Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2019

L'Europe et les entrepreneurs...

Dans le journal gratuit 20 Minutes du 21/6/2019, Mr Guillaume Roty, chef du service de presse de la Commission Européenne en France répond aux questions de Mr B. Roux au sujet de l'Europe et des entrepreneurs. Selon lui, "accompagner les entrepreneurs dans leurs projets, c'est la philosophie qui anime la Commission Européenne depuis de nombreuses années". En effet, au niveau européen, il y a la volonté de rendre la création d'entreprise plus facile et plus juste, grâce à un cadre juridique et social exigeant. L'Union Européenne actuellement est le plus grand marché commun au monde. La cible des entrepreneurs est les 500 millions de consommateurs potentiels, ce qui représente en tout 22% de la richesse mondiale.

Un "standard européen" avec des procédures simplifiées, doit pouvoir permettre à chaque citoyen de créer rapidement son entreprise à moindre coût et dans n'importe quel pays de l'Union. Pour aider un entrepreneur à financer ses projets, il y a par exemple le programme "Horizon 2020", qui propose des subventions attractives aux PME innovantes. Le soutien financier de l'Union aux entreprises passe aussi par des fonds structurels, par le "programme COSME" dédié aux PME ou encore le Fonds Européen pour les investissements stratégiques. Enfin, le "programme Erasmus" pour jeunes entrepreneurs permet aux porteurs de projets de se former auprès de confrères plus expérimentés. 6300 participants en ont déjà bénéficié. Le Réseau Entreprise Europe qui regroupe plus de 400 experts apporte aux PME un service d'information, de conseil en droit européen et d'accompagnement.

Dans la région PACA , par exemple, une start-up créée en 2016 à Aix en Provence nommée OMBREA permet, grâce à l'intelligence artificielle et à une ombrière intelligente, de pallier les effets du changement climatique sur les cultures agricoles. L'été 2017 cette entreprise a bénéficié d'un prêt de 25 000 euros garanti par l'UE. La société compte aujourd'hui 15 salariés et devrait pouvoir se lancer à l'export dès 2020. Jusque là, 1 million de PME ont déjà été aidées financièrement par l'Union Européenne grâce au plan d'investissement pour l'Europe. Bref, un véritable soutien aux projets innovants ou à impact jugé positif est effectif pour artisans, commerçants ou PME dans l'U.E. C'est un atout de taille face à la concurrence à valoriser!

Lyliane

Des assistantes et assistants pour soulager les médecins généralistes français ...

Dans le journal La Croix du 21/6/2019, un article de Mr Pierre Bienvault nous signale l'accord signé la veille, qui va permettre aux médecins libéraux de secteur 1  ou 2 mais avec des "tarifs maîtrisés", de recruter des assistantes et assistants médicaux. L'objectif est que "déchargés de tâches chronophages, les praticiens puissent recevoir davantage de patients". L'accord a été , en effet, signé entre l'assurance maladie et trois syndicats de médecins. Un nouveau métier pourrait donc être crée, celui "d'assistante et d'assistant médical"... Divers profils pourraient convenir: aides-soignantes, infirmières ou secrétaires. Ils devront s'engager à suivre, dans un délai de 2 ans, une formation spécifique.

Mr Macron avait annoncé en septembre 2018 le recrutement de 4000 assistants médicaux d'ici à 2022. Les premiers assistants médicaux pourraient être recrutés après l'été. Ces assistantes et assistants  pourront tout d'abord aider au déroulement de la consultation en aidant au déshabillage de certains patients, en prenant leur tension ou en mesurant leurs poids et tailles. Selon le cas, ils pourraient même faire un électrocardiogramme ou une mesure du souffle. Ces personnes devraient surtout assumer des tâches médico-administratives, comme l'accueil de nouveaux patients, la prise de RV avec des spécialistes ou l'aide à remplir des dossiers d'admission en maisons de retraite...

Je trouve cette mesure utile dans les zones sous-équipées en généralistes et dans la mesure où ces personnes, qui pourraient à terme remplacer les secrétaires médicales, pourront être recrutées à tiers temps, à mi-temps ou éventuellement à temps complet si le besoin se fait sentir. Toutefois, là où je ne suis pas d'accord, c'est quand l'assurance maladie incite les praticiens à recevoir plus de patients. Ne vaudrait-il pas mieux inciter les médecins à garder plus longtemps leurs patients et à prendre le temps d'un véritable échange avec eux? Car le manque de temps d'écoute du praticien est à regretter pour les patients!

Lyliane

 

01/07/2019

Eradiquer enfin les mariages précoces et les mutilations génitales...

Au sommet africain de Dakar (Sénégal), où plus de 500 membres d'ONG comme "Safe hands for girls" (fondée par une jeune gambienne  Jaha Dukurch) , d'associations de victimes, d'institutions internationales et de responsables de 25 pays ont participé entre le 16 et le 18 juin 2019 au premier sommet contre les mutilations génitales féminines et les mariages d'enfants, Tous ont "déclaré possible d'éradiquer les mutilations génitales et les mariages d'enfants d'ici 2030".

De plus, l'Université Al-Azhar  du Caire (Egypte)  a prononcé une fatwa historique contre les mariages d'enfants avant 18 ans. Selon un rapport de l'UNICEF , plus de 200 millions de filles et de femmes continuent à subir des mutilations et d'ici 2030 encore 50 millions de filles risquent d'être excisées...
Cet article de Mme Clémence Cluzel publié dans le journal La Croix du 21/6/2019  donne beaucoup d'espoir, toutefois  pour le moment rien n'est encore  vraiment décidé du côté des Etats et des autorités religieuses.
Lyliane

Faites attention aux champignons lors de baignades en piscine...

Un article de Mme Christine Vilnet dans Version Fémina nous met en garde contre les mycoses ou champignons que l'on peut attraper en piscine. En effet, l'été, c'est une source courante d'infections cutanées. Le risque de transmission est facilité par l'eau qui ramollit la peau et les micro-organismes transportés par les baigneuses et baigneurs marchant pieds nus autour des bassins. Ces mycoses sont généralement bénignes, mais selon Mme Martine Lhéritier, technicienne de sécurité sanitaire du Val de Loire, il faut soigner ces mycoses pour qu'elles ne contaminent pas d'autres personnes. Sachez qu'il existe des chaussettes de piscine en latex mais elles sont glissantes.

De bons réflexes sont à adopter:

-avant la baignade, se doucher de la tête aux pieds avec un gel douche sans savon ou un pain dermatologique pour éliminer sueur, saletés et résidus de crèmes.

-au bord du bassin et dans les vestiaires, porter des tongs ou des claquettes et veiller à avoir les ongles coupés court.

-après la baignade, se redoucher et bien se sécher particulièrement entre les orteils avec sa propre serviette.

Se méfier des échelles pour descendre en piscine et des piscines pour petits qui sont souvent de vrais "bouillons de culture".

Par prévention, on peut vaporiser du spray antimycosiques dans ses chaussures. Si ça gratte et qu'un champignon se développe, appliquer régulièrement une poudre ou une crème à base d'éconazole ou de mercure au chrome qui sont en vente libre en pharmacie. Il existe une solution qui agit rapidement: Lamisilate en monodose. Si les ongles jaunissent, c'est une onychromycose qui se cache sous les ongles. Une chimiothérapie peut causer ce genre de désagrément. Se procurer en pharmacie un vernis antifongique: Apaisyl ongles,Naloc Excilor, Mycoster et limer l'ongle pour éliminer peu à peu l'infection. Cela peut durer plusieurs mois et l'ongle atteint peut tomber. La consultation d'un dermatologue peut s'avérer indispensable.

Lyliane

30/06/2019

Le biokérosène et le transport aérien...

Le ministère des Transports envisage d'imposer aux compagnies aériennes d'incorporer une part de biocarburant dans le kérosène fossile pour les vols au départ de la France. De quoi donner un coup de pouce à une filière de production de biocarburant aéronautique?

La réduction de l'empreinte carbone de l'aviation commerciale passera aussi par l'utilisation d'une part croissante de biocarburants. La ministre des Transports étudie une mesure rendant obligatoire un pourcentage (qui reste à déterminer) de ce carburant issu de la biomasse et directement incorporable dans le kérosène fossile des avions.
Dans un entretien avec la presse durant le salon aéronautique du Bourget, Élisabeth Borne a déclaré: "Nous allons faire comme nous avons fait dans les transports terrestres avec une obligation d'incorporation", rapporte La Tribune.
Cette obligation pourrait aller au-delà des objectifs actuels qui mise sur un taux d'incorporation de biocarburant dans l'aviation de 2% en France en 2025 et 5% en 2030. "Ce n'est pas suffisant. Le secteur est prêt pour avoir une part plus importante" a insisté la ministre. 
Un prix encore très élevé pour le "biokérosène"
En rehaussant cette obligation, le but affiché par le gouvernement consiste aussi à stimuler la demande pour le "biokérosène" qui reste balbutiante tout en aidant à structurer une filière de production pérenne en France.
En effet, si le bio-carburant peut "réduire de 50 à 90 % les émissions de gaz à effet de serre" des avions par rapport au kérosène actuel, selon l'institut IFP Energies nouvelles (IFPEN), pour l'heure son bilan carbone total reste discutable, sa production entrant en conflit avec les cultures alimentaires. En plus, son prix demeure très élevé, ce qui freine son usage par les compagnies.
Fin 2017, cinq industriels français (Air France, Airbus, Safran, Suez et Total) avaient signé avec l'État un Engagement pour la croissance verte (ECV) afin de créer une filière de biocarburants aéronautiques à partir de déchets récupérés.

