Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2020

Les bénéfices de l'activité physique à tout âge et même pendant un cancer...

Dans le petit journal de l'Institut Curie, il nous est rappelé que selon des statistiques de 2014, parues au moment du lancement du 3ème Plan Cancer (2014-2019), la pratique d'une activité physique après diagnostic d'un cancer du sein diminue de 24% le risque de récidive et de 28% le risque de décès par cancer. Pour un cancer colorectal, ce risque est réduit de 39%. Se renseigner sur les sites: www.sportetcancer.com ou www.sport-sante.fr ou même sur www.sielbleu.org.

Selon l'article, dès le début de la maladie, pratiquer une activité physique régulière contribue à une meilleure qualité de vie. En effet, l'activité physique réduit la fatigue et améliore le sommeil. Elle participe aussi au mieux-être moral et physique, diminue l'isolement et le risque de sarcopénie (diminution de la masse musculaire), qui peut augmenter la toxicité de certains traitements. On considère également que les activités physiques améliorent la tolérance aux traitements en diminuant leurs effets secondaires et en réduisant les risques de récidive.

De nombreux centres de prise en charge de la maladie proposent des programmes d'activité physique dispensés par des éducateurs sportifs spécialisés, adaptés à chaque patient selon ses capacités et ses souhaits.  Les activités individuelles ou collectives peuvent aller du yoga à la marche en passant par la natation, la gymnastique, le jogging, la danse ou l'escrime. Même après un cancer, il est recommandé de poursuivre ces activités, tout comme une alimentation équilibrée, afin de se maintenir en bonne santé.

Lyliane

22/02/2020

Participer à une consultation sur l'agriculture...

Emmanuel Macron a exprimé son soutien aux agriculteurs dans un contexte d'inquiétudes sur la pérennité de la Politique agricole commune lors de l’inauguration du 57e salon de l’Agriculture. Dans la perspective de ce nouveau programme de la PAC pour la période 2021-2027 une consultation publique sur l'agriculture, l'alimentation et l'utilisation des fonds européens sera lancée officiellement ce dimanche.

Désormais Bruxelles demande aux États d'élaborer un plan stratégique national qui fixe ses priorités dans l'attribution des aides agricoles européennes. Pour finir d'établir ce plan, la France rouvre donc une période de débats autour de cinq thèmes.
Le modèle agricole et la transition agro-écologique notamment. La question de la gouvernance de la politique agricole et de la distribution de l'aide sera aussi posée.
Et comme ce débat s'annonce aussi comme une réflexion sur un choix de société sans se limiter aux seules considérations du secteur, dans la catégorie « qu'est-ce que je mange ? », les Français réfléchiront à la place de certains aliments comme la viande dans leur alimentation et au prix des produits.

Plusieurs façons de participer au débat:

Enfin, alors que le débat sur les zones de non traitement pour réduire les pesticides à proximité des habitations est vif, la question de la cohabitation dans les campagnes sera soulevée. 
Il existe plusieurs modalités pour participer. Soit en ligne sur le site imPACtons.débatpublic.fr, à partir de ce dimanche après-midi, soit à travers 30 débats publics qui seront organisés dans plusieurs villes à partir d'avril. Une assemblée citoyenne se tiendra fin mars et 140 Français tirés au sort y prendront part. Un « kit » est également disponible en ligne pour que chacun puisse organiser son débat et en rendre compte.

Selon RFI - RFI - dimanche 23 février 2020

Le pape incite les riches à vaincre la pauvreté...

"Les personnes pauvres dans les pays fortement endettés souffrent d'une forte pression fiscale et d'une coupe des services sociaux", a dit le pape, notamment devant Bruno le Maire. Le pape François a appelé ce mercredi le "monde riche (à) mettre fin à la pauvreté", estimant que la planète est en mesure de vaincre les inégalités, au cours d'une conférence au Vatican sur l'économie solidaire et l'inclusion.
"Les pauvres sont traités comme des ordures", déplore le pape François
"Nous ne sommes pas condamnés à l'inégalité ni à la paralysie face à l'injustice. Le monde riche et une économie prospère peuvent et doivent mettre fin à la pauvreté", a déclaré le pape devant les participants lors d'une intervention qui n'était pas programmée. Parmi eux figuraient, entre autres, la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire ou son homologue argentin Martin Guzman.
"Nous devons être conscients que nous sommes tous responsables. Si la pauvreté extrême existe au milieu de la richesse - elle aussi extrême - c'est parce que nous avons permis que le fossé s'élargisse pour devenir le plus grand de l'histoire", a poursuivi le cardinal argentin Jorge Bergoglio, qui a fait de la lutte contre la pauvreté et les inégalités un thème central de son pontificat. "Les personnes pauvres dans les pays fortement endettés souffrent d'une forte pression fiscale et d'une coupe des services sociaux", a également dénoncé l'ancien archevêque de Buenos Aires et premier pape à provenir du Nouveau monde.
"Mettre l'économie au service des gens"
Kristalina Georgieva a voulu reprendre dans son intervention le message du pape. "Quelle sont les nouvelles priorités pour l'économie globale ? Laissez-moi vous donner une courte réponse, avec les mots du pape François : la première tâche est de mettre l'économie au service des gens", a-t-elle déclaré.
Elle a ainsi plaidé pour "réduire les inégalités dans les opportunités", ce qui signifie "investir dans les gens, pas seulement dépenser davantage pour les écoles, mais également améliorer la qualité de l'enseignement". Elle a souhaité aussi une "mondialisation de l'espoir", la lutte contre la corruption ou l'évasion fiscale, soulignant cependant qu'"aucun des défis économiques que nous affrontons aujourd'hui ne sera important dans 20 ans si nous n'affrontons pas aujourd'hui le défi du changement climatique", un autre thème cher au pape argentin.

Selon lexpress.fr - L'Express - mercredi 5 février 2020

21/02/2020

Les futurs J.O. de Paris et l'écologie...

Dès sa candidature, Paris a mis l'écologie et le respect de l'environnement au centre de son argumentation pour obtenir les Jeux Olympiques de 2024. Aujourd'hui, alors que l'événement planétaire avance à grands pas, Tony Estanguet, le président du comité d’organisation, réaffirme et détaille ces ambitions.
Moins construire pour moins émettre
Concrètement, Tony Estanguet vise 1,5 million de tonnes de CO2 générée par l'organisation de ces Jeux et là "on compensera". A titre de comparaison, l'empreinte carbone totale par Français (qui prend notamment en compte les importations de produits) représentait 10,5 tonnes d'équivalents CO2 en 2015, selon les calculs des Echos à partir d'un rapport paru début janvier de l'Ademe et de l'OFCE. Autrement dit, si le comité d'organisation tient ses objectifs, les émissions liées à l'organisation des JO seront équivalentes à l'empreinte carbone de 143.000 habitants sur une année entière. Cette "ambition repose principalement sur moins de constructions: 95% des sites utilisés pour l'organisation des Jeux sont déjà existantes ou temporaires. Donc on ne va quasiment rien construire, les seuls équipements que l'on va construire sont ceux que la population va utiliser au lendemain des Jeux. Ce sont des logements et un centre aquatique. Deuxièmement, les transports. Tous les sites de compétition seront desservis par des transports en commun et ensuite, au cas par cas, on va essayer de réduire, réduire, réduire en matière de restauration, en matière de déchets". L'objectif étant de faire "les choses différemment pour favoriser l'économie circulaire, pour faire en sorte que vraiment Paris 2024 soit le plus innovant possible".

Selon Mr Olivier Chicheportiche - BFM Business - vendredi 31 janvier 2020

20/02/2020

Jeans français éthiques...

Le jean "made in France" grandit. Depuis quelques années, un peu partout en France, des artisans ont relancé cette filière historique. Des ateliers de tissage se créent pour produire des vêtements 100% fabriqués en France. Née il y a plus d'un siècle en Europe mais popularisée par les Américains, l'aventure du jean est loin d'être bouclée. Cette toile a d'abord servi à faire des voiles de bateaux, des tentes, puis des vêtements de travail. C'est un accessoire incontournable depuis 60 ans. Désormais, le jean est porté sur toute la planète, par tous et en toutes occasions.
Plus de deux milliards de pantalons en jean sont produits chaque année dans le monde. Mais ce succès n'est pas sans impact environnemental. D'abord, les fabricants produisent du plus en plus loin des consommateurs ce qui nécessite de les transporter sur des milliers de kilomètres.
Les grandes marques, Levi's en tête, tentent depuis des années de réduire l'impact environnemental de cette production. Mais les solutions les plus audacieuses sont finalement locales. Depuis quelques années, des marques fabriquent en France pour réduire l'empreinte carbone. Certaines, très haut de gamme, sont confidentielles, d'autres, plus grand public, sont devenues célèbres.
Retour d'un pionnier créé au XIXème siècle
Parmi elles, 1083, Champ de Manoeuvre, DAO qui ont chacune un modèle propre. Il y a aussi et surtout l'Atelier Tuffery qui est un pionnier mondial du jean. Créé en 1892 à Florac (Lozère), cette entreprise cévenole a connu les heures de gloire de ce vêtement de travail avant de subir le déclin de la filière textile dans les années 1980 et la trop forte concurrence des Américains.
Jusqu'au début des années 2000, la production est haut de gamme et donc "intimiste". Elle reprend des forces en 2004 grâce à l'attrait des consommateurs pour le "made in France". En 2014, Julien Tuffery, 4ème génération de la famille de maîtres tailleurs-confectionneurs, reprend les rênes de l'entreprise pour développer cette tendance avec son épouse. "Le facteur-clef de réussite, c'était le mariage entre le savoir-faire ancestral et les codes modernes de communication et de commercialisation d'une start-up", résume Julien. "Le web nous a permis de rompre l'isolement géographique que l'on a subi pendant des années: on a beau être au milieu de notre paradis vert cévenol, on a vendu des jeans dans 28 pays" en 2017, explique le jeune chef d'entreprise à BFMTV. Les autres marques, plus récentes, ont surfé sur la même vague. "Un jean parcourt plus de 65.000 km pour entre le site de fabrication et le magasin qui le vendra, aujourd'hui, c'est aberrant", indique Sébastien Rochier, directeur de 1083, l'une des marques made in France les plus emblématiques.
Son nom exprime la distance maximale parcourue par ses produits avant d'être vendus. Et contrairement aux idées reçues, les prix ne sont pas disproportionnés. Ces jeans sont vendus autour de 100 euros, le tarif moyen du géant américain. Créée en 2013 par Thomas Huriez, l'entreprise de Romans (Isère) produit désormais 40.000 pièces par an avec une progression 50% en 2019.

