Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2020

Un bus pour les femmes isolées...

REPORTAGE - Dans ce bus, les femmes peuvent recevoir des conseils juridiques, l’aide d’un psychologue ou bien consulter un médecin.
L’étonnement, d’abord. Puis la curiosité. Les promeneurs jettent des regards interrogateurs et ralentissent. Impossible de louper le bus de la RATP garé là, où plusieurs femmes patientent, place des frères Lumières à Clichy. Repeint en blanc, le visage d’une femme dessiné en rose fluo et l’écriture «BUS SANTÉ FEMMES» en lettres capitales vertes et roses. Pendant ce temps, en face, on s’affaire à installer le marché. L’un dispose ses légumes pendant qu’un autre prépare le matériel pour confectionner un couscous. «Qu’est-ce que c’est?», demande un passant en désignant le car d’un geste de la tête. «C’est un bus pour les femmes, ils font de la prévention», répond un autre.
En effet, dans ce centre médical ambulant, instigué par l’institut des Hauts-de-Seine, les femmes de tous âges, toutes catégories sociales peuvent être dépistées et consulter un médecin, un psychologue, un avocat ou un officier de prévention. Tous sont là pour rompre la solitude des femmes dans certains quartiers. «Il faut faire face à l’isolement social, professionnel et personnel. Une femme seule a plus de risque d’être angoissée, de développer des maladies cardio-vasculaires, de sombrer dans une addiction ou de faire une tentative de suicide», alerte Bénédicte de Kerprigent, la fondatrice de l’Institut des Hauts-de-Seine.
L’autobus a été réquisitionné et customisé pour aller à la rencontre des femmes isolées dans les Hauts-de-Seine et les Yvelines. À l’intérieur, les professionnels disposent chacun de leur espace et une salle d’attente a même été aménagée. Les sièges vieillis multicolores ont laissé place à des banquettes confortables grises décorées de coussins verts et roses. Des orchidées trônent sur chaque table. Des affiches de préventions, notamment au sujet des violences conjugales, ont été placardées sur toutes les vitres rendues opaques. De l’ouverture à 9h30 jusqu’à l’heure du déjeuner, une vingtaine de femmes ont profité des services de ce bus. Assise devant les portes, l’une d’entre elles, âgée d’une soixantaine d’années, complète scrupuleusement une fiche de renseignements, plusieurs plaquettes de prévention étalées devant elle. Elle y inscrit notamment son âge, son état de santé et son degré d’isolement. En France, une personne sur dix vit dans l’isolement, selon une récente étude de l’Insee.
Latifa Lazma, 59 ans, descend du bus souriante. Bonne nouvelle, les résultats de ses analyses sont bons. En passant par hasard sur la place, elle s’est arrêtée et en a profité pour faire un dépistage du cholestérol. «J’ai aussi demandé conseils au policier pour mes démarches administratives.» Pressée de rentrer «faire à manger» à son fils handicapé dont elle s’occupe seule, elle s’assure d’abord de la présence de l’avocat dans l’après-midi. Un rendez-vous qu’elle n’aurait pu prendre dans un cabinet ordinaire faute de «moyens financiers». Les rendez-vous sont cependant très courts. Cinq à dix minutes lorsqu’il y a du monde. «On prend plus de temps si on peut mais l’objectif est d’orienter la personne vers d’autres professionnels pour établir des visites plus pérennes.» Le bureau de Nadine Dalman, la psychologue, a été installé à l’endroit où les sièges des bus se font face, le long des fenêtres. Dans cet espace exigu et insonorisé par une fine cloison, elle a la sensation d’avoir apporté un «réel éclaircissement à toutes les situations». La dizaine de femmes qu’elle a reçues dans la matinée avaient toutes «des questions très précises. Comme si elles gardaient cela en tête depuis des années et n’osaient pas passer la porte d’un spécialiste».
C’est surtout le cas des femmes victimes de violences conjugales ou sous l’emprise de leur conjoint, nombreuses en cette première matinée. Pour rencontrer les experts du bus, certaines femmes ont raconté à leur mari qu’elles allaient faire des courses au marché avant de monter discrètement dans le véhicule. Tout est mis en place pour les accueillir, elles aussi. Certaines, dépendantes financièrement de leur partenaire, demandent des conseils pour divorcer. D’autres ont besoin de mettre des mots sur ce qu’elles subissent. «C’est pour cela qu’il ne faut pas les garder trop longtemps et surtout qu’il ne faut pas qu’il y ait trop de monde», explique le brigadier Philippe Machado. L’homme est officier de prévention au commissariat de Clichy. Pour l’occasion, l’uniforme a été mis de côté, ce qui semble plus rassurant. «Tout dans le bus est fait pour qu’on s’y sente bien et pour faire tomber les barrières.» Il l’admet, les femmes ont plus de facilités à entrer dans le véhicule que dans un commissariat.
Philippe Machado discute longuement avec Soumaya. Celle-ci raconte être harcelée par son ex-conjoint depuis leur séparation, il y a sept ans. «Il continue de venir en bas de chez moi ou de mon travail.» Le brigadier lui a conseillé de déposer une main courante avec demande de convocation. Une aide précieuse pour cette mère de trois enfants qui a dû, seule, trouver le moyen d’éloigner l’une de ses filles de milieux radicalisés. «Ce qu’on dit à l’intérieur reste confidentiel et c’est très rassurant», avoue-t-elle. Malgré tout, «on a peur du regard des gens lorsqu’ils nous voient monter dans le bus».
Le bus santé femmes ne s’arrête que le temps d’une journée dans les villes. Pour cette phase test, il continuera sa tournée ce vendredi 29 novembre à Antony, puis à Rambouillet et à Conflans-Sainte-Honorine les 2 et 3 décembre.
En 2020, l’autobus devrait se déplacer 72 fois dans le département des Hauts-de-Seine et celui des Yvelines.

Selon Mme Morgane Rubetti - Le Figaro - jeudi 28 novembre 2019
 

02/01/2020

Connaître les droits à la formation...

Dans Version Fémina, Mme Valérie Josselin a interrogé Mme Muriel Pénicaud, ministre du Travail, afin de faire connaître aux lecteurs leurs droits à la formation. Tout d'abord, il faut savoir que la plate-forme "mon compte formation" remplace "mon compte d'activité" et devient même accessible sur téléphone mobile. En effet, en 4 clics, vous pouvez choisir de réserver et d'acheter en ligne votre formation, sans aucun intermédiaire, 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Il suffit de cliquer sur "mon compte formation" en demandant: www.moncompteformation.gouv.fr ou de chercher l'application mobile correspondante.

Chacun devrait avoir la liberté de choisir son avenir professionnel ou sa reconversion, mais en fait seulement un tiers des salariés de PME et un tiers des ouvriers fait valoir ses droits à la formation. Le système a été simplifié et il est davantage centré sur la personne. La France serait, dit Mme la ministre, le premier pays au monde à le mettre en place. Le CPF s'adresse à tous les salariés du secteur privé, lucratif ou non lucratif, aux personnes en recherche d'un emploi, mais aussi, à partir de mars 2020, aux indépendants et aux professions libérales et non salariées.

Le CPF consiste en une somme de 500 euros par an versés aux demandeurs concernés, avec un plafond de  5 000euros. Pour les personnes non qualifiées  ou en situation de handicap, la dotation est de 800 euros avec un plafond de 8 000 euros, que l'on travaille à temps plein ou à mi-temps. On peut grâce au CPF financer un permis de conduire, un bilan  de compétences ou de validation des acquis de l'expérience (VAE), l'accompagnement à la création ou la reprise d'une entreprise. On peut bénéficier gratuitement de conseils sur la plate-forme, comparer les prix, trouver des lieux de formation, accéder à des contenus, à distance ou sur RV.

Il est bon de savoir qu'on a jusqu'au 31 décembre 2020 pour convertir son ancien DIF en CPF, avec des droits acquis avant 2015, en CPF et récupérer des euros.

Lyliane

 

Des produits fabriqués en France à l'Elysée...

Quelle meilleure vitrine que l’Élysée pour promouvoir le «Fabriqué en France»? Pour mettre en lumière le savoir-faire des régions françaises, le chef de l’État va ouvrir en grand aux visiteurs ses salons et même son jardin, les 18 et 19 janvier prochain. Ce prestigieux show-room républicain assurera, le temps d’un week-end, la promotion de 101 produits censés représenter le meilleur du génie français. Pour ménager les susceptibilités, - et c’est la raison du choix du nombre 101 - chaque département de métropole et d’outre-mer sera représenté par un seul produit. Des robots au textile, des satellites aux produits agricoles, toutes les entreprises nationales pourront postuler à cette exposition française, qui accueillera aussi des produits utilisés quotidiennement. L’occasion de rappeler également que l’industrie recrée des emplois en France (32.000 emplois créés depuis mi-2017).
Cette opération aura en outre un message environnemental. En achetant français, le client fait coup double. Non seulement il soutient l’emploi national mais de plus il réduit l’empreinte carbone de ses achats. Les candidats postuleront auprès des préfets de région qui, avec les conseils régionaux, les chambres consulaires et les relais économiques locaux sélectionneront trois produits par département. Puis un comité présidé par la secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher tranchera. Tout ne sera pas simple: le choix d’une seule voiture électrique risque de créer des tensions entre les 
marques tricolores.

Selon Mr Charles Gautier - Le Figaro - vendredi 29 novembre 2019

01/01/2020

Séparation du foncier et du bâti...

Alors que les prix immobiliers continuent de progresser en France, l'Assemblée nationale a adopté jeudi une proposition de loi prévoyant de dissocier le foncier (le terrain) du bâti (maison ou immeuble). L'objectif de cette réforme est de favoriser l'accession à la propriété d'un logement, et de lutter contre la spéculation foncière.
Cette proposition, portée par le député Modem Jean-Luc Lagleize, et soutenue par le ministre du Logement Julien Denormandie, a été adoptée jeudi à la quasi-unanimité en première lecture par l'Assemblée nationale.
Propriétaires des murs, mais pas du terrain. Le texte prévoit la création d'"Offices fonciers libres" (OFL), qui seront chargés d'acquérir des terrains et donneront à un constructeur (promoteur, aménageur, bailleur social) un droit à construire un programme immobilier. Ainsi immobilisé, le foncier ne pourra "plus faire l'objet de spéculation", souligne le texte.
Les ménages acquéreurs deviendront alors propriétaires de seuls murs de leur logement, et bénéficieront d'un droit d'usage du terrain par le biais d'un bail emphytéotique reconductible. La mise en oeuvre pratique de ces OFL et de ces baux de très longue durée sera précisée ultérieurement par ordonnances.
Le foncier représente jusqu'à 50% du prix d'un achat immobilier
Julien Denormandie s'est félicité de l'adoption du texte, soulignant dans un communiqué que "trop de Français sont empêchés d'accéder à la propriété à cause des prix du logement".
Selon Jean-Luc Lagleize, le prix du foncier a bondi de 71% en France au cours des dix dernières années, contre 24% pour la construction. Dans certaines régions, comme l'Ile-de-France ou la Provence-Alpes-Côte d'Azur, il peut représenter plus de 50% du prix d'un logement neuf, relève le député auteur de la proposition de loi.
Le texte de loi, qui comprend huit articles, prévoit aussi de limiter drastiquement le recours aux enchères pour les ventes de fonciers de l'Etat et des collectivités territoriales, une pratique "qui conduit à un renchérissement délétère du prix du foncier et qui alimente la spéculation foncière", note M. Lagleize.
Des logements à 5.000 euros le mètre carré à Paris
La loi ALUR avait déjà créé en 2014 des organismes fonciers solidaires (OFS), un dispositif que la loi Elan a encore renforcé en 2018. Mais ces OFS sont réservés à l'accession sociale à la propriété, pour des ménages modestes, alors que la nouvelle proposition de loi entend aller plus loin avec les OFL.
Une vingtaine d'OFS a été créée en deux ans, notamment à Lille Rennes et Paris, et la construction de 8.400 logements est déjà programmée, avec les premières livraisons attendues en 2020.
A Paris, grâce à ce système, 500 ménages pourront acquérir en 2022 des logements à 5.000 euros le mètre carré, soit moitié moins cher que les prix de marché dans la capitale.

