Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2018

Un dispensaire ouvert à tous...

Le Magazine Hors Série Kaizen n°12, dans une de ses pages reportage signée par Mme Adelaïde Robault, décrit avec force détails comment une association a redonné vie à l'ancien dispensaire du village de Saint-Sauveur-de-Montagut en Ardèche. Niché dans la Vallée de l'Eyrieux à 40 km de Valence et à 30 km de Privas, ce modeste bâtiment municipal, en effet, après quelques années de fermeture et une campagne de financement participatif pour couvrir les frais de démarrage, a pu rouvrir ses portes en juin 2017. Son originalité est de proposer des soins naturels à des prix modestes.

"Géré par un collectif majoritairement féminin, le dispensaire est piloté par Mme Colette Acton, une ancienne pharmacienne de 68 ans devenue thérapeute et Mme Annick André, 70 ans, médecin addictologue. Cette association propose 18 pratiques qui vont de l'accompagnement psychologique en addictologie aux Reiki, hypnose, relaxologie, réflexologie plantaire, médecine chinoise et thérapies manuelles grâce à 9 professionnels de santé"… Une infirmière d'un EHPAD des environs, une herbaliste et un psychologue les ont ensuite rejoints. Cette initiative unique en Ardèche s'inspire de deux autres dispensaires situés dans la Drôme voisine, à Romans-sur-Isère et à Crest.

Dans la commune rurale de 1100 habitants de St Sauveur-de-Montagut, où le taux de chômage est élevé et le revenu moyen assez bas, il suffit de verser 10 euros par personne annuellement à l'association pour accéder à des consultations de 10 euros chacune minimum. Ainsi, offrir des soins complémentaires devient accessible à toutes et tous. Ce projet repose sur le bénévolat des praticiens, qui pratiquent une approche globale des patients. Ils sont, en effet, attachés au bénévolat, au partage et tous fonctionnent  collégialement au sein de l'association. Leur but serait notamment d'essaimer sur le territoire français et de tisser des liens avec des confrères généralistes. 

Cette initiative s'inscrit dans un contexte de désert médical (131 médecins pour 100 000 habitants en Ardèche). Le Conseil Départemental soutient de ce fait la création de maisons médicales et alloue 400 euros mensuels aux internes en médecine des Universités de Lyon et de St Etienne venant travailler en Ardèche, en espérant qu'ils s'y installeront une fois diplômés.

Pour aller plus loin, consulter sur Internet: www.dispensairevaldeyrieux.fr.

 

 

Écrire un commentaire