Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2019

Le profil des auto-entrepreneurs en France...

Dix ans après l'entrée en vigueur du statut d'auto-entrepreneur, la démographie d'entreprises a explosé en France. Les chiffres mensuel de l'Insee sur les créations d'entreprises illustrent ce dynamisme entrepreneurial. Pour autant, il existe peu de données récentes sur le profil de ces personnes qui se lancent dans l'aventure. Pour tenter de combler ce vide, l'Acoss, caisse nationale du réseau des Ursaff vient de livrer des statistiques très riches permettant de brosser le portrait de ces entrepreneurs.
À la fin de l'année 2018, la France comptait 1,36 million de micro-entrepreneurs. Ils représentent dorénavant 42% des travailleurs indépendants contre seulement 26% en 2011. L'assouplissement des règles du régime des entrepreneurs a donc suscité de l'engouement. Derrière ce succès, la décision d'adopter ce régime peut aussi révéler des situations de précarité profonde très présentes dans certains pans de l'économie de plateforme par exemple. La persistance de zone grise entre salariat et entrepreneuriat accroît les difficultés pour les pouvoirs publics de réguler des secteurs entiers.

Un statut très masculin: Ce sont surtout les hommes qui sont entrés en majorité dans le dispositif. Ainsi, 61% des immatriculations de micro-entreprises ont été réalisées par des hommes contre 39% par des femmes. En revanche, ces dernières sont économiquement plus actives que les hommes (80% contre 71%).
Le régime de la micro-entreprise est a plus de succès chez les jeunes. La proportion des moins de 30 ans (19%) est plus forte que les plus de 60 ans (12%). L'Acoss précise néanmoins que la part d'entrepreneurs économiquement actifs augmente avec l'âge.
11.298 euros de chiffre d'affaires moyen
Au total, les micro-entreprises ont réalisé 12,4 milliards d'euros de chiffres d'affaires en 2018. Le montant moyen s'établit à 11.300 euros environ. Il existe néanmoins de fortes disparités selon les secteurs. Ainsi, le chiffre d'affaires réalisé par les micro-entrepreneurs dans le domaine des transports s'élève seulement à 5.856 euros par an. Viennent ensuite le commerce de détail (7.253 euros), les arts et spectacles (7.342 euros), les Autres activités personnelles (8.149 euros). À l'opposé, les activités juridiques apparaissent comme les plus lucratives avec 20.478 euros.
Elles sont suivies du BTP (17.769 euros) ou des activités immobilières. Si la plupart des secteurs ont vu leur chiffre d'affaires augmenter entre 2011 et 2017, le transport et le secteur du conseil pour les affaires ont vu recettes reculer. Par régions, ce sont les entrepreneurs Franciliens qui ont vu leur chiffre d'affaires progresser le plus rapidement entre 2017 et 2018 (+13,1%). Ils sont suivis de ceux implantés en Auvergne-Rhône-Alpes (10,8%) et en Provence Alpes-Côte-d'Azur (10,7%). Au total, près de 20% des micro-entreprises n'ont pas de chiffre d'affaires.
La réforme du doublement des seuils a eu un impact sur les résultats déclarés et le nombre de d'immatriculations. "En 2018, près de 54.000 auto-entrepreneurs ont pu profiter pleinement du doublement des seuils en déclarant un chiffre d'affaires supérieur aux anciens seuils" expliquent les auteurs de l'étude. Depuis le premier janvier 2018, les plafonds de chiffre d'affaires ont été portés à 170.000 euros pour les activités d'achat/vente et 70.000 euros pour les activités de prestation et de service.
Un tiers des des auto-entrepreneurs cumule avec un autre emploi
L'autre chiffre surprenant est que un tiers des auto-entrepreneurs cumule avec un job de salarié dans le secteur privé. Parmi les micro-entrepreneurs, 65,4% sont en contrat à durée indéterminée (CDI) et 34,5% sont en CDD. Parmi les actifs en CDI, 45,6% sont à temps plein et 19,8% sont à temps partiel. "Seul 22,4 % des autoentrepreneurs sont employés dans le même secteur que leur auto-entreprise" précise l'Acoss.

Grégoire Normand - La Tribune - mercredi 17 juillet 2019

Pour une "justice verte": l'OMPE propose de créer une "caisse verte".

Selon Mme Agnès Farrugia dans le journal Nous, Mr Gil Emmanuel a crée en 2013  à Villeneuve-Loubet (06) une ONG pour rétablir l'équilibre entre l'homme et la Nature nommé OMPE (organisme mondial pour la protection de l'environnement). En 2015, un inventeur français habitué du Concours Lépine  Mr Raoul Parienti, a rejoint l'OMPE  et il est devenu le coordinateur d'experts scientifiques de l'association. Mr Gil Emmanuel quant à lui fourmille d'idées "pour sauver la planète" comme la dernière en date: la caisse verte. Il s'agirait notamment de pointer du doigt et de taxer les projets du Ministère qui émettent des gaz à effet de serre. Grâce à un programme informatique appelé MAGMA (Management of Green Money Application), on pourrait rendre le budget de l'Ecologie enfin transparent pour le contribuable et taxer les pollueurs. 

Il s'est entouré d'une équipe de 17 personnes (ingénieurs et de scientifiques ) et l'OMPE compte à ce jour 150 adhérents et 13500 membres sur les réseaux sociaux. Mr Gil Emmanuel s'était même proposé pour remplacer Mr Nicolas Hulot en 2018 mais sa candidature n'avait pas été retenue. Au Festival de Cannes la même année, l'OMPE avait recueilli 350 signatures de stars (chanteurs, acteurs...) en soutien aux actions menées. Celles-ci vont de la récupération des plastiques dans les océans à la création de 200 parcs animaliers dans le monde. Mais jusqu'ici les institutionnels ne soutiennent pas vraiment l'OMPE, alors que, selon Mr Emmanuel, on pourrait créer des milliers d'emplois verts et faire quelque chose pour la planète pour que nos enfants notamment y respirent mieux.

L'ONG ne bénéficie d'aucune subvention et aimerait être enfin écoutée par les politiques locaux comme nationaux. Pour mener à bien son programme Magma, l'OMPE aurait besoin de 50 000 euros. Mr Gil Emmanuel espère un élan comme celui né pour sauver Notre Dame de Paris. Un tel élan international se nommerait alors "Notre Dame La Planète" et montrerait que les citoyens du monde se réveillent...

Dons, mécénat, adhésions peuvent se prendre à : contact@ompe.org ou au 04 92 02 33 55. L'adhésion annuelle est de 50 euros et donne droit à une déduction fiscale.

Lyliane

09/08/2019

Comment vivre quand le loyer engloutit la quasi-totalité du salaire?

Le Journal "Et les autres?" de la Fondation Abbé Pierre part en campagne contre les expulsions de personnes en difficulté et cherche des solutions pour maintenir chez eux des travailleurs et travailleuses en difficulté. Nombreux, en effet, sont les gens qui aujourd'hui n'ont d'autre choix que de dormir dans leur voiture ou dans des conditions sanitaires minimales (campings, baraques en planches...) ou qui engloutissent dans un loyer leur maigre salaire.

La colocation est parfois possible comme à Paris dans les 19ème et 20 ème arrondissement, où une dizaine de petits logements partagés sont proposés à des personnes âgées isolées et précaires (association Ayyem Zamen). Il manque cependant une volonté politique des autorités pour agir positivement partout et éviter les expulsions (30 000 en 2017) dans notre pays. On a même vu des bancs anti-SDF se développer ça et là!

Proposons aux communes dans lesquelles nous vivons de créer des aires d'accueil décentes, de construire des préfabriqués là où des travailleurs saisonniers sont embauchés à temps partiel, de rénover partout le parc social existant, d'accompagner les familles en difficulté et de leur faire connaître leurs droits élémentaires. En Allemagne par exemple, le maire de Berlin a proposé cette année un gel des loyers pendant 5 ans. Chez nous la Loi Elan le permettrait à titre expérimental...

Pourtant, il est inacceptable de ne pouvoir se loger dignement et pire de subir le traumatisme d'une expulsion. Tout cela n'est-il pas une question de justice sociale? Nous voyons, il me semble hélas, bien peu de manifestants en colère prendre fait et cause pour cette question urgente. Ne serait-il pas temps de jouer collectif?

Pour aider la Fondation Abbé Pierre, joindre sur Internet: www. fondation-abbe-pierre.fr.

Lyliane

08/08/2019

Former des apprenants aux métiers du Web grâce à Simplon...

