez nous de grand ministère de la mer comme sous F. Mitterand...

Mr Attali ajoute qu'il est favorable à une gouvernance mondiale pour prendre des mesures rapides en matière d'éducation, de consommation et de production. Car le plus important à ses yeux serait d'avoir une politique globale de la mer. Il préconise par exemple de privilégier l'axe Seine en reliant vraiment Paris et Le Havre et l'axe Vallée du Rhône avec un lien clair entre Lyon et Marseille/Toulon. Prendre conscience de l'importance des ports comme centres d'économie mondiale lui paraît également souhaitable.

Car sinon, selon lui, "la Méditerranée va mourir" entre la pollution et les migrants... La question des flux migratoire ne lui a en effet pas échappé. Le développement des pays en difficulté et notamment du Sahel lui semble de notre propre intérêt, afin de les maintenir chez eux dans des conditions de vie décentes (eau, électricité, agriculture vivrière...) et de contenir leur départ vers l'Europe afin de fuir la misère ou la guerre.

Il a crée une Fondation nommée "Positive Planète", qui suit les dossiers actuels de très près. Il attend beaucoup, semble-t-il, des réformes du gouvernement sous la Présidence Macron et notamment en matière sociale, éducative et d'emploi. Il nous rappelle enfin que ses deux points d'intérêt privilégiés sont la formation professionnelle et la justice sociale...

Pour en savoir plus sur Mr Attali ou ses ouvrages récents, consulter sur Internet: 

www.attali.com ou sur son blog: blogs.lexpress.fr/attali/.
 
Lyliane
 

 

05/11/2017

Faire cesser les "ruminations" avec différentes techniques transmises par La Santé Naturelle...

 
 
Tout imprimer
Dans une nouvelle fenêtre

10 techniques pour en finir avec ces ruminations qui nous pourrissent la vie

Tous ceux qui voudraient ajouter leurs techniques et/ou leur expérience peuvent bien sûr le faire en commentaire de ce message.

 

10 techniques pour en finir avec ces ruminations qui nous pourrissent la vie

Chère lectrice, cher lecteur, 

Je vous ai envoyé il y a quelques temps une lettre sur ce que les psychologues appellent des « ruminations ». 

Il s’agit de ces situations où, confronté à un problème, notre esprit se concentre sur les inquiétudes qui y sont liées plutôt qu’essayer de le résoudre. 

« Nos pensées négatives gonflent comme une pâte avec de la levure. Au début, elles se focalisent sur l’événement qui vient d’avoir lieu, puis, peu à peu, elles glissent vers d’autres situations du passé, du présent, brassant pêle-mêle nos doutes les plus intimes », explique Susan Nolen-Heksema, professeur de psychologie de l’Université du Michigan. 

Une étude qu’elle a conduite sur 3000 personnes choisies au hasard a découvert que 63 % des jeunes adultes et 52 % des personnes de plus de 40 ans ont régulièrement ces ruminations

Pour Susan Nolen-Heksema, c’est une « manifestation d’hypersensibilité » qui entraîne « des torrents de préoccupations », et qui peut conduire à la dépression ou à l’angoisse chronique

Vous pouvez retrouver cette lettre et les solutions qu’elle propose au bas de ce message [1], mais je voulais également partager avec vous certaines techniques utilisées et appréciées par les lecteurs de PureSanté.   

Un grand merci à tous ceux qui ont bien voulu nous donner leurs astuces pour « redescendre sur terre » lorsque notre esprit commence à surchauffer. 

Grace et son 4e chakra 

Bonsoir. Je suis une « ruminante ». Cela ne pouvait durer alors j’ai trouvé des trucs efficaces : j’apprends des chansons de variété et je chante lorsque je dérive ; je me récite un poème. 

Ou alors, c’est nouveau et facile à pratiquer, vous placez votre main gauche sur la tranche devant votre chakra cœur (le 4echakra, situé entre les omoplates, ndlr), et de la main droite, que vous placez sous la main gauche, vous tournez celle-ci dans le sens des aiguilles d’une montre quelques secondes. 

 


La fleur de Jeanne 


Le « petit vélo dans la tête » ça me connait bien !!! Mais la fleur de Bach « white chestnut » fonctionne très bien sur moi. J’en prends jusqu’à temps que mes pensées redeviennent positives… ou que je me rendorme. D’ailleurs le « rescue nuit » (Fleurs de Bach en capsules) en contient en spray, c’est bien pratique la nuit !! 

