Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2019

De nouveaux masques de relaxation...

De nouveaux masques existent, écrit Mme Carole de Landtsheer dans le journal Fémina, pour nous détendre et nous permettre de nous adapter à un environnement fatigant ou bruyant. 42% des français en effet se disent gênés par une source lumineuse lorsqu'ils s'endorment. D'où l'utilité des masques ocultants créant une obscurité favorable au sommeil.

Tout d'abord, un masque blanc au design futuriste, qui pèse 318 g et fait un peu de bruit à cause de son moteur interne: l'Isee 4 Breo. Il peut aider à lâcher-prise et à se détendre. Il est cependant contre-indiqué aux personnes hypertendues, hypotendues ou souffrant de maladies oculaires. Il est vendu avec son chargeur 130 euros chez Nature et Découvertes.

Pour voyager zen en avion ou en train, on peut choisir un masque souple en tissu noir, le Ho Medics, qui possède des écouteurs intégrés. Il fonctionne avec des piles et coûte seulement 25 euros chez Boulanger. Par contre, le Sleepace fonctionne avec l'application Sleepace à télécharger sur App Store et Google Play. Il est recommandé aux personnes ayant du mal à s'endormir et existe en 3 tailles chez Nature et Découvertes au prix de 30 euros environ.

Enfin, "pour dompter le stress" l'Hypnos, appareillé de 6 ampoules Led et d'un système de vibration. Il est souple léger et rechargeable sur un port USB. Il possède des sessions  gratuites d'hypnose et des visualisations positives. Il coûte cependant 199 euros sur dreaminzzz.com, mais les écouteurs ne sont pas fournis.

Lyliane

02/09/2019

Des thérapeutes se déplacent à l'ancienne...

Selon un article de Mme Amandine Roussel, dans le journal Nous, des thérapeutes proposent de venir à domicile soigner des patients. Il s'agit tout d'abord de Mme Charlène Ferrage, orthopédiste à Fréjus, qui se déplace en camion sans aucun supplément, car elle préfère le contact direct et une vie ambulante à un travail en cabinet. Elle assemble par exemple chez elle des semelles et des orthèses pour diverses pathologies. puis elle les livre à des hôpitaux, des cliniques ou des particuliers de l'arrière-pays entre Fréjus et St Raphaël. Offrir un vrai service et du sur-mesure est en effet  son but. On peut la contacter sur Facebook (cf orthopédie).

Dans le même état d'esprit se trouve Mr Pierre-Louis Billant, ostéopathe à Nice qui se déplace à domicile chez des particuliers ou dans des entreprises sur sa bicyclette. Mr Jonathan Trullard, dans Nous, décrit ses journées  d'ostéopathe à domicile, spécialisé notamment dans les troubles crâniens. Mr Billant accepte les RV  de 8H à 22H dans les secteurs de Nice Centre ou de Nice Nord. Le vélo lui permet de se déplacer rapidement. Il facture son déplacement et il construit peu à peu son réseau sur Nice nommé Cycl'ostéo. Le concept existait déjà à Lyon, Bordeaux, Nantes et Toulouse, d'où est originaire le fondateur du groupe. Tout renseignement sur: www.cyclosteo.fr.

Lyliane

01/09/2019

Isoler sa maison du sol au plafond sans gaspillage...

Les Compagnons de l'Habitat sont des spécialistes de l'isolation dans le respect de l'environnement. Laine de roche volcanique ou laine de verre en rouleau, en panneau ou soufflée, grâce à un procédé automatisé, l'entreprise isole la maison du sol au plafond, que ce soit pour des planchers rampants de toits, des greniers et des combles perdus...

L'objectif est de réduire la facture et les déperditions thermiques qui peuvent aller jusqu'à 30%  en cas de mauvaise isolation de la toiture. Pour l'isolation par soufflage, la pose est simple et rapide: après un détuilage partiel (appelé trou d'homme), les flocons de laine de roche ou de verre sont soufflés jusqu'à l'obtention d'un matelas de 32 cm d'épaisseur, équivalent à une résistance thermique de R=7m2 K/W.

L'intervention s'effectue par l'extérieur (pas de poussière) et garantit une isolation durable et optimale pour 50 ans environ. Les Compagnons de l'Habitat de votre département retirent l'ancien isolant stockent les déchets dans des sacs avant de les évacuer vers une déchetterie. Ils effectuent également un repérage systématique des boitiers électriques avant d'intervenir.

La société est membre de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) et elle offre une prime d'énergie qui s'ajoute au crédit d'impôt de 30% en vigueur, mesure gouvernementale prolongée jusqu'au 31/12/2019, uniquement pour les travaux d'isolation des toitures. Avec eux, pas de sous-traitance et garantie décennale assurée. Pour tout renseignement, s'adresser par exemple pour la région parisienne à www.isolation-toiture-yvelines78.fr.

Lyliane

29/08/2019

En finir avec les bateaux pollueurs...

Je relève, dans "Courrier International", un long article au sujet des 200 plus gros navires qui produiraient autant de dioxyde de soufre que l'ensemble des automobiles en circulation dans le monde. A compter de janvier 2020, une nouvelle réglementation visera à réduire ces émissions. C'est un premier pas dans ce secteur fondamental pour le commerce mondial et le tourisme selon le Financial Times et le journal croate Express. Ces mesures devraient permettre de réduire d'au moins 50% les gaz à effet de serre ( GES) d'ici à 2050.

Le transport maritime est le poumon de l'économie mondiale. Plus de 90 000 navires sillonnent, en effet, les mers du globe pour acheminer pétrole, minerais, jouets, aliments et touristes. Et il faut savoir que le fioul du transport maritime a une concentration en soufre 3500 fois supérieure à celle du diésel. Les dommages que cause le dioxyde de soufre, d'oxydes d'azote et de particules se font au détriment des habitants des zones littorales et des ports d'Asie essentiellement. Il y a de ce fait de nombreux cas d'asthme infantile et des décès prématurés ( plus de 1000 morts par jour).

Ces gros bateaux produisent aussi 2 ou 3% des émissions mondiales de GES, tels que le dioxyde de carbone. En Europe, Barcelone est le port le plus pollué par les émissions d'oxydes de soufre des paquebots de tourisme. Venise souffre aussi des grands bateaux qui passent au milieu de la lagune et provoquent des ondes qui endommagent à long terme les fondements de la ville. En guise de solutions, il a été évoqué la possibilité de réduire la vitesse des bateaux, mais les pourparlers n'ont pas abouti jusqu'ici. Certains étudient la transformation de ces bateaux en ferries électriques. Quoi qu'il en soit, le respect des nouvelles règles dépendra de la capacité des gouvernements à exercer des contrôles  et à rendre leur application obligatoire... A nous de les demander à nos représentants et de veiller à choisir les moyens de transport les moins polluants!

Lyliane

28/08/2019

Des infusions tout à fait originales...

Dans Version Fémina, Mme Ingrid Haberfeld nous invite à renouveler le concept des infusions. Elle s'appuie sur des recettes concoctées par Mme Sylvie Hampikian, pharmaco-toxicologue et spécialiste des plantes. La fameuse "tisane" ne se cantonne pas au tilleul et à la camomille, en effet, car voici des infusions proposées avec des aliments courants.

Contre les douleurs des articulations ou pour atténuer crampes et courbatures après une séance de sport, préparez - vous une boisson chaude à partir de curcuma. Cette racine est bien connue pour ses effets anti-inflammatoires. Portez à frémissement 200 ml d'eau et ajoutez 1/2 cuillère à café de curcuma en poudre et une pincée de poivre. Laissez infuser 10 minutes avant de filtrer et d'en boire une tasse.