Selon Boursier.com - Boursier - jeudi 28 novembre 2019

Association Epices:cuisiner pour créer du lien...

Isabelle Haeberlin était enseignante dans un quartier sensible avant de fonder l’association Épices, où l’on cuisine pour recréer des liens. Le 30 novembre 2019 à Kingersheim, elle a participé au débat sur le thème «La culture pour renouer avec la solidarité?»
Et si la cuisine ouvrait l’esprit? Isabelle Heaberlin, présidente de l’association «Epices», créée à Mulhouse (Haut-Rhin)en 2009 y croit. Cette ex-enseignante en ZEP (Zone d’éducation prioritaire, aujourd’hui REP+) a l’habitude de traiter avec des publics difficiles. Sa voix est cristalline et bienveillante. Un projet qui a mis cinq ans à germer. Épices, «Espaces de projets d’insertion cuisine et santé» est un nom aux sonorités gourmandes, pour une association qui propose de «recréer des transmissions» grâce à la cuisine, l’éducation au goût.

Concrètement, le projet est d’abord né d’une envie de réunir parents et enfants autour d’ateliers de cuisine. «Au début, on accueillait surtout des mamans des quartiers, raconte Isabelle Haeberlin. Ça nous permettait de les accompagner et qu’elles ne restent pas seules chez elles.» Plutôt que des cours, la Mulhousienne préfère dire qu’elle propose des ateliers : «Dans ce mot, il y a l’idée de lier, explique-t-elle. D’ailleurs, les mamans des quartiers savent souvent très bien cuisiner. Elles savent comment faire, les yeux fermés, au simple toucher.»

Peu à peu, le concept se développe, jusqu’à proposer des formations pour des publics en réinsertion ou des décrocheurs scolaires. L’association se déplace aussi dans les collèges de Colmar et Mulhouse. «Il y a quelques années, nous avons reçu un jeune réfugié tibétain. En quelques mois, il a réussi à intégrer un CAP cuisine, se souvient Isabelle Heaberlin. Aujourd’hui, il travaille dans un restaurant étoilé à Strasbourg.» Des exemples de réussite comme celui-ci, l’enseignante en a beaucoup à raconter : «L’année dernière, on nous a envoyé un jeune incarcéré. Maintenant, il travaille chez Thierry Marx à Paris.» Sur onze jeunes en formation avec le Greta (un réseau de formation) l’an passé, sept ont trouvé un emploi.

Isabelle Heaberlin l’admet, s’occuper de publics sensibles n’est pas toujours simple. «C’est un travail sur le temps long. Il faut accepter que leur parcours ne soit pas rectiligne.» Lors des ateliers, mamans et ados cuisinent parfois ensemble. «C’est important, ce dialogue entre les générations, souligne la présidente d’Epices. Avec les mamans, ils apprennent mieux. Ils osent moins transgresser les règles.»

Malgré les difficultés, Isabelle Heaberlin ne perd pas espoir. «En ZEP, les personnes sont écrasées par leur quotidien. Mais il y a vraiment un potentiel énorme.» Et elle l’affirme : jamais elle ne baissera les bras : «C’est grâce à eux que je trouve la force de faire ça tous les jours.»

D'après Mme Sarah Chopin - Libération - samedi 30 novembre 2019

Des femmes luttent contre les trafiquants à Marseille...

Un collectif de femmes dans des quartiers Nord de Marseille, écrit Mme Anne Le Nir dans le journal La Croix, milite pour que "les biens confisqués aux délinquants servent à financer des projets sociaux dans leur quartier. Ces femmes s'inspirent d'une loi italienne, qui a permis depuis 1996, de confier des milliers d'immeubles et d'hectares de terres à des associations et des coopératives". Ces quartiers sont en effet les premiers touchés par les trafics, la corruption et l'absence de l'Etat.

L'initiative est venue de Mme Fatima Mostefaoui, 53 ans, présidente marseillaise du collectif "Pas sans nous", le syndicat de ces habitants des quartiers populaires. Elle affirme qu'elles ont monté ce projet à cause du trop-plein de fusillades dans le quartier. 23 personnes sont mortes en 2018 dans les quartiers Nord. De ce fait, ces femmes ont réalisé que manifester ne suffisait plus. En 2017, lors d'un colloque à Paris du collectif Pas sans nous, Mme Mostefaoui a rencontré une sociologue qui lui a expliqué la saisie et la redistribution des sommes et des biens des trafiquants italiens. Cependant, une loi est nécessaire chez nous pour que les biens soient saisis, gérés par l'Etat et redistribués...

Aujourd'hui, dans notre pays, l'Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis, nommée l'AGRASC, a la mission de saisir les biens criminels. L'argent va ensuite à l'Etat. Or, il s'est agi de 70 millions d'euros en 2018 pour les saisies liées au trafic de drogue. Créer une Maison de la Jeunesse, un club sportif avec une partie de cette somme, ne serait-ce pas une bonne idée? L'exemple italien montre que ça fonctionne bien. Car, disent-elles, "s'attaquer au patrimoine des organisations criminelles est un des moyens les plus efficaces pour les frapper en plein coeur, c'est à dire au portefeuille". Il faudrait, cependant, une volonté politique sur place et à l'Assemblée Nationale... D'où cet article concernant cette initiative courageuse qu'il serait bon, à mon avis, de soutenir sans aucune réticence.

Lyliane

31/12/2019

A propos du foie gras...

Saviez-vous qu'il est possible de produire du foie gras naturellement, SANS gavage ? Signez pour interdire IMMÉDIATEMENT la vente de foie gras non éthique !



    Je signe la pétition     

La production industrielle de foie gras est une torture pour les animaux, alors qu’il est aujourd’hui possible de fabriquer du foie gras naturellement, SANS gavage !

Au nom de la rapidité et de la rentabilité, la production du foie gras est devenue une industrie qui maltraite les animaux en leur imposant un gavage accéléré, dans des conditions souvent cruelles et dégradantes.

LA PRODUCTION INDUSTRIELLE DE FOIE GRAS TRANSFORME UN PROCÉDÉ NATUREL EN TORTURE

Pendant trois semaines, plusieurs fois par jour, les oies et les canards sont obligés d’ingérer des quantités indécentes de bouillie de maïs.

On les immobilise avec des pinces mécaniques qui les blessent, et on introduit dans leur œsophage un tube métallique qui injecte de force la nourriture directement dans leur estomac.

Le résultat : des foies atrophiés, malades, des animaux incapables de bouger, immobilisés toute la journée dans leurs fientes.

Aujourd’hui, des mouvements militants veulent interdire TOTALEMENT la production et la vente de foie gras.

Et ils ont eu gain de cause aux États-Unis : à New York, le foie gras sera interdit à partir du 1er Janvier 2022 [2].

Et ça pourrait bientôt être le cas en France.

Pourtant, le gavage industriel des oies et des canards n’est pas indispensable pour fabriquer du foie gras…

CANARDS ET OIES SE SURALIMENTENT NATURELLEMENT EN PRÉVISION DE LA MIGRATION

Le foie gras n’est pas un phénomène contre-nature. Il a initialement été inventé par… les oies et les canards eux-mêmes !

En effet, certains oiseaux migrateurs se gavent de fruits avant la migration. Leur foie transforme le sucre des fruits en graisse et le

stocke, ce qui leur permet d’avoir les réserves énergétiques nécessaires pour voler pendant des milliers de kilomètres [3].

Le problème ne vient donc pas du foie gras, mais du gavage industriel et des séquelles que cette pratique inflige aux animaux.

DES ÉLEVEURS INNOVANTS VEULENT PRODUIRE DU FOIE GRAS SANS AVOIR RECOURS À LA TORTURE DU GAVAGE

Il existe déjà des manières respectueuses pour l’animal de produire du foie gras.

De nombreux éleveurs, en France, en Espagne ou aux États-Unis expérimentent des modes d’élevage en semi-liberté associés à de nouvelles techniques d’alimentation.

Le but est de se passer totalement du gavage, en comptant sur la gloutonnerie naturelle des canards et des oies pour qu’ils s’engraissent d’eux-mêmes [4].

Aviwell : procédé exluant tout gavage des oies

En France, l’entreprise Aviwell, créée en 2015 par des chercheurs toulousains a inventé un procédé excluant tout gavage [5]. Le secret est de modifier la flore intestinale des animaux peu après la naissance, pour que leur foie se développe plus rapidement. Et cerise sur le gâteau, cette technique préserve parfaitement le goût du produit [6].

FABRIQUONS DU FOIE GRAS ÉTHIQUE, SANS GAVAGE

Aujourd’hui, il est possible :

  • de défendre l’héritage culturel et gastronomique que représente le foie gras ;
  • de protéger une filière qui assure le revenu de plus de 30 000 familles en France ;
  • tout cela en luttant contre les souffrances animales provoquées par le gavage

Pour cela, nous vous demandons, monsieur le Ministre :

  • d’interdire IMMÉDIATEMENT la vente en France de foie gras dont le mode de production ne respecte pas les normes de l’arrêté du 21 avril 2015 [7] (interdiction de l’entrave, cages individuelles prohibées, présence d’abreuvoirs, etc.) ;
  • d’OBLIGER la filière foie gras française à évoluer vers des techniques d’engraissement SANS GAVAGE, qui permettent de protéger le bien-être des animaux, tout en valorisant la tradition et le savoir-faire ;
  • ceci afin de permettre la création d’un label FOIE GRAS NATUREL FRANÇAIS garanti sans souffrance animale, provenant d’oies et de canards s’auto-engraissant spontanément.

stocke, ce qui leur permet d’avoir les réserves énergétiques nécessaires pour voler pendant des milliers de kilomètres [3].

Le problème ne vient donc pas du foie gras, mais du gavage industriel et des séquelles que cette pratique inflige aux animaux.

DES ÉLEVEURS INNOVANTS VEULENT PRODUIRE DU FOIE GRAS SANS AVOIR RECOURS À LA TORTURE DU GAVAGE

Il existe déjà des manières respectueuses pour l’animal de produire du foie gras.

