Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2020

Enfance maltraitée: un programme bouleversant par Mme Mélissa Theuriau...

France 2 consacre sa soirée du mercredi 18 novembre à la maltraitance infantile avec deux programmes bouleversants, dont « Bouche cousue » produit par la journaliste.

Après Itinéraire d’un enfant placé ou Rencontre avec mon agresseur, Mélissa Theuriau livre un nouveau documentaire bouleversant sur l’enfance maltraitée, dans lequel témoigne Thierry Beccaro. La journaliste nous en dit plus.
La grande majorité des documentaires que vous produisez évoquent l’enfance. C’est votre dada ?
Un sujet en entraînant un autre, je me rends compte en effet que je tire depuis quelques années sur le fil des drames de l’enfance. Pour cette simple raison qu’ils fracassent ceux qui en sont victimes et qu’il est absolument nécessaire de les évoquer, afin de montrer ce qui est fait, ce qui ne l’est pas et ce qui devrait l’être, mais aussi d’informer les téléspectateurs et d’aider ces futurs adultes à vivre peut-être un peu moins dans la culpabilité, la colère et la souffrance.
Pourquoi avoir rebaptisé ce documentaire Bouche cousue ?
Les enfants maltraités ne parlent pas. L’amour indéfectible qu’ils éprouvent pour leurs parents, la confiance qu’ils ont en eux, leur dépendance, la manipulation, l’injonction au silence les obligent à se taire. Le titre de travail reprenait ainsi la vieille expression « motus et bouche cousue ». Et voilà qu’en rencontrant Thierry Beccaro, qui a accepté de nous apporter son témoignage, il lui est soudain apparu qu’il a été pendant des années l’animateur du jeu Motus. Il est devenu évident de le rebaptiser Bouche cousue. Lui-même a dit que c’était là une manière de boucler la boucle.
Que raconte le film ?
Il montre comment le juge pour enfants Édouard Durand parvient à libérer la parole de ceux, certains tout petits, qui chaque jour passent dans son bureau. Il dit aussi, grâce aux témoignages d’adultes résilients, dont Thierry, comment on arrive à se relever et à avancer après cet immense traumatisme. Il évoque ce que l’État met en œuvre pour aider, pour extraire, pour éduquer, pour prévenir. De fait, Bouche cousue ne montre pas seulement le désespoir. La réalisatrice et moi-même avions aussi à cœur de montrer qu’il est possible de se reconstruire.
Les statistiques sont terribles et l’on parle toujours des défaillances du fonctionnement de l’Aide sociale à l’enfance… Qu’en pensez-vous ?
Je suis extrêmement prudente dans mes enquêtes et dans la façon dont nous traitons les sujets. Et, s’il me semble absolument indispensable d’évoquer les dysfonctionnements, il me semble tout aussi nécessaire de montrer les progrès d’un système qui a été profondément réformé en 2007, puis en 2016. C’est donc tout récent. Ce qui ne change rien à l’urgence et à la nécessité d’être vigilant. Beaucoup de choses ont été faites. Beaucoup de choses sont à faire encore… Et il y a aura d’autres documentaires.

« Bouche cousue » à 22 h 30 sur France 2.

Selon Mme Julia BAUDIN / TV MagazineMargaux T... - Ouest-France - mercredi 18 novembre 2020

Écrire un commentaire