Mr Vincent Beltran dans le journal "Nous" est allé interviewer des créateurs de Simplon, qui ont, en 2014, implanté la première franchise Simplon en PACA et notamment à Marseille au sein de l'Ecole Centrale. Simplon est une entreprise sociale et solidaire de fabriques numériques au rayonnement national et international. C'est à Montreuil en Ile de France que le concept était né en 2013. Cette entreprise Simplon a été inspirée des bootscamps de la Silicon Valley de Californie (Etats-Unis). Depuis, d'autres lieux ont été trouvés dans le Sud de la France et de nouvelles promotions verront bientôt le jour à Nice, à La Ciotat et à Avignon, soutenues par certaines Chambres de Commerce locales. Depuis 2018, un label "grande école du numérique" a été accordée à ces formations.

La première promotion de développeurs web, formés pendant 7 mois en apprentissage intensif, a été lancée en 2016 à Cannes dans le quartier de La Frayère. C'est une formation gratuite et certifiante. Pourtant, elle a un coût (entre 8000 et 9000 euros), qui est supporté par des partenariats et des financements publics et privés. Les résultats sont tout à fait étonnants: 87% des membres ont obtenu un diplôme d'Etat (équivalent bac plus 2) et 65% ont trouvé un emploi dans la foulée sur Sophia-Antipolis (06). Pourtant "aucun critère sélectif d'entrée n'était nécessaire, mis à part l'envie" dit le responsable de l'école Mr Laurent Andrieux. Les méthodes d'enseignement sont novatrices: on laisse les apprenants chercher des solutions par eux-mêmes et leur autonomie est grande. Ce modèle paraît transposable partout sur la planète

Pour postuler, il faut s'inscrire en ligne. Cela permet de tester la motivation de l'élève. Une présélection d'une soixantaine de personnes a lieu ensuite. Ils sont reçus par un jury composé d'une dizaine de professionnels et de partenaires. Les candidats travaillent en équipe sous la forme de Serious Game, puis ils ont des entretiens individuels de 5 minutes environ. La promotion de quelques 24 apprenants se forme après cela. Les apprentissages concernent l'intelligence artificielle, le développement web, la cybersécurité... Les qualités recherchées sont la créativité, la motivation, l'entraide grâce à un travail en équipe. Pôle Emploi oriente certains jeunes motivés (pas forcément tournés à priori vers l'informatique) vers ce dispositif Simplon.

Aujourd'hui 75 formations  sont en cours sur le plan national et international, soit 25 de plus que l'an passé. Suite à cette formation, les apprenants, qu'ils soient filles ou garçons, qu'ils aient de 18 à 54 ans, peuvent se tourner vers des professions de l'univers informatique comme graphistes, community managers, développeurs web ou bien préparer licence ou master... Pour en savoir davantage, consulter sur internet: www.simplon.co.

Lyliane

 

07/08/2019

Initiatives humanitaires avec Terre d'Azur...

Mme Hélène Fernandez, infirmière à la retraite, nous est présentée dans le journal Nous à travers son engagement humanitaire. Elle joue, en effet, un rôle de bénévole essentiel dans l'association Terre d'Azur basée à Mouans-Sartoux (06). Depuis la France, elle gère le matériel à trouver et à acheminer vers des dispensaires africains. Elle a déja précédemment effectué des missions humanitaires au Népal et en Inde. A  chaque fois, tous les volontaires paient leur billet d'avion et profitent de leurs congés ou de leurs RTT pour partir au loin.

Sur place, cette ex-cadre du C.H.U. de Nice a pour habitude de former des infirmières, des mamans et des futures cadres de dispensaires, afin de transmettre des techniques, des conseils et des gestes d'hygiène simples. Via Internet un suivi reste assuré avec le  ou la responsable du dispensaire. En France, Mme Fernandez s'investit dans différentes actions pour trouver des fonds: lotos, tri de vêtements, de médicaments, vide-greniers... Son cadeau est le sourire des enfants au cours de ses missions et l'accueil des personnels qu'elle soutient.

N'hésitons pas à aider ce type d'initiatives généreuses! On peut par exemple soutenir l'Association en versant une cotisation annuelle de 35 euros  Pour tout autre contact avec Terre d'Azur, contacter sur Internet: www.terre-dazur.org.

Lyliane

Un nouveau mode de propulsion: une voile solaire nommé LightSail 2...

L'équipe derrière ce projet de 7 millions de dollars a estimé avoir ainsi démontré une nouvelle forme de propulsion, qui pourrait un jour transformer l'exploration spatiale lointaine.
Car ce satellite de la taille d'un pain et équipé d'une immense voile en polyester brillant n'est propulsé ni par un moteur, ni à l'aide de carburant ou de panneaux solaires, mais par la seule pression des insaisissables photons du Soleil.
"Au cours des quatre derniers jours, le vaisseau spatial a élevé son apogée, ou son point culminant en orbite, d'environ 1,7 kilomètre grâce à sa voile solaire", a expliqué Bruce Betts, responsable du projet LightSail 2.
Il devient ainsi le premier vaisseau à utiliser une voile solaire pour se propulser en orbite terrestre et la seconde voile solaire à voler avec succès après la Japonaise Ikaros en 2010.
"Nous avons officiellement déclaré la réussite de la mission", s'est félicité sur Twitter Bill Nye, directeur de la Planetary Society.
"Cette technologie nous permet d'emmener des objets vers des destinations extraordinaires dans le système solaire, et peut-être au-delà, d'une façon qui n'avait jamais été possible, car nous n'avons pas besoin de carburant ni des systèmes pour contrôler le carburant", s'est-il réjoui.

afp.com - AFP - jeudi 1 août 2019

06/08/2019

L'écologie pour les 8-12 ans sur Radio Bambou...

Sur la chaîne de radio reporterre.net/Radio Bambou, Mme Mathilde Bouquerel, journaliste âgée de 28 ans,  réalise des reportages en plein air dans des parcs ou des jardins, là où le calme relatif permet des enregistrements. Radio Bambou est, en effet, le nom du podcast dédié aux enfants de 8 à 12 ans, diffusé par le site d'information écologique Reporterre. Depuis l'été 2017, Mme Bouquerel propose et réalise de bout en bout ce format sensibilisant les jeunes à l'écologie, qui est symbolisé par un petit panda roux prénommé Bambou. Mme Elise Raque et son photographe P.E. Rastoin sont allés rencontrer cette jeune femme dans le Parc de la Villette pour le Journal Télérama.

A travers de sympathiques histoires, la reproduction des fleurs par la pollinisation ou le danger des particules fines sont expliqués de façon ludique. Les sujets lourds comme le changement climatique ou les risques de la fonte des glaces par exemple sont allégés à travers des histoires ou des reportages d'information traités sous un angle accessible à des enfants. Depuis cette initiative, qui pourrait vite essaimer dans des salles de classe, Mme Bouquerel propose en complément un kit pédagogique en ligne. L'article souligne que l'éducation environnementale par radio est un bon moyen de transmission. L'enjeu climatique traité de la sorte avec des jeunes ne serait-il pas un bon moyen de toucher parents et enfants, de montrer des pistes viables pour l'avenir?

Lyliane

05/08/2019

Faites la fête!

C'est l'injonction de Mme Emmanuelle Demarest dans  le journal Version Fémina: danser, chanter, jouer, bref bambocher à coeur joie, car cela nous aide à nous retrouver et à nous faire du bien au moral comme au physique! Toutes générations confondues, nous ressentons en cet été chaud de 2019 une envie irrésistible de lâcher-prise et d'improviser des soirées charmantes au frais autour d'un verre ou en grignotant quelques fruits secs ou frais. Il ne s'agit pas de faire n'importe quoi, seulement de partager de bons moments avec des proches!

Selon les psys, nous aurions en effet besoin de  nous défouler, alors qu'autour de nous règnent projets d'austérité et catastrophisme généralisé. Le sociologue Mr Michel Maffesoli, explique que" tous les 3 ou 4 siècles,les sociétés balancent entre le classique et le baroque". Nous serions donc entrés dans ce qu'il nomme " baroquisation du monde". Les jeunes, certes, de tous temps ont aimé faire la fête. Mais à la soixantaine, voire plus tard, on aime également danser, écouter des musiques entrainantes, vibrer à l'unisson avec d'autres personnes.