Frédéric Bergé - BFMTV - vendredi 21 juin 2019

29/06/2019

Protéger ses données personnelles sur Internet à peu de frais est possible...

Dans un article récent de la revue Capital, Mme Judith Chetrit constate que, de plus en plus, les utilisateurs d'Internet cherchent à protéger leurs données. Elle nomme quelques sites susceptibles de couvrir les différents domaines qui peuvent nous intéresser. Par exemple pour garantir la confidentialité de nos e-mails, il existe "Protonmail" ou bien "Lavabit" ou même "Tutanota". Ces solutions ont été notamment trouvées par 3 physiciens du CERN en Suisse. Pour des petits stockages, le service est gratuit, mais pour davantage de volume, cela coûte 4 euros par mois. Notre adresse IP est alors intraçable.

"Cosy Cloud" stocke nos factures, photos, contacts dans un cloud  personnel, loin des GAFA. Le cofondateur du service, Mr Benjamin André, a crée une plateforme de stockage sur un serveur gigantesque . Le stockage est gratuit jusqu'à 5 GO, sinon il en coûte3 euros pour aller jusqu'à 50 GO. "Dashlane" quant à lui assure des mots de passe inviolables, afin de protéger nos données. Il réunit tous nos codes d'accès en un même endroit sécurisé par un algorithme de chiffrement. La version gratuite est à même de synchroniser un seul appareil. Sinon, pour plusieurs supports différents, le prix est de 40 euros par an. Il y a déjà 11 millions d'adeptes dans le monde, basés entre New-York et Paris.

Pour bloquer les mouchards qui revendent nos adresses à des annonceurs publicitaires, il existe " Ghostery". Cette société allemande a imaginé un module simple et gratuit installé sur le navigateur, qui traque les cookies malveillants. Ghostery est déjà téléchargé par 7 millions de personnes. Ensuite, "Snips" est un assistant vocal, crée par une start-up française qui travaille sur une solution de reconnaissance du langage. Elle évite que les objets connectés envoient nos demandes sur le cloud. Elle a actuellement 70 salariés a développé le concept en 6 langues.

Skred propose de son côté les services d'un Whatsapp avec plus d'anonymat. C'est, en effet, une messagerie gratuite et sans publicité, lancée par le fondateur de Skyrock: Mr Pierre Bellanger. C'est relativement simple: on se choisit un pseudonyme. Il faut savoir que les communications sont cryptées. On envoie à son contact un SMS avec un QR Code généré par Skred. On le scanne et on peut ensuite communiquer gratuitement en France ou à l'étranger.

Bien connu désormais, Qwant, cofondé par Mr Eric Léandri, est un moteur de recherche qui (contrairement à Google) ne conserve pas notre historique de navigation sur Internet. Qwant propose musique, traduction, cartographie et bientôt il sera opérationnel pour une messagerie. A ce jour y travaillent déjà 160 salariés. Enfin, "Zenmate" nous empêche d'être géo-localisable. Fondé en Allemagne , ce service est plus efficace sur les ordinateurs que sur les smartphones. Il compte déjà 45 millions d'internautes.

Pour accéder à ces services, consulter les sites suivants:

https://zenmate.com/fr/,
https://skred.mobi/fr/home/
https://ghostery.fr.softonic.com ›
https://framalibre.org/content/snips
 
Lyliane

 

Contre la mutilation des petites filles...

Mme Julia Vergely attire notre attention dans le journal Télérama sur le combat de Mme Diaryatou Bah, Présidente de l'Association" Excision parlons-en!" pour que jamais plus on ne mutile le sexe des petites filles. Il faut savoir que ces barbaries comme l'ablation partielle ou totale du clitoris, des petites ou des grandes lèvres, sont subies chaque minute par six fillettes dans le monde. Certaines en meurent faute d'hygiène et de soins appropriés. Toutes témoignent qu'on ne se remet pas d'un tel traumatisme, ni physiquement, ni psychologiquement. En France, on estime tout de même à 60 000 le nombre de femmes qui vivent aujourd'hui avec une excision.

Le samedi 15 juin 2019, Place Stalingrad à Paris, des femmes du collectif "Prévenir et protéger" ont chanté "Le Pouvoir des fleurs" de Mrs Laurent Voulzy et Alain Souchon pour alerter sur cette cruauté d'un autre temps. L'article de Télérama propose à chacune et chacun  de réaliser que, comme chaque été, des petites filles vont être contraintes de partir dans leur pays d'origine et reviendront excisées, malgré la loi qui l'interdit. Entendons le cri de ces mères et de ces fillettes et protégeons ces enfants pour que cesse réellement cette barbarie. Je peux témoigner qu'autour de nous des cas existent qui pourraient être mieux pris en compte par les autorités et les associations...

Pour tout renseignement complémentaire ou pour joindre des membres du collectif ad hoc s'adresser par exemple via Internet à: www.enfance-majuscule.fr/lutter-contre-lexcision/, www.lepouvoirdesfleurs.info ou https://www.caritas.ch/fr/news/une-plate-forme-pour-la-prevention-de-lexcision.html ou www.excisionparlonsen.org/nos-outils/alerte-excision-la-campagne-ado-et-ses-outils/

Ci dessous un appel à toutes les bonnes volontés, publié dans le magazine Elle le 15/6/2019, pour briser le tabou à ce sujet:

« Excision, parlons-en », ainsi que treize autres associations, dont La Maison des femmes, le Gams ou encore Enfant présent, ont rejoint le Collectif « Prévenir et Protéger », créé en décembre 2018. Samedi 15 juin, ils veulent mobiliser un maximum pour protéger les jeunes filles qui courent le risque de se faire exciser cet été, dans des pays où cette mutilation sexuelle est encore considérée comme une pratique culturelle. Sachez que vous aussi, vous pouvez les aider également. Si vous vivez à Paris, rendez-vous place Stalingrad dès 16h (et jusqu’à 20h) pour des flash mob engagées. Vous connaissez la chanson de Laurent Voulzy et Alain Souchon, intitulée « Le pouvoir des fleurs » ? Vous pourrez découvrir les paroles sur place. Des personnalités comme Sylvie Hoarau du duo Brigitte, Florence Thomassin ou encore Elsa Wolinski seront d’ailleurs au rendez-vous. Des « stickers-accessoires » seront également distribués. L’idée ? Comme sur la photo ci-dessus, il s’agit de les coller au-dessus de ses vêtements, à l’entrejambe. Une image forte pour rappeler que l’excision est une mutilation et entraîne de terribles conséquences sur la vie d’une femme, que ce soit les douleurs pendant les règles, les rapports sexuels ou durant l’accouchement. Sans parler de cette dignité arrachée, de ce sexe mutilé, sans avoir pu s’y opposer, de ce plaisir qu’elle ne connaîtra jamais. « Ils te prennent quelque chose qui t’appartient, qui n’est pas à quelqu’un d’autre, qu’on n’a pas le droit de toucher. Pourquoi ? Parce que c’est ton corps ! », témoigne une jeune femme qui a été excisée dans la vidéo ci-dessous.

Comment se mobiliser sur les réseaux sociaux ?

A Paris, vous pourrez rencontrer les associations, mais aussi découvrir le formidable travail de l’artiste Owanto, dont nous dressions le portrait ici. En ligne, vous pouvez agir également. Sur Facebook et Snapchat, des filtres sont prêts à être utilisés. Et sur le site « Le pouvoir des fleurs.info », vous pouvez télécharger des visuels, vous photographiez avec ou juste les poster sur les réseaux sociaux accompagnés du hashtag #lepouvoirdesfleurs. Pour lever le tabou sur l’excision et aussi, parce qu’ensemble, nous avons la force pour agir.

* Selon des chiffres de l’Unicef, en 2017.

> Toutes les informations ici.

>> Excision : rencontre avec Madina Bocoum Daff, la Malienne qui fait plier les chefs de village >>

Par
Emilie Poyard
Emilie Poyard
 
À DÉCOUVRIR EN VIDÉO
 
 
 
 

28/06/2019

Fluidifier la circulation des urgences avec le Cosem...

Dans la revue Challenges de mai 2019, un article de Mme Isabelle de Foucaud traite d'une association nommée " Le Cosem" (Coordination des Oeuvres Sociales et Médicales), qui prend un nouvel essor à Paris en traitant rapidement les urgences médicales les plus légères. Installée près de l'Opéra, cette association pluridisciplinaires à but non lucratif, créée en 2014 dans ce quartier et signalée par une enseigne rouge, reçoit notamment des personnes venues consulter des généralistes ou des spécialistes dans des locaux répartis sur 3 étages. Dans les réseaux alternatifs de ce genre, médecins, infirmières, sages femmes, biologistes, radiologues et dentistes par exemple peuvent trouver leur place. Des Mutuelles sont d'ores et déjà partenaires de cette expérience.

