Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2021

Mercosur: où en est -on?

Le gouvernement a présenté ses pistes pour améliorer l’accord commercial avec le Mercosur. ONG et éleveurs sont vent debout.
 
Le ministre du Commerce extérieur Franck Riester l’a rappelé jeudi 4 février : la France ne signera pas en l’état l’accord de libre-échange avec le Mercosur. Après vingt ans de pourparlers, ce vaste accord commercial a été conclu en 2019 par la Commission européenne avec quatre pays d’Amérique du Sud (Argentine, Brésil, Uruguay et Paraguay).
Mais il semblait avoir du plomb dans l’aile depuis qu’Emmanuel Macron avait affiché ses réticences à signer, en l’état ​, avec un Jair Bolsonaro chantre de la déforestation de l’Amazonie. Par ces deux mots – en l’état –, il faut bien comprendre que le gouvernement cherche à améliorer le texte, et non à le rejeter. Deux sujets sont sur la table : la déforestation et les produits agricoles sensibles.
La viande bovine, grande perdante de l’accord
Agriculteurs et associations écologistes en ont eu la confirmation jeudi 4 février, quand l’exécutif leur a présenté ses pistes pour amender l’accord. Dans le volet agricole, Paris veut tenter de faire respecter les normes européennes par les producteurs sud-américains, et mieux protéger les éleveurs français contre les importations. Des mesures quasi inapplicables , regrette le président de la Fédération nationale bovine (FNB) Bruno Dufayet, qui dénonce un enfumage . La viande bovine fait partie des grands perdants de l’accord, qui prévoit un quota d’importation de 99 000 tonnes à droits de douane réduits.
« À Bruxelles, la machine suit son cours »
Côté déforestation, le gouvernement ne propose rien de précis ni de contraignant , regrette de son côté Samuel Léré, responsable du plaidoyer à la Fondation Nicolas Hulot (FNH). Qu’est-ce qui nous garantit que les gouvernements brésiliens présents ou futurs ne reviendront pas dessus ? , s’interroge-t-il.
Pour son organisation, si la France porte une réelle ambition environnementale, elle doit demander une réouverture de l’accord . Personne n’est dupe, on essaie de nous faire avaler l’accord UE-Mercosur​, résume Bruno Dufayet. Même si, en France, on avait l’impression que ça s’était arrêté, à Bruxelles la machine suit son cours ​.

Selon Mrs Ivan LOGVENOFF et Yannick GROULT. - Ouest-France - vendredi 5 février 2021

Écrire un commentaire