Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2018

Voyager pour raviver la mémoire...

A la maison de retraite de Valenciennes, un voyage en train fictif apaise les personnes âgées atteintes de démence avancée et stimule leur mémoire. Cette thérapie innovante est testée pour la première fois en France. La Directrice de l'Ehpad Notre dame de la Treille à Valenciennes (59) a découvert, en effet, par l'intermédiaire d'un fournisseur italien la «thérapie du voyage», mise au point en 2009 en Italie par Mr Ivo Cilesi, docteur en psychologie cognitive et responsable des thérapies non médicamenteuses dans une maison de retraite de Bergame.

 

Il a imaginé deux fauteuils face à face et un écran d'ordinateur en guise de fenêtre. Depuis, des personnes se mettent à raconter des souvenirs de voyage d'enfance. Alors, Mr Ivi Cilesi a testé son dispositif sur 100 malades et il s'est aperçu qu'ils sont moins agités. C'est alors qu'il a élaboré un vrai protocole dans une douzaine d'établissements en Italie et en Suisse. A Valenciennes, la thérapie du voyage est expérimentée depuis novembre 2016. Le personnel soignant, habillé en civil et formé par Mr Cilesi (4 infirmières, 1 psychologue et 8 aides médico-psychologiques) propose ces voyages et accompagne les personnes de l'Ehpad. Derrière eux, l'illusion est parfaite: valises, grande horloge, panneaux annonçant les trains...

 

Les images défilent comme par une fenêtre et le trajet dure entre 10 et 30 minutes selon les patients. Les équipes soignantes ont remarqué qu'elles communiquent mieux avec les résidents après «ces voyages». Bien entendu, cette forme de thérapie marche avec des personnes atteintes d'une forme importante de désorientation spatio-temporelle. L'hypothèse avancée par Mr Cilesi est que «cette thérapie permet d'établir un pont émotionnel avec la mémoire». Cela a coûté 30 000 euros à l'Ehpad de Valenciennes. Celle-ci est devenue le site pilote français de la thérapie du voyage. En plus existent aussi de l'art-thérapie, un jardin thérapeutique et des activités culinaires.

 

Il faut savoir que la maladie d'Alzheimer évolue sur une quinzaine d'années. Tout d'abord, la personne souffre de troubles anxieux et pseudo-dépressifs. Puis, apparaissent des troubles du comportement avec déambulation et désorientation. Quand ils sont perdus dans le temps et dans l'espace, on propose aux malades de partir en changeant simplement de pièce. Ils pensent peut-être pouvoir rentrer chez eux, imagine le Dr Jean Roche, psychogériatre au CHU de Lille...

 

Ce type de stimulation multi-sensorielle commence à intéresser d'autres Ehpad. 40 d'entre elles dans notre pays ont déjà contacté Valenciennes, dont les villes de Nice, Brest et Strasbourg. En Allemagne, depuis 2008, une équipe de Düsseldorf a installé de faux arrêts de bus. Dans les Pays Scandinaves, des casques de réalité virtuelle font faire depuis peu des promenades fictives en forêt ou à la mer aux patients. Enfin, ce dispositif complète l'approche Swezelen, qui utilisait déjà des techniques semblables lorsque les patients n'arrivaient plus à communiquer. Il avait été noté que tout cela les apaisait.

Pour en savoir plus, contacter sur Internet: www.maison-retraite-valenciennes.fr/actualites-valencienn.... Lyliane

Écrire un commentaire