Le retour des métiers à tisser
C'est à Nancy que Davy Dao a créé sa marque éponyme. Après avoir été vendeur dans un magasin de vêtements, cet autodidacte a créé son entreprise. Ces jeans sont fabriqués en France, mais sa particularité est le jean sur-mesure. En 2012, il commence à produire quelques modèles dans son appartement pour des proches, puis ouvre un atelier et une boutique deux ans plus tard dans le centre de Nancy. "Nous n'importons que la toile qui vient selon les gammes du Japon ou d'Espagne". 
Mais la réduction de l'impact carbone de l'industrie du jean va plus loin. Pour la réduire encore plus, la plupart des marques ont décidé de tisser la toile en France. Chez 1083, des balles de coton arrivent de Tanzanie, du Mali et de Turquie puis sont filées puis tissées dans deux usines, l'une, Valrupt Industrie, est dans les Vosges, la seconde, Tissages de Charlieu dans la Loire.

Des jeans en lin cultivé en France
1083 et DAO veulent désormais aller plus loin dans la réduction de l'impact carbone en créant de jeans composés non plus de coton, mais de lin. Cette plante a deux intérêts par rapport au coton. Elle ne nécessite presque pas d'eau pour sa production, mais offre un autre atout pour le "made in France". "Peu de gens le savent mais la France produit 60% du lin, ce qui fait du pays le premier producteur mondial", indique Davy Dao qui actuellement achète ses toiles à l'étranger. Les autres marques vont-elles les suivre? Armand Teboul, co-fondateur de Champ de Manoeuvre, n'est pas convaincu par le lin. Ses jeans pur coton sont réalisés avec des toiles italiennes, mais surtout japonaises pour les selvedge, ces tissus haut de gamme à la maille très serrée et dont les extrémités sont renforcées par des lisières colorées. Mais il reste en Europe quelques machines capables de tisser ces fameux selvedge. Elles doivent être remises en état, mais l'attrait des clients pour ces jeans haut de gamme et pour le made in France incitent des industriels à en remettre en marche. Selon nos informations, un projet serait en cours dans l'Est de la France.
"Ce retour dans l'industrie textile de qualité serait une bonne nouvelle. Si un Français produit bientôt des selvedge, nous proposerons à notre tour des jeans 100% français", espère le dirigeant de Champ de Manoeuvre. Pour lui, ce serait un retour aux sources. "Il ne faut pas oublier que 'denim' signifie 'de Nimes', ville dans laquelle s'approvisionnait les Américains au XIXème siècle et que le jean est la toile produite à Gènes pour les voiles de bateaux". 

Selon Mr Pascal SAMAMA - BFMTV - dimanche 2 février 2020

 



19/02/2020

La liberté d'entreprendre connaîtra bientôt des limites....

C'est probablement une décision à portée historique, qui illustre bien l'importance prise par la protection de l'environnement dans la société française. 
Ce vendredi 31/1/2020, le Conseil constitutionnel a établi une nouvelle jurisprudence dont les répercussions devraient être profondes dans le monde de l'entreprise. Dans leur décision, les "Sages" affirment ainsi que la liberté d'entreprendre, à valeur constitutionnelle, pouvait être limitée au motif de la protection de l'environnement.

Des principes contradictoires?
Concrètement, le Conseil constitutionnel avait été saisi par le Conseil d'Etat d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), une procédure qui vise à combler un vide juridique, ou de trancher entre deux règles apparemment paradoxales.
En l'occurrence, l'Union des industries de la protection des plantes (UIPP) qui regroupe des entreprises de produits phytosanitaires comme Bayer ou BASF, avait dans le viseur un nouvel article inscrit le 30 octobre 2018 au code rural et de la pêche maritime, qui interdit "la production, le stockage et la circulation" dans l'UE de "produits phytopharmaceutiques contenant des substances actives non approuvées pour des raisons liées à la protection de la santé humaine ou animale ou de l'environnement." Les chimistes espéraient, en fait, continuer à produire et exporter, notamment en Afrique, des pesticides désormais interdits Europe, au nom de "la liberté d'entreprendre", reconnue comme un "principe à valeur constitutionnelle".
Mais les Sages ont rappelé en parallèle la valeur constitutionnelle de la Charte de l'environnement qui souligne que "la préservation de l'environnement doit être recherchée au même titre que les autres intérêts fondamentaux de la Nation." Tout comme ils ont évoqué la garantie de la "protection de la santé", inscrite Préambule de la Constitution de 1946.
Face à cette sorte de contradiction, ils ont donc tranché.

Le Conseil constitutionnel rappelle, par ailleurs, que l'application de l'article en question a été différée au 1 janvier 2022. "Le législateur a laissé aux entreprises qui y seront soumises un délai d'un peu plus de trois ans pour adapter en conséquence leur activité" explique la décision.
Résultat, la situation présentée "n'est pas manifestement déséquilibrée entre la liberté d'entreprendre et les objectifs de valeur constitutionnelle de protection de l'environnement et de la santé."

Selon Mr Thomas Leroy - BFM Business - vendredi 31 janvier 2020

18/02/2020

Du vrac dans le parfum...

Dans le journal "Nous", Mme Aurore Harrouis  signe un article au sujet  de la boutique de l'enseigne Equivalenza, qui propose aux clients d'Antibes(06) de recharger leurs parfums. Ce concept, importé d'Espagne par Mme Lara Furcy, est mis en place depuis 3 ans dans notre pays. Les eaux de parfum ne portent pas de nom, mais des numéros et ils sont classés par familles: florales, herbacées, fruitées ou boisées. En principe, 95% des ingrédients sont naturels.

En achetant des contenants chez Equivalenza, les recharger est très simple. Les tarifs sont doux et uniques: 13,95 euros les 30 ml,18,95 euros les 50 ml, 27,95 euros les 100 Pour compléter la gamme, Equivalenza propose des parfums d'intérieur contenus dans des bouteilles en plastique brun, des lotions capillaires, des baumes après rasage et des gels douches et autres cosmétiques, qui dès 2021 seront présentés en vrac.

Pour tout renseignement, consultez le site: www.equivalenza.com, téléphoner (09 81 82 36 52) ou se rendre à Antibes: 3, Boulevard Maréchal Foch.

Lyliane

17/02/2020

Tout savoir sur le chou chinois...

Dans le supplément à Nice-Matin "Nous", un journaliste nous présente un légume méconnu appelé " chou chinois". Il est très consommé dans les pays d'Asie et ses variétés les plus populaires sont le chou de Pékin et le Pak-Choi. En fait, il existe plus de trente sortes de chou chinois. Cuit ou cru, ce type de chou aide à protéger le système cardio-vasculaire grâce à ses antioxydants. Il est aussi très peu calorique: environ 12 calories pour 100g. Donc, en résumé, c'est un aliment santé, coupe-faim, riche en fibres, qui donne une impression de satiété.

Lorsqu'il est bouilli, les bienfaits du chou chinois sont nombreux: c'est en effet une source de calcium, de fer, de potassium, de vitamine K, B2 et C. On peut le cuisiner braisé, farci ou sauté avec du poulet, du boeuf, des champignons ou encore du gingembre, de la coriandre, du sésame ou de la sauce soja pour relever la préparation. Si l'on envisage de le conserver au réfrigérateur, il peut tenir deux semaines à condition de le faire blanchir auparavant quelques minutes à l'eau bouillante. Mais, pour le manger cru en salade, ne pas attendre plus de 6 jours.

Lyliane

Habiter avec des réfugiés...

Dans Télérama N° 3651 de janvier 2020, Mme Juliette Bénabent nous rapporte sa visite auprès des membres de l'association Caracol, fondée en 2018 par Mr Simon Guibert (27 ans) au Perreux-sur-Marne (94). Là, dans un loft de 150 M2 voué à la destruction d'ici 2 années, des locataires appartenant à diverses cultures cohabitent depuis février 2019. Somaliens,Yéménites, Afghans, tous ont leur chambre et paient 190 euros par mois.

