Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2020

Mr Boris Barré nous raconte les plantes à Botanica à Angers...

Mr Boris Barré, conte aux visiteurs la vertigineuse histoire des plantes au premier parc européen consacré aux végétaux, à Angers (Maine-et-Loire). Paysagiste de formation, il foisonne d’anecdotes pour le plaisir du public.

Dès le parking, une masse verte se dessine au-dessus des têtes. Crème solaire et gourdes pleines d’eau dans les sacs, les visiteurs commencent leur escapade. Pas à pas, ils avancent au cœur d’un jardin aux mille entrées. Bienvenue au parc Terra Botanica, installé à deux pas du centre d’Angers, dans le Maine-et-Loire.
Au milieu des premiers va-et-vient des vacanciers, petit chignon haut et barbe luxuriante, Boris Barré se faufile. Il est ici comme chez lui. À l’ombre d’une immense structure de bambou – une nouveauté du parc -, la discussion s’enclenche. Il est le chef de la médiation auprès des visiteurs. Et gère l’équipe d’animateurs du parc depuis plusieurs années.
« Les plantes cachent des récits d’explorateurs »
« Je vous préviens, je suis bavard », dit-il avec un large sourire. Boris passe facilement « de la grande Histoire des plantes aux petites histoires ». Les plantes ont tant à dire. Pour elles, il manie le verbe aussi bien que l’art de transmettre. « J’étais un extraterrestre du végétal, qui est différent du métier de paysagiste. Les plantes cachent énormément de récits d’explorateurs. Rien qu’en expliquant un nom, on peut remonter plein d’anecdotes. » Comme celle du mot « hortensia », cette fleur bleue, rose ou violette, qui doit son nom de l’histoire d’amour entre une astronome et un botaniste. Des récits comme celui-ci, le parc en fourmille.
Sur dix-huit hectares, plus de 500 000 espèces poussent, fleurissent et éclosent dans un immense écrin de verdure. La liste est longue : des fleurs, des arbustes, des plantes aquatiques et autres petites végétations y poussent depuis 2009.
Au fil des années, les animaux se sont mêlés à la partie – plutôt la nuit – : des renards, des chouettes, des rapaces et même des chevreuils. Signe que l’endroit est tranquille pour y vivre. « C’est la récompense des années de travail », souligne Boris Barré dans l’une des allées du parc. Arrivé en 2011 en stage à Terra Botanica, il cultive rapidement sa relation avec le visiteur pour cet homme qui dit « ne pas être introverti ».
Après quelques messages au talkie-walkie à Mélissa, son bras droit du jour à l’animation, il avance directement à l’endroit des « Racines de la vie ». Un jardin qui emonte le temps, jusqu’à 3,5 millions d’années dans le passé. Là, dans la brume épaisse formée artificiellement, des énormes fougères bordent l’allée.
En s’y arrêtant, Boris se livre : « Ce jardin, c’est mon coup de cœur à mon arrivée. J’ai retrouvé les forêts primaires que j’avais connues pendant ma vie en Nouvelle-Zélande. J’y suis resté un an. L’espèce qui m’a le plus marqué est le pin de Wollemi. C’est l’une des plantes les plus rares de Terra Botanica. » Car le parc se donne une mission : participer à la préservation des espèces et sensibiliser le public.
Plus loin, dans la serre tropicale, on rencontre les palmiers à échasses dit « arbres qui marchent ». « Quasiment tous les spécimens proviennent de pépinières françaises ou proches de la France »,précise Boris.
« On veut sensibiliser le public »
Cette année, le parc appuie sur ses ambitions écologiques. La déambulation continue jusqu’au « Jardin sans eau », une nouveauté. On se retrouve au cœur d’un paysage méditerranéen. Les 120 espèces de plantes cohabitent pour l’instant en harmonie. Lavandes, oliviers, fleurs exotiques résistantes aux fortes chaleurs se côtoient.
