Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2020

Beauty kitchen selon Version Fémina...

"Nos placards cachent de vrais trésors" écrit Mme Jeanne Dréan dans Version Fémina, "pour soigner la peau, les cheveux ou embellir le teint du visage".Voici donc 8 recettes faciles à utiliser avec ce que nous avons sous la main en période de confinement. Tout d'abord, du miel pour adoucir les lèvres. Dans un récipient, mélanger 1 cuillère à café de miel liquide et 1 cuillère à café de sucre fin. A l'aide d'un fouet ou d'une fourchette, mélanger bien, puis masser les lèvres doucement en effectuant des mouvements circulaires du bout des doigts. Ensuite, rincer et les lèvres retrouvent douceur et élasticité. En cas de gerçures, choisir du miel de thym!

Pour réaliser un masque hydratant, prendre un avocat bien mûr, riche en vitamine C,  surtout si vous avez la peau sèche à mixte. Dans un bol, écraserl'avocat avec le dos d'une fourchette, y incorporer 2 cuillères à soupe de yaourt nature, une cuillère à soupe d'huile d'olive et une cuillère à soupe de miel d'acacia. Bien mélanger avec un fouet pour obtenir  une texture lisse et homogène. Appliquer immédiatement et laisser agir 15 minutes sur une peau propre et sèche. Puis rincer à l'eau tiède. En principe, le visage retrouve son velouté.

Pour fortifier les cheveux, c'est l'oeuf qui est privilégié. Prendre un oeuf, une cuillère à soupe d'huile de coco liquide et 1 cuillère à café de thé matcha ou de thé vert réduit en poudre et bien mélanger les ingrédients dans un bol. Appliquer ce masque au niveau des racines et des longueurs sur cheveux secs et laisser agir au moins 30 minutes. Puis procéder à deux shampoings pour bien laver les cheveux. Si vos cheveux manquent de brillant, utiliser du vinaigre de cidre ou de vin dilué dans 1,5 litre d'eau de rinçage des cheveux, car non seulement l'acide acétique élimine bactéries et champignons, mais aide aussi à venir à bout des pellicules et du calcaire.

Pour raffermir la peau, mélanger dans un bol 3 cuillères à soupe de marc de café et une demi tasse d'huile d'olive. Puis utiliser cette mixture sous la douche pour masser le corps par grands mouvements circulaires en insistant sur les zones à raffermir. Terminer par un rinçage à l'eau froide. Ainsi la circulation sanguine est activée et les grains assurent l'exfoliation. Pour les pieds, par contre, mélanger de l'huile de coco liquide, une tasse de sucre et le zeste et le jus d'un citron. Juste avant la douche, frotter les pieds avec le mélange en insistant sur les zones rugueuses et les talons. Après rinçage,les pieds retrouvent souplesse et douceur.

Pour le teint, le yaourt est souverain! Dans un bol, mélanger 4 cuillères à soupe de yaourt bio au lait entier et une cuillère à café de jus de citron. Appliquer sur une peau nettoyée en évitant le contour des yeux. Rincer au bout de 15 minutes à l'eau claire. Une fois par semaine, ce masque simple unifie et illumine le teint. Enfin, pour resserrer les pores, utiliser 2 verres de riz et 3 verres d'eau. Le riz cuit dans l'eau bouillante servira à un plat, tandis que l'eau de cuisson stockée au frais peut être vaporisée sur le visage, le cou et le décolleté. En effet, cette eau contenant de l'amidon resserre les pores et évite les brillances.

De la sorte, à moindre frais, il est possible de soigner sa beauté sans sortrir de chez soi,ni utiliser des produits sophistiqués dont la composition est souvent chimique.

Lyliane

15/05/2020

Déboucher après la crise sur un monde meilleur d'après le F.M.I...

Kristalina Georgieva, Bulgare de 66 ans, a succédé à Christine Lagarde au FMI en septembre 2019. Quelques mois plus tard, l'ex-commissaire européenne et directrice générale de la banque mondiale affronte la crise la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle a choisi le JDD pour présenter le plan de bataille de l'institution. La dirigeante affirme que les pays pauvres seront les principales victimes de la pandémie de coronavirus et fait appel à la solidarité pour résister aux tentations du populisme et du protectionnisme.

Le pire de cette crise économique mondiale est-il derrière nous ou devant nous?
Cette crise ne ressemble à aucune autre. Non seulement parce que c'est la combinaison d'une crise sanitaire et d'une crise économique, mais aussi parce que, pour combattre ce virus, nous avons été obligés d’arrêter l'économie, ce qui aggrave les conséquences du choc. C'est la première crise globale depuis la Seconde Guerre mondiale et la grande dépression. Il y a trois mois, nos prévisions étaient que 160 pays bénéficieraient d'une progression de leur revenu par habitant en 2020. Aujourd'hui, nous estimons que 170 pays vont subir au contraire un recul de leur revenu par tête.

Faut-il s'attendre à ce que cette crise dure ? Lors de la grande crise financière de 2008, le dynamisme de l'économie chinoise et des marchés émergents avait stimulé l'économie mondiale. Cette fois, nous ne voyons aucun facteur de nature à accélérer la reprise. En période de crise, on est habitué aux incertitudes, mais cette fois c'est une incertitude d'un genre nouveau. On ne sait pas comment ce coronavirus évoluera. Une longue période de difficultés s'annonce donc pour le monde.

Quelle sera l'ampleur de la récession? Nous prévoyons, pour l'instant, une chute de 3% de la croissance mondiale en 2020 suivie d'une croissance de 5,8% en 2021. Pour atteindre ce bon résultat, il y a une condition : maintenir la pandémie sous contrôle au second semestre. Et s'assurer que le virus ne reviendra pas avant la fin de l'année ou au cours de la suivante. Cela dit, même si nous atteignons ce chiffre de 5,8%, ce qui me semble très incertain, nous serons encore en dessous du niveau de 2019.

Retrouver la croissance suppose de maîtriser ce virus? Le virus a peut-être atteint son point haut dans certains pays mais pas partout. Un haut degré d'incertitude est créé par notre méconnaissance de ce qu'il est. Arriverons-nous à le maîtriser? Si nous trouvons des traitements et un vaccin rapidement, cela apportera un énorme soulagement à l'ensemble du monde. Mais ce n'est pas le cas pour le moment. Nous ne sommes pas encore sortis du bois.

Le redémarrage de l'économie chinoise peut-il jouer un rôle positif? La Chine a été durement touchée au premier trimestre, alors qu'elle était l'épicentre de la pandémie. Nous voyons des signes de normalisation mais, avec la propagation de la pandémie dans d'autres régions, la reprise en Chine se fera dans un contexte marqué par des vents contraires très forts venant de l'économie mondiale. Dans l'ensemble, nous pensons que la Chine devrait enregistrer une croissance légèrement positive cette année.

Faudra-t-il mettre plus d'argent sur la table? Nous pensons en effet qu'il faudra investir plus d'argent. Et notamment dans les marchés émergents et dans les pays en voie de développement. Les actions des grands pays ont été rapides mais on sait qu'il faudra vaincre la pandémie partout pour se sentir en sécurité partout.

Comment va-t-on gérer la dette énorme qui est en train de se constituer? Il est primordial de prendre des mesures budgétaires très fortes car l'économie mondiale est à l'arrêt. Sans ces mesures, on risquerait de très graves dommages à long terme. Oui, il en résultera plus de dettes et de déficit, mais une chose joue en notre faveur : le niveau très bas des taux d'intérêt, qui sont même négatifs dans certains pays. Ils devraient rester bas pour longtemps. Cela rendra la gestion de cette dette plus supportable pour les gouvernements et les entreprises.

Les problèmes de la planète vont-ils passer au second plan? Nous devrons distribuer de façon équitable le poids de l'endettement accumulé dans la lutte contre la crise. C'est une discussion que nous encouragerons car nous voulons aller vers un monde meilleur. Cela veut dire régler des problèmes qui existaient avant cette crise. Par exemple, les inégalités, qui se sont accrues partout dans le monde, sont un vrai fardeau pour nos sociétés. Nous devons aussi rendre nos économies plus résilientes pour encaisser les chocs comme celui du changement climatique. Cette crise est donc aussi un atout. Grâce à la mobilisation qu'elle a déclenchée, nous aurons la chance d'engager des actions qui auraient été politiquement ou socialement difficiles auparavant.

Que fait le FMI pour aider les pays en voie de développement? Jamais dans son histoire, le FMI n'a été sollicité comme il l'est aujourd'hui. Plus de 100 pays se sont tournés vers lui pour obtenir une aide d'urgence financière. Je suis fière que l'on ait déjà répondu positivement à 30 demandes. Ce sont de véritables bouées de sauvetage pour des pays durement frappés par la pandémie et par le choc économique qu'elle provoque. Notre priorité, ce sont les pays les plus faibles. De même que le virus frappe plus durement les personnes dont le système immunitaire est affaibli, le choc économique affecte davantage les pays les plus fragiles. Nous devons les protéger.

Allez-vous réduire encore leur endettement? Avec la Banque mondiale, nous avons appelé à un moratoire sur la dette officielle bilatérale des pays pauvres. Dans le même temps, le FMI souhaite tripler les financements concessionnels qu'il peut offrir à ces pays. Nous pensons qu'ils vont rencontrer des difficultés d'une très haute magnitude. Pourquoi? Parce que leurs banques centrales n'ont pas les moyens de leurs homologues des pays avancés. Et le choc sur ces économies émergentes est démultiplié. Leur système de santé est faible ; ces pays subissent une fuite des capitaux que nous estimons à 100 milliards de dollars ; ils sont victimes de l'effondrement des prix des matières premières qu'ils exportent. En clair, leurs revenus chutent dramatiquement au moment où leurs populations ont besoin de davantage d'aide.

Faut-il s'inquiéter de la chute des prix du pétrole? L'impact provoqué par une demande qui s'est effondrée et une offre trop élevée est dramatique. Le transport, qui représente 60% de la consommation de pétrole, a fortement chuté car les gens restent chez eux et les entreprises ont fermé ou réduit fortement leur capacité de production. Il a fallu un peu de temps pour que les pays producteurs passent un accord pour réduire la production. Mais les grandes économies s'apprêtent à repartir. La relance va arriver, mais elle devra être gérée prudemment. Cela dopera la demande de pétrole et des matières premières. Mais nous pensons que le prix du baril restera bas, autour de 30 dollars, à court et moyen termes.

Etant donné l'ampleur de cette crise, le FMI dispose-t-il de moyens suffisants? La bonne nouvelle c'est que le FMI est dans une situation plus forte pour aider nos pays membres. Nous disposons d'une capacité de prêt de 1 trillion de dollars, soit quatre fois plus qu'avant la crise de 2008. Pour le moment, nous pensons que nos ressources sont suffisantes pour répondre à la demande des pays. Toutefois, cela pourrait changer compte tenu de l'extrême incertitude liée à la trajectoire et à l'impact de la crise. Plus particulièrement, nous voulons être l'institution sur laquelle les pays en développement peuvent compter. Nous voulons les conseiller et les aider.

Propos recueillis par - leJDD - samedi 25 avril 2020



14/05/2020

Réenvisager l'aménagement des territoires français...

D'une façon générale, en cette période de crise sanitaire sans précédent, plus d'échappatoire. L'heure est à la remise en cause des fonctionnements obsolètes ou inefficaces qu'on ne questionne jamais tant les habitudes sont ancrées, par routine, par manque de temps, par mimétisme et parce que, au fond, c'est confortable.

On est loin, désormais, d'un raisonnement selon lequel « hors métropole, point de salut ». La crise du Covid-19 l'a non seulement annoncé, mais aussi prouvé. Nos modes de vie modernes, privilégiant un entassement des populations sur des surfaces toujours plus petites, sont peut-être même, pour partie, l'une des raisonsde la pandémie actuelle. Mais plus sûrement, et de longue date, d'une large panoplie de problèmes sociaux.

Cette crise pourrait donc constituer le point de départ d'une politique d'aménagement du territoire et de développement des campagnes radicalement nouvelle et différente. Outre un travail accru de décentralisation, deux conditions préalables nous semblent néanmoins indispensables.

D'une part, et l'essor sans précédent du télétravail l'a bien montré, il s'agirait d'accélérer le déploiement du haut débit dans les territoires ruraux, pour mettre fin aux inégalités territoriales dans ce domaine aussi.

D'autre part, le crise pourrait inciter à organiser le désenclavement des territoires. Les infrastructures de transport « propres » en sont un élément clé, et doivent être réinvesties. Le train constitue probablement l'option la plus rationnelle, parce que moins coûteuse et surtout moins polluante, d'autant plus si le train à hydrogène se développe enfin.

À condition, là aussi, de réduire drastiquement les inégalités territoriales qui restent très fortes, comme en atteste par exemple la carte isochrone de la SNCF mesurant les temps de trajet des principales villes françaises au départ de Paris.

La crise sanitaire majeure que nous traversons est - aussi - le signe qu'il nous faut nous transformer. Et cette transformation, qui sera institutionnelle, économique, sociale, environnementale, ne peut passer que par une mutation radicale de notre rapport aux métropoles et aux territoires.

Selon Mme Anne Albert-Cromarias et Mr Alexandre Asselineau - La Tribune - samedi 25 avril 2020

Film "Mine de rien" sur la solidarité et le collectif disponible en vidéo...

Les salles de cinéma sont fermées depuis le début du confinement. Parmi les films qui venaient tout juste de sortir, Mine de rien, a vu sa lancée en salles brutalement interrompue. Aujourd'hui disponible en vidéo à la demande (VOD), le film réalisé par Mathias Mlekuz rassemble Mélanie Bernier, Philippe Rebot, et Arnaud Ducret. Ce dernier était l'invité de L'équipée sauvage, lundi sur Europe 1. Pour lui, c'est un film "qui résonne avec l'actualité, un film sur la solidarité et le collectif".
>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël en replay et en podcast ici
"Six ans plus tard, la résonance est d'autant plus forte"
"C'est un film que j'ai accepté il y a six ans", explique Arnaud Ducret au micro d'Europe 1. "Six ans plus tard, on le remonte, et alors que c'est le même sujet qu'il y a six ans, la résonance est d'autant plus forte avec le confinement, mais aussi avec le groupe de 'gilets jaunes' et cette solidarité qui veut s'en sortir", poursuit le comédien.
Le film retrace l'histoire d'un groupe de chômeurs, évoluant dans une région minière qui, pour s'en sortir, décident de construire un parc d'attraction artisanal sur une ancienne mine de charbon désaffectée. "En Angleterre, on voit beaucoup de films sur la solidarité et le collectif", affirme Arnaud Ducret, qui cite notamment The Full Monty (Peter Cattaneo), The Commitments (Alan Parker), mais aussi les longs métrages de Ken Loach.

