Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2020

Les bienfaits confirmés du jeûne intermittent..

Mme Sophie Lacoste dans TV Magazine fait le point sur ce régime particulier qui permet de perdre du poids, d'améliorer la santé, notamment cardio-vasculaire, et nos capacités cognitives. Le Dr Edward Hooker Dewey, médecin américain du 19ème siècle,  spécialiste du jeûne, proposait déjà à cette époque à certains de ses patients de supprimer le petit déjeuner en cas de fatigue, rhumes à répétition ou rhumatismes. Il conseillait le"jeûne de 16 heures".

Deux études réalisées à l'hôpital universitaire de South Manchester auprès de 100 femmes ayant des problèmes de surpoids ont permis de comparer les résultats obtenus avec un régime amincissant classique, basé sur la restriction alimentaire au quotidien et un régime 5/2(où l'on mange comme d'habitude pendant 5 jours et très peu pendant 2 jours). La perte de poids est similaire dans les 2 cas. Toutefois, les personnes qui suivent ce régime 5/2 perdent davantage de graisse abdominale (redoutée pour les maladies cardio-vasculaires) et en ressortent avec une meilleure sensibilité à l'insuline (et donc moins de diabète).

Cesser totalement de manger peut paraître effrayant, bien que de nouvelles études scientifiques démontrent les bienfaits du jeûne, où l'on ne boit que de l'eau, des tisanes et du bouillon. Il existe une solution intermédiaire, deux jours sur sept, soit de restreindre son alimentation, soit d'instaurer des "pauses alimentaires" de 16 à 18 heures entre les repas. Par exemple, on ne mange pas entre 20h et le lendemain 12h ou bien  entre 13h et 7 h du matin. On nomme ce régime : le "jeûne intermittent".

Une équipe de la Johns Hopkins Medicine rappelle dans un article publié dans le New England Journal of Medicine tous les bénéfices du jeûne intermittent: en prévention du diabète et de l'obésité, pour la santé cardio-vasculaire, pour garder des facultés intellectuelles au top ou tout simplement pour rester en forme le plus longtemps possible. Selon l'un des auteurs de l'étude, le Dr Mattson, professeur de neurosciences, "le jeûne intermittent peut faire partie d'un mode de vie sain".

En fait, lorsque l'alimentation se restreint, l'organisme semble se souvenir d'une faculté: il  n'a plus d'énergie à brûler sous forme de sucre et il puise dans ses réserves de graisse. Plusieurs études faites au Canada (Toronto) montrent par ailleurs que le jeûne intermittent hypocalorique améliore la mémoire et diminue la fréquence artérielle et le taux de lipides sanguins. Alors, pourquoi ne pas essayer pour améliorer sa santé et rester en forme sans carence ni frustration. Un rythme est à installer dans son quotidien pour que ce régime fasse partie de notre vie.

Lyliane

 

 

24/05/2020

La consigne fait son retour en force...

Le 30/1/2020, le Sénat a adopté le projet de loi "antigaspillage" pour une économie circulaire, écrit Mme Camille Brun dans Télé-Loisirs, une loi attendue pour tenter de juguler sur notre territoire national l'avalanche de déchets. Ce texte, en effet, propose notamment de redévelopper d'ici 2023 la consigne sur les emballages. Pour les anciens, le principe est connu, car il y a plus de 30 ans le système était répandu pour les bouteilles en verre notamment. Mais pour les jeunes générations, qui ont vu le plastique à usage unique s'imposer, il va falloir l'expliquer. En fait,  en magasin, quand on achète un produit, on paye un supplément pour son emballage.  Cette somme nous est restituée, lorsqu'on rapporte cet emballage.

Le projet de loi prévoit de faire disparaître le plastique jetable d'ici 2040 avec un système mixte dans les années à venir. L'achat de marchandises en vrac, fondé dès 2014 par l'entreprise Jean Bouteille, permet par exemple de distribuer des liquides alimentaires et ménagers (vinaigre, huile,  bière, jus de fruits...) et  propose des flacons et bouteilles consignées en France comme en Belgique. Par ailleurs, lancée en 2019 en partenariat avec Carrefour et d'autres marques,la plateforme Loop (cf www.maboutiqueloop.fr) permet d'effectuer ses courses en ligne, avec tous les contenants consignés et facturés quelques euros. La plateforme les récupére, nettoie, stérilise et recharge en produits.

En Alsace, la consigne par contre n'a jamais cessé d'exister, comme c'est le cas en Allemagne.  En outre, depuis avril 2019, les eaux minérales Carola et Lisbeth, ainsi que la brasserie Meteor se sont réunies avec l'association Zéro déchet Strasbourg pour lancer "Alsace consigne",une initiative visant à développer le réemploi des bouteilles dans la région. L'impact environnemental est d'autant plus positif que cette initiative se pratique à l'échelle locale ou régionale, diminuant ainsi le transport entre le point de collecte des bouteilles et leur lieu de lavage et de remplissage. Espérons que chaque agglomération aura à coeur de se mettre au diapason et de donner une valeur d'échange aux contenants en soutenant leur réemploi...

Lyliane

23/05/2020

Redonner vie à un vieux moulin en Dordogne...

Vêtu comme un meunier d'antan, Elie Coustaty surveille de près la meule qui tourne lentement pour moudre l'or blanc du confinement: le coronavirus a dopé l'activité de son moulin à eau du XIVe siècle, situé sous sa maison en Dordogne.
Avec l'explosion "du jour au lendemain" de la demande de farine, illustrée par les rayons vides dans les supermarchés, ce septuagénaire de Vézac, près de Sarlat, a dû répondre à la demande et mobiliser son épouse, sa fille et son gendre. Dans ce moulin qu'il a patiemment nettoyé et remis en état pendant une quinzaine d'années sur ses deniers personnels, M. Coustaty ne moulait guère plus de 20 kg de grains par semaine avant le confinement, surtout pour des agriculteurs locaux "qui font leur pain".
"Tout le matériel était sur place quand j'ai acheté la maison, y compris la tenue de meunier", mais le "Moulin de l'Evêque", alimenté par le Pontou, petit affluent de la Dordogne, ne servait plus depuis l'après-guerre, explique-t-il, pantalon et longue chemise blanche, foulard rouge autour du cou et sabots en bois aux pieds. "Ce n'est pas du folklore, il s'habille vraiment comme ça pour travailler", assure sa fille Marie-Rose qui gère les commandes et la distribution, en circuit court via des systèmes de paniers.
Maintenant que les Français se sont découvert des talents de boulangers et de pâtissiers, avec des ventes de farine qui ont cru de 168% par rapport à mars-avril l'an dernier, la famille Coustaty produit chaque jour jusqu'à 150 kg de farine bio, à l'ancienne.
- Bien penser, bien manger -
"On a été très sollicité avec la crise, ça nous a permis de vraiment mettre le moulin en production", témoigne Marie-Rose pendant que son mari Serge aide son père à régler le butloir, qui va séparer la farine du son.
Elie, agriculteur à la retraite, en rit: "Il faut que les gens retournent à la boulangerie, on ne pourra pas produire pour tout le monde".
Dans cette Dordogne épargnée par le virus, la famille Coustaty n'arrive pas à satisfaire la demande et a dû dire non à un boulanger bio du coin. La meule de silex tourne à 60 tours par minute, rien à voir avec les grosses minoteries industrielles automatisées qui produisent quotidiennement à la tonne.

"Notre idée n'est pas d'en faire une grande entreprise, c'est d'être utile au territoire et de restaurer le patrimoine", résume Marie-Rose qui tient avec son mari un gîte et une ferme bio dans les environs.
Son père, petit homme aux fines lunettes et président de la jeune "Association des moulins du Périgord noir", explique: "On calcule notre prix (de 3,50 à 3,80 euros le kg) pour que le producteur de grains soit correctement rémunéré (500 euros la tonne) et qu'on garde un petit bénéfice" afin de bichonner le moulin.
"Derrière notre démarche, il y a le bien-penser, avec des rémunérations et des prix corrects, et le bien-manger, avec des produits de qualité", souligne Marie-Rose Coustaty qui veut croire que la crise sanitaire a permis la prise de "bonnes habitudes".
"Il y avait un frémissement ces dernières années mais le confinement a remis l'église au milieu du village, dit-elle. Les gens savent maintenant qu'ils peuvent faire vivre des producteurs locaux qui font attention à leur environnement".
"Une maraîchère d'ici me disait récemment: +ce virus, c'est quand même chouette car mes voisins m'achètent mes légumes. Sinon, ils iraient au supermarché et ça vient de Rungis+".

Selon AFP - AFP - mardi 28 avril 2020

21/05/2020

Vendre son logement vite et bien...

 La première étape pour vendre son bien est de fixer le juste prix, estime Me Rozenn Le Beller, notaire à Lanester ( 56) dans Télé-Loisirs. En effet, il ne suffit pas de surfer sur Internet ou de consulter les dernières ventes immobilières du quartier. Le mieux est de s'adresser à un professionnel comme un notaire ou un agent immobilier. Car un logement surévalué ne se vend pas. Il va rester longtemps sur le marché et décote inévitablement, ce qui peut paraître suspect aux yeux des acquéreurs potentiels.

Ensuite, dès le début, lancer les diagnostics immobiliers, car pour pouvoir diffuser une annonce, le diagnostic de performance énergétique (DPE) doit être obligatoirement affiché. En général, on groupe tous les diagnostics: amiante, plomb, termites, mérules, assainissement, métrage Loi Carrez, gaz, électricité, état des risques et pollutions... De ce fait, le prix est moindre en principe. Pour cela, s'adresser à un diagnostiqueur certifié (coordonnées sur diagnostiqueurs.din.developpement-durable.gouv.fr ).

L'étape suivante est de préparer les visites pour les acheteurs. Il s'agit de rendre son logement attrayant en soignant certains détails. Tout doit être propre, rangé et si possible désencombré. De coûteux travaux ne sont pas forcément nécessaires (ravalement, toiture...). Rester transparent et ne dissimuler aucun détail (humidité, infiltrations, litiges de voisinage...) Sinon, en cas de problème ultérieur, votre responsabilité pourrait être engagée.

Enfin, sécuriser son opération, en sachant à l'avance le montant de tous les frais à votre charge (notaire, agent immobilier...). Les professionnels, en effet, prévoient en outre les clauses suspensives du compromis de vente à signer. Et avant la conclusion, ils s'assurent de pouvoir disposer des sommes dues par l'acquéreur sous forme de prêt. Sachez que seule la résidence principale est exonérée de taxe lorsque vous vendez  votre bien plus cher que lorsque vous l'aviez acheté. Sinon vous seriez imposés sur les plus-values en cas de bien locatif ou de résidence secondaire. Chaque partie peut se faire assister de son propre notaire.

Lyliane

20/05/2020

Pourquoi préserver la biodiversité est bon pour notre santé?