De nombreux éleveurs, en France, en Espagne ou aux États-Unis expérimentent des modes d’élevage en semi-liberté associés à de nouvelles techniques d’alimentation.

Le but est de se passer totalement du gavage, en comptant sur la gloutonnerie naturelle des canards et des oies pour qu’ils s’engraissent d’eux-mêmes [4].

Aviwell : procédé exluant tout gavage des oies

En France, l’entreprise Aviwell, créée en 2015 par des chercheurs toulousains a inventé un procédé excluant tout gavage [5]. Le secret est de modifier la flore intestinale des animaux peu après la naissance, pour que leur foie se développe plus rapidement. Et cerise sur le gâteau, cette technique préserve parfaitement le goût du produit [6].

FABRIQUONS DU FOIE GRAS ÉTHIQUE, SANS GAVAGE

Aujourd’hui, il est possible :

  • de défendre l’héritage culturel et gastronomique que représente le foie gras ;
  • de protéger une filière qui assure le revenu de plus de 30 000 familles en France ;
  • tout cela en luttant contre les souffrances animales provoquées par le gavage

Pour cela, nous vous demandons, monsieur le Ministre :

  • d’interdire IMMÉDIATEMENT la vente en France de foie gras dont le mode de production ne respecte pas les normes de l’arrêté du 21 avril 2015 [7] (interdiction de l’entrave, cages individuelles prohibées, présence d’abreuvoirs, etc.) ;
  • d’OBLIGER la filière foie gras française à évoluer vers des techniques d’engraissement SANS GAVAGE, qui permettent de protéger le bien-être des animaux, tout en valorisant la tradition et le savoir-faire ;
  • ceci afin de permettre la création d’un label FOIE GRAS NATUREL FRANÇAIS garanti sans souffrance animale, provenant d’oies et de canards s’auto-engraissant spontanément.
:

Auteur : Frédéric Forge

 

 

Donner une seconde vie aux jouets abîmés...

Chaque année, en France, plus de 40 millions de jouets sont jetés à la poubelle, car il leur manque une pièce. C'est un désastre écologique, écrit un journaliste dans CNews. Il n'y a pas, en effet, de vente de pièces détachées pour les jouets. Mr Matthieu Régnier, PDG de la société française DAGOMA, dont le siège est à Roubaix, lance en ce mois de décembre Toy Rescue. Ce service est capable de fournir des pièces détachées à la demande pour la plupart des jouets.

L'idée qu'a eu ce PDG est de faire appel pour fabriquer les parties manquantes à l'impression 3D. Ce service en ligne s'adresse autant aux enfants qu'aux collectionneurs. Il suffit de se connecter sur le site et de télécharger gratuiyement les Scans  3D des pièces désirées, grâce au moteur de recherche. Ainsi, avec une imprimante 3D, ces modèles pourront être tirés au format et à la couleur de leur choix. Mais pour les personnes ne possédant pas ce type de matériel, elles peuvent solliciter l'aide de la communauté, un réseau de "makers" à travers l'hexagone. Ce réseau fonctionne comme un vrai réseau social.

DAGOMA, en outre, fabrique des imprimantes 3D made in France en utilisant des plastiques d'origine végétale, conçus à partir d'amidon de maïs. Pour en savoir davantage, se connecter sur le site: www.toy-rescue.fr.

Lyliane

30/12/2019

Reporters d'espoir parcourent la France des solutions...

 
 
 
 

Reporters d'Espoirs redaction@reportersdespoirs.org via sendinblue.com 

ven. 29 nov. 14:18 (il y a 17 heures)
 
Répondre
À moi
 
 
 
 
 
Si vous ne parvenez pas à lire cet e-mail, cliquez ici
 
Des nouvelles de Reporters d'Espoirs  .  Vendredi 29 novembre 2019
 
 
Reporters d'Espoirs
 
 
[Sur les routes de France]
Reporters d'Espoirs au festival du journalisme de Château-Gontier
 
 
 
Poursuivant notre périple sur les routes de France, nous avons fait étape la semaine dernière au Presstival Info de Château-Gontier. Ce « festival du journalisme à la campagne », niché en Mayenne à une trentaine de kilomètres de Laval, mené d’une main de maitre par l’enthousiaste et convainquant Jean-Marie Mulon, a su conquérir la profession et le public autour ces dernières années, de David Pujadas, Elise Lucet, Jean Plantu, Pierre Haski ou de nombreux grands reporters.
 
Pour la 6e année consécutive, Reporters d’Espoirs ayant carte blanche a choisi de mettre la lumière sur le travail d’introspection mené par Anne-Sophie Novel, réalisatrice du film « Les médias le monde et moi ». Dans ce film, fruit de cinq années d’enquête, Anne-Sophie s’interroge sur les raisons de la désaffection des citoyens à l’égard des médias. Abordant les risques d’infobésité, les fake news, ou la déconnection des producteurs d’infos avec les préoccupations du public, elle esquisse des pistes pour « bien s’informer ».
 
 
 
 
 
[Les médias s'engagent]
The Guardian mise sur le journalisme d’espoir
 
 
 
 
Le journal britannique The Guardian a une longue tradition de journalisme constructif. En 2012, il prenait position en faveur d’un journalisme « ouvert »- autrement dit « citoyen » ou « participatif »-afin de contrer, dit-il, la transformation de l’information en un simple produit de consommation. À l’été 2016, le Guardian lance une enquête pour faire la lumière sur les attentes de ses lecteurs. Plusieurs d’entre eux regrettent la tendance du journal, réputé pour son engagement militant, à voir le verre à moitié vide. Pour y répondre, est créée la rubrique Half full (« à moitié plein ») qui, pour son lancement, invite les lecteurs à suggérer des idées de tendances, d’innovations ou de personnes remarquables via un formulaire.

Plus ambitieuse, la rubrique The Upside, qui prend sa suite, est le fruit d’un partenariat avec la fondation américaine Skoll, qui investit dans l’entrepreneuriat social. Alors qu’elle devait à l’origine ne durer que six mois, la rubrique est toujours d’actualité, riche de près de 330 articles. Ceux-ci partent presque systématiquement d’exemples concrets d’initiatives locales dont l’intérêt est qu’elles sont reproductibles et non pas seulement égayantes. En plus de présenter une initiative donnée et de relayer la parole de ses instigateurs, les articles sont souvent étayés d’études et de données permettant de justifier de l’intérêt de l’initiative ou d’évaluer son efficacité.

 
Lire notre étude de cas
 
 
[La France des Solutions]
Retour sur trois contenus publiés par nos médias partenaires
 
 
 
[ARTE] Tara piste le plastique dans les fleuves
 
Pour mesurer la quantité et la toxicité des déchets plastiques maritimes, la Fondation Tara Océan a lancé fin mai une expédition d'ampleur. 
 
Voir le reportage
 
[La Gazette des Communes] Quand des employeurs et des bénéficiaires du RSA sont connectés, ça « matche »
 
Plusieurs départements se sont dotés de plateformes pour favoriser l'emploi dans les métiers en tension.
 
Lire l'article
 
[Le Journal du Dimanche] En Bretagne, un village connecté fait sa transition énergétique
 
Saint-Sulpice-la-Forêt, petite commune de 1 500 âmes, fait désormais partie des "villes intelligentes", recueillant des données sur la consommation de ressources.
 
Lire l'article

28/12/2019

En Italie, l'écologie n'est plus une option!

Dans le journal Télérama, il est rapporté par Mme S. Be qu'en Italie à partir de septembre 2020, "l'étude des questions environnementales et climatiques sera obligatoire dans toutes les écoles publiques". Cette nouvelle a été annoncée par Mr Lorenzo Fioramonti, ministre de l'éducation au début du mois de novembre 2019.

De plus, "des matières comme la géographie, les mathématiques ou la physique seront désormais étudiées sous l'angle du développement durable".  Nous ne pouvons que nous féliciter de cette mesure annoncée! Pour en savoir plus concernant cette initiative, consulter www.reuters.com/article/us-climate-change-italy-exclusive/.

Je pense qu'en France nous pourrions faire de même en saisissant Mr J.M. Blanquer. Les jeunes français dès l'école primaire devraient pouvoir être informés des enjeux climatiques, avec un accent positif mis sur la responsabilité de chacun. Car il ne faut surtout pas baisser les bras. En effet, il me semble que pour tous les citoyens du monde aujourd'hui, et surtout aux Etats-Unis, où demeurent encore des personnes dites "sceptiques", désormais l'écologie ne peut plus du tout être une option!

Lyliane

27/12/2019

Cables sous-marins français avec l'entreprise Nexans...

Alors que la guerre de l'espace fait rage pour la transmission des données à travers des constellations de satellites, c'est surtout au fond des océans que l'avenir se construit. "99% des données dans le domaine du télécom passent par les câbles et seulement 1% par le satellite pour des questions de latence", explique ainsi ce mercredi dans l'émission "12H, l'Heure H" sur BFM Business Christopher Guérin, le directeur général de Nexans.

Son entreprise (7 milliards d'euros de chiffres d'affaires en 2019) est ainsi devenue le leader mondial de la pose de câbles sous-marins. Et le groupe entend poursuivre sa croissance.

25.000 kilomètres d'ici 10 ans

Tant mieux pour Nexans, ex-Alcatel, qui produit essentiellement en France mais qui s'active beaucoup à l'étranger. "Nous avons connecté l'Allemagne avec la Norvège, à peu près 600 kilomètres de câble" s'enthousiasme ainsi Christopher Guérin. "Rien que le poids du câble d'un seul tenant, c'est 10.000 tonnes", soit le "poids de la Tour Eiffel".

Sur les six dernières années, le secteur a ainsi posé "environ 10.000 kilomètres de câble" explique-t-il. Et les perspectives sont très bonnes. "Dans les 10 prochaines années, on va en poser plus de 25.000 kilomètres."

La transition écologique est d'ailleurs le meilleur levier pour le groupe. "Tout ce qu'on fait actuellement, justement, c'est d'être un peu moins dépendant du marché du pétrole et de réallouer toutes nos ressources et nos capacités pour le marché de l'éolien en mer et l'éolien en terre" explique Christopher Guérin. "Mon objectif, c’est de devenir le numéro un mondial de l'énergie éolienne en mer et sur terre d'ici un an."

Selon Mr Thomas LEROY - BFM Business - mercredi 27 novembre 2019

26/12/2019

Chaussures vietnamiennes éthiques N'Go Shoes à Nantes...