Mine de rien est un film "dans l'esprit de Full Monty", assure Arnaud Ducret, évoquant par exemple un clin d'oeil à la scène du film britannique où les acteurs répètent leurs pas de danse dans la file d'attente d'une banque postale. "C'est un joli conte social sur la solidarité dans une période très égocentrique."
À la demande de certains producteurs et distributeurs dont les films, sortis récemment au cinéma, ont vu leur espérance de vie en salles balayée par le coronavirus, le Centre national du cinéma (CNC) a autorisé à titre dérogatoire une trentaine d’entre eux à être exploités sur les plateformes de vidéo à la demande. Parmi eux, le film Forte, de Katia Lewkowicz, avec Melha Bedia, est lui aussi sorti en VOD, le 15 avril dernier. 

Selon Mme Pauline Rouquette - Europe 1 - lundi 27 avril 2020

13/05/2020

La graine à redécouvrir: le lupin!

Mme Ingrid Haberfeld dans Version Fémina nous incite à nous pencher sur les vertus diététiques du lupin, une graine qui ne fait pas encore partie de nos habitudes alimentaires. Pourtant en Afrique du Nord, c'est la  traditionnelle kemia, un amuse-gueule incontournable au goût subtil de noisette. Les cuisinières des pays du maghreb l'utilisent également en tagine et en salade. C'est une légumineuse souvent associée à une céréale comme le riz ou l' épeautre. Elle s'achète cuite préparée en saumure.

La graine de lupin est la légumineuse la mieux pourvue en protéines (36,2%), devant la graine de soja (34,5%) et les lentilles corail (27,7%). Elle en contient même, affirme Mme Florence Foucaut, diététicienne nutritionniste à Paris, davantage que certains aliments  d'origine animale comme le thon, l'escalope de veau et le roti de porc.  Grâce à son index glycémique (IG) très bas, le lupin est un aliment de choix pour les personnes diabétiques. C'est de ce fait un atout pour garder la ligne.

Au niveau des minéraux et des vitamines, compter 198mg de magnésium pour 100g soit 53% des apports journaliers recommandés. Le lupin est également bien loti en fer (4,36mg pour 1000g) et renferme notamment de la vitamine B9 et du zinc. De plus, avec une teneur de 18%, le lupin surpasse des aliments réputés riches en fibres comme le son d'avoine, la farine intégrale ou le riz complet. Cela permet de relancer les intestins paresseux. Des études auraient mis en avant que la consommation régulière de fibres participe à la prévention des cancers colorectaux, du sein et de l'estomac, en diminuant aussi le risque de maladies cardio-vasculaires et de diabète de type 2.

Alors, on achète des graines de lupin, garanties sans gluten, dans les rayons des magasins bio ou en boutique de produits exotiques?

Lyliane

12/05/2020

Cuisiner pour les sans abri...

Focaccia aux poivrons confits, carottes au cumin, et magret de canard." Ce n'est pas le menu d'un restaurant, mais le dîner concocté mercredi par Eric Guérin, un chef étoilé, pour une trentaine de sans-abris de Saint-Nazaire. Depuis quelques jours, ils sont une dizaine de noms de la gastronomie française, habitués à proposer des menus vendus pour un prix à trois chiffres, à avoir décidé de mettre leur savoir-faire au service des plus démunis, sur fond de confinement contre le coronavirus.

"Quant on est confiné dans un hôtel et qu'on n'a pas de quoi cuisiner, ce n'est pas terrible"
Une initiative lancée par l'association Le Carillon, et plus précisément Philippe Hamache, après avoir entendu la décision du gouvernement de mettre en place des chèques-services pour que les sans-abris puissent se loger, notamment dans les hôtels. "Quant on est confiné dans un hôtel et qu'on n'a pas de quoi cuisiner, ce n'est pas terrible", indique-t-il au micro d'Europe 1. "On a donc décidé de le faire pour eux."

"C'est un vrai réconfort"
C'est ainsi que des chefs de la ville et des environs se sont réunis sous la bannière de l'association pour faire 60 repas par jour, avec l'aide de fournisseurs. En cuisine, tout le monde doit mettre la main à la pâte. Les sans-abris viennent donc en aide derrière les fourneaux ou pour la livraison. "Je participe à la main d'oeuvre, je vais chercher les courses, décharger le camion...", confirme au micro d'Europe 1 Thomas, 60 ans, l'un des bénéficiaires.
"C'est un vrai réconfort. Bien sûr il y a le fait de manger correctement, mais je retrouve aussi ce lien social qui me fait défaut depuis pas mal de temps. C'est une bouée de sauvetage." L'initiative doit perdurer au moins jusqu'au 11 mai, date du début du déconfinement.

Selon Mr Charles Guyard, édité par Ugo Pascolo - Europe 1 - jeudi 23 avril 2020

11/05/2020

Un monde sans déchet selon une créatrice de start-up rwandaise...

La fondatrice d’une start-up qui aide à recycler les objets électroniques a été distinguée par le prix Margaret récompensant la créativité de femmes actives dans le digital.
Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ». « Tout a commencé par un accident », explique Jacqueline Mukarukundo, à l’autre bout du fil. En 2011, alors qu’elle participe à une campagne de recyclage dans la ville de Musanze, au nord du Rwanda, l’un de ses meilleurs amis échappe de justesse à un glissement de terrain dans une décharge. Pour Jacqueline et ses camarades, c’est le déclic. « A ce moment-là, nous avons voulu nous engager encore davantage dans la gestion des déchets » explique-t-elle.
En 2018, elle fonde avec Ghislain Irakoze la start-up Wastezon, qui utilise la technologie mobile pour mettre en relation les foyers et les entreprises disposant de déchets électroniques avec les acteurs locaux de l’industrie du recyclage. Mardi 21 avril, la jeune femme a été couronnée par le prix Margaret 2020, qui récompense les « femmes digitales » de l’année – et au jury duquel le Monde Afrique a participé –, dans la catégorie « entrepreneuse Afrique ». L’ambition du prix français créé en 2013 est aussi de mettre à l’honneur celles « qui innovent pour un monde meilleur ».
Le domaine dans lequel œuvre Jacqueline Mukarukundo est encore balbutiant sur le continent. Sur les quelque 130 000 tonnes de déchets électroniques produits chaque année en Afrique de l’Est, seulement 20 % sont effectivement recyclés. Et l’un des principaux défis pour les entreprises de recyclage reste de trouver et de récupérer les appareils électroniques usagés.
« Notre application permet aux familles et aux entreprises de réduire leur empreinte carbone en les aidant à mieux trier leurs déchets et à les vendre, au lieu de les jeter ou de les brûler. Elle fait également gagner du temps et de l’argent aux acteurs du recyclage », détaille Jacqueline. Il suffit aux particuliers de publier une photo des ordinateurs ou des téléphones portables dont ils veulent se débarrasser sur l’application, pour que les entreprises de recyclage intéressées puissent les choisir et les acheter. A ce jour, la start-up a ainsi fait transiter plus de 400 tonnes de déchets électroniques, vendus par environ 150 foyers et entreprises. Wastezon prend 10 % sur chaque transaction.
« Le pouvoir de la technologie »
Reste que dans un pays ou à peine un quart de la population a accès à Internet, selon la Banque mondiale, et où la pénétration des smartphones est faible, le chemin semble encore long. « Le plus grand défi, c’est la transformation des mentalités et le financement, analyse Jacqueline, qui est actuellement directrice générale du marketing de la start-up. La majorité des Rwandais est encore dans une économie linéaire, et non circulaire. Mais beaucoup d’entre eux réparent déjà leur matériel électronique au lieu de le jeter, souligne-t-elle. Nous avons surtout besoin de plus de soutien dans le secteur de la gestion des déchets, qui suscite encore peu d’intérêt de la part des investisseurs en capital-risque. »
L’équipe envisage également d’utiliser le réseau cellulaire afin de permettre aux foyers qui ne disposent pas de smartphones de bénéficier des services de Wastezon, et veut étendre ses activités aux déchets organiques, qui représentent 90 % des détritus au Rwanda. « Je rêve d’un monde sans déchets, et je crois dans le pouvoir de la technologie pour y parvenir », n’hésite pas à lancer cette jeune Rwandaise, qui se présente comme une « leader » désireuse de « changer les choses et de trouver des solutions aux problèmes de sa communauté ».
Coronavirus : « Aucun pays africain ne sera épargné par la crise économique »
A seulement 22 ans, Jacqueline Mukarukundo partage ses journées entre ses études de commerce international à l’Africa Leadership University de Kigali, et son travail pour Wastezon. Elle est également à l’origine du projet Healplus, un jeu en ligne sur la santé et la gestion des situations d’urgence destiné aux lycéens. De son propre aveu, un parcours qui reste assez exceptionnel dans la région. « Il y a encore tant de freins à l’entrée des femmes d’Afrique centrale dans le secteur digital. Pourtant, les opportunités sont illimitées », lâche-t-elle.
Pour aider d’autres jeunes Rwandaises sur cette voie, Jacqueline Mukurakundo rêve d’avoir à terme son propre fonds d’investissement spécialisé dans les start-up fondées par des femmes : « Beaucoup de gens qui pensent encore qu’une femme ne peut réussir dans le secteur de la technologie et du digital sans un homme derrière elle ! »

Selon Mme Laure Broulard - Le Monde - mardi 21 avril 2020

07/05/2020

Explorer de façon virtuelle la Cité de la Dentelle à Calais...

Explorez la Cité de la Dentelle et de la mode comme vous ne l’avez jamais vue avec cette visite virtuelle. Située à Calais dans une authentique usine de dentelle du XIXe siècle, c'est le musée de référence de la dentelle tissée sur métiers.
"On ne porte pas uniquement des vêtements, on porte une histoire"

Les guides de cette visite virtuelle sont Anne-Claire Laronde, la directrice de la Cité de la dentelle et de la mode, et Sophie Henwood, la chargée de la gestion scientifique et patrimoniale des oeuvres.
Découvrez autrement les galeries permanentes dévoilant ce textile haut de gamme. Le point d’orgue de la visite est la mise en fonctionnement des métiers à tisser la dentelle, de monumentales machines de fonte qui produisent cette étoffe d’exception.
Mais avant d'en dévoiler plus, un petit retour historique est nécessaire. La dentelle à la main est apparue en Europe au XVIe siècle dans les Flandres et en Italie et a depuis conservé le statut de luxueux tissu ornemental ayant pour fonction d’embellir les tenues des plus fortunés. C'est un textile dont le support comme le motif sont ajourés via soit la technique de dentelle à l’aiguille (à l’aide d’un parchemin, d’un fil et d’une aiguille) soit celle aux fuseaux (jeu de bobines et un carreau comme support). Longue et complexe à produire, elle a souvent nécessité une organisation de travail collective : plusieurs dentellières étant assemblées pour former une pièce entière.
La dentelle fabriquée à Calais depuis près de 200 ans est exclusivement mécanique mais elle s’est inspirée de la dentelle à la main avant de s’en affranchir.
Au XIXe siècle, la mécanisation de la production de la dentelle prend son essor en Angleterre, puis en France. Si cette technique de production la rend moins coûteuse, une main-d’oeuvre en nombre et des savoir-faire sophistiqués restent incontournables. Ces savoir-faire gravitent autour du métier à tisser dit Leavers. Au début des années 1950, on compte une cinquantaine de maisons de haute couture et 150 manufactures de dentelle, souvent de petite taille à Calais sans oublier Caudry et Lyon, également places fortes de la production dentellière. Les professionnels français vont créer la marque Dentelle de Calais.
Les métiers Leavers, un patrimoine historiqueLa fabrication de la dentelle tissée sur métiers Leavers découle d’un long processus. Cette vidéo montre pas-à-pas les quatre grandes étapes nécessaires à la fabrication de la dentelle de Calais : la création, la préparation des fils, la fabrication et, enfin, la finition.
L’atelier de production constitue la phase la plus impressionnante, avec la mise en action de ces fameux métiers, gigantesques machines de fonte de douze tonnes. Depuis près de deux siècles, la mécanique de ces machines est restée quasiment identique. Découvrons-les dans cette vidéo.

Selon Franceinfo - Franceinfo - mercredi 25 mars 2020

 

06/05/2020

Transformer sa voiture en véhicule électrique...