Simon partage leur quotidien et explique d'où lui est venue cette idée: il l'a rapportée de Grande-Bretagne. Désireux d'importer en France ce principe de location multiculturelle et armé d'un grand optimisme, il a crée un élan de solidarité autour des réfugiés de la capitale. Il pratique la gouvernance partagée et il demande à tous de participer aux travaux d'amélioration tout en limitant leur empreinte écologique. Cet habitat coopératif pourrait s'étendre à d'autres régions. Des projets sont déjà en cours à La Roche-sur-Yon, Marseille, Toulouse et Paris.

Pour tout renseignement, joindre l'association Caracol.

Lyliane

 

16/02/2020

Cours de langues en ligne...

Nous sommes en 2020 et votre niveau d’anglais est resté bloqué à votre ultime révision d’un texte de Shakespeare au baccalauréat. Quant à votre espagnol, mis à part pour commander des tapas et une paella, vous seriez bien embêté.e de devoir disserter sur la réforme des retraites ou le réchauffement climatique dans la langue de Cervantès. Bref, si vous profitiez de cette nouvelle décennie pour enrichir vos capacités à pratiquer les langues étrangères?
Pour ce faire, nul besoin de perdre du temps à vous déplacer ou à chercher un.e enseignant.e de qualité dans votre région. Il vous suffit de vous munir d’une connexion internet efficace et le tour est joué! En partenariat avec le site de tutorat en ligne Preply, voici trois bonnes raisons de pratiquer une langue étrangère version 2020.

Stimuler votre cerveau (et votre sociabilité)
Vous avez parfois la sensation d’être pris dans un tourbillon de tâches à accomplir sans pouvoir pour autant activer pleinement vos méninges? Submergé.e par le flot de notifications incessantes et de mails à traiter, vous avez du mal à vous concentrer ou à lâcher du lest?
Sachez que l’apprentissage d’une langue étrangère est un excellent moyen de stimuler votre cerveau et de vous prémunir contre d’éventuels troubles de la mémoire et de l’attention. En vous mettant au calme et en prenant le temps de couper les réseaux pour vous focaliser sur l’apprentissage de nouveaux mots ou principes grammaticaux, vous vous retrouverez à la fois plus détendu.e et plus alerte intellectuellement.
Enfin, maîtriser une nouvelle langue ou améliorer votre niveau de langue vous permettra sans nul doute de rencontrer de nouvelles personnes ou de faire de vos voyages de véritables temps d’échanges et de partage. Plus vivace et plus sociable, donc? So, let’s go !

Apprenez quand vous voulez et comme vous voulez
En une connexion sur le site Preply qui propose des cours en ligne, vous voici mis en contact avec 29 000 tuteurs et tutrices qui sont majoritairement des locuteurs natifs de la langue que vous souhaitez apprendre. La plateforme vous aide à trouver votre tuteur idéal.e en fonction de vos motivations.
Vous souhaitez apprendre le japonais pour le travail, pour une raison familiale ou par simple passion? Vous avez un budget de 15 à 25 euros par semaine à consacrer à la langue russe? Vous êtes déterminé.e à devenir bilingue français-anglais ?
Tout est modulable et programmé pour vous connecter à la personne idoine et aux tarifs adéquats. Vous pouvez ensuite consulter le profil de votre potentiel futur tuteur, lire les appréciations laissées par les autres apprenants et même visionner une courte vidéo de présentation réalisée par l’enseignant afin de faire le meilleur choix. 

Devenez enseignant.e à votre tour
Tout en travaillant une nouvelle langue étrangère, pourquoi ne pas rendre la pareille et transmettre la vôtre? Certes, on ne s’improvise pas professeur en un clic, mais certains apprenants ne demandent qu’à discuter avec un locuteur pratiquant sa langue maternelle autour de thématiques qui vous rassemblent.
En précisant vos compétences pédagogiques et vos disponibilités et en vous engageant à faire preuve de rigueur et de professionnalisme, vous pouvez vous inscrire sur le site Preply et consacrer quelques heures par semaine de votre emploi du temps pour donner des cours.
Un moyen simple et agréable d’étoffer vos revenus mensuels et de vous ouvrir à des personnes de toutes les nationalités, a priori passionnées par votre culture et votre langue maternelle.
Et une façon originale de voyager et échanger sans quitter votre salon!

Selon Slate.fr - Slate - mardi 28 janvier 2020

15/02/2020

Fin du gaspillage alimentaire?

Lancé cet été par une fille d’agriculteur, Foodologic propose de mettre en relation différents acteurs pour lutter contre le gaspillage alimentaire et améliorer la rémunération des producteurs.
Que font les agriculteurs de leurs fruits et légumes invendables? Parfois trop petits, ces produits peuvent ne pas correspondre à certaines normes ; en cas de saison exceptionnelle, il peut aussi y avoir de l’excédent, qui ne pourra pas être diffusé en grande distribution ou ailleurs. Dans les deux cas, ils ne sont pas vendus. C’est ainsi qu’une partie non négligeable de la production de fruits et légumes reste donc dans les terres, quand elle n’est pas détruite.
Pour tenter d’enrayer ce gaspillage, une entrepreneuse normande implantée à Rennes depuis quelques années a fondé sa société l’été dernier. Celle-ci a pour ambition de mettre en relation agriculteurs, industriels et restaurateurs. «Le but, c’est de créer une nouvelle filière», un nouveau circuit court, lance-t-elle avec ambition au Figaro. Magali Duramé a beau avoir travaillé près d’une quinzaine d’années dans la grande distribution, elle n’évolue pas en terre inconnue. «L’univers agricole n’est pas nouveau pour moi, j’ai grandi dans une famille d’agriculteurs», confie-t-elle. «J’ai rapidement compris que c’était le principal problème car 50% du gaspillage alimentaire vient des fruits ou des légumes», explique-t-elle.
«Comme un site de rencontre, mais pour des fruits et des légumes»
Sa start-up travaille sur ces produits qui ne respectent pas les normes françaises ou européennes. En somme, elle propose de leur donner une seconde chance. Pour faire se rencontrer les différents acteurs de son projet, Magali Duramé a mis au jour un cahier des charges précis, pour qu’offre et demande puissent coïncider. «C’est comme un site de rencontres mais pour des fruits et des légumes», s’amuse-t-elle. Un site de rencontres qui devrait permettre de sauver plusieurs centaines de tonnes de fruits et légumes en 2020, selon ses premières estimations. Chaque année, 10 millions de tonnes de nourriture destinées à la consommation humaine sont perdues ou jetées.
Double bénéfice de ces rencontres entre professionnels: cela permet de ne pas rogner la marge des agriculteurs qui, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (la FAO), voient 14% de leur récolte en moyenne partir à la poubelle. Un chiffre qui fait écho au malaise actuel qui frappe le monde agricole.
Véritable enjeu environnemental
Ces objectifs sont en accord avec les deux volontés principales de l’entrepreneuse: mieux rémunérer les agriculteurs et agir en faveur de l’environnement. C’est pour cette raison que Magali Duramé reste vigilante, «afin que l’action ne soit pas contre-productive». En effet, reprenant les chiffres du ministère de l’Agriculture, elle estime qu’un transport de 100 kilomètres en camion n’est pas rentable écologiquement s’il n’y a pas, en moyenne, un minimum de 54 kilos de fruits et légumes dans le chargement.
Outre les nombreux partenaires, trois personnes font vivre l’entreprise. Et nul besoin de faire tourner des offres d’embauche, assure Magali Duramé. «Je reçois beaucoup de candidatures très diverses», explique-elle, pour rejoindre ce projet, qui devrait prendre en importance en 2020. D’ici là, l’entreprise prévoit de mettre au point son application afin de «faciliter la saisie des informations». Un déploiement national est également prévu, la concurrence étant encore faible dans le domaine.

Selon Mr Pierre Zéau - Le Figaro - lundi 23 décembre 2019

14/02/2020

Des cartables solaires en Afrique...une idée lumineuse!

Dans le journal Nous, un journaliste nous fait connaître l'initiative d'une start-up ivoirienne nommée Solarpak et créée par Mr Evariste Akoumlan: le cartable solaire. Il s'agit, en fait, d'une besace dotée d'un petit panneau solaire relié à un port USB. Ce cartable offre la possibilité d'alimenter une lampe basse consommation pendant 3 heures. Sur le site "Les Observateurs", animé par la chaîne France 24, Mr Akoumlan assure avoir déjà distribué près de 50 000 cartables, financés par des ONG et des entreprises.

En Afrique, où 80% des secteurs ruraux n'ont pas encore accès à l'électricité, cet équipement, qui ne coûte que 18 euros environ, permet que les enfants le soir puissent faire leurs devoirs et leurs lectures ou qu'il éclaire un moment la maison familiale. De plus, ce cartable est en matière étanche, ce qui permet à l'écolier de rester 20 à 30 minutes sous la pluie sans mouiller ses affaires scolaires.

Des bénévoles de "Voies du monde" ont passé commande de 30 sacs, qui leur coûtent en moyenne 19,67 euros. Ils envisagent d'équiper des classes au Burkina Faso et notamment les élèves de la ville de Bobo-Dioulasso, la capitale économique du pays. Jusque là, le cartable de Solarpak remporte pratiquement tous les suffrages, même s'il est en concurrence avec d'autres modèles sur le continent africain.

Pour tout renseignement ou don, s'adresser à www.solarpak.net.

