Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2018

Un nouveau concept: la rando-apéro!

Dans le massif du Tanneron, écrit Mme Laurence Lucchesi pour le journal "Nous", supplément de Nice-Matin, on peut combiner le plaisir de la marche à celui de la dégustation de produits bio, locaux et fait maison. Les participants intéressés (15 personnes maximum) se retrouvent devant l'Office du Tourisme de Mandelieu-la-Napoule (806, Route de Cannes) et sont accueillis là par Maddy, guide de Rando d'Azur et Mireille, membre de cette même association. Un convoi de voitures se forme alors en direction de la Forêt communale des grands Ducs. Puis commence une balade de 7 kms, sur des sentiers balisés sans difficulté avec de faibles dénivelés (210 mètres). Le prix demandé va de 20 à 22 euros pour adultes à 13 à 15 euros pour les 3/12 ans. Départ tous les vendredis et samedis de mars à octobre à 18H. S'adresser à www.randodazur.com ou téléphoner au 06 67 90 69 32.

Un panorama de toute beauté s'offre aux yeux des promeneurs: la ville de Mandelieu, le château de la Napoule, le Pic de l'Ours et l'Estérel, la Méditerranée... Au milieu d'oliviers, d'eucalyptus, de vignes s'ouvre un sentier botanique jalonné de bornes comportant des noms d'espèces végétales (cystes, salsepareilles, callunes…). De bonnes chaussures de marche sont recommandées de même qu'une casquette, un K-way et de l'eau. Le domaine de Barbossi permet une halte gourmande d'une heure environ autour de vins du domaine ou de sirop de groseille pour les jeunes, d'olives du pays, de terrines à la lavande, de fromages de chèvres du marché et de chips artisanales. L'ambiance est conviviale entre les randonneurs et souvent le coucher de soleil est en prime! "Un régal pour les yeux, l'esprit, le nez et les papilles", affirment les bénévoles de l'association. Retour prévu vers 21h. Alors, on essaie?

Lyliane

21/06/2018

Comment récupérer des palettes et en faire du mobilier de jardin?

Au cours de l'émission "C'est au programme" animée par Mme Sophie Davant sur la 2ème chaîne de télévision, Mr Philippe Colignon a montré aux téléspectateurs français tout ce qu'on peut faire dans son jardin à partir de simples palettes de récupération en bois brut. La plupart du temps on les récupère gratuitement chez des commerçants. Toutefois, on peut également en commander sur Internet à un prix très bas. Si l'on veut en faire du mobilier de jardin, on a intérêt à raboter les planches la palette une fois démontée et à les protéger au pinceau par de l'essence de térébenthine, une lasure ou du vernis incolore.

Pour construire des carrés potagers, des bacs ou des jardinières, démonter la ou les palettes, retirer les clous, découper à la scie les lattes de la taille voulue, percer des trous et y placer des vis. Au fond, fixer par des clous ou agrafer de la toile géotextile, puis du terreau et c'est terminé. il n'y a plus qu'à planter fraisiers ou salades. Si l'on veut un jardin potager en hauteur pour y mettre des aromates sur un balcon, on a besoin de plus de palettes, afin de faire des pieds.

Pour une table basse ou un transat d'extérieur, y rajouter des coussins et des roulettes par exemple. Les bricoleurs feront une cabane pour leurs enfants ou petits-enfants. Là il faut compter une bonne journée de travail et démonter de nombreuses palettes. Il existe un ouvrage paru chez Terre Vivante qui donne des plans et des conseils. Mme Françoise Manceau-Guilhermond, en effet, l'a intitulé "Mes meubles et ma déco en palettes". Il existe également un livre de Mme Béatrice d'Asciano paru chez Decitre: "Palettes Récup' Spécial jardin" ainsi que de nombreux tutoriels sur You Tube. Des sites internet comme www.cotemaison.fr ou www.bopalett.com se sont aussi spécialisés dans ce type de récupération innovante.

Lyliane

 

 

20/06/2018

La musicothérapie au sein des EHPAD...

La Fondation des Hôpitaux de France cherche à améliorer le quotidien des personnes hospitalisées. C'est pourquoi elle a fait l'acquisition de trois bornes musicales en libre accès à l'EHPAD "Les jardins du Castel" à Châteaugiron (35). Elles permettent aux résidents de cet établissement d'Ille et Vilaine d'écouter plus de 1000 titres de musique classique, de relaxation et de variété. Cette stimulation multisensorielle est appréciée, elle stimule la mémoire et crée du lien social entre les personnes de l'EHPAD.

Réservées aux espaces d'accueil et aux couloirs, ces notes de musique choisies par les résidents n'envahissent pas pour autant les chambres de ceux et celles qui préfèrent le calme. S'y greffent par périodes des karaokés et des lotos musicaux. Qu'ils soient mélomanes ou pas, la qualité de vie des 121 patients de l'ensemble de l'EHPAD a été améliorée par ces sortes de "juke box", remarque le personnel soignant.

Se divertir malgré l'âge, les handicaps ou l'isolement n'est pas un luxe! Au contraire cela rend le séjour des résidents plus joyeux et animé. D'autres EHPAD feraient bien de s'inspirer de cette initiative réussie. Pour en savoir davantage, contacter par exemple: www.fondationhopitaux.fr.

Lyliane 

19/06/2018

Comment financer ses études?

Au moment où les élèves des classes terminales passent le baccalauréat et s'occupent de leur prochaine rentrée via le nouveau système "Parcourssup", n'est -il pas légitime de s'interroger, comme le fait Mme Laurence Ollivier dans Version Femina, sur le financement des études universitaires en France? Car tous les élèves ne sont pas boursiers! Les bourses, en effet, sont accordées sous conditions de ressources de la famille. Le dépôt des demandes de bourse devait être fait jusqu'au 31 mai sur www.messservices.etudiant.gouv.fr. Tous n'auront pas non plus la chance de décrocher la mention très bien au bac, ce qui leur donnerait la possibilité de solliciter une aide au mérite de quelques 900 euros annuels... 

Pour les formations sociales ou paramédicales, cependant, certains Conseils Départementaux peuvent faire un geste. Il faut savoir aussi que les doctorants qui s'orientent vers la recherche et les élèves préparant des concours de la Fonction Publique peuvent recevoir des aides. Enfin les titulaires d'un master préparant une thèse dans les domaines de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie sont susceptibles de recevoir une bourse de l'ADEME. Pour toutes ces possibilités offertes aux jeunes, se renseigner auprès des 1500 centres d'information jeunesse et sur www.cidj.com.

Par ailleurs, les étudiants les moins fortunés peuvent compter sur les aides de la CAF (Caisse d'allocations familiales) qui peuvent aller jusqu'à 200 euros par mois, de l'APL (aide personnalisée au logement) ou même de l'ALS ou ALF pour payer leurs loyers. Ces aides sont versées aussi en cas de colocation. Il peut s'y ajouter le cas échéant: l'avance Loca-Pass pour financer le paiement de garantie et la Clé (caution locative étudiante) pour obtenir la caution de garantie de l'Etat.

Si l'étudiant veut tenter de décrocher une aide à la mobilité internationale ou la fameuse allocation Erasmus+ pour étudier en Europe (entre 150 et 300 euros par mois), il peut se renseigner sur www.enseignementsup-recherche.gouv.fr rubrique generation-erasmus.fr. Enfin, un prêt étudiant classique est possible avec caution des parents pour 7 ans environ pour un montant de 15 000 euros. Egalement possibilité de souscrire un prêt étudiant Bpifrance à durée limitée garanti par l'Etat auprès de banques comme la BNP, la Banque Populaire, la Caisse d'Epargne, le Crédit Mutuel… Veiller à avoir une caution familiale pour éviter des taux élevés par la banque.

Lyliane

 

 

18/06/2018

Une commande occulaire pour communiquer...

Je relève cette innovation dans le petit journal de la Fondation des Hôpitaux de Paris nommé "Hôpital Soleil".  J'y apprends que les enfants du Centre médico-éducatif (CME) "Les petits Princes" à Auxerre (89), polyhandicapés c'est à dire ne pouvant ni parler, ni montrer, ni cliquer sur une souris d'ordinateur, peuvent enfin s'exprimer grâce à des ordinateurs à commande oculaire. En effet, après calibrage de leur regard sur les 10 ordinateurs acquis par une subvention de la Fondation, les enfants peuvent se servir de leurs yeux comme d'une souris. Ils visent par exemple des images, des icones, des zones de communication mises à leur disposition sur l'écran de l'ordinateur.

"Véritables outils pédagogiques, ces ordinateurs à commandes oculaires leur donnent accès au monde numérique et leur permettent d'entrer en relation avec leur entourage". C'est une vraie révolution, dit Mme Rita Daubisse, orthophoniste au CME d'Auxerre, "car ils avaient pris l'habitude de ne pas pouvoir s'exprimer". Ils peuvent désormais jouer ensemble sur les ordinateurs. Le coût pour la Fondation est de 30 000 euros, que nos dons  (opération pièces jaunes, soutien régulier…) permettent.

Bravo à celles et ceux qui mettent la technicité et le progrès au service des plus faibles! Et continuons à soutenir la Fondation Hôpitaux de France, qui cherche à améliorer le quotidien des enfants et des adolescents hospitalisés!

Lyliane

17/06/2018

Inscriptions au lycée, conseils du Journal La Croix.

 

 

Comment peut-on se retrouver sans affectation, même après le 2e tour ?

L. H. : Théoriquement, il y a de la place pour tout le monde. Mais si toutes les familles demandent les mêmes établissements, cela ne peut pas fonctionner. Au premier tour, lorsqu’il n’y a plus de places dans le lycée indiqué en premier choix, le logiciel propose les suivants par effet de domino et dans le cas des filières professionnelles, d’autres lycées dans cette voie.

Bien souvent, un élève se retrouve sans affectation parce qu’il n’a émis que trois ou quatre vœux sur les huit recommandés. Si ses choix sont trop ciblés, il risque de se retrouver sans une place en lycée au premier tour d’Affelnet.

Comment mettre toutes les chances de son côté ?