L'infusion à la banane permet de réduire le temps d'endormissement, grâce à la mélatonine que renferme ce fruit. Mettez une banane entière sans la peau dans 250 ml d'eau bouillante pendant 10 minutes. Filtrez , puis ajoutez une pincée de cannelle  et éventuellement une cuillère à café de miel d'oranger aux propriétés sédatives. Prendre l'infusion entre 30 et 45 minutes avant de se mettre au lit.

Contre le mal de gorge, misez sur l'oignon. "Ce légume possède en effet des propriétés antibactériennes et antiseptiques grâce à sa richesse en antioxydants". Plongez un oignon entier de taille moyenne dans une casserole et faites le bouillir dans 400 ml d'eau pendant 15 minutes. Laissez reposer 5 minutes avant de filtrer, puis ajouter éventuellement une cuillère à café de miel. boire en deux ou trois fois tout au long de la journée.

"Si vous êtes fatigué, faites confiance à la noix de kola, un fruit à l'origine de la fameuse boisson gazeuse qui contient 2,5% de caféine". Pour se requinquer lors des changements de saison, ce stimulant est idéal! Versez une cuillère à café de poudre de kola (achetée en herboristerie) dans 250 ml d'eau à porter à ébullition pendant 10 minutes avant de filtrer.  A consommer le matin.

Une infusion aux baies de genièvre permet de lutter contre la rétention d'eau. Ces baies, en effet, contiennent une huile essentielle aux propriétés diurétiques et assainissantes des voies urinaires. Attention, cette infusion ne doit pas être utilisée en cas de grossesse, d'allaitement et d'insuffisance rénale. Mettez 2g de baies sèchées (bio si possible) dans une tasse de 150 ml et versez de l'eau frémissante. Puis, laissez infuser 10 minutes et filtrer. En boire 1 à 2 tasses par jour.

Pour rester en forme, l'article souligne l'intérêt de laisser infuser des fèves de cacao (4 environ) dans 300 ml d'eau bouillante pendant 10 minutes. De même, pour lutter contre le stress, jetez une poignée de pelures de pommes bio dans un litre d'eau frémissante pendant 15 minutes environ.

Froides ou chaudes, ces infusions combinent l'utile à l'agréable!  N'hésitez pas à les essayer!

Lyliane

27/08/2019

L'applique Yuka permet de décrypter la composition des produits alimentaires...

J'ai découvert il y a peu de temps qu'on peut installer une application nommée Yuka sous IOS ou Android, afin de scanner les codes-barres des produits alimentaires. Son utilité est de connaître leur qualité nutritionnelle et la présence éventuelle d'additifs ou au contraire leur label bio. L'appli fonctionne grâce aux préconisations de Mr Serge Hercberg, professeur de nutrition santé.

Chaque produit analysé est noté sur 100 et classé selon un code de couleurs vert, orange ou rouge. De plus, une fiche indique les qualités et les défauts du produit. Si le code est vert, pas de souci, mais si le code est orange ou rouge, Yuka propose au consommateur des produits similaires meilleurs pour la santé. Quand on fait ses courses, cela  fait la différence! Alors, pourquoi ne pas installer cette appli?
Lyliane

26/08/2019

Vertus thérapeutiques des plantes...

 

Les vertus thérapeutiques des plantes

Les plantes sont un peu comme les bonnes fées. 

Bon, elles ne se penchent pas sur notre berceau à la naissance, mais chacune d’elles possède ses pouvoirs particuliers. 

Le problème, c’est que les scientifiques ont donné des termes parfois compliqués (et pas très poétiques) à ces « dons » de la nature. 

Saurez-vous les reconnaître ? 

Adaptogène 

Le terme désigne les plantes qui produisent un effet tonifiant sur l’organisme. Elles lui permettent de mieux supporter le stress et stimulent le système immunitaire. On peut citer par exemple l’éleuthérocoque ou le ginseng

Amère 

Ce type de plantes stimule la digestion et provoque l’appétit. Il est donc conseillé de les prendre en début de repas. La gentiane entre dans cette catégorie. 

Analgésique 

Se dit des plantes qui soulagent la douleur, comme la lavande et la camomille

Antiseptique

Ces plantes luttent contre les infections en s’opposant à la prolifération de microbes. Elles peuvent agir par voie interne et externe. C’est le cas de beaucoup d’herbes aromatiques comme le cumin, le fenouil, le persil, le céleri, l’anis, la menthe et l’origan

Aphrodisiaque 

Ce sont des plantes stimulantes connues pour avoir une action sur la libido (gingembre, safran, ginseng…). 

Astringente 

Ce type de plante possède la capacité de resserrer les tissus, capillaires et orifices. Elles diminuent également les diverses sécrétions produites par les glandes et les muqueuses. Elles sont donc couramment employées en cas de diarrhées, hémorragie et angine. Sont concernées : l’aigremoine, l’airelle, la bistorte, le coing, le cyprès, le noyer et l’ortie

Carminative 

Elles favorisent l’expulsion des gaz de l’intestin, comme le fenouil, la mélisse, l’anis ou encore la badiane

Dépurative 

Se dit d’une plante qui purifie le sang et nettoie l’organisme des toxines en les expulsant par la peau (sudorifique : bardane, bourrache), les reins (diurétiques : bruyère, busserole) ou les intestins (purgatif ou laxatif : bardane, chicorée, salsepareille). 

Diurétique 

Elles agissent sur les voies urinaires. Certaines, comme le chiendent et le poireau, augmentent le volume des urines. D’autres, comme l’asperge, le bouleau, le fenouil et l’oignon contribuent à l’élimination des chlorures. 

Elles sont utiles en cas d’œdème rénal ou cardiaque. Le cassis, le frêne, la pomme peuvent être utilisés en cas de surplus d’urée dans le sang. Et pour finir, les baies de genévrier, la verge d’or, la bruyère et la busserole permettent de soulager les inconforts liés aux troubles urinaires (cystite, néphrite, prostatite). 

Émollientes 

Qui aident à relâcher les tissus et calmer l’inflammation (l’action opposée des plantes astringentes). C’est le cas de l’amande douce, de la consoude ou encore de la mauve

Galactogène 

Intéressantes surtout pour les femmes allaitantes, les plantes galactogènes favorisent la lactation (fenouil, anis, cumin…). 

Pectorale 

Ce sont toutes les plantes qui aident en cas de maladie des bronches, des poumons et du larynx (taux, maux de gorge, bronchite…). 

Purgative 

Ces plantes provoquent l’évacuation du contenu de l’intestin, de façon encore plus puissante qu’une plante laxative. Parmi celles-ci, on peut citer le liseron et les baies de nerprun

Stimulante 

Ces plantes tonifient l’organisme de façon générale. Elles stimulent le système nerveux et vasculaire. On peut citer : l’absinthe, l’angélique, le café, l’armoise, la cannelle, la coriandre, le romarin, etc. 

Tonique 

Elles fortifient l’organisme en général, redonnent de l’énergie, de la tonicité au corps et stimulent l’activité des organes. Par exemple : centaurée, chicorée, gentiane, cassis, aigremoine. On appelle aussi ces plantes « fortifiantes ».

Et bien d’autres encore…

La liste est encore longue : analeptique (fortifiantes), antiémétiques (qui empêche les vomissements), antispasmodique (qui apaisent les spasmes), cholagogues (qui agit positivement sur la bile et le foie), emménagogues (qui favorisent les règles), hépatique (qui soutiennent le foie), sudorifiques (qui stimulent la transpiration), vermifuge (qui s’attaquent aux vers)… 

Si j’ai oublié d’autres termes de phytothérapie qui vous paraissent importants, je vous invite à compléter ce glossaire en m’envoyant un commentaire (cliquez ici pour m’écrire). 

Je vous enverrai alors une nouvelle version plus complète qui tient compte de vos ajouts. 

En attendant, si vous débutez en phytothérapie, n’hésitez pas à imprimer cette lettre et à la garder à proximité de vos tisanes. 

J’espère qu’elle vous sera utile. 