Les scientifiques sont formels : si l’humanité veut se prémunir au maximum de l’apparition de nouvelles épidémies telles que le Covid-19, il lui faut absolument et de toute urgence préserver la biodiversité, c’est-à-dire la diversité du vivant sur Terre, la diversité au sein des espèces et entre espèces, ainsi que celle des écosystèmes.
Autrement dit, il lui faut bichonner, par exemple, les forêts et leurs habitants. Parce qu’en déforestant massivement, les animaux sauvages perdent leur habitat, ce qui favorise leurs contacts avec les animaux domestiques et les humains, augmentant les risques d’apparition de zoonoses comme le Covid-19, qui trouve son origine dans un coronavirus de chauve-souris.
A l’inverse, les milieux riches en biodiversité contribuent à «diluer» parmi de nombreuses espèces les agents infectieux de ces maladies transmises de l’animal à l’humain. Contre les maladies infectieuses, la biodiversité est donc un sacré antidote. Mais derrière ce mot apparemment abstrait, voire abscons, se cachent d’autres bienfaits très concrets pour notre santé et notre bien-être. Car la diversité du vivant, dont nous faisons partie, nous l’oublions trop souvent, permet aussi d’éviter les maladies chroniques et mentales ou de nous fournir des médicaments.C’est aussi tout simplement ce qui nous permet de vivre. La nature, dans toute sa richesse, purifie l’air que nous respirons et l’eau que nous buvons, elle nous assure une alimentation saine et diversifiée, un climat stable… Petit tour d’horizon de tous ces bénéfices et services que la nature nous offre gracieusement. De quoi comprendre, en creux, que nous paierons très cher, au propre comme au figuré, si nous continuons à la saccager.

La biodiversité, c’est l’eau potable: Sans eau, pas de vie, pas de santé. Une évidence. Et sans biodiversité, pas d’eau douce en quantité et qualité suffisantes. Un peu moins évident, a priori. Et pourtant, la biodiversité offre moult services liés à l’eau. Les écosystèmes de forêts, zones humides ou de montagne permettent de nous approvisionner en eau douce (réserves d’eau souterraine, d’eau pluviale et d’eau de surface, soutien au cycle de l’eau…) mais aussi de purifier l’eau (grâce notamment à la filtration et la décomposition des déchets organiques et des polluants dans l’eau, par des plantes ou des animaux comme les mollusques bivalves).

«La végétation capture l’eau, la retient, elle est récupérée par les sols, qui sont eux-mêmes entretenus par la végétation, et quand il y a évaporation à travers la respiration des plantes, cela crée de la pluviosité locale», explique Philippe Grandcolas, spécialiste de l’état de la biodiversité et directeur de recherche CNRS au Muséum national d’histoire naturelle (MNHN). Qui poursuit : «Les plantes et tous les composants biologiques du sol absorbent aussi certains éléments de l’eau et la filtrent. C’est un système d’une complexité incroyable qu’on a du mal à reproduire. Quand on fait des centrales d’épuration des eaux, on essaie de faire des bassins avec des micro-organismes qui digèrent certains types de substances, on récolte des boues dans lesquelles certains polluants se sont fixés, mais on a du mal à atteindre l’efficacité des écosystèmes.» Et cette imitation imparfaite de la nature a un coût astronomique. En France, dépolluer l’eau des pesticides et nitrates déversés par l’agriculture intensive pour la rendre potable coûte environ 1,7 milliard d’euros par an. Et «le coût complet du traitement annuel de ces excédents d’agriculture et d’élevage dissous dans l’eau serait supérieur à 54 milliards d’euros par an».

Les milieux naturels tels que les forêts fournissent de l’air de bonne qualité, indispensable à notre santé. La végétation permet aussi de lutter contre la pollution atmosphérique. Ce qui est tout sauf anecdotique : selon une étude parue en 2019 dans l’European Heart Journal, celle-ci tue plus que le tabac, en étant responsable de 8,8 millions de morts prématurées par an dans le monde, dont 67 000 en France, en grande partie à cause de maladies cardiovasculaires. Pour échapper à ce sort funeste, mieux vaut bien sûr avant tout éviter de polluer. Mais en attendant, la biodiversité peut venir à notre rescousse en aidant à purifier l’air.

Les plantes, surtout les arbres à feuilles rugueuses, sont capables d’absorber certains gaz polluants, via leurs stomates et leurs feuilles. Les particules, elles, se déposent temporairement à la surface des feuilles. Au Royaume-Uni, les forêts permettent d’éviter de 5 à 7 morts prématurées et de 4 à 6 hospitalisations par an en réduisant la pollution au dioxyde de soufre (SO2) et aux particules fines inférieures à 10 microns (PM10), selon une étude de 2004. Une autre étude de 2011 estime que la canopée du grand Londres permet d’éliminer 0,7% à 1,4% de particules fines PM10 dans la ville. Ce qui peut paraître peu à l’échelle de l’agglomération mais est bien plus important proportionnellement dans les zones les plus polluées.
La quantité totale de particules fines inférieures à 2,5 microns (PM2,5, encore plus dangereuses pour la santé que les PM10) «nettoyées» chaque année par les arbres varie aux Etats-Unis selon les villes, allant de 4,7 tonnes à Syracuse à 64,5 tonnes à Atlanta, d’après une étude de 2013. Avec, à la clé, dans les dix villes étudiées, une mortalité évitée d’une personne par an et par ville en moyenne… mais de 7,6 personnes par an à New York.
 Selon  Libération le 30/4/2020.

19/05/2020

La micronutrition, est ce pour moi?

A mi-chemin entre la nutrition et la médecine, écrit Mme Carole de Landtsheer dans Version Fémina, la micronutrition est une discipline alternative qui fait de plus en plus parler d'elle. De nombreux laboratoires spécialisés comme Nutergia, Pileje, Solgar ou Synergia par exemple, des formateurs privés et des pharmaciens développent cette approche thérapeutique. Le réseau PharmaVie notammentpropose à ses adhérents un entretien de 30 minutes derrière le comptoir. d'autres utilisent le programme IoMet mis au point par Nutergia avec un questionnaire synthétique rempli en pharmacie ou sur Internet. et en oligoéléments, précurseurs hormonaux etc...

La micronutrition est née dans les années 90, car comme l'affirme Mme Laurence Benedetti, médecin nutritionniste, coauteure du livre "Maigrir avec la micronutrition", les micronutriments (fer, vitamine C, D, probiotiques etc) jouent un rôle clé  dans le bon fonctionnement de notre organisme et de nos cellules. Le but des entretiens et des questionnaires des laboratoires et des pharmaciens est de vérifier les besoins spécifiques en vitamines, en oligoéléments, en précurseurs hormonaux etc... Selon les résultats, des conseils alimentaires sont apportés, d'hygiène de vie, de cures de compléments nutritionnels pour soit détoxiner, soit restructurer les cellules. En cas de besoin, le consultant peut orienter vers un spécialiste (nutritionniste, diabétologue, ORL...).

En cas de supplémentations nécessaires, mises en évidence par des dosages sanguins, celles-ci peuvent durer de un à six mois. La micronutrition n'a pas pour vocation de traiter les véritables carences, mais elle se révèle efficace en cas de déficit par rapport à des seuils. Généralement, pour pouvoir se targuer du titre de micronutritionniste, on doit posséder un diplôme universitaire (DU) en micronutrition ou avoir suiviune formation à l'Institut européen de diététique et de micronutrition (IEDM). On compte 45 minutes pour un premier RV et les séances coûtent entre 40 et 70 euros selon la région et le praticien. Les thèmes de consultation tournent souvent autour de la fatigue, des problèmes de sommeil, de l'obésité...

Pour en savoir davantage, consulter le site de l'IEDM soit: www.iedm.asso.fr. qui met à disposition des livrets pédagogiques sur des thématiques variées (grossesse, sommeil...).

Lyliane

18/05/2020

Visiter les musées autrement...

Mme Elise Comte dans le journal hebdomadaire Télé-Loisirs nous propose d'autres pistes pour visiter les musées, fermés depuis la mi-mars. Pour apprendre ou pour nous changer les idées, de nombreux musées nous propose des visites virtuelles grâce à une bonne connexion Internet. Des réseaux sociaux à leurs propres sites, en passant par les plateformes vidéo, c'est, en effet, en ligne que les expositions du moment et les monuments nationaux peuvent être visités.

En restant dans votre salon, vous pouvez par exemple visiter l'exposition Pompeiau Grand Palais qui devait s'ouvrir le 25 mars dernier. Nous pouvons désormais accéder à des contenus numériques dévoilant les fouilles du site italien, des reconstitutions en 3D ou une surprenante expérience en réalité augmentée qui permet de découvrir une statue romaine en 3D chez soi! Plus de 470 000 visiteurs ont déjà été séduits. De même, partout en France, sous le hashtag "CultureChezNous", rassemblés sur le site culturecheznous.gouv.fr, des initiatives se multiplient.

Vous pouvez par exemple voyager jusqu'à Giverny pour visiter la maison de Monet, rejoindre Versailles et ses jardins (chaine You Tube), écouter des conférences au Musée des Confluences à Lyon ou avec Voyage voyages visiter le Mucem de Marseille sous la houlette du commissaire d'exposition en personne. Les enfants peuvent aussi colorier des oeuvres d'art du Grand Palais, suivre des tutoriels du Musée de la Romanité à Nîmes, reproduire des jeux romains, aller voir des ateliers du Musée des Beaux-Arts et d'Achéologie de Besançon.

Tout cela montre que dans le domaine de la culture on est capable de se réinventer et de s'adapter pour que ce domaine ne reste pas le "parent pauvre" de nos loisirs en cette période de confinement!

Lyliane

17/05/2020

Un balcon rempli de plantes médicinales...

Dans Version Fémina, Mme Fabienne Colin nous suggère de jardiner sur nos balcons en s'appuyant sur l'expérience de Mme Adeline Gadenne, auteure de "Mon cahier cocooning avec les plantes" chez Solar et de Mme Mai Lan Beugnot, conseillère chez Jardiland. Elle nous présente tout d'abord le thym, bien connu pour lutter contre les infections ORL. C'est, en effet, un antibactérien et un antiviral reconnu. Cet arbrisseau résiste aussi bien au froid qu'au plein soleil. On l'arrose peu et on a l'habitude de mêler du gravier à la terre pour bien drainer l'eau.On le récolte toute l'année. Il est également possible de le faire sécher. En cas de rhume, de toux ou de bronchite, faire une infusion à prendre 3 fois par jour. Afin de doper l'immunité, on peut ajouter un bâton de cannelle, trois clous de girofle et le jus d'un demi-citron.

La menthe poivrée au goût frais et épicé, stimule l'activité du foie, ce qui aide à améliorer la digestion, notamment après un repas trop lourd ou trop arrosé. On la plante dans un endroit ensoleillé et elle est facile à entretenir. Si elle envahit trop, couper ses fleurs et la placer seule dans un pot. A la fin de l'automne, couper le pied à ras. On cueille les feuilles de menthe du printemps jusqu'en septembre. Pour les conserver, on peut les faire sécher à l'abri du soleil, puis les mettre dans un sac papier ou un récipient opaque. La mélisse, quant à elle, est une plante relaxante et persistante facile à cultiver. Associée à de la verveine ou seule, elle se consomme trois fois par jour pour juguler l''anxiété ou contre les troubles du sommeil.

Le romarin est réputé "être la plante des centenaires". Elle agit, en effet, contre la fatigue, le stress et détoxifie le foie. La plante se plaît en plein soleil et ne demande pas beaucoup d'eau. Par contre elle n'apprécie pas les grands froids. La plante fleurit au printemps et c'est une mellifère attirant les abeilles. On la consomme en toute saison, en tisane, dès qu'on sent une baisse d'énergie avec des cures de 3 semaines. Pour soulager les bobos cutanés ( brûlures, gerçures, coup de soleil, ampoules ou piqûres d'insectes), une plante grasse aux allures de cactus est souveraine. Il s'agit de l'Aloe Vera. La plante craint le froid mais n'est pas très exigeante. Couper une feuille et recueillit le gel translucide gélatineux en le débarrassant du latex jaune irritant. On l'applique 3 fois par jour. Ses feuilles vertes se conservent quelques jours au réfrigérateur. Quant au gel, le mieux est de le garder dans un bac à glaçons au congélateur.

