Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2018

Il y a des maladies qui changent nos vies et les tournent vers des chemins inattendus...

Dans la revue Version Femina, j'ai bien apprécié un article de Mme Caroline Dreyfus-Rose au sujet des maladies qui donnent un sens nouveau à nos vies. Elle apporte  notamment le témoignage de 3 personnes qui ont puisé dans cette épreuve des ressources insoupçonnées. Il s'agit tout d'abord de Mr Eric Brun-Sanglard, devenu non-voyant à 32 ans, qui quitte le monde de la parfumerie pour diriger le chantier de sa maison de Los Angeles. Loin de baisser les bras, mémorisant tout, tâtant les matériaux comme les nuanciers, "sa passion pour l'esthétique s'épanouit dans le noir absolu".  Il s'est alors lancé dans le métier de décorateur et il est devenu peu à peu le "blind designer" en vogue dans toute la Californie. Il a raconté avec humour son histoire dans l'ouvrage "Au-delà de ma nuit" publié au Presses de la Renaissance.

Mme Sylvie Méliet, 52 ans, souffrant pour sa part d'un psoriasis rebelle à tout traitement, écoutant sa seule intuition, s'est envolée pour un village reculé de Guinée à 1300 km de Conakry. Elle a découvert là une tradition transmise de mères en filles pour fabriquer de l'huile de Carapa Procera, efficace contre les lésions cutanées. Cette huile est extraite de graines contenues dans une noix. Elle l'a expérimentée avec succès et elle a décidé de la faire connaître en France (efficacité 94%) pour soigner d'autres patients. Elle a crée une O.N.G en cherchant à faciliter la vie des habitants du village. Puis les Laboratoires Mascareignes ont vu le jour dans une démarche de commerce équitable. Aujourd'hui ces produits sont vendus sur Internet cf www.labosmascareignes.com.

Enfin l'histoire de Mme Claude Boiron, 53 ans, nous est contée. Cette femme, à peine titulaire de son diplôme d'oncologie, s'est découverte porteuse d'un cancer du sein. Chimiothérapie, ablation du sein, radiothérapie, récidive osseuse ont fait basculer sa vie. Toutefois, malgré son lymphoedème sous l'aisselle, Mme Boiron a mis en place une consultation pour accompagner les malades vers des soins de support. Devenue responsable en 2010 du Pôle  de soins de support à l'hôpital René-Huguenin de St Cloud, elle y fait proposer l'auriculothérapie, le qi gong, la méditation Elle a crée l'association "A force d'envies" pour aider les patientes et les patients à renouer avec leur corps. Pour se renseigner, contacter: www.aforcedenvies.com.

Personnellement, atteinte par un cancer de l'ovaire il y a près de 3 ans, je peux témoigner du chemin de lâcher-prise au contrôle et à la peur de la vie que j'ai pu faire sur le support de la maladie. Depuis, tout en me sachant "en sursis" et soignant des séquelles opératoires, j'ai désiré mettre en ordre ma maison, changer mon regard sur les êtres humains et sur le monde. Je me dis qu'au fond je ne sais rien, que mes croyances et mes idéaux me servaient surtout à me rassurer et que mon seul travail conscient est d'accompagner "ce qui est". Vivre au jour le jour, on en parle, mais qui le fait vraiment? La maladie m'a rendue plus humble et plus ouverte aux autres, m'a fait faire la paix avec mon passé, mes parents, mes frères et sœurs, mon ex-conjoint, mon fils... Je me sens plus réceptive à l'égard de mon corps, plus à l'écoute de mes vrais besoins (silence, positivité, respect, non jugement…). Je peux à mon tour remercier tous les changements que le cancer m'a déjà permis de réaliser.

Lyliane

Écrire un commentaire