Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2019

Les ados et les écrans...

Pour Jeff Hancock, psychologue à la tête du Social Media Lab de l'Université de Stanford, des études scientifiques contradictoires et décontextualisées ont favorisé une telle méfiance. On peut en effet facilement trouver en ligne d'un côté un rapport démontrant un lien entre l'anxiété chez les jeunes et leur utilisation de Facebook, de l'autre une étude pointant certains bienfaits des réseaux sociaux. Panique. L'inquiétude l'emporte souvent et les nouvelles technologies deviennent la cause de tous les maux.
Pour démêler le vrai du faux, Jeff Hancock s'est lancé dans la plus grande analyse réalisée à ce jour sur les effets des médias sociaux et le bien-être psychologique de ses usager·es. L'étude, enrichie de multiples articles émanant d'autres scientifiques, porte sur plus de 275.000 personnes. Le résultat est sans équivoque: les ados connecté·es se portent bien.
Réseau social peut rimer avec bien-être. Selon les recherches du psychologue, les effets des réseaux sociaux agissent comme «une rue à double sens». Quand on surfe sur ces plateformes, on y gagne comme on y perd. De façon minime toutefois. Pour les aspects négatifs, Hancock et son équipe ont constaté qu'une grande utilisation des réseaux sociaux pouvait conduire peu ou prou à une dépression et à de l'anxiété. Cependant, leur utilisation active peut aussi créer un sentiment de bien-être. Elle favoriserait également les échanges et le développement relationnel de l'individu.
La quantité et la durée d'utilisation n'est pas non plus un problème majeur selon les travaux d'Amy Orben et Andrew K.Przybylski, deux universitaires d'Oxford. Grâce à une méthode de calcul, ils ont mesuré le pourcentage de variabilité du bien-être en fonction de l'utilisation des réseaux sociaux. L'utilisation de la technique numérique n'est associée qu'à 0,4% de variation du bien-être des adolescent·es. Un résultat minime comparé aux 2,7% de variation néfaste du bien-être d'un·e jeune fumant de la marijuana. Plus récemment, le psychologue Hancock et Angela Lee, une étudiante de Stanford, ont découvert, grâce à une enquête de trois ans sur 700 personnes, d'autres bienfaits liés à une présence sur la toile: «Plus vous contrôlez vos réseaux sociaux, plus vous bénéficiez d'un soutien social, et moins vous signalez de dépression, de stress, d'anxiété et ce sans rapport avec le temps que vous y passez», déclare Lee. Si ces études montrent que l'utilisation intensive des réseaux sociaux peut conduire à des effets potentiellement néfastes, force est de constater qu'elles sont beaucoup plus nuancées que de nombreux discours alarmistes. D'autant que selon l'enquête, ces répercussions semblent principalement dépendre de l'internaute, de son âge et de son état de santé mentale.

Selon Robin Tutenges - Slate - mercredi 23 octobre 2019

Écrire un commentaire