C'est officiel, les automobilistes français peuvent dorénavant envisager de payer un professionnel pour convertir leur voiture à la traction électrique. Un arrêté ministériel vient encadrer cette activité promise à un fort développement.
Dès le mois de janvier 2020, les jeunes sociétés membres fondatrices de l'association AIRe (Acteurs de l'Industrie du Rétrofit électrique) se risquaient à annoncer l'arrivée prochaine de l'arrêté ministériel tant attendu, un texte qui lèverait enfin les ultimes freins administratifs et légaux à leur activité de transformation de voitures à moteur essence ou Diesel et à leur homologation en véhicules électriques. Voilà qui est chose faite. L'arrêté du 13 mars 2020 relatif aux conditions de transformation des véhicules à motorisation thermique en motorisation électrique à batterie ou à pile à combustible est paru au Journal officiel en date du 3 avril. Il entre en vigueur au lendemain de sa publication.
Toute voiture transformée doit solliciter son titre d'homologation.
En préambule, le ministre de la Transition écologique et solidaire précise ce qui suit : "Afin de permettre à des véhicules en service conçus à l’origine pour fonctionner avec une motorisation thermique de fonctionner en motorisation électrique à batterie ou à pile à combustible, des fabricants proposent des dispositifs de conversion des véhicules (rétrofit électrique). Pour garantir une efficacité minimale et une installation sécurisée sur les véhicules, le présent arrêté prévoit les dispositions techniques et administratives pour homologuer ces transformations sur les véhicules. Un bilan de l’application des prescriptions est prévu 24 mois après l’entrée en vigueur du texte pour évaluer l’opportunité d’y introduire des modifications."
La société UTAC CERAM (qui délivre leur titre d'homologation communautaire à de très nombreux véhicules) se félicite de la parution de cet arrêté ministériel et ose espérer qu'il permettra "aux propriétaires qui n’ont pas les moyens de s’offrir un véhicule neuf de rendre leur voiture actuelle moins polluante". C'est peut-être oublier le tarif des prestations offertes par les membres de l'association AIRe (Acteurs de 'Industrie du Rétrofit électrique) : démarrage de leur activité oblige, les processus sont encore hésitants et les coûts élevés.
La plupart des jeunes acteurs du secteur de la conversion préfèrent donc miser sur le haut-de-gamme. Il en va ainsi, entre autres sociétés, de Retrofuture qui propose des conversions pour toutes sortes de voitures anciennes extrêmement populaires : de la plus modeste (une Fiat 500 pour 19.990 euros) aux plus exclusives (Range Rover, Rolls-Royce, Porsche...) pour plus de 60.000 euros, en passant par la Ford Mustang (45.000 euros), le Volkswagen Combi (32.000 euros) et la Peugeot 205 (25.000 euros environ). 
Convertir une vieille citadine d'occasion pour 5.000 euros, tel est l'objectif de Transition One
Chez Transition One, l'approche est différente : "Là où d'autres sociétés se spécialisent dans la voiture ancienne, nous concentrons nos efforts sur les voitures d'occasion relativement récentes et abondantes", explique Aymeric Libeau, directeur et fondateur de Transition One. En plus de la Twingo Diesel convertie à l'électrique que Challenges a pu essayer il y a quelques mois (lire notre essai de la Renault Twingo électrique de Transition One), la start-up a terminé la mise au point d'un kit de transformation pour la Fiat 500 moderne, pour la Volkswagen Polo 3, ainsi que de la Citroën C1 et ses jumelles Peugeot 107 et Toyota Aygo. Des voitures qu'on trouve pour une bouchée de pain dans les petites annonces.
Aymeric Libeau estime qu'il y a beaucoup de perspectives dans la conversion des petites voitures. Son ambition est de proposer des voitures électriques à un tarif raisonnable, pour une clientèle qui ne peut s'offrir une neuve. "On a des retours de marchands spécialistes de la voiture d'occasion, qui ont de la demande, mais pas d'offre. Il leur sera à l'avenir possible de proposer à leur client un modèle de leur parc, et de le récupérer en version électrique pour 5.000 euros de plus". Pour tenir un tarif aussi contenu (une approche quasiment unique, chez les "retrofitteurs") Transition One n'a d'autre choix que de se contenter de performances modestes, avec une autonomie de 100 km réels et une vitesse maximale de 110 km/h pour le prototype sur base de Renault Twingo 2 qu'il nous a été donné d'essayer. Pour réduire le coût, c'est un moteur asynchrone d'une puissance de 50 kW (68 ch) sous une tension de 96 Volts qui a été choisi. La boîte de vitesses Renault a été conservée, ce qui permet de limiter la consommation de ce type de machine électrique, pas nécessairement la plus sobre par nature. Ce prototype emporte 25 kWh de batteries (des modules d'origine Tesla) mais la version définitive devrait se contenter d'environ 18 kWh.
Le but de Transition One est de proposer un ensemble aisément adaptable au plus grand nombre possible de citadines, pour des questions d'économie d'échelle et de temps de main d'oeuvre : Renault Twingo 2, Fiat 500, Citroën C1, Peugeot 107, Toyota Aygo, etc. La transformation est réputée ne prendre que quatre heures.
Cinq ans d'âge minimum pour demander sa conversion à l'électrique
Il y a pléthore de candidates à la conversion puisque, ainsi que le souligne l'UTAC CERAM, toute voiture de plus de cinq d'âge est éligible. A condition, bien entendu, de trouver un professionnel habilité en mesure de réaliser les travaux. Toute autre transformation verra impitoyablement rejetée sa demande d'immatriculation. La puissance électrique maximale du véhicule ne pourra dépasser celle de son ancien moteur thermique. A charge pour les installateurs habilités de vérifier que les conditions de transformation du véhicule sont compatibles avec les exigences en matière de sécurité.
A partir du moment où le modèle de base a été homologué du temps de sa première commercialisation ; que sa nouvelle mécanique électrique a été homologuée de son côté en bonne et due forme (conforme au prototype validé par UTAC CERAM) ; et que l'ensemble a été greffé par un professionnel habilité, alors le modèle rétrofité pourra être immatriculé par son nouveau propriétaire. Cette facilité dorénavant offerte à l'automobiliste français rejoint celle offerte à ses voisins allemands et italiens depuis plusieurs années déjà.

Selon Mr Eric Bergerolle - Challenges - vendredi 3 avril 2020

Les imprimantes 3D aident à la lutte contre le Covid-19...

Pour faire face à la pandémie de coronavirus, les soignants travaillent beaucoup. Médecins, infirmiers, aides-soignants… ils doivent s’occuper d’un nombre de malades beaucoup plus important que d’habitude. Et pour ne pas tomber malades à leur tour, ils doivent se protéger. Mais les équipements manquent…

Maladie qui touche un très grand nombre de personnes en même temps, sur tout un continent voire dans le monde entier.
Alors partout en France, ainsi que dans d’autres pays, des gens leur fabriquent des protections. Comment ? Grâce à leurs imprimantes 3D, ces machines que l’on peut avoir chez soi et qui permettent de fabriquer des objets.

Entre 30 minutes et 1h30
Au sud de Rennes, Erwan Vappreau, enseignant en CM1 et CM2, utilise ses trois imprimantes 3D pour fabriquer des visières, «qui permettent, en plus du masque et des lunettes, de protéger tout le visage des postillons, dit-il. La visière, c’est comme un serre-tête qui vient se mettre devant le front. Par dessus, on met un film plastique», qui descend jusque sous le menton. Une vraie barrière face au virus.

Pour utiliser une imprimante 3D, il faut avoir le plan de l’objet que l’on veut fabriquer. Il existe beaucoup de plans de visière sur Internet, que tout le monde peut utiliser. Une imprimante classique a besoin d’encre pour fonctionner, une imprimante 3D a, elle, besoin de plastique. «Il sort fondu, il est déposé sur une surface plate et il durcit immédiatement. C’est déposé couche après couche et ça monte en épaisseur», explique Erwan Vappreau. Selon la taille des machines, il faut compter entre 30 minutes et 1h30 pour fabriquer un serre-tête de visière. Il suffit ensuite de fixer une feuille de plastique transparent dessus, et le tour est joué, la protection est prête.
Des masques de vacances transformés
En France, ils sont nombreux à fabriquer des visières pour les soignants, notamment dans des fablabs, des lieux dédiés à l’innovation technologique. Bien sûr, ils font ça gratuitement. L’idée est tellement bonne que des hôpitaux parisiens ont décidé d’installer des imprimantes dans leurs locaux, afin de fabriquer des visières mais aussi d’autres objets médicaux.

Création de nouvelles choses.
Les imprimantes 3D peuvent même faire encore mieux. Par exemple : fabriquer des respirateurs, ces machines qui aident les malades du Covid-19 à respirer. Des prototypes sont actuellement testés dans certains hôpitaux.
Premiers exemplaires construits avant la fabrication dans les usines, pour vérifier que tout fonctionne bien.
En Italie, un médecin a eu l’idée d’utiliser des masques permettant de voir et de respirer sous l’eau pour aider les malades. Comment ? En les reliant à des respirateurs, grâce à des adaptateurs spéciaux créés sur des imprimantes 3D. Depuis, ce système a été adopté dans d’autres pays, dont la France.

Decathlon, l’entreprise qui vend normalement les masques pour aller sous l’eau, a décidé de les réserver aux soignants et d’arrêter pour l’instant d’en vendre aux vacanciers qui souhaitent observer les poissons.

Liberation - vendredi 3 avril 2020

05/05/2020

Les terroirs et leur intérêt en France...

Appréciés et revendiqués par le public, les terroirs font également l’objet d’enjeux dans une logique de mondialisation agricole portée par trois buts : faire du profit, tenter de nourrir tous les hommes, enfin, améliorer la qualité de la consommation.

Vieux mot utilisé pendant des siècles par les paysans, le « terroir » fait d’abord référence à la qualité intrinsèque des terres. S’y ajoutent les effets des conditions climatiques (position d’abri, ensoleillement) et topographiques (impact de la pente corrigé par des terrasses filtrantes, exposition).

Inscrit dans la filiation avec le pays, le paysage, le terroir référait au local, à la connivence séculaire entretenue génération après génération. Les terres arables furent longtemps travaillées et entretenues au rythme du pas du cheval, avec prudence.

Les marqueteries de terroirs conservées dans le Pays du Sel lorrain. Des prairies fauchées, puis des zones humides pâturées tardivement ; plus loin, des terres labourées sur les pentes faibles, du saltus qui a remplacé la vigne décimée à la fin du XIXᵉ siècle et, enfin, la lisière de la forêt. Cette diversité favorise le maintien de la biodiversité et crée une aménité des paysages. J.-P. HussonCC BY-NC-ND

Mosaïques productives

Transcrite dans les matrices cadastrales anciennes, la reconnaissance des qualités de sols relevait de l’expérience. Le terroir existait à une époque (en général avant 1960) où l’on utilisait peu d’intrants, peu de fumier, mais en ayant une conscience intuitive des bénéfices apportés par les objets connexes (haies, arbres épars, ripisylves).

Dans ce contexte, les sols de qualité – riches en humus bruns, à fine granulométrie et faisant bien percoler l’eau – formaient les meilleurs terroirs. Leurs performances étaient améliorées par les soins réguliers apportés.

Ils pouvaient être enrichis par des dépôts de lœss, voire l’apport du goémon sur l’arvor (le littoral) breton. En superposant la carte des lœss et celle des cathédrales gothiques, on voit que la fertilité des terroirs à blé francilien, picard et berrichon a facilité la construction du projet urbain en dégageant, dès le XIIIᵉ siècle, des surplus de récolte.

 
Le vignoble alsacien, étagé sur des pentes très raides. J.-P. HussonCC BY-NC-ND

À force d’avoir été remués et épierrés, les terroirs ont donné des sols faciles à travailler, même si les conditions initiales n’étaient pas toujours excellentes.

C’est le cas pour une multitude de vignobles de coteaux qui peuvent escalader des pentes fort raides, échelonnées en terrasses. Les terroirs évoqués dessinaient des mosaïques fines où la polyculture prospérait, accompagnée de productions spécialisées ; la garance fit ainsi la fortune du pays gersois au XVIIᵉ siècle ou encore la renommée de l’ail rose de Lautrec arrivée jusqu’à nous.

Le perdant des révolutions agricoles

Vers 1960, quand s’imposa la révolution agricole silencieuse débutée avec les Trente Glorieuses, le mot parut vieilli, obsolète. Cette réalité agraire entretenue depuis des siècles fut doublement malmenée.

D’abord, par la mécanisation et ses corollaires : le remembrement et l’essor de l’irrigation. Ensuite, avec l’apport massif des intrants organiques, minéraux, chimiques. La généralisation de ces apports permit l’envol des rendements. À titre d’exemple, le rendement du blé tendre est passé de 25 qx/ha. en 1960 à 65-75 qx/ha. actuellement.

La correction et l’amendement de quasiment tous les sols furent possibles. L’aventure conduite en Champagne crayeuse (dite alors « pouilleuse ») illustre cette transformation : après les pâturages ovins extensifs puis les reboisements en pins noirs d’Autriche du Second Empire, les plateaux furent métamorphosés par la grande culture céréalière.

Le paysage mosaïque à très grandes mailles de Champagne crayeuse. Le sol s’étend à perte de vue. Nourri d’intrants, il permet de pratiquer une culture très mécanisée en obtenant des rendements et une productivité élevés. Les bosquets ont ici presque tous disparus, de même que les éléments de biodiversité ordinaire. Jean-Pierre HussonAuthor provided

Le retour en grâce de l’authenticité

En partie tombé dans l’oubli, le terroir est désormais un objet agronomique réveillé. La profession agricole admet de plus en plus en effet la cohabitation de modèles productifs variés, voire opposés par les méthodes, les pratiques, les finalités… pourvu que de l’emploi soit préservé et que le territoire soit valorisé.

Désormais, des producteurs soutenus par les nouvelles exigences de la demande (produits de l’agriculture raisonnée, « bio », permaculture, vente par les AMAP, etc.) sont soucieux de se démarquer. L’objectif est de préciser l’origine, la traçabilité, la spécificité, enfin le savoir-faire qui accompagne l’élaboration de leurs produits.

Beaucoup se sont dotés de sites Internet pour mieux expliquer leur démarche, en présentant notamment l’exploitation comme un système bénéficiant d’une certaine autonomie. En cela, ils se démarquent de la standardisation imposée par les industries agroalimentaires, même si celles-ci revendiquent aussi la référence au terroir.

Dès lors, le terroir croise le souci de valoriser la biodiversité, qu’elle fut entretenue dans les paysages et les trames vertes et bleues ou encore exprimée par la défense conservatoire de races animales raréfiées ou d’essences arboricoles devenues confidentielles (avant 1914, il existait, par exemple, une centaine de sortes de mirabelliers en Lorraine).


 

Selon L'équipe de The Conversation France

ewsletter.

Comment changer de fournisseur d'énergie?

Dans un article de Mme Camille Brun dans Télé-Loisirs, il nous est rappelé que depuis plus de 10 ans, en France, le marché de l'énergie est ouvert à la concurrence. GDF  devenu Engie) et EDF n'ont donc plus le monopole. Et il est possible de changer d'opérateur d'électricité et de gaz, notamment pour faire des économies. Comme il n'est pas simple de faire un choix entre toutes les propositions,l'article essaie d'éclairer le sujet. Car entre coups de fil de démarcheurs et publicités cachant parfois le coût de l'abonnement, c'est un peu la jungle!

Seuls les opérateurs historiques peuvent vendre de l'énergie à un prix  réglementé fixé par l'Etat. Les concurrents proposent souvent un tarif fixe, librement choisi par eux. Parfois ce prix est indexé et lié aux prix réglementés. parfois les tarifs changent chaque année. Toutefois, tous les opérateurs sont gérés par EDF et ENGIE. L'énergie (gaz et électricité) est donc de qualité constante. Certains font une démarche pour éviter le nucléaire, mais bien peu de fournisseurs produisent de l'énergie renouvelable...

