Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2021

Des projections de Météo France pour le climat.

Météo-France a publié début février des projections qui montrent que la France est menacée par un fort réchauffement climatique si des mesures pour limiter les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas renforcées. Selon le pire scénario, la France métropolitaine enregistrerait une hausse de 3,9 degrés par rapport à la température moyenne de référence à l'horizon 2040. Invité de Frédéric Taddeï dans C'est arrivé demain sur Europe 1, Patrick Josse, directeur de la climatologie à Météo-France explique qu'il est encore temps pour changer la donne. "On a encore les cartes en main", dit-il. 
"Les futurs à la fin du siècle peuvent être très différents"
Les projections de Météo-France, consultables en ligne sur le portail Drias, se basent sur trois scénarios en fonction des émissions de CO2 : si elles sont faibles, modérées, ou si elles augmentent de manière ininterrompue. Quel que soit le scénario, les émissions augmenteront jusqu'en 2050 : "C'est une sorte d'effet retard. Ce qui va se passer d'ici le milieu du siècle résulte d'émissions de gaz à effet de serre qui ont déjà été réalisées. En revanche, ce qu'on va émettre à partir de maintenant va conditionner l'évolution de la suite sur la deuxième partie du siècle", explique Patrick Josse.
"Ce que montre le rapport, c'est que les futurs à la fin du siècle peuvent être très différents", poursuit le climatologue. Ainsi, il sera peut-être possible d'éviter 30 jours de canicules en été, des nuits tropicales, sécheresses, inondations, tempêtes et autres événements climatiques majeurs à la fin du siècle. 
"On doit avoir conscience que certaines évolutions sont maintenant inéluctables"
"Dans cette histoire, il y a deux morales", dit Patrick Josse. "La première, elle est pour les décennies qui viennent : on doit avoir conscience que certaines évolutions sont maintenant inéluctables et qu'il faut s'y adapter", explique-t-il. Et l'adaptation passera par des choix dans l'organisation des villes, "de façon à ce que ça se passe le mieux possible." Le climatologue cite par exemple la réflexion sur "les îlots de fraîcheur" pour pouvoir se mettre à l'abri en situation de canicule.
"Donc là, on est sur de l'adaptation au changement climatique. Mais en même temps, il faut avoir conscience qu'on a encore les cartes mains pour que le futur se rapproche plus du scénario qualifié d'optimiste", indique Patrick Josse. Ce scénario "optimiste" se rapprocherait des accords de Paris, détaille le climatologue. Et pour y arriver, "ça passe par tout un ensemble de choses, du comportement individuel à l'évolution sociétale", conclut-il. 

Selon Ariel Guez - Europe 1 - dimanche 7 février 2021

Écrire un commentaire