Amicalement, 

Florent Cavaler

 



 

25/08/2019

Deuxièmes vies pour de nouvelles créations dans les Alpes Maritimes...

En 1999, écrit Mme Aurore Harrouis dans la revue hebdomadaire Nous, a été créee l'Association Bois des ILES (pour insertion locale et économique solidaire), afin de récupérer les arbres tombés aux îles de Lérins (06) lors de la tempête. Avec le bois, il semblait possible de donner du travail à de nombreuses personnes et de le transformer en objets usuels: jeux, étuis... Ce qui fut fait et motiva pas mal de bénévoles.

En 2010, l'association, installée à Cannes, décida de récupérer des bâches publicitaires en plastique usagées auprès des communes dans tout le département 06. Le nom de l'association devint donc "Résines de l'Esterel" en 2018. Une trentaine de personnes, éloignées de l'emploi depuis longtemps, saisirent leur chance et furent employées sur le chantier d'insertion. Avec les morceaux de bâches colorés, elles confectionnaient notamment dans l'atelier d'éco-maroquinerie des sacs, des pochettes et d'autres objets originaux.

Une formatrice, assistée d'autres encadrantes, chapeaute encore aujourd'hui le travail des volontaires dans un atelier de Cannes la Bocca. Coudre à la machine, apprendre des points, s'essayer à la broderie, savoir poser des fermetures à glissières et trouver des motifs nouveaux les occupent  dans une ambiance détendue. Depuis 2016, une "repasserie" d'insertion à côté de la laverie Bulle de Savon a été ouverte. Un atelier de retouches par des couturières en réinsertion professionnelle commence à fonctionner également.

Ainsi, grâce à ces initiatives, entre 50 et 60% des personnes sortent avec une solution de retour à l'emploi. Elles retrouvent particulièrement confiance en elles et elles ont pour la plupart envie à leur tour de transmettre leur expérience. Après des années de galère, il y a place pour retrouver une orientation nouvelle et se sentir utile... Pourquoi donc ne pas lancer des associations similaires en s'appuyant sur des municipalités dans d'autres régions de France?

Pour tout renseignement, consulter sur internet: www.resinesesterel.fr ou par mail :contact@resinesesterel.fr  ou www.larepasserie.com ou même aller à la boutique d'Upcycling , 4, Rue St Vincent-de-Paul à Cannes la Bocca (06). Elle est ouverte du mardi au vendredi entre 10H30 et 12H30, puis  entre 14h et 18H30 et le samedi entre 9H et 13H.

Lyliane

 

23/08/2019

Une radio qui permet de faire entrer les auditeurs "dans le paysage"...

Un article de Mme Tiphaine Cicéron dans le journal Télérama nous présente un ancien guide de montagne, Mr Patrick  Avakian, qui après avoir gravi moult sommets du monde s'attache actuellement à sensibiliser en 30 minutes les auditrices et auditeurs de Soundcloud H 1000 ( qui passe sur 35 radios locales ) à des sons enregistrés dans la montagne des Pyrénées. En randonnant sac au dos, été comme hiver, et en enregistrant les sons de la nature, Mr Avakian communique la "mémoire sonore" des bois et des sommets pyrénéens qu'il parcourt.

Ce passionné de nature, originaire de l'Ariège, qui a fait ses armes à Radio Campus Toulouse depuis 1986, a été récompensé à plusieurs reprises: prix Pyrène en 2000 et 2011, prix Phonurgia Nova en 2016, en catégorie Field Recording. Il fait lui-même la promotion des radios locales, "moins formatées, donnant une ouverture sur la création sonore sans limites". Le guide s'inquiète toutefois des changements qu'il perçoit: forêts peu à peu vidées d'oiseaux et d'insectes, pollution aérienne continuelle...

Bravo à une telle initiative qui nous change de la musique habituelle et des nouvelles en continu diffusées ailleurs! Le brame du cerf, le son des grillons, les craquements ténus de la fonte des neiges, les bruissements des feuilles des arbres..., tout cela nous  permet de lâcher-prise, de rêver à de grands espaces et de vivre de belles émotions. Faisons la promotion de ces "randonnées sonores" qsui nous reconnectent à la nature. Tout contact grâce à www.h1000.free.fr.

Lyliane

22/08/2019

Nutrition saine et consciente...

Dans Valeurs Mutualistes du 2ème trimestre 2019, un article de Mme Katia Vilarasau a retenu mon attention. Il concerne notamment les recommandations alimentaires et les activité physique diffusées depuis 2001 dans le cadre du Programme national nutrition santé (PNNS) réactualisées par l'Agence de Santé publique France récemment. Si les slogans "Mangez 5 fruits et légumes par jour" et "mangez bougez" restent d'actualité, ils ont été revus et modulés par l'ensemble des experts. Et, de plus en plus, 60 minutes de marche sont recommandées à tous chaque jour pour éviter la sédentarité.

Les nouvelles recommandations nutritionnelles portent sur trois points principaux. Tout d'abord, augmenter la part de légumineuses et de fruits à coques. L'accent, en effet, est mis  sur les légumes secs, pois chiches, lentilles et sur les fruits à coque sans sel ajouté: amandes, noix, pistaches. Dans le même esprit sont préconisés les féculents: pain, pâtes et riz complets ainsi que certaines huiles (colza, noix ) en plus de l'huile d'olive.

La seconde recommandation est de réduire la consommation de produits transformés et particulièrement de viande, de charcuterie et de produits industriels comme pizzas, lasagnes, conserves... Par contre, deux produits laitiers par jour ( laits de vache, de chèvres ou laits végétaux en cas d'intolérance au lactose) sont recommandés pour les adultes et trois ou quatre pour les enfants, les adolescents et les personnes âgées que ce soit par des yaourts, des fromages ou des boissons lactées.

Enfin, pour la première fois en France, les nouvelles recommandations nutritionnelles intègrent l'environnement en encourageant notamment  la consommation d'aliments de saison, produits localement et si possible bio. Il faut en outre réaliser que pour nourrir bientôt 10 milliards de terriens tout en préservant l'environnement, il faudrait réduire  de plus de 50% la consommation de sucres ajoutés et de viande rouge dans les pays développés et augmenter la consommation mondiale de noix, de fruits et de légumes frais.

Comme quoi ce qui est bon pour la nature est également favorable à notre santé! A nous d'en tenir compte,d'acheter à des producteurs locaux et de boycotter produits transformés industriellement et viande rouge... Car des protéines se trouvent en abondance dans des végétaux délicieux à déguster et de petits poissons gras.

Lyliane

20/08/2019

Les ânes de Provence comme compagnons de randonnée...

Pendant longtemps, l'âne a eu la réputation d'être un animal têtu et ombrageux. Pourtant "ce sont des quadrupèdes super-intelligents, dociles et facilement habitués aux enfants" nous dit Mr Laurent Carrera, qui a aménagé autour d'eux une ferme dans le Var. Mme Nathalie Brun dans le journal Nous, est, en effet, allée l'interviewer au domaine de l'Estagnol à Bormes-les-Mimosas (83), où sa fille prénommée Maélia a expérimenté les ânes dès son enfance comme animaux de compagnie.

Aujourd'hui, Maélia et son père  en possèdent 9, plus une dizaine en gardiennage pour le débroussaillage. Basés à La Londe, station touristique du bord de mer, ils proposent hors vacances des tours aux enfants ou organisent des randonnées à dos d'ânes dans le Massif des Maures quand celui-ci est ouvert au public (3 euros le tour par personne). La plupart des animaux ont été récupérés et vivent là paisiblement jusqu'à leur mort.