Le conseil donné dans l'article est de bien comparer les offres.  L'Association UFC-Que Choisir a mis en place un moteur de comparaison simple à utiliser et disponible à l'adresse suivante:www.quechoisir.org/comparateur-energie-n21201. Une fois le choix effectué, le nouveau fournisseur s'occupe de résilier l'ancien contrat.  Pas besoin de changer de compteur, ni de craindre des coupures lors du basculement. Enfin, il est possible de revenir aux opérateurs historiques en cas de besoin.

Lyliane

04/05/2020

Lutter contre l'obsolescence des objets de la maison...

Du smartphone au lave-linge, la lutte contre l’obsolescence commence chez soi. Pour ceux qui sont cloués à la maison, c’est le moment ou jamais de bichonner ses objets.
Quand la longévité des produits baisse, les déchets augmentent et le gaspillage de matières premières et d’énergie s’aggrave. Bref, l’obsolescence coûte cher au porte-monnaie et à la planète. Et si les marques sont les premières responsables, les consommateurs ne sont pas complètement démunis face au phénomène du tout-jetable. Créée en 2015 à la suite de l’instauration du délit d’obsolescence programmée en France, l’association HOP (Halte à l’obsolescence programmée) s’efforce de promouvoir la durabilité et la réparabilité des produits à travers des enquêtes, des campagnes de sensibilisation et des actions en justice (contre Apple et Epson, notamment). En décembre, elle a lancé le site produitsdurables.fr, sur lequel on trouvera les marques les plus fiables et des astuces pour faire durer nos objets du quotidien. Elle a récemment publié une liste de conseils «spécial confinement» pour mettre notre temps libre à profit et (enfin) adopter les bons gestes.
Booster l’électronique: Pages qui se figent, applications ralenties… Après quelques années d’utilisation, les smartphones finissent par montrer des signes de fatigue. Pour fonctionner de manière optimale, précise HOP, il faut qu’au moins 10% de son espace de stockage soit libre. Si ce n’est pas le cas, désinstaller les applis inutilisées et transférer les fichiers superflus sur un disque dur externe (plutôt que sur le cloud, plus polluant) devrait lui donner une seconde jeunesse. A noter que de nombreuses applications gourmandes, comme Facebook et Facebook Messenger, sont disponibles en version «light» (Swipe pour Android, Friendly pour iOS). Pour soulager un peu sa batterie (et les yeux), on ne saurait trop conseiller d’activer le «mode sombre» si ce n’est pas déjà fait. Et si vraiment le téléphone est bon à jeter, pourquoi ne pas opter pour une marque plus durable, comme Fairphone, dont les appareils modulables sont facilement réparables ?
Même marche à suivre du côté de l’informatique, en s’aidant éventuellement de logiciels de nettoyage (CCleaner, Adwcleaner, Glary Utilities, CleanMyMac…) Pour les plus geek, on en profite pour passer sur un système d’exploitation plus durable. Sur Windows et MacOS, les mises à jour fréquentes finissent par ralentir la machine. Or, comme l’explique GreenIT.fr, un système d’exploitation Linux (Ubuntu) peut aisément doubler la durée de vie de son appareil. Quand on sait que, selon HOP, la longévité des ordinateurs est passée de onze ans en 1985 à quatre ans en 2015… Enfin, un dépoussiérage régulier – valable pour l’ordinateur comme pour la télévision – est le meilleur moyen d’éviter la surchauffe, cause de pannes prématurées.
Chasse au calcaire: A force d’enchaîner les tisanes, votre bouilloire s’est encrassée et des petits dépôts ont fait leur apparition à la surface du liquide. Au-delà de l’aspect esthétique, l’accumulation de tartre rend son fonctionnement plus énergivore. Pour régler le problème, on fait bouillir un verre de vinaigre blanc, à compléter avec de l’eau (le goût acide s’en ira après quelques utilisations à l’eau pure). Idem pour la cafetière, qu’il faut détartrer régulièrement – avec des produits naturels de préférence, comme de l’acide citrique –, au risque de nuire au goût du breuvage et abîmer la machine. De la même façon, une cure de vinaigre fera le plus grand bien à votre lave-linge. Comme le pointe une étude réalisée par HOP et la start-up Murfy, selon laquelle la durée de vie moyenne des machines à laver est passée de dix à sept ans entre 2010 et 2018, 60% des pannes auraient pu être évitées si celles-ci avaient été régulièrement entretenues. Alors n’attendons plus pour lui offrir un toilettage digne de ce nom. Pour cela, il suffit de lancer un cycle à vide à 90° avec 50 cl de vinaigre blanc à verser directement dans le tambour ; sans oublier de vider le filtre et de nettoyer le bac à détergent. Idem pour le lave-vaisselle, dans lequel on place une tasse ou un bol de vinaigre avant de lancer la machine à vide pour éliminer traces de graisse, dépôts de calcaire et odeurs désagréables.
Rafraîchir sa garde-robe: A l’heure de la fast-fashion, la mode se démode plus vite que l’éclair, si bien que l’obsolescence programmée y est avant tout… psychologique. Profitons de la fermeture des boutiques (tout en résistant à l’appel du commerce en ligne !) pour adopter les préceptes de la «slow fashion», qui commence par prendre soin de sa propre garde-robe. Fils de pull tirés, boutons échappés, poche déchirée, taches tenaces… C’est le moment de se munir d’une aiguille et de ressusciter les vêtements abîmés qui traînent dans un coin du placard depuis une éternité.
Pour les collants – cas notoire d’obsolescence puisque les trois-quarts du temps, ils ne dépassent pas six utilisations –, appliquer une goutte de vernis transparent sur les premiers accrocs les empêchera de filer complètement. Les paires abîmées pourront quant à elles être transformées en éponge tawashi (Internet regorge de tutos) ou en accessoires pour cheveux, sacs, bijoux, chiffons… Certains les utilisent même pour faire briller les chaussures en cuir.
Et pour raviver votre linge blanc, la recette est simple : il suffit de deux cuillerées à soupe de percarbonate (produit 100% naturel, à ne pas confondre avec le bicarbonate) dans une bassine d’eau chaude, à faire tremper une demi-heure avant de le mettre en machine. A ce propos, rappelons qu’un lavage trop fréquent use la fibre et finit par déformer les vêtements. Pour les faire durer, on privilégie aussi les lessives à base d’ingrédients naturels , moins agressives que les détergents chimiques.

Selon Mme Sophie Kloetzli - Liberation - samedi 18 avril 2020

03/05/2020

Cantines scolaires avec moins de viande!

13 rue d'Enghien
75010 Paris

Agriculture

Je me mobilise pour des repas végétariens à la cantine

 EN SAVOIR PLUS
 
 

Moins de viande dans la restauration collective : à vous de jouer !

Agriculture

Déforestation, perte de biodiversité, changement climatique, pollution des eaux… Notre alimentation a un impact considérable sur l’état de notre planète. La surconsommation de certains produits, en particulier industriels, présente également de lourdes conséquences sur notre santé – adultes comme enfants.

Pourtant, la demande mondiale de viande et de produits laitiers continue de monter en flèche. Les Nations unies prévoient une augmentation de la consommation de viande de 76 % d’ici 2050. Rien qu’en 2018, 76 milliards d’animaux ont été abattus pour nourrir la population humaine (sans compter les poissons). Si on ne fait rien pour y remédier, l’agriculture pourrait ainsi être responsable de 52 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre dans les prochaines décennies, dont 70 % seront liées à la production de viande et de produits laitiers.

Ces perspectives ne sont guère réjouissantes, n’est-ce pas ? Cependant, tout n’est pas perdu ! Nous choisissons le contenu de nos assiettes ; nous pouvons donc participer grandement à la solution. Peut-être avez-vous déjà réduit votre consommation de viande (dans ce cas, bravo !), mais il est possible de faire plus. Depuis la promulgation de la loi Agriculture et Alimentation votée en octobre 2018, les cantines ont jusqu’à 2022 pour introduire au moins 50 % de produits dits “durables” (ce qui ne veut pas dire grand chose, soyons clairs), dont 20 % de produits bio. Elles ont également un an pour mettre en place des menus végétariens une fois par semaine. Ces menus peuvent être composés de protéines animales (fromage, œuf) ou végétales (légumineuses, céréales).

Nous avons besoin de votre aide pour que les collectivités et établissements scolaires concernés mettent en place ces mesures, sans attendre les délais proposés par la loi.

 

Surtout, nous avons besoin que ces mesures soient une véritable réussite. En effet, dans certains établissements, des menus végétariens industriels et peu goûteux ont été instaurés. Résultat, les parents ou les élèves se plaignent et militent pour un retour de la viande dans les assiettes…! Or, la mise en place de menus végétariens prévue par la loi est en fait une expérimentation de deux ans. A l’issue de ce délai, l’expérimentation sera évaluée (gaspillage alimentaire, taux de fréquentation, coût des repas...). Il est donc essentiel que les menus végétariens proposés soient de bonne qualité (cuisinés à partir de produits frais, bio et locaux, et en évitant les substituts ultra-transformés de type nuggets, remplis de sucre, de sel et d’additifs) et qu’ils soient véritablement savoureux.

Votre action s’inscrira ainsi dans le mouvement mondial des citoyen.ne.s engagé.e.s pour une alimentation plus saine et plus durable, dans toutes les villes et tous les pays du monde.

Selon Greenpeace

02/05/2020

Comment fabriquer son masque de protection?

Le port du masque est désormais recommandé par l'Académie nationale de Médecine, dès que l'on sort de chez soi même après le 11 mai, notamment aller dans les transports en commun. Cet accessoire en tissu donc lavable ne donne cependant pas le droit de s'affranchir des régles de sécurité sanitaires comme la distanciation sociale et le lavage des mains au savon ou au gel hydroalcoolique.

Le masque à fabriquer soi-même est dit "alternatif" ou "anti-postillons" et il se différencie des masques chirurgicaux ou FFP2 utilisés par les professionnels de santé. Ces masques alternatifs sont destinés à des personnes n'ayant aucun signe de maladie. Ils doivent être composés de plusieurs couches superposées de tissu au maillage serré, qui permettent cependant de respirer facilement et doivent pouvoir être lavés à 60° au moins en machine sans dommages après chaque utilisation.

Ces masques doivent couvrir le nez, la bouche et le menton et posséder des brides à passer derrière les oreilles ou la tête. ils empêchent surtout les utilisateurs de se passer les mainsnsur le visage, ce qui constitue une porte d'entrée dans l'organisme pour le virus. L'AFNOR (Association française de normalisation) a édité un guide complet pour la fabrication de masques barrières. Toutefois, ce document est jugé par certaines couturières occasionnelles comme "dur à suivre". Le CHU Grenoble-Alpes pour son personnel soignant non concerné par les unités de Covid 19 a publié des tutos à partir du document.

Des youtubeuses ont également pris ce document AFNOR pour référence, afin de réaliser des tutoriels qui guident pas à pas du patron à la couture. On trouve par exemple, écrivent Mmes Jade Olivier et Emmanuelle Magne, dans Télé-Loisirs, des vidéos très claires sur la chaîne You Tube de l'Atelier des Gourdes ou sur celle de Cassie Mini (pour les masques des 7/8 ans). Si l'on n'a pas de machine à coudre, on peut tout de même fabriquer un masque avec du fil et des aiguilles en suivant les conseils de la youtubeuse Cuisine Test pour débutantes. Certains sont en couleur ou imprimés et ils rendent le port du masque moins uniforme.

Lyliane

 

 

Faire des tapis à partir de robes usagées...

American Vintage s'appuie sur la coopérative de tissu d'Aïn Leuh, au Maroc, pour offrir une seconde vie à ses stocks dormants. Quand des robes se transforment en tapis... dans une démarche de RSE. Aïn Leuh. Moyen-Atlas. Fès est à deux heures de route. En cette fin de matinée de fin janvier, la bourgade marocaine semble bien vide. Malgré la lumière crue. Les cerises, reines de la région, ne sont pas encore de saison. Seuls quelques habitués sont installés au café du coin. Des enfants s'échappent furtivement dans la rue... Tout semble très calme. Derrière la bâtisse, très sobre, de la coopérative des tisseuses de tapis du village, aussi. Si l'heure est au répit - ou plutôt à la préparation du déjeuner - les dernières semaines ne riment pas avec oisiveté. Lhasmia, Khadija et leurs amies - ou cousines, nièces, collègues avec qui elles ont lié des relations bien plus fortes que celles du labeur - sont actives. Parmi les quinze tisseuses, dix sont mobilisées sur la dernière commande d'American Vintage. Au programme : 60 tapis boucherouites confectionnés à partir de 2450 robes. Livraison prévue : le 26 mars.
Une idée d'upcycling
Né dans les années 1960 - historiquement pour isoler les habitations berbères du froid - le tapis "boucherouite" est composé de morceaux de tissus usés noués les uns aux autres. Comme leurs "homologues" d'Azrou, les tisseuses d'Aïn Leuh auraient pu refuser le projet... Car "dans l'esprit des gens, un tapis fait avec des chutes de tissu est un tapis qui n'a pas de valeur", nous confie Abdel-Ilah Neghrassi -appelez-le Abdou), marchand de tapis d'Azrou, ville réputée pour son savoir-faire traditionnel en la matière. Pourtant, la technique s'est offert une place de choix en Occident. Au sol ou accroché au mur, telle une oeuvre d'art, le tapis boucherouite fait la joie des designers, chineurs... et autres collectionneurs. D'où l'idée, bienvenue, d'American Vintage : transformer une partie de son stock dormant ou défectueux en collection déco.
"L'histoire de la collection avec les chutes de tissus a commencé il y a un an. Notre partenaire de longue date, Lizybiz, fabricant de tissu qui ne fait que des imprimés et travaille des pièces en chaîne et trame, nous a partagé le projet", raconte Jenny Lazzarelli, directrice artistique et responsable de l'image de la marque marseillaise. Derrière ce projet, une femme, Lou Leygnac, designer textile de Lizybiz. "Lou aime farfouiller partout. Via une amie interposée, elle est entrée en contact avec Abdou et l'idée a commencé ainsi. Elle nous a mis en contact avec toute cette filière. Cette démarche d'upcycling nous a complètement parlé. Travailler un produit comme le tapis, c'est l'ADN lifestyle et éthique que l'on souhaite développer", poursuit Jenny Lazzarelli.
Un savoir-faire traditionnel
Derrière le concept, les tisseuses d'Ain Leuh, elles, ont dû trouver la technique. En djellaba "pilou pilou" - pour contrer le froid - deux par deux, elles "déchirent" et nouent à la main avec rigueur, dextérité et rapidité, chaque morceau de tissu sur le métier à tisser... conformément aux dessins de Lou Leignac. "Elles travaillent des bandelettes de 1 cm de large environ. C'est minutieux. C'est un autre savoir-faire. Ces femmes m'ont encouragé à continuer de travailler sur ce projet parce qu'elles étaient motivées et n'ont jamais dit non", se félicite Abdou.
A la clé ? Des tapis à la fois design et traditionnels. Le tout, dans cinq dessins et trois formats différents : 50 x 80 cm ; 75 x130 cm ; et 100 x190 cm. "Ce qui donne un autre charme, c'est que tout est fait à la main", poursuit Abdou. "Pour faire vivre la filière et offrir du travail à ces femmes, un prix a été fixé ensemble pour leur permettre une marge supplémentaire raisonnable", assure Jenny Lazzarelli. Toujours d'un esprit RSE, conforme au positionnement de la marque. Les trois formats sont aujourd'hui disponibles en ligne... avant une vente et un expo exceptionnelle, sans doute courant septembre, compte tenu de cette période de confinement imprévue. Un beau projet en phase avec le positionnement d'American Vintage.