La jeune marque nantaise, qui valorise le savoir-faire traditionnel vietnamien et contribue à la construction d'écoles, remporte un joli succès. Vous les croiserez peut-être dans l’un des chalets de L'Autre marché, le marché de Noël des cadeaux équitables, qui ouvre ses portes samedi à Nantes. Car les baskets N’Go Shoes ne sont pas tout à fait des pompes comme les autres. Créée en 2016 par deux Nantais, la jeune marque mise autant sur l’éthique et la solidarité du projet que sur le look branché de ses sneakers pour séduire les consommateurs.
En toile ou en cuir, ses 19 modèles de chaussures sont en effet fabriqués au Vietnam dans des ateliers traditionnels. « Il y a un véritable savoir-faire là-bas, malheureusement menacé par la concurrence des usines où s’approvisionnent les géants du secteur, explique Kevin Gougeon, l’un des deux fondateurs. Notre tissu est fourni par des artisanes de la minorité des Thaïs Blancs regroupées en coopérative. Nos commandes permettent désormais de faire vivre 20 artisanes et d’autres se forment à leur tour. Et en travaillant en direct, on est vigilant sur les conditions de travail, la sécurité ou les assurances. »
Trois écoles déjà construites
N’Go Shoes s’engage aussi à reverser 2 % de son chiffre d’affaires à l'ONG vietnamienne Sao Bien œuvrant à la construction d’écoles dans des villages isolés. « On a déjà versé 10.600 euros. Ça parait peu mais c’est une somme importante quand on lance son activité. On a ainsi contribué à la création de trois écoles, bientôt quatre. C’est vraiment motivant. »
Bien aidées par le bouche-à-oreille sur les réseaux sociaux, les baskets, vendues de 69 à 95 euros, plaisent aussi, fort heureusement, pour leur confort et leur design, surtout auprès des CSP+, des « femmes de 25-35 ans » en particulier. « La forme de la chaussure est relativement basique avec une touche d’originalité apportée par une bande de motifs ethniques tissée à la main. C’est notre signe distinctif ! »
Veja, le modèle à suivre
Résultat : quelque 10.000 paires auront été écoulées en 2019, soit plus du double de l’an passé. « On est distribués dans 70 magasins dont quelques grosses enseignes comme Eram ou Les Galeries Lafayette, énumère Kevin Gougeon. On vend aussi 300 paires par mois sur le site Internet. Ça va plus vite que ce qu’on pensait. Je me rappelle encore qu’il y a deux ans j’avais stocké nos 1.000 premières paires dans le garage de mes parents ! »
Pour 2020, N’Go Shoes espère produire 20.000 paires et « accélérer son développement à l’étranger ». La marque basée à Nantes projette également de sortir des baskets véganes et un modèle composé « en grande partie de plastiques recyclés ».
La trajectoire fait forcément un peu penser à Veja, la désormais célèbre marque française de baskets écologiques et équitables qui, elle, travaille principalement au Brésil. « La comparaison ne me dérange pas, reconnaît Kevin Gougeon. Veja, ce sont des pionniers et des modèles. Ils sont reconnus, ont grandi, sans avoir renié leurs valeurs de base. »
Le jeune entrepreneur ajoute. « Je pense que, à l’image de l’alimentation, le prêt-à-porter sera obligé d’opérer une mutation vers l’éthique et le biologique. Nike ou Adidas produisent dans le même pays que nous. Ils pourraient très bien aller vers une démarche plus humaine et responsable. C’est le consommateur qui détient la clé. »

Frédéric Brenon - 20 Minutes - mercredi 27 novembre 2019

" Des paroles aux actes", pour le climat des artistes s'engagent à changer...

Le groupe Shaka Ponk et la chanteuse Zazie présentent les objectifs de l’appel « Des paroles aux actes », signé par une soixantaine de musiciens, chanteurs, acteurs, humoristes… Pour Samaha et Frah, du groupe de musique Shaka Ponk, et la chanteuse Zazie, l’appel « Des paroles aux actes… Get Freaky », publié par Le Monde jeudi 28 novembre, n’est pas une déclaration de plus pour le climat ou la sauvegarde de la biodiversité. « Il s’agit d’un engagement personnel, et professionnel, de dire qu’on a le choix. Et d’entraîner, par la diversité de nos réseaux, d’autres qui nous rejoindront. Nous avons la possibilité d’adopter des comportements plus écoresponsables, alors faisons-le », avance Frah.
« Pour agir contre le dérèglement climatique, il est temps de passer de la parole aux actes »
De fait, de Jean-Louis Aubert à Nagui, en passant par Thomas Dutronc, Cats on Trees, Cyril Dion, Laure Manaudou, Bruno Solo, Yaël Naïm, Tryo, Elie Semoun ou Nolwenn Leroy, pour citer quelques-uns des soixante signataires, les publics ne sont pas les mêmes. Mais les membres de ce collectif « The Freaks » s’engagent tous à faire passer le message, sur les blogs, pages Facebook, Instagram, à montrer à tous ceux qui suivent les mondes artistiques, sportifs, médiatiques, que l’on peut « bousculer les habitudes ».
« Le but n’est ni de gaver ni de culpabiliser, juste de dire ce que l’on peut faire. Nous par exemple, on arrive à bannir tout ce qui est absurde, ce qui est jetable, comme les nombreuses bouteilles en plastique que l’on consommait dans notre travail », explique Samaha. « Pendant les tournées, on s’aperçoit que l’on fait des économies. L’écologie ce n’est pas un parti politique, et ce n’est pas réservé à ceux qui ont les moyens », affirme Zazie.
Gâchis
Les concerts, les tournées, les fonctionnements des boîtes de production sont loin d’être vertueux, en termes de kilomètres parcourus, donc d’émission de gaz à effets de serre, d’énergies consommées, d’aliments vite produits, vite achetés et vite avalés, de milliers de bouteilles en plastique, à peine entamées puis jetées… La conscience de ce gâchis progresse dans le milieu artistique, estiment Shaka Ponk et Zazie. « Quand je suis arrivée pour la première fois au travail [Zazie dirige une boîte de production, Zazi Films] avec ma gourde, tout le monde m’a regardée ironiquement, mais, aujourd’hui, tout le monde s’y est mis », témoigne la chanteuse.
Mais beaucoup hésitent à modifier leurs comportements. « C’est compliqué, on ne peut imposer le covoiturage pour venir à nos concerts, mais on peut le recommander, on peut aussi contrôler les produits en backstage et, pourquoi pas, un jour, ne travailler qu’avec une compagnie qui nous proposera des tournées dans des bus hybrides », explique Frah.
Déjà présenté en juillet 2018 avec l’engagement de certains artistes (Zazie, Thomas Dutronc, etc.), le concept The Freaks prend réellement forme jeudi 28 novembre. Pourquoi tant de temps pour relancer l’initiative ? La faute aux agendas divergents, et aux rythmes de vie intenses, plaident les trois ambassadeurs venus au journal Le Monde, lundi 25 novembre, pour présenter leur initiative.
Quand Frah Sam a lancé « C’est juste la fin du monde » avant une longue allocution sur l’écologie, sur la scène des Victoires de la musique, le 8 février, devant des millions de téléspectateurs, ce n’était pas prévu : « Le jour où ça va vraiment arriver, on va tous chier dans notre froc et on va pleurer, parce qu’on a peur et surtout parce qu’on savait. Ce qui est paradoxal, c’est qu’on a tous le pouvoir d’empêcher la fin du monde, c’est un pouvoir qu’on a et qu’on a oublié. » Du côté de la production de l’émission (France 2), raconte aujourd’hui Frah, ce fut la panique. On lui avait demandé de ne pas le faire ou de s’en tenir à un message de quelques secondes. Impossible pour Shaka Ponk, au regard des enjeux.
Traduire dans les actes
Ecrire sur l’avenir de la planète, comme de nombreux artistes l’ont fait, ne suffit pas selon eux. « Si la musique est un vecteur d’émotion et qu’il faut toucher le cœur des gens, on est plus crédible si on le traduit dans nos actes », explique Samaha.
En revanche, les trois ambassadeurs n’adhèrent pas totalement à la démarche de Chris Martin, le leader du groupe Coldplay, d’arrêter les tournées pour des raisons environnementales et de réfléchir à des concerts plus « durables » et « activement bénéfiques » pour l’environnement, annoncée sur la BBC le 21 septembre. « Ne plus faire de concerts parce que ça pollue, ce n’est pas le bon choix, il faut les rendre le moins polluant possible. Si on a compris certaines choses, il faut les partager avec nos publics », estime Samaha.
Définis avec des experts de la Fondation Nicolas Hulot, pour la nature et l’homme, « 42 gestes » sont proposés par les artistes, comme l’achat de produits en vrac, le partage d’équipements avec ses voisins, ou encore de « ne plus prendre de bain (ou trèèèèès rarement et seulement si on est deux dedans) ».

Selon Mr Rémi Barroux - Le Monde - jeudi 28 novembre 2019

25/12/2019

Replanter des légumes germés et faire des boutures de plantes ou d'arbustes...

Dans la revue Plantes et Santé, Mme Adeline Gadenne écrit un article concernant la possibilité de "sauvegarder des tubercules, bulbes ou racines, afin d'obtenir des pousses vertes, de redémarrer le potager ou de faire pousser de nouvelles plantes d'intérieur". Avec un peu de patience, en effet, il est possible d'économiser l'achat de plantes et de faire des boutures comme avec du basilic, du raifort, du gingembre ou de la menthe. Il suffit de couper un morceau ou une tête et de placer les tiges dans un verre d'eau. Puis exposer ces boutures dans un endroit lumineux à température stable. En principe, des racines apparaitront au bout d'un mois et ces nouvelles plantes pourront être plantées en pleine terre ou en pot.

Les pommes de terre, les oignons et l'ail peuvent également produire des pousses qu'il est possible de replanter en terre pour les premiers ou de couper pour les manger avec une salade pour les autres bulbes. De même, il faut savoir ( et je l'ai moi-même pratiqué très souvent) qu'on bouture assez facilement pour son jardin d'agrément ou son intérieur des bégonias, des hortensias, de la lavande, du jasmin, des lauriers-rose, des géraniums et des rosiers... Enfin, on peut obtenir des arbustes ou même des arbres à partir de boutures et de rejets de vigne, de figuier, de mimosa ou d'arbousier. Ainsi, au delà de la récolte de graines (pourpier, capucines et oeillets d'inde...) et de la mise en terre de pépins (citronniers...) ou de noyaux (avocatiers, néfliers), tout un chacun peut s'initier à la formidable école de la nature! C'est non seulement utile, mais passionnant!

Lyliane

24/12/2019

Des lunettes avec Médecins du Monde...

L'accès aux soins d'optique est parfois difficile pour les personnes en situation précaire qui n'ont pas de droits ouverts à la Sécurité Sociale, ni de souscription à une complémentaire santé faute de ressources, écrit un journaliste dans le magazine des donateurs. Depuis 2001, des consultations d'ophtalmologie sont proposées dans les centres d'accueil, de soins et d'orientation de Médecins du Monde.

Ce programme est soutenu par la Fondation Optic 2000 depuis 2009. Ainsi, grâce à ce partenariat, les personnes accueillies par les équipes de Médecins du Monde en France peuvent bénéficier gratuitement de paires de lunettes correctrices adaptées à leurs besoins. Pour faire un don ou pour en savoir davantage, contacter sur Internet: www. medecinsdumonde.org.

Lyliane

23/12/2019

Combattre l'ignorance par le théâtre...

L'historien Selman Reda tourne dans les lycées du sud de la France avec une pièce, "Ne laisse personne te voler tes mots" qui raconte l'histoire du Coran. Sa manière de combattre à la fois les idées toutes faites et la radicalisation.

