Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2020

Vers une vie plus éthique?

Dans la revue Version Fémina, Mme Valérie Josselin, écrit que "s'engager au quotidien sur des choses importantes est devenu pour nous une nécessité, mais surtout dans notre tête, car il n'est pas simple de passer de l'idée à sa concrétisation". Selon la journaliste, en effet, "le coronavirus aurait conduit à une remise en question historique de notre modèle d'existence". Il semble que tous, pendant le confinement, nous avons été ramenés à l'essentiel! Si l'on en croit l'auteure de l'ouvrage des "Choses importantes" Mme Claire Delepau Michelet, livre publié chez Payot, il s'agit avant tout de vivre en accord avec nos valeurs en devenant les acteurs du changement social ou environnemental que nous souhaitons voir advenir.

Ces valeurs non négociables correspondent à ce qui est important à nos yeux: qualités morales, aspirations profondes, besoins, caps que nous estimons dignes d'être poursuivis et qui font sens pour nous. Interrogeons-nous: pendant le confinement, qu'est-ce qui nous a le plus manqué? Etre en lien avec les autres? Profiter de la nature? Travailler au bureau? Sortir pour nous distraire? Rencontrer  des personnes en difficulté? Cette période a "amplifié les émotions agréables comme désagréables". En s'appuyant sur ces ressentis, nous pouvons trouver le courage d'agir en étant guidés par notre idéal.est de traduire notre désir en action pas à pas... Le plus délicat semble être toutefois de passer à l'action!

Il faut, bien entendu, savoir reconnaître nos limites, accepter nos vrais besoins, en nous montrant bienveillants avec nous-même sans céder cependant à des stratégies d'évitement. Nous avons par exemple le temps de réfléchir à tout ce qui peut nous aider dans la mise en oeuvre de nos projets. Trouver le bon moment pour nous lancer demande de l'audace et de rester focalisé sur l'essentiel. La peur de l'échec ou de l'erreur est souvent un obstacle. Au début, il s'agit de sortir de notre zone de confort et de prendre quelques risques. Pour l'un.e il s'agira de transformer sa colère en bénévolat, pour d'autres, de plonger vers le nouveau qui nous attire sans aucune marge de sécurité.

C'est cela peut-être apprendre à nous saisir des opportunités comme cette pandémie pour trouver notre bonheur en nous engageant de façon éthique, en nous comportant de façon plus altruiste...

Lyliane

 

 

Écrire un commentaire