En ce siècle où beaucoup d'esprits chagrins se plaignent souvent d'"un individualisme forcené" et du "chacun pour soi", constater qu'existe en chacun de nous le désir de vivre des émotions collectives, de partager des moments de rire et de bien-être est plutôt réconfortant! Alors, ne craignons pas de faire bouger nos corps et de vibrer nos coeurs à l'unisson! Savoir savourer de petites joies de ce genre ne serait-ce pas au fond apprendre comme toute la création à célébrer le vivant et à connaître ensemble une partie de ce qu'on nomme "le bonheur d'être" ?

Lyliane

 

 

Peut-on se se prendre en charge et se reconstruire après une maladie grave?

Selon le livre et l’expérience personnelle de Mr Alain Moenaert, la réponse est oui. Les personnes qui ont guéri de manière exceptionnelle ont toutes, à peu de choses près, suivi 12 étapes :

  1. Accepter le diagnostic. 

  2. Refuser le pronostic. Ne jamais se croire condamné. 

  3. Essayer de voir la maladie d’un autre point de vue. Ne pas la prendre comme une catastrophe, mais comme un signe du corps qu’il faut changer sa vie et ses habitudes

  4. Prendre sa responsabilité dans la création du problème : accepter que l’on a fait des choses qui ne convenaient pas à son corps. 

  5. Devenir « la personne la plus importante » : prendre du temps pour soi, apprendre à s’aimer. 

  6. Se construire une détermination, une force de persévérance. 

  7. Comprendre le message transmis par notre corps, ce que Moenaert appelle, « la fonction du symptôme ». 

  8. Nettoyer le passé de nos traumatismes. 

  9. Se donner un présent continuellement satisfaisant. 

  10. Construire un futur sans tension. 

  11. Développer une pratique spirituelle. 

  12. Vivre sa vie ! C’est la synthèse de tout ce qui précède. 

J’espère que l’histoire d’Alain Moenaert vous aura inspiré. 

À très vite,

Emmanuel Duquoc








S

Quelle place réservons-nous aux Macareux Moines dans notre pays?

Depuis Perros-Guirec, sur la côte bretonne, à bord de vedettes dans lesquelles ont pris place touristes et ornithologues de la LPO (Ligue de la protection des oiseaux) on peut observer chaque jour le bestiaire unique des 40 ha de la réserve naturelle de l'Archipel des Sept-Iles, où nichent notamment fous de bassan, sternes, cormorans et les macareux moines. Mr Gilles Bentz, qui dirige la station voisine de la LPO, explique pourquoi le macareux est devenu leur emblème depuis 1912. Ce petit oiseau plongeur, de la taille d'un pigeon mais au bec coloré, est fort peu farouche. Il a malheureusement fait l'objet au 19 ème siècle de safaris de chasseurs et il aurait pu totalement disparaître. Les marées noires et la surpêche ont aussi peu à peu contribué à décimer ces oiseaux de la famille des pingouins, que l'on appelle aussi parfois "perroquet des mers".

Les macareux moines sont des oiseaux marins qui vivent en haute mer huit mois durant. Ils nidifient généralement sur les côtes d'Islande, du Canada ou d'Ecosse. Une unique colonie de 180 couples environ niche cependant en Bretagne et font l'objet de soins attentifs. Ils se nourrissent de poissons (sardines, anchois, harengs). Ils utilisent leurs ailes comme des nageoires pour plonger à plus de 15 mètres de profondeur. Il a été remarqué que, lorsque la quantité de poissons disponibles baisse, cela perturbe leur cycle de reproduction. Aussi, l'aire maritime qui entoure la réserve naturelle bretonne est surveillée pour y éviter de la surpêche. Mr Marc Belpois pour le journal Télérama s'est attaché à travers son article à nous rendre les macareux moines fort sympathiques et à nous responsabiliser sur leur survie.

Lyliane

04/08/2019

Broyer du vert avec le syndicat Univalom...

Mme Aurore Harrouis, dans la revue Nous, nous signale une initiative originale de broyage des végétaux proposée par le Syndicat Univalom depuis mars 2019 à la demande des élus d'Antibes (06) et de son bassin. Ce syndicat, qui est en charge du traitement des déchets, veut en effet éviter les dépôts sauvages ou les brûlages de végétaux illégaux, source de  pollution de l'air et de risque d'incendie. De plus, après le broyage proposé, une mission de sensibilisation leur revient: celle d'inciter les particuliers à utiliser le broyat pour pailler le sol ou pour compléter un compost d'autres déchets ménagers.

Beaucoup de familles n'ayant pas de possibilité de transporter des déchets verts vers une déchèterie et les prix de location demandés étant parfois trop élevés pour leur budget, le syndicat propose aux particuliers une solution de broyage de végétaux à domicile. Ce sont, depuis, près de 40 000 tonnes de végétaux en moins déposés en déchèterie. Le syndicat collabore avec deux acteurs locaux de l'économie solidaire l'AFPJR ( association de formation et de promotion pour jeunes et adultes en recherche d'insertion) et la régie de quartier Soli-Cités.

La prestation coûte 80 euros de l'heure hors taxe, puis 40 euros la demi-heure. Les usagers faisant appel aux associations pourront bénéficier d'un crédit d'impôts. Des particuliers, membres de l'association "familles sans déchets" y ont eu recours  notamment à Roquefort les Pins (foyer Maria Mater) et ils en sont enchantés. D'autres, adeptes de la technique du BRF (bois raméal fragmenté), sont ravis de pouvoir couvrir leur jardin de broyat, un procédé qui redonne au sol tous les éléments nutritifs.

Pour tout renseignement, consulter: commercial.chateauneuf@afpjr.org ou assistante.solicites@gmail.com.

Lyliane

 

Comment cultiver son jardin au naturel?

Selon le Hyérois Mr David Orsat, consultant botaniste paysager, écrit Mme Amandine Roussel dans le journal Nous, il est essentiel de soigner ses plantes sans pesticides, ni engrais chimiques.  Certes, pucerons, fourmis, cochenilles, escargots peuvent mettre à mal nos plantations. Toutefois, il existe des solutions naturelles, plus écolos et beaucoup moins onéreuses que les produits chimiques. Les abeilles ne peuvent qu'en bénéficier et nous aussi sur tous les plans quel que soit notre âge. L'article ne parle pas de "permaculture", mais cette technique pourrait aussi être ajoutée en complément...

Première observation du botaniste: s'occuper de la terre en choisissant très soigneusement son terreau, car nos plantes se nourrissent par leurs racines. Dans certains cas, il faut ajouter afin de l'aérer un peu de sable ou de tourbe ou alors de l'argile pour la rendre plus dense. Puis, faire attention en achetant des plants et des arbustes adaptés à notre région. Dans le sud de la France, mimosas, citronniers et orangers se plaisent, ce qui n'est pas le cas partout dans notre pays. L'ail et le thym par exemple ne se plaîsent pas dans tous les sols. Quant aux légumes racines (pommes de terre, carottes...), ils aiment les climats de moyenne altitude. L'hiver, on peut également semer du trèfle pour apporter de l'azote dans le sol.

Les traitements "verts" vont des larves de coccinelles, gourmandes de pucerons, que l'on peut trouver en jardinerie, aux associations de végétaux qui se protègent mutuellement comme les capucines, les soucis, le sureau ou même des gousses d'ail écrasées dans un litre d'eau bouillante, que l'on laisse infuser 24 h et qui se révèlent souveraines contre les acariens et les pucerons. On peut également acheter des bombes insecticides pour un rosier sur un balcon ou du purin d'ortie, efficace pour renforcer la santé des plantes en général.

Contre la cochenille, un mélange de savon noir, d'alcool à 90° et d'huile de colza vaporisé sur les feuilles par temps sec à intervalle de 2 semaines peut en venir à bout. Contre l'oïdium de la vigne, le botaniste conseille de mêler du liquide vaisselle, du bicarbonate de soude et de l'huile de colza. Certains emploient pour les oliviers ou les palmiers, vulnérables aux charançons ou à la mouche, des pièges à phéromones ou même de l'argile. Des colliers de glu placés sur le tronc au pied des arbres fruitiers empêchent les fourmis de monter coloniser les branches et d'y apporter des maladies.

Il est donc possible de respecter la nature et de cultiver un jardin sans empoisonner l'air et l'eau qui nous entourent. A chacun de tester des solutions de bon sens et d'en faire profiter ses compatriotes! Des ateliers pour adultes ou enfants existent dans certaines villes, où des composteurs leur sont mis à disposition. Enfin, des municipalités proposent des friches urbaines à leurs habitants en créant des jardins partagés, où chacun peut mettre les mains dans la terre et se régaler des fruits de son travail.