L. H. : Le premier conseil que je donnerais aux familles est de faire des vœux dans leur district (il y en a quatre à Paris). Ce choix leur rapporte un bonus de 9 600 points dans le barème d’Affelnet. Il n’est pas interdit de choisir des lycées en dehors, mais le total des points sera moins élevé, sauf si l’élève est boursier. Mon deuxième conseil est de saisir huit vœux, en les classant par ordre de préférence. L’élève a le même barème quel que soient ses choix, il faut donc placer en haut de la liste le lycée qui l’intéresse le plus.

Quels sont les critères retenus par Affelnet ?

L. H. : Pour la filière générale et technologique, les éléments pris en compte pour l’affectation sont le niveau de maîtrise du socle commun de compétences et les résultats des évaluations qui rapportent un maximum 9 600 points. Viennent ensuite l’adresse de l’élève (9 600 de bonus district), la qualité de boursier (4 800 points) et depuis cette année, la scolarité complète au collège en éducation prioritaire (480 points).

Pour l’enseignement professionnel, un bonus est également accordé en fonction de la motivation de l’élève (2 500 points) ou des formations PASSPRO (9 000 maximum).

Plus l’élève a de points, plus il a de chances d’intégrer le lycée demandé en premier choix. Au début d’Affelnet, cela a pu favoriser les élèves boursiers, mais l’équilibre a été rétabli depuis avec l’instauration d’un quota correspondant au nombre d’élèves bénéficiaires, soit 20 % à Paris.

Rappelons enfin, que certains établissements ou formations (sections internationales, binationale, classe à double cursus…) ont un mode de recrutement différent, avec constitution de dossiers et/ou des entretiens (Pour en savoir plus www.ac-paris.fr/portail/lycee).

Les élèves qui viennent du privé ont-ils les mêmes chances que ceux public ?

L. H. : On dit souvent qu’ils sont pénalisés, mais c’est faux. En réalité, beaucoup de familles ciblent surtout des lycées très demandés en se disant que s’ils ne les obtiennent pas, ils resteront dans le privé.

Dans le sens public-privé, en revanche, les collégiens ne passent pas pour l’instant par Affelnet, mais cela pourrait changer.

 

Admission au lycée, la colère de parents d’élèves parisiens

 

Comme APB ou Parcoursup, Affelnet a fait l’objet de certaines critiques. On lui a notamment reproché une certaine opacité dans les algorithmes…

L. H. : Oui, mais depuis les algorithmes ont été rendus publics. Les critiques venaient surtout du fait que les familles étaient déstabilisées par le changement des évaluations au collège qui ne leur permettaient plus d’utiliser les notes pour prédire les chances ou les risques d’aller dans tel ou tel lycée, comme autrefois. Il est pourtant toujours possible de choisir en indiquant une liste d’établissements par ordre de préférence.

Avant Affelnet, les lycées faisaient leur marché dans la pile de dossiers des collégiens. Aujourd’hui, ils n’ont pas leur mot à dire et doivent inscrire les élèves sélectionnés par le logiciel. C’est un progrès qui permet d’améliorer la mixité sociale.

Recueilli par Paula Pinto Gomes

16/06/2018

Lieux de vie écologiques et solidaires selon Mr Pierre Rabhi et les Colibris...

Le journal Kaizen, hors série anniversaire de Mr Pierre Rabhi et comportant un DVD en cadeau, effectue un parallèle entre le lieu où est né ce dernier (une oasis saharienne) et son implication en faveur des zones d'Afrique sujettes à la désertification. Son ouvrage "Du Sahara aux Cévennes" et celui ayant pour titre "De l'offrande au crépuscule" se font l'écho de son parcours depuis sa naissance à l'oasis de Kenadsa en 1938 jusqu'à ses réalisations au Burkina Faso au début des années 80.

Aussi, dans les années 1996, personne ne fut vraiment surpris que Mr Pierre Rabhi  prône la naissance "d'oasis", un concept porté à cette époque par le mouvement des "Oasis en tous lieux" et repris aujourd'hui par le mouvement Colibris. Ce projet comportait notamment: le lien à la terre, la sécurité alimentaire, l'implication locale, l'habitat écologique accessible au plus grand nombre, des espaces individuels et collectifs, la place des aînés, l'autonomie… Ces valeurs figurent dans le Manifeste pour des oasis en tous lieux", disponible en ligne sur http://fr.calameo.com ou sur: https://www.colobris-lemouvement.org:projets/projet-oasis.

Au Hameau des Buis, en 2014, l'ensemble des points développés dans le Manifeste était déjà incarné dans le lieu. Ses points forts sont demeurés vivants: ce sont le partage et l'écologie. C'est véritablement en janvier 2015 que le projet "Oasis" a officiellement été lancé. En cinq ans, cent nouvelles oasis ont été crées reliées entre elles par un réseau d'aide à la formation et à des ressources communes.  Il existe différents profils en milieu rural ou urbain, certaines oasis étant des lieux de vie, d'autres des oasis-ressources tournées vers l'accueil et la formation. 

Depuis Colibris a proposé un MOOC (Massive Open Online Course) avec des formations gratuites en ligne (gouvernance, montage juridique, permaculture…). C'est alors qu'est née "la Fabrique des Colibris", "une plateforme de soutien de projets qui met en relation des porteurs de projets avec la Communauté des Colibris". Au début 2018, ce sont plus de 600 lieux diversifiés qui se sont développés librement et qui restent reliés en réseau actif. Cinq principes fondamentaux fondent leurs valeurs: agriculture et autonomie alimentaire, écoconstruction et sobriété énergétique, mutualisation, gouvernance respectueuse et ouverture sur le monde.

Bref, le vivre ensemble est en route et ces oasis sont devenues "un champ expérimental du changement individuel et collectif", selon Mr Mathieu Labonne, directeur des Colibris et coordinateur du projet Oasis depuis 2014. Nous ne pouvons que nous en réjouir et remercier Mr Pierre Rabhi qui a initié ce mouvement qui essaime un peu partout.

Lyliane

15/06/2018

La psychologie positive et ses bienfaits...

Qu'est au juste la psychologie positive? Depuis plus de 20 ans, c'est le nom que l'on donne à l'étude scientifique du bonheur. Elle s'appuie sur des courants philosophiques et psychologiques, nés bien avant l'an 2000. C'est en fait la synthèse de plusieurs courants: la psychologie humaniste (Carl Rogers, Caycedo…), la psychologie sociale, celle du développement existentiel (de Nietzsche à J.P. Sartre et Camus), et les approches comportementales et cognitives.

"Si les émotions négatives rétrécissent le champ attentionnel et renforcent la négativité, les émotions agréables favorisent l'ouverture attentionnelle, la créativité et augmentent les capacités de résolution de problèmes complexes", affirme Mr M.E. Seligman, psychologue américain, qui est considéré comme le pionnier de la psychologie positive. Il a notamment crée le modèle Perma, qui regroupe les 5 déterminants d'un bien-être durable: les émotions positives, l'engagement, des relations constructives, un sentiment d'accomplissement de soi et le fait de donner un sens à la vie.

14/06/2018

Cousu main: un atelier couture à Toulon...

Mme Amandine Roussel écrit dans le supplément de Nice-Matin "Nous" un article au sujet de l'initiative de Mme Hélène Bernardeau dans sa boutique "Chic Planète". Cette dernière, en effet, a proposé, il y a un an, 14-16 rue des Arts à Toulon, une boutique mêlant brocante et café couture. Là on peut chiner, boire un café et suivre deux ateliers hebdomadaires de couture, un le jeudi soir et l'autre le samedi matin. Les participantes apportent leurs tissus et le lieu met à disposition trois machines à coudre simples d'utilisation et des conseils. Le tarif est modéré:12 euros de l'heure et 100 euros les 10 heures. Chaque dernier samedi du mois, en outre, un brunch est organisé.

Débutantes et personnes plus expertes se côtoient. Grâce au coaching d'Hélène, les premières osent se lancer, tandis que les autres concrétisent leurs idées. Mme Roussel avait autrefois bénéficié d'une formation de costumière de théâtre et appris l'ornementation textile. Elle avait aussi entre temps travaillé en bureau. Mais son rêve était d'animer des ateliers. Elle enseigne à Chic Planète également la broderie. Elle se réjouit particulièrement de voir des personnes repartir fièrement avec un vêtement ou un accessoire réalisé sur place… C'est le règne du "Do it yourself"!

Je trouve une telle initiative tout à fait intéressante et je me dis qu'elle pourrait inspirer d'autres personnes dans notre pays. Pourquoi ne pas y enseigner aussi le crochet ou le tricot, mêler ateliers cuisine et ateliers couture? Pour en savoir davantage, consulter sur Facebook: chic-planete.toulon. ou téléphoner au 06 71 50 84 78.

Lyliane

13/06/2018

Plaisirs aux jardins...

L'article de Mme Laurence Lucchesi dans le Matin Week End a la saveur des journées de  plein air en été. On y apprend tout d'abord qu'il ne faut pas négliger la présence d'un frêne se dressant dans le jardin, car il signale généralement le présence d'une source sous ses racines. Ensuite, il est signalé que les feuilles de fraisiers sont censées faire fuir les vipères. Enfin, acheter des œufs de chrysopes en jardinerie protégerait des pucerons en arrosant le jardin avec.

J'ai appris également que ce sont les fleurs au cœur jaune qui attirent le plus les abeilles. Une dame-jeanne en verre constituerait aussi une alliée précieuse, si vous n'avez pas de jardin. Elle permet en effet de créer un mini-jardin d'intérieur. On la remplit de terre à un tiers de la hauteur; on y sème des graines de plantes qui restent de taille moyenne, on arrose modérément, puis on remet le bouchon. La lumière et la terre leur suffiront pour grandir. L'humidité restera à l'intérieur. On aura alors "un jardin en circuit fermé"!

Pour en savoir plus, se procurer l'ouvrage de Mme Anne-France Dautheville aux éditions Buchey Chastel: "Miscellanées de mon jardin".

Lyliane

A propos des cosmétiques anti-âge...

