Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2019

Zoom sur la parentalité positive...

Dans la revue "Les carnets santé" N° 20, une interview de Mme Christine Tapero, coach et formatrice en parentalité positive, nous permet de comprendre ce qu'est ce modèle d'éducation venu des Etats-Unis et dont Mme Françoise Dolto avait été chez nous une des pionnières. Le premier concept de la parentalité bienveillante ou positive est le respect de l'enfant. Mais s'y ajoutent également la non violence physique et verbale, l'écoute de l'enfant et de ses besoins ainsi qu'une bonne communication.

L'apport des neurosciences confirme, en effet, que "la bienveillance préserve l'enfant, le fait mieux grandir, est bonne pour son développement". Le modèle familial patriarcal, basé sur des rapports de force, que nous avons nous-mêmes connu est largement dépassé. Nous en avons gardé souvent de la difficulté à identifier nos besoins et un manque d'écoute de soi et de l'autre. Mais aujourd'hui beaucoup de pères s'occupent  de leur enfant et les mères demandent à être traitées en égales... Il n'est donc plus question de reproduire de vieux schémas éducatifs.

Eduquer un enfant, c'est chercher le juste milieu entre répression et permissivité. Il s'agit notamment "d'avoir une vision à long terme et de relativiser". L'enfant est en effet considéré comme naturellement bon et nous avons pour tâche de l'accompagner en douceur dans ses apprentissages.  Il a le droit d'éprouver des émotions, de suivre un rythme plus ou moins rapide. Bref il s'agit d'éprouver de l'empathie, de communiquer dans le calme, d'essayer de se mettre à sa place sans pointer du doigt ses manquements éventuels.

Toutefois, poser un cadre à l'enfant est tout aussi nécessaire, car l'enfant a besoin de règles pour grandir. Ainsi, on peut dire non à son enfant en y donnant du sens. Bien souvent nous avons du mal à garder notre calme et à nous accorder le droit au repos, au recul, au lâcher-prise pour nous ressourcer. Il ne s'agit pas d'être des parents parfaits, mais d'apprendre de nos erreurs. Cela implique notamment de savoir se remettre en question.

Aussi, dès la crèche, partons à la découverte d'établissements bienveillants, où règne un bon état d'esprit telles les crèches d'entreprise "people et baby". Pour aller plus loin sur ce sujet, consulter par exemple sur Internet: www.parentalité.positive.fr.

Lyliane

Écrire un commentaire