Mr Laurent Carrera et sa fille, depuis 5 ans, rassemblent ces ânes l'été, à peu de distance du fort de Brégançon, dans une mini-ferme ouverte au public dans le parc de l'Estagnol. Outre les ânes, il y a des chevaux, des chèvres, des oies, des canards de Barbarie, des poules... Des promenades en calèches, des journées pour mariages et  anniversaires sur place peuvent aussi être organisées à des prix raisonnables. Pour tout renseignement, consulter la page Facebook: les Anes de Maélia, téléphoner au 06 21 34 08 22  ou envoyer un mail à : lesanesdemaelia@gmail.com.

Lyliane

19/08/2019

Une maison container en kit...

Mme Karine Michel dans le journal "Nous" est allée voir à La Roquette sur Siagne Mr Christophe Manzone, jardinier de son état, qui a eu l'idée de faire construire une maison pour son fils à partir d'anciens containers de frêt maritime. De l'extérieur, quand il y a eu habillage, rien ne laisse deviner pourtant que la construction a été réalisée à partir de containers. Ce type de construction revient de 30 à 40 % moins cher que la construction traditionnelle. Il faut en effet compter environ 10 000 euros pour l'utilisation d'un container de 20 pieds c'est à dire de 6 mètres de long. La seule contrainte est le transport en semi-remorque jusqu'au terrain.

La réalisation de la maison de son fils Maxime donc a été confiée à l'entreprise varoise Maison Eco 3. L'assemblage a eu lieu à Brignoles où est installée cette entreprise. 75% des aménagements, y compris intérieurs, ont été effectués dans cette usine de 2000 m2. L'entreprise Maison Eco 3 a été fondée il y a 2 ans par Mr Christian Meli, pdg de la société. Elle compte aujourd'hui sept salariés à Brignoles et s'appuie sur un réseau de "Eco3 partner" pour distribuer le concept en France.

L'avantage est de pouvoir recycler des matériaux en fin de vie et d'isoler assez facilement et à moindre coût des locaux. De plus, le délai de construction est réduit de moitié. Pour composer la maison de Mr Maxime Manzone, il a fallu 4 containers, deux de 12 mètres  et deux de 6 mètres. Le coût total de la construction a été de 105 000 euros, plus 130 000 euros d'aménagements extérieurs. Chaque container en fait est posé et scellé à des plots en béton. Ainsi, ces maisons antisismiques et anticycloniques sont conformes à la réglementation thermique RT 2012.

Le Pdg ne choisit que des containers ayant servi au transport de céréales et ayant une hauteur sous plafond de 2,90 mètres. Récupérés au port de Marseille et acheminés par camions à Brignoles, ils y sont reconditionnés selon des plans précis. Les ouvriers ne gardent que les parois extérieures et recréent les ouvertures, isolent selon le type de logement désiré. Ils travaillent avec des architectes conseils habitués au concept. Tout est fait en usine et seules les jonctions entre containers sont réalisées sur le terrain. Le constructeur bénéficie de la garantie décennale à compter de la réception des travaux.

Pour tout renseignement, s'adresser à Maison Eco 3 , 110 Rue des Genêts à Brignoles  (83) et par téléphone du lundi au vendredi de 9H à 12H puis de 14h à 18h au: 04 89 21 77 51. Par internet, contacter le site:www.maisoneco3.com

Lyliane

15/08/2019

Découvrir le "postural ball"...

Mme Karine Michel, dans le journal Nous, expose les bienfaits de ces gros ballons souples et ergonomiques que certains professeurs de sport utilisent depuis 2012 et qu'ils nomment: postural ou swiss ball. Ce concept de santé a été créé par Mme Nadine Garcia et il s'adresse en particulier "à toutes les personnes stressées et qui ont des problèmes de dos. Cela consiste pendant une heure, après un échauffement, en une alternance de postures statiques à tenir environ 20 secondes avec des étirements passifs et un peu de relaxation". Comme le ballon rend l'exercice instable, on sollicite sa ceinture abdominale et ses muscles profonds. C'est en fait un travail de gainage et de recherche d'équilibre.

Les élèves pour la plupart apprécient le côté ludique de la discipline et se sentent "redevenir des enfants" grâce au ballon qui a un côté rassurant. En effet, chaque changement de position se fait en gardant le contact avec le ballon. Le professeur d'éducation physique interviewé a monté son association nommée Sport's dance il y a 9 ans. Elle donne aussi des cours de zumba et peut prendre en charge des personnes handicapées. Elle s'appelle Mme Sandrine Lurçon et enseigne dans le Var à La Valette et au Cannet des Maures (83). Les tarifs pratiqués sont d'environ 10 euros le cours et 200 euros pour l'année. Pour tout renseignement, s'adresser au 06 75 87 16 07.

12/08/2019

Le biomimétisme ou l'imitation du vivant comme support de création...

Dans le journal Télérama, un dossier passionnant concernant le biomimétisme a attiré mon attention. Si les scientifiques s'intéressent à l'ours, qui hiberne 5 à 7 mois sans dommage pour sa santé ou à l'éléphant tout comme à la mouette argentée, c'est la plupart du temps pour rendre plus résistants les êtres humains et pour améliorer leurs performances techniques ou économiques. Il faut toutefois reconnaître, relève l'auteur de l'article, que "lorsqu'ils essayent de copier quelques-unes des 10 millions d'espèces vivantes, animales ou végétales sur la planète, les chercheurs de tous bords sont émerveillés par le formidable laboratoire naturel qui évolue depuis près de 4 milliards d'années autour de nous". En effet, depuis l'apparition de la vie sur terre, la nature ne cesse d'adapter, de modifier, de rendre plus performantes ou plus résistantes la plupart des espèces vivantes.

Là où je trouve l'article particulièrement porteur d'un message pertinent, c'est à travers la définition du biomimétisme donnée en 1997 par la biologiste américaine Mme Janine Benyus: "c'est une approche humble où la gratitude l'emporte sur l'avidité; une forme de sagesse économique, scientifique  et technologique". De même j'apprécie le témoignage de Mr Gilles Boeuf, qui est à la tête du Conseil scientifique de l'Agence Française pour la biodiversité. Ce biologiste dit notamment:" réapprenons à regarder la nature, car tout ce qui s'y passe est prodigieux. Plutôt que de tout casser et de tout exploiter, inspirons-nous de ses règles fondamentales: le vivant recourt à très peu d'énergie et ne gaspille pas. Il ne maximise pas, il optimise et lorsqu'il innove, en choisissant des substances qu'il sait dégrader, il le fait pour tous et non pour les plus puissants". D'après Mr Boeuf, ce serait cela la véritable écologie!

Ainsi que le rappelle l'article de Télérama, le savant Mr Albert Einstein l'avait déjà affirmé: " Tout ce que vous pouvez imaginer, la nature l'a déjà créé". Et Mr Léonard de Vinci observant le vol des oiseaux n'avait-il pas dit bien auparavant?: "Scrute la nature, c'est là qu'est ton futur!"  Aussi bien en océanographie que dans les domaines médicaux et technologiques, des découvertes s'effectuent un peu partout dans le monde (Japon, Allemagne, Suisse...), en observant les espèces vivantes et nous pouvons nous en réjouir. En France, à Senlis dans l'Oise, le CEEBIOS, qui a vu le jour en 2015, est le Centre Européen d'Excellence en Biomimétisme. Là, des scientifiques travaillent en inter-displinarité et centralisent les travaux des équipes de chercheurs français et européens.

Toutefois, si cette reconnexion à la nature est nécessaire, ne réduisons pas pour autant le vivant à sa simple utilité pratique, plaide l'océanographe Mr François Sarano: "Partons à la rencontre des espèces pour retrouver le rapport originel au monde, car l'école de la nature est une école de la relation à l'autre, une école de paix".  Pour ouvrir nos esprits, lisons par exemple l'ouvrage de Mr Gauthier Chapelle "Le vivant comme modèle" paru chez Albin Michel ou celui de Mr Jean-Philippe Camborde "Il y a du génie dans la nature" publié aux éditions Quae. Enfin, notons dans nos agendas le" Biomim'expo", 4ème édition du grand RV du biomimétisme le 11/9/2019 à l'Hôtel de Ville (4ème arrondissement à Paris) et le 22/10/2019 à la Cité des Sciences et de l'Industrie (Paris 19ème).