Parce que l'ignorance est la mère de toutes les dérives, l'historien Selman Reda a décidé d'écrire une pièce racontant l'histoire du Coran et de la jouer devant un public de lycéens, toutes origines et religions confondues.
"Ne laisse personne te voler tes mots" ne se veut surtout pas prosélyte. L'auteur s'est inspiré de sa propre expérience de jeune mulsuman français ayant subi les idées étroites et coercitives de son père, s'étant fait mettre à la porte à l'âge de 16 ans et ayant heureusement rencontré l'islamologue Rachid Benzine. Avec lui, il a exploré l'histoire de sa religion et de son texte sacré.

Mr Selman Reda parle autrement de la religion, la resitue dans son contexte à la fois spirituel, historique et géographique. Son public de lycéens, de toutes origines religieuses et sociales, se fait ainsi une idée plus précise de la réalité d'une confession qui suscite bien des fantasmes et des interprétations chez les croyants comme chez les autres.

Selon Franceinfo - Franceinfo - dimanche 24 novembre 2019

22/12/2019

Un maire exemplaire renonce à ses indemnités....

Face à la crise de confiance des citoyens envers les politiques, Christian Derouet, maire de Lonlay-l’Abbaye (Orne), a renoncé à 35.000 euros d'indemnités depuis son élection en 2008. Objectif : assurer l'exemplarité des élus et préserver le lien avec ses concitoyens.
C'est un geste fort envers ses administrés. Le maire de la commune de Lonlay-l’Abbaye, dans l'Orne, a renoncé à l'ensemble de ses indemnités depuis 2008. Objectif : rétablir le lien de confiance des concitoyens avec les politiques. "J’ai laissé plus de 35.000 euros d’indemnités (depuis mon élection en 2008) que je n’ai pas pris. Alors quand je vois qu’ils veulent augmenter les indemnités...", a confié au Huffington Post l’élu de 66 ans, qui affirme assurer sa fonction de maire surtout "par amour et par passion".
En effet, selon Christian Derouet, le maire de la ville de 1.135 habitants, "l’exemplarité" des politiques est un enjeu important pour préserver une relation de confiance avec les concitoyens, particulièrement dans un contexte de précarité économique. "Il faudrait déjà que les élus montrent l’exemplarité. Supprimons les privilèges. Diminuons le tiers des députés et des sénateurs. Et déjà, ça permettrait à des gens qui ont des petits moyens de réécouter les politiques", propose l'élu, qui vise surtout les avantages des anciens présidents et Premiers ministres.
>> Lire aussi - Pour trouver son successeur, un maire publie une petite annonce
"Je veux être responsable. Et je veux qu’on me donne vraiment les compétences du quotidien de telle façon que mes concitoyens puissent compter sur moi", explique Christian Derouet. Lors du 102e congrès des maires de France le jeudi 21 novembre dernier, Emmanuel Macron avait assuré que "les maires ruraux, dans les campagnes de France, sont bien souvent tout à la fois policier, médecin, urbaniste, jardinier, assistant social. Et ils seront rétribués aussi à leur juste niveau d’engagement".
Il semble que la hausse de leur rémunération ne soit pas la priorité de tous les maires si on en croit Christian Derouet, qui souhaite rétablir la confiance de ses administrés et surtout préserver ses compétences. Il dénonce notamment le transfert des prérogatives des élus aux intercommunalités au cours des dernières années.

Selon Mme Sarah Ugolini - Capital - samedi 23 novembre 2019

21/12/2019

Faut-il racheter des trimestres pour sa retraite?

Racheter des trimestres peut vous permettre de partir avec une retraite à taux plein, même si vous n’avez pas cotisé suffisamment. Une démarche que vous pouvez négocier avec votre employeur.
Si vous partez en retraite sans avoir la durée d’assurance requise correspondant à votre génération, votre retraite sera moins élevée que celle que vous pourriez avoir en ayant “tous” vos trimestres. D’où la tentation de travailler quelques mois, voire quelques années de plus, jusqu’à réunir le nombre de trimestres nécessaires pour pouvoir partir avec une retraite à taux plein … A moins de pouvoir racheter le nombre de trimestres qui vous manque. En augmentant artificiellement votre durée d’assurance, vous pourrez partir plus tôt (mais pas avant 62 ans) avec la même retraite que celle que vous auriez eu en travaillant jusqu’au bout.
Mais racheter des trimestres à quelques mois de la retraite coûte cher : entre 3.000 et 6.000 euros le trimestre selon le niveau de vos revenus professionnels et l’option choisie. Vous pouvez déduire le coût du rachat de votre revenu imposable, en totalité. Il n’y a pas de plafond de déduction, comme avec les produits d’épargne retraite, et l’économie d’impôt apportée par cette déduction n’est pas prise en compte dans le plafonnement global des niches fiscales de 10.000 euros.
Seul inconvénient : racheter vos trimestres à la dernière minute, vous prive de la possibilité d’étaler vos paiements, car il faut avoir tout payé avant de pouvoir demander le versement de votre retraite. Si vous n’avez pas les sommes nécessaires sachez qu’il est parfois possible de monétiser les droits inscrits sur un compte épargne temps pour racheter des trimestres, certaines entreprises offrant même un abondement aux salariés qui profitent de ce dispositif. 

Selon Nathalie Cheysson-Kaplan - Capital - samedi 23 novembre 2019

Sortir de la frénésie consumériste et vivre un Noël authentique...

Sortir de la frénésie consumériste et revenir à l’essentiel: suivez le guide pour vous réconcilier avec Noël! Vous marchez pour le climat et pestez contre le «black friday»? Ou avez envie, tout simplement, de revenir à un Noël plus authentique? Sapins coupés en pleine forêt puis abandonnés le long de trottoirs quelques jours après, rubans par milliers, dernière décoration féerique tendance, tenue de fête spéciale Jour J… Noël est aussi l’un des moments dans l’année où l’on pollue - et dépense le plus. Mais comment concilier conscience écologique et traditions sans être un trouble-fête?
1. Retour aux sources: quel sens donner à Noël?
Peut-être en commençant pas se poser cette question: que représente cette fête pour nous? Une tradition chrétienne, spirituelle? Un temps en famille, un moment de partage avec ses proches? Fête chrétienne empruntée à des rites païens pour commémorer la naissance de Jésus, incarnation du Dieu sauveur, Noël est aussi devenu une fête culturelle et familiale. C’est après la Seconde guerre mondiale que les Américains importent, notamment via Coca-Cola (qui transforme saint Nicolas en Père Noël), une vision plus matérialiste que certains regrettent aujourd’hui.
Dans cette perspective, on s’éloigne déjà du stress de la frénésie consumériste pour tenter de retrouver un Noël plus authentique.

2. Les cadeaux: sobriété... et temps de qualité
Après la théorie, place à la pratique!
● Sobriété et qualité: moins de cadeaux, plus personnalisés
Quand les familles s’agrandissent, la liste de cadeaux ne cesse de s’allonger. Le porte-monnaie en souffre et la planète aussi: beaucoup d’objets achetés en dernière minute ne serviront pas, voire, finiront jetés. Certains optent alors pour les cadeaux groupés, ou le tirage au sort: chaque personne n’offre qu’un seul cadeau à un seul membre de sa famille. Outre l’économie réalisée, cette option permet de prendre du temps pour choisir - et recevoir - un cadeau personnalisé.
Les plus manuels pourront aussi prendre le temps de fabriquer eux-mêmes le présent: un livre de cuisine avec ses recettes préférées écrites à la main, un bocal «SOS cookie», des confitures, du baume à lèvre, une boîte à bijoux...
● Privilégier les cadeaux utiles ou durables
Privilégiez aussi les cadeaux «utiles» et durables - au risque de laisser de côté l’aspect surprise, on peut même demander des listes à nos proches: électroménager, outils de bricolage ou de jardinage, équipement sportif, etc.
«Chez nous, on offre surtout des livres, confie pour sa part Johannes Hermann, ornithologue et auteur de La Vie oubliée. Crise d’extinction: agir avant que tout s’effondre (éditions Première partie). Ce sont des choses durables, qui passent de main en main. C’est moins clinquant, moins cher, et cela va davantage durer».
Cela peut être l’occasion de se reposer «la signification du rite des cadeaux», ajoute ce partisan d’une écologie intégrale telle que développée dans l’encyclique du pape François Laudato Si’. «Dans quelle mesure estime-t-on que les relations passent pas le fait de se couvrir de cadeaux d’une valeur implicitement codifiée?», se demande-t-il.
● Jouets d’occasion et récupération
Chaque année en France, près de 61 millions de jouets (souvent fabriqués en Asie) sont vendus à Noël, soit plus de huit cadeaux par enfants - qu’ils vont parfois manipuler quelques minutes avant de les laisser de côté! Afin de limiter le gaspillage, il est possible d’opter pour les recycleries, ces associations qui fleurissent pour donner une seconde vie aux jouets. Des associations comme Rejoué collectent, nettoient et réparent des jouets d’occasion dans le cadre d’ateliers de réinsertion pour des personnes sans emploi, tout en évitant la multiplication des déchets.
● Les «cadeaux temps»
Mais le meilleur cadeau «zéro déchet» reste celui d’offrir... son temps. On peut ainsi offrir des «bons pour»: un week-end au vert, une soirée baby-sitting, un après-midi bricolage ou réparation, une sortie au théâtre, etc.
Pour emballer vos présents, réutilisez vos papiers cadeaux de l’an passé ou du dernier anniversaire en les stockant. Vous pouvez aussi utiliser du papier journal ou du tissu avec la technique japonaise des furoshiki. D’autres reprennent la tradition anglaise de la grande chaussette, ou encore, utilisent des boîtes ou bocaux en verre réutilisables.
3 . Un calendrier de l’Avent inversé: donner!
Enfin, que Noël revête pour vous une dimension spirituelle ou traditionnelle, vous pouvez pousser votre sens «écologique» au sens du partage et de l’ouverture aux plus pauvres. Pour cela, pratiquez le calendrier de l’Avent «inversé»!
L’idée? Chaque jour, je donne quelque chose (un objet fait main, du temps), ou je fais un petit geste écologique. C’est l’esprit, par exemple, de ce calendrier de l’Avent chrétien Laudato Si’ pour les enfants: inviter un camarade d’école qui a peu d’amis à la maison, réparer un objet pour le réutiliser, jouer en famille, confectionner un cadeau de ses mains, etc.
4. Un sapin naturel ou «fait main»
Le sapin est devenu un incontournable de Noël. Las, son impact environnemental n’est pas anodin. Ici, le débat fait rage. Divers camps s’affrontent: ceux du sapin de Noël synthétique, ceux du sapin «naturel»... et les «anti-sapin» tout court.
Six millions de sapins de Noël sont vendus chaque année, contre 1 million de sapins artificiels. On a tendance à penser qu’un sapin synthétique, réutilisable chaque année, est plus écologique qu’un sapin coupé en pleine forêt. Gare aux idées reçues. Selon une étude réalisée par un cabinet canadien, un arbre artificiel émet l’équivalent de 8,1 kg de CO2 pour sa production et pour son transport, tandis qu’un conifère naturel n’émet «que» 3,1 kg de CO2. Il faudrait garder son sapin en plastique plus de 20 ans pour rentabiliser son impact carbone sur la planète! Or, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise d’énergie (Ademe) estime la durée de conservation des arbres artificiels à six ans seulement.
● Un sapin «made in France», en pot... ou pas de sapin tout court Mieux vaut donc opter pour un sapin naturel, produit en France. Il existe même des labels - Plante bleue, par exemple, certifie une démarche de production respectueuse de l’environnement. D’autres start-up comme Treezmas proposent de louer un sapin en pot qui sera ensuite récupéré chez vous puis replanté dans la nature. L’Association française du sapin de Noël naturel assure en outre que ces conifères ne contribuent pas à la déforestation puisqu’ils ne sont pas coupés en pleine forêt mais issus de plantations spécifiques, dans le Morvan et le Jura.
Un argument qui ne convainc pas les «anti-sapins de Noël», à l’image de l’ornithologue Johannes Hermann: «Leur mode de culture pose de gros problèmes écologiques, observe-t-il. Il s’agit de monocultures intensives qui concernent de grandes surfaces de forêts (plus de 5000 ha, NDLR), sans aucune richesse biologique, au détriment de forêts plus naturelles. Ce sont des alignements de jeunes sapins. Peu de choses peuvent y vivre par rapport aux forêts avec des arbres de différentes classes d’âge».
● Un sapin fait main en matériaux de récup’
Les esprits créatifs peuvent alors miser sur une décoration plus aboutie de leur maison, ou fabriquer un sapin original avec des matériaux naturels ou de récupération: papier, bois flotté, cagettes, piles de livres... souvent, ces arbres de Noël «faits maison» ont aussi l’avantage de vous faire gagner de la place!
5. Une décoration récup’ ou fait main
Des sites comme Pinterest ou des tutoriels vidéos sur Youtube regorgent d’idées toutes plus originales les unes que les autres pour une décoration «fait main» et bon marché: couronne de Noël en bouchons de liège, guirlande en papier...
Si on n’est pas manuel, on peut aussi réutiliser la décoration des années passées avec des variantes, en allant chiner dans des ressourceries, donneries ou sites de seconde main.
6. La tenue: emprunter ou échanger
Plutôt que d’acheter une nouvelle tenue qui ne servira qu’un jour, on peut jouer sur les accessoires en empruntant à un proche... ou échanger une tenue avec un bon ami! À moins de faire un tour sur les sites de seconde main comme videdressing ou vinted.
7. Un menu sobre, local et fait maison
Outre le gaspillage des festins de fin d’année, il peut être intéressant de s’interroger sur la consommation de certains incontournables comme le foie gras ou le saumon sauvage. Sans forcément tout supprimer, on peut choisir de réduire les quantités de ces produits, ni respectueux de la biodiversité.. ni toujours de votre santé.
Cela peut aussi être l’occasion d’innover en créant des menus de fête avec les légumes de saison et privilégiant les circuits courts. Enfin, vous pouvez choisir de cuisiner en famille ou à plusieurs plutôt que d’acheter du déjà préparé.
Enfin, si le cœur vous en dit, vous pouvez même inviter à votre table une personne seule ou en difficulté: un collègue au bureau, un voisin... L’occasion de vivre un Noël vraiment différent!
D'après Mme Bénédicte Lutaud - Le Figaro - mercredi 11 décembre 2019