Un autre service, baptisé "urgent care", est une unité de soins immédiats inspirée des walkin clinics anglo-saxonnes: là sont prises en charge les urgences légères (petites plaies, fractures...). Ainsi, les patients sont soignés, dans l'heure qui suit leur arrivée et sans RV, par un médecin urgentiste et une infirmière. Le Président du Cosem, le Docteur Daniel Dimermanas, se félicite des résultats obtenus: 12 000 patients ont été reçus en 2018. De plus, un second centre à St Michel a été ouvert en 2017, qui en a accueilli 10 000. Et aujourd'hui 6 centres parisiens sont vraiment actifs ( Auber, St Lazare...) et ils fonctionnent du lundi au samedi aux heures d'ouverture, parfois même le dimanche matin. Ils sont équipés de plateaux techniques de pointe permettant de réaliser des radios et divers examens. Un laboratoire de biologie médicale fonctionne également à Miromesnil.

Ces structures permettent de désengorger les urgences de l'hôpital, qui voient défiler des millions de patients. Le contexte actuel (grève des urgentistes, burn out des personnels...) paraît propice pour que ce type d'association se développe partout dans notre pays. Pour cela il faudrait, conclue la journaliste, "que les centres de régulation des appels d'urgence ne dirigent pas systématiquement tous les patients vers les hôpitaux publics". De même, il serait souhaitable que le secteur privé participe davantage financièrement et professionnellement à cette initiative.

Actuellement, le Cosem signe des conventions avec quelques hôpitaux parisiens (St Louis, La Pitié Salpétrière) et il envisage même d'ouvrir des centres de santé  à l'intérieur des hôpitaux pour y proposer des spécialités complémentaires. Quatre hôpitaux, dont l'Hôtel-Dieu, sont pressentis pour aller dans ce sens. Un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros en 2018 montre la bonne santé de l'Association. En outre, 1000 salariés sont déjà engagés dans le Cosem dont 500 médecins et 270 dentistes environ à ce jour. Des offres d'emploi (35 actuellement) sont régulièrement publiées sur le site, invitant à s'engager dans le Cosem.

J'espère qu'en province l'association, créée tout de même déjà depuis 1945, va pouvoir se développer pareillement. A Toulon (83) existe notamment une antenne, mais ce n'est pas encore le cas partout en France, loin de là. J'espère donc que le personnel de santé notamment aura à coeur de s'y impliquer sans tarder. N'attendons pas tout, en effet, de la Haute Autorité Médicale de Santé et multiplions les initiatives de ce genre pour que les patients soient mieux et plus rapidement pris en charge dans notre pays.

Pour toute information, s'adresser au site Internet: www.cosem.fr.

Des textiles utiles aux bébés car anti-UV et anti-ondes...

Dans Version Fémina, un article fait la part belle aux tissus "intelligents" faisant barrage aux UV et aux ondes sous forme de bonnets, maillots, tee shirt, capotes de poussettes, tentes de plage... Les textiles traditionnels, s'ils protègent bien, lorsqu'ils sont secs, une fois mouillés sont traversés par 50% des UV. Il vaut donc mieux mettre aux bébés un maillot ou une combinaison anti-UV s'ils vont dans l'eau.

En effet, les tissus qui permettent de bloquer les UV contiennent des filtres efficaces leur donnant un haut indice de protection. Ils comportent des filaments métalliques (cuivre, plaqué argent...) qui font une sorte de " bouclier". Selon les marques, il est possible de stopper jusqu'à 99,9% des ondes. Toutefois ces vêtements coûtent cher (40 euros pour un bonnet...) et la DGCCRF (ancien service de la répression des fraudes) a pointé l'absence de reconnaissance scientifique de ces équipements sur la santé.

Avec les jeunes enfants et les bébés, dont le cerveau est en formation, il est conseillé néanmoins d'être très prudent. Toutefois, l'article se terminait sur une pique envers l'inconséquence de certains parents qui craignent pour la santé de leurs enfants avec le soleil, mais qui n'éteignent pas le wifi et laissent leurs enfants jouer avec leurs portables...

Pour aller plus loin, consulter par exemple sur Internet le site: www.futura-sciences.com/.../questions-reponses/ete-vetements-textiles-anti-uv-1926

Lyliane

27/06/2019

Comment transformer les plastiques en vitrimères?

Le chercheur Renaud Nicolaÿ présente une nouvelle catégorie de matériaux qui pourrait un jour détrôner le plastique. Les vitrimères intéressent autant l’industrie (aéronautique, canalisations, emballages…) que la recherche mondiale. C’est un peu comme transformer le plomb en or. Grâce à un peu de chimie, le plastique actuel peut être transformé en vitrimères, plus facilement recyclables et aux propriétés plus larges. Etape 1 : transformer les différentes familles de plastiques en un unique matériau, les vitrimères. Etape 2 : recycler ces vitrimères à l’infini.
Dans certains domaines, il est compliqué de totalement se passer de plastique. Cette nouvelle classe de matériaux est souvent présentée comme une alternative qui peut mieux s’inscrire dans l’économie circulaire. Renaud Nicolaÿ est professeur à l’Ecole supérieure de physique et de chimie (ESPCI) de Paris et chef de projet au sein du laboratoire qui a inventé les vitrimères, en 2011. Il explique où en est la recherche.

Comment situer les vitrimères par rapport aux autres matériaux ?
Ils sont à l’interface des deux grandes familles de plastique. D’un côté, les thermoplastiques, que l’on appelle couramment «plastiques» (polystyrène, polyéthylène). Lorsqu’on chauffe ces matériaux, ils fondent, deviennent liquides, visqueux. C’est comme ça qu’on leur redonne une forme quand on les recycle. De l’autre côté, il y a les thermodurcissables. Chauffés, on leur donne une forme et ils la gardent pour toujours, comme les pneumatiques. Les vitrimères, eux, ont la propriété de s’écouler à haute température comme les «plastiques» mais ils ont la même structure que les thermodurcissables. Ils ont des résistances chimiques, des propriétés mécaniques bien supérieures aux plastiques.

Est-ce que tout le plastique actuel pourrait être substitué par les vitrimères ?
C’est ce sur quoi nous travaillons en ce moment. L’idée est de prendre les plastiques déjà existants pour faire ces nouveaux matériaux, qui sont aussi plus faciles à recycler. Nous avons mis au point en laboratoire une façon d’ajouter de petites molécules qui transforment le plastique en vitrimère à l’étape de la mise en forme, quand la matière est fondue et injectée dans un moule. Si ça marche bien on pourra probablement réduire la quantité de plastique produite annuellement : 350 millions de tonnes actuellement. Cependant nous sommes encore au stade de la recherche. Nous avons des collaborations qui, on l’espère, devraient commencer bientôt avec des industriels pour l’emballage ou l’agroalimentaire. Il faut aussi s’assurer qu’il n’y ait pas de problèmes de relargage ou de diffusion de molécules.

En quoi transformer les plastiques en vitrimères est-il plus intéressant pour le recyclage ?
Nous travaillons sur le cas des bouteilles plastique par exemple. D’un côté, le recyclage du plastique dégrade un peu les molécules : on les coupe, et leurs propriétés sont altérées. C’est pourquoi on ne peut pas faire une nouvelle bouteille en plastique avec uniquement du plastique recyclé. Avec les vitrimères le processus ne change pas les propriétés. En laboratoire, ils sont recyclables autant de fois que l’on a testé. En ce moment nous essayons de voir comment ça se retranscrit avec de plus gros volumes et dans les mêmes conditions que dans la vie de tous les jours.
Ces matériaux permettent de régler une autre difficulté : les différents types de plastique n’aiment pas se mélanger pour faire un seul matériau recyclé. Une fois qu’on les a mis dans un moule ils ont tendance à se séparer. C’est pourquoi on doit faire du tri sélectif pour recycler chaque famille à part. Or nous avons montré que les vitrimères permettent de créer une très forte adhésion entre des matériaux d’habitude incompatibles. A un peu plus long terme il faudrait voir s’il est possible de prendre des mélanges de plastiques et de les recycler tout en les transformant en vitrimères, sans avoir à les trier avant. A un peu plus long terme il faudrait voir s’il est possible de prendre des mélanges de plastiques et de les recycler tout en les transformant en vitrimères, sans avoir à les trier avant.

Est-ce que vous avez étudié le temps que les vitrimères mettent à se dégrader dans la nature, dans le cas où ils s’y retrouveraient ?
C’est une des difficultés. Faire des vitrimères organiques complètement biosourcés [à partir de végétaux par exemple, ndlr], et donc biodégradables, est aussi possible. Mais il faut prendre en compte l’impact global sur l’environnement et les différentes ressources utilisées pour produire le matériau : est-ce qu’on a utilisé beaucoup d’eau, des engrais, les coûts énergétiques de production et de transformation de la matière première et du matériau résultant…?

Margaux Lacroux - Liberation - mercredi 12 juin 2019

 

La situation de l'homéopathie au sein du système de santé en France et en Europe...

Selon le docteur Hélène Renoux, Présidente du Comité Européen d'Homéopathie et de la Société Savante, qui écrit un article très complet dans la Lettre N° 48 de Juin 2019 d'"Homéopathes Sans Frontières", l'homéopathie est la deuxième médecine la plus pratiquée en Europe. En effet, 100 millions de citoyens européens (29% de la population en Europe) utilisent l'homéopathie en soin de première intention. La famille royale belge par exemple se soigne uniquement par homéopathie. Des normes comme la CEN 16872, à l'initiative de l'ECH (organisation regroupant 40 associations européennes dans 25 pays d'Europe), vont être mises en place pour les médecins ayant une qualification additionnelle en homéopathie. Bref, un travail pédagogique semble bien nécessaire dans notre pays.