Dans le Journal de la Médecine anti-âge de juin 2018, un article recueillant les propos par Mme Sandra Franrenet de Mme Anne Dubost, citoyenne engagée qui depuis 2016 écrit à propos des cosmétiques en dénonçant des composants cachés, potentiellement toxiques, dévoile ce que contiennent les crèmes anti-âge du commerce. Tout d'abord, Mme Dubost souligne ce qui distingue une peau dite mature d'une peau plus jeune. La production de collagène, une protéine qui assure la fermeté de la peau, diminue en effet avec les années, tout comme l'acide hyaluronique, présent dans les tissus conjonctifs.

Puis, la rédactrice du journal s'attache à définir un cosmétique "anti-âge". En général, "une formule de base appelée excipient, composée d'éléments aqueux et lipidiques, va permettre d'hydrater la peau". Ce film hydro-lipidique est là pour équilibrer les peaux à problèmes ou ayant besoin de protection renforcée. On y ajoute souvent des matières actives spécifiques selon la peau et des émulsifiants pour lier le tout. Ces matières spécifiques peuvent être des vitamines antioxydantes (vitamine A, vitamine C, vitamine E...). Enfin, le coenzyme Q10 ou ubiquinone fourni par l'alimentation agit efficacement pour nourrir les cellules, tout comme l'acide hyaluronique. Les polyphénols à base de plantes donnent parfois aussi un "cocktail super concentré de matières actives".

Selon l'âge, la qualité de la peau, la saison, l'excipient fabriqué à partir d'huiles ou de cires végétales et qui donne 80% de l'efficacité d'un cosmétique peut varier. Les noms latins signifient huile d'olive pour olea europea, huile d'argan pour argania spinosa , huile de jojoba pour simmondsia chinensis ou beurre de karité pour shorea butter. Des labels garantissent la composition à base d'huiles végétales sur les étiquettes comme Ecocert, Cosmebio, Natrue, BDIH ou Soil association…

Attention cependant aux conservateurs, aux allergisants comme l'hydroquinone ou l'arbutine et aux perturbateurs endocriniens, qui sont parfois vendus dans des crèmes commandées sur Internet. Une alimentation variée, riche en vitamines antioxydantes et en coenzyme Q 10 est au moins aussi importante qu'une crème anti-âge. Effacer les rides est certes impossible à l'aide d'une seule crème anti-âge miracle. Toutefois ralentir le vieillissement de la peau peut se faire grâce à un entretien régulier et à une vie saine.

Donc avant d'acheter une crème pour la peau, bien lire l'étiquette et la liste des ingrédients, au lieu de se fier au prix ou à la marque. L'article conseille d'essayer le moteur de recherche de l'INCI sur le site: "La Vérité sur les cosmétiques". Rendez-vous sur: www.laveritesurlescosmetiques.com.

Lyliane

 

 

 

12/06/2018

Quelques astuces de jardinier pour les partuculiers en ville...

Mme Karine Michel dans le supplément de Nice-Matin "Nous" nous fait part des conseils et astuces de Mr Georges Dalmas, ancien animateur des jardiniers de France, pour cultiver sur sa terrasse ou son balcon. Il nous apprend tout d'abord que "quand on achète des plants en jardinerie, il faut regarder la couleur des racines". Il faudrait en effet que la racine soit blanche, car c'est un baromètre de bonne santé de la plante. Concernant le contenu des bacs ou des jardinières, il faut respecter les proportions: un tiers de sable, un tiers de terre et un tiers de terreau.

Mr Dalmas affirme que l'on ne peut pas tout planter sur un balcon.  Selon lui, il faut se limiter à des tomates cerise, des salades d'été, quelques concombres, des cornichons, et des aromatiques. Certaines alliances comme persil et tomate sont bonnes; d'autres moins. Ne pas mettre le basilic par exemple en plein soleil et arroser matin ou soir  avec parcimonie généralement sans mouiller les feuilles. Des engrais organiques comme du tourteau de ricin aident à soutenir la croissance des plantes. En cas de prolifération d'insectes, veiller à utiliser des produits naturels, comme le savon noir contre les pucerons..;

On peut vouloir observer le calendrier lunaire, ce qui fait de nous des adeptes de la biodynamie. La Lune en effet influence la pousse des plantes. En respectant le cycle mensuel de la lune, on choisit le bon moment pour planter en distinguant les jours racines (radis...), les jours feuilles (salades), les jours fleurs (artichauts) ou les jours fruits et graines (haricots, fraises, tomates…). Il y a des calendriers pour suivre cela précisément. Autrefois, nos anciens connaissaient la différence entre la lune montante (avant la pleine lune) et la lune descendante (après la pleine lune) et ils en tenaient compte pour beaucoup de tâches agricoles (tailler, couper ou greffer des arbres, cueillir des fruits…).

Pour en savoir davantage, consulter sur Internet: www.rustica.fr.

Lyliane

 

 

11/06/2018

Les capacités prodigieuses des plantes...

Dans Télérama de fin mai 2018, Mr Vincent Rémy a recueilli les propos du neurobiologiste italien Mr Stefano Mancuso, qui regarde les plantes avec un œil de jardinier. En effet, ce scientifique a pris conscience, au moment de son doctorat, «du mépris dans lequel on tient le monde végétal» et il propose de regarder les plantes autrement C'est pourquoi, il a écrit, avec Mme Alessandra Viola, un ouvrage de 240 pages publié chez Albin Michel intitulé: «L'intelligence des plantes».

 

Mr Mancuso a remarqué que l'on parle des plantes uniquement d'un point de vue esthétique ou en fonction de leur usage. La conception d'Aristote notamment attribuant aux plantes «une âme de bas niveau» aurait beaucoup influencé les savants du monde entier, alors que Mr Charles Darwin reconnaissait déjà dans ses écrits de botaniste le pouvoir des racines des plantes...

 

Selon le neurobiologiste italien, le monde végétal possède une forme d'intelligence, qui lui permet de survivre en dépit de son immobilité. Mr Mancuso a nommé cette capacité «neurobiologie végétale» dès 2005. Il démontre avec ses collègues en effet que «les plantes ont les mêmes capacités que les animaux en matière d'apprentissage, d'échanges, de communication. Bien qu'ils ne soient pas dotés de neurones comme les animaux ou les humains, les végétaux sentent par toutes leurs cellules les plus petits changements dans leur milieu, grâce à des photorécepteurs captant la lumière, l'humidité, les champs électromagnétiques...

 

Les racines des plantes par exemple peuvent «détecter les substances chimiques (phosphore ou azote) et même percevoir des fréquences basses (entre 50 et 400 hertz)». Sans sombrer dans une sorte de dessin animé en leur prêtant des intentions, Mr Mancuso reconnaît aux plantes, à travers diverses expériences de laboratoire, la capacité de communiquer et d'échanger des informations sur l'état du sol, le présence de prédateurs... Elles vivraient également en symbiose avec des champignons et des bactéries.

 

Alors que des multinationales comme Bayer-Monsanto bloquent toutes les études allant contre leurs intérêts, dépensent des sommes folles avec les OGM et poussent l'agriculture mondiale vers la chimie, Mr Mancuso pense qu'on pourrait au contraire «faire des choses extraordinaires en observant les capacités des plantes». Un travail sur la photosynthèse par exemple mériterait d'être entrepris par tous les laboratoires... Ils ne sont que 5 à pouvoir s'y consacrer aujourd'hui! En France, Mr François Bouteau de l'Université Paris-Diderot y travaille actuellement.

 

Selon Mr Mancuso, nous ne connaissons que 50% des espèces végétales et certaines disparaissent en raison de la pollution, alors qu'on continue à couper des arbres notamment dans les forêts primaires d'Amazonie... Tout cela devrait nous inciter à mettre des moyens, comme le fait modestement l'Union Européenne, afin de comprendre comment les plantes travaillent pour lutter contre la pollution de l'air, ce qu'elles mettent en place pour le climat... N'oublions pas, écrit le journaliste, que ce sont les algues qui ont crée l'oxygène et que le premier texte sumérien écrit par l'être humain (3 500 ans avant notre ère) consistait en des conseils d'un père à son fils pour cultiver la terre: «non seulement pour assurer sa subsistance, mais surtout en pensant aux générations futures»... Jusqu'aux années 1950, cet état d'esprit était resté celui de l'agriculture.

 

L'article de Télérama se termine en posant la question suivante: « Ne serait-il pas urgent actuellement de cesser de détruire des espèces animales et végétales, de polluer les sols, l'air et l'eau de la planète en retrouvant le respect de la vie?» Alors, à mon tour, je me permets de proposer que tous ceux qui se reconnaissent dans cet appel de Mr Mancuso s'engagent dans leurs réseaux locaux, leur fassent connaître l'ouvrage «L'intelligence des plantes» et aident à faire germer autour d'eux le désir de protéger tout le Vivant de notre planète.

 

Pour en savoir plus, consulter également les ouvrages du forestier allemand: Mr Peter Wohlleben (L'intelligence des arbres) et le film réalisé par Julia Dordel et Guido Tölke réalisé au sujet d'un de ses ouvrages ou des sites sur Internet comme: www.youtube.com, www.albin-michel.fr ou www.science-et-vie.com.

Lyliane

10/06/2018

Avant d'être des migrants, ce sont des enfants...

Médecins du Monde nous propose, dans un flyer que j'ai reçu ces jours-ci, de rétablir ensemble l'accès aux droits et aux soins des enfants et adolescents non accompagnés. Tout d'abord, il demande de faire comme eux dans leurs maraudes: d'aller à la rencontre des mineurs isolés qui vivent dans la rue, de les leur signaler pour qu'ils puissent les aider à se reposer et manger. De plus, si nous faisons un don de 50 euros par exemple nous pouvons permettre à Médecins du Monde d'organiser une maraude.

Il faut savoir que ces jeunes sans représentants légaux ne peuvent pas être pris en charge à l'hôpital, même s'ils sont blessés ou malades. Et même lorsque ces enfants disposent d'un acte de naissance, on les accuse de les avoir falsifiés. Les équipes médicales de Médecins du Monde les reçoivent en consultation et leur dispensent des soins dans leurs centres. En outre, choqués par les épreuves qu'ils ont endurées (pertes de leurs parents, violences subies, passé d'enfants-soldats...), "ils ont besoin d'un suivi psychologique pour les libérer de leurs traumatismes et les aider à se reconstruire".