Lyliane

12/02/2020

Inspecteurs de l'environnement pour protéger la biodiversité

Enquêtes, réquisitions, perquisitions... Le tout nouvel Office français de la biodiversité (OFB) dispose de près de 1800 inspecteurs de l'environnement dotés de pouvoirs de police renforcés afin de mieux protéger la biodiversité, s'est félicité ce mardi l'établissement public.
LIRE AUSSI >>Plus de parcs et de réserves naturelles : "Une bonne nouvelle pour la biodiversité"
Quelque "1800 agents sur les 2800 que compte l'OFB exercent des missions de police dans les territoires et les services départementaux", a indiqué son directeur général Pierre Dubreuil, ajoutant qu'ils disposaient désormais de "pouvoirs de police renforcés".
"Notre rôle c'est de connaître et protéger la nature et pour la protéger, il faut la respecter", a-t-il estimé lors d'une conférence de presse à Brest, où se trouve l'un des cinq sites nationaux de l'établissement qui regroupe depuis le 1er janvier l'Agence française pour la biodiversité (AFB) et l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).
Pas de garde à vue possible
La loi à l'origine de la création de l'OFB donne à ces inspecteurs de l'environnement "quasiment des prérogatives de police judiciaire", a précisé Loïc Obled, directeur général délégué à la police de l'établissement. Ces "agents pourront faire des enquêtes, du début à la fin, avec des réquisitions, des auditions, des perquisitions", a-t-il détaillé, soulignant qu'ils ne pouvaient cependant pas placer une personne en garde à vue.
LIRE AUSSI >>Dans les vignes, les chauves-souris veillent au grain
Sous le contrôle du procureur de la République, ils peuvent ainsi conduire des enquêtes, de la constatation de l'infraction au renvoi du prévenu devant le tribunal, sans avoir à se dessaisir au profit d'un officier de police judiciaire généraliste. ls ont notamment accès aux fichiers des permis de conduire et des habilitations de port d'armes et peuvent procéder à des réquisitions auprès des opérateurs de télécommunication. L'Office français de la biodiversité, créé pour répondre aux enjeux de préservation du vivant, est placé sous la tutelle des ministères de la Transition écologique et de l'Agriculture.
Selon l'Express-mardi 21 janvier 2020

10/02/2020

Comment fabriquer sa propre lessive?

Aujourd’hui, rares sont les lessives industrielles à avoir des ingrédients sans substances chimiques, potentiellement nocives pour notre santé et pour l’environnement. Vous avez donc peut-être déjà songé à faire vos propres produits ménagers mais sans trop savoir par où commencer ? Pour vous aider, on vous propose une recette du blog Banana Pancakes, simple, rapide et avec peu de produits. L’objectif : que vous puissiez enfin vous lancer les yeux fermés !
Les ingrédients :50 g de savon de Marseille en copeaux ou râpé (si possible composé de minimum 72% d’huile végétale, sans parfum, glycérine et conservateur), 1 c.à.s de bicarbonate de soude, 1l d'eau et facultatif 10 gouttes d'huile essentielle (lavande)
La recette : Dans une casserole, faites chauffer l’eau, ajoutez le savon de Marseille,
mélangez doucement jusqu’à la dissolution du savon, laissez refroidir environ 30 minutes, ajoutez la cuillère à soupe de bicarbonate de soude ainsi que les gouttes d’huile essentielle si vous en avez, laissez refroidir complètement, versez l’ensemble dans le récipient de votre choix (un ancien bidon de lessive par exemple). 

Cette recette vous permet de réaliser 1 litre de lessive que vous pourrez doser comme une lessive classique.
Pour tous ces ingrédients y compris les huiles essentielles, comptez environ 7 euros. Sachez que vous pourrez les réutiliser pour refaire cette recette plusieurs fois.

Selon redaction - Gentside - lundi 20 janvier 2020

 

 

 

 

 

09/02/2020

Le frigo comme modèle d'économies d'énergie...

Dans le journal La Croix du 10/1/2020, Mme Céline Schoen consacre un long dossier aux économies d'énergie, selon un sondage BVA révélé par le quotidien. Les Français dans l'ensemble semblent attentifs au climat dans leurs gestes quotidiens. 39% d'entre eux par exemple affirment qu'ils se chauffent moins qu'auparavant l'hiver et 31% de nos concitoyens réduisent l'usage de leur climatisation. 82% des Français éteignent leurs appareils électriques au lieu de les laisser en veille. De même, on achète de plus en plus de modèles d'appareils à haute performance énergétique (frigo, congélateur).

L'article souligne que le réfrigérateur est "le bon exemple à suivre, car il a fait sa révolution énergétique il y a quelques années". Rappelons les appareils classés de A à D, puis l'élimination du gaz CFC après le Protocole de Montréal, qui jouent un rôle majeur. C'est d'autant plus important car frigos et congélateurs, qui fonctionnent en permanence, pèsent 31% de la consommation d'un logement, hors chauffage. Les fabricants ont en effet accepté de concevoir autrement leurs produits. Peu à peu, le frigo a fait des émules: lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge et ampoule LED.

A l'ADEME, on se félicite de ce virage qualitatif, mais on regrette que le secteur des téléviseurs et de la rénovation des bâtiments n'aient pas encore été pris en compte par la réglementation. De même, ordinateurs personnels, tablettes, téléphones mobiles, enceintes et autres objets connectés annulent les gains d'énergie enregistrés jusque là. En effet, il se trouve encore des Français, notamment dans la jeune génération, qui ont l'illusion que les ressources de la planète sont illimitées... Le prix actuel de l'électricité étant sous-évalué, bientôt son prix risque de grimper.

Les destinations de vacances ont également évolué: 83% de nos concitoyens les passent désormais en France. Le kérosène n'étant pas taxé, certains qui voyagent au loin acceptent de compenser leurs émissions de CO2. En semaine, beaucoup font du covoiturage, marchent, prennent les transports en commun ou leur bicyclette (70% environ). Côté alimentation, ce sont les plus de 65 ans qui ont le plus réduit leur consommation de viande rouge et qui achètent le plus de produits locaux et de saison. Quant à la gestion des déchets, beaucoup recourent au tri et renoncent aux sacs plastiques.

De beaux défis restent encore à gagner, mais le mouvement est en route, ce qui est très encourageant! Notons enfin que le journal La Croix organisera du 9 au 11 juin à Angers ses premières "rencontres de l'écologie": trois jours de débats et de rencontres pour imaginer ensemble (entrepreneurs, associations, agriculteurs, étudiants, élus...) la transition écologique dans toutes ses dimensions, y compris éthiques et morales. Parmi les intervenants figureront Mrs Nicolas Hulot, Cyril Dion, Frédéric Boyer... Pour tout renseignements, s'adresser à www.rencontresecologie.la-croix.com.

Lyliane

08/02/2020

Articles de sport d'occasion...

Pour se dépenser sans créer davantage de déchets, les articles de seconde main, en très bon état, sont une bonne option de plus en plus accessible.
Retrouvez tous les samedis dans la chronique «Terre d’actions» des initiatives pratiques et écolos en France et dans le monde.

Après l’enfilade de repas copieux de fin d’année, les tenants des bonnes résolutions s’attellent à la remise en forme. Commencer un nouveau sport implique de s’équiper d’une panoplie d’accessoires plus ou moins nécessaires. C’est coûteux, y compris pour l’environnement. Surtout si le coup de foudre pour une discipline s’étiole rapidement.

Selon l’Ademe, la France est «le 4 ème pays au monde et le premier européen à consommer des articles de sport et de loisirs». Ce qui crée en bout de course des montagnes de déchets supplémentaires. Alors pour réduire le gaspillage, mieux vaut se concentrer sur l’essentiel, le matériel de base. Ensuite, on évite d’acheter du neuf. La mission peut sembler difficile car les boutiques d’occasion dédiées au sport sont encore rares. Mais le mouvement est amorcé.

Recycleries sportives
Un des projets pionniers se trouve à Massy (Essonne), où une recyclerie sportive a ouvert en 2016. Un deuxième local s’est installé dans le XVIIarrondissement de Paris en mars 2018. La boutique solidaire collecte, répare et donne accès à du matériel ainsi qu’à des tenues de seconde main à prix riquiqui et en très bon état. Escalade, roller, ski, randonnée, vélo… Des dizaines de pratiques sportives sont représentées. Ce qui permet aussi de rendre accessible certains sports comme l’équitation.

La recyclerie s’approvisionne grâce aux dons de particuliers, de centres de pratiques sportives et de magasins spécialisés. Elle demande une adhésion de 5 euros par an pour l’accès aux achats en boutique et 25 euros pour inclure les ateliers de réparation (raquettes, bicyclette…) et de création.

Le principe est similaire à Nantes, avec SupporTerre, et près de Bayonne, au Hangar du sport, tous deux ouverts depuis 2017.Sites spécialisés
Pour des achats en ligne, il existe des sites spécialisés dans la revente et l’achat de matériel de sport de seconde main comme les Occasions du sport, SportOkaz, LinkNSport ou TrocSport. Même les grosses marques s’y mettent. On peut par exemple trouver son bonheur sur Decathlon occasion. Pour l’achat d’un produit neuf dans ses magasins, l’enseigne propose de racheter dans certains cas (surtout vélos et sports de glisse) votre ancien matériel, à condition qu’il soit similaire, et le revend sur son site dédié. L’enseigne organise aussi des Trocathlon, événements de vente et achat de matériel sportif d’occasion. On peut aussi tenter sa chance sur Le Bon Coin et Emmaüs, plus généralistes.