En Suisse, le gouvernement a récemment confirmé que "les soins de santé, utilisant les médecines complémentaires, y compris l'homéopathie, continueront d'être pris en charge par l'assurance maladie nationale". Cette décision a été prise au terme d'une période d'étude de 2 ans. La conclusion a été que "ces médecines dites complémentaires remplissaient les conditions statutaires en terme d'efficacité, de sécurité et de qualité" (plus confirmation par référendum).

Ailleurs comme en Autriche, Bulgarie, Allemagne, Hongrie, Italie ou Pays-Bas, la couverture se fait par des assurances privées. Jusqu'ici, en France, en Belgique, dans certaines parties du Royaume-Uni et en Lettonie les soins sont couverts par l'assurance générale obligatoire. Depuis peu, l'Ordre des Médecins, la Haute Autorité de Santé (HAS) et Mme la Ministre de la santé dans notre pays montrent des réticences à continuer à rembourser les médicaments homéopathiques prescrits par des homéopathes, médecins ou non médecins, mais tous contrôlés régulièrement par un cursus de formation universitaire.

En effet, des formations initiales et continues sont délivrées en homéopathie à la fois en Universités et dans des écoles privées dans toute l'Europe. Aussi, un collectif de défense de l'homéopathie en France, composé de patients, associations, syndicats, écoles, sociétés savantes, s'est formé face aux attaques récentes pour dérembourser les soins. Des ripostes médiatiques sont envisagées pour démontrer qu'il y a divulgation de "fakemed" et des intérêts cachés dans les dossiers remis aux médias.

Ce n'est pas la première fois que de la désinformation circule au sujet de l'homéopathie, mais là les menaces sont apparemment orchestrées au plus haut niveau, sans tenir compte des professionnels, ni des patients. De plus, nous savons tous que le coût des granules et des doses homéopathiques est minime. Personnellement, j'ai confiance dans ce type de médecine, que j'ai expérimenté toute ma vie et avec mon entourage: pas d'effet secondaire, des résultats indéniables, rapides et bien dosés. Dans les pays pauvres comme en Haïti ou en Afrique, les traitements délivrés par des homéopathes par exemple au Togo, en Guinée et au Bénin ont montré leur efficacité contre les maladies à moindre coût.

Pendant ce temps, qui a oublié qu'en médecine traditionnelle des scandales retentissants ont eu lieu (prothèses mammaires, nouveau Lévothyrox, Médiator ...) et que nous sommes nombreux à nous plaindre de médicaments trop chers en cancérologie, de vaccins contenant de l'aluminium ainsi que de traitements aux effets secondaires désastreux (statines...)? La HAS ne semble pas beaucoup réagir face aux laboratoires concernés par ces dérives avérées... Serait-ce parce que pratiquement seuls les laboratoires investissent dans la recherche médicale en France? Quant aux économies du déremboursement éventuel de l'homéopathie par la Sécurité Sociale, elles seraient vraiment ridicules comparées aux coûts des médicaments allopathiques!

Alors, ne nous résignons pas et mobilisons nous. En France, une pétition circule qui a déjà obtenu des milliers de signatures. Envoyons des courriers à Mme la ministre, à la HAS comme à nos élus! Rejoignons des associations telles :www.assh-asso.fr. Il y va de notre liberté de choix et d'information!

Lyliane

26/06/2019

Le formidable potentiel des éponges moléculaires...

Mr Franck Daninos dans la revue Sciences et Avenir d'avril 2019 a écrit un article au sujet d'une nouvelle famille de matériaux poreux, les MOF ou Metal-Organic Frameworks, à base d'ions métalliques et de molécules organiques, qui présente des capacités extraordinaires d'absorption. Ces réseaux métallo-organiques vont, en effet, trouver de multiples applications dans des domaines aussi divers que la désalinisation de l'eau de mer, la dépollution de l'air ou la séquestration du  CO2.

C'est au début des années 2000 que le chimiste américain Mr Omar Yaghi, alors à l'Université du Michigan (Etats-Unis) et Mr Susumu Kitagawa de Kyoto (Japon) s'intéressaient à ces réseaux artificiels composés d'ions métalliques (aluminium, zinc, fer, cobalt...) portant des charges électriques positives et des molécules organiques composées de carbone et chargées négativement. Par auto-assemblage, ils comprennent alors qu'ils peuvent fabriquer une infinité de matériaux absorbants. Ils les assemblent donc à loisir en véritable Légos moléculaires.

En 2010, l'équipe de Mr Yaghi réussit à fabriquer un composé à base de zinc (MOF-210) battant tous les records de capacités d'absorption. En 2016, la Société MOF Technologies, basée à Belfast (Irlande du Nord) lance son éponge moléculaire pour conserver les fruits. En plaçant un sachet de gel (MOF-216) dans un conteneur, celui-ci libère en continu une molécule qui bloque l'action de l'éthylène. Puis la start-up américaine NuMat Technologies, alliée au constructeur Versum Materials en 2017 sécurise le transport de gaz toxiques, limitant les risques de fuites et d'accidents.

Mr Kitagawa a obtenu en février 2019 le Grand Prix de la Fondation de la Maison de la chimie à Paris. Le CNRS depuis détient quelques 26 familles de brevets exploités par une société franco-norvégienne nommée MO Fapps. Les recherches s'orientent désormais vers la dépollution de l'air et la séquestration du dioxyde de carbone. Les premières applications pour les industries chimiques sont attendues d'ici peu, mais pour purifier l'air pas avant 5 à 6 ans.

Pour en savoir davantage, consulter les sites Internet de : www.cnrs.fr ou de sciencesetavenir.fr/nature-environnement/une-eponge-pour-absorber-le-gaz...

Lyliane

Ne serait-il pas grand temps de rétablir notre lien avec la nature?

Un gros dossier rédigé notamment par Mme Rachel Fléaux et Mr Loïc Chauveau dans Sciences et Avenir de juin 2019, s'appuyant notamment sur des études scientifiques, est consacré à "l'intelligence des arbres et des plantes". Les vertus thérapeutiques sur un plan physique, psychologique, cognitif et social d'un lien avec la nature sont maintenant admises par tout un chacun. Mr Peter Wohlleben, auteur des livres "La vie secrète des arbres", puis "Le réseau secret de la nature" aux éditions des Arènes, tout comme d'autres ouvrages qui ont suivi cette publication ("Penser comme un arbre" de Mr J. Tassin, "La révolution des plantes"de Mr S. Mancuso...) ont suscité en effet un réveil des consciences et pointé du doigt le rapport altruiste des plantes considérées désormais comme des êtres sensibles.

Ainsi, la neurobiologie végétale est devenue une nouvelle discipline. La crise écologique  a renforcé l'idée que la terre est "une planète des plantes, sans lesquelles elle serait un bout de roche comme Mars" selon le neurobiologiste italien Mr S. Mancuso. De même, la permaculture qui favorise la coopération entre les plantes, pourrait devenir "une solution pour nourrir une planète surpeuplée". Les expérimentations de précurseurs bio et permaculteurs, comme sur l'exploitation du Bec -Hellouin dans l'Eure, ont été étudiées par l'INRA sur 4 ans. Elles démontrent la possibilité de vivre de sa production sur 1000 M2 seulement par une association judicieuse de cultures. L'idée de base de la permaculture est apparemment " de choisir des légumes dont les racines n'exploitent pas les mêmes niveaux de sol" écrit Mme Agnès Lelièvre, enseignante à AgroParis Tech.

Soyons donc réalistes et humbles! Réalisons que nous ne savons encore que peu de choses sur la neurobiologie végétale, sur les liens tissés par les végétaux entre eux, par le végétal et l'insecte, sur ses rapports avec l'être humain... Par exemple, nous ne savons toujours pas si une plante est consciente ou pas d'elle-même... Toutefois, nous avons déjà appris que les plantes sont sensibles à leur environnement: lumière, température, présence d'herbivores, de pollinisateurs et même qu'elles sont sensibles au vent ou à la gravité. Il n'est pas question pour autant d'opposer notre intérêt pour les arbres et les plantes à la légitime défense des animaux encore trop souvent maltraités.Ces questions se posent, en effet, sur des plans différents et elles peuvent être prises en compte l'une et l'autre sans s'exclure...

Pour en savoir plus, de nombreux ouvrages cités plus haut et même quelques films diffusés par les Colibris notamment, peuvent nous permettre d'approfondir le sujet, comme le font aussi dans l'article de Sciences et Avenir la biologiste Mme Catherine Lenne de l'Université de Clermont-Auvergne ou l'expert, enseignant à Paris-Diderot, Mr François Bouteau, qui testent "la vie secrète des plantes". N'hésitons pas à nous pencher sur leurs études! Des interviews, les livres de Mrs Wohlleben, Mancuso ou d'autres peuvent également nous passionner. Mais le plus essentiel ne serait-il pas d'expérimenter par nous-même, de vivre le plus possible auprès de la nature, afin de ressentir comment un lien vivant avec elle peut nous être bénéfique et nous apporter nourriture, santé, émerveillement et sérénité dans ce 21 ème siècle en recherche de nouveaux repères? 

Lyliane

25/06/2019

Coraux sous étroite surveillance...

Pour la première fois, écrit S.N. dans Sciences et Avenir de juin 2019, un catamaran équipé de logiciels d'intelligence artificielle, réalise un suivi de chaque corail d'une colonie en culture. La société malvidienne Reefscapers a, en effet, installé sur les fonds marins des Maldives dans l'Océan Indien 4000 structures en forme de dôme faites de barres de métal enrobées de résine époxy et de sable, sur lesquelles elle a fixé des boutures de coraux.