Selon Mme Stéphanie Gendron - L'Express - vendredi 27 mars 2020

01/05/2020

Economie durable: il ne faudrait rien lâcher!

À l'heure de la propagation du COVID-19 - plus que jamais - l'écosystème européen public/privé ne doit pas se désintéresser de l'économie durable. La crise COVID-19 risque en effet de provoquer un nouvel attentisme envers les engagements pris, alors même que l'économie durable constitue la solution pour le capitalisme mondial post-COVID-19.
Journalistes, analystes ont commencé à comparer, classer les entreprises engagées sur la voie d'un « green new deal ». Et pour cause, nos dirigeants sont appelés à déterminer de nouvelles trajectoires de gouvernance faute d'union aujourd'hui pour une Europe verte, faute d'une gouvernance mondiale verte, faute d'une harmonisation des données d'investissement socialement responsable (ISR) au niveau européen. Nos leaders politiques n'ont pas admis que l'ère anthropocène jouerait un rôle central dans le renouvellement du capitalisme. Car, oui, le temps a changé. D'historique, il est devenu géologique. Il est celui de l'empreinte humaine sur la biosphère, celui qui invite à un rééquilibrage des activités dominantes sur la surface de la planète. Car, oui, il y a des excès de déforestation, d'industrialisation, d'urbanisation et les pandémies (SRAS, COVID19) se succèdent. Ces temps de crise peuvent appeler à renouveler nos pratiques écologiques sur le plan social, environnemental et mental comme le philosophe de la dé-construction Félix Guattari nous y invitait avec son concept "d'écosophie" pour recomposer une terre humainement habitable.

Aujourd'hui, « nous sommes en guerre » contre une crise sanitaire. L'Europe est désormais l'épicentre de l'épidémie, selon l'OMS. L'urgence appelle donc à se souvenir de l'ingéniosité de l'homo sapiens qui à coup de révolutions industrielles et de progressisme, a permis une amélioration de l'état de l'humanité.
Nous sortirons de cette crise. Mais nous devons nous rappeler aussi de notre extraordinaire capacité humaine à oublier, faire « table rase » du passé.
Post-COVID-19, il ne faudra donc rien lâcher sur l'Europe verte et l'économie durable. En l'absence de règles admises ou contraignantes, les pionniers devront montrer l'exemple au risque de surprendre. Ne rien lâcher, ne signifie pas jouer les Cassandre, c'est ne pas autoriser que la crise du COVID-19 entrave un défi inéluctable, celui de la transition vers l'énergie propre, celui d'une nouvelle trajectoire à notre modèle économique.
Face à l'urgence mondiale COVID-19, il s'agit de voir plus loin : la sortie de la crise, et les décennies qui nous attendent. Ne rien lâcher, c'est ce que demande l'Agence internationale de l'énergie aux gouvernements, d'abord. À l'origine de 70 % des investissements énergétiques mondiaux, les gouvernements doivent faire bloc et ne pas céder à la chute des prix des énergies fossiles issue de ce COVID-19.

Ne rien lâcher, c'est ensuite aux dirigeants que l'on pense
Ceux qui prenaient les risques d'intégrer pleinement l'impact écologique de leur entreprise à un moment où dégager de la sur-performance (de l'Alpha financier) avec des critères ESG (économiques, sociales et gouvernementales) n'allait pas encore de soi. C'était vrai avant la crise COVID-19. Ça le sera encore plus après.

Nous pourrons compter sur le premier classement des dirigeants en fonction de ce qu'ils nous inspirent par leurs démarches volontaristes et leurs engagements personnels. Certainement aussi sur une vague de « Name and Shame ». Quoiqu'il en soit, ces dirigeants qui ne lâcheront pas seront les pionniers d'un nouveau capitalisme plus équitable, plus soucieux des écosystèmes. À cet égard, la crise du COVID-19 sera l'épreuve de feu pour la planète. Le risque étant que le sauvetage des entreprises post-covid19 priorise à nouveau la seule maximisation des profits. Cette crise montre en effet à quel point notre société est vulnérable, tout comme nos écosystèmes financiers, face aux défis exogènes (environnementaux, sanitaires, montée des inégalités). Nos modèles ne prennent pas suffisamment en compte la contrainte entropique, ce qui fait courir un risque à un énième rebond de l'activité économique. Profitons-en bien pour affecter une partie des capitaux considérables qui vont être injectés dans l'économie au service du développement durable.

L'Europe doit donc s'y préparer et ne pas oublier qu'elle a des champions parmi les meilleurs sociétés de gestion d'actifs qui peuvent imposer une nouvelle culture du capitalisme. Ainsi, dans une récente publication réalisée par la Banque des Règlements Internationaux (BIS), « The Green Swan », était reconnu non seulement les impacts profonds et irréversibles du changement climatique sur les écosystèmes et la société, mais aussi l'arrivée d'une véritable rupture épistémologique dans la communauté financière : la nécessité pour les banques centrales d'agir en faveur d'une finance verte, gage de stabilité financière pour la planète.
Après la crise, viendra le temps pour nos dirigeants d'entreprise, nos asset managers, nos instances dirigeantes de prendre le virage de « l'or vert ». L'Europe devra alors aligner ses planètes autour d'un bien commun, la Terre. Une priorité pour notre planète et ses habitants ! Ici et maintenant.

____

Selon Mrs Bertrand Badré, ancien Directeur Général de la Banque Mondiale et CEO et fondateur de Blue like an Orange Sustainable Capital ; Bernard Michel, Président Viparis et Real Estech Europe et Camille Fumard, Head of Leadership Strategies chez JIN

Lundi vert: pourquoi ne pas prolonger l'expérience?

Le journal La Bannière de l'ONG Greenpeace fait le point concernant l'opération "lundi vert" qui était lancée il y a un an. Elle consiste à encourager le grand public à ne consommer ni viande ni poisson le lundi. Le bilan de cette année de test est encourageant: en effet, 87% des personnes interrogées ont déclaré vouloir poursuivre cette expérience. Gageons qu'elle portera des fruits à court terme et deviendra une habitude de vie!

C'est une bonne nouvelle certes car il s'agit de lutter contre la surproduction de soja pour nourrir les animaux et la surconsommation de viande par les habitants des pays développés. Ces excès ont une incidence catastrophique à la fois sur notre santé (obésité, cholestérol, maladies cardio-vasculaires) et sur l'environnement. Beaucoup de surfaces agricoles ont été, en effet, déforestées dans certains pays, afin de favoriser un élevage extensif. Quant à la surpêche, elle ne permet plus à la ressource de se régénérer; elle abîme les coraux et arrache les algues où vivent des colonies de petits poissons.

Pour s'informer à ce sujet, consulter le site Internet: www.greenpeace.bit.ly/lundi-vert.

Lyliane

30/04/2020

Propositions du parti socialiste pour l'économie du 21 ème siècle...

Plutôt que de réparer sans cesse des crises comme celle du Covid-19, la seule véritable assurance vie que l'on puisse transmettre aux prochaines générations est une politique de prévention en matière sanitaire et alimentaire.
Tribune. La pandémie de Covid-19 révèle l’extrême fragilité de nos sociétés et notre interdépendance planétaire, tragiquement dévoilées par la carence de biens essentiels en situation de crise. Nous redécouvrons par là même les enjeux stratégiques de l’agriculture et l’alimentation pour notre sécurité et notre souveraineté.

«Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner […] est une folie. Nous devons en reprendre le contrôle.» Lorsqu’il annonce des «décisions de rupture» le 12 mars, Emmanuel Macron est-il réellement convaincu de la nécessité de revoir en profondeur notre modèle de développement ? Est-il réellement prêt à abandonner le modèle néolibéral avec son capitalisme financier et son dogme du libre-échange ? Il y a dix ans, Nicolas Sarkozy dénonçait lui aussi «les dérives du capitalisme financier». Puis, dès que la crise a été oubliée, tout – ou presque – a recommencé comme avant !

Pour nous, socialistes, la crise actuelle ne doit pas être une simple parenthèse dans un modèle de développement qui nous conduit dans une impasse. Le Covid-19 est une alerte qui annonce d’autres crises sanitaires ou environnementales, liées au dérèglement climatique ou à la dégradation des écosystèmes et de la biodiversité. Nous ne pouvons plus nous contenter d’essayer de réparer nos erreurs passées : une politique de prévention apparaît désormais comme le meilleur des investissements, la seule véritable assurance vie que nous pouvons transmettre à nos enfants. C’est en ce sens que nous devons transformer nos modes de production et de consommation, notre façon d’habiter la planète. Dans le domaine de l’agriculture et de l’alimentation, trois leçons peuvent d’ores et déjà être tirées de cette crise.

Une seule santé, une seule planète
Il n’y a pas de santé de l’être humain sans santé du monde animal, du monde végétal, et par conséquent des sols. C’est le sens de l’initiative One Health («Une seule santé»), lancée au début des années 2000, qui vise à mieux affronter les maladies émergentes à risque pandémique en associant la santé humaine à celle de son environnement. Du fait de leur impact sur les écosystèmes, certaines pratiques agricoles, comme nos habitudes alimentaires, contribuent au risque d’émergence de nouveaux agents infectieux. Il est devenu indispensable d’organiser la transition vers des modèles de production et de consommation qui soient, au long cours, générateurs de santé.

Les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à s’engager dans cette voie. Il s’agit d’accélérer ce mouvement en organisant la transition de nos modèles agricoles vers des systèmes agroécologiques plus diversifiés et une alimentation plus territorialisée. La crise que nous traversons doit permettre le développement d’une «nouvelle révolution verte». Ce projet implique de repenser les liens entre territoires urbains et ruraux et de permettre une nouvelle alliance entre agriculture et société civile. Le droit à la souveraineté alimentaire

La crise révèle que l’agriculture et l’alimentation, comme d’autres biens essentiels, sont au cœur de notre indépendance et de notre sécurité. La nourriture n’est pas une marchandise comme les autres. En ne préservant pas le droit à la souveraineté alimentaire, associé à une solidarité fondée sur la coopération entre les différentes régions du monde, une erreur a été commise lors de l’intégration de l’agriculture dans les règles du commerce international (création de l’OMC en 1994, aujourd’hui accords de libre-échange type Ceta et Mercosur).

Nous devons inventer une nouvelle génération de traités fondés sur des règles équitables et qui s’inscrivent dans un nouveau multilatéralisme. Dans ce «monde en commun», la sécurité alimentaire de 10 milliards d’êtres humains en 2050 passe par la justice, la dignité des travailleurs de la terre et le respect de la diversité des agricultures dans le monde. De la même façon que l’Unesco a adopté le 2 novembre 2001 une Déclaration universelle sur la diversité culturelle (sur la pression notamment de la France), notre pays doit défendre auprès des Nations unies la reconnaissance d’une exception agricole et alimentaire.
Ni nationalisme égoïste ni prédation mondialisée mais le droit pour chaque pays à contribuer à la sécurité alimentaire commune. Une nouvelle régulation des marchés agricoles, basée sur le «juste-échange», peut se substituer au dogme du libre-échange. Car, comme l’avait souligné Edgard Pisani, «le monde aura besoin de toutes les agricultures du monde pour nourrir le monde».

Le temps de l’Europe: La dernière leçon de la crise sanitaire dramatique que nous vivons en direct est que nous ne trouverons pas seuls de réponse aux enjeux sanitaires, sociaux et écologiques du XXI siècle. C’est notre Europe, aujourd’hui inachevée, qui, dans ce monde dangereux, peut faire de l’éthique de l’entreprise et de l’action publique une boussole dans la globalisation. Le Green Deal européen, qui a pour objectif la neutralité climatique en 2050 dans le cadre d’une transition juste et inclusive pour tous, ne doit pas trahir ce qui est un authentique espoir pour les citoyens européens. Une des bases de la fondation de la communauté européenne fut la modernisation de l’agriculture dans le traité de Rome en 1957. Convaincus que les espaces ruraux ne sont pas une périphérie mais au cœur des enjeux de la modernité, nous affirmons que le temps est venu de bâtir une politique agricole et alimentaire commune pour le XXI siècle.

Cette nouvelle PAAC doit faire de la santé des sols, du refus de l’accaparement des terres, du partage de la valeur ajoutée, de la fin du gaspillage alimentaire et du renouvellement des générations les conditions même d’une agriculture à hauteur d’homme, capable de produire une nourriture de qualité pour tous. La mondialisation n’est pas comme dans la fiction libérale, heureuse «par nature». Elle peut le devenir dans un nouveau pacte de respect de la nature et des droits humains. Lutte contre le changement climatique, protection de la biodiversité, prévention de la malnutrition et des pandémies sont un même et seul combat. Il passe par une puissance publique régulatrice, protectrice de nos communs et garante de la justice. Ce sont les principes directeurs d’une politique de gauche pour l’agriculture et l’alimentation.