Le jardin répond au critère principal de demain : le réchauffement climatique. Il sera arrosé seulement la première année. « Ce lieu est complètement dans l’ADN du parc pour apprendre à gérer ses ressources en jardinant. On veut sensibiliser le public à l’économie d’eau. Dans 20 à 30 ans, les températures pourraient atteindre les 50 degrés, par pics », cadre Boris.
Le foisonnement intrigue les visiteurs. « Je reçois beaucoup de questions sur les méthodes de jardinage écologiques. On apprend par exemple à préférer une pelouse tapissante, moins gourmande en eau.  » Si le jardin est pensé selon un cahier des charges, il n’en reste pas moins redoutable de créativité. Tout comme le reste e foisonnement intrigue les visiteurs. « Je reçois beaucoup de questions sur les méthodes de jardinage écologiques. On apprend par exemple à préférer une pelouse tapissante, moins gourmande en eau.  » Si le jardin est pensé selon un cahier des charges, il n’en reste pas moins redoutable de créativité. Tout comme le reste du parc.
Les couleurs, les ambiances varient d’un espace à l’autre. Pour nous en convaincre, Boris continue vers les jardins romantiques jusqu’aux bayous de Louisiane, marécages au sud des États-Unis, en passant par le plus grand champ de dahlias ouvert au public. Dans tous les cas, le dépaysement est assuré.
Boris intervient ici et là pour partager les secrets du parc. Tel un livre ambulant. Au bout de deux heures, retour à la case départ. Il ne cache sa déception de n’avoir pu tout montrer. « Il faut six à huit heures pour faire le tour », lance-t-il. Il faudra donc revenir.
L’anecdote
Boris collectionne les belles histoires au parc. Il y a deux ans, une congrégation de Venosc de l’Oisans des Alpes est venue leur rendre visite. Ils se sont déplacés pour voir spécialement l’animation sur les colporteurs fleuristes, ces marchands qui vendaient des fleurs de villes en villes. Le groupe compte des descendants de ces hommes du XIXe siècle. Certains sont restés en montagne, d’autres se sont installés en Anjou. « Un de ces messieurs, déjà âgé, est passé une de nos illustrations où se trouvait Jean Rouard. » Surprise, cette photo représente son grand-père. « Il ne l’avait jamais vu en photo. Une surprise émouvante pour nous et pour lui. »
À voir tout près (brève de 12 lignes)
La tenture de l’Apocalypse à Angers, à dix minutes en voiture. Elle est définitivement le trésor bien gardé à l’intérieur du château d’Angers. À pas feutré, dans la quasi-obscurité, les guides vous font entrer dans l’histoire d’une partie de la Bible, qui montre la lutte entre le bien et le mal. Impressionnante par sa grandeur et son état de conservation, cette œuvre a de quoi fasciner.
Carnet pratique (brève photo 7 L)
Terra Botanica, parc du végétal, route d’Épinard, 49000 Angers. Tél. 02 41 25 00 00. Tarifs : adultes 21 €, enfants de 3 à 17 ans 15 €. Réservations à tarifs réduits en ligne, Site Internet : terrabotanica.fr.
Terra Botanica : une entrée offerte à tous les abonnés !
Pour ses 10 ans, Terra Botanica, en partenariat avec Ouest-France, est heureux de vous offrir une entrée pour le premier parc européen du végétal. (Re)découvrez les 500 000 végétaux venus du monde entier lors d’une journée inédite ! De jardins extraordinaires en serres tropicales, de Madagascar en Anjou, plongez dans un voyage pour petits et grands mêlant émotions et dépaysement.
Profitez d’une entrée offerte, valable à partir du 1 septembre. Un jour au choix aux dates d’ouverture du parc, soit :
– du jeudi au dimanche, du 1er au 30 septembre 2020

- les week-ends des 3-4 et 10 au 11 octobre 2020

Selon Mme Victoria GEFFARD. - Ouest-France - mardi 25 août 2020

Écrire un commentaire