07/02/2020

Sommes nous entrés dans la déconsommation?

De la consommation à la déconsommation, c'est tout un modèle de société qui est en train d'évoluer. L'an dernier, les achats de produits de grande consommation ont reculé de 1,4%. Signe d'une volonté de consommer moins mais mieux.
"Manger moins, mais mieux". C'est un tournant dans le mode de vie des Français. Selon une étude publiée par les Echos vendredi, les Français achètent de moins en moins dans les supermarchés. Les volumes baissent pour la deuxième année consécutive. Surtout, cette baisse s'accélère : -1,4% en 2019 contre 0,7% en 2018. Un phénomène qui oblige les distributeurs à s'adapter.
Devant les supermarchés, les chariots restent rangés, enchaînés les unes aux autres, et les clients ne ressortent qu'avec des sacs à la main car ils font de moins en moins leurs courses ici. On achète moins au supermarché... car on s'y rend moins souvent. Les clients préfèrent souvent aller chez les spécialistes ou les marchands de nourriture bio. Et au lieu de manger de la viande tous les jours, ils en consomment une fois par semaine, et de meilleure qualité.
"Sobriété de la consommation"
Emily Mayer de l'Iri, l'institut qui a réalisé cette étude, constate ces nouvelles habitudes de consommation. "Il y a une partie de ces achats qui vont être reportés sur d'autres circuits de distribution. Mais de manière générale, on sent qu'on arrive à une certaine sobriété de la consommation en volume, en France, avec la population qui vieillit et qui se tertiarise énormément."
Même si le chiffre d'affaires de la grande distribution a augmenté in extremis de 0,8%, il pourrait ralentir voire diminuer en 2020. Sur les 300 types de produits d'un hypermarché, 7 sur 10 sont à la baisse.

Selon Mr Matthieu Bock - Europe 1 - vendredi 17 janvier 2020

 

Le navet, un légume racine de saison...

Dans le petit journal des Biocoop, Mme Pascale Solana fait l'apologie du navet. Elle explique qu'en Europe, ce légume racine à chair blanche fut longtemps la base alimentaire des hommes et  des animaux, avant l'arrivée de la pomme de terre. On a hélas donné ce nom à un mauvais film, alors que des fricassées rustiques aux fins glaçages, le navet est une source importante de vitamines, de minéraux, d'oligo-éléments. Le navet appartient à la famille des Brassicassées comme le chou, la roquette ou le rutabaga.

Le navet est semé en mai en pleine terre et il est récolté 2 mois plus tard environ. Sur les marchés, on trouve ce légume racine soit rond à collet violet,  soit boule d'or. Ses fanes se mangent comme des épinards. En cuisine, on le déguste cru en salade avec une sauce yaourt, en jus avec des pommes ou rapé comme des carottes. Certains le font lacto-fermenter et le mangent comme de la choucroute. Enfin, cuit, il agrémente nos soupes de légumes, ou bien on se régale de le trouver frit, cuit à la vapeur, en jardinière ou en purée...

Son prix très raisonnable et sa haute teneur en  soufre, eau et fibres permettent de le mettre sur toutes les tables. Alors, cet hiver, n'hésitons pas à le consommer!

Lyliane

06/02/2020

Sortie des centrales à charbon en Allermagne...

L'Allemagne s'est dotée tout récemment d'un calendrier et a prévu des indemnités pour l'arrêt de ses centrales à charbon, étape importante vers l'abandon de cette énergie très polluante entre 2035 et 2038.
Après des mois de négociations, sous la pression croissante des défenseurs du climat, "la sortie progressive du charbon débute maintenant", s'est félicitée la ministre de l'Environnement, Svenja Schulze.
Le gouvernement et les quatre Etats-régions qui abritent les bassins miniers - Rhénanie du Nord-Westphalie, Brandebourg, Saxe et Saxe-Anhalt - se sont mis d'accord sur un échéancier et un cadre d'indemnisations.

Plus de 4 milliards d'indemnités
L'ensemble doit être formalisé dans un projet de loi soumis le 29 janvier au conseil des ministres, pour une adoption espérée "au premier semestre 2020", selon le ministère de l'Economie.
Berlin a promis 4,35 milliards d'euros d'indemnités, réparties "sur une quinzaine d'années suivant les fermetures" parmi les exploitants de centrales à charbon. 2,6 milliards ont été attribués au géant allemand RWE, qui opère les centrales du bassin rhénan, dans l'Ouest - un montant "bien en dessous des dommages" évalués à plus de 3,5 milliards d'euros, a déploré le groupe.

Chez le fournisseur d'électricité, 3.000 emplois seront supprimés "à court terme" et 6.000 d'ici 2030, notamment à travers des départs anticipés à la retraite, soit une réduction de 60% des effectifs dans la branche lignite et un quart des effectifs du groupe.
1,75 milliard reviendra aux centrales de l'Est, a détaillé le ministre des Finances Olaf Scholz. Mais la facture pourrait encore gonfler, puisque M. Scholz n'a évoqué que les fermetures "dans les années 2020", sans parler des ultimes mises à l'arrêt des années 2030.

 "Trop tard !"Comme annoncé il y a un an, l'Allemagne vise un abandon du charbon au plus tard en 2038 mais pourrait "avancer de trois ans" cette échéance pour viser 2035, en fonction des bilans d'étape menés en 2026 et 2029.
"La sortie du charbon n'est pas une question de technique mais de volonté politique. Elle doit arriver maintenant, 2035 est bien trop tard !", a déploré sur Twitter l'organisation Ende Gelände, à l'origine de plusieurs occupations de mines.

L'accord détaille pour la première fois un calendrier de fermeture des centrales à lignite, charbon brun particulièrement polluant, qui débutera le 31 décembre 2020 avec un des complexes opérés par RWE à proximité de la mine de Garzweiler.
Il prévoit également la fin des autorisations d'exploitation de la forêt millénaire de Hambach, dans l'ouest de l'Allemagne, menacée par l'extension d'une mine de lignite et devenue un symbole de la lutte contre le charbon. Plus de la moitié des 2,1 milliards de tonnes charbon exploitables par RWE "resteront enterrés", précise le groupe.
"Au lieu des 3 gigawatts prévus" l'an dernier, "seulement 2,8 gigawatts de lignite seront mis hors service d'ici 2022", et la majorité des fermetures "est reportée au-delà de 2030", critique cependant Olaf Bandt, président de l'association écologiste BUND.

Sortie du nucléaire:Les défenseurs du climat, qui pressent le gouvernement d'accélérer ses efforts, déplorent de surcroît la mise en service d'une nouvelle centrale au charbon dans le bassin rhénan, Datteln 4, confirmée jeudi. "C'est juste absurde", a tweeté Luisa Neubauer, figure allemande du mouvement Fridays for future.
Dans les régions minières, l'Etat prévoit l'instauration d'un fonds d'indemnités pour les salariés du secteur, qui pourrait être versé "jusqu'en 2043".Une aide financière totale de 40 milliards d'euros sera également accordée aux régions minières jusqu'en 2038, conformément à un projet de loi adopté en mai 2019.

L'abandon par l'Allemagne du charbon, énergie bon marché à l'origine de son développement industriel, est compliqué par la décision prise en 2011 de sortir du nucléaire d'ici 2022.
Malgré la montée en puissance des énergies renouvelables, intermittentes et difficiles à stocker et transporter, la première économie européenne tire encore plus d'un tiers de son électricité de la houille et du lignite.
Dans un plan adopté en décembre, l'Allemagne s'est fixé l'objectif de diminuer de 55% les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030 par rapport à leur niveau de 1990, alors qu'elle est déjà assurée de manquer ses objectifs climatiques pour 2020.


Selon Mme Coralie Febvre, AFP - La Tribune - jeudi 16 janvier 2020

Relocalisons la terre avec Terre de Liens...

4 sur 3 682
 

05/02/2020

A propos de la NEF, une banque éthique mise en lumière par Gen'éthic...

Une plateforme qui passe au crible l’impact des entreprises:Gen'éthic:

Jusqu’alors il n’existait aucun outil permettant de mesurer la responsabilité des structures de l’Economie Sociale et Solidaire sur autant de critères. Créé par Léo Astorino, jeune entrepreneur lyonnais, Gen’éthic est la première plateforme qui permet aux entreprises d’évaluer et de rendre publique leurs performances en matière sociale, écologique, économique et de gouvernance.


À l’image de Yuka, l’application phare qui scanne les produits de notre alimentation, Gen’éthic scanne et met à disposition du public l’impact environnemental et social des entreprises, afin de permettre à chacun de savoir si les produits ou services sont conformes à ses valeurs. La précision des questions posées aux entreprises lors de ce « test ADN » rendent alors le greenwashing impossible. Les questions reposent exclusivement sur des données objectives. Elles concernent aussi bien le taux de mixité dans les instances dirigeantes que la proportion d’énergie renouvelable consommée. Le test se base sur plus de 100 indicateurs adaptés la taille de l’entreprise et son secteur d’activité.

Gén’ethic permet donc non seulement au public, mais également aux candidats à l’emploi, aux partenaires ou aux banques et investisseurs, de pouvoir éclairer tous leurs choix de critères éthiques. 

Enfin, si les chiffres permettent de savoir si l’entreprise est un peu, beaucoup ou pas du tout éthique, au delà de la note obtenue, c’est bien la transparence qui est avant tout valorisée par Gen’éthic. Ainsi l’évaluation et la publication de l’impact des organisations leur permet également de prendre conscience de leur marge d’amélioration en matière de développement durable.