Lyliane

03/08/2019

Appli pour trouver un job d'été...

Dans le journal Nous, Mr Philippe Dupuy nous fait connaître un site mettant en relation chercheurs ou chercheuses d'emplois et employeurs potentiels pour l'été. Il s'agit de l'appli  française, Side, qui fonctionne " comme un  tender de l'intérim". On s'y inscrit "en moins de 2 minutes sur un smarphone". Il y a une seule condition: être majeur -e (18 ans). On remplit une fiche d'identification et on indique ses disponibilités, ainsi que la durée, la zone de localisation et le type de travail recherché. Les propositions s'affichent avec tous les détails et les références exigées. Chacun peut alors faire son choix.

L'appli se charge de la mise en relation, puis de la facturation et du paiement des missions. La plateforme malheureusement ne couvre pas toutes les zones. Par exemple, dans le Sud, elle se cantonne à Marseille pour le moment. Il y aurait déjà près de 100 000 utilisateurs en France. Alors, bon vent à Side et bons jobs d'été à chacune et chacun! Pour les contacter, c'est simple: consulter sur Internet:

https://www.side.co/fr

Lyliane

Ne louez plus: échangez votre maison!

Mme Kathleen Junion dans le journal Nous, fait référence à une pratique qui tend à se développer de nos jours: l'échange de logement. On s'inscrit par exemple sur "HomeExchange", on paye 130 euros par an  et on peut être hébergé partout dans le monde. Au départ, raconte Mr Gilbert Piccioli, qui pratique l'échange de maison depuis 8 ans, "on n'aime pas trop l'idée que quelqu'un vienne habiter chez soi". Puis, après des expériences réussies, à Paris, en Savoie, en Suède,... il a changé d'avis. Il estime en effet que c'est une formule simple, qui incite à faire confiance.

La maison que vous habitez est visitée et son niveau de confort estimé par l'organisme (climatisation, nombre de couchages, placards disponibles, véhicule à disposition éventuellement...). En cas de dégradation ou de casse dans la maison prêtée, on doit bien entendu remplacer le ou les objets. Mais c'est finalement assez rare, car les personnes ont à coeur d'entretenir le bien mis à disposition. Quant aux destinations proposées, elles permettent de choisir des lieux de rêve comme Bali, l'Australie, l'Indonésie...

Pour tout renseignement, s'adresser par exemple à www.homeexchange.com.

Lyliane

02/08/2019

Les microbrasseries fleurissent dans notre pays...

Un article de Mme Elodie Crézé dans la revue de juillet de "Sans transition Provence" montre que la plupart des brasseries crées en Provence ont moins de 3 ans. En effet, au 1er janvier 2019, sur les 45 brasseries que compte la région Sud, 44 sont des microbrasseries, concentrées dans les Bouches-du-Rhône et les Alpes Maritimes, contre 1600 brasseries à l'échelle nationale. L'intérêt récent du public du midi de la France pour la bière s'appuie sur une tradition de convivialité et le goût pour un produit artisanal. Le boom des microbrasseries est également perceptible dans d'autres régions françaises depuis les années 2000.

Les plantations de houblon gourmandes en eau sont plutôt implantées dans le Nord de la France ou en Alsace. Toutefois, peu à peu  a germé l'idée de créer une variété de houblon résistante à d'autres conditions climatiques. Des brasseurs amateurs ont commencé à échanger sur des forums, car l'improvisation n'est guère possible. Des bières de dégustation dans des bars à bières ont commencé à voir le jour. Depuis trois ans s'y ajoute un engagement en faveur d'une économie locale. La vente directe ou en circuit court respectant une éthique particulière tend à montrer que les nouveaux brasseurs privilégient la qualité et cherchent à se différencier des produits standardisés. Souvent, ils font le choix de ne pas filtrer ni pasteuriser leurs bières, ce qui les rend plus fragiles.

Les bières artisanales, qu'elles soient à base de blé, d'orge ou de malt, représentent aujourd'hui 8% seulement de la part du marché de la bière. Mais on note une évolution dans la consommation des ménages, certains choisissant de remplacer le vin par la bière à table en toute saison et non plus seulement au café par temps chaud. Les nouveaux artisans brasseurs en ont fait "un produit vivant" et pour lequel ils peuvent chercher à innover. Le modèle économique de la microbrasserie semble de ce fait avoir dans notre pays encore de beaux jours devant lui!

A votre santé en consommant la bière avec modération!

Lyliane

Lyliane

01/08/2019

Consigne du verre en France: quelles perspectives?

C’est un soutien de poids pour Brune Poirson et son projet de relance de la consigne, pierre angulaire du texte sur l’économie circulaire. Dans une tribune, les organisations représentatives des fabricants et distributeurs de boissons s’engagent à favoriser la mise en oeuvre de la consigne aux fins de recyclage des bouteilles plastiques et canettes. Dans une lettre ouverte à Edouard Philippe, publiée par le JDD le 23 juin dernier, les industriels du recyclage, par la voix de la Federec (Fédération des entreprises du recyclage), disaient à l’inverse tout le mal qu’ils pensaient de cette mesure risquant selon eux de "casser" notre système de tri citoyen. Voici la tribune des organisations représentatives des fabricants et distributeurs de boissons :
"La consigne pour le recyclage des emballages de boissons est nécessaire à une économie vraiment circulaire"
"Le 19 juin dernier, Brune Poirson, secrétaire d’Etat à la Transition écologique et solidaire, annonçait une concertation nationale pour étudier la mise en place d’une consigne pour recyclage des emballages boisson. Ce moment attendu d’échanges vient de commencer. 

Affirmons-le : c’est une vraie opportunité de construire un nouveau projet d’économie circulaire afin de répondre à l’urgence environnementale, et plus précisément d’améliorer collectivement les performances de recyclage de tous les emballages et papiers en France.
Le constat est aujourd’hui connu : le dispositif actuel ne permet pas de faire progresser assez vite le tri et le recyclage de nos déchets ménagers. Il ne permet pas d’atteindre, dans les délais impartis, les objectifs nationaux et européens de 90% de collecte pour recyclage des bouteilles en plastique et de 30% d’intégration de matière recyclée. Or, pour les consommateurs, il y a urgence. Et il est de notre responsabilité d’entreprises de trouver des solutions.
"Seuls les pays ayant adopté un système de consigne pour recyclage atteignent l’objectif européen de 90% de collecte"
Ce constat nous a poussés, producteurs et distributeurs de boissons, aux côtés de Citeo*, à rechercher des solutions efficaces répondant à cette ambition. Pendant plusieurs mois, nous avons analysé la performance des différents systèmes européens et modélisé différents scénarios.
Ce travail nous a permis de mettre en évidence que seuls les pays ayant adopté un système de consigne pour recyclage atteignent, voire dépassent, l’objectif de 90% de collecte. En Finlande, 91% des bouteilles en plastique PET (polytéréphtalate d'éthylène) consignées sont retournées ; 90% au Danemark et 97% en Allemagne. Cette réalité oblige à étudier sérieusement cette solution pour la France.
C’est pourquoi nous avons appelé à la mise en place d’une concertation la plus large possible, sur l’éventualité de la consigne elle-même, mais surtout sur le saut de performance du dispositif de collecte et de recyclage dans son ensemble.
La consigne pour recyclage soulève de multiples questions qu’il nous faut aborder avec une vision plus complète de la progression du recyclage. Il faudra bien sûr veiller à ce que la consigne permette une approche financière équilibrée pour les collectivités locales, acteurs clés du dispositif de collecte et de recyclage, et nous devrons trouver ensemble les moyens de rendre ce dispositif à la fois plus efficace et moins coûteux. L’extension des directives de tri devrait-elle être abandonnée? Certainement pas. Elle devra couvrir l’ensemble du territoire, avec ou sans consigne, car c’est une condition essentielle de la progression du recyclage global des emballages.
Les Français refuseront-ils ce changement? Conscients des enjeux, ils semblent prêts à s’adapter : ils sont 91%** à soutenir l’idée de la consigne, sachant que cette nouvelle approche pourrait les amener à modifier sensiblement leur mode de consommationCette nouvelle approche peut permettre le saut de performance qu’attend la société tout entière"
La mise en place de la consigne pour recyclage s’inscrirait en outre dans un contexte plus large d’évolutions du modèle de collecte sélective et de tri actuel, notamment avec la généralisation de la collecte des biodéchets d’ici 2025. Nous avons de ce fait une opportunité rare pour faire converger le modèle français avec les standards européens, notamment via l’harmonisation nationale des couleurs des bacs ou la généralisation d’un tri séparé du papier-carton qui permettrait d’améliorer fortement la qualité des matières recyclées.
Nous savons que cette nouvelle approche peut permettre le saut de performance qu’attend la société tout entière. Celui-ci ne sera possible que si tous les acteurs – collectivités, fabricants et distributeurs, opérateurs du recyclage, associations et citoyens – engagent des discussions, sur des données quantifiées, fiables et partagées, afin de trouver réponse aux interrogations communes.
Nous, représentants des entreprises, sommes décidés à agir en ce sens. C’est notre conviction et c’est notre engagement. Pour les promoteurs de l’économie circulaire et pour tous les acteurs engagés dans la transition écologique, les mois à venir seront décisifs."* Entreprise chargée, par agrément d’État, de piloter et de développer le recyclage des emballages mis sur le marché en France dans le cadre de la responsabilité élargie du producteur.
** Etude Kantar Worldpanel auprès de 6.000 consommateurs pour le GT entreprises emballages boisson et Citeo (4 avril 2019).
Liste des signataires :
Enguerrand de Gouttes, président de Boissons énergisantes France (BEF)
Vincent Delozière, président de Boissons rafraîchissantes de France (BRF)
Denis Cans, président de la Maison des eaux minérales naturelles (MEMN)
Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD)
Jean-Jacques Mespoulet, président de la Fédération nationale des boissons (FNB)
Hugues Pouzin, directeur général de la Confédération nationale du commerce de gros et international (CGI)
Jacques Tréherne, président du Syndicat des eaux de sources (SES)
Yves Legros, président du Syndicat national du lait de consommation (Syndilait)
Emmanuel Vasseneix, président de l’Union nationale interprofessionnelle des jus de fruit (UNIJUS)
Jean Hornain, directeur général de Citeo 

