Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2018

Un pont entre migrants et marocains...

J'apprends par le Journal Messages du Secours Catholique de janvier 2018 que le programme "Quantara" (le pont) organise les relations entre les migrants, les Marocains et l'administration. Les autorités marocaines, en effet, reconnaissent la nécessité d'une politique migratoire. Les associations comme Caritas dans le pays mobilisent également sur l'urgence de rendre les services publics et associatifs plus accessibles aux migrants.

Pour ce faire, ses éducateurs, psychologues et autres intervenants font office de médiateurs culturels entre ces usagers étrangers  aux codes sociaux en vigueur et les institutions (hôpitaux, écoles, préfectures...). Migrants et membres de la Caritas rencontrent les agents de l'administration et les invitent à sortir d'une logique purement humanitaire.

Ces migrants, essentiellement des Africains subsahariens, parviennent ainsi à trouver la voie d'une intégration: ils accèdent à une formation professionnelle, inscrivent leurs enfants à l'école et obtiennent parfois une couverture santé. Le Secours Catholique contribue pour 150 000 euros à ce programme (de 2016 à 2018).

Pourquoi ne pas faire de même en France pour aider les pouvoirs publics à coordonner les demandes d'asile, en attendant pour les former afin qu'ils ne restent pas inoccupés à dépendre d'aides? Nos campagnes dépeuplées ont par exemple grand besoin de boulangers, menuisiers, facteurs, voire même de médecins et d'infirmiers. Parmi ces jeunes migrants, en effet, beaucoup ont été scolarisés dans leur pays. Ils pourraient nous rendre des services fort utiles en attendant que leur pays sorte de la guerre ou de la misère causée par la sécheresse... Ainsi avons nous fait autrefois pendant la guerre d'Espagne ou avec les Boat People. Certains sont repartis chez eux, d'autres se sont intégrés harmonieusement. donnons une chance à ces migrants de recevoir un accueil digne et humain!

Lyliane

Écrire un commentaire