Caty tient un journal… créatif 

Bonjour, 

J’utilise une variante du journal personnel : le journal créatif. C’est un journal intime non conventionnel, un outil d’exploration de soi qui allie les mondes de l’écriture, du dessin et du collage de façon originale et créative. C’est une méthode qui s’inspire de l’art-thérapie. Il s’agit de créer un espace pour laisser émerger des ressentis intérieurs et ainsi avoir accès à ses ressources personnelles. 

Sissi conseille un livre 

Bonsoir, 

Merci pour ce bel article sur « le moment présent »… Je viens de parcourir le livre Le Pouvoir du moment présent de Eckhart Tolle, un pur chef d’œuvre. En vivant dans l’instant présent, nous transcendons notre ego et accédons à « un état de grâce, de légèreté et de bien-être »… le début d’une profonde métamorphose pour beaucoup de personnes… 

En vous souhaitant une bonne lecture… Bien à vous. 

Encore elle, toujours elle ! 

Je ne vous vois jamais mentionner les Fleurs de Bach, merveilleux remèdes. Il existe une fleur contre les ruminations, White Chestnut qui, associée à d’autres fleurs relatives aux causes ou corollaires de cet état, peut vous en débarrasser. 

Noëlle 

Françoise essaie encore 

Merci à vous tous pour ces excellents conseils, non seulement je rumine, mais c’est si fort que je pars en déprime. Depuis quelques semaines je tente petit à petit la méditation en pleine conscience, sinon je peins ou me mets au piano, mais cette bataille est compliquée, j’espère y arriver et retrouver le plein bonheur parmi les miens. 

Béatrice sort une bougie 

Pour la méditation, j’ai plus de résultats avec la fixation d’une bougie allumée. Je m’installe à 60 cm et je fixe la flamme. Dix minutes. Au début c’est un peu difficile car les pensées viennent contrarier et envahissent l’esprit. Mais les bons résultats arrivent très vite. 

Ronchy et sa plante qui éveille l’esprit 

Pour ma part je conseille Centella asiatica (en homéopathie ou en crème, ndlr) qui est un excellent équilibrant nerveux, qui apaise l’esprit, augmente la vivacité d’esprit et la mémoire. De par son action sur les vaisseaux sanguins, elle purifie l’organisme des pensées toxiques, est excellente contre les douleurs articulaires et la peau en plus, et convient à toutes les constitutions ! On dit que c’est une plante « sattvique » (selon l’ayurvéda – médecine traditionnelle indienne – une des qualités de la nature, mêlant pureté et équilibre, ndlr) qui éveille l’esprit ! Pas pour les femmes enceintes ni à hautes doses ! 

Corinne… tapote 

Pour ma part je pratique l’EFT. Dès que j’ai un problème de sommeil, de constipation, de rumination ou de stress… je tapote. Et c’est très efficace pour lever les blocages énergétiques. Je suis à l’écoute des ressentis psychologiques et l’EFT travaille à la fois sur les deux plans. Allez voir sur YouTube pour quelques vidéos initiatrices. 

Andrée respire… carré ! 

En cas de ruminations, essayez la respiration carrée. (NDLR : la respiration carrée est une technique de respiration issue du Pranayama (discipline du souffle). Elle est appelée en sanskrit samavrittiSama signifie « même, égal » et vritti veut dire « l’onde, la vague ». Il s’agit de pratiquer une respiration égale dans l’inspiration et l’expiration). 

Voici comment ça marche : 

3 secondes à l’inspir /3 secondes de rétention (poumons pleins) /3 secondes à l’expir /3 secondes de rétention (poumons vides). Respirez par le ventre, puis vous pouvez passer à 4 puis 5 secondes etc… 

Le plus important est de ne pas forcer et de prendre du plaisir. Vous pouvez pratiquer cette respiration 3 fois/jour. 

EFFET GARANTI ! 

Merci à tous les lecteurs qui ont bien voulu nous indiquer leurs techniques. J’espère qu’elles serviront à ceux qui– comme moi, hélas – ont l’esprit qui se bloque parfois sur des idées négatives. 