Redaction JDD - leJDD - dimanche 7 juillet 2019

31/07/2019

Renaissance écologique, un ouvrage suscceptible de dessiner un futur écologique!

Julien Dossier convainc avec sa feuille de route pour la transition écologique et sociétale en 24 chantiers, allant de l’agriculture à la préservation des écosystèmes, en passant par la culture et les systèmes de gouvernance.
Tous les jours, retrouvez le fil vert, le rendez-vous environnement de Libération. Aujourd’hui, voici une recommandation (livres, conférences, films, podcasts, etc.) de la rédaction:
S’inspirer d’une œuvre d’art âgée de 681 ans pour dessiner un futur écologiquement enviable (et viable), c’est le pari que s’est lancé Julien Dossier, dirigeant de Quattrolibri, un cabinet de conseil spécialisé dans les stratégies de transition écologique et enseignant à HEC.
Dans Renaissance écologique, 24 chantiers pour le monde de demain, en librairie depuis mai chez Actes Sud, l’auteur remet au goût du jour une célèbre fresque de la Renaissance : Allégorie et effets du bon et du mauvais gouvernement, peinte par Ambrogio Lorenzetti en 1338, à Sienne, en Italie. L’œuvre met face à face le péril de la tyrannie destructrice et les bienfaits d’un bon gouvernement. En son temps, elle a servi au gouvernement de la république de Sienne, alors déstabilisé, à restaurer une relation de confiance avec son peuple.
«Rétablir le lien entre citoyens et politiques, voilà une des urgences qui a émergé à l’occasion de la révolte des gilets jaunes, écrit Julien Dossier. Cette colère montre que la transition vers la neutralité carbone ne peut réussir dans un tel contexte centralisé et descendant, voire condescendant.» En se basant sur la même construction artistique, l’auteur a fait redessiner cette fresque à la sauce contemporaine par Johann Bertrand d’Hy.

Un regain d’espoir
Sa fresque imprimée en grand format et enroulée sous le bras, Julien Dossier se déplace en France comme à l’étranger pour nourrir son plan d’action et transmettre la bonne parole des «24 chantiers pour le monde de demain». «Souvenons-nous surtout, tant qu’il est encore temps, que notre destin est encore dans nos mains, qu’il est possible de façonner un projet démocratique de société, qui préserve les libertés individuelles, sans imposer un «crédit social» à la chinoise, sans punir de prison celles et ceux d’entre nous qui auront contrevenu à leurs engagements climatiques.»
Julien Dossier a ainsi participé à l’écriture du plan Neutralité carbone de Paris, à la stratégie post-pétrole de Grande-Synthe, au plan Climat de Rennes, conseille les Dirigeants responsables de l’Ouest, ainsi que les différents candidats aux municipales de la mairie de Nantes.
L’ouvrage réussit, avec talent, à faire sens de la complexité, sans tomber dans l’écueil des appels à agir culpabilisants. Comme elle est transversale à toute la société, cette fresque redonne espoir sur les possibilités d’éviter un effondrement civilisationnel de grande ampleur. «Nous devons parvenir à dépasser ce moment de stupeur et vite nous remettre en mouvement pour sortir de la zone de danger afin d’achever cette transition.»
À la lecture, la solution semble évidente, voire facile. On ne peut s’empêcher de poser cette question si récurrente : pourquoi ces idées ne sont pas déjà réalité ? «Nous devrions basculer dans une logique d’économie de guerre pour déployer les outils de production face à l’urgence écologique qui est la nôtre, détaille le consultant. Il manque la volonté et la coopération politique pour faire passer toutes ces initiatives et technologies de leur statut local à grande échelle.»

Aude Massiot - Liberation - mardi 23 juillet 2019

Nourriture pour bébés selon l'OMS...

La nourriture industrielle pour bébé contient souvent trop de sucres et son étiquetage prête à confusion, prévient l'OMS, qui recommande que les nourrissons soient exclusivement nourris au lait maternel pendant les six premiers mois de leur vie.
Attention à la nourriture industrielle pour bébé: elle contient souvent trop de sucres et son étiquetage prête à confusion, prévient lundi 15 juillet, l'OMS qui propose de renouveler ses critères pour améliorer l'alimentation des tout-petits. "Dans environ la moitié des produits examinés (...), plus de 30% des calories provenaient des sucres totaux et environ un tiers des produits contenaient du sucre ajouté ou d'autres édulcorants", note la branche européenne de l'Organisation mondiale de la Santé, après avoir étudié près de 8.000 produits dans plus de 500 magasins entre Vienne (Autriche), Sofia (Bulgarie), Haïfa (Israël) et Budapest (Hongrie) de novembre 2017 à janvier 2018.

Une alimentation trop sucrée qui augmente le risque de surpoids 
Un apport élevé en sucre peut augmenter le risque de surpoids et de caries dentaires et une exposition précoce aux produits sucrés peut créer une préférence nocive pour les aliments sucrés pour le reste de sa vie, prévient l'OMS. "Une bonne nutrition durant la période néonatale et la petite enfance reste essentielle afin d'assurer une croissance et un développement optimaux de l'enfant, et de meilleurs résultats sanitaires plus tard dans la vie", rappelle la directrice régionale de l'OMS pour l'Europe, Zsuzsanna Jakab, citée dans un communiqué. En 2018, l'institution avait mis en garde contre la progression de l'obésité et du surpoids chez les Européens qui risquait d'inverser la tendance à la hausse de leur espérance de vie.

Environ un tiers des produits examinés contenaient du sucre
Consommer des boissons sucrées, y compris des jus de fruits, peut entraîner une tendance à délaisser les aliments plus riches en nutriments. Environ un tiers des produits examinés contenaient du sucre, du jus de fruits concentré ou d'autres édulcorants dans leur composition, ingrédients qui ne devraient pas être ajoutés aux aliments destinés aux tout-petits. Entre 18% et 57% d'entre eux contenaient plus de 30% calories provenant de sucres, déplore l'OMS. La branche Europe de l'institution, qui s'étend de l'Atlantique au Pacifique, comprend 53 pays aussi hétéroclites que la Russie et Andorre, l'Allemagne et le Tadjikistan.