Ce projet baptisé AI 4 Corals permet d'assurer leur suivi sans intervention humaine. Le catamaran est équipé  d'une caméra  et de logiciels d'intelligence artificielle, qui lui permettent de réaliser ce suivi des coraux. Il fonctionne à l'énergie solaire et se positionne automatiquement au-dessus de chaque structure grâce à un guidage par GPS.

Bravo pour cette initiative des Maldives nous permettant d'apprendre comment grandissent et évoluent les coraux. Ce sera sans doute utile pour tous les pays du monde bordant les océans!

Lyliane

Avec Bocage, on peut louer des chaussures....

Dans la revue Challenges d'avril 2019, un article de Mme Valérie Xandry nous apprend qu'il est désormais possible de prendre un abonnement de 29 euros par mois (34 euros en hiver) afin de louer des chaussures neuves au lieu de les acheter. Cette offre écoresponsable, disponible dans une trentaine de boutiques du groupe ERAM, renforce la fidélisation de la clientèle et permet de soutenir la marque française de l'atelier Bocage. Les chaussures sont de qualité et leur offre est diversifiée.

Au bout de 2 mois, l'adepte de ce type d'abonnement peut changer de chaussures en rendant l'article utilisé. Quant à ce dernier, il est désinfecté, remis en forme et reconditionné dans un atelier français. Ces chaussures de seconde main seront alors louées 19 euros par mois via une plateforme en ligne. Mais la marque Bocage ne s'arrête pas là, puisqu'elle propose désormais la location d'électroménager et de bijoux.

Selon une étude de l'ObSoCo, 77% des français privilégieraient l'usage à la possession. Et le phénomène est mondial, puisque Rent the Runway par exemple a levé 125 millions de dollars en valorisant la location de vêtements. De même chez Spartoo, un site de vente en ligne de chaussures, sacs et vêtements livrés gratuitement. Voir le site: www.spartoo.com.

Pour Bocage, dont 1/3 de la collection de chaussures est fabriqué  en France, la location est considérée comme "un levier de développement". Bocage espère atteindre 1500 abonnés en 2019. En effet, la dimension écoresponsable touche les acheteurs et acheteuses, qui y trouvent leur intérêt. Et soutenir l'industrie française est également un argument qui fait mouche...

Pour en savoir davantage, consulter le site: www.bocage.fr.

Lyliane

24/06/2019

Fruits secs: des concentrés d'énergie!

Dans la revue Sciences et Avenir, un article de Mme Sylvie Boistard vantant les fruits secs a retenu mon attention. En effet, notamment depuis la vogue du "healthy", leur haute valeur nutritive est mise en avant. On considère que les fruits secs se divisent en deux catégories:

- les oléagineux ou fruits à coque (noix, noisettes...)

- les fruits séchés obtenus par déshydratation ou séchage(pruneaux, abricots, bananes...)

Les uns et les autres sont sources de différents minéraux et apportent beaucoup d'énergie. Par exemple, 30g de noix de macadamia, 200g de noisettes, 185g d'amandes, 86g de dattes et 76,8g de figues apportent 220 Kcal.

Les fruits secs se caractérisent par une forte teneur en potassium, nécessaire à la transmission des influx nerveux et à la régulation de la pression artérielle. Les baies de goji en contiennent 1132mg/100g. On considère que manger des fruits secs est une bonne alternative pour les personnes intolérantes aux produits laitiers. Ils contiennent également du magnésium, du phosphore et sont riches en glucides. Dans cette mesure, ils sont bons pour le coeur et constituent un excellent en-cas. Selon une étude de l'INSERM, ils facilitent le transit et réduisent aussi le risque de diabète.

Toutefois, il existe des personnes allergiques aux fruits à coque comme les arachides. Bref, à part dans ce cas-là, nous avons tout intérêt à consommer régulièrement des fruits secs pour le plaisir et pour entretenir notre santé!

Lyliane

Le méthane, cet autre ennemi du climat...

Dans la revue Alternatives Economiques de mai 2019, j'ai relevé un excellent article de Mr Antoine de Ravignan à propos du méthane, dont la formule en chimie est CH4. Il faut savoir que le méthane est issu de la fermentation de matières organiques dans un milieu privé d'oxygène, comme par exemple dans l'estomac des ruminants. Les industriels le présentent souvent comme une alternative au charbon sous forme de gaz naturel. Toutefois, selon le GIEC, qui fait autorité dans le domaine du climat, le méthane a contribué à 32% du réchauffement global depuis la révolution industrielle.

On considère aujourd'hui que ce sont les décharges et autres rejets de matières organiques (fosses à purin...) qui comptent pour 17% des émissions de méthane au niveau mondial. Certes, on a tendance à pointer du doigt le CO2 dans l'atmosphère, qui lui perdure plus d'un siècle, alors que le CH4 perd son pouvoir de réchauffement à peine émis. Il se transforme, en effet, en vapeur d'eau et en CO2. Toutefois, un gramme de méthane dans l'atmosphère aurait un pouvoir de réchauffement du climat 120 fois plus fort qu'un gramme de CO2...

Depuis 10 ans, la concentration du méthane dans l'atmosphère aurait considérablement grimpé. Elle était en 2017 de 1850 ppb, le ppb représentant le nombre de molécules de CH4 par milliard de molécules dans un volume d'air. On considère qu'actuellement c'est l'élevage qui représente l'essentiel des émissions de CH4 (71%), le reste étant du aux déchets entreposés en décharges. Faut-il pour autant modifier notre alimentation et réduire le cheptel bovin? Certains prônent plutôt des mesures plus faciles à mettre en oeuvre comme par exemple de couvrir les décharges et fosses à purin pour en faire du biogaz grâce à des méthaniseurs.

Des expériences sont en cours aux Pays-Bas, afin de tenter de faire baisser les émissions de méthane. On a imaginé, en effet, des urinoirs à vaches susceptibles de recueillir l'urine des animaux. L'urine dégage du protoxyde d'azote et de l'ammoniac, qui se révèlerait être un excellent engrais dans l'agriculture. L'objectif visé est de faire baisser les émissions de méthane au plan mondial de 43% entre 2015 et 2050. Il faudrait pour cela une volonté politique générale, ce qui ne pourra se réaliser, à mon sens, sans une implication active des citoyens que nous sommes...

Lyliane

23/06/2019

Qu'est-ce que le bail mobilité?

La loi Elan (Evolution du logement,de l'aménagement et du numérique), votée en 2018, a crée "le bail mobilité", qui est entré en vigueur en début d'année. Il permet de louer un bien meublé pour une durée de 1 à 10 mois à des locataires en situation de mobilité (études, stages, mutations, missions...). Le conseil qui pourrait être donné serait de choisir un bien à louer meublé de type F2 à proximité d'écoles secondaires et d'universités, afin de pouvoir engendrer de la colocation.

Il est possible de signer un bail civil avec une entreprise qui veut loger des salariés. Se conformer toutefois à la liste légale des équipements à fournir. Généralement la location meublée permet de booster la rentabilité. Dans le cas de ce type de bail, il n'est pas possible de demander de dépôt de garantie, mais le loueur peut bénéficier de la caution gratuite Visale proposée par l'Etat. De plus, le bail mobilité ne peut excéder 10 mois, mais il peut être renouvelé une fois.

La revue Challenge passe en revue tous les styles de location meublées depuis les baux classiques pendant l'année jusqu'aux locations touristiques durant l'été. pour s'y reporter, consulter sur Internet: www.challenge.fr.

Lyliane

Taxation du transport aérien: réflexion en cours.

Emmanuel Macron avait déclaré en mai vouloir avancer « sur la taxation commune du kérosène en Europe », tout en plaidant pour « une vraie négociation internationale » sur ce sujet.

A l’occasion du conseil des ministres des Transports de l’Union européenne à Luxembourg, la France va appeler « à une taxation du transport aérien à l’échelle européenne », a annoncé le ministère des Transports,  qui a ajouté que plusieurs pistes étaient à l’étude.
La France appellera « à l’ouverture d’une réflexion au niveau européen pour une taxation du transport aérien, afin de renforcer la contribution de ce secteur à la transition écologique », a expliqué une source du ministère des Transports.

Taxe sur le kérosène ou charges sur les billets d’avion
« Différentes pistes de tarification sont envisageables pour renforcer le principe pollueur-payeur, et la France considère qu’elles doivent être étudiées sans a priori afin de déterminer le meilleur dispositif », selon la même source. Ces pistes, « taxe sur le kérosène, charges sur les billets et sur les vols, ou encore renforcement de l’ETS » (le marché du carbone européen) doivent « aussi tenir compte de la situation au niveau mondial, notamment les travaux menés par l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale), afin d’éviter les distorsions de concurrence et d’avoir un effet positif sur le climat à l’échelle de la planète », ajoute le ministère.
« Face à l’urgence de l’enjeu climatique, la France considère qu’il faut aller plus loin et plus vite », précise-t-il. Le ministère salue par ailleurs « l’engagement de l’aviation civile européenne sur la voie de la décarbonation » au travers du système européen de quotas (EU ETS) et grâce à la mise en œuvre prochaine du dispositif Corsia (le mécanisme mondial de compensation des émissions de CO2) prévu par l’OACI. « Le gouvernement est aux côtés des professionnels du secteur pour accompagner cet effort, notamment à travers ses programmes de recherche », précise-t-il.
Le secteur sous pression face aux appels au boycott de l’avion L’appel de la France intervient au moment où le Parlement français examine le projet de loi d’orientation des mobilités qui vise notamment à inscrire l’objectif d’une neutralité carbone des transports terrestres d’ici 2050. Il inscrit également la contribution du transport aérien au financement de modes de transports alternatifs propres, à travers l’affectation du surplus de la taxe de solidarité sur le transport aérien, dite taxe Chirac, à l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF).