Il est facile de se constituer à peu de frais une réserve de ces plantes médicinales sur un balcon. Alors,on commence à planter ces vivaces aux vertus reconnues...seule ou avec enfants ou petit-enfants?

Lyliane

16/05/2020

Beauty kitchen selon Version Fémina...

"Nos placards cachent de vrais trésors" écrit Mme Jeanne Dréan dans Version Fémina, "pour soigner la peau, les cheveux ou embellir le teint du visage".Voici donc 8 recettes faciles à utiliser avec ce que nous avons sous la main en période de confinement. Tout d'abord, du miel pour adoucir les lèvres. Dans un récipient, mélanger 1 cuillère à café de miel liquide et 1 cuillère à café de sucre fin. A l'aide d'un fouet ou d'une fourchette, mélanger bien, puis masser les lèvres doucement en effectuant des mouvements circulaires du bout des doigts. Ensuite, rincer et les lèvres retrouvent douceur et élasticité. En cas de gerçures, choisir du miel de thym!

Pour réaliser un masque hydratant, prendre un avocat bien mûr, riche en vitamine C,  surtout si vous avez la peau sèche à mixte. Dans un bol, écraserl'avocat avec le dos d'une fourchette, y incorporer 2 cuillères à soupe de yaourt nature, une cuillère à soupe d'huile d'olive et une cuillère à soupe de miel d'acacia. Bien mélanger avec un fouet pour obtenir  une texture lisse et homogène. Appliquer immédiatement et laisser agir 15 minutes sur une peau propre et sèche. Puis rincer à l'eau tiède. En principe, le visage retrouve son velouté.

Pour fortifier les cheveux, c'est l'oeuf qui est privilégié. Prendre un oeuf, une cuillère à soupe d'huile de coco liquide et 1 cuillère à café de thé matcha ou de thé vert réduit en poudre et bien mélanger les ingrédients dans un bol. Appliquer ce masque au niveau des racines et des longueurs sur cheveux secs et laisser agir au moins 30 minutes. Puis procéder à deux shampoings pour bien laver les cheveux. Si vos cheveux manquent de brillant, utiliser du vinaigre de cidre ou de vin dilué dans 1,5 litre d'eau de rinçage des cheveux, car non seulement l'acide acétique élimine bactéries et champignons, mais aide aussi à venir à bout des pellicules et du calcaire.

Pour raffermir la peau, mélanger dans un bol 3 cuillères à soupe de marc de café et une demi tasse d'huile d'olive. Puis utiliser cette mixture sous la douche pour masser le corps par grands mouvements circulaires en insistant sur les zones à raffermir. Terminer par un rinçage à l'eau froide. Ainsi la circulation sanguine est activée et les grains assurent l'exfoliation. Pour les pieds, par contre, mélanger de l'huile de coco liquide, une tasse de sucre et le zeste et le jus d'un citron. Juste avant la douche, frotter les pieds avec le mélange en insistant sur les zones rugueuses et les talons. Après rinçage,les pieds retrouvent souplesse et douceur.

Pour le teint, le yaourt est souverain! Dans un bol, mélanger 4 cuillères à soupe de yaourt bio au lait entier et une cuillère à café de jus de citron. Appliquer sur une peau nettoyée en évitant le contour des yeux. Rincer au bout de 15 minutes à l'eau claire. Une fois par semaine, ce masque simple unifie et illumine le teint. Enfin, pour resserrer les pores, utiliser 2 verres de riz et 3 verres d'eau. Le riz cuit dans l'eau bouillante servira à un plat, tandis que l'eau de cuisson stockée au frais peut être vaporisée sur le visage, le cou et le décolleté. En effet, cette eau contenant de l'amidon resserre les pores et évite les brillances.

De la sorte, à moindre frais, il est possible de soigner sa beauté sans sortrir de chez soi,ni utiliser des produits sophistiqués dont la composition est souvent chimique.

Lyliane

15/05/2020

Déboucher après la crise sur un monde meilleur d'après le F.M.I...

Kristalina Georgieva, Bulgare de 66 ans, a succédé à Christine Lagarde au FMI en septembre 2019. Quelques mois plus tard, l'ex-commissaire européenne et directrice générale de la banque mondiale affronte la crise la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle a choisi le JDD pour présenter le plan de bataille de l'institution. La dirigeante affirme que les pays pauvres seront les principales victimes de la pandémie de coronavirus et fait appel à la solidarité pour résister aux tentations du populisme et du protectionnisme.

Le pire de cette crise économique mondiale est-il derrière nous ou devant nous?
Cette crise ne ressemble à aucune autre. Non seulement parce que c'est la combinaison d'une crise sanitaire et d'une crise économique, mais aussi parce que, pour combattre ce virus, nous avons été obligés d’arrêter l'économie, ce qui aggrave les conséquences du choc. C'est la première crise globale depuis la Seconde Guerre mondiale et la grande dépression. Il y a trois mois, nos prévisions étaient que 160 pays bénéficieraient d'une progression de leur revenu par habitant en 2020. Aujourd'hui, nous estimons que 170 pays vont subir au contraire un recul de leur revenu par tête.

Faut-il s'attendre à ce que cette crise dure ? Lors de la grande crise financière de 2008, le dynamisme de l'économie chinoise et des marchés émergents avait stimulé l'économie mondiale. Cette fois, nous ne voyons aucun facteur de nature à accélérer la reprise. En période de crise, on est habitué aux incertitudes, mais cette fois c'est une incertitude d'un genre nouveau. On ne sait pas comment ce coronavirus évoluera. Une longue période de difficultés s'annonce donc pour le monde.

Quelle sera l'ampleur de la récession? Nous prévoyons, pour l'instant, une chute de 3% de la croissance mondiale en 2020 suivie d'une croissance de 5,8% en 2021. Pour atteindre ce bon résultat, il y a une condition : maintenir la pandémie sous contrôle au second semestre. Et s'assurer que le virus ne reviendra pas avant la fin de l'année ou au cours de la suivante. Cela dit, même si nous atteignons ce chiffre de 5,8%, ce qui me semble très incertain, nous serons encore en dessous du niveau de 2019.

Retrouver la croissance suppose de maîtriser ce virus? Le virus a peut-être atteint son point haut dans certains pays mais pas partout. Un haut degré d'incertitude est créé par notre méconnaissance de ce qu'il est. Arriverons-nous à le maîtriser? Si nous trouvons des traitements et un vaccin rapidement, cela apportera un énorme soulagement à l'ensemble du monde. Mais ce n'est pas le cas pour le moment. Nous ne sommes pas encore sortis du bois.

Le redémarrage de l'économie chinoise peut-il jouer un rôle positif? La Chine a été durement touchée au premier trimestre, alors qu'elle était l'épicentre de la pandémie. Nous voyons des signes de normalisation mais, avec la propagation de la pandémie dans d'autres régions, la reprise en Chine se fera dans un contexte marqué par des vents contraires très forts venant de l'économie mondiale. Dans l'ensemble, nous pensons que la Chine devrait enregistrer une croissance légèrement positive cette année.

Faudra-t-il mettre plus d'argent sur la table? Nous pensons en effet qu'il faudra investir plus d'argent. Et notamment dans les marchés émergents et dans les pays en voie de développement. Les actions des grands pays ont été rapides mais on sait qu'il faudra vaincre la pandémie partout pour se sentir en sécurité partout.

Comment va-t-on gérer la dette énorme qui est en train de se constituer? Il est primordial de prendre des mesures budgétaires très fortes car l'économie mondiale est à l'arrêt. Sans ces mesures, on risquerait de très graves dommages à long terme. Oui, il en résultera plus de dettes et de déficit, mais une chose joue en notre faveur : le niveau très bas des taux d'intérêt, qui sont même négatifs dans certains pays. Ils devraient rester bas pour longtemps. Cela rendra la gestion de cette dette plus supportable pour les gouvernements et les entreprises.

Les problèmes de la planète vont-ils passer au second plan? Nous devrons distribuer de façon équitable le poids de l'endettement accumulé dans la lutte contre la crise. C'est une discussion que nous encouragerons car nous voulons aller vers un monde meilleur. Cela veut dire régler des problèmes qui existaient avant cette crise. Par exemple, les inégalités, qui se sont accrues partout dans le monde, sont un vrai fardeau pour nos sociétés. Nous devons aussi rendre nos économies plus résilientes pour encaisser les chocs comme celui du changement climatique. Cette crise est donc aussi un atout. Grâce à la mobilisation qu'elle a déclenchée, nous aurons la chance d'engager des actions qui auraient été politiquement ou socialement difficiles auparavant.

Que fait le FMI pour aider les pays en voie de développement? Jamais dans son histoire, le FMI n'a été sollicité comme il l'est aujourd'hui. Plus de 100 pays se sont tournés vers lui pour obtenir une aide d'urgence financière. Je suis fière que l'on ait déjà répondu positivement à 30 demandes. Ce sont de véritables bouées de sauvetage pour des pays durement frappés par la pandémie et par le choc économique qu'elle provoque. Notre priorité, ce sont les pays les plus faibles. De même que le virus frappe plus durement les personnes dont le système immunitaire est affaibli, le choc économique affecte davantage les pays les plus fragiles. Nous devons les protéger.

Allez-vous réduire encore leur endettement? Avec la Banque mondiale, nous avons appelé à un moratoire sur la dette officielle bilatérale des pays pauvres. Dans le même temps, le FMI souhaite tripler les financements concessionnels qu'il peut offrir à ces pays. Nous pensons qu'ils vont rencontrer des difficultés d'une très haute magnitude. Pourquoi? Parce que leurs banques centrales n'ont pas les moyens de leurs homologues des pays avancés. Et le choc sur ces économies émergentes est démultiplié. Leur système de santé est faible ; ces pays subissent une fuite des capitaux que nous estimons à 100 milliards de dollars ; ils sont victimes de l'effondrement des prix des matières premières qu'ils exportent. En clair, leurs revenus chutent dramatiquement au moment où leurs populations ont besoin de davantage d'aide.

Faut-il s'inquiéter de la chute des prix du pétrole? L'impact provoqué par une demande qui s'est effondrée et une offre trop élevée est dramatique. Le transport, qui représente 60% de la consommation de pétrole, a fortement chuté car les gens restent chez eux et les entreprises ont fermé ou réduit fortement leur capacité de production. Il a fallu un peu de temps pour que les pays producteurs passent un accord pour réduire la production. Mais les grandes économies s'apprêtent à repartir. La relance va arriver, mais elle devra être gérée prudemment. Cela dopera la demande de pétrole et des matières premières. Mais nous pensons que le prix du baril restera bas, autour de 30 dollars, à court et moyen termes.

Etant donné l'ampleur de cette crise, le FMI dispose-t-il de moyens suffisants? La bonne nouvelle c'est que le FMI est dans une situation plus forte pour aider nos pays membres. Nous disposons d'une capacité de prêt de 1 trillion de dollars, soit quatre fois plus qu'avant la crise de 2008. Pour le moment, nous pensons que nos ressources sont suffisantes pour répondre à la demande des pays. Toutefois, cela pourrait changer compte tenu de l'extrême incertitude liée à la trajectoire et à l'impact de la crise. Plus particulièrement, nous voulons être l'institution sur laquelle les pays en développement peuvent compter. Nous voulons les conseiller et les aider.

Propos recueillis par - leJDD - samedi 25 avril 2020



14/05/2020

Réenvisager l'aménagement des territoires français...