Le lait maternel comme seule nourriture pour les nourrissons
L'étude a également montré que des aliments considérés comme inappropriés au regard des recommandations de l'Organisation sont commercialisés pour les tout-petits. Entre 28% et 60% des aliments étaient étiquetés comme convenant aux nourrissons de moins de six mois or, "l'OMS recommande que les nourrissons soient exclusivement nourris au lait maternel pendant les six premiers mois de leur vie et, par conséquent, aucun aliment ne devrait être commercialisé comme convenant aux enfants de moins de six mois", souligne le rapport.
L'OMS réactualise ses recommandations
Pour encourager ses membres à adopter de nouvelles lignes directrices, l'OMS réactualise ses recommandations. Elle voudrait mettre fin à la promotion des substituts du lait maternel et recommande que l'alimentation des enfants entre six mois et deux ans se base sur des aliments riches en nutriments, préparés à la maison. Tous les sucres ajoutés et les édulcorants devraient également être bannis de la nourriture pour bébé. Les étiquetages des boissons sucrées, notamment les jus de fruits et le lait concentré, et des confiseries devraient mentionner que ces produits ne conviennent pas aux enfants de moins de trois ans.
Challenges.fr - Challenges - lundi 15 juillet 2019

30/07/2019

La Côte d'Ivoire reboise ses forêts...

La Côte d’Ivoire vient d’adopter un nouveau code forestier, un arsenal destiné à reboiser un pays qui a perdu plus des trois-quarts de ses forêts. Ce nouveau code associe les planteurs et les industriels à cet objectif. Les sanctions sont également renforcées.

16 millions d’hectares en 1960 contre 3,4 millions en 2018. En moins de 60 ans, la Côte d’Ivoire a perdu 80% de ses forêts. Les responsables sont connus : il s’agit de l’exploitation forestière, de l’agriculture extensive, des feux de brousse mal maîtrisés et de l’incapacité des autorités à protéger les forêts ivoiriennes.

L’objectif désormais est d’inverser cette tendance mais le gouvernement fait le choix d’associer les opérateurs économiques à cette politique de reforestation.
Le nouveau code fait donc la part belle à l’agroforesterie qui permet aux producteurs de cacao, par exemple, de bénéficier de la richesse des sols forestiers tout en préservant la forêt. Des concessions seront accordées aux industriels ou encore aux petits planteurs pour pratiquer des cultures pérennes qui se traduisent par 24 ans pour le Cacao et 40 ans pour l’hévéa. A charge à l’exploitant d’entretenir aussi la forêt, en reboisant.

Aujourd’hui, selon les statistiques officielles, un quart de la production de cacao, soit 500 000 tonnes, viendrait des forêts classées, des parcs ou des réserves.
Si certaines forêts seront ainsi partiellement ouvertes à l’activité, d’autres seront fermées à toute présence humaine. D’ailleurs, la loi durcit aussi les sanctions contre les occupations illégales des zones réservées. Les peines maximales sont portées de un à cinq ans de prison et de 100 000 à 50 millions de francs CFA d’amendes.

RFI - RFI - dimanche 21 juillet 2019

Une station balnéaire écologique au Mexique à gestion écoresponsable et d'autres ailleurs...

Elles ont décidé de passer en mode écologique. Ces stations balnéaires ont fait le choix du changement, pour un meilleur respect de leur environnement et une offre de séjour différente. Parce qu’elles sont proches de la mer, limiter les déchets, les recycler et préserver les plages qui les rendent si attrayantes représente une véritable nécessité.

Amaitlán : la station balnéaire écologique
Modèle inspirant en matière d'écologie, le projet de la station balnéaire d'Amaitlán (« La terre du repos »), au Mexique, devrait faire des émules. Première ville touristique durable, elle se situe sur la côte Pacifique, au nord-ouest de Mexico City.
Parmi les initiatives mises en place, on trouve la préservation de l'écosystème, la réutilisation complète de l'eau consommée ou le recours à des moyens de transport sans émissions de gaz carbonique : voiturettes électriques ou vélos.
Mais ces choix engagés ne suffisaient pas : la station balnéaire d'Amaitlán est allée encore plus loin, avec une volonté de recycler 100 % de ses déchets et recourir massivement aux énergies renouvelables, notamment par le biais de panneaux photovoltaïques et d'éoliennes.

Traitement des eaux usées : des exemples tout proches
En Europe et en France, les initiatives commencent à se multiplier. À La Grande Motte, par exemple, la station d'épuration prend notamment en compte les variations de population. Le système de filtrage y est également très particulier : les déchets ne sont plus éliminés chimiquement, mais extraits physiquement afin de réduire l'impact environnemental.
l'affluLe réseau Ecotown rassemble quant à lui de nombreuses villes préoccupées par l'augmentation des déchets liée à l'affluence touristique. À Cassis, (dans notre pays) membre de ce réseau, on tâche de sensibiliser les habitants eux-mêmes et de miser sur une politique de limitation de rejet des eaux usées dans la mer.

Article partenaire - Enedis - La Tribune - lundi 15 juillet 2019

29/07/2019

Attention: l'outarde canepetière ne sait plus où nicher!

Parmi les espèces en danger d'extinction, écrit Mme Elise Racque dans le journal Télérama, l'outarde canepetière a quasiment disparu de la Beauce, puis du Centre-Ouest de notre pays. Urbanisation, pollution, agriculture intensive ont, en effet, chassé ces beaux oiseaux cousins des Tétras, hauts sur pattes, au dos moucheté et au cou paré de plumes noires et blanches. Actuellement, les ornithologues ont retrouvé sa trace dans la Crau, où l'espèce s'est installée depuis quelques années (2 200 adultes ont été recensés). Malheureusement, des projets de construction encouragés par quelques décideurs sont susceptibles de les chasser à nouveau. Protégée de la chasse depuis 1973, l'outarde reste donc néanmoins en sursis.

Dans le parc animalier Zoodyssée, crée en 2015 à Villiers-en-bois près de Niort, des incubateurs tentent de sauver des oeufs d'outardes des fauchages mécaniques et de sauvegarder les futurs petits oiseaux. Pour augmenter les chances de survie de l'espèce, Mr Vincent Bretagnolle, jeune biologiste du CNRS, encourage les agriculteurs à passer un contrat avec l'Etat: contre 400 euros par ha et par an, ils s'engagent à remiser leurs intrants chimiques et à ne pas faucher pendant la période de nidification (tout le mois de juin en principe). Il a déjà convaincu 150 agriculteurs sur 450, mais ce n'est pas suffisant pour éviter l'extinction...

Faire cohabiter espèces sauvages et activités humaines ne paraît pas simple. Des associations fort heureusement comme Agir pour la Crau cherchent à protéger leur habitat actuel. Elles pointent notamment la vulnérabilité des outardes face à l'urbanisation galopante et à l'artificialisation des sols. Soutenons leurs efforts et faisons connaître autour de nous cet enjeu, dont les médias ne semblent pas prendre toute la mesure. Semaine après semaine, Télérama attirera cependant notre attention sur les espèces en danger près de chez nous...

Pour en savoir davantage, consulter par exemple le site: https://www.zoodyssee.fr/

Lyliane

Une exposition dans la Loire à propos de la soie...

A la Maison des lacets et des tresses à La Terrasse-sur-Dorlay, dans la Loire, des artistes contemporains se sont emparés de la soie pour la tresser et la lacer.

Du 06 juillet au 29 septembre 2019, la délicatesse et la légèreté de la soie se sont posées sur le moulin. Ce produit d'exception s'est prêté aux mains expertes d'artistes textiles contemporains. Des créations originales sont nées de cette rencontre, elles sont présentées au milieu des métiers à tisser centenaires.

Soie, tissage et histoire

Les artistes se sont emparés de morceaux de soie fabriqués à Pelussin, à quelques kilomètres de la Maison, puis les ont transformés, modelés. Un résultat aussi fin que léger révélé à travers des broderies ou encore de la dentelle. De ce tissu épuré sont nées des créations uniques.


Chaque année, la Maison des lacets et des tresses propose une découverte textile. La thématique respecte un lien plus ou moins étroit avec le territoire où elle est implantée, cette année elle est un parfait reflet de l'histoire industrielle locale.

"L'expression de Soie" une exposition à découvrir à la Maison des tresses et lacets - La Terrasse-sur-Dorlay (Loire), jusqu'au 29 septembre 2019.

France Info-jeudi 18/7/2019

28/07/2019

Halte à l'apocalypse en Amazonie!

C’est terrible. L'Amazonie a perdu un DEMI-MILLIARD d'arbres l’année dernière. En ce moment même, les défenseurs de l’Amazonie au Congrès du Brésil envisagent de nouvelles mesures de protection et les groupes indigènes en appellent à une pression internationale pour sauver la forêt. Organisons une grande démonstration de soutien citoyen et battons-nous pour l’Amazonie!