20 Minutes avec AFP - 20 Minutes - jeudi 6 juin 2019

22/06/2019

Succès de la mobilisation pour la Guyane!

SUCCÈS - Montagne d'or « ne se fera pas » annonce le gouvernement

Chers signataires de la pétition contre la mine industrielle en Guyane,
Chers amis de la forêt tropicale,

Pressé par le parlement et les médias de préciser la position du gouvernement sur Montagne d'or en Guyane, François de Rugy a affirmé que le projet « ne se fera pas ». Finis le « en l’état actuel » et les autres formulations floues d’avant les élections européennes. Sauvons la forêt salue cette grande victoire fruit de trois ans de mobilisation citoyenne.

Emmanuel Macron avait déjà revu, avec le temps, sa position publique sur la mine industrielle de Montagne d’or, passant d’une volonté de « tout faire pour qu’un projet de cette envergure puisse voir le jour » (août 2015), à un « projet qui peut être bon pour la Guyane » (octobre 2017), pour finir par un projet « pas compatible avec une ambition écologique » en l'état actuel début mai 2019. 

L’annonce du Conseil de défense écologique le jeudi 23 mai 2019 a été la goutte d’eau qui fait déborder le vase. En reprenant quasi textuellement les mots du président, à savoir que « le projet actuel “Montagne d’or” est incompatible avec les exigences de protection environnementale », l’annonce a fait l’unanimité contre elle pour son manque de clarté.

Associations, politiques, parlementaires et journalistes ont pressé le gouvernement, et en premier lieu le ministère de la Transition écologique et solidaire, de clarifier une bonne fois pour toutes la situation. Le ministre François de Rugy et les secrétaires d’état Emmanuelle Wargon et Brune Poirson ont finalement répondu de concert que Montagne d’or « ne se fera pas ». 

Le projet n’est certes pas définitivement enterré. La réforme du code minier prévue pour décembre 2019 pourrait contenir son lot de (mauvaises) surprises. La visite en Guyane du ministre de Rugy à partir du 13 juin prochain est dans ce sens très attendue.

Mais nous n’allons pas bouder cette importante victoire dans la bataille de l’opinion. Car elle est essentielle et encourageante.

Sauvons la forêt remercie les plus de 410.000 signataires de la pétition du Collectif Or de question contre la mine d’or industrielle en Guyane. Nous tenons aussi à féliciter les différents individus et groupes qui, de près ou de loin, ont contribué à matérialiser cette grande mobilisation internationale pour la préservation de la forêt amazonienne et de sa biodiversité.

Or de Question continue le combat en réclamant le rejet du renouvellement de la concession de la Cie Montagne d’or, le gel des 360.000 ha de permis de recherche (PER) accordés à ce jour par l’Etat, l’arrêt de l’utilisation du cyanure dans l’industrie minière, et enfin la structuration véritable des 25 filières d’emplois endogènes et durables dans le cadre du respect des accords de Guyane.

Nous restons vigilants et mobilisés. Nous ne voulons pas de mine industrielle en Amazonie : ni de Montagne d'or… ni des autres !


SUCCÈS  

Meilleures salutations,

Sylvain Harmat
Sauvons la forêt

 

 

 

21/06/2019

Sauvetage de plantes et de chevaux grâce à l'homéopathie...

Des résultats spectaculaires sur les plantes 

Chère lectrice, cher lecteur, 

C’est l’histoire incroyable que raconte Patrice Giraud, viticulteur à Saint-Antonin du Var :  

« Fin avril, j'ai fait venir un expert d'assurance qui a estimé que 75% de la parcelle avait gelé. Quand il est revenu mi-août, il ne l'a pas reconnue parce que le feuillage et les grappes étaient comme s'il ne s'était rien passé".[1]  

Qu’est-il arrivé entre fin avril et mi-août ? 

Ce viticulteur a pulvérisé ses plants avec un mélange homéopathique et de l’aspirine. Et ce cas n'est pas isolé! Soigner les plantes par l’homéopathie, ça porte même un nom : c’est l’agro-homéopathie

Si cela vous intéresse, je vous recommande de lire l’ouvrage de Christiane Maute qui s’intitule « Homéopathie pour les plantes » (je ne touche aucune commission sur les ventes). 

Cette praticienne en homéopathie établie en Allemagne a commencé à tester l’homéopathie sur les plantes de son jardin dans les années 2000. 

Et ce qu’elle a constaté est spectaculaire : parasites, taches noires du rosier, mildiou de la tomate, feu bactérien des arbres fruitiers, dégâts du gel ou de la grêle, excès d’humidité ou de sécheresse… Selon Christiane Maute, dans de nombreux cas, les plantes réagissent très bien à l’homéopathie. 

Par exemple, par temps froid et humide, elle recommande le remède Thuya en 30CH et, par temps lourd, Natrium sulfuricum 30CH. Après une coupe, Staphysagria 30CH est indiqué, pour éviter le développement de champignons et bactéries. 

Evidemment, pour les plantes, difficile d’appliquer la théorie de l’effet placebo.   

Sur les animaux aussi, on remarque des résultats spectaculaires. 

J’aimerais vous raconter une histoire que j’ai découverte au hasard de mes recherches.  

Elle a fait l’objet d’un article, publié dans l’édition de janvier 1835 du Journal des haras, des chasses et des courses de chevaux, une vraie référence pour tous les connaisseurs de l’époque[2]. 

Des militaires stupéfaits par l’efficacité de l’homéopathie… sur leurs chevaux !

  



M. Marson, capitaine au 10ème régiment de cuirassiers, adresse une lettre auJournal des haras, des chasses et des courses de chevaux. Il raconte ce qui lui est arrivé ces derniers jours : 15 chevaux de son régiment ont contracté le farcin, une grave maladie infectieuse et très virulente. Cette maladie est souvent accompagnée d’ulcères et de nodules. 

Les chevaux sont dans un très mauvais état, ils semblent vivre leurs dernières heures. Toutes les solutions médicales ont été épuisées. Sauf l’homéopathie. 

Le docteur Leblanc, médecin-vétérinaire du régiment, sans grand espoir, tente des médicaments homéopathiques.  

Quelques jours plus tard, les militaires sont stupéfaits : sur les 15 chevaux infectés, seul un vieux canasson semble ne pas s’en remettre. Tous les autres sont en voie de guérison alors qu’ils étaient malades depuis huit mois ! 

En voici un extrait : 

« Les chancres se sont cicatrisés ; la membrane a repris sa teinte rose et vermeille ; le jetage, de gluant qu’il était, est devenu infiniment plus anodin. » 

Si vous avez un animal de compagnie et si vous avez essayé l’homéopathie pour le soigner, je suis sûre que vous avez vous aussi été convaincu des résultats. 

Vous pouvez partager votre témoignage en me laissant un commentaire ici.  

Je vous donne rendez-vous dans une prochaine lettre pour continuer votre découverte de l’homéopathie. 

A très vite !
 
  



****************************** 

1] https://www.larvf.com/vin-homeopathie-traitement-gel-froid-solution-decouverte-vigne-vignoble-naturel-bio,4573272.asp 

[2] https://books.google.ch/books?id=1thfAAAAcAAJ&pg=PA6&lpg=PA6&dq=Journal+des+haras,+des+chasses+et+des+courses+de+chevaux+hom%C3%A9opathie+M.Marson&source=bl&ots=gLYUHD1YU3&sig=ACfU3U37Wi_XGFKWBkWtRysMccIV7ldjZw&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjCtM-p7aLiAhUGLVAKHeZ9DX0Q6AEwCXoECAUQAQ#v=onepage&q=Journal%20des%20haras%2C%20des%20chasses%20et%20des%20courses%20de%20chevaux%20hom%C3%A9opathie%20M.Marson&f=false




20/06/2019

Collecte des déchets, tri et compost à Bois-Colombes...