Signataires : Dominique Potier secrétaire national du Parti socialiste et député de Meurthe-et-Moselle, Olivier Faure premier secrétaire du Parti socialiste et député de Seine-et-Marne, Valérie Rabault présidente du groupe socialistes et apparentés à l’Assemblée nationale et députée de Tarn-et-Garonne, Patrick Kanner président du groupe socialiste et républicain au Sénat et sénateur du Nord, Eric Andrieu vice-président du groupe S&D au Parlement européen, Stéphane Le Foll maire du Mans 

Qu'est ce que "la vivance"?

 

Depuis quelques années, j’ai découvert la joie de la VIVANCE. Cette prise de conscience a TOUT changé. Comme le dit mon cher ami Jean-Luc de Wachter : que faisons-nous de la Vivance dont nous sommes héritiers ? Nous avons tous en nous cette capacité à agir, parler, vivre et aimer depuis notre VIVANCE. Observez des enfants si vous l’avez oublié. Regardez avec quelle intensité ils vivent chaque instant de leur vie. Quand nous nous connectons à notre VIVANCE, une nouvelle lecture de la vie arrive et, avec elle, de nouveaux choix, et pour beaucoup, une formidable énergie d’agir.

Une période comme celle que nous vivons peut nous connecter à notre vulnérabilité. Nous pouvons aussi décider que même s’il se passe des choses difficiles dans ce monde, nous pouvons en même temps exprimer la VIVANCE qui est notre héritage d’être humain et apporter de la joie à cette planète !

Si nous sommes dans la survie, nous sommes dans la peur. Nous pouvons alors passer à côté des opportunités de la vie. Par exemple, en étant stressé·e, nous pouvons nous fermer à la compagnie de ceux que nous aimons. Dans la VIVANCE, nous goûtons le précieux de ce qui nous est offert à chaque moment de la vie.

Alors, je te propose un défi : comment peut s’exprimer aujourd’hui ta VIVANCE naturelle ? Cela peut être un coup de téléphone pour dire à quelqu’un que tu l’aimes. Cela peut être t’approcher de ton balcon et ressentir l’air frais sur ton visage… cela peut être… à toi de créer ;-)

Profitons encore ensemble de ces instants de partage, d’élan, de chaleur, de connexion.
Ils sont bons pour toi, pour nous, pour le monde et célébrons notre VIVANCE.



Les conférences d’hier ainsi que celles d’aujourd’hui sont accessibles ici :
Clique ici pour rejoindre la page programme et diffusion

LE PROGRAMME DU JOUR :

Pascal Hastir & Coralie Rahm - Responsable de ma liberté : L’accès à une vie qui nous correspond passe immanquablement par la pleine responsabilité de nos actes et de nos expériences
Notre première responsabilité est celle d’apprendre à nous connaître et aussi d’être conscient de ce qui nous anime, de nos élans de vie, et des éventuels conditionnements qui pourraient nous empêcher d’exprimer pleinement notre raison d’être profonde. Découvrez-en plus sur la notion de responsabilité en relation, en tant que parent ainsi qu’au niveau individuel au sein la collectivité.
Ivan Skybyk - 7 clés pour développer son intuition et vivre plus connecté·e
Dans cette conférence, Ivan nous partagera 7 outils concrets pour dépasser notre mental et écouter les appels de notre coeur, afin de vivre une vie pleinement alignée et heureuse.
Saverio Tomasella - De la joie à l'amour
Nous sommes perpétuellement en recherche de reconnaissance ou de jouissance. L’activisme et le consumérisme dévorent nos existences. Quand arrivent les déceptions, les épreuves, la maladie et la mort, nous nous rendons compte que nous sommes passés à côté de l’essentiel. L’être humain aspire fondamentalement à connaître l’amour, aimer et être aimé. C’est en ouvrant notre coeur que nous pouvons vivre les plus belles relations et les plus grandes joies…


SURPRISE DU JOUR : Et le monde avance encore. Voici un autre des mini-documentaires financés par le Sommet de la Conscience.
Clique ici pour découvrir l’écotourisme 100% autonome


Un seul lien d’accès à toutes les conférences : Clique ici pour accéder aux conférences

Pour rappel : Tu peux rejoindre le groupe facebook en cliquant ici


-------------------------------------------


De tout coeur,

Ana Sandrea
Et le collectif inspiré du Sommet de la Conscience

 
 

29/04/2020

Les concierges sont aussi en première ligne...

Un petit mot glissé sous la porte : "Nous sommes partis nous confiner à la campagne, merci de vous occuper de nos plantes." Un SMS : "J'ai mis mes poubelles sur le palier, est-ce que vous pourriez les descendre?" Un coup de fil : "Merci de garder mon colis confiné quelques heures, le temps que le virus parte, et ensuite de me le monter." Depuis que le "chacun chez soi" a été décrété, voilà le genre de tranches de vie qui absorbent Angélique et ­Ludovic, couple de gardiens officiant dans une copropriété de quatre immeubles, dans le quartier Montparnasse, à Paris.
Sur le ­territoire urbain, maillage de 60.000 concierges, ces petites ­histoires se déclinent à l'envi. Donnant à ces employés le sentiment d'être vus comme un rempart face au danger qui rôde jusque dans les parties communes. Mais sans la reconnaissance, encore moins les applaudissements.

"Le port du masque n'est pas nécessaire" ont fait savoir les organisations d'employeurs et syndics
Et avec quelles précautions? Puisque le ­contact rapproché avec les occupants est censé se raréfier, "le port du masque n'est pas nécessaire" ont fait savoir les organisations d'employeurs et syndics, dans un point d'étape du 23 mars. Il est aussi spécifié que "les équipements de protection habituels sont à utiliser, notamment des gants ménagers" et que "devra être apporté un soin tout particulier à la désinfection ­fréquente des éléments sensibles que sont les poignées, barres, rampes, sonnettes, ­Digicode et boîtes aux lettres". À charge pour l'employeur de s'assurer que le matériel est ­conforme, suffisant, et de le renouveler si besoin. Voilà pour le cadre théorique.
Les réalités sont plus disparates. Déjà parce que la communication fait parfois défaut avec des syndics au ralenti. Et que tous n'adoptent pas la même position. "Il y a l'employeur qui comprend la situation, pose Patrick Barbero, directeur de l'Union nationale pour la défense des gardiens d'immeubles et des employés de maisons (UDGE). Et il y a l'abruti avec un grand A, qui ne veut rien savoir : 'Le gardien est exposé? Je m'en fous, il continue son boulot car on a besoin que les poubelles soient sorties, le ménage fait et le courrier distribué.'"
Et de ­rapporter l'appel d'une gardienne sommée de faire les courses pour l'ensemble des résidents. Avec la crainte de perdre son emploi en cas de refus. "On parle de gens qui bossent la boule au ventre, avec les moyens du bord. Nous aussi sommes au front, peut-être pas en première ligne mais juste derrière", appuie ­Sandrine Pavy, du Syndicat ­national indépendant des gardiens d'immeubles et concierges (Snigic), elle-même en poste à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Javellisation systématique des colis: Dans le 11e arrondissement de Paris, Sandra partage sa loge de 18 mètres carrés avec son fils adolescent, entourée d'une cinquantaine de logements. La semaine dernière, elle a reçu du syndic de l'immeuble un lot de masques FFP2 et une boîte de 100 gants. Mais pas de consignes particulières, si ce n'est celles contenues dans la lettre d'Anne Hidalgo ­encourageant les ­gardiens parisiens à aider les résidents âgés dans le besoin. Ce qu'elle fait. De son propre chef, elle a aussi pris des ­mesures d'hygiène supplémentaires, comme la javellisation systématique des colis. Reste qu'elle a "quand même un peu peur".

Gilles, qui officie dans le 18e, a eu un mal fou à faire valoir son droit de retrait. Pas tant parce qu'il prenait des risques sur son lieu de travail, où aucun matériel ne lui a été fourni. C'est surtout que, n'habitant pas sur place, il en était réduit à utiliser trois transports en commun, deux fois par jour, pour un simple acte de présence. Ménage et poubelles étant sous-traités, les sociétés de réparation ne venant plus, il ne lui restait que de rares colis à réceptionner. Mais il a fallu en passer par un avocat pour faire plier le syndic.
Angélique et Ludovic, eux, sont restés sans nouvelles du leur ­pendant deux semaines, après qu'il leur eut été demandé, au premier jour du confinement, de cesser le nettoyage des parties communes. Leur conscience professionnelle a été plus forte. Ils passent désormais plus de deux heures sur une cage d'escalier contre quarante minutes habituellement. "On insiste sur des zones nouvelles ou plus exposées, comme les portes des occupants ou les interrupteurs."
Par chance, le couple disposait d'un stock de gants et de masques chirurgicaux hérité d'un dentiste ayant déménagé il y a quatre ans. Dans l'histoire, le pharmacien du coin a été bien content de récupérer deux boîtes de gants pour ses employés, les troquant amicalement "contre quelques masques FFP2". Voilà le facteur qui frappe à la porte de la loge. Ses protections, c'est ici qu'il les a trouvées. 

Selon Mr Damien Burnier - leJDD - mardi 7 avril 2020

 

Les savonniers français ont su s'adapter...

Sans surprise, l'industrie du savon, et en particulier du savon de Marseille, se sort plutôt bien de cette crise sanitaire. La grande force des savonniers provençaux: produire en France. Ils ont ainsi pu s'adapter rapidement et livrer les clients, points de vente comme particuliers. 
"Heureusement qu’on produit en France!" Les savonniers provençaux sont soulagés: ils ont pu répondre à l’explosion de la demande grâce à leur présence sur le territoire français. "En un mois et demi, nous avons reçu un volume de commande équivalent à sept mois en année normale, affirme Éric Renard, PDG et cofondateur de la Phocéenne de Cosmétique (Le Petit Olivier), Nous avons réussi à livrer grâce au dévouement des équipes, et aussi parce que nos fournisseurs sont tous présents dans un rayon de 300 kilomètres autour de l’usine. Comme il ne faut que 24 heures pour aller d’un point à un autre, nous pouvons faire face à la situation. Je suis fier de faire du made in France d’habitude, mais là… c’est une récompense extraordinaire."

Non seulement la PME de Salon de Provence (Bouches-du-Rhône) a pu surfer sur la demande grandissante de la grande distribution, mais elle assure que c’est le fabriqué en France qui lui a permis de surperformer par rapport au reste du secteur. "Notre croissance sur le marché du savon liquide et solide est comprise entre +200 et +250%, contre +48% pour le marché (chiffres Iri), confirme Éric Renard, Je ne vois pas d’autre raison à cette différence que notre extrême rapidité à produire et livrer les points de vente." Le chef d’entreprise ne se réjouit pas pour autant: les produits de soin Petit Olivier sont en baisse (-10 à -15%, un peu moins marqué que le secteur), et, sans surprise, les produits solaires sont en chute libre (-50% contre -60 à -70% dans les super et hypermarchés). "Les savons vont compenser pendant encore plusieurs mois, en particulier avec la réouverture des écoles; cela va nous aider à passer la vague."

Les savonneries traditionnelles tirent aussi leur épingle du jeu
A Salon et à Marseille, les savonniers qui produisent le savon de Marseille en cube à base d’huile d’olive grâce aux méthodes traditionnelles de fabrication au chaudron (Marius Fabre, Savons Le Sérail, la Savonnerie du Midi et la Savonnerie Fer à cheval, mais aussi Rampal Latour), ont eux aussi pu répondre à la forte hausse de la demande et continuer à produire et à vendre des savons pour le corps et l’entretien de la maison. Un énorme défi pour ces PME majoritairement familiales.

Chez Marius Fabre, à Salon de Provence, le coup a d’abord été dur, puisque 95% de ses revendeurs (drogueries, jardineries, magasins de bricolages, boutiques cadeaux…) ont fermé leurs portes le lundi 16 mars. Seuls les clients pharmacies, épiceries vrac et magasins bio ont pu rester ouverts. Néanmoins, la savonnerie constate une augmentation de 30% sur les savons de Marseille et les savonnettes et a dû renforcer ses équipes à la savonnerie pour faire face à la demande. 

A quelques centaines de mètres de là, l’autre savonnier de Salon de Provence est soulagé:"Nous avons enregistré une croissance de plus de 50% malgré la fermeture de nos boutiques en propre, confirme la porte-parole de Rampal Latour, grâce à la vente en ligne et la fourniture de secteurs exposés tels que les bureaux de postes, les transports publics et les hôpitaux, et bien sûr les magasins bio qui font de la première nécessité et sont donc restés ouverts." 

A Marseille, la Savonnerie du Fer à cheval a indiqué que ses ventes en ligne avaient été multipliées par quatre, et avait anticipé la crise, en augmentant la production et les stocks de 30 à 40% dès le mois de janvier. Interrogé par La Croix mi-avril, Guillaume Fiévet, président de la Savonnerie du Midi, explique avoir adapté son activité: "Nous avons accru notre capacité de production en nous concentrant sur certains produits: la semaine dernière nous avons produit 33.000 savons par jour, contre 16.200 l’an dernier à la même époque."

Selon Mme Anna Rousseau - Challenges - dimanche 26 avril 2020

27/04/2020

Un cyber world clean up numérique est proposé...

Le référent de l’opération de nettoyage pour Mons-en-Barœul s’attaque aux sources numériques inutiles de consommation d’énergie. Nettoyage virtuel, impact bien réel. En ces temps de confinement lié à l’épidémie de coronavirus, impossible d’aller se balader dans la nature, même pour la débarrasser des déchets. Si le désormais célèbre World CleanUp Day, prévu en septembre, est pour l’instant maintenu, rien n’empêche d’appliquer la méthode dès aujourd’hui au numérique. C’est l’idée que Florent Debarbieux va tenter de mettre en place samedi prochain , à Mons-en-Barœul.
On ne le sait peut-être pas assez, mais le numérique sous toutes ses formes est une source de plus en plus importante de consommation énergétique. Il y a bien entendu la fabrication de tous les outils que nous utilisions, comme les ordinateurs, les smartphones ou les tablettes, mais aussi les mauvaises habitudes liées à leur utilisation.