D'une façon générale, en cette période de crise sanitaire sans précédent, plus d'échappatoire. L'heure est à la remise en cause des fonctionnements obsolètes ou inefficaces qu'on ne questionne jamais tant les habitudes sont ancrées, par routine, par manque de temps, par mimétisme et parce que, au fond, c'est confortable.

On est loin, désormais, d'un raisonnement selon lequel « hors métropole, point de salut ». La crise du Covid-19 l'a non seulement annoncé, mais aussi prouvé. Nos modes de vie modernes, privilégiant un entassement des populations sur des surfaces toujours plus petites, sont peut-être même, pour partie, l'une des raisonsde la pandémie actuelle. Mais plus sûrement, et de longue date, d'une large panoplie de problèmes sociaux.

Cette crise pourrait donc constituer le point de départ d'une politique d'aménagement du territoire et de développement des campagnes radicalement nouvelle et différente. Outre un travail accru de décentralisation, deux conditions préalables nous semblent néanmoins indispensables.

D'une part, et l'essor sans précédent du télétravail l'a bien montré, il s'agirait d'accélérer le déploiement du haut débit dans les territoires ruraux, pour mettre fin aux inégalités territoriales dans ce domaine aussi.

D'autre part, le crise pourrait inciter à organiser le désenclavement des territoires. Les infrastructures de transport « propres » en sont un élément clé, et doivent être réinvesties. Le train constitue probablement l'option la plus rationnelle, parce que moins coûteuse et surtout moins polluante, d'autant plus si le train à hydrogène se développe enfin.

À condition, là aussi, de réduire drastiquement les inégalités territoriales qui restent très fortes, comme en atteste par exemple la carte isochrone de la SNCF mesurant les temps de trajet des principales villes françaises au départ de Paris.

La crise sanitaire majeure que nous traversons est - aussi - le signe qu'il nous faut nous transformer. Et cette transformation, qui sera institutionnelle, économique, sociale, environnementale, ne peut passer que par une mutation radicale de notre rapport aux métropoles et aux territoires.

Selon Mme Anne Albert-Cromarias et Mr Alexandre Asselineau - La Tribune - samedi 25 avril 2020

Film "Mine de rien" sur la solidarité et le collectif disponible en vidéo...

Les salles de cinéma sont fermées depuis le début du confinement. Parmi les films qui venaient tout juste de sortir, Mine de rien, a vu sa lancée en salles brutalement interrompue. Aujourd'hui disponible en vidéo à la demande (VOD), le film réalisé par Mathias Mlekuz rassemble Mélanie Bernier, Philippe Rebot, et Arnaud Ducret. Ce dernier était l'invité de L'équipée sauvage, lundi sur Europe 1. Pour lui, c'est un film "qui résonne avec l'actualité, un film sur la solidarité et le collectif".
>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël en replay et en podcast ici
"Six ans plus tard, la résonance est d'autant plus forte"
"C'est un film que j'ai accepté il y a six ans", explique Arnaud Ducret au micro d'Europe 1. "Six ans plus tard, on le remonte, et alors que c'est le même sujet qu'il y a six ans, la résonance est d'autant plus forte avec le confinement, mais aussi avec le groupe de 'gilets jaunes' et cette solidarité qui veut s'en sortir", poursuit le comédien.
Le film retrace l'histoire d'un groupe de chômeurs, évoluant dans une région minière qui, pour s'en sortir, décident de construire un parc d'attraction artisanal sur une ancienne mine de charbon désaffectée. "En Angleterre, on voit beaucoup de films sur la solidarité et le collectif", affirme Arnaud Ducret, qui cite notamment The Full Monty (Peter Cattaneo), The Commitments (Alan Parker), mais aussi les longs métrages de Ken Loach.

Mine de rien est un film "dans l'esprit de Full Monty", assure Arnaud Ducret, évoquant par exemple un clin d'oeil à la scène du film britannique où les acteurs répètent leurs pas de danse dans la file d'attente d'une banque postale. "C'est un joli conte social sur la solidarité dans une période très égocentrique."
À la demande de certains producteurs et distributeurs dont les films, sortis récemment au cinéma, ont vu leur espérance de vie en salles balayée par le coronavirus, le Centre national du cinéma (CNC) a autorisé à titre dérogatoire une trentaine d’entre eux à être exploités sur les plateformes de vidéo à la demande. Parmi eux, le film Forte, de Katia Lewkowicz, avec Melha Bedia, est lui aussi sorti en VOD, le 15 avril dernier. 

Selon Mme Pauline Rouquette - Europe 1 - lundi 27 avril 2020

13/05/2020

La graine à redécouvrir: le lupin!

Mme Ingrid Haberfeld dans Version Fémina nous incite à nous pencher sur les vertus diététiques du lupin, une graine qui ne fait pas encore partie de nos habitudes alimentaires. Pourtant en Afrique du Nord, c'est la  traditionnelle kemia, un amuse-gueule incontournable au goût subtil de noisette. Les cuisinières des pays du maghreb l'utilisent également en tagine et en salade. C'est une légumineuse souvent associée à une céréale comme le riz ou l' épeautre. Elle s'achète cuite préparée en saumure.

La graine de lupin est la légumineuse la mieux pourvue en protéines (36,2%), devant la graine de soja (34,5%) et les lentilles corail (27,7%). Elle en contient même, affirme Mme Florence Foucaut, diététicienne nutritionniste à Paris, davantage que certains aliments  d'origine animale comme le thon, l'escalope de veau et le roti de porc.  Grâce à son index glycémique (IG) très bas, le lupin est un aliment de choix pour les personnes diabétiques. C'est de ce fait un atout pour garder la ligne.

Au niveau des minéraux et des vitamines, compter 198mg de magnésium pour 100g soit 53% des apports journaliers recommandés. Le lupin est également bien loti en fer (4,36mg pour 1000g) et renferme notamment de la vitamine B9 et du zinc. De plus, avec une teneur de 18%, le lupin surpasse des aliments réputés riches en fibres comme le son d'avoine, la farine intégrale ou le riz complet. Cela permet de relancer les intestins paresseux. Des études auraient mis en avant que la consommation régulière de fibres participe à la prévention des cancers colorectaux, du sein et de l'estomac, en diminuant aussi le risque de maladies cardio-vasculaires et de diabète de type 2.

Alors, on achète des graines de lupin, garanties sans gluten, dans les rayons des magasins bio ou en boutique de produits exotiques?

Lyliane

Qu'est-ce que l'optimisme?

Qu’est-ce que l’optimisme ? L’optimisme est ce qu’on appelle en psychologie une disposition, c’est-à-dire une tendance spontanée de l’individu. En outre, c’est une construction, autrement dit une façon de percevoir la réalité qui n’a rien de factuel. L’individu optimiste à tendance à attendre de bonnes choses de la réalité, et le pessimiste plutôt de mauvaises choses de la même réalité. Il n’y a guère d’objectivité d’un côté ni de l’autre, et ces deux dispositions sont parfois considérées comme des biais. Mais bon, comme d’habitude il faut choisir son biais et si vous avez tendance à adhérer à des propositions comme « Tout problème a une solution », ou « Je crois en mes capacités », ou « J’arrive à surmonter les épreuves », vous êtes probablement optimiste. Aucune de ces phrases n’est intrinsèquement vraie, mais le point véritablement important est que cela permet de surmonter des épreuves terribles. Autrement dit, l’adage qui dit que l’espoir fait vivre est non seulement vrai mais extrêmement précieux.

Comment développer son optimisme ? Une des découvertes de la psychologie de ces trente dernières années est que l’optimisme peut s’apprendre et se développer. Entre nous, c’est le moment. Le père de ce concept est le psychologue américain Martin Seligman, auteur de l’ouvrage La Force de l’optimisme, dont le titre original est beaucoup plus parlant : Learned Optimism, ou l’« optimisme appris ».

L’optimisme est le trait de caractère qui prédit le mieux la capacité de prisonniers de guerre à supporter leur captivité

Ce titre est bien plus éloquent, car Seligman fut, bien avant cela, le père du concept de désespérance apprise, qui apportait un mécanisme explicatif à la dépression. La désespérance apprise décrit les situations où, face à des situations trop difficiles, l’être humain finit par perdre espoir et se résigner. À la suite de ses études sur le versant négatif des émotions, Seligman comprit que la psychologie s’était beaucoup trop consacrée à détailler les effets néfastes des émotions comme la peur, l’angoisse ou la colère, et qu’il restait un immense champ à explorer du côté des émotions positives, ce qui donna lieu à l’essor de la psychologie positive. Selon lui, tout comme le désespoir pouvait être « acquis » au contact de situations trop difficiles, l’optimisme pouvait lui aussi faire l’objet d’un apprentissage. Son livre en traite in extenso (une bonne lecture de confinement, à mon avis) et livre quelques clés :

Prendre le temps d’éprouver de la gratitude vis-à-vis de ce qui se présente à nous. Qu’il s’agisse d’un petit déjeuner, d’un coucher de soleil, d’un lit confortable ou d’un mot gentil d’un proche.

Aider les personnes qui traversent une situation plus difficile que la nôtre.

Examiner d’un œil critique nos pensées et croyances négatives (par exemple : je ne vais jamais tenir le coup dans ce confinement. Avoir un regard critique sur cette pensée, c’est commencer par se demander de quels éléments objectifs je dispose pour affirmer cela).

S’attaquer de front à ses voix intérieures négatives (« Eh, toi, qui parles dans ma tête et me dis que cette situation est sans issue tandis que je commence à grossir devant ma télé, veux-tu me lâcher s’il te plaît »). Les neurones de l’espoir: Mais vous pouvez aller plus loin et devenir un maître cérébral de l’optimisme. Pour cela, un petit détour par notre cer  veau est utile. Les recherches en neuro-imagerie ont montré, au cours des dernières années, que l’optimisme est associé à une activité cérébrale globalement plus soutenue dans l’hémisphère gauche, le pessimisme se reconnaissant davantage à une forte activité de l’hémisphère droit.

Comment faire davantage fonctionner son cerveau gauche ? Une solution pleine de sagesse est venue des études sur la méditation de pleine conscience. Richard Davidson, un des premiers à avoir étudié les effets de la méditation sur le cerveau, montra une augmentation de l’activité du cortex préfrontal de l’hémisphère gauche chez les méditants, augmentation d’autant plus importante que ceux-ci accumulaient de longues heures de pratique. En étudiant le cerveau du moine bouddhiste Matthieu Ricard et en découvrant son cortex préfrontal gauche extraordinairement développé, il en déduisit même que ce dernier devait être probablement l’homme le plus heureux du monde.                                      "

"Savoir éprouver de la gratitude pour un morceau de pain ou un lit confortable permet de muscler son optimisme"

Martin Seligman avait donc raison en supposant que l’optimisme pouvait s’apprendre. Vous pouvez pour cela vous mettre à la méditation, muscler votre cortex préfrontal gauche et nourrir vos émotions positives. Il faudra toutefois de la persévérance, et de l’assiduité. Les bénéfices ne se font sentir que sur la durée, à mesure qu’on accumule les « heures de vol ». Mais la période présente s’y prête, car cette pratique suppose de rester au calme pendant de longues heures. Nous recommandons pour cela le très bon ouvrage d’introduction de Christophe André, Méditer jour après jour. Muscler son optimisme, c’est muscler son espoir, et se préparer à être plus résilient à la sortie de cette épreuve.

Selon Cerveau et Psycho- SÉBASTIEN BOHLER|  

 

 

12/05/2020

Cuisiner pour les sans abri...