 

 

20/12/2019

"Agir pour l'environnement" a eu un bilan positif en 2019...

 

 En 2019, grâce au soutien de près de 20 000 adhérents, nous avons pu :
 
MOBILISER & RASSEMBLER NOS FORCES
  • Créer plus de 15 000 zones de BZZZ, espaces exempts de pesticides et semer cent millions de fleurs mellifères pour les insectes pollinisateurs ;
  • Soutenir activement les maires ayant adopté des arrêtés anti-pesticides et organiser un débat avec le maire de Langouët ;
  • Obtenir un moratoire sur la commercialisation du dioxyde de titane à partir du 1er janvier 2020 et mener campagne pour exiger l'interdiction des nanoparticules dans les cosmétiques ;
  • Engager une procédure judiciaire contre le géant de l'agrochimie DowAgroSciences afin d'obtenir l'interdiction définitive du sulfoxaflor, insecticide tueurs d'abeilles ;
  • Lancer une vaste campagne pour interpeller les parlementaires sur les effets écologiques des plastiques à usage unique ;
  • Mobiliser plus de 40000 personnes pour obtenir le rejet d'un nouveau projet de ferme-usine de plus de 1000 vaches dans l'Eure ;
  • Participer à la mobilisation contre le centre commercial Europacity à Gonesse ;
  • Mettre sous pression les parlementaires afin qu'ils mettent un terme à l'exonération ficale bénéficiant à l'huile de palme dans les carburants ;
  • Lancer une campagne pour stopper les aides versées au transport aérien sur des courtes distances, surtout lorsque des alternatives ferrées existent ;
  • S'associer aux apiculteurs afin d'obtenir un étiquetage lisible sur l'origine géorgraphique du miel.
 
 
(ou selectionnez une contrepartie ci-dessous)
 
 
GRACE A VOTRE SOUTIEN FINANCIER, NOUS AVONS PU :
  • Participer activement aux marches pour le climat et distribuer des dizaines de milliers d'affiches "Je suis climat", "I love Climat" et "Ensemble pour le climat" ;
  • Coordonner la 11ème édition du Jour de la Nuit contre la pollution lumineuse rassemblant plus de 700 évènements locaux (sortie nature, observation du ciel étoilé, extinction de l'éclairage public) ;
  • Mettre à jour la liste des produits susceptibles de contenir des nanoparticules ;
  • Manifester devant le ministère de l'Agriculture afin qu'il cesse d'être une simple courroie de transmission de l'industrie agro-chimique en exigeant que la sortie du glyphosate ne soit plus remise à plus tard ! ;
  • Diffuser plus de 50 000 autocollants "stop pub" et inciter les parlementaires à interdire les écrans publicitaires énergivores ;
  • Impulser 3 nouvelles campagnes, coordonner 22 pétitions électroniques, publier plus d'une cinquantaine de communiqués et diffuser largement les dessins d'Agir réalisés par Red!
 
 
(ou selectionnez une contrepartie ci-dessous)
 

19/12/2019

Les J.O de Paris en 2024, une opportunité?

Les Jeux Olympiques 2024, à Paris, seront neutres en carbone, promettent les organisateurs. Il reste à décliner cette ambition dans les appels d’offres. Pour le village olympique, qui fera une belle place au bois, c’est bien parti. Et pour le reste ?

Cinquante et un hectares qui attisent les convoitises… À deux pas de la Seine, du Stade de France et de la future gare Pleyel du Grand Paris Express, le site doit accueillir le futur village olympique de Paris 2024. Quinze mille athlètes et encadrants s’y reposeront entre les épreuves avant de laisser la place, dès 2025, à un éco-quartier comptant plus de 3.000 logements et 135.000 m² de bureaux.
Au total, 260.000 m² de surface de plancher sont à construire pour le village olympique et paralympique, précise la Solideo [Société de livraisons des ouvrages olympiques], le maître d’ouvrage. Les travaux de démolition des bâtiments existants viennent de commencer. Il reste encore à désigner les entreprises qui seront retenues pour la construction.
La part du lion pour le bois ?
Seront-elles de la filière béton, ou de celle du bois ? « Nous attendons les premiers appels d’offres d’ici à la fin du mois », confie Georges-Henri Florentin, président de France Bois 2024, structure lancée par la filière pour se préparer à répondre aux appels d’offres des JO 2024. Si Georges-Henri Florentin reste prudent, à vrai dire, il n’y a guère plus de suspens : le bois devrait se tailler la part du lion. La Solideo avait annoncé la couleur en mars dernier. Dans ce futur village, les bâtiments qui compteront jusqu’à huit étages seront entièrement en bois et matériaux biosourcés (issus de matière organique végétale ou animale). Au-delà, le bois sera préconisé, mais pas imposé. « On peut imaginer, alors, des solutions mixtes alliant le bois à des matériaux de la filière sèche [utilisant peu d’eau], comme l’acier ou le plâtre… », lance Georges-Henri Florentin.

Top départ ! Début de la construction du village olympique. 51 hectares qui serviront à héberger les athlètes pendant #Paris2024, et qui serviront ensuite de logements pour 6000 personnes. pic.twitter.com/Pa5T1DsWTA- Edouard Philippe (@EPhilippePM) November 4, 2019
C’est qu’en matière environnementale, Paris 2024 a fixé la barre haut. Le cap est celui de la neutralité carbone, annonçait cet été Tony Estanguet, président du comité d’organisation de ces Jeux olympiques (Cojo). Ce qui suppose de réduire au maximum les émissions de CO2. « De 55 % par rapport aux JO de Londres », rappelle Jérôme Lachaze, qui était en charge du développement durable dans le comité de candidature Paris 2024.
Dans cette optique, le bois a des atouts à faire valoir. « Ressource renouvelable, il continue de stocker le CO2 qu’il avait emmagasiné pendant sa croissance, même une fois coupé et transformé en matériaux de construction, rappelle Georges-Henri Florentin. Autre atout : la réserve de bois en France est abondante et nos forêts s’accroissent. On pourra s’approvisionner en circuits courts, en générant des emplois locaux. » Dans son cahier des charges, la Solideo fixe d’ailleurs à au moins 30 % la part du bois utilisé qui doit venir de France. « Nous nous fixons l’objectif de 50 %, poursuit Georges-Henri Florentin. A nous de gagner les appels d’offres. »
« Gros chantier et formidable vitrine »
L’enjeu est colossal pour le bois, très largement dans l’ombre du béton en France. Sa part de marché sur la construction de maisons individuelles n’est que de 10 % « contre le double en Amérique du Nord ou en Scandinavie, indique le président de France Bois 2024. Ce village olympique serait alors le plus grand chantier jamais obtenu par notre filière, mais aussi un formidable laboratoire pour montrer son savoir-faire. »
C’est toute la force des Jeux, événement planétaire pourvoyeur de gros contrats et formidable vitrine pour les entreprises qui les construisent. Une force tout autant qu’une responsabilité, précise Blaise Desbordes, le directeur général de Max Havelaar France, acteur du commerce équitable. « Ils ont le pouvoir de mettre le pied à l’étrier à des filières encore balbutiantes et pourtant vertueuses sur les plans environnementaux et sociétaux. »
Et l’or des médailles ?
Blaise Desbordes a d’autres exemples en tête que le bois. À commencer par l’or des médailles. Certes, il n’y a eu  « que » 816 médailles d’or distribuées aux JO de Rio en 2016 et celles-ci, comme à Londres, ne contenaient que 6 grammes d’or chacune. « Mais le symbole est fort », estime Blaise Desbordes. Londres en a fait les frais en 2012, en confiant à Rio Tinto le soin d’extraire les 8 tonnes d’or, d’argent et de cuivre nécessaires à la confection des 4.700 médailles distribuées lors des Jeux [olympique et paralympique]. Un choix dénoncé par les ONG, pour qui le géant minier anglo-australien « n’était pas du calibre olympique » au regard, notamment, de ses méthodes d’extraction jugées polluantes.Rio fera mieux quatre ans plus tard, en s’assurant notamment que l’or utilisé avait été extrait sans utilisation de mercure. « Et Tokyo [en 2020] vient de dévoiler ses médailles, qu’il confectionnera à partir de métaux recyclés provenant d’appareils électroniques collectés dans le pays. »
Viser le 100 % équitable sur la nourriture et le textile
A cinq ans des épreuves, Paris 2024 n’en est pas encore à se pencher sur ses médailles. « Une chose est sûre, elles seront durables », assure-t-on au Cojo Les attentes de Blaise Desbordes sont plus fortes encore sur les approvisionnements en nourriture et en textile de cette future olympiade. « Ces deux secteurs souffrent de prix d’achat trop bas proposés aux producteurs, explique-t-il. Et le reste en découle. Vous ne pouvez pas demander à un petit producteur mal payé d’être à la pointe sur les critères sociaux et environnementaux. »
Au regard des commandes à passer, les Jeux olympiques peuvent contribuer à rectifier le tir. Ce sont 1,6 million de repas qu’il faudra servir aux athlètes durant les épreuves. « Quatorze millions si on ajoute ceux servis aux spectateurs sur les différents sites, détaille Jérôme Lachaze, du comité de candidature. Côté textile, il faudra habiller 70.000 bénévoles. Avec les produits dérivés, les drapeaux, il y a plusieurs centaines de milliers de pièces à commander. »
Ne pas se laisser rattraper par le temps
Malgré ces volumes importants, parvenir à des JO 100 % équitable et à l’impact carbone minimal n’a rien d’impossible pour Blaise Desbordes. « Londres y était parvenu sur l’alimentation, commence-t-il. Paris 2024 devra faire aussi bien. » Mais c’est surtout sur le textile que Paris 2024 pourrait apporter un vrai plus pour le DG de Max Havelaar. « De la culture du coton aux usines de transformations, la mode est l'un des secteurs les plus polluants au monde, mais le plus désastreux également sur le plan social, déplore-t-il. Nous voyons poindre des initiatives plus vertueuses sur ces deux volets, mais elles manquent bien souvent de commandes suffisantes. »
Une nouvelle fois, il est trop tôt pour que Paris 2024 lance ses appels d’offres textile et alimentation. Ni Jérôme Lachaze, ni Blaise Desbordes ne doutent en tout cas que le comité organisateur ne soit pas aux rendez-vous des ambitions affichées. Mais gare à ne pas se laisser rattraper par le temps. « A Rio, en 2016, il y avait aussi cet objectif de servir une alimentation 100 % bio pendant les épreuves, raconte le premier. Mais le comité organisateur avait sondé la filière neuf mois avant. Le délai était trop court. »