La Nef plutôt bonne élève au test de l’ADN !

ADN de la Nef sur genethic

 

Aux côtés de plusieurs acteurs de l’ESS, la Nef a été contactée pour faire partie des testeurs de cette solution. Nous nous sommes alors soumis aux nombreuses questions permettant l’analyse de notre ADN.

Gen’éthic a évalué quatre domaines d’impact auxquels nous obtenons les notes suivantes :

  • Environnement : 87%
  • Social : 90%
  • Economie : 74%
  • Gouvernance : 97%

Pour un score total de 87 %

 

Consultez le détail de notre ADN en cliquant ici.

 

—–

Vous souhaitez recevoir d’autres actualités de la Nef ? Inscrivez-vous au Billet notre newsletter mensuelle !

 

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Toute l’actualité de la Nef par email.

S’inscrire

 

Contactez-nous

La Nef se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.
lanef@lanef.com

04 81 65 00 00

04/02/2020

Le Net sans Google, c'est possible...

Dans le journal Fémina, Mme Brigitte Valotto s'est penchée sur la possibilité pour les consommateurs du monde entier de pouvoir se passer de Google. Le modèle économique, chez ce géant du "big data", se fonde, en effet, sur le principe de récupération de toutes les informations possibles sur ses utilisateurs pour les fournir à des publicitaires. Toutefois, des solutions existent avec des navigateurs indépendants qui n'analysent pas nos données, ni nos habitudes de consommation.

Il s'agit, en effet, de trouver des programmes "open source". parmi eux, Firefox est le plus connu, mais il y a aussi Chromium, Brave ou Tor. Ce dernier porte en son sein un manifeste"the Tor Projekt", un organisme sans but lucratif, animé par des bénévoles, qui garantit que toutes les données personnelles seront protégées. Il masque l'adresse IP et utilise des serveurs différents. Du coup, ni traqueurs, ni publicités. Pour davantage d'infos, consulter: www.torprojekt.org. Chacun doit donc chercher un bon navigateur et un bon moteur de recherche pour échapper au contrôle de ses données et à la revente de son profil à des sociétés de marketing.

 Des métamoteurs existent capables d'agréger les résultats de plusieurs moteurs de recherche différents. En pratique, l'article signale DuckDuckGo qui tourne avec un cinquantaine de moteurs en mode privé, ne stocke aucune adresse IP et ne collecte ni cookies, ni historiques de recherche. Il compte actuellement un peu plus de 30 millions de requêtes par jour. D'autres comme Disconnect Search ou Gibiru rassemblent les résultats de Google, de Bing et de Yahoo, sans relier votre recherche à votre adresse IP. toutefois toutes ces options sont américaines.

En Europe, nous bénéficions en principe au "droit à l'oubli". Mais la CNIL a perdu contre Google devant la Cour de justice de l'UE... Pratiquement, les européens ont le choix entre Exalead ou Qwant. ce dernier, crée en 2013 par une société toulousaine, s'est engagé à ne pas filtrer les contenus d'Internet, ni à tracer les utilisateurs.  La cybersécurité, enfin, peut s'accompagner de motivations éthiques, solidaires, voire écologiques. Ecosia, un métamoteur de recherche allemand, a son siège à Berlin et sa propre centrale solaire pour alimenter ses serveurs d'une énergie 100% renouvelable. De plus, les recherches sur Ecosia contribuent à la reforestation (45 recherches représentent un arbre planté). En effet, 50% de ses revenus publicitairessoutiennent des projets écologiques.

En France, le tout nouveau moteur de recherche Ecogine, crée par 3 étudiants nantais, verse également ses bénéfices à des associations écologistes. Quant à Lilo, autre moteur français, il soutient des projets sociaux et environnementaux. depuis l'été 2019, Lilo a lancé son service de messagerie"éthique et solidaire" et s'engage à envoyer des e-mails à faible impact écologique.

Lyliane

 

 

 

 

 

03/02/2020

A propos des bouillottes...

Selon Mme Jessica Agache-Gorse, journaliste pour Version Fémina, le modèle traditionnel des bouillotes de nos grand-mères est complété de nos jours par d'autres beaucoup plus modernes. Quoi qu'il en soit, il est aujourd'hui prouvé par des chercheurs britanniques de l'University College de Londres que "les bouillottes ont un effet apaisant sur les maux de ventre féminins. La chaleur dégagée n'est pas seulement un facteur de bien-être, mais à partir de 40°, elle agit au coeur des cellules, au niveau des récepteurs de la chaleur".

La plus simple, la bouillotte à eau en caoutchouc ou en plastique, offre une chaleur durable. mais il faut veiller à ne jamais utiliser de l'eau bouillante (pas au delà de 60°) à la remplir aux 3/4 seulement et à bien la fermer. Généralement on la glisse dans une housse pour que le contact soit plus agréable. Le prix de ces bouillottes est modéré (10 euros) et on en trouve facilement en pharmacie ou en supermarché. Les femmes souffrant d'endométriose, de cystite ou de règles douloureuses en font habituellement une alliée.

La bouillotte électrique soit préremplie avec une solution aqueuse, soit 100% électriques, demande un simple branchement de 15 minutes pour la charger. Elle peut fonctionner pendant plusieurs heures ensuite.Toutefois, ces modèles robustes ne doivent jamais être utilisés branchés. On en trouve sur Internet aux environs de 30 euros. Certaines sont simples, d'autres plus sophistiquées avec choix de la température, du temps de chauffage...Elle est préférée par des personnes souffrant d'arthrose ou de douleurs chroniques.

La bouillotte sèche par contre, remplie de noyaux de cerise, de graines de colza, de blé ou de lin, peut épouser les formes du corps et calme les douleurs musculaires (crampes par exemple). On la trouve en effet sous forme d'écharpes, de coussins, de ceintures, mais aussi de peluches pour les enfants. Cette bouillotte peut être chauffée au micro-ondes, mais pour plus de sécurité on peut aussi la placer sur un radiateur ou dans un four traditionnel dans un plat 5 à 10 minutes à 150 °(th.5).

Enfin, la bouillotte en gel ou en terre, peut renfermer de la tourbe, de l'argile ou des perles de gel (chimique) ou de silice. La journaliste affirme qu'on l'adopte si l'on souffre de maux de ventre,de colites,de difficultés de digestion... On la place généralement au niveau du foie. La chaleur active alors la circulation sanguineet réactive la production de bile. Elle se chauffe au micro-ondes, mais vérifier la chaleur avec le dos de la main pour éviter d'éventuelles brûlures. On en trouve en pharmacie ou sur Internet. Son prix tourne autour de 15 euros.

Pour en savoir davantage, lire l'ouvrage du Dr Henry Puget et de Mme R. Teyssat aux éditions de La Martinière intitulé:" Encyclopédie des remèdes de grand-mères.

Lyliane

 

02/02/2020

Comment semer de la joie dans son quartier?

Mme Gaëlle Belda dans le journal Nous raconte comment une ancienne infirmière a lancé en septembre 2019 une association à St Isidore (06). Mme Patrizia Gallo en effet  a souhaité mobiliser les seniors de ce quartier non loin de Nice autour de quelques activités. Ce fut la création du "Potager de la fantaisie". Chaque semaine, l'association rassemble les habitants du  quartier.

Sur ce coin de terre maraîchère, où l'ambiance était celle d'un village, elle a constaté que les seniors avaient été un peu oubliés. Aussi avec quelques personnes alentour va-t-elle chercher à y remédier.  Dans ce petit "Montmartre" de Nice comme l'appellent certains, on fait de la musique, on danse, on chante, on pratique la capoéira (sorte de gymnastique brésilienne), on improvise des événements. Par exemple, dans un jardin à proximité, une armoire à livres a été installée. La création d'un média local est même en projet!

Bref, dans notre pays il y a de la place pour que des personnes actives puissent monter de sympathiques projets et créer du lien social! Pour tout renseignement, regarder sur Facebook "Le potager de la fantaisie" ou téléphoner au 07 82 71 56 44.

Lyliane

31/01/2020

Recyclage pour un orchestre

Ses instruments sont fabriqués à partir de détritus : l'orchestre paraguayen de Cateura prouve que de grandes et belles choses peuvent naître du recyclage. En concert dans le Puy-de-Dôme jusqu'au 12 janvier.

Des instruments faits de bric et de broc : une peau de batterie fabriquée avec une radio médicale, des pistons de trompette conçus à partir de pièces de monnaie ou un violoncelle né d'un bidon d'huile. Ces instruments forment un véritable orchestre connu dans le monde entier : vingt-cinq jeunes musiciens venus d'une ville où la seule façon de s'en sortir est de faire les poubelles, en font désormais partie. L'orchestre de Cateura est un magnifique projet de développement social et durable.

Dans le répertoire de l'orchestre des instruments recyclés : de la musique populaire, du rock et même du classique. Le projet intègre tous les enfants de Cateura, quartier pauvre d'Asunción, quelque soit le niveau musical de chacun.