Et tous ceux qui voudraient ajouter leurs techniques et/ou leur expérience peuvent bien sûr le faire en commentaire de ce message. Je sais déjà que cela profitera à beaucoup de monde.   

Santé ! 

Gabriel Combris 

Sauvons les éléphants avec AVAAZ!

Hong Kong: mettez fin à l'ivoire, pas aux éléphants!

SIGNEZ LA PÉTITION
 

Au Conseil législatif de Hong Kong:

Nous vous demandons d'interdire immédiatement les ventes, importations et exportations d'ivoire brut et travaillé. La survie des derniers éléphants sauvages du monde dépend de votre capacité à fermer le gigantesque marché d'ivoire de Hong Kong immédiatement!

 
 

593 879 personnes ont signé. Aidez-nous à atteindre 750 000

Hong Kong vient de faire la plus grande saisie d’ivoire depuis des décennies. 1000 éléphants ont été assassinés pour cette seule cargaison(!), et vont finir en petits bibelots sur des étagères! 

Hong Kong, c’est un peu une grande boucherie -- les ventes de bouts d’éléphants charcutés y sont florissantes. Tant que ces transactions y resteront légales, de majestueux éléphants continueront d’être décimés. À ce rythme, ils pourraient disparaître de notre vivant. 

Le gouvernement de Hong Kong veut interdire ce commerce honteux, mais les lobbies de l’industrie lui font la guerre. Notre gigantesque communauté peut noyer leurs arguments bancals sous nos signatures, offrir aux autorités le soutien nécessaire et sauver des milliers d’éléphants. Chacune de nos voix compte pour faire entendre un tollé suffisamment colossal. 

Lançons une méga-pétition pour sauver les éléphants, et Avaaz couvrira Hong Kong d’affiches, fera pression sur les décideurs clés et déclenchera un buzz médiatique. Ajoutez votre nom et faites circuler tout autour de vous -- finissons-en avec cette immense boucherie d’éléphants!
 
 

Parlez-en à vos amis!

Avec espoir, 

Rewan, Danny, Nataliya, Luca et toute l’équipe d’Avaaz 

 

04/11/2017

Ces médecins qui jeûnent...

 
 
 

« Grâce au jeûne les gens sont moins fatigués, plus toniques »

Chers amis, 

Oui, des médecins pratiquent le jeûne. 

En France le jeûne a été historiquement combattu par le système médical officiel, coincé dans sa bulle « une maladie, un médicament », qui ne comprend toujours pas les capacités naturelles de l’organisme à se rétablir

Lisez ce que déclarait sans rougir en octobre 2013 le Pr Jean-Marie Bourre, pourtant membre de l'Académie nationale de médecine : « Toutes les allégations tendant à faire du jeûne un régime de prévention, voire de traitement, sont nulles et non avenues »

Vous serez peut-être de mon avis : on a du mal à y croire. 

Heureusement ces réactions de repli sont en diminution. L’intérêt pour le jeûne gagne le corps médical… qui n’hésite plus à le pratiquer lui-même. 

Le Dr Frédéric Saldmann que beaucoup d’entre vous connaissent (il est l’auteur des best-sellers Le meilleur médicament, c'est vous et Prenez votre santé en main !) fait jeûner la plupart de ses patients, qui sont vedettes du show business (Arielle Dombasle, Sophie Marceau, Rachida Dati, Bernard Tapie, Alain Delon, Isabelle Adjani etc.). 

Voici ce qu’il dit : « Il existe au plus profond de l’être humain des moyens d’auto-guérison extrêmement puissants. Notre organisme sait très bien gérer le manque mais pas du tout l’excès. Grâce au jeûne, les gens sont moins fatigués, plus toniques. Il y a aussi moins d’asthme, moins d’allergies, moins de rhumatismes et notre ADN est renforcé. » [1]

« J’ai été bluffé, jeûner vous donne une énergie stupéfiante »

Même tendance chez le Professeur Henri Joyeux, devenu grand adepte du jeûne, le Dr Dominique Rueff, cette figure de la nutrition qui jeûne très régulièrement, mais aussi le Professeur Patrick Baqué, prestigieux chirurgien de la digestion qui a découvert le jeûne récemment. 