SIGNEZ ICI

SIGNEZ LA PÉTITION
 

Aux membres du Congrès brésilien, au gouvernement de Jair Bolsonaro et aux dirigeants du monde entier:

En tant que citoyens du monde entier, nous sommes horrifiés de l'accélération de la destruction de l'Amazonie au cours des derniers mois. Le destin de l'humanité repose sur l'Amazonie, et nous vous demandons de faire tout ce que vous pouvez pour protéger la forêt, y compris faire adopter des lois pour protéger les forêts publiques, mettre fin à la déforestation illégale et augmenter la pression internationale pour éviter davantage de destruction de l'Amazonie.

Indiquez votre adresse e-mail:
ENVOYER

27/07/2019

Vertus de l'oignon...

 

Cuisiner un oignon en conservant ses vertus anticancer

Le problème est que la plupart des gens épluchent trop l’oignon. Or c’est dans les couches extérieures de l’oignon que se trouvent ses antioxydants. 

Idéalement, il ne faut retirer que la couche extérieure très fine. Eplucher plus, c’est jeter à la poubelle 75 % de son anthocyanidine et 20 % de sa quercétine [5]. 

Vous vous en doutez : faire frire un oignon à haute température va détruire ses composés anticancer. Heureusement, vous n’êtes pas obligé de manger un oignon cru pour en profiter : si vous cuisez l’oignon à basse température (sous les 100°C), la quercétine ne se dégradera pas. 

L’oignon est souvent considéré comme un légume d’accompagnement, comme l’ail ou le piment… Je trouve ça dommage car il peut parfaitement se suffire à lui-même à l’instar du poireau. 

Pour vous donner de l’inspiration, j’ai rassemblé quelques recettes où l’oignon tient le premier rôle :

  • La soupe à l’oignon 

  • Tarte à l’oignon (ex : pissaladière) 

  • Oignons farcis (comme une tomate) 

  • Fondue d’oignons rouges à l’huile d’olive et au miel 

  • Riz à l’oignon blanc 

Malins comme vous êtes, vous avez sûrement pleins de trucs à partager sur les oignons. Venez les partager ici

Bien à vous, 

Eric Müller 


Des consignes anti-vol pour bicyclettes à Grasse (06)

Dans le journal Nous, Mme Aurore Harrouis met en valeur l'initiative de la Communauté d'agglo du pays de Grasse (CAPG), qui, depuis octobre 2018, a financé l'installation de boites noires nommées "Les Boxyclettes" fabriquées par la société Altinova. Ce sont des consignes à vélos gratuites et en libre-service, qui protègent à la fois des vols et des intempéries. Cette initiative vise à encourager les déplacements à bicyclette et à favoriser la multimodalité par des emplacements ciblés (gares, aires de covoiturage). Sur le territoire de l'agglo, 18 Boxyclettes ont déjà été installées pour un coût de 60 000 euros.

Des locations de vélos et de véhicules à assistance électrique ( coût de 32 euros par mois pour un vélo à assistance électrique) ont été développées en même temps et cela fonctionne très bien. En 2020, d'autres Boxyclettes seront crées pour compléter le dispositif. Des pistes cyclables pourraient aussi être étendues sur le territoire. En tout état de cause, il a été remarqué que le vol est le premier frein à l'utilisation de la bicyclette. Ces boîtes noires sont très simples à utiliser et on peut même y laisser son casque ou un imperméable sécurisés par un cadenas. La seule contrainte pour l'usager est de ne pas laisser son vélo dans la Boxyclette plus de 48h sous peine d'enlèvement.

Pour en savoir davantage, consulter le site: www.paysdegrasse.fr/les-boxyclettes. On peut se demander pourquoi une telle initiative n'est pas développée ailleurs en France? La croissance verte de notre pays pourrait en bénéficier!

Lyliane

 

 

26/07/2019

Des jouets en bois à fabriquer en famille...

Selon Mme Amandine Roussel dans le journal Nous, une quadragénaire, mère de 4 enfants, Mme Elisabeth Dussert-Vidalet, a crée en mai 2018 l'entreprise toulonnaise "Manufacture en famille". Elle a lancé l'idée de fournir aux enfants des kits, afin de pouvoir fabriquer des jouets en bois. Cette femme, ingénieure de formation, a voulu, en effet, que les enfants puissent "faire avec leurs mains", au lieu de se faire acheter des jouets en plastique fabriqués en Chine. Cela développe la motricité et permet aux parents de s'impliquer le cas échéant. De ce fait, la complicité intergénérationnelle est assurée!

Le bois, en outre, est un matériau écologique (du contreplaqué finition bouleau), relativement solide et qui est beau un fois poli et peint. Elle se fournit localement. Les outils nécessaires au montage sont fournis avec le kit. Elle vise pour le moment la tranche d'âge 3-10 ans, mais elle envisage une gamme pour des ados. Jusque là, elle a imaginé une vingtaine de jouets et d'objets : pistolets, bateau à voile ou vapeur,  voitures à élastiques, toupies, épées et même des lampes portatives... Les prix sont raisonnables (entre 10 et 65 euros environ).

Pour commander, s'adresser au site: www.manufactureenfamille.com.

S. Salgado, le photographe qui veut sauver le monde grâce aux arbres...

Lélia et Sebastião Salgado ressuscitent la forêt.

Après des années à parcourir le monde en tant que reporter photographe, vous rentrez au Brésil en 1998 avec votre femme, Lélia, pour vous occuper de la ferme de vos parents. Jusqu’alors, vous n’étiez pas spécialement écolo ?
Pas spécialement, non. Toutefois, j’étais proche de la terre, comme quelqu’un qui a grandi dans une ferme. Des reportages difficiles – le génocide du Rwanda, l’ex-Yougoslavie… – m’avaient vidé. A la mort de mon père, j’ai dû m’occuper de cette terre, et cela tombait bien. J’en avais besoin. Mais ce fut le choc ! Elle avait disparu, peut-être en restait-il 1 % ! Les pluies tropicales avaient labouré la région, bouché les fleuves, et l’érosion creusé des rigoles où l’on aurait pu mettre un camion entier. Alors, ma femme Lélia a eu cette idée : “Sebastião, la seule chose qui puisse pousser ici, ce sont les arbres.” L’idée a fait son chemin. Un ami, ingénieur des forêts, nous a donné son verdict : pour que le projet ait un sens, il fallait planter 2 millions et demi d’arbres ! J’ai utilisé mon nom de photographe pour trouver des fonds. Car cela nécessitait des millions de dollars.

Pourquoi, à vos débuts, avez-vous perdu 60 % des arbres ?
Planter un arbre, c’est comme élever un enfant. Un petit arbre sorti de sa pépinière n’a aucune défense. Il faut lui donner à manger, le protéger jusqu’à ce qu’il soit adulte. Si l’on espère qu’il poussera seul, ça ne marche pas. Il faut, par exemple, le protéger des grosses fourmis qui étoufferaient sa croissance. En une nuit, elles peuvent tuer mille arbres ! Quand j’entends ces appels à “donner 1 euro pour planter un arbre”, ça me révulse car c’est un mensonge. Un arbre, ça ne coûte pas 1 euro. Demandez à un paysan en France ! C’est au moins sept à huit fois plus.

On a parfois le sentiment que plus les chiffres deviennent alarmants, plus les climatosceptiques gagnent du terrain…
Aux Etats-Unis, au Brésil ou dans le Royaume-Uni du Brexit, les basculements politiques ne se sont pas faits en fonction d’une quelconque réflexion écologique mais d’une absence de réflexion tout court. On a vendu un projet politique avec notre unité de temps à nous, êtres humains. Oui, la planète est en train de se réchauffer, mais, c’est sûr, cela ne se fera pas en cinquante ans.

Qu’est-ce que nous ne comprenons pas, nous, les urbains ?
Nous sommes devenus des aliens. S’il survenait une énorme panne d’électricité à Paris, si l’approvisionnement venait à manquer, la moitié de la capitale mourrait. On ne sait plus planter ni récolter. On ne peut plus regarder le monde à travers le seul prisme de l’être humain... si décevant ! En travaillant la terre, j’ai vu toutes les autres espèces. Si on colle son visage contre un arbre, on voit tous ces êtres vivants qui y habitent, passent, tournent, vivent et meurent. C’est pourquoi je me suis lancé dans le projet Genesis. J’avais compris que notre espèce est aussi importante, mais pas plus, que toutes celles qui habitent la Terre et qui disparaissent chaque année par millions. La nôtre aussi va sûrement disparaître. Durant ce projet photographique, il m’est arrivé de me poser au sommet d’une montagne pendant huit heures et de regarder les changements survenir sur ma planète, le sable passer et repasser sur le granite et polir la pierre. Bien sûr, nous n’allons pas retourner vivre dans des cavernes, mais il faut qu’on retourne, au moins spirituellement, à la terre.

