Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2021

A propos de l'eau...

Cette année, à l'occasion de la Journée mondiale de l'Eau qui a lieu ce lundi 22 mars, l'ONU nous invite à nous interroger sur la place de l'eau dans notre société. Il s'agit d'une question fondamentale. Elle revient in fine, à reconnaître la valeur de cet élément essentiel et de ses différents usages dans un monde de plus en complexe et interconnecté où se combinent les effets de l'explosion démographique, d'une surconsommation associée à des modèles de production « aquavores », et du changement climatique.
 
L'eau concerne tous les aspects de notre vie. Elle alimente la croissance économique et le développement de tous les pays tout en assurant la bonne santé des écosystèmes parmi lesquels, nous, les femmes et les hommes.
Pourtant dans le monde, quelque 2,2 milliards de personnes n'ont pas accès à des services d'eau potable gérés en toute sécurité tandis que 4,2 milliards sont privés de services d'assainissement et que 3 milliards ne disposent d'aucune installation pour se laver les mains. Une hérésie en cette période de pandémie mondiale, mais pas uniquement...
 
Cela est d'autant plus préoccupant que le phénomène devrait s'aggraver si l'on considère que depuis de nombreuses années, l'urbanisation et le réchauffement climatique réduisent les ressources en eau douce disponible sur les 5 continents. Résultat : d'ici 2050, au moins une personne sur quatre vivra dans un pays où le manque d'eau douce sera une réalité structurelle.
En France, nous jouissons de services d'eau et d'assainissement de qualité et dotés d'infrastructures qui ont bénéficié, au fil du temps, des avancées permises par des politiques publiques visionnaires et le savoir-faire d'entreprises expertes à l'origine d'innovations permanentes.
 
Toutefois, nous faisons face aujourd'hui à plusieurs défis immenses. Pour nous préparer du mieux possible et nous adapter à une situation qui demande une approche systémique, car au carrefour des enjeux économiques, écologiques, sociaux et sociétaux, nous devons gagner en maturité collective pour résoudre trois problématiques majeures.
Le changement climatique : une affaire d'eau elle du changement climatique en premier lieu. Selon la Banque Mondiale, 9 catastrophes sur 10 sont liées à l'eau. En France, la situation se tend. Les épisodes de sécheresse à répétition, les inondations et événements météorologiques extrêmes, la montée et le réchauffement de la mer, la perte de près de 20% de la biodiversité, la baisse du niveau d'enneigement, l'émergence de nouvelles pollutions et les questions d'accès à l'eau pour les plus vulnérables ne doivent pas être perçus et traités comme des moments de crise, mais bien comme une évolution générale de nos conditions de vie.
Les conséquences sont réelles sur la ressource tant sur le plan qualitatif que quantitatif, mais aussi sur le tourisme, l'économie et le confort de vie de la population.
 
Pour preuve, les assureurs français ont dû verser en moyenne 3,2 milliards d'euros par an à leurs clients en raison de sinistres climatiques (sécheresses, inondations, tempêtes) entre 2015 et 2018. À titre de comparaison, ce coût était en moyenne de 1,2 milliard d'euros à la fin des années 90 et plafonnait à 2 milliards d'euros entre 1990 et 2010.


Des besoins d'investissements considérables: Malgré cela, la question de l'eau n'arrive pas en tête des politiques nationales en particulier si on se réfère au Plan de relance économique ou au projet de loi Climat-Résilience. Sur les 30 milliards d'euros consacrés à la transition écologique, seuls 525 millions d'euros seront engagés pour l'eau et la biodiversité entre 2021 et 2022. Or, la filière française de l'eau évoque un besoin d'investissements équivalents à 17 milliards d'euros d'ici 5 ans pour respecter une réglementation amenée à se durcir, anticiper et atténuer l'impact du changement climatique, et enfin mettre en mouvement les acteurs vers une économie bas carbone.
Il faut dire que les infrastructures de l'eau sont hétérogènes et menacées de vieillissement. En France, nous le savons désormais, 1l d'eau sur 5 en moyenne se perd. Au rythme du renouvellement actuel (0,58% par an pour l'eau potable, 0,43% pour l'assainissement), le remplacement des canalisations prendrait 200 ans, soit bien plus que leur durée de vie. Sans compter les effets induits sur la voirie et l'habitat en cas de fuite... Les Assises nationales de l'Eau ont contribué à dresser un excellent diagnostic de la situation et des besoins. Il nous reste maintenant à mettre en œuvre collectivement les recommandations.
 
Invertir dans la filière d'eau et d'assainissement, c'est garantir une relance économique génératrice d'emplois, orientée vers des solutions décarbonées et vertueuses sur le plan environnemental en vue d'accélérer la transition écologique.
C'est aussi améliorer le cadre de vie et les services aux consommateurs, mais aussi concourir à l'indépendance énergétique des territoires et améliorer l'efficacité des services essentiels.
L'intérêt général avant tout: Enfin, les derniers mois ont vu réapparaître une forme de polarisation idéologique des points de vue sur la question de l'eau, laissant parfois peu de place au débat. Cela au moment même où les citoyens placent les enjeux environnementaux et de santé en tête de leurs préoccupations.
 
La question du mode de gestion, du choix entre la gestion publique et privée ne peut pas être l'alpha et l'oméga des décisions à prendre. L'intérêt général mérite mieux qu'une bataille sur le qui fait quoi. Je suis de ceux qui considèrent que les solutions, qui doivent être décentralisées et territorialisées, ne peuvent émerger que dans une logique de co-construction entre les secteurs public et privé, sans opposition de principe et à l'aune de nouvelles formes de gouvernance basées sur la confiance. Notre challenge commun est plutôt de savoir « que faisons-nous, dans quel pas de temps et à quel rythme ? »
Pour cela, il est urgent de rationaliser les enjeux, de tous se mettre autour de la table, de créer de nouvelles instances de dialogue en associant les citoyens à un projet de société, positif et optimiste, qui ferait de la transition écologique le ciment d'un nouveau pacte social.
Selon Mr Maximilien Pellegrini (*) - La Tribune - lundi 22 mars 2021

Écrire un commentaire