Lyliane

 

10/08/2019

Pour une "justice verte": l'OMPE propose de créer une "caisse verte".

Selon Mme Agnès Farrugia dans le journal Nous, Mr Gil Emmanuel a crée en 2013  à Villeneuve-Loubet (06) une ONG pour rétablir l'équilibre entre l'homme et la Nature nommé OMPE (organisme mondial pour la protection de l'environnement). En 2015, un inventeur français habitué du Concours Lépine  Mr Raoul Parienti, a rejoint l'OMPE  et il est devenu le coordinateur d'experts scientifiques de l'association. Mr Gil Emmanuel quant à lui fourmille d'idées "pour sauver la planète" comme la dernière en date: la caisse verte. Il s'agirait notamment de pointer du doigt et de taxer les projets du Ministère qui émettent des gaz à effet de serre. Grâce à un programme informatique appelé MAGMA (Management of Green Money Application), on pourrait rendre le budget de l'Ecologie enfin transparent pour le contribuable et taxer les pollueurs. 

Il s'est entouré d'une équipe de 17 personnes (ingénieurs et de scientifiques ) et l'OMPE compte à ce jour 150 adhérents et 13500 membres sur les réseaux sociaux. Mr Gil Emmanuel s'était même proposé pour remplacer Mr Nicolas Hulot en 2018 mais sa candidature n'avait pas été retenue. Au Festival de Cannes la même année, l'OMPE avait recueilli 350 signatures de stars (chanteurs, acteurs...) en soutien aux actions menées. Celles-ci vont de la récupération des plastiques dans les océans à la création de 200 parcs animaliers dans le monde. Mais jusqu'ici les institutionnels ne soutiennent pas vraiment l'OMPE, alors que, selon Mr Emmanuel, on pourrait créer des milliers d'emplois verts et faire quelque chose pour la planète pour que nos enfants notamment y respirent mieux.

L'ONG ne bénéficie d'aucune subvention et aimerait être enfin écoutée par les politiques locaux comme nationaux. Pour mener à bien son programme Magma, l'OMPE aurait besoin de 50 000 euros. Mr Gil Emmanuel espère un élan comme celui né pour sauver Notre Dame de Paris. Un tel élan international se nommerait alors "Notre Dame La Planète" et montrerait que les citoyens du monde se réveillent...

Dons, mécénat, adhésions peuvent se prendre à : contact@ompe.org ou au 04 92 02 33 55. L'adhésion annuelle est de 50 euros et donne droit à une déduction fiscale.

Lyliane

09/08/2019

Sauver le grand hamster d'Alsace, victime du Grand Contournement Ouest de Strasbourg...

Mr Vincent Rémy, dans le Journal Télérama, cherche à montrer aux lecteurs comment un petit habitant discret, le grand hamster, installé sur les terres de la plaine alsacienne depuis très longtemps, pâtit des saignées de cette autoroute appelée GCO. Le hamster autrefois a été classé "espèce nuisible", car ses terriers proliféraient. Depuis les années 1980, les associations environnementales l'ont classé dans les espèces protégées car sa population avait été décimée. Depuis 1993, il est devenu espèce en voie d'extinction. L'Office National de la Chasse a de ce fait entrepris de mener un Plan national d'action, en y engageant quelques 200 agriculteurs volontaires pour mener une gestion collective. C'est ainsi qu' en 2019, 722 terriers ont été dénombrés dans 3 zones distinctes, ce qui est loin d'être suffisant pour garantir la survie de l'espèce.

En effet, le grand hamster qui hiberne de longs mois sous terre ( d'octobre à avril environ), voit aujourd'hui son terrain d'élection (champs céréaliers essentiellement) bouleversé: pratiques agricoles intensives, monoculture du maïs et réseaux routiers.  La zone la plus fragile pour le grand hamster se trouve être le Kochersberg, traversé par le fameux GCO. C'est, en effet, un barrage infranchissable pour eux, sans oublier les dégâts collatéraux au crapaud vert, aux papillons et aux oiseaux... A tel point qu'une chercheuse du CNRS, Mme Odile Petit, travaille actuellement sur la protection du hamster sauvage en zone péri-urbaine malgré la pollution lumineuse qui contrevient à son bon développement...

Se préoccuper après coup des dégâts causés à l'environnement par des décisions unilatérales paraît relativement inconscient. En effet, la nature ne constitue-t-elle pas un écosystème dont l'équilibre est précieux car il se révèle de plus en plus fragile? Empiler des mesures compensatoires artificielles, comme le proposent Vinci et certains gros céréaliers, ne semble pas la solution, pas plus que le lâcher de hamsters d'élevage. Ne vaudrait-il pas mieux prendre en compte avant toute chose la biodiversité, le vivant, dont nous faisons partie, au lieu de constamment mettre en avant des "intérêts économiques", dont le bien fondé peut nous paraître discutable?

Merci au journaliste de Télérama de relayer par cet article les manifestations de toute une région, dont jusqu'ici les recours et combats semblent avoir été vains. Ne baissons pas les bras pour autant et continuons à imaginer que le mouvement grandissant de la transition écologique et des jeunes générations, dont on paraît bafouer l'avenir, finiront par se faire entendre de tous les êtres humains.

Lyliane

 

Comment vivre quand le loyer engloutit la quasi-totalité du salaire?

Le Journal "Et les autres?" de la Fondation Abbé Pierre part en campagne contre les expulsions de personnes en difficulté et cherche des solutions pour maintenir chez eux des travailleurs et travailleuses en difficulté. Nombreux, en effet, sont les gens qui aujourd'hui n'ont d'autre choix que de dormir dans leur voiture ou dans des conditions sanitaires minimales (campings, baraques en planches...) ou qui engloutissent dans un loyer leur maigre salaire.

La colocation est parfois possible comme à Paris dans les 19ème et 20 ème arrondissement, où une dizaine de petits logements partagés sont proposés à des personnes âgées isolées et précaires (association Ayyem Zamen). Il manque cependant une volonté politique des autorités pour agir positivement partout et éviter les expulsions (30 000 en 2017) dans notre pays. On a même vu des bancs anti-SDF se développer ça et là!

Proposons aux communes dans lesquelles nous vivons de créer des aires d'accueil décentes, de construire des préfabriqués là où des travailleurs saisonniers sont embauchés à temps partiel, de rénover partout le parc social existant, d'accompagner les familles en difficulté et de leur faire connaître leurs droits élémentaires. En Allemagne par exemple, le maire de Berlin a proposé cette année un gel des loyers pendant 5 ans. Chez nous la Loi Elan le permettrait à titre expérimental...

Pourtant, il est inacceptable de ne pouvoir se loger dignement et pire de subir le traumatisme d'une expulsion. Tout cela n'est-il pas une question de justice sociale? Nous voyons, il me semble hélas, bien peu de manifestants en colère prendre fait et cause pour cette question urgente. Ne serait-il pas temps de jouer collectif?

Pour aider la Fondation Abbé Pierre, joindre sur Internet: www. fondation-abbe-pierre.fr.

Lyliane

08/08/2019

Former des apprenants aux métiers du Web grâce à Simplon...

Mr Vincent Beltran dans le journal "Nous" est allé interviewer des créateurs de Simplon, qui ont, en 2014, implanté la première franchise Simplon en PACA et notamment à Marseille au sein de l'Ecole Centrale. Simplon est une entreprise sociale et solidaire de fabriques numériques au rayonnement national et international. C'est à Montreuil en Ile de France que le concept était né en 2013. Cette entreprise Simplon a été inspirée des bootscamps de la Silicon Valley de Californie (Etats-Unis). Depuis, d'autres lieux ont été trouvés dans le Sud de la France et de nouvelles promotions verront bientôt le jour à Nice, à La Ciotat et à Avignon, soutenues par certaines Chambres de Commerce locales. Depuis 2018, un label "grande école du numérique" a été accordée à ces formations.