Comme un pied de nez à la fatalité. L'histoire commence en 2006 quand Flavio Chavez propose aux enfants des recycleurs de la décharge de leur enseigner la musique. Mais acheter des instruments neufs était inenvisageable, alors il les a fait fabriquer à partir de déchets récupérés sur les monticules d’ordures. Quand le premier violon a été créé, personne n'y croyait vraiment. Mais il y a eu comme une étincelle.
D'instruments en instruments, en quelques années, les concerts se sont multipliés. L'orchestre des instruments recyclés joue désormais devant des têtes couronnées, des personnalités à l'ONU et en première partie de concerts de rock. En 2018, il a enchaîné quatorze tournées dans le monde.
Concerts prévus jusqu'au 12 janvier dans le Puy-de-Dôme.

Selon France info vendredi10/1/2020

A quoi va servir l'énergie quantique?

Cela ressemble à de la science-fiction. Et pour le moment, ça l'est encore. Mais les technologies quantiques sont en train de prendre forme. Si bien que le gouvernement a annoncé jeudi la création d'une "task force" interministérielle dédiée. Concrètement, il s'agit d'un groupe de travail qui inclut les ministères de la Défense, de l'Economie et de la Recherche, de la recherche publique (CEA, Inria et CNRS) et des opérateurs financiers (Bpifrance et secrétariat général pour l'investissement).

Son but? "Garantir le financement à bon niveau des programmes les plus productifs" à travers le fonds pour les investissements de rupture, le pacte productif ou la future loi de programmation sur la recherche, indique la ministre de la Recherche Frédérique Vidal à l'occasion de la remise d'un parlementaire sur le sujet rapport à l'Assemblée nationale. L'idée est de ne pas rater ce "virage", véritable enjeu économique mais aussi de souveraineté pour l'Etat français.

De 10.000 ans à 200 secondes
Alors en quoi cela consiste ? Le terme "quantique" renvoie à l'infiniment petit. A l'échelle atomique, les propriétés de la matière changent et ouvrent de nouvelles perspectives dans les domaines de l'informatique, de la physique ou encore de la médecine."La mécanique quantique, c'est une discipline de la physique qui apparaît dans les années 1890 -1900" explique sur le plateau de Inside, Olivier Hess, expert quantique chez IBM France. Puis, à la fin du 20 siècle, apparaît l'idée que cette mécanique puisse "déboucher sur une technologie quantique". A savoir le fameux ordinateur quantique, probablement le meilleur exemple de la révolution qui s'opère.

En se libérant du langage binaire classique d'un ordinateur actuel, cette machine du futur décuple sa puissance. Concrètement, un calcul qui demanderait 10.000 ans à un ordinateur de la NASA serait assuré en… 200 secondes par un ordinateur quantique.
Google avait d'ailleurs annoncé avoir atteint, en septembre dernier, la "suprématie quantique", c’est-à-dire le passage à des calculs impossibles avec un ordinateur classique, aussi puissant soit-il. L'étude avait été contestée par IBM. Il faut dire que l'enjeu financier est énorme tant la technologie devrait bouleverser notre avenir. Tous les géants du numérique s'y intéressent comme Microsoft, Huawei, Alibaba ou encore HP.

L'avenir des voitures autonomes:

Le premier atout du quantique, c'est donc la vitesse de calcul et donc le traitement de données en temps réel. La technologie sera, par exemple, très intéressante pour la mobilité de demain, en particulier pour la voiture autonome. La masse de data qui devra être traitée dans un monde dominé par l'internet des objets devrait être très facilement gérée par des ordinateurs quantiques. En 2017, Volkswagen a annoncé un partenariat avec le canadien DWave Systems pour développer de nouveaux algorithmes beaucoup plus avancés que ceux existants. Si cela ressemblait davantage à un coup de com, cela montrait aussi l'ambition des professionnels du secteur.

De la même façon, la reconnaissance vocale ou faciale sera aussi plus fine, le fret sera mieux organisé, la production d'énergie mieux optimisée… Le potentiel est donc énorme.

Un autre secteur prometteur pour le quantique, c'est le cryptage des données avec de nouveaux algorithmes qui seraient physiquement incassables. En 2016, la Chine a ainsi envoyé dans l'espace un satellite de communication quantique qui utilise des photons (composant de la lumière) pour transmettre des données. Or tenter d'observer un photon change ses propriétés : la tentative d'espionnage ou d'interception est donc immédiatement remarquée.

Dans le domaine de sa santé, la vitesse de calcul du quantique permettra de développer de nouveaux médicaments en créant des simulations génétiques bien plus nombreuses qu'avec les machines actuelles.

"L'avantage quantique" dans 3 ou 5 ans

Alors où en est-on avec l'ordinateur quantique? "Il existe physiquement" assure Olivier Hess. Avant de tempérer : Ces machines "restent inférieures, aujourd'hui, à des machines classiques" explique-t-il. "Mais elles ont la stabilité, la maturité suffisante pour permettre de commencer à faire des choses".

Chez IBM, on espère atteindre "l'avantage quantique" dans 3 ou 5 ans, c'est-à-dire, le moment où on dépassera "sur certains types de problèmes, une machine classique." Mais on sera encore à l'état d'un prototype, peu utilisable concrètement. 

Pour autant, la France ne veut pas laisser passer le train. Le rapport parlementaire préconise un investissement de 1.4 milliard d'euros sur 5 ans. Probablement trop peu pour prendre les devants. Mais au moins de quoi suivre le mouvement.x algorithmes qui seraient physiquement incassables. En 2016, la Chine a ainsi envoyé dans l'espace un satellite de communication quantique qui utilise des photons (composant de la lumière) pour transmettre des données. Or tenter d'observer un photon change ses propriétés : la tentative d'espionnage ou d'interception est donc immédiatement remarquée.

Dans le domaine de sa santé, la vitesse de calcul du quantique permettra de développer de nouveaux médicaments en créant des simulations génétiques bien plus nombreuses qu'avec les machines actuelles.

"L'avantage quantique" dans 3 ou 5 ans

Alors où en est-on avec l'ordinateur quantique? "Il existe physiquement" assure Olivier Hess. Avant de tempérer : Ces machines "restent inférieures, aujourd'hui, à des machines classiques" explique-t-il. "Mais elles ont la stabilité, la maturité suffisante pour permettre de commencer à faire des choses".

Chez IBM, on espère atteindre "l'avantage quantique" dans 3 ou 5 ans, c'est-à-dire, le moment où on dépassera "sur certains types de problèmes, une machine classique." Mais on sera encore à l'état d'un prototype, peu utilisable concrètement. 

Pour autant, la France ne veut pas laisser passer le train. Le rapport parlementaire préconise un investissement de 1.4 milliard d'euros sur 5 ans. Probablement trop peu pour prendre les devants. Mais au moins de quoi suivre le mouvement.x algorithmes qui seraient physiquement incassables. En 2016, la Chine a ainsi envoyé dans l'espace un satellite de communication quantique qui utilise des photons (composant de la lumière) pour transmettre des données. Or tenter d'observer un photon change ses propriétés : la tentative d'espionnage ou d'interception est donc immédiatement remarquée.

Dans le domaine de sa santé, la vitesse de calcul du quantique permettra de développer de nouveaux médicaments en créant des simulations génétiques bien plus nombreuses qu'avec les machines actuelles.

"L'avantage quantique" dans 3 ou 5 ans
Alors où en est-on avec l'ordinateur quantique? "Il existe physiquement" assure Olivier Hess. Avant de tempérer : Ces machines "restent inférieures, aujourd'hui, à des machines classiques" explique-t-il. "Mais elles ont la stabilité, la maturité suffisante pour permettre de commencer à faire des choses".

Chez IBM, on espère atteindre "l'avantage quantique" dans 3 ou 5 ans, c'est-à-dire, le moment où on dépassera "sur certains types de problèmes, une machine classique." Mais on sera encore à l'état d'un prototype, peu utilisable concrètement. 

Pour autant, la France ne veut pas laisser passer le train. Le rapport parlementaire préconise un investissement de 1.4 milliard d'euros sur 5 ans. Probablement trop peu pour prendre les devants. Mais au moins de quoi suivre le mouvement.

Selon Mr Thomas Leroy - BFM Business - samedi 11 janvier 2020

30/01/2020

S'équiper en distributeurs sans passer par une banque...

Cela faisait 8 ans que Millery (et ses 4500 habitants) à 20 km de Lyon avait perdu son unique établissement bancaires. La ville a réussi à se doter d'un distributeur de billets sans passer par une banque. C'est le transporteur de fonds Loomis qui le lui a fourni, contre un loyer mensuel. La mairie a financé les travaux d'installation.

En trois ans, le nombre de distributeurs de billets a diminué de 5,3% en métropole, passant de 55.629 automates à fin 2015 à 52.697 automates à fin 2018, selon un rapport de la Banque de France, datant de juin 2019.

Ces communes ne baissent pas pour autant les bras et se démènent pour faire réinstaller, sans passer par les banques, le distributeur automatique de billets (DAB) qu'elles ont perdu.
Ayant contacté 14 banques, qui ont toutes refusé de s'engager sur l'installation d'un DAB sur son territoire, cette ville de 4500 habitants, située à 20 km de l'agglomération de Lyon, a décider de s'appuyer sur une société de transport de fonds, Loomis, pour s'équiper d'un distributeur de billets sur son territoire.

Le prétexte lui en a été donné par la reconstruction d'une école maternelle, à proximité des commerces, chantier qui lui a permis de réaliser aussi les travaux nécessaires à l'accueil de cet équipement.
Aux travaux d'installation qu'elle a financés, s'ajoute le paiement d'une location de 1000 euros (HT) par mois à Loomis qui se charge de la maintenance, et de l'approvisionnement en billets du DAB, après en avoir établi le cahier des charges techniques et gérer les enjeux de sécurité.