Focaccia aux poivrons confits, carottes au cumin, et magret de canard." Ce n'est pas le menu d'un restaurant, mais le dîner concocté mercredi par Eric Guérin, un chef étoilé, pour une trentaine de sans-abris de Saint-Nazaire. Depuis quelques jours, ils sont une dizaine de noms de la gastronomie française, habitués à proposer des menus vendus pour un prix à trois chiffres, à avoir décidé de mettre leur savoir-faire au service des plus démunis, sur fond de confinement contre le coronavirus.

"Quant on est confiné dans un hôtel et qu'on n'a pas de quoi cuisiner, ce n'est pas terrible"
Une initiative lancée par l'association Le Carillon, et plus précisément Philippe Hamache, après avoir entendu la décision du gouvernement de mettre en place des chèques-services pour que les sans-abris puissent se loger, notamment dans les hôtels. "Quant on est confiné dans un hôtel et qu'on n'a pas de quoi cuisiner, ce n'est pas terrible", indique-t-il au micro d'Europe 1. "On a donc décidé de le faire pour eux."

"C'est un vrai réconfort"
C'est ainsi que des chefs de la ville et des environs se sont réunis sous la bannière de l'association pour faire 60 repas par jour, avec l'aide de fournisseurs. En cuisine, tout le monde doit mettre la main à la pâte. Les sans-abris viennent donc en aide derrière les fourneaux ou pour la livraison. "Je participe à la main d'oeuvre, je vais chercher les courses, décharger le camion...", confirme au micro d'Europe 1 Thomas, 60 ans, l'un des bénéficiaires.
"C'est un vrai réconfort. Bien sûr il y a le fait de manger correctement, mais je retrouve aussi ce lien social qui me fait défaut depuis pas mal de temps. C'est une bouée de sauvetage." L'initiative doit perdurer au moins jusqu'au 11 mai, date du début du déconfinement.

Selon Mr Charles Guyard, édité par Ugo Pascolo - Europe 1 - jeudi 23 avril 2020

Un chien est-il capable de détecter le Covid 19?

Les chiens sont capables de prouesses inouïes. Capables de détecter des fuites de gaz, des traces d'explosifs, des victimes enfouies sous la neige, la présence de molécules propres à une maladie (cancers, diabète...)... C'est cette dernière capacité qui interroge les chercheurs.

"On a détecté le Covid-19 en moins de 25 minutes"
Pour appuyer cette théorie, voici le témoignage de Sidi Drici, un plombier à Melun interrogé par Europe 1. Le trentenaire explique avoir été contacté par une association britannique intéressée par son chien, un berger malinois capable de repérer des fuites de gaz. Il se rend alors à Londres pour des tests. Il y avait douze bocaux. Ils ont mis la molécule dans un des bocaux et la chienne l'a trouvé ! Il faut imaginer que c'est un laboratoire, mais au lieu d'avoir le résultat en trois semaines, vous l'avez en quelques secondes."Un exemple qui appuie un peu plus cette théorie. Nous le savons, un chien possède près de 300 millions de récepteurs olfactifs, soit près de soixante fois plus que l'homme. Ce qui lui permet d'avoir un "super-odorat".
Un essai en France avec des chiens de pompiers
Grâce à nos connaissances sur nos amis à quatre pattes et à ces différents exemples, Dominique Grandjean, professeur à l’École Vétérinaire de Maison Alfort et chef du service vétérinaire des Pompiers de Paris, a lancé un essai à Paris qui doit débuter la semaine prochaine.
Dans cet essai, quatre chiens de pompiers à Paris et quatre autres chiens de pompiers et de gendarmes en Corse vont être testés pour dépister la présence du Covid-19. Habitués à renifler des molécules bien précises, parfois plusieurs dizaines, leur apprentissage devrait être très rapide. Le professeur Grandjean explique le processus dans des propos relatés par France Inter.
"Un chien qui fait de la recherche d'explosifs est déjà initié à une quarantaine de molécules, si on rajoute le Covid, ça n'en fera finalement pour lui qu'une 41e à assimiler, c'est dans ses cordes, on n'a pas besoin de reprendre tout le travail de mémorisation depuis le début, sa formation Covid peut par conséquent être très rapide. Avec ces chiens, on gagne du temps."
Il faut être prudent car on ne sait pas encore officiellement si le coronavirus produit des molécules spécifiques et si les chiens sauront les détecter, même si cela paraît très probable. "On est vraiment dans le domaine de l’expérimental, mais je suis convaincu que ça va marcher" assure Dominique Grandjean.

Selon Mr Anthony Detrier - Gentside - jeudi 23 avril 2020

11/05/2020

Quand la justice réparatrice passe par le jeu...

Dans la revue du Bice "Enfants de partout", un article concernant la justice réparatrice en Colombie, dans le cadre d'un reportage sur la Congrégation des Religieux Tertiaires Capucins, montre qu'il y a des voies pour permettre à des jeunes délinquants de réparer leurs actes et d'en mesurer les conséquences pour la victime et la société. En collaboration étroite avec la justice colombienne, de nombreux outils ont été développés pour accompagner ces jeunes dans un processus de réparation.

"L'approche par le jeu aide les adolescents à canaliser leur stress, à libérer leurs peurs et leur insécurité, à exprimer leurs émotions", explique Mme Diana Herreno Bustos, coordinatrice du programme EsB (Enfance sans Barreaux) en Colombie. Cela permet aussi de mettre en scène des situations de conflits possibles et de vérifier la compréhension des valeurs comme la solidarité, le respect, l'entraide. Les jeux proposés se pratiquent aussi avec les familles et les acteurs de la justice. Parmi eux, le fameux "Qui suis-je", où le joueur doit deviner, grâce à des gestes, le mot collé sur son front.

En Colombie, les jeunes délinquants sont souvent regroupés dans des lieux ouverts où ils réapprennent la confiance en eux et en la société. Cette initiative, vécue à travers des sessions de jeux et d'échanges avec des éducateurs, s'exporte en Afrique et notamment au Togo ou en Côte d'Ivoire, où le Bice est présent. Les jeux finalement ne seraient qu'un prétexte pour réunir des personnes autour de la notion de justice réparatrice et pour éveiller à la notion de respect humain. En Afrique, où tous les jeunes ne sont pas alphabétisés, ces jeux doivent être adaptés à partir d'objets (cailloux...).

Bravo à toutes celles et ceux qui se soucient de responsabiliser les jeunes en conflit avec la loi sans pénaliser leur avenir!

Lyliane

Un monde sans déchet selon une créatrice de start-up rwandaise...

La fondatrice d’une start-up qui aide à recycler les objets électroniques a été distinguée par le prix Margaret récompensant la créativité de femmes actives dans le digital.
Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ». « Tout a commencé par un accident », explique Jacqueline Mukarukundo, à l’autre bout du fil. En 2011, alors qu’elle participe à une campagne de recyclage dans la ville de Musanze, au nord du Rwanda, l’un de ses meilleurs amis échappe de justesse à un glissement de terrain dans une décharge. Pour Jacqueline et ses camarades, c’est le déclic. « A ce moment-là, nous avons voulu nous engager encore davantage dans la gestion des déchets » explique-t-elle.
En 2018, elle fonde avec Ghislain Irakoze la start-up Wastezon, qui utilise la technologie mobile pour mettre en relation les foyers et les entreprises disposant de déchets électroniques avec les acteurs locaux de l’industrie du recyclage. Mardi 21 avril, la jeune femme a été couronnée par le prix Margaret 2020, qui récompense les « femmes digitales » de l’année – et au jury duquel le Monde Afrique a participé –, dans la catégorie « entrepreneuse Afrique ». L’ambition du prix français créé en 2013 est aussi de mettre à l’honneur celles « qui innovent pour un monde meilleur ».
Le domaine dans lequel œuvre Jacqueline Mukarukundo est encore balbutiant sur le continent. Sur les quelque 130 000 tonnes de déchets électroniques produits chaque année en Afrique de l’Est, seulement 20 % sont effectivement recyclés. Et l’un des principaux défis pour les entreprises de recyclage reste de trouver et de récupérer les appareils électroniques usagés.
« Notre application permet aux familles et aux entreprises de réduire leur empreinte carbone en les aidant à mieux trier leurs déchets et à les vendre, au lieu de les jeter ou de les brûler. Elle fait également gagner du temps et de l’argent aux acteurs du recyclage », détaille Jacqueline. Il suffit aux particuliers de publier une photo des ordinateurs ou des téléphones portables dont ils veulent se débarrasser sur l’application, pour que les entreprises de recyclage intéressées puissent les choisir et les acheter. A ce jour, la start-up a ainsi fait transiter plus de 400 tonnes de déchets électroniques, vendus par environ 150 foyers et entreprises. Wastezon prend 10 % sur chaque transaction.
« Le pouvoir de la technologie »
Reste que dans un pays ou à peine un quart de la population a accès à Internet, selon la Banque mondiale, et où la pénétration des smartphones est faible, le chemin semble encore long. « Le plus grand défi, c’est la transformation des mentalités et le financement, analyse Jacqueline, qui est actuellement directrice générale du marketing de la start-up. La majorité des Rwandais est encore dans une économie linéaire, et non circulaire. Mais beaucoup d’entre eux réparent déjà leur matériel électronique au lieu de le jeter, souligne-t-elle. Nous avons surtout besoin de plus de soutien dans le secteur de la gestion des déchets, qui suscite encore peu d’intérêt de la part des investisseurs en capital-risque. »
L’équipe envisage également d’utiliser le réseau cellulaire afin de permettre aux foyers qui ne disposent pas de smartphones de bénéficier des services de Wastezon, et veut étendre ses activités aux déchets organiques, qui représentent 90 % des détritus au Rwanda. « Je rêve d’un monde sans déchets, et je crois dans le pouvoir de la technologie pour y parvenir », n’hésite pas à lancer cette jeune Rwandaise, qui se présente comme une « leader » désireuse de « changer les choses et de trouver des solutions aux problèmes de sa communauté ».
Coronavirus : « Aucun pays africain ne sera épargné par la crise économique »
A seulement 22 ans, Jacqueline Mukarukundo partage ses journées entre ses études de commerce international à l’Africa Leadership University de Kigali, et son travail pour Wastezon. Elle est également à l’origine du projet Healplus, un jeu en ligne sur la santé et la gestion des situations d’urgence destiné aux lycéens. De son propre aveu, un parcours qui reste assez exceptionnel dans la région. « Il y a encore tant de freins à l’entrée des femmes d’Afrique centrale dans le secteur digital. Pourtant, les opportunités sont illimitées », lâche-t-elle.
Pour aider d’autres jeunes Rwandaises sur cette voie, Jacqueline Mukurakundo rêve d’avoir à terme son propre fonds d’investissement spécialisé dans les start-up fondées par des femmes : « Beaucoup de gens qui pensent encore qu’une femme ne peut réussir dans le secteur de la technologie et du digital sans un homme derrière elle ! »

Selon Mme Laure Broulard - Le Monde - mardi 21 avril 2020

10/05/2020

Préparer son cours de conduite et son code via You Tube pendant le confinement...

