Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2017

Famille zéro déchet, est-ce possible de nos jours?

Dans le Journal  Alternatif Bien-Etre, un article de Mme Morgane Védrines basé sur une interview de Mr Jérémie Pichon a attiré mon attention. Selon ce chef de famille, le poids moyen des détritus que chacun de nous jette chaque jour est d'un kilo. De plus, il souligne que seulement 20% de ces déchets sont recyclés, le reste étant soit incinéré, soit enfoui. Voulant réduire son impact environnemental et faire au passage quelques économies, Mr Pichon a entrepris une démarche personnelle de réduction drastique de tous ses déchets.

Tout d'abord, il achète le plus possible des produits en vrac, en faisant partie d'une Amap où il va chercher avec un sac personnel des produits bios, frais et de saison. S'il doit aller en boutique ou supermarché, il s'arrange pour éviter les denrées préemballées venant de loin en privilégiant les produits français. A la maison, il fait un compost avec ses déchets ménagers. Bref, toute sa famille s'applique à trier de façon sélective emballages, plastiques, verre, papiers... Il a même crée un blog sur lequel il donne des conseils à ceux qui débutent: www.famillezerodechet.com, car il se refuse à faire la morale ou à imposer sa démarche à d'autres.

Puis, il veille à éviter le gaspillage de vaisselle, pailles et couverts en plastique grâce à des boîtes à pique-nique réutilisables. Toute la maisonnée s'est mise à fabriquer elle-même ses produits d'entretien et d'hygiène à base de savon en vrac ou d'une base lavante à parfumer ou pas de quelques gouttes d'huile essentielle. En famille, ils évitent tout plat préparé industriel et confectionnent des repas simples et conviviaux(soupes, ragoûts mijotés, choucroutes, pot au feu...) qu'ils peuvent éventuellement réchauffer ou congeler. Ils ont ainsi réduit de 20% leur budget familial.

Par souci de cohérence écologique, ils placent leur argent dans des banques éthiques, en suivant le classement de la Fédération des Amis de la Terre. Celle-ci publie régulièrement les résultats des banques ayant le moindre impact environnemental en investissant dans de l'agriculture durable et la protection de la biodiversité. La Nef et le Crédit Coopératif remportent le classement. Ils résistent à la société de consommation, achètent des produits d'occasion ou louent des objets dont ils n'ont pas besoin très souvent. Ils veillent à n'acheter que des produits recyclables et durables c'est à dire réparables et qu'ils peuvent prêter ou échanger..

Selon leur bilan, au début c'est un peu compliqué, mais très vite ils prennent conscience que chacun de leur geste a un impact sur leur environnement. Selon eux, la santé de la planète et leur santé personnelle s'améliorent en parallèle. C'est certes un mode de vie de sobriété volontaire, mais c'est un exemple montrant que c'est possible. Toutefois, ils pensent qu'il faut laisser l'idée faire son chemin, car lutter contre nos habitudes et changer de comportement nécessite une prise de conscience.

Lyliane

Écrire un commentaire