J’ai interrogé personnellement le Professeur Baqué dans le cadre de mes recherches. Doyen de la Faculté de Médecine de Nice, c’est un des médecins les plus respectés de France. Et un des plus intéressés par le jeûne. 

« J’ai jeûné 5 jours en 2016. J’ai été absolument bluffé. Jeûner vous libère des addictions et vous donne une énergie stupéfiante. Dans le traitement du cancer il offre de grandes perspectives ». 

Le Professeur Baqué a pris deux décisions suite à ce premier jeûne : en refaire un en 2017, ce qu’il vient de faire, proposer à ses internes de jeûner eux-mêmes, une expérience qu’il veut transformer en test clinique. Je vous tiendrai informés, ça devrait démarrer en 2018. 

Vous l’avez compris, c’est sous l’angle de « l’énergie du jeûne » que les médecins osent en parler. 

La voie me semble ouverte pour que soit enfin soit reconnu chez nous le jeûne thérapeutique

L’objectif de cette reconnaissance, chers amis médecins, ne serait pas de faire du jeûne une sorte de « méthode miraculeuse » qui guérirait toutes les maladies. 

Mais simplement de dire que jeûner permet de lutter très efficacement contre certaines pathologies, comme des milliers de médecins l’ont déjà admis, en Allemagne, en Russie, en Suisse, aux Etat-Unis, où le jeûne médicalisé est institutionnalisé et même remboursé par la Sécurité Sociale. 

Rodolphe Baquet

03/11/2017

Le pape François appelle l'Europe à "redevenir une communauté".

Dans le journal La Croix du 30/10/2017, un article de Mr Nicolas Senèze reprend les propos du pape François  devant les participants à un dialogue sur l'Europe organisé au Vatican par les évêques de l'Union européenne. Le pape a une fois encore souligné l'importance d'un projet européen qui prenne soin de la personne et de la communauté. Selon lui, "le mot communauté est le plus grand antidote contre les individualismes qui caractérisent notre temps". 60 ans après le Traité de Rome, repenser l'Europe s'avère nécessaire.

Il se creuse, en effet, un fossé entre Est et Ouest, notamment sur les questions sociétales. Et, ça et là, des formations extrémistes et populistes revendiquent contre l'Europe au lieu d'apporter un projet politique constructif. La question des migrants notamment, présentée souvent comme un danger, pourrait devenir une ressource pour le continent européen. Le pape préconise dans son message une transmission de nos valeurs matérielles et culturelles aux jeunes pour affronter l'avenir, par exemple sous la forme d'une solidarité incarnée, d'un esprit d'entraide et de soutien. 

L'auteur de l'article souligne que c'est bien la vocation des chrétiens de prendre l'initiative d'un tel débat. Rappeler que l'Europe est avant tout un ensemble de personnes et non simplement d'institutions me semble, en effet, une contribution digne d'assemblées de chrétiens. Le pape s'en est pris notamment au fait que "dans nos sociétés actuelles le caractère concret de la personne humaine est souvent réduit à un principe abstrait". Se désengager paraît alors plus facile. Nous avons pourtant une responsabilité active et personnelle à assumer pour donner une âme à l'Europe.

Pour en savoir plus sur cette intervention du pape François samedi 28/10/2017  au Vatican, consulter sur internet: https://www.la-croix.com/.../Pape/Le-pape-Francois-appelle-lEurope-redevenir-comm..

Lyliane

02/11/2017

Travail des enfants: avancées et nouveaux défis.

En novembre 2017 se tiendra à Buenos Aires  la 4 ème Conférence Mondiale sur l'élimination durable du travail des enfants, nous annonce le Journal du Bice "Enfants de partout". Depuis 1997, en effet, à l'initiative de l'OIT (Organisation internationale du travail), les pays du monde entier ont pris l'habitude de se réunir tous les 5 ans et de se concerter sur les moyens et les politiques à mettre en oeuvre pour éviter aux enfants de travailler, ainsi que de compromettre leur scolarité, leur santé et leur développement. En vingt ans les progrès sont incontestables. Néanmoins, en 2013, 168 millions d'enfants, soit 11% de la population enfantine, sont encore concernés par cette réalité dans le monde. En 2000, on en comptait 78 millions de plus. 