Pour cette société d'origine suédoise (filiale du groupe Securitas), spécialisée dans le transport de fonds, cette installation d'un DAB sous sa marque est la deuxième du genre en France. Un premier distributeur automatique de billets a été mis en place en mai 2018 par ses soins, dans le parc d’attraction Spirou (Avignon). Loomis prévoit d'équiper deux autres communes courant janvier 2020, à Châteauneuf-le-Rouge et Cuges-les-Pins (Bouches-du-Rhône).

Sa rivale, la Brinks, développe une stratégie comparable via son offre Point cash village. Ce service clé en main s'adresse aux collectivités et aux commerçants qui souhaitent avoir leur point de retrait de billets de banque. Elle se charge, comme elle l'a fait en Bretagne à Locmaria-Plouzané, dans le Finistère, d'installer le distributeur de billets, de son approvisionnement, de la maintenance et de la gestion des éventuels soucis de retrait.

Selon Mr Frédéric Bergé - BFMTV - samedi 11 janvier 2020

 

29/01/2020

Un plan d'investissement gouvernemental pour les petites lignes ferroviaires...

Les petites lignes SNCF vont être l'objet d'un plan d'investissement visant à préserver leur existence et leur exploitation au service des voyageurs. Des "plans d'actions régionaux" doivent être signés "avant le 15 février" avec les exécutifs régionaux "pour lesquels les travaux sont suffisamment matures et qui sont volontaires", a détaillé le secrétaire d'État, Jean-Baptiste Djebbari lors d'un débat sur les trains régionaux au Sénat.

Il a évoqué "plusieurs milliards d'euros" d'investissement dans le cadre d'un plan d'action concerté qui devra être signé dans les prochaines semaines avec les régions et SNCF Réseau. Il s'agit de "préserver le maximum de nos petites lignes de desserte fine du territoire", a-t-il relevé, sachant que la SNCF n'a pas les moyens d'entretenir et de rénover l'ensemble de ces lignes.

9000 kilomètres de petites lignes quadrillent la France

Ces petites lignes qui représentent un peu plus de 9000 km ouverts aux voyageurs - soit 32% du réseau national - seront concrètement classées en trois catégories, a expliqué le secrétaire d'État.

Il y aura celles qui "présentent un caractère structurant pour le territoire", celles dont la rénovation est prévue dans les contrats actuels de plan Etat-régions et les autres, dont les régions devront décider du sort et sur lesquelles elles pourront mener des "expérimentations", "avec des solutions innovantes et adaptées à chaque ligne en termes techniques et de gouvernance". La nouvelle Loi d'orientation des mobilités (LOM) permet notamment aux régions de récupérer la gestion de certaines voies ferrées, a-t-il remarqué.

Un rapport sur les petites lignes qui restera confidentiel
"En parallèle, je souhaite que l'État impulse la création d'une véritable filière des trains légers pour redonner aux TER la place qu'ils méritent, y compris sur les dessertes fines du territoire", a déclaré Jean-Baptiste Djebbari, évoquant aussi des infrastructures et une signalisation plus adaptées.

Si ces actions découlent de l'audit commandé l'an dernier par le gouvernement au préfet François Philizot, le secrétaire d'État est resté sourd aux demandes de plusieurs sénateurs qui lui demandaient de publier ce rapport, resté confidentiel malgré les promesses de l'exécutif. "Le temps n'est plus aux rapports, le temps est à l'action", a-t-il lancé.

La ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne - alors chargée des transports - avait chargé en janvier 2019 ce haut fonctionnaire de réaliser un diagnostic complet des petites lignes et de proposer des solutions au cas par cas. Ses conclusions devaient à l'origine être remises au Parlement avant la fin juin 2019, conformément à la loi de réforme ferroviaire adoptée un an plus tôt.

Selon Mr Frédéric Bergé avec AFP - BFMTV - mercredi 8 janvier 2020

Un site de voyage Handiplanet pour personnes handicapées...

A l’occasion de la journée mondiale des personnes handicapées, organisée le mardi 7/1/2020, « 20 Minutes » s’intéresse à ce réseau social créé par deux Nantais
Aller boire un verre, visiter une expo, partir en week-end… Si ces activités ne nécessitent en général pas trop d’organisation pour les personnes valides, c’est souvent beaucoup plus compliqué pour celles en situation de handicap. « Quand je voyage, je ne peux pas aller dans n’importe quel hôtel, rapporte par exemple Melchior, qui se déplace avec une béquille. Il me faut des couloirs assez larges, un grand lit, une douche à l’italienne et si possible une pharmacie à côté… »
Pour les aider, Mélina Kouratoras et son grand frère Emmanuel ont donc créé l’an dernier Handiplanet, un réseau social dédié à l’accessibilité des sites de voyage et de loisirs, qui se décline en appli pour smartphone depuis quelques semaines. Un projet construit autour d’une histoire personnelle. « Quand j’ai voulu partir en Grèce avec ma famille, j’ai tenté de me renseigner sur les hôtels et les restaurants, rapporte la Nantaise de 34 ans, atteinte de myopathie. Sauf qu’il est très difficile de trouver des informations fiables. Heureusement que mon frère était là quand je suis arrivée sur cette plage soi-disant accessible aux personnes à mobilité réduite ! »

Une rampe d’accès… et de mauvaises surprises
Sur la plateforme, qui compte aujourd’hui 10.000 utilisateurs et 4.000 villes référencées, il est possible d’ajouter des lieux (médiathèque, brasserie, musée, gare…), que les contributeurs notent en fonction de leur expérience sur place, et de leur type de handicap (en fauteuil, malvoyant…). Nombre de marches, espace pour tourner, trottoir adapté… Comme sur Tripadvisor, plusieurs critères sont évalués, et notamment ceux que seules les personnes concernées peuvent réellement apprécier.
« Certains établissements se revendiquent comme accessibles car ils ont une rampe d’accès par exemple, mais cela peut cacher de mauvaises surprises, confie Mélina. Comme un hôtel où il n’y a que des salles de bains avec baignoire, ou un bar dont les toilettes sont trop étroites… » Une autre fonctionnalité permet aux membres d’entrer en contact en privé dans le but de s’échanger directement des conseils. Les établissements peuvent aussi figurer sur le site, moyennant un abonnement payant.

Lever des a priori
Car l’objectif d’Handiplanet n’est pas uniquement d’épingler les mauvais élèves, même si la loi de 2005 pour l’accessibilité est encore loin d’être suivie par tous. Au contraire, la plateforme veut aussi lever le voile sur des destinations ou des sites touristiques qui pouvaient être sujets à des a priori.
« On a beaucoup de bons retours sur certains quartiers de Lisbonne, alors que cette ville peut sembler compliquée en raison de ses rues très vallonnées, indique par exemple Mélina. Idem pour Venise, où l’on s’aperçoit que même en fauteuil manuel ou électrique, on peut faire plein de choses, comme prendre le Vaporetto. Ces retours sont très importants car ils permettent aux personnes de se projeter, de se rassurer. Et donc d’éviter de s’isoler. »

Selon Mme Julie Urbach - 20 Minutes - mardi 3 décembre 2019

28/01/2020

Accès numérique aux musées parisiens...

Paris Musées, qui regroupe 14 musées et sites de la Ville de Paris, a débuté mercredi la mise à disposition gratuite et sans restriction de plus de 100.000 reproductions numériques en haute définition des œuvres de leurs collections, afin de les faire mieux connaître.
Du Petit Palais à Carnavalet, du Musée Cognacq-Jay au Musée d'Art moderne de la ville de Paris, cette opération d'"open content" vise à "favoriser l'augmentation de la visibilité des œuvres et la connaissance des collections en France et à l'étranger", a expliqué Paris-Musées dans un communiqué. Ces musées, contenant de nombreux trésors, souffrent de la notoriété des géants parisiens comme le Louvre, Orsay, le Grand Palais ou le Centre Pompidou.
Libre accès et réutilisation sans restriction de fichiers numériques

L'ouverture des données "garantit le libre accès et la réutilisation par tous de fichiers numériques, sans restriction technique, juridique ou financière, pour un usage commercial ou non", a précisé Paris Musées. Au delà des 100.000 d'aujourd'hui, Paris-Musées mettra de plus en plus d'images en accès libre au fur et à mesure de leur numérisation et de leur passage dans le domaine public.
Il suffira désormais à l'internaute d'aller sur le site des collections de Paris Musées, et, par le biais de mots clés - par exemple Petit Palais et Claude Monet - d'afficher toutes les œuvres correspondantes, accompagnées de fiches telles des cartels, indiquant la date de réalisation, les matériaux utilisés, l'origine... Il suffira ensuite de télécharger l'image qu'il a choisie pour l'avoir en haut définition.
Chaque utilisateur récupèrera, outre l'image et la notice de l'œuvre, une charte des bonnes pratiques, manière d'inviter chacun à citer la source et les informations sur l'œuvre. "Si cette licence est déjà utilisée par des musées internationaux à l'instar du Rijksmuseum à Amsterdam ou du Metropolitan Museum à New York, Paris Musées est à la première institution française parisienne à s'en emparer", souligne le communiqué.

Selon Franceinfo - Franceinfo - mercredi 8 janvier 2020