Selon Fabrice Pouliquen - 20 Minutes - vendredi 22 novembre 2019

18/12/2019

Ces enfants qui veulent changer le monde...

Dans le journal La Croix du 25/9/2019, un article m'a fortement impressionnée: il s'agit du documentaire français "Demain est à nous" tourné par Mr Gilles de Maistre. Ce dernier, qui a longtemps filmé les enfants victimes dans le monde (pauvreté, guerres, prostitution...), explique tout d'abord pourquoi il a changé le thème de ses tournages. Sa rencontre avec un enfant-soldat en Colombie a modifié, en effet, complètement son approche des problèmes du monde, auxquels sont confrontés les enfants. Désormais, le cinéaste s'emploie à mettre en lumière les enfants qui s'engagent "pour bâtir un monde meilleur" partout sur la planète.

Ce documentaire d'une heure vingt trois minutes donne successivement la parole à des enfants engagés sur des thématiques différentes. Le premier est José Adolfo, un péruvien de 13 ans, qui a crée à 7 ans une banque écologique de type micro-crédit pour les plus jeunes en leur faisant récupérer les déchets recyclables. Son programme a été récompensé en 2018 du prix du climat pour les enfants.

Il y a ensuite Arthur (10ans) qui effectue des maraudes à Cambrai pour aider les SDF; Peter (13 ans) qui vit en Bolivie lutte pour défendre les droits des enfants face à leurs employeurs tout comme Aïssatou (12 ans) qui se bat contre les mariages forcés en Guinée. Sans oublier Heena ( 11 ans)qui à New Delhi informe les enfants des rues de leurs droits et écrit des articles sur leurs conditions de vie. D'autres plus célèbres comme la pakistanaise Malala Yousafzai ou Greta Thunberg (Suède) montrent que l'inaction des adultes face aux difficultés des jeunes ne peut plus durer...

Tous déploient une énergie fantastique qui mérite notre respect. Leurs élans pour faire changer les choses et préparer un monde plus juste prouvent "qu'à tout âge chacun peut s'engager". Merci à Mr Gilles de Maistre de leur donner la parole. Il faut espérer que nous saurons les entendre et faire notre propre part!

Lyliane

 

Comment concilier révolution numérique, extraction non polluante de métaux rares et commerce équitable

Un dossier publié dans Télérama et signé par Mr Olivier Tesquet pose de nombreuses questions d'actualité. Le thème principal pourrait être résumé par la question suivante: comment pourrions nous concilier de façon bénéfique la généralisation des outils numériques et leurs dramatiques conséquences sur notre environnement? Tout est passé en revue: extraction nocive pour les êtres humains et les sols, travail des enfants, déchets polluants et dans nos pays: boulimie de consommation, serveurs gourmands en énergie, constructeurs avides de profit...

Le désastre écologique est pointé du doigt, d'autant mieux que chez nous, bien loin des mines et des dépôts polluants, nous semblons empêtrés dans nos contradictions et prisonniers d'un marketing qui nous pousse à changer de smartphone chaque année... Heureusement, après ce bilan consternant de la face cachée du numérique, le dossier met en valeur les recherches d'une entreprise néerlandaise nommée Fairphone, dans laquelle "une soixantaine de salariés planchent sur le téléphone de demain: durable, équitable et recyclable". Pour le moment sur les quarante métaux nécessaires à la mise au point d'un smartphone, le fairphone en a sélectionné quatre issus du commerce équitable.

De son côté, "pour sortir de cette économie linéaire qui se soucie peu de l'après", l'Ademe  va déployer dans notre pays au début 2020 un indice de réparabilité (cf l'étiquette énergie de l'électroménager). Pour cela seront pris en compte: la disponibilité des pièces détachées, la démontabilité, la mise à disposition de notices, le coût des pièces détachées, la mise à jour des logiciels. Mr Erwann Fangeat, responsable de la direction énergie circulaire et déchets de l'Agence pense qu'avec un indice européen, les grands constructeurs pourront peut-être infléchir leurs politiques.

Au moment où plusieurs d'entre nous tentent de limiter leurs voyages en avion et de réduire leur consommation de plastique, nous sommes invités à prendre conscience des effets pernicieux induits par l'usage effréné du numérique. Dans cette optique, plus de sobriété énergétique et de sens de la justice devront naître dans nos pays dits industrialisés...

On peut s'informer sur le sujet par la lecture de plusieurs ouvrages. Par exemple: "La face cachée du numérique " par Mr F. Flipo et Mmes M. Dobré et M. Michot aux éditions L'échappée (2013), par "La guerre des métaux rares" de Mr G. Pitron publié aux éditions Les liens qui libèrent (2018) et aussi grâce au rapport de l'ONG Greenpeace sur www.clickclean.org.

Lyliane

17/12/2019

Un nouveau magazine engagé sur France 2 avec le reporter Mr Hugo Clément...

Mr Etienne Labrunie dans Télérama dresse le portrait  du trentenaire, Mr Hugo Clément, ancien journaliste de Quotidien, qui est aujourd'hui de retour à la TV avec un magazine engagé. Il s'appuie beaucoup sur les réseaux sociaux, où il a 2 millions d'abonnés, car  ils prônent l'interaction et le partage.

Il a par ailleurs écrit un ouvrage  dans lequel il raconte comment il a arrêté de manger des animaux. Il est pour soutenir la cause environnementale et il n'hésite pas à s'impliquer personnellement. On le voit par exemple au Mexique nageant près des baleines et des tortues ou en Australie, où il défend la Grande Barrière de Corail avec des écologistes.

Il déclare s'inspirer de Mr Nicolas Hulot et de Mr Anderson Cooper, journaliste vedette de CNN. Un reporter donc qui parle du changement climatique à travers  le partage de moments de vie, dans lesquels il est un témoin présent. Pour lui, en effet, cela parle plus aux gens que de simples images  avec des commentaires en voix off. N'en déplaise à ceux qui lui reprochent le mélange des genres et un ego bien affirmé!

Lyliane

Un site pour lutter contre la pollution des mers et des océans...

La Fondation pour la mer lance ce mardi  17/12/2019 un site dédié à la sensibilisation et à l'action autour de la pollution des océans.
Tous les jours, retrouvez le Fil vert, le rendez-vous environnement de Libération. Aujourd’hui, l’initiative.
Les tempêtes hivernales n’arrangent pas le sort des plages françaises. Le plastique s’y amoncelle, porté par les vents et les courants. Pour nous inciter à rejoindre les opérations de collecte plutôt que de rester sous la couette, la Fondation de la mer a créé un site dédié à ceux qui souhaitent faire «un geste pour la mer».

Selon Mme Margaux Lacroux - Liberation - mardi 10 décembre 2019

 

15/12/2019

La grande conjonction Saturne /Pluton en Capricorne le 12/1/2020 se prépare dès maintenant.

Le 22/12/2019 aura lieu le solstice d'hiver. C'est l'entrée du Soleil dans le signe du Capricorne. A compter du 26/12/2019, une éclipse solaire le jour de la Nouvelle Lune nous propose de nous relier à notre guidance intérieure. Jusqu'à l'Epiphanie, nous sommes invités à nous relier au bien et à l'amour en méditant chaque soir sur les 12 "Nuits saintes". Enfin, le 10/1/2020, jour de la Pleine Lune, se fera une éclipse de Lune. C'est une période très importante pour l'humanité toute entière que nous pourrons accompagner, si nous y sommes sensibilisés.

La conjonction Saturne/Pluton sera précise le 12/1/2020, incluant le Soleil, Mercure et à proximité Jupiter et le Noeud Sud. Cette conjonction est très rare en Capricorne. Il faut savoir que la précédente a eu lieu le 13/1/1518 et la suivante est prévue pour 2754. En 1518, c'était la fin de la Renaissance et nous avons vu que la science matérialiste avait alors remplacé pour la plupart la sagesse spirituelle. N'arrivons-nous pas apparemment au bout de ce cycle planétaire?...

Mr Pierre Lassalle, astrologue spiritualiste, espère que cette fois-ci "2020 sera le début de la Renaissance à l'envers" pour renouveler tous nos domaines de vie. Ce serait donc le moment de bâtir du neuf, de nous sentir responsables de notre vie comme de la planète et de nous organiser ensemble pour concrétiser nos projets. Pour ce faire, le conseil serait toutefois de se montrer prudents et patients, tout en étant déterminés et courageux.