La première promotion de développeurs web, formés pendant 7 mois en apprentissage intensif, a été lancée en 2016 à Cannes dans le quartier de La Frayère. C'est une formation gratuite et certifiante. Pourtant, elle a un coût (entre 8000 et 9000 euros), qui est supporté par des partenariats et des financements publics et privés. Les résultats sont tout à fait étonnants: 87% des membres ont obtenu un diplôme d'Etat (équivalent bac plus 2) et 65% ont trouvé un emploi dans la foulée sur Sophia-Antipolis (06). Pourtant "aucun critère sélectif d'entrée n'était nécessaire, mis à part l'envie" dit le responsable de l'école Mr Laurent Andrieux. Les méthodes d'enseignement sont novatrices: on laisse les apprenants chercher des solutions par eux-mêmes et leur autonomie est grande. Ce modèle paraît transposable partout sur la planète

Pour postuler, il faut s'inscrire en ligne. Cela permet de tester la motivation de l'élève. Une présélection d'une soixantaine de personnes a lieu ensuite. Ils sont reçus par un jury composé d'une dizaine de professionnels et de partenaires. Les candidats travaillent en équipe sous la forme de Serious Game, puis ils ont des entretiens individuels de 5 minutes environ. La promotion de quelques 24 apprenants se forme après cela. Les apprentissages concernent l'intelligence artificielle, le développement web, la cybersécurité... Les qualités recherchées sont la créativité, la motivation, l'entraide grâce à un travail en équipe. Pôle Emploi oriente certains jeunes motivés (pas forcément tournés à priori vers l'informatique) vers ce dispositif Simplon.

Aujourd'hui 75 formations  sont en cours sur le plan national et international, soit 25 de plus que l'an passé. Suite à cette formation, les apprenants, qu'ils soient filles ou garçons, qu'ils aient de 18 à 54 ans, peuvent se tourner vers des professions de l'univers informatique comme graphistes, community managers, développeurs web ou bien préparer licence ou master... Pour en savoir davantage, consulter sur internet: www.simplon.co.

Lyliane

 

07/08/2019

Initiatives humanitaires avec Terre d'Azur...

Mme Hélène Fernandez, infirmière à la retraite, nous est présentée dans le journal Nous à travers son engagement humanitaire. Elle joue, en effet, un rôle de bénévole essentiel dans l'association Terre d'Azur basée à Mouans-Sartoux (06). Depuis la France, elle gère le matériel à trouver et à acheminer vers des dispensaires africains. Elle a déja précédemment effectué des missions humanitaires au Népal et en Inde. A  chaque fois, tous les volontaires paient leur billet d'avion et profitent de leurs congés ou de leurs RTT pour partir au loin.

Sur place, cette ex-cadre du C.H.U. de Nice a pour habitude de former des infirmières, des mamans et des futures cadres de dispensaires, afin de transmettre des techniques, des conseils et des gestes d'hygiène simples. Via Internet un suivi reste assuré avec le  ou la responsable du dispensaire. En France, Mme Fernandez s'investit dans différentes actions pour trouver des fonds: lotos, tri de vêtements, de médicaments, vide-greniers... Son cadeau est le sourire des enfants au cours de ses missions et l'accueil des personnels qu'elle soutient.

N'hésitons pas à aider ce type d'initiatives généreuses! On peut par exemple soutenir l'Association en versant une cotisation annuelle de 35 euros  Pour tout autre contact avec Terre d'Azur, contacter sur Internet: www.terre-dazur.org.

Lyliane

06/08/2019

L'écologie pour les 8-12 ans sur Radio Bambou...

Sur la chaîne de radio reporterre.net/Radio Bambou, Mme Mathilde Bouquerel, journaliste âgée de 28 ans,  réalise des reportages en plein air dans des parcs ou des jardins, là où le calme relatif permet des enregistrements. Radio Bambou est, en effet, le nom du podcast dédié aux enfants de 8 à 12 ans, diffusé par le site d'information écologique Reporterre. Depuis l'été 2017, Mme Bouquerel propose et réalise de bout en bout ce format sensibilisant les jeunes à l'écologie, qui est symbolisé par un petit panda roux prénommé Bambou. Mme Elise Raque et son photographe P.E. Rastoin sont allés rencontrer cette jeune femme dans le Parc de la Villette pour le Journal Télérama.

A travers de sympathiques histoires, la reproduction des fleurs par la pollinisation ou le danger des particules fines sont expliqués de façon ludique. Les sujets lourds comme le changement climatique ou les risques de la fonte des glaces par exemple sont allégés à travers des histoires ou des reportages d'information traités sous un angle accessible à des enfants. Depuis cette initiative, qui pourrait vite essaimer dans des salles de classe, Mme Bouquerel propose en complément un kit pédagogique en ligne. L'article souligne que l'éducation environnementale par radio est un bon moyen de transmission. L'enjeu climatique traité de la sorte avec des jeunes ne serait-il pas un bon moyen de toucher parents et enfants, de montrer des pistes viables pour l'avenir?

Lyliane

05/08/2019

Faites la fête!

C'est l'injonction de Mme Emmanuelle Demarest dans  le journal Version Fémina: danser, chanter, jouer, bref bambocher à coeur joie, car cela nous aide à nous retrouver et à nous faire du bien au moral comme au physique! Toutes générations confondues, nous ressentons en cet été chaud de 2019 une envie irrésistible de lâcher-prise et d'improviser des soirées charmantes au frais autour d'un verre ou en grignotant quelques fruits secs ou frais. Il ne s'agit pas de faire n'importe quoi, seulement de partager de bons moments avec des proches!

Selon les psys, nous aurions en effet besoin de  nous défouler, alors qu'autour de nous règnent projets d'austérité et catastrophisme généralisé. Le sociologue Mr Michel Maffesoli, explique que" tous les 3 ou 4 siècles,les sociétés balancent entre le classique et le baroque". Nous serions donc entrés dans ce qu'il nomme " baroquisation du monde". Les jeunes, certes, de tous temps ont aimé faire la fête. Mais à la soixantaine, voire plus tard, on aime également danser, écouter des musiques entrainantes, vibrer à l'unisson avec d'autres personnes.

En ce siècle où beaucoup d'esprits chagrins se plaignent souvent d'"un individualisme forcené" et du "chacun pour soi", constater qu'existe en chacun de nous le désir de vivre des émotions collectives, de partager des moments de rire et de bien-être est plutôt réconfortant! Alors, ne craignons pas de faire bouger nos corps et de vibrer nos coeurs à l'unisson! Savoir savourer de petites joies de ce genre ne serait-ce pas au fond apprendre comme toute la création à célébrer le vivant et à connaître ensemble une partie de ce qu'on nomme "le bonheur d'être" ?

Lyliane

 

 

Peut-on se se prendre en charge et se reconstruire après une maladie grave?

Selon le livre et l’expérience personnelle de Mr Alain Moenaert, la réponse est oui. Les personnes qui ont guéri de manière exceptionnelle ont toutes, à peu de choses près, suivi 12 étapes :

  1. Accepter le diagnostic. 

  2. Refuser le pronostic. Ne jamais se croire condamné. 

  3. Essayer de voir la maladie d’un autre point de vue. Ne pas la prendre comme une catastrophe, mais comme un signe du corps qu’il faut changer sa vie et ses habitudes

  4. Prendre sa responsabilité dans la création du problème : accepter que l’on a fait des choses qui ne convenaient pas à son corps. 

