Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2020

Une brique révolutionnaire...

INNOVATION - À l’heure actuelle, la quantité d’énergie qu’elles peuvent emmagasiner est faible, mais à terme, ces briques pourraient en stocker beaucoup plus
Des chercheurs de l’Université de Washington (St. Louis) sont parvenus à mettre au point un matériau de construction capable de stocker de l’énergie. Leur recherche est partie du constat que l’hématite, un oxyde de fer très abordable et largement utilisé dans des catalyseurs, aimants et autres alliages, était également utilisé dans les supercondensateurs, des composants électroniques capables de stocker de l’énergie. En partant de ce constat, les chercheurs se sont mis à chercher un matériau naturellement riche en hématite. C’est notamment le cas de certaines briques de construction.

Pour transformer ces simples briques en supercondensateur d’énergie, les chercheurs ont expliqué dans leur rapport avoir pulvérisé une substance nommée EDOT (3,4-Ethylenedioxythiophene) qui, en s’oxydant, se transforme en PEDOT (Poly (3,4-ethylenedioxythiophene)), un polymère conducteur. Une fois pulvérisées, les briques sont donc en mesure de conduire et de stocker une charge électrique, à la manière d’une batterie ou plutôt d’un supercondensateur.

Les chercheurs sont parvenus à alimenter une lampe de bureau LED pendant près d’une heure grâce à 50 de ces briques supercondensatrices. Ces dernières sont capables d’encaisser plus de 10.000 cycles de charge-décharge ce qui en fait un matériau très résistant.

Un bel avenir: Le concept est donc très prometteur, même si en l’état actuel, son potentiel est assez limité. On est encore très loin de voir une maison entièrement alimentée par ce type de matériau. D’autant plus que, si les briques sont peu coûteuses, ce n’est pas le cas du PEDOT. Mais il se peut que de petits appareils soient bientôt alimentés par ce biais.

Par ailleurs, selon le directeur du laboratoire à l’origine du projet, Julio D’Arcy, ces briques pourraient prochainement emmagasiner autant d’énergie qu’une batterie au lithium classique pour moins cher et avec un impact moindre sur l’environnement. De plus, les supercondensateurs sont plus sûrs, plus fiables et plus rapidement rechargeables que les batteries classiques. Le concept est donc particulièrement prometteur. On peut même imaginer qu’un jour, des bâtiments entiers reposent sur ce concept.
Selon Mme Jennifer Mertens pour 20 Minutes - 20 Minutes - mardi 18 août 2020

Écrire un commentaire