La sagesse qu'il va s'agir de retrouver en nous pourrait résulter, en effet, de grands efforts sur nous-mêmes pour contrer notre égoïsme matérialiste et de l'entraide entre tous les humains soucieux de beauté, de créativité éthique, de fraternité et de respect de la nature. Cela risque néanmoins de ne pas être toujours simple, car se renforcent également des résistances au changement de la part des puissants comme des citoyens apeurés aux pensées négatives...

A ces perspectives, il convient d'ajouter le cycle de Vénus "pour préparer le futur". L'année 2020 va commencer, en effet, avec la conjonction de Vénus avec Neptune (son 0ctave supérieur) en Poissons. De plus, entre le 13/5/2020 et le 26/6/ 2020, Vénus côtoiera le Soleil. Sans oublier Chiron en Bélier qui pourrait donner l'impulsion pour franchir un seuil.

Osons donc exprimer ce que nous portons d'unique et agissons de façon originale! Détachons nous aussi le plus possible des pensées toxique que véhiculent certains médias et concitoyens en déployant notre bienveillance et notre discernement! Le Nouveau se préparera sans doute tout d'abord dans nos coeurs et nos esprits... La planète Mercure est là pour nous y aider.

Lyliane

La nouvelle génération prend les devants...

Alors qu’on célèbre ce mercredi le 30e anniversaire des Droits de l’enfant, vivre sur une planète propre est devenu une revendication centrale. On les entend peu, ils sont pourtant environ 15 millions en France. 15 millions d’enfants, des « moins de 18 ans » qualifiés aussi de « mineurs ». Un terme qui désigne également ce qui est d’intérêt secondaire. Or, le trentième anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), célébrée ce mercredi rappelle qu’ils sont tout sauf, « secondaires ».
Ce traité, ratifié par 196 pays dont la France (mais pas par les Etats-Unis), installe l’enfant comme une personne à part entière et non plus comme « un simple objet de droit », note Jean-Pierre Rosenczveig, ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny (Seine-Saint-Denis), dans son livre « les Droits de l’enfant » (Ed. Bayard).
Des droits inscrits dans le marbre
Parmi les droits inscrits dans le marbre (santé, éducation, logement, protection…), rappelés aussi dans le livret « Tous les enfants ont des droits » (NDLR : téléchargeable gratuitement) édité à l’occasion de ce 30e anniversaire pour sensibiliser les enfants de 7 à 11 ans, il en est un que les plus jeunes ont pris à bras-le-corps et porté sur la place publique cette année. Une prise de parole telle qu’elle oblige aujourd’hui les adultes, et parfois les Etats, à rendre des comptes : le droit à un environnement sain.
Le 23 septembre, une plainte historique est déposée par 16 enfants, âgés de 8 à 17 ans et venus de douze pays, auprès du Comité des droits de l’enfant des Nations unies pour protester contre le manque d’action des gouvernements face à la crise climatique. Cinq Etats dont la France sont accusés de violer la convention des droits de l’enfant. Parmi les plaignants : la désormais célèbre militante suédoise Greta Thunberg mais aussi la Française Iris Duquesne, 16 ans toutes les deux.
« Il y a trente ans les dirigeants du monde ont pris un engagement historique envers les enfants du monde en adoptant la Convention internationale des droits de l’enfant. Aujourd’hui, les enfants du monde tiennent le monde entier pour responsable de cet engagement », avait déclaré Charlotte Petri Gornitka, directrice générale adjointe de l’Unicef, après le dépôt officiel de cette plainte. « Nous soutenons pleinement les enfants qui exercent leurs droits et prennent position. Le changement climatique aura un impact sur chacun d’entre eux. Il n’est pas étonnant qu’ils s’unissent pour riposter. »
Avant cela, lors du Grand Débat lancé par le Président de la République en réponse aux revendications des Gilets Jaunes, les enfants ont également pris part aux discussions et présenté cette même urgence devant le chef de l’Etat. Charlie a ainsi interpellé Emmanuel Macron, le 7 mars dernier à Gréoux-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence) : « Quand est-ce que vous allez réagir, puisque vous en avez le pouvoir ? », lui a lancé l’adolescent applaudi par l’assistance.
Des collégiens au parlement
Dans quelques jours, mercredi prochain, ce sont des collégiens de Poissy (Yvelines), qui se rendront au parlement européen à Strasbourg (Bas-Rhin) pour présenter une déclaration universelle : celle des Droits de la planète. Un texte corédigé avec des classes venues de toute l’Europe. Il s’agit du « lobby de Poissy », une junior association constituée en faveur de l’environnement.
On peut d’ailleurs suivre le travail de cette quinzaine d’enfants dans une mini-série, « le Lobby de Poissy », débarquée mi-mars sur le site de France TV Education : proposition de loi, rencontre avec des élus, manifestations… Outre l’astrophysicien Hubert Reeves, ils ont déjà rencontré l’ancien ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, l’explorateur Jean-Louis Étienne ou encore le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer. Liberté d’expression et d’agir sont deux autres droits qu’ils ont bien intégré.
Le Parisien, partenaire de la consultation «Comment agir ensemble dès maintenant pour l'environnement ?», initiée par Make.org, vous invite à proposer vos idées et voter sur celles des autres participants dans le module ci-dessous. Vous serez informés des résultats en février 2020.

Selon Christine Mateus - Le Parisien - mercredi 20 novembre 2019

14/12/2019

Du nouveau à l'hôpital avec la méditation et l'hypnose...

Depuis quelques années, la pratique de la méditation gagne du terrain en France. On dit de la "pleine conscience" qu'elle stimule le cerveau, qu'elle aide à lutter contre la dépression et qu'elle favoriserait la bonne santé cardio-vasculaire. Bref : on lui vante tous les mérites, bien qu'on peine pourtant à en comprendre totalement les mécanismes.
Plus étonnant encore, la pratique vient de s'inviter dans les blocs opératoires. Grâce à l'hypnose, il a par exemple été possible de conduire une opération à cerveau ouvert sans anesthésie générale - qui peut s'accompagner de lourds effets secondaires. En guidant le patient dans la pleine conscience, il est ainsi possible de réduire, voire d'empêcher totalement la réponse cérébrale à la douleur. On peut alors remplacer l'anesthésie générale par une anesthésie locale, beaucoup moins lourde.

Remplacer l'anesthésie générale
Pour compenser le manque de personnel formé, ou même tout simplement de formation, certains établissements se tournent donc vers la réalité virtuelle. C'est le cas de la Starlight Children's Foundation, dans le Colorado, qui a conduit avec l'entreprise Lenovo une expérimentation d'une durée d'un an. Des enfants ont ainsi pu être opérés sans anesthésie générale, grâce à une séance d'hypnose administrée via un casque de réalité virtuelle.
D'après le pédiatre Joe Albeitz, interrogé par Venturebeat, les effets sont probants. Cette méthode a également permis une amélioration significative de la qualité de vie des jeunes patients, notamment ceux admis à l'hôpital sur de longues durées. La réalité virtuelle leur a permis de conserver un semblant de "vie normale" : "Cela a un impact profond sur leur qualité de vie a l'hôpital", a déclaré le praticien. "Nous voyons des enfants qui auparavant avaient besoin d'une anesthésie générale, qui sont maintenant capables de rester entièrement éveillés avec un minimum de médicaments."
La preuve, sans aucun doute, que les bienfaits de l'hypnose sur le cerveau méritent d'être étudiés de très près. Et que la technologie peut encore parfois rendre un service utile à nos sociétés.

Selon redaction - Gentside - lundi 18 novembre 2019

Des restaurants bientôt certifiés "bio"?

Le label sera attribué dès le 1er janvier aux restaurants dès lors qu'au moins la moitié des produits qu'ils achètent pour confectionner les plats de leur carte sont bio. Des restaurants vont bientôt pouvoir être certifiés "bio" en France, dès lors qu'au moins la moitié des produits qu'ils achètent pour confectionner les plats de leur carte sont biologiques, et arborer ainsi le logo "AB", a annoncé ce lundi l'Agence bio lors d'une conférence de presse.
LIRE AUSSI >> Quel avenir pour les vins bio ?
Cette initiative vise à favoriser les produits bio, qui ne représentent aujourd'hui que 2,6 % des approvisionnements des établissements de la restauration commerciale ou "hors foyer", selon une estimation de l'Agence bio.
À compter du 1er janvier, le cahier des charges qui régit la restauration commerciale en France depuis 2012 permettra de certifier un restaurant, en fonction du pourcentage de produits bio achetés par l'établissement, a précisé l'agence.
Trois niveaux de certification
"Ces établissements devront se notifier auprès de l'Agence bio", a indiqué Olivier Nasles, président du Comité national de l'Agriculture Biologique. Ils seront "contrôlés par des organismes de contrôle qui valideront le respect du cahier des charges", a-t-il complété.
LIRE AUSSI >> Terroir : ces producteurs franciliens agités du local
Trois niveaux de certification existeront : la catégorie 1 couvrira les restaurants dont 50 % à 75 % des approvisionnements, en valeur d'achat, se font en bio ; la catégorie 2 visera les établissements où ils représentent 75 % à 95 %, et la catégorie 3 pour "au moins 95 %".
La certification de "plat ou menu" bio, qui existait déjà, est quant à elle maintenue.

Selon l'Express

13/12/2019

Un miel qui peut soigner...

De plus en plus, le miel dont nous nous régalons en toute saison est utilisé à l'hôpital pour son pouvoir cicatrisant, écrit Mme Christine Vilnet dans le magazine Version Fémina. Cela avait commencé il y a environ 30 ans dans certains hôpitaux français "pour venir au secours de certaines plaies résistantes aux pansements classiques". Désormais, le nectar des abeilles est un vrai dispositif médical, stérilisé et ayant subi des contrôles de qualité. Ses extraordinaires qualités cicatrisantes et anti-infectieuses l'ont en effet fait entrer dans l'arsenal thérapeutique.

Des laboratoires se sont emparés de ce créneau: aussi on trouve actuellement en pharmacie ou sur le Net du miel médical en tube ou sous la forme de tulle cicatrisant ( voir les marques Activon, Revamil, Medihoney ou Melectis). A la maison, si l'on n'a pas d'antiseptique, on peut utiliser du miel alimentaire bio en fine couche apaisante sur une plaie superficielle. Mais cela reste une solution de dépannage! Par contre, dans les hôpitaux comme Gustave Roussy à Villejuif, les pansements au miel ont été intégrés aux dispositifs médicaux pour les cancers ORL par exemple ou des plaies chroniques avancées (suppression d'odeur, neutralisation de produits soufrés...)

Le miel médical est également un espoir contre les escarres. Après des essais en double aveugle par des biologistes, cet "antibiotique naturel" pourrait devenir un remède officiel contre les escarres dans les centres de long séjour. De même, en chirurgie digestive c'est un bon complément des autres pansements (plaies après ablation de kyste sacro-coccygien...). il faut savoir aussi que le miel est hyper-concentré en sucres simples, ce qui lui fait notamment stimuler la croissance des tissus et inhiber la prolifération des bactéries. On préconise par exemple les miels de thym, de châtaignier, de sarrasin, de l'arbre à thé de Nouvelle Zélande appelé miel de Manuka...

Merci les abeilles pour leur aide précieuse! Ayons donc à coeur de les protéger!

Lyliane