Deux conventions internationales de l'OIT (N° 138 et 182) ont été ratifiées par la quasi-totalité des pays. Elles fixent l'âge minimum à partir duquel un enfant peut travailler et bannissent les pires formes de travail. C'est le cas notamment en Inde, où ces conventions entreront en vigueur en juin 2018. Toutefois, il faut bien savoir que derrière le terme de "travail des enfants" se cachent des réalités très diverses. Par exemple, de nouvelles formes de travail des enfants, observées dans les populations en zone de conflit ou de catastrophe ou même en Europe...

En effet, séparés de leurs parents ou dans des camps, certains enfants sont contraints de travailler pour survivre. Enfants soldats, récupérateurs de matériaux, espions, auxiliaires, ils sont le plus souvent maltraités et parfois en quasi-esclavage. Cela les pousse même dans certains cas à se droguer pour tenir. A l'horizon 2025, l'objectif est d'éliminer le travail des enfants et d'ici 2030 d'abolir toute forme d'esclavage...

La question de la pauvreté dans le monde et celle de l'exploitation des personnes sont à considérer en parallèle. Le droit au logement, à la santé, à l'éducation ne sont pas encore partout à l'ordre du jour. En Amérique Latine, les enfants n'ont pas d'autre choix que d'aider leurs familles (cirage de chaussures, vente de fruits...). En Europe, en raison de la crise, le travail de certains enfants de familles pauvres revient sur le devant de la scène (Grande Bretagne, Italie, Bulgarie, France...).

Pour en savoir plus, regarder par exemple le film "Voyage en barbarie" qui raconte le trafic et la torture des Erythréens depuis la Corne de l'Afrique jusque dans le désert du Sinaï. Ce film a obtenu le Prix Albert Londres 2015. Consulter aussi les sites: www.enfancesdanslemonde.com et www.bice.org.

Lyliane

01/11/2017

La peur de l'expulsion pour quotidien...

Un reportage dans le journal Le Monde du 20/10/2017 s'appuyant sur une étude effectuée par Mr T. Besozzi, chercheur à l'université de Lorraine, fait le point sur la situation des personnes vivant dans des bidonvilles dans notre pays. Nous apprenons qu'en France plus de 16 000 personnes vivent actuellement dans des bidonvilles (cabanes, baraques sommaires, campements de roulottes...). Ce sont en majorité des ressortissants des pays de l'est: Roumains, Bulgares... Selon une enquête d'avril dernier, 571 campements illicites dont 113 en Ile de France existent actuellement. 

Dans les années 1960, le bidonville était un espace de transition. Car on vivait en moyenne près de 7 ans dans un bidonville dans notre pays avant d'obtenir un toit. De nos jours, "cet habitat précaire est un lieu de désintégration", affirme le chercheur. Cet article prend comme exemple un des 6 campement rom dans les bois de Champs-sur-Marne, où vivent une quinzaine de familles sans pouvoir scolariser leurs enfants. L'eau est à un quart d'heure de marche. Les familles vivent du tri des poubelles chaque jour en banlieue de 7H à 18 ou 19H. Les vêtements récupérés sont lavés et revendus pour quelques euros. Ils se chauffent avec du bois mort ramassé dans la forêt.

Ces Roms sont venus du Sud de la Roumanie et ils sont là depuis des années. La plupart sont des chrétiens orthodoxes. Ils ont connus de multiples expulsions par la police. Les démantèlements ne résolvent rien. Ils coûtent environ 320 000 euros à chaque fois. Chaque personne en a vécu 15 en moyenne. A chaque fois, le sac de médicaments et les papiers sont les plus importants à sauver! Cela nuit à toute tentative de scolarité pour les enfants. Une association nommée  Scolarom travaille sur les bidonvilles du secteur et aide aux inscriptions scolaires. Ses subventions du Conseil régional d'Ile de France ont hélas été coupées par la nouvelle majorité des Républicains. Certains ont laissé leurs enfants dans leur pays et travaillent en France (ferraille, fripe...) pour leur payer des études.

Il semble que peu de maires des communes voisines et d'hommes et de femmes politiques se soucient de cette situation désastreuse. On préfère les ignorer et les regarder de haut. Pourtant, sur 899 personnes recensées dans ces bidonvilles, 462 sont des enfants... Ils survivent grâce à des expédients dans des conditions inhumaines. Il me semble que notre pays s'honorerait de les accueillir dignement, par exemple dans des villages désertés par leurs habitants ou en leur proposant des logements préfabriqués... C'est aussi le cas de nombreux migrants dans notre pays.

