Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2021

Relocalisation de certains médicaments...

Le numéro deux européen de la chimie pharmaceutique est le fer de lance de la relocalisation de molécules voulue par le gouvernement. Dont acte. 
Un retour aux origines. L’historique plateforme chimique de Roussillon, née durant la Première Guerre mondiale, va de nouveau produire du paracétamol. Douze ans après l’arrêt de la fabrication de l’antalgique présent dans les trois médicaments les plus vendus en France (Doliprane, Dafalgan, Effe­ralgan), le méga-site isérois, où est installé Seqens, devra en synthétiser 10.000 tonnes d’ici trois ans. Décrié pour avoir laissé filer à l’étranger ses industries de santé les plus critiques, l’Etat entend faire du redémarrage de cette activité stratégique le symbole d’une souveraineté retrouvée.
 
"La crise du Covid-19 a montré qu’une rupture d’approvisionnement de certaines molécules stratégiques était un risque bien réel, précise-t-on au cabinet de la minis­tre de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher, où l’on rappelle qu’en mars, l’Inde, l’un des principaux pays producteurs de paracétamol avec la Chine et les Etats-Unis, avait préempté une partie de ses exportations. No
us voulons contrôler en France l’ensemble de la chaîne de production." Cette mission "reconquête", Seqens la mènera aux côtés de deux autres groupes tricolores, Sanofi et UPSA, qui lui achèteront la molécule avant de la conditionner dans leurs propres usines.


La France a-t-elle vraiment les moyens de relocaliser l’industrie pharmaceutique? Acquisitions à l’étranger: Moins connu que ces deux champions du médicament, le discret Seqens s’est imposé ces derniers mois comme l’un des chouchous du gouvernement. Venu promouvoir son "plan de restauration de la souveraineté sanitaire" fin août sur l’un des sites du groupe, Emmanuel Macron n’avait pas tari d’éloges à l’endroit de ce "fleuron français" qui a eu le mérite "d’innover, de croire en sa R&D et d’embaucher".
 
Telle est en effet la trajectoire suivie par cette entreprise de 3.200 salariés qui a intégré le cercle fermé des cinq plus grosses sociétés mondiales produisant ces molécules de synthèse utilisées par l’industrie pharmaceutique. Fondé en 2003 et contrôlé par le fonds américain Bain Capital, Seqens a pris son envol à partir de 2011 et l’arrivée du fonds français Ardian comme actionnaire majoritaire. L’acquisition de plusieurs actifs de Rhodia, émanation de l’ex-empire Rhône-Poulenc, lui permet de se positionner avantageusement sur le paracétamol, mais aussi l’aspirine, dont il est le premier producteur mondial. "Le groupe s’appuie sur un fort ancrage industriel en France où sont implantés 14 de nos 24 sites, indique Pierre Luzeau, le PDG de Seqens. Puis, peu à peu, des acquisitions nous ont permis de franchir un cap." Et d’internationaliser une société présente aujourd’hui en Allemagne, en Finlande, en Chine ou en Thaïlande.

Pari de la chimie cryogénique: En 2016, le chassé-croisé entre les fonds Eurazeo et Ardian, devenu minoritaire au tour de table de Seqens, va doper le développement. "Seqens était très bien implanté en Europe et en Asie, mais moins aux Etats-Unis, le pays où les nouvelles molécules se développent le plus, avance Pierre Luzeau. Or, la croissance du groupe est tirée en partie par les Etats-Unis et le Canada." Résultat, son chiffre d’affaires tutoie désormais le milliard d’euros. "C’est bien, mais cela reste largement en deçà des géants du secteur comme l’américain Mallinckrodt, aux revenus deux fois et demie plus élevés", grince un concurrent. "Grossir pour grossir, cela n’a pas de sens, Seqens a au contraire fait le choix de se recentrer sur son cœur de métier, la synthèse pharmaceutique", répond-on chez Eurazeo, alors qu’une cession de Seqens a été évoquée dans la presse, où l’on parle d’une valorisation de 2 milliards.
 
La percée du leader français dans ce secteur hyperconcurrentiel tient aussi à sa politique d’innovation. Pour fabriquer les molécules toujours plus complexes utilisées par ses clients, industriels ou biotechs, et affronter des rivaux qui ont davantage recours à une main-d’œuvre bon marché, Seqens mise beaucoup sur la technologie comme la chimie cryogénique, qui permet de produire à très basse température. Au total, la R&D du groupe, dont le centre phare est à Porcheville (Yvelines), représente 10% des effectifs et génère 5% du chiffre d’affaires. "C’est plus que nos concurrents, mais c’est ce qui nous permet d’être compétitifs", défend Pierre Luzeau.
Cet automne, le gouvernement a sélectionné Seqens dans le cadre d’un programme de 200 millions visant à relocaliser une douzaine de molécules, en plus du paracétamol, comme le propofol et la kétamine, dont l’approvisionnement s’est révélé difficile au plus fort de la crise sanitaire. Seqens compte investir 75 millions d’ici à 2024 et créer entre 80 et 100 emplois, surtout en R&D. "Cette capacité à créer de l’innovation est la vraie force de Seqens", observe François Duplaix, PDG d’UPSA, le labo agenais producteur du Dafalgan et de l’Efferalgan.


Médicaments: qui sont les vrais responsables de la pénurie?
Concurrence asiatique: Reste que le virage patriotique pris par le bon élève Seqens pose certaines questions. Permet-il réellement d’affronter la concurrence asiatique? Est-ce une lame de fond ou un feu de paille lié à l’humeur politique du moment? "Depuis une vingtaine d’années, 80% de la production des principes actifs des médicaments se trouve en Asie, répond Nathalie Coutinet, économiste de la santé. Le défi est de taille car la mondialisation est passée par là mais le recours aux nouvelles technologies doit limiter cet effet dumping." Du côté de Seqens, on assure que cette stratégie a bel et bien toutes les raisons d’être pérenne.
"Pour garantir la résilience de l’industrie pharmaceutique de l’Union européenne, il faudrait sécuriser les chaînes d’approvisionnement d’au moins 150 à 200 molécules critiques, indique Pierre Luzeau. Il n’y a donc pas de raison de s’arrêter là." De leur côté, les industriels du médicament plaident pour que l’Etat renonce à son intention de baisser de 10% le prix d’une boîte de paracétamol vendue en pharmacie, aujourd’hui à 2,18 euros pour huit comprimés d’un gramme. "Nous pouvons accepter une hausse du prix de la matière première, mais il ne faut pas que, dans le même temps, le prix de vente baisse, cela affecterait des marges qui sont déjà très faibles", avertit François Duplaix. Comme pour rappeler que l’équipe de France du paracétamol doit jouer de façon unie.

Selon Mr Antoine Izambard - Challenges - dimanche 28 février 2021

Écrire un commentaire