Comment voulez-vous convaincre des millions de Chinois ou d’Indiens de ne pas accéder aux biens de consommation auxquels nous avons eu droit ?
C’est vrai. Nous vivons peut-être la chronique d’une mort annoncée. Moi, j’ai fait ce que j’ai pu. Nous avons planté 2 millions et demi d’arbres et nous espérons en planter 100 à 150 millions dans les trente-cinq à quarante prochaines années. Mais même si l’on replante de notre côté, on en enlève plus ailleurs. Quand on survole Sumatra, c’est terrible… Des plantations d’huile de palme, base de la nourriture occidentale, à perte de vue. Tout le reste a disparu. Pourtant, c’est très simple : l’oxygène est recraché par les arbres grâce à la photosynthèse. Il suffirait de deux à trois minutes à ne plus pouvoir respirer et, pour nous, tout serait fini. La terre, elle, serait toujours là. Aujourd’hui, je suis optimiste pour la planète car elle résoudra tous ses problèmes. Je suis davantage inquiet pour les humains.

Interview - Paris Match - mercredi 3 juillet 2019

25/07/2019

Un élan de solidarité envers les SDF...

L'association Le Carillon a créé dans plusieurs villes un réseau de commerçants qui apportent leurs services aux SDF notamment pendant les épisodes de canicule.

Les températures devraient dépasser les 40 degrés en de nombreuses endroits aujourd'hui. Une chaleur difficile à supporter, d'autant plus lorsqu'on ne peut pas se mettre au frais. C'est le cas notamment des sans-abris, qui doivent supporter la chaleur de la rue. 
Pour leur venir en aide, l'association Le Carillon a créé un réseau de commerçants qui proposent d'ouvrir leurs portes aux personnes dans le besoin: de l'eau, l'accès aux toilettes, à internet, recharger son téléphone. Plusieurs services sont mis à leur disposition. 
Casquette sur la tête et manches retroussées, Gaétan interpelle les passants avec bonne humeur sous un soleil de plomb. Ça fait 4 ans qu’il vit dans la rue. Et avec la canicule, il l’admet, les journées sont difficiles.

Créer du lien social:

Alors pour trouver de l’eau et de la fraîcheur, il peut compter sur les commerçants du coin. Le Pépère bar fait partie du réseau créé par l’association Le Carillon, et propose gratuitement plusieurs services aux sans-abris, comme de l’eau, recharger un téléphone, ou faire de la monnaie. Pour Nourredine, le patron du bar, c’est une évidence.

À Lille, 45 commerces ont intégré ce réseau solidaire. Et au-delà des services rendus, il s’agit aussi de créer du lien social, selon Martin Veyrac, de l’association Le Carillon. "A travers chaque service, le commerçant va échanger cinq minutes avec la personne et vraiment être dans cette dynamique d’inclusion et sortir de l’isolement", détaille-t-il. 
Forte de son succès, l’association s’est implantée dans plusieurs autres villes en France, comme Strasbourg, Nantes et Paris.

Camille Schmitt avec Guillaume Descours - RMC - jeudi 25 juillet 2019

Le MIT Solve et Sciences Po s'engagent pour la planète...

EXCLUSIF - Sciences Po s’allie au prestigieux MIT pour accompagner les entrepreneurs qui veulent avoir un impact sur l’environnement ou la société. Une première promotion de trente entrepreneurs partira à New York en septembre.

Romain Renard, vient de prendre un billet d’avion pour New York. Le créateur de Meditect fera partie de la toute première promotion européenne du MIT Solve, un programme d’entrepreneuriat ciblant les porteurs de projet "à impact", lancé pour la première fois en Europe par Sciences Po et le prestigieux Massachusetts Institute of Technologies (MIT). Le fraîchement diplômé de Sciences Po, promotion 2019, avait lancé son entreprise au printemps 2018. Associé à un étudiant en médecine, il a inventé une technologie qui permet de certifier l’authenticité d’un médicament et ainsi de lutter contre les faux médicaments, un fléau qui touche spécialement l’Afrique. "Notre participation au MIT Solve va nous donner accès à un réseau international, se réjouit l’entrepreneur. J’y vois aussi une reconnaissance de l’enjeu de santé publique que représentent les faux médicaments dans le monde."

Lancé aux Etats-Unis en 2015, le programme MIT Solve aide les entrepreneurs à développer des solutions durables en réponse à de grandes problématiques sociales et sociétales –dans la mouvance "for good", ou "à impact", nouveaux noms de l’économie sociale et solidaire. L’Université a choisi Sciences Po comme premier partenaire en Europe continentale, pour ouvrir ce programme à des entrepreneurs européens.
L’alliance avec Sciences Po ne doit rien au hasard. D’abord, elle récompense la discrète mais solide d’expérience de l’école en matière d’entrepreneuriat. Chaque année, 900 étudiants viennent prendre des cours du Centre pour l’entrepreneuriat. "On y enseigne des compétences pratiques assez génériques, mais aussi une ouverture à des opportunités qui émergent comme l’astroentrepreneuriat", explique Maxime Marzin, le directeur du Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po. L’école a également ouvert une chaire de recherche pour l’entrepreneuriat des femmes, animée par l’économiste Anne Boring. Last but not least, Sciences Po a lancé il y a dix ans un incubateur ayant accompagné plus de cent start-up, valorisées, selon les calculs de l’école, un demi-milliard d’euros. Parmi elles, le comparateur de factures Selectra ou Pricematch, le leader du yield management hôtelier, revendu à Booking.

Première promotion dès août
En portant son choix sur Sciences Po, le MIT a également reconnu le savoir-faire en sciences sociales de l’école. Sans nécessairement revendiquer l’appellation "à impact" ou "tech for good", certains projets incubés par Sciences Po avaient d’ailleurs déjà une forte orientation sociétale. C’est bien sûr le cas de Meditect mais aussi de Zephyr Solar, un ballon photovoltaïque permettant d’apporter une alimentation en énergie lors d’interventions humanitaires, de Crushon, une marketplace de vêtements de seconde main écoresponsable, de Fempo, un fabricant de culottes menstruelles lavables françaises ou encore de My Coral Garden, qui restaure les barrières de corail.
En cours d’élaboration, le contenu pédagogique représente un nouveau défi pour l’école. "Depuis très longtemps, nous savons former des entrepreneurs au 'for profit'. Créer une entreprise à la fois 'for profit' et 'for the common good' nécessite de développer des approches inédites", explique Maxime Marzin.
Les étudiants de Sciences Po ont déposé leurs dossiers de candidature en juillet. Une trentaine d’entre eux ont été sélectionnés pour ce programme qui débutera en août. En septembre, l’ensemble des "Solvers" se réunira à New York pour une semaine d’ateliers intensifs. Ensuite, ils suivront des cours en ligne ou en présentiel et seront accompagnés par des mentors. En mai 2020, le programme se clôturera par une présentation des projets au MIT, devant un jury prestigieux. Des personnalités internationales comme le Premier ministre canadien Justin Trudeau, le violoniste Yo-Yo Ma étaient venues s’exprimer devant les précédentes promotions de "Solvers". "Un des fondateurs de Google devrait figurer dans le jury", se réjouit déjà Romain Renard. 

Delphine Dechaux - Challenges - jeudi 11 juillet 2019

24/07/2019

L'électricité renouvelable devient compétitive...

Je lis dans la revue "Sans transition Provence" un court article nous apprenant que le coût de l'électricité issue du solaire et de l'éolien a encore baissé de 13% en 2018, en moyenne mondiale pondérée. Il pourrait même être moins cher, dès 2020, que l'électricité issue des énergies fossiles, et ce sans subvention, selon l'IRENA (l'Agence Internationale de l'Energie Renouvelable).

Cet article rappelle qu'en 2017, l'électricité issue des énergies renouvelables représentait 18% de la production française, contre 71% pour le nucléaire et 11% pour les énergies fossiles. Nous pouvons donc nous attendre à ce que la tendance se renverse peu à peu. Faisons le savoir aux personnes sceptiques qui ne voient pas que la transition est déja en route. Pour plus d'infos, www.irena.org.