Pour en savoir davantage sur le sujet, consulter sur Internet: https://fr.wikipedia.org/wiki/Bidonvilles_en_France

Lyliane 

 

31/10/2017

Vive Erasmus Plus!

Ce programme, le plus connu au monde, fête cette année ses 30 ans de voyages studieux, très prisés par les étudiants. Erasmus, programme d'échanges estudiantins, a lancé tous azimuts de janvier à octobre ses "Erasmus-days", pour fêter cet anniversaire. Depuis sa création, en 1987, ce programme européen a évolué pour devenir en 2014 Erasmus+. C'est en effet une plus large ouverture vers la jeunesse, car ces séjours studieux ne s'adressent plus aux seuls étudiants.En effet, ils touchent des scolaires, de l'école au BTS ainsi que les enseignants, personnels de l'Education Nationale.

En allant voir en Europe comment se déroule l'école, les personnels confrontent leurs pratiques et évaluent leurs pédagogies. Pour les élèves, cette immersion dans un autre pays les aide dans la pratique de la langue et la compréhension d'autres cultures. Aujourd'hui, dit Mme Anne Baron-Chays, déléguée académique aux relations européennes, "Erasmus + est devenu un outil de politique éducative".

En 4 ans par exemple, 67 programmes Erasmus + ont été montés dans les établissements scolaires des Alpes Maritimes et du Var. La France, avec ses 40 000 étudiants voyageurs par an, est depuis 2014 le premier pays européen à envoyer des jeunes étudier ailleurs en Europe selon l'Observatoire Erasmus +, devant l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie. La destination phare  au niveau de l'accueil des étudiants reste cependant l'Espagne.

La Licence 3 et le Master 1 sont les années les plus propices pour les départs. L'étudiant peut choisir entre une année d'études à l'étranger ou un semestre seulement. Toutefois une seule mobilité d'études ou de stage est possible par cycle d'étude. Il faut monter un dossier de candidature. Pour partir au premier semestre, le dossier doit être déposé en juin. Pour un départ au second semestre, tout doit être prêt en novembre. Ce dossier de candidature est à télécharger sur le site de l'UFR du candidat.

Le montant de la bourse d'études est d'environ 200 euros par mois. La bourse de stage varie entre 300 et 350 euros par mois. Il faut bien entendu prévoir un budget pour se loger, circuler et se nourrir. L'année d'Erasmus + ne se clôture généralement pas par un diplôme, mais par une validation de cette année d'études par leur université d'origine. Un compte-rendu leur est cependant demandé pour raconter leurs expériences à l'étranger. Sur un CV, le fait d'être parti à l'étranger est un plus. Pour en savoir davantage, consulter www.agence-erasmus.fr ou bien www.agence-erasmus.fr/page/erasmus-plus-enseignement-superieur.

Lyliane

 

 

 

30/10/2017

Comment le corps fabrique une nourriture prodigieuse selon Mr R. Baquet...

 

Le corps fabrique une nourriture prodigieuse

Action numéro 1 : la libération toxique 

Les corps cétoniques sont de puissants antioxydants.  

Ils peuvent détruire les grands responsables du stockage des toxines et toxiques dans le corps : les radicaux libres. 

Grâce à eux, les toxines et toxiques entreposés sont libérés ; ils peuvent enfin s’évacuer naturellement dans les urines, les selles ou la transpiration

Votre corps s’est déchargé de ses poisons malfaisants. 

Il est délivré. 

Il est purifié. 

Action numéro 2 : la récupération de votre fer et de votre calcium 

Carencés en fer et en calcium, nous le sommes tous à des degrés divers. Mais 30% d’entre nous le sont sévèrement, avec des conséquences graves : anémie chronique, fragilité et maladies osseuses. 

Le fer et le calcium s’assimilent très mal. Soit ils sont évacués tels quels, soit ils restent bloqués dans l’organisme, stockés… comme des substances toxiques ! 

Les gens qui avaient commencé leur jeûne avec des graves carences en fer et en calcium n’ont en général plus aucune carence dans leur sang au bout de 3 jours de jeûne ! 