  5. Devenir « la personne la plus importante » : prendre du temps pour soi, apprendre à s’aimer. 

  6. Se construire une détermination, une force de persévérance. 

  7. Comprendre le message transmis par notre corps, ce que Moenaert appelle, « la fonction du symptôme ». 

  8. Nettoyer le passé de nos traumatismes. 

  9. Se donner un présent continuellement satisfaisant. 

  10. Construire un futur sans tension. 

  11. Développer une pratique spirituelle. 

  12. Vivre sa vie ! C’est la synthèse de tout ce qui précède. 

J’espère que l’histoire d’Alain Moenaert vous aura inspiré. 

À très vite,

Emmanuel Duquoc








S

Quelle place réservons-nous aux Macareux Moines dans notre pays?

Depuis Perros-Guirec, sur la côte bretonne, à bord de vedettes dans lesquelles ont pris place touristes et ornithologues de la LPO (Ligue de la protection des oiseaux) on peut observer chaque jour le bestiaire unique des 40 ha de la réserve naturelle de l'Archipel des Sept-Iles, où nichent notamment fous de bassan, sternes, cormorans et les macareux moines. Mr Gilles Bentz, qui dirige la station voisine de la LPO, explique pourquoi le macareux est devenu leur emblème depuis 1912. Ce petit oiseau plongeur, de la taille d'un pigeon mais au bec coloré, est fort peu farouche. Il a malheureusement fait l'objet au 19 ème siècle de safaris de chasseurs et il aurait pu totalement disparaître. Les marées noires et la surpêche ont aussi peu à peu contribué à décimer ces oiseaux de la famille des pingouins, que l'on appelle aussi parfois "perroquet des mers".

Les macareux moines sont des oiseaux marins qui vivent en haute mer huit mois durant. Ils nidifient généralement sur les côtes d'Islande, du Canada ou d'Ecosse. Une unique colonie de 180 couples environ niche cependant en Bretagne et font l'objet de soins attentifs. Ils se nourrissent de poissons (sardines, anchois, harengs). Ils utilisent leurs ailes comme des nageoires pour plonger à plus de 15 mètres de profondeur. Il a été remarqué que, lorsque la quantité de poissons disponibles baisse, cela perturbe leur cycle de reproduction. Aussi, l'aire maritime qui entoure la réserve naturelle bretonne est surveillée pour y éviter de la surpêche. Mr Marc Belpois pour le journal Télérama s'est attaché à travers son article à nous rendre les macareux moines fort sympathiques et à nous responsabiliser sur leur survie.

Lyliane

04/08/2019

Broyer du vert avec le syndicat Univalom...

Mme Aurore Harrouis, dans la revue Nous, nous signale une initiative originale de broyage des végétaux proposée par le Syndicat Univalom depuis mars 2019 à la demande des élus d'Antibes (06) et de son bassin. Ce syndicat, qui est en charge du traitement des déchets, veut en effet éviter les dépôts sauvages ou les brûlages de végétaux illégaux, source de  pollution de l'air et de risque d'incendie. De plus, après le broyage proposé, une mission de sensibilisation leur revient: celle d'inciter les particuliers à utiliser le broyat pour pailler le sol ou pour compléter un compost d'autres déchets ménagers.

Beaucoup de familles n'ayant pas de possibilité de transporter des déchets verts vers une déchèterie et les prix de location demandés étant parfois trop élevés pour leur budget, le syndicat propose aux particuliers une solution de broyage de végétaux à domicile. Ce sont, depuis, près de 40 000 tonnes de végétaux en moins déposés en déchèterie. Le syndicat collabore avec deux acteurs locaux de l'économie solidaire l'AFPJR ( association de formation et de promotion pour jeunes et adultes en recherche d'insertion) et la régie de quartier Soli-Cités.

La prestation coûte 80 euros de l'heure hors taxe, puis 40 euros la demi-heure. Les usagers faisant appel aux associations pourront bénéficier d'un crédit d'impôts. Des particuliers, membres de l'association "familles sans déchets" y ont eu recours  notamment à Roquefort les Pins (foyer Maria Mater) et ils en sont enchantés. D'autres, adeptes de la technique du BRF (bois raméal fragmenté), sont ravis de pouvoir couvrir leur jardin de broyat, un procédé qui redonne au sol tous les éléments nutritifs.

Pour tout renseignement, consulter: commercial.chateauneuf@afpjr.org ou assistante.solicites@gmail.com.

Lyliane

 

Comment cultiver son jardin au naturel?

Selon le Hyérois Mr David Orsat, consultant botaniste paysager, écrit Mme Amandine Roussel dans le journal Nous, il est essentiel de soigner ses plantes sans pesticides, ni engrais chimiques.  Certes, pucerons, fourmis, cochenilles, escargots peuvent mettre à mal nos plantations. Toutefois, il existe des solutions naturelles, plus écolos et beaucoup moins onéreuses que les produits chimiques. Les abeilles ne peuvent qu'en bénéficier et nous aussi sur tous les plans quel que soit notre âge. L'article ne parle pas de "permaculture", mais cette technique pourrait aussi être ajoutée en complément...

Première observation du botaniste: s'occuper de la terre en choisissant très soigneusement son terreau, car nos plantes se nourrissent par leurs racines. Dans certains cas, il faut ajouter afin de l'aérer un peu de sable ou de tourbe ou alors de l'argile pour la rendre plus dense. Puis, faire attention en achetant des plants et des arbustes adaptés à notre région. Dans le sud de la France, mimosas, citronniers et orangers se plaisent, ce qui n'est pas le cas partout dans notre pays. L'ail et le thym par exemple ne se plaîsent pas dans tous les sols. Quant aux légumes racines (pommes de terre, carottes...), ils aiment les climats de moyenne altitude. L'hiver, on peut également semer du trèfle pour apporter de l'azote dans le sol.

Les traitements "verts" vont des larves de coccinelles, gourmandes de pucerons, que l'on peut trouver en jardinerie, aux associations de végétaux qui se protègent mutuellement comme les capucines, les soucis, le sureau ou même des gousses d'ail écrasées dans un litre d'eau bouillante, que l'on laisse infuser 24 h et qui se révèlent souveraines contre les acariens et les pucerons. On peut également acheter des bombes insecticides pour un rosier sur un balcon ou du purin d'ortie, efficace pour renforcer la santé des plantes en général.

Contre la cochenille, un mélange de savon noir, d'alcool à 90° et d'huile de colza vaporisé sur les feuilles par temps sec à intervalle de 2 semaines peut en venir à bout. Contre l'oïdium de la vigne, le botaniste conseille de mêler du liquide vaisselle, du bicarbonate de soude et de l'huile de colza. Certains emploient pour les oliviers ou les palmiers, vulnérables aux charançons ou à la mouche, des pièges à phéromones ou même de l'argile. Des colliers de glu placés sur le tronc au pied des arbres fruitiers empêchent les fourmis de monter coloniser les branches et d'y apporter des maladies.

Il est donc possible de respecter la nature et de cultiver un jardin sans empoisonner l'air et l'eau qui nous entourent. A chacun de tester des solutions de bon sens et d'en faire profiter ses compatriotes! Des ateliers pour adultes ou enfants existent dans certaines villes, où des composteurs leur sont mis à disposition. Enfin, des municipalités proposent des friches urbaines à leurs habitants en créant des jardins partagés, où chacun peut mettre les mains dans la terre et se régaler des fruits de son travail.

Lyliane

03/08/2019

Appli pour trouver un job d'été...

Dans le journal Nous, Mr Philippe Dupuy nous fait connaître un site mettant en relation chercheurs ou chercheuses d'emplois et employeurs potentiels pour l'été. Il s'agit de l'appli  française, Side, qui fonctionne " comme un  tender de l'intérim". On s'y inscrit "en moins de 2 minutes sur un smarphone". Il y a une seule condition: être majeur -e (18 ans). On remplit une fiche d'identification et on indique ses disponibilités, ainsi que la durée, la zone de localisation et le type de travail recherché. Les propositions s'affichent avec tous les détails et les références exigées. Chacun peut alors faire son choix.