Souvenez-vous : au début de la crise sanitaire liée au coronavirus, les principaux acteurs des écoles de conduite en France (ECF, CER et Codes Rousseau) se sont associés pour créer une chaîne Youtube nommée “Mon auto-école à la maison” afin de permettre aux élèves de continuer à s’instruire en toute autonomie.
La chaîne Youtube, lancée il y a trois semaines par ECF, CER et Codes Rousseau, compte dorénavant 3 400 abonnées. Mais avec un nombre d’élèves privés de formation estimé entre 150.000 et 200.000, “Mon auto-école à la maison” souhaiterait évidemment atteindre plus de jeunes. Elle totalise actuellement plus de 31 000 vues pour 19 vidéos postées en tout, soit environ deux par jour. Des chiffres en constante évolution, mais pas encore totalement satisfaisants.
Un contenu instructif: Ludique et constructive, la chaîne Youtube “Mon auto-école à la maison” animée par deux intervenants dynamiques que sont Nassim et Omar ne demande qu’à se développer ! 19 vidéos, soit environ deux par jour, ont déjà été mises en ligne pour 1h15 de contenu, permettant de maintenir à jour ses connaissances. Un contenu pour tous, que l’on participe déjà aux cours de conduite en temps normal ou que l’on souhaite bientôt passer son code. Bref, cette chaîne créée de concert par ECF, CER et Codes Rousseau vise l’ensemble des jeunes (et moins jeunes) dont la formation a été interrompue à cause de l'épidémie de coronavirus. N’hésitez donc pas à aller vous abonner pour vous maintenir à niveau en attendant que les auto-écoles ouvrent de nouveau. 

Selon Mr Paul Niocel - Autonews - mardi 7 avril 2020

La curiosité, est ce un vilain défaut ou une très bonne chose?

Mme Carine Hahn, dans Valeurs mutualistes, nous présente l'ouvrage de Mr Jean-Pierre Martin, Professeur émérite de littérature à l'Université de Lyon 2. Ce livre est paru en 2019 dans la Collection "Les grands mots" des éditions Autrement. Selon l'auteur, la curiosité s'oppose au conformisme, au cloisonnement des disciplines et aux "ghettos de la spécialisation".  La curiosité est pour lui le signe d'un esprit de découverte et d'émerveillement  qui en principe anime l'enfance.

Etymologiquement, curiosité vient de cura qui signifie soin ou souci. C'est donc une "passion jubilatoire, pleine de vitalité. Dans notre vie, la curiosité est l'antidote à la répétition et à l'indifférence. Toutefois, en vieillissant elle peut s'émousser.  "Pour être curieux, affirme Mr Martin, il faut savoir s'arrêter, prêter attention, sortir des sentiers battus". il y a en effet des personnes "que tout intéresse"!

A notre époque, on a tendance à vouloir aller vite, à être impatient, alors que nous avons à notre disposition "mille objets de curiosités nouvelles". Ainsi, on peut par exemple s'intéresser à nos origines, à l'univers, aux espèces en voie de disparition... La curiosité devrait commencer à l'école, mais à tout âge, c'est une "attitude mentale bénéfique", car c'est une ouverture au monde, à ses beautés. Internet, la radio, la lecture, la télévision, les musées, la Nature, tous ces supports sont susceptibles d'éveiller notre curiosité.

En période de confinement, voilà une lecture bénéfique pour nous faire tourner nos regards vers des sujets inédits  et nous faire prêter attention au monde et à autrui.

Lyliane

09/05/2020

Zoom sur la laitue...

Dans le journal Nice-Matin, j'ai été intéressée par un article concernant la laitue. J'ai appris notamment que cette salade, originaire du Kurdistan, a été introduite en France au Moyen-Age. Du temps des Grecs et des Romains, la laitue était consommée pour préparer les estomacs avant un repas copieux. a la Renaissance, on en connaissait trois ou quatre variétés. En fait, il a fallu attendre les 17 et 18èmes siècles pour goûter aux laitues pommées. Puis d'autres variétés ont été développées grâce au forçage. Depuis 1960, les cultures sous serre ou sous tunnel ont permis le développement des laitues et leur consommation tout au long de l'année.

Sur le plan nutritionnel,la laitue apporte à notre organisme une grande variété de minéraux et d'oligo-éléments. le potassium notamment représente un tiers de ces minéraux. C'est une source importante d'acide folique (vitamine B9) qui joue un grand rôle dans le renouvellement des cellules de l'organisme. Grâce à son eau, la laitue contient seulement 13 calories pour 100g soit 1% de l'apport recommandé par les nutritionnistes. Cette salade est réputée calmer les inflammations douloureuses du foie, de la vésicule et des intestins. On la mange crue en salade assaisonnée avec huile et citron ou braisée avec des lardons par exemple.

Alors pourquoi ne pas apprendre à nos enfants à goûter à la laitue?

Lyliane

08/05/2020

L'Intelligence artificielle, une révolution?

Mme Sylvie Boistard dans Version Fémina s'interroge à propos de l'Intelligence artificielle ou I.A., qui est peu à peu devenue la nouvelle alliée des médecins. En effet, l'I.A. est capable de traiter des montagnes de données grâce à des algorithmes et de bouleverser de ce fait tout le parcours de soins. Au CHU de Dijon-Bourgogne par exemple, le service des urgences s'est équipé d'un scanner doté d'intelligence artificielle. Son intérêt est de pouvoir transmettre aux médecins des images plus détaillées, aux contours plus nets, tout en irradiant peu le patient. Ainsi, les diagnostics effectués grâce au scanner Aquilion One Genesis sont plus précis en cas d'AVC ou d'embolie pulmonaire.

En ophtalmologie, dans le dépistage des lésions de la rétine, de glaucome ou de rétinopathie diabétique, l'I.A. détecte à partir du fond de l'oeil des microanévrismes et des malformations de la papille. A Brest, Mr Gwenolé Quellec, chercheur de l'Inserm pense que l'I.A. pourra même prédire l'évolution de pathologie oculaire et éviter des complications. Pour la médecine de ville, une start-up bordelaise nommée Synapse Medecine a mis au point une plate-forme accessible en ligne, dotée d'un algorithme intelligent qui est capable de conseiller les médecins sur le choix des traitements en fonction du profil du patient, des interactions entre médicaments et de leurs effets indésirables. Le pharmacien peut même analyser une ordonnance grâce à une photo prise par smartphone. Au CHU de Bordeaux en gériatrie, cette plate-forme est déjà active.

De même, un robot humanoïde nommé Peggy doté d'une caméra 3 D est capable de "copier" le squelette d'une personne et d'analyser ses mouvements.  Il accompagne notamment les patients atteints de lombalgie pour corriger leurs positions. A Roscoff en rééducation des kinés s'en servent pour maintenir à domicile une trentaine de personnes. Quant aux patients sous pacemaker, cet implant peut être surveillé à distance, grâce à une box au domicile du patient, qui analyse le rythme cardiaque etc... En tout, on compte 15 000 patients suivis de la sorte. Enfin, en cancérologie, des médecins chercheurs de Villejuif ont développé un algorithme qui permet d'évaluer le nombre de lymphocytes T infiltrés dans la tumeur et de traiter par immunothérapie les patients qui répondent bien au traitement...

Bref, l'IA sera sans doute partout dans quelques années et nous rendra de plus en plus de services.

Lyliane

Un test pour éviter le recours systématique aux antibiotiques...

Dans Valeurs Mutualistes de la MGEN, nous apprenons qu'à compter du printemps 2021, les pharmaciens pourront réaliser un "test rapide d'orientation diagnostique" ou TROD concernant les angines.Ce test permettra en effet de distinguer angines virales et angines bactériennes, afin de limiter le recours inutile aux antibiotiques. C'est une initiative qui paraît utile et qui va dans le bon sens.

Nous pouvons effectuer ce test soit de notre propre initiative, soit sur prescription médicale. Si le test a un résultat négatif, les pharmaciens pourront conseiller les patients et les orienter au mieux vers un traitement adapté. Par contre, si le résultat est positif, les patients seront invités à se rendre chez leur médecin traitant avec le résultat pour y être traités sérieusement.

Lyliane

07/05/2020

Comment laver les masques en tissu grand public?

Des procédures plus sommaires permettent d’inactiver le coronavirus sur les masques «grand public», mais pas nécessairement de se débarrasser d’autres germes présents dans les mailles du tissu.
De très nombreuses questions ont été adressées à CheckNews concernant la fiabilité de diverses procédures de nettoyage des masques «grand public», proposés comme alternative face à la pénurie de masques jetables. Comment procéder lorsque l’on ne dispose pas de machine à laver ? Un peu de savon et d’eau à température ambiante suffisent-ils, ou doit-on nécessairement employer de l’eau chaude et des détergents ?
Avant de revenir sur ces questions, rappelons qu’un masque non chirurgical correctement porté permet de diminuer à la fois les risques de projection de postillons chargés de coronavirus (par les personnes asymptomatiques, présymptomatiques ou symptomatiques) et les risques d’absorption de ces gouttelettes par les personnes saines. Ce constat, consensuel y compris au sein de l’OMS, est toutefois conditionné à des précautions indispensables dans l’ajustement, l’enlèvement, l’entreposage et le nettoyage de ces protections.

Comment détruire Sars-CoV-2 sur nos mains, nos masques ou nos vêtements ? Les coronavirus font partie des virus dont le matériel génétique est protégé par une enveloppe partiellement constituée de lipides. Celle-ci se désagrège d’autant plus rapidement que la température est élevée, et peut se désagréger plus vite encore en présence de certaines substances – parmi lesquelles le savon, dont nous reparlerons plus loin. Les virus peuvent également avoir une affinité chimique particulière avec certains matériaux et surfaces, qui modifient leur stabilité.

Tous les pathogènes existants ne sont pas également résistants. Si certains virus perdent leurs propriétés infectieuses après une courte exposition à une chaleur modérée, d’autres seront indifférents à un traitement aussi sommaire. Cette variabilité se retrouve chez les coronavirus infectant l’être humain. Des recherches spécifiques sur la résistance du virus responsable du Covid-19 ont été publiées début avril dans la revue The Lancet Microbe.
Les essais ont été réalisés sur un support destiné à maximiser la résistance du Sars-CoV-2. A 22°C, les chercheurs ont attendu deux semaines avant que le virus soit devenu inactif. A 56°C, il n’y avait plus de trace de virus actif après trente minutes. A 70 °C, le même résultat était obtenu au bout… de cinq minutes.
Mais ce coronavirus n’est pas le seul pathogène potentiellement présent sur un masque qui a été porté, et d’autres virus, bactéries et autres champignons peuvent être plus résistants que lui ! Surtout s’ils trouvent un terrain de reproduction favorable dans des résidus de sécrétion ou de mucus piégés dans le tissu.L’élimination complète des potentiels agents infectieux implique do
Pour inactiver le virus Sars-CoV-2, l’immersion du masque durant une dizaine de minutes dans de l’eau maintenue à 70°C apparaîtrait donc tout à fait suffisante. Mnc une procédure de lavage plus stricte.