Des mails très énergivores
Peut-on se figurer que le simple fait d’envoyer un mail avec pièce jointe de 1 Mo consomme autant qu’une ampoule de 60 watts pendant 25 minutes ? « Tout est stocké sur des serveurs très énergivores. Plus il y a de donnée, plus il y a de serveurs », explique Florent Debarbieux, référent du World CleanUp Day pour la ville de Mons-en-Barœul, près de Lille.
Du coup, un peu comme un test, il a décidé d’organiser un cyber CleanUp Day. « Ce grand nettoyage numérique a eu lieu samedi 11/4/2020 à Mons, mais aussi dans d’autres communes comme Tourcoing, Arras ou Marcq-en-Barœul », poursuit-il. Avant d’aller prendre soin de la nature, les participants sont invités à nettoyer leurs espaces numériques : vider les boîtes mail, les espaces de stockage en ligne, les corbeilles ou encore supprimer les applications inutilisées.

Faire évoluer les habitudes
Outre le fait d’organiser une opération marquante, il s’agit aussi de faire évoluer les habitudes : « Pour le World CleanUp Day, l’idée est de sensibiliser les gens sur l’importance du recyclage, la nécessité de produire moins de déchets, voire pas du tout. C’est le même principe en ce qui concerne le numérique », insiste le référent de l’association. « Passer des clips en streaming sans même regarder la vidéo ne sert à rien et consomme beaucoup d’énergie », donne-t-il en exemple.
Dans son rapport La face cachée du numérique, publié en 2018, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) donne de nombreuses pistes pour réduire les impacts du numérique sur l’environnement. Le problème, en cette période de confinement, c’est que les écrans sont le refuge contre l’ennui de beaucoup.

Info By the Web Coronavirus : Initiatives solidaires pour les exclus du numérique, de plus en plus isolés par le confinement

25/04/2020

Des assurances s'engagent face à la pandémie...

Les assureurs sont moins impactés par la crise du coronavirus que d’autres secteurs d’activité. Mais on les presse de prendre position sur la couverture des nouveaux risques sanitaires. Confiné chez lui, Thomas Buberl, le directeur général d'Axa, a choisi le JDD pour ouvrir le débat, détailler son engagement dans la santé et mettre en avant les actions solidaires de son groupe.
Quelles sont les conséquences de la crise du coronavirus pour Axa?
Au-delà de l’impact global de la crise économique, nous sommes directement touchés dans deux domaines. D’abord, celui des sinistres liés à des maladies, des décès ou des événements annulés. Ensuite, celui de nos investissements financiers, qui se déprécient comme aujourd’hui quand la valeur des actions est fortement réduite. Mais Axa est solide, nos résultats et notre bilan ces dernières années le prouvent. Cette crise ne changera pas cette situation.

Le luxe s'engage face au Covid-19
Beaucoup de vos clients étaient-ils protégés contre cette pandémie?
Oui. Quand vous avez souscrit une assurance santé ou décès, vous êtes couvert. Les événements sont aussi protégés en cas d’annulation ou de report. Par exemple notre filiale Axa XL était un des assureurs des Jeux olympiques de Tokyo, qui sont reportés. Une entreprise peut également être assurée contre le risque de perte d’exploitation lié à une épidémie, même si c’est assez rare qu’une entreprise prenne ce type d’assurance. En revanche, nous ne pouvons prendre en charge toutes les pertes non assurées provoquées par le confinement. Le secteur de l’assurance se mettrait en danger s’il payait un sinistre pour lequel personne n’a cotisé. Nous ne pouvons prendre en charge toutes les pertes non assurées provoquées par le confinement.

Que peuvent faire les assureurs pour aider les populations?
Tous multiplient les initiatives de solidarité au-delà de l’exercice de leur métier. Nous avons fait le choix de concentrer nos efforts sur nos clients les plus touchés pour les aider à faire face à leurs charges financières. Nous sommes aussi le premier contributeur parmi les assureurs au fonds de solidarité créé par l’État. Au total, Axa a décidé de mobiliser 200 millions d’euros dans plusieurs pays pour répondre à cette urgence sanitaire, économique et sociale. Ces moyens permettent des actions très concrètes. En Belgique, par exemple, nous avons ouvert gratuitement notre service de télémédecine à toute la population.

Aidez-vous également les personnels de santé?
Oui. En France, nous venons de créer une structure de soutien psychologique. Nous avons acheté 2 millions de masques, que nous livrons au système médical. Et nous aidons des soignants en finançant leurs repas. Il faut aider, il faut être là.
Comment voyez-vous la sortie de la période de confinement?
Notre priorité sera d’offrir à nos collaborateurs un environnement de travail très
sécurisé. Dès le début de la crise, nous avons mis en place très rapidement un système de télétravail pour tous nos collaborateurs. Nous avons beaucoup investi dans notre infrastructure digitale ces dernières années, y compris chez nos clients. Ça nous a permis d’être très présents auprès de nos clients. Il faudra être très prudent à la sortie du confinement pour surmonter les appréhensions, le télétravail restera important. La vie sera différente.

Comment va évoluer votre marché dans les mois à venir?
La santé était déjà un sujet important, elle va devenir omniprésente. C’est un enjeu majeur du futur. En Asie, par exemple, la demande de produits de santé progresse déjà de plus de 200%. Les téléconsultations en France explosent, nous sommes passés de 6.000 par mois à 3.000 par jour dans la crise. Ce nouvel usage des technologies devrait être durable.
 Sortir du confinement, le casse-tête de l'exécutif...

Peut-on inventer une protection contre les pandémies?
Oui. Nous devons réfléchir à la création d’un mécanisme de mutualisation qui puisse accompagner les crises sanitaires d’une telle ampleur. Axa est prêt à prendre l’initiative pour travailler avec l’État français et d’autres États européens afin de créer un régime d’assurance pandémie permettant de couvrir ces catastrophes sanitaires inspiré de celui qui existe déjà pour les catastrophes naturelles. Il pourrait appartenir à 50% à l’État et à 50% à un pool d’assureurs privés. On encaisserait chaque année des primes qui seraient mises en réserve. En cas de crise, les assureurs paieraient jusqu’à deux à trois fois le montant des primes, l’État prenant le relais au-delà. Je vais prendre une initiative pour avancer dans cette direction. Mais il faudra aussi faire beaucoup plus en matière de prévention. L’un des enseignements de cette pandémie est que le monde n’était pas assez préparé et ne s’est pas assez coordonné. Or, avec le réchauffement climatique notamment, nous avons devant nous de grands dérèglements requérant une grande préparation et des actions coordonnées au niveau mondial. Axa va-t-il baisser le montant de ses dividendes, comme le demande le ministre de l’Économie?
Je comprends qu’une entreprise doive le faire quand elle demande des aides publiques. Mais ce n’est pas notre cas. Je note également qu’il n’y a pas d’unanimité entre les régulateurs européens sur ce point. Nous ne pouvons pas subir des règles qui ne s’imposeraient pas à nos concurrents européens, notamment allemands. Nous souhaitons donc prendre le temps de la réflexion et du dialogue. Nous déciderons avant notre assemblée générale, qui a été reportée à la fin du mois de juin.

Cette crise peut-elle faire exploser l’Europe?
Elle demande des réponses à la fois nationales et globales. Beaucoup s’inquiètent pour l’Europe mais, en réalité, beaucoup de solidarités entre les pays sont déjà à l’œuvre, que ce soit dans la recherche ou dans la prise en charge de malades du Covid-19.

Selon Mr Rémy Dessarts - leJDD - dimanche 5 avril 2020

Des bus gratuits pour les habitants de la périphérie de Libourne...

Dans le journal La Croix du 11 mars, Mr Simon Barthélémy signe un article consacré à  Libourne, l'une des premières villes françaises à tester la gratuité des transports en commun. En effet, son réseau a été étendu à toute l'agglomération, un territoire rural et défavorisé, où un ménage sur huit n'a pas de voiture. En fait, depuis le 2/9/2019, la communauté d'agglomération du Libournais a prolongé ses 4 lignes jusqu'alors limitées à Libourne et elle a crée 5 nouvelles lignes non urbaines, afin de désservir toutes les communes du territoire.

Dans la ville centre, depuis 2010, les bus étaient gratuits. désormais la mesure est étendue à la périphérie. L'agglomération consacre donc désormais 4,5 millions d'euros par an pour son réseau de bus. Sur ce total, 70% proviennent du "versement transport", contribution payée par les entreprises. Le reste est pris sur le budget général de la collectivité. Ces "Calibus" comme on les appelle soulagent vraiment la population de la banlieue!

Ce qu'a fait l'agglomération de Libourne, qui compte 90 300 habitants dont 24 000 au centre ville, est un exemple de prise en charge des besoins de mobilité de tous les habitants, particulièrement de ceux qui sont au chômage ou en grande difficulté. Désormais, ces derniers ne se sentent plus abandonnés. De plus, le succès est au rendez - vous puisque entre 2010 et 2019, la fréquentation du réseau a doublé. En effet, scolaires mais aussi étudiants, employés, ménagères utilisent ces Calibus et délaissent leurs moyens de transport personnels.  Que ce soit au niveau de la pollution, du pouvoir d'achat ou de la solidarité, tous se félicitent de cette initiative.

Pourquoi ne pas tester ailleurs un tel dispositif, surtout depuis la loi mobilités de décembre 2019 qui entend dynamiser des solutions alternatives à la voiture?

Lyliane

24/04/2020

Des robots soulagent le personnel soignant à l'hôpital...

Robot de désinfection de chambres d'hôpital, de transport des médicaments ou robot-infirmier: ces machines viennent suppléer le quotidien des soignants pour limiter leur contamination dans les établissements de soin. Ils ne portent pas de masques dans les hôpitaux mais n'en ont pas besoin car ce sont des robots, qu'il désinfectent des chambres, supervisent les patients ou convoient des médicaments. En réduisant les contacts physiques entre les patients et les soignants, ils peuvent jouer un rôle clé dans la lutte contre le coronavirus SARS-CoV-2 dans le monde, en limitant la contamination des personnels de santé.
"Les robots ont un grand potentiel pour nous soutenir dans la grave pandémie actuelle" explique Susanne Bieller, Secrétaire générale de la Fédération internationale de robotique (IFR). Un robot de désinfection suscite une forte demande. Mis au point par la société danoise Blue Ocean Robotics, il a été commandé par les hôpitaux chinois à plus de 2000 exemplaires alors que ces machines opèrent déjà dans plus de 40 pays, en Asie, en Europe et aux États-Unis. Ce robot baptisé UVD utilise un certain type de rayon ultraviolet (UV-C) connu pour ses vertus germicides, afin de tuer les micro-organismes nuisibles.

Le robot se déplace de manière autonome dans les chambres des patients et les salles d'opération et expose toutes les surfaces critiques avec la quantité suffisante d'ultraviolet afin de tuer des virus et des bactéries spécifiques. Pour des raisons de sécurité, il fonctionne seul et éteint automatiquement ses rayons (dangereux pour l'homme) si quelqu'un pénètre dans la pièce. Dans une chambre de patient typique, 99,99% de tous les virus et bactéries sont tués en 10 minutes, selon la société. "UVD est un dispositif qui assiste le personnel de nettoyage", explique Claus Risager, PDG de la firme danoise. Les robots infirmiers ont, quant à eux, faire leur apparition à l'hôpital Circolo de Varèse, dans cette région du nord de l'Italie, durement touchée par la pandémie. De la taille d’un enfant avec leur 90 cm de hauteur, ces robots de type "androïd" sont dotés de plus de 60 capteurs et affichent plusieurs capacités : reconnaissance faciale, interaction vocale, localisation vocale, chat vidéo, évitement d’obstacle et charge automatique. Le personnel médical peut ainsi entrer en contact avec les patients sans contact direct. "C'est comme avoir une autre infirmière sans les problèmes liés à l'infection", a déclaré le docteur Francesco Dentali, directeur des soins intensifs à l'hôpital, selon Reuters. Et ces machines épargnent aussi des équipements de protection individuelle (masques, blouses, etc.), réservés au personnel soignant.

Dotés de grands yeux clignotants, ils sont amenés dans les chambres et laissés au chevet du patient afin que les médecins et infirmières puissent s'occuper d'autres personnes dans des conditions plus graves. Ces androïdes surveillent les paramètres de l'équipement dans la salle et les transmettent au personnel de l'hôpital. Les robots ont des visages à écran tactile qui permettent aux patients d'enregistrer des messages et de les envoyer aux médecins. Ces machines de la marque Sanbot Elf ont été conçues par la société chinoise Qihan Technology. Le robot de transport forme une troisième catégorie de machines venant aider les soignants en période de pandémie. Plus classiques, ils assurent la distribution sûre du matériel hospitalier en circulant, guidés par leurs capteurs, dans les zones de quarantaine -sans contact personnel- comme Phollower, le robot mobile de la société slovène Photoneo (cf photo ci-dessus), pour transporter des médicaments par exemple. Plus généralement, les robots "médicaux" représentent un marché bien établi dans les catégorie des "robots de service" avec un potentiel de croissance considérable. Les ventes de robots médicaux ont augmenté de 50% pour atteindre 5100 unités en 2018, selon les statistiques publiées dans World Robotics par la fédération internationale de la robotique (IFR).

Selon Mr Frédéric Bergé - BFMTV - samedi 4 avril 2020

Cuisiner sans gaspiller ...