L'appli se charge de la mise en relation, puis de la facturation et du paiement des missions. La plateforme malheureusement ne couvre pas toutes les zones. Par exemple, dans le Sud, elle se cantonne à Marseille pour le moment. Il y aurait déjà près de 100 000 utilisateurs en France. Alors, bon vent à Side et bons jobs d'été à chacune et chacun! Pour les contacter, c'est simple: consulter sur Internet:

https://www.side.co/fr

Lyliane

Ne louez plus: échangez votre maison!

Mme Kathleen Junion dans le journal Nous, fait référence à une pratique qui tend à se développer de nos jours: l'échange de logement. On s'inscrit par exemple sur "HomeExchange", on paye 130 euros par an  et on peut être hébergé partout dans le monde. Au départ, raconte Mr Gilbert Piccioli, qui pratique l'échange de maison depuis 8 ans, "on n'aime pas trop l'idée que quelqu'un vienne habiter chez soi". Puis, après des expériences réussies, à Paris, en Savoie, en Suède,... il a changé d'avis. Il estime en effet que c'est une formule simple, qui incite à faire confiance.

La maison que vous habitez est visitée et son niveau de confort estimé par l'organisme (climatisation, nombre de couchages, placards disponibles, véhicule à disposition éventuellement...). En cas de dégradation ou de casse dans la maison prêtée, on doit bien entendu remplacer le ou les objets. Mais c'est finalement assez rare, car les personnes ont à coeur d'entretenir le bien mis à disposition. Quant aux destinations proposées, elles permettent de choisir des lieux de rêve comme Bali, l'Australie, l'Indonésie...

Pour tout renseignement, s'adresser par exemple à www.homeexchange.com.

Lyliane

02/08/2019

Les microbrasseries fleurissent dans notre pays...

Un article de Mme Elodie Crézé dans la revue de juillet de "Sans transition Provence" montre que la plupart des brasseries crées en Provence ont moins de 3 ans. En effet, au 1er janvier 2019, sur les 45 brasseries que compte la région Sud, 44 sont des microbrasseries, concentrées dans les Bouches-du-Rhône et les Alpes Maritimes, contre 1600 brasseries à l'échelle nationale. L'intérêt récent du public du midi de la France pour la bière s'appuie sur une tradition de convivialité et le goût pour un produit artisanal. Le boom des microbrasseries est également perceptible dans d'autres régions françaises depuis les années 2000.

Les plantations de houblon gourmandes en eau sont plutôt implantées dans le Nord de la France ou en Alsace. Toutefois, peu à peu  a germé l'idée de créer une variété de houblon résistante à d'autres conditions climatiques. Des brasseurs amateurs ont commencé à échanger sur des forums, car l'improvisation n'est guère possible. Des bières de dégustation dans des bars à bières ont commencé à voir le jour. Depuis trois ans s'y ajoute un engagement en faveur d'une économie locale. La vente directe ou en circuit court respectant une éthique particulière tend à montrer que les nouveaux brasseurs privilégient la qualité et cherchent à se différencier des produits standardisés. Souvent, ils font le choix de ne pas filtrer ni pasteuriser leurs bières, ce qui les rend plus fragiles.

Les bières artisanales, qu'elles soient à base de blé, d'orge ou de malt, représentent aujourd'hui 8% seulement de la part du marché de la bière. Mais on note une évolution dans la consommation des ménages, certains choisissant de remplacer le vin par la bière à table en toute saison et non plus seulement au café par temps chaud. Les nouveaux artisans brasseurs en ont fait "un produit vivant" et pour lequel ils peuvent chercher à innover. Le modèle économique de la microbrasserie semble de ce fait avoir dans notre pays encore de beaux jours devant lui!

A votre santé en consommant la bière avec modération!

Lyliane

Lyliane

01/08/2019

Message reçu sur hautetfort à partager...

"Bonjour, Nous avons ouvert le site e-commerce Coqelysees.com spécialisé dans le made in France, qui réunit des marques plus ou moins connues et , dans les domaines du high tech, de la mode, la santé, le bien-être, la déco et aussi pour nos petits bambins.. Le site est ouvert depuis le 19/03/2019, plus de 80 marques nous font déjà confiance, d'autres arrivent encore. Nous voulons promouvoir l'économie française, la qualité et la renommée de leur travail en mettant en avant nos partenaires. L'objectif est de centraliser au même endroit un maximum d'acteurs du Made in France, afin que le consommateur puisse avoir du choix sans avoir besoin de naviguer sur plusieurs sites, de perdre du temps et d'abandonner des paniers. Nous mettons toutes nos marques sur le même pied d'égalité concernant notre communication. En ce qui concerne la communication sur Coqelysees.com et sur Facebook, nous mettons en avant les marques en déterminant chaque vendredi "la marque de la semaine" . Puis le lundi et le mercredi suivant, un carrousel consacré à ses produits. Il y a aussi le mardi et le jeudi la parution d'un article de blog sur une de nos marques partenaire. Nous ne prenons aucun frais d'inscription, ni d'abonnement, ni de référencement, nous travaillons uniquement à la commission sur affaire réalisée . Ce qui permet de travailler avec un intérêt commun donc en bonne intelligence avec nos marques référencées. . Le rôle de Coqelysees.com est de créer un visibilité supplémentaire aux marques en mettant en place les actions commerciales qui permettent de créer du trafic donc des ventes. Je vous contact car nous souhaiterions que notre démarche soit relayée et nous comptons sur vous. Je reste à votre disposition pour pouvoir échanger ensemble. -- Cordialement. Grégory Joubert-Bosse Directeur Commercial 07.60.21.38.38 Coqelysees.com facebook"

Bien cordialement,

Gregory

29/07/2019

Attention: l'outarde canepetière ne sait plus où nicher!

Parmi les espèces en danger d'extinction, écrit Mme Elise Racque dans le journal Télérama, l'outarde canepetière a quasiment disparu de la Beauce, puis du Centre-Ouest de notre pays. Urbanisation, pollution, agriculture intensive ont, en effet, chassé ces beaux oiseaux cousins des Tétras, hauts sur pattes, au dos moucheté et au cou paré de plumes noires et blanches. Actuellement, les ornithologues ont retrouvé sa trace dans la Crau, où l'espèce s'est installée depuis quelques années (2 200 adultes ont été recensés). Malheureusement, des projets de construction encouragés par quelques décideurs sont susceptibles de les chasser à nouveau. Protégée de la chasse depuis 1973, l'outarde reste donc néanmoins en sursis.

Dans le parc animalier Zoodyssée, crée en 2015 à Villiers-en-bois près de Niort, des incubateurs tentent de sauver des oeufs d'outardes des fauchages mécaniques et de sauvegarder les futurs petits oiseaux. Pour augmenter les chances de survie de l'espèce, Mr Vincent Bretagnolle, jeune biologiste du CNRS, encourage les agriculteurs à passer un contrat avec l'Etat: contre 400 euros par ha et par an, ils s'engagent à remiser leurs intrants chimiques et à ne pas faucher pendant la période de nidification (tout le mois de juin en principe). Il a déjà convaincu 150 agriculteurs sur 450, mais ce n'est pas suffisant pour éviter l'extinction...

Faire cohabiter espèces sauvages et activités humaines ne paraît pas simple. Des associations fort heureusement comme Agir pour la Crau cherchent à protéger leur habitat actuel. Elles pointent notamment la vulnérabilité des outardes face à l'urbanisation galopante et à l'artificialisation des sols. Soutenons leurs efforts et faisons connaître autour de nous cet enjeu, dont les médias ne semblent pas prendre toute la mesure. Semaine après semaine, Télérama attirera cependant notre attention sur les espèces en danger près de chez nous...

Pour en savoir davantage, consulter par exemple le site: https://www.zoodyssee.fr/

Lyliane