Ce n’est pas de la magie, c’est tout à fait logique ! 

Les corps cétoniques libèrent le fer et le calcium que nous avons en grande quantité dans l’organisme

C’est un des plus grands bienfaits du jeûne. 

Action numéro 3 : l’alimentation naturelle du corps 

Mais ce n’est pas tout.  

Les corps cétoniques sont une nourriture très assimilable, beaucoup plus que les sucres et graisses de votre alimentation ! 

Le foie régule heure par heure leur délivrance dans le corps. Leur utilisation énergétique est ultra rapide. Le cerveau les dévore, les muscles en raffolent. 

Cela fait que : 

  • après 2-3 jours vous n’éprouvez plus la faim car vous n’avez plus faim ! (tous le jeûneurs vous le diront) 

  • vous n’êtes jamais en hypoglycémie ! (les tests le prouvent) 

  • vous disposez d’une nourriture autoproduite par le corps, plus saine et plus adaptée ! 

Action numéro 4 : votre corps produit du médicament ! 

Le jeûne a vertus anti-inflammatoires exceptionnelles. Et scientifiquement prouvées ! 

C‘est pour cela, par exemple, que les jeûneurs vous diront que leurs articulations se portent toujours mieux pendant le jeûne ! 

Le grand bienfaiteur, c’est le cortisol. Pendant le jeûne la sécrétion de cette hormone augmente. Cela agit au niveau sanguin en favorisant le retour des globules blancs dans vos organes immunitaires (rate, ganglions lymphatiques, moelle osseuse) et en accroissant leur nombre. 

Le cortisol diminue aussi la production, dans vos cellules, de tous les facteurs chimiques de l'inflammation.  

Ce sont ces propriétés qui expliquent les améliorations spectaculaires obtenues chez les jeûneurs atteints de maladies articulaires inflammatoires (arthrose notamment) ou de maladies de la peau (eczéma, dartres, acné, rosacée, herpès, psoriasis, urticaire, taches brunes).  

En situation de jeûne et pour s’auto-préserver, le corps met donc en place un dispositif extrêmement rigoureux !... et programmé

C’est la grande révélation que vivent les personnes qui jeûnent pour la première fois. 

Mais ce « programme » déclenche aussi une autoguérison souvent bien plus efficace que n’importe quel médicament chimique !  

Encore faut-il bien mener ce jeûne. C’est ce que nous verrons dans un prochain message. 

A très vite, 

Rodolphe Baquet - rodolphe.bacquet@sante-nature-innovation.fr-

P.S. Le projet d’accompagnement personnalisé au jeûne que je prépare avec Thomas Uhl est maintenant bien avancé. 


 
 
 
 
 
 
 

29/10/2017

Glyphosate toujours: il y a urgence à réagir!

 
 
 
 
Tout imprimer
Dans une nouvelle fenêtre

[cyber_klm] URGENCE Cyberaction N° 942: Non à la réautorisation du Glyphosate

 
 
 
 

 

 

 

//Cyberaction N° 942: Non à la réautorisation du Glyphosate

La Commission Européenne prévoit le vote sur le glyphosate…et maintient sa proposition inadmissible de ré-autorisation pour 10 ans !!

Nous venons d’apprendre que la date du vote -en comité Scopaff (Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale)– sur l’éventuelle ré-autorisation du glyphosate au niveau européen devrait se tenir le 25 octobre[1] prochain…

Il y a donc urgence à se mobiliser

https://is.gd/obDO8z


 

 

 

 

glyphosate

Signez cette cyberaction

 

 



 

 

// Cyberaction N°941 : Pour une transition écologique solidaire de l'agriculture et de l'alimentation

Pour apporter votre soutien global à cette démarche
https://is.gd/OkA5iN

Pour soutenir une par une les propositions, il faut s'inscrire sur le site de la consultation en ligne

Soutenir  les propositions à partir de la Page de cyberacteurs

Pour cela cliquer sur chaque proposition-> Descendre dans la page et cliquer sur d'accord

ou à partir des pages spécifiques de Fondation pour la Nature et l'Homme

Plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire

Générations futures

FNAB

FNE
plate
                      forme pour une transition

Signez cette cyberaction