Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2020

Un roman pour redonner espoir aux jeunes...

Pierre-Louis Basse, ex-journaliste d’Europe 1 et ancien conseiller « Grands événements » de François Hollande, publie Rien n’est perdu, jeudi 20 août 2020. Un roman très autobiographique, dans lequel il raconte comment la beauté d’un tableau de Van Gogh remet un jeune garçon en perdition dans le droit chemin.

Dans son nouvel ouvrage, Rien n’est perdu , l’ancien journaliste, et ancien conseiller « Grands événements » de François Hollande, de septembre 2014 à février 2017, Pierre-Louis Basse, qui vit aujourd’hui à Bernay (Eure), raconte l’histoire d’un garçon en perdition, que tout destine à la délinquance, sauvé par la beauté d’une œuvre d’art : Les Roulottes , de Van Gogh. Un roman très fortement inspiré de sa propre vie.

Entretien: Comment est née l’envie d’écrire ce roman ?
C’est un projet très ancien, que j’ai différé. Cette histoire, celle d’un petit garçon, quasiment condamné par la société à devenir délinquant, sauvé par une œuvre d’art, était là. Mais elle avait besoin de temps pour se mettre en place.Pourquoi ?
J’arrive à un moment de ma vie où le métier de journaliste est loin, où j’ai passé mes plus beaux moments. C’est comme un cycle littéraire qui se referme. Il y a eu Guy Môquet : une enfance fusillée, Comme un garçon, et je pense qu’il y aura désormais Rien n’est perdu.

Pourquoi cela sort-il aujourd’hui ?
Le moment était venu de déchirer le voile familial. Ça fait longtemps que cette histoire m’obsède. La vie de journaliste étant derrière moi, j’avais envie de la raconter. Je voulais poser le regard sur cette jeunesse qui a rejoint le terrorisme, et qui m’a profondément marqué quand j’étais à l’Élysée : je n’ai pas été entendu sur certaines choses. Même si le président Hollande était à l’écoute, dans les cabinets, on ne mesure pas le désespoir d’une jeunesse non valorisée. Cela a joué. Il ne s’agit pas d’excuser, mais de comprendre.

Cette jeunesse, elle vous parle ?
J’en faisais partie dans les années 1970. Qu’est-ce qui fait que l’on plonge ou non ? Si le petit garçon ne rencontre pas cette œuvre d’art qui lui permet de se dire que la beauté existe, qu’il n’y a pas que la délinquance et la fugue, pour donner un sens à sa vie ; s’il n’y a pas cette rencontre, que se passe-t-il ? Ce n’est pas seulement le garçon qui regarde l’œuvre d’art, mais aussi l’œuvre d’art qui le regarde.Cette histoire s’articule à la fin des années 1960, début 1970, à Nanterre (Hauts-de-Seine). Le parcours du narrateur démontre que rien n’est jamais perdu, mais surtout, que rien n’est jamais acquis. Tout est toujours fragile. C’est peut-être pour ça que je ne me suis jamais senti riche avec les riches, gagneur avec les gagneurs ou pauvre avec les pauvres. Ma place a toujours été fragile.

Avez-vous souffert durant l’écriture de cet ouvrage ?
Non. Je m’attendais à ce que ce soit pénible, car ça touche au cœur. Au début, j’ai eu peur de tomber dans une forme de dépression. Pas du tout, ce roman m’a permis d’assumer qui je suis.
Devant Les Roulottes, l’émotion est toujours la même ?
C’est la confirmation d’un choc très fort. Il y a tout dans cette toile : la poésie, le désordre, une forme de légèreté. C’est très émouvant. Quand j’ai revu l’œuvre, seul, longuement, c’est comme si je revoyais un ami qui me voulait du bien. Tout était là, comme cinquante ans auparavant.
Jamais vous n’avez retrouvé cette émotion devant d’autres tableaux ?
J’ai été emporté par bien des tableaux, situations, sculptures. Voir une exposition, c’est comme un grand footing : à la fin, nous sommes rincés. Mais Les Roulottes était ma « première fois », et des premières fois, il n’y en a qu’une.

Comment résumer ce tableau, en un mot ?
L’éclair.
Dans notre société où les écrans sont partout, un garçon d’une dizaine d’années peut-il s’émouvoir devant un tableau ?
Je ne sais pas s’il peut y avoir ce choc. En revanche, pensons aux jeunes des quartiers qui s’expriment par le graff, le rap. Ce ne sont pas des tableaux, mais des œuvres d’art tout de même. Je crois que oui, c’est possible.
Y a-t-il assez de culture dans l’éducation aujourd’hui ?
Il n’y a pas assez de contraintes, surtout. La société du spectacle, « l’entertainement », a pénétré les classes, et c’est une catastrophe. Une distraction généralisée, qui nous détourne du réel, l’efface. Le bruit. Ça n’a rien à voir avec la culture ou l’apprentissage du livre.
Par exemple ?
Transformer la culture en un loisir. Le livre est en train de disparaître, remplacé par l’image. Au XIX, siècle, les stars étaient les découvreurs, les aventuriers, puis les écrivains. Aujourd’hui, ce sont les footballeurs ! Le foot n’est plus un désir, il devient un programme distrayant.

Comment expliquer cela ?
Avant de mourir, l’écrivain Philip Roth l’expliquait dans un entretien : la littérature est en danger car le livre est une contrainte libératrice, alors que le téléphone, les nouvelles technologies vont contre la pensée, contre la littérature : écrire c’est prendre du temps pour être seul.
Pour qui avez-vous écrit ce livre ?
C’est une bouteille lancée à la mer, une lettre envoyée à la perdition, à la jeunesse en difficulté, mais aussi au hasard, à la légèreté.
Souhaitez-vous que l’on résume votre ouvrage à un message pour la nouvelle génération ?
Plus je vieillis, moins je crois au collectif. Les belles choses sont impulsées par chacun, il faut devenir ce que l’on est. Chacun a son parcours. S’il n’y avait qu’un message dans ce livre, c’est que chacun peut porter une histoire, quelle qu’elle soit. Moi, ce fut celle-ci.
Reste-t-il des motifs d’espoir pour la jeunesse des quartiers ?
Je suis très pessimiste. Tant qu’un homme politique ne mettra pas des milliards sur la table… Ce qui me rend pessimiste, c’est cette grande distraction. L’image nous engloutit petit à petit.

Quel serait l’un de vos prochains projets ?
Écrire mille pages sur mes mémoires de sport, car le sport tel que je l’ai connu est en train de mourir. Et je m’aperçois que lorsque je discute avec des amis, je raconte toujours une histoire en lien avec le sport. J’ai couvert tant de grands événements, j’aimerais les raconter comme un roman, revenant sur trente ans de sport et de commentaires. Mes errances dans les villes, ma place « à côté », aussi, car je n’étais jamais totalement dans le sport, j’étais dans une ville, une atmosphère. Cet ouvrage serait écrit en hommage à Eugène Saccomano, qui est parti.
Quel plus bel hommage pourrait-on vous faire, pour ce livre ?
Que c’est mon plus beau livre, que j’ai écrit le livre qu’on attendait de moi.
Êtes-vous retourné à Nanterre ?
Plusieurs fois auparavant, mais pas pour l’écriture de ce roman. J’ai surtout écrit en me basant sur des lettres, des documents familiaux. Ça donne de la chair, rend vivant les êtres.

Selon Mr Pierre MACHADO. - Ouest-France - vendredi 21 août 2020

Écrire un commentaire