Peu d'enfants et d'adolescents connaissent leurs droits. Notre système juridique, administratif et social est en effet relativement complexe. Les équipes de Médecins du Monde accompagnent les jeunes dans leurs démarches pendant un an environ, leur permettent d'avoir accès à un interprète… Beaucoup aimeraient aller à l'école, reprendre des études, mais  souvent les Services de l'Aide Sociale à l'Enfance leur refusent un logement et les condamnent à se cacher dans les rues de peur d'être obligés de quitter le territoire.

A ce jour, ces jeunes mineurs sont environ 25 000 dans notre pays. Aidons les à travers Médecins du Monde à sortir de la rue et à pouvoir mener une vie décente en étant scolarisés et protégés par des adultes. Pour toute information à ce sujet, consulter sur Internet: www.medecinsdumonde.org.

09/06/2018

La culture en lasagnes est bonne pour la biodiversité...

Dans le journal Nice-Matin du 15/5, par la plume de Mr Rémy Marceau, nous apprenons qu'un jardinier niçois, du nom de Mr Philippe Moreau, a expliqué au cours d'une conférence publique ce qu'est la culture en lasagnes. Comme son nom l'évoque, ce mode de culture se fait à l'automne par une superposition et une alternance de couches de matières organiques verte (herbe) et sèche (feuilles, brindilles) sur 5 cm environ. On termine généralement par une bonne épaisseur de terreau et on laisse reposer le tout jusqu'aux beaux jours, au moment où l'on va s'occuper du potager.

 

En cela, l'être humain s'inspire de la nature. Mme Patricia Lanza, qui a documenté ce genre de culture, a, en effet, regardé ce qui se passe en forêt. Le multicouche, que ce soit sur butte, en jardinière ou en bordure, permet la décomposition des bactéries sur le vert comme la croissance plus lente des champignons sur le sec. Il se produit une montée en température, qui permettrait de semer et de planter plus tôt. Pour être efficace, la maturation doit durer environ 2 mois.

 

L'hiver, on peut également pailler le jardin. Mais l'herbe fraîche de tonte, stockée ou glanée alentour, la taille des haies et arbustes, tout cela peut être utilisé. On n' utilise ainsi que très peu de terreau et absolument aucun engrais. Le conseil du jardinier est de planter assez densément et de faire des associations (par exemple tomates, basilic et ail...). La vie souterraine d'un tel jardin en lasagnes est très importante. C'est, quoi qu'il en soit, une culture de manière naturelle qui «donne un bon coup de pouce à la biodiversité».

 

Pour approfondir le sujet, contacter par exemple: www.gerbeaud.com ou https://www.rustica.fr/articles.../technique-lasagna-bed-ou-jardin-lasagnes,3098.html

Lyliane

08/06/2018

Une start-up pour fabriquer de «l'énergie verte»

Le supplément de Nice-Matin «Nous», sous la plume de de Mme Sophie Casals, nous présente l'initiative originale de Mr Gaël Desperriès.

Cet ingénieur, diplômé de l'Ecole Centrale à Paris, après une dizaine d'année de travail chez Alstom, puis chez SBM Offshore, a crée sa start-up Skavenji en 2016 à Nice et il l'abrite au sein de l'incubateur Paca Est. Il a mis au point une sorte de box, raccordée soit à un panneau solaire, soit à une éolienne, pour permettre aux citoyens français de générer de l'électricité chez eux. Il montre en effet comment, à notre échelle, nous pouvons nous impliquer dans la transition énergétique et les énergies renouvelables. Pour lui, grâce à sa box Skavenji, «la production d'électricité sera bientôt aussi simple que de faire pousser des tomates sur son balcon»...

 

Voulant favoriser la production de petites quantités d'électricité par de simples citoyens, il a mis au point une box habillée de bois et équipée de prises de courant et USB, qui se raccorde à des sources d'énergie: panneau solaire, éolienne, vélo d'appartement. A l'intérieur, se trouve une batterie qui stocke la production électrique. On peut s'y brancher pour recharger son téléphone portable, son ordinateur, une lampe, une perceuse, une chaîne stéréo... Toutefois, quand la source d'énergie renouvelable n'est pas suffisante, la box bascule sur le réseau électrique.

 

Une campagne de financement participatif lui a déjà permis de récolter 16 450 euros. Son objectif est de mettre ses premières box sur le marché en octobre 2018. Pour le moment elles sont en prévente sur www.skavenji.fr au prix de 360 euros. C'est un choix purement écologique à ses yeux. Il a en effet couplé sa box à une appli qui permet de mesurer sa production, d'évaluer ses économies et l'impact écologique de ses efforts. Car son but est avant tout pédagogique, afin de sensibiliser les citoyens à ne pas gaspiller l'énergie...

 

Mr Desperriès a noté, en outre, que chaque année on jette 45 millions de déchets électriques dans notre pays. Aussi, à partir de matériaux de récupération (vieux moteurs d'imprimantes, vieilles dynamos, alternateurs de scooters, vieux panneaux solaires, tubes PVC...) il recycle beaucoup de déchets. Il construit avec, par exemple, de petites éoliennes. L'idée lui en est venue sur le Low-Tech Lab, un projet de recherche et de documentation collaborative à l'échelle internationale, qui vise des solutions efficaces et respectueuses de l'environnement.

 

Si vous êtes sensible au développement durable et si vous vous sentez en phase avec l'écologie et l'environnement, vous consulterez à votre tour cette plate-forme d'échanges, où tout le monde peut partager en open source ses bons plans et ses tutoriels de fabrication avec d'autres bons bricoleurs...

N'hésitez donc pas à regarder régulièrement leur site Internet sur: www.lowtechlab.org, pour contribuer à l'innovation low-tech et bénéficier de ses découvertes.

Lyliane

 

07/06/2018

Libérer la parole des réfugiés...

Mme Juliette Bénabent et Mme L. Ancona se sont associées, dans le journal Télérama de cette fin mai 2018, pour recueillir et illustrer les propos de Mme Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, psychologue, qui aide les exilés à reprendre pied dans le réel. En effet, qu'ils soient du Sri Lanka, du Mali, du Bangladech ou du Soudan, à la consultation de psycho-traumatisme de l'hôpital Avicenne de Bobigny où elle les reçoit deux jours par semaine, cette femme reconnaît que son rôle n'est pas simple. Il faut à la fois les écouter à travers les phrases traduites par un interprète, les faire néanmoins s'exprimer pour qu'ils tentent de libérer leurs angoisses, leur donner de bonnes adresses pour subsister, les accompagner à l'OFPRA et parfois même les prendre dans les bras quand le contact physique paraît nécessaire...

 

Beaucoup de ces exilés ont perdu leurs repères: ils ont des cauchemars, revivant en boucle les violences auxquelles ils ont assisté. Leurs symptômes traumatiques s'ajoutent à leur dénuement et à leur peur du lendemain. Mme Saglio-Yatzimirsky face à eux «se sent non seulement psychothérapeute mais aussi citoyenne». L'exilé dit-elle, a besoin d'une parole restaurée comme instrument de paix et c'est ce qu'elle tente de faire avec eux. Car, la personne exilée est coupée de ses racines, elle vit dans une situation précaire et son avenir dépend de la décision arbitraire de l'Etat... La plupart du temps la police lui demande des papiers d'identité et ses interlocuteurs à la Préfecture ou à l'OFPRA lui réclament des preuves du bien-fondé de sa requête...

 

La psychologue, qui est anthropologue, enseignante à l'Inalco et qui mène aussi des recherches sur l'exclusion sociale, va tous les trois mois à Calais. Elle y découvre comment on chasse de leurs abris de fortune et comment on parque ces malheureux. Elle a rassemblé dans un ouvrage poignant leurs mots. Ce livre publié aux éditions Albin Michel s'intitule: «La voix de ceux qui crient, rencontre avec des demandeurs d'asile». Tout cela l'amène à affirmer:«nier à une personne sa place dans le monde, c'est une autre manière de la tuer». Pour Mme M.C. Saglio-Yatzimirsky:«Ne pas écouter la souffrance de ces exilés est non seulement une faute pour un Etat de droit, mais aussi une erreur dangereuse pour notre avenir».

 

Ces gens, en effet, sont pacifiques et brisés par leur périple pour fuir leur pays. Mais ils ont faim, ils ont froid, on ne les laisse ni travailler, ni s'installer quelque part. Ils attendent patiemment une décision... Mais que feront-ils si nous ne trouvons pas rapidement de solution humaine? Car, selon la psychologue, quoi que nous fassions, il nous faut réaliser que l'immigration est loin d'être terminée! Notre politique d'accueil ne serait-elle pas à repenser? Nos campagnes désertées de leurs habitants ne pourraient-elles pas s'enrichir de ces populations jeunes et déjà formées dans leur patrie? Les peurs de certains d'une société multiculturelle, qui existe pourtant déjà dans la réalité, va-t-elle conditionner notre avenir? Ne construisons-nous pas aujourd'hui une résilience et un avenir commun pour nos enfants, demande-t-elle?.

 

J'espère pour ma part que face à la souffrance de ces exilés, nous trouvions ensemble des réponses acceptables sans nous laisser manipuler par des partis politiques extrémistes, par la peur de l'étranger ou par la crainte de perdre des privilèges. Dans un passé relativement récent, nous avons vu ce que l'exclusion et l'antisémitisme ont pu entraîner... Des étrangers: anglais, canadiens, australiens, russes, américains, sénégalais, algériens, marocains... ont mis leur vie en péril pour venir nous aider à lutter contre l'intolérance et la barbarie du nazisme. Saurons nous en tirer des leçons et à notre tour ouvrir les bras, sinon notre cœur? Deviendrons-nous un jour les «justes», dont nos enfants pourront être fiers?

Lyliane

06/06/2018

Audition Solidarité recycle les appareils auditifs...

L'Association Audition Solidarité, lauréate en 2016 des Héros de Notre Temps, selon un article de Mme Lauriane Clément, recycle les appareils auditifs afin de les redistribuer aux personnes démunies. En effet, si l'on possède un appareil auditif usagé, il est possible de l'envoyer à Audition Solidarité, 1, Impasse des Mésanges - 40180-Yzosse ou le déposer chez des audioprothésistes solidaires. La liste de ceux-ci est disponible sur le site:www.auditionsolidarite.org.

