Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2018

Tresseurs de liens ou l'oseraie du possible...

Depuis 2014, écrit Mr Vincent Beltrain dans la revue Nous, l'association "L'Oseraie du possible" a été crée à Vallauris par Mr Florian Mannaioni. Ce dernier a découvert en 2009 la vannerie et l'osiériculture dans les Hautes-Alpes avec Mr Hugues-Mircea Paillet au sein de son oseraie biologique.

Depuis 2012, une résidence d'artistes vanniers sur l'île de Bendor, en face de Bandol, sert aux professionnels de l'association et elle se veut une plateforme de stages sur la vannerie. Cette profession qui ne date pas d'hier est en train de se renouveler et se professionnaliser sur notre sol français. Le siège social de l'association reste auprès de Mr Paillet dans les Hautes-Alpes.

En 2016, L'Association devient même un organisme de formation professionnelle. C'est en septembre 2018 que le bureau de l'association, la galerie et l'atelier ont été réunis à Vallauris sous l'intitulé: "Un Van de possibles".  Car un van à l'origine est un grand panier qui servait autrefois à séparer les bons et les mauvais grains de blé avant la mise en silo.

Aujourd'hui, le collectif regroupe 25 vanniers et osiéristes de France dont 4 sont installés dans les Alpes-Maritimes et le Var. L'art de tresser les végétaux pour faire des clôtures ou des paniers retrouve l'intérêt des acheteurs et des jeunes en recherche d'emplois. Créer des actions et des projets avec des écoles, des établissements spécialisés dans le handicap  (ESAT…) est notamment le but recherché.

Le journaliste de Nice-Matin nous cite le cas de Mr Pierre Bosch qui a découvert l'osier avec joie après un burn-out professionnel. Il a effectué une formation de 2 ans, bien conseillé par divers vanniers expérimentés. Puis, il s'est installé comme auto-entrepreneur et comme bénévole au sein de l'association l'Oseraie du possible. "Ce travail manuel reconnecte les gens avec eux-mêmes" dit Mr Mannaïoni.  

Grâce à cette activité, la matière première, la canne de provence présente dans tout le Sud de la France, a retrouvé ses lettres de noblesse. Des enfants d'une école primaire de Garbejaïre (06) ont eux-mêmes planté une oseraie au cœur de leur école. Ils font des ateliers et leurs actions s'entrecroisent avec celles de l'ESAT du village, où quelques autistes ont commencé à s'y intéresser.

Le prochain pas en avant sera la Fête de la Vannerie près de Grasse en janvier 2019 pour la fête de la St Antoine, patron des vanniers. Pour en savoir davantage sur la vannerie ou l'Oseraie du possible, joindre sur Internet: www.oseraiedupossible.fr.

Lyliane 

Écrire un commentaire