Mettre en contact les molécules de savon et le virus
Parmi les substances qui accroissent la vitesse de dégradation de l’enveloppe qui protège le matériel génétique des virus, les molécules de savon sont particulièrement efficaces. C’est la raison pour laquelle un lavage des mains vigoureux et complet, dans une eau à température ambiante, est un geste barrière efficace contre le Sars-CoV-2. Plonger un masque dans une bassine avec un peu de savon ne sera toutefois probablement pas d’une grande utilité si l’on ne fait pas pénétrer le savon dans toutes les couches du tissu, afin que ses molécules entrent bien en contact avec l’enveloppe virale. Une eau chaude favorisera la pénétration du savon, en même temps qu’elle contribuera à désagréger cette protection.
Outre son activité virucide, «un lavage au savon va permettre de décrocher toutes les souillures d’un support», nous précise P Bruno Grandbastien, président de la Société française d’hygiène hospitalière. Les résidus de mucus ou de salive vont également se détacher «grâce à l’action mécanique du tambour de la machine à laver ou du frottage à la main, et être éliminés par l’étape de rinçage», précise-t-il. De hautes températures abîment le tissu

Les masques «barrière» en tissu n’ont pas un pouvoir filtrant très important. Les particules les plus fines, en effet, peuvent passer au travers. Ceci n’est guère préoccupant puisque, hors de certains contextes de soins hospitaliers, une contamination par des particules virales en suspension dans l’air est jugée hautement improbable. En revanche, les mailles du tissu doivent rester suffisamment serrées pour faire efficacement écran aux postillons. De même, le tissu doit garder une certaine épaisseur pour que les gouttelettes ne pénètrent pas trop vite le tissu, et le traversent. C’est la raison pour laquelle un masque en tissu ne peut pas être réutilisé indéfiniment… et également la raison pour laquelle les masques en tissus ne doivent pas être lavés à trop haute température (surtout pas être bouillis) ou avec des produits trop corrosifs. «Immerger son masque dans du désinfectant est une mauvaise idée, car on va altérer la qualité des textiles et ses propriétés de filtration», insiste le P Bruno Grandbastien.
L’efficacité et la durée de vie d’un masque dépendent de la nature des tissus employés, des traitements qu’ils ont subis, de la qualité des coutures et du nombre de couches de tissu utilisées.
Selon Mr Florian Gouthière - Liberation - jeudi 30 avril 2020

Du nouveau en perspective: un système de refroidissement électronique quantique...

Des chercheurs de l'entreprise VTT Technical Research Centre of Finland affirment avoir mis au point un nouveau système de refroidissement plus simple pouvant équiper des ordinateurs quantiques.
Ce système pourrait permettre la miniaturisation de ces ordinateurs, dont la miniaturisation reste un problème.

Refroidissement électronique
La miniaturisation est bien connue dans l'informatique traditionnelle, où Intel envisage même des processeurs aux gravures d'1,4 nm à l'horizon 2029. Mais la miniaturisation pose toujours problème dans le domaine émergent de l'informatique quantique, car ces appareils nécessitent une infrastructure complexe basée sur des isotopes rares d'hélium pour assurer leur refroidissement. Ce refroidissement est pourtant indispensable pour permettre aux qubits, les bits quantiques, de conserver leurs propriétés.

Les chercheurs de la société VTT Technical Research Centre of Finland ont pourtant déclaré avoir créé un nouveau système de refroidissement basé sur l'électricité. Plus simple, il pourrait remplacer les encombrants systèmes de refroidissement liquides et offrir de nouvelles opportunités de miniaturisation.
Les résultats de l'expérimentation ont été publiés dans la revue Science Advances. L'équipe y déclare : « Dans ce projet, nous cherchons une nouvelle méthode pour réaliser l'isolation thermique de jonctions thermoioniques. Nous démontrons qu'une seule interface solide peut fonctionner à la fois comme un élément thermoionique efficace et une barrière de transfert de chaleur pour les phonons ». A l'aide d'une pièce en silicium uniquement reliée à d'autres composants par des contacts métalliques, et par l'envoi d'un courant électrique, l'équipe a observé une baisse de la température de cette pièce de 40% par rapport à son environnement.

Des applications multiples
Le refroidissement électronique n'a rien de nouveau. Mais si ce dispositif semble simple, l'équipe dit avoir résolu le problème de la fuite de chaleur par les phonons rencontré jusque-là par la plupart des systèmes à refroidissement électronique. Cette nouvelle méthode plus performante trouverait ainsi des applications dans divers domaines, notamment dans l'informatique quantique. Mika Prunnila, chercheur au sein de l'équipe a déclaré : « Nous nous attendons à ce que cette méthode de refroidissement électronique récemment découverte puisse être utilisée dans plusieurs applications, de la miniaturisation des ordinateurs quantiques aux capteurs de rayonnement ultra-sensibles du domaine de la sécurité ».
Même écho chez les professionnels du secteur. David Gunnarsson, directeur des ventes chez Bluefors Oy, la principale société de solutions de refroidissement pour les systèmes quantiques a affirmé que « l'effet de refroidissement démontré peut être utilisé pour refroidir activement des circuits quantiques sur une puce de silicium ou dans des réfrigérateurs à grande échelle. Inutile de dire que chez Bluefors, nous suivons avec grand intérêt ce nouveau développement du refroidissement électrique ».

Selon Mr Benoît Théry - Clubic - mercredi 15 avril 2020

Explorer de façon virtuelle la Cité de la Dentelle à Calais...

Explorez la Cité de la Dentelle et de la mode comme vous ne l’avez jamais vue avec cette visite virtuelle. Située à Calais dans une authentique usine de dentelle du XIXe siècle, c'est le musée de référence de la dentelle tissée sur métiers.
"On ne porte pas uniquement des vêtements, on porte une histoire"

Les guides de cette visite virtuelle sont Anne-Claire Laronde, la directrice de la Cité de la dentelle et de la mode, et Sophie Henwood, la chargée de la gestion scientifique et patrimoniale des oeuvres.
Découvrez autrement les galeries permanentes dévoilant ce textile haut de gamme. Le point d’orgue de la visite est la mise en fonctionnement des métiers à tisser la dentelle, de monumentales machines de fonte qui produisent cette étoffe d’exception.
Mais avant d'en dévoiler plus, un petit retour historique est nécessaire. La dentelle à la main est apparue en Europe au XVIe siècle dans les Flandres et en Italie et a depuis conservé le statut de luxueux tissu ornemental ayant pour fonction d’embellir les tenues des plus fortunés. C'est un textile dont le support comme le motif sont ajourés via soit la technique de dentelle à l’aiguille (à l’aide d’un parchemin, d’un fil et d’une aiguille) soit celle aux fuseaux (jeu de bobines et un carreau comme support). Longue et complexe à produire, elle a souvent nécessité une organisation de travail collective : plusieurs dentellières étant assemblées pour former une pièce entière.
La dentelle fabriquée à Calais depuis près de 200 ans est exclusivement mécanique mais elle s’est inspirée de la dentelle à la main avant de s’en affranchir.
Au XIXe siècle, la mécanisation de la production de la dentelle prend son essor en Angleterre, puis en France. Si cette technique de production la rend moins coûteuse, une main-d’oeuvre en nombre et des savoir-faire sophistiqués restent incontournables. Ces savoir-faire gravitent autour du métier à tisser dit Leavers. Au début des années 1950, on compte une cinquantaine de maisons de haute couture et 150 manufactures de dentelle, souvent de petite taille à Calais sans oublier Caudry et Lyon, également places fortes de la production dentellière. Les professionnels français vont créer la marque Dentelle de Calais.
Les métiers Leavers, un patrimoine historiqueLa fabrication de la dentelle tissée sur métiers Leavers découle d’un long processus. Cette vidéo montre pas-à-pas les quatre grandes étapes nécessaires à la fabrication de la dentelle de Calais : la création, la préparation des fils, la fabrication et, enfin, la finition.
L’atelier de production constitue la phase la plus impressionnante, avec la mise en action de ces fameux métiers, gigantesques machines de fonte de douze tonnes. Depuis près de deux siècles, la mécanique de ces machines est restée quasiment identique. Découvrons-les dans cette vidéo.

Selon Franceinfo - Franceinfo - mercredi 25 mars 2020

 

06/05/2020

Transformer sa voiture en véhicule électrique...

C'est officiel, les automobilistes français peuvent dorénavant envisager de payer un professionnel pour convertir leur voiture à la traction électrique. Un arrêté ministériel vient encadrer cette activité promise à un fort développement.
Dès le mois de janvier 2020, les jeunes sociétés membres fondatrices de l'association AIRe (Acteurs de l'Industrie du Rétrofit électrique) se risquaient à annoncer l'arrivée prochaine de l'arrêté ministériel tant attendu, un texte qui lèverait enfin les ultimes freins administratifs et légaux à leur activité de transformation de voitures à moteur essence ou Diesel et à leur homologation en véhicules électriques. Voilà qui est chose faite. L'arrêté du 13 mars 2020 relatif aux conditions de transformation des véhicules à motorisation thermique en motorisation électrique à batterie ou à pile à combustible est paru au Journal officiel en date du 3 avril. Il entre en vigueur au lendemain de sa publication.
Toute voiture transformée doit solliciter son titre d'homologation.
En préambule, le ministre de la Transition écologique et solidaire précise ce qui suit : "Afin de permettre à des véhicules en service conçus à l’origine pour fonctionner avec une motorisation thermique de fonctionner en motorisation électrique à batterie ou à pile à combustible, des fabricants proposent des dispositifs de conversion des véhicules (rétrofit électrique). Pour garantir une efficacité minimale et une installation sécurisée sur les véhicules, le présent arrêté prévoit les dispositions techniques et administratives pour homologuer ces transformations sur les véhicules. Un bilan de l’application des prescriptions est prévu 24 mois après l’entrée en vigueur du texte pour évaluer l’opportunité d’y introduire des modifications."
La société UTAC CERAM (qui délivre leur titre d'homologation communautaire à de très nombreux véhicules) se félicite de la parution de cet arrêté ministériel et ose espérer qu'il permettra "aux propriétaires qui n’ont pas les moyens de s’offrir un véhicule neuf de rendre leur voiture actuelle moins polluante". C'est peut-être oublier le tarif des prestations offertes par les membres de l'association AIRe (Acteurs de 'Industrie du Rétrofit électrique) : démarrage de leur activité oblige, les processus sont encore hésitants et les coûts élevés.
La plupart des jeunes acteurs du secteur de la conversion préfèrent donc miser sur le haut-de-gamme. Il en va ainsi, entre autres sociétés, de Retrofuture qui propose des conversions pour toutes sortes de voitures anciennes extrêmement populaires : de la plus modeste (une Fiat 500 pour 19.990 euros) aux plus exclusives (Range Rover, Rolls-Royce, Porsche...) pour plus de 60.000 euros, en passant par la Ford Mustang (45.000 euros), le Volkswagen Combi (32.000 euros) et la Peugeot 205 (25.000 euros environ). 
Convertir une vieille citadine d'occasion pour 5.000 euros, tel est l'objectif de Transition One
Chez Transition One, l'approche est différente : "Là où d'autres sociétés se spécialisent dans la voiture ancienne, nous concentrons nos efforts sur les voitures d'occasion relativement récentes et abondantes", explique Aymeric Libeau, directeur et fondateur de Transition One. En plus de la Twingo Diesel convertie à l'électrique que Challenges a pu essayer il y a quelques mois (lire notre essai de la Renault Twingo électrique de Transition One), la start-up a terminé la mise au point d'un kit de transformation pour la Fiat 500 moderne, pour la Volkswagen Polo 3, ainsi que de la Citroën C1 et ses jumelles Peugeot 107 et Toyota Aygo. Des voitures qu'on trouve pour une bouchée de pain dans les petites annonces.
Aymeric Libeau estime qu'il y a beaucoup de perspectives dans la conversion des petites voitures. Son ambition est de proposer des voitures électriques à un tarif raisonnable, pour une clientèle qui ne peut s'offrir une neuve. "On a des retours de marchands spécialistes de la voiture d'occasion, qui ont de la demande, mais pas d'offre. Il leur sera à l'avenir possible de proposer à leur client un modèle de leur parc, et de le récupérer en version électrique pour 5.000 euros de plus". Pour tenir un tarif aussi contenu (une approche quasiment unique, chez les "retrofitteurs") Transition One n'a d'autre choix que de se contenter de performances modestes, avec une autonomie de 100 km réels et une vitesse maximale de 110 km/h pour le prototype sur base de Renault Twingo 2 qu'il nous a été donné d'essayer. Pour réduire le coût, c'est un moteur asynchrone d'une puissance de 50 kW (68 ch) sous une tension de 96 Volts qui a été choisi. La boîte de vitesses Renault a été conservée, ce qui permet de limiter la consommation de ce type de machine électrique, pas nécessairement la plus sobre par nature. Ce prototype emporte 25 kWh de batteries (des modules d'origine Tesla) mais la version définitive devrait se contenter d'environ 18 kWh.
Le but de Transition One est de proposer un ensemble aisément adaptable au plus grand nombre possible de citadines, pour des questions d'économie d'échelle et de temps de main d'oeuvre : Renault Twingo 2, Fiat 500, Citroën C1, Peugeot 107, Toyota Aygo, etc. La transformation est réputée ne prendre que quatre heures.
Cinq ans d'âge minimum pour demander sa conversion à l'électrique
Il y a pléthore de candidates à la conversion puisque, ainsi que le souligne l'UTAC CERAM, toute voiture de plus de cinq d'âge est éligible. A condition, bien entendu, de trouver un professionnel habilité en mesure de réaliser les travaux. Toute autre transformation verra impitoyablement rejetée sa demande d'immatriculation. La puissance électrique maximale du véhicule ne pourra dépasser celle de son ancien moteur thermique. A charge pour les installateurs habilités de vérifier que les conditions de transformation du véhicule sont compatibles avec les exigences en matière de sécurité.
A partir du moment où le modèle de base a été homologué du temps de sa première commercialisation ; que sa nouvelle mécanique électrique a été homologuée de son côté en bonne et due forme (conforme au prototype validé par UTAC CERAM) ; et que l'ensemble a été greffé par un professionnel habilité, alors le modèle rétrofité pourra être immatriculé par son nouveau propriétaire. Cette facilité dorénavant offerte à l'automobiliste français rejoint celle offerte à ses voisins allemands et italiens depuis plusieurs années déjà.