 

En 10 ans, l'association a remis en état 2031 appareils auditifs sur les 4040 envoyés. Au sein de l'association, 7 salariés audioprothésistes ou électroniciens récupèrent les pièces et essayent de faire fonctionner les appareils. 220 mécènes soutiennent ce mouvement. En plus de cette fonction réparatrice, les membres de l'association sillonnent les écoles et les conservatoires de musique pour faire de la prévention auditive auprès des jeunes.

 

Voilà une initiative utile et qui mérite amplement d'être connue.

Lyliane

 

05/06/2018

Migrants

 I have a dream »… « J’ai un rêve"...

 

Je me plais parfois à imaginer à qui je dois mon esprit frondeur, ma "testardise" obstinée, mon enracinement terrien.  A mon arrière grand père protestant des Cévennes ? A l’artisan suisse descendant de Juifs d’Espagne devenu cordonnier à Avignon ?  Au paysan vauclusien ? Au poseur de rails parti d’Italie pour ne pas servir dans la Garde royale ? Un arrière autre grand-père enfant trouvé ouvre à tous les possibles… Et encore, je ne sais rien des femmes…

Cherchez bien, nous sommes tous le fruit de curieux mélanges !  Tous descendants de migrants…

Chaque jour on nous démontre, preuves à l’appui, que nous ne pouvons pas « accueillir toute la misère du monde » ?  J’aimerais que des voix s’élèvent pour nous démontrer, preuves à l’appui, que c’est possible et peut-être même bénéfique, d’accueillir, héberger, nourrir, former, ces gens qui viennent d’ailleurs.  J’aimerais que des politiques de tous bords, des associations laïques ou confessionnelles, des citoyennes et citoyens de bonne volonté, prennent l’initiative d’Etats Généraux de la solidarité pour créer une France, et pourquoi pas une Europe plus généreuse et plus ouverte.  J’aimerais…

Claude

 ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………...

Bonjour,

Je partage votre rêve, Claude, et moi aussi je me reconnais des racines étrangères et des désirs d'ouverture du coeur… Mon père, émigré italien, a fait la dernière guerre à 20 ans comme soldat engagé aux avant-poste sur le front du Nord avec un bataillon de tirailleurs marocains et de sénégalais. La plupart ont donné leur vie pour retarder l'avancée de l'ennemi allemand. Là, personne ne se plaignait de leur présence! C'était normal! Le film "Indigène" le montre bien! Aujourd'hui, 73 ans plus tard, à Nice, dans notre Amap, nous soutenons Cédric Herrou, ce paysan de Breil sur Roya qui a été à 8 reprises au moins en garde à vue ou déféré devant un juge pour "délit de solidarité". Il avait tout bonnement nourri et recueilli des enfants mineurs d'Erythrée ou du Soudan errant dans la vallée où il habite… Pas de décoration pour ses gestes généreux: rien que des menaces et des tracasseries policières! 

Nous devrions avoir honte de prêter l'oreille aux thèses xénophobes qui prétendent que "nous serions saturés d'étrangers et que notre économie en souffrirait". Ne souffririons-nous pas plutôt d'usines délocalisées en Chine ou en Pologne? De grands patrons qui échappent à l'impôt? D'une société individualiste qui croit que le bonheur est dans la consommation? Peu à peu, je vois la Hongrie, l'Italie plonger dans les extrêmes… Mr Trump veut ériger un mur pour éviter l'immigration… Qui donc se lèvera courageusement pour contredire toutes ces allégations, pour proposer un accueil digne et respectueux à ces populations en détresse? Les "migrants", exilés de leurs pays afin de survivre, n'ont pas le droit de travailler chez nous. Pire, ils sont obligés de se cacher, ils sont parqués, malmenés par la police comme des malfrats…

Il fut un temps ( peu glorieux ), où c'étaient les juifs qui devaient se cacher… Demandons nous tout de même qui aurait intérêt à trouver en ces étrangers de pratiques "boucs émissaires" et à nous gouverner par la peur? Le peuple français est-il devenu amnésique, sourd et aveugle? Nous avons par exemple des déserts médicaux, des villages sans boulanger ni artisans. Ces jeunes pourraient offrir leurs services, combler le vieillissement de notre population…  Avons-nous vraiment peur de perdre "nos privilèges", notre "race blanche" qui se croit supérieure aux autres? Regardons plutôt l'histoire: combien "d'erreurs" en Afrique, en Indochine ou ailleurs avons-nous commises avec la colonisation? Des génocides ont même eu lieu dans l'anesthésie générale? Plus tard, sans aucun doute, un chef d'Etat demandera pardon à toutes ces victimes de notre indifférence à leurs souffrances, de notre accueil conditionnel (immigration choisie?) de nos mauvais traitements même… Car la roue tourne et les œillères finissent un jour par tomber!

Je lutte en ce moment pour aider Kemi, une jeune femme du Nigéria qui a fui son pays, où elle avait un bon emploi bancaire, pour éviter à sa fille d'être excisée. Elle suit avec moi depuis 3 ans des cours de français aux Restos du Cœur, où elle vient chercher une aide alimentaire. Elle fait du bénévolat au Secours Catholique, vu qu'elle n'a pas le droit de travailler! Elle est cultivée, courageuse et comme toutes les mères cherche à protéger ses enfants. J'étais confiante et je me disais que nous pouvions l'aider…  En effet, il y a chez nous des lois, des associations qui protègent ces fillettes en danger. Aussi Kemi a- t- elle depuis 2015 demandé asile en France, pour que ne se reproduise pas ce qu'elle a elle-même vécu: des souffrances atroces et la mort de sa sœur aînée à la suite de son excision. Mais que croyez-vous que lui a répondu l'OFPRA à deux reprises? Non, pas d'asile, pas de protection pour ses deux enfants! Elle risque d'être expulsée. J'en suis révoltée. Il y a les bonnes paroles (droits des enfants…) et la réalité!

Nous ne nous résignons pas et je la soutiendrai de mon mieux dans son recours. Car il faut lui trouver un bon avocat, le payer et faire vite car elle n'a qu'un mois de délais! Mais je pose la question: au nom de quoi l'Etat français refuse-t-il d'aider Kemi et ses deux enfants? Là encore, j'ai de la peine en constatant ce qui se passe dans notre pays... Toutefois, j'aimerais au moins savoir que des compatriotes sont prêt(e)s à dire à haute voix (par pétition, lettre au Président, à l'OFPRA ou au Ministre de l'Intérieur par exemple) que c'est odieux et profondément injuste de ne pas défendre cette petite fille sur le sol français… Ce serait mon rêve d'aujourd'hui!

Lyliane

 

La planète Uranus va entrer en scène et se doter de l'énergie du Taureau...

Du 15/5 au 6/11/2018 environ, la planète Uranus transitera le signe du Taureau, après avoir traversé tout le Bélier, un signe de feu. Uranus, par le jeu de sa rétrogradation, y retournera en fin d'année 2018 avant de s'installer vraiment en Taureau dès 2019. Nous connaissons cette planète, maîtresse du signe du Verseau, pour le saut quantique qu'elle nous propose individuellement et collectivement, lorsque nous avons construit des bases solides dans le monde terrestre grâce à Saturne. Selon la façon dont Uranus, planète de l'invisible, est vécue, elle peut donner des poussées pour activer le changement, quitte à le faire assez violemment, si nous n'avons pas su capter ses incitations grâce à notre intuition, au lieu de nous servir de notre mental.

 

Nous pouvons déjà mesurer son action puissante lorsque la planète agissait dans le signe du Bélier: renouvellement de nombreux leaders politiques, renouveau social et économique dans de nombreux domaines, incitation pour une partie de notre jeunesse à imaginer une société nouvelle, à aller courageusement de l'avant en prenant des initiatives (starts up, intelligence artificielle...), en dépit des freins et des peurs des tenants de l'ancien monde...

 

Bientôt, nous pourrions voir les signes avant-coureurs de l'énergie qu'Uranus va puiser dans le Taureau, un signe de terre bien concret. La nature pourrait tout à coup retrouver toute sa place. La terre, l'eau, l'air, le soleil, le vent, les arbres, les animaux... tout ce qui palpite et vibre sur la planète est appelé à redevenir infiniment précieux, source de notre bien-être physique et de notre équilibre humain. Respirer à pleins poumons, manger sainement, cultiver sans traitements dangereux, vivre sans gaspiller, ni polluer la terre, ni piller des ressources, bouger notre corps, prendre soin les uns des autres... tout cela pourrait peut-être enfin s'installer durablement dans nos consciences, avant de s'incarner...

 

Les ondes Wi Fi nous sont utiles, certes, mais nous devrions peu à peu prendre conscience que notre énergie de vie vient de l'Univers dans lequel nous sommes plongés, d'une source invisible à laquelle nous puisons tous. L'argent-roi, les possessions de biens matériels dans un monde inégalitaire, où certains sont dans l'opulence et d'autres dans le dénuement, tout cela pourrait enfin poser de graves questions à l'humanité. Des réajustements, des dés-identifications à nos rôles, à nos petits moi pourraient intervenir... Mais ne soyons pas naïfs: nous n'en sommes encore qu'aux prémisses!

 

Néanmoins, je m'appuie également pour écrire ces lignes sur le coup de pouce potentiel que pourrait nous apporter Chiron, le sage centaure guérisseur, qui va entrer dans le signe du Bélier à la mi-avril 2018, après un long cheminement en Poissons. Ne serait-il pas censé ouvrir de sa clé une ère nouvelle, pour peu que nous sachions nous en saisir?

Lyliane

 

04/06/2018

Qu'est-ce que le lâcher-prise?

J'ai écrit cet article concernant le lâcher-prise en me basant sur un dossier paru dans le journal Psychologie de juin 2018 et rassemblé par Mme Flavia Mazelin Salvi. En ce qui me concerne, c'est un terme que j'ai eu du mal à comprendre, à accepter et même à mettre en pratique, car, en raison notamment d'un passé où ont dominé peurs et hypersensibilité, j'étais plutôt conditionnée par le contrôle et la maîtrise. Et, quand je n'arrivais pas à ce que je voulais, j'abandonnais «la mort dans l'âme» avec un sentiment de faiblesse ou d'échec. Une question d'ego sans doute et d'habitude d'agir sans ménager mes efforts jusqu'à rencontrer une forte résistance.

