Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2020

Yann Arthus-Bertrand et ses résiolutions pour la planète...

Son nom est associé à la photographie aérienne. Mais Yann Arthus-Bertrand ne veut plus prendre l’avion. À 74 ans, celui qui réalisa La Terre vue du ciel après le premier sommet sur le développement durable à Rio, phénomène d’édition aux plus de 4,2 millions d’exemplaires en 27 langues, décliné en documentaires et émissions de télévision, a troqué l’hélico pour le drone.

Au moment de notre interview, il achève un trajet à rallonge en train qu’il effectuait en un rien de temps en avion, revient à Paris de Port-Cros dont il est membre du conseil d’administration du parc national, son île refuge au large de Hyères (Var). «Il faut vraiment se faire violence pour choisir le train plutôt que l’avion!», lâche-t-il, fatigué. Sa nouvelle exposition, «Legacy, le courage de la vérité», capsule immersive conçue comme une suite de Home, vient d’ouvrir ses portes à la Grande Halle de la Villette, jusqu’au 2 août.

LE FIGARO. - Pourquoi dites-vous qu’il faut vraiment se faire violence pour choisir le train plutôt que l’avion ?

Yann ARTHUS-BERTRAND. - On va beaucoup plus loin et beaucoup plus vite en avion. Mais l’impact climatique est tellement plus émetteur qu’en train! Vous pouvez, sur le site Ecolab de l’Agence pour la transition écologique (Ademe), calculer vos émissions de gaz liées à vos déplacements. Les chiffres sont ceux des émissions de CO2 par voyageur au kilomètre. Si vous traversez la France en avion, votre empreinte carbone est de 207 kg selon ce calcul, et seulement de 2,2 kg en TGV. En voiture, elle est de 174 kg et, ce qui est intéressant, cet impact diminue en voyageant à plusieurs: 43 kg pour 4 personnes dans une voiture. Prendre le train est une décision compliquée parce que la France manque cruellement de lignes régionales. Prenez Port-Cros, depuis Paris cela s’organisait bien avec l’avion: 1 h 25 minutes jusqu’à Toulon puis la navette en bateau depuis Hyères. En train, je suis parti ce matin pour n’arriver qu’en fin d’après-midi. Il faut les réhabiliter comme le fait cette coopérative, la Railcoop, qui veut relancer le Lyon-Bordeaux dès 2022.

À quel moment avez-vous décidé de ne plus prendre l’avion? L’hiver dernier. J’enchaînais les vols de manière absurde pour présenter au Canada, à New York, mon film Woman, qui ressort d’ailleurs au cinéma maintenant. Je lisais le discours de Greta Thunberg à l’ONU lors du sommet sur l’urgence climatique et je me suis dit qu’à 16 ans, elle était plus avancée, radicale que nous, que si quelqu’un pouvait arrêter de prendre l’avion, c’était bien moi. Quand j’avais vu le film sur l’ancien vice-président américain Al Gore et sa croisade contre le réchauffement climatique, Une vérité qui dérange, j’avais déjà pris une décision: créer au sein de ma fondation le pôle Action carbone, pour compenser les émissions de CO2 générées par mes propres activités de photo aérienne. Aujourd’hui, 75 % de nos programmes de compensation sont financés par des voyages en avion. Mais nous travaillons sur d’autres sources. J’essaie de me dégager de tout ça. Les conséquences sont trop graves.

L’avion n’est cependant pas sans utilité. Ne nous trompons-nous pas d’objectif?

L’objectif, c’est le gaz. Mais quand j’entends qu’on va faire voler des avions aux biocarburants, c’est de la blague. On ne fera jamais voler ça à l’électricité. C’est ridicule de nous le faire croire. Nous sommes des primates avec la technologie des dieux. Évidemment, il y a des emplois en jeu. Mais nous vivons dans une banalité du mal. Aller plus vite! Pour quoi faire? En revenant de l’aéroport, coincé dans les bouchons sur l’autoroute, un chauffeur de taxi m’a dit: «Deux heures d’embouteillages. Et c’est ça le progrès?». Je pense que ce qui rapproche, plus que l’avion aujourd’hui, c’est la communication. Seulement 10 % des gens du monde prennent l’avion. Je m’occupe d’un orphelinat à Brazzaville, au Congo, et nous communiquons très bien via WhatsApp. On va s’habituer à ces visioconférences. Les conventions cadres des Nations unies sur les changements climatiques, les COP sont le symbole de notre incohérence. Il y a un système d’hypocrisie dans ces accords que Greta a dénoncé avec une rage que je comprends.

Selon Le Figaro
  •  

Écrire un commentaire