Depuis un an, la commune a lancé la collecte des déchets alimentaires sur les marchés et dans les écoles. Des éco-animateurs sont régulièrement présents, comme samedi, pour parler tri.
« Savez-vous combien de kilos de nourriture sont gaspillés par les foyers français ? » Olivier, éco-animateur de l’association e-graine, tente de convaincre les badauds du marché de Bois-Colombes de faire plus attention à leur poubelle. Et il y a du boulot : 29 kg de nourriture sont jetés par Français et par an.
À ses côtés, une banderole et des affichettes annoncent la couleur : « ici, votre commerçant trie les déchets alimentaires. » Depuis un an la ville expérimente avec l’aide du Syctom, l’agence de traitement des déchets ménagers, la collecte des restes alimentaires sur les marchés, dans les cantines scolaires et le restaurant du personnel municipal.« Ça ne prend pas plus de temps et en plus c’est plus écologique »
« Il a fallu six mois de communication et de pédagogie pour que chacun intègre les règles et que l’on puisse lancer la collecte », décrit Thierry Boucret, chef du service propreté et collecte Bois-Colombes. 40 commerçants du marché se sont portés volontaires. Seuls deux s’y sont opposés.
Thierry Cosmo, boucher sur le marché, a installé juste en dessous de sa planche de découpe, un bac pour les déchets alimentaires. « C’est très facile ! Je jette dans le bac au fur et à mesure et en fin de marché, on met tout dans la benne dédiée. Ça ne prend pas plus de temps et en plus c’est plus écologique ! Je suis également présent au marché d’Asnières et de Colombes, mais là-bas, tous les déchets du marché finissent avec les ordures ménagères. »
L’avantage par rapport au compost d’un particulier, c’est que la benne de l’entreprise Moulinot qui collecte et valorise les déchets alimentaires, prend tout : reste de poisson, carcasses, agrumes, fleurs… Chaque samedi, jour d’affluence, 3 t de déchets alimentaires sont ainsi récupérés.
Une collecte trois fois plus chère que celles des ordures ménagères
Sur les sept écoles de la ville, la commune a collecté 40 t de biodéchets en un an. « C’est un chiffre de départ. Maintenant on espère faire baisser le gaspillage alimentaire. Moins on collecte de déchets alimentaires, plus on est heureux », résume Thierry Boucret. D’autant que la collecte de déchets alimentaires coûte cher : trois fois le montant de la collecte d’ordures ménagères.

D’autres communes du département se sont mises à la collecte des biodéchets ces derniers mois, comme Gennevilliers ou Sèvres. La loi impose que d’ici à 2025 l’ensemble des producteurs de déchets alimentaires, y compris les ménages, aient une solution de proximité pour faire du tri à la source.
Prochain objectif de Bois-Colombes : aider les particuliers. Comme beaucoup de communes, la ville met à disposition des habitants qui le souhaitent des composteurs et des lombricomposteurs. Dans le département, Ville-d’Avray et Marnes-la-Coquette expérimentent une collecte spécifique des déchets alimentaires chez les particuliers, avec un bac supplémentaire.
Depuis un an, la commune a lancé la collecte des déchets alimentaires sur les marchés et dans les écoles. Des éco-animateurs sont régulièrement présents, comme samedi, pour parler tri.

Estelle Dautry - Le Parisien - dimanche 26 mai 2019

19/06/2019

Philosopher avec les enfants...

Dans le journal Nice-Matin du 26/5/2019, un article de Mme Nancy Cattan revient sur les témoignages enregistrés lors d'un atelier de méditation, qui a eu lieu récemment pour les enfants hospitalisés en pédopsychiatrie à l'hôpital Lenval de Nice (06). Pour Mr Frédéric Lenoir, invité à cet atelier animé habituellement par Mme Roselyne Giacchero, sophrologue, c'était une première. Le philosophe, en effet, qui est à l'origine de la fondation SEVE (savoir être et vivre ensemble) propose, avec divers animateurs formés à la méthode, des ateliers philo dans les écoles.

Le public de l'hôpital niçois, âgé de 10 ans environ, souffre de troubles psychiques sévères (anorexie mentale, troubles du comportement...). Aussi, pour apaiser les jeunes patients, Mr Lenoir leur propose de commencer par une méditation. Pour la plupart, l'exercice a réussi à calmer leurs angoisses. Ensuite, sur le thème de "la différence" choisi par le groupe, chacun est invité à participer. Mais si deux enfants prennent la parole, d'autres restent murés dans leur monde et leurs souffrances.

Argumenter, dit Mr Lenoir, permet de ressentir. Il espère que cette première expérience à l'hôpital va se prolonger. La Fondation SEVE accompagne des expériences et des projets, qui, à travers la réflexion philosophique, la pratique de l'attention, l'activité ludique ou artistique, oeuvrent pour aider les jeunes à "devenir des êtres humains actifs, des citoyens confiants, respectueux du vivant et responsables"...

Pour tout renseignement, joindre le site: www.seve.org.

Lyliane

Une application pour celles et ceux qui souffrent d'allergies...

Dans le journal Télérama, Mme Estelle Payany nous signale une application, primée au Concours Lépine qui est censé simplifier la vie des personnes allergiques. Il s'agit de l'application qui se nomme xTag. Son créateur, Mr Laurent Tonnelier a travaillé avec un QR code enrichi, le GSA Digital Link, qui permet d'accéder à de nombreuses informations souvent disséminées ou absentes des emballages. Il s'appuie, en effet, sur le référentiel de 260 allergènes potentiels de l'Institut Pasteur de Lille.

L'application permet, par un simple scan de l'article,de déterminer si la personne peut consommer sans risque ce produit. Par contre, l'accès et le paramétrage de xTag doivent obligatoirement passer par un allergologue, garantissant la confidentialité des données médicales. La journaliste appelle de ses voeux l'implication des industriels de l'agroalimentaire pour adopter cette "étiquette intelligente" dans les mois à venir.

Lyliane

18/06/2019

Le Blue Panda ambassadeur du WWF pour la Méditerranée...

En coordination avec l'Initiative Marine Méditerranéenne, programme régional regroupant 7 bureaux WWF, le WWF a bénéficié du don d'un beau voilier de 25 m le "Blue Panda" pour mener à bien des opérations en Méditerranée. Ce bateau a été aménagé  pour des missions au long cours. Dès le mois de juin 2019, il sera prêt à prendre le large. Ce voilier sera à la fois un lanceur d'alertes, une plateforme scientifique et un outil d'exploration. Il pourra notamment "accueillir à son bord des décideurs économiques et des politiques, afin de les engager à déployer des solutions innovantes et des politiques publiques favorables à la biodiversité marine et à la gestion durable des ressources".

La campagne 2019 se nommera mission Cap Cétacés, projet visant à étudier les comportements des cétacés au sein du sanctuaire Pélagos, au large de la Corse. Plus tard, le Blue Panda fera une campagne de suivi des tortues marines au large de la Turquie.  En plus, tout l'été une tournée "zéro plastique dans la nature" sera menée dans des ports de France, d'Italie, de Grèce, de Turquie, du Maroc, de Tunisie... Sachant que la Mer Méditerranée concentre près d'un dixième de la biodiversité  mondiale et accueille des habitats exceptionnels et une faune unique( tortues, cétacés, thon rouge, phoque-moine...), cette mobilisation pourrait entrainer d'autres élans et vocations pour protéger les mers du globe...

Réjouissons-nous de ces bonnes nouvelles. Dans l'espoir que ces initiatives fassent tâche d'huile, soutenons le WWF par des dons. S'adresser à : www.wwf.fr.

Lyliane

Sclérose en plaques: la recherche avance...

Dans le journal Version Fémina, Mme Sylvie Boistard fait le tour des dernières découvertes porteuses d'espoir pour les cent mille français atteints de cette maladie neurologique. La S.E.P, cette maladie auto-immune, en effet, qui affecte le cerveau et la moelle épinière résulte d'un dérèglement du système immunitaire. Cette pathologie, qui peut survenir tôt, en général avant 40 ans, est trois fois plus fréquente chez les femmes. Aujourd'hui, écrit la journaliste, "la recherche laisse entrevoir des pistes prometteuses pour réduire l'évolution de cette maladie".

De nouveaux traitements prometteurs avec une quinzaine de médicaments depuis ces dernières années sont capables de ralentir l'évolution de la maladie. Parmi eux, le tériflunomide, le diméthhylfumarate et le fingolimod en cachets remplacent peu à peu les injections. Des anticorps monoclonaux ciblent les lymphocytes B responsables de la destruction de la gaine de myéline. Ainsi, le siponinmod pourrait bientôt être commercialisé. Toutefois ces traitements ne sont pas sans effets secondaires importants et chaque cas est différent.

Une équipe de l'Inserm cherche, du côté des lymphocytes T qui activent les macrophages et la microglie, à faire réparer spontanément les atteintes de myéline. De même, de nouveaux appareils plus performants aident à suivre l'évolution de la maladie. Par exemple l'IRM à très haut champ ou comme à La Timone à Marseille l'IRM sodium, une nouvelle technique pour détecter l'apparition de l'atteinte dégénérative chez les patients.

Enfin, contrairement aux idées reçues, on s'est aperçu qu'une certaine forme d'activité physique permettait de diminuer la fatigue, la raideur musculaire, les troubles de l'équilibre. En somme, grâce à l'effet antalgique des endorphines, de protéger le cerveau. Il s'agit notamment d'exercices pratiqués en résistance (avec élastique, gainage). Il faut savoir enfin qu'il existe 23 centres de ressources et de compétences spécifiques pour la sclérose en plaques, créés ces dernières années dans les centres hospitaliers.

Pour en savoir davantage, consulter sur Internet: www.afsep.fr/la-sclerose-en-plaques.

Lyliane

17/06/2019

Tout savoir sur le thermalisme...

Dans un article de Version Fémina, Mmes Agnès Pelinq et Myriam Loriol  combattent les idées reçues concernant le thermalisme et la médecine thermale. A l'occasion du salon Les Thermalies, qui se déroulait du 8 au 10/2/2019, elles ont cherché à savoir à qui ces soins peuvent s'adresser. Nous apprenons tout d'abord que les cures thermales peuvent être prescrites par un médecin généraliste ou un spécialiste. Toutefois, la prescription et le protocole de soins relève d'un médecin thermal.