 Aussi, plus de 10 années de thérapie et des expériences personnelles difficiles (maladie notamment) ont été nécessaires pour me mettre sur la voie du sens véritable de ce terme. J'imagine que je ne suis pas la seule dans ce cas... C'est pourquoi j'ai le plaisir de vous livrer une image très parlante, proposée par Mme Sabrina Philippe dans son ouvrage «Petit manuel du voyage de l'âme» publié chez Flammarion:«L'idée avec le lâcher-prise n'est pas de renoncer à piloter notre navire, mais d'admettre que nous ne pouvons pas commander l'océan».

En calligraphie chinoise, ce mot est traduit par "wu wei", c'est à dire «absence d'action» ou plutôt «agir par le non-agir». Et le philosophe Alexandre Jollien conçoit ce terme comme «s'abandonner à la Vie, abandonner pensée et volonté» et il le développe dans son livre:«Petit traité de l'abandon» publié chez Points. Le zazen quant à lui s'appuie sur le corps en nous «proposant de sentir que nous sommes vivants, que l'essentiel est là dans l'air qui rentre et sort de nos poumons et que nous pouvons nous fondre dans le mouvement de la vie».

Une praticienne en soins énergétiques, Mme Thi Bich Doan a fait l'expérience de passer un an en s'abandonnant totalement aux occasions sur son chemin de vie. Cela a donné l'excellent ouvrage publié chez Flammarion: «Un an entre les mains de l'Univers», dans lequel elle raconte avoir reçu tout ce dont elle avait besoin... Il ne s'agit pas de passivité, mais de ressenti intérieur, de détente et d'abandon confiant. Cette femme s'en est remise à l'Energie Universelle et à «plus grand qu'elle-même». Les croyants pourraient dire «qu'elle a laissé faire Dieu»!

Sans forcément aller jusqu'à pouvoir dire: «Tout est toujours pour le mieux, même le pire!», je sens qu'il pourrait être bon à notre époque de stress et de peurs, où volonté et performance sont portés aux nues, d'intégrer le sens profond de l'abandon confiant à la vie.

Lyliane

03/06/2018

Voyager pour raviver la mémoire...

A la maison de retraite de Valenciennes, un voyage en train fictif apaise les personnes âgées atteintes de démence avancée et stimule leur mémoire. Cette thérapie innovante est testée pour la première fois en France. La Directrice de l'Ehpad Notre dame de la Treille à Valenciennes (59) a découvert, en effet, par l'intermédiaire d'un fournisseur italien la «thérapie du voyage», mise au point en 2009 en Italie par Mr Ivo Cilesi, docteur en psychologie cognitive et responsable des thérapies non médicamenteuses dans une maison de retraite de Bergame.

 

Il a imaginé deux fauteuils face à face et un écran d'ordinateur en guise de fenêtre. Depuis, des personnes se mettent à raconter des souvenirs de voyage d'enfance. Alors, Mr Ivi Cilesi a testé son dispositif sur 100 malades et il s'est aperçu qu'ils sont moins agités. C'est alors qu'il a élaboré un vrai protocole dans une douzaine d'établissements en Italie et en Suisse. A Valenciennes, la thérapie du voyage est expérimentée depuis novembre 2016. Le personnel soignant, habillé en civil et formé par Mr Cilesi (4 infirmières, 1 psychologue et 8 aides médico-psychologiques) propose ces voyages et accompagne les personnes de l'Ehpad. Derrière eux, l'illusion est parfaite: valises, grande horloge, panneaux annonçant les trains...

 

Les images défilent comme par une fenêtre et le trajet dure entre 10 et 30 minutes selon les patients. Les équipes soignantes ont remarqué qu'elles communiquent mieux avec les résidents après «ces voyages». Bien entendu, cette forme de thérapie marche avec des personnes atteintes d'une forme importante de désorientation spatio-temporelle. L'hypothèse avancée par Mr Cilesi est que «cette thérapie permet d'établir un pont émotionnel avec la mémoire». Cela a coûté 30 000 euros à l'Ehpad de Valenciennes. Celle-ci est devenue le site pilote français de la thérapie du voyage. En plus existent aussi de l'art-thérapie, un jardin thérapeutique et des activités culinaires.

 

Il faut savoir que la maladie d'Alzheimer évolue sur une quinzaine d'années. Tout d'abord, la personne souffre de troubles anxieux et pseudo-dépressifs. Puis, apparaissent des troubles du comportement avec déambulation et désorientation. Quand ils sont perdus dans le temps et dans l'espace, on propose aux malades de partir en changeant simplement de pièce. Ils pensent peut-être pouvoir rentrer chez eux, imagine le Dr Jean Roche, psychogériatre au CHU de Lille...

 

Ce type de stimulation multi-sensorielle commence à intéresser d'autres Ehpad. 40 d'entre elles dans notre pays ont déjà contacté Valenciennes, dont les villes de Nice, Brest et Strasbourg. En Allemagne, depuis 2008, une équipe de Düsseldorf a installé de faux arrêts de bus. Dans les Pays Scandinaves, des casques de réalité virtuelle font faire depuis peu des promenades fictives en forêt ou à la mer aux patients. Enfin, ce dispositif complète l'approche Swezelen, qui utilisait déjà des techniques semblables lorsque les patients n'arrivaient plus à communiquer. Il avait été noté que tout cela les apaisait.

Pour en savoir plus, contacter sur Internet: www.maison-retraite-valenciennes.fr/actualites-valencienn.... Lyliane

02/06/2018

Vous avez dit massage de santé ou de beauté...

Depuis des millénaires, écrit Mme Claire Dhouailly dans Version Femina, le massage s'inscrit dans une hygiène de vie, dont l'objectif est de rééquilibrer les énergies. Dans nos pays occidentaux, le toucher est resté longtemps tabou. Dans les années 70, sous l'impulsion du mouvement New-Age américain, les massages enveloppants visant le lâcher-prise de tout le corps ont commencé à être proposés. On appelle ce type de massage, le massage californien. Sa spécificité est que les gestes de la masseuse sont fluides et amples (effleurages, lissages, mouvements circulaires...) et concernent tout le corps. De quoi faire prendre conscience de chaque parcelle de notre organisme et soulager en douceur les tensions éventuelles.

Le protocole manuel ou abhyanga est le massage traditionnel de l'ayurvéda, né il y a 5000 ans en Inde. il cible les tissus, les muscles et les articulations, afin d'éliminer blocages et toxines. Le corps est massé à l'huile chaude en profondeur des pieds à la tête par des pressions, pétrissages, vibrations. Les changements de rythme sont là pour aider la personne à déconnecter totalement.

Le Shiatsu, développé au 20 ème siècle, signifie en japonais "pression des doigts". Son objectif est de stimuler les méridiens énergétiques, de détendre et de régénérer la peau en travaillant pendant 25 minutes environ le cuir chevelu, le visage, les mains et les épaules. La pose d'un masque, l'application de serviettes chaudes et des respirations peuvent être associés à ces soins anti-âge.

A Madagascar, 52 manœuvres sont entreprises de la pointe du crâne jusqu'aux orteils. Une voix et une musique accompagnent le travail des mains de l'esthéticienne. Sont visés le drainage et la circulation de l'énergie le long des méridiens par une gestuelle variée (doigts, paumes, avant-bras, poings...). On en sort habituellement requinqué.

L'Amérique du Sud de son côté offre des massages aux pierres chaudes, volcaniques ou pas, afin de décontracter les muscles et d'améliorer la circulation. Sur la peau huilée, des lissages et des effleurements sont pratiqués en gestes lents sur tout le corps à l'aide de pierres chaudes calées dans les mains de la masseuse. La séance se termine par des effleurages aux pierres lisses et froides, sur  le visage, le décolleté, la nuque et le dos accompagnés d'effluves d'essence de romarin.

En Thaïlande, le massage peut se recevoir nu ou habillé. Le corps est souvent au préalable exfolié aux cristaux de sel de mer, puis vient un modelage (pressions, étirements...) pour dénouer les tensions, libérer les zones de blocage physique et émotionnel. En Polynésie par contre, le "lomi lomi" est un massage pratiqué traditionnellement par les guérisseurs des îles Hawaï à des fins thérapeutiques. Des bercements doux, puis des lissages et pétrissages musculaires ont lieu avec du sable chaud. Sensations enveloppantes et relaxation garantis!

Le massage coréen, enfin, fait partie des soins de beauté traditionnels, visant à nettoyer la peau du visage et à activer la micro-circulation à l'aide d'éponge konjac, de spatules et de tapotements... Au cours des 30 minutes du soin, le ginseng, racine appelée "herbe de longévité", est très souvent utilisé. Un bien-être et un éclat qui se remarquent ensuite!

Pour en savoir davantage sur soins et massages de ces différentes traditions, consulter par exemple: www.thalgo.fr,  www.phytomer.com, www.yonka.fr ou www.cinqmondes.com.

Lyliane

01/06/2018

Devrions-nous réduire notre consommation de viande pour notre santé et le bien-être animal?

Lors de l'émission "C'est dans l'air" sur la 5ème chaîne, ont été examinés le 21/5/2018, successivement toutes nos habitudes alimentaires depuis l'après-guerre, dont le mouvement "vegan" en présence de Mme C. Roux et d'intervenants sur le plateau. L'appel de Mmes Sophie Marceau et Brigitte Bardot (ainsi que de l'association L 214) en faveur du bien-être animal en était le point de départ. Car, en France, dans les abattoirs, certaines fermes industrielles, les sociétés qui élèvent des poulets en batterie, on s'aperçoit aujourd'hui que l'élevage et l'abattage sont loin d'être respectueux envers les animaux. Des images choquantes nous ont été montrées...  

Voici leur appel aux députés et au grand public:" Dans les cages, le cauchemar continue. Après les 2 enquêtes révélées cette semaine, L214 dévoile de nouvelles images d’un élevage en Bretagne. Comme Sophie Marceau demandons à nos députés de mettre fin à ce supplice. » L’injonction est claire. La célèbre association de défense du bien-être animal a rendu public ce dimanche une nouvelle vidéo dénonçant les conditions d’élevage des poules pondeuses".