Selon Mr Eric Bergerolle - Challenges - vendredi 3 avril 2020

Les imprimantes 3D aident à la lutte contre le Covid-19...

Pour faire face à la pandémie de coronavirus, les soignants travaillent beaucoup. Médecins, infirmiers, aides-soignants… ils doivent s’occuper d’un nombre de malades beaucoup plus important que d’habitude. Et pour ne pas tomber malades à leur tour, ils doivent se protéger. Mais les équipements manquent…

Maladie qui touche un très grand nombre de personnes en même temps, sur tout un continent voire dans le monde entier.
Alors partout en France, ainsi que dans d’autres pays, des gens leur fabriquent des protections. Comment ? Grâce à leurs imprimantes 3D, ces machines que l’on peut avoir chez soi et qui permettent de fabriquer des objets.

Entre 30 minutes et 1h30
Au sud de Rennes, Erwan Vappreau, enseignant en CM1 et CM2, utilise ses trois imprimantes 3D pour fabriquer des visières, «qui permettent, en plus du masque et des lunettes, de protéger tout le visage des postillons, dit-il. La visière, c’est comme un serre-tête qui vient se mettre devant le front. Par dessus, on met un film plastique», qui descend jusque sous le menton. Une vraie barrière face au virus.

Pour utiliser une imprimante 3D, il faut avoir le plan de l’objet que l’on veut fabriquer. Il existe beaucoup de plans de visière sur Internet, que tout le monde peut utiliser. Une imprimante classique a besoin d’encre pour fonctionner, une imprimante 3D a, elle, besoin de plastique. «Il sort fondu, il est déposé sur une surface plate et il durcit immédiatement. C’est déposé couche après couche et ça monte en épaisseur», explique Erwan Vappreau. Selon la taille des machines, il faut compter entre 30 minutes et 1h30 pour fabriquer un serre-tête de visière. Il suffit ensuite de fixer une feuille de plastique transparent dessus, et le tour est joué, la protection est prête.
Des masques de vacances transformés
En France, ils sont nombreux à fabriquer des visières pour les soignants, notamment dans des fablabs, des lieux dédiés à l’innovation technologique. Bien sûr, ils font ça gratuitement. L’idée est tellement bonne que des hôpitaux parisiens ont décidé d’installer des imprimantes dans leurs locaux, afin de fabriquer des visières mais aussi d’autres objets médicaux.

Création de nouvelles choses.
Les imprimantes 3D peuvent même faire encore mieux. Par exemple : fabriquer des respirateurs, ces machines qui aident les malades du Covid-19 à respirer. Des prototypes sont actuellement testés dans certains hôpitaux.
Premiers exemplaires construits avant la fabrication dans les usines, pour vérifier que tout fonctionne bien.
En Italie, un médecin a eu l’idée d’utiliser des masques permettant de voir et de respirer sous l’eau pour aider les malades. Comment ? En les reliant à des respirateurs, grâce à des adaptateurs spéciaux créés sur des imprimantes 3D. Depuis, ce système a été adopté dans d’autres pays, dont la France.

Decathlon, l’entreprise qui vend normalement les masques pour aller sous l’eau, a décidé de les réserver aux soignants et d’arrêter pour l’instant d’en vendre aux vacanciers qui souhaitent observer les poissons.

Liberation - vendredi 3 avril 2020

05/05/2020

Un jeu-concours pour baptiser la mission prochaine de thomas Pesquet.....

Thomas Pesquet va repartir dans la Station spatiale internationale en 2021. L’Agence spatiale européenne et le Cnes ont lancé un concours pour baptiser cette deuxième mission du Français.

CONCOURS - Thomas Pesquet va repartir dans la Station spatiale internationale en 2021. L’Agence spatiale européenne et le Cnes ont lancé un concours pour baptiser cette deuxième mission du Français
Le confinement, il en redemande. C’est officiel, après sa première mission Proxima, l’astronaute Thomas Pesquet repartira en 2021 pour passer six longs mois de plus en orbite autour de la Terre dans la Station spatiale internationale (ISS). Sur son site Internet, l'Agence spatiale européenne (ESA) indique qu’il est sur le point de rejoindre le centre d’entraînement de la Nasa, à Houston (Texas) pour préparer le voyage.

Les spécialistes ont le volet opérationnel bien en main mais il leur manque le petit plus qui fera décoller la mission : un nom. Un nom étendard qui deviendra le hashtag de ce nouveau voyage scientifique et figurera sur l’écusson de la combi spatiale de Thomas Pesquet. Et, pour le trouver, l’ESA a lancé, en collaboration avec le Cnes, un concours grand public, relayé par le spationaute en personne sur son compte twittter.

— Thomas Pesquet (@Thom_astro) April 29, 2020

De quoi pimenter les jeux familiaux ou les apéros virtuels entre amis si on en a marre du Pictionnary en ligne. Cette mission, si vous l’acceptez, est à remplir via un formulaire avant le 12 mai. Avec des contraintes simples : le mot (sans trait d’union) doit être évocateur et facile à prononcer dans plusieurs langues (en particulier l’anglais et le français). Pas de nom propre, sauf allusion mythologique.

Et qu’est-ce qu’on y gagne, en plus de la fierté d’avoir contribué à la grande aventure ? Un écusson dédicacé qui aura volé dans l’ISS au retour de la mission.

Selon MMe Hélène Ménal - 20 Minutes - mercredi 29 avril 2020

Observations des oiseaux, papillons et insectes en hausse pendant le confinement...

Les observations réalisées par des naturalistes amateurs sont en forte hausse depuis le début du confinement.
Des merles, des moineaux, des mésanges bleues ou charbonnières, des pinsons des bois, des tourterelles… C’est un déluge de signalements qui s’abat cette année sur le site Oiseaux des jardins. Le programme de «science participative», créé en 2012 par le Muséum national d’histoire naturelle et la Ligue pour la protection des oiseaux, recueille tout au long de l’année les observations réalisées par des naturalistes amateurs depuis leur balcon, leur fenêtre ou leur jardin. Elles sont en forte hausse depuis le début du confinement - avec près de 14.000 nouveaux comptes créés sur la plateforme électronique. «Nous avons reçu 330.000 signalements depuis le 16 mars, un record! L’année se finira avec une masse de données exceptionnelle», se réjouit Frédéric Jiguet, chercheur au Muséum.
Ces observations, réalisées en ville ou à la campagne, vont rejoindre la base de données utilisée par les ornithologues pour mener à bien leurs recherches. De nombreuses études sur les oiseaux, les insectes pollinisateurs ou les papillons ont ainsi été menées grâce à la science participative. La dernière en date montre que les petits oiseaux agricoles comme le bruant ou le moineau friquet sont plus dépendants, en hiver, des mangeoires installées dans les jardins dans les régions où l’agriculture est intensive.
Une participation large du public est précieuse, précise Frédéric Jiguet: «Plus les données sont nombreuses, plus on pourra estimer avec précision la taille des populations d’oiseaux. Cela nous permettra par exemple de vérifier la présence du merle noir sur tout le territoire. Nous sommes inquiets de l’état de l’espèce dans certains départements où l’oiseau a été décimé il y a deux ans par un virus (non transmissible à l’homme).» Le décompte du grand public est d’autant plus attendu que les scientifiques sont confinés à domicile, et les campagnes de baguage des oisillons suspendues.
Aiguiser sa sensibilité
Nul besoin de connaître les oiseaux des jardins sur le bout des doigts pour participer au programme, il est accessible à tous. Sur le site internet, les espèces
à compter sont décrites et présentées sous forme de petites vignettes sur lesquelles il suffit de cliquer pour déclarer le nombre d’oiseaux repérés. Les signalements sont ensuite validés par des ornithologues expérimentés - submergés en ce printemps par la quantité de signalements reçus. Il n’est pas toujours facile de reconnaître le gobe-mouches gris ou de distinguer la mésange noire de sa cousine charbonnière, alors ils sont vigilants.
Au-delà de la hausse des signalements, cette pause forcée à nos balcons pourrait avoir d’autres vertus. «Prendre le temps d’observer la nature, même si ce n’est que quelques minutes par jour, est bon pour le moral, remarque Anne Dozières, directrice du programme de science participative du Muséum, Vigie-Nature. De nombreux participants nous disent que cela les aide à passer le cap du confinement.» Les défenseurs de la nature espèrent aussi que cette parenthèse permettra d’aiguiser la sensibilité écologique des nouveaux venus. C’est probable. Il a été observé que la participation à ces campagnes d’observation enrichit la connaissance des espèces, et conduit à l’adoption de comportements plus vertueux. Selon une étude, les participants à un programme d’observation des papillons ont ainsi tendance à changer leurs pratiques de jardinage au fil du temps, bannissant les pesticides et semant plus d’espèces riches en nectar.
Les données recueillies pendant le confinement devraient enfin aider à mieux appréhender les effets de cette période inédite sur la biodiversité. Quel sera l’impact à plus long terme de cette pause des activités humaines? Selon le président de la Ligue pour la protection des oiseaux, Allain Bougrain-Dubourg, certaines espèces animales auront profité d’un répit appréciable en pleine période de reproduction. «En l’absence de voitures, les hérissons, dont 1,8 million sont écrasés chaque année sur les routes, les reinettes, très sensibles à la pollution sonore, ou encore les crapauds, auront pu transhumer en sécurité, dit-il. Cette année aussi, les gravelots, ces petits oiseaux de bord de mer, pourront en Bretagne nidifier dans les cailloux sans être dérangés par la présence humaine.»

Il est possible d'approfondir le thème en se connectant sur  www.faune-france.org (Lyliane)

www.faune-france.org

Selon Mme Delphine Chayet - Le Figaro - jeudi 16 avril 2020