Pour obtenir un remboursement de l'assurance-maladie à hauteur de 65% des frais liés au forfait thermal (environ 600 euros), il faut faire une cure par an de 18 jours de soins (4 soins par jour par exemple). La mutuelle eut prendre en charge une partie des 35% restants. Les frais incluant le transport, la nourriture et l'hébergement sont à la charge du patient. Ce ne sont donc pas "des vacances aux frais de la sécu", car les soins fatiguent et demandent généralement du repos.

Quant à l'efficacité des cures, l'Association française pour la recherche thermale (Afreth) valide dans des revues internationales  le service médical rendupar les cures conventionnées. Pour l'arthrose, l'insuffisance veineuse, les maladies métaboliques, la réadaptation après un cancer ou un accident et surtout en cas de sevrages médicamenteux contre la douleur, il a été démontré en 2016 la pertinence des cures thermales.

Habituellement, les séances d'hydrothérapie sont complétées par des techniques de rééducation (massages, exercices en piscine ou à sec , de la sophrologie, des conseils diététiques, des mouvements conseillés et des programmes d'éducation à la santé (conférences, ateliers pratiques). Depuis peu existent même des programmes de prévention du burn-out, des cures dermatologiques pour les séquelles cutanées et cicatricielles. Bref, le retour à une vie normale peut être accéléré grâce à une prise en charge en milieu thermal et des résultats positifs et durables ont été constatés.

Lyliane

Les images par satellites nous ont fait découvrir des richesses naturelles insoupçonnées...

Selon le journal d'information du WWF, la découverte d'une forêt vierge grâce à des images par satellite a été possible dans le cratère d'un volcan éteint en Afrique de l'Est. Un biologiste britannique a décidé d'explorer cette zone cachée jusqu'ici et il a eu la bonne surprise de découvrir une forêt pluviale encore vierge. Les 28 scientifiques (géologues, botanistes, spécialistes des animaux) venus se joindre à cette expédition ont trouvé sur place une faune et une flore uniques au monde. Papillons, rongeurs, grenouilles, reptiles, crabes et plantes à fleurs inconnus ont attiré leur attention. Des tests génétiques sont en cours pour déterminer si ce sont de nouvelles espèces.

En outre, en développant une nouvelle méthode de photo-interprétation, un groupe de chercheurs en écologie forestière de l'ONU a mis au jour l'existence de 467 millions d'hectares de forêts arides non référencées jusque là. Constituées de baobabs ou d'acacias, perdant leurs feuilles en saison sèche, ces forêts échappaient aux radars des satellites. C'est pourtant une ressource écologique précieuse de la surface de l'Amazonie!

Ainsi, en étudiant de plus près des écosystèmes inconnus, l'être humain va être en mesure de mieux les protéger. Pour en savoir plus sur le WWF, joindre:www.wwf.fr.

Lyliane

16/06/2019

L'infarctus digestif, ça existe!

Mme Sylvie Boistard, dans Version Fémina, expose une affection méconnue du public, qui touche pourtant 15 000 personnes chaque année: l'infarctus digestif. Au même titre que l'infarctus du myocarde, elle nécessite une prise en charge rapide. Il s'agit d'un accident vasculaire de l'intestin, qui touche plus particulièrement les personnes exposées aux risques cardio-vasculaires (hypertension artérielle, tabagisme, hypercholestérolémie) sans distinction d'âge. Cette pathologie est liée à un blocage dans une artère ou une veine qui irrigue les intestins, en raison d'un caillot sanguin ou d'une plaque d'athérome (dépôt de graisses). C'est une urgence absolue, car sans prise en charge adaptée, cela peut conduire au décès par infection généralisée.

En cas de doute, face à des douleurs abdominales, faire réaliser un scanner avec injection de produit de contraste, afin de visualiser l'obstruction éventuelle. Le traitement d'urgence est chirurgical: il consiste à enlever tout ou partie de l'intestin nécrosé, ce qui oblige ensuite à une nutrition par perfusions et au port d'une poche pour recueillir les selles. En 2016 a été ouverte la première structure d'urgences vasculaires intestinales (SURVI) au sein de l'hôpital Beaujon à Clichy. C'est une première en France et dans le monde. Survi fonctionne 24H sur 24, 7 jours sur 7. Les équipes sont pluridisciplinaires (urgentiste,  gastro-entérologues, radiologues,  chirurgiens...). Il arrive que l'on pose des stents pour élargir le calibre de l'artère, que l'on fasse des pontages artériels ou que l'on cherche à dissoudre ou aspirer le caillot sanguin. La survie des personnes traitées est passée de 20 à plus de 80%. Pour le moment, Survi n'existe malheureusement pas en région.

Lyliane

Qu'est ce que le minimalisme?

Dans ce 25e et dernier épisode, le minimaliste Pierre Roubin, qui a fait le pari de vivre avec 43 objets, tire les conclusions de son expérience.

Pierre Roubin (selfie)
Pierre Roubin devant la Tour Manhattan à La Défense (Hauts-de-Seine), automne 2018 (selfie).

Lettrine, Le temps passe, et, comme je l’ai écrit dans l’épisode précédent, les gestes et les habitudes s’ancrent durablement. Ce que j’ai pu remarquer depuis le début de mon projet, c’est que l’attitude des gens autour de moi a changé. Lorsque j’ai commencé, je dois bien reconnaître que je suis passé un peu pour un farfelu. Mais maintenant les choses sont très différentes.

Les gens autour de moi sont réellement intrigués. Tous mes collègues voient bien que j’arrive à m’habiller, à travailler, à faire du sport, et le tout avec beaucoup de joie et d’allégresse, sans aucune gène. Dans ma famille c’est pareil. Évidemment je n’impose à personne à la maison de faire comme moi, mais je remarque qu’il y a eu déjà quelques conséquences. Ma femme a commencé à revendre beaucoup de vêtements dont elle se servait en réalité très peu. Nous sommes devenus de vrais fashion sellers sur les réseaux sociaux. En quelques semaines, à nous deux, nous avons dû récupérer à peu près 500 €, qui dormaient littéralement dans nos placards.

JE ME SENS UN MEILLEUR CITOYEN

Beaucoup de gens m’ont interpellé sur Facebook, et ont réagi à mes posts. Je peux dire que globalement 70 % des réactions se résument à l’exclamation suivante : « Oh mais moi je n’arriverai jamais, je pourrais jamais descendre à 43 objets [voir la liste des 43 objets en fin d’article] ! » Ce qui est en réalité une excellente nouvelle, pourquoi ? Parce qu’elle signifie que toutes ces personnes pensent que ça peut être une voie possible pour elles aussi. Soit elles veulent faire comme moi, et cela signifierait que j’aurais un pouvoir immense de rayonnement sur les autres. C’est une qualité que je ne m’accorde pas du tout. Soit elles créditent la démarche d’une valeur morale importante, et donc souhaitent aussi s’y projeter.

Je ne suis pas assez compétent pour savoir s’il y a une quelconque valeur morale derrière tout cela. Je reste convaincu que c’est bien mais je n’ai aucune légitimité pour l’imposer aux autres. En revanche, ce que je sais, c’est que cette démarche qui consiste à penser et réduire le nombre d’objets que j’utilise, est extrêmement plaisante, et source de joie. Je me sens un meilleur citoyen dans mon environnement, je pense à des choses auxquelles je n’ai jamais pensé, j’ai trouvé des informations que je n’avais jamais imaginées. Sur la qualité des matériaux, sur les modes de fabrication, sur les distances parfois hallucinante que parcourent certains de nos objets, et notamment des vêtements.

IL S’AGIT D’UNE GUERRE TOTALE

J’ai le bonheur de me sentir mieux tous les jours. Je sens le froid sur mes joues, et quand je mets mon bonnet je sens mon corps qui se réchauffe, alors je sais que j’ai fait quelque chose de bien pour moi. Quand je passe devant une vitrine et que je sens l’envie d’achat qui me titille, et quand je résiste à cette envie, alors je sais que je fais quelque chose de bien pour moi, et peut-être aussi pour quelqu’un d’autre, peut-être même pour tous les autres.

Si à l’avenir nous sommes amenés à devenir nombreux dans cette voie-là, alors il nous faut absolument nous armer pour une grande bataille. Je parle évidemment d’une pacifique bataille, mais je sais aussi qu’il s’agit d’une guerre totale. C’est celle de la survie dans un univers où nos ressources sont finies. C’est celle d’une joie sans bornes dans un univers où tout apparaît comme limité.

ENGAGEONS-NOUS !

Nos armes pour cette grande bataille sont d’une puissance redoutable, et redoutée. C’est notre puissance de consommation, c’est la main sur notre portefeuille. Si plusieurs d’entre nous décidons de ne plus acheter, si nous exigeons des produits de qualité, durables et réparables, si nous boycottons des produits mal conçus et non respectueux des femmes et des hommes qui les ont produits, et de l’environnement dans lesquels ils viennent s’inscrire ; alors notre pouvoir est considérable, et nous ferons plier les plus grands, et ceux qui se croient aujourd’hui puissants. Engageons-nous dans la démarche, faisons-la connaître, devenons visibles. De farfelus, nous deviendrons des activistes, puis d’activistes nous deviendrons communauté, et de communauté nous deviendrons majorité.

Mes 43 objets : la liste
• Voir tous les épisodes de Mes 43 objets
Selon Mr Pierre Roubin sur Internet

À but non lucratif, minimal, en libre accès et sans pub. Dites non à la société de consommation, soutenez le journal minimal !