Pesto de fanes de radis, bouillons d'épluchures… La popote "écoresponsable" se révèle utile, pendant le confinement et après. l n'y a pas de revanche tardive. Voyez ces épluchures qui relèvent la tête, ces carcasses qui bombent le torse, ces tiges qui n'ont plus honte d'elles-mêmes… Les bien nommées parures alimentaires envisagent enfin leur avenir ailleurs qu'au fond d'une poubelle. Si elle existe depuis des dizaines d'années, la cuisine antigaspi prend tout son sens aujourd'hui, elle qui a ­toujours su comment cuisiner toutes les parties d'un même ­aliment, même celles qu'on envoyait d'office au vide-­ordures : ­trognons, ­pelures, croûtes, côtes, feuilles, noyaux, écorces, arêtes et os…
À l'aune de l'épreuve sanitaire que nous traversons et malgré les injonctions consuméristes, la ­popote "écoresponsable" n'a jamais semblé aussi nécessaire. Ce bon sens culinaire est à la fois essentiel à nos assiettes, à notre porte­feuille et à notre ­planète puisqu'il permet de ne pas ­gâcher la nourriture à l'heure où les chiffres de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) donnent la nausée : on jette en France 10 millions de tonnes de nourriture par an, soit 29 kilos par personne. Autant revoir notre copie par le menu. Et très vite.
L'art et la manière de donner plus de goût
"La cuisine écoresponsable, c'est déjà choisir la bonne quantité de nourriture pour éviter les restes puis, s'il y en a quand même, ­savoir les accommoder, explique Chloé Charles, cheffe indépendante qui excelle dans l'exercice. Il ne faut pas non plus acheter trop de nourriture pour éviter d'avoir des aliments périmés au frigo." En réalisant deux ou trois repas à partir d'un plat initial, on fait des économies sans pour autant mégoter sur la qualité et le goût. De quoi pousser à regarder d'un nouvel œil sa botte de radis : ses fanes peuvent devenir à la fois une soupe, un pesto, un coulis, un beurre-pommade aromatisé ou encore un condiment pour accompagner un poisson…
"Le 'zéro déchet', c'est une sorte de jeu : on n'a rien à perdre à essayer!"
Les a priori ont pourtant la vie dure : beaucoup voient ces recettes "de peu" comme une cuisine au rabais, qui consisterait à reconvertir des aliments ­périmés ou mauvais au goût. "Les gens ­pensent qu'ils vont grignoter des os ou ont peur de ne pas savoir comment faire, poursuit la cheffe. Mais le 'zéro déchet', c'est une sorte de jeu : on n'a rien à perdre à essayer! Achetons des aliments de qualité, sourcés et de saison, pour les utiliser à 100% : agir ainsi, c'est respecter la hiérarchie de leur production et rendre hommage à l'être humain qui les a produits." Rayon légumes, cédons aussi aux charmes des "moches", ces ­légumes "non calibrés", que les grandes ­surfaces ou les ­restaurants huppés recalent souvent sous ­prétexte qu'ils sont tordus.
Oublier l'apparence pour se concentrer sur le goût d'une parure ouvre la porte à ­d'innombrables ­recettes malignes : réaliser des chips de pluches multicolores, un coulis de fraises avec les parties vertes du fruit, une mayonnaise aromatisée au vert d'un poireau… "C'est devenu à la mode mais ça renvoie simplement à la cuisine de nos grands-mères, estime Pierre Augé, de La Maison de Petit Pierre, à Béziers.
Il ne s'agit pas seulement de trouver une seconde vie à un ­ingrédient mais seulement de ne pas l'ignorer. Au restaurant, le moindre pain ­restant devient une chapelure." Le chef ne manque pas d'astuces : réaliser un granité en congelant l'eau des poires au sirop, monter l'eau des pois chiches en neige pour remplacer les blancs d'œufs dans une mousse au chocolat ou récupérer les restes de l'agneau pascal pour en faire un ragoût façon parmentier, en le faisant confire avec des olives vertes, des tomates, de l'oignon…
Une philosophie des fourneaux qui plaît
Chez Chloé Charles, l'exercice est incontournable et l'imagination, sans limites. "C'est une cuisine de valeur ajoutée, insiste-t?elle. Elle donne deux fois plus de goût aux plats." Des épluchures de ­légumes? Elle en fait un bouillon qui servira à un pot-au-feu mais aussi à la cuisson des pâtes ou du riz. Le vert des poireaux? Il sert à humidifier naturellement les cuissons au four, inséré par exemple dans le coffre d'un ­poulet, pour que les blancs restent bien tendres. Des brioches ratées? Coupées en cubes, grillées au four, infusées dans du lait puis mixées, elles se transforment en une délicieuse soupe, façon crème anglaise…
Bouillons, fonds, fumets… Ces sacrées parures ont donné naissance aux sauces et aux jus, qui ont eux-mêmes créé tout le caractère, le goût et la renommée de la gastronomie française. Historiquement, ce sont aussi les ménagères qui adoptèrent ce réflexe bien avant les chefs, en période de pénurie, de guerre ou de crise économique. C'est ainsi que le pain perdu et les croûtons sont nés de la récupération du pain rassis, les bouillons de celle des os de volailles… Sans parler des traditionnels ­pot-au-feu ou hachis parmentier, inventés pour recycler la viande.
"On se pose la question pour chaque aliment. On jette très peu."
En Italie, une des recettes de la cucina povera consiste à remplacer le parmesan par des miettes de pain sautées à l'huile d'olive avec de l'ail. Un troc à la fois malin et délicieux.
Aujourd'hui, cette philosophie des fourneaux a pris un tour plus écologique qui séduit le grand ­public : en témoigne le succès des livres de recettes zéro déchet ou de "batch cooking", cette vieille technique consistant à préparer le dimanche de quoi manger pour toute la semaine. Les chefs aussi commencent à adopter le concept : on notera entre autres l'excellent livre du chef du Plaza Athénée, Romain Meder, Naturellement libre (Ducasse ­Édition), ou celui de Sonia ­Ezgulian, Antigaspi (Flammarion), où l'on trouvera les meilleures idées possible pour se lancer.
Dans les restaurants aussi, l'idée fait son chemin. Florent Piard en a même fait le fondement de ses deux adresses parisiennes, Les Résistants et L'Avant-Poste. On n'y
travaille qu'avec des produits de petits producteurs éthiques et sourcés, et c'est la carte, ultra-flexible, qui s'adapte aux denrées disponibles. "On se pose la question pour chaque aliment, explique-t-il. On jette très peu. Nos restaurants existent grâce à cette vision des choses, qui peut se décliner chez les particuliers. C'est économique, ludique, écolo et très bon!" La cuisine "de peu" fait finalement beaucoup.
Selon Mme Charlotte Langrand - leJDD - mardi 21 avril 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

23/04/2020

Conséquences économiques de la dépendance de la France dans certains domaines...

Président de la Fédération des Industries des Equipements pour les Véhicules (FIEV), qui regroupe 120 adhérents employant 71.000 salariés, Claude Cham travaille avec ses équipes pour aider les PME et ETI du secteur automobile. La FIEV a suspendu son appel à cotisations pour cette année, soit l’équivalent de plusieurs millions d’euros. Mais il appelle aussi à une réflexion de plus long terme, des industriels comme des pouvoirs publics, pour se prémunir face aux prochaines crises mondiales.

Comment vos adhérents traversent-ils cette crise?
Claude Cham - 70% des entreprises sont à l’arrêt ou en chômage partiel. Quelques usines fonctionnent encore partiellement, pour alimenter l’après-vente ou livrer les usines de Slovénie, de Tchéquie, qui fonctionnent encore. Et aussi les usines chinoises qui repartent. Mais les plus petites souffrent clairement plus que les grosses, car ces entreprises n’ont pas forcément les ressources financières ou la trésorerie nécessaire. Nous les aidons dans les diverses démarches de reports d’échéances. A date, un seul de nos adhérents est dans un processus de liquidation.

Les banques soutiennent-elles les entreprises les plus fragiles du secteur?
Cela fut un peu dur au démarrage, mais les banques sont depuis aux côtés des entreprises. Le système de relais de prêts fonctionnent bien, nous n’avons pas de difficultés majeures. Notre inquiétude porte plutôt sur les assureurs, car le concept de cas de force majeur ne permet pas de déclencher les assurances pour couvrir les pertes d’exploitation. Nous avons alerté le ministre de l’Economie sur ce sujet. Des discussions sont déjà en cours pour préparer les plans de relance.

Quelles dispositions vont être prises?
Il faut une action méthodique en trois temps: sur le court, le moyen et le long termes. A court terme, il faut garantir aux salariés de reprendre le travail dans les conditions sanitaires les plus sûres possibles. Il faut travailler sur cette reprise pendant les cinq à six semaine qui viennent, et faire adhérer les salariés à cette reprise. A moyen terme, il faut travailler à la relance économique avec les pouvoirs publics. Enfin, sur le long terme, il faut tirer les leçons de notre dépendance par rapport à l’étranger, travailler sur nos fragilités. Pourquoi les sociétés se sont-elles implantées en Chine, au Maroc, en Turquie?

Cette question ne se pose-t-elle pas aussi au niveau européen? Les usines de Renault et PSA auraient pu s’arrêter à cause d’un sous-traitant italien en février…
Oui, il faut se poser la question, se mettre autour d’une table avec les industriels, les départements, les régions. Il faut faire attention à ne pas être dépendant d’un seul fournisseur, d’un seul client. Nous devons travailler tous ensemble pour prendre des décisions fortes qui ne seront pas forcément bonnes pour les profits à court terme, mais fera en sorte que nous, industriels européens, limitions nos dépendances dans des secteurs stratégiques comme l’électronique ou les batteries.

Un système de prime à la casse peut-il relancer le marché?
Le marché mondial perdra cette année entre 20 et 30 millions de voitures. A l’échelle de la France, cette année, au lieu des 1,8 million de voitures prévues, si nous arrivons à en vendre entre 1,4 et 1,5 million [contre 2,2 millions de voitures particulières l'année dernière, ndlr], ce sera déjà bien. Il faut s’accorder sur le meilleur dispositif de relance possible. Mais plus qu’un possible phénomène de prime à la casse, je suis plus préoccupé par l’atmosphère anti-voiture qui règne. Or, peu de produits ont fait autant de progrès techniques que l’automobile, de progrès de sécurité ces 40 dernières années. Il faut mieux défendre notre industrie.

Propos recueillis par Pauline Ducamp - BFM Business - vendredi 3 avril 2020

21/04/2020

En Italie réapparition des "courses suspendues"...

C'est l'une des nombreuses formes de solidarité qui, depuis le début de la crise sanitaire et économique liée au coronavirus, ont surgi aux quatre coins de la péninsule. Afin d'aider les nombreuses personnes amputées de leurs revenus et peinant à remplir leurs caddies, les "courses suspendues" prolifèrent en Italie.
L'idée s'inspire d'une ancienne pratique diffuse dans la ville de Naples au siècle dernier, que la crise de 2008 a relancée: le "café suspendu". Elle permet, lorsqu'on commande un café, d'en payer deux, le deuxième pouvant être consommé par tout client moins fortuné qui en fera la demande. Interprétée à l'aune de l'urgence sociale due au Covid-19, elle consiste désormais à ajouter à son sac de courses des produits de première nécessité destinés à un.e bénéficiaire inconnu.e.

"Si tu en as besoin, prends"
A Naples, le passage d'un concept à l'autre a été spontané. Posés dans les rues ou accrochés aux balcons, des paniers remplis de vivres ont commencé à paraître, accompagnés de panneaux écrits à la main: "Si tu en as besoin, prends", "Si tu as faim, il y a quelque chose", "Si vous pouvez, mettez quelque chose, sinon prenez". Le succès de leurs photos sur les réseaux sociaux a été tel que des autorités publiques aux grands groupes privés, en passant par les ONG, de nombreuses structures ont décidé de participer à l'initiative.
La ville de Naples a ainsi lancé un mécanisme officiel, visant à mettre les commerces en relation avec les organisations de don alimentaire: paroisses, ONG etc. Dans la région de Rome, plusieurs municipalités se sont aussi activées afin d'obtenir les adhésions de supermarchés. Autour de Florence, l'entreprise italienne Coop Italia s'est aussi ralliée au mouvement, en ouvrant à ses clients la possibilité de donner soit de l'argent, soit des points de leurs cartes de mutualistes, afin de financer l'achat de courses pour les plus pauvres.

96 tonnes de nourriture 100% italienne:
Dans toute l'Italie, Coldiretti (Confederazione nazionale coltivatori diretti), le principal syndical agricole italien, a pour sa part mobilisé son réseau de vente directe, Campagna Amica. Grâce aux "courses suspendues", il affirme avoir ainsi pu distribuer "96 tonnes de nourriture 100% italienne, de qualité et à kilomètre zéro en une seule semaine à 22.000 familles": "des fruits, des légumes, du fromage, des charcuteries, des pâtes, des sauces tomates, de la farine, de l'huile, du vin", est-il précisé. La distribution a été possible grâce à la collaboration de quelque 250 structures sur le territoire: paroisses, banques alimentaires, administrations municipales etc.
Et en outre de se multiplier, désormais la solidarité commence même à prendre de nouvelles formes, élargissant la notion de "biens de première nécessité". Pour Pâques, Coldiretti prévoit de distribuer aussi des plats traditionnels locaux. A Syracuse (en Sicile), la mairie a activé des "courses suspendues" pour les chiens et chats: l'objectif et de collecter des vivres qui seront distribués soit à des propriétaires en difficulté, soit aux bénévoles qui s'occupent des animaux de rue.

Selon Mme Giulietta Gamberini - La Tribune - lundi 6 avril 2020

20/04/2020

Aide à l'utilisation des outils numériques...

Ce site se veut un centre pédagogique pour aider les personnes en délicatesse avec Internet à utiliser au mieux les outils numériques, a expliqué le secrétaire d'Etat Cédric O. Un site internet et un numéro de téléphone associé ont été lancés dimanche pour aider les personnes qui ont du mal à utiliser les outils numériques, au moment où les Français sont confinés en raison de l'épidémie de coronavirus.
"Les acteurs de la médiation numérique, qui sont tous ceux qui sont engagés depuis des années pour faire en sorte de former les gens aux usages du numérique, lancent ce soir un site: solidarite-numerique.fr", a expliqué sur France Inter le secrétaire d'État chargé du numérique, Cédric O. Ce site se veut un centre pédagogique pour aider les personnes en délicatesse avec Internet à utiliser au mieux les outils numériques pour leurs démarches administratives.

Un Français sur 5 sans aucune capacité numérique
Un numéro de téléphone associé, le 01 70 772 372, sera également joignable du lundi au vendredi, de 9h à 18h, pour ceux qui souhaiteraient prendre conseil auprès d'un des 700 "médiateurs du numérique" volontaires. "Le numérique est devenu quasiment un bien vital dans notre société", a expliqué Cédric O.
Or, "à peu près 13 millions de Français aujourd'hui, un Français sur cinq, (ne) se sent sans aucune capacité numérique - non pas qu'il n'a pas accès à Internet chez lui ou au travail - mais parce qu'il ne sait pas se servir d'Internet et qu'il ne sait pas faire les démarches de base comme se déclarer sur pôle emploi, déclarer ses impôts", a complété le secrétaire d'État chargé du numérique.

Selon lexpress.fr - L'Express - lundi 30 mars 2020