Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2018

Pour la consommation, la médiation gagne à être connue...

"Que faire quand un professionnel reste sourd à vos demandes de remboursement ou d'explications à la suite d'un litige?" demande Mr Nicolas Raffin dans le petit journal gratuit 20 Minutes. Beaucoup de consommateurs hésitent à se tourner vers la justice, compte-tenu des délais ou des montants en jeu. Pourtant, une autre voie est possible depuis janvier 2016: la médiation de la consommation. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGC-CRF) vient d'organiser une conférence de presse pour mieux identifier ce recours.

Pour que votre saisine soit valable, il faut impérativement avoir déjà contacté le professionnel en cause (opérateur téléphonique, banque…) via une réclamation écrite (courrier en recommandé). en cas de retour insatisfaisant de sa part ou s'il ne répond pas dans les é mois, vous pouvez saisir un médiateur. "Les professionnels doivent informer les consommateurs de son existence", rappelle Mme Virginie Beaumeunier, directrice de la DGC-CRF. Cela peut se faire via leur site, les conditions générales de vente ou tout moyen approprié (affichage en boutique...).

Si vous avez du mal à trouver cette information, la liste officielle des médiateurs est disponible sur le site de la DGC-CRF. Leur impartialité est vérifiée par une commission d'évaluation spécifique de la répression des fraudes, le CECMC. en 2017, les médiateurs ont examiné environ 40 000 litiges, dont 30 000 ont pu être menés à leur terme. Dans 76% des cas, la proposition du médiateur est acceptée par les deux parties.

Pour compléter cet article ou trouver la liste des médiateurs de notre pays, contacter par exemple sur internet: 

https://www.dossierfamilial.com › consommation ou www.service-public.gouv.fr
 
 
 

Écrire un commentaire