Transportés en pleine chaleur sur de longues distances, entassés et parqués dans des cages ou sur du béton, nourris de façon artificielle, ne voyant jamais le jour, porcs, veaux, agneaux, poulets... sont, en effet, dans ces lieux clos traités comme des objets et non comme des êtres sensibles que nous devrions traiter dignement. Heureusement, le reportage montrait également des éleveurs soucieux de leurs bêtes! Ce qui nous amène à nous poser la question: même s'ils sont voués à être abattus pour nous nourrir, ne pourrions-nous pas au moins éviter aux animaux des souffrances horribles?

Régimes végétariens, végétaliens, vegan peu à peu gagnent du terrain. Des raisons médicales (cholestérol, pollution...) et éthiques font en effet baisser la consommation de viande et de poisson dans notre pays. Signe de richesse après guerre, la consommation de viande rouge midi et soir est en baisse sérieuse dans tous les ménages français. Depuis 1980 environ, où il a débuté, ce mouvement s'est amplifié après 1998 et le scandale de la "vache folle" nourrie de farines animales en lieu et place d'herbe. Seule la volaille résisterait, alors que 85% du poulet consommé en France est importé et que sa qualité sanitaire n'est pas assurée. L'être humain étant omnivore, les régimes sans viande n'auraient pas de répercutions néfastes sur la santé humaine, à condition que les personnes trouvent un nouvel équilibre, grâce notamment aux protéines végétales.

Selon les intervenants, 6 français sur 10 seraient prêts à payer plus cher pour manger mieux et être sûrs que les animaux sont bien traités. Ils s'intéressent désormais à la provenance des animaux de boucherie, d'où prolifération de labels et de certifications. Là où l'on prônait la quantité de protéines, on revendique de nos jours un droit à la qualité pour manger de façon saine. Ailleurs, dans les pays en voie de développement par exemple, ce problème ne se pose pas. Chacun a le souci quotidien d'arriver à nourrir sa famille. Dans certains pays, comme en Afrique, l'élevage est même un facteur important de revenu comme de subsistance.

Le slogan: "consommer moins, mais consommer mieux", semble à l'ordre du jour. La plupart des Français seraient actuellement "flexitariens" sans le savoir, c'est à dire qu'ils mangeraient moins de viande, mais de meilleure qualité et consommeraient davantage de fruits et légumes non traités... Pour approfondir le sujet, consulter par exemple sur Internet: www.welfarm.fr ou www.blog.rue-du-bien-etre.com. 

Lyliane

Appel aux citoyens français pour défendre l'intérêt général en matière d'écologie...

Mr Hervé Lebreton, professeur de mathématiques et auteur de l'ouvrage paru en avril 2018 "Je veux vivre en démocratie" avec son Association "Pour une démocratie directe" a rendu publiques, dans son ouvrage paru chez Max Milo, de nombreuses dérives dans nos institutions françaises. Il réclame notamment plus de transparence chez nos élus (conflits d'intérêts, réserve parlementaire, enrichissement personnel de certains élus…). Considéré comme un "lanceur d'alerte", il est suivi de près par les Renseignements Généraux, certains députés et sénateurs… Pour en savoir plus, consulter par exemple son site ou celui des éditions Milo.

Même si je ne souhaite pas m'engager sur ce terrain là, (plutôt risqué au demeurant), cet homme pose une question qui m'a donné le désir d'écrire cet article: "De simples citoyens peuvent-ils défendre l'intérêt général". Personnellement, je pense qu'il est grand temps de ne plus nous contenter de ronger notre frein et d'accepter que, décision après décision, nos élus ajournent ou dénaturent des lois urgentes sous le poids de lobbys industriels. Hier, 30/5/2018, je lisais sur Internet un article du Journal Libération à propos de la Loi Agriculture et Alimentation. Son titre  était:" Pourquoi les lobbys gagnent-ils toujours à la fin?" et il m'a renforcée dans mon ressenti d'un "trop c'est trop"!. 

Le journaliste de Libération cite notamment que, dans la loi votée hier, toutes les mesures visant à restreindre la dangerosité du glyphosate, herbicide reconnu pourtant cancérogène par l'O.M.S. (Organisation Mondiale de la Santé), ont toutes été repoussées: survol par des drones des champs traités, zone de protection autour des habitations, transparence de l'industrie des pesticides, fonds d'indemnisation des victimes du glyphosate… Il y avait déjà eu le C.E.T.A, les prospections offshore de Total en Guyane, les résistances du lobby nucléaire à fermer de vieilles centrales, des scandales sanitaires… Nous pouvons nous interroger: jusqu'où sommes nous prêts à aller sans réagir? 

Le journal Libération pose également à juste titre deux questions importantes: "Notre démocratie serait - elle polluée, dans le plus grand secret, par des abus et des conflits d'intérêt"? Notre Assemblée Nationale serait - elle la plus pro-business de notre histoire?" Je pense, pour ma part, qu'il est encore temps de peser sur nos élus de quelque bord qu'ils soient, députés comme sénateurs, et de ne pas continuer à paraître d'accord avec des textes votés en notre nom. Le Ministre Mr N. Hulot, en qui beaucoup avaient placé leur espoir, "prétend réconcilier économie et écologie"...Cela signifierait-il que l'économie primerait sur la défense de l'environnement?...

Il me semble, quoi qu'il en soit, qu'il est grand temps de faire savoir, par tout moyen pacifique à notre portée (pétitions, tweets, courriers, articles, conférences, réunions associatives, interviews…), que nous n'approuvons pas les reculades gouvernementales successives, qui ne vont pas dans le sens d'une protection des citoyens comme de notre planète. Allons-nous enfin nous réveiller et réveiller les consciences comme par exemple tente de le faire Mme Elise Lucet dans Envoyé Spécial avec les Monsanto Papers ou en dénonçant le lobby du tabac… ou Mme Marie Monique Robin à travers ses films engagés? Cet article est comme un appel citoyen à pratiquer une forme de démocratie directe et à ne plus ajourner à demain un sursaut, pacifique mais nécessaire, des citoyens que nous sommes.

Pour conclure, je conseillerai à tous de lire non seulement l'ouvrage de Mr Hervé Lebreton, mais aussi celui de Mr Maxime Combes intitulé: "Sortons de l'âge des fossiles!" paru au Seuil en octobre 2015. Pour ceux qui voudraient lancer un sondage ou une pétition, s'adresser sur Internet à www.mesopinions.com, site de sondages et de pétitions en ligne.Mesopinions.com : Site de petitions et de sondages en ligne - Créer, gérer gratuitement vos pétitions et vos sondages en ligne Ensemble, tout devient possible !

Lyliane

 

 

31/05/2018

Des randos à valeur ajoutée...

Mme Fabienne Colin dans Version Fémina propose d'associer la marche à une autre activité pour en multiplier les bénéfices. Elle nomme cela: des randos à valeur ajoutée. Nous sommes en effet nombreuses et nombreux à aimer marcher et, aux beaux jours, les week-end sont favorables à des sorties en plein air. Une randonnée pédestre est une promenade de la journée au moins, qui nous fait travailler l'endurance en renforçant notre activité cardiaque. Marcher à la lumière du jour nous permet également de faire le plein de vitamine D. De plus, faire fonctionner notre musculature nous aide à nous sortir de la sédentarité de l'hiver.

Même les personnes fatiguées ont intérêt à pratiquer la randonnée. Les médecins, en effet, ont le droit de prescrire de l'activité physique aux hypertendus, aux personnes diabétiques, aux déprimés et même aux malades atteints par la sclérose en plaques ou par le cancer. C'est donc une activité recommandée pratiquement pour tout le monde. Seuls les arthrosiques lors de poussées évolutives et les diabétiques souffrant de rétinopathie doivent s'en abstenir.

Les propositions de sorties ne manquent pas. depuis la cueillette de plantes sauvages,  l'initiation à la découverte des algues ou des champignons, la marche avec des ânes ou des lamas ou les randonnées sacs au dos en haute montagne avec nuitée en gîte... Sinon, on peut tout simplement emprunter en bord de mer les chemins courant le long du littoral, appelés aussi sentiers des douaniers. Pour d'autres, équipés de bonnes chaussures et gardant un œil sur une carte, emprunter des G.R. reste un défi à relever. Sur terrain relativement plat et en forêt, des courses d'orientation ou des trails offrent l'attrait de tester son sens de l'orientation tout en se mesurant aux autres. Enfin, si l'on a le désir d'allier marche, méditation et spiritualité, Yoga ou Qi Gong en plein air peuvent être proposés par certaines associations...

Pour trouver des renseignements sur ces diverses activités, consulter par exemple www.bienetreetsens.com, www.yoga-randonnee.fr, www.accompagnateur-vercors.com, www.la-joie-de-vivre.fr, www.lamas-de-valloire.fr, www.argos-randos.com ou www.course-dorientation.fr.

Lyliane

 

30/05/2018

Prise de conscience citoyenne en Europe

Le procès en appel d'une ONG contre les Pays-Bas s'ouvre ce lundi. La condamnation de l'Etat en première instance avait ouvert la voie à de nombreuses actions.

 

Le 24 juin 2015, pour la première fois, un Etat (les Pays-Bas) était condamné par la justice, après une plainte de l’ONG Urgenda, à prendre immédiatement de plus fortes mesures pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre : les diminuer d’au moins 25% par rapport à 1990 et d’ici fin 2020. Trois ans plus tard, bien que cette décision soit entendue en appel à partir de ce lundi devant la Cour de La Haye, l’affaire Urgenda Foundation vs. The State of Netherlands a inspiré une multitude de procès à travers le monde, et notamment en Europe.

«Cette victoire fut l’étincelle qui a lancé le mouvement mondial de citoyens demandant aux tribunaux de forcer les Etats à passer à l’action sur le climat, assure Dennis Van Berkel, conseiller juridique de l’ONG néerlandaise Urgenda. Les gouvernements savent maintenant qu’ils ne peuvent plus se rendre dans des conférences internationales et déclarer qu’ils prendront des mesures contre le changement climatique sans le faire réellement. Ils peuvent se retrouver devant un juge à expliquer pourquoi ils n’ont pas agi tout en sachant qu’ils devaient le faire.» En Suisse, en Irlande, au Royaume-Uni, en Allemagne, au niveau européen, les procès ont essaimé en quelques années et, même sans aboutir, poussent les gouvernements à agir.

 

Un outil démocratique

En Belgique, depuis 2014, l’association l’Affaire Climat a réussi à réunir 35 000 codemandeurs dans leur plainte lancée contre les autorités belges. «Nous voulons que les politiques belges de lutte contre le changement climatique cessent d’être incohérentes, déclare Serge de Gheldere, président de l’Affaire Climat. Notre action en justice n’est pas une agression contre l’Etat mais une utilisation d’un outil démocratique.»

Le gouvernement irlandais fait aussi les frais des velléités judiciaires d’environnementalistes inquiets de son manque d’actions face aux changements climatiques. «La mobilisation des ONG sur le sujet n’a pas permis de provoquer de revirement de la part du gouvernement, explique Sadhbh O’Neill de l’ONG les Amis de la Terre Irlande, à l’origine d’un procès lancé en octobre 2017. Nous attaquons l’Etat car nous avons besoin d’incitations politiques pour changer les comportements.» Le 24 mai, ce sont 10 familles française, européennes, kenyane et fidjienne qui ont attaqué en justice l’Union européenne pour son manque d’actions en faveur d’un climat sain. Les entreprises les plus émettrices en gaz à effet de serre commencent aussi à être visées. Après le Péruvien Saúl Luciano Lliuya qui a poursuivi le géant allemand de l’énergie RWE pour sa participation au changement climatique, les Amis de la Terre Pays-Bas ont lancé une procédure, début avril, contre Shell, autre monstre de l’industrie des énergies fossiles.

 

Changement de paradigme

«Bien que les jurisprudences ne soient pas transposables d’un pays à un autre, plus il y aura de procès de ce type en Europe, plus il sera facile de démontrer que les arguments avancés sont pertinents, souligne Sébastien Duyck, avocat au Centre pour le droit environnemental international. Le droit est une affaire vivante. Chaque cas apporte de nouveaux principes juridiques sur lesquels peuvent s’appuyer les juges.»

Un des freins aux actions judiciaires sur le climat a été le manque d’expérience des juges sur les questions de droit environnemental et de changement climatique. Plusieurs initiatives universitaires en Europe visent à les former sur ces enjeux. Pour Emilie Gaillard, maître de conférences à l’université de Caen et spécialiste de droit de l’environnement : «Nous observons un changement de paradigme dans la discipline. Ces actions en justice introduisent aussi une nouvelle entité juridique : le droit des générations futures.»

Un principe qui existe déjà dans le préambule de la Charte de l’environnement française et sur lequel pourrait s’appuyer un hypothétique procès climatique en France. «Le droit doit évoluer en fonction de cette prise de conscience citoyenne pour un meilleur respect de la Nature», reprend la juriste. En France, plusieurs cabinets d’avocats et l’association Notre affaire à tous planchent sur de futurs recours judiciaires qui pourraient aboutir dans les prochains mois.

 

Aude Massiot - Liberation - lundi 28 mai 2018

Les vertus du Laurier selon la revue Notre Temps...


Se soigner par les plantes: les vertus du laurier

 
Stimulant du système immunitaire, antiviral, antibactérien, très puissant, le laurier a de nombreuses vertus médicinales.

• Le saviez-vous? 

Qu’il soit qualifié de noble, vrai, sauce ou encore d’Apollon, le laurier est un seul et même arbuste originaire du bassin méditerranéen, de la famille des lauracées. Ses feuilles, fleuron du traditionnel bouquet garni, sont absolument à distinguer du laurier-rose, -tin ou -cerise, interdits à la consommation car extrêmement toxiques. Dans l’Antiquité, ses feuilles tressaient les couronnes des héros, et ses rameaux étaient agités pour manifester joie et liesse.

Au Moyen Âge, les baies de laurier (bacca laurea) couronnaient les têtes des étudiants ayant réussi leurs épreuves, et ont donné leur nom à l’emblématique examen de fin de lycée. Le laurier est aussi un ingrédient phare du savon d’Alep, si bénéfique pour la peau. 

• Les bienfaits du laurier 

Stimulant du système immunitaire, antiviral, antibactérien, antifongique très puissant, le laurier est indiqué en cas de troubles digestifs (ballonnements, flatulences), dérèglement de la flore intestinale (candidose), gênes buccales (gingivite, aphtes) et douleurs articulaires. En hiver, il aide dès les premiers refroidissements pour lutter contre la grippe et les troubles ORL. 

• Comment l’utiliser? 

- En cuisine 

Ce condiment parfume avec brio ratatouille, court-bouillon, ragoût et terrine.

- En hydrolat (eau florale)

Pour purifier les peaux mixtes et grasses, vaporiser l’hydrolat (en pharmacie et magasin bio) sur le visage et le cou bien nettoyés.

En cas de gingivite, penser à un bain de bouche d’une à deux minutes avec 1 cuillerée à soupe d’hydrolat pur puis recracher sans avaler.

- En décoction

En cas de digestion difficile, faire bouillir quatre feuilles de laurier à petite ébullition pendant cinq minutes dans l’équivalent d’une tasse d’eau. Les ôter avant d’en boire un verre après le repas.

- En aromathérapie

Pour les douleurs articulaires, diluer 3 gouttes d’huile essentielle (HE) de laurier noble dans 1 cuillerée à café d’huile végétale (HV) d’arnica et masser jusqu’à six fois par jour. En cas d’aphte, diluer 1 goutte d’HE de laurier noble dans 5 gouttes d’HV de calendula puis appliquer avec un Coton-Tige trois fois par jour. 

• Précautions d’emploi 

L’HE de laurier noble est déconseillée chez la femme enceinte ou allaitante et l’enfant de moins de 6 ans. Elle est à utiliser avec prudence en cas de terrain allergique ou d’asthme. Ne l’appliquer sur la peau qu’après un test cutané et diluée dans une huile végétale, et ne la prendre par voie orale qu’avec un feu vert médical. 

29/05/2018

L'art du Feng Shui...

Mme Gaelle Belda dans le supplément à Nice-Matin "Nous" présente une niçoise: Mme M.J. Haber, marchande de bien depuis 17 ans, qui fait aussi du coach déco et s'est spécialisée dans le Feng Shui. Cet art de vivre d'inspiration chinoise l'a inspirée au point de l'avoir convaincue d'exercer cette forme de géobiologie en parallèle à son métier de départ. Mme Haber a crée la Maison Tara (déesse de la compassion) pour avoir un support professionnel où l'on peut la consulter moyennant quelques 400 euros pour des conseils.

Armée de ses baguettes de sourcier en alu, elle quadrille par exemple les pièces d'une maison qui semble poser des problèmes pour le sommeil d'une cliente. Là, elle découvre un nœud et fait déplacer le lit. Ailleurs, elle donne des conseils pour décorer un appartement, pousser des meubles, assainir un lieu et faire modifier des habitudes de vie. Elle s'appuie pour cela sur la solide formation qu'elle a reçue à l'Institut Européen de Feng Shui dans le Morbihan.

Elle demande également à ses clients de formaliser à voix haute leurs souhaits, d'exprimer leurs intentions car pour elle le Feng Shui est avant tout un état d'esprit, une histoire d'influences et d'énergie. Elle travaille notamment avec l'orientation des pièces et elle mesure décibels comme énergies sur certaines zones qui accrochent son ressenti. Sans folklore superflu, cette technique a été adaptée à notre monde occidental.

Tout renseignement au sujet de l'activité de Mme Haber peut être obtenu par téléphone (06 64 00 89 26), e-mail: haber@gmail.com ou à la Maison de Tara à Nice.

Lyliane

28/05/2018

Menus végétariens dans les cantines...selon Greenpeace.

 Signer la pétition !

Nous demandons donc à Emmanuel Macron de :

Introduire deux repas végétariens par semaine à horizon 2020

Il est urgent de favoriser la consommation de protéines végétales, par rapport aux protéines d’origine animale. Lentilles, pois chiches, soja, etc. sont d’excellentes alternatives, bonnes pour la santé des enfants et goûteuses. Mais il faut savoir les cuisiner et former le personnel de cantine en ce sens.

Augmenter la part du bio dans toute la restauration scolaire

De manière globale, c’est la qualité des repas servis à la cantine qui doit être améliorée : en favorisant le local et le bio, pour garantir une alimentation sans pesticides, sans OGM, sans additifs chimiques. De plus, la viande coûte cher. En consommer moins permet de dégager du budget pour acheter des produits de meilleure qualité : il s’agit tout simplement de consommer moins, mais mieux ! Pour le bien-être de tous et de la planète.

Interdire la présence des lobbies dans les écoles

Distribution de kits pédagogiques, animation dans les classes... Les lobbies de la viande et des produits laitiers, qui représentent des intérêts privés, ne doivent tout simplement pas intervenir dans les écoles.

Limiter l’influence des lobbies dans les instances de décisions

Greenpeace demande aujourd’hui au gouvernement Macron de reprendre le contrôle de ce qui se passe dans l’assiette de nos enfants. Les professionnels de l’élevage ne doivent plus influencer ce qu’ils mangent à la cantine.

Demandons à E. Macron de mettre fin à la surconsommation de viande dans les écoles.

#2FoisTrop

 
Pour en savoir plus, joindre www.greenpeace.fr
 

Pourquoi se mobiliser ?

Avoir régulièrement des menus végétariens dans les cantines pourrait avoir un impact très positif sur :
L'environnement
L’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. Changer le contenu de millions d’assiettes par an, c’est donc limiter considérablement cet impact sur le climat et les ressources naturelles.
La santé des enfants
Les écoliers consomment 2 à 4 fois trop de protéines animales. Cet excès de protéines animales peut contribuer au surpoids ou à l’obésité des enfants, il est indispensable de remplacer certains repas carnés par des alternatives végétales, riches en fibres, en vitamines et en minéraux.
C’est pourquoi nous demandons dans une pétition 2 repas végétariens par semaine à horizon 2020. Ces repas permettraient aux enfants d’avoir une alimentation plus équilibrée, tout en leur faisant découvrir de nouvelles saveurs.
Greenpeace