Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2021

Déchets agricoles mieux recyclés...

Plastiques usagés, emballages vides, résidus dangereux… 100 % des déchets de l’agro-fourniture collectés en France devraient être recyclés d’ici à 2030, a annoncé l’organisme Adivalor ce jeudi 11 février 2021.
« La filière française de recyclage des déchets agricoles est l’une des plus performante dans le monde », se félicite Christophe Grison, agriculteur dans l’Oise et président d’Adivalor. Cet organisme collectif à but non lucratif gère la collecte et le recyclage de déchets de l’agro-fourniture depuis vingt ans. Aujourd’hui, 300 000 agriculteurs trient ainsi dans leur ferme les films, ficelles, gaines d’irrigation, emballages de semences, d’engrais, de pesticides, d’hygiène, etc.

Ces déchets sont triés dans 7 000 sites de collecte, en lien avec 1 300 distributeurs. 350 industriels contribuent au financement en intégrant le coût de la fin de vie dans le prix d’achat du produit via une éco-contribution. « On atteint des taux de recyclage en 2020 de 72 %, en comptant tout ce qui est mis sur le marché pour l’agriculture, contre 25 % pour les emballages ménagers. Les agriculteurs peuvent être fiers. »
85 000 tonnes collectées
En 2020, la crise sanitaire a compliqué la gestion du pic de la collecte, qui a lieu chaque année en mai-juin, à la suite de l’utilisation des intrants. Des montagnes de produits ont dû être stockées jusqu’à l’automne. Les coûts logistiques ont aussi bondi. Les éco-contributions ont dû être augmentées.
« Nous avons fait preuve de résilience et de solidarité », souligne Pierre de Lépinau, directeur d’Adivalor, qui parle d’une « grande satisfaction : nous avons réussi à organiser toutes les collectes et on compte même des records. » 85 000 tonnes de déchets agricoles ont été récupérées, triées et traitées en France (+ 5 000 tonnes en un an).
Chiffre d’affaires : environ 22 millions d’euros (+ 2 millions). « Les quantités augmentent, alors que nous sommes dans un contexte de baisse de l’utilisation des intrants. Cela traduit bien un engagement plus fort de la collecte. »
Aujourd’hui, près de 90 % des emballages et plastiques collectés sont recyclés. Leur seconde vie ? Ils deviennent des éléments de construction, des sacs-poubelles, du mobilier urbain… Les éléments dangereux, comme les emballages de pesticides, non utilisables, sont éliminés dans des installations spécialisées.

100 % de recyclage en 2030
Cela représente 60 000 tonnes de CO2 évitées. « Nous visons le 100 % recyclé à l’horizon 2030 », annonce Pierre de Lépinau. Pour y parvenir, Adivalor veut améliorer les collectes dans les territoires les moins performants : « On peut encore faire mieux dans le sud de la France, en Bretagne et en Normandie. »
Un plan de sensibilisation est en cours dans ces régions pour mobiliser plus fortement les agriculteurs et les distributeurs.
Dans les deux prochaines années, des recherches devraient aussi aboutir pour parvenir à recycler les catégories de produits aujourd’hui très difficiles à traiter. Et donc gaspillés. C’est le cas des films de paillage « souillés par l’eau, la terre et les végétaux » et des filets à balle ronde (utilisés pour la paille ou le foin). « Nous aurons alors des solutions de recyclage pour tous les plastiques collectés. »
Le 15 janvier, l’accord-cadre d’Adivalor a été prorogé pour la période 2021-2023 avec la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili. Parmi les orientations : développer l’éco-conception, l’éco-modulation (système de bonus-malus), le réemploi des produits et soutenir la relocalisation d’unités de recyclage.
Relocaliser le recyclage en France
La crise du recyclage se poursuit depuis que la Chine a fermé ses frontières à l’importation de déchets plastiques venus de l’Occident, il y a trois ans. « Nous vivons un engorgement des filières de recyclage en Europe, renforcé par la crise du Covid-19 qui a impacté deux secteurs utilisateurs de matières plastiques recyclées : l’automobile et le bâtiment. » La période renforce la volonté de relocaliser les filières de recyclage.
Des appels à projets ont été lancés en 2018 et 2019 pour créer en France trois unités de recyclage, représentant une capacité totale de plus de 30 000 tonnes d’emballages et plastiques usagés. Ces nouvelles unités concerneront les films utilisés en maraîchage, les filets servant au conditionnement des fourrages et les grands récipients vracs big-bags (conditionnement des semences et des engrais). Sortie de terre prévue d’ici à 2023.

Selon Mme Fanette BON. - Ouest-France